Catégorie:Militarum Tempestus

De Omnis Bibliotheca
L’Acier dans le Sang[1]

Les Bolts qui s’abattaient sur la tranchée volaient tout autour d’elle comme des frelons de Rygarn, projetant de grandes quantités de terre et faisant sauter des morceaux de la ligne de défense en plasbéton. Le Garde Karys se recroquevilla dans la boue avec le reste du 41e Régiment de l’Astra Militarum de Rygarn, avec le goût du sang et de la mort dans sa gorge.

En regardant la ligne de soldats voûtés, Karys pouvait voir son Commandant, Reil, et la peur dans les yeux de l’homme alors que tous recherchaient le salut. Alors qu’il regardait, Karys vit Reil tressaillir, comme s’il surmontait un dilemme intérieur, et pendant un moment, il espéra que l’homme avait un plan. Cependant, cet espoir fut rapidement anéanti, car Reil bondit hors de la tranchée boueuse, se précipitant pour fuir l’ennemi qui avançait.

Des dizaines de paires d’yeux effrayés l’ont regardé partir, convaincus que la mort n’était qu’à un battement de cœur.

La trajectoire du Bolt a failli être perdue au milieu de la tempête de feu qui ratissait la position de l’Astra Militarum, mais aucun des soldats n’a pu manquer de remarquer le corps de Reil lorsqu’il est retombé dans la tranchée, son visage n’étant guère plus qu’une ruine rouge déchiquetée. Effaçant le faible soleil, une silhouette sombre s’est avancée au bord de la ligne de défense, un long manteau noir claquant au vent derrière elle. Pendant une seconde, Karys pensa que les géants en armure avaient atteint leur ligne, et se prépara à mourir. Mais il a ensuite reconnu le chapeau à pointe, l’épée argentée dégainée et les brillantes épaulettes d’Aquila.

Le Commissaire.

Le mot s’inséra dans l’esprit de Karys, une image terrible de son Primer lui revenant à la vie. Sans un mot, le Commissaire sauta par-dessus la tranchée pour se tenir sans protection devant l’ennemi, tirant des salves de Bolts sur des cibles invisibles. Pendant que Karys regardait, le tir de riposte souleva une tempête de poussière autour des pieds du Commissaire, plusieurs coups de feu parvenant même à trouer son manteau. Tournant le dos à l’ennemi avec mépris, le Commissaire regarda Karys et ses camarades dans la tranchée, le Garde faisant remarquer avec surprise que le visage sous la casquette noire à visière n’était pas plus âgé que le sien. D’une voix retentissante, lourde d’une autorité qui dépassait son âge, le Commissaire s’adressa au peloton, ses mots tranchant avec le vacarme de la bataille.

« Est-ce que je me trompe, ou est-ce que je vois les hommes de Rygarn se recroqueviller dans la boue comme des bergers effrayés ? J’avais entendu dire que Rygarn était un monde de guerriers, qui ne craignaient ni la mort ni la douleur, mais ne vivaient que pour apporter la gloire à leurs clans ! Si vous êtes vraiment des hommes de Rygarn, alors prouvez-moi votre valeur ! Prouvez votre valeur à l’Empereur ! »

Sans un autre mot, ni un regard en arrière, le Commissaire s’élança à travers les désolations vers l’ennemi. Pendant une seconde, le peloton hésita, Karys partageant sa honte en échangeant des regards. Puis, à l’unisson, ils se précipitèrent hors de la tranchée.


LogoMilitarumTempestus.jpg

Guerriers exceptionnellement habiles, issus des meilleures lignées nobles de l’Imperium, les Tempestus Scions et les Commissaires obéissent et font respecter la volonté de leurs supérieurs avec une efficacité impitoyable.

L’Imperium possède un million de mondes et prélève la dîme en personnel militaire de toutes les cultures qui se trouvent en son sein. Malgré cette échelle presque inconcevable, les ordres émis par les nombreuses autorités impériales doivent être suivis avec fermeté pour que l’Imperium puisse perdurer ; toute hésitation entraînerait l’effondrement rapide du domaine de l’Empereur. Les Tempestus Scions et les Commissaires sont endoctrinés dans le Credo Impérial dès leur jeunesse, ne servant aucune autre culture que celle de la loyauté et de l’exécution rapide de leurs fonctions. Ce sont eux qui possèdent la ténacité et la détermination nécessaires pour entreprendre les missions les plus difficiles. Ce sont eux qui font en sorte que le travail soit fait.

Les Tempestus Scions sont des soldats d’élite disciplinés qui se battent sans question ni hésitation jusqu’à ce que les ordres qu’ils ont reçus aient été exécutés. Les Commissaires sont des meneurs stricts mais inspirants qui veillent à ce que chaque objectif militaire soit atteint - quel qu’en soit le prix. Sans la volonté de fer des uns et des autres, l’Imperium serait gravement affaibli dans ses heures les plus sombres.[2]

  • La Voix du Commandement : Un bon Tempestus Scion ne pense pas pour lui-même. Au contraire, il suit sans question ni hésitation les ordres de ses supérieurs. Ces hommes doivent à leur tour commander sans doute ni faiblesse, car un ordre bien donné peut permettre de gagner une guerre.[3]
  • Troupes de Choc : Les soldats du Militarum Tempestus sont la crème de la crème, des tueurs impitoyables entraînés à annihiler l’ennemi par des salves précises de lasers perforants.


La Schola Progenium a été créée afin d’accueillir les enfants dont les parents sont morts au service de l’Empereur et pour faire d’eux les garants de l’ordre impérial. Les élèves qui sortent de la Schola sont ensuite affectés à toutes les branches de l’Adeptus Terra : Ecclésiarchie, Administratum, Arbites, Commissariat, Adepta Sororitas et même à l’Inquisition. Ceux qui se montrent particulièrement martiaux et agressifs sont pour leur part orienté vers la formation la plus dure et la plus dangereuse que propose la Schola : celle des fameuses Troupes de Choc de la Garde Impériale, ou Tempestus Scions.

Efficacité et Excellence[modifier]

Deco1AstraMilitarum.png
« La mort n’est pas un échec, car même la mort peut apporter la gloire. La peur n’est pas un échec, car la peur peut être vaincue. Le seul échec connu est d’ignorer les ordres, car même une légère hésitation à les suivre mène à une fin ignoble. »
- Lieber Progenium, Volume 1.

Les Tempestus Scions, et les Commissaires qui assurent la discipline au sein de leurs rangs, suivent le même programme d’entraînement intensif au sein de la Schola Progenium, mais ils remplissent des rôles très différents et très spécialisés au combat. Alors que les Scions se conforment aux ordres sans faille, les Commissaires assurent le commandement et veillent à ce que les ordres de l’Imperium soient exécutés consciencieusement.

Les salles de la Schola Progenium ne sont pas encombrées par les rebuts de Cités-Ruches oubliées, et ces anciennes installations impériales n’inondent pas les zones de guerre assignées avec le genre de racaille que l’on trouve généralement dans les rangs de l’Astra Militarum. Au contraire, la Schola Progenium accueille les nombreux enfants orphelins des citoyens impériaux de haute naissance. Ces nobles descendants peuvent être ceux qui ont été laissés par un Gouverneur Planétaire dont le mandat a été écourté par une cruelle incursion de Xenos, ou même les fils d’un commandant de haut rang qui a glorieusement sacrifié sa vie pour le bien de l’Imperium.

La progéniture de ces individus représente une belle réserve de héros potentiels. Par conséquent, ils ne doivent pas être gaspillés. Une fois orphelins, ces enfants sont confiés au monde le plus proche qui abrite un camp d’entraînement de la Schola Progenium. Là, les orphelins sont traités et formés pour devenir le summum de l’efficacité humaine.[4]

Les Tempestus Scions[modifier]

Troupes d’assaut de choc sans égal, les Tempestus Scions sont des soldats d’élite utilisés pour exécuter des missions que les Gardes Impériaux réguliers ne peuvent pas accomplir seuls. Les Scions ont subi un processus d’entraînement brutalement intransigeant et sont armés de certaines des meilleures armes dont dispose l’Astra Militarum. Leur capacité de destruction est renforcée par une discipline rigide, de sorte que les ordres de leurs supérieurs sont exécutés avec rapidité et précision, même si ces ordres peuvent sembler inhumains. Les Scions sont formés pour s’assurer que les décisions soient exécutés avec un pragmatisme impitoyable. En outre, leur fort endoctrinement dans le sens de l’obéissance et du devoir l’emporte sur tout instinct de survie personnelle. Quel que soit l’ennemi ou le défi, peu importe à quel point la situation peut être catastrophique, les Tempestus Scions ne reculeront devant rien pour exécuter leurs ordres. Ils sont tout à fait prêts à sacrifier leur propre vie dans le processus tant que cela permet de mener à bien leur mission.

Ces guerriers indomptables dépendent de leurs commandants, comme un Fusil de Chasse dépend de la gâchette. Ceux qui, parmi eux, font preuve de qualités exceptionnelles au combat peuvent accéder au rang de Tempestor ou Tempestor Prime, où ils donnent des ordres et les suivent, en veillant à ce qu’il n’y ait jamais de rupture dans la chaîne de commandement. Après avoir mémorisé des milliers de doctrines militaires apprises à la Schola Progenium, un Tempestor Prime est capable de guider ses équipes sur le terrain, en appliquant sans effort les décisions prises en une fraction de seconde sur le champ de bataille, décisions qui peuvent faire la différence entre le succès et l’échec. Leur efficacité permet souvent de mener un assaut ou une manœuvre vitale qui peut faire basculer la défaite en victoire.

Même quelques escouades de Tempestus Scions, déployées avec précision, peuvent changer le cours d’une guerre avant même que de nombreux régiments réguliers n’aient noué leurs lacets. Qu’il s’agisse de tenir bon face à des essaims de Tyranides affamés ou de frapper rapidement les horreurs d’un Monde-Nécropole en pleine ascension, les Tempestus Scions sont inébranlables dans la poursuite de leurs objectifs.

Ces guerriers d’élite peuvent se jeter des rampes des Valkyries volant à basse altitude, plongeant à travers des cieux enfumés avec des Grav-Chutes, ou bien ils peuvent s’infiltrer derrière les lignes ennemies pour neutraliser ses renforts avant même que celui-ci ne réalise pleinement la menace. À bord des Taurox Primes, les Tempestus Scions sont capables de frapper dans la plus inhospitalière des zones de guerre. Ils peuvent traverser toutes sortes de terrains afin de secourir les responsables planétaires au beau milieu d’un raid. Leur loyauté est telle que certains Scions sont jugés dignes d’être affectés comme gardes d’honneur temporaires pour les officiers impériaux. Ils ont même parfois été sélectionnés pour escorter des Inquisiteurs.

En raison de la réputation des Tempestus Scions en matière de conduite glorieuse au combat, les soldats de la Garde Impériale leur en veulent souvent, voire les détestent. Certains des soldats de rang inférieur les plus indisciplinés peuvent faire preuve d’une insouciance dangereuse envers les ordres et se livrer régulièrement à de bruyantes pitreries dans les mess, de sorte que la servitude et l’absolutisme sans équivoque des Scions ne les rendent pas sympathiques aux yeux de leurs camarades. En fait, le Garde Impérial moyen ne les voit guère plus que comme des brutes surprivilégiées dont les bottes métalliques pèsent sur la gorge de bons et honnêtes soldats.

Le fait que les Tempestus Scions restent insensibles à de tels murmures peut être pris pour de l’arrogance. Cependant, la vérité est qu’ils sont tout simplement indifférents aux opinions du simple soldat, tant que leurs missions sont réussies et qu’ils ne restent pas inactifs trop longtemps entre deux déploiements.

Lorsqu’ils sont largués dans une zone de conflit, ces combattants partent à la guerre avec un équipement tout aussi spécialisé qu’eux. Vêtus d’une Armure Carapace baroque avec des plaques moulées d’armaplast et de céramite qui les recouvrent presque entièrement, les Scions sont plus aptes à endurer les rigueurs de la bataille. Les Armes Radiantes du Militarum Tempestus mitraillent les bunkers ennemis, et leurs tirs millimétrés percent les peaux des Xenos et transpercent les armures. Ces faisceaux laser rouges incandescents et la lueur verdâtre des amplificateurs visuels qui traversent les couloirs enfumés sont souvent les premiers indices pour l’ennemi que ses défenses ont été percées.

Bien que pour de nombreux Tempestus Scions, un béret de parade suffise, lorsqu’une unité combat dans des climats particulièrement inhospitaliers, ils optent pour des casques munis de masques dans lesquels on peut faire passer de la bouillie nutritive et de l’oxygène. Comme ils connaissent rarement des périodes de repos entre les missions, les Tempestus Scions emportent avec eux les moyens de se maintenir en vie. Ceux qui sont restés branchés sur leur casque peuvent passer des jours sans avoir besoin de nourriture ou de sommeil supplémentaires. Ils se tiennent simplement côte à côte dans leur transport entre les missions dans une sorte de transe, endormis mais toujours en alerte. Leurs supérieurs n’encouragent pas le recours à ces techniques pendant trop longtemps, car dans certains cas, ce manque de sommeil réel peut entraîner une dépendance à leur équipement qui peut entraver la discipline. Dans des cas extrêmes, cette faiblesse peut conduire à leur retrait total de leur régiment.

Les Tempestus Scions qui ont été élevés au rang de Tempestor Prime peuvent être récompensés par un grand manteau régimentaire, un objet habituellement associé aux Commissaires, comme indicateur de leur héritage commun et de leur position de commandement. En outre, ils portent un bâton à crâne appelé Canna Militarum. Ces honneurs de la Schola Progenium ne sont décernés qu’aux guerriers vraiment distingués.[5]

Les Commissaires[modifier]

Mené par un Commissaire à la voix de stentor, les guerriers d’élite du Militarum Tempestus défendent un monde impérial contre les ennemis de l’Humanité.

Aussi contradictoires ou carrément suicidaires que puissent paraître les ordres de l’Administratum, il est primordial que ces instructions soient suivies lorsqu’elles sont émises. La lutte pour la survie de l’Humanité ne saurait souffrir aucune indulgence et il n’est pas permis de remettre en question ce qui pourrait arriver si ces stratégies prises au plus haut niveau étaient ignorées. Il peut sembler absurde que des troupes laissent derrière elles des otages détenus dans une enceinte, mais si des Nécrons inactifs se trouvent sous la surface, il vaut mieux laisser ces captifs mourir plutôt que de risquer de perturber un ennemi de plus grande envergure. De même, les ordres de purger un cargo civil sans défense peuvent sembler inhumains, mais si cela permet d’éviter la propagation de la peste ou de l’hérésie, alors une telle mission est cruciale. Ce n’est pas sans raison que l’on dit aux citoyens impériaux qu’ils ne doivent jamais remettre en question la sagesse supérieure de ceux qui sont au-dessus d’eux, même si cela va à l’encontre de leurs instincts.

Les individus de nature particulièrement stricte sont tenus d’appliquer ces ordres et d’y faire se conformer rapidement les coutumes locales ou les agents peu clairvoyants qui les entravent. Il peut être illégal dans certains mondes de prendre les armes le Jour de l’Empereur, par exemple, mais si le Commandement du Segmentum donne l’ordre de se mobiliser pour la guerre, alors un responsable intransigeant est déployé pour veiller à ce que la guerre ait lieu. Ces individus servent d’outils politiques brutaux pour l’Imperium. Ils doivent être efficaces et impitoyables, prêts à tuer les détracteurs - même si ce sont des officiers supérieurs - en un clin d’œil pour que les ordres de l’Administratum soient exécutés. Ces exécutants impitoyables du Credo Impérial sont connus sous le nom de Commissaires, et ils sont supervisés et déployés par l’Officio Prefectus.

Portant une casquette à visière ornée de l’emblème de l’Aquila, un long manteau de cuir avec des épaulettes et un uniforme noir immédiatement reconnaissable avec des garnitures rouges et dorées, un Commissaire se distingue de ses subordonnés comme un bourreau se distingue d’une foule de paysans. Marchant à la guerre souvent avec seulement un Pistolet Bolter et une épée à la main, ils rappellent constamment que l’armement ne remplace pas la bravoure, le zèle et la fierté martiale.

Les programmes d’entraînement stricts de la Schola Progenium font des Commissaires des combattants exceptionnels à part entière. Ce qui les différencie le plus de Tempestus Scions est leur rôle qui consiste à donner des ordres lorsque cela est nécessaire : ils possèdent un niveau d’autorité de commandement plus élevé que celui d’un Tempestor Prime, bien qu’ils servent souvent aux côtés d’autres officiers impériaux, ne prenant le commandement que lorsqu’ils sentent une faiblesse dans la conduite de ceux-ci. Lorsqu’il agit à la tête d’une unité, un Commissaire est tenu de faire preuve de jugement brutal afin de tirer le meilleur parti de ses hommes, et chaque Commissaire est à juste titre craint et respecté par les forces sous son autorité.

Les groupes de soldats sous le commandement d’un Commissaire peuvent être de n’importe quelle taille et provenir de régiments disparates de toute la galaxie. Ces unités auront plus ou moins de respect pour l’autorité impériale selon leurs origines et la discipline de leurs commandants. Que ces soldats soient entravés par des superstitions locales ou qu’ils soient enclins à fuir à la vue des plus hideux des habitants de la galaxie, il est du ressort du Commissaire, et de son devoir formel, de punir de telles infractions - généralement par une exécution sommaire sous la forme d’une balle de Pistolet Bolter dans la tête.

Il est également du devoir du Commissaire d’inspirer les hommes qui l’entourent, en donnant l’exemple par des tirs de Pistolet Bolter et en taillant les rangs ennemis à coups d’épée. Un Commissaire est toujours prêt à montrer ce dont les meilleurs éléments de l’Imperium sont capables lorsque ses actes éveillent les rangs inférieurs, et il consomme souvent beaucoup plus de munitions que les soldats qui le suivent.

Le code de loi intransigeant d’un Commissaire garantit la discipline. Ainsi, les régiments auxquels un Commissaire est affecté deviennent des formations beaucoup plus robustes et cohérentes. Lorsque les soldats faiblissent, un Commissaire veille à ce qu’ils ne s’enfuient pas. Là où ils sont faibles, un Commissaire renouvelle leur force. Mais lorsque les soldats font preuve de lâcheté, un Commissaire en fera des exemples sans hésiter. Gagnant le respect de ses hommes à contrecœur, un Commissaire transforme les soldats ordinaires en machines de combat supérieures.

Lorsque cette détermination de fer et cette autonomie tactique sont associées aux capacités spécialisées et à la discipline martiale louée des Tempestus Scions, les formations qui en résultent sont fiables au-delà de toute attente raisonnable. S’étant entraînés et développés dans le même environnement, chacun est conscient des forces de l’autre et réagira instinctivement de la même manière dans une fusillade. Les Scions du Militarum Tempestus sont fiers de leur réputation de rester inébranlables face à la mort, mais avec un Commissaire dans leurs rangs, ils se battront jusqu’au dernier homme.[6]

DecorMilitarumTempestus.jpg

La Schola Progenium : Forger un Tueur[modifier]

Un Scion du Militarum Tempestus se préparant à affronter les ennemis de l’Humanité.

Les Tempestus Scions et les Commissaires sont des tueurs sans remords et efficaces, mais ces guerriers ne sont pas nés ainsi. Ils sont forgés au sein des établissements de la Schola Progenium : des camps d’entraînement rudes basés sur des mondes impériaux établis de longue date. Ce sont ces installations anciennes qui sont chargées de prendre les rejetons orphelins de l’Imperium et de les transformer en soldats impitoyables.

La Schola Progenium est une institution impériale très répandue avec d’anciennes installations de formation réparties un peu partout dans la galaxie, construites dans la roche mère des planètes ayant des liens étroits avec Terra et l’Adeptus Ministorum. Bien qu’une subdivision de l’Ecclésiarchie supervise la distribution des nouveaux cadets, les diplômés de la Schola Progenium - appelés Progena - servent ensuite dans de nombreux appendices de l’Imperium. Dans les camps d’entraînement, la plupart rejoignent les rangs du Militarum Tempestus ou de l’Officio Prefectus, tandis que certaines filles peuvent être choisies pour servir dans l’Adepta Sororitas, alors que les Psykers potentiels sont extirpés et envoyés sur les Vaisseaux Noirs. Ceux qui font preuve d’une foi particulièrement ardente peuvent rejoindre l’Adeptus Ministorum lui-même. Quelques orphelins choisis peuvent voir leur destin se jouer dans l’Inquisition ou être emmenés pour s’entraîner sous les auspices de l’Officio Assassinorum.

Les Schola Progeniums ont peu d’interaction avec le monde extérieur et se trouvent le plus souvent dans des régions isolées. Leurs grandes façades en forme de cathédrale jaillissent de sommets de montagnes ou de ravins éloignés, tandis que quelques-unes des plus prestigieuses sont entourées de douves de lave bouillonnante. Des gargouilles, ravagées par le temps, se dressent devant tous ceux qui s’approchent de leurs vastes portes de fer, et des sentinelles patrouillent sur leurs murs crénelés, tant pour empêcher les cadets de s’échapper que pour empêcher les visiteurs indésirables d’y accéder. Pourtant, cachées derrière ces vastes murs baroques, les Schola Progeniums abritent pour la plupart des bâtiments ternes, aux façades en dalles, dont les plans suivent tous un modèle similaire. De par leur conception, les intérieurs des Schola Progeniums ne sont pas des lieux à admirer. En effet, on s’attend à ce que leurs occupants détestent chaque moment qu’ils y passent. À l’intérieur de chaque installation de la Schola Progenium, des serviteurs ronronnent le long des couloirs épars en béton armé, surveillant constamment les progrès des cadets. Des holo-images enregistrées sont retransmises aux chambres des Abbés-Instructeurs, ces fonctionnaires de l’Ecclésiarchie maniant le marteau qui supervisent chaque camp d’entraînement et qui sont responsables de la progression des nouvelles recrues. Les Servocrânes auto-rhétoriques débitent sans cesse les décisions du jour, donnant aux cadets des ordres sévères, des instructions et des histoires inspirantes de héros impériaux.

Dans ces salles, les nouveaux cadets sont testés et interrogés par des clercs en robe sombre qui recherchent sans cesse tout signe de faiblesse spirituelle ou de corruption. Pendant que chaque cadet dort, des Servôcranes surveillent leur moindre mouvement oculaire pour détecter les signes de rêves séditieux. Si des propos grossiers sont entendus à portée du réseau de surveillance de l’Abbé-Instructeur, ces cadets sont rapidement dirigés vers les chambres voisines pour y subir les veilles punitives. Dans des auditoriums de la taille d’un hangar, les cadets reçoivent des conférences sur les langues et l’histoire impériales. Des milliers de cadets sont assis dans des rangées de bureaux, griffonnant les litanies ou les tactiques évoquées par les communicateurs-vox ambulants. Lorsqu’ils ne sont pas en train d’apprendre par cœur ou de suivre des exercices sur les bases du combat dans des cours à hauts murs, les cadets étudient dans des bibliothèques de la taille d’une cathédrale. Chaque heure de veille d’un cadet est remplie de mémorisation des écritures saintes, d’exercices de mise en œuvre de stratégies, de tests pratiques de formules tactiques théoriques et de tests physiques brutaux d’habileté et d’endurance. Même lorsqu’ils sont autorisés à dormir, des traitements de reconditionnement subliminal ont lieu.

Certes, les camps d’entraînement de Schola Progenium sont des lieux misérables pour un cadet qui y passe sa jeune vie, mais cette dureté implacable est administrée avec raison. Une fois qu’un cadet a enduré les rigueurs de l’un de ces camps d’entraînement, il sera revêtu d’une armure mentale aussi bien que physique lorsqu’il combattra les horreurs de la vaste galaxie.[7]

Un Imperium, Une Vision[modifier]

La Schola Progenium est conçue pour homogénéiser, briser et reconstruire les fils et filles orphelins de l’élite impériale. Elle les fait passer d’enfants effrayés à de loyaux guerriers prêts à se battre et à mourir au nom de l’Empereur, ou à de redoutables fonctionnaires à la main de fer qui maintiennent les roues d’Adeptus Terra en mouvement.

Au lendemain des nombreuses atrocités si courantes au cours du 41e Millénaire, tout enfant de sang aristocratique nouvellement orphelin est porté à l’attention des fonctionnaires de l’Officio Prefectus le plus proche, qui sont chargés de traiter les répliques d’une bataille et de sauver tout ce qui est encore utile à l’Imperium. De nombreux Commissaires ont parcouru les allées jonchées de cadavres du palais d’un Gouverneur Planétaire pour découvrir un fils ou une fille désespéré qui se cachait - en sécurité, mais seul - dans un bunker souterrain. Le Commissaire, qui vient d’un milieu similaire, veillera à ce qu’un tel enfant ne soit pas perdu. Rapidement et efficacement, il l’affecte à un vaisseau à destination de la Schola Progenium la plus proche.

On murmure même que, lorsque cela est dans l’intérêt de l’Imperium, l’Officio Prefectus peut "voler" une nouvelle recrue potentielle. Parfois, un enfant - dont les parents sont encore en vie - peut être jugé comme ayant montré des qualités remarquables, et sa présence dans un monde reculé peut être considérée comme une utilisation inefficace de ces compétences alors qu’elles pourraient être mieux mises à profit dans une installation impériale. La rumeur veut qu’un Commissaire veille à ce que ces ressources soient allouées plus efficacement, même si les parents protestataires doivent être retirés de l’équation pour ce faire.

Les enfants arrivent à la vaste Schola Progeniums à des âges différents. Certains arrivent dès l’âge de six ans terrans, d’autres dès douze ans. La plupart des élèves forment de grands groupes d’orphelins à la suite d’une seule catastrophe planétaire, bien qu’il arrive parfois que des individus soient jetés dans des groupes plus importants si la situation le permet. Les nouvelles recrues subissent une série d’examens mentaux et physiques, mais cela est uniquement dans l’intérêt de l’établissement. Si le cadet a été glané sur une planète située du mauvais côté d’un fléau ou d’une rébellion spirituelle, la dernière chose que les Abbés-Instructeurs souhaitent est que cette même corruption éclate au sein d’un complexe confiné et isolé, et qu’elle fasse des ravages parmi les jeunes pensionnaires.

394e Lions Deltic[8]

Il n’est peut-être pas surprenant que lorsqu’une seule race de Xenos fut responsable d’une année entière de cadets orphelins dans la même atrocité, les descendants qui en résultent se battent souvent avec plus de détermination contre lesdits agresseurs lorsqu’ils les affrontent au combat. C’est pour cette raison que la célèbre 394e Lions Deltic est souvent déployée dans les zones de guerre contre les Orks. Chaque membre de cette tristement célèbre bande de guerriers venait du Monde-Chapelle de Chrondo V, une planète dont la population fut anéantie par une Waaagh! Ork se déplaçant dans le secteur. Avant l’arrivée des Peaux-Vertes, de grandes évacuations avaient été effectuées pour les familles des officiers et fonctionnaires de haut rang de la planète. Beaucoup d’enfants à bord des croiseurs d’évasion ont regardé avec horreur à travers les hublots les navires Orks commencer à essaimer leur monde d’origine, avant que leur vaisseau ne s’échappe finalement dans le Warp. Ils ont été emmenés à la Schola Progenium de Saint Phramona, où l’on a d’abord constaté qu’ils se trouvaient dans les paramètres attendus des nouveaux cadets. Pourtant, lorsqu’ils sont entrés dans les rangs du Militarum Tempestus en tant que 394e Lions Deltic, ils se sont montrés particulièrement féroces lors de leur déploiement contre les Orks. Leur adresse au tir contre les Peaux-Vertes était sensiblement meilleure que celle de tout autre régiment, et certains ont spéculé que les événements traumatisants de Chrondo V avaient été gravés dans leur esprit au point que même les protocoles d’endoctrinement des techniques d’homogénéisation de la Schola Progenium n’ont pas pu effacer leur désir de vengeance. Il est certain que les performances exceptionnelles des Lions Deltic contre les Orks sont utilisées comme un avantage chaque fois que cela est possible, et leurs unités sont presque toujours déployées contre les Peaux-Vertes.

Les cadets sont divisés par âge pour former des groupes d’entraînement qui formeront à terme - dans le cas du Militarum Tempestus - la base de leurs régiments de combat complets, pour maintenir un sentiment de fraternité. La taille des groupes peut aller jusqu’à deux cents individus au départ, mais ceux qui ne feraient pas de dignes serviteurs de l’Imperium sont rapidement éliminés et ne sont plus revus par leurs camarades.

Alors que l’Astra Militarum est composé de soldats issus d’un très grand nombre de cultures différentes, les Progena de la Schola Progenium ne sont pas autorisés à se diversifier culturellement. Bien que pouvant provenir de mondes différents, ils sont rapidement remodelés dans le même moule impérial. Par conséquent, on peut leur faire confiance pour faire passer les ordres de leurs supérieurs avant toute loyauté locale.

Pour que la Schola Progenium devienne leur seule réalité, on apprend aux cadets à oublier leur ancienne existence. Ils sont dépouillés de leurs anciens vêtements et de tous les objets qu’ils ont pu apporter avec eux. Ils ne reçoivent qu’un simple uniforme noir, un équipement standardisé et un matériel d’entraînement, qu’ils doivent porter et utiliser tout au long de leur formation. Les recrues sont obligées d’abandonner leur nom de naissance et reçoivent à la place un nouveau nom choisi parmi une longue liste de héros légendaires de l’Imperium. Ceci est autant pour leur rappeler l’excellence à laquelle ils doivent aspirer, que pour leur ôter leur identité. Une exception à ces processus traditionnels est l’arrivée des frères et sœurs : ils ne sont pas privés de leurs liens familiaux, car il a été constaté que ceux-ci favorisent une plus grande concurrence ainsi que des liens internes plus forts à long terme.

Une telle uniformité est plus facile à accepter pour les très jeunes étudiants que pour ceux qui ont passé plus de temps dans la culture de leurs parents - mais un conditionnement de l’esprit est toujours nécessaire pour faciliter l’engagement dans les voies de la Schola Progenium. Parfois, pour les préjugés habituels, cette clarté d’esprit peut être obtenue par des techniques simples, comme la répétition de litanies pendant des semaines. Cependant, à un moment donné, chaque cadet est attaché à une chaise en fer appelée Trône de Correction. Des aiguilles sont alors insérées à l’arrière du crâne du cadet, et sa tête est inondée avec du dirus, un fluide neurochimique qui nettoie ses synapses, effaçant les vieux souvenirs et ouvrant la voie à de nouvelles informations. C’est un fait malheureux et peu discuté que l’Imperium possède des stocks de dirus de plus en plus réduits, et qu’il est de plus en plus dilué avec des substances de plus en plus douteuses. Pendant que les cadets subissent un tel traitement, les Servocrânes auto-vox relayent des discours vertueux, des cris de guerre ou simplement des citations inspirées de textes ecclésiarchiques pour leur insuffler correctement et irrévocablement l’émerveillement de leur nouveau credo.

Malheureusement, même les techniques de manipulation de l’esprit de la Schola Progenium ne sont pas infaillibles. Les rêves et les visions des existences précédentes hanteront certaines recrues pour le reste de leur vie. Un Scion peut ne jamais se débarrasser complètement des visions cauchemardesques qui s’attardent sur son monde d’origine, ou du traumatisme de la mort de ses parents. Comme pour tous ces sujets, la méthodologie de la Schola Progenium n’est pas remise en question.

Cependant, il est toujours préoccupant de voir un cadet montrer une trop forte réticence à se conformer correctement. En récompense de leur indépendance, ils sont souvent relâchés sur les terrains d’entraînement pour être traqués par leurs anciens camarades. Cela sert autant à lier les cadets restants qu’à punir l’individualité. Si un cadet désobéit publiquement aux ordres, il connaîtra une fin spectaculaire et très publique, par la grâce du grand marteau d’un Abbé-Instructeur. Le peu qui reste de leur colonne vertébrale est enroulé dans une boîte en verre et monté dans le dortoir pour servir d’avertissement aux autres. Ce n’est pas pour autant la seule façon d’infliger des punitions curatives. Dans l’installation de Schola Progenium à Brellex, les produits d’un incident restent à jamais gravés dans le marbre et les mémoires. En raison d’un lot défectueux de produits chimiques pour le conditionnement physique de l’esprit, un groupe d’une année entière s’est élevé contre les diktats de ses maîtres. Le Premier Abbé, furieux, a ordonné à l’Officio Prefectus d’écraser la rébellion. Alors qu’ils étaient encore en vie, les cadets mutins ont été enduits de mortier et utilisés pour tapisser les murs en béton armé de la Schola. Aujourd’hui encore, leurs os dépassent des longs couloirs, comme en quête de liberté, servant à avertir des conséquences de l’insubordination.[9]

La Forge des Cadets[modifier]

La formation dans la Schola Progenium peut être considérée comme une forme de torture prolongée. En effet, les fractures du corps et les esprits brisés ne sont pas rares. Les cadets subissent des exercices physiques de base en armure lourde, les fatiguant rapidement lorsqu’ils escaladent les murs ou se pressent sous les barbelés. Une gifle provenant de la main gantée de l’Abbé-Instructeur et la vue de son grand marteau suffisent généralement à encourager un cadet léthargique à faire un effort supplémentaire. Les exercices militaires à balles réelles se déroulent dans le rude paysage qui entoure une Schola Progenium ou sur les lunes avoisinantes. On attend souvent des cadets qu’ils passent des jours dans la nature avec peu de nourriture ou d’instruction, et peu d’armes pour combattre la faune hostile qui erre sur la planète. Pourtant, à chaque jour épuisant, les cadets améliorent leurs performances. Leur vitesse et leur endurance augmentent, ils escaladent des murs que l’on croyait impossibles à franchir, et il devient évident, même pour un Abbé-Instructeur novice, que de véritables guerriers sont en train d’être forgés. Au sein de la Schola Progenium, on croit fermement que c’est à partir de la plus chaude des fournaises que naissent les liens de fraternité les plus solides.

Quelle que soit la technique, cette tutelle permet de mieux deviner le chemin que doit emprunter un cadet, tout en préparant le leur aux brutalités du 41e Millénaire. En effet, le régime d’entraînement au sein de la Schola Progenium n’existe pas seulement pour créer des combattants hautement qualifiés. Au milieu des épreuves et des défis, l’Abbé-Instructeur évaluera et réévaluera constamment qui fera un excellent Tempestus Scion, un excellent Commissaire, ou qui serait mieux adapté au sein de l’Adeptus Terra. Cependant, certaines Schola utilisent des méthodes de sélection plus ésotériques. Par exemple, le Premier Abbé de la Schola Progenium sur Sanctus Omega est un adepte connu du Tarot de l'Empereur, et utilise les cartes mystiques pour orienter son jugement ou décider du cheminement d’un cadet. Techniquement, aucun rôle n’est considéré comme plus prestigieux qu’un autre, bien que les Commissaires soient généralement considérés comme les plus redoutables des élèves de la Schola. Chaque diplômé a un rôle très spécifique au sein de l’Imperium en général, et ces compétences doivent être discernées bien avant les Tests de Conformité - l’étape la plus importante du temps d’un cadet à la Schola Progenium.[10]

Les Tests de Conformité[modifier]

Bien que la majorité des Tempestus Scions soient issus des Progena, certains très hauts gradés de l’Imperium (tels que les Inquisiteurs) usent parfois de leur influence afin de faire intégrer un individu au programme de formation des Troupes de Choc. La Schola Progenium ne fait aucune différence entre un garçon à peine sortit de l’adolescence et un vétéran endurci qui a déjà de longues années de service à son actif. Si ces derniers ont le moindre motif de se plaindre, leurs récriminations se voient prestement enterrées sous une montagne d’intense entraînement. Quand (ou si) ces individus réchappent à leur entraînement et accèdent au rang de Scions, ils sont ôtés à leur escouade et rendus à leurs employeurs.

Il est très rare qu’un individu soit sélectionné de cette manière pour intégrer les rangs des Tempestus Scions, mais cela arrive parfois si celui-ci a fait preuve d’un courage et d’un dévouement hors du commun. Un tel candidat devra avoir démontré d’impressionnantes qualités de combattant, une résistance à la panique et à la terreur à toute épreuve, et une profonde foi dans le Credo Impérial. Naturellement, l’Inquisiteur qui le parraine a souvent d’obscures (et secrètes) raisons de permettre à son Acolyte de suivre cette formation. Les Tempestus Scions font d’extraordinaires agents du Trône et servent souvent de gardes du corps aux Inquisiteurs dans les situations les plus dangereuses, où leurs qualités martiales et leurs connaissances sont grandement appréciées.

Ces inhabituels candidats sont généralement examinés de près par les Abbés-Instructeurs avant d’être jugés dignes de rejoindre les Progena qui suivent la formation des Troupes de Choc. Le candidat doit par ailleurs étudier rigoureusement sous la tutelle de l’Inquisition afin de mettre ses connaissances au niveau de celles des Progena : Tactica Imperium, techniques d’infiltrations avancées et rituels de communion basiques afin de pouvoir employer leur équipement avancé (cibleurs, parachutes antigrav, etc.) Dans la plupart des cas, les Progena ne reconnaissent pas les qualités du candidat qui s’introduit parmi eux et préfèrent garder leurs distances avec « l’étranger ». Celui-ci n’est après tout parmi eux que grâce au mécénat d’un puissant individu et nombre de Progena s’imaginent qu’il ne possède pas toutes les qualités nécessaires pour partager l’honneur qui leur a été fait. Les Abbés-Instructeurs ne se mêlent traditionnellement pas des rapports qui se forment entre les hommes dont ils ont la responsabilité et ne consacrent ni plus ni moins de temps aux candidats extérieurs qu’aux Progena. De nombreux vétérans aguerris ont du mal à ravaler leur fierté lorsqu’ils se rendent compte que les Abbés ne les traitent pas mieux que s’ils étaient des bleus qui n’ont jamais mis le pied sur un champ de bataille. Pourtant, il leur faudra bien ravaler leur fierté s’ils souhaitent arriver au terme de leur formation et donner satisfaction à leur maître.

Les candidats qui survivent à cet effroyable régime d’entraînement accèdent au grade de Commando d’Élite. Les candidats issus de l’Inquisition ne sont en revanche pas mobilisés au sein d’une unité de Tempestus Scions. Une fois leur entraînement achevé, ils rejoignent leur bienfaiteur afin de remplir une fonction encore plus importante, au sein de l’escorte personnelle d’un Inquisiteur.

Chaque Schola Progenium utilise un ou plusieurs défis pour séparer ceux qui deviendront Commissaires de ceux qui rejoindront le Militarum Tempestus. Ces épreuves prennent des formes diverses, mais le but premier de toutes ces épreuves est de mettre en évidence les cadets qui sont le mieux à même d’obéir aux ordres dans l’adversité, et de tester la façon dont ils traitent ces ordres. Bien sûr, un pourcentage des candidats échoue dans la tâche qui leur est assignée - beaucoup finissent comme écuyers ou serviteurs de la Schola Progenium. Certains de ces échecs peuvent être utilisés comme des subalternes pendant la durée de leur peine et finalement être autorisés à rejoindre l’Astra Militarum. Toujours désireux de prouver leur valeur, ces quelques personnes peuvent encore devenir des soldats impériaux à part entière.

Pour les Tempestus Scions potentiels, les Tests de Conformité peuvent comprendre des exercices de tir réel dans l’Hallucinarium. Dans ces labyrinthes sans fin, les cadets sont constamment exposés à des visions étranges et à de fausses suggestions. Pourtant, on attend des futurs initiés qu’ils suivent les ordres corrects sans hésitation, peu importe l’étrangeté de ces ordres et la monstruosité des entités auxquelles ils se heurtent. Il y a aussi des tests physiques chronométrés, comme escalader la grande façade de l’installation tout en chantant constamment la devise de cette Schola Progenium particulière. Si les déclamations du candidat ne sont pas synchronisées avec le tempo métronomique du Servocrâne qui plane à proximité, le cadet pourrait bientôt avoir à composer avec des tirs d’armes à feu, en plus de devoir grimper sur les hauts murs.

Pour les Commissaires potentiels, les épreuves de conformité prennent généralement des formes encore plus ésotériques. Sans savoir qu’il s’agit d’un test, un cadet peut recevoir l’ordre de localiser l’un de ses plus proches collègues - un camarade avec qui il a partagé les épreuves du Schola Progenium pendant de nombreuses années - et de lui tirer une balle dans la tête. Un ordre d’exécution aussi dur sert un double objectif, car il prouve que le cadet-Commissaire peut non seulement suivre les ordres impériaux, mais qu’il n’aura aucun problème à tuer des officiers récalcitrants dans le feu de l’action. Toutefois, la Schola Progenium reconnaît le danger que représente un candidat hautement qualifié qui possède le potentiel d’un Commissaire, mais qui ne peut pas suivre un tel ordre. Les Commissaires en puissance qui échouent à ce test finissent par être victimes du même défi lancé à un autre candidat, ou libérés pour servir de proie à un groupe de Scions potentiels.

Les quelques braves adeptes au sein de l’Adeptus Ministorum qui suggèrent que tout ceci est un gaspillage inutile de talents précieux se voient rappeler que ces tests sont essentiels pour séparer ceux qui sont vraiment sans remords de ceux qui sont hantés par le doute. En outre, il y a toujours des milliers d’orphelins supplémentaires livrés à eux-mêmes chaque année - de telles pertes ne sont guère importantes.[11]

Jour de la Sélection[modifier]

Une fois que les cadets ont survécu aux divers Tests de Conformité, les capitaines d’exercice leur attribuent leur chemin lors d’un événement appelé "Jour de la Sélection". C’est alors que les défis vraiment difficiles commencent.

Les Jours de Sélection à la Schola Progenium marquent le moment où un cadet se voit assigner à son destin. Des vaisseaux caverneux descendent en orbite planétaire, prêts à exporter leur progéniture vers leurs nouveaux rôles. De l’aube au crépuscule, au milieu de la lente incantation des anciennes litanies et des nuages d’encens, les cadets sont divisés selon le chemin qu’ils ont choisi.

Bon nombre d’entre eux découvrent qu’ils vont se diriger vers les rangs d’Adeptus Terra. Les jeunes femmes qui font preuve non seulement d’excellentes compétences militaires mais aussi de signes de foi forts sont prêtes à se rendre dans les couvents d’entraînement des Adepta Sororitas, tandis que d’autres peuvent rejoindre les Adeptus Arbites.

Les guerriers les plus talentueux sont choisis pour le Militarum Tempestus et l’Officio Prefectus. Chaque groupe est affecté à un navire et par conséquent envoyé à la Schola Tempestus ou Schola Prefectus appropriée pour un entraînement plus poussé.[12]

DecorMilitarumTempestus.jpg

L'Ordo Tempestus[modifier]

L’organisation de l’Imperium est si complexe que de nombreux Lexmechaniciens ont perdu la raison en essayant de la comprendre. Dans l’Ordo Tempestus, cependant, il existe des chaînes de structures qui sont restées immuables à travers les âges.

L’Ordo Tempestus est l’une des organisations impériales les plus rigidement codifiées, car ses hommes forment l’épine dorsale de l’Astra Militarum. Bien que l’Ordo soit techniquement une sous-faction régie par l’Adeptus Administratum, il jouit d’une bien plus grande autonomie que les régiments qui combattent souvent à ses côtés. Les rangs de l’Ordo sont principalement composés de Commissaires et de Tempestus Scions, bien qu’ils aient souvent inclus des factions spécialisées mystérieusement absentes des archives impériales. Sur tous les théâtres de guerre de la galaxie, les hommes de l’Ordo travaillent aux côtés de la puissance incalculable de l’Astra Militarum, leur formation d’élite complétant les effectifs de la Garde Impériale.

Si l’Ordo fournit le squelette rigide de la discipline qui maintient l’Astra Militarum dans un même ensemble, ce sont les Commissaires qui sont les esprits de l’opération. L’Officio Prefectus gouverne et contrôle les régiments de Tempestus Scions et de la Garde impériale, s’assurant que leur force militaire est utilisée à bon escient au nom de l’Empereur. Tous les Commissaires sont chargés d’improviser de nouveaux ordres sur le champ de bataille, un privilège rare dans la structure rigoureusement contrôlée de la machine de guerre impériale. Mais seuls les plus anciens d’entre eux, connus sous le nom de Seigneurs Commissaires, sont véritablement indépendants. Ce sont des guerriers au grand charisme personnel, et ils inspireront souvent les hommes en menant de front plutôt que de derrière le canon d’un Pistolet Bolter.

Les Tempestus Scions ne forment pas le corps principal de l’Astra Militarum, car cette tâche incombe aux soldats de base de la Garde Impériale. Ils peuvent être comparés à un couteau, un poinçon exerçant une force mortelle qui s’applique avec une vitesse choquante sur le point le plus faible de l’ennemi. De nombreuses guerres d’usure ou campagnes prolongées ont été menées à terme de manière spectaculaire par les forces de frappe de Tempestus Scions. Le plus souvent, leur insertion, l’achèvement de la mission et les paramètres d’extraction sont tous réalisés le même jour.[13]

Héros et Légendes[modifier]

Tous les diplômés de la Schola Progenium rejoignent un groupe d’individus exceptionnels qui imposent la volonté de l’Imperium à une galaxie hostile et indifférente.

En plus d’être l’aile d’élite de l’Astra Militarum, l’Ordo Tempestus est le terrain d’entraînement des meilleurs agents de l’Imperium, en dehors du légendaire Adeptus Astartes. Il travaille aux côtés de la Schola Progenium, dont les installations sont régies par l’Ecclesiarchie, pour livrer aux principales institutions impériales les meilleures recrues que la galaxie puisse fournir.

La Schola Progenium reçoit un afflux constant d’orphelins de guerre provenant des mondes contestés de l’Imperium de l’Humanité. Ces jeunes individus sont officiellement connus sous le nom de Progena Novum. Formés, éduqués et entraînés à un degré presque inhumain, ceux qui réussissent leurs Tests de Conformité et passent le Jour de la Sélection sont ensuite répartis pour servir dans les différents organes de la hiérarchie impériale.

La majorité de ces cadets sont affectés à la Schola Tempestus, où ils suivent la formation éreintante nécessaire pour devenir des Tempestus Scions. Le taux de mortalité parmi chaque groupe de recrues annuelles est élevé, car la Schola Tempestus est aussi impitoyable qu’efficace. Après trois ans de conditionnement physique et mental intense, ceux qui survivent à leur formation sont affectés à un régiment de Scions et rejoignent le Militarum Tempestus pour de bon. Dès lors, ils reçoivent le meilleur équipement et les meilleures ressources que les arsenaux de l’Ordo Tempestus peuvent fournir. En retour, on attend d’eux qu’ils donnent leur vie au service de l’Imperium et qu’ils obéissent aux ordres de leurs supérieurs sans poser de questions, quelles que soient les horreurs auxquelles ils sont confrontés.

Seuls les Progena ayant l’esprit le plus fort et la volonté la plus inébranlable ont la possibilité de rejoindre l’Officio Prefectus. En supposant qu’ils puissent se montrer capables de mettre de côté des préoccupations aussi éphémères que l’humanité et la compassion, le Jour de la Sélection, ces futurs Commissaires sont affectés à la Schola Prefectus. Ils y passent plusieurs années à apprendre les subtilités du Credo Impérial, du Tactica Imperium, et même des sections du Codex Astartes. Une fois que chacun de leurs domaines de connaissance est complété, ils reçoivent l’uniforme et l’autorité d’un membre à part entière de l’Officio Prefectus. Doté d’un Pistolet Bolter, instrument sacré de l’autorité et de la vengeance présenté à tous leurs frères, et fréquemment doté d’une Épée Énergétique pour les combats rapprochés, le Commissaire est prêt à inculquer la discipline et à infliger la Paix de l’Empereur à tous ceux qui se trouvent dans l’Ordo Tempestus et en dehors. Les cadettes qui montrent à la fois des aptitudes physiques et une foi ardente en l’Empereur seront envoyées aux Adepta Sororitas via l’un des organismes qui régissent leurs anciens Ordres - le Couvent Sanctorum ou le Couvent Prioris. C’est là que les Sœurs en formation apprennent les secrets de la merveille mécanique qu’est l’Armure Énergétique et comment manier la sainte trinité du Bolter, du Lance-Flammes et du Fuseur.

Les hommes qui portent le credo de l’Empereur dans leur cœur et font preuve d’une foi presque surnaturelle seront réquisitionnés par l’Adeptus Ministorum. Certains d’entre eux se retrouvent détachés dans des régiments d’Astra Militarum, comme leurs contemporains Commissaires, tandis que d’autres renforcent les Adepta Sororitas, retournent à la Schola Progenium en tant qu’Abbés-Instructeurs, ou même dirigent des armées de fidèles à part entière.

Rejoindre l’Adeptus Ministorum est un honneur sans commune mesure ; de leurs rangs naissent les dirigeants les plus pieux de l’Imperium. Les personnes les plus érudites, ainsi que celles dont l’esprit est adapté à l’ennui des rôles administratifs et logistiques, passeront plutôt le reste de leur vie dans l’Adeptus Terra. Chaque Adepte formé a non seulement un esprit exceptionnel, mais aussi une solide connaissance des arts militaires grâce au temps qu’il a passé à la Schola Progenium. Dans les rares cas où une insurrection éclate dans un complexe de de stockage de données ou de pedanticum, les fauteurs de troubles potentiels peuvent se retrouver étouffés par leurs propres pamphlets hérétiques ou avec le cerveau fracassé par le surveillant studieux mais inopinément violent qu’ils avaient auparavant considéré comme une proie facile.

De toutes les organisations qui recrutent leurs agents à la Schola Progenium, la plus secrète est la Sainte Inquisition de l’Empereur. Puissante au-delà de toute mesure, l’Inquisition entretient de nombreuses forteresses dispersées dans la galaxie, certaines dissimulées, d’autres bien connues mais pas moins énigmatiques pour autant. Les Scions sélectionné par l’Inquisition sont chargés de la protection de ces fameuses forteresses et de la sécurité des Vaisseaux Noirs lors de leur mission les emmenant d’un bout à l’autre de l’Imperium. L’Inquisition ne prend que ceux qui excellent physiquement, mentalement et spirituellement, et la pureté et l’incorruptibilité de ces Scions seront soumises à examen minutieux avant qu’ils ne soient autorisés à porter le symbole de l’Inquisition, ce qui les rendra aptes à opérer dans les armées des Inquisiteurs si les effectifs des Chambres Militantes venaient à s’avérer insuffisants. Certains parmi ces prodiges rejoindront les rangs en tant qu’Acolytes sous la tutelle d’un Inquisiteur plus ancien, les plus malins et les plus capables d’entre eux deviendront même des Inquisiteurs à part entière. Ils auront le droit de changer le cours de l’histoire, d’envoyer des groupes de combat entiers de l’Astra Militarum et des Chapitres de l’Adeptus Astartes dans les feux de la guerre, et même de condamner à l’oubli des planètes bien peuplées s’ils le jugent nécessaire.

Ainsi, l’influence s’étend à travers les étoiles, guidant les ordres inférieurs de l’Humanité par la volonté des Hauts Seigneurs de Terra eux-mêmes. Grâce aux compétences et à la discipline de ceux qui ont été arrachés à leurs familles et reforgés dans les feux de l’adversité, le domaine de l’Humanité se maintiendra ou tombera.[14]

DecorMilitarumTempestus.jpg

Les Régiments du Miltarum Tempestus[modifier]

Alors que l’Astra Militarum accorde de l’importance à un grand nombre de troupes infanteries, les régiments du Militarum Tempestus mettent l’accent sur un entraînement rigoureux dans des environnements divers, un armement supérieur et des capacités tactiques inégalées. En conséquence, ces régiments d’élite sont beaucoup plus rares, et pourtant leurs actes de bravoure sont célèbres dans tout l’Imperium.[15]

133e Lions de Lambdan[modifier]

LambdanLions.jpg
LambdanLionsSymbole.jpg
Depuis plus de deux millénaires, les Progena qui forment les nombreux régiments des Lions de Lambdan servent d’auxiliaires à l’Adeptus Mechanicus. Leur Schola Progenium et leurs installations d’entraînement du Militarum Tempestus sont basées sur les deux lunes qui orbitent autour du Monde-Forge de Mezoa. Les anciens pactes font que l’Ordo Tempestus se doit d’assigner aux Lions de Lambdan des missions de combat au nom du sacerdoce dirigeant de Mezoa, afin de récupérer les connaissances perdues impériales ou les technologies obscures. En échange, les Scions bénéficient de toutes sortes d’améliorations ésotériques, qui sont montées sur leurs véhicules ou intégrées à leurs armures et à leur armement, ainsi que d’une compréhension de base de la technologie lingua, ce qui est rare pour les Scions. Bien qu’ils aient peu d’interaction avec le Culte Mechanicus lui-même - car les Scions ne s’occupent que de leurs ordres - les missions du 133e Lions de Lambdan aident continuellement l’Adeptus Mechanicus dans sa recherche de connaissances supplémentaires, de sorte qu’ils travaillent indirectement à la gloire de l’Omnimessie. Fait inhabituel pour un régiment du Militarum Tempestus, les Lions du Lambdan s’engagent dans de longues campagnes expéditionnaires à travers des mondes qui abritent des artefacts, plutôt que d’opter pour des missions qui impliquent une furtivité rapide ou des frappes brutales avant de battre en retraite. Lorsque la situation l’exigera, les Lions de Lambdan se distinguent également à l’ombre du Collegia Titanica ou aux côtés des légions de Skitarii. Mais surtout, ils exécutent les ordres du clergé de Mezoa quand l’Ordo Tempestus l’autorise. La nature labyrinthique de la bureaucratie impériale signifie que l’Adeptus Mechanicus donne parfois des ordres aux Lions sans même attendre l’autorisation officielle.[16]

55e Aigles de Kappic[modifier]

KappicEagles.jpg
KappicEaglesSymbole.jpg
Les exploits du 55e Aigles de Kappic sont légendaires au sein des forces du Militarum Tempestus. Le Tempestor Prime Magnus Krassus, dont le frère est également célèbre dans l’Ordo Tempestus, est un soldat redoutable et une source d’inspiration pour des milliers de nouveaux aspirants. Sous la direction de Krassus, le 55e Aigles de Kappic a remporté d’innombrables victoires au nom de l’Ordo Tempestus. Peu de régiments du Militarum Tempestus ont obtenu de plus grands honneurs à la guerre, et ses actes se caractérisent par l’obéissance, l’excellence, et l’efficacité qui ont fait sa renommée. C’est le 55e Aigles de Kappic qui est monté à bord du Scarfist, le vaisseau de ferraille Ork, et la détruit, sauvant ainsi le système Valdax. Le 55e Aigles de Kappic a aidé les Space Wolves de la Grande Compagnie d’Erik Morkai contre les Word Bearers sur Fellbrek III. Ces soldats d’élite du Militarum Tempestus ont été responsables de la paralysie de la force de frappe des Crimson Slaughter sur les monde de glace d’Ybrekian, et a dirigé la destruction d’une Cité-Ruche remplie de traîtres sur le Monde-Chapelle de Vorrul. Lorsque les légendaires reliques de l’Ordo Tempestus, les Gantelets Barbelés d’Avitus, furent volés par les Asuryanis du Vaisseau-Monde d’Altansar, les Scions du 55e Aigles de Kappic ont été envoyés pour les récupérer. Par vengeance, les Aigles ont déferlé par vagues successives sur les Gardiens afin de les récupérer.[17]

34e Centaures Bétics[modifier]

BeticCentaurs.jpg
BeticCentaursSymbole.jpg
Les Scions du 34e Centaures Bétics sont issus du Monde Mortel volcanique de Makron V. La planète est située dans un sous-secteur fréquemment attaqué par diverses factions de pirates des Space Marines du Chaos. Les terrains d’entraînement du Militarum Tempestus sont basés à côté de leurs anciennes installations de la Schola Progenium afin de protéger les futurs aspirants contre les nombreuses incursions - bien que certaines de ces batailles offrent de nombreuses possibilités d’entraînement aux futurs Scions. Une planète aussi brutale engendre des guerriers particulièrement endurcis, et les Centaures Bétics ont enduré certains des pires combats du sous-secteur.

Le 34e Centaures Bétices est devenu célèbres pendant les Guerres Vellix. Sur Valiar III, l’un des mondes impériaux les plus peuplés du système, un Seigneur des Crânes a causé une grande dévastation qui a balayé la planète, accompagné de nombreux Démons et machines de guerre. Le mastodonte avait broyé des milliers d’âmes dans son sillage, et réduit des amas entiers de hab-blocs en décombres. Le petit régiment d’Astra Militarum de la planète avait été pratiquement anéanti, et un vaste contingent du 34e Centaures Bétics fut donc envoyé pour détruire les machines de guerre du Chaos. Les Scions tombèrent sur la planète derrière l’une des plus robustes fortifications de la planète alors qu’elle était sur le point d’être assiégée par la monstrueuse Machine-Démon. En toute discrétion, les Scions ont attendu l’arrivée du Seigneur des Crânes et, lorsque celui-ci a finalement surgi sur les lignes impériales, ils l’ont attaqué avec un arsenal féroce d’armes à feu, de charges melta et de munitions. La Machine-Démon a rugi, tuant des dizaines de Scions dans une contre-attaque furieuse. La puissance de feu incessante et précise des soldats du Tempestus, ainsi qu’un barrage de grenades, ont fini par réduire le Seigneur des Crânes en un tas de scories fumantes.[18]

68e Lions Deltic[modifier]

DelticLions.jpg
DelticLionsSymbole.jpg
Le 68e Lions Deltic est bien connus pour sa capacité à supporter certains des mondes les plus toxiques de l’Imperium. En effet, de nombreux bourbiers nocifs se sont avérés avoir peu d’effets sur leur corps. Là où d’autres régiments ont péri sur des planètes ravagées par des fléaux, les Lions Deltic ont survécu à certaines des contagions les plus virulentes de la galaxie. Leur célèbre immunité leur a valu d’être régulièrement convoqués lorsque les sous-fifres du Dieu de la Peste, Nurgle, étaient à l’œuvre dans une zone de guerre, selon les soupçons de l’Ordo Malleus de l’Inquisition. Cependant, leur résistance à la maladie a également fait du 68e Lions Deltic un objet de curiosité pour Grand-Père Nurgle lui-même, et il envoie souvent ses Démons pour enquêter sur les Scions à sa manière unique et horrifiante.

En tant que tels, le 68e Lions Deltics possèdent une longue et glorieuse histoire de combat contre les incursions de Nurgle dans la galaxie. Par une série de frappes fulgurantes, il a détruit un culte de Nurgle sur le Monde-Ruche Mularion avant que leur corruption ne se propage au reste de la population. Sur le monde d’Avatroid, les Scions ont combattu aux côtés des Space Marines du Chapitre Aurora - ensemble, ils ont étouffé une incursion démoniaque en plein essor et purgés les citoyens infectés, sauvant ainsi la majorité de la population d’Avatroid. Mais la plus grande victoire du 68e Lions Deltic a peut-être été remportée contre une bande de guerre de la Purge qui a attaqué leur installation de la Schola Progenium dans le secteur de Scarus. Après s’être précipités à la défense de la Progena de leur Schola, les Scions ont utilisé des leurres pour attirer les Space Marines corpulents dans un ravin de glace proche où la neige et le froid intense ont confondu le mouvement des traîtres. Les Scions environnants ont ouvert le feu avec des champs de tir couleur rouge rubis qui se chevauchaient et qui ont incinéré la menace. Depuis ce jour, une petite garnison de Lions Deltic reste attachée à la Schola Progenium, vérifiant avec vigilance que le ciel ne soit pas envahi par les sous-fifres de Nurgle, s’assurant que leur Schola est en sécurité.[19]

43e Dragons Iotan[modifier]

IotanDragons.jpg
IotanDragonsSymbole.jpg
Le régime d’entraînement du 43e Dragons Iotan est célèbre pour la simulation de combats dans des labyrinthes de grottes obscures, permettant au Scion de développer davantage sa capacité à combattre à l’aveugle. Cela lui a permis de se battre plus efficacement contre des ennemis qui utilisent des méthodes de guerre plus furtives et plus insidieuses. Bien qu’il ait prouvé sa compétence contre toutes sortes d’ennemis Xenos, du Drukhari au T'au, le 43e Dragons Iotan est devenu un spécialiste au sein du Militarum Tempestus pour lutter contre les organismes aberrants des Tyranides. En effet, l’entraînement des Scions a fait d’eux des guerriers exemplaires contre cet ennemi des plus horribles et des plus insidieux.

Le 43e Dragons Iotan a d’abord montré ses talents sur la colossale station spatiale située au-dessus du Monde-Chapelle de Mondrax III. Les Lictors et les Genestealers avaient causé un carnage parmi l’équipage impérial de la station, dont les membres traînaient sur des kilomètres dans la structure au moment où le Militarum Tempestus arriva. On craignait qu’une catastrophe soit imminente, car une superstructure similaire avait été envahie par les Tyranides sur Mondrax II, et la station s’était écrasée sur la planète, l’explosion qui en avait résulté tuant des milliards de personnes. Les Scions du 43e Dragons Iotan passèrent plusieurs semaines à bord de la station de Mondrax III, chassant patiemment les Tyranides aux confins de l’obscurité, éclairant les couloirs avec leurs lasers et leurs torches, carbonisant les carapaces des Xenos et les griffes tendues jusqu’à ce que le moindre Tyranide ait disparu du moniteur de leur Tempestor Prime.[20]

55e Hydras Alphic[modifier]

AlphicHydras.jpg
AlphicHydrasSymbole.jpg
Le 55e Hydras Alphic est l’un des régiments du Militarum Tempestus les plus respectés de l’Imperium. Cela s’explique en partie par le nombre de missions qu’il a menée aux côtés des Ultramarines - à ce jour, il a combattu aux côtés des 2e, 5e, 7e et 8e Compagnies au cours de leur illustre carrière. L’association entre ces Scions et les Space Marines est si étroite que les Hydras Alphic ont récemment été autorisés à s’entraîner sur des terrains dangereux situés dans tout le système d’Ultramar. Certains au sein de l’Ordo Tempestus chuchotent que certains des meilleurs jeunes Scions du régiment ont même été recrutés par l’Adeptus Astartes.

Les Scions du 55e Hydras Alphic sont d’abord entrés en guerre aux côtés des Fils de Guilliman sur l’Agri-Monde de Masali, où ils ont aidé les Ultramarines à purger la planète des Orks. Le Tempestor Prime Vallius Delt a dirigé son régiment à travers les impraticables jungles empoisonnées de Masali et les profondeurs des vignes. Il a contourné les flancs d’une vaste horde Peau-Verte qu’il a diriger au cœur d’un piège des Ultramarines, mettant fin à l’invasion avec une brutalité rapide. Le Chapelain Trajan de la 2e Compagnie des Ultramarines a observé que ces humains se sont battus avec discipline, noblesse et une profonde loyauté aux ordres des Ultramarines, et il a fallu peu de discussions pour que les autres Space Marines du Chapitre reconnaissent la valeur des Scions. Très vite, le 55e Hydras Alphic participa à des assauts planétaires répétées avec l’Adeptus Astartes, à la demande des Ultramarines. Leur plus récent succès fut lors d’une bataille sur le monde d’Idzyk II, où ils ont formé une unité furtive pour tendre une embuscade et neutraliser un Chevalier Fantôme Asuryani, renversant le cours de la bataille en faveur des Ultramarines.[21]

22e Griffons Thetoid[modifier]

ThetoidGryphonnes.jpg
ThetoidGryphonnesSymbole.jpg
Bien que tous les guerriers du Militarum Tempestus excellent dans les frappes rapides sur le champ de bataille, le 22e Griffons Thetoid est particulièrement rapide. Leurs Scions sont tous orphelins de Tallix, un monde d’une gravité plus élevée que celle typique du sous-secteur de Rebandus. En conséquence, les muscles de leurs jambes sont plus puissants et ils sont capables de courir à pied sur tous les terrains avec une vitesse impressionnante, quel que soit l’équipement qu’ils transportent. Dans cet esprit, même les systèmes gravitationnels de leurs Taurox Primes ont été modifiés, de sorte que leurs véhicules sacrifient un certain degré de stabilité et de durabilité pour une plus grande vitesse.

Leur rapidité a été particulièrement remarquable lorsque le 22e Griffons Thetoid fit une frappe fulgurante contre un Kulte d'la Vitesse qui assiégeait le monde désertique de Walbek II. Les Buggys et les Motos des Peaux-Vertes avaient traversé les plaines, massacrant les troupes locales des FDP avant qu’elles n’aient pu se défendre correctement. Les Griffons se lancèrent à la poursuite du Big Boss Spanik, le cerveau derrière les assauts brutaux des Orks. Leurs Taurox Primes dépassèrent les motos des Orks jusqu’à ce qu’ils rattrapent le Chariot de Guerre de Spanik. Des frappes de précision neutralisèrent les moteurs du véhicule, et le Tempestor Prime Thetius sauta à travers des nuages de sable sur le véhicules du Big Boss. Thetius exécuta le Big Boss avec des tirs rapides de son arme à feu, mettant ainsi fin aux ambitions du Kulte d’la Vitesse sur Walbek II. Alors que les Orks se rapprochaient du Chariot de Guerre estropié en hurlant leur rage, le 22e Griffons Thetoid remonta dans ses transports et devança dans sa retraite les Motos des Peaux-Vertes qui s’approchaient.[22]

101e Dragons Bétics[modifier]

BeticDragons.jpg
BeticDragonsSymbole.jpg
Le 101e Dragons Bétics s’est fait connaître dans tout le sous-secteur Goanx en venant en aide au Chapitre Space Marine des Destroyers. L’Adeptus Astartes avaient défendu un Monde Mortel volcanique contre une bande de guerre Crimson Slaughter. Une meute de Métabrutus avait détruit beaucoup de leurs Motos d’Assaut, et les Heldrakes avaient paralysé deux de leurs vaisseaux de combat Stormtalons.

Alors que les Valkyries des Dragons Bétics lançaient des assauts sur les Heldrakes, occupant les redoutables Machines-Démons, les Scions ont pu atterrir sur la planète sans se faire remarquer. Leurs Taurox Primes se sont immédiatement dirigées vers les Métabrutus et enragèrent les furieux marcheurs avec des tirs répétitifs de canons de combat. Les Métabrutus ont poursuivi les véhicules, qui ont accéléré vers le flanc d’un volcan. Les machines de guerre avaient déjà été endommagés par les Space Marines des Destroyers, et malgré leur rage, ils ne pouvaient pas égaler la vitesse des véhicules du Militarum Tempestus. Les Scions débarquèrent et se cachèrent dans le rebord du volcan. Une fois que les Métabrutus rattrapèrent les Taurox Primes, les escadrons de Scions les attaquèrent avec leurs armes à feu et des grenades. La violence soudaine de leur assaut était telle que leurs ennemis bascula dans le magma bouillonnant du volcan lui-même. La victoire des Dragons Bétics donna aux Destroyers l’occasion dont ils avaient besoin. Les guerriers de l’Adeptus Astartes ont quitté leurs positions et ont procédé à l’anéantissement des escadrons de Space Marines du Chaos, chassant la bande de guerre des Crimson Slaughter dans le Warp.[23]

73e Aigles Epsilic[modifier]

EpsilicEagles.jpg
EpsilicEaglesSymbole.jpg
Le 73e Aigles Epsilic est devenu célèbre dans tout le système Varinus pour sa défense bien organisée contre une série de raids dans l’espace réel provenant de la Cabale du Soleil Mourant. Le sinistre Voïvode Vorl-Xoelanth avait été le responsable d’attaques vicieuses contre la population de deux mondes en particulier : Nusius II et III. Les régiments locaux de l’Astra Militarum se sont avérés trop lents pour suivre le rythme des Drukharis, et ceux qui n’ont pas été tués ont simplement fini en rat de laboratoire pour les expériences des Coteries de Tourmenteurs. Le commandement du Segmentum ordonna au 73e Aigles Epsilic de maintenir une présence vigilante dans le système, afin de pouvoir se précipiter à la défense des villes attaquées par la Cabale du Soleil Mourant.

Bien que le 73e Aigles Epsilic n’ait jamais tué Vorl-Xoelanth, ses réactions rapides et coordonnées de façon experte, ont sauvé des milliers de citoyens impériaux. Quand un pillard Drukhari était aperçu dans les bidonvilles du sanctuaire de Nusius II, le 73e Aigles Epsilic descendait en force de leurs Valkyries, se déployant via les Grav-Chutes pour encercler et éliminer le pillard. Leur équipement magnétique leur permettait de lancer des attaques sur les véhicules des Guerriers Cabalites, s’approchant à des angles et des hauteurs que le rapide Drukhari n’avait pas prévus. Ces coups soudains et inattendus ralentirent considérablement les Drukharis, permettant de rassembler des forces impériales plus importantes. Ensemble, les Scions et les troupes de l’Astra Militarum purent chasser de la planète les derniers guerriers de la Cabale du Soleil Mourant, et les raids des Drukharis finirent par cesser complètement dans le système Varinus.[24]

88e Lions Alphic[modifier]

AlphicLions.jpg
AlphicLionsSymbole.jpg
Bien que le 88e Lions Alphic ait combattu un large éventail d’ennemis mortels, il s’est montré plus efficaces en temps de guerre lorsqu’il affrontait les entités avilissantes du Warp. Cependant, la caractéristique la plus remarquée du régiment avec les corps impériaux est son alliance avec les Space Marines du Chapitre des Blood Angels, avec qui il a combattu à plusieurs reprises et a obtenu de nombreuses victoires pour l’Imperium.

C’est sur la lune volcanique de Jalbree que le 88e Lions Alphic montra ses compétences aux Blood Angels. Frère Corbulo dirigeait une petite force d’attaque des Fils de Sanguinius sur le planétoïde dans le cadre d’une mission secrète pour son Chapitre. Le 88e Lions Alphic y avait également été envoyé pour défendre le monde contre une marée démoniaque qui se déversait de l’un des volcans. Sous un ciel rempli de cendres, les Scions et l’Adeptus Astartes se sont unis pour lutter contre la progéniture du Warp, et ont repoussé la marée des créatures par des raids synchronisés et fulgurants. Le Militarum Tempestus prouva son exceptionnelle bravoure aux Blood Angels en arrêtant la progression d’une foule de Veneuse, permettant à Corbulo de détruire le Démon Majeur de Slaanesh qui avait mené la violente incursion brutale. Depuis cette bataille, le 88e Lions Alphic s’est régulièrement trouvés alliés aux Forces de Frappe des Blood Angels, son agilité et son impact mortel sur le champ de bataille complétant les tactiques de frappe rapide valorisé par les Fils de Sanguinius.[25]

54e Chacals Psian[modifier]

PsianJakals.jpg
PsianJakalsSymbole.jpg
Après que leur ancien monde d’entraînement ait été détruit par les Tyranides de la Flotte-Ruche Léviathan, le 54e Chacals Psian possèdent maintenant une garnison temporaire sur le Monde Vierge de Malyoc. Depuis qu’ils se sont adaptés à l’environnement de la planète, ils ont développé des méthodes de suivi et de surveillance plus sophistiquées. En raison des nombreux osts fantômes qui s’abattent fréquemment sur Mayloc, le 54e Chacals Psian est désormais des chasseurs spécialisés d’Aeldaris. En effet, très peu de membres du Militarum Tempestus sont aussi habiles à traquer leurs guerriers et leurs engins en Moelle Spectrale ou à échapper à leur puissance de feu qui déforme la réalité. Une grande partie de l’équipement des Scions a été reprogrammé en conséquence et leurs tactiques théoriques ont été envoyées dans des dossiers de briefing aux autres régiments du Militarum Tempestus.

Afin de tester la robustesse de ces tactiques, l’Ordo Tempestus a envoyé les Chacals en mission pour combattre les Asuryanis sur nombreux Vaisseaux-Mondes. À chaque fois, les Scions se sont montrés de plus en plus habiles à traiter avec ces extraterrestres anciens et insaisissables. L’une des missions les plus glorieuses des Scions a eu lieu sur le Monde Mort de Rax V, où les Scions ont été contraints de marcher à travers des kilomètres d’une jungle toxique pour faire face aux nombreuses attaques d’une force de frappe d’Ulthwé. Pendant des jours, les Asuryanis ont attaqué les fortifications de l’Imperium pour se venger d’un raid de l’Astra Militarum contre un de leurs vaisseaux de soutien. Les Scions du 54e Chacals Psian ont reçu l’ordre de purger les Asuryanis de la planète. Grâce aux compétences qu’ils avaient développées sur Mayloc, les Tempestus ont correctement anticipé 67% des mouvements et des vols des Asuryanis d’Ulthwé. Les Chacals ont même réussi à tendre une embuscade et à détruire une escouade de Guerriers Aspects alors qu’ils émergeaient d’un Portail de la Toile.[26]

62e Cobras Rhoin[modifier]

RhoinCobras.jpg
RhoinCobrasSymbole.jpg
Bien qu’ils font preuve d’une résolution stoïque au combat, on dit que les Scions du 62e Cobras Rhoin ont une détestation particulière pour toutes les forces infâmes de la galaxie qui utilisent la sorcellerie. Lorsqu’une bande de guerre des Thousand Sons attaqua leurs anciennes installations de la Schola Progenium sur le monde de Skell II, couvert de jungle, les Scions du 62e Cobras Rhoin vinrent au secours de la planète.

Leurs vaisseaux descendirent sur des plates-formes d’atterrissage dans la jungle voisine, et les Taurox Primes furent déployés pour répondre à l’assaut des Marines Rubricae. Les Scions ont atteint les fortifications de la Schola Progenium à temps pour voir des nuages de sorcellerie tourbillonnants au-dessus d’elle. En activant une série de munitions, ils se sont frayés un chemin à l’aide d’explosifs et se sont déversés dans les couloirs. Les Traîtres se sont battus contre les Scions dans l’obscurité. Les confins étaient éclairés par des éclairs Warp et les traînées rouges des armes à feu. La magie du Sorcier perturba toute la vox-communication et les moniteurs du Militarum Tempestus. Le Tempestor Prime Vallarix Thetus conservait une connaissance des anciennes installations, même après de nombreuses années. Grâce à sa mémoire des lieux et en signant des ordres à ses hommes, Thetus coordonna une attaque écrasante de ses Sions sur le Sorcier. Le monstre a finalement disparu dans un nuage de fumée nauséabonde. La moitié des 62e Cobras Rhoin avaient trouvé la mort au cours des combats, mais grâce à Thetus, tous les futurs Scions de la Schola avaient été sauvés.[27]

86e Dragons Deltic[modifier]

DelticDragons.jpg
DelticDragonsSymbole.jpg
Bien que les commandants impériaux de la frange orientale se méfient à juste titre des forces d’expansion T’au, ils ont parfois été contraints de s’allier aux Xenos afin de surmonter l’adversité. Lorsqu’un compromis aussi odieux est nécessaire, ce sont souvent les Scions du Militarum Tempestus qui sont ralliés, en grande partie grâce à leur volonté d’adhérer fermement et sans discussion aux ordres impériaux. Un régiment qui a gagné beaucoup d’honneur en combattant aux côtés des T’au est le 86e Dragons Deltic. Il a fait la guerre plusieurs fois aux côtés des Guerriers de Feu et des Exo-Armures du Sept Ke'lshan. Que les combattants de ce Sept fassent preuve d’un niveau de détermination et de stoïcisme similaire à celui du Militarum Tempestus est purement une coïncidence. Ensemble, les Scions et les guerriers du Sept Kel’shan ont défendu avec succès deux mondes contre la Flotte-Ruche Gorgon. Lors de chaque bataille, le 86e Dragons Deltic a pu profiter du feu de couverture des Guerriers de Feu lors de leurs attaques rapides contre des cibles plus importantes, tandis que la résistance des Scions lors de leurs combats à bout portant a renforcé les lignes T’au. La complémentarité des deux factions s’est révélée d’un grand intérêt pour l’Ordo Tempestus, qui surveille de près son alliance. Outre le fait de diriger les ordres sur le champ de bataille et de relayer les mises à jour de statut, le Tempestor Prime Prellus n’a pas le droit de dialoguer avec le Commandeur T'au Shas’O Shi’Y’he.[28]

9e Gorgones Iotan[modifier]

IotanGorgonnes.jpg
IotanGorgonnesSymbole.jpg
Les Scions d’élite du 9e Gorgones Iotan constituent un régiment peu commun. Il fait souvent la guerre aux côtés des guerriers de l’Adepta Sororitas - en particulier l’Ordre du Calice Radieux - dont beaucoup sont originaires de la même installation de la Schola Progenium sur Vedill I. Les Scions et les Sœurs de Bataille se sont séparés après leurs Tests de Conformité dans les différentes zones de l’Imperium, mais ils ont depuis été réunis sur le champ de bataille. Bien que les Scions ne croient qu’en l’exécution de leurs ordres, et guère plus, les missions dans lesquelles ils sont le plus souvent engagés sont en fin de compte accomplis au nom de l’Ecclésiarchie. Sous cette autorité inhabituelle de l’Ordo Tempestus, le 9e Gorgones Iotan continuent de faire preuve d’un savoir-faire exemplaire aux côtés de l’Ordre du Calice Radieux. L’une des plus grandes démonstrations de bravoure du 9e Gorgones Iotan a eu lieu sur le Monde-Chapelle de Sanctus Lys. Après le suicide simultané d’un culte du sang, des meutes de Démons de Khorne traversèrent une brèche dans le Warp. Les Sanguinaires se dispersèrent à travers la planète en massacrant la population des fidèles et en inondant les rues de sang. Les Sœurs de Bataille de l’Ordre du Calice Radieux menèrent la défense du monde, mais elles furent submergées lorsque des Juggernauts aux flancs d’airain commencèrent à se déchaîner dans les rues, paralysant leurs véhicules. Les Scions du 9e Gorgones Iotan ont empêché une atrocité plus aboutie en lançant des frappes rapides contre la cavalerie des Démons, et en appâtant les Démons mineurs dans des culs-de-sac remplies de Taurox Primes qui les attendaient. Les guerrières de l’Adepta Sororitas furent ainsi libérées pour purger le reste de la horde, sauvant ainsi le peuple de Sanctus Lys.[29]

33e Phénix Deltic[modifier]

DelticPhoenixes.jpg
DelticPhoenixesSymbole.jpg
Les Progena qui forment le 33e Phénix Deltic étaient à l’origine orphelins à cause d’une attaque vicieuse des Drukharis sur Kaldamor. Bien que la manipulation mentale ait éliminé leur connaissance de cet événement, les Scions du 33e Phénix Deltic ont statistiquement prouvé qu’ils étaient plus efficaces contre ce type particulier de Xenos. L’heure la plus glorieuse du 33e Phénix Deltic est venue sur les lunes jumelles d’Erendix. Une série de raids menés par le Voïvode Vaxmar de la Cabale du Talon d’Émeraude avait paralysé des dizaines de colonies impériales, et de nombreux hauts fonctionnaires avaient été ramenés à Commorragh pour être dépecé par les Coteries de Tourmenteurs. Le 33e Phénix Deltic fut envoyé à Erendix, où il attendit le prochain assaut dans l’espace réel. Quand il advint enfin, c’était sur la plus peuplée des lunes. Les Scions firent irruption à la surface sous forme d’escouades distinctes et multiples à réaction rapide. Leur vitesse, leurs tactiques et leur technologie leur permirent de se frayer un chemin dans les rangs des Guerriers Cabalites, tandis que leurs Taurox Primes détruisaient sans pitié les Raiders et les Reavers. Le commandement du Segmentum fut très impressionné par la rapidité et la précision de l’attaque des Scions, et le 33e Phénix Deltic a depuis été appelés chaque fois que ces Xenos mortels étaient aperçus. Mais le Voïvode Vaxmar, qui a survécu au conflit, n’a pas oublié la destruction de la moitié de sa Cabale. Le Drukhari aigri suit avec grand intérêt les mouvements du 33e Phénix Deltic et s’efforce d’organiser une vengeance suffisamment douloureuse.[30]

32e Aigles Thetoid[modifier]

ThetoidEagles.jpg
ThetoidEaglesSymbole.jpg
Les traditions régimentaires du 32e Aigles Thetoid ont toujours été secrètes, et leur ancien monde d’entraînement de Begentus est en isolement. Même si, comme d’autres régiments du Militarum Tempestus, il possède un pedigree de compétences de combat exceptionnelles, le 32e Aigles Thetoid était craint pour ses méthodes de guerre particulièrement vicieuses. En effet, le commandement du Segmentum devenait de plus en plus sceptique quant à la capacité du régiment à se conformer strictement à ses ordres. Cette méfiance s’est avérée justifiée, car le 32e Aigles Thetoid a disparu peu après les guerres Xinon. Tout au long du système Xinon, les Scions des Aigles Thétoïdes menèrent une campagne soutenue contre une série de soulèvements de cultistes attribués à l’Alpha Legion. Sous des cieux noircis par la cendre volcanique, les Scions remontèrent les échelons de la hiérarchie cultiste afin de sécuriser les villes avant l’arrivée du 32e Paras Élysiens. Les rébellions devinrent plus systématiques jusqu’à ce que des véhicules de guerre lourds émergent enfin des coulées de lave souterraines. L’un de ces mastodontes éviscéra la structure de commandement du régiment ainsi que le Commissaire qui y était attaché. Très vite, les Scions restants se retrouvèrent sans aucun ordre. Après l’arrivée de le 32e Élyséen, les Scions ont procédé à la destruction des soulèvements successifs à travers Xinon et ont imposés un calme temporaire sur les mondes rebelles. Mais après que les cendres se soient déposées et que les commandants Élyséens aient cherché à faire un compte-rendu à leurs propres supérieurs, les Aigles Thétoïdes avaient tout simplement disparu du système.[31]

29e Tigres Zetic[modifier]

ZeticTygers.jpg
ZeticTygersSymbole.jpg
Le 29e Tigres Zetic a prouvé sa détermination de fer à de nombreuses reprises, mais jamais autant que sur la station spatiale de la Montagne Vaillante au-dessus de Phellur III. Après que la Death Korps de Krieg ait interrompu un étrange rituel à bord de la Montagne Vaillante, une faille Warp s’est ouverte au centre de la superstructure, déversant des milliers de sous-fifres de Tzeentch dans le système stellaire. La Death Korps manquait d’effectif pour faire face à l’assaut, et le 29e Tigres Zetic fut dépêché pour effectuer une série de frappes autour de la station spatiale. À l’arrivée des Scions, la force de l’Astra Militarum avait été pratiquement détruite. Des hordes de Démons semaient la terreur dans des dizaines de blocs d’habitation et les couloirs de la station spatiale. Les Scions ont conduit leurs Taurox Primes le long de l’extérieur de la structure, abattant les Horreurs Roses et les Incendiaires qui sortaient des écoutilles pour leur faire face. Les commandants des Tigres avaient repéré un Duc du Changement chatoyant dans les entrailles de la station spatiale, et le point culminant de la bataille sur la Montagne de la Vaillance est survenu lorsque les Scions ont percé la marée démoniaque et affronté le Démon Majeur. Il tissa un barrage de magie mutante et de visions confuses pour empêcher les Scions de le détruire, mais leur volonté de fer et leurs tactiques exceptionnelles les ont vu purger la créature, fermant ainsi la brèche de Warp.[32]

34e Vipères Psian[modifier]

PsianVipers.jpg
PsianVipersSymbole.jpg
Les soldats du 34e Vipères Psian forment un régiment tenace, même pour le Militarum Tempestus. Cela fut prouvé à de nombreuses reprises, mais pas plus efficacement que dans l’Agri-Monde industriel de Marunda II. En 998.M41, les opérations minières impériales creusèrent trop profondément dans la croûte terrestre et perturbèrent les Nécrons endormis. Les guerriers réveillés marchèrent à travers les tunnels colossaux, leurs Armes à Fission vacillant sur les murs et les anciennes machines alors qu’ils pulvérisaient des milliers de Serviteurs et de subalternes. Le vaste régiment du 34e Vipères Psian arriva sur la planète et descendit dans les tunnels dans ses Taurox Primes pour frapper au cœur de la menace extraterrestre. Il fit exploser des essaims de Scarabées tandis que ses canons montés sur ses véhicules vaporisaient des dizaines d’implacables Guerriers Nécrons. Lorsque les tunnels de l’entrée principale s’effondrèrent, le 34e Vipères Psian fut forcé de continuer à se battre dans l’obscurité totale. Il ne se préoccupa pas de s’échapper de la prison souterraine, car ses ordres étaient simplement de détruire la menace Nécron. Ainsi, les Scions continuèrent à se battre pendant des semaines. Leurs capteurs et leurs Auspex leur permettaient de suivre les formes robotiques toujours plus avancées, et grâce à la détermination sans faille et aux tactiques intelligentes et improvisées du Tempestor Prime Rodros, les Scions ont fini par détruire tous les Nécrons de Marunda II. Ce n’est qu’à ce moment-là que les Scions ont envisagé la possibilités de battre en retraite et ont entrepris de quitter la planète.[33]
DecorMilitarumTempestus.jpg

Les Outils des Tempestus[modifier]

L’équipement de guerre utilisé par les Tempestus Scions est bien supérieur à l’armement rudimentaire et fonctionnel de l’Astra Militarum. Une formation et un entretien spécialisés sont exigés par le Departmento Munitorum pour chaque pièce du kit - un cadet de la Schola Tempestus doit passer une série de tests et obtenir les honneurs appropriés avant même d’être autorisé à utiliser un Fusil Radiant dans les conditions du champ de bataille. Chaque fois qu’il maîtrise une arme ou un équipement, l’icône de cet équipement est gravée sur sa poitrine en signe permanent de sa compétence. Une fois qu’il a acquis l’ensemble des armes et du matériel de guerre, un Tempestus Scion est capable de livrer bataille pendant des semaines sans devoir se réapprovisionner, même dans des conditions de combat hostiles très variées.[34]


Le Test de Tibrum[35]
Le Commissaire Tibrum ne savait que trop bien que les hommes ne l’aimaient pas, mais il ne se souciait pas de leurs opinions. Devant lui se tenaient quatre douzaines de soldats des FDP les plus modestes. Il s’agissait d’unités bricolées pour faire face aux Nécrons, qui avaient été perturbés par les opérations minières rudimentaires de ce Monde Mort abandonné par l’Empereur. Tibrum préférerait être sur une autre planète avec d’autres soldats. Il voulait des guerriers qui écouteraient ce qu’il disait et exécuteraient rapidement ses ordres. Mais si ces soldats faisaient ce qu’ils étaient censés faire, Tibrum n’aurait pas été envoyé ici en premier lieu.

Le Commissaire fit marcher les soldats dans la boue, sous une grêle horizontale, pour atteindre les barricades de repli de l’Imperium. Des éclairs éclairèrent la pénombre lointaine, mais ce n’était pas de la foudre - c’était l’armement de l’armée mécanique qui avançait hors de la ville. Il y avait une brèche dans les barricades criblées de fils de fer. Tibrum ordonna aux hommes de la traverser et de se diriger vers la zone de guerre ouverte, où se trouvaient des cadavres.

Seuls trois des hommes se sont avancés. Les autres sont restés immobiles, jetant un regard vers les combats, désemparés de devoir marcher dans une région où beaucoup avaient déjà été tués. « Qu’est-ce que vous attendez ? »

Un homme maigre cria : « Il le faut ? Nous ne sommes pas formés pour combattre les Nécrons. »

Tibrum leva son Pistolet Bolter vers l’homme qui parlait, et le pointa entre ses yeux.

« Vous n’allez pas… » bafouilla le soldat.

Le Commissaire pressa la détente…

+ + + + +

« Cadet Tibrum, j’ai une demande à vous faire. »

Tibrum leva les yeux du livre et attira son attention vers l’Abbé-Instructeur.

L’Abbé plaça un Pistolet Laser sur le livre ouvert, avant de s’appuyer sur son marteau retourné comme s’il s’agissait d’un bâton. Tibrum remarqua les taches de sang sur la tête du marteau. Un Servocrâne planait à côté de l’Abbé, sa lentille ronronnante se tordait d’avant en arrière. Il me surveillait, pensa Tibrum. Ces choses sont toujours en train de surveiller.

« Quelle est votre demande, Abbé-Instructeur ? » demanda Tibrum. Quelle que soit la réponse, il savait qu’il fallait simplement saluer et accepter les instructions.

« Votre collègue… Drusus. Depuis combien de temps vous connaissez-vous ? »

« Dix ans, monsieur. »

L’Abbé-Instructeur le savait déjà, mais Tibrum s’est rendu compte qu’il était testé d’une manière ou d’une autre.

« Vous êtes amis ? »

C’était un euphémisme. Ils s’étaient soutenus mentalement pendant les exercices les plus durs. Ils avaient craché tous les deux du sang après les raids épuisants dans la nature. Drusus avait aussi pris le Trône de Correction pour l’une des erreurs de Tibrum. Son l’ami l’avait couvert.

« Notre amitié vous déplaît-elle, monsieur ? »

« Non, ce n’est pas le cas. En fait, cela me plaît beaucoup. » Le "Pourquoi" non dit semblait s’attarder entre eux, mais l’Abbé-Instructeur n’a jamais changé d’attitude et Tibrum n’a jamais posé la question.

« Drusus récite en ce moment des litanies dans la tour de l’observatoire », poursuit le prédicateur. « Je voudrais que vous utilisiez ce Pistolet Laser pour le tuer. »

Tibrum ne répondi pas. Avec un simple salut, il pris l’arme et repoussa sa chaise. Alors qu’il marchait le long du passage devant la Grande Bibliothèque, ses pas résonnaient fortement, il pouvait entendre le ronronnement constant du Servocrâne derrière lui.

Tibrum se rendis compte que son ami le plus proche était tout ce qui se trouvait entre lui et la sortie de la Schola Progenium.

Avec cette prise de conscience, son emprise sur le Pistolet Laser se resserra.

+ + + + +

Tibrum appuya sur la gâchette. D’un coup sec, la tête du soldat gicla du sang sur ses camarades, et son corps s’effondra dans la boue.

Le Commissaire défila devant le reste de leur ligne, regardant chacun d’eux à tour de rôle, et exprima clairement son intention. « J’ai tiré sur des gens bien meilleurs que cet homme, » cria-t-il. « Ce n’était pas une mort noble. Maintenant, si vous mourez contre ces machines, en combattant au nom de l’Empereur, ce sera une mort noble. C’est bien plus important que de vivre comme un lâche. » Tibrum fit un geste avec la pointe de son Pistolet Bolter vers le cadavre au sol. « Non pas que vous aurez la chance de vivre comme des lâches. »

Le sol tremblait, et le boucan annonçant l’avancée des Nécrons se rapprochait de plus en plus. Un rayon à Fission écorcha le bord d’une barricade, l’érodant en un clin d’œil.

« Vous suivrez mes ordres, » déclara Tibrum. « Vous resterez sur vos positions. Vous ferez comme moi. »

Un "Monsieur" allongé et à moitié murmuré s’est répandu parmi les soldats. Du moins, pensait Tibrum, cette réponse était une amélioration par rapport à la précédente.

Tibrum les fit passer par la brèche dans les barricades et les emmena sur le champ de bataille.

DecorMilitarumTempestus.jpg

Sources[modifier]

  • Codex Militarum Tempestus, V6
  • Warhammer 40 000 JdR - Dark Heresy : Ascension
  • Codex Chasseurs de Démons, V3
  1. Codex Militarum Tempestus - Steel in the Blood (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. Codex Militarum Tempestus - Introduction (traduit de l'anglais par Christer)
  3. Codex Militarum Tempestus - Forces of the Militarum Tempestus (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. Codex Militarum Tempestus - Efficiency and Excellence (traduit de l'anglais par Christer)
  5. Codex Militarum Tempestus - Efficiency and Excellence - Tempestus Scions (traduit de l'anglais par Christer)
  6. Codex Militarum Tempestus - Efficiency and Excellence - Commissars (traduit de l'anglais par Christer)
  7. Codex Militarum Tempestus - Efficiency and Excellence - The Schola Progenium (traduit de l'anglais par Christer)
  8. Codex Militarum Tempestus - 394th Deltic Lions (traduit de l'anglais par Guilhem)
  9. Codex Militarum Tempestus - Forging of a Killer - One Imperium, One Vision (traduit de l'anglais par Christer)
  10. Codex Militarum Tempestus - Forging of a Killer - The Cadet Forge (traduit de l'anglais par Christer)
  11. Codex Militarum Tempestus - Forging of a Killer - Trials of Compliance (traduit de l'anglais par Christer)
  12. Codex Militarum Tempestus - Forging of a Killer - Selection Day (traduit de l'anglais par Christer)
  13. Codex Militarum Tempestus - The Ordo Tempestus (traduit de l'anglais par Christer)
  14. Codex Militarum Tempestus - The Ordo Tempestus - Heroes and Legend (traduit de l'anglais par Christer)
  15. Codex Militarum Tempestus - Regiments of the Militarum Tempestus (traduit de l'anglais par Guilhem)
  16. Codex Militarum Tempestus - Regiments of the Militarum Tempestus - 133rd Lambdan Lions (traduit de l'anglais par Guilhem)
  17. Codex Militarum Tempestus - Regiments of the Militarum Tempestus - 55th Kappic Eagles (traduit de l'anglais par Guilhem)
  18. Codex Militarum Tempestus - Regiments of the Militarum Tempestus - 34th Betic Centaurs (traduit de l'anglais par Guilhem)
  19. Codex Militarum Tempestus - Regiments of the Militarum Tempestus - 68th Deltic Lions (traduit de l'anglais par Guilhem)
  20. Codex Militarum Tempestus - Regiments of the Militarum Tempestus - 43th Iotan Dragons (traduit de l'anglais par Guilhem)
  21. Codex Militarum Tempestus - Regiments of the Militarum Tempestus - 55th Alphic Hydras (traduit de l'anglais par Guilhem)
  22. Codex Militarum Tempestus - Regiments of the Militarum Tempestus - 22nd Thetoid Gryphonnes (traduit de l'anglais par Guilhem)
  23. Codex Militarum Tempestus - Regiments of the Militarum Tempestus - 101th Betic Dragons (traduit de l'anglais par Guilhem)
  24. Codex Militarum Tempestus - Regiments of the Militarum Tempestus - 73rd Epsilic Eagles (traduit de l'anglais par Guilhem)
  25. Codex Militarum Tempestus - Regiments of the Militarum Tempestus - 88th Alphic Lions (traduit de l'anglais par Guilhem)
  26. Codex Militarum Tempestus - Regiments of the Militarum Tempestus - 54th Psian Jakals (traduit de l'anglais par Guilhem)
  27. Codex Militarum Tempestus - Regiments of the Militarum Tempestus - 62nd Rhoin Cobras (traduit de l'anglais par Guilhem)
  28. Codex Militarum Tempestus - Regiments of the Militarum Tempestus - 86th Deltic Dragons (traduit de l'anglais par Guilhem)
  29. Codex Militarum Tempestus - Regiments of the Militarum Tempestus - 9h Iotan Gorgonnes (traduit de l'anglais par Guilhem)
  30. Codex Militarum Tempestus - Regiments of the Militarum Tempestus - 33rd Deltic Phoenixes (traduit de l'anglais par Guilhem)
  31. Codex Militarum Tempestus - Regiments of the Militarum Tempestus - 32nd Thetoid Eagles (traduit de l'anglais par Guilhem)
  32. Codex Militarum Tempestus - Regiments of the Militarum Tempestus - 29th Zetic Tygers (traduit de l'anglais par Guilhem)
  33. Codex Militarum Tempestus - Regiments of the Militarum Tempestus - 34nd Psian Vipers (traduit de l'anglais par Guilhem)
  34. Codex Militarum Tempestus - Tools of the Tempestus (traduit de l'anglais par Christer)
  35. Codex Militarum Tempestus - Trials of Tibrum (traduit de l'anglais par Guilhem)

Pages dans la catégorie « Militarum Tempestus »

Cette catégorie comprend 5 pages, dont les 5 ci-dessous.