Belisarius Cawl

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Batailles
Technologie
Noosphère
Manufactorum
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Symbol mechanicus.png
« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »
- Archimagos Belisarius Cawl.
Belisarius Cawl, Archimagos Dominus, Primovaisseau de l’Omnimessie.
Arcanologiste et Fabricator, Tyrannus Mechanicum et Genetor Majoris, Belisarius Cawl ne cesse de se surpasser dans ses œuvres, poussé par son esprit avide. La main de Cawl est visible sur nombre de technologies parmi les plus fabuleuses de l’Imperium, certaines d’entre elles étant vieilles de plusieurs milliers d’années.

L’Archimagos Dominus Belsarius Cawl était déjà vieux à la naissance de l’Imperium il y a plus de dix mille ans. Au cours de cette longue période, ce Technoprêtre a servi Mars et le Dieu-Machine en tant que Seigneur de Forge et Lexico Arcanus, parmi d’autres titres plus ou moins connus de ses pairs. Toutefois, c’est en tant que Magos Biologis qu’il a enfin connu la consécration. On affirme. et à juste titre, que le vieil Archimagos Dominus a oublié plus de connaissances, particulièrement sur la génétique, que ce que les adeptes les plus studieux pourraient espérer apprendre dans toute une vie. Bien que des portions de sa mémoire aient été volées, et qu’il ait subi à deux reprises un lavage de cerveau, Cawl reste un grand technosavant, un génie qui excelle dans presque tous les domaines qu’il explore. Même au sein de l’Adeptus Mechanicus, où des machines améliorent la capacité de mémoire et rallongent la vie, une telle accumulation de savoirs dans autant de disciplines est bien sûr excessivement rare. Le Clergé de Mars anoblit de telles personnes en les nommant Primovaisseaux de l’Omnimessie, ou encore Dominatus Dominus, littéralement Maître parmi les Maîtres. Parmi les rares détenteurs d’un tel titre, Belisarius Cawl est de loin le plus actif et le plus prolifique.

Belisarius Cawl se voue à de nombreux projets, son esprit s’intéressant un moment à la construction du plus grand macromag-canon de Mars avant de perfectionner son champ de stase personnel, puis d’expérimenter diverses choses dans ses laboratoires souterrains de la Planète Rouge. La très grande majorité de ses projets sont secrets, et il en poursuit tant qu’il a créé des clones de sa conscience pour les gérer tous à la fois tout en prévoyant des contre-mesures pour que ses rivaux ne découvrent rien. Au plus profond de cryptes scellées, des expériences attendent de bénéficier des attentions de Cawl…

Au vu de l’étendue de ses domaines sur Mars, on ne suspecterait pas l’indépendance dont Cawl fait preuve vis-à-vis de l’élite politique delà Planète Rouge. Certains Seigneurs de Forge disposent de temples bénéficiant directement des faveurs du Fabricator-Général, et dont le pouvoir devrait donc dépasser celui de Cawl. En dépit de cela, c’est lui qui conserve les plus vastes manufactorums. Leurs forges grondent dans le nuit et le jour enfumé de Mars pour assembler du matériel étrange et des machines exotiques. Alors que Cawl cogite à la vitesse de l’éclair sur ses schémas de construction, il reconfigure ses forges à plasma, ses tisseurs à magnaspires, ses générateurs en cristalliage et d’autres machines immenses gravées de symboles, afin que leur production conserve le rythme effréné qu’il lui impose. À leur grand dam, ses pairs ne savent pas exactement qui sont les mécènes du vieux Dominus. Les plus jeunes adeptes murmurent que les ateliers labyrinthiques de Cawl résonnent de secrets vrombis par des millions d’Esprits de la Machine serviles, et que ses rares trous de mémoire sont simplement le signe qu’il assimile en permanence ce caquetage binhaire.

Depuis qu’il a rechargé une partie de sa mémoire stockée, le vieux Technoprêtre est devenu moins actif, et a tendance à passer des décennies à se reposer dans ses cryptes de stase. Néanmoins, ces temps de récupération sont suivis de périodes d’activité où Belisarius Cawl repart à la recherche de connaissances. C’est en de tels moments qu’il redevient l’Archimagos Dominus, qu’il rassemble autour de lui ses légions de Skitarii et ses manipules de la Legio Cybernetica. Bien que Mars soit son monde d’origine, il n’est pas rare que d’autres Mondes-Forges placent des armées sous le commandement de Cawl, en lui demandant en échange qu’il daigne partager un fragment des connaissances qu’il acquiert.

Sur le champ de bataille, Cawl n’hésite pas à se rendre au cœur des combats. La plupart des tirs sont déviés par son champ réfracteur, et quand des parties de son corps mécanisé sont arrachées, des câbles sinuent hors de ses robes pour effectuer des réparations et étouffer les ennemis qui s’approchent. Pendant ce temps, le vieux Technoprêtre voûté est une ruche d’activités tandis que ses cogitateurs ajustent les angles de tir, qu’il lance des ordres à ses troupes et qu’il dispense la parole impérieuse du Dieu-Machine. Il ne perd jamais son calme : son esprit analyse les menaces, prédit les attaques ennemies et calcule les probabilités de victoire.

Belisarius Cawl a inventé des dizaines d’armes, découvert tout autant de SCS, et voyagé dans toute la galaxie à la recherche de savoir perdus, y compris dans l’Œil de la Terreur. Des avaries et des effacements intempestifs ont créé de vastes trous dans sa mémoire, mais ce qui reste remplit des cryptes de cogitateurs aussi vastes qu’un Croiseur de Bataille. C’est là, sous la forme de colonnes de code binhaire, que sont stockées des milliards de milliards d’informations, allant des centaines de races Xenos dont il a précipité l’extinction, en passant par les schémas d’assemblage de machines merveilleuses perdues depuis l’Âge de la Technologie, sans oublier le recensement galactique qui eut lieu pendant la Grande Croisade, ou encore les études sur les difficultés de communications suite à l’ouverture de la Grande Faille. C’est une accumulation de données inégalée, si vaste que Cawl ne peut se souvenir comment il a pu en rassembler autant. Cela, et le matériel génétique de la machine appelée le Sangprimus Portum, a permis à Cawl de créer les Space Marines Primaris et de lancer la Fondation Ultima. Et malgré tout, Cawl affirme qu’il poursuit des recherches plus importantes encore…

Belisarius Cawl possède l’Équipement suivant :
  • Atomisateur Solaire : Utilisant un dispositif complexe conçu par Belisarius Cawl lui-même, cette arme concentre les ondes de fusion et l’énergie thermique en une décharge de courte portée si inexorable qu’elle peut traverse de part en part une machine de guerre ennemie en quelques secondes.

Jeunesse[modifier]

L’Archimagos Dominus Belisarius Cawl est né avant l’Hérésie d'Horus, sur Mars. Il fut créé et a grandi dans les cuves à chair - comme la plupart des enfants martien de Xanthe Terra - du Magos Biologis Hammareth, au début du 31e Millénaire. Comme la plupart des enfants martiens, il était déjà physiquement et mentalement un jeune adolescent quand il sorti de sa cuve. Cependant, contrairement à la plupart, il était capable de parler normalement au moment de sa naissance, un résultat de l’absorption plus complète des données téléchargées dans tous les fœtus du Mechanicum pendant sa gestation. Il sut immédiatement que des enfants naissaient dans des délais tout à fait normaux sur Mars - c’était, après tout, l’intention initiale du Dieu-Machine -, mais que les grands Technoprêtres n’avaient pas de temps à perdre avec un concept aussi trivial que la procréation. Le Dieu-Machine avait créé l’homme pour qu’il s’améliore, et cette information, comme bien d’autres, avait été intrachargée lors de la gestation de Cawl, mais sa seule expérience de la vie à cet instant se limitait à son éjection d’un tube, à la tranchée, à la file et à la bande de ciel encadrée de murs de métal d’une construction martienne. Alors qu’il marchait avec les autres enfants dans la file, de multiples bras mécaniques sortaient de tous les côtés pour le sonder, l’asperger de produits chimiques, prélever des échantillons de sang et de bave, tester la pression des yeux, celle du sang, le rythme cardiaque, l’efficacité digestive et plus encore comme le passage aux rayons X de son squelette dont le résultat sera consigné dans des archives que nul ne consulterait jamais.

En suivant la file, Cawl se retrouva à son tour face à trois portes qui représentait la nature triple de son dieu : Dieu-Machine, Omnimessie et Force Motrice. La porte de gauche et de droite s’ouvrait régulièrement, livrant les enfants à un sort qui avait été décidé algorithmiquement alors que celle du centre s’ouvrait plus rarement. Un Technoprêtre notait sur un livre chacun des enfants avant de les envoyer par l’une des portes. Quand Cawl arriva à son niveau, il lui demanda qui il était, à la stupéfaction de l’homme qui fut étonné de le voir parler, et encore plus lorsque Cawl lui dit son nom. Belisarius Cawl vit en ce Technoprêtre une manifestation du Dieu-Machine, sans être lui, lui demandant où se trouvait son dieu. Après l’avoir dévisagé un long moment, le Technoprêtre l’envoya par la porte du centre, offrant à Cawl le début d’une carrière au sein du Mechanicum.[1]

L'Élève de Diacomes de Gestus Decorum[modifier]

Belisarius Cawl fut un des très rares individus qui fut l’élève de Diacomes de Gestus Decorum, un biologiste extrêmement doué, domaine dans lequel Cawl avait une nette préférence. Gestus Decorum avait travaillé sur la connexion entre esprits, ce qui était possible durant l’Âge de la Technologie, malgré les risques, car une connexion complète entre des esprits vivants conduisait inévitablement à des psychoses, les différentes personnalités tendant à s’affronter dans une guerre de domination.

Il apprit alors qu’il était possible de renforcer la puissance cérébrale de quelqu’un en le connectant à un cerveau cloné ou reprogrammé, soigneusement nettoyé, mais que la clé était que le cerveau ne soit pas encore formé et que la modélisation soit entreprise par l’utilisateur. Si l’on voulait se saisir de toutes les connaissances d’un cerveau décédé ou vivant, c’était impossible, car la connaissance était indissociable de l’expérience, et la personnalité était l’accumulation d’expériences. Par conséquent, la personnalité devait survivre. Ainsi, en absorbant toutes les connaissances d’un individu, on prenait le risque de déclencher un conflit de personnalités, qui conduisait à la psychose, qui elle-même conduisait à la mort et à la perte de connaissances. Diacomes, toutefois, était certain que l’on pouvait réussir et qu’il existait de nombreux réseaux cybernétiques interpersonnels, temporaires ou permanents, qui augmentaient les capacités de tous les intéressés, mais il n’existait aucun moyen d’absorber la connaissance humaine dans une personnalité existante sans endommager ou détruire cette dernière. Persuadé que les technologues du Moyen-Âge Technologique étaient parvenu à corriger et permettre un tel prodige, Diacomes travailla sur un moyen de transcender les limites humaines afin que la connaissance soit transmise. L’une de ses solutions était la greffe directe de conscience, via connexion machinique par l’intermédiaire de l’infosphère, d’un esprit à l’autre, allant jusqu’à employer des technologies Xenos pour cela, des technologies interdites. Cawl constata que cette technologie était dangereuse pour les deux parties et quand il quitta Diacomes, ce dernier essayait depuis des siècles de mettre sur pied une technique sûre mais n’avait que transformé le cerveau de ses cobayes en bouillie.

Mais pour Belisarius Cawl, les travaux de son ancien maître allait le façonner dans les millénaires qui allaient suivre, peu après la fin de l’Hérésie d’Horus…[2]

L'Hérésie d'Horus[modifier]

Belisarius Cawl a servi sur six Mondes-Forges en dix-neuf ans : Mars, Ryza, Antioc, Belacane, Verica VII et enfin Trisolian. Il avait repoussé toute promotion à un rang supérieur, bien que sa maîtrise des mystères lui donnait le droit d’en réclamer une à quatre échelons au-dessus du titre de Techno-Adepte qu’il avait conservé. Sur chaque monde, il eu de nombreux maîtres. Cawl avait passé des années à se rapprocher de chacun de ceux qui l’intéressaient, flattant pour obtenir leurs confidences, pour apprendre d’eux tout ce qu’il pouvait, avant de clamer à grand regret que ses talents n’étaient pas adaptés à leur spécialité, et qu’il lui fallait humblement prendre congé pour passer alors au suivant, et reprenant son apprentissage. Cette capacité à se mouvoir sans se faire avoir sur une si longue durée avait été facilité par les guerres de la Grande Croisade et de l’Hérésie d’Horus. Des adeptes se déplaçaient dans toute la galaxie en missions de récupération de données antiques, ou pour déverrouiller les secrets de technologies Xenos avant qu’elles ne soient condamnées au bûcher, afin de pourvoir aux besoins des machines des flottes de colonisation, d’établir l’infrastructure technique des planètes conquises, et pour un million d’autres choses. Le personnel était toujours en effectif insuffisant, et Cawl était très doué pour s’attirer les bonnes grâces. Il lui avait été remarquablement facile de voyager.

Il savait à la fin que son manège avait été repéré quand il servait sur Trisolian, mais il avait bien l’attention de posséder la connaissance la plus vaste dans des domaines variées afin de jouir d’un grand pouvoir lorsqu’il montera dans les échelons du Mechanicum. Pour ce faire, il avait conçu un noyau intelligent qu’il pouvait s’insérer dans un logement de sa tête, composé d’une unité de cogitation et d’un processeur du noyau mémoriel. Il extrayait ses améliorations, sans aide, alors que c’était une opération sensible exigeant un grand talent et le matériel adéquat. Au fil du temps, il avait augmenté la capacité de stockage, démultipliant son intelligence et sa capacité d’apprentissage.[3]

Le Système de Trisolian[modifier]

Friedisch Adum Silip Qvo[4]

Techo-Adepte du Mechanicum à l’époque de l’Hérésie d’Horus, Friedisch Adum Silip Qvo était un jeune martien d’un âge comparable à Belisarius Cawl. Tout deux avaient reçu l’installation de leurs noyaux intelligents à peine quelques décennies plus tôt, bien qu’ils ne se connussent pas encore à l’époque. Leurs voies s’étaient croisées lors de leur prise de poste dans le système trisolien. S’étant découvert un terrain commun, quelques lieux de prédilection qu’ils connaissaient tous deux, une liste sommaire de confrères qu’ils partageaient, ils en avaient conçu à l’époque un début d’amitié fragile. Il était certes rare pour eux de tomber d’accord, tout comme il était vrai qu’ils appréciaient cette friction de leurs différences, autant que leurs similitudes. Lorsque leurs services coïncidaient, ils s’arrangeaient alors pour prendre leur subsistance ensemble et puis ils s’attardaient souvent dans la salle pour débattre l’un avec l’autre. À partir de cette époque, Friedisch Adum Silip Qvo et Belisarius Cawl n’allaient plus se quitter, et ce durant les dix prochains millénaires, chacun sous une forme bien différente que lors de leur première rencontre…

Quand l’Hérésie d’Horus se déclencha, mettant fin à la Grande Croisade et plongeant l’Humanité dans un âge des ténèbres, Belisarius Cawl était toujours un Techno-Acolyte de rang subalterne dans le système de Trisolian, composé de quatre mondes formant ensemble un Monde-Forge. C’était un bastion Loyaliste, bien qu’isolé de la guerre civile. Cawl était sous l’autorité de la Domina Magos Hester Aspertia Sigma-Sigma, qui contrôlait toute les ressources militaires de Trisolian.

Il travaillait alors dans la salle de subsistance 46 de la station Septa de l’Heptaligon, l’installation principale du système de Trisolian, avec un autre Techno-Acolyte d’origine martienne comme lui et qui allait devenir son plus grand ami : Friedisch Adum Silip Qvo. À l’inverse de son camarade, Cawl était de ceux, à l’époque, à juger sainte l’apparence humaine, comme une expression de la perfection du Dieu-Machine, là où Friedisch Adum Silip Qvo était de l’autre école, considérant le corps comme un accident naturel susceptible d’être amélioré. Cawl défendait une approche minoritaire sur la question des augmentiques, considérant que si on admettait nos imperfections, nous nous approchons aussi près de la perfection qu’il nous est possible, nous forçant donc à les accepter et à nous en accommoder. Par ses pensées, Cawl était déjà un individu peur orthodoxe dans le Mechanicum, pensant que l’apparence humaine n’empêchait pas la perfection mécanique, citant le Principa Mechanicum et prenant l’Empereur de l’Humanité comme exemple de l’Omnimessie, là où au contraire les Technoprêtres étaient trop dépendants de la supplémentation du corps humain par ces augmentiques grossiers. Ironiquement en sachant son futur, Cawl s’était juré vous de ne jamais se modifier à un niveau trop élevé, considérant qu’il y avait plusieurs moyens pour allonger sa vie où d’obtenir le pouvoir de la pensée et les autres facultés innombrables du Mechanicum, tout en conservant son apparence humaine.

Tez-Lar[5]

Tez-Lar était un Serviteur massif conçue par Belisarius Cawl lui-même, à partir d’éléments de récupération, dans le système de Trisolian, nommé ainsi en l’honneur d’un légendaire maître de la Force Motrice, le grand serpskan-méricain. Le nom de Tez-Lar était une marque du respect qu’il éprouvait pour tous ceux qui maîtrisaient plus d’un champ d’expertise.

Il était déjà obsédé par les Space Marines, par leurs armures et leurs conceptions génétiques, obsession qui allait lui servir plus tard pour forger le stade supérieur des Anges de la Mort dans un lointain futur. Il avait aussi construit un Serviteur massif pour le servir déjà à l’époque, et qu’il avait baptisé Tez-Lar.

Dans ses quartiers modestes dans la station Septa de l’Heptaligon, il s’était constitué un petit atelier, concevant lui-même ses outils idiosyncratiques ou se les procurant dans des circonstances douteuses, bien qu’il considérait pas cela comme du vol mais juste une application de la règle que celui qui trouve, garde… Là, il continua à mener ses propres recherches et expériences, refusant de se lancer dans une voie spécifique et de progresser vers un poste de prêtrise plus élevé car cela impliquait de devoir choisir une spécialisation, de jurer allégeance à l’une des myriades de factions du Mechanicum, avec toutes les limitations qu’entraînait ce genre de choix sans parler de la surveillance que ses travaux auraient connus de la part d’un échelon supérieur. Profitant du fait qu’à bord de l’Heptaligon se trouvaient des Biologiens, des Astromanciens, des Genetors, des Artisans, des Magi, des Logi, des Transmécaniciens, des Lexmécaniciens, des Cybériens, des Cogitati et des Technoprêtres de tous les types concevables, Cawl avait continué à apprendre auprès d’eux tout en améliorant la capacité de stockage de son noyau mémoriel.

La Domina Hester Aspertia Sigma-Sigma[6]

Supérieure de Belisarius Cawl dans le système de Trisolian durant l’Hérésie d’Horus, la Domina Hester Aspertia Sigma-Sigma était aux yeux de Cawl une monstre de trois mètres de haut une fois déployée à pleine extension, le tout avec sept bras. Hester Aspertia Sigma-Sigma avait un corps aussi haut au-dessous de son pelvis à articulation inversée qu’il l’était au-dessus de la grappe de mécapèdes qui lui servaient à se déplacer. Sa plaque faciale polie recouvrait le devant d’un crâne augmentique faisant trois fois le volume d’une tête humaine standard, et douze fois le même poids. Une crête circulaire dépassait de son occiput, faite de senseurs, d’émetteurs à courte portée, d’omniconnecteurs, de bancs de capteurs, d’augures, de répartiteurs vox, de dérivateurs de cogitation et d’autres dispositifs de communication aussi complexes que l’ensemble de repérage d’un vaisseau stellaire. Par déférence envers ses origines, son visage fut moulé comme un masque de carnaval : celui d’une humaine aux traits bien proportionnés dont la beauté artificielle a fait l’objet de tant de considération qu’elle en était devenue insipide alors que ses yeux et ses lèvres étaient condamnés. Ce masque argenté était ce qu’il y avait de plus humain chez la Domina qui représentait le summum du culte cyberphile. Pour Cawl, elle n’était plus humaine, tandis que Friedisch Adum Silip Qvo défendait encore l’humanité de la Domina.

Alors que la guerre civile rentrait dans sa phase finale, Belisarius Cawl se rendit, en retard, au centre des opérations de protection d’extraction de la station Quinta où attendait la Domina Hester Aspertia Sigma-Sigma, la Magos Militara suprême de Trisolian, qui lui passa un savon, le menaçant de le mettre hors service ou d’en faire un Skitarii si jamais cela se répétait. Cawl rejoignit ensuite sa place pour une mission d’importance. En effet, Trisolian n’était pas un endroit adapté à l’humain, mais les conditions qui le rendaient dangereux pour la vie humaine le rendaient utile par ailleurs à cause d’une combinaison inhabituelle de flux gravitationnels et de vents solaires agressifs qui transformait ces quatre planètes en forges cosmiques riches en éléments lourds et exotiques, et en précieux isotopes. La mission de l’Heptaligon était de coordonner la récolte de tous ces éléments. L’Heptaligon était la plus grande des stations orbitales du système, composée de sept stations ancrées par des tubes-longes enfoncés droit au travers du cœur glacé du satellite mineur et solitaire d’Etrian, Momus, dont l’intérieur avait été creusé et évidé, et était habité lui aussi. Entre les tubes-longes, de longs fils de macro-câblages reliaient les stations en une toile complexe, permettant de suspendre des plates-formes subsidiaires entre les principales, et offrant un transit entre tous les points d’un nombre faramineux d’itinéraires. Le rôle principal de l’Heptaligon était de faire office de centre de traitement pour toutes les ressources récupérées au sein du système, divers composés gazeux qui étaient compressés en lingots d’alliages exotiques, expédiés ensuite vers le faîte des tubes-longes jusqu’à la station Prima pour être ensuite exportés hors du système.

Dans la salle des opérations de protection d’extraction au dessus de la surface de Momus, Cawl se glissa dans son siège et un hololithe miniature apparut directement devant son visage où il put voir l’affichage du statut de trois drones qui étaient sous ses ordres. Aidée par son noyau d’intelligence supérieur, il partitionna sa conscience entre les trois automates et sa table de vol, la vue de son esprit se scindant en quadrants, lui offrant une vision détaillé de ce qui se passait loin à la surface. Alors que des extracteurs étaient lancés, le rôle de Cawl et des autres adeptes étaient de contrôler les drones et pour affronter des choses qui vivaient dans l’atmosphère d’Etrian et protéger les machines d’extraction et les navires. Cawl contrôlait alors à distance un manipule d’Automates de Bataille Vultarax autour des extracteurs nuageux lorsque des xenoformes hostiles attaquèrent la flottille. Ces choses étaient inconnus mais s’en prenaient régulièrement aux installations d’extractions du Mechanicum, et des combats pour les défendre étaient nécessaires. La situation se dégrada bien vite car des milliers de créatures attaquaient, éliminant les défenseurs des extracteurs, en se rapprochant des plus grandes machines qui pillaient leurs domaines bien que nul ne savait pas pourquoi ces choses les attaquaient car elles ne paraissaient pas capables de dévorer ni la chair ni le métal. Puis tel le léviathan des mythes anciens surgissant de l’océan, un gigantesque spécimen des Xenos trisoliens jaillit à travers le nuage près de l’extracteur de tête, large de deux cents mètres. Mais grâce à son noyau d’intelligence modifié, Cawl appela à lui et assimila toutes les données qu’il put, asservissant toutes les armes de son manipule à ses propres décisions. Il alluma les réacteurs de vol spatial de ses Vultarax et les poussa à pleine combustion vers le monstre titanesque afin de sauver les hommes et les embarcations assaillit par le léviathan. Conscient que son noyau d’intelligence sera découvert, il déploya d’une seule pensée un code de dominance élevée dans le centre d’opérations, et plaça tous les Automates de Bataille de ses collègues sous son commandement direct. Il formula un plan de bataille efficace, et fit tirer tout les autocanons sur les points affaiblis de la carapace de la créature. Alors que ses collègues tentaient de l’enlever par la force de son siège, la Domina Aspertia ordonna qu’on le laisse terminer, bien qu’il eut un pistolet à radiations d’un Skitarii pointé vers sa tempe. Puis il lança les Lance-Missiles des robots, tuant le léviathan et des dizaines d’autres xenoformes tandis que les extracteurs se repliaient, leurs équipages sauvés grâce à l’intervention de Cawl qui s’était soucié de leur sort.

Une fois déconnecté, Belisarius Cawl fit face à la Domina Aspertia qui l’accusa d’être allé à l’encontre de l’ensemble des quinze principes mineurs des opérations robotiques, constituant un blasphème contre l’un des commandements majeurs de l’interface intelligente avec la machine. Elle lui demanda pourquoi il avait fait ça, Cawl lui répondant juste que c’était efficace, et qu’il avait gagné. Il s’évanouit mais revint à lui avec une migraine terrible, cloué sur un banc d’interrogatoire dressé à vingt degrés de la verticale. La Domina Aspertia arriva pour l’interroger, lui révélant qu’elle avait découvert qu’il était âgé pour un Techno-Acolyte, ce qui prouvait soit qu’il manquait d’enthousiasme, soit qu’il était incompétent soit qu’il pratiquait un subterfuge. Belisarius Cawl était dans une position délicate car pris en flagrant délit de modification non autorisée et bien qu’il fut un "très, très vilain garnement", la Domina Aspertia voyait une dimension artistique dans son travail, de l’intellect et de la compréhension bien que la construction de son noyau inintelligence était un blasphème au yeux du culte qui valait une mise à mort. Mais devant la beauté de la conception de Cawl qui révélait son génie, la Domina Aspertia le libéra et le promu au rang des officiers de son Taghmata, le plaçant sous ses ordres directs tout en lui offrant la chance de poursuivre son œuvre, révélant qu’elle aussi pensait que les chemins vers la connaissance étaient nombreux, et que tant que le résultat final était la compréhension des voies du Dieu-Machine, cette pensée était juste. Elle lui donna une robe de Technoprêtre, brodée de son héraldique et des insignes d’un membre permanent de la branche militaire du Mechanicum. Néanmoins, ces jours d’itinérance étaient derrière lui, et Cawl obtint le grade d’Adepte.[7]

La Bataille de Trisolian[modifier]

Belisarius Cawl durant l’Hérésie d’Horus.
Tout changea très vite lorsque les armées d’Horus Lupercal prirent contact avec la plus haute autorité du système de Trisolian, le Vice-Roi Extractatorien Benician Mendoza. Cawl fut présent aux cotés de sa maîtresse lorsque le Vice-Roi reçut une communication avec image de Sota-Nul, l’émissaire du Mechanicum Noir auprès du Maître de Guerre. Sota-Nul exigea qu’au nom du Fabricator-Général renégat, Kelbor-Hal, le système de Trisolian rejoigne le domaine du Maître de Guerre. Elle fit passer un message pré-enregistré de Kelbor-Hal, assis sur le trône de Mars, qui exigea la loyauté de tout le clergé martien et de se détourner de l’Empereur. Le Fabricator-Général montra l’offre que le Maître de Guerre avait fait au Mechanicum, c’est à dire une plus grande autonomie et l’autorisation de recherches de savoirs blasphématoires. Mais le Vice-Roi Extractatorien annonça à Sota-Nul qu’il avait l’attention de se battre, lui montrant une flasque magnétique de cristalflex qui fascina Cawl qui vit quelque chose de colérique retenu à l’intérieur. C’était une arme censée neutraliser les défenses de Trisolian, un code corrompu imprégné d’énergie impie et qui avait été repéré et capturé par les Loyalistes du système, prouvant la félonie du Mechanicum Noir et sa folie de manipuler des technologies interdites. Sota-Nul promit sa destruction. Cawl sut que la guerre l’avait atteint et chercha à comprendre pourquoi le Maître de Guerre venait sur Trisolian alors qu’ils n’étaient et n’avaient rien d’intéressants. Hester Aspertia Sigma-Sigma lui fit comprendre que Trisolian offrait un point de ravitaillement à toutes les forces impériales qui risqueraient de menacer les arrières du Maître de Guerre une fois sa prise du système majeur de Beta-Garmon.

Rapidement, des groupes d’infiltrateurs des Légions Renégates des Night Lords et de l’Alpha Legion cherchant à mettre fin à la campagne avant même qu’elle n’eût commencé, avaient été repérés et la riposte n’avait pas tardé. Naturellement, la Magos Domina dirigea les affrontements depuis son domaine fortifié au sein de la station Septa de l’Heptaligon. Cawl dirigea quand à lui des Thallax contre les Space Marines du Chaos dans toute l’installation, peu habitué à l’armure qu’il portait et au poids du Servo-Harnais monté sur son dos, le tout sous les mi-moqueries, mi-encouragements de sa maîtresse. Mais la guerre se passa mal car si l’Heptaligon tenait bon, les autres stations tombaient. Il affronta des Night Lords et un Char Sicaran, et fut sauvé par des renforts Myrmidons. Il découvrit le cadavre d’un Techno-Adepte mais avec une robe noire, une couleur que n’avait adoptée aucun Monde-Forge et où les symboles sacrés du Culte Mechanicus étaient pervertis avec huit flèches qui pointaient et un crâne contenu à l’intérieur d’un rouage qui arborait une grimace démoniaque. Le cadavre s’anima et Belisarius Cawl acheva d’un tir l’adepte du Mechanicum Noir, le premier homme qu’il tua de sa vie. Il se fit bien voir des troupes Loyalistes en sauvant un Myrmidon abattu mais encore vivant grâce à sa maîtrise des secrets de la mécanique et de la biologie, traitant efficacement les lésions de l’adepte combattant. La bataille se poursuivit durant une journée et Cawl se rendit là où on sollicitait sa présence, en usant de ses arts pour remettre en état les blessés, jusqu’à ce que le destin l’amène dans l’un des agri-champs géants qui était en feu, menant toujours ses Thallax contre les renégats. Puis les Automates de Bataille se figèrent avant de s’éteindre à cause de la Domina Aspertia qui proclama la reddition.

Un Bolter contre la tempe, Cawl fut contrait de se rendre avant d’être traîné par des Night Lords jusqu’à la station Septa sous contrôle ennemie au côté de dizaines d’autres adeptes du Taghmata trisolien. Il fit face à la Domina Hester Aspertia Sigma-Sigma qui expliqua avoir commis une trahison calculée afin de ne pas être anéantis. Elle lui présenta des bouteilles accrochées sur l’avant de son torse et qui contenaient des clones d’elle-même conservés à l’état embryonnaire, des répliques génétiquement parfaites de son cerveau, leur raison d’être étant la préservation de tout ce qu’elle avait appris en tant que commandant militaire durant la Grande Croisade. Elle questionna Cawl si oui ou non il la suivrait, celui-ci acceptant au nom de la préservation de la connaissance.

Avec toute la population de l’Heptaligon, Belisarius Cawl fut conduit à la station Tria, également appelée l’Orbe de Transfert, entièrement dédiée à des installations d’arrimage, faisant d’elle le port principal de l’Heptaligon. Sur l’estrade antigrav d’Aspertia, Cawl s’est tenu auprès de sa maîtresse, placé ainsi plus haut que le troupeau ordinaire, et disposait d’une vue excellente sur la foule et la sphère. Il fut témoin de l’arrivée d’Horus Lupercal, le Maître de Guerre ne personne, à l’Heptaligon. Aspertia fit avancée son estrade antigrav vers l’aéronef de l’Architraître, avec Cawl, faisant face aux palanquins des autres adeptes renégats. De l’aéronef débarqua Sota-Nul, qui reçut la reddition officielle de la Domina d’Aspertia. Puis sortant du Stormbird avec son Premier Capitaine, le violent Ezekyle Abaddon, Horus apparu face à la foule apeurée et Cawl écouta son discours qui assurait qu’il venait de les sauver de l’Empereur et que tous avaient été sages de se rendre, les invitant à embrasser les vérité du Warp et à forger un nouvel âge. Il leva sa griffe massive et la pointa vers un adepte sur une estrade antigrav, lui demandant si il lui faisait allégeance. L’adepte fut trop lent à répondre, et fut abattu par Abaddon, ce qui provoqua un sentiment de peur qui poussa la foule à se soumettre devant le Maître de Guerre. Cawl baissa la tête penchée et la releva pour s’apercevoir que le Maître de Guerre avait les yeux fixés tout droit vers lui. Se rappelant d’un ancien proverbe de Terra qui voulait que les yeux fussent une fenêtre sur l’âme, Cawl vit derrière le visage d’Horus une chose qu’il ne pourrait jamais servir tout en assurant Horus de sa loyauté. Puis Lupercal promit la mort à ceux qui le trahiront avant remonter à bord de son aéronef et partir rejoindre sa flotte qui se concentrait à Trisolian.

N’ayant nullement le désir de servir le monstre qu’était Horus, et sincèrement Loyaliste envers l’Imperium et l’Empereur, Belisarius Cawl prit congé sans y être autorisé et indéfiniment, ayant bien l’attention de filer à l’anglaise. Il retrouva Friedisch Adum Silip Qvo à qui il annonça son l’attention de s’enfuir en volant l’appareil de la Domina Aspertia, un appareil petit et rapide, à capacité Warp. Cette volonté de fuite s’expliquait par le fait qu’il avait appris que des scanners à longue portée avaient repérés la Légion des Space Wolves, menée par le Primarque Leman Russ en personne, et qu’elle fonçait vers Trisolian afin de s’en prendre à Horus et l’éliminer. Bien que le Maïtre de Guerre semblait sur le point de triompher, Cawl considérait qu’il fallait lui résister au nom de principes supérieurs. Apeuré, Friedisch accepta de le suivre et ensemble, les deux amis filèrent à travers l’Heptaligon vers un dock privé gardé de la station Septa.

Entre temps, la flotte des Space Wolves arriva et entama une bataille spatiale brutale afin de mener un abordage de masse d’une horde de Loups sur le Vengeful Spirit, le navire d’Horus, Russ en personne menant l’assaut. Les Space Wolves affrontèrent notamment des Automates de Bataille issus de Trisolian dans les entrailles du navire tandis que Leman Russ se traçait un chemin vers Horus pour l’affronter. Le vaisseau de commandement d’Horus se trouvait amarré à l’Heptaligon qui fut donc au cœur de la tourmente. Cawl et Friedisch, en plus du Serviteur Tez-Lar pour les protéger, étaient à mi-chemin lorsque la bataille démarra, l’Heptaligon étant envahie et ravager par les Space Marines, coupant leur chemin vers le vaisseau. Belisarius Cawl vit dans l’espace le vaisseau amiral de Russ, le Hrafnkel aux prises avec le Vengeful Spirit et comprit alors qu’au vu des effectifs réduite de la VIe Légion, que la stratégie de Russ était une tentative d’assassinat, et non une volonté de victoire. Il décida, subitement, de changer d’itinéraire et se dirigea vers le centre de commandement où la Domina était enfermée dans un cocon de branchements la reliant directement aux forces cybernétiques de Trisolian. Là, il annonça à sa maîtresse avoir abandonné son poste avant de sortir un objet orbiculaire, y basculer l’unique interrupteur qui s’y trouvait et de le lâcher par terre. Cet objet qu’il avait fabriqué lorsqu’il avait constaté les faiblesses dans le réseau de données de Trisolian, avait à l’origine pour but de démontrer comment il risquait d’être compromis de l’intérieur. Grâce à lui, Cawl neutralisa la suite de commandement d’Aspertia, et libéra ses Skitarii tout en tuant ces technomanciens aberrants. Une rafale de codes de subversion méticuleusement arrangés avait jaillit du cogitateur qui se trouvait de l’objet à l’intérieur et immédiatement, les adeptes crièrent, convulsèrent dans leurs sièges de commande et tombèrent inertes ; les Skitarii perdirent leur raideur lorsque les décharges de données leur rendirent leurs fonctions autonomes. Puis Cawl désigna la Domina Hester Aspertia Sigma-Sigma comme renégate qui combattait la Légion Loyaliste des Space Wolves aux côtés du Maître de Guerre, l’infosphère qu’il avait lâché révélant cette vérité à tout ceux présents dans la pièce. Il projeta dans l’esprit des Skitarii un paquet de données constitué des preuves accablantes de la trahison de la Domina, ces derniers levant alors leurs armes vers leur ancienne maîtresse. Avec Cawl, ils abattirent Hester Aspertia Sigma-Sigma sans aucun autre forme de procès, et tout ceux qui avait été sous la domination de la Domina pouvait librement combattre les Traîtres, ce qui aida les Space Wolves qui constatèrent, surpris, le retournement de certaines troupes du Mechanicus contre les Space Marines renégats.

Puis le Serviteur Tez-Lar s’empara du cadavre d’Aspertia, tandis que Cawl prit l’un des cylindres contenant un clone embryonnaire enfermant tout ce que la Domina avait jamais appris avant de détruire les autres. Ainsi, il avait bien l’attention d’assimiler tout ce savoir afin de devenir un général de premier ordre.

Après un chemin semé d’embûche, Cawl et Friedisch Adum Silip Qvo atteignirent le hangar secret d’Aspertia qui accueillait son transport personnel, le Silencia, un petit vaisseau, mesurant moins de cent mètres d’un bout à l’autre. Mais à l’intérieur de sa modeste coque étaient condensés tous les équipements nécessaires au voyage Warp. En pénétrant à l’intérieur ils trouvèrent un Navigator dans une bulle de suspension fermée sur le pont supérieur, en train de dormir. Belisarius Cawl se mit à tenter de piloter le vaisseau, connaissant très bien la théorie du pilotage, mais pas la pratique… Il expulsa la navire du hangar sur le point d’être détruit, activa les dispositifs furtifs et s’enfuit loin de Trisolian après avoir constaté la retraite des Space Wolves qui emmenaient le corps blessé du Roi-Loup après son échec pour éliminer Horus.

Puis il alla réveiller le Navigator pour lui faire comprendre la situation avant de plonger dans le Warp.[8]

La Rencontre avec Ezekiel Sedayne[modifier]

Dans le Warp, étrangement calme, à l’intérieur du Silencia, Cawl, qui tenait toujours le cylindre d’Hester Aspertia Sigma-Sigma, discuta avec Friedisch, et s’excitait à l’idée d’acquérir le génie stratégique de son ancienne maîtresse. Il lui avoua avoir été un des rares élèves du célèbre Magos-ascète Diacomes de Gestus Decorum et expliqua à son ami les recherches de son ancien maître.

Puis sans prévenir, le Silencia quitta le Warp, en orbite au dessus du Monde-Forge de Ryza. Ne pouvant se permettre de perdre le cylindre d’Hester Aspertia Sigma-Sigma, il le fourra dans un compartiment dissimulé dans son ventre, amélioration qu’il s’était fabriqué durant les semaines de voyage dans le vaisseau. Le Silencia fut la cible de tirs malgré les tentatives de Cawl qui proclama sa fidélité envers l’Imperium à travers le réseau vox. Puis les Boucliers Void du vaisseau ont flanché tandis que le Navigator avait pris place dans sa capsule de secours et s’était éjecté. Mais le Silencia fut abordé par une équipe de Navatoi et trois cyborgs de l’Adeptus Mechanicus vêtus de combinaisons spatiales militaires et de l’orange sanguin du Monde-Forge de Ryza entrèrent sur le pont de commandement, armés. Sans aucune autre forme de procès, ils tirèrent sur les deux camarades avec des rayons paralysants. Friedisch s’effondra au sol mais pas Cawl grâce à son noyau non-standard qui fut assimilé à une technologie du Mechanicum Noir. La solution fut vite trouvée, et Cawl reçut la crosse d’une carabine sur le visage qui lui brisa le nez.

Il fut conduit devant un Actuaire-Judicium sur Ryza, un cerveau, flottant dans un fluide légèrement lumineux avec de multiples pseudo-mains mécaniques, des yeux d’un vert époustouflant et qui flottaient dans du liquide, ancrés à l’avant du cerveau par des nerfs optiques soigneusement conservés. Cawl était enchaîné à une chaise dans une salle d’interrogatoire et écouta l’Actuaire-Judicium qui lui montra une image d’hololithe apparaissant via un Servocrâne, celle d’un membre du Culte Destructor des Myrmidons. Belisarius Cawl le reconnu pour être un membre du clade myrmidon sur Trisolian, et avec qui il avait combattu dans les agrichamps, avant qu’Hester Aspertia Sigma-Sigma ne trahisse et en offre le contrôle au Maître de Guerre. L’Actuaire-Judicium lui apprit que ce Myrmidon se nommait Theodulus Pallisar, possédait le rang élevé de Cultiste-Hiérophante au sein des confréries destructor et était un héros de guerre Loyaliste. Pallisar avait été contacté par Ryza et il avait confirmé que Cawl était un Loyaliste, se portant garant de lui. Ainsi, Belisarius Cawl fut libéré dans un nouvel Imperium qui avait vu la défaite d’Horus Lupercal.

Il retrouva Friedisch qui avait été enfermé dans un bloc cellulaire commun surpeuplé de la lie du Mechanicus et le libéra. Lâché sur Ryza avec son ami et son Serviteur Tez-Lar, Belisarius Cawl fut engagé par le Monde-Forge pour évaluer les installations de production de protéine de Gamma-Kappa, le pire secteur de la planète où des réfugiés se pressaient contre lui et Friedisch. Ces malheureux venus des quatre coins de l’Imperium en ruine imploraient d’avoir un peu d’eau. Mais il n’y avait plus d’eau et Cawl leur demanda de partir afin de pouvoir mener un recensement afin qu’ils soient correctement approvisionnés. Puis une vingtaine d’hommes surgit de la foule, des soldats vétérans de l’Imperium qui encerclèrent Cawl, son ami et son Serviteur. Leur chef exigea de l’eau, désespéré mais dangereux. Il ordonna à ses hommes de tuer Cawl mais fut abattu sur le champ par ce dernier, ce qui provoqua une émeute sanglante dans laquelle Belisarius Cawl faillit finir écraser par la horde affamée. Il ne dut son salut que par l’intervention de guerriers lourdement augmentés qui massacrèrent des dizaines d’émeutiers, dirigés par une femme non augmentée. Cette femme le recherchait spécifiquement et ils sortirent des quartiers sordides des réfugiés, dans les plus hauts niveaux de Ryza. La femme - qui méprisait le Culte Mechanicus et ses serviteurs comme Cawl - lui expliqua qu’elle était l’Altrix Herminia, envoyée par le Seigneur Généticien, le Directeur Ezekiel Sedayne, un grand scientifique Terran qui avait servi l’Empereur en personne et travaillé sur la Carapace Noire des Space Marines. Ordre lui avait été donnée d’emmener Cawl sur Terra afin de rencontrer Sedayne qui avait une proposition à lui faire. Belisarius Cawl accepta - bien que forcé par les soldat de l’Altrix -, à la condition que son ami Friedisch vienne aussi.

Après des mois de voyage dans le vaisseau de l’Altrix, Cawl arrivèrent dans le Système Sol et vit sur pont d’observation son monde natal, Mars, en ruine suite à sa reprise par le nouvel Adeptus Mechanicus - héritier du Mechanicum - de la Planète Rouge, bien que des combats contre les renégats ravageaient encore certaines zones. L’Altrix lui annonça qu’elle voulait qu’il voit toutes ces destructions et tout ce savoir perdu afin que lorsqu’il rencontrerait Seydane, il comprenne que le savoir était précieux. En arrivant sur Terra, Cawl constata les ravages qu’avaient subi le Monde-Trône, la planète blessée, grise et noire, privée des efforts de rajeunissement entamés par l’Empereur, ses cités n’étaient plus que des tas de décombres fumants et les gens, où qu’ils aient survécu, étaient sonnés. Il arriva dans ce qui restait du Palais Impérial, vers un gratte-espace d’Outre-Gryphonia, non loin des restes du Rempart de Celantine. Le bâtiment se dressait au sein d’une désolation formée des os de ses frères et sœurs et bien qu’il tenait encore debout, les niveaux inférieurs offraient un dédale de murs éventrés et de cavernes artificielles béantes. Entrant dans un étage élevé qui semblait intact, mais dont les couloirs accueillaient les vents himalasiens glacés et capricieux, Cawl, avec son ami à ses côtés, rencontra, dans une suite dont la pièce principale était gigantesque et opulente, le Directeur Ezekiel Sedayne, le technologue et le scientifique des cadres de recherche internes de l’Empereur du département biotechnique. Sedayne était alors un vieillard aux portes de la mort, et il reçut les deux martiens avec politesse. Il expliqua à Belisarius Cawl qu’il l’avait fait venir car il avait été l’élève de Diacomes de Gestus Decorum, qui avait été un de ses collègues autrefois. Il lui proposa de "partagé" ses connaissances, lui qui a été celui ayant rendu possible la Carapace Noire des Space Marines, l’élément le plus important qui constituait l’anatomie Astartes, dotant les transhumains de senseurs neuraux et de points de transfusions percés à travers cette même Carapace Noire, offrant des connexions artificielles reliées à des parties spécifiques de l’Armure Énergétique. Cawl déclina immédiatement, comprenant que Sedayne voulait tout simplement transférer dans son corps sa personnalité et son esprit en utilisant les procédés de Diacomes : la greffe directe de conscience, via connexion machinique par l’intermédiaire de l’infosphère entre un esprit à l’autre. Belisarius se doutait que son esprit serait balayé, doublé d’une haute probabilité de mort ou de folie pour le nouvel être créé, qui ne sera plus lui, sans compté que Diacomes n’avait jamais réussi à maîtriser la technologie de transfert. Il connaissait suffisamment le procédé pour savoir que l’esprit du donneur réprimait et finissait toujours par supplanter celui de l’hôte.

Belisarius Cawl et l’Empereur de l’Humanité[9]

Une fois le transfert de la personnalité d’Ezekiel Sedayne dans son corps, Belisarius Cawl a acquis tous les souvenirs du défunt Directeur, et l’un d’eux fut des plus étranges. Cawl se vit à la place de Sedayne lorsque celui-ci servait le Maître de l’Humanité, revivant une scène de la vie du Directeur des décennies avant le transfert de personnalité. Il était dans des montagnes, sur Terra, prêt du parapet d’un pont aux côtés de l’Empereur Lui-même qui portait une tenue blanche de scientifique. Le Maître de l’Imperium alors ne l’appela pas Ezekiel Sedayne mais bel et bien Belisarius Cawl ! L’Empereur avait su des décennies avant, qu’un jour, Cawl connaîtrait le transfert qui lui offrirait les souvenirs de Sedayne et avait profité de cette connaissance pour lui parler à travers son ancien directeur scientifique. À cette époque, le véritable Ezekiel Sedayne n’avait pas compris pourquoi l’Empereur l’avait appelé ainsi, le Maître de l’Humanité se contentant de dire qu’il s’appelait Sedayne "pour le moment".

Les affres du temps compliquaient la mémorisation du futur, et des souvenirs échappaient encore à Belisarius Cawl qui demanda à l’Empereur si ils faisaient alors connaissance, ce dernier lui répondant qu’ils se connaissaient depuis longtemps via les souvenirs de Sedayne, ou que leur rencontre se passait à tout moment, à aucun moment ou à un moment passé car rien n’arrivait jamais, pas vraiment en tout cas, car tout était oublié… Perdu, Cawl se demanda s’il s’agissait d’un rêve dans un rêve, d’un rêve dont il se rappelait, ou était-ce vraiment arrivé, exprimant ouvertement son agacement devant les réponses gnomiques de l’Empereur qui ria de bon cœur, affirmant qu’Il aimait bien Cawl dont le devoir était de devenir important, mais pas populaire. Le Maître de l’Humanité lui annonça qu’Il aura besoin de lui et qu’un jour, il pensera l’avoir trahi alors que non, lui faisant comprendre qu’il devait toujours continuer son "grand œuvre". L’Empereur promit que si la prescience n’était pas un ami fidèle, un jour, elle le touchera avec une clarté saisissante.

Belisarius Cawl s’apprêtait alors à partir quand Sedayne pointa une arme vers lui, le forçant à rester à sa place. Le Directeur Sedayne prétendit avoir perfectionné les techniques de Diacomes et qu’il avait choisie Cawl pour la simple et bonne raison qu’il bénéficiait d’altérations de son mémo-noyau qui lui avaient été recommandées par Diacomes, sans compter qu’il était le dernier survivant des onze apprentis que le Magos avait jamais accepté. Cawl était donc parfait avec ces altérations du mémo-noyau en plus d’être instruit et intelligent. Belisarius Cawl se doutait que Sedayne avait menti sur le perfectionnement de la technique, ce dernier l’avouant avec regret tout en lui promettant qu’il vivra en lui. Puis le Directeur ordonna à l’Altrix d’abattre Friedisch qui reçu un Bolt dans le ventre. Alors que son ami agonisait, Cawl accepta la proposition de Sedayne qui lui promis d’agir rapidement pour sauver Friedisch une fois le transfert effectué. Il donna sa parole à Cawl.

Ils s’installèrent chacun sur un lit articulé en acier massif avec des liens en acier pour la taille, la gorge, les chevilles, les poignets et la poitrine. L’Altrix Herminia attacha Cawl et fit s’enfoncer des filaments dans son mémo-noyau au niveau du crâne. Une sonde fut ensuite enfoncée dans l’interface de Sedayne, similaire à l’implant peu orthodoxe de Cawl. Puis la machine s’activa et Cawl et Sedayne fusionnèrent, s’embrassèrent et luttèrent tels des courants et des concurrents pris dans une mer turbulente, indivisibles mais clairement en guerre, un paradoxe en devenir. Ils virent chacun ce que l’autre voyait, et ressentirent tous deux ce que chacun ressentait. Les technologies proscrites de Diacomes, introduites dans les machines de la pièce, ronronnaient et vrombissaient, en appelant à la dimension du Warp. Cawl comprit alors qu’il ne s’agissait pas d’une simple fusion d’esprits, mais d’une réunion d’âmes. En conséquence, il sentit, comme Sedayne sentit, une montée en puissance accompagnée d’une diminution d’individualité. L’étendue du savoir et de l’expérience de Sedayne était telle que l’esprit de Cawl fut bientôt submergé par celui du Directeur.

Finalement, Sedayne reprit conscience dans le corps de Cawl et fut libéré par l’Altrix de ses liens. Il ordonna qu’on lui redonne son arme, qu’on lui prépare un bon repas et que les gardes partent. Puis au nom de sa promesse, il ordonna de sauver Friedisch mais l’Altrix Herminia annonça qu’il était mourant et que la plupart de ses organes internes étaient détruits. Il exigea qu’on lui amène une cryo-flasque pour sauver la tête du mourant tout en se mettant à genoux prêt du corps du martien agonisant, lui expliquant qu’il s’était transféré dans le corps de Cawl. Friedisch refusa alors son aide, ne voyant en lui que le meurtrier de son ami. Sedayne lui demanda si Cawl était véritablement un ami pour lui, ce que confirma Friedisch bien qu’il qualifia Cawl d’être exaspérant, égoïste, égocentrique et arrogant qui pensait toujours avoir raison, mais qui était un véritable ami.

Alors Sedayne, amusé, lui fit un clin d’œil avant d’avouer à l’Altrix Herminia qu’il était Belisarius Cawl et que la personnalité de Sedayne n’avait pas pu écraser la sienne. Il arracha la tête de l’Altrix Herminia d’un tir de son pistolet pour venger son ami assassiné. Puis urgemment, il ordonna que la cryo-flasque arrive et qu’il sauvera d’une certaine manière Friedisch Adum Silip Qvo…[10]

Le Projet Primaris[modifier]

« L’Omnimessie connaît mon œuvre, même si les autres restent aveugles à mon génie »
- Archimagos Belisarius Cawl.
Le Zar Quaesitor[11]

Le Zar Quaesitor est un énorme vaisseau rouge, un navire comme nul autre, une des rares Arches Mechanicus d’exploration, un mastodonte parmi les siens, une imposante cité spatiale, hérissée d’armes, qui renfermait sous son enveloppe d’adamantium des laboratoria industriels et de recherche qui faisaient jeu égal avec ceux d’un Monde-Forge. Il arborait fièrement son nom en hiérofonte de Lingua Technis et fut le foyer et complexe de recherche de Belisarius Cawl. Pendant prêt de dix mille ans, fut enfermé de nombreux Space Marines Primaris en stase dans les soutes du Zar Quaesitor.

La fin de l’Hérésie d’Horus ouvrit l’Âge de l’Imperium, sous la direction du Primarque des Ultramarines, Roboute Guilliman, devenu Seigneur Commandeur de l'Imperium. Quelques années avant que Guilliman ne soit mortellement blessé par son frère félon Fulgrim et qui le verra mit en stase sur Macragge pour les prochains millénaires, il avait convoqué Belisarius Cawl. Les mémo-engrammes de Cawl datant de cette entrevue sont aujourd’hui érodés et incomplets, mais toutefois, Cawl pensait se souvenir que le Fils Vengeur avait vu en lui l’artisan de grands changements à venir. Le Primarque lui avait confié une mission pour laquelle il serait richement récompensé en connaissances que seul Guilliman pouvait lui fournir. Le Primarque des Ultramarines avait prédit la nécessité d’une nouvelle génération de l’Adeptus Astartes et il demanda à Cawl de se mettre à l’œuvre, en lui fournissant du matériel génétique parcellaire récupéré dans les antiques banques biologiques de l’Empereur sur Terra.

Belisarius Cawl reçut alors le Sangprimus Portum, un recueil de toutes les informations relatives à la création des Primarques, la plus grande œuvre de l’Empereur ! Cawl avait pour ordre d’utiliser les informations qu’il contenait pour créer une espèce de Space Marines supérieurs mais eut l’interdiction expresse de ne pas produire des Astartes issus des lignées génétiques des Primarques déchus, bien que Cawl croyait que les dix-huit lignées génétiques jouaient un rôle dans un plan sacré, et que ce plan ne fonctionnerait correctement que si tous ces éléments étaient employés. Il reçut aussi pour tâche de s’assurer de la résurrection de Guilliman si celui-ci venait à tomber au combat, ce qui arriva finalement.

« Je te rends plus fort. Je fais de toi un digne serviteur de l’Omnimessie. Un jour, tu me remercieras, Decimus. Pas aujourd’hui, je le sais, et j’en suis désolé, mais tu y viendras, et un jour peut-être, toi et moi serons amis. »
Belisarius Cawl honorera son pacte avec Guilliman et il passera dix millénaires à perfectionner les nouveaux guerriers suprêmes de l’Adeptus Astartes : les Space Marines Primaris. Les Primaris dormirent dix millénaires dans des caissons de stase en nombre quasiment infini dans la soute du Zar Quaesitor, période durant laquelle Cawl continua à améliorer leur développement. Bien que leur situation ne différât jamais, ils changèrent physiquement à chaque fois qu’il ressortait de la capsule, devenant plus grand et plus fort.

Les détails des expériences menés par Belisarius Cawl sont inconnus, mais il a fait testé et enlevé des milliers d’enfants dans tout l’Imperium pour en faire de nouveaux Primaris dans ses laboratoires martiens et son vaisseau qui lui servait de laboratoire. Un de ces jeunes enfants se nommait Decimus Androdinus Félix, un futur Space Marine Primaris des Ultramarines qui, comme les autres, subira les terrifiantes expériences de Cawl au sein du Zar Quaesitor. Un jour Félix s’échappera avant de se faire rattraper dans les couloirs du navire, et développera une haine envers Cawl pour les supplices qu’il lui infligera au cours des années suivantes. Cawl lui promis, qu’un jour, la douleur s’évanouirait, et chaque fois qu’ils s’entretenaient au fil des millénaires, il renouvela sa promesse que Félix finirait par devenir un grand serviteur de l’Empereur. Comme Félix, la vie des Space Marines Primaris n’était que période de sommeil en stase qui accouchait de nouveaux tourments. Néanmoins, Belisarius Cawl développera pour Félix un vrai sentiment de paternité et l’aimera comme un fils.

Finalement, après dix millénaires de labeur Cawl créa une véritable Légion de Space Marines Primaris. Le test des souches génétiques des Primaris révélera un taux de mutation déviante inférieur à 0,001 % par génération sans compter que Cawl créa trois nouveaux implants conçus pour les Space Marines : les Tendons Hélicoïdaux qui renforçaient la force par des câbles duramétalliques en spirale capables de se contracter avec une force incroyable, le Magnificat, un lobe de la taille d’un pouce greffé au cerveau et secrétant des hormones qui dopaient la croissance corporelle tout en améliorant le fonctionnement des organes, et surtout la Fournaise Belisarienne, un organe dormant reliant les deux cœurs et produisant des substances chimiques qui agissaient comme des drogues de combat tout en aidant à la régénération des tissus, des os et des muscles. Les recherches de Cawl mirent également à jour des défauts particulièrement dangereux parmi les lignées génétiques des Blood Angels et des Space Wolves, aux tares les plus prononcées et plus profondément implantées. Cawl avait corrigée ces tares dans le patrimoine génétique et les Primaris issus de ces lignages ne montraient aucun signe de régression vers des états d’instabilité préalables, qu’il s’agisse des nouveaux Chapitres constitués exclusivement de ce nouveau type de Space Marines, ou au sein des Chapitres préexistants. Cependant, Cawl ne sembla pas vouloir éliminer entièrement les traits les plus singuliers de certaines lignées car ces particularités faisaient partie de la vision originelle de l’Empereur et sont, en tout état de cause, cruciales à leur bon fonctionnement.

Arkhan Land[12]

Belisarius Cawl connaîtra le très célèbre Technoprêtre Arkhan Land, ayant vécue durant la Grande Croisade et l’Hérésie d’Horus. Il se souviendra notamment que Land n’était jamais content du nom donné à son char d’assaut, crée à partir de sa découverte du SCS lié, le Land Raider, qu’Arkhand définissait comme le Land’s Raider, ou Raider de Land dans le dialecte de l’Ancienne Albia.

En parallèle, il innovera pour créer des armes spécialisées, ainsi que de véhicules et des équipements révolutionnaires, notamment l’Armure Mark X - hautement configurables, et pouvant être modifiées en fonction des besoins sur le champ de bataille tel que la variante Mk X Tacticus que porteront entre autres les Intercessors, l’Armure Mk X Phobos, plus légère et simplifiée et la variante Mk X Gravis, plus encombrante mais permettant au Space Marine de braver les pires grêles de tirs et de s’en sortir indemne - et le Char Repulsor, né du désir de Cawl de créer un transport digne de ses Marines Primaris - un véhicule capable de frapper soudainement et inlassablement jusqu’à la victoire et donc conçu pour traverser presque tous les terrains, même les flots de lave en fusion ou des lacs d’acide, grâce à de robustes générateurs antigravs qui le font léviter. Il innovera aussi pour les Dreadnoughts avec la création du Dreadnought Redemptor, une machine imposante et surchargée, alimentée par des réacteurs hyper-dense et des faisceaux de fibres servo-actionnées. Ces nouveaux marcheurs pouvaient courir aussi vite qu’un char lancé à vive allure sur de courtes distances, afin d’enfoncer un blindé avant que l’ennemi ne puisse réagir à sa présence terrifiante. Il a également inventer l’Aéronef Overlord, un redoutable véhicule utilisé par les Spaces Marines. Enfin, Belisarius Cawl travaillera à expérimenter et à améliorer des prototypes afin de créer le Bolter d'Assaut, une version de poing du Bolter Lourd qui en dépit de sa courte portée, jouissait d’une cadence de tir et d’une puissance de pénétration considérables, tandis que son recul était absorbé par un bouclier magnétique intégré.[13]

Une Forme Monstrueuse et de Nombreuses Personnalités[modifier]

Durant les millénaires qui s’écoulèrent, Cawl devint un amalgame cauchemardesque de chair et de fer enveloppé de rouge martien. Des millénaires d’améliorations obsessive ont fait de lui un être grotesque, dont la silhouette voûtée domine de plusieurs têtes un homme de grande taille. Avec les dizaines d’améliorations prosthétiques qu’il adoptera, il est ironique que Belisarius Cawl ne ressemble plus du tout un à être humain, lui qui avait défendu l’apparence humaine durant sa jeunesse…

En plus de son changement physique, Cawl conservera les souvenirs d’Ezekiel Seydane et de la Domina Hester Aspertia Sigma Sigma, les sentant toujours enfouie en lui ainsi que quelques autres personnalités qu’il absorbera au fil des millénaires. Néanmoins, sa mémoire sera criblée de nombreux trous, Cawl connaissant une série de fugues caractérisée par un accès aléatoire à des bribes de mémoire ou, pour être plus précis, il avait perdu des réalignements de sa conscience présente sur des bribes de son passé. Cawl a subi un lavage de cerveau aux mains de ses ennemis une fois au moins, probablement deux, et bien qu’il conserve des données exhaustives dans ses mémonoyaux internes, il dois vider sa mémoire tous les cinq siècles environ en raison des limites de stockage de sa structure physique. Au final, une partie de ses souvenirs sont perdus, d’autres ont été détruits, et d’autres encore lui ont été volés. Malgré ses efforts pour conserver ses expériences, et son savoir, il a échoué et son existence n’est plus qu’un livre incomplet, même pour lui, qui en est l’auteur.[14]

La Treizième Croisade Noire[modifier]

Lors de la Treizième Croisade Noire en 999.M41, Belisarius Cawl avait atteint l’illustre titre d’Archimagos de l’Adeptus Mechanicus. Alors qu’Abaddon le Fléau, l’héritier d’Horus et le plus puissant des Seigneurs du Chaos, mena son ultime Croisade Noire contre Cadia, le Monde-Forteresse surveillant l’Œil de la Terreur, déclenchant un conflit cataclysmique entre les Space Marines du Chaos et l’Imperium, Cawl menait une flotte du Mechanicus, avec pour navire amiral l’Arche Mechanicus Iron Revenant.[15]

La Chute de Cadia[modifier]

Belisarius Cawl menant ses forces contre les Traîtres durant la Treizième Croisade Noire.
L’Archimagos avait quitté Mars lorsque une Prophète des Ombres, une Arlequin du nom de Sylandri Marchemonde, apparue dans sa forge alors qu’il s’affairait sur l’œuvre de sa vie. Elle l’avait poussé à quitter la Planète Rouge pour emmener sa précieuse cargaison jusqu’à sa destination en lui déclarant que l’heure de sauver Roboute Guilliman était venue. En effet, comme il l’avait promis au Primarque, Cawl avait forgé une armure capable de le ressusciter et de le maintenir en vie malgré la blessure mortelle que son frère Fulgrim lui avait faite. Plaçant l'armure dans un reliquaire, il quitta Mars.

Mais il se détourna de son chemin lorsque naquit en lui un intérêt pour le monde d’Eriad VI, intérêt né suite à un rapport venant d’un vaisseau explorateur, le Wayward Eye, qui avait effectue un saut de rapatriement d’urgence dans le système Eriad. Le capitaine du Wayward Eye avait alors découvert que la surface d’Eriad VI avait subi des bombardements intensifs et que des investigations au sol avaient révélé que ce bombardement avait mis à jours des fragments technologiques d’origine inconnue à la surface du continent septentrional, ce qui suggéraient la présence d’autres secrets enfouis dans le sol.

Cawl s’empressa de se rendre sur Eriad pour découvrir ces secrets car bien qu’il ai passé l’essentiel des dix derniers millénaires à travailler sur Mars, l’attrait de nouvelles fouilles archéotechnologiques était devenu trop fort pour lui. À la tête d’une importante force militaire du Mechanicus, l’Archimagos a établi une base de recherche au milieu du continent septentrional et commença un minutieux travail de récupération et de recherche, découvrant des artefacts de tailles variables.

Mais une flotte d’Orks sous les ordres du Big Mek Gangrek, arriva dans l’orbite d’Eriad VI. Sa flotte fut détruite par l’armada de Cawl mais le Big Mek se téléporta avec des troupes à la surface de la planète à temps, ses Boyz s’adaptant rapidement et parvenant même à se multiplier. Les Xenos commencèrent à attaquer la base de Cawl, volant des pièces détachées et des épaves qu’ils s’empressaient de combiner avec les débris de leurs navires qui étaient tombés sur les étendues désertiques de la planète. Cawl fut obligé d’abandonner momentanément ses recherches pour prendre le commandement de ses troupes, affrontant les Xenos et carbonisant Gangrek lui­-même avec son Atomiseur Solaire.

Néanmoins, il restait des milliers d’Orks, et l’Archimagos décida d’abandonner ses fouilles. Mais avant cela, il s’aventura une dernière fois dans les tunnels, découvrant une surface noire et lisse, se jurant de revenir. Mais il sentit la présence d’un intrus au dernier moment. C’est alors qu’apparu devant lui Sylandri Marchemonde qui lui conseilla de continuer à creuser avant de disparaître soudainement dans un éclair de lumière. Intrigué, Belisarius Cawl continua à creuser bien que la logique lui dictait de partir, ses troupes souffrant contre les Orks. Mais le mystère l’appelait et réveillait en lui des émotions engourdies par le passage des millénaires et ses nombreuses augmentations cybernétiques. Il poussa les foreuses dans leurs derniers retranchements, découvrant des fragments de plus en plus gros, ceux d’artefacts qui étaient non seulement antérieurs à l’Humanité, mais aussi à la plupart des autres formes de vie de la galaxie. Travaillant des heures, il apercevait de temps en temps Marchemonde qui le surveillait depuis les ombres.

Finalement, alors que ses Skitarii battaient en retraite à l’intérieur du dernier périmètre défensif, Cawl atteignit son but en mettant à jour une vaste caverne naturelle en crevant son plafond. Il vit une immense structure de pierre noire, un monolithe d’un peu plus de deux cent cinquante mètres de haut, et autant de largeur. C’était un Pylône, le même que ceux qui se trouvaient sur Cadia, d’origine Nécron et dont la matière noire était de la Sombreroche. Encore à cette époque, le but des Pylônes étaient inconnus mais en consultant ses archives, l’Archimagos comprit qu’Abaddon le Fléau avait bombardé Eriad VI et plus précisément le Pylône de ce monde durant la 4e Croisade Noire. Cela n’avait pas de sens car ce monde était inhabité, à moins que l’objectif de cette attaque entrait dans un schéma plus large. Cawl inspecta alors ses archives d’anomalies technologiques et les corréla avec celles sur les Croisades Noires et il constata que les mondes de Corolis, de Belaston ou Vogrid II avaient subis le même genre de bombardement et possédaient toutes des Pylônes. Soudain il eut l’illumination : les Pylônes refrénaient le Warp et en les détruisant, le Fléau était en train d’ouvrir peu à peu la réalité au Royaume du Chaos ! Marchemonde apparu de nouveau et fit comprendre à Belisarius Cawl que si les Pylônes de Cadia étaient détruits, la galaxie serait dévorée par les Dieux Sombres.

Cawl mit le cap vers Cadia qui était alors engagé contre les armées du Chaos, dans l’espace et au sol. Il rejoignit la surface et rencontra le chef menant la résistance, le Castellan Ursarkar E. Creed, le prévenant du danger qu’il avait découvert sur Eriad VI, au cours d’un conseil de guerre tenu dans le bastion de commandement en ruine de Kasr Kraf. Peu de ceux présents lors de cette réunion comprirent en détails les paroles de l'Archimagos, mais ils saisirent l’idée effrayante que les ténèbres qui s’étendaient au fil des millénaires, que les tempêtes Warp de plus en plus fréquentes et que l’obsession d’Abaddon pour Cadia s’expliquaient par sa volonté d’ouvrir une faille entre le Materium et l’Immaterium. Mais Cawl était persuadé que les Pylônes étaient aussi la clé de la victoire et qu’il fallait en priver Abaddon.

Alors que le conflit gagnait en intensité, l’Archimagos pénétra dans les catacombes de Cadia, sous les racines des Pylônes, et chercha à découvrir les secrets à l’aide d’outils variés pour analyser, en vain, la Sombreroche qui résistait à toute tentative d’intrusion. Puis apparue derrière lui un seigneur Nécron, Trazyn l'Infini, qui aidait discrètement les forces impériales pour empêcher la victoire du Chaos. Il lui offrit son aide, ce que Cawl accepta malgré le fait que Trazyn était à ses yeux une abomination contre le Dieu-Machine. Il se vit offrir le moyen d’activer le Pylône qui servait de relais à tous ceux présents sur la planète. Mais c’est alors qu’Abaddon le Fléau, se téléporta dans la caverne à la tête de Space Marines du Chaos, afin d’atteindre les Pylônes et les détruire. Un combat désespéré débuta entre les Space Marines du Chaos, les Gardes Impériaux, les Sœurs de Bataille et les nombreuses troupes impériales libérés par Trazyn - qui les avait enfermé dans un Dédale Tesseract pour sa "collection". Cawl élimina avec son Atomiseur Solaire un Gardien des Secrets apparu via une faille crée par les Sorciers du Fléau. Puis il activa le Pylône qui commença à chasser l’Immaterium, neutralisa les Psykers, bannit les Démons et commença même à refermer l’Œil de la Terreur. Jouant le tout pour le tout, Abaddon se téléporta sur le Vengeful Spirit, son navire amiral depuis la mort d’Horus Lupercal, et envoya la carcasse d’une Forteresse Noire qui avait été détruite durant les combats dans le vide. Lorsque la Forteresse Noire percuta Cadia, elle détruisit de nombreux Pylônes et mit fin à la tentative de Cawl de refermer l’Œil de la Terreur. Cela enragea l’Archimagos qui comprit que Cadia était perdue, et qu’avoir écouté Marchemonde et Trazyn - qui avait disparu - avait mit en danger son reliquaire.

Belisarius Cawl rencontrant Trazyn l’Infini.
Sous la direction de l’Inquisitrice Katarinya Greyfax et la Sainte Vivante Célestine qui avaient menés les combats contre les osts d’Abaddon, l’évacuation fut ordonné et Cawl rejoignit l’Iron Revenant, à la tête d’une flotte de survivants et protégé par la Forteresse-Monastère orbitale titanesque des Imperial Fists, Phalanx, alors que Cadia implosait. Mais Abaddon apprit alors de son Sorcier Zaraphiston que Cawl possédait un reliquaire qui allait ressusciter une légende vivante capable de guider l’Imperium contre lui. Le Fléau pourchassa la flotte impériale qui s’échappa dans le Warp. La flotte arriva dans l’orbite d’une lune gelée, Klaisus puis se se retrouva seule quand le Phalanx dut retourner sur Terra, décalant son départ pour attendre d’éventuels retardataires. Mais ce fut la Flotte Noire du Fléau qui arriva. Ayant perdu ses Champs de Geller, Cawl ne put s’enfuir dans le Warp et tenta de retarder l’abordage du Fléau qui avec le Vengeful Spirit, détruisit un par un les navires de la flotte du Mechanicus. C’est alors que Sainte Célestine prétendit avoir vu une vision leur demandant de rejoindre la surface de Klaisus. Greyfax l’accusa d’être une hérétique, mais Cawl n’écouta pas l’Inquisitrice à qui il apprit qu’elle avait le sang contaminé par les artifices des Nécrons suite à son emprisonnement durant une période dans l’antre de Trazyn l’Infini, percevant les nanomachines qui grouillaient sous sa peau. Faisant confiance à Célestine, Cawl l’écouta et dans ce qui devint la Croisade Célestinienne; il rejoignit Klaisius avec son reliquaire au même moment où Abaddon le Fléau se préparaient à l’abordage de l’Iron Revenant.

Dans le blizzard de cette planète, son reliquaire en sécurité dans un Transporteur Triaros, l’Archimagos suivit Célestine qui guida les survivants, de plus en plus convaincu que la Sainte Vivante connaissait sa mission secrète. Une poursuite s’engagea de nouveau, Abaddon débarquant sur Klaisus en envoyant tout ce qu’il avait pour éliminer les Gardes Impériaux, les Black Templars, les Sœurs de Bataille et les Chevaliers de la Maison Taranis qui constituaient la Croisade Célestinienne. Finalement, les Impériaux furent encerclés au sommet d’une montagne et alors qu’Abaddon avançait vers le dernier carré commandé par Cawl, des Aeldaris issus des armées des Asuryanis et des Drukharis apparurent, offrant les moyens de repousser par deux fois les tentatives d’Abaddon de mettre la main su le Triaros de Cawl. L’Archimagos et sa compagnie purent dépasser les rangs des Xenos et atteindre une petite vallée où se trouvait un portail sur la Toile. Cawl fut surpris par les origines diverses des Xenos car il ne se souvenait pas avoir vu auparavant autant de cultures Aeldaris différentes se battre ensemble. Deux silhouettes au milieu de l’ost Aeldari lui posèrent une énigme, une femelle Xenos portant une robe d’apparat qui semblait avoir une certaine autorité, et qui était accompagnée par un Aeldari en armure rouge : c’était Yvraine, la nouvelle Prophétesse d’un Dieu Aeldari à moitié réveillé, Ynnead, et son garde du corps le Visarch. Puis Marchemonde apparue à son tour et invita l’Archimagos à entamer des pourparlers.[16]

Dans la sécurité douteuse de la Griffe de la Harpie, le cirque naturel qui accueillait le portail de la Toile de Klaisus, Belisarius Cawl, avec Célestine et l’Inquisitrice Greyfax, parlementa avec les Xenos malgré la tension extrême entre les deux espèces, l’Archimagos ordonnant même à ses tireurs d’élite Skitarri de pointer leurs armes sur l’Autarque Meliniel qui menait les osts Aeldaris unifiés et qui s’avança avec Yvraine, le Visarch et le Grand Prophète d’Ulthwé, Eldrad Ulthran. Mais grâce à Célestine et à Yvraine, un terrain d’entente naquit car les Aeldaris souhaitaient que Cawl sauve son reliquaire afin de forger un avenir d’espoir pour la galaxie. Cawl accepta et avec la Croisade de la Sainte Vivante et les Xenos, il pénétra dans la Toile, échappant aux griffes d’Abaddon le Fléau.[17]

La Résurrection de Roboute Guilliman[modifier]

Belisarius Cawl fut l’acteur majeur qui permit l’Avènement du Primarque en ramenant un demi-dieu à la vie.
Avec la Croisade Célestinienne, Belisarius Cawl débarqua sur un monde d’Ultramar, le royaume des Ultramarines, alors envahie par des armées de Space Marines du Chaos envoyés par Abaddon le Fléau pour détruire le corps de Roboute Guilliman. Sortant d’un portail sur la Toile avec Yvraine, le Visarch, Célestine et Greyfax, l’Archimagos appris qu’il n’était pas sur le monde capitale d’Ultramar, Macragge, mais sur une planète baptisée Laphis par Yvraine, dans le système Macragge. Ils affrontèrent des Space Marines du Chaos envahissant ce monde et sous la conduite de Cawl, ils trouvèrent un avant-poste des Ultramarines et en rencontrèrent. Ces derniers acceptèrent les paroles de Sainte Célestine demandant à ce que le reliquaire de Cawl rallie Macragge au plus vite. Pénétrant dans des Stormravens qui devaient mener une mission d’interdiction aérienne contre les meutes de Heldrakes qui harcelaient les défenses de la région, l’Archimagos et ses alliés rejoignirent le croiseur Sword of Honour, qui l’emmena ensuite à Macragge où il voulait rencontrer le "Seigneur d’Ultramar" au nom d’un pacte passé autrefois.

Avec seulement Greyfax, une poignée de Black Templars, Célestine et ses Geminae Superia, et quelques uns de ses Kataphrons et Skitarii, l’Archimagos voyagea à bord du Sword of Honour sous bonne garde, en profitant pour débarrasser Greyfax des scarabées psychophages qui l’avaient infectée au cours de sa captivité chez Trazyn l’Infini. Ce processus dura plusieurs jours, et provoqua des douleurs intenses à l’Inquisitrice tandis que les cyber-parasites étaient totalement éradiqués de son sang. Il fut ensuite entraîné par Yvraine dans la soute proche où était stocké son autoreliquaire et où elle put alors lui parler en toute franchise sur comment sauver Guilliman : il devait mourir avant qu’elle ne puisse récupérer son âme grâce aux dons de son dieu, l’armure de Cawl offrant juste le moyen de le maintenir en vie. L’Archimagos Dominus accepta ce fait tout en appréhendant les conséquences de leur décision commune.

Finalement, il arriva en orbite de Macragge, la planète étant assailli par d’importantes bandes du Chaos et il fut emmené dans la Forteresse-Monastère des Ultramarines, la Forteresse de Hera à bord d’un Stormraven. Avec ses compagnons, Cawl fut accueilli le Sergent Vétéran Cassean, qui le mena dans le centre de commandement des Ultramarines où se trouvait le Maître de Chapitre Marneus Augustus Calgar et ses proches conseillers, notamment l’Archiviste Varro Tigurius. Tout le monde pensait alors que Cawl parlait de Calgar comme étant le fameux Seigneur d’Ultramar, mais ce dernier annonça qu’il ne connaissait pas l’Archimagos. Cawl parla alors de son pacte antique avec le Primarque des Ultramarines et qu’il fallait emmener son autoreliquaire - dont il refusait d’expliquer le contenu - au Sanctuaire de Roboute Guilliman. Ses paroles provoquèrent la consternation, mais Calgar autorisa les Célestiniens à amener leur autoreliquaire jusqu’au Sanctuaire de Guilliman après avoir écouté leur histoire et grâce à l’intervention de Tigurius qui soutenait la cause de Cawl. Devant le corps en stase de Guilliman qui trônait au milieu d’une bulle de lumière blanche, au fond d’une immense salle, sis sur un trône de marbre, d’or et d’adamantium, surplombés de machineries ésotériques, Calgar exigea cette fois-ci à Cawl, impatient, d’expliquer son attention. Sans révéler le secret des Space Marines Primaris, l’Archimagos expliqua qu’il avait amené une magnifique armure, l’Armure du Destin, dont les systèmes auxiliaires étaient en mesure de soigner les blessures mortelles de Guilliman. Mais quand Yvraine expliqua que pour renaître, le Primarque devait mourir, Calgar refusa net de laisser Cawl approcher son père génétique malgré les protestations de l’Archimagos qui rappela qu’il était lié par un pacte qu’il avait juré d’honorer.

Tout prit fin lorsque un Thunderhawk renégat s’écrasa dans le sanctuaire et se mit à vomir des Space Marines du Chaos, renforcés par des téléportations de Terminators du Chaos profitant de la brèche dans la structure. Une fusillade démarra et Cawl en profita pour se faufiler jusqu’à l’endroit où reposait Guilliman. Il s’affaira sur le panneau de contrôle de son autoreliquaire tandis que ses Mécadendrites allaient d’une prise énergétique à l’autre, protégé par ses Skitarri et les Ynnari, ainsi que par Tigurius qui avait eu une vision annonçant un grand bouleversement peu avant l’arrivée de Cawl. Puis, après avoir terminé, son engin en forme de dôme vrombit et s’avança, s’ouvrant comme les pétales d’une énorme fleur carnivore, englobant entièrement la forme du Primarque à l’intérieur de ses évents métalliques. Au même instant, Yvraine bondit et abattit sa lame qui trancha net le câble énergétique qui alimentait le champ de stase de Guilliman. Peu après, alors que l’Archimagos Cawl envoyait des salves d’énergie mortelles contre les rangs du Chaos tout en entonnant des hymnes en binaire pour améliorer l’efficacité des armes de ses alliés, le Primarque se réveilla et surgit du reliquaire qui s’ouvrit, avec l’Armure du Destin sur lui, déclenchant un cri de triomphe inattendu en binaire de Cawl.

Revenu à la vie, Roboute Guilliman massacra les Space Marines du Chaos qui tentaient de l’éliminer, soutenu par Cawl qui comme les autres Impériaux s’engouffra dans la brèche faites par le Fils Vengeur. Puis le Primarque mit en place une stratégie qui repoussa les Traîtres qui s’en prenaient à Macragge. L’Archimagos fut par la suite présent lorsque Guilliman fut de nouveau couronné Seigneur d’Ultramar dans le sanctum de la Forteresse d’Héra.[18]

La Croisade Terrienne[modifier]

Quatre jours et quatre nuits après le retour de Roboute Guilliman, Cawl fut nommé comme l’un de ses lieutenants afin que le Primarque puisse profiter de l’appui du Mechanicus. Le Primarque mena ensuite une brillante campagne afin de chasser définitivement les Traîtres qui pullulaient dans Ultramar avant de rassembler des forces venant de tout l’Imperium avec les Ultramarines en tête, afin d’atteindre Terra avec une immense flotte. 

La flotte de Guilliman, baptisée la Croisade Terrienne, passa près de la grande faille Warp connue sous le nom de Maelström et dans ce lieu infernal, les Impériaux furent interceptée par une Flotte du Chaos dirigée par le Primarque Démon Magnus le Rouge et sa Légion des Thousand Sons. Apprenant le retour de Guilliman, Magnus avait mené ses forces contre lui et jeta un puissant sort qui envoya la flotte de la Croisade Terrienne dans le Maelström, sans aucun moyen apparent pour lui permettre de s’échapper des griffes labyrinthiques de cette tempête Warp. Belisarius Cawl coordonna les équipes de réparation d’urgence pour consolider les vaisseaux malmenés et sauver les navires les plus endommagés de la destruction. La Croisade Terrienne erra de Mondes Démons en Mondes Démons et a subi des pertes constantes face aux assauts démoniaques. Tout se termina quand les Impériaux firent face à une autre Flotte du Chaos, cette fois celle des Space Marines du Chaos des Red Corsairs, dirigés par le Duc du ChangementKairos le Tisseur de Destins. Les forces du Chaos attaquèrent et Kairos réussi à vaincre Guilliman en utilisant ses pouvoirs psychiques. Comme le reste de la flotte impériale, Belisarius Cawl fut fait prisonnier et emmené dans une Forteresse Noire offerte en cadeau par Abaddon le Fléau aux Red Corsairs et cachée dans le Maelström. Mais par miracle, Sylandri Marchemonde, à l’aide du mystérieux Déchu Cypher, infiltra la Forteresse Noire et libéra Guilliman et ses compagnons, ainsi que Cawl qui avait été placé dans une chambre de stase. Tous suivirent Marchemonde qui leur offrit une autre voie vers Terra : par un portail de la Toile qui se trouvait au cœur de l’énorme Forteresse Noire. Au milieu des combats entres les Démons, les Astartes Hérétiques et les Impériaux renforcé par l’apparition de l’énigmatique Légion des Damnés, Cawl pénétra dans la Toile avec les derniers survivants, suivant Marchemonde.

Il émergea sur Luna, le satellite de Terra, avant de faire face à la Légion Renégate des Thousand Sons commandés par Magnus le Rouge qui avait suivi Guilliman dans la Toile dans l’espoir qu’il apparaisse sur Terra même. Un conflit démarra tandis que les deux Primarques s’affrontèrent dans un duel à mort. Cependant, des renforts arrivèrent depuis Terra, les Imperial Fists, l’Adeptus Custodes et les Sœurs du Silence, qui s’en prirent aux Marines Rubricae et aux Démons de Tzeentch. Belisarius les aida en transmettant des données de triangulations afin que les bâtiments de guerre de l’Imperium venu en renfort libérèrent un barrage précis contre l’ennemi. Il chargea avec ses troupes les Thousand Sons jusqu’à ce que Magnus le Rouge soit banni dans le portail de la Toile de Luna qui fut scellé, tandis que les Arlequins disparaissaient.

Cawl accompagna Guilliman sur Terra et arriva sue la voie processionnelle du Palais Impérial au milieu des pèlerins et des supplicateurs avec tout les autres leaders de la Croisade Terrienne. Arrivé devant la porte d’or qui menait droit vers la salle du trône du Maître de l’Humanité, un Technoprêtre s’avança en émettant quelques paroles en binaire et s’inclina devant Guilliman. Aussitôt, l’Archimagos Cawl gravit les marches et se plaça près du Primarque et échangea des paroles dans un langage codé. Puis Cawl se tourna vers le Primarque et lui annonça que ses travaux secrets étaient sur le point d’être achevés. Puis il fit volte-face et descendit les marches, suivi de son acolyte, disparaissant au milieu de la foule avant de quitter Terra et de rejoindre Mars.

Roboute Guilliman rencontrera seul l’Empereur de l’Humanité assis sur le Trône d'Or et ressortie de cet entretien en annonçant qu’il devenait le nouveau chef suprême de l’Imperium, en tant que Seigneur Commandeur.

Puis la galaxie changea, car suite à la destruction des Pylônes de Cadia, une blessure Warp s’ouvrit, coupant la galaxie en deux : la Grande Faille.[19]

Le Sombre Imperium[modifier]

Belisarius Cawl libérant de ses forges sous Mars, les Space Marines Primaris.
Devenu Seigneur Commandeur de l’Imperium, dirigeant de facto le domaine de l’Empereur, Roboute Guilliman fit face à une galaxie divisée en deux par la Grande Faille et à une offensive majeure des séides du Chaos. Le Primarque lança une vaste campagne pour reconquérir les territoires impériaux perdus et repoussa les ennemis de l’Humanité. C’est alors que l’Archimagos Dominus Belisarius Cawl entra en jeu et changement profondeur l’avenir de l’Imperium et marqua à jamais l’Adeptus Astartes dans ce qui sera sa plus grande et plus importante modification depuis le démantèlement des Legiones Astartes : la Fondation Ultima ![20]

La Fondation Ultima[modifier]

Sur Mars, Cawl ouvrit ses cryptes de stase et libéra le fruit de ses dix millénaires de labeur : les Space Marines Primaris, des Astartes plus grands, plus forts, plus rapides, une nouvelle race de guerriers transhumains apparaissant à l’heure où l’Humanité était au borde de la destruction. La flotte de Cawl accompagna celle de Guilliman dans sa croisade pour sauver l’Imperium, la Croisade Indomitus, son Arche Mechanicus Zar-Quaesitor, transportant un très grand nombre de Space Marines Primaris en état d’hibernation dans un champ de stase. L’Archimagos emmena plusieurs osts de Skitarii et de la Legio Cybernetica, ainsi que trois lances de Chevaliers de la Maison Taranis.

Partout où Guilliman menait campagne, il créa de nouveaux Chapitres de Space Marines Primaris où en offrit à ceux déjà existant et qui avaient perdu un grand nombre de Frères de Bataille. L’introduction des Marines Primaris au sein de l’Adeptus Astartes ne fut pas aisée car les Chapitres Space Marines sont traditionalistes, bien que la majorité accueillirent avec joie les Frères de Bataille Primaris en leur sein.

Certains parmi l’Adeptus Astartes suspectaient que les Marines Primaris, étant plus forts, plus endurants et plus proches des Primarques génétiquement parlant, précipitaient l’obsolescence des anciens Frères de Bataille et devant cette crainte, Cawl fut interrogé par Marneus Calgar pour savoir si il était possible pour un Space Marine d’être transformé en Primaris, afin d’hériter des bénéfices de la science occulte de l’Adeptus Mechanicus, tout en conservant sa personnalité et son expérience ? L’Archimagos Cawl avait collecté des données à ce sujet qui suggéraient un taux d’échec de 61.6%, jusqu’à ce que le processus soit affiné, ce qui risquait de prendre du temps. Malgré un important risque de mort, de plus en plus de Space Marines de la vielle école décidèrent de tenter l’opération chirurgicale pour devenir des Primaris, processus qui fut baptisée le Rubicon Primaris.[21]

La Sombreroche[modifier]

Suite aux évènements de la Treizième Croisade Noire, Belisarius Cawl a théorisé un lien entre la présence des Pylônes et les cibles des Croisades Noires, les assauts qu’avait lancés Abaddon le Fléau contre l’Imperium lors des dix derniers millénaires. Il en a conclue que la Sombreroche, la matière dont était faite les Pylônes, avaient la propriété de renforcer l’univers matériel contre l’influence du Chaos. Les structures faite de cette matière pouvaient en effet retenir l’énergie Warp qui était libérée chaque fois qu’un Psyker clandestin se trouvait possédé par un Démon, ou se déversaient du firmament lors des tempêtes Warp cataclysmiques qui pouvaient dévaster des systèmes entiers. En somme, la Sombreroche repoussait et neutralisait les énergies de l’Immaterium, sécurisant ainsi l’univers matériel.

Cette découverte capitale de Cawl fut un tournant pour les plans des Technoprêtres de Mars car les structures de Sombreroche pouvaient contrer les manifestations empyréennes avant qu’elles surviennent, et donc ainsi arrêter les hordes démoniaques qui cherchaient à ouvrir une brèche dans le tissu de la réalité. L’Archimagos dépêcha ses agents à travers la galaxie pour récupérer autant de structures en Sombreroche que possible, avec un zèle qui confinait à l’obsession. Le premier de ces envoyés fut le Magos Dominus Dentrex Ologostion, qui reçut l’ordre d’obtenir ces matériaux par tous les moyens, ou au moins de les protéger jusqu’à ce que le Clergé de Mars soit en mesure de les récolter selon les méthodes appropriées. Ologostion obéira aux ordres et débarquera sur un monde nommé Amontep II, où il rencontrera des forces Nécrons qui le combattront.

Belisarius Cawl rechercha tous les gisements de Sombreroche et ses confrères se perdirent en conjectures pour en comprendre la raison. Les planètes dans lesquelles se trouvaient en grande quantité la Sombreroche furent baptisés Mondes-Filons. Mais les gisements les plus importants découverts par l’Humanité étaient étrangement homogènes et polyédriques, formant des strates ordonnées et de tels sites devenaient souvent le site de batailles sanglantes contre les Nécrons qui cherchaient eux aussi à s’en emparer afin de mettre en place un plan sinistre

L’Archimagos Belisarius Cawl fut la cible des Nécrons, de même que des Mondes-Forges possédant des filons de Sombreroche, forçant l’Archimagos à envoyer les armées de Mars et de la Maison Taranis à travers l’espace avec l’intention de combattre la Menace Nécron grandissante.[22]

Cawl avait mené des opérations martiales sur Cadmus Phosp. Malheureusement, les Pylônes découverts à sa surface étaient en trop mauvais état pour être réactivés et l’Archimagos se vit obligé de recommencer ses recherches à partir de zéro. Cawl avait cependant réussi à fabriquer un certain nombre de prototypes expérimentaux capables de produire un effet similaire à celui des originaux Xenos, mais de moindre ampleur, (des sutures capables de refermer temporairement une faille ou au moins de la faire rétrécir). Il en avait d’ailleurs fait expédier une série afin de tenter de refermer le Gouffre de Raukos suite à la Bataille de Raukos remporté par Guilliman.[23]

L'Expédition de Sotha[modifier]

Belisarius Cawl, avec Alpha Primus à ses côtés, débarquant sur le monde dévasté de Sotha.
Quelques années après le début Croisade Indomitus, Roboute Guilliman fut obligé de retourner dans son royaume d’Ultramar, pour le défendre de l’invasion des osts de Nurgle menée par le Primarque Démon Mortarion. Au même moment, Belisarius Cawl se lança dans un nouveau projet : refermer la Grande Faille.

Afin de mener cette entreprise, il décida de se rendre sur le mont Pharos, situé sur Sotha, ancien Monde Chapitral du Chapitre Space Marine des Scythes of Emperor. Ce Chapitre avait été quasiment détruit par la Flotte-Ruche Kraken qui avait dévoré Sotha et son peuple. Néanmoins, les Scythes of Emperor furent reconstitués grâce à Cawl qui leur avait fourni assez de Primaris pour redevenir un Chapitre Space Marine avec un effectif complet, gagnant le respect et la reconnaissance du Maître de Chapitre Thracian qui était l’un des derniers de son ordre à avoir connu l’assaut du Grand Dévoreur sur son monde. Cawl offrit à Thracian la possibilité de ressusciter Sotha, d’en refaire un monde viable pour l’Humanité, en échange de pouvoir pénétrer à l’intérieur de la Forteresse-Monastère en ruine des Scythes of Emperor, sachant qu’elle enfermait un dispositif Nécron baptisé le Pharos, une balise constituant un réseau super-luminal et se trouvant au cœur d’une montagne baptisée avec le même nom. L’Archimagos souhaitait le réveiller afin de s’emparer d’un de ses secrets et de commencer une quête qui lui offrirait la solution pour sauver l’Imperium de la Grande Faille. Mieux, ayant découvert les mythes de la Guerre Céleste - qu’il avait appris grâce à des informateurs pas toujours très coopératifs - qui avait vu les Nécrons triompher, mais au prix de leur âme, il comptait comprendre comment cette balise quantum de résonance empathique fonctionnait car il avait la certitude que la compréhension de la matière et de la nature du materium par les Nécrons pouvaient faire des miracles que d’autres races ne pouvaient accomplir qu’en faisant appel au Warp. Les Nécrons, pensaient-ils, voyageaient plus vite que la lumière et communiquaient à l’échelle interstellaire grâce à des réseaux de balises comme le mont Pharos et qu’au centre de chacun se trouvait une super masse enchevêtrée de particules isolées, accordée avec d’autres de leur genre et dispersés dans toute la galaxie. Ces nœuds étaient étranges et puissants et non seulement ils s’influençaient les uns après les autres, ce qui permettait la transmission instantanée de données, mais ils pouvaient aussi modifier les fréquences d’autres particules situées non loin, de manière à les aligner avec d’autres nœuds dans le but de produire des effets précis. En somme, le Pharos exploitait les lois fondamentales de la physique pour connecter de multiples parties de la réalité, sans faire appel au Warp. L’Archimagos avait déjà trouvé une autre machine comme le Pharos mais il était alors déjà totalement mort. Sur Sotha, il espérait trouver les informations qui lui permettront d’obtenir des cartes détaillées de l’ancien Empire Nécron afin de trouver davantage de Sombreroche, assez, peut-être, pour refermer la Grande Faille et bannir le Chaos de la galaxie à tout jamais en mettant en place un nouveau réseau de Pylônes, comme ceux qui ont été perdus sur Cadia, en plus ambitieux encore.

Thracian accepta le pacte, en reconnaissance pour le sauvetage de l’héritage de son Chapitre. Mis au courant de l’expédition que Cawl préparait sur Sotha, Decimus Félix, devenu l’Écuyer de Roboute Guilliman et surtout l’un des Tétrarques d’Ultramar, un des quatre dirigeants régnants au nom du Fils Vengeur sur l’une des parties d’Ultramar, se rendit aussi sur Sotha. Accompagné de ses gardes du corps, Félix considérait qu’il se devait d’être présent dans cette expédition importante mais gardait du ressenti contre Cawl qui restait à ses yeux son tortionnaire.

Cawl arriva dans l’orbite de Sotha à bord du Zar Quaesitor, et fut frappé par des visions de son passé, revivant notamment son arrivée sur Ryza après s’être échappé du système Trisolian durant l’Hérésie d’Horus. Il trouva intéressant de se rappeler de souvenirs qu’il pensait perdu. Il était accompagné d’un Space Marine étrange qui lui servait de serviteur et garde du corps, du nom d’Alpha Primus, et avec qui il entretenait une relation de maître à élève. L’Archimagos comprit immédiatement que le retour de ses souvenirs provenaient de l’influence du Pharos, grâce notamment à un grand être méchanoïde enfermé dans un tube de stase, un Nécron, qui lui avait fourni de nouveaux implants fonctionnant à la perfection. Ravi d’avoir achevé une interface préliminaire longue portée et fasciné par la maîtrise de l’univers matériel des Nécrons, l’Archimagos se rendit à la surface de Sotha, bien que conscient qu’il se devait de faire attention à bien faire fonctionner son interface et garantir la sécurité de ses sous-esprits afin de pouvoir se concentrer.

Une fois le Zar Quaesitor arrivé dans l’orbite de Sotha, il se disloqua, sa proue s’ouvrant et révélant un vaisseau assez gros pour débarquer des lances de Chevaliers, avant de foncer vers Sotha entouré de centaines d’appareils d’escorte qui jaillirent des hangars de l’Arche Mechanicus. Il mit le cap vers les montagnes de Rocnoir, dont le mont Pharos était un lointain massif détaché, crénelant l’horizon, et avec la pointe de la Forteresse-Monastère déchu des Scythes of Emperor. Après avoir nettoyé la zone par un bombardement, il atterri dans ce qui était le port d’Odessa, ravagés par de profondes fosses Tyranides pleines de métal à moitié digéré. Des centaines de câbles épais s’échappaient du ventre du vaisseau rouge de Cawl, des pelleteuses creusant tout autour du vaisseau et déversant les gravats dans des machines, installant huit projecteurs de champ de grande envergure qui produisait un cube étincelant parfait autour de l’appareil afin de créer une atmosphère. Ces mesures s’expliquait par la présence potentielles de restes de Tyranides, notamment des Génovores souvent placés par l’Esprit-Ruche pour surveiller d’éventuel retour d’être vivant sur des mondes déjà dévorés. À ses côtés se tenait un Technoprêtre qui lui servait d'assistant, Qvo-87, qui était une copie clonée de son ancien ami Friedisch Adum Silip Qvo.

Félix et les Scythes of Emperor débarquèrent prêt du vaisseau de Cawl, l’Archimagos accueillant le "Primaris 10-079-983" Félix, se souvenant de leurs "agréables conversations" quand il torturait l’enfant pour en faire un guerrier transhumain au fil des millénaires et exprimant une sincère fierté de voir une de ses créations réussir. Agacé, Félix lui présenta ses gardes et assistants Space Marines, Belisarius notant qu’ils étaient issus des successeurs des Ultramarines, et que tous ne venaient pas des dix Chapitres gardiens du secteur oriental d’Ultramar. Cawl se lança alors dans une autosatisfaction, ravi de voir que ses créations avaient "bien tournés", exprimant ouvertement d’avoir conscience qu’ils leur avaient volé leur enfance et que certains, comme Félix, ne le portaient pas dans leur cœur.

Alpha Primus[24]

Alpha Primus est un Space Marine qui sert Belisarius Cawl. Il est farouchement loyal envers l’Archimagos qui l’avait crée, le protégeant de tout danger. Il est très intelligent et échange régulièrement avec son maître sur ses activités. Mais il est différent de tous les Space Marines. Il est gigantesque, même pour un Primaris, et constitue un individu étrange en bien d’autres façons. Sa peau, couverte d’épouvantables cicatrices, avait une teinte pâle cuivrée. Ses yeux étaient noirs, avec un mince liseré blanc autour de ses immenses pupilles. Son crâne habituellement rasé et son menton étaient couverts de touffes de poils. Il dégageait une aura de puissance. Il affirmera être unique, le premier des Primaris et possédait une force physique époustouflante, même pour un Astartes, et déchaînait des talents psychiques tel que même les Archivistes ne sentaient pas son pouvoir. Néanmoins, il se plaignait d’avoir "toujours mal" car lorsque il avait été créé, Cawl lui en avait trop donné car son projet était trop ambitieux et qu’il a en souffert. Ses rêves étaient noirs, son âme enchaînée aux idéaux d’un autre homme et il en voyait plus et en savait plus qu’il ne devrait être permis à un être humain. En le créant, Cawl avait tenté d’égaler les exploits de l’Empereur mais cela n’avait pas marché. Il était le prototype du Primaris et la preuve vivante de l’ambition de Belisarius Cawl.

Roboute Guilliman pense qu’Alpha Primus était plus qu’un prototype mais le projet personnel de Cawl. Si Alpha Primus était un Space Marine, peut-être pas comme les autres, c’était un serviteur de l’Imperium mais pas un Primarque. Nul ne savait au final rien au sujet d’Alpha Primus avant qu’il n’apparaisse un jour aux côtés de Cawl lors de la Campagne Yxienne.

Lorsque Thracian arriva, il posa un genou à terre et s’inclina devant Cawl, le remerciant pour le sauvetage de son Chapitre. Cawl lui demanda de se relever, car si on devait le remercier pour tout ce qu’il avait fait, cela prendrait une éternité ! Il expliqua alors aux Primaris, comme un vieux professeur à des élèves, l’hypothèse des trois Ours de Gul Du Lac. La scientifique Gul Du Lac de la vieille Terre était l’une des Treize Appollians qui emmena l’Humanité loin de Terra il y a plusieurs dizaines de milliers d’années et qui se posa d’abord sur Luna. Elle joua un rôle décisif dans le choix des mondes extraterrestres habitables et selon son plus célèbre théorème, certains mondes occupaient une position très favorable au développement de la vie. La théorie de cette scientifique était la Zonalité Gul Du Lac dans laquelle la position était le point le plus important. Elle avait utilisé une analogie pour classer les mondes, imaginant trois ours mangeant chacun du gruau au petit-déjeuner, le premier ours ayant un gruau trop chaud, le troisième ours ayant un gruau trop froid mais l’ours du milieu ayant un gruau parfait. Sotha, par exemple, occupait la position de l’ours du milieu car sa position n’avait pas changé, l’influence solaire qui avait permis apparition de la vie restant donc la même malgré le cataclysme qui s’y était abattu. Cette planète n’était peut-être que dévastation à la surface, mais son sous-sol restait intacte. L’Archimagos avait l’attention de libérer l’eau se trouvant dans des minéraux cachés sous Sotha avec ses machines et avec des gaz prélevés dans le reste du système Sothien, en plus d’une réintroduction d’une flore et d’une faune clonées depuis les échantillons de la bibliothèque de Ptolémé sur Macragge, il comptait relancer un cycle hydrologique en cinquante ans, un écosystème rudimentaire en un siècle, et la vie telle qu’on la connaissons en trois cent cinquante ans, à un siècle près. Bien entendu, il se moquait totalement de la politique impériale qui ordonnait d’abandonner les mondes dévorés par les Tyranides. Mieux, cette technique pourrait s’appliquer sur d’autres planètes victimes des Tyranides, Cawl étant enclin à partager cette technologie.

Mais avant tout, Cawl se devait de sauver l’Imperium, l’Humanité et la galaxie grâce à son génie, et pour cela il devait trouver les informations cachés dans le mont Pharos. Il comprit que le Pharos s’était réveillé, théorisant que l’ouverture de la Grande Faille et la fin de la présence impériale avait influencé le retour d’activité de la machine Nécron qui connaissait alors une auto-réparation, une restauration des fonctions et une reconstitution pure et simple.

Pénétrant dans la Forteresse-Monastère en ruine, certains Impériaux furent victimes comme Cawl de visions très profondes dans lesquelles ils revivaient des moment de leur vie, tel Thracian qui se revit le jour où son monde était tombé. Cawl apprit alors du Maître de Chapitre que ce genre de choses étaient connus, des légendes au sujet de la montagne ayant été murmurés au fil de son histoire, des traditions et des mythes selon lesquels il y aurait sous la montagne quelque chose sur le lequel le premier Maître de Chapitre des Scythes of Emperor, Oberdeii, devait veiller.

Belisarius Cawl découvrit satisfait des fils argentés sur la roche noire de la montagne et en conclue qu’ils étaient sur un filon de Sombreroche. Ses fils se répandaient peu à peu dans les ruines de la Forteresse-Monastère, prenant le contrôles des canons impériaux qui défendaient autrefois le foyer des Scythes of Emperor, prouvant que le Pharos se réveillait et se défendait. Il apprit de Thracian que de nombreuses cavernes souterraines existaient, les plus profondes ayant été comblés au moyen de ferrobéton avant même la fondation du Chapitre. L’activité des installations Xenos qui s’étaient réanimées augmentait de manière exponentielle et commençait à remplacer les canons impériaux par des armes supérieures dès qu’elle aura réussi à les synthétiser. Le temps était compté, car Cawl savait que c’était une force bien plus puissante que les Nécrons qui étaient à l’œuvre. Devant les interrogations des Space Marines et la menace de Decimus Félix de tout raser depuis l’espace, il leur parla de la véritable nature du Pharos et de ces capacités technologiques. Il expliqua que leurs visions étaient des interfaces directes avec le passé, le passé de chacun. Le réalignement de l’état physique présent avec son état passé relevait du génie, mais un tel partage le stupéfiait. Il pensait n’y avait plus eu d’activités au sein du Pharos depuis la Bataille de Sotha durant l’Hérésie d’Horus, le Mechanicus de l’époque ayant vidé de tout matériel la montagne. Cawl lui-même se demandait si il étai venu à l’époque mais à cause des lacunes de sa mémoire, il n’en avait plus le moindre souvenir.

Un plan fut mis en place : afin d’empêcher le Pharos de prendre le contrôle de la Forteresse-Monastère, les Space Marines devaient désactiver le Defensor Strategium au cœur de la montagne tout en éliminant les Génovores qui infestaient les lieux. Ils rejoignirent les profondeurs de la forteresse, la Promenade des Premiers Faux de l’Empereur. Là, Cawl, avec Qvo-87 à ses côtés, s’était approché des portes de bronze menant aux entrailles de la citadelle des Scythes of Emperor et pénétra dans le Hall du Fondateur constitué de Sombreroche et jonchés des cadavres de Space Marines tombés lors de l’invasion des Tyranides. Avec Qvo-87 et protégé par Alpha Primus, l’Archimagos Cawl exécuta un mystérieux rite au centre de la pièce, de la technomancie ésotérique afin d’essayer d’établir une connexion préliminaire avec la machine Xenos, tout en déclenchant des tremblements de terre. Une fois terminée, il parvint à créer une lumière étrange qui inonda le hall, faisant apparaître des Scythes of Emperor durant leur combats contre les Tyranides, vivant en direct et avec réalisme, à travers leurs yeux, les derniers instants de la Forteresse-Monastère dans le Hall du Fondateur, comme une capture d’image. Cawl, protégé par un champ d’énergie, observa les Space Marines avec intérêt tandis que Qvo-87 prenait des notes, tout en ignorant les ordres de Félix d’éteindre tout ça, plongé comme il était dans sa connexion avec le Pharos. Pire, de véritables Génovores profitèrent de la confusion pour se faufiler entre les Tyranides du passé en images et de la fureur de la bataille virtuelle, et s’attaquer aux Space Marines. Des combats du passé et du présent se mêlèrent au même endroit. Les Xenos furent repoussés et Cawl revint à lui, satisfait de son investigation. Mais pour réactiver l’alimentation et une atmosphère dans la Forteresse-Monastère afin d’offrir à l’Apothicaire présent les moyens de soigner les blessés, Cawl se proposa d’aider. Il se rendit au centre de contrôle des dissipateurs énergétiques et eut une vision du passé d’Ezekiel Sedayne où il entendit une voix étrange qui lui demandait de venir à lui. Retrouvant ses esprits, l’Archimagos comprit que le Pharos voulait établir le contact.

Il entendit une fusillade et se rendit dans le Vigilatum où sous le commandement de Félix, les Space Marines affrontaient une nuée de Scarabées Canoptek. Armée de son Atomiseur Solaire, il vaporisa des centaines de drones qui retombèrent sous la forme d’une pluie de métal en fusion tandis que Qvo-87 sortit un court bâton de sa robe et déploya un bouclier d’énergie qui recouvrit d’un hémisphère les Space Marines. Une fois les Astates protégés, un ovoïde métallique jaillit du sommet de l’éponge dorsale de Cawl et s’éleva avant d’être attrapé par la nuée vorace. Une violente onde de choc électromagnétique émana de l’objet, puis une autre, puis trois autres à la suite, ce qui coupa le bouclier d’énergie et frappa violemment les Space Marines et les Technoprêtres. Mais les lumières vertes qui brûlaient dans leurs yeux des scarabées s’éteignirent tour à tour et la nuée tomba au sol. Sous un tapis argenté, Cawl s’amusa de la situation - les Space Marine beaucoup moins - et de sa puissante pulsation disruptrice qui avaient grillé les circuits des constructs Nécrons. Mais Félix lui appris qu’il avait ordonné à son vaisseau, l’Overlord, de détruire avec ses armes le Pharos dans douze heures, l’Archimagos proposant que le Zar Quaesitor participe à la destruction, estimant qu’il aura ce qu’il voulait dans le temps imparti.

Puis Thracian et les derniers Scythes of the Emperor partirent, disparaissant en emmenant avec eux une géno-urne dans les profondeurs de la Forteresse-Monastère. Cawl avait remarqué qu’ils portaient un atténuateur psy et soupçonna un terrible secret qui hantaient les derniers vieux survivants du Chapitre. L’Archimagos avait en effet raison, la géno-urne contenait un hybride Génovore faisant partie d’une Secte Génovore lié à un Patriarche de cette même race blasphématoire. Guidé par ce monstre, ils retrouveront le Patriarche Génovore dans les entrailles de la Forteresse-Monastère et ils périront tous en menant leur mission secrète qui consistait à tuer ce monstre qui avait été le véritable responsable de la destruction de leur Chapitre en infiltrant leurs serviteurs humains, parvenant même à contaminer d’anciens Frères de Bataille. Thracian tuera la bête dans son dernier souffle, sachant que son Chapitre vivra, sa honte lavée dans le sang du Patriarche Génovore qui avait faillit les détruire.

Seul avec Félix et ses gardes du corps, Qvo-87 et Alpha Primus, Belisarius Cawl commença la dernière étape de son exploration. Indiquant où frapper à Alpha Primus, un trou fut fait dans un mur du Hall du Fondateur, se retrouvant face à du ferrobéton. Il ordonna à une nuée de Scarabée Canoptek qu’il contrôlait via son interface de dévorer à une vitesse hallucinante le vieux ferrobéton, telle une foreuse vivante aux ailes vrombissantes. Le groupe impérial descendit via le tunnel formé dans le entrailles de la terre tout en discutant avec un Félix outré qui lui promit de tout rapporté à Guilliman. Ils arrivèrent dans des passages qui s’élargissaient, découvrant d’anciennes passerelles et des marches de plastacier de conception impériale, laissées là par le vieux Mechanicum, il y a dix mille ans. Ils entrèrent dans une immense caverne et Cawl ordonna aux scarabées de créer un nouveau passage qui mena au bord d’un gouffre de la largeur du passage, et qui continuait de l’autre côté. Cawl annonça qu’il fallait descendre vers ce qui avait été baptisé comme le Point Principal Bêta. Là, décidant de venir avec l’Archimagos, Félix ordonna à ses hommes de retourner sur le site d’atterrissage et de partir si ils ne revenaient pas. Alpha Primus, doué de talent psychiques hors norme, s’avança et leva la main pour créer une lumière bleue qui apparut autour de son poing et il se mit à léviter avant de flotter vers le bord. Quand il fut au-dessus du vide, il leva l’autre main et Félix s’éleva sur un second coussin de force psychique, annonçant qu’il pouvait le maintenir par la lévitation jusqu’en bas. Les deux Space Marines suivirent Cawl qui descendit le gouffre en profitant du fait que malgré la paroi parfaitement lisse, il était assez grand pour prendre appui des deux côtés du gouffre, et avait assez de pieds et de mains pour ne pas se soucier de l’absence de prises. Arrivant dans un carrefour de tunnels, Cawl emprunta un petit passage en se contorsionnant, diverses parties de son corps s’aplatissant ou se rétractant jusqu’à ce qu’il ait la forme requise pour passer.

Arrivé dans le Point Principal Bêta, divisé en deux pièces en forme de cloche collées l’une à l’autre comme un sablier, l’Archimagos se rendit au centre de la pièce, et annonça qu’il allait tenter une expérience inédite : se joindre via son interface unique à un réseau Nécron. Plaquant ses mains les unes contre les autres, il pénétra alors dans l’infosphère Xenos, où une force d’une puissance extraordinaire vint percuter son âme entrelacée de machines. La douleur fut quasiment insupportable pour Cawl alors qu’il se retrouva seul dans le noir, son corps uniquement éclairé par la lumière de ses augmentiques. Ce n’était pas un espace physique et son corps était une projection de la machine, une forme d’imagination partagée.

Et c’est alors qu’une présence écrasante lui parla.

Cette voix ne voyait en lui qu’un insecte, insignifiant, mais courageux, et se demandait pourquoi un être aussi inférieur que Cawl venait lui parler. L’Archimagos, feignant d’être humble et soumis, lui adressa ses salutations mais la présence tenta d’avoir accès à son mémo-noyau, qu’elle parvient à prendre malgré la dizaine de sous-procédures lancer par Belisarius Cawl pour protéger son esprit. Intrigué devant cette résistance, la présence immobilisa Cawl tel un insecte cloué à une planche, et malgré les hurlements de douleurs de l’Archimagos, l’être brisa son mur de données externe et se glissa dans les couches supérieures de son âme. Les lois du temps et de l’espace s’étirèrent et se replièrent et Cawl eut l’impression qu’une immense sonde de données passait en revue son passé. La présence comprit rapidement que la forme actuelle de Cawl n’était pas son enveloppe originelle avant d’arracher ses augmentiques pour les examiner. Le Pharos cherchait à le modeler, à remonter son existence pour voir ce qu’il avait été et bien que tout n’était qu’illusion, c’était douloureux. La présence fut furieuse de se rendre compte que Cawl, en tant qu’être humain, était la création d’êtres "anciens" qu’elle avait combattu, bien qu’elle voyait dans les humains des choses faibles bien loin de la conception de leurs "créateurs". Tout en continuant d’être examiné comme un cobaye durant une dissection, Belisarius Cawl proposa à la présence une alliance. Cette dernière voulait juste comprendre l’âge actuel de la galaxie, tout en proclamant être un dieu, mais découvrant alors que de nouveaux dieux peuplaient l’imaginaire de la galaxie moderne, comme le Dieu-Machine, les Dieux du Warp, et l’Empereur-Dieu, que la chose du Pharos qualifia pour le premier de mensonge, le seconds de consciences émergentes causées par une perturbation éthérique et le troisième d’arme. Elle fut dégoûtée de découvrir l’apparition de la Grande Faille qui polluait la pureté de la réalité, sous entendant qu’elle était en guerre contre les Dieux du Chaos. Cawl proposa à la chose de l’aider, d’apprendre mutuellement de leurs expériences. La chose décida à la place que Cawl allait la libérer, tout en continuant à fouiller dans ses souvenirs pour en apprendre plus sur cette ère étrange où il n’y avait pas de paix, pas de répit, pas de rédemption, mais que la guerre ! Cawl fut forcé de vivre le jour où son esprit avait fusionné avec de lui d’Ezekiel Sedayne, et la mort de Friedisch, avant de revenir dans la réalité dans la caverne du Pharos.

Déstabilisé, il fut questionné par Félix sur la carte qu’il recherchait mais la montagne se mit à gronder et le sol avala Cawl, Alpha Primus et le Tétrarque d’Ultramar. Ils dégringolèrent dans un paysage fracturé de miroirs noirs et d’éclairs verts éblouissants, apercevant leur reflet reproduit à l’infini, les plus éloignés divergents afin de leur montrer une version différente d’eux. Ils tombèrent contre un sol de Sombreroche scintillante, et l’Archimagos découvrit des dizaines de machines en forme de lingots, basses, longues et couvertes de motifs de lumière anguleux. Chacune était de la taille d’un char de combat et toutes étaient identiques. Non loin de là, on pouvait voir des passerelles et des machines de conception humaine prouvant qu’il y a bien longtemps, des humains étaient venus, et peut-être même Cawl lui-même avant de perdre ses souvenirs. C’était le Cœur du Pharos et ses machines étaient très anciennes, même si selon Cawl, les machines originelles avaient été emportées par les prêtres de Mars, sous-entendant que les Spectres Canoptek qui se trouvaient dans ce lieu, les avaient recréées. Après avoir traversé un gouffre sans fond, un nouveau hall de grande taille s’ouvrit, remplie de nuées de Scarabées Canoptek qui tournaient au-dessus d’un trou pratiqué dans le sol d’où émanait une lumière rouge sans éclat, ainsi qu’une chaleur épouvantable. Les Scarabées s’envolaient jusqu’au haut plafond, où des milliers d’ouvertures s’enfonçaient dans la montagne après exploiter le manteau de la planète de la fosses qui menait vers le cœur de Sotha afin de mener leurs réparations du Pharos. De l’autre côté du puits, se dressait un haut mur couvert d’écrits extraterrestres et conçu à la manière de la façade d’un grand temple. Mais le plus important était les deux rangées de huit niches qui renfermaient un total de seize statues humanoïdes faisant cinq fois la taille d’un homme environ. Leur conception était extraordinaire, les matériaux lissés au niveau moléculaire, le niveau de qualité artistique des sculptures frisait le sublime. Les œuvres avaient été réalisées au moyen de différents matériaux, dont la qualité reflétait la personnalité brossée dans la pose et l’expression de chaque personnage. L’un d’eux incarnait la connaissance, un autre l’amitié, un troisième la puissance, etc. Au-dessus de chacun était représenté le même personnage, en argent cette fois, lié par de grosses chaînes, et dont le visage exprimait la souffrance. Les deux ensembles de niches étaient entourés de glyphes Nécrons. Ces sculptures représentaient les anciens dieux vénérés par les Dynasties Nécrons.

Un portail se trouvait au pied du mur de cette pièce, protégé par un champ d’énergie. En le traversant, Cawl et les Space Marines se retrouvèrent dans une plaine de Sombreroche qui s’étendait à l’infini, et qui semblait être loin du monde matériel car saturé de l’essence du Warp concentrée autour de huit énormes sarcophages suspendus à une trentaine de mètres au-dessus du sol. Sept étaient sombres mais le quatrième, en partant de la gauche, irradiait d’une puissance sinistre, dévoilant les représentations stylisées de huit êtres dépeints de l’autre côté de la porte. C’était les tombes de dieux entourées de chaînes d’énergie empyrique qui subissait en même temps qu’eux le pouvoir d’amplification psy de la Sombreroche. Ici, l’Archimagos débuta un nouvel échange de données avec la chose enfermée dans le sarcophage éclairé. Dans l’infosphère de la montagne, avec la présence du Pharos, il se présenta comme un être mêlant les souvenirs de plusieurs individus tout en se mettant, et discrètement, à exercer davantage d’influence sur les mécanismes du Pharos. Caressant la vanité et la mégalomanie de la présence du Pharos, il lui demanda de lui montrer ses pouvoirs et ses connaissances, s’engageant à le servir afin qu’ensemble, ils mettent fin à la guerre qui avait corrompu l’espace et le temps et éliminer le poison du Chaos. Il gagnait en réalité du temps pour que ses codes rentrent dans l’architecture de l’infosphère du Pharos. Mais se rendant compte alors que les systèmes qui contenaient l’être et protégeaient le trésor de données du Pharos ne faisaient qu’un, il comprit qu’il allait devoir le faire sortir de son sarcophage.

Acceptant de s’allier avec Cawl, qui passa du statut d’insecte à celui d’esclave, la présence du Pharos lui promis des récompenses et qu’il l’accompagnera dans toute la galaxie afin de retrouver les éléments différents qui composaient autrefois l’entièreté de cette chose divine afin de se venger des Nécrontyrs. Elle révéla alors que huit fragments de huit dieux avaient été asservis dans le Pharos et qu’elle les avait dévoré pour survivre. Le rôle de ses fragments étaient d’alimenter le point nodal qu’était le Pharos, servant un peu comme des générateurs. Enfin, elle se présenta à Cawl sous le nom de Zarhulash le Potentat. C’était un C'tan !

Assurant qu’il allait le libérer, les sondes infosphériques de Cawl se tournèrent vers les routines qui retenaient le C’tan tout en préparant ses sous-esprits à prendre d’assaut les murs du réseau du Pharos pour accéder aux secrets de la montagne. Dans la réalité, autour du corps affalé de Cawl, des points de lumière verte se mirent à pétiller et formèrent un réseau complexe jusqu’à être complètement empêtrés, une cartographie stellaire détaillant la galaxie sous la forme de millions de points de lumière et montrant l’emplacement de centaines autres Pharos, formant un réseau de balises. C’est alors que Félix et Alpha Primus découvrirent le corps de Qvo-87, ses membres et ses jambes à moitié absorbées par la pierres tandis que Cawl revenait à lui, annonçant tranquillement aux Space Marines qu’il était en train de réveiller une Écharde C'tan, une entité surpuissante existant depuis la création de l’univers, qui avait fait la guerre aux Anciens et participé à la transformation des Nécrontyrs en Nécrons. C’était le plus gros éclat qu’il n’avait jamais été donné de voir - (en aurait t’il déjà vu un ?) - et que c’était incroyablement dangereux. Félix était hors de lui, mais l’Archimagos lui demanda calmement de ne pas tirer et de lui faire confiance. Le sarcophage s’ouvrit et un voile blanc surgit, prenant la forme d’une silhouette humanoïde, à mi-chemin entre l’Aeldari et l’humain, planant au-dessus du sol et couverte d’une peau argentée, le matériau Nécron baptisé le nécroderme, qui luisait de l’intérieur. Cawl présenta ses compagnons à Zarhulash le Potentat comme ses serviteurs et donc comme les nouveaux esclaves du C’tan qui, humblement, matérialisa un sceptre muni d’une lame dans sa main et une couronne au-dessus de sa tête, tous deux faits du même métal argenté qui contenait sa divine lumière. Après avoir de nouveau souligné qu’il était un vrai dieu aux pouvoirs fabuleux faisant passer les Dieux du Chaos pour des moins que rien, il tenta de tuer Alpha Primus en ayant ressenti les pouvoirs psychiques qui émanait de lui, forçant Cawl à le supplier de ne pas le tuer, l’assurant de sa loyauté. Le C’tan ordonna à l’esclave Cawl de l’escorter au travers du portail et de désactiver les scarabées des Nécrontyrs, puis de trouver la machine principale de ce complexe et de le libérer de cette forme. Ainsi, le C’tan pourra ouvrir un portail et marcher parmi les étoiles pour reprendre son héritage et redevenir le maître de la galaxie. L’Archimagos désactiva les protocoles de sécurité qui empêchaient le départ de Zarhulash, ce dernier passant le portail et réapparaissant dans la chambre funéraire avec Cawl et les Space Marines. Puis Belisarius Cawl se vit ordonner par son nouveau "maître" de prendre le contrôle des gardiens Canopteks afin que ces machines lui enlève le nécroderme qui empêchait sa véritable énergie de prendre forme. Alors que des centaines de milliers - peut-être des millions - de drones foncèrent sur Zarhulash après l’avoir repéré afin de reconstituer autour de lui un nouveau sarcophage, leur programmation leur ordonnant de ne pas laisser le prisonnier s’échapper. Tandis que l’Écharde C’tan se débattait, Cawl ordonna à Félix d’aller l’aider afin de jouer le rôle convainquant d’esclave loyal pendant qu’il réglait un léger problème : les C’tan asservis dans le Pharos maintenaient la masse en place, assurant l’équilibre de la structure. Mais à présent qu’ils étaient morts ou libéré, la poche dimensionnelle n’allait plus tarder à s’effondrer, et la supermasse qui était à l’intérieur en fera de même. La singularité qui en résultera se déversera dans l’espace réel, créant un trou noir qui allait occuper un rayon d’une demi-année-lumière… à moins que les machines quantiques générant la supermasse et son confinement soient détruits par l’Overlord en orbite afin de dissiper la supermasse. Alors que Félix - qui jura de tuer Cawl si il avait trahi l’Imperium - offrait son aide au C’tan assaillit par des machines de plus en plus grosse, l’Archimagos, protégé par Alpha Primus, se reconnecta au monde de la machine pour collecter les données qu’il était venu chercher et les télécharger. Cawl s’enfonça dans l’infosphère Xenos, une technologie tellement sublime qu’il faillit en pleurer. Il pénétra dans les niveaux supérieurs de la sécurité du monde de la machine, qui se défendit avec des technologies de cryptage modulées qui s’appuyaient sur une myriade d’états dimensionnels, et dissimulaient la vérité avec tant de zèle que l’éternité n’aurait pas suffi à les trouver. Mais Cawl était de taille à les affronter, domptant des djinns mortels composés de nombres et de haine chargés de le traquer, poursuivant droit vers le cœur, en empruntant l’ur-code des impulsions de survie de la montagne, jusqu’à l’essence du super esprit du Pharos. Tel un virus, l’Archimagos Cawl entra dans l’Esprit de la Machine, et d’une main ferme, il prit le contrôle du Pharos dont l’immense torrent de connaissances se déversa dans les dispositifs de son mémo-noyau. Il avait gagné.

Désormais maître du Pharos, il désactiva les machines que combattaient Zarhulash le Potentat et Félix. La prise de contrôle d’une montagne de créatures Canoptek était l’œuvre d’un génie, et même le C’tan en fut impressionné avant de désigner un second portail qui menait au hall des machines, alors que la montagne commençait à s’effondrer. Ils l’empruntèrent puis Cawl se mit à travailler sur une console entièrement faite de lumière, ses Servocrânes sortant de leurs cachettes dans son corps et projetant des rayons de pulsation de données liant la technologie impériale à celle des anciennes dynasties. Zarhulash ordonna sa libération et le début de l’ablation de son nécroderme. Il exigea aussi que les machines des Nécrons sous le contrôle de Cawl bâtissent une rampe de translation afin de partir en quête des autres de ses éclats. Les machines le recouvrirent et brisèrent le nécroderme qui formait son enveloppe. En même temps, l’Archimagos invita Félix à emprunter une des plates-formes que construisaient les drones et qui était presque finie afin de rejoindre le pont de son vaisseau, profitant de l’occupation du C’tan qui comprendra alors qu’il avait été trahi. Il demanda à Félix de ne pas s’inquiéter pour lui - car il pouvait faire n’importe quoi, - mais de détruire la montagne une fois qu’il sera à bord de l’Overlord. Le Space Marine Primaris le lui promit et traversa la faille qui l’emmena sur son vaisseau, lui donnant l’impression d’avoir juste traverser le passage entre deux pièces. Cawl ferma la faille derrière lui, et se retrouva seul avec Alpha Primus, tandis que les derniers Space Marines de la garde de Félix recevaient l’ordre du Tétrarque de quitter la planète à bord de leur transporteur.

Grâce à l’interface Nécron, Cawl fit apparaître une grande carte stellaire qui emplit l’espace au-dessus de lui et sélectionna un endroit de la galaxie qui lui semblait parfait pour expédier Zarhulash le Potentat loin de tout. Ce dernier, libéré du nécroderme, avait prit la forme d’un orbe de lumière et comprit la trahison de Cawl. L’Archimagos lui annonça avoir intra chargé toute la connaissance du Pharos avant d’ouvrir un nouveau portail au-dessus de la plus grande plate-forme de translation, menant vers un soleil jaune géant. Il donnait directement sur le vide, très loin d’ici, et un ouragan de décompression se forma. Le C’tan fut lentement entraîné vers le trou, bien que Cawl lui assura qu’il n’y avait rien de personnel, et qu’il l’aimait bien au fond, tout en enfonçant dans le sol ses pieds et ses Mécadendrites et déclenchant ses systèmes antigravs pour résister à l’attraction de l’étoile. Mais le C’tan s’arracha à l’attraction du portail et flotta, imperturbable, car la gravité n’était rien pour lui. Mais il ne pouvait tuer Belisarius Cawl car si ce dernier périssait, le portail qu’il contrôlait disparaîtra, et le Pharos s’effondrerait, créant un trou noir qui détruirait aussi le C’tan. Zarhulash le Potentat fut obligé de passer le portail, promettant qu’il retrouvera Cawl et lui fera payer sa traîtrise. Une fois Zarhulash disparut, et alors que tout s’effondrait autour de lui, Cawl déclencha un dernier passage menant droit sur le Zar Quaesitor et avec Alpha Primus, il sauta se mettre à l’abri. Puis avec l’Overlord, l’Archimagos pointa les armes de son vaisseau et pulvérisa depuis l’orbite la montagne, empêchant la formation d’une anomalie gravitationnelle. Le Pharos disparut dans un flash de lumière atomique et la montagne s’effondra sur elle-même. Cawl contacta Félix, gloussant d’amusement afin de lui annoncer sa survie.

Qvo-87[25]

Qvo-87 était un Technoprêtre servant d’assistant à l’Archimagos. C’était en réalité un clone du meilleur ami de Belisarius Cawl, Friedisch Adum Silip Qvo, mort sur Terra le jour où Cawl avait fusionné son esprit avec celui de Sedayne. Qvo-87 était en faite la 87e copie de Friedisch durant l’Expédition de Sotha. Cawl le définissait comme une chose très sophistiquée prodigieusement intelligent, mais limité car il ne comprenait pas la portée émotionnelle, notamment quand Cawl parlait de son ancien ami décédé.

Qvo-87 périra durant l’Expédition de Sotha mais sera remplacé par Qvo-88, un autre clone de Friedisch, ce dernier expliquant à Decimus Félix qu’il n’y avait pas de transfert de personnalité et que bien qu’ayant une origine commune, chaque clone était des individus à part entière.

Comme promis au défunt Maître de Chapitre Thracian, Cawl débuta la transformation de Sotha pour rendre ce monde de nouveau viable. Il envoya depuis le Zar Quaesitor une nuée de capsules avec des quantités importantes de matériel à la surface de Sotha. Cawl avait alloué quatre cent mille Serviteurs à cette tâche, un temple entier de Magos Geologicum, de Magos Biologians et autres. Ses cryptes offrirent les modèles et échantillons génétiques des biosphères perdues du monde et une première flotte minière cométaire était déjà en route. Dans quelques centaines d’années, Sotha sera normalement de nouveau habitable. Belisarius confia au Hiérophante Particular Ix Trenth les efforts de géoformation et au Grand Archimage Triplex-Edic-0-1011 la supervision de la reconstruction de la station orbitale de l’Aegida qui surveillait depuis dix mille ans Sotha, et qui servira de Forteresse-Monastère aux Scythes of Emperor qui pouvaient retourner dans leur foyer.

Dans son laboratoire plein de technologies Nécrons volées à une centaine de mondes, avec Alpha Primus et la nouvelle copie de Qvo, Qvo-88, il commença à étudier la carte stellaire de l’ancien Empire Nécron, chevauchant une carte impériale granuleuse. Il comptait retrouver de nouveaux Pharos sur les mondes de l'ancien empire Xenos afin de trouver des dépôts de Sombreroche. Et tant d’autres choses…[26]

L'Inferior de Cawl[modifier]

Les Patrimoines des Primarques Renégats[27]

À travers son Inferior, Cawl demandera à Guilliman de lancer la production de Space Marines Primaris issus du patrimoine des Primarques renégats, considérant ainsi qu’il ne faisait qu’appliquer le plan de l’Empereur. Mais Guilliman refusera et demandera que l’Archimagos cesse d’approfondir ses recherches.

L’Inferior de Cawl était un dispositif de communication servant à Belisarius Cawl et à Roboute Guilliman à communiquer ensemble malgré les distances de plusieurs années-lumière. Tout laisse penser que l’Archimagos dispose d’une machine lui permettant, de son côté, d’envoyer des communications à l’Inferior, des missives d’une clarté et d’une simplicité telles qu’elles ne souffraient d’aucune des corruptions qui accable la discipline astrotélépathique depuis l’ouverture de la Grande Faille.

L’Inferior est un ensemble de machineries dans une chambre sphérique très vaste, inondée d’un rayonnement sanguinolent qui offensait l’œil. La paroi extérieure de cet endroit était renforcée avec autant de précautions qu’on pouvait penser sincèrement que la machine aurait été capable de survivre suite à une grande destruction de son environnement. L’intérieur sphérique de la machine ne mesurait qu’une vingtaine de mètres de diamètre et était coupé en deux par une passerelle grillagée, suspendue à mi-hauteur au-dessus d’une fosse remplie d’appareils vrombissants. Quand il s’activait, de fines lignes gravées dans la paroi de métal, jusqu’alors invisibles, commençaient à s’illuminer, comme paresseusement remplies de coulées d’or fondu. L’éclat doré se propageait dans le réseau de circuits avec une lenteur de mélasse, s’étendant progressivement à travers les entrelacs incrustés dans la double épaisseur de vitrage des bassins. À l’intérieur de bocaux, des visages désincarnés se tordaient et grimaçaient derrière une toile mordorée qui se tissait autour d’eux. Il y en avait en tout vingt et on ignore comment Cawl avait composé cette sinistre collection. Le réseau de cerveaux qui alimentait et les moteurs logiques de la fosse contenaient toutes les éventualités se rapportant aux tâches entreprises par le seigneur Roboute Guilliman et l’Archimagos Belisarius Cawl. Ses banques de données abritaient même toutes les versions probables du futur. Une énergie circulait librement à travers le réseau de circuits qui courait sur les murs de la chambre qui abritait l’Inferior et dessinait une toile scintillante qui partait des têtes et s’épanouissait jusqu’à englober toute la pièce d’un orbe creux de filigranes chatoyants. L’éclat mordoré était très vif. Au fur et à mesure que les entrelacs se répandaient, ils rencontraient des symboles cachés dans l’armature de la sphère et les illuminaient d’un embrasement aveuglant. Parmi ceux-ci, il y avait des runes de protection tracées dans le langage technoarcanique secret de la Magos Psykana, mais d’autres aussi, d’origine non humaine. Belisarius Cawl, n’ayant aucune limite, s’était procuré de ce qui lui fallait sans se soucier de la provenance. Une fois activé, les têtes de l’Inferior de Cawl tressautaient avec fureur, hurlant en silence des cris de noyés. Les muscles de leurs visages se tordaient frénétiquement dans un étalage de grimaces grotesques et leurs bouches muettes s’ouvraient pour cracher des torrents de bulles qui glissaient le long de leurs faces cireuses et agitaient la surface du liquide nutritif dans lequel elles flottaient. Depuis leurs prisons aqueuses, ils jetaient des regards d’horreur absolue… Enfin, après un bruit sec et irréel, comme celui d’un bouchon qui sautait sous l’effet d’un gaz comprimé, les vingt bouches des têtes se mettaient à parler à l’unisson avec la voix de Belisarius Cawl.

L’Inferior de Cawl se trouvait à bord du vaisseau amiral de Roboute Guilliman, le Macragge’s Honour, durant la Croisade Indomitus. Il se trouvait dans une pièce interdit à tous sauf à Guilliman lui-même. Et encore, même lui ne s’y rendait que sur invitation. Ce lieu avait été mit en place par Cawl qui avait construit tout un système secret afin de rester en contact avec Guilliman malgré les distances galactiques. Dans les niveaux les plus bas des appartements du Primarque dans le vaisseau, se trouvait une trappe secrète, menant à un ascenseur à verrou génétique dont le système de défense était calibré pour abattre tout intrus qui tenterait d’y accéder. Un simple scan rétinien permettait au Primarque d’en ouvrir les portes avant de subir un véritable examen de sécurité à l’intérieur de la cage. Toute une collection d’appareillages occultes montés sur des bras articulés surgissaient des parois pour passer au crible son anatomie, son état psychologique et même son aura spirituelle. Puis il descendait l’ascenseur qui n’avait qu’un seul arrêt, l’amenant dans une antichambre baignée d’une fausse lumière rougeâtre brûlante, étouffante, et bruyante à cause de machineries cachées. Il devait se soumettre à une nouvelle batterie de tests. Là encore, l’examen confirmait son identité, lui offrant ainsi l’accès à la fameuse pièce de l’Inferior de Cawl derrière des panneaux blindés coulissants.

Je ne Veux pas Devenir Fabricator-Général[28]

Durant son Expédition sur Sotha, Cawl appris de Decimus Félix que l’Inferior de Cawl demandait au Primarque qu’il soit nommé Fabricator-Général. Cela l’étonna car il n’avait pas fait de telles demandes, sachant qu’il ne pouvait devenir le chef suprême de l’Adeptus Mechanicus. Il savait que la moitié du Mechanicus le voyait comme l’anti-créateur paré de métal et de chair, le traitant - oh horreur - de scientifique ! Il suffirait qu’il sourcille en direction de la Forge du Fabricator Général pour que les Mondes-Forges basculent dans une violence inouïe digne de l’Hérésie d’Horus.

De plus, ce poste ne l’intéressait pas, car c’était un poste politique alors que lui était un génie ! Il ne désirait pas le pouvoir et n’avait aucune envie de régner. Il refusait d’avoir de nombreuses responsabilités qui n’étaient que des chaînes entravant son génie.

Il avait de choses bien plus dignes de lui, comme sauver la galaxie, restaurer la Machina Opus du Dieu-Machine, le Grand Œuvre de l’univers, remettre les choses en ordre, pour que les hommes puissent vivre dans la paix. Et aussi bannir le Chaos, éliminer la menace Nécron et convaincre les Aeldaris de cesser leurs manipulations.

Roboute Guilliman avait laissé un gardien, Guidus Losenti, un Astropathe, pour surveiller l’Inferior de Cawl et se charger de lui transmettre les communications que Cawl lui envoyait via ce dispositif ; ce qui parfois agaçait l’Astropathe qui trouvait les communications de l’Archimagos exceptionnellement rébarbatives et manquant cruellement de la vitalité des échanges entre les esprits qui s’effleurent à travers le vide infini. Quand Guilliman rejoignait l’Inferior de Cawl, c’était Guidus Losenti qui lançait la séquence initiale d’activation, suivit de Guilliman, procédure de sécurité assurant qu’aucune informations sensible ne soient prise par des espions. Enfin, après un code d’activation requis donné par l’Astropathe, l’Inferior pouvait être utilisé.

Quand les têtes parlaient à l’unisson avec la voix de Belisarius Cawl, le Primarque ne pouvait s’empêcher de penser qu’il avait affaire à une Intelligence Abominable dissimulée, technologie interdite dans l’Imperium sous peine de mort. L’Inferior de Cawl possédait une personnalité qui lui était propre, et prétendait juste être une simulation de Cawl, expliquant que ses réponses n’étaient pas générées spontanément, mais prédéterminées. Les Serviteurs qui contribuaient à son fonctionnement avaient tous été approuvés pour usage et l’Inferior de Cawl n’était, selon lui, en aucun cas une création unique, mais une expression limitée de l’esprit de l’Archimagos. Ainsi, il était libre de toute souillure de conscience artificielle interdite. Bien sûr, on ne peut pas le vérifier…

L’Inferior était moqueur, assommant avec ses ratiocinages et avait une touche d’intense supériorité dans sa voix. L’Inferior exigeait souvent que Guilliman nomme Cawl Fabricator-Général de Mars, le chef suprême de l’Adeptus Mechanicus, ce que le Primarque refusa, sachant que Cawl était si clivant, qu’une guerre civile au sein du Clergé martien risquait de se déclencher. Si Cawl venait à mourir, l’Inferior espérait recevoir la protection de Guilliman, car il serait l’ultime dépositaire de l’intégralité de son savoir.

Douze ans après le début de la Croisade Indomitus, Guilliman appris les efforts de Cawl pour refermer la Grande Faille, mais qu’il faudra des dizaines d’années, voir des siècles pour y parvenir.[29]

Sources[modifier]

  • Codex Adeptus Mechanicus, V9
  • Codex Adeptus Mechanicus, V8
  • Codex Space Marines, V8 ; 2ème édition
  • Codex Adeptus Astartes Space Marines, V8
  • Codex Adeptus Astartes Deathwatch, V8
  • HALEY GUY, Belisarius Cawl - Le Grand Œuvre, Black Library, 2019
  • HALEY GUY, Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Black Library, 2018
  • HALEY GUY, Sombre Imperium, Black Library, 2017
  • Gathering Storm - Livre I : La Chute de Cadia, produit par le design studio Games Workshop, 2017
  • Gathering Storm - Livre II : La Fracture de Biel-Tan, produit par le design studio Games Workshop, 2017
  • Gathering Storm - Livre III : L'Avènement du Primarch, produit par le design studio Games Workshop, 2017
  • Warhammer 40k - Le Fil du Silence
  • Warhammer 40k - Forgebane
  • White Dwarf (UK) (Juin 2017)
  1. Informations issues de Belisarius Cawl - Le Grand Œuvre, Chapitre Vingt-Trois - Je suis Toi, Tu es Moi de HALEY GUY, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de Belisarius Cawl - Le Grand Œuvre, Chapitre Douze - Le Hall du Fondateur, Chapitre Dix-Neuf - Une Offre qu’on Saurait Refuser de HALEY GUY, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Trois - Pas de Questions, Pas de Réponses, Chapitre Huit - L’Invité de la Domina de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Trois - Pas de Questions, Pas de Réponses de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Trois - Pas de Questions, Pas de Réponses de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Trois - Pas de Questions, Pas de Réponses de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  7. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Trois - Pas de Questions, Pas de Réponses, Chapitre Cinq - Trisolian, Chapitre Huit - L’Invité de la Domina de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  8. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Dix - Le Seigneur de Mars, Chapitre Quinze - La Bataille de Trisolian A-4, Chapitre Seize - Une Trahison Calculée, Chapitre Dix-Huit - L’Offre de Lupercal, Chapitre Vingt - La Fureur de Fenris, Chapitre Vingt-Trois - La Valeur Binaire de la Loyauté, Chapitre Vingt-Six - Le Silencia de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  9. Informations issues de 'Belisarius Cawl - Le Grand Œuvre, Chapitre Vingt-Trois - Je Suis Toi, Tu es Moi de HALEY GUY, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  10. Informations issues de Belisarius Cawl - Le Grand Œuvre, Chapitre Trois - Une Dette Remboursée, Chapitre Six - Ce Que Cawl Fit Ensuite, Chapitre Huit - Une Offre Qu’On ne Saurait Refuser, Chapitre Dix-Neuf - Une Offre Qu’On Saurait Refuser, Chapitre Vingt-Trois - Je Suis Toi, Tu es Moi de HALEY GUY, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  11. Informations issues de Belisarius Cawl - Le Grand Œuvre, Chapitre Quatre – Le Zar Quaesitor de HALEY GUY, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  12. Informations issues de Belisarius Cawl - Le Grand Œuvre, Chapitre Six - Ce Que Cawl Fit Ensuite de HALEY GUY, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  13. Informations issues de Sombre Imperium, Chapitre Douze - L’Inferior de Cawl de HALEY GUY, Black Library, 2017
    Informations issues de Gathering Storm - Livre III : L'Avènement du Primarch, produit par le design studio Games Workshop, 2017
    Informations issues de Belisarius Cawl - Le Grand Œuvre, Chapitre Quatre - Le Zar Quaesitor, Chapitre Vingt-Sept - In Memoriam de HALEY GUY, Black Library, 2019
    Informations issues de Sombre Imperium, Chapitre Sept - Le Dernier Vol Des Écus Gris, Chapitre Dix-Huit - Ardium, de HALEY GUY, Black Library, 2017
    Informations issues du Codex Adeptus Astartes Space Marines, V8
    Informations issues du Codex Space Marines, V8 ; 2ème édition
    Informations issues du Codex Adeptus Astartes Deathwatch, V8
    Informations issues de White Dwarf (UK) (Juin 2017) - Primaris Space Marines : Mark X Armour et résumées par Guilhem.
  14. Informations issues de Sombre Imperium, Chapitre Douze - L’Inferior de Cawl de HALEY GUY, Black Library, 2017
    Informations issues de Gathering Storm - Livre III : L'Avènement du Primarch, produit par le design studio Games Workshop, 2017
    Informations issues de Belisarius Cawl - Le Grand Œuvre, Chapitre Neuf - Balise de HALEY GUY, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  15. Informations issues de Gathering Storm - Livre I : La Chute de Cadia, produit par le design studio Games Workshop, 2017 et résumées par Guilhem.
  16. Informations issues de Gathering Storm - Livre I : La Chute de Cadia, produit par le design studio Games Workshop, 2017 et résumées par Guilhem.
  17. Informations issues de Gathering Storm - Livre II : La Fracture de Biel-Tan, produit par le design studio Games Workshop, 2017, produit par le design studio Games Workshop, 2017 et résumées par Guilhem.
  18. Informations issues de Gathering Storm - Livre III : L'Avènement du Primarch produit par le design studio Games Workshop, 2017 et résumées par Guilhem.
  19. Informations issues de Gathering Storm : L'Avènement du Primarque produit par le design studio Games Workshop, 2017
  20. Informations issues du Codex Space Marines, V8 ; 2ème édition
    Informations issues du Codex Adeptus Astartes Space Marines, V8 et résumées par Guilhem.
  21. Informations issues du Codex Space Marines, V8 ; 2ème édition
    Informations issues du Codex Adeptus Astartes Space Marines, V8 et résumées par Guilhem.
  22. Informations issues de Warhammer 40k - Le Fil du Silence
    Informations issues de Warhammer 40k - Forgebane
    Informations issues du Codex Adeptus Mechanicus, V8 et résumées par Guilhem.
  23. Informations issues de Sombre Imperium, Chapitre Douze - L’Inferior de Cawl de HALEY GUY, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  24. Informations issues de Belisarius Cawl - Le Grand Œuvre, Chapitre Trois - Une Dette Remboursée, Chapitre Cinq - L’Hypothèse des Trois Ours, Chapitre Sept - Les Laissées-pour-Compte, Chapitre Onze - L’Escalier Tortueux, Chapitre Douze - Le Hall du Fondateur, Chapitre Treize - Les Seigneurs du Mont Pharos de HALEY GUY, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  25. Informations issues de Belisarius Cawl - Le Grand Œuvre, Chapitre Deux - La Station Orbitale de l’Aegida, Chapitre Quatre - Le Zar Quaesitor, Chapitre Six - Ce Que Cawl fit Ensuite, Chapitre Vingt-Sept - In Memoriam de HALEY GUY, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  26. Informations issues de Belisarius Cawl - Le Grand Œuvre, Chapitre Trois - Une Dette Remboursée, Chapitre Quatre - Le Zar Quaesitor, Chapitre Cinq - L’Hypothèse des Trois Ours, Chapitre Six - Ce Que Cawl fit Ensuite, Chapitre Sept - Les Laissées-pour-Compte, Chapitre Huit - Une Offre Qu’on ne Saurait Refuser, Chapitre Neuf - Balise, Chapitre Onze - L’Escalier Tortueux, Chapitre Douze - Le Hall du Fondateur, Chapitre Treize - Les Seigneurs du Mont Pharos, Chapitre Quinze - Au Service de l’Humanité, Chapitre Seize - Dans le Pharos, Chapitre Dix-Huit - Point Principal Bêta, Chapitre Dix-Neuf - Une Offre Qu’on Saurait Refuser, Chapitre Vingt-et-Un - Le Puits, Chapitre Vingt-Trois - Je Suis Toi- Tu es Moi, Chapitre Vingt-Cinq - Éclats de Grandeur, Chapitre Vingt-Six - Une Balise Réduite au Silence, Chapitre Vingt-Sept - In Memoriam de HALEY GUY, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  27. Informations issues de Sombre Imperium, Chapitre Douze - L’Inferior de Cawl de HALEY GUY, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  28. Informations issues de Belisarius Cawl - Le Grand Œuvre, Chapitre Dix-Huit - Point Principal Bêta de HALEY GUY, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  29. Informations issues de Sombre Imperium, Chapitre Douze - L’Inferior de Cawl de HALEY GUY, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.