Ezekyle Abaddon

De Omnis Bibliotheca
Ezekyle Abaddon, Le Fléau des Mondes, Le Maître de Guerre du Chaos.
« À douze reprises le Fléau a tenu entre ses mains le destin de la galaxie, réclamant ainsi ce qui lui revenait de droit. J’ai à présent la conviction qu’une logique insondable et supérieure préside à la destinée d’Abaddon, mais j’ignore toujours pourquoi il n’a pas demandé les faveurs que les Puissances de la Ruine n’auraient pas manqué de lui accorder. Pourquoi continue-t-il à marcher parmi les mortels alors que l’accès au rang de Prince Démon lui était acquis pas moins de douze fois ? La seule réponse que j’ai pu trouver est que le Fléau n’aspire pas à l’abstraction ni aux pouvoirs spirituels de l’Empyrean, non, ce qu’il recherche, c’est la puissance physique et matérielle. Abaddon se laisse guider par sa haine et son amertume, de sorte qu’il ne connaîtra pas de repos tant que le tort fait à lui et aux siens par l’Empereur dix mille ans plus tôt ne sera pas réparé. Peut-être qu’après avoir mené sa Treizième Croisade Noire, il considérera sa mission accomplie et que, seulement alors, il acceptera l’élévation au rang de Prince Démon, marchant sur un Imperium en cendres. »
- L’Archiviste Hérétique du Reclusium de Gethsemane (exécuté en 963.M41).

Le nom d’Abaddon, Maître de Guerre du Chaos, est devenu synonyme d’amère malédiction pour l’Imperium. Au cours de la Grande Croisade, Abaddon devint le Capitaine de la Première Compagnie de la Légion des Luna Wolves. Son génie militaire et ses talents de combattant étaient tels que certains prétendaient qu’il était le fils cloné d’Horus. Lorsque l’Hérésie éclata, Abaddon se rangea aux côtés de son Primarque sans l’ombre d’une hésitation. Il mena les Terminators des Sons of Horus sur Isstvan, Yarant et enfin, Terra. La douleur d’Abaddon à la mort de son maître le fit plonger dans les tréfonds de la folie et de la haine. Avant de quitter Terra, Abaddon récupéra le corps du Maître de Guerre puis s’enfuit loin des combats à la tête des survivants de la Légion.

Lorsqu’Abaddon revint, il menait une horde diabolique qui ravagea les systèmes stellaires autour de l’Œil de la Terreur. Ses Space Marines du Chaos, qui s’étaient renommés eux-mêmes la Black Legion, étaient à la pointe de chaque assaut, et provoquèrent un carnage indescriptible. Au cours de cette première Croisade Noire, Abaddon passa plusieurs pactes sanglants avec les Dieux du Chaos. Sous la Tour du Silence, il découvrit une Épée-Démon aux pouvoirs incommensurables qui le rendit presque invincible. Depuis lors, Abaddon rêve de forger un empire du Chaos sur les ruines de l’Imperium. D’autres Croisades Noires ont suivi, servant chaque fois des buts précis, même si la plus grands sages de l’Imperium n’ont jamais pu déterminer lesquels. On dit que seul Abaddon a le pouvoir d’unir les Légions Renégates et de mener la Longue Guerre à son terme.

Aujourd’hui, la Treizième Croisade Noire gronde, et Cadia été submergée. Bien que la planète soit tombée, la possession de la Porte Cadienne - seul passage stable depuis l’Œil de la Terreur - reste indécise. Si Abaddon triomphe, la horde noire du Chaos se déversera de l’Œil de la Terreur le long d’une voie écarlate menant au monde le plus prisé de tous, Sainte Terra elle-même.

Ezekyle Abaddon possède les Équipements suivants :
  • Drach’nyen : Drach’nyen est une entité ancienne à la malveillance infinie - les voyants cryptiques de l’Œil soutiennent que la créature fut engendrée par le tout premier meurtre. La vérité se perd dans la préhistoire de l’Imperium, mais sa nature démoniaque n’est jamais remise en cause.
La lame ésotérique maniée par Abaddon contient l’essence liée de Drach’nyen. En effet, d’aucuns prétendent que l’épée n’est constituée de rien d’autre, et qu’il s’agit d’une entité du Warp sous une forme singulière. Quelle que soit la vérité, l’épée peut déchirer la réalité à chaque coup ; Drach’nyen fend l’acier, la chair et l’os tel un spectre affamé, se moquant des protections physiques. Ce fut l’épée Drach’nyen qu’Abaddon utilisa pour ouvrir les portes de la Citadelle de Kromarche, en perturbant par la même occasion les champs d’annulation qui renforçaient la trame de la réalité. Ce fut cette même lame qu’Abaddon mania pour empaler le Grand Technomandrite de Danth, scellant ainsi le sort de l’Amas Lemuel anti-empyréen. Selon la légende, ceux qui sont occis par l’épée voient leur âme consumée par sa magie ; les visages hurlant d’un millier de victimes se tortillent dans la lame tandis qu’elle fauche ses victimes suivantes.
  • La Serre d’Horus : C’est avec cette griffe blindée qu’Horus affronta l’Empereur de l’Humanité. Ce fut cet artéfact légendaire qui étrangla le Primarque Sanguinius, mordant la chair d’albâtre de l’ange et répandant son sang sur le pont du Vengeful Spirit. Après que le Maître de Guerre Horus fût vaincu par l’Empereur à l’agonie, la Serre fut arrachée à l’armure d’Horus par Abaddon. Elle a depuis fauché d’innombrables victimes ; peut-être en raison de sa propre malveillance, elle ne s’est jamais bloquée malgré le sang et les os brisés qui pouvaient l’encrasser.
Au fil du temps, la Serre d’Horus s’est liée à Abaddon corps et âme; elle est à présent soudée à son armure par son énergie psychique innée. La griffe incorpore un redoutable combi-Bolter et crépite sous l’effet de champs disruptifs, mais son importance dépasse celle d’une simple arme. La Serre est une icône du mal incarné pour l’Imperium, surtout auprès des Blood Angels, qui sont affligés d’une malédiction psychique à cause du meurtre de leur Primarque. Leur haine brûle mille ans après la mort de Sanguinius. En cela, ils font écho à ceux qu’ils abhorrent, car la haine est une émotion qu’Abaddon connaît mieux que toute autre.


Sommaire

Jeunesse[modifier]

Tarkerradon[1]

Le père biologique d’Abaddon était le Roi Tarkerradon, un homme cruel et impitoyable à la tête d’une bande de guerriers de Cthnoia et dont les tissus cicatriciels avaient avalé son œil gauche. Ses cheveux étaient écarlates et attachés au sommet de son crâne, en une queue qui lui retombait entre les épaules, ses épaules étaient musculeuses, et il portait une armure noircie par le feu qui lui couvrait le poitrail, en plus des bagues de fer qui lui assombrissaient les doigts, et des pièces-miroirs qui clinquaient au bout de leurs cordelettes lorsqu’il bougeait.

Abaddon est né sur le monde de Cthonia, une planète régis par des gangs violents au sein des Cités-Ruches, des mines et industries en ruine. Ce monde est entré dans l’histoire pour être celui où le Primarque Horus Lupercal a grandi avant d’être retrouvé par l’Empereur. Ezekyle Abaddon était quand à lui le fils du Roi Tarkerradon, à la tête d’un peuple nommé Corde de Fer. Le jour où son père, alors un vieil homme, lui ordonna de prendre un couteau à manche d’os pour tuer quatre de ses loyaux camarades avec qui il avait passé son enfance et qui se retrouvaient agenouillés en enchaînés devant lui. L'objectif de cette épreuve était de gagner le droit de devenir un roi. Une fois que Tarkerradon eut mit le couteau dans sa main, Abaddon s’avança vers lui et lui déclara que dans ce cas, il ne voulait pas être roi. Puis il tua son père en lui enfonçant brutalement son couteau dans le ventre avant de massacrer une partie de son clan, mais échouant à sauver ses camarades.

À cause de ce régicide, Abaddon se retrouva en exil, traqué par les survivants de son clan. Il se retrouva un jour dans les dédales des bas-fonds à mener un raid contre les avoirs des Coupeurs de Têtes quand il se retrouva dans une embuscade préparée par trois clans venus pour essayer de ramener sa dépouille. Des centaines de tueurs des gangs se sont déversés des tunnels et Abaddon perdit la moitié de ses frères et sœurs de sang qui se firent tuer sous les premières rafales. Il se battit courageusement mais fut obligé de se replier dans un tunnel alors que ces derniers camarades se faisaient tuer. C’est là que son destin bascula quand il se fit attraper et enchaîner par des Space Marines de la Légion des Luna Wolves, des êtres alors de légende pour le jeune Abaddon pour qui ces guerriers étaient ceux qui venaient chercher ceux qui allaient mourir. Les Luna Wolves recherchaient Abaddon qui était devenu célèbre sur Cthonia pour avoir massacré trente gangs dans les profondeurs des taudis. Les Astartes étaient Hastur Sejanus et Syrakul et ils offrirent à Abaddon l’occasion de devenir l’un des leurs, impressionnés par son histoire et son refus d’assassiner ses camarades pour devenir roi, poste qu’Abaddon ne souhaitait pas exercer. Syrakul exprima sa méfiance envers Abaddon en qui il voyait un homme trop colérique mais Sejanus lui expliqua qu’ils étaient des tueurs de roi et les exécuteurs des tyrans. Bien que prévenu du long chemin qui l’attendait, Abaddon accepta alors de se joindre à eux.[2]

Abaddon fut emmené sur Luna, où il fut remodelé par les généticiennes du satellite de Terra, les Selenar. Le remodeleur génétique de Luna s’était dressé au-dessus de sa chair nue, chromé et froid, avec ses bras à six lames ouverts dans une étreinte d’araignée. Le remodeleur lui annonça qu’il allait renaître, forgé par la lune. Pendant des semaines, des mois peut-être, il avait saigné et grandit en sentant les bras des scalpels et les scies à dents fines faire leur ouvrage. Entre ces interventions sur sa chair, il avait flotté dans une mer d’images et de voix que les unités d’hypno-apprentissage faisaient pleuvoir en déluge sur son esprit. Lorsqu’il dormait, c’était dans un bassin sans lumière, plongé dans un amnios injecté d’oxygène, pendant que son corps cicatrisait et acceptait ce qu’il était en train de devenir.

À le fin, Abaddon était devenu un Space Marine.[3]

La Rencontre avec Horus[modifier]

Sur Luna, alors qu’il avait été remodelé par les Selenar, Abaddon entendait une voix qui fit courir un frisson glacé le long de sa nuque alors qu’il se trouvait dans les cavernes noires de Luna depuis une longue période. Cette voix questionna Abaddon sur le parricide qu’il avait commis, lui demandant si il en avait honte, ce qui n’était pas le cas, Abaddon affirmant que son père n’était moins qu’un homme et que malgré le fait qu’il fut un roi, une couronne n’avait pas de valeur. Cela fit rire la voix, qui lui demanda ce qui avait alors de la valeur. Abaddon répondit que c’était la vérité, ce que la voix approuva. Puis la lumière réapparut dans la pièce à travers un iris qui s’était ouvert en son centre, baignant l’espace où il se trouvait de la lumière du Soleil.

Là, il identifia la voix : c’était Horus Lupercal, le Primarque ayant fait le déplacement pour le rencontrer, lui, le fils de Cthonia qui avait tué son géniteur. Le Primarque apprit d’Horus qu’il était parmi les derniers Luna Wolves à renaître sur Luna, car les guerriers de la Légion seront produits ailleurs, au milieu des étoiles conquises. Il offrit à Abaddon une pièce polie comme un miroir qui brillait sur sa paume ouverte. Là, Abaddon l’appela "père" et jura de le servir en prenant la pièce qu’Horus lui offrait pour l’accueillir dans la fraternité de la XVIe Légion.[4]

La Grande Croisade[modifier]

Les Justaerin

Les Justaerin était les membres de la Première Compagnie des Luna Wolves durant la Grande Croisade, l’élite Terminator. Portant des armures noires, ils faisaient la fierté de leur Légion et formaient l’avant-garde des assauts, invincibles sous le commandement d’Abaddon qui s’imposa comme leur Premier Capitaine.[5]

En l’espace de quelques années, Abaddon s’est distingué sur les terrains d’entraînement et a grimpé les échelons des Luna Wolves pour obtenir le grade nouvellement créé de Premier Capitaine. Après la mise au point d’une nouvelle et puissante technologie de guerre, Abaddon reçut une Armure Terminator faite sur mesure pour s’adapter à sa puissante stature. Abaddon était devenu un guerrier si puissant qu’il a servi de modèle militaire à toute la confrérie des Justaerin.

Avec une longue histoire de victoires derrière lui, Abaddon a rapidement été respecté en tant que leader et combattant, car il a fait la guerre comme les rois guerriers d’autrefois. Mieux encore, il a gagné une place à la droite d’Horus Lupercal, le plus favorisé de tous les Primarques. Il devint le seigneur de la nouvelle élite surhumaine qui allait redéfinir le cours de l’histoire, d’abord pour l’amélioration de l’Imperium, puis pour sa chute tragique.[6]

Au Primarque Horus, premier parmi les fils de l’Empereur, revint le commandement des Luna Wolves, et à Abaddon celui de leur Première Compagnie. C’était alors un véritable héros à qui nul ne pouvait se mesurer, qui marcha à l’avant de la Grande Croisade, libérant monde après monde de l’oppression extraterrestre, et les traces de ses actes de bravoure et d’héroïsme remplirent des salles entières du Librarius de sa Légion. Il révérait par-dessus tout Horus comme un dieu, le plaçait au-dessus de ses frères, et en retour, celui-ci le traitait comme son fils favori et louait ses mérites à la moindre occasion. Certaines mauvaises langues, probablement jalouses de la faveur dont il jouissait, allèrent jusqu’à avancer qu’Abaddon était en fait le clone d’Horus, résultat des premières expérimentations menées sur les Primogenitors. Le fondement de ces rumeurs ne fut jamais établi et si Abaddon connaît la vérité, c’est un secret qu’il garde seul.

Les Loges Guerrières[modifier]

Ezekyle Abaddon, Premier Capitaine des Luna Wolves/Sons of Horus durant la Grande Croisade.
Alors que la Grande Croisade avançait à travers les étoiles, elle réunissait de nombreux domaines dispersés qui avaient été abandonnés et isolés par les marées chaotiques du Warp. Horus Lupercal était toujours au premier plan, avec Abaddon à ses côtés. Ils furent les premiers à se battre, les premiers à exhorter leurs frères de la Légion à des actes de grandeur, et les premiers à rencontrer les nouvelles menaces étranges qui s’étaient développées dans les coins sombres de la galaxie. L’une de ces menaces était un danger si insidieux qu’il a lentement corrompu de nombreuses Legiones Astartes, y compris le Primarque Horus lui-même.

En plein jour, ceux des Légionnaires Astartes qui étaient secrètement venus à vénérer le Chaos utilisaient leurs logiques corrompues pour faire pencher davantage leur nombre vers leur cause. Erebus, premier parmi les Chapelains des Word Bearers et premier parmi les adorateurs des Dieux Sombres, a rencontré secrètement ses agents à de nombreuses reprises, allant même jusqu’à répandre ses loges secrètes de guerriers auprès des frères des Luna Wolves.[7]

On ignore à quel moment, mais Abaddon intégra la Loge Guerrière des Luna Wolves - sous le parrainage d’Erebus - bien que la nature chaotique de cette organisation restait inconnue pour beaucoup et qu’Abaddon ne fut pas corrompu comme certains l’affirment. Ce sera par pure loyauté qu’il rejoindra Horus. Rien d’autre.[8]

La Bataille de Gorro[modifier]

Abaddon participa à la Bataille de Gorro qui vit l’Empereur de l’Humanité en personne mener la Légion des Luna Wolves aux côtés Horus contre les Orks. Gorro était un monde-ferraille se trouvant au plus profond de l’espace dépotoir des Confins de Telon et était le centre d’un empire Ork. Abaddon admira la manœuvre de la flotte par Horus pour contrecarrer les vaisseaux Peaux-Verte afin d’offrir aux navires de l’Empereur - Lui-même à bord de Son vaisseau amiral l’Imperator Somnium arrivé juste à temps - l’occasion pour les anéantir jusqu’au dernier. L’Empereur fut accueillit à bord du vaisseau d’Horus, le Vengeful Spirit, afin de préparer l’assaut contre Gorro. Abaddon ordonna à ses Terminators Justaerin de se préparer à se battre aux côtés de l’Empereur, refusant que ses hommes le mettent dans l’embarras face aux Gardes Custodiens du Maître de l’Humanité.

L’assaut sur Gorro fut lancé et Abaddon accompagna l’Empereur et Horus à la surface en se téléportant. Le combat contre les Orks fut à la fois brutal mais sublimé par les compétences guerrières hors normes de l’Empereur qui se déplaçait trop rapidement pour être suivi à l’œil nu et massacrant les Orks sans paraître se déplacer le moins du monde. Abaddon commanda les Justaerin, massacrant avec une urgence furibonde, et poussant ses limites pour rester au côté de son Primarque. Mais il se retrouva mit en difficulté et il tomba lorsque une énorme masse cloutée d’un Ork, qui était deux fois plus grande qu’un humain, s’enfouie dans son épaule. Un capitaine des Orks, aussi immense qu’un Ogryn, récupéra son arme en l’arrachant brutalement, et la fit tourner autour de lui pour asséner le coup fatal. Abaddon était condamné.

Puis l’Empereur le sauva, Son épée brillante s’interposant pour bloquer la trajectoire descendante de la masse. Le Maître de l’Humanité découpa en quatre segments l’Ork avant de repartir dans la mêlée. Le Premier Capitaine Abaddon avait l’épaule brisée et le bouclier d’os droit de sa physionomie d’Astartes fracturé sur le côté gauche de son thorax, ainsi que son pelvis. Malgré ce constat de la part d’Horus qui le releva, Abaddon refusa d’abandonner son sire génétique et continua à se battre.

La bataille s’accéléra lorsque l’Empereur tomba dans les profondeurs de Gorro, lorsque les champs gravitationnels qui maintenaient la cohérence du monde-ferraille s’effondrèrent, provoquant peu à peu sa dislocation. Abaddon suivit Horus dans les entrailles de Gorro pour retrouver le Maître de l’Humanité qui était en difficulté face à des Peaux-Vertes gigantesques, l’un d’eux ayant une armure avec six membres mécanisés et bruyants, dont l’un agrippa l’Empereur au cou avant de l’écraser. Horus tua le Peau-Verte et l’Empereur utilisa Ses pouvoirs pour créer une faille Warp afin d’y balancer le noyau de plasma aveuglant qui était le cœur de Gorro. Abaddon et le reste des troupes se replièrent, et la bataille fut gagnée lorsque le monde-ferraille se disloqua, privé de son noyau.[9]

La Croisade et le Triomphe d'Ullanor[modifier]

La Grande Croisade connue son apogée lors de la Croisade d'Ullanor auquel Abaddon participa. Cette campagne cibla les Peaux-Vertes du plus puissant empire Ork jamais rencontré alors, dirigé par le Seigneur Urlakk Urg. Cette vaste campagne visa la planète Ullanor, la capitale de l’empire Xenos. L’Empereur commanda en personne les armées de l’Imperium, secondé par Horus qui mena la Légion des Luna Wolves en fer de lance contre les Peaux-Vertes. Horus leurra les Orks et les détourna de son objectif véritable en ordonnant aux Ultramarines et aux White Scars de reconquérir les mondes extérieurs avec le soutien de régiments de l’Armée Impériale. Lorsque l’armada Peau-Verte se mit en mouvement pour faire face à l’assaut, la flotte d’Horus plongea au cœur du palais-forteresse d’Urlakk lors d’un rapide et violent assaut planétaire. Profitant que l’Empereur commandait le reste des armées sur les plaines d’Ullanor Majoris, Horus se téléporta avec la totalité des Terminators de la Première Compagnie menée par Abaddon, directement dans la grande tour centrale. Abaddon suivit son Primarque en laissant la majeure partie des Terminators retenir les Orks et arriva au sommet de la tour où se trouvait Urlakk et quarante des plus gros Orks de son empire. Tandis qu’Horus affronta et tua Urlakk, Abaddon et la dizaine de Space Marines à ses côtés combattit les guerriers du Seigneur de Guerre et fut le seul survivant avec Horus. La mort d’Urlakk sema la panique et la journée se termina par le massacre des derniers Peaux-Vertes de la forteresse, puis offrit la victoire à l’Imperium et détruisit l’empire Peau-Verte.

Après la victoire d’Ullanor, un immense Triomphe fut organisé pour célébrer la chute de l’empire des Peaux-Vertes, la planète se voyant transformé par les forces industrielles du Mechanicum qui érigèrent une magnifique estrade à la place de la forteresse Peau-Verte pour accueillir le Maître de l’Humanité et neuf Primarques afin d’assister à un gigantesque défilé sur un boulevard géant crée à la place des montagnes réduites en gravats.[10]

Abaddon fut présent dans l’estrade impérial durant le triomphal défilé militaire et savait d’une source sûre que l’Empereur allait annoncer un grand évènement. Cet évènement fut l’élévation d’Horus au titre de Maître de Guerre. Abaddon fut ainsi témoin de l’ascension d’Horus à ce titre que l’Empereur avait crée et confié à Lupercal et qui faisait de lui le chef suprême des armées de l’Imperium et le premier des Primarques.[11]

La Bataille de Soixante-Trois Dix-Neuf[modifier]

Ezekyle Abaddon (à gauche), derrière Horus Lupercal et Garviel Loken (à droite) durant la Grande Croisade.
Après l’ascension d’Horus au titre de Maître de Guerre, l’Empereur retourna sur Terra mener un projet secret, laissant Lupercal mener la Grande Croisade à Sa place. Abaddon participa à la première bataille qu’Horus mena comme Maître de Guerre, sur le monde de Soixante-Trois Dix-Neuf, un système qui se prenait pour la véritable Terra avec à sa tête un "Empereur" qui exigea qu’Horus lui jure allégeance au nom de son autorité supposé sur l’ensemble de l’Humanité. Les choses dérapèrent lorsque cet Empereur fit assassiné l’ami d’Horus et très aimé par la Légion des Luna Wolves, le Capitaine Hastur Sejanus - l’homme qui avait trouvé le jeune Ezekyle y avait bien longtemps pour en faire un Space Marine - qui avait été envoyé en ambassade. Abaddon fut l’un des officiers envoyés conquérir cette planète avec pour mission de pénétrer dans le palais de cet Empereur et de l’éliminer. Horus lui demanda néanmoins d’épargner le plus possible ses habitants mais de châtier les meurtriers de Sejanus. Néanmoins ce fut le Capitaine de la 10e Compagnie, Garviel Loken, qui arriva avant lui dans la salle du trône de l’Empereur de Soixante-Trois Dix-Neuf et qui fut témoin de son exécution par Horus qui se téléporta dans la salle pour venger Sejanus.

Le Mournival[modifier]

Abaddon faisait partie du Mournival, le conseil privé d’Horus composé de quatre officiers de la Légion. On ne sait quand il intégra ce cercle mais son aura auprès des hommes de la Légion et son titre de Premier Capitaine fut sûrement déterminant. Quoi qu’il en soit, Abaddon partagea ce poste avec les Capitaines Tarik Torgaddon, Horus Aximand - l’Autre Horus - et Hastur Sejanus avant la mort de ce dernier. Il appuya la promotion de Garviel Loken en remplacement de Sejanus formant, à eux quatre le dernier véritable Mournival avant l’Hérésie. Il accueillit officiellement Loken dans cette fraternité durant une petite cérémonie réunissant les quatre membres sur la surface de Soixante-Trois Dix-Neuf.[12]

Peu après, il apprit l’incident qu’eut Loken durant une mission sur Soixante-Trois Dix-Neuf où durant une purge contre des rebelles dans une région isolée de la planète nouvellement conquise - le Pic des Murmures -, Loken avait été témoin de la possession d’un de ses hommes, le Sergent Xavyer Jubal, par une entité mystérieuse après avoir purgé la forteresse rebelle, une entité répondant au nom de Samus et qui avait transformé Jubal en une abomination. Jubal fut abattu après avoir attaqué ses frères Astartes par Loken malgré des pertes. Abaddon, au nom du moral des troupes et de la nature particulière de cet incident - qu’il ne maîtrisait pas en réalité, ignorant l’existence des Démons - a soutenu Loken et étouffé l’affaire avec le soutien d’Horus.[13]

Meurtre et l'Interex[modifier]

Après la Bataille de Soixante-Trois Dix-Neuf, Abaddon accompagna Horus qui mena les Luna Wolves aider les Emperor's Children sur une planète baptisée "Meurtre" par l’Imperium à cause de la férocité des Xenos Arachnides qui y vivaient. Les guerriers de la IIIe Légion étaient arrivés sur ce monde alien pour enquêter sur la disparition d’une Compagnie des Blood Angels. Abaddon a soutenu son Primarque dans ses projets de reprise en main de cette campagne mal engagée et s’est battu à ses côtés. Il rencontrera la Primarque Sanguinius venu soutenir Horus pour venger ses fils génétiques morts sur Meurtre, et durant un conseil de guerre, il soutiendra les propos du Grand Ange affirmant que chaque Space Marine était fier de sa Légion, ce qui adoucira la position d’Horus devant les mauvaises décisions des Emperor’s Children durant la campagne sur Meurtre.

Mais après des mois de combats violents contre les Arachnides, l’arrivée de vaisseaux d’une civilisation humaine interstellaire très avancée, l’Interex, mit fin à la campagne. L’Interex avait isolé les Arachnides sur Meurtre, considérant que l’extermination d’espèce entière était immorale. Souhaitant intégrer de manière pacifique cette civilisation humaine, Horus engagea des pourparlers. Abaddon était furieux, car de nombreux frères étaient morts pour rien et l’Interex acceptait en son sein des Xenos, notamment les Kinebrach, une espèce avancée, qui vivait avec les humains de l’Interex, ce qui le dégouttait, y voyant une atteinte grave à la Vérité Impériale. Il teindra ses propos bellicistes envers l’Interex à Horus qui furieux devant son impertinence, le remettra violemment à sa place. Le Maître de Guerre accompagna l’Interex vers une de leurs planètes, Xenobia Principis. Durant le voyage, Abaddon admira Loken battre en deux secondes, dans les cages d’entraînements de la Légion, l’Emperor’s Children particulièrement arrogant Lucius. De même, il accueillit Erebus, arrivé quelques temps après la fin de la campagne sur Meurtre, et qui s’imposera très vite comme un conseiller de confiance du Maître de Guerre.

Abaddon fit parti, avec le Mournival, de la délégation diplomatique d’Horus sur Xenobia Principis. Mais après deux semaines de pourparlers infructueux, la Galerie des Objets, un édifice de l’Interex qui ressemblait à un musée et comprenant de nombreuses collections d’armes, fut infiltré et incendié par un intrus qui vola une arme dénommée l’Anathame, et qui assassina le conservateur. Les guerriers de l’Interex virent une fourberie des Impériaux qu’ils considéraient alors comme des agents du "Chaos" - dont le sens ne voulait encore rien dire pour les Space Marines. L’alarme sonna, et Abaddon exfiltra Horus en combattant les soldats de l’Interex. Après cette tentative ratée de négociations pacifiques, Horus rebaptisa les Luna Wolves les Sons of Horus, avant d’accéder à la requête d’Erebus de régler un problème sur un monde nommé Davin.[14]

La Bataille de Davin[modifier]

Arrivé sur Davin, Horus apprit d’Erebus que le Gouverneur Planétaire qu’il avait laissé sur ce monde une soixante d’années après l’avoir conquis, Eugan Temba, l’avait trahi et s’était lié aux sectes indigènes sur la lune de la planète. Abaddon débarqua sur la lune de Davin et affronta avec ses frères et son Primarque d’étranges créatures, des cadavres animés et corrompues par la maladie. Il accompagna ensuite Horus dans les entrailles l’épave du vaisseau de Temba, le Glory of Terra mais fut sépare du Maître de Guerre lorsque le vaisseau s’affaissa sur lui-même. Il ressortit avec ses hommes, secoué et meurtri, et retrouva Horus, qui avait tué Temba devenue une créature bouffie, à l'intérieur de vaisseau. Malheureusement, le Primarque avait été blessé par l’arme du Gouverneur félon, l’Anathame de l’Interex disparu sur Xenobia et qui s’était retrouvé mystérieusement entre les mains de Temba. Abaddon suivit Horus qui sortit du Glory of Terra, puis il le vit tomber au sol, inconscient. Affolé, il ramena, avec le Mournival, en urgence Horus dans l’Apothecarion du Vengeful Spirit, ne comprenant pas ce qui se passait.

Constatant l’impuissance des Apothicaires à combattre le mal qui tuait Horus, Abaddon fut prit d’une rage furieuse, agressant et menaçant les Apothicaires de les tuer si ils échouaient. Alors que l’état du Maître de Guerre empirait, Abaddon rejoignit la Loge Guerrière des Sons of Horus tout en maudissant l’Empereur de les avoir abandonné, lui, sa Légion et son Primarque. Il fut de ceux qui acceptèrent la proposition d’Erebus d’emmener sur Davin le Primarque, au temple de la Loge du Serpent, se nommant le Delphos, afin que les mystiques davinites versés dans un art de la guérison - en réalité des sorciers vénérant le Chaos - le sauve. Abaddon fut soutenu par Horus Aximand dans cette démarche, mais se retrouva opposé à Loken et à Torgaddon, créant une division empli de rancœur qui ne refermera jamais, division accentué par le refus net de Loken de rejoindre la Loge Guerrière, ce qui agaçait le Premier Capitaine. Loken et Torgaddon n’y virent qu’une violation de la Vérité Impériale, car faire appel à la superstition et à la magie ne pouvait que causer un préjudice encore plus grand que la mort du Primarque. Néanmoins, ce fut la cause d’Abaddon qui s’imposa et Horus fut emmené dans le Delphos.

Horus ressortit quelques jours plus tard du Delphos, miraculeusement guéri, mais transformé et assoiffé de pouvoir absolu. Le Maître de Guerre avait pactisé avec les Dieux du Chaos en échange des pouvoirs du Warp, et sa déchéance annonça celle d’Abaddon.[15]

Pour le Maître de Guerre[modifier]

Après Davin, Maître de Guerre conduisit par la suite sa Légion dans un système inconnu sans d’autres explications, vers une planète du nom d’Aureus habité par une civilisation humaine développée portant le nom de Technocratie Aurétienne. Horus attendit l’arrivée de son frère Angron et de ses World Eaters, puis une fois l’Ange Rouge arrivé, il assassina l’ambassadeur d’Aureus venu le rencontrer sur son vaisseau amiral. Abaddon massacra les gardes du corps de l’ambassadeur avec les Justaerin puis l’invasion de la planète débuta afin qu’Horus puisse mettre la main sur de la technologie SCS de pointe.

Vers la fin des mois de conflit sur Aureus, Abaddon retrouva ses frères de la Loge Guerrière qui constatèrent que les temps avaient changé, que la Grande Croisade prenait fin et qu’ils devaient suivre une nouvelle voie pour exister. Plus tard, lors d’une même réunion, Horus les retrouva afin de leur demander leur total soutien pour un futur évènement qu’il préparait. Abaddon fut le premier à lui assurer sa loyauté, bien qu’il savait que cela condamnerait ses frères du Mournival, Loken et Torgaddon qui s’étaient déclarés ennemis de la Loge.

Abaddon accompagna Horus jusqu’à l’appartement de la Commémoratrice personnelle du Primarque, Petronella Vivar, qui avait reçu les confidences du Maître de Guerre durant son agonie. Horus assassina Vivar pendant qu’Abaddon gardait le cadre de la porte de l’appartement.

Finalement, tout bascula lorsque Abaddon fut invité à se rendre dans le sanctum de son maître, en présences d’autres officiers Space Marines, de l’Armée Impériale et des Legios Titaniques alliés au Maître de Guerre. Là, il écouta son Primarque annoncer son attention de renverser l’Empereur et de prendre le trône à son profit. Tout allait se jouer dans un système du nom de Isstvan.

Abaddon était devenu un Traître et s’apprêtait à être un acteur de premier plan de l’Hérésie d’Horus.[16]

L'Hérésie d'Horus[modifier]

Abaddon joua un rôle essentiel dans la rébellion, renversant ce qu’il avait aidé à édifier au cours de la Grande Croisade, jetant à terre les statues de l’Empereur et profanant les temples au nom de ses nouveaux maîtres, les Dieux du Chaos. Tandis que les Sons of Horus avançaient sans relâche en direction de Terra, massacrant tous ceux qu’ils trouvaient sur leur chemin, le nom d’Abaddon devint synonyme d’une trahison qui n’avait rien à envier à celle de son Primarque.

L'Atrocité de Isstvan III[modifier]

Abaddon affronte en combat singulier Garviel Loken durant la phase finale de l’Atrocité de Isstvan III.
Le monde de Isstvan III était un monde impérial qui était entré en sécession après que son Gouverneur Planétaire, Vardus Praal, eut embrassé la cause des rebelles anti-impériaux. Profitant de cette occasion, Horus décida de se débarrasser des éléments Loyalistes de sa Légion ainsi que de ceux de ses frères Angron, Fulgrim et Mortarion alors acquis à sa cause. Abaddon s’est tenu aux côtés d’Horus durant les conseil de guerre où il présenta à Mortarion et Angron, ainsi qu’a l’envoyé et représentant de Fulgrim, Eidolon, la situation et sa stratégie pour rependre Isstvan III, grâce à un force écrasante de Space Marines des quatre Légions, constitués uniquement, évidemment, des éléments jugés Loyalistes. Parmi eux, se trouvaient Garviel Loken et Tarik Torgaddon, ainsi qu’environ un tiers des quatre Legiones Astartes des Sons of Horus, des World Eaters, des Emperor’s Children et de la Death Guard.

Les Légions attaquèrent les rebelles et notamment la capitale planétaire, la Cité Chorale, reprenant très vite le contrôle de Isstvan III. Horus déclencha alors un bombardement orbital avec des armes virales qui assassinèrent Isstvan III et ses milliards d’habitants. Abaddon se tenait dans le pont de commandement du Vengeful Spirit et vit le bombardement qui changea la face de la galaxie. Il annonça à Horus que les analyses des instruments révélaient que le virus s’était presque dissipé et que les niveaux gazeux crevaient les plafonds, les batteries n’attendant que son ordre. Il suffisait d’une mèche qui se consumerait et ferait exploser la galaxie dans une grande conflagration. Satisfait, Horus ordonna de tirer et le Premier Capitaine l’entendit prononcer cette phrase célèbre qui annonçait le début de l’Hérésie : :« Et que brûle la galaxie. »

Mais tout avait dérapé, car un Loyaliste de la IIIe Légion, Saul Tarvitz, avait prévenu ses frères à la surface de l’odieuse trahison et la majorité d’entre eux étaient parvenus à se mettre à l’abri, mettant en échec le plan du Maître de Guerre. Parmi eux se trouvait Loken et Torgaddon qui avec Tarvitz, dirigèrent la résistance, rejetant leurs félons pères génétiques et proclamant leur loyauté envers l’Empereur de l’Humanité. Alors qu’Horus allait tirer une deuxième fois, Angron et sa Légion prirent d’assaut Isstvan III sans prévenir et commencèrent un violent combats contre leurs anciens frères. Ezekyle Abaddon invita son Primarque à titrer quand même, ne voyant en Angron qu’un élément désobéissant. Mais le Maître de Guerre ordonna à ses troupes de descendre à la surface de Isstvan III et d’entamer la purge des Loyalistes. Les combats durèrent des mois mais tout s’accéléra quand l’Emperor’s Children Lucius, envoyé mourir sur Isstvan III, trahi les Loyalistes, offrant un moyen de pénétrer dans le palais du Gouverneur qui servait de bastion aux résistants.

Horus ordonna une offensive générale et envoya Abaddon, accompagné d’Horus Aximand, pour terminer la purge à la surface de la planète et pour éliminer Loken. Dans les ruines de la Cité Chorale, Abaddon et Aximand firent face à leurs deux anciens frères du Mournival et s’affrontèrent dans un duel à mort. Le Premier Capitaine attaqua Loken, tandis qu’Aximand combattait Torgaddon. Les coups furent violents mais Torgaddon fut finalement décapité par Aximand sous les yeux de Loken qui fut blessé par les talents martiaux d’Abaddon. Mais alors qu’Abaddon allait l’achever, le bâtiment dans lequel il affrontait ses anciens frères du Mournival fut détruit par le pied du Titan Imperator Dies Irae de la Legio Mortis, faisant s’effondrer la structure sur lui.

Abaddon sortir des décombres en traînant Aximand. De Loken, nulle trace et il le pensa mort. Il était blessé mais vivant. Tout en décidant de surveiller Aximand qui éprouvait un réel regret pour la mort de ceux qu’il considérait pour sa part comme des Traîtres, le Premier Capitaine rejoignit le Vengeful Spirit, tandis que les derniers Loyalistes étaient massacrés.

Puis Horus déclencha un dernier bombardement orbital de la planète, et Ezekyle Abaddon le suivit vers le monde de Isstvan V.[17]

Le Massacre du Site d'Atterrissage[modifier]

Après l’Atrocité de Isstvan III, l’Imperium apprit la trahison d’Horus, de Fulgrim, de Mortarion et d’Angron. Sur ordre du Primarque des Imperial Fists, Rogal Dorn, sept Légions furent envoyés sur le monde de Isstvan V, là où Horus avait établi une base. Les trois premières Légions à débarquer furent la Raven Guard, les Salamanders et les Iron Hands, menés par leurs Primarques respectifs. Ils affrontèrent dans la Dépression d’Urgall, qui se trouvait face à la forteresse du Maître de Guerre, les Astartes des quatre Légions Renégates dans une boucherie épique. Abaddon mena les Justaerin dans ce carnage, pris d’une colère terrible à contempler, tuant avec une brutalité sans rémission, avec Horus Aximand qui avançait à ses côtés.

Puis Abaddon se replia comme le reste des Traîtres lorsque les renforts Loyalistes arrivèrent : l’Alpha Legion, les Word Bearers, les Night Lords et les Iron Warriors. Le piège d’Horus se referma et ses autre Légions proclamèrent leur allégeance envers la cause du Maître de Guerre en tirant sur les trois Légions de la première vague, les massacrant par milliers. Ce fut un massacre qui élimina trois puissantes Légions et offrit à Horus une grande victoire, victoire qu’il fêta plus tard du haut d’une estrade immense dans la Dépression d’Urgall, d’où ses frères Primarques montèrent avec lui. Sur ce piédestal de flammes était posée une autre plate-forme occupée par les officiers supérieurs de la Légion dont Abaddon, qui regarda son Primarque se proclamer Empereur de l’Humanité.[18]

Quelques temps après le Massacre du Site d’Atterrissage, Abaddon fut présent lorsqu’Horus accueillit à bord de son vaisseau amiral le Primarque de l’Alpha Legion, Alpharius. Avec Erebus, le Premier Capitaine écouta Horus exprimé son mécontentent devant les agissement de l’Hydre qui avait manœuvré les vaisseaux de la flotte renégates pour permettre aux forces de secours de la Raven Guard d’évacuer le Primarque Corvus Corax et les derniers survivants de la XIXe Légion sur Isstvan V. Abaddon, avec Erebus, exprima sa défiance envers l’Hydre, le traitant d’hypocrite. La tension monta au point qu’Alpharius promit de le tuer si il continuait de l’insulter. Finalement, Abaddon écouta l’Hydre expliquer au Maître de Guerre que ses Alpha Légionnaires avaient infiltré les rangs de la Raven Guard dévastée grâce à des visages de la Raven Guards qui avaient été greffés durant le Massacre du Site d’Atterrissage. L’Hydre révéla que Corax allait tenter de reconstruire sa Légion en acquérant sur Terra des secrets de la Longue Nuit de la part de l’Empereur et qu’il ambitionnait le désir de s’emparer du code génétique original des Primarques pour servir la cause d’Horus. Le Maître de Guerre l’autorisa à mener à bien cette entreprise, ce qui fut - officiellement - un succès. Abaddon sera présent lorsqu’Alpharius reviendra victorieux, mais forcé de remettre ce qu’il avait acquis à l’Apothicaire Emperor’s Children Fabius Bile sur ordre d’Horus.[19]

La Conquête des Profondeurs Coronides[modifier]

Après Isstvan V, une vaste série de campagnes de conquête débuta dans toute la galaxie. Abaddon participa notamment à la Conquête des Profondeurs Coronides, région céleste parfois appelée la Thulé Coronide, qui englobait les zones frontalières du Segmentum Obscurus et du Segmentum Ultima, afin de s’emparer du Monde-Ruche majeur de Manachea, et qui constituait à l’époque le centre de l’une des régions les plus industrialisées du nord de l’Imperium, accueillant le mouillage vital de la flotte de l’Armada Imperialis, Port Maw.

Suite à une série de campagnes dans la région, Abaddon fut envoyé par son seigneur attaquer Manachea. Sa cible fut une Cité-Ruche entière, la Ruche Ilium, bien défendue. Ezekyle Abaddon mena l’assaut depuis le pont de la Barge de Bataille King Eater, Ilium représentant un trophée qu’il était déterminé à remettre à son Primarque comme une victoire éclatante. Lorsque la pointe du fer de lance d’Abaddon descendit en orbite basse, les canons laser de défense de la Cité-Ruche tirèrent, les Croiseurs d’Attaque et les Barges de Bataille des Sons of Horus répliquant avec leurs propres armes. Le plan d’Abaddon était de pénétrer avec ses modules d’assaut dans le tissu de la cité, pour ensuite atteindre le Palais de la Lumière, la spire fortifiée du gouvernement de la Ruche Ilium.

Après onze jours de combats qui vit les soldats, les Titans et les chars combattre, le Premier Capitaine des Sons of Horus mena l’assaut conte le Palais de la Lumière, l’ayant délibérément épargné jusqu’à la fin des affrontements, presque comme une plaisanterie perverse, afin qu’il puisse l’humilier devant la Ruche détruite que ce centre du pouvoir avait autrefois dirigé. En s’introduisant à l’intérieur du palais avec ses Justaerin à ses côtés, Abaddon ne trouva que des fonctionnaires et des soldats blessés qui n’avaient nulle part où fuir. Il les massacra et mit la main sur Pryamus Beket, Seigneur Protecteur de Manachea, et le brisa avec la même désinvolture qu’un homme pourrait écraser une mouche. Ainsi, il avait offert à Horus un domaine puissant et stratégique vers sa marche sur Terra.[20]

Un Nouveau Mournival[modifier]

Abaddon se rendit vers le monde de Réside, suite à la volonté d’Horus de mettre la main sur le Mausolytica, un bâtiment qui permettait d’accéder à la mémoire des morts de ce monde, mémoires entreposées comme une bibliothèque et dans une cybernation rituelle, afin que leurs pensées collectives, leurs souvenirs et leurs connaissances cumulées fussent accessibles et pussent être consultées comme les ouvrages d’une bibliothèque.

Alors que la flotte du Maitre de Guerre se translatait vers le système de Réside, Ezekyle Abaddon s’est entretenu avec Aximand afin de crée un nouveau Mournival. Le Premier Capitaine y voyait alors un concept dépassé mais Aximand le convainquit du contraire et de la nécessité d’aider Horus à prendre les décisions. Abaddon et Aximand ne prononçaient alors plus jamais les noms de Loken et de Torgaddon depuis Isstvan III, bien que leurs fantômes hantaient le Premier Capitaine. Il proposa alors le Son of Horus Falkus Kibre, le Faiseur de Veuves, qui commandait aux Terminators de l’escouade Justaerin, ce qu’Axiamnd accepta, lui proposant pour sa part pour la seconde place vacante le Sergent Grael Noctua des 25e Ensorcelés ce qu’Abaddon approuva.[21]

La Bataille de Molech[modifier]

Durant l’Hérésie d’Horus, Abaddon mena ses Terminators dans le feu de la bataille.
Une fois Réside prise par la Légion des Sons of Horus, une bataille marquée par une embuscade ratée de White Scars au sein du Mausolytica préparée par un Iron Hand tenace qui menait des actions de sabotage à la tête de forces de Space Marines Loyalistes, Shadrak Meduson, Abaddon s’était battu contre une courageuse unité de simples mortels humains, le Voile de Mailles, qui avait réussi l’exploit de le retarder durant l’assaut du Mausolytica.

Il rejoignit par la suite son Primarque qui l’avait convoqué. Horus consultait les mémoires conservées dans l’antique Mausolytica, dans la salle mausolytique centrale. Il en profita pour souligner à Kibre qu’il ne fallait jamais tenter d’anticiper les décisions de Lupercal.

Une fois devant Horus qui les attendait, Abaddon exprima son désir de reprendre la guerre, refusant l’idée qu’on puisse dire que les Sons of Horus aient laissé les autres Légions aller se battre à leur place. Puis ensemble, ils se rendirent dans une zone du Mausolytica, le dôme de la Revivification, où les Primarques Mortarion et Fulgrim - alors devenu un Prince Démon de Slaanesh, les attendaient. Là, Horus surpris tout le monde en expliquant que l’Empereur avait effacé ses souvenirs, ainsi que ceux de Fulgrim, de Jaghatai Khan et de Lion El'Jonson, présents lors de cette campagne impériale contre un Monde Chevalier nommé Molech, qui c’était par ailleurs laissé annexé sans résistance. Sa recherche dans le Mausolytica lui avait révélé son passage sur ce Monde Chevalier, sachant que le Maître de l’Humanité s’y était rendu afin de garder secret Son passage sur la planète il y a de cela des millénaires. Abaddon se souvenait lui aussi de Molech, mais comme les Primarques, il éprouvait des difficultés à s’en rappeler les détails spécifiques, choqué que l’Empereur ait effacé ses souvenirs.

Mais tout fut interrompu lorsque trois Fire Raptors pilotés par des Space Marines sous les ordres de Shadrak Meduson attaquèrent les trois Primarques. Abaddon tira au Bolter sur les appareils, en espérant avoir de la chance, les touchant bien que ce fut inutile. Les Primarques parvinrent difficilement à s’en débarrasser puis Horus ordonna de mette le cap vers Molech.

Une fois arrivée dans le système de Molech, la flotte de l’Architraître se retrouva face à une très puissante flotte impériale soutenue par un système de défense orbitale suspendu en orbite haute. À bord du Vengeful Spirit, Abaddon se tenaient avec le Mournival dans le poste de commandement du Maître de Guerre, excité à l’idée d’affronter une si importante force ennemie.

Abaddon mena les Justaerin à bord de vaisseaux-tombes qui dérivèrent dans l’espace afin de ne pas se faire repérer par les navires impériaux, et se mit à portée d’assaut des stations défense qui se trouvait à l’arrière garde la flotte Loyaliste. Une fois à portée, le Premier Capitaine prit une des stations, répondant au nom de Var Zerba, massacrant sans pitié les défenseurs. Ses ordres étaient clairs : les plate-formes de défense devaient être prises intactes. Cela fut fait. Abaddon marcha jusqu’à un trône au cœur du centre de commandement d’une station, où était assis un triste individu qu’Abaddon tua en lui écrasant le cou avant de le faire sortit de son trône comme un pantin de chair inerte, sans prendre la peine d’ouvrir le collier qui lui maintenait la tête. Celle-ci s’arracha, alla rebondir sur le pont et s’arrêta de rouler près d’un panneau de commande d’armement. Abaddon aboya à un Technoprêtre renégat qu’il avait escorté de prendre la place sur le trône.

Une fois les stations de défense orbitale sous le contrôle des Traîtres, elles tirèrent sur la flotte Loyaliste qui se retrouva prise en étau entre les stations et la flotte d’Horus puis elle fut vaincu, ouvrant la voie à l’invasion de Molech.[22]

Maitre de l’espace, Horus lança ensuite un vaste débarquement avec sa Légion sur l’île de Damesek, près de la pointe nord du plus grand continent de Molech, tandis que la Death Guard de Mortarion menait d’autres assauts sur le Monde Chevalier. Une très importante force de Sons of Horus débarqua sur les plages de la cité d’Avadon et combattit les forces de défense Loyalistes locales, renforcée par l’arrivée des Chevaliers Impériaux de la Maison régnante de Molech, la Maison Devine. Abaddon mena les Justaerin de nouveau au combat, avançant jusqu’à des points fortifiés, des tranchées et des redoutes.

Une fois la victoire acquise, il accompagna Horus vers une caverne, là où le Primarque savait que l’Empereur l’avait emmené avec Fulgrim, le Lion et le Khan durant la Grande Croisade, là où il avait perdu la mémoire. La route que le Premier Capitaine emprunta avec son sire génétique se nommait le Chemin Fulgurine, un sentier que l’Empereur Lui-même avait parcouru il y a des millénaires de cela, à la recherche d’un pouvoir qui a fait de Lui l’équivalent d’un dieu. En plus du Mournival et des Justaerin, Abaddon pénétra dans la caverne à la suite d’Horus, repérant vite que quelque chose de puissant et dangereux y avait fait sa tanière, les ossements gisant dispersés près d’une entrée assez large pour pouvoir y faire entrer un Titan de reconnaissance le prouvant. La faune locale de Molech était connue par sa dangerosité et ces puissants monstres, mais quelque chose de bien pire l’attendait. Au bout de la galerie sinueuse qui se prolongeait dans la montagne, Abaddon se retrouva devant un lac stagnant qui emplissait le centre de la grotte et dont la surface était aussi lisse qu’un miroir de basalte. Il regarda Horus se diriger vers le bord de ce lac qui se mit brusquement à bouillir. Un ange de feu armé d’épées de foudre, sans visage et sans pitié, apparue et se déplaça incroyablement vite, ses griffes entaillant l’air et tuant les Justaerin avec facilité. Au milieu de tirs et des morts, les épées d’un bleu brillant claquèrent comme deux fouets et Abaddon plongea de côté, son épaulière proprement arrachée avec un morceau de son épaule resté à l’intérieur, et un sang clair lui couvrant le bras. Abaddon fut ensuite cloué sur place par des tridents de foudre de l’ange - qui était une défense psychique crée par l’Empereur - et dont leur lumière ressortait par sa bouche. Le Premier Capitaine fut pratiquement bouilli à mort par le feu divin mais fut sauvé par Horus qui détourna l’attention de l’ange psychique en lui tirant dessus avec les Bolters intégrés à sa griffe. L’ange fut vaincu par Lupercal qui le tua de sa masse, offrant avec sa mort tout les souvenirs perdus que le Maître de Guerre avait oublié.

De retour sur le centre de l’île, Abaddon fut soigné avec des baumes régénérateurs appliqués sur sa peau. Suite à ce combat, il perdit les intonations puissantes de sa voix grinçante, l’ange de feu de l’Empereur l’ayant laissé avec une voix rauque de gargouille. Il écouta avec les survivants du combat Horus expliquer qu’il était temps de prendre Lupercalia, la capitale de Molech, car il se rappelait à présent que l’Empereur y avait dissimulé à la surface de la ville, une porte qui menait vers un royaume des dieux

Horus lança l’assaut général sur Lupercalia mais chargea Abaddon d’une mission essentielle pour atteindre la victoire : s’assurer de la destruction des défenses extérieures du Mont Poing de Fer, une forteresse montagneuse qui s’élevait derrière Lupercalia et dont l’intérieur caverneux abritait les cohortes de guerre de la Legio Crucius. De là, il devait avancer vers Lupercalia pour y ouvrir un nouveau front tandis que l’armée principale affrontait le gros des forces Loyalistes.

Abaddon prit un Thunderwawk et fonça avec ses Justaerin vers le Mont Poing de Fer. Mais son appareil fut abattu et il s’écrasa, survivant au crash malgré des pertes. Le reste de ses hommes atterrirent prêt de la forteresse des Titans, et de là, il regarda la station orbitale Var Zerba, qu’il avait prise en orbite au début de l’attaque contre Molech, activer ses armes pour frapper le Mont Poing de Fer afin de pulvériser la montagne. Le Mont Poing de Fer s’effondra et Abaddon s’agrippa fermement à la roche pour survivre à l’onde de choc des impacts et de la destruction instantanée qu’une montagne entière générait en vagues de pression sismique. Ce raz-de-marée de destruction enterra sous des centaines de mètres de décombres les défenses impériales agglutinées autour de la montagne. À la tête de cinq cents Terminators, Abaddon les engagea pour éliminer les derniers survivants, bien qu’il ne restait plus rien du flanc droit impérial : juste des statues grises ayant auparavant été des hommes, des épaves enfouies de tanks devenus des fours dont il était impossible de sortir, des positions d’artillerie écrasées sous la pierre, et les fûts tordus des Basilisk et des Minotaur dépassant des nuages de cendre chaude. Les survivants gémissants suppliaient qu’on les sorte des éboulis de roche où ils cuisaient à petit feu. Abaddon ne leur accorda pas même la clémence d’un Bolt. Il vit un Warlord à genoux, le bas des jambes fondu, amalgamé à la roche de la montagne, son dos était tordu, et cherchant à se redresser. Deux Warhound gisaient étalés sur le ventre, le cockpit craquelé, et des Skitarii blessés se bousculant frénétiquement pour porter secours aux équipages. Les Terminators du Premier Capitaine les tuèrent sans même ralentir. Le véritable combat venait à Abaddon : un Titan Imperator qui s’était mis en branle, le Paragon of Terra qui gardait Lupercalia.

Les Justaerin d’Ezekyle Abaddon poussèrent vers le centre de la cité, l’anéantissement du Mont Poing de Fer ayant laissé le flanc gauche Loyaliste grand ouvert. Un linteau de pierre s’écrasa à terre et bloqua sa progression dans la tranchée et une tempête de feu fit rage au-dessus de lui. Abaddon se plaqua contre la pierre vitrifiée du mur lorsque les flammes rugirent sur toute sa longueur, celui d’un tir d’une arme plasma du Titan Imperator. Il subit les tirs de missiles, d’obus explosifs, d’ouragans de Bolts, de tirs de lasers et de faisceaux tueurs du Canon Fournaise qui réduisaient en poussière le peu qu’il restait des tranchées et des bastions de ce flanc. Les parois s’effondrèrent dans la tranchée sous l’onde de choc qu’avait provoquée un autre système d’arme et Abaddon comprit qu’il était condamné si un miracle ne venait pas le sauver alors qu’il constatait qu’il y avait plus de morts qu’il ne s’était attendu à en voir jamais parmi les Justaerin, surtout quand le Titan approchait pour aller l’écraser lui et ses derniers hommes…

La chance lui sourit. Grâce à Fulgrim qui avait corrompu le Chevalier Impérial Banelash, son pilote, Albard Devine, chef de la Maison Devine, fut corrompu à son tour. Banelash convainquit Albard d’attaquer par derrière le Titan Imperator avec ses Chevaliers, menant la Maison Devine à commettre la trahison qui condamna Molech et assura la victoire d’Horus. Une fois le Paragon of Terra détruit par l’attaque traîtresse des Chevaliers qui détruisirent par surprise son réacteur à plasma, immolant les défenseurs Loyalistes, Abaddon rejoignit Horus pour l’ultime étape de l’invasion.

Il suivit Horus dans un lieu secret de Lupercalia, la Crypte Transcendante, là où l’Empereur était venu il y avait des millénaires plus tôt. Armée de boucliers avec ses Justaerin, Abaddon mena l’avancée contre les ultimes défenseurs Ultramarines de la garnison de Molech, soutenu par le Primarque Mortarion. Une fois les défenseurs éliminés, il se retrouva devant un portail d’obsidienne noir, écoutant son Primarque expliquer que l’Empereur avait pénétré dans un autre royaume à partir de ce portail. Il le regarda enlever les fermoirs de son plastron et ordonner à Mortarion de le couper profondément de sa faucheuse, ce que le Faucheur fit, aspergeant du sang du Maître de Guerre le mur noir de la Crypte. Puis Horus fit voler le mur de portail en éclats avec sa masse et un noir absolu se répandit dans la chambre comme un phénomène physique. Abaddon fut déconcerté alors que la clarté revenait peu à peu et qu’il constata que son Primarque avait disparu. Il attendit le retour d’Horus qui finit par tomber à travers la surface d’huile noire et s’écraser devant ses hommes, ayant pénétrer dans le royaume infernal via ce portail. Mais si pour le Premier Capitaine des Sons of Horus, son sire génétique était partit que quelques instants, pour le Maître de Guerre, une éternité c’était écoulé et quand il se releva, Abaddon constata qu’il avait vieilli et que la puissance de l’Empyrean s’était distillée et insufflée dans son corps. Horus était plus puissant que jamais et avec tout ceux présent dans la pièce, Abaddon tomba à genoux devant la puissance qui emplissait le Maître de Guerre, une puissance qui le rendait capable d’affronter l’Empereur Lui-même.[23]

Le Retour d'un Fantôme[modifier]

Ezekyle Abaddon quitta Molech ravagé avec son Primarque et la Légion des Sons of Horus. De retour sur Vengeful Spirit, il eut la désagréable surprise d’apprendre qu’un petit groupe de Space Marines au service du bras droit de l’Empereur, Malcador le Sigillite, avait infiltré le navire afin d’y placer des Futharc, des symboles utilisés par les Scouts Space Wolves pour guider les assauts de leur Légion au travers des épaves flottantes et autres structures, chaque symbole donnant des informations au détachement principal sur ce qu’il y avait devant ou sur la meilleure route à prendre. C’était Leman Russ, le Primarque des Space Wolves, qui avait préparé ce plan afin de lancer un futur assaut contre le Maître de Guerre. Avec la haine gravée dans ses yeux, Abaddon vit Garviel Loken, bien vivant, parmi le groupe de Loyalistes capturés - se faisant appelé les Chevaliers Errants, - ainsi que le vieux Capitaine Luna Wolf Iacton Qruze qui avait quitté la Légion suite à la trahison d’Horus. Quand Lupercal tenta de rallier Loken à sa cause, Qruze l’encouragea à résister à l’offre du Maître de Guerre, poussant Abaddon à le frapper.

Mais Loken refusa de rejoindre Horus et subitement, les Chevaliers Errants attaquèrent les Sons of Horus et une série de duel et d’affrontements débuta. Abaddon se retrouva en prise avec un ancien membre des Ultramarines, un Archiviste du nom de Tylos Rubio. Les poings du Premier Capitaine déchirèrent l’armure de son adversaire et il finit par mettre Rubio à terre avant de clouer un Space Wolf du nom de Bror Tyrfingr, grâce à la force que son Armure Terminator lui procurait. Mais tout s’arrêta quand Horus tua Qruze, écoutant le serment de l’instant de Loken qui devant la mort du vieux Capitaine, jura d’éradiquer jusqu’au dernier les Sons of Horus. Puis le vaisseau furtif des Chevaliers Errants, le Tarnhelm, tira par la fenêtre de la salle d’audience où ils se trouvaient tous, aspirant les Chevaliers Errants dans le vide où le vaisseau furtif les récupéra avant de repartir vers Terra. Abaddon vit son ancien frère lui glisser entre les doigts, tout comme le constat de sa survie l’avait secoué. Néanmoins, déjà l’ambition naissait au sein d’Abaddon qui après Molech, ne pouvait plus se satisfaire de son grade de Premier Capitaine. Peut-être même que ce fut après cette bataille qu’il commença à s’imaginer à la tête de sa propre Légion…[24]

La Bataille de Trisolian[modifier]

Horus mit le cap sur le système de Trisolian, domaine du Mechanicum, car possédant un couloir Warp majeur qui passait par lui et qui desservait le carrefour stratégique du système de Beta-Garmon, en plein conflit depuis le début de la guerre et qui était la porte d’entrée pour attaquer le Système Sol. Trisolian était un Monde-Forge formé de quatre planètes sous l’autorité du Vice-Roi Extractatorien Benician Mendoza. Ce dernier refusa de rejoindre la cause du Maître de Guerre. Les armées de Trisolian, sous le commandant de la Domina Magos du Taghmata Aspertia Sigma-Sigma, combattirent et furent balayés par les Légions Renégates, défaite renforcée par la trahison de Aspertia Sigma-Sigma qui renversa Mendoza et accepta la reddition. Les Loyalistes vaincus furent rassemblés à l’Heptaligon, l’installation orbitale principale du système de Trisolian, et Abaddon accompagna son Primarque qui arriva par navette au sein de cette structure. Là, Horus invita les Technoprêtres à embrasser les vérité du Warp et à forger un nouvel âge, pointant vers un adepte sa griffe, lui demandant si il lui faisait allégeance. L’adepte fut trop lent à répondre, et fut abattu par Abaddon, violent et colérique, mais provoquant ainsi une succession de serments envers Horus. Puis Ezekyle Abaddon repartit avec son maître vers la flotte de guerre.

Plus tard, l’ensemble de la Légion des Space Wolves, menée par Leman Russ en personne, apparu par surprise à Trisolian et engagea les vaisseaux d’Horus. En parallèle, le Roi-Loup mena un abordage massif avec ses fils pour pénétrer dans le Vengeful Spirit, afin de trouver et de tuer Horus. Durant les combats meurtriers au sein du navire, Abaddon retrouva, dans une chambre de recyclage atmosphérique qui donnait sur une grande salle de circulation de l’air filtré vers tout le vaisseau, un groupe de Space Wolves se préparant à saboter les machineries. Les Loups étaient dirigés par Bror Tyrfingr, celui-là même qu’Abaddon avait affronté dans la Cour de Lupercal après Molech. Il se téléporta directement dans la chambre avec les Justaerin. Il affirma qu’il s’était attendu au retour de Bror Tyrfingr et qu’il le traquait depuis le début de l’assaut Loyaliste. Le Space Wolf l’invita à venir l’affronter mais Abaddon se devait de traquer Leman Russ et n’avait pas le temps pour un duel. Bor tira droit vers la tête d’Abaddon, qui stoppa le tir mortel grâce à son gantelet blindé qu’il leva d’un coup devant son visage. Abaddon ordonna à ses Terminators de tirer et les Space Wolves furent massacrés, Abaddon souriant quand Bor Tyrfingr fut tué sous ses yeux.

La Bataille de Trisolian s’acheva par le retrait de Leman Russ, blessé grièvement par Horus et le repli catastrophique des Space Wolves vers le système de Yarant. Abaddon apparu en hololithe devant son Primarque qui lui ordonna de poursuivre les reste de la VIe Légion et de lui ramener la tête du Roi-Loup. Abaddon jubila à l’idée du massacre et il rassemble une force composée de nombreuses Légions Renégates et partit vers Yarant.[25]

La Bataille de Yarant III[modifier]

Abaddon pourchassa Leman Russ et les dernier Space Wolves jusqu’au monde de Yarant III. Là, les Loups furent assaillis par des World Eaters, des Thousand Sons, des Alpha Légionnaires et des Sons of Horus sous les ordres du Premier Capitaine qui avait mit en place un blocus autour de la planète tout en envoyant des forces prendre d’assaut la forteresse de fortune des Space Wolves où Leman Russ avait trouvé refuge, le Primarque ayant sombré dans le coma suite à ses blessures. Le commandement fut assuré par Bjor, un proche confident du Roi-Loup. Durant les combats, Abaddon fit lever sa bannière bien haut au milieu des explosions.

Mais Russ et les Space Wolves s’échappèrent, grâce à un assaut éclair mené par Corvus Corax, le Primarque de la Raven Guard, qui mena les restes de sa Légion pour sauver son frère, contournant le blocus orbital, et nettoyant la zone autour des positions Space Wolves de la présences des Space Marines renégats. Abaddon ne put que constater les faits, tandis que Russ était évacué par le Seigneur Corbeau grâce aux transporteurs de la XIXe Légion.[26]

Le Rassemblement d'Ullanor[modifier]

Une fois la Bataille de Yarant III terminée, Abaddon rejoignit Horus et l’ensemble des forces renégates sur le monde d’Ullanor, là où Lupercal avait organisé une parodie du Triomphe fêtant l’apogée de la Grande Croisade avant de partir vers le Système Sol dont la route s’ouvrait enfin à lui. Il retrouva le Son of Horus Kenor Argonis qui avait été promu Écuyer d’Horus, exprimant sans hésitation le fait qu’il s’était prononcé contre cette nomination.

Puis aux côtés d’Horus, dans sa salle du trône, alors que le dernier appareil s’éloignait de la surface d’Ullanor, il écouta Horus ordonner à ses forces de mettre le cap vers la bataille finale de l’Hérésie : Terra.[27]

La Guerre Solaire[modifier]

Les forces d’Horus attaquèrent le Système Sol, organisé par Rogal Dorn et ses Imperial Fists en différentes sphères de défense lourdement fortifiées et qui provoquèrent de pertes apocalyptiques dans les deux camps. Cette offensive démentielle, baptisée la Guerre Solaire, avait été organisé par Horus et Perturabo, le Primarque des Iron Warriors, et ouvrait le premier chapitre du Siège de Terra, les Traîtres avançant peu à peu dans les profondeurs du système afin d’atteindre le Monde-Trône.

Horus confia à Abaddon une mission spéciale : prendre Luna et les cryptes des cultes génétiques des Selenar, celles qui avaient autrefois forgées les Luna Wolves et disposant de la technologie capable de produire en masse des Space Marines.

Loin des combats de la Guerre Solaire, Abaddon se retrouva à bord de la Barge de Bataille War Oath, un vaisseau des Imperial Fists, capturé durant la Bataille de Phall au début de l’Hérésie et naviguant dans le golfe supra-solaire. Ezekyle Abaddon contempla la lumière du vide à travers le dôme de verre blindé de l’observatoire du vaisseau, apercevant le joyau brillant et lointain de Terra. Il eut pour compagnon de voyage un Apôtre Noir des Word Bearers qui était devenu un conseiller d’Horus, Zardu Layak. Abaddon ne supportait pas ce sorcier qui sous ses yeux avait pratiqué un rituel consistant à faire consumer à genoux huit mortels en silence alors que le War Oath se translatait du Warp vers la réalité. Une part d’Abaddon avait songé à ordonner aux Terminators Justaerin qui se tenaient sur le bord de la salle d’ouvrir le feu, et de tailler les Word Bearers en pièces d’armure et en lambeaux de chair, ainsi que leur sacrifice immonde.

Car au fil de la guerre civile, Abaddon avait mieux compris la nature des forces obscures du Warp, et il se mit à détester tout ce qui était lié aux Démons et aux Puissances de la Ruine.

Manque de chance, Layak semblait vouloir devenir proche d’Abaddon, tentant de le convertir à la foi des Dieux du Chaos, suivant le Premier Capitaine comme son ombre. Il exprima son hostilité envers Layak, au point que les gardes du corps Word Bearers du sorcier mettaient souvent la main à leurs armes pour défendre éventuellement leur maître. Layak avait un réel intérêt pour Abaddon, s’étonnant de la voir marcher sans garde du corps malgré son titre et notant qu’il le détestait, ce qu’Abaddon lui confirma, qualifiant le Word Bearer de chien reniflant la viande d’une proie tuée par ceux qui lui étaient supérieurs. Layak se moqua de lui, et agacé, Abaddon fit mine de se détourner, mais refit brusquement volte-face et couvrit la distance jusqu’à Layak et ses deux gares du corps dans un sursaut musculaire, le temps d’un clignement d’œil et un glaive à lame courte à la main. Il se débarrassa aisément des gardes du corps et pressa la pointe de son glaive sur le flanc du sorcier qui au moindre mouvement, verrait la lame d’Abaddon lui pénétrer dans la poitrine, un cœur et un poumon d’une seule poussée. Là, le Premier Capitaine lui exprima le dégoût qu’il avait d’avoir eu à constater ce que Layak avait fait des ses frères - des esclaves liés à sa volonté pour lui servir de garde du corps - puis il s’éloigna. Layak le remercia de l’avoir épargné et affirma à cet instant que les dieux le regardaient…

Le War Oath fut rejoint par un vaisseau des Thousand Sons commandé par le bras droit du Primarque Magnus le Rouge, Ahzek Ahriman qui, contacta Abaddon par communication télépathique avant d’apparaître devant lui et Layak comme une image dans l’air, translucide et vibrante. Abaddon fut forcé d’ordonner à Layak d’arrêter d’exprimer son hostilité envers Ahriman, ce que l’Apôtre Noir fit. Ahriman confirma à Abaddon l’arrivée du reste de leur armada, surgissant du Warp suite à un rituel qui avait demandé des millions de sacrifiés dans des cuves à offrandes, ou jetés dans le Warp depuis les baies des hangars afin que les puissances qu’Horus avait liées à sa cause s’assurent de la bonne traversée de ses vaisseaux, en les faisant glisser dans l’existence bien au-delà du Point de Mandeville du Système de Sol, cette barrière invisible engendrée par la gravité d’une étoile, par-delà laquelle il n’était plus prudent de se translater vers et depuis le Warp. Le Premier Capitaine détesta la façon dont ils étaient arrivés ici, encore plus la faiblesse de sa Légion devant l’aide qu’ils avaient reçue des Thousand Sons et des Word Bearers pour faire advenir cette arrivée impossible.

L’armada d’Abaddon fut attaquée par la suite par des vaisseaux White Scars mené par Jubal Khan, un Capitaine de Jaghatai Khan, commandant le Lance of Heaven. Abaddon ordonna à l’armada de continuer d’avancer, tandis qu’Ahriman le recontacta pour lui dire au revoir, partant mener sa propre mission. Les White Scars constatèrent le départ d’une partie de l’armada d’Abaddon et frappèrent de nouveau. Après des heures de combat et de manœuvres, Abaddon mena un abordage sur le Lance of Heaven par téléportation, avec ses Terminaors. Il se retrouva dans la citadelle de commandement du Lance of Heaven et perça dans les défenses autour des sites critiques. Abaddon atteignit les portes principales de la passerelle et les fit sauter avant de se retrouver dans le centre de la salle, vide. À cet instant, il eut à peine le temps de se retourner pour voir un grain de lumière qui filait vers lui par-delà les fenêtres d’observation, puis le verre blindé implosa dans une vague de feu lorsque les Béliers d’Assaut frappèrent la passerelle du Lance of Heaven. Ils étaient deux, des blocs de blindage et de moteurs en forme de ciseau fourchu, qui emportaient chacun cinq guerriers à l’intérieur de leur coque. Chacun portait sur lui des projecteurs à fusion assez puissants pour ouvrir une faille dans l’épiderme d’un croiseur. Contre le pont de commandement sans protection, ces armes réduisirent la moitié de la passerelle en fonte luisante et l’onde de choc fouetta Abaddon et le fit chanceler. Les guerriers White Scars apparurent en engagèrent les hommes d’Abaddon. Puis un troisième Bélier d’Assaut arriva, amenant Jubal Khan, un talentueux épéiste de la Ve Légion, qui attaqua le Premier Capitaine. Une perte de gravité au sein du vaisseau apparu et Abaddon continua à se battre contre son adversaire, contrant et recevant des coups du guan dao de Jubal Khan. Abaddon activa le champ de son Gantelet Énergétique et l’abattit en avant, paume ouverte, ses doigts baignés d’éclairs se refermèrent sur le guan dao de son ennemi et le firent craquer dans un éclat lumineux. Puis d’un coup d’estoc, il transperça Jubal au ventre et tailla vers le haut, coupant à travers l’armure, la chair et l’os, tuant le courageux White Scar sur le coup. Mais un rayon de fusion d’un Bélier d’Assaut fonça alors sur lui et Abaddon serait mort si Layak, toujours à le suivre partout, n’avait pas utilisé sa sorcellerie pour former un bouclier d’ombres pour le protéger avant de détruire le Bélier d’Assaut grâce à se pouvoirs.

Finalement, le Premier Capitaine et sa flotte atteignirent Luna, faisant face à des forces supérieures aux siennes. Mais Abaddon mena une charge suicidaire, l’effectif majeur de son armada se positionnant autour du War Oath, dans une formation en colonne d’un millier de vaisseaux, afin de le protéger alors qu’il fonçait droit sur Luna sous les tirs des macrocanons Loyalistes. Une fois que le War Oath fut assez, prêt, Abaddon se téléporta avec ses guerriers et Layak - qui exprimait sa fierté de se tenir aux cotés d’Abaddon - dès que le vaisseau eut émit un crissement perçant à l’heure où il commençait à se disloquer. Une seconde plus tard, le vaisseau entra en collision avec l’Anneau de Luna - les fortifications de défenses orbitales - et les ondes de choc se propagèrent dans l’immense construction circulaire en la faisant ondoyer. La Barge de Bataille poursuivit sa course à travers pendant un instant alors que l’Anneau se tordit comme de la corde. Les réacteurs à plasma et les munitions éclatèrent à l’intérieur du War Oath et une sphère d’énergie explosive se propagea, détruisant vingt kilomètres du pourtour de l’Anneau dans un nuage d’ombre.

Abaddon sur retrouva sur la lune de ses origines, dans le Septième Temple des Selenar et il engagea le combat. Loin sous la surface de Luna, il massacra les Serviteurs de Combat ainsi qu’en sentinelle sacrée, une silhouette aux membres hydrauliques bardés de plaques qui se déplia hors d’une niche au mur et qui se jeta sur lui. La chair humaine qui guidait cette chose était perdue sous une armature d’argent terni et de carbone, étirée de toute sa hauteur, avec la forme d’un félin monstrueux à six pattes et aux griffes coupante et une tête qui était une plaque pourvue de crocs pointus sous une crinière chromée. Le Premier Capitaine la brisa en morceaux, et pénétra dans le Temple des Selenar rempli de fioles sacrées et appareillages étranges. Il se retrouva face à Heliosa-78, dernière Matriarche survivante des Selenar, qui concoctait une mort avec laquelle empoisonner les derniers vestiges de toute son engeance tenue pour sacrée, dans une des salles où les souches génétiques des Légions avaient été multipliées et implantées. Il fit à la Matriarche une offre : rejoindre Horus et survivre, voir même renaître, ou résister et être éradiquée. La Matriarche Heliosa-78 accepta de rallier le Maître de Guerre et de produire des Légions entières de Space Marines, faisant de la mission d’Abaddon un succès.

Dans le même temps, Horus gagna la Guerre Solaire et sa flotte se retrouva en orbite de Terra, entamant le Siège du Palais Impérial.[28]

La Bataille de Terra[modifier]

Abaddon durant le Siège de Terra.
Durant les préparatifs du siège démentiel du Palais de l’Empereur, protégé par les Primarque Rogal Dorn, Jaghatai Khan et Sanguinius à la tête de leurs Légions respectives, sans compté le bouclier psychique que l’Empereur générait autour de Son domaine pour empêcher les Démons d’apparaître, Abaddon se retrouva à bord du Vengeful Spirit en orbite autour de Luna. Il retrouva pour son plus grand déplaisir Layak qui s’était aménagé un temple à bord du vaisseau, un endroit qu’il n’aimait pas car semblant se trouver ailleurs que dans le monde matériel… Là se trouvait Horus, assis et en transe, entamant une guerre psychique avec le Maître de l’Humanité pour l’affaiblir.

Le Maître de Guerre était gardé par les hommes de Layak, et non par les Justaerin, ce qui blessa Abaddon. Il commença à se rendre compte qu’Horus était de plus en plus différent, son état étant de plus en plus déplorable ce qui commença à créer chez le Premier Capitaine de la colère de le voir ainsi, et son amour filial se teintait de pitié. De plus, l’usage de plus en plus intensif de la sorcellerie et l’état apparemment de faiblesse du Maître de Guerre, devenue une ombre bouffie de sa grandeur, convainquit Abaddon des dangers de l’usage de tels arts et que son Primarque n’était plus maître de son destin. Layak lui expliqua qu’Horus était le champion des Quatre et que si Abaddon voulait savoir ce que son père génétique ressentait, il devait s’ouvrir au Panthéon Chaotique.

Lorsque Horus revint à lui, très fatigué, Abaddon résista aux énergies émanant de son sire génétique tendant de le forcer de s’agenouiller, ce qu’Abaddon refusa de faire, chose impensable autrefois. Il supplia Horus de mener l’assaut au lieu d’attendre, tout en redoutant d’assister, en regardant les yeux de Lupercal, à un incendie en train d’emporter l’âme du Primarque.

Horus organisa un conseil de guerre avec ses frères Primarques présents et les principaux officiers mortels de ses armées en hololithe. Le Primarque Perturabo exposa le plan d’invasion de Terra et notamment son plan pour affaiblir le bouclier psychique de l’Empereur, ainsi que les murs à attaquer. Son intervention fut marquée par les remarques désobligeance, les chamailleries et les insultes entre les Primarques, notamment avec Angron. Abaddon assista à ce conseil avec encore et toujours Layak qui le collait aux basques, se fâchant quand il le soupçonna de vouloir entrer dans sa tête. Il fut rejoint par Aximand, et comme lui, il déplora de voir que, alors que les armées du Primarque Roboute Guilliman fonçaient vers Terra, le Maître de Guerre ne faisait rien pour s’emparer de son trophée et qu’il était forcé de tenir ses généraux à l’écart les uns des autres pour éviter qu’ils ne s’agressent. La grande armée d’Horus était déchirée par les divisions à tous les niveaux et Abaddon comprit que l’indiscipline était devenue une ennemie au même titre que le temps.

Lors d’un nouveau conseil de guerre dans Cour de Lupercal, Abaddon fut contrarié de constater que les Primarques Démons, apparaissant en hololithe, avaient un comportement de plus en plus incontrôlables, voir enfantins. Alors que les Primarques renégats Angron, Fulgrim et Perturabo étaient à deux doigts de se faire la guerre en attendant qu’Horus les rejoigne, Abaddon fut contraint de faire couper la transmission audio d’Angron en train de faire une apoplexie sanguinaire. Il déplora devant les trois Primarques leur comportement irresponsable et indignes de leur rang. Fulgrim s’en amusa, tout en semblant remarquer qu’Abaddon semblait avoir un futur grand destin. Perturabo s’offusqua des paroles d’Abaddon, lui jurant qu’il ne l’oublierai pas. Finalement, Horus arriva, soutenant Ezekyle Abaddon dans ses parole, avant d’expliquer, malgré les suppliques d’Angron et de Perturabo, qu’il chargeait le Mechanicum Noir de mener des opérations de siège contre les Loyalistes, car le bouclier de l’Empereur devait être suffisamment affaiblie pour permettre un assaut de plus grande ampleur. Puis un nouvel acteur apparu au sein de la Cour de Lupercal : Mortarion, devenu alors un Prince Démon de Nurgle. Le Primarque de la Death Guard s’avança vers le trône où Horus était assis, faisant tomber comme des mouches tout ceux, mortels comme Space Marines, qui se trouvaient trop prêt de lui. Abaddon ordonna d’isoler la salle, faisant arrêter les recycleurs d’atmosphères. Là, il fut choqué de constater un fait déplaisant car les Space Marines à ses côtés semblaient tomber malades, tous. Sauf lui. Il pouvait continuer d’inhaler aisément, même si l’odeur l’effarait. Cet instant s'acheva lorsque Mortarion reçut l’honneur de la part d’Horus de mener le premier assaut de Space Marines renégats contre le Palais Impérial.

Plus tard, alors que le Siège de Terra commençait pour de bon, Abaddon resta dans le sanctuaire d’Horus, veillant sur son père génétique, furieux de le voir passer trop de temps, à ses yeux, dans ses méditations qui lui donnait un air d’ahuri. Layak lui fit remarquer qu’il combattait psychiquement l’Empereur dans le Warp et dont la puissance commençait alors à s’étioler. Abaddon restait persuadé qu’on pouvait gagner la guerre avec des moyens plus conventionnels, même si il ne comprenait pas encore qu’on ne pouvait tuer l’Empereur en détruisant Son corps, mais seulement si Son esprit était terrassé. Mais Layak approuva le Premier Capitaine sur le fait qu’Horus déclinait et que son âme était consumé. Abaddon lui demanda alors se qui se passera.

Alors, les yeux plein d’amour, Layak le fixa intensément, déclarant que les Dieux du Chaos choisiront un nouveau champion qui héritera de leurs dons.

Les combats sur Terra évoluèrent, la prise du spatioport de la Porte aux Lions devenant l’un des principaux enjeux du début du siège afin de permettre à Horus de déverser en grand nombres ses hordes et ses Titans. Sur le Vengeful Spirit à présent en orbite basse de Terra, Abaddon se mit à prendre en horreur la cour d’Horus, cette salle lui semblant devenir un peu plus la parodie de ce qu’elle avait été, de ce qu’elle avait signifié autrefois pour lui. Son maître passait de plus en plus de temps derrière les portes de l’Empyrean, supposément pour y livrer une bataille psychique contre l’Empereur en personne, bien qu’Abaddon se demandât s’il pouvait y avoir des raisons plus sombres pour lesquelles le Maître de Guerre se retirait si régulièrement vers son sanctuaire irréel. Apprenant l’échec d’Angron et de Fulgrim à pénétrer dans le spatioport et sachant que les Démons ne pouvait s’en prendre à la barrières psychique du Maître de l’Humanité, le Premier Capitaine se demanda si il y avait-il un prix semblable qu’Horus devait payer lorsqu’il ne baignait pas dans les énergies de l’Emperyan.

Encore et toujours, Layak le suivait partout, même quand il retrouva son Primarque qui, revenant d’une de ses transes, exprima son mécontentement devant la lenteur des opérations de siège. Abaddon l’invita alors à descendre à le surface pour galvaniser les troupes mais Horus considérait que son combat pour annihiler totalement l’Empereur passait avant tout, laissant à Perturabo le soin de mener les opérations. Puis de nouveaux, les hololithes d’Angron, Fulgrim, Mortarion et Perturabo apparurent, le Seigneur de Fer annonçant avec humilité ne pas réussir à briser le bouclier psychique de l’Empereur. Horus décréta alors que Layak allait l’aider grâce à son talent dans les arts sombres, seconder par le Premier Capitaine de la Death Guard, Calas Typhon - devenu Typhus - et par Ezekyle Abaddon.

Abaddon rejoignit la surface de Terra, dans les Plaines Katabatiques, près du vecteur central de la première attaque menée par la Death Guard, à plus de mille kilomètres de la Porte aux Lions. Il se retrouva en compagnie de Typhus, Perturabo et Layak dans les vestiges brisés d’un donjon défensif qui allait être le site d’un rituel blasphématoire. Il écouta l’Apôtre Noir expliquer au Seigneur de Fer la nature du Warp et des Démons, la place des mortels au sein de l’Immaterium et que leur relation avec le Chaos était une relation avant tout émotionnelle plutôt que physique, de la même manière qu’il existait un contexte qui liait les mortels distinctement de leurs corps, formé par le passé, l’attitude l’un envers l’autre et des expériences partagées. Puis Layak début son rituel qui visait à affaiblir le bouclier psychique de l’Empereur et de permettre in fine aux Démons de venir sur Terra, rituel qui avait justement une composante physique et une composante spirituelle. Il s’accroupit et plongea les doigts vers les viscères exposés d’un corps à ses pieds et tira une longueur d’intestins malades couverts de cloques pâles et de croûtes. Son plan consistait à faire peser sur elle une grande pression immatérielle sur le bouclier du Maître de l’Humanité au point que l’Empereur ne pourra plus la maintenir. Layak allait créer un passage à travers la barrière télaethésique, en employant un réceptacle physique pour masquer la présence d’un Démon ou pour l’ancrer à l’intérieur, demandant à Typhus d’invoquer un Démon répondant au nom de Cor’bax la Rouille Absolue. L’intestin tenu par Layak se mit à remuer dans sa main, remontant toute sa longueur, puis une boucle remonta hors du cadavre comme un serpent de viscères. Dans un bruit de rupture humide, le boyau s’arracha du corps, son bord déchiré s’agençant comme une mâchoire, où des rangées de crocs firent irruption sur la chair livide : c’était un ver de l’entropie issu du Jardin de Nurgle qui s’enroula ensuite vers Typhus. Layak arracha une cœur d’un cadavre et entama des incantations, créant une lueur du Warp qui s’intensifia, le cœur brillant dans la main de Layak comme un faible lumiglobe jaune. Abaddon se sentit alors atteint par quelque chose, une poigne dénuée de substance qui enserrait ses propres cœurs, en lui donnant l’impression de tirer sur les artères de son torse. Il s’efforça de prendre une grande respiration, mais s’en découvrit incapable, comme s’il se noyait. Cette sensation s’arrêta lorsque Layak donna le cœur à Abaddon qui le saisi de sa main. Puis le ver autour de l’avant-bras de Typhus goba le cœur et se mit à enfler, avec des piquants et des écailles apparaissant à sa surface avec des rangées de paires d’ailes s’ouvrant et se séparant à la manière d’un papillon émergeant d’un cocon. La chose dont le diamètre était devenu aussi large que les hanches d’un Astartes plongea dans la pile de cadavres et s’éclipsa dans le sol, afin de rejoindre la Palais Impérial et y affaiblir ses défenses. Après le départ de Perturabo et de Typhus, Abaddon demanda à Layak ce qu’il lui avait fait, le sorcier se contentant de lui répondre qu’il lui avait donné un avant-goût de ce qui était à venir, un infime aperçu de ce que son père génétique avait enduré pour obtenir sa puissance et que quand il se présentera un jour devant les dieux en réclamant leur soutien, il devra donner de lui-même pour qu’ils le lui l’accordent. Abaddon apprit alors que la victoire ou la défaite d’Horus ne sera pas la fin mais le début de quelques chose…[29]

Abaddon participa à l’assaut du spatioport de la Porte aux Lions lorsque le commandant Iron Warrior chargé par Perturabo de s’emparer de cette zone lança une vaste offensive étalé sur plusieurs jours. Il massacra les Imperial Fists qui lui faisaient face sous une grêle de Bolts, menant des milliers de Sons of Horus à l’assaut, les Justaerin en tête. Layak était présent et utilisait sa sorcellerie pour le protéger, tout en lui assurant de l’avancée de son rituel pour affaiblir le bouclier de l’Empereur. Le Premier Capitaine continua de diriger ses guerriers, s’enfonçant loin dans le territoire ennemi et les zones reprises par les contre-offensives, purgeant des hangars d’entretien et des terminaux de transport, conscient que le spatioport n’était pas tombé suffisamment vite, en profitant donc pour attirer autant de défenseurs que possible pour en avoir moins à affronter sur les remparts. Lorsque des Iron Warriors le rejoignirent lui et ses hommes, Abaddon rencontra le Maître de Forge Kroeger, un Space Marine brutal et direct qu’il apprécia immédiatement, et qui lui proposait de mener ensemble, en plus du sanguinaire Capitaine Khârn des World Eaters, l’assaut contre les Imperial Fists pour s’emparer définitivement du spatioport. Le Premier Capitaine y vit l’occasion de montrer l’importance à Horus de la la puissance matérielle qu’il disposait encore, en opposition aux arts psychiques. Après des jours de combats, Abaddon éprouva la sensation d’un changement dans l’axe du conflit. Les combats dans l’espace, l’anéantissement des défenses de Luna, même le massacre de millions d’individus autour des remparts n’avaient été que le prélude de l’assaut contre le Palais Impérial. Il participa à l’assaut des ponts de connexion aériens vers la Porte aux Lions, regardant Khârn cavaler vers les Imperial Fists où flottait une large bannière, portant les blasons du Premier Capitaine de la VIIe Légion, Sigismund. Abaddon chargea pour aller aider Khârn, refusant de voir un grand combattant mourir à cause de la folie que les Dieux du Chaos lui avait instillé. Durant les derniers combats sur les ponts interstitiels du spatioport de la Porte aux Lions, il vit Rogal Dorn se tailler un chemin à travers les forces du Maître de Guerre, le Prétorien défendant la retraite des ses Astartes et faisant chanceler la détermination des Traîtres. Abaddon lui-même a ralentit mais Layak avança, annonçant au Premier Capitaine que son heure était venu et de se souvenir que les dieux exigeaient toujours un prix, mais que leur puissance était garantie à ceux qui étaient prêts à le payer. Abaddon regarda avec un intérêt détaché l’Apôtre Noir invoquer un hémisphère d’énergie luisante autour de lui, et s’avancer de plusieurs dizaines de mètres pour aller se camper entre le Primarque en approche et le Premier Capitaine du Maître de Guerre. Abaddon sentit un vent chaud souffler sur lui, émanant du sorcier et vit les formes des Démons gagner en substance. Regardant Dorn frapper le bouclier psychique de Layak, il aperçut une ouverture pour le frapper, mais Layak lui parla via son communicateur vox, lui annonçant qu’il donnait sa vie pour les Puissances de la Ruine et pour la gloire du Chaos qu’Abaddon viendra à servir. Des crachotements d’énergie du Warp jaillissait de la silhouette amorphe et changeante de Layak qui lui parla une dernière fois, lui apprenant qu’il se sacrifiait afin qu’il prenne un jour sa place sur le chemin de la gloire. Puis Layak éclata suite à un coup d’Épée Tronçonneuse de Dorn. La prise du spatioport de la Porte aux Lions fut conclue par le face à face entre Dorn et Perturabo et le retrait du Prétorien vers les murs intérieurs sous les yeux d’Abaddon.[30]

Le siège s’éternisant, Abaddon retrouva Perturabo avec le Mourvival sur une plateforme d’atterrissage à mi-hauteur du spatioport de la Porte aux Lions, admirant sincèrement les capacités d’assiégeants du Seigneur de Fer et son génie militaire. À son grand déplaisir, il fut rejoint par le Seigneur Commandeur Eidolon des Emperor’s Children, bras droit de Fulgrim, se montrant menaçant envers le champion arrogant du Phénicien. Fulgrim avait envoyé Eidolon afin d’accélérer l’offensive, c’est à dire profiter de l’arrivée des Titans pour attaquer en masse la Porte aux Lions et éventrer le Sanctum Imperialis. Abaddon était d’accord avec cette idée, même si Perturabo avait un autre plan, d’autant que l’égide du Sanctum Imperialis était toujours intacte, empêchant une offensive totale, et le déploiement des Démons - éléments de cette guerre qui le révulsait. Perturabo rejeta la proposition d’Eidolon et exposa son plan, ce qui subjugua Abaddon. Puis se téléportèrent divers grands seigneurs Space Marines et officiers de l’Armée Impériale renégate aux côtés d’Abaddon pour écouter l’exposé du Seigneur de Fer.

Sans en informer Horus, le Premier Capitaine rejoignit plus tard Perturabo dans les grandes voûtes du spatioport de la Porte aux Lions, dans un poste pour le contrôle de l’amarrage, à vingt kilomètres d’altitude sur la flèche du spatioport. Le Seigneur de Fer fut dérangé par Abaddon, lui expliquant qu’il s’était isolé des données du siège afin de se ressourcer, se détacher du poids des données. Abaddon appris que Perturabo avait adopté cette méthode de prendre du recul de Rogal Dorn, le seul être à l’avoir toujours battu dans des exercices de test. Abaddon se pencha sur la carte en papier du Primarque des Iron Warriors, avec des Bolts épais, à pointe rouge et à col de cuivre, qui marquaient l’emplacement respectivement de divers objectifs majeurs du siège. En silence, Abaddon mit un des Bolts qui servait à maintenir l’un des bords de la carte à plat, et le posa au sud du Mur Ultime : la Porte Saturnine. Il présenta alors à Perturabo une faille qui avait été identifié en ce lieu, un moyen potentiel de pénétrer discrètement à l’intérieur de la Porte Saturnine. Abaddon ambitionnait de préparer cet assaut et d’accélérer la prise du Palais avant que les Loyalistes ne reçoivent des renforts. Mais Perturabo était persuadé que Dorn s’en était rendu compte et avait préparé des mesures de défense au cas où. Abaddon a soutenu l’idée que le Prétorien ait fait une minuscule négligence. Il flatta Perturabo en affirmant que le triomphe serait perçu comme le sien, mais en cas d’échec, Abaddon en prendrait l’entière responsabilité. Le Premier Capitaine voulait une victoire totalement entre Astartes contre Astartes, sans les Démons dans l’équation. De plus, si Perturabo gagnait en utilisant le Warp, on dira qu’il aura triché. Ce commentaire énerva le Seigneur de Fer et Abaddon se retrouva un mètre au-dessus du sol, les pieds ballotant dans le vide, la main droite du Primarque serrée autour de sa gorge puis fut jeté à travers la salle comme une poupée. Se calmant, Perturabo reconnu qu’il enverrai les Sons of Horus pour mener le fer de lance exploiter la faille sous le Mur Saturnin. Abaddon proposa de mener la 1ère Compagnie, les Justaerin, et le Mournival. Il a définitivement convaincu Perturabo en lui soulignant que plus le temps passait, plus le fait de tenir en laisse les Primarques Démons deviendra problématique, Fulgrim en tête. Offrir une action importante au Phénicien devait permettre de le mettre dans le rang, même si aux yeux d’Abaddon, le IIIe Légion devait juste servir de chair à canon pour détourner les yeux de cette infiltration. Cela fit sourire Perturabo, sourire qui terrifia Abaddon.

Ayant obtenu le feu vert du Seigneur de Fer, Abaddon rassembla les membres du Mournival dans le campement du Mechanicum Noir, désigné sous le nom d’Epta. Il retrouva une adepte, Eyet-Un-Tag, chargée de rassembler le matériel nécessaires pour l’opération d’attaque dans la Porte Saturnine. Les préparatifs étaient prometteurs, et Abaddon pouvait compter sur les Justaerin et les Catulan, ainsi que sur 25e et la 18e Compagnie. Trois engins de siège de classe Donjon, vingt modèles Terrax, dix-huit cents batteries d’artillerie mixte, de pièces lourdes et de perrières avec les munitions afférentes et leurs servants furent réquisitionnés afin d’attirer les Loyalistes sur la section Europa du Mur Saturnin, dans l’espoir de passer incognito durant ces diversions sous la Porte Saturnine.

Mais Argonis, l’Écuyer du Maître de Guerre, le retrouva et lui appris qu’Horus restait cloîtré dans son sanctuaire, et qu’il perdait la tête, semblant parler à des choses inexistantes et détacher de tout ce qui se passait. Apprendre l’état de son père génétique convainquit Abaddon qu’il fallait accélérer le siège et mener cette opération.

Abaddon s’est battu durant le Siège de Terra, forgeant sa haine de l’Empereur.
Le jour de l’opération, le Premier Capitaine reçut du Mechanicum Noir des foreuses d’assaut Termite modèles Terrax, Plutona et Mantolith, et rassembla la 1ère, la 18e et la 25e Compagnie des Sons of Horus. Le Seigneur Commandeur Eidolon le rejoignit et lui appris qu’au lieu des cinq Compagnies d’Assaut des Emperor’s Children qu’Abaddon avait besoin pour mener l’attaque de diversion sur la section Europa du Mur Saturnin, c’est l’ensemble de la IIIe Légion qu’il avait à sa disposition. Abaddon reconnu a Eidolon qu’il était impressionné. Puis un guerrier Emperor’s Children s’avança et où à chaque pas, armure, équipement, cape et bouclier tombèrent de sur lui, se désintégrant en petites braises ardentes. Continuant à marcher, sa peau impeccable devint polie comme une enveloppe opaline. Il se mit à croître, devint plus grand, plus élancé, une haute silhouette de perfection athlétique et sa chair translucide qui se couvrit à nouveau d’une armure ornementale, du lustre le plus extraordinaire et de la plus grande complexité. Abaddon s’agenouilla devant Fulgrim - pour ne pas à avoir regarder sa beauté assassine, - tandis que le Phénicien félicita le Premier Capitaine d’offrir enfin une solution de mettre à cette bataille sans fin. Puis la IIIe Légion partit s’attaquer à la Porte Saturnine, leur Primarque Démon à leur tête.

Abaddon et ses Sons of Horus pénétrèrent dans les Termites, les machines foreuses se mettant à creuser sous le Palais Impérial dans l’espoir de se déployer dans des caves oubliées et des celliers vides dans la Porte Saturnine. Abaddon était à la tête d’une centaine de Justaerin à l’intérieur d’une Mantolith et quand la machine foreuse ne put aller plus loin, il ordonna une téléportation au Magos en chef à l’arrière de l’engin. Mais il était trop loin, si bien que la densité minérale empêchait un verrouillage de téléportation assuré, à la fureur du Premier Capitaine qui menaça le Magos de se dépêcher. Quand il se téléporta enfin avec ses Terminators dans toute la zone Lambda et Kappa de la Porte Saturnine, Abaddon compris qu’il avait été piégé : toutes les autres Compagnies étaient tombés dans un piège : Rogal Dorn avait en effet perçu la faille dans cette zone et avait préparé un piège dans l’espoir qu’un fer de lance d’élite mené par Horus exploite la brèche. Une équipe de quelques centaines de Space Marines vétérans avait été monté pour accueillir les Traîtres et des travaux avaient été effectués pour les empêcher de trouver un repli. Ce fut une boucherie, et quand Abaddon apparu, il se battit pour sa survie, et non pour la victoire. La 18e et la 25e Compagnie avaient été éradiqué, de même que les Catulans de la 1ère Compagnie. Les Équipes d’Extermination Loyalistes qu’affrontaient Ababbon étaient mené par le Loyaliste Death Guard Nathaniel Garro et le World Eater Loyaliste Endryd Harr. Tout en tuant sans arrêt, Abaddon vit ses Terminators se faire éliminer un par un. Il s’imagina des moyens de s’en sortir, comme s’en prendre à Malcador le Sigillite, Constantin Valdor, Rogal Dorn où le centre de commandement Loyaliste, Bhab. Puis il s’imagina désactiver les boucliers protecteurs du Palais pour le mettre à la merci d’un bombardement. Mais devant sa situation désespérée, il comprit qu’il allait mourir et ordonna le repli, d’activer les balises de téléportation et de retourner dans le Mantolith sous la surface. Rien ne vint et Abaddon perdit sa lucidité, s’imaginant tuer les techno-adeptes incapables, l’ensemble du campement Eta, et même Perturabo qu’il voyait soudainement comme un manipulateur l’ayant envoyé se faire tuer pour ensuite déshonorer sa mémoire. Il se vit arracher le crâne du Seigneur de Fer de ses vertèbres, lui enfoncer le manche de son marteau Brise-Forge à la place jusqu’à ce que son corps se fende. Redevenu calme, le Premier Capitaine accepta son sort, appréciant la pureté du combat guerrier. Puis Garro vint vers lui, et l’affronta. Abaddon l’écrasa contre un mur puis un Blood Angels, Bel Sepatus, s’en prit à lui, Abaddon constatant avec plaisir le grand talent du fils de Sanguinius avant de le trancher en deux. Puis Endryd Harr le percuta et le plaqua contre un mur, Abaddon le lacérant de six ou sept coups de pointe dans le ventre et le torse tandis que le World Eater lui pilonnait la tête. Abaddon le tua à temps en enfonçant sa lame dans sa gorge, jusqu’au cerveau. La masse morte d’Endryd Haar s’était affalée contre lui le bloquant, et Nathaniel Garro en avait profité pour avancer vers Abaddon, levant sa lame pour l’achever. Par miracle, la téléportation s’activa après plusieurs échecs, et Abaddon, le seul survivant du fer de lance, fut emmenée dans le compartiment du Mantolith . Il pleurait, car durant ces quelques minutes de combat, il avait tant apprécié la pureté des affrontements sans Warp et Démons qu’il demandait à y retourner tandis que le Mantolith se repliai et que les Emperor’s Children étaient repoussés de la section Europa avec des pertes catastrophiques.[31]

La fin de la Bataille de Terra fut un autre moment important dans la destinée d’Abaddon. À la veille de la victoire du Chaos, alors que le Palais Impérial était envahi, l’Empereur vint finalement affronter le Primarque déchu sur le Vengeful Spirit et, à la suite d’un combat aux proportions si titanesques que seuls les narrateurs les plus doués peuvent tenter d’en retranscrire la fureur, Il prit le dessus sur celui qui avait été Son fils favori. Abaddon, alors occupé à se battre dans une autre section du navire, ressentit la disparition psychique de son maître et le traumatisme causé par cet événement calamiteux le poussa encore plus loin dans l’antre de la folie. Pris d’une rage meurtrière, il se fraya un chemin au fil de l’épée jusqu’au pont du vaisseau-amiral, en abattant les guerriers impériaux restés à bord pour leur reprendre le corps de son maître vaincu, dont il arracha la Griffe Énergétique afin de la conserver comme symbole de son héritage. Son cri de désespoir retentit dans l’Immaterium, et dès lors, les assaillants qui se battaient en dessous de lui sur Terra surent que leur cause était perdue.

Quand les flottes du Chaos se retirèrent dans les profondeurs de l’espace, Abaddon prit sous ses ordres la barge du Maître de Guerre et fit mettre le cap sur l’Œil de la Terreur au nord-ouest galactique. Sa colère ne connaissait plus de limite et des systèmes entiers furent mis à feu et à sang dans sa fuite éperdue. Avant qu’il n’eût pu être arraisonné, le vaisseau d’Abaddon s’enfonça dans l’Œil de la Terreur et disparut de l’espace impérial. Beaucoup prièrent pour que l’on entendît plus jamais parler de lui, mais les puissances du Chaos savent ménager les pions qui leur serviront encore. Abaddon devait réapparaître des années plus tard, plus puissant que jamais, à la tête de sa Première Croisade Noire.[32]

Le Fléau[modifier]

Abaddon le Fléau.
« Horus était faible, Horus était stupide. Il tenait la Galaxie dans sa main et il l’a laissée s’échapper. »
- Abaddon le Fléau.

Abaddon revint et une vaste armée était derrière lui. Celle-ci dévasta des régions sidérales entières autour de l’Œil de la Terreur, au cours d’une incursion dévastatrice qui parvint pratiquement à pénétrer l’espace impérial. Le noble défenseur de l’Humanité qu’Abaddon fut jadis avait pour l’éternité succombé à l’attrait des dieux obscurs du Chaos, et il détruisait sans pitié le moindre être vivant. Là où Horus avait échoué, il s’était juré de réussir un jour pour voir la galaxie brûler, et sans la riposte coordonnée des Legios de Titans impériaux et de plusieurs Chapitres Space Marines, il aurait alors bien pu y parvenir. Abaddon fut finalement repoussé dans l’Œil de la Terreur, ce qui mit un terme à la première de ses Croisades Noires. Il ne lui fallut hélas pas longtemps pour en lancer de nouvelles. À chacun de ses retours, Abaddon apporta la mort et la destruction à une échelle incommensurable, grâce aux pactes avec les entités diaboliques du Warp qui lui ont accordé une puissance surpassant l’imagination. Guidé par un étrange messager, il découvrit l’Épée-Démon Drach’nyen sous la Tour du Silence d’Uralan et devint pratiquement invincible.

La Naissance de la Black Legion[modifier]

L’histoire de la Black Legion est celle des âmes perdues qui se sont rassemblées au nom d’Abaddon, et qui ont choisi de former une nouvelle fraternité. Tout commença au cœur de l’Œil de la Terreur, lorsqu’ Abaddon rassembla une poignée de Space Marines et lança une vaste entreprise qui allait le voir s’inscrire dans la légende, de la Cité Cantique aux guerres contre ceux qui refusèrent de lui jurer allégeance et qui essayèrent d’empêcher son ascension. Durant cette période, Abaddon traversera l’Empire de l’Œil en tous sens, mis fin aux Guerres de Légions, et assujetti les Primarques Démons les uns après les autres qui lui jurèrent tous allégeance : Lorgar, Perturabo, Fulgrim, Angron, Magnus et Mortarion.

Il s’imposera comme l’héritier d’Horus et deviendra le nouveau Maître de Guerre, celui nom pas de l’Imperium, mais du Chaos.[33]

La Bataille d'Harmony[modifier]

Une fois la défaite définitive d’Horus actée, Abaddon quitta sa Légion, devenu la principale victime de la vengeance sanguinaire des autres Légions Renégates qui voyait chez les Sons of Horus les principaux responsables de leur défaite sur Terra.

Abaddon était devenu à cette époque un pèlerin solitaire, visitant des tombeaux Xenos et des centaines de mondes dans l’Œil, à bord du Vengeful Spirit, regardant au loin ses anciens frères s’entre-tuer. Il laissa un temps la Griffe d’Horus en stase dans la forteresse-tombeau où reposait Lupercal, le Monument, sur le monde de Maeleum au fond de l’Œil de la Terreur. Il la récupérera on ne sait comment avant la prise du Monument par les Emperor’s Children, alors sur le point de gagner ce qui sera baptisée la Guerre des Légions. Lors de la chute de la forteresse-monastère, le corps d’Horus sera emmené par les fils dégénérés de Fulgrim. C’est là que tout bascula.

Abaddon revint sur le devant de la scène grâce à une quête d’une petite bande de Space Marines du Chaos qui au nom de serments entre eux et du refus de revoir un Horus ressuscité par les "soins" de la IIIee Légion. Cette bande était composée du très puissant Sorcier des Thousand Sons, Iskandar Khayon, et de son ancien maître Ashur-Kai Qezremah, l’Emperor’s Children Telemachon Lyras et le World Eater Lheorvine Ukris, tous à leurs têtes de leurs guerriers. Ils étaient parti en quête à la demande d’un des derniers officiers des Sons of Horus, Fabius Kibre, qui après un accident avait fusionné avec un Démon et par l’influence d’un Word Bearer muet du nom de Sargon Eregesh, qui leur donna l'emplacement d'Abaddon et du Vengeful Spirit avant de disparaître peu après.

Ils arrivèrent sur un ancien monde Aeldari à bord du Tlaloc, une planète ayant autrefois eut pour nom Asa’ciaral. Là ils trouvèrent le Vengeful Spirit silencieux et éteint, posé à la surface. Tandis que Ashur-Kai Qezremah gardait le Tlaloc en orbite, les Astartes Hérétiques pénétrèrent dans l’ancien vaisseau amiral d’Horus. Ils retrouvèrent Abaddon devenu plus sage, calme et ambitieux, et qui semblait les attendre. Après avoir passé outre la déclaration de Lheorvine Ukris qui lui demandait de se rendre pour s’emparer du Vengeful Spirit, l’ancien Premier Capitaine guida ses invités dans un gigantesque hangar qui avait accueilli autrefois dix Titans de Bataille de la Legio Mortis, et transformé par Abaddon en une bibliothèque et un musée dédié à ses voyages au travers de l’Œil. Y était exposé les ossements d’une créature serpentine suffisamment énorme pour avaler un Land Raider, accrochés à un mur. Abaddon l’avait rencontré sur le monde de Skorivael, ayant brisé les crocs du monstre qui avait essayé de le dévorer. Des cadavres pourrissants de différentes espèces étaient pendus à des crocs de boucher, et des squelettes étaient accrochés un peu partout sur les murs, ou bien seulement abandonnés ici et là en piles d’ossements. Des rouleaux de parchemin remplissaient des caisses à ras bord, et des centaines de tablettes de données à cours de batterie recouvraient des établis disposés de manière apparemment aléatoire. Parmi ses trésors de guerres se trouvaient une véritable lance de l’Adeptus Custodes posé négligemment par terre, Iskandar Khayon la ramassa et Abaddon lui proposa même de la lui donner ce qu’Iskandar refusa. On trouvait aussi des pièces détachées et des armes étaient étalées sur le sol mélangées sans logique apparente avec des plaques d’armure de toutes les Légions, sans compté des armes d’un millier de différentes cultures et époques dans cette salle, certaines protégées par des champs de stase, d’autres abandonnées sur le sol et couvertes de rouille. C’était les trésors amassés par Abaddon lors de son pèlerinage à travers l’Œil, une véritable fortune en reliques et en trésors culturels, ainsi qu’une montagne d’objets sans la moindre valeur ou signification. Il offrit une gnôle à ses invités qui se demandaient bien où était passé le colérique Premier Capitaine d’autrefois. La boisson plu seulement au World Eater, avant qu’Abaddon leur apprenne que c’était de l’adrénochrome, le produit des glandes surrénales d’esclaves vivants, mélangé à différents composés chimiques artificiels, dont une formule qu’il avait développée en essayant de synthétiser des ectoplasmes. Il confirma à Khayon qu’il avait essayé de synthétiser l’Aetheria, le cinquième élément où énergie brute du Warp, à base de larmes d’une vierge et le sang d’enfants… Abaddon avait acquis le venin d’un Démon, des corps de plusieurs Psykers avant de lentement les dissoudre dans une cuve à plasma froid pour ensuite siphonné le résultat à travers des purificateurs hexagrammatiques. Mais c’est la présence de la Griffe d’Horus en stase qui impressionna le plus les Space Marines du Chaos, Abaddon désactivant un instant le champ de stase pour le leur montrer, provoquant chez le Thousand Son un malaise lorsqu’il ressentit les pouvoirs de cette arme et son passé sanglant…

Après la présentation de sa collection, Abaddon écouta ses invités et l’objet de leur quête, déconseillant néanmoins d’essayer de voler son vaisseau. Là, il les surpris en leur posant des questions très intimes, notamment sur la sœur de Khayon, l’Anamnesis, une jeune femme transformé en une intelligence artificielle gestaltiste fusionnant son esprit humain avec l’Esprit de la Machine du vaisseau de son frère. Il s’excusa devant la réaction passionnelle de Khayon avant de leur révéler qu’il les avait en réalité fait venir via le Word Bearer Sargon Eregesh, rallié à sa cause, et qui se trouvait à bord du Vengeful Spirit en méditation. Abaddon comptait sur la volonté de Falkus Kibre de laver l’honneur bafoué de sa Légion, sur l’obsession d’Ashur-Kai Qezremah pour tout ce qui ressemblait à une prophétie, l’inimitié entre Khayon et Telemachon et enfin le désir de Lheorvine Ukris de devenir autre chose qu’un barbare assoiffé de sang. Pour faire court, Abaddon expliqua qu’il était temps de s’affranchir de l’héritage de leurs Légions diminuées, que son abandon de sa Légion répondait d’ailleurs à son désir de couper les ponts aux répercussions de la rébellion d’Horus et des Primarques Démons indignes qui à présent étaient absents et lointains.

Abaddon n’avait pas l’attention de passer sa vie à verser le sang pour s’approprier des terres et des esclaves. Il était devenu ambitieux, et désirait réunir tout ceux souhaitant embrasser un destin plus glorieux que celui de barbares exilés : celui de conquérants !

Mais avant tout, Abaddon annonça qu’on ne pouvait permettre qu’Horus revienne parmi les vivants car le Primarque était mort couvert de honte, déshonoré par ses échecs et que le dernier don qu’il avait fait à sa Légion fut de le laisser mourir avec dignité, dignité que les Emperor’s Children et leurs alliés menaçaient de lui enlever.

Les Yeux Dorés d’Abaddon

Durant son pèlerinage dans l’Œil de la Terreur, Abaddon a regardé l’Astronomican pendant très longtemps, et écouté sa chanson. La Lumière de l’Empereur finira par modifier la couleur de ses yeux en doré, lui faisant acquérir le pouvoir de voir des choses que les autres ne pouvaient percevoir.

Abaddon les conduisit jusqu’aux ponts inférieurs, où Sargon s’était retiré pour prier en silence dans une humble cellule de méditation. Là, le Word Bearer usa de sorcellerie qui permit à Abaddon de voir les souvenirs de ses hôtes, notamment les moments cruciaux de l’existence de Khayon qui fut le Sac de Prospero et la Rubrication d'Ahriman. Abaddon fut satisfait, voyant en Khayon un guerrier digne d’être son frère d’arme et lieutenant afin de créer une nouvelle Légion, pour une nouvelle guerre.

Conquis par son ambition et son rêve, la bande des Space Marines invita Abaddon à bord du Tlaloc. Lorsqu’il descendit à bord du navire, il salua personnellement les guerriers Astartes présent, même les Marines Rubricae devenu de la poussière dans leurs Armures Énergétiques et réagissant mystérieusement à la présence de l’ancien Premier Capitaine. Il rencontra la Fléau Drukhari Nefertari, compagnon d’arme de Khayon, et ressentit instantanément qu’elle était morte depuis longtemps, maintenu uniquement en vie par les pouvoirs du Sorcier. Il ne cacha pas son dégoût envers la Xenos et s’amusa à la provoquer, au grand plaisir de la sadique alien… Il retrouva des Justaerin reclus sur le vaisseau à cause de leur possession démoniaque infestant leur chair mais ils firent plus que ravi de revoir leur bien aimé Premier Capitaine, s’agenouillant trois secondes après l’avoir reconnu et le considérant sans discuter comme leur chef naturel. Chose étrange, ils s’éveillèrent en présence d’Abaddon, comme si sa proximité avait le don de ramener leur esprit à la dérive vers leur corps. Il retrouva finalement Falkus Kibre, les deux anciens frères d’armes se saluant avec joie avant de discuter des évènements du passé.

La Longue Guerre

Pour Abaddon, l’Imperium appartenait légitimement aux Space Marines ayant fait couler leur sang pour le créer. Abaddon ne souhaitait pas se venger de quelque affront réel ou imaginaire. Il voulait obtenir ce qui lui revenait de droit. Il voulait modeler l’avenir de l’Imperium. Il voulait la Longue Guerre, et non pas la pathétique rébellion guidée par la fierté d’Horus et son désir de s’approprier le Trône de Terra. Une guerre pour le futur de l’Humanité. Abaddon savait qu’Horus aurait vendu l’espèce humaine au Panthéon pour une chance de s’asseoir ne serait-ce qu’un instant sur le Trône d’Or. Finit d’être un pion des Primarques, un pion des Dieux Sombres et un pion de l’Empereur. Abaddon voulait une Légion qui n’avait que pour seul maître les Space Marines eux-mêmes !

Avec sa nouvelle petite armée, Abaddon ordonna de mettre le cap vers la Cité Chorale, la base des Emperor’s Children située sur le monde d’Harmony, afin de détruire le corps d’Horus.

Il demanda à Khayon de lier sa sœur, l’Anamnesis, au Vengefuls Spirit, offrant avec cette symbiose humain-machine une nouvelle vigueur et une belligérance inédite à l’Anamnesis. Puis avec ses nouveaux frères d’armes, il mit le cap vers le monde d’Harmony. Le puissant vaisseau pulvérisa les navires de la IIIe Légion en orbite avant de faire écraser sur la Cité Cantique le Tlaloc, anéantissant la Cité Cantique. Puis il se dirigea droit vers un vaisseau de guerre de classe Lunar, le Pulchritudinous, en orbite autour d’Harmony. Abaddon pénétra au cœur du navire à la tête d’une trentaine de Justaerin grâce à Khayon qui était parti en avant-garde à bord afin de mener un rituel en même temps que le sorcier Ashur-Kai Qezremah, qui lui était à bord du Vengeful Spirit, créant un passage Warp entre les deux vaisseaux. Abaddon s’engouffra dans le passage Warp, se faisant remarquer pour porter pour la toute première fois la Griffe d’Horus au combat. Abaddon et ses guerriers massacrèrent les Emperor’s Children et les abominations qui barraient leur route et se retrouvèrent dans un laboratoire où des clones pervertis des Primarques étaient stockés dans des cuves. Puis Abaddon rencontra le maître du Pulchritudinous, l’Apothicaire Fabius Bile, qu’il salua avant d’ordonner la destruction totale par les flammes et les Bolts des créations de Bile. L’Apothicaire était affecté par ces destructions et cette perte de données et de connaissances inimaginable, avant de regarder la Griffe d’Abaddon et lui annoncer toute l’ironie de la situation.

Puis à la surprise de tous, Horus Lupercal apparu, tenant la Briseuse de Mondes qu’il mania pour massacrer la plupart des Space Marines du Chaos présents. C’était un clone parfait, avec les mêmes capacités que l’original. Malgré les blessure que reçu cette copie d’Horus, rien ni personne ne semblait pouvoir l’arrêter. C’est alors qu’Abaddon ordonna que cela cesse, et le clone d’Horus le regarda sans le reconnaître. Le Primarque frappa à une vitesse ahurissante mais la Briseuse de Mondes fut stoppée par Abaddon qui il la retint dans la paume de son immense griffe. Le père et le fils se tinrent face à face, le visage déformé par la colère, pendant une poignée de secondes. Puis le clone de Lupercal parla, constatant que cette griffe était la sienne. Abaddon serra le poing et la Briseuse de Mondes éclata. Horus le regarda et il fit une grimace lorsqu’il reconnu enfin son ancien Premier Capitaine, l’appelant fils. Pour toute réponse, Abaddon enfonça les cinq lames de la Griffe d’Horus dans le torse du clone, avant de tirer trois avec le Bolter d’Assaut de la Griffe trois fois, logeant six Bolts dans la poitrine du Primarque dont le torse explosa.

Horus s’effondra, définitivement mort. D’un geste lent et mesuré, Abaddon retira la Griffe du corps d’Horus, et au moment où celui-ci s’effondrait enfin et que le dernier éclat de vie disparaissait de son regard, Abaddon lui répondit qu’il n’était pas son fils.

Par ce meurtre du père, Abaddon se plaça comme son héritier. Ce fut l’acte de naissance de la Black Legion ![34]

Un Nouveau Maître[modifier]

L’Ezekarion[35]

Abaddon se dota d’un cercle de conseilleurs intimes constitués de douze individus, dix Spaces Marines, une humaine et une Technoprêtre. Ils étaient les fondateurs de la Black Legion et étaient les frères assermentés d’Abaddon, ayant le privilège de l’appeler par son prénom et ceux en qui il avait le plus confiance. Ils étaient ses conseillers et ses gardiens, les voix qui avaient juré de toujours dire la vérité en face de lui. Abaddon exigea en retour à ce privilège des résultats. Tout membre de l’Ezekarion qu’il fallait gaver d’informations, parce qu’il n’avait pas la capacité ou la volonté de composer seul des plans de bataille était inutile, et donc écarté ou mis à mort. Abaddon offrira aux membres de l’Ezekarion des éclats d’argent issus de la lame cassée qui appartenait autrefois à Sanguinius, des éclats emplis d’un écho psychique extrêmement puissant, nourris des blessures que la lame avait infligé au cours des nombreuses décennies, et bourdonnant du râle que le Primarque avait poussé au moment où il avait été tué par le Maître de Guerre.

À l’aube de la Première Croisade Noire, les membres de l’Ezekarion étaient Falkus Kibre, Sargon Eregesh, Iskandar Khayon, Telemachon Lyras, Lheorvine Ukris, Ashur-Kai Qezremah, Valicar Hyne, Vortigern, Amurael Enka, Ilyaster Faylech, Ceraxia et Moriana.

La formation de la Black Legion n’a pas été instantanée et il fallut de nombreuses années à Abaddon pour faire de sa nouvelle Légion une force de combat digne de ses ambitions.

Bien que la majorité des anciens Sons of Horus aient accepté la domination d’Abaddon, la Black Legion n’était pas encore développée. Abaddon affronta d’autres Space Marines du Chaos, éprouvant de la colère face à la dégénérescence de certains, notamment les pervers Emperor’s Children, les corrompus Death Guards et les dégénérés World Eaters. Abaddon aurait pu devenir un Prince Démon mais il refusera toujours de suivre le même chemin que les Primarques Démons car cela aurait limité son existence au-delà de l’Œil de la Terreur, le privant de son objectif.

Abaddon a commencé à élargir les rangs de la Black Legion, beaucoup le rejoignant, séduit par son projet d’attaquer l’Imperium, mais bien d’autres trouvait son plan ridicule et l’accusait de faire preuve d’arrogance. L’aura de carnage d’Abaddon attira beaucoup d’Astartes Hérétiques car sa sombre majesté le désignait comme un seigneur de guerre destiné à régner sur tous les autres. Il a rapidement acquis une réputation durable parmi les Légions Renégates pour la terrifiante vengeance qu’il a exercée sur ceux qui l’on trahi. En effet, certains Space Marines ont essayé d’utiliser la Black Legion pour servir leurs propres objectifs, tentant de manipuler Abaddon comme le champion Word Bearer Rynax le Tacite, qui pensait utiliser la Légion comme hôte pour ses alliés démoniaques, les infectant avec des Démons et laissant le Warp prendre racine dans leur esprit. Où encore Purgor le Putréfié, un général favori de Nurgle, qui tenta de transformer les Black Légionnaires en porteurs de peste, souillant leur armure avec les restes de ses expériences les plus viles et en les envoyant au combat en toussant du mucus ensanglantés. Le sorcier Slaaneshi Hexagalimere lui aussi complota pour convertir les Légionnaires en Emperor’s Children, chuchotant des promesses aux oreilles de ceux qui avaient juré fidélité à la Black Legion et en essayant de les retourner contre le Fléau. Finalement, les têtes de tous ces champions ont finis par orner le porte trophées d’Abaddon, leurs guerriers ayant été écorchés et leurs forteresses démolies pierre par pierre. À la fin, seuls les plus fous rompaient leur serment envers Abaddon le Fléau.

La Haine des Dieux[36]

Abaddon cristallisait la haine la plus farouche des Dieux Sombres. Pourtant, ils le convoitaient, se disputaient l’honneur d’attirer son âme inflexible dans leurs griffes. Le Panthéon l’exécrait comme des parasites ou des drogués détestaient ce qui les fait subsister. Sans Abaddon, ils n’avaient aucun espoir de victoire. Si Abaddon en venait à choisir l’un d’entre eux, s’il vouait son destin à un seul des dieux, le Jeu Divin du Chaos approcherait de son terme.

Mais dans ce cas, Abaddon perdrait. Il ne combattait pas pour le Panthéon, ces créatures qui détestaient la manière dont elles avaient besoin de lui, et se fichait de leur Jeu Divin. Il se battait pour lui-même, pour ses propres ambitions, et pour ses frères à ses côtés. Il luttait pour les Légions abandonnées par l’Empereur. Il croyait en l’Imperium que lui et ses frères avaient bâti par leur sang, leur sueur, leurs Bolters et leurs lames, et il brûlait de le récupérer. Il voulait retourner auprès de ce piètre dieu qui lui avait donné la vie et voir l’Empereur saigner pour tous Ses échecs. Il aspirait à la fraternité, à l’unité des damnés, à la réparation des torts qu’ils avaient tous subis.

Et c’est ce qui lui valait la rancœur des dieux qui l’imploraient, le suppliaient. Ils le trahirent, mus par la rancune, puis revenaient en rampant dans l’espoir qu’il s’inclinera devant eux. Mais le pouvoir était entre les mains d’Abaddon, et c’est ce que les dieux ne lui pardonneront jamais. Sa plus grande force constituait également sa plus grande faiblesse. Tant qu’il refusera de s’incliner devant le Panthéon, ils continueront à le trahir et à œuvrer contre l’accomplissement de son ultime triomphe. Certains affirment que la destinée d’Abaddon est un ouroboros, ce serpent qui se mord la queue, car le Panthéon cherchait une soumission qu’il refusera toujours, et lui-même cherchait un triomphe qui n’adviendra peut-être jamais.

Par conséquent, l’existence tout entière d’Abaddon était vouée à rompre ce cycle.

Une véritable légende se développa autour d’Abaddon. Ainsi, il se serait rendu dans un monde modelé par le Warp où le temps s’écoulait à l’envers, se désynchronisant avec l’espace qui l’entourait et où régnait Xyn’Goran le Démon du Temps Fracturé, un Prince Démon de Tzeentch, en son centre, comptant à rebours la fin des jours. Voulant s’emparer de ce pouvoir, Abaddon aurait plongé dans les marées du temps pour affronter le Démon, mais les années passèrent en arrière, alors qu’il se frayait un chemin vers le Prince Démon, arrivant enfin à ses pieds et exigeant son obéissance. Le Démon demanda pourquoi il ne devrait pas le tuer là où il se tenait et pour toute réponse, Abaddon le défia à un jeu impossible : si il pouvait deviner le nom du Démon, celui-ci lui prêterait allégeance, si il échouait, il lui remettrait les artefacts qu’il portait, mais le Démon devait lui dire son nom pour prouver qu’il n’avait pas triché. Le Démon accepta les conditions du jeu, se moquant tout en ce moquant de lui. Mais il a perdu, car c’était la deuxième fois qu’Abaddon se tenait devant lui. La première fois, le Fléau n’avait pas réussi à gagner le défi mais avait appris le nom du Démon. En remettant ses artefacts, Abaddon avait alors fait un pas en arrière dans les marées du temps et était revenu des années avant de débarquer sur la planète, laissant un message pour lui-même dans le futur avant qu’il ne soit éteint par le paradoxe. Il avait ainsi fait en sorte que les événements soient modifiés et que le Démon devienne son serviteur. C’est ainsi qu’Abaddon l’a asservi. Avec les futurs souvenirs du Démon et les sombres sortilèges de sa cabale, Abaddon pouvait percevoir les destins et façonner sa propre destinée. Dans une autre légende, on dit qu’Abaddon aurait soumis les habitants primitifs d'une série de Mondes Démons à sa volonté, tuant de puissants champions mutants et ravageant des continents entiers jusqu’à ce que les tribus avilies et les esclaves démoniaques s’inclinent devant lui. Puis, en une seule nuit terrible, il aurait ordonné à ses nouveaux serviteurs de mettre le feu à leurs planètes, condamnant des millions d’âmes à brûler dans des forêts corrompues, dans des villes féodales et dans de vastes prairies cramoisies. Alors que les flammes s’élevaient, les primitifs se seraient alors jetés dans les flammes, ajoutant leurs propres corps pour alimenter davantage cet enfer, le Warp bouillant autour d’eux en réponse à cet holocauste. Depuis son navire, Abaddon aurait regardé satisfait les marées de l’Empyrée répondre au carnage et changer de direction, ouvrant une porte cachée. La légende ne dit pas avec certitude où le portail menait, mais seulement qu’il s’agissait d’un autre royaume créé il y a longtemps par une race perdue, permettant au Fléau de voyager entre les mondes, échappant ainsi aux défenses de l’Imperium.

Abaddon mena la Black Legion écraser des dizaines de bandes de guerriers rivales, ralliant leurs chefs de guerre à leur cause ou en faisant des exemples violents et sanglants, comme Hezlock Trois Fois Aveugle, qui une fois sa forteresse mécanique tombée, eut le choix entre servir le Fléau ou obtenir la vie éternelle mais avec sa tête tranchée empalée sur un pic de cristal vivant. Hezlock s’inclina devant Abaddon. Une autre fois, sur une planète rance et sans fin, la Black Legion pataugea dans une rivière turgescente de saleté humaine pour faire tomber la forteresse pestilentielle du Prince Démon Anexthrok. Après avoir détruit l’armée démoniaque, Abaddon lia Anexthrok à la puissance du Warp et le força à se nourrir des restes de ses guerriers jusqu’à ce qu’il accepte de lui offrir son allégeance. Chaque fois que la Black Legion apparaissait au-dessus d’un monde, ses guerriers savaient qu’ils avaient un choix à faire : se joindre au Fléau ou devenir un autre exemple de la puissance de la Black Legion. Alors que sa Black Legion mettait au pas un groupe de guerriers après l’autre, Abaddon a étudié les mondes de l’Œil de la Terreur, comprenant peu à peu la puissance brute qu’il offrait et comment il pourrait mener la guerre à l’Imperium non seulement pendant des siècles, mais aussi pendant des millénaires. Dans son esprit, les premiers signes d’une grande et sombre guerre commencèrent à se matérialiser ; la nature de sa vengeance prenait enfin forme et il travailla sans relâche à l’expansion de son armée. Pendant ses guerres dans l’Œil de la Terreur, Abaddon a découvert de nombreux et puissants artefacts du Chaos, des objets qui avaient été perdus dans le Warp ou qui avaient été façonnés par les Dieux Sombres eux-mêmes comme le Creuset des Mensonges, le Dernier Souvenir des Yuranthos et la Lame du Frison, des armes périlleux mais puissants, que le Fléau vola à son profit. Ces armes anciennes deviendront les outils avec lesquels Abaddon élaborera ses Croisades Noires, puisant dans leurs viles énergies pour réaliser sa propre ambition. Abaddon utilisa une cabale de sorciers des Thousand Sons et les sortilèges du Démon asservie Xyn’Goran pour suivre les fils du temps, toujours attentif à l’avenir et au destin de la Black Legion. En passant au crible des siècles de futurs possibles, l’esprit vif d’Abaddon a pu discerner les schémas du Warp - et les signes révélateurs laissés par les sombres artefacts qu’il désirait - qui pourraient faire tourner les marées de la Longue Guerre en sa faveur. Il offrira nombre de ses reliques à ses généraux en récompense, dont les plus terrifiantes et majestueuses se retrouveront entre les mains de ses Élus. Les plus importants de ces objets pour ses plans furent cependant enfermés dans des voûtes cachées ou derrière les portes de la forteresse, scellés des regards indiscrets et des ambitions jalouses de peur qu’ils ne tombent entre les mains de ses ennemis.[37]

Abaddon était un maître de la manipulation et savait exactement ce que la peur, l’avidité et la vanité influençaient l’esprit des hommes. Des seigneurs de guerre se présentaient devant Abaddon simplement par curiosité et le rejoignaient immédiatement dès qu’ils le virent. Alors que les effectifs de la Black Legion augmentaient, Abaddon ravagea les mondes de l’Œil de la Terreur, revendiquant plus de guerriers et des esclaves pour sa cause, manœuvrant pour faire de son armée une force souple et difficile à appréhender. À bord du Vengeful Spirit, il a mené sa guerre contre les autres Légions, leurs alliés et leurs ennemis, créant une armée pouvant rivaliser avec n’importe quelle force dans la galaxie. Abaddon espérait unir ses Légions souvent rivales vers un seul but, comme l’avait fait Horus autrefois : la volonté de détruire l’Empereur et de régner sur l’Imperium.[38]

Le Seigneur des Osts, la Prophétesse et des Fantômes[modifier]

Korosan Myrlath[39]

Ancien Son of Horus, Myrlath était devenu le seigneur d’une bande de guerre de Space Marines du Chaos. Abaddon avait envoyé Iskandar Khayon comme ambassadeur pour le rallier à sa cause. Les négociations se passèrent mal et Myrlah décapita Khayon qui en réalité, s’était introduit par pensées dans l’enveloppe d’un de ses Rubricae, son véritable corps physique restant à bord du Vengeful Spirit. Abaddon apprit ainsi que Myrlath avait rejoint le camp de Daravek. Le Fléau fut sans pitié : il déchaîna un déluge de feu sur dix-neuf mille guerriers, esclaves et laquais. Korosan lui-même fut capturé vivant à la fin de la bataille, Abaddon le faisant empaler sur une épée avant de le faire crucifier selon ses coutumes de guerre. Des Serviteurs injectèrent à Myrlath les déjections de ses esclaves par voie intraveineuse pour le garder vivant. Il survécut pendant cinq misérables mois. Tel était le prix de la désobéissance envers le Maître de Guerre.

La plus grand adversaire d’Abaddon pour le leadership des Légions Renégates et in fine celui de Maître de Guerre du Chaos fut le Seigneur Death Guard Thagus Daravek. Monstrueux Marine de la Peste, Daravek, le roi-guerrier et Seigneur des Osts avait failli étouffer les rêves de vengeance du Fléau. Désireux de rivaliser avec Abaddon, Daravek le provoquait à la moindre occasion, si bien qu’il fut condamné à mort par le Maître de la Black Legion. Car lorsque ses émissaires se rendaient chez d’autres seigneurs de guerre, ils s’apercevaient qu’ils avaient déjà prêté allégeance à Daravek. Lorsque ses flottes se translataient dans un système, elles tombaient dans l’une de ses innombrables embuscades. Abaddon avait saigné les Légions à blanc, les taillant en pièces mais aucune ne riposta avec la même sauvagerie que la Death Guard, et aucun seigneur de guerre ne se montra aussi obstiné ni dangereux que Daravek qui avait rassemblé des flottes comprenant des bandes issues de plusieurs Légions, chargées de s’opposer à l’avènement de la Black Legion. Cependant, chaque fois, il avait évité de se retrouver en confrontation directe avec Abaddon et avait toujours une longueur d’avance sur lui tout en se tenant hors de portée des canons du Vengeful Spirit.

Abaddon chargea Iskandar Khayon de l’assassiner, ce que le Sorcier Thousand Sons tenta à six reprises, échouant à chaque fois. Abaddon reçut Khayon sur le Vengeful Spirit afin d’entendre son rapport suite à ce nouvel échec, comprenant que Daravek bénéficiait d’une protection occulte qui mettait en échec son frère qui avait par ailleurs réussit toute ses autres mission d’assassinat pour son compte.

Les Black Templars[40]

Envoyé par Abaddon sur Maeleum pour enquêter sur la présence d’un navire inconnu, Iskandar Khayon découvrit l’épave du navire appartenant au Chapitre des Black Templars. Chose importante, il apprit que les successeurs des Imperial Fists surveillaient à l’époque les abords de l’Œil de la Terreur alors que le souvenir des Légions Renégates avaient disparu.

À leur tête se trouvait un guerrier vétéran du Siège de Terra qui pourchassait Abaddon depuis l’Hérésie…

Par la suite, il envoya Khayon sur Maeleum, le monde ayant servi de tombeau à Horus avant l’enlèvement de son corps par les Emperor’s Children. Des sondes télémétriques lui avait signalé qu’un vaisseau avait atterri sur Maeleum, sans compter que les visions d’Ashur-Kai, auquel il se fiait, lui révélèrent l’importance de cette arrivée. Telemachon, devenu son héraut, et Amurael, la plus jeune recrue de son conseil privé baptisé l’Ezekarion accompagnèrent le Thousand Son sur le monde tombeau du Maître de Guerre déchu.

Là, les agents d’Abaddon trouvèrent le vaisseau écrasé sur Maeleum, dans l’ancienne forteresse des Sons of Horus, appartenant à un Chapitre qui était alors inconnu des Traîtres, les Black Templars. Explorant par la suite le Tombeau d’Horus, ils rencontrèrent une femme qui les attendait, demandant d’être emmené pour rencontrer Abaddon et l’avertir d’un évènement futur qui allait déterminer sa destinée. Cette femme se nommait Moriana. Elle fut conduite devant Abaddon, afin de lui parler de l’Imperium et de son évolution depuis son exil dans l’Œil de la Terreur, un Imperium devenu religieux, autoritaire et rétrograde, vénérant l’Empereur comme un Dieu, ce qui stupéfia les guerriers du Fléau. Moriana lui révéla qu’elle avait vue différents futurs, et que dans chaque futur où Thagus Daravek est présent, Abaddon était absent. Dans chaque futur où Daravek unissait les légions, le Vengeful Spirit brûlait dans le vide et que si le Seigneur Death Guard quittait quitte l’Œil, il volera la destinée du Fléau et sa nouvelle Légion périra. Elle l’invita à tuer son rival et à connaître son ascension sous le regard des Dieux Sombres. Abaddon lui répondit alors qu’il refusait de s’incliner jamais devant les forces qui avaient trahi Horus Lupercal, alors que la prophétesse lui répondit que Thagus Daravek, prenant sa place sur les sentiers de la destinée, évoquant alors une épée terrible qui hantait les rêves du Fléau et que Daravek pourrait prendre à sa place, faisant de lui l’élu des Dieux.

Suite aux paroles de la prophétesse, Abaddon rassembla sa flotte et organisa des patrouilles rudimentaires aux abords de son domaine, tandis qu’il se cloîtrait dans ses quartiers avec Moriana pendant des semaines.

Il prit conseil auprès de sa nouvelle prophétesse qui lui parla de l’arme qu’il convoitait, cette épée qui ferait de lui véritablement le Fléau de l’Imperium. Quand il émergea enfin, il convoqua l’Ezekarion afin de leur annoncer une grande nouvelle : la Black Legion allait sortir de l’Œil de la Terreur, déclarer la guerre à l’Imperium et au cadavre qui occupe son trône. Si les Black Templars où Thagus Daravek s’opposait à lui, il les brisera.

Puis à la demande de Khayon, il leur révéla la raison de cet acte historique, évoquant les murmures du Warp et leur impact sur son esprit, ainsi que la créature qui hurlait au sein de ces ondes éthérées, celle qui se faisait appeler Drach’nyen, l’Épée-Démon.

Puis il déclara le début de la Longue Guerre et lança sa flotte aux frontière de l’Œil de la Terreur.

Il convoqua Khayon dans la Cour de Lupercal à bord du Vengeful Spirit et avec qui il s’entraîna en duel plusieurs heures durant, avant à la fin de lui offrir une dernière chance de tuer Daravek qui continuait à unir des des dizaines de bandes contre lui. Il saisit le Sorcier par la gorge, le soulevant d’une main au dessus du sol afin d’être clair, déçu de voir son frère d’arme manquant de haine envers l’Imperium, haine qui se devait d’être le carburant de son plan.

L’armada d’Abaddon allait tenter ce qui avait été alors impossible : quitter l’ œil de la Terreur qui semblait refuser que quiconque sorte du royaume infernal. Abaddon était à bord du Vengeful Spirit qui était à la tête de la flotte, subissant la fureur de la tempête qui emporta de nombreux navires de la Black Legion guidés par des sorciers qui faisaient office de Navigators sous l’autorité d’Ashur-Kai. Malgré les suppliques de Khayon lui demandant de faire marcha arrière, Abaddon exprima son refus de mourir dans ce royaume damné car sa haine le poussait à se venger de l’Empereur. Néanmoins le Sorcier le convainquit d’arrêter la flotte, percevant la puissance des Démons qui les repoussaient dans les marées de la tempête. Cela fit enrager le Fléau qui finit par ordonner l’arrête aux frontière de l’Œil, pour sa plus grande rage.

C’est à cet instant que le flotte de Thagus Daravek apparut, utilisant des catapultes électromagnétiques pour faire de monstrueux astéroïdes des projectiles qui firent de lourds dégâts dans les vaisseaux la flotte du Fléau, désorganisé, et ayant perdu leurs boucliers. Ironiquement, ces astéroïdes étaient issus de Maeleum que Daravek avait pulvérisé… Bien qu’il pouvait vaincre son ennemi, Abaddon était conscient que ses pertes seraient catastrophiques, sachant qu’en dehors se trouvait les Black Templars qui les attendait.

Mais Daravek souhaita le rencontrer en terrain neutre, chacun pouvant être accompagné de dix guerriers. Abaddon décréta que trois lui suffiront, ordonnant à Khayon d’en profiter pour tuer son rival.

Le seul lieu à proximité pouvant servir de terrain neutre fut proposé par la camarade Drukhari de Khayon, Nefertari, la carcasse brisée du Vaisseau-Monde de Taial’shara. Abaddon s’y rendit avec trois guerriers - Kharyon, Telemachon et une Death Guard du nom d’Ilyaster Faylech - arrivant le premier avant que Duravek ne débarque à bord d’un Stormbird, avec neuf guerriers des neuf Légions Renégates, chacun d’entre eux étant un seigneur de guerre à part entière. Les deux adversaires se firent face, Daravek proposant à Abaddon de pratiquer un rituel avant d’entamer les négociations, c’est à dire un duel traditionnel qui opposait les champions de nombreuses bandes avant un combat ou une tentative de négociations. Abaddon accepta, désignant Khayon pour affronter un redoutable guerrier du nom d’Ulrech Ansontyn.

Tandis que les deux champions s’affrontaient, Abaddon écouta Daravek lui parler des ravages qu’il avait commis contre ses domaines, saccageant son territoire, dévastant ses garnisons, ravageant ses forteresses. Le Seigneur des Osts avait pris trois cuirassés de la Black Legion, capturé le commandant du vaisseau amiral provisoire de la flotte de garnison, Ranegar Coval, qui fut enchaîné entre deux Land Raider pour être démembré avant de le jeter en pâture aux chiens-démons enchaînés au trône de commandement du vaisseau amiral de Daravek. L’ultime insulte vint lorsque Daravek fit signe à l’un de ses guerriers de s’avancer, à la lisière du duel, celui-ci lâchant une cape noire, une bannière de la Black Legion utilisé comme linceul pour les restes de Ranegar Coval, imprégné de la pisse corrompue de hordes d’esclaves. Ce geste rendit furieux Abaddon.

Après un duel violent, Khayon parvint à vaincre Ansontyn - qui fut exécuté de rage par Daravek - Abaddon éprouvant de la fierté pour son frère d’armes qui avait retrouvé toute sa haine. Les négociations commencèrent car la promesse d’une destruction mutuelle avait le don de calmer même les cœurs les plus agressifs. Mais Daravek voulait des vaisseaux, des guerriers et du matériel en échange de quoi il n’attaquerait pas Abaddon. Le Fléau refusa, et lui expliqua qu’il savait que le Seigneur des Osts était lui aussi prisonnier de l’Œil de la Terreur et qu’il voulait s’échapper, que le Warp l’avait aidé à le pourchasser, puis l’avait abandonné à la dérive dans son sillage, le laissant encalminé sans en connaître la raison. Abaddon soupçonnait les Dieux du Chaos de les avoir amené ici pour décider qui allait devenir leur champion et que Daravek avait en réalité peur de lui, de sa Black Legion qui grossissait à vue d’ œil ainsi que de l’émergence de quelque chose de nouveau. Il prophétisa la défaite du Seigneur Death Guard car ce dernier recherchait la faveur des dieux et qu’il craignait qu’ils l’accordent à quelqu’un d’autre.

Tout prit fin lorsque les deux camps apprirent qu’un nouvel ennemi était apparu, des vaisseaux d’allégeance inconnue qui s’étaient tout simplement manifesté devant les flottes renégates. Plus étrange, sur les ponts de commandement de chaque navire, un guerrier étrange apparaissait, ne bougeant pas, ne parlant pas. Puis un de ces guerriers émergea des ruines Aeldaris, un mort ayant la forme d’un Space Marine, dépourvu d’âme en armure gris clair. Il se présenta comme étant Saronos. Abaddon décela quelque chose à propos du nouveau venu, interrompant les questions inutiles de Daravek et lui demandant si il allait le guider en dehors de la tempête. Saronos le lui confirma, si il était prêt à en payer le prix, car il était membre du chapitre des Warp Ghosts, des genres de passeurs qui guidaient les vaisseaux à travers le Warp. Le prix à payer était à la discrétion des Seigneurs Space Marines avant que les Warp Ghosts ne décide qu’elle était la meilleure proposition. Duravek promit vaisseaux hommes, armes, esclaves, forges démoniaques, véhicules, les âmes d’Abaddon et de son Ezekarion, son petit chien, une dédicace de Trazyn l’Infini en personne et un futur article au sein de l’Omnis Bibliotheca ! Des richesses incommensurables au sein de l’Œil de la Terreur.

Quand ce fut le tour d’Abaddon, ce dernier annonça que dans cet univers, on obtenait rien sans sacrifice. Il offrit alors au Warp Ghosts "tout ce dont ils avaient besoin". Dès qu’il eut parlé, des dizaines de guerriers du même gris vert que Saronos émergèrent des ombres et de l’air lui-même, puis s’avancèrent en direction de Daravek, Bolters levés, l’empêchant de s’en prendre à Abaddon qui regagna son vaisseau pour accomplir son sacrifice.

De retour sur le Vengeful Spirit, Abaddon constata la présence de Saronos aux côtés d’Ashur-Kai, exigeant à l’Anamnesis troublé par la présence des Warp Ghosts de surveiller la flotte de Daravek, qui se mettait à avancer pour attaquer. Mais Saronos rassura le Fléau en lui promettant qu’il le mènerait hors de la tempête avant que la bataille ne commence. Mais d’abord, les Warp Ghosts prirent ce qu’Abaddon leur avait promis, s’emparant de enfants de simples mortels présents dans les bas-fond des navires, des enfants doués de potentiel psychique. Et les spectres s’emparèrent d’Ashur-Kai, qui accepta son sort en comprenant que les passeurs des damnés avaient besoin d’autres passeurs. Abaddon fut prit de surprise lorsque l’Anamnesis ordonna aux Automates la servant sur le navire de pointer leurs armes vers les spectres, refusant de voir le Sorcier et mentor de son frère être emmené par les Warp Ghosts, allant jusqu’à ignorer les ordres du Fléau. Ashur-Kai la calma avant de se laisser emmener, au grand regret d’Abaddon qui appréciait ce membre irremplaçable de l’Ezekarion.

Une fois le pacte conclue et le prix payé, Saronos prit l’astronavigation du Vengeful Spirit et guida le vaisseau d’Abaddon et sa flotte à travers la tempête jusqu’au froid glacial de l’espace réel. Saronos s’avança vers Abaddon, lui annonçant alors une chose troublante : les Warp Ghost avaient "toujours" servi la Black Legion. À la demande de Khayon, le Warp Ghost enleva son masque, révélant celui d’Ashur-Kai qui ne semblait pas reconnaître ses anciens camarades… avant de disparaître.

Mais à peine arriver dans l’espace réel, une flotte des Black Templars fonça vers l’armada d’Abaddon. À sa tête se tenait une légende vivante, l’un des plus grand guerrier de l’Adeptus Astartes, Premier Capitaine de la défunte Légion des Imperial Fists et Premier Sénéchal des Black Templars : Sigismund.

Abaddon reçut ne transmission externe et sur le pont de commandement, la silhouette en armure noir du Haut Sénéchal des Black Templars apparu, tenant sa lame l’Imperator Rex, assis sur un trône à bord de son vaisseau amiral, l’Eternal Crusade. La présence de ce vieux rival fit sourire Abaddon qui salut ce guerrier qu’il admirait sincèrement. Sigismund toisa le Fléau et ses hommes comme si ils n’étaient qu’une bande de barbares hurlants et ne donna qu’un seul ordre, celui d’attaquer.

La Black Legion démarra sa première guerre contre l’Imperium de l’Humanité.[41]

Le Fléau et le Templier[modifier]

Le Vengeful Spirit et l’Eternal Crusader se canonnèrent, leurs flottes s’affrontèrent dans ce qui fut la première incursion du Chaos dans la Porte Cadienne et la première bataille de la Longue Guerre.

Durant le combats, avec Morianna et Khayon à ses côtés, Abaddon sentit un chant du Warp où le Panthéon lui fredonnait sa destinée, lui parlant de Drach’nyen. Quoi qu’il en soit, il était décidé à aller affronter le Champion de l'Empereur qui était l’incarnation de tout ce qu’il combattait, sans pour autant pouvoir le détester. Mais il fallait le détruire car il était une légende impériale incarnée. Il laissa le Vengeful Spirit sous le commandement de Khayon, et alla aborder l’Eternal Crusader avec Falkus Kibre et des Terminators qui avaient été autrefois les Justaerin, sentant que la destinée lui ordonnait d’aller affronter Sigismund. Il se fraya un chemin sanglant jusqu’au trône du Chevalier Noir qui l’attendait et qui constata le retour des Traîtres.

La Mort de Thagus Daravek.[42]
Alors qu’Abaddon affrontait Sigismund en duel à bord de l’Eternal Crusader et que la flotte de la Black Legion affrontait celle des Black Templars, les vaisseaux de Daravek surgirent de l’Œil de la Terreur, sa flotte s’engageant totalement dans la percée du blocus des Black Templars.

L’avant-garde de Daravek submergea et tailla en pièces les vaisseaux en arrière-garde du Fléau. Le Vengeful Spirit était alors sous le commandement de Khayon, le Sorcier des Thousand Sons prenant les choses en main, alors qu’Abaddon était évacué, blessé par son duel contre le Haut Sénéchal. Le Thousand Son ordonna à la flotte de s’éparpiller pour limiter les dégâts tandis qu’il se dirigeait droit vers le vaisseau amiral du Seigneur des Osts, un cuirassé Domina de la Death Guard. Il profita du fait que des vaisseaux de Daravek, goûtant pour la première fois à la liberté du monde matériel, quittèrent la formation pour prendre désormais leur destinée en mains. Thagus Daravek aborda le Vengeful Spirit, se traçant un chemin jusqu’au pont en exigeant qu’Abaddon se montre, se plaignant d’être forcé à massacrer la lie de la Black Legion parce que son seigneur était un lâche. Là, Khayon l’affronta en duel au milieu des tirs et des morts, et parvint à le tuer, mettant fin à la vie du plus dangereux rival du Fléau.

Le vieux Space Marine, vivant que grâce à sa volonté de châtier les renégats jusqu’au dernier, fit face à Abaddon, son tabard maculés de taches de sang issues des cadavres de la Black Legion qui gisaient sur le sol de sa salle du trône, entourés de ses Frères d’Épée qui faisaient face aux hommes épuisés du Fléau. Abaddon était recouvert de sang. Les âmes de ceux qu’il avait massacrés pour atteindre cette salle l’encerclaient, invisibles et silencieux, un halo de misère fumante se dissipant tandis que le Warp les attirait dans l’oubli de sa gueule. Sigismund se leva et Abaddon s’avança à sa rencontre, faisant signe à ses hommes de baisser leurs armes, imité par Sigismund qui fit le même signe à ses hommes. Abaddon nota que le temps avait noirci leurs armures respectives tandis que Sigismund lui expliquait que depuis la Bataille de Terra, il l’avait traqué jour et nuit durant des siècles, massacrant tout ceux qui osaient se mettre sur son chemin. Abaddon jeta alors son épée au sol, suppliant Sigismund de ne pas le forcer à le tuer, proposant au Chevalier Noir de le rejoindre car l’Imperium leur appartenait tandis que les idéaux auxquels ils s’étaient battus avaient été pervertis. Sigismund lui refusa le droit de parler du destin de l’Imperium qu’il avait ravagé, mais le Fléau persista, soulignant qu’ils s’étaient rebellés pour empêcher la tyrannie de l’Empereur de s’exercer sur la galaxie, persuadé que le Maître de l’Humanité se serait débarrassé des Space Marines une fois la Grande Croisade achevée. Pour seule réponse, Sigismund dégaina son Épée Noire et la leva pour saluer Abaddon qui brandit en retour sa propre épée. Leurs lames se croisèrent sous les yeux respectueux des Astartes loyalistes et renégats. Sigismund combattit avec une précision glaciale tandis qu’Abaddon était la passion et le feu. Le Chevalier Noir restait un épéiste légendaire, malgré la vieillesse qui le ralentissait, et Abaddon lui-même vit qu’il aurait pu affronter n’importe quel Space Marine malgré le poids des ans. Mais Abaddon était lui aussi un guerrier formidable, rugissant, crachant et se ruant sur le Haut Sénéchal pour lui assener des coups amples et puissants de sa lame et de sa Griffe d’Horus sans jamais se fatiguer ni ralentir. Puis soudainement, Sigismund planta son épée jusqu’à la garde à l’intérieur du torse du Fléau, conscient que cela allait le mettre à portée de la Griffe d’Horus. Abaddon le trancha alors en deux avec l’arme qui avait tué deux Primarques et blessé l’Empereur à mort. Mais le vieux Space Marine vivait et Abaddon s’agenouilla auprès de lui malgré ses poumons morts. Dans un dernier souffle, Sigismund prophétisa à Abaddon qu’il mourra comme son père génétique, sans âme, sans honneur, en sanglots et couvert de honte. Puis blessé mortellement, le Fléau fut traîné par ses hommes hors de l’Eternal Crusader, le corps de Sigismund étant emmené avec lui jusqu’à sa flotte qui se repliait.

Es-tu Horus ?[43]

Suite à sa victoire contre Sigismund, Abaddon fut soigné à bord du Vengeful Spirit. Lorsqu’il reçut le Sorcier Khayon, celui-ci lui demanda si il était Horus, où bien son clone, car la ressemblance troublante entre Ezekyle Abaddon et Lupercal était tel que cette rumeur apparu au sein des Légions Renégates. Cela amusa le Fléau qui éluda la question… Après tout, qu’importe, ce qui comptait était l’avenir et ce que les masse murmurait n’avait pas d’importance.

Le Fléau fut conduit jusqu’à l’Apothecarion, mit dans une cuve amniotique, car le Haut Sénéchal avait mutilé son torse et détruit plusieurs organes internes, nécessitant une reconstruction via des implants clonés. Après avoir reçut Moriana - dont la conversation restera secrète, - il accueillit Khayon pour le féliciter de la mort de Daravek, dont la flotte avait surgit de l’Œil de la Terreur avant d’aborder le Vengeful Spirit, le Seigneur des Osts trouvant la mort face à Khayon qui le battit lors d’un duel. Le squelette de Thagus Daravek sera conserver en guise de trophée au-dessus de l’oculus du Vengeful Spirit par le Fléau.

La mort de Daravek offrait enfin l’occasion rêvée d’unir les Légions dans une haine commune afin de livrer une guerre ouverte.[44]

Nous Sommes de Retour[modifier]

Abaddon, libéré de l’Œil de la Terreur à la tête d’une vaste armée, allait plonger le Segmentum Obscurus dans sa première campagne de destruction : la Première Croisade Noire.

Mais avant tout cela, Abaddon le Fléau déclara officiellement la Longue Guerre à l’Imperium dans un gestes étonnement respectueux et formel. Il fit rassembler un conclave solennel autour du cadavre de Sigismund, se servant de l’un des vaisseaux des Black Templars capturé comme mausolée pour le Haut Sénéchal. Le cercueil fut transporté avec respect et déposé sur l’un des postes de commandement de la Black Legion. Adaddon s’assura que l’Épée Noire, l’arme du vieux Space Marine qui avait lacéré sa propre armure, se voit graver par Khayon d’un message sur le tranchant avant de déposer l’épée sur le cadavre de Sigismund, en refermant ses mains autour du manche. Abaddon essuya la majeure partie de la barbe du vieux guerrier barbouillé de sang avec un soin avant de toucher la cicatrice sur son propre visage, celle laissée par la lame de Sigismund, une marque qu’il porte encore aujourd’hui.

Puis un destroyer léger fut équipé de Serviteurs et d’esclaves sacrificiels, ses banques de données contenant toutes les informations disponibles de la Première Bataille de Cadia, depuis l’émergence de l’Œil jusqu’à la chute des Black Templars, y compris les images de la blessure d’Abaddon et de la mort de Sigismund telles qu’enregistrées par les casques des Black Légionnaires. Depuis le pont du Vengeful Spirit, le Fléau regarda le petit vaisseau rapide s’éloigner de la flotte, percer un trou dans la réalité avant de plonger dans le Warp pour entamer son long retour vers Terra. Le vaisseau transportant le corps de Sigismund rejoindra Terra, et les Hauts Seigneurs de Terra reçurent le message d’Abaddon, inscrit sur la lame de l’Épée Noire qui annonçait une terrible vérité : Nous sommes de retour.[45]

Les Croisades Noires[modifier]

Moriana[46]

Découverte sur Maeleum, Moriana était une femme étrange, une prophétesse qui fut conduite devant Abaddon, assis sur son trône, à bord du Vengeful Spirit alors qu’en parallèle, ses forces étaient repoussés et meurtris par les laquais de Daravek, s’accusant mutuellement de leur échec sous le regard impassible du Maître de Guerre. Le Fléau fit signe à Khayon de mettre fin aux disputes qui risquaient de finir en duel sanglant, avant de faire face à Moriana. Sons regard n’exprima aucun étonnement sur sa présence, au point qu’on pouvait se demander s’il la connaissait avant son exil dans l’Œil, ou s’il s’était attendu à la voir.

Puis Moriana lui parla, à lui et à ses guerriers, de ce qui s’était passé depuis leur exil dans l’Œil de la Terreur. Elle était venu sur Maeleum attirée par sa résonance spirituelle et son emplacement au croisement de la destinée, tout en prétendant ne rien savoir du vaisseau des Black Templars crashé sur Maeleum. Mais que le plus important était ses révélations : ainsi Abaddon apprit que la guerre civile auquel il avait prit part avait été baptisée l’Hérésie d’Horus, que son nom et celui de ses frères étaient devenus des mythes, que les autorités impériales déformaient les faits lorsqu’elles daignaient reconnaître leur existence, mais il était bien plus fréquent de les supprimer carrément par le biais de sanctions, voire d’exécutions. Des mondes jugés trop corrompus par la vérité étaient l’objet d’un blocus commercial et déclarés zone interdite, rayés des cartes astrographiques et privés de communion astropathique pendant plusieurs générations. Certains furent même purgés de toute vie puis occupés par des armées de colons et des populations de pèlerins. L’espoir et l’ambition n’avaient plus cours au sein de l’Humanité. Dans une ère où la paix se propageait, la vérité se transformait en mythe. Les habitants de l’empire de l’Humanité tournaient leur ferveur vers la prière et le devoir, tandis que les armées de l’Imperium oubliaient qu’elles s’étaient combattues, et braquaient leurs armes vers l’extérieur, en direction des races Xenos qui avaient reconquis leurs territoires après que l’échec de la Grande Croisade avait dégénéré en guerre civile. Moriana continua de parler, lui détaillant des mondes entiers qui avaient été remodelés, leurs continents transformés en cimetières et en nécropoles, dédiés non pas aux morts dans les deux camps de la guerre civile presque oubliée, mais aux individus tués au cours des dernières centaines de siècles : les martyrs innocents parmi les fidèles ouailles de l’"Empereur-Dieu". Ce dernier terme stupéfia les Space Marines du Chaos qui avaient autrefois combattu pour la Vérité Impériale, athée et séculaire. Elle lui parla enfin d’une épée qu’il voyait dans ses rêve, la future Drach’nyen.

Moriana resta une figure étrange qui a servit Abaddon au fil du temps, devenant une membre de son Ezekarion. Plusieurs lieutenants d’Abaddon seront exécutés au fil des millénaires pour avoir tenté d’éliminer sa prophétesse. C’est Moriana qui cachée bien plus tard dans les profondeurs des grottes hurlantes de Vorsia Secundus, parla des Forteresses Noires dans le Secteur Gothique à Abaddon, déclenchant la Douzième Croisade Noire du Fléau pour les acquérir.

« Je suis l’Archi-Ennemi, le Destructeur de Mondes. C’est par ma main que le Faux Empereur sera déchu »
- Abaddon le Fléau.

Les Croisades Noires d’Abaddon furent treize campagnes meurtrières avec des armées de Space Marines du Chaos, de Démons, de fous, de Traîtres et d’hérétiques. À treize reprises, le Maître de Guerre a jailli des Mondes Démons de l’Œil de la Terreur pour apporter la mort à ses ennemis, frappant à chaque fois au cœur de l’Imperium tel une lame empoisonnée.

En réalité, loin d’être que de simples guerre de conquête et de pillage, Abaddon avait un plan étalé sur des millénaires et qui allait changer le visage de la galaxie, à tout jamais ![47]

Le Chemin Sanglant[modifier]

Chacune des Croisades Noires d’Abaddon a ravagé les mondes proches de l’Œil de la Terreur et mit l’Imperium à genoux, cependant la Treizième Croisade Noire éclipsa toutes les autres et il semble que les douze premières campagnes n’étaient que le prélude de celle-ci, et quelles convergeaient toutes vers un même objectif : l’ouverture de la Grande Faille et l’invasion de Terra.

Le Maître de Guerre compte bien réussir là où Horus a échoué, en battant en brèche les murs du Palais Impérial et en arrachant le cadavre de l’Empereur au Trône d'Or. Pour y parvenir, au fil des millénaires, chacune de ses conquêtes lui a permis de progresser graduellement de l’Œil de la Terreur vers le Système Sol. Mieux, nul ne s’est aperçu que ses actions avaient pour conséquence d’affaiblir le voile qui séparait la réalité avec le Warp.

Au cours des années passées aux abords de l’Œil de la Terreur, Abaddon avait découvert un secret à propos des barrières qui existent entre le Materium et l’Immaterium, ce secret étant des antiques monolithes en pierre noire qui constellaient la galaxie, - en réalité d’origine Nécron - lisses en apparence mais qui recelaient des systèmes très complexes. Un grand nombre de ces structures se trouvaient sur le Monde-Forteresse de Cadia, où la population les nommait simplement "Pylônes" sans s’y être jamais intéressé. Abaddon avait compris que c’étaient ces monolithes qui assuraient la stabilité de la Porte Cadienne, - la vaste région impériale de l’espace militarisée autour de l’Œil de la Terreur - et qui empêchaient les énergies du Warp de se déverser dans l’espace réel depuis les profondeurs de l’immense tempête Warp. Étalé sur des millénaires, Abaddon a envoyé ses agents à travers la galaxie afin de localiser ces monolithes de pierre noire et passa de longues années à cimenter ses alliances et à passer des pacte avec les Légions Renégates et leurs Primarques Démons. Peu à peu, Abaddon a mis sur pied un plan visant à détruire ces structures, en dissimulant ses objectifs et en allant jusqu’à utiliser des Croisades Noires entières comme leurres pour cacher ses intentions. Au fil de plusieurs invasions planétaires, Abaddon a détruit ces structures, parfois personnellement, d’autres fois par le biais de ses agents ou à bord de son navire, le Tueur de Planètes, voire en utilisant les immenses Forteresses Noires dont il s’était emparé lors de la Guerre Gothique.

La dernière et la plus importante de ces campagnes de destruction eut lieu sur le monde qui lui a tenu tête durant des millénaires : Cadia. Cette Treizième Croisade Noire, en 999.M41, fit de tels ravages qu’elle mit à bas les Pylônes du Monde-Forteresse et fut la clé de voûte d’un plan diabolique qui avait déjà précipité des événements catastrophiques sur Pandorax, Fenris, sur la Planète des Sorciers et sur une dizaine d’autres planètes essentielles pour les objectifs d’Abaddon.

Cadia réduite en tas de ruines, le Fléau ouvrit les portes de l’enfer que la Grande Faille se propagea, séparant la galaxie en deux.

À présent, la Cicatrix Maledictum est utilisée comme une arme par Abaddon, ouvrant des centaines de front en exploitant les tempêtes Warp comme le Maelström. Abaddon le Fléau s’approche peu à peu de son objectif et dernier acte de ce drame galactique est sur le point de s’achever.[48]

La Première Croisade Noire : la Tour du Silence[modifier]

Drach’nyen, l’Épée-Démon[49]
Drach’nyenl’Épée-Démon.jpg
Les origines de Drach’nyen sont un mystère, inconnues peut-être même d’Abaddon lui-même. Les Démons sous son emprise parlent de la lame avec effroi, l’appelant "l’Épine dans la Réalité" ou "l’Éclat de la Folie". C’est une arme qui existait bien avant l’avènement de l’Humanité et qui témoignera sans doute de sa fin. Doté d’une sombre intelligence, Drach’nyen a le pouvoir de détruire l’univers matériel par son tranchant, en coupant la matière comme une lame ordinaire se déplace dans la fumée. Même la peau durcie des Démons ou l’armure scellée par la puissance du Warp ne sont guère à l’épreuve de son assaut, car elle boit l’énergie de l’Immaterium comme de l’eau, la consommant entièrement.

On dit que Drach’nyen peut prendre de nombreuses formes, et qu’il n’apparaît comme une grande lame que dans les mains d’Abaddon parce que c’est ainsi que le Maître de Guerre l’a choisi. En vérité, l’épée n’a pas de forme ou de taille réelle, du moins rien qui puisse être compris par l’esprit d’un être quelconque de l’espace réel. La raison pour laquelle il a choisi de laisser Abaddon le prendre de son lieu de repos sous la Tour du Silence est également un mystère, bien que depuis ce jour, seul Abaddon a pu le manier. Si un autre guerrier était assez courageux pour essayer de soulever Drach’nyen, il tomberait de sa main comme s’il était fait d’air, mais pas avant d’avoir déchiqueté le voleur, corps et âme, avec l’énergie du Warp. Quant à savoir pourquoi Drach’nyen se bat pour Abaddon, personne ne peut le dire avec certitude, bien qu’un tel pacte ne puisse signifier que du malheur pour l’Empereur et Ses partisans.

Cinq siècles après sa retraite de Terra, Abaddon est revenu s’en prendre à l’Imperium à la tête d’une horde de Traîtres et de Démons. Ce fut la première rencontre de l’Imperium avec lui et sa Black Legion nouvellement fondée, la plus grande force Légionnaires renégats jamais vue depuis l’Hérésie d’Horus. Le Maître de Guerre prit l’Imperium par surprise et les mondes proches de l’Œil de la Terreur sont tombés dans le chaos et l’anarchie. Seule Cadia, avec ses formidables défenses, a tenu, aidé par des Chapitres Space Marines de la Deuxième Fondation et des Legios Titaniques. Le Fléau avait néanmoins correctement choisi ses généraux, tel Zagthean le Brisé, qui plonge l’Agri-Monde de Valesia dans l’horreur pour satisfaire ses besoins sadiques, où Eralak qui avec ses Raptors a plongé dans un cauchemar les Cités-Ruches de Melphie, créant une gigantesque potence où il pendit des millions de citoyens impériaux.

Durant sa Première Croisade Noire, Abaddon utilisa les âmes hurlantes des assassinés nourrir le Warp, et il put ainsi faire un pacte démoniaque avec les Dieux Sombres qui en reconnaissance du désespoir qu’il avait propagé, lui indiquèrent l’emplacement de la Tour du Silence, sur le monde d’Uralan qui d’après la tradition démoniaque, était un lieu où les Dieux du Chaos y avaient enfermé leurs secrets. S’y rendant secrètement, Abaddon découvrit grâce à sa cabale de sorciers un chemin caché à travers le Warp. Avec un cadre de ses meilleurs guerriers, le Maître de Guerre pénétra dans la Tour du Silence. Il fut presque aussitôt attaqués par des gardiens animés d’énergie sombre et dont les griffes déchiraient l’âme même de ses guerriers. Après une âpre bataille, Abaddon descendit dans le cœur de l’Uralan, dans les cryptes de la tour qui faisaient place à la lumière éthérée et au vent. La gravité s’est inversée, et là où Abaddon était descendu sous la surface, il se retrouva dans un royaume où le ciel était à ses pieds et le sol au-dessus de lui. Avançant sur un chemin d’arbres corrompus, il s’engagea dans un labyrinthe de pierres anciennes qui s’effritèrent et se régénérèrent sous ses yeux. Rempli des fantômes et des échos de ceux qui l’avaient précédé, le labyrinthe était un enchevêtrement exaspérant et sans fin, ses murs se retournant sur eux-mêmes en des angles impossibles. Pendant ce qui semblait être une ère entière, le Fléau erra dans le labyrinthe hanté, luttant contre les esprits des morts qui menaçaient de l’ajouter à leurs rangs. Enfin, proche de l’épuisement, il se prépara pour l’épilogue de sa quête. Puis, dans la folie du labyrinthe, une silhouette imposante lui est apparue, sa forme parfaite enveloppée dans une lumière dorée. Sans un mot, la silhouette a fait signe à Abaddon de la suivre et bien qu’il ait essayé de lui parler et de voir son visage, le Maître de Guerre n’est pas parvenu à communiquer avec cette entité. Elle l’a conduit au centre du labyrinthe où un tesson d’obscurité mouvante était suspendu dans l’air. Tendant la main dans le vide, Abaddon sentit la poignée froide d’une lame rencontrer sa paume et il la tira dans la réalité ; l’Épée Démon Drach’nyen prit une forme terrible sous ses yeux et soulevant la redoutable lame devant lui, Abaddon se retourna pour demander le nom de son guide doré, mais découvrit que la silhouette avait disparu.[50]

La Deuxième Croisade Noire : la Malédiction de Corona[modifier]

Pour sa Deuxième Croisade Noire, Abaddon a tissé un terrible sort sur un certain nombre de mondes proches de l’Œil de la Terreur, avant d’ouvrir une brèche Warp qu’il emprunta à la tête d’un petit groupe de ses guerriers d’élite dans la base de la Marine Impériale à Belis Corona, détruisant des dizaines de croiseurs impériaux en construction ou en réparation. C’était en réalité une diversion, et tandis que l’Imperium rassemblait une flotte pour riposter, le Maître de Guerre se téléporta dans la forteresse inquisitoriale de Nemesis Tessera. Il mit à bas ses "Aiguilles Métaphysiques" et leurs hexagrammes - servant à y garder des prisonniers démoniaques -, ravageant la pierre noir sous des salves soutenues de Fuseurs avant de se replier. L’Inquisition découvrit plus tard qu’une crypte avait été ouverte et que son prisonnier démoniaque - la némésis légendaire qui avait donné son nom à la planète - avait disparu.

Alors que son escouade avait lancé une attaque de diversion contre les chantiers navals à Belis Corona, le Fléau avait atterri sur l’une des lunes les plus éloignées du système et après y avoir massacré la garnison, il avait élaboré un rituel complexe utilisant les restes mutilés de ses victimes en invoquant une malédiction qui se mit à couler au cœur de la lune. Ce n’est que des siècles plus tard que la malédiction se réveillera, sur ordre du Maître de Guerre, se qui déclenchera un fléau mutagène sur les défenseurs qui y seront stationnés.[51]

La Troisième Croisade Noire : la Profanation de Gerstahl[modifier]

Le Monde-Chapelle de Gerstahl a longtemps été un lieu de paix dans le Segmentum Obscurus, ses fidèles offrant quotidiennement leurs prières à l’Empereur-Dieu. La planète a été nommée d’après Saint Gerstahl, qui était tombé en défendant la Porte Cadienne pendant les premiers siècles après l’Hérésie. Enterré sous la capitale mondiale de l’albâtre, le saint avait prophétisé qu’il se relèverait lorsque "l’œil des ténèbres s’ouvrira pour la dernière fois" et qu’il endiguera la marée de Traîtres.

Au cours de la Troisième Croisade Noire, pour détourner l’attention de l’Imperium de sa profanation du tombeau du saint, Abaddon lança une attaque sur Cadia. Avec des mensonges et des promesses chuchotées, le Maître de Guerre envoya le Prince Démon Tallomin, surnommé le "Prince des Princes", contre la Porte Cadienne. Abaddon avait convaincu la créature que le sang du fidèle Adeptus Astartes pouvait lui conférer une force inouïe et le pouvoir d’écraser ses rivaux dans l’Œil. Lors d’un assaut sanglant, Tallomin et ses serviteurs ont tué plusieurs millions de soldats impériaux et ont attiré une douzaine de Chapitres Space Marines pour se battre. À la fin, les féroces guerriers des Space Wolves repoussèrent finalement le Prince Démon dans le Warp, mais Abaddon avait déjà atteint son but, brisant les anciens sceaux sur la tombe de Saint  Gerstahl et détruisant ses restes, empêchant toute chance de réalisation de la prophétie.

Abaddon est devenu l’héritier d’Horus en acquérant le titre de Maître de Guerre du Chaos, titre que personne n’a pu lui contester au fil de dix sanglants millénaires.
Cet outrage suprême a bannit l’esprit du Saint, annulant à la fois sa prophétie et affaiblissant les défenses psychiques de la planète.[52]

La Quatrième Croisade Noire : la Mort du Kromarque[modifier]

Le monde d’El’Phanor était un bastion de la Porte Cadienne et une défense clé contre les pillards qui essayaient de se glisser dans le Segmentum Obscurus. Commandée par le Kromarche, cette planète avait repoussé d’innombrables attaques au cours des siècles qui ont suivi l’Hérésie d’Horus. Au centre des défenses d’El’Phanor se trouvait la grande citadelle du Kromarche, qui dominait la vaste zone fertile en nourriture plaines d’Arabor. La Black Legion s’est abattue sur le monde comme un fléau des ténèbres, une demi-douzaine de guerriers des autres Légions faisant couler le sang sur leur passage. La Garde Impériale frappa à plusieurs reprises les attaquants, leurs assauts étant soutenus par l’artillerie de masse de la citadelle qui resta longtemps hors de portée des Légionnaires renégats.

Pendant sa Quatrième Croisade Noire, Abaddon a personnellement mené la charge contre les portes en adamantium de la citadelle à travers une tempête d’obus explosifs. Seule une fraction de ses Porteurs du Désespoir parvint aux portes, la grande route d’obsidienne menant à la forteresse jonchée de Légionnaires noirs brisés. Pris au piège devant la porte, les Traîtres ont martelé contre elle alors même que les Gardes balayaient leurs rangs avec des tirs venant d’en haut. Levant Drach’nyen au-dessus de sa tête, Abaddon frappa la porte et l’Arme-Démon la fendit comme du bois de corde. Ce faisant, il brisa non seulement un portique d’une solidité légendaire, mais aussi une ancienne barrière empyréenne, car le portail de la forteresse intégrait d’antiques monolithes qui verrouillaient une terrible nodosité du Warp. La porte tombée, Abaddon et ses partisans se répandirent dans la forteresse, massacrant tout ce qui se trouvait devant eux.

Abaddon lui-même a pris la tête du Kromarche, l’arrachant de ses épaules dans une pluie sanglante de sang avant de la tenir en l’air en triomphe. Convoqués par le lien entre la mort dans la forteresse et ce sacrifice final, les Démons affamés se sont libérés du Warp et ont accentué ce pandémonium. Lorsque le dernier soldat impérial fut découpé en morceaux, les forces du Chaos s’abattirent sur le monde lui-même, perdues dans la joie du massacre. Les Démons et les Traîtres se sont régalés de la chair ravagée d’El’Phanor jusqu’à ce qu’elle devienne une planète morte et désolée. Ainsi, Cadia s’est retrouvée avec une fissure dans sa défense.[53]

La Cinquième Croisade Noire : la Purge d'Elysia[modifier]

Les Porteurs du Désespoir[54]

Abaddon a formé dans les rangs de la Black Legion des gardes du corps personnels, connu sous le nom de Porteurs du Désespoir, entre autres titres obscurs. Sélectionnés parmi les plus forts et les plus vicieux de ses Terminator Space Marines, ces redoutables guerriers allaient devenir un spectacle terrifiant, leur arrivée annonçant la présence du Fléau lui-même.

La Cinquième Croisade Noire inclut parmi ses nombreuses atrocités la Purge du secteur d’Elysia, culminant avec la destruction de l’ancienne cité impériale de Kasyr Lutien. Le Maître de Guerre du Chaos a fomenté des invasions sur une douzaine de mondes dans le secteur, confiant la destruction des villes, sanctuaires et temples à ses seigneurs de guerre tout en utilisant sa flotte pour maintenir la Marine Impériale engagée dans de violentes escarmouches dans le vide. L’intention d’Abaddon était de créer un conflit à l’échelle du secteur qui provoquerait une réponse massive de l’Imperium et attirerait les Chapitres de l’Adeptus Astartes. Durant cette Croisade Noire, Abaddon avait ordonné de détruire des cités, des sanctuaires et des temples précis sur des dizaines de mondes. Chaque profanation brisa les sceaux Warp qui endiguaient la mutation psychique dans cette région de l’espace. Ses plans se sont mis en place, le Maître de Guerre menant le gros de sa Black Legion vers la ville de Kasyr Lutien sur Tarinthe, brûlant la grande cité et réduisant son peuple en esclavage.

Au fil de ses Croisades Noires, Abaddon s’imposa comme le plus grand Seigneur du Chaos et l’ennemi suprême de l’Imperium.
Lorsque les Chapitres Space Marines des Warhawks et des Venerators sont arrivés sur Tarinthe en force, ils ont immédiatement attaqué Kasyr Lutien. Au même moment, Abaddon ordonna le sacrifice massif de dix millions de citoyens, leur sang étant acheminé par les grands canaux de la ville dans un vaste lac rouge sang. Au-dessus du lac, le Warp s’est ouvert et Doombreed, le plus grand de tous les Prince Démon de Khorne|Princes Démons de Khorne, est entré dans la réalité, hurlant triomphalement. Abaddon avait conclu un sombre pacte avec Doombreed, lui promettant les crânes de tout un Chapitre Space Marine en échange de ses services.

Avec des milliers de Sanguinaires jaillissant du lac de sang, Doombreed a foncé vers les rangs des Warhawks et des Venerators. La Black Legion a alors tendu son propre piège et, à partir de positions préparées à travers la ville, elle a ouvert le feu sur les Loyalistes, bloquant leur retraite. Bien qu’ils aient combattu sans peur ni répit, les deux Chapitres tombèrent ce jour-là, leurs guerriers mutilés par l’ost démoniaque et leur semence génétique à jamais perdue pour l’Imperium, le Prince Démon Doombreed prenant leurs crânes pour aller garnir le trône de Khorne.[55]

La Sixième Croisade Noire : la Folie de Drecarth[modifier]

Quand Abaddon est devenu le commandant suprême des Sons of Horus, tous les guerriers de la Légion ne lui ont pas prêté allégeance. Beaucoup de Traîtres s’accrochaient à leur adoration d’Horus en tant que dieu, croyant qu’il reviendrait un jour pour les diriger et punir ceux qui avaient renoncé à leurs serments. D’autres considéraient l’Hérésie comme la fin de leur soumission aux dieux et aux maîtres ; l’Empereur et leur Primarque étant les derniers seigneurs envers qui ils se prosternaient et ils ne voyaient aucune raison de faire une exception pour Abaddon. La plupart de ces renégats furent peu à peu perdus dans le Warp, disparaissant dans l’Œil, bien que certains d’entre eux allaient revenir pour être une épine dans le pied du Maître de Guerre.

L’une de ces bandes rebelles était les Sons of the Eye, dirigés par Drecarth l’Aveugle. Ancien frère d’arme d’Abaddon, Drecarth avait été l’un des Capitaines d’Horus, s’échappant dans le chaos qui suivit la chute de Maeleum. Abaddon avait entendu les murmures de l’évasion et de la trahison de Drecarth de la part de sa cabale de sorciers, qui affirmait également qu’un vieil allié se lèverait un jour pour renverser la Black Legion, acquérant un pouvoir avec le souvenir du Primarque mort. Ainsi, sous le signe de la trêve, Abaddon a conclu un pacte avec les Sons of the Eye et s’est allié avec eux lors de la Sixième Croisade Noire. Le Maître de Guerre voulait faire des Sons of the Eye un exemple, un avertissement terrible à tous ceux qui envisageraient de contester son pouvoir, mais il devait préparer le terrain pour sa vengeance afin que personne ne doute jamais de sa détermination.

Abaddon a assiégé le Monde-Forge d’Arkreath, offrant à Drecarth et à ses Sons of the Eye une part égale de pillage. Pendant des mois, ils se sont battus côte à côte contre les défenses de l’Adeptus Mechanicus, bombardant leurs grandes villes depuis l’espace jusqu’à ce que les ziggourats élaborées de duracier soient réduites en tas de métal informes incapables de remplir leur fonction de cages à flux sophistiquées. Finalement, les Traîtres ont triomphé dans les ruines fumantes des grands manufactorums, les morts jonchant le sol. Alors que Drecarth tendait la main pour le saluer, Abaddon la saisit avec la sienne, pour ensuite enfoncer sa serre dans le ventre du Space Marine. Drecarth a vécu assez longtemps pour voir les Sons of the Eye s’incliner devant Abaddon avant que le Maître de Guerre ne lui arrache le crâne et la colonne vertébrale.[56]

La Septième Croisade Noire : la Guerre Fantôme[modifier]

La Septième Croisade Noire a commencé lorsque la flotte de la Black Legion a glissé de l’Œil de la Terreur sans être détectée et est tombée secrètement sur les mondes de l’Imperium. Des planètes entières furent perdues avant que les armées de l’Empereur ne puissent rassembler les forces nécessaires pour repousser les Légions Renégates. Abaddon s’est révélé être un tacticien hors pair et un adversaire de taille pour les commandants de la Flotte de Guerre Obscurus. Il a su déjouer leurs manœuvres de leurs éclaireurs et leurs tentatives de le forcer à engager le combat.

Pendant que l’Imperium tentait de trouver et de vaincre la flotte d’Abaddon, sa Black Legion dévastait les colonies et les systèmes impériaux. Dans les profondeurs volcaniques du Collectif Harnas, la Légion Renégate brisa les grands sceaux de vapeur et laissa des millions de personnes mourir en hurlant alors que des nuages brûlants engloutissaient leurs villes. Sur les océans déchaînés de Jyrro, les bandes de guerre des Space Marines renégats ont coulé les plates-formes d’extraction du limon et ont nourri leurs ouvriers aux requins de la brèche. Des Légionnaires Noirs ont attaqué les stations de l’Adeptus Mechanicus de Niess, au cœur de la Nébuleuse de Magorium. Les Traîtres ont saccagé les arsenaux de la station, en prenant d’anciens artefacts Aeldaris récupérés par l’Adeptus Mechanicus. Lorsque les forces impériales sont arrivées, elles ont découvert que la Black Legion avait disparu et que la station était décorée avec les cadavres.

Thalastian Jorus[57]

Durant la Septième Croisade Noire, sur le monde de Mackan, Abaddon se retrouva prit par surprise le Réclusiarque Blood Angel Thalastian Jorus qui fut l’un des rares héros impériaux à porter un coup au Maître de Guerre. Après que le Chapitre des Blood Angels fut presque dévaster, Jorus mena sa Compagnie de la Mort dans un raid éclair derrière les lignes du Fléau, massacrant les guerriers non préparés de la garde d’honneur d’Abaddon. Bien que Jorus fut tué par le Maître de Guerre, celui-ci ordonna que les corps du Réclusiarque et des membres de sa Compagnie de la Mort tombés au combat ne soient pas profanés. Les fils de Sanguinius furent assis sur des trônes de fortune faits de l’armure des guerriers de la Black Legion qu’ils avaient tué et on dit que le Maître de Guerre porte encore les cicatrices de cette bataille.

Alors que la Guerre Fantôme allait faire rage pendant de nombreuses années avant que les Légions Renégates ne se replient dans l’Œil de la Terreur, un seul engagement s’est détaché de la longue liste des actes sanglants. Sur le monde de Mackan, la Black Legion et ses alliés ont affronté une compagnie de Blood Angels. La Black Légion avait ravagé le monde, mettant à feu ses villes-moulins et démolissant la grande Cathédrale de Radiance érigée pour honorer la puissance de l’Empereur. Arrivés à temps pour arrêter la fuite des Traîtres, les fils de Sanguinius installèrent des positions défensives autour de la zone de débarquement de la Black Legion pour tenter de les couper de leur flotte.

Abaddon a personnellement dirigé une bande de guerre de Berzerks de Khorne de la Black Legion dans une charge contre les positions des Devastators Blood Angels. Alors que des dizaines de Berzerks furent anéantis par des tirs de Canons Laser et de Canons à Plasma, les survivants sont tombés sur les Blood Angels. Dans une parodie écœurante du massacre de Sanguinius par Horus, Abaddon engagea le commandant de la Compagnie des Blood Angels, Acrion, dans un combat singulier. Devant les Loyalistes restants, le Fléau déchira Acrion. Forçant les Space Marines à battre en retraite devant la fureur de sa bande de guerre, il revendiqua leurs morts comme les siens. Plus tard, Abaddon utilisera le précieux gène des Blood Angels dans un pacte avec Fabius Bile pour créer de nouveaux Space Marines renégats, issus des restes de ses ennemis.[58]

La Huitième Croisade Noire : la Collecte des Crânes[modifier]

La Huitième Croisade Noire qu’Abaddon mena sur les planètes du Segmentum Obscurus vit les forces du Fléau exécuter un nombre précis de citoyens impériaux au nom de Tzeentch.

Alors que la Huitième Croisade Noire faisait rage à travers les étoiles, la Black Legion a frappé depuis l’Œil de la Terreur dans toutes les directions. Au début, l’Imperium ne pouvait que deviner les plans de la Légion Renégate, car certains raids s’en prenaient à des colonies entières alors que d’autres ne semblaient provoquer qu’un carnage limité selon les normes d’horreur de la Black Legion. Sur les lunes de Teekus, huit des vingt cités-cratères furent ouvertes au vide, leurs habitants gelant sur place tandis que les autres restaient intactes. Le vaisseau de pèlerinage chartiste The Divine Path a été abordé et quatre-vingt-dix-neuf de ses passagers ont été assassinés dans l’ordre croissant des jetons de pèlerinage qu’ils transportaient. Les autres ont été laissés pour pleurer les morts.

Dans ce qui fut plus tard connu sous le nom de Collecte des Crânes, des dizaines de milliers de personnes ont été tuées sur le Segmentum Obscurus de différentes manières et en nombres spécifiques, leurs cadavres étant laissés selon des schémas rituels. Cela faisait partie d’un complot visant à apaiser le Modeleur de Voie, les nombres et les modèles créant une équation mathématique d’une terrible et profane perfection. Alors que les forces impériales poursuivaient la Black Legion, essayant de les engager au combat, l’Inquisition a tenté de briser le code, rendant ainsi fous des centaines d’adeptes.

Enfin, dans le Monde-Forge Rithcarn, les Traîtres ont provoqué un soulèvement massif des travailleurs mutants, plongeant le monde dans le chaos et la ruine. Dans la confusion, la Black Legion a sacrifié le conseil Techno-Magi dans les roues de ses propres usines. Avec leur destruction, la séquence complexe de la mort était complète, et le Maître du Destin en fut très heureux.

L’objectif principal d’Abaddon fut ainsi atteint : les monolithes de métal vivant sous les cités-cratères de Teekus s’illuminaient davantage à chaque massacre rituel, jusqu’à ce qu’au neuvième, le point d’orgue, les structures se mettent à fondre.[59]

La Neuvième Croisade Noire : la Famine de Cancephalus[modifier]

À l’insu de l’Imperium, Abaddon a ravagé la galaxie, gagnant son surnom de Fléau, afin de déclencher l’apocalypse.
La forteresse navale de Cancephalus se dressait comme une sentinelle couveuse au bord de la Porte Cadienne. Pendant des siècles, elle a servi de base aux escadrons impériaux qui traquaient les navires renégats essayant de s’échapper de l’Œil sans être détectées. Lourdement défendues et bien garnies, les attaques directes contre la forteresse échouèrent à plusieurs reprises, les forces impériales écrasant facilement les flottes de pilleurs et les incursions mineures du Chaos. Au cours de la Neuvième Croisade Noire, Abaddon rassembla, avec une ruse caractéristique, une force importante des Légions Renégates mais n’attaqua pas directement Cancephalus.

Au lieu de cela, il a mené sa Black Legion contre le monde très peuplé d’Antecanis et sa principale ville, Monarchive, le siège de son gouverneur impérial. Antecanis avait longtemps été un lieu de recrutement pour les navires de la Flotte de Guerre Obscurus, avec une fière tradition de formations de capitaines et d’officiers à la Marine Impériale. En frappant directement au cœur du monde et en assiégeant son gouverneur à Monarchive, Abaddon a affaibli les défenses de Cancephalus, les navires étant détournés vers la défense d’Antecanis. Dans les premières heures de la bataille, la Black Legion s’est tracée une voie sanglante dans les casernes de formations et les simulacres tactiques, tuant tous sur son passage. Monarchive était avant tout un centre d’entraînement de la Marine Impériale, et le gouverneur fut obligé de former des régiments d’hommes d’équipage et d’officiers de pont pour repousser les envahisseurs. Les hommes qui n’avaient jamais tenu un Fusil Laser ou marché sans toit au-dessus de leur tête furent rassemblés dans les grands jardins du dôme pour faire face à l’ennemi.

Seule l’utilisation de macrocanons navals, destinés aux chantiers navals et sortis des manufactures, a permis d’arrêter une percée des Traîtres avant l’entrée des chambres intérieures de Monarchive. Les dômes des jardins, jadis très solides, ont été transformés en réseaux de tranchées et en un no man’s land mutilé d’arbres déchiquetés et de statues impériales brisées. Cependant, ce fut une guerre perdue d’avance pour les habitants d’Antecanis, car leurs équipes de conscrits étaient perdus dans une guerre d’usure.

Au moment où les renforts de Cancephalus sont arrivés, la planète entière était plongée dans la guerre, les deux camps se retranchant pour un siège prolongé autour des ruines de Monarchive. Bien qu’Abaddon n’ait pas ouvert de brèche au cœur de la cité, il avait levé une énorme armée d’hérétiques et de mutants pour mener sa guerre. Ses Sorciers avaient également affaibli les murs de la réalité, libérant des hordes grouillantes de Démons pour attaquer Antecanis. Les Black Légionnaires font un massacre dans les niveaux inférieurs de la Cité-Ruche, tandis que le Maître de Guerre se rua dans les sanctuaires centraux.

Lorsque qu’Abaddon quitta son orbite, des mutations incontrôlées et des citoyens renégats poursuivirent le conflit, aidés par les horreurs de la guerre. D’un geste méprisant, la Black Legion lâcha une douzaine d’ogives cycloniques sur les ruines de Monarchive.

La guerre qui s’ensuivit contre Antecanis dura encore dix-sept ans avant que l’Imperium ne déloge les attaquants et ne les repousse finalement dans l’Œil de la Terreur. Au cours de cette lutte acharnée, la population de Monarchive avait été vidée de sa substance et une génération de commandants et d’officiers de la Marine avait été perdue à jamais. Cancephalus avait également payé un lourd tribut en navires et en hommes d’équipage, ses effectifs étant réduits en essayant de bloquer Antecanis des renforts renégats.

Le siège prolongé a entraîné une réduction importante des patrouilles et des flottes levées à Cancephalus, ce qui a permis à la Black Legion de faire des raids dans le secteur. Pendant ce temps, plusieurs flottes du Chaos ont pu quitter l’Œil de la Terreur sans être détectées, naviguant dans le grand Imperium sans opposition, leurs destinations étant inconnues. Abaddon eut ainsi tout le loisir de mettre le secteur à feu et à sang, et ses Sorciers conduisirent les rituels requis pour affaiblir les parois de la réalité dans cette région de l’espace en toute impunité.[60]

La Dixième Croisade Noire : le Conflit d'Helica[modifier]

Le Dieu Endormi[61]

Abaddon entendit un jour des rumeurs concernant Mars. Il ordonna à son Sorcier Zaraphiston de mener un rituel afin de communiquer avec Hrangore, un esprit du Warp. Le Fléau sacrifia ensuite un Space Wolf qu’il coupa en deux avec Drach’nyen pour satisfaire l’esprit. Hrangore apparut alors dans les volutes de fumée écarlate qui se fondirent en un visage cornu, menaçant Abaddon qui le saisi littéralement avec la Griffe d’Horus afin de l’"encourager" à parler. Hrangore évoqua alors un nouveau genre de mort dormant sous Mars au sein de la région nommée le Labyrinthe de Noctis. Abzaddon exigea de savoir ce qui se trouvait sous Mars, alors Hrangore lui montra une grande salle de basalte et où tout autour de cette pièce s’élevaient sans fin d’antiques engins mécaniques argentés. Encastré dans le sol, s’y trouvait un vaste sarcophage d’adamantium et d’or, que venaient caresser des arcs électriques d’une puissance inconcevable émis par intermittences par chacune des machines. Abaddon découvrit alors un des plus grands mystères de la galaxie, et se mit à rire.

Lors de la Dixième Croisade Noire, Abaddon avait forgé une sombre alliance entre la Black Legion et les Iron Warriors, en concluant un accord avec leur Primarque Démon, Perturabo. En échange de l’accord d’Abaddon pour régler une dette de sang contre les Iron Hands, Perturabo a ouvert une ancienne route Warp hors de l’Œil de la Terreur pour la flotte du Fléau. Le passage, calculé sur plusieurs mois d’agonie par les esprits torturés d’une chaîne de cogitateurs asservis, avait permis aux forces d’Abaddon de passer les défenses de la Porte Cadienne et de pénétrer dans le secteur d’Helica, à l’opposé de l’Œil de la Terreur.

Une fois de plus, Abaddon a utilisé une feinte soigneusement planifiée, en envoyant la flotte de la Black Legion contre Thracian Primaris, la capitale du monde d’Helica, pendant qu’il attaquait ailleurs. Le Fléau dispersa également ses seigneurs de guerre dans le secteur et, sur de nombreuses planètes, des vaisseaux renégats descendirent du ciel pour tuer et mutiler des citoyens impériaux.

Pendant que ses seigneurs de guerre se livraient au massacre des mondes impériaux, Abaddon voyagea avec les Iron Warriors vers le système de Medusa, le monde d’origine des Iron Warriors. Depuis le Vengeful Spirit, il a observé les Iron Warriors assiéger le Chapitre Loyaliste. Dans une longue guerre d’usure, les Iron Warriors ont systématiquement brûlé les mondes extérieurs du Système de Medusa, détruisant les défenses loyalistes une à une. Dans la lumière brûlante de leurs fortifications en ruine, les Iron Hands ont lutté pour retenir les Traîtres, gagnant du temps pour l’arrivée de leurs compagnies de soutien.

Avant que le gros des Iron Hands et de leurs alliés ne puisse arriver, Abaddon et les Iron Warriors ont battu en retraite, laissant dans leur sillage des centaines de Space Marines Loyalistes morts. Bien que Medusa soit encore debout, Abaddon en avait beaucoup appris sur ses défenses et sur les Iron Hands eux-mêmes, qu’il mettra à profit plus tard.[62]

La Onzième Croisade Noire : la Ruine de Relorria[modifier]

Au début de la onzième Croisade Noire, Abaddon a lié un Démon de Tzeentch dans l’oculus de son vaisseau, espérant trouver un chemin à travers les tumultueuses tempêtes Warp autour de l’Œil. Tourmenté par des énigmes impossibles et des mensonges tordus, le Démon fut rendu complètement fou, ce qui fit dévier Abaddon de sa route de milliers d’années-lumière

Le Démon s’est déchiré dans un tourbillon de folie, faisant dévier le temps et l’espace autour de la flotte. Les vaisseaux d’Abaddon étaient éparpillés dans le vide de l’espace réel. Ne se laissant pas décourager par l’échec de son navigateur démoniaque, le Maître de Guerre relâcha sa Black Legion sur la planète la plus proche, le Monde Cardinal de Relorria.

En descendant sur Relorria, les Traîtres ont rencontré un rival contestant leur proie - une Waaagh! Ork dirigé par Murgor Cent’Dent. Au cours d’une guerre à trois, vicieuse et chaotique, Démons et Orks se sont déchirés dans les ruines en feu des vastes tours réfléchissantes de Relorria.

Conjointement avec une cabale de ses plus puissants Sorciers, Abaddon a profité de cette rencontre fortuite avec les Orks pour mener des expériences innommables avec des Démons et des créatures extraterrestres, essayant de fusionner le matériel et l’immatériel en une nouvelle forme d’horreur et qui rongea la trame de la réalité dans le Système Relorria. Fasciné par le lien psychique entre les Orks et leur utilisation instinctive de l’énergie Warp, le Maître de Guerre a ramené des milliers de Xenos - notamment des Bizarboyz - avec lui dans l’Œil de la Terreur pour poursuivre ses recherches. La Black Legion finit par se retirer de Relorria, laissant les survivants de l’Humanité aux mains des Orks.[63]

La Douzième Croisade Noire : la Guerre Gothique[modifier]

Abaddon durant la Guerre Gothique.
À l’aube du 41e Millénaire, le sombre plan d’Abaddon avait atteint son apogée et ses attaques contre l’Imperium se sont intensifiées. Dans le Secteur Gothique, le Maître de Guerre a mené la Black Legion dans une guerre de conquête, et a pourchassé et capturé les anciennes et puissantes Forteresses Noires.

Le germe de cet événement avait été semé quelques années plus tôt lors d’une série de raids qui ne semblaient avoir aucun rapport entre eux contre des avant-postes du Segmentum Obscurus. Des orages Warp de plus en plus violents s’accumulèrent dans ce secteur et les fanatiques prêchaient qu’ils étaient le signe que l’Empereur était mécontent du comportement de Ses sujets. En dépit des efforts d’officiels planétaires, des cultes se formèrent et les oiseaux de mauvais augure firent s’enchaîner les soulèvements, dont des groupuscules secrets profitèrent pour infiltrer certains de leurs membres dépravés dans les hautes sphères de l’autorité. Suite à l’explosion d’engins stationnés dans plusieurs docks, les suspicions de sabotage ne firent rien pour calmer une situation tendue à l’extrême. De nombreux rapports firent alors état d’apparitions de vaisseaux du Chaos, et il devint vite évident que se préparait une invasion majeure du Secteur Gothique.

La Douzième Croisade Noire a marqué le début d’un millénaire de sang pour la Black Legion, et elle est apparu en plus grand nombre que jamais auparavant. Dans le Secteur Gothique, Abaddon a déclenché une terrible guerre qui a fait rage pendant plus de trente ans et a consumé des millions de vies. Elle devint la plus grande Croisade Noire jamais organisée et attira des régiments de la Garde Impériale et des Chapitres de Space Marines de mondes situés à des milliers d’années-lumière. Elle a également révélé pour la première fois la taille et la puissance de la flotte de la Black Legion, menant à des engagements navals qui rivalisaient avec ceux de l’Hérésie d’Horus presque dix mille ans auparavant.

Cependant, la Guerre Gothique ne se résuma pas au saccage des mondes et à la récolte d’esclaves. Abaddon cherchait quelque chose de bien plus terrible, quelque chose qui lui permettrait enfin de s’attaquer à Terra elle-même. Tout d’abord, il avait besoin d’une clé. Il se tourna une fois de plus vers sa cabale de Sorciers, leur ordonnant de fouiller dans le futur à sa place. Dirigée par l’énigmatique sorcier de Tzeentch, Zaraphiston, la cabale avait parcouru le Warp à la recherche d’indices quant à l’emplacement des artefacts qu’Abaddon convoitait. Enfin, Zaraphiston a pu apporter les restes d’un charabia d’un Démon devant son maître, et la bête a révélé le nom de celui qui détenait les secrets souhaités par le Fléau. Caché dans les profondeurs des grottes hurlantes de Vorsia Secundus, Abaddon rencontra l’ancienne voyante Moriana. Quand Abaddon émergea de la grotte de la sorcière, c’était avec un nouveau but et les noms de deux mondes lointains - et le rôle qu’ils allaient jouer dans son plan.

Zaraphiston ne pouvait plus voir la toile de destins enchevêtrée qui s’étendait devant le Maître de Guerre. Alors qu’auparavant, il était certain de suivre des chemins précis ou d’avoir des indications claires sur les événements à venir, maintenant, seules les ténèbres saluaient la cabale tzeentchienne. Abaddon écarta les inquiétudes de ses conseillers sorciers et même du conseil de ses Élus ; il était sur le point d’entreprendre l’avant-dernier acte de sa vengeance contre l’Imperium - le fait que les destins étaient incertains ne fit que renforcer sa conviction en sa victoire finale. Si son avenir était inconnu, alors l’avenir de l’Imperium l’était aussi.[64]

La Nuit et les Ténèbres[modifier]

Le premier monde à ressentir la colère du Maître de Guerre fut Purgatoire, une sombre planète frontalière faite de montagnes escarpées et de forêts sombres et couveuses. En utilisant une force avancée d’infiltration des Night Lords pour détruire les principales forteresses, la Black Legion a réussi à s’introduire dans l’ancienne Forteresse des Gardes du Ciel. Balayant avec un mépris brutal les Forces de Défense Planétaire mal équipées de Purgatoire et leurs alliés Cdiens, la Black Legion s’est frayée un chemin jusqu’au cœur de la structure. Dans le Puits Stygien, enfoui profondément sous la forteresse, Abaddon s’empara de la Main des Ténèbres, un objet d’une puissance ancienne et terrible qui avait été longtemps caché par l’Inquisition.

La Main des Ténèbres était la première partie d’une clé qu’Abaddon utiliserait pour activer les anciennes Forteresses Noires. Six de ces stations spatiales d’une puissance inimaginable avaient été découvertes dans le Secteur Gothique par l’Imperium, vestiges d’une époque antérieure à l’avènement de l’Humanité. Bien que l’Imperium les ait utilisées pendant des siècles comme bases orbitales et stations spatiale, il n’avait aucune idée de la véritable étendue de leur puissance. C’était une erreur qu’Abaddon avait prévu d’exploiter de la manière la plus violente et la plus terrible qui soit.

Seule, la Main des Ténèbres ne suffisait pas à Abaddon pour réveiller complètement les Forteresses Noires. Laissant derrière lui les ruines de Purgatoire, il mena la Black Legion à Ornsworld, un monde Ratling qui avait jusqu’alors été épargné par le pire de la Guerre Gothique. Tout a changé en une seule nuit sanglante lorsque la Black Legion est descendue sur les cités et les labyrinthes des Ratlings, brûlant et tuant toute chose vivante qu’elle pouvait trouver. À l’aube, presque toutes les colonies étaient en feu et la fumée de millions de cadavres carbonisés étouffait le ciel. Bien qu’ils aient combattu désespérément, les Abhumains n’étaient pas de taille face aux Space Marines renégats et la plupart d’entre eux étaient morts avant même d’avoir pu s’enfuir.

Au centre de la grande citadelle en bois des Ratlings, aujourd’hui réduite à des copeaux fumants, se dressait une imposante statue d’un dieu inconnu. De cette statue, Abaddon arracha l’Œil de la Nuit, une pierre précieuse noire d’encre qui avait contemplé les petits Ratlings pendant des siècles. Avec cet objet puissant, le Maître de Guerre se mit une fois de plus en route dans le vide avec sa Black Legion à sa remorque, prêt à s’emparer enfin de la première des Forteresses Noires et à apporter la ruine et la mort aux mondes du Secteur Gothique.[65]

Forteresse du Désespoir[modifier]

La première forteresse contre laquelle Abaddon s’est déplacé a été désignée sous le nom de Forteresse Noire IV par l’Imperium, et elle gardait le système Rebo. Largement adaptée par l’Adeptus Mechanicus, la forteresse était un redoutable édifice du pouvoir impérial et n’était jamais tombée au combat. Avec une force écrasante, la flotte de la Black Legion attaqua le système Rebo, dispersant les défenseurs et laissant une traînée de carcasses en feu dans leur sillage. Alors que la flotte de la Légion se rapprochait de Forteresse Noire IV, elle subit une perte de puissance soudaine et massive, ses canons se taisant et ses baies de lancement refusant de s’ouvrir. Déjà, Abaddon prouvait sa maîtrise des forteresses et révélait les premiers indices du savoir secret qu’il possédait.

Incapables d’arrêter les navires du Chaos qui empiétaient sur la station, les forces impériales se préparaient à être abordées, créant des défenses hâtives au niveau des sas du vide et des portes de la coque de la station. Les défenseurs nerveux n’ont pas eu à attendre longtemps, car les premiers Space Marines de la Black Legion se sont frayés un chemin à bord à travers des averses de fumée et de débris, des Bolts déchiquetant les corps dans des jets de sang et de viscères. Retombant d’une position défensive à l’autre, les soldats impériaux ont mené une action d’arrière-garde désespérée. La Black Legion ne tarda pas à essaimer dans toute la station, et lorsque Abaddon entra dans sa chambre de contrôle, seul le commandant impérial restait en vie. En enjambant les corps des Gardes tombés, le Maître de Guerre empala l’officier sur la Serre d’Horus, exposant son cadavre à la Légion. La Forteresse Noire était à lui.

Le Tueur de Planètes[66]
MortDeSavaven.jpg
Abaddon n’avait pas perdu son temps dans l’Œil de la Terreur : ses millions d’esclaves aidés de sorciers et de leurs pouvoirs avaient assemblé un vaisseau gargantuesque qu’il avait surnommé le Tueur de Planètes.

Peu de vaisseaux peuvent égaler l’immense taille et la puissance de feu du Tueur de Planète d’Abaddon le Fléau. Aperçu pour la première fois pendant la Guerre Gothique, il est devenu le destin des mondes, son Canon d’Armageddon étant capable d’écumer toute une planète de vie en un seul tir mortel. Le Monde Cardinal de Savaven fut le premier à connaître sa colère quand un tir cataclysmique fit se fendre le noyau de la planète. Un champ d’astéroïdes impénétrable est aujourd’hui l’unique trace de son existence passée. Le moral des impériaux fut comme on se l’imagine gravement affecté par cet acte de destruction catastrophique.

Au début de la Treizième Croisade Noire, le vaisseau est réapparu, conduisant la vaste flotte de la Légion des Traîtres hors de l’Œil de la Terreur.

Réveillant l’ancienne forteresse, la flotte de la Black Legion se rendit ensuite sur une lune de test des armes de l’Adeptus Mechanicus dans le système Lukitar. Ce devait être la première fois que l’Imperium goûtait à la puissance de feu inimaginable de la forteresse. À une distance de plusieurs millions de kilomètres, que l’on croyait bien au-delà de la portée des armes, la Forteresse Noire a libéré un tir de pure énergie Warp qui a traversé la lune de Mechanicus. Les vaisseaux impériaux du système ne pouvaient que battre en retraite devant une telle arme destructrice. Dans le système de Brinaga voisin, Abaddon visa une seconde forteresse, appelée Forteresse Noire VI. Les vaisseaux qui avaient assisté au carnage de Lukitar n’arrivèrent que quelques heures avant la flotte de la Black Legion et ne purent faire grand-chose car, une fois de plus, Abaddon la priva de son pouvoir et l’aborda avec ses Légionnaires renégats.

Le coup suivant devait venir du système Fularis, où la Forteresse Noire I orbitait autour second monde tournant autour d’une étoile bleue scintillante. Même si les soldats impériaux étaient préparés pour l’assaut, la puissance combinée des deux Forteresses Noires était supérieure à ce qu’un navire pouvait supporter, et les vaisseaux se sont déchirés les uns après les autres sous l’effet de la puissance brute du Warp. Abaddon dirigea personnellement l’assaut sur la Forteresse Noire I, sa Black Legion le transformant rapidement en tombeau.

Possédant trois des six Forteresses Noires, Abaddon s’est ensuite rendu dans le système de Tarantis, une importante station de triage impériale à la limite du secteur de Tamahl. Écrasant toute résistance avec facilité, il a combiné les énergies des Forteresses Noires pour tirer un énorme rayon Warp au cœur de l’étoile de Tarentis. Aussi vite qu’elle était apparue, la flotte de la Black Legion a ensuite disparu dans le Warp. Les mondes impériaux condamnés ne pouvaient que regarder leur étoile bouillir et se tordre, enveloppée par de vastes arcs de feu noir. En quelques heures, l’étoile s’était gonflée au point de consumer les planètes les plus intérieures avant de s’effondrer sur elle-même et de devenir une supernova, balayant à jamais le système de Tarantis.

Le dernier chapitre de la Douzième Croisade Noire d’Abaddon devait se jouer dans le Système Schindlegeist, alors qu’il tentait de capturer la Forteresse Noire V. Pour une fois, le Maître de Guerre était sur en difficulté, et sa flotte amenée à se battre entre une vaste armada impériale et un agile ost de guerre Asuryani. La Forteresse V croisait dans les profondeurs du vide de l’espace. Les Asuryanis, qui avaient choisi de s’allier aux troupes impériales menées par le Seigneur Amiral Ravensburg, découvrirent à temps les intentions d’Abaddon et autorisèrent la Flotte Impériale à emprunter leurs Portails Warp pour tendre un piège au Fléau. Lorsque l’attaque contre la Forteresse V commença, les alliés joignirent leurs forces contre ses instigateurs, qui n’avaient plus comme perspective que de mourir au combat. Cette bataille qui dura trois jours fut l’un des pires carnages de cette guerre. Au plus fort des combats, Abaddon ordonna le tir combiné de ses trois Forteresses sur l’étoile pour faire subir au système le même sort qu’à celui de Tarantis, mais le Capitaine Abridal, commandant le Flame of Purity, vint placer son vaisseau dans le champ d’accumulation pour empêcher le tir. Le vaisseau fut pulvérisé sur le coup par l’énergie emmagasinée, cependant, ce sacrifice héroïque sauva l’étoile et tous les êtres aux alentours d’une disparition certaine. Abaddon se retrouva alors à court de temps. Il était clair pour lui que cet engagement ne favoriserait pas son armada, et en utilisant les navires des Légions alliées pour couvrir sa retraite, la Black Legion se replia vers l'Œil de la Terreur. Néanmoins, Abaddon était parvenu emporter deux des mortelles Forteresses Noires. Il laissa une Flotte Impériale vengeresse prendre en chasse la troisième. Les tirs des vaisseaux la martelèrent sans beaucoup d’effet jusqu’à ce que les croiseurs des Angels of Redemption et les embarcations d’assaut du Divine Right parviennent à s’en approcher pour pénétrer à bord. Ils trouvèrent l’intérieur absolument méconnaissable, principalement à cause de l’éclat sombre qui émanait des murs d’où toute modification apportée par l’Adeptus Mechanicus avait disparu. À peine eurent-ils posé pied à l’intérieur de la Forteresse que celle-ci se mit à se fissurer pour se rompre lentement en milliers de fragments. Et ce fut sur cette défaite d’Abaddon que s’acheva la Guerre Gothique.

Abaddon restait une menace constante pour l’Imperium. Les Hauts Seigneurs de Terra vivaient dans la crainte du jour où il unifierait les diverses formations de l’Œil de la Terreur, mais la nature même de ses habitants risquait d’empêcher longtemps leur alliance. Une multitude de chefs de guerre se disputaient ces régions anarchiques et il était à souhaiter que la plupart n’accepteront pas de s’unir sous la bannière d’un autre, à moins que la gloire promise par Abaddon ne prenne le dessus sur leurs propres ambitions. Néanmoins, beaucoup de ceux qui savaient les lire parlaient de présages néfastes qui annonçaient la venue d’un grand rassembleur. L’identité de cet être reste incertaine, mais connaissant la domination que savait exercer Abaddon, celui-ci demeurait l’hypothèse la plus probable. Les rapports sur des vaisseaux du Chaos éprouvant les défenses impériales continuaient d’affluer en se faisant plus fréquents.

La pire des Croisades Noires allait frapper ![67]

La Treizième Croisade Noire[modifier]

Sevastus Kranon et les Crimson Slaughter[68]

Alors qu’il préparait la Treizième Croisade Noire, Abaddon entendit un jour parler d’une terrible bande de guerre du Chaos qui s’était taillée une terrifiante réputation : les Crimson Slaughter, dirigé par leur charismatique chef, Sevatius Kranon. Au cours de son règne qui avait duré dix mille ans, Abaddon avait vu de nombreuses ascensions et autant de chutes et il fut agacé de voir que ces nouveaux arrivants n’avaient pas pas envoyé de tribut ou fléchi le genou devant lui. Il voulut néanmoins savoir qui était ce Kranon, si il était un futur rival ou un allié potentiel.

Le Fléau envoya des émissaires de la Black Legion dans la base des Crimson Slaughter, le Space Hulk Lost Hope, exigeant que Kranon rejoignent la Croisade Noire du Fléau. À bord du Tueur de Planète, Abaddon rencontra Kranon qui lui déclara son allégeance et lui jura de se joindre à la Croisade Noire, qu’à la condition de tuer un Démon répondant au nom Tzax’lan-tar. Bien que ceux qui avaient fait des exigences auprès de lui se faisaient massacrer par sa fureur, Abaddon ayant peu de patience pour les egos insensés des commandants inférieurs, il y avait quelque chose dans la fière allure de Kranon qu’Abaddon admira. Il a ri et a accueilli les Crimson Slaughter dans la Croisade Noire, leur attribuant une place d’honneur parmi les attaquants, les choisissant pour mener de sanglants raids éclair lors de la Treizième Croisade Noire.

Dans la plus grande des tristement célèbres Croisades Noires, la Black Legion descendit sur l’Imperium à l’avant-garde d’une vaste armée de Légions Renégates et de Démons, qui réclamaient le sang de l’Humanité. Abaddon le Fléau les conduisit depuis l’Œil de la Terreur, le temps de sa vengeance sanglante contre l’Empereur enfin à portée de main. Au lendemain de la Guerre Gothique, la Black Legion lança des raids presque continus contre l’Imperium. Les systèmes et les secteurs autour de l’Œil de la Terreur furent plongés dans une guerre et des combats quasi permanents, engloutissant d’innombrables mondes et attirant des renforts de toute la galaxie.

Abaddon voulait que l’Imperium reste bien réparti sur le Segmentum Obscurus et qu’il saigne à blanc au cours du processus. Tant que ses ennemis resteraient sur la défensive, essayant de fortifier leurs mondes et de repousser ses nombreuses attaques, la Black Legion aurait le temps de rassembler ses forces. Abaddon avait besoin de ce temps pour rallier les Légions Renégates. Le Fléau espérait réveiller les anciennes haines et les souvenirs de l’Hérésie au sein des Légions avant de les déchaîner sur l’Humanité.

Des millénaires d’accords blasphématoires et de terribles pactes se sont finalement concrétisés pour le Maître de Guerre alors que les Dieux du Chaos lui accordaient leurs sombres bénédictions. La Black Legion s’était développée grâce à la force de ses serments à Abaddon, d’innombrables Traîtres unis dans la haine de l’Imperium et alimentés par leur soif de sang inextinguible. Accordé avec la marque de l’Ascension du Chaos, Abaddon était le seul à dominer les hordes qui se rassemblaient, sa volonté maintenant les Légions en ligne et entretenant l’alliance turbulente entre les hommes, les Démons et les dieux. Abaddon a utilisé les derniers siècles du 41e Millénaire pour poursuivre sa quête d’artefacts. En suivant les chuchotements du Warp et les augures de ses cabales de Sorciers, il a découvert le lieu de repos de nombreuses armes puissantes et oubliées. L’une de ces reliques corrompues, le Crâne de Ker’ngar, était enterrée sous les clairières de cristal du Monde Vierge, Ildanira. Elle y avait été cachée il y a des lustres par une race extraterrestre depuis longtemps disparue, et les Aeldaris avaient transformé le monde stérile, ignorant l’existence du crâne. Avec un petit groupe de Black Légionnaires, le Maître de Guerre débarqua sur la planète et asservit la population locale avec une cruelle efficacité. Supervisant des bandes d’esclaves pâles et en haillons, la Black Legion commença à creuser pour trouver l’objet.

Prévenu de l’arrivée du Maître de Guerre, un groupe de Rangers d’Alaitoc a mené une guérilla contre la Black Legion. Les paisibles forêts de cristal d’Ildanira ont résonné au son des coups de feu alors que les deux forces s’engageaient dans des escarmouches prolongées. La Black Legion a tenté plusieurs fois d’engager les Asuryanis au corps à corps, bien que les Xenos soient restés insaisissables. Finalement, les Space Marines du Chaos mirent le feu aux forêts d’Ildanira, le feu des lances du Vengeful Spirit transformant de grands pans des anciens arbres de cristal en une mer de verre fondu en mouvement. La victoire d’Abaddon sur les Rangers fut cependant de courte durée, car avant qu’il ne puisse porter le coup de grâce, une flotte de vaisseaux de guerre d’Alaitoc apparut en orbite. Avec ses forces limitées et mal préparées pour faire face à un tel assaut direct, Abaddon poussa ses serviteurs à l’épuisement et à la mort, récupérant le crâne juste assez longtemps pour quitter la planète avant sa dévastation.[69]

Les Portes de Pandorax[modifier]

Le Maître du Maelström[70]

L’Œil de la Terreur n’est pas la seule blessure de la galaxie à devenir le repaire des Légions Renégates. Les pirates du Maelström flétrissent le vide à des années-lumière de tous côtés, les pires étant les Red Corsairs dirigés par Huron Sombrecœur. Durant la Treizième Croisade Noire, Huron lança son propre assaut simultané sur l’Imperium.

Abaddon s’est allié à Huron durant l’Incursion de Pandorax et offrit au Seigneur du Chaos une des deux Forteresses Noires en sa possession, pour le récompenser de sa rébellion contre l’Imperium. Par ce présent aussi royal, le Maître de Guerre s’assura la loyauté des Red Corsairs et leur participation à sa grande entreprise galactique, tout en démontrant son incroyable puissance. Après tout, un Seigneur de Guerre qui pouvait se permettre de céder une arme aussi grandiose devait avoir une confiance illimitée en son propre pouvoir.

Dans le secteur de Demeter, Abaddon a mené une alliance de Légions Renégates dans l’invasion du monde impérial de Pythos, l’emplacement d’une ancienne porte cachée du Warp. Autre pièce de sa sombre conception, le Maître de Guerre s’est abattu sur le monde avec une force de Machines-Démons et de machines de guerre infernales. En l’espace de quelques jours sanglants, les principales Ruches ont été envahies et les forces de défense locales écrasées sous la puissance des Légions Renégates. Seul un petit contingent de Gardes Catachans a réussi à échapper à la destruction, en marchant à travers la jungle inhospitalière du monde jusqu’à la sécurité relative de la chaîne de montagnes la plus proche.

Abaddon a commencé les rituels complexes qui allaient ouvrir la Cache de la Damnation, un portail entre la réalité et le Warp, brisant les sceaux qui étaient restés intacts depuis l’époque de l’Hérésie d’Horus. Répondant aux appels passionnés de Pythos, le Chapitre des Dark Angels, dirigé par Azrael lui-même, est venu en aide aux défenseurs. Les Chevaliers Gris furent envoyés en renfort aux Space Marines pour faire face à l’escalade de l’incursion démoniaque et au terrible danger que représentait la Cache de la Damnation. Les deux forces impériales ont brisé le blocus de la Légion Renégate autour de Pythos dans une bataille spatiale épique qui a opposé les meilleurs vaisseaux de l’Imperium, soutenus par le Roc, la Forteresse-Monastère des Dark Angels, aux anciens vaisseaux des Légions Renégates. Après que la flotte du Chaos ait finalement été repoussée dans le vide, les Space Marines ont pu envoyer leurs troupes à la surface, apportant la guerre à ses ruines et à ses jungles hostiles. Ne laissant pas cette distraction l’éloigner du réveil de la Cache de la Damnation, Abaddon envoya une alliance de Légions pour tenir les Loyalistes à distance. Avant que les Dark Angels ou les Chevaliers Gris ne puissent l’arrêter, le Maître de Guerre a finalement ouvert le portail Warp, les Démons se répandant à travers Pythos. Le conflit qui s’ensuivit dévasta le monde alors que la réalité se pliait et se déformait sous la puissance brute du Warp. Les énergies libérées ont créé des phénomènes psychiques effrénés, et les Space Marines ont combattu sous des cieux bouillants de sang et dans des nuages roulants d’esprits éveillés. Partout dans le secteur, des Psykers latents ont été éveillés à une conscience pleine et terrible, et des rébellions ont surgi comme des furoncles cancéreux sur des dizaines de mondes impériaux.

Après une lutte longue et acharnée, une escouade de Chevaliers Gris a réussi à atteindre la Cache de la Damnation et à fermer le portail Warp. Privées de leurs alliés démoniaques, les Légions Renégates ont été forcées à se mettre sur la défensive et à battre en retraite. Les forces d’Abaddon quittèrent Pythos, échappant à la vengeance de l’Imperium, mais le monde avait été irrévocablement souillé par le toucher du Warp, ses cités autrefois fières et ses vastes étendues sauvages corrompues en un paysage cauchemardesque. Mais avant que le portail ne soit fermé, Abaddon avait emmené avec lui un Psyker, dont la rumeur disait qu’il était d’une force prodigieuse et porteur d’un don unique qui aiderait le Maître de Guerre dans sa prochaine Croisade Noire.[71]

L'Armée des Dieux Sombres[modifier]

Dix mille ans de guerre à la tête de la Black Legion.
La Black Legion était à son zénith, dix mille ans de guerre et d’effusion de sang ayant tempéré sa longue et cruelle montée en puissance. Là où les Sons of Horus étaient soumis à la volonté de l’Empereur et de leur Primarque, la Black Legion ne répondait qu’à Abaddon et à sa soif de vengeance. Il a fallu des siècles de menaces, de mensonges, de marchandages et de dettes, mais finalement, Abaddon avait réussi à unir les Légions Renégates dissidentes et fracturées, les rassemblant autour de sa Black Legion pour créer une force capable de rivaliser avec n’importe quelle autre dans la galaxie. Même les Primarques Démons, longtemps perdus dans leurs sombres rêves et dans la guerre sans fin entre les dieux, se sont mobilisés pour prêter leur force immortelle à la cause du Maître de Guerre. Au cours de ses siècles d’exil, Abaddon avait rendu visite à chacun des six Primarques Démons à tour de rôle, cherchant leur aide dans sa quête pour détruire l’Imperium de l’Humanité.

D’Angron, le Primarque des World Eaters, il a gagné la faveur de Khorne. Dans les profondeurs ensanglantées du Tourbillon Sanglant, le Fléau combattit les champions démoniaques du Primarque, renvoyant chacun d’eux dans le Warp dans un spectacle terrifiant de sang et de mort.

De Mortarion, le Primarque de la Death Guard, il a gagné l’étreinte putrescente de Nurgle en échange de la Main des Ténèbres. Le Prince Démon en décomposition promit d’utiliser l’ancien artefact pour fabriquer un fléau qui ferait revivre les morts en décomposition, à condition que le Maître de Guerre le voie se répandre parmi les étoiles.

Bien que Magnus le Rouge, Primarque des Thousand Sons, ait refusé les demandes d’audience d’Abaddon, le Fléau a tout de même obtenu la bénédiction de Tzeentch en échange de l’Œil de la Nuit, le vestige aveugle du Dieu de la Pierre. Il se tourna à la place vers Ahriman, le plus grand des sorciers de la Légion, qui seul pouvait voir l’étendue du plan d’Abaddon et promit ses Rubricae en alliance.

De Fulgrim, Primarque des Emperor’s Children, le Fléau a reçu la faveur de Slaanesh en échange du Psyker de Pythos, offert comme réceptacle pur pour contenir l’avatar du dieu de Fulgrim. Les anciennes haines furent mises de côté lorsque les Emperor’s Children s’alignèrent avec la Black Legion.

De Lorgar, Primarque des Word Bearers, le Maître de Guerre a appris les rares secrets de l’invocation des Démons et de la levée de vastes osts Warp d’au-delà de l’Œil. L’occasion leur étant offerte de renverser et de détruire l’Église de l’Empereur-Dieu, les Word Bearers fermèrent les yeux sur leur querelle avec les Emperor’s Children et concentrèrent leur haine sur l’Imperium de l’Humanité et son dieu-cadavre.

De Perturabo, le Primarque des Iron Warriors, le Fléau a reçu de vastes machines de guerre démoniaques façonnés au plus profond de l’Œil de la Terreur, chacun d’eux étant destiné à affronter des armées d’ennemis moins importants. Désireux de tester leur force et leur ingéniosité face aux imposantes forteresses et aux formidables défenses de Cadia, les Iron Warriors eux-mêmes se joignirent également à l’effort de guerre d’Abaddon.

Bien que leurs Primarques ne soient plus, Abaddon a rassemblé les bandes de guerriers des Night Lords et de l’Alpha Legion, leur promettant une place d’égal à égal parmi les Traîtres. Beaucoup au sein des deux Légions ont peint leur armure en noir et ont rejoint le Fléau. Le plus puissant d’entre eux était Dhar’leth, un Prince Démon qui avait autrefois combattu aux côtés de Konrad Curze, le Primarque des Night Lords. Connu comme la Malédiction d’Antecanis et le Maître de la Guerre des Ombres, Dhar’leth avait reconnu la grandeur d’Abaddon pendant la Grande Croisade et a accepté son leadership sans dissidence.

D’autres Princes Démons se sont rangés du côté d’Abaddon, comme Doombreed, le Seigneur des Crânes, drapé d’un manteau fait de mille crânes de Space Marine, et Glutgora Runnelsore, renaissant dans une gloire putrescente sur un lit de Nurglings. Même Be'lakor, le Maître des Ténèbres, Celui qui Annonce les Conquérants, a été vu parmi les guerriers d’Abaddon.

Dans l’ombre des Légions et de leurs alliés démoniaques, des hordes d’égarés et de damnés ont essaimé. Mutants, parias et renégats de tous bords marchaient à la guerre, aveuglés par la terrible majesté et la gloire des Dieux Sombres - beaucoup voyaient même Abaddon comme un messie. Le culte de l’Oculus Noir a brûlé l’image d’un troisième œil dans leur crâne afin qu’ils puissent voir dans le Warp, tandis que les misérables cultistes de la Serre Corrompue ont coupé leur main droite et l’ont remplacée par des griffes en métal brut, imitant le Fléau.

De vastes armées de mutants sont sorties de l’Œil, leurs barges rouillées et leurs anciens vaisseaux-systèmes remorqués derrière la flotte. Dans les cales puantes, des troupeaux bestiaux et des masses pâles aux couleurs de la guerre se déchiraient les uns les autres dans des gerbes de sang et d’ichor infect. Des torsades gigantesques maintenaient les petits mutants en ligne, leurs poings charnus et soudés et leurs tentacules écrasant tous ceux qui ne s’inclinaient pas devant la Légion. C’est dans les rangs de ces puissants et vils traîtres Space Marines que le Maître de Guerre choisissait ses généraux. Devram Korda, tristement célèbre pour avoir distillé l’essence de vie de la Ruche Sarora en un puissant courant Warp pour s’octroyer l’immortalité. Ygethmor, Seigneur Sorcier, le voyant maudit de la Cabale Cyclopia, qui aurait trouvé le moyen d’arracher des secrets aux âmes des Aeldaris emprisonnés. Skyrak Slaughterborn, seigneur de guerre des Bringers of Decay, chef d’une horde de guerriers fous et infectés par la peste qui portent des armes dégoulinantes de poisons virulents et des armures incrustées de saleté. Urkanthos, le commandant de la Flotte Noire, un maître du conflit naval et un capitaine hors pair.[72]

L'Œil s'Ouvre[modifier]

Cypher[73]

Alors qu’il entamait sa Treizième Croisade Noir avec pour objectif de détruire Cadia, le Fléau regardait le Monde-Forteresse en holoprojecteur sur le pont du Tueur de Planètes, éprouvant de la colère devant ce monde qui avait résisté à tout ce qu’on lui avait envoyé depuis l’Œil de la Terreur. Puis il regarda la lumière d’un suspenseur, une poignée de pierres de divinations qui lui montrait des scènes de carnage et de souffrance, percevant les sons et les odeurs d’une galaxie en flammes, ce qui l’apaisa. Mais l’un de ses esclaves choisit ce moment pour ramper vers lui, et lui annoncer qu’un invité était arrivé.   Abaddon se retourna et vit une silhouette portant robe et capuche, émergeant de la pénombre du pont avec une paire de pistolets finement ouvragés sous sa toge pâle. L’un des Terminators d’Abaddon s’approcha menaçant vers lui, mais l’étranger bougea si vite que même Abaddon eut du mal à suivre ses gestes. La silhouette dégaina et fit feu de l’un de ses pistolets, frappant le Terminator, qui tomba à genoux avant de s’effondrer sur le pont, une fumée âcre sortant de son pectoral là où le tir avait foré un trou béant.

Le Maître de la Black Legion empêcha les autres guerriers de tirer lorsque la silhouette fit tourner les pistolets dans ses mains avant de les rengainer d’un geste souple. Abaddon lui demanda si il s’était assuré du soulèvement des mondes du secteur agrapinnien, ce que l’étranger lui confirma, ayant en plus de ça tourmenté les Dark Angels sur Piscina IV. Abaddon lui demanda quel était son prix, l’étranger lui demandant seulement avoir le privilège de s’occuper personnellement des Dark Angels quand ils viendront se venger de lui. Mais Abaddon lui appris alors que ses espions lui avaient rapporté que les manœuvres de l’étranger avait permis de renforcer la foi des masses assiégées en l’Empereur du secteur Cadien. L’étranger lui répondit que Cadia était prête était sur le point de tomber et que c’était tout ce qui comptait.

Puis Cypher disparu, Abaddon promettant que les Démons du Chaos auront un jour son âme…

Le début de la Treizième Croisade Noire a été annoncé dans l’Imperium par d’étranges présages et des auspices inquiétants. Une grande inquiétude s’installa sur les mondes autour de l’Œil de la Terreur, comme si l’ombre d’un grand orage approchait depuis l’horizon galactique. Les Psykers et les Astropathes du Segmentum Obscurus ont été assaillis de visions et de crises, tandis que des tempêtes Warp se sont propagés à partir de l’Œil de la Terreur, comme des ondulations créées par le passage d’un prédateur des profondeurs.

Les secteurs Belis Corona, Agripinaa et Helican ont tous fait état de lumières malveillantes dans le ciel nocturne et d’une augmentation spectaculaire des raids sur les mondes et les routes spatiales éloignés. Sur de nombreuses planètes, des cultes proscrits ont surgi des ténèbres pour semer le désordre et le chaos, tandis que les citoyens se réfugiaient dans le vide pour être sauvés du malheur à venir. Par l’intermédiaire de son héraut, Typhus, Nurgle a infecté les secteurs et les systèmes autour de l’Œil avec une terrible peste zombie. Cette ignoble contagion s’est transformée en chair en décomposition, animant les morts et les retournant contre les vivants. Monde après monde, l’ombre de l’invasion du Fléau se fit sentir, et le retour de sa Black Legion fut annoncé.

Sur Cadia, l’Imperium a renforcé ses fortifications et s’est retranché pour attendre l’inévitable assaut. Les Chapitres Space Marines et les régiments de la Garde Impériale d’autres secteurs s’élancèrent pour atteindre la Porte Cadienne avant que la flotte des Traîtres n’attaque. Toute une armée de Gardes transformés en traîtres, les Cataphractaires de Volscani ouvrirent le feu sur leurs frères Cadiens dans la Bataille des Champs de Tyrok. De l’autre côté du Segmentum, l’Administratum svest efforcé de répondre aux attaques, le mouvement régulier des Auto-Plumes effaçant la progression du désastre alors qu’il se propageait à partir de l’Œil de la Terreur.

La flotte d’Abaddon est apparue dans l’espace réelle avec des centaines de navires de classe capitales, de croiseurs et de petits vaisseaux, dont beaucoup étaient des reliques de l’Hérésie. À la tête de la flotte se trouvait le Tueur de Planètes restauré, le vaisseau amiral d’Abaddon et la fin des mondes. Au centre de la flotte se trouvaient les deux Forteresses Noires capturées pendant la Guerre Gothique, déformées par des siècles dans l’Œil de la Terreur. Passant devant les flottes de combat impériales, la flotte se dispersa autour de la Porte Cadienne pour semer la terreur sur une centaine de mondes. En réponse à l’arrivée de la Croisade Noire, les renégats, les traîtres et les hérétiques se sont levés sur des dizaines de mondes et dans des dizaines de systèmes, en se débarrassant de la prétendue servilité. Des cultes maudits, des démagogues corrompus et des psychopathes charismatiques prêchèrent tous la venue du Fléau et la fin de l’Imperium. Au milieu de ce chaos, Abaddon lui-même a visé en plein cœur de la Porte, Cadia même.[74]

Le Chemin Sanglant[modifier]

Alors que la Flotte Impériale essayait vaillamment d’endiguer la marée de Traîtres qui se déversait de l’Œil de la Terreur, la flotte d’Abaddon ne montra aucun signe de ralentissement ou d’épuisement, laissant dans son sillage des coques enflammées dérivant dans le vide. Avec l’inévitabilité et la finalité de la mort, la Black Legion est apparue au bord du système Cadia. Se séparant en groupes de combat individuels, chacun dirigé par un des généraux du Maître de Guerre, la flotte du Chaos commença son assaut. De St. Josmane’s Hope à Korolis, le ciel s’assombrit alors que des vaisseaux de transport gonflés dégorgent leurs rangs de Légionnaires renégats, les Space Marines du Chaos prirent assaut les défenseurs de chaque monde. Les défenses orbitales tentaient de repousser les assaillants, remplissant l’air de faisceaux d’énergie brûlants, de balles explosives et de missiles. La flotte du Chaos a répondu par une pluie de tirs de macrocanons et de lances, anéantissant les batteries et leurs équipages. En l’espace de quelques heures désespérées, les mondes extérieurs du système cadien s’étaient effondrés.

La Campagne de Diamor[75]

En parallèle à la Treizième Croisade Noire, Abaddon envoya le Word Bearer Xorphas contourner la Porte Cadienne et conduire une invasion du système Diamor, l’aidant en lui offrant une force composée de la Black Legion, du Chapitre renégat des Crimson Slaughter mené par Sevatius Kranon et d’une bande de World Eaters dirigée par Khârn le Félon, à la recherche une terrible source de puissance capable de causer le perte de l’Imperium et d’amplifier la blessure Warp que le Fléau comptait créer en détruisant Cadia. Xorphas avait pour mission de briser une cage enfermant une puissance démoniaque sur le monde d’Amethal grâce à un artefact, la Pierre du Banshhe, le réceptacle d’un rituel visant à casser les barreaux de la cage du Démon qui y reposait. Mais l’intervention des Blood Angels, de l’Adeptus Mechanicus et des Chevaliers Impériaux repoussa les Traîtres, bien que Xorphas ait réussit à accomplir un terrible rituel qui causa des dégâts contre la cage du Démon, avant de se replier en emmenant Khârn totalement déchaîné, Abaddon refusant que le terrifiant World Eater meurt inutilement. Tôt ou tard, elle allait céder et aider à la propagation de la Grande Faille.

Puis, les Légions Renégates ont écumé le Solar Mariatus et créé une base avancée à partir de laquelle ils menèrent la guerre au reste du système. Sur Cadia, la Black Legion a débarqué en force, des rangs de guerriers en armure noire marchant en avant à l’ombre de Ferrocentaurus imposants et de Heldrakes hurlants. L’intérêt du Maître de Guerre pour Cadia allait bien au-delà de la simple destruction de ses défenses : depuis avant lvépoque de la colonisation impériale, le monde était parsemé d’anciens pylônes extraterrestres en pierre stygienne. On dit que c’est grâce à eux que la Porte Cadienne contrôlait les énergies néfastes de l’Œil de la Terreur et qu’Abaddon était prêt à les détruire une fois pour toutes.

Beaucoup de ses seigneurs de guerre ont mis en doute le plan du Fléau d’attaquer le système cadien - la partie la mieux défendue de l’Imperium après Terra elle-même. Cela semblait une folie de déployer la puissance des Légions Renégates contre ses fortifications et ses défenseurs alors qu’il aurait été possible de le contourner et de se diriger directement vers le Segmentum Solar, et la lointaine Terra. Cependant, même après des siècles de guerre, Abaddon savait que si les Légions Renégates frappaient Terra avec leur seule puissance martiale, elles échoueraient, tout comme Horus avait échoué dix millénaires auparavant. Si le Maître de Guerre devait triompher, et jeter le cadavre de l’Empereur de Son Trône d’Or, il devrait libérer les énergies du Warp dans la réalité.

Pour chaque humain que les Légions Renégates découpaient avec leurs lames tronçonneuses, déchiraient morceaux de viande sanglante avec leurs Bolts de Bolter ou écrasant sous leurs serres et les marches de leurs machines de guerre, une autre âme était envoyée hurler dans le Warp. Les combats autour de l’Œil de la Terreur, et en particulier sur Cadia elle-même, virent des milliers et des milliers de guerriers des deux armées mourir chaque heure, leur mort alimentant le Warp et affaiblissant les murs de la réalité. Grâce à cette membrane défaillante, les Démons furent capables de s’échapper en nombre toujours plus important. À chaque bataille et à chaque mort, la puissance de l’Œil de la Terreur s’étendait un peu plus loin dans l’espace réel.

Be’lakor[76]

Be’lakor fut le premier mortel à accéder au statut de Prince Démon et un être d’une grande jalousie envers ceux qui sont favorisés par les Dieux du Chaos. Ce Prince Démon a passé des siècles à surveiller Abaddon et à influencer les événements qui se déroulent autour de lui, sachant à un certain niveau que leurs destins étaient liés. Au cours de chacune des Croisades Noires d’Abaddon, Be’lakor s’est caché en arrière-plan comme durant la Troisième Croisade Noire, où il a manipulé le Prince Démon Tallomin pour qu’il aide le Fléau et qu’il prenne finalement Cadia d’assaut. Be’lakor fut celui ayant parlé à Abaddon de la trahison de Drecarth l’Aveugle, ce qui a conduit à la destruction des Sons of the Eye pendant la Sixième Croisade Noire. Dans ces deux cas, les actions de Be’lakor semblent avoir contribué à l’ascension d’Abaddon au pouvoir, mais en réalité, Be’lakor a des motifs plus sombres. Tallomin a ainsi perdu de nombreuses bandes de guerre de la Black Legion, au grand dam d’Abaddon, tandis que Drecarth l’Aveugle aurait pu, à terme, se révéler un puissant allié pour le Fléau, si Be’lakor n’avait pas attisé les braises de la vengeance qui brûlaient dans le cœur d’Abaddon. Cependant, ses complots et ses plans ont finalement contribué à l’ascension d’Abaddon vers le pouvoir et Be’lakor s’est tenu dans l’ombre d’Abaddon qui entamait sa Treizième Croisade Noire contre l’Imperium. Guidé par sa haine et sa jalousie, le Prince Démon s’est rapproché du Maître de Guerre, gagnant ainsi une place dans son cercle restreint et en lui faisant croire qu’il était le héraut des Puissances de la Ruine alors qu’en réalité, il complote certainement contre lui d’une manière ou d’une autre, cherchant à saper la victoire du Fléau dans l’espoir de s’approprier un jour sa puissance et sa gloire de la conquête.

La sombre ambition d’Abaddon était de voir l’Œil de la Terreur si gonflé et si boursouflé que la substance même du Chaos se répandrait dans la galaxie. Puis, sur un chemin cramoisi de guerre et de meurtre, il conduira les Légions Renégates, leurs Primarques Démons et les hordes sans fin de Démons jusqu’aux portes mêmes du Palais de l’Empereur.[77]

La Chute de Cadia[modifier]

Après avoir provoqué des ravages dans toute la Porte Cadienne, Abaddon fonça droit vers Cadia à la tête de la Flotte Noire et la Forteresse Noire baptisée Will of Eternity. Arrivé en orbite, il débuta sa dernière attaque contre
CREEDDD !!!!
Cadia et notamment le dernier bastion majeur de la planète, Kasr Kraf, point d’orgue de la Treizième Croisade Noire. Face à lui se dressa les défenseurs impériaux composés des Troupes d’Assaut Cadiennes, y compris le 8e Cadien, les Space Wolves sous le commandement du Seigneur Loup Sven Hurle-au-Sang, la 4e Compagnie des Dark Angels sous les ordres de Korahael, les Black Templars de la Croisade Cruxis dirigé par le Sénéchal Marius Amalrich, les Sœurs de Bataille de l’Ordre de Notre Dame des Martyrs sous le commandement des Chanoinesses Genevieve et Eleanor et les Chevaliers Impériaux de la Maison Raven de la Baronne Vardus. Toutes ces forces étaient soudés par le charismatique Seigneur Castellan de Cadia, Ursarkar E. Creed

La Forteresse Noire Will of Eternity avait la capacité de détruire des planètes, et les boucliers défensifs impériaux sur Cadia semblaient voués à l’échec, forçant les Space Wolves à mener une attaque suicide dans l’espace pour détruire la Forteresse Noire tandis que le Mechanicus sur Cadia tentait frénétiquement de réparer les boucliers planétaires. Mais grâce à la discrète d’un mystérieux Nécron, les boucliers furent restaurés et le Will of Eternity fut tenu en échec. Le Fléau se retrouva obligé à ordonner une invasion planétaire sous le commandement d’un de ses Élus, le Prince Démon de Khorne Urkanthos, le commandant de la Flotte Noire, et le Grand Veneur des Chiens d’Abaddon, afin de détruire le générateur des boucliers. Cadia reçut également des renforts sous la forme de Phalanx, l’immense forteresse spatiale des Imperial Fists sous le commandement du Capitaine Tor Garadon.

Après des combats épouvantables, Urkanthos tua les Chanoinesses Eleanor et Geneviève, et captura le dernier complexe de générateur de boucliers de Cadia. Cependant, la situation se retourna de nouveau contre Abaddon lorsque le Nécron utilisa sa technologie pour retourner les chars du Chaos contre les armées du Maître de Guerre et surtout lorsque Sainte Célestine arriva tel un ange vengeur de l’Empereur, à la tête d’un vaste ost de Sœurs de Bataille. Creed pu mener une contre-attaque réussie tandis que Célestine ressuscita Geneviève et Eleanor qui éliminèrent ensemble Urkanthos. Le Phalanx parvint à mettre hors d’état de nuire la Forteresse Noire, aidé par les Space Wolves de Hurle-au-Sang qui se sacrifièrent pour désactiver les boucliers du Will of Eternity. La Flotte Noire dut se replier mais Abaddon était conscient que sa défaite sur Cadia signerait la fin de toute prochaine tentative de mettre à bas l’Imperium.

À bord du Vengeful Spirit, il vit sa Forteresse Noire devenu une coquille vide inutile, et il s’assura que le Capitaine du Will of Eternity, Prozus Ghael, ayant survécu au désastre à la destruction de la Forteresse, soit placé dans les catacombes du Vengeful Spirit afin d’y être torturé pour les prochains siècles sous les mains des plus habiles tortionnaires. Il fit face à ses quatre Élus, Zaraphiston, Zagthean, Skyrak et Korda, qui craignaient son courroux suite à l’échec d’Urkanthos. Abaddon se doutait que le Sorcier Zaraphiston avait probablement lu les présages, et qu’il avait sans doute une idée de ce que le futur réservait, avant de rejeter la proposition de Zagthean qui s’était proposé de mener le prochain assaut. Abaddon avait fait son choix : il allait mener l’assaut lui-même. Soit il triomphait, soit il échouait et si cela advenait, tout ne sera plus que poussière, et ses lieutenants pourront se battre comme des chiens pour son trône.

Abaddon mena le nouvel assaut chaotique personnellement, à la tête de ses Porteurs du Désespoir. Les forces du Chaos firent face à une forte résistance face à Célestine et les Sœurs de Bataille. Il se téléporta directement dans la tour de commandement de Creed avec l’objectif d’éliminer le Castellan. Des dizaines de défenseurs moururent en un clin d’œil mai Creed parvint à s’échapper à bord d’une Valkyrie grâce au sacrifice de son ami, le Sergent Jarran Kell. Abaddon referma son gantelet sur la gorge de Kell et se moqua de son sacrifice. Il eut pour toute réponse un crachat au visage, Kell lui soutenant que Cadia vaincra. Le Fléau lui brisa la nuque pour toute réponse…

Abaddon s’introduit dans les tunnels sous la surface de Cadia afin d’accéder aux lieux où se trouvait l’objectif de sa guerre : les Pylônes Xenos qui empêchaient depuis des millénaires l’Œil de la Terreur de se propager dans le monde matériel. Il se retrouva face à des troupes impériales apparues grâce à un Dédale Tesseract lancé par le Nécron, faisant sortir de sa "collection privée" divers régiments de la Garde Impériale, des Space Marines et une Inquisitrice avec un mauvais caractère, Katarinya Greyfax, gardée en stase depuis longtemps. Mais le Fléau eut le soutien d’une horde de Démons lorsqu’il ordonna à ses sorciers de faire une brèche dans l’Immaterium, et il avança petit à petit, bien que ralentit par les derniers Space Wolves présents et transformés en Wulfens, par Credd à la tête de son légendaire 8e Cadien et la Légion des Damnés qui s’était matérialisée pour l’attaquer. Là, il vit au loin un Archmagos du nom de Belisarius Cawl en train d’étudier les Pylônes, et compris que ce Martien avait deviné son plan étalé depuis des millénaires. Grâce à l’aide du Nécron, Cawl avait activé les Pylônes qui commencèrent à siphonner le Warp, rejetant les Démons et la Légion des Damnés dans le néant, et commençant même à refermer l’Œil de la Terreur ! Après avoir tué un Ultramarine apparu de la collection du Nécron, le Fléau vit Creed et s’avança vers cet homme qui était parvenu à galvaniser Cadia trop longtemps contre lui. Mais Sainte Célestine apparue et se jeta sur lui sans un mot, les deux légendes s’affrontant au corps à corps sans pitié. Mais Abaddon surclassa Célestine, qui tomba à genoux devant lui après s’être défendu avec l’énergie du désespoir. Il blessa la Sainte Vivante une première fois avec Drach’nyen et lorsqu’il leva une seconde fois l’Épée-Démon, la Saint Vivante se remit debout en chancelant, prophétisant que l’Humanité triompherait des Dieux Sombres. Le Fléau répondit que la liberté n’existait pas avant de s’apprêter à achever Célestine. Mais il subit soudainement l’assaut psychique de l’Inquisitrice Katarinya Greyfax, une Psyker, provoquant une souffrance brûlante qui rongea ses synapses, sa Lame-Démon, destinée à transpercer le cœur de Célestine se figeant sur sa trajectoire. Le Fléau contra le feu psychique par sa volonté indomptable et avança, se retrouvant face aux derniers Cadiens du 8e, déterminés à préserver la Sainte Vivante. Abaddon les trucida tout en avançant vers Célestine. Creed lui-même conduisit une nouvelle charge contre lui et le Fléau en profita pour massacrer ses derniers hommes et de saisir de sa griffe le Seigneur Castellan par le cou. Abaddon expliqua à Creed qu'il avait scellé le sort du Monde-Forteresse avant même d’atterrir, étant venu à la surface juste par fierté. Il s’apprêtait à briser le cou de Creed lorsqu’il fut terriblement blessé par Célestine qui enfonça son épée bénite dans son échine, lui faisant lâcher le Seigneur Castellan avant de donner l’ordre de repli.

Le Fléau se téléporta avec le reste de son armée sur le Vengeful Spirit, déçu de ne pas avoir réussi à briser l’esprit de Cadia, et à jeter les âmes vaincues des garnisons dans le Warp, même si il savait qu’il avait gagné la bataille. Dans le strategium du Vengeful Spirit, ensanglanté et consumé de fureur à cause de son échec, il fit sonner le glas pour Cadia. Il ordonna à ses Techmanciens d’activer les propulseurs à plasma des gros fragments de l’épave du Will of Eternity, qui avec une vélocité croissante, quitta l’orbite, et fonça sur Cadia avant de percuter le Monde-Forteresse . Le choc pulvérisa Cadia et mit à bas le réseau de Pylônes. L’Œil de le Terreur commença immédiatement à se propager. Lâchant un éclat de rire sinistre, le Maître de Guerre transvasa une lampée de vin de brulk dans un calice façonné à partir du crâne d’un des clones d’Horus de Fabius Bile, et porta un toast à la mort d’un vieil ennemi avec la relique d’un autre.

Mais malgré son éclatante victoire, alors qu’il regardait l’orbe rouge de Cadia se consumer, Abaddon écouta Zaraphiston lui demander pourquoi ne pas poursuivre les quelques vaisseaux Loyalistes en train de s’enfuir, vaisseaux accueillant notamment Belisarius Cawl, Greyfax et Célestine. Le Fléau n’en voyait pas l’intérêt, jusqu’à ce que Zaraphiston lui annonce avoir eu une vision, celle d’un de ces navires, l’Arche Mechanicus de Cawl, l’Iron Revenant, transportant une cargaison précieuse dans un champ de stase, une relique qui allait ressusciter un illustre champion de l’Humanité et permettre à l’Imperium de faire face à l’assaut d’Abaddon : Roboute Guilliman, en stase sur Macragge.

Pris d’un accès de rage, Abaddon frappa la table et la brisa en deux. Puis avec le Vengeful Spirit, il prit en chasse la flotte des survivants afin de détruire la cargaison de Cawl, une armure capable de guérir le Primarque des Ultramarines. Le vaisseau amiral d’Abaddon engagea une canonnade avec l’Iron Revenant tandis que Traîtres et Loyalistes s’approchaient de la lune de Klaisus. Le Fléau mena un abordage, comptant capturer personnellement sa proie, ou du moins la précipiter en flammes dans l’atmosphère de Kladius. Cawl, Greyfax et Célestine, accompagnés des survivants, abandonnèrent les navires et rejoignirent la surface de Kladius avec une flottille de transports, au milieu des blizzards qui parvinrent à aveugler Abaddon dans sa poursuite. Enragé à l’idée que sa proie puisse s’échapper, le Maître de Guerre envoya tous les vaisseaux disponibles pour débusquer sa proie, débarquant lui-même de la rampe d’assaut d’un Land Raider, faisant fuir les Impériaux vers le sommet d’une montagne. Alors qu’Abaddon avançait ver le dernier carré commandé par Cawl, il fut soudainement attaqué par des forces Aeldaris, composées d’Asuryanis et de Drukharis. Abaddon progressa dans le maelström de tirs Xenos tout en ordonnant à ses guerriers de l’imiter. Par deux fois, il mena une charge vers le Triaros qui contenait le précieux reliquaire de Cawl, mais il fut à chaque fois repoussé, au prix de lourdes pertes.

Au dernier moment, le Maître de Guerre vit les Impériaux et les Aeldaris s’enfuirent à travers un portai de la Toile.[78]

Les Impériaux furent guidés par l’Aeldari Yvraine, la prophétesse du dieu récemment réveillé, Ynnead, vers Macragge. Jouant le tout pour le tout, Abaddon, alors occupé par les combats aux alentours de la Porte Cadienne, usa de son influence sur les Champions du Chaos afin de rassembler une vaste force de la Black Legion, des Iron Warriors, des Night Lords et de plusieurs autres factions pour attaquer Ultramar, le gros de la horde naviguant dans les courants du Warp pour s’en prendre au système de Macragge directement afin de détruire le corps de Guilliman.

Mais au dernier moment, Cawl parvint à placer son reliquaire et ramena Roboute Guilliman à la vie, annonçant pour la galaxie l’ère du Sombre Imperium.[79]

Le Sombre Imperium[modifier]

Abaddon est le pivot des pouvoirs des Astartes Hérétiques. En l’espace de neuf mille ans, ses treize Croisades Noires ont meurtri l’Imperium. Toutes convergeaient vers un unique évènement dont l’apogée fut atteint lors de la Treizième Croisade Noire : l’ouverture cataclysmique de la Grande Faille, les ténèbres dévorantes de la Noctis Aeterna, et l’éclatement du domaine de l’Empereur. À présent que les forces de ses ennemis sont divisés et que la moitie de l’Imperium a été engloutie par les ténèbres, Abaddon s’apprête à porter son prochain coup.

La Guerre des Bêtes[modifier]

Abaddon durant la Guerre des Bêtes.
Ayant cruellement attaqué les mondes vulnérables de ce qui est devenu connu sous le nom d’Imperium Nihilus, Abaddon s’était tourné vers le monde de Vigilus, qui se dressait comme une sentinelle sur l’une des rares routes stables à travers la Grande Faille - le corridor du Piège de Nachmund.

Vigilus était alors en guerre totale, envahi par les Peaux-Vertes, les Drukharis et les Cultes Genestealers. Plusieurs Chapitres Space Marines étaient intervenus, et la planète avait été placé sous l’autorité du Maître de Chapitre des Ultramarines, le légendaire Marneus Augustus Calgar qui avait reçu des ordres du Primarque Roboute Guilliman en personne : Vigilus ne devait pas tomber. Ce conflit fut baptisée la Guerre des Bêtes.

Suite à des combats apocalyptiques contre les Xenos, Abaddon envoya son Héraut de l’Apocalypse, Haarken Worldclaimer, qui utilisa l’épaisse couverture nuageuse de la planète polluée à son avantage, afin de conquérir silencieusement les sommets des spires des Cités-Ruches. De là, il put étendre son influence avant de pirater les système vox de la planète pour annoncer à la planète entière qu’en quatre-vingt-huit jours et quatre-vingt-huit nuits, Vigilus tomberait sous la coupe du Maître de Guerre du Chaos.

Sur ordre de Marneus Calgar, la flotte impériale forma un double cordon pour intercepter l’armada d’Abaddon qui arriva droit sur Vigilus, fonçant droit sur les vaisseaux de l’Imperium sans se soucier des canons pointés sur lui. Le Fléau mena un rituel afin de faire apparaître un portail à bord du vaisseau amiral de Calgar, le Laurels of Victory, d’où des Démons surgirent, semant l’anarchie et la destruction. Une dizaine d’assauts similaires avaient eu lieu sur les autres bâtiments de guerre majeurs de la flotte impériale, obligeant les navires loyalistes à battre en retraite. La route vers Vigilus était désormais libre pour Abaddon.

Néanmoins, ses plans de conquêtes furent perturbés par la présence des Xenos à la surface de Vigilus, les Space Marines du Chaos se retrouvant face aux Cultes Genestealers, Peaux-Vertes, Asuryanis et Drukharis. La Black Legion et ses alliés renégats se heurtèrent à des cultes qui avaient prospéré dans les profondeurs et les envahisseurs du Chaos furent assaillis par ses monstruosités.

Mais le regard d’Abaddon se porta sur le Tourbillon Vhulien, un artefact ignoré de tous durant des milliers d’années et qui allait devenir le pivot de sa stratégie. C’était une gigantesque tempête de poussière se trouvant à l’est de la Ruche Hyperia de Vigilus, évitée par tout le monde sur cette planète, y compris les Peaux-Vertes et les Genestealers. En réalité, des millénaires durant, le Tourbillon avait caché une antique forteresse taillée dans une roche sombre et appelée la Citadelle Vigilante, occupée par une bande de Déchus depuis longtemps. Ces anciens renégats de la Première Légion étudiaient Vigilus depuis des siècles, et l’employaient comme base arrière pour poursuivre leurs propres buts utilisant à leurs avantages les particularités de cette région reculée et inhospitalière, associées au bouclier psychique établi par le commandant des Déchus de Viglus, l’Archiviste Osandus, ce qui avaient rendu extrêmement difficile toute tentative de découvrir le secret au cœur du Tourbillon. Mais Abaddon était l’exception car il avait signé des siècles plus tôt un pacte de sang avec le commandant des Déchus, et grâce à ce parchemin, ses Sorciers furent en mesure de localiser la trace psychique d’Osandus. Abaddon avait autrefois aidé le Déchu à échapper à une force de Dark Angels dans la zone de guerre Pandorax, ce dernier lui jurant en échange fidélité. Le Maître de Guerre avait estimé que l’Archiviste Déchu lui serait utile à l’avenir, et les événements sur Vigilus lui donnèrent raison.

Ce qui intéressait Abaddon dans la Citadelle Vigilante était la Griffe du Vide, une arme ancienne et incroyablement puissante. Les Déchus avaient de sinistres projets pour elle, mais Abaddon entendait s’en servir pour vaincre l’Imperium. Usant des téléportarium ensorcelés du Vengeful Spirit sur la trace psychique d’Osandus, le Maître de Guerre et ses Porteurs du Désespoir descendirent en une force de frappe de cinquante hommes et apparurent devant les portes de la Citadelle Vigilante. Le Fléau demanda une audience auprès des maîtres de la forteresse, puis attendit durant une longue minute lourde de tension. Alors qu’Abaddon commençait déjà à s’avancer, le pont-levis s’abaissa pour laisser passer une silhouette encapuchonnée. Les pourparlers commencèrent tandis qu’une centaine de Déchus pointaient leurs armes depuis les remparts. Ce fut une joute verbale qui commença, bataille pour laquelle Abaddon était bien équipé, car il avait négocié des accords avec les seigneurs de Chapitres Renégats et les Primarques Démons des Légions Renégates. Les négociations portaient sur le contrôle de la Griffe du Vide, l’arme au cœur de la citadelle étant capable de tailler une brèche dans le tissu de l’espace-temps, concentrant un rayon d’énergie colossal sur un point unique pour ouvrir une anomalie gravitationnelle plus petite qu’une perle. Malgré sa taille, cette singularité pouvait franchir tous les types de champs de force connus et son potentiel de destruction était incroyable, car le champ gravitationnel de cette anomalie était si fort qu’il pouvait attirer toute matière vers un néant dont rien ni personne ne pouvait s’échapper. Abaddon espérait s’en servir pour remodeler le Piège de Nachmund et voulait tirer sur une zone de l’espace équidistante de Vigilus et de son satellite naturel, Neo-vellum. Malgré sa taille, l’anomalie gravitationnelle résultante aurait un effet dramatique sur les deux mondes, attirant des tonnes de matière dans leurs orbites respectives. Ainsi, Vigilus, dont le statut de monde-sentinelle opérationnel était déjà précaire, verrait sa propre gravitation se retourner contre elle. L’Archiviste Osandus fut séduit par le plan du Fléau et s’allia à lui.

La Griffe du Vide revint pleinement à la vie au son des chants rituels et de la rupture de sceaux antiques et la poussière tournoya pour former une spirale ascendante, le sol vibra et la citadelle tout entière trembla sur ses fondations. La Griffe du Vide entra en action, et une minuscule singularité s’ouvrit dans le tissu de l’espace réel au-dessus de la planète. L’activation de la Griffe du Vide eut des effets dévastateurs, et l’anomalie gravitationnelle attira à elle tout ce qui se trouvait sur la planète, causant des dégâts incommensurables. Les perturbations atteignirent bientôt des proportions désastreuses et la singularité gravitationnelle de la Griffe du Vide fut baptisée Anomalie Vhulienne. Pire, Abaddon avait avant ordonné à ses vaisseaux de se placer de telles manières qu’ils purent supporter avec leurs moteurs la singularité gravitationnelle. Mais les navires de flotte impériale s’écrasèrent quand à eux sur les plus gros navires de la Marine Impériale, ravageant la flotte de l’Imperium. L’Anomalie Vhulienne causa de nombreuses explosions et catastrophes et tout petit objet qui n’était pas solidement fixé fut attiré vers la Tourbillon Vhulien par la force de l’anomalie. Neo-vellum aussi fut affectée, bien que la modification de sa trajectoire fût invisible à l’œil nu, les marais d’acide du satellite se mirent à bouillonner sous l’effet de l’anomalie, ravageant les infrastructures de la planète. En une seule entrevue, Abaddon avait porté un coup fatal au Système de Vigilus.

La Guerre des Bêtes continua à ravager Vigilus, le Fléau se satisfaisant de la destruction de la Ruche Dontoria par les séides de Nurgle. Si le Fléau s’emparait de Vigilus, alors l’Imperium de l’Humanité serait totalement coupé en deux et Abaddon pourrait conquérir l’Imperium Nihilus. Néanmoins, les effets de la Griffe du Vide furent contrecarrés, en partie, par des réserves cachés de sombreroche - la matière anti Warp qui composait les Pylônes - conservé par l’Adeptus Mechanicus, dans plusieurs caches de sur toute la planète, et il restait une grande quantité de cet étrange minerai appelé aussi noctilithe enfoui dans le sous-sol de Vigilus. Ainsi, la capacité de la planète à ouvrir un canal stable à travers la Grande Faille grâce à ses veines de sombreroche, jusqu’à Sangua Terra, sa planète jumelle de l’autre côté du Piège de Nachmund, n’avait pas disparu, même si elle était diminuée. Le plan du Fléau pour totalement couper les deux parties de l’Imperium échoua.

La Guerre des Bêtes s’acheva pour Abaddon lorsque Marneus Calgar s’allia avec les Asuryanis du Vaisseau-Monde de Saim-Hann, mettant en place un plan pour lui porter un terrible coup. Le Maître de Chapitre défia personnellement le Fléau, lui donnant rendez-vous en haut des spires du Refuge du Saint. Apprenant l’existence de défi par Haarken Worldclaimer, le Maître de Guerre ne laissa pas l’occasion d’éliminer Calgar et se téléporta avec ses gardes du corps sur le lieu proposé par l’Ultramarine, au sommet du palais du Refuge du Saint. Tandis que les Porteurs du Désespoir affrontaient les Ultramarines, Abaddon attaqua Calgar. Le combat fut dantesque, Abaddon enrageant au point d’ouvrir le feu avec son Combi-Bolter, déséquilibrant son adversaire, ce qui offrit au Fléau l’occasion d’arracher avec la Griffe d’Horus un des précieux gantelets de Calgar. Mais le Seigneur de Macragge contre-attaqua en atteignant le Fléau au visage, suffisamment fort pour lui briser la mâchoire, avant de recevoir un second uppercut qui le souleva du sol et fissura sa cuirasse. Enragé, Abaddon déchaîna Drach’nyen, sa lame traversant aisément le gantelet de Calgar, lui tranchant deux doigts et terminant sa course contre le plastron qu’elle perfora avant de percer les deux cœurs du Maître de Chapitre d’un seul coup.

Son adversaire vaincu, Abaddon reçut un appel d’Haarken Worldclaimer sur une ligne vox sécurisée, apprenant alors que le Vengeful Spirit avait été très gravement endommagé, et risquait d’être détruit à n’importe quel instant. Son vaisseau était en train d’effectuer un saut Warp, si bien que le Maître de Guerre du Chaos et ses sbires n’avaient que quelques secondes pour le rejoindre avant qu’il quitte le système. Calgar l’avait attiré loin de son vaisseau amiral afin que de nombreux vaisseaux impériaux attaque le Vengeful Spirit pour permettre à un vaisseau de Asuryanis, le Vaul’s Ghost, de s'écraser à toute vitesse contre le flanc du Vengeful Spirit avec six missiles Deathstrike dans sa soute qui explosèrent dans une réaction en chaîne terrifiante. La détonation ouvrit un trou béant dans la coque du navire, puis les têtes Vortex créèrent un maelström qui rongea davantage la structure du bâtiment. Trop gros pour s’éloigner rapidement, le navire fut désemparé par ce trou dans la réalité. La fuite du Vengeful Spirit fut un coup de maître de Calgar, et cet événement bouleversa toute la guerre. Abaddon se détourna de sa victime, fit signe aux Porteurs du Désespoir de se rassembler autour de lui et envoya ses possédés couvrir sa retraite. Il avait accompli ce qu’il était venu faire : vaincre son rival. Mais, une autre tâche pressante l’attendait, car le Vengeful Spirit, auquel il tenait encore plus qu’aux Forteresses Noires, était en difficulté et s’il disparaissait dans le Warp sans lui, il risquait fort de le perdre à jamais. Abaddon ne pouvait l’accepter et il se téléporta à nouveau, disparaissant de Vigilus.

Calgar survécut à son duel contre Abaddon grâce aux sciences arcaniques de sa physionomie de Primaris. De plus Vigilus resta sous contrôle impérial, bien que ravagé et resta une voie de passage entre l’Imperium Sanctus et Nihilus.[80]

Imperium Démoniaque[81]

Abaddon pénétra dans la vaste chambre alien, écrasant les os de ses bâtisseurs morts depuis longtemps sous ses pieds. Dans la pénombre, Zaraphiston apparut, faisant signe à son maître d’avancer.

« Ici, mon Seigneur, sous les os. » Le sorcier indiqua une partie de la chambre, son visage étant illisible sous son masque changeant. Abaddon se dirigea vers l’endroit indiqué par le sorcier, dessinant la forme d’un disque de pierre massif et concave.

« C’est la Parallaxe Creuse, elle vous montrera ce que j’ai prédit, la venue de la longue nuit et de l’Imperium Démoniaque, » poursuivit le sorcier. En se concentrant sur l’artefact, Zaraphiston incanta doucement sous son souffle, l’énergie du Warp s’enroulant autour de ses mains alors qu’il réveillait la Parallaxe Creuse de son sommeil millénaire.

Abaddon regardait impassiblement l’ancien dispositif extraterrestre s’animer, la poussière des siècles s’ébranler à sa surface tandis que les visions des jours futurs se reflétaient dans ses profondeurs. En s’approchant, le Fléau regardait profondément dans le nuage d’images tourbillonnant, une galaxie d’étoiles chatoyantes prenant forme et s’élevant pour l’entourer. Il a fallu un moment avant qu’Abaddon ne réalise que c’était sa propre galaxie qu’il regardait, avec l’Œil de la Terreur qui battait comme une plaie ouverte dans l’obscurité. Soudain, la vision a changé et, dans le flou, a balayé un monde couvert de grandes structures et de tours ornées. Abaddon reconnut Terra, bien que dix mille ans se soient écoulés depuis qu’il avait marché à sa surface.

Pendant qu’il regardait, les tours s’écroulèrent et les grands palais brûlèrent. En parcourant les villes en ruines, la vision s’est arrêtée dans une gigantesque chambre souterraine en forme de dôme, dominée par une grande machine dorée. Abaddon se dirigea vers la machine, notant les cadavres désarticulés de centaines de Custodiens qui jonchaient le sol avec un ricanement de mépris. En gravissant les marches de la grande machine, il pouvait maintenant voir que sa coquille avait été brisée, et que des fragments de verre et de métal étaient éparpillés autour de sa base. Atteignant le bout de la machine, Abaddon regarda à l’intérieur et vit le Warp bouillir nu devant ses yeux, les Démons grimpant de ses profondeurs kaléidoscopiques.

Une fois de plus, la vision a changé, ramenant Abaddon dans les rues de Terra. Tout autour de lui, les Démons se régalaient de l’âme des hommes, et l’Humanité était réduite à l’esclavage et à la mort éternelle. Si près du Trône d’Or, Abaddon pouvait sentir que l’Astronomican avait été éteint et qu’un million de mondes avaient été plongés dans la nuit éternelle. Dans toute la galaxie, la réalité s’effritait, transformant les mondes en royaumes de folie et de chaos.

En levant les yeux du carnage dans les rues, Abaddon pouvait voir l’Œil de la Terreur qui dominait le ciel, une terrible tache rouge sur les étoiles qui semblait grandir à chaque instant - elle était maintenant visible de tous les mondes de l’Imperium. Il savait alors, sans aucun doute, que l’ère de l’Homme était arrivée à son terme.

Aussi vite qu’elle était venue, la vision s’est évanouie, laissant Abaddon debout une fois de plus dans les anciennes ruines extraterrestres, Zaraphiston l’observant en silence.

« Cela va-t-il se produire ? » grogna Abaddon, ses yeux sombres s’attardant sur le sorcier.

« Ce n’est qu’un futur possible, mon Seigneur, mais chaque jour le destin le favorise davantage, » répondit Zaraphiston.

« Le destin est fait par les hommes, » dit froidement Abaddon, avant de se retourner et de s’éloigner dans l’obscurité.

Sources[modifier]

  • ABNETT DAN, L'Ascension d'Horus - Où sont Plantées les Graines de l'Hérésie, Black Library, 2006
  • ABNETT DAN, L’Âge des Ténèbres - L’Autre Horus, Black Library, 2011
  • ABNETT DAN, Siege of Terra - Saturnine, Black Library, 2020
  • COUNTER BEN, La Galaxie en Flammes - Où l'Hérésie se Révèle, Black Library, 2006
  • C.Z DUNN, Pandorax, Black Library, 2013
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Extinction (Short Story), Black Library, 2013
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, La Griffe d'Horus, Black Library, 2014
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, La Légion Noire, Black Library, 2018
  • FRENCH JOHN, Esclaves des Ténèbres - Les Égares et les Damnés, Black Library, 2019
  • FRENCH JOHN, Siege of Terra - La Guerre Solaire, Black Library, 2019
  • HALEY GUY, Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Black Library, 2018
  • HALEY GUY, Siege of Terra - Les Égarés et les Damnés, Black Library, 2019
  • McNEILL GRAHAM, Les Faux Dieux - Où l'Hérésie Prend Racine, Black Library, 2006
  • McNEILL GRAHAM, Fulgrim - Portrait d'une Trahison, Black Library, 2007
  • McNEILL GRAHAM, Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Black Library, 2010
  • McNEILL GRAHAM, Les Fils de Lupercal - Vengeful Spirit Volume Un, Black Library, 2014
  • McNEILL GRAHAM, La Bataille de Molech - Vengeful Spirit Volume Deux, Black Library, 2014
  • McNEILL GRAHAM, L'Œil de Terra - Je suis la Vigilance de l’Empereur : Le Loup de Cendre et de Feu, Black Library, 2017
  • THORPE GAV, Délivrance Perdue - Les Fantômes de Terra, Black Library, 2011
  • THORPE GAV, Corax - Plus Jamais : Weregeld, Black Library, 2018
  • THORPE GAV, Siege of Terra - Le Premier Rempart, Black Library, 2020
  • White Dwarf N°109 (Mai 2003)
  • White Dwarf N°97 (Mai 2002)
  • Gathering Storm - Livre I : La Chute de Cadia, produit par le design studio Games Workshop, 2017
  • Gathering Storm - Livre III : L'Avènement du Primarch, produit par le design studio Games Workshop, 2017
  • Warhammer 40K - Livre de Règles, V9
  • Warhammer 40K - Livre de Règles, V6
  • Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8
  • Codex Chaos Daemons, V8
  • Codex Marines du Chaos, V3 ; 2ème édition
  • Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, V6
  • Codex Supplement - Crimson Slaughter, V6
  • Codex Nécrons, V3
  • Codex Œil de la Terreur, V3
  • Black Crusade - Traitor's Hate
  • Dataslate - Be’lakor : The Dark Master
  • Imperium Nihilus - Vigilus Insoumis
  • Imperium Nihilus - Vigilus en Flammes
  • Warlords of the Dark Millenium : Abaddon the Despoiler
  • Index Astartes : Death Compagny, Black Library, 2013
  • The Horus Heresy, Book One - Betrayal
  • The Horus Heresy, Book Four - Conquest
  1. Informations issues de Siege of Terra - La Guerre Solaire, Chapitre Cinq - Le Seigneur de la Foudre d’Été - Un Brasier au Bord de la Lumière - Fraternité de FRENCH JOHN, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de Siege of Terra - La Guerre Solaire, Chapitre Cinq - Le Seigneur de la Foudre d’Été - Un Brasier au Bord de la Lumière - Fraternité, Chapitre Neuf - Tueurs de Rois - Une Lance aux Nombreux Fers- La Vérité des Couteaux de FRENCH JOHN, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues de Siege of Terra - La Guerre Solaire, Chapitre Deux - L’Ombre du Silence - Cendre et Fer - Les Dagues Tirées, Chapitre Seize - Le Bord de la Coiffe - Là où Naquirent les Loups - Mars Couronnée de Feu de FRENCH JOHN, Black Library, 2019
  4. Informations issues de Siege of Terra - La Guerre Solaire, Chapitre Seize - Le Bord de la Coiffe - Là où Naquirent les Loups - Mars Couronnée de Feu de FRENCH JOHN, Black Library, 2019
  5. Informations issues de The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter Space Marine Legion Crusade Army List Appendix I - Justaerin Terminator Squads et résumées par Guilhem.
  6. Warlords of the Dark Millenium : Abaddon the Despoiler - Deadly Beginnings (traduit de l'anglais par Guilhem)
  7. Warlords of the Dark Millenium : Abaddon the Despoiler - A King Amongst Traitors (traduit de l'anglais par Guilhem)
  8. Informations issues de Les Faux Dieux - Où l'Hérésie Prend Racine, Partie I : Le Traître - Chapitre Cinq - Notre Peuple - Un Meneur - Fer de Lance de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  9. Informations issues de L'Œil de Terra - Je suis la Vigilance de l’Empereur : Le Loup de Cendre et de Feu de McNeill GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  10. Informations issues de l’Index Astartes du White Dwarf n°101 (Septembre 2002) et résumées par Guilhem.
  11. Informations issues de Un Miller de Fils - Tout n’est que Poussière, Chapitre Quinze - Triomphe - Le Seigneur du Crépuscule - Vieux Amis de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  12. Informations issues de L'Ascension d'Horus - Où sont Plantées les Graines de l'Hérésie, Partie I : Les Abusés - Chapitre Un - Le Sang de l’Incompréhension - Nos Frères dans l’Ignorance - L’Empereur doit Mourir, Chapitre Deux - À la Rencontre des Invisibles - Au Pied d’un Trône d’Or - Lupercal, Chapitre Trois - Intégration - Parmi les Commémorateurs - Choisi comme Quatrième, Chapitre Quatre - Convoquée - Tutoyer Ezekyle - Une Main Gagnante, Chapitre Cinq - Peeter Egon Momus - Lectio Divinitatus - Mécontentement, Chapitre Six - Conseil - Une Bonne Réponse - Deux Dieux dans une Même Pièce, Chapitre Dix - Le Maître et son Fils - Quelles que Puissent être la Férocité et l’Ingéniosité de l’Ennemi - Démenti Officiel de ABNETT DAN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  13. Informations issues de L'Ascension d’Horus - Où sont Plantées les Graines de l'Hérésie, Partie I : Les Abusés - Chapitre Un - Le Sang de l’Incompréhension - Nos Frères dans l’Ignorance - L’Empereur doit Mourir, Chapitre Sept - Serments de l’Instant - Keeler Prend une Image - Tactiques d’Intimidation, Chapitre Huit - Guerre à Sens Unique - Sindermann dans l’Herbe et le Sable - Jubal, Chapitre Neuf - L’Impensable - Les Esprits des Pics des Murmures - Esprits Compatibles, Chapitre Dix -Le Maître et son Fils - Quelles que Puissent être la Férocité et l’Ingéniosité de l’Ennemi - Démenti Officiel de ABNETT DAN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  14. Informations issues de L'Ascension d'Horus - Où sont Plantées les Graines de l'Hérésie, Partie II : Sur la Terre des Araignées - Chapitre Un - Amour et Haine - Ce Monde est Meurtre - Un Appétit de Gloire, Chapitre Deux - La Nature de l’Ennemi - Une Trace - La Raison d’Être des Arbres, Chapitre Quatre - Abattre les Arbres Meurtriers - Industrie Arachnide - Ravi de Faire Votre Connaissance, Chapitre Six - L’Instrument de Choix - Images Rares - L’Empereur Nous Protège, Chapitre Sept - Seigneur des Anges - Sur la Terre des Araignées - Interdiction, Partie III : L'Effrayant Sagittaire - Chapitre Un - Ne Commets pas d’Erreur - Cousins Éloignés - D’Autres Habitudes, Chapitre Deux - Émissaires et Délégations - Xenobia - La Galerie des Objets, Chapitre Trois - Impasse - Illumination - Le Loup et la Lune, Chapitre Quatre - Derniers Échanges - Les Fils d’Horus - Anathame de ABNETT DAN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  15. Informations issues de Les Faux Dieux - Où l'Hérésie Prend Racine, Partie I : Le Traître - Chapitre Un - Descendante de Terra - Les Colosses - Lune Rebelle, Chapitre Deux - Tu Saignes - Une Bonne Guerre - Jusqu’à ce que Brûle la Galaxie - L'Heure d’Écouter, Chapitre Trois - Une Feuille de Verre - Un Homme de Bonne Disposition - À Mots Cachés, Chapitre Quatre - Secrets et Cachotteries - Le Chaos - Répandre la Parole - Audience, Chapitre Cinq - Notre Peuple - Un Meneur - Fer de Lance, Partie II : La Lune Pestiférée - Chapitre Six - La Terre de la Décrépitude - Des Choses Mortes - Le Glory of Terra, Chapitre Sept Surveiller nos Arrières - Effondrement - Le Traître, Chapitre Huit - Le Dieu Terrassé, Partie III : La Maison des Faux Dieux - Chapitre Neuf - Les Tours d’Argent - Un Retour Sanglant - Le Voile s’Affine, Chapitre Dix - Apothecarion - Prières - Confession, Chapitre Onze - Des Réponses - Un Marché avec le Diable - Anathame, Chapitre Douze - Agit-prop - Suspicion entre Frères - Le Serpent et la Lune, Chapitre Treize - Qui es-tu ? - Rituel - Un Vieil Ami, Chapitre Quatorze - Les Oubliés - Mythologie Vivante - Primogénèse, Chapitre Quinze - Révélations - Dissension - Dispersion, Chapitre Seize - La Vérité est Tout ce que Nous Avons - Le Prophète - Chez Lui, Chapitre Dix-Sept - L’Horreur - Anges et Démons - Le Pacte du Sang de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  16. Informations issues de Les Faux Dieux - Où l'Hérésie Prend Racine, Partie IV : La Fin de la Croisade - Chapitre Dix-Huit - Frères - Assassinat - Ce Poète Turbulent, Chapitre Dix-Neuf - Isolés - Alliés - Les Ailes de l’Aigle, Chapitre Vingt - La Brèche - Une Éclaircie de Midi - Des Plans, Chapitre Vingt et Un - Illumination de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  17. Informations issues de La Galaxie en Flammes - Où l'Hérésie se Révèle, Chapitre Trois - Horus sur son Trône - La Sainte est en Danger - Istvaan III, Chapitre Six - L’Âme de la Légion - Tout Sera Différent - Abomination, Chapitre Douze - Purge - Que Brûle la Galaxie - Le Dieu-Machine, Chapitre Quinze - Beaucoup de Prodiges - De Vieux Amis - L’Échec Parfait, Chapitre Seize - L’Ennemi à l’Intérieur - La Voie à Huit Branches - Satisfaire à l’Honneur, Chapitre Dix-Sept - Vaincre, c’est Survivre - Dies Irae - La Fin de COUNTER BEN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  18. Informations issues de Fulgrim - Portrait d’une Trahison, Partie V : Le Dernier Phénix, Chapitre Vingt-Trois - La Bataille d’Istvaan V, Chapitre Vingt-Quatre - Des Frères aux Mains Sales, Chapitre Vingt-Cinq - Massacre - Démon - Le Dernier Phénix de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2007 et résumées par Guilhem.
  19. Informations issues de Délivrance Perdue - Les Fantômes de Terra, Chapitre Deux - Convoqué par un Primarque - Fantômes et Miroirs - La Cabale Fixe le Cap, Chapitre Dix-Huit - Les Ailes du Corbeau - Horus Récupère son Trophée - Narsis, Épilogue de THORPE GAV, Black Library, 2011 et résumées par Guilhem.
  20. Informations issues de The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Manachean War - The Battle of the Hive Ilium, Chapter The Darkness Descending - Manachea in Chains et résumées par Guilhem.
  21. Informations issues de L’Âge des Ténèbres - L’Autre Horus de ABNETT DAN, Black Library, 2011 et résumées par Guilhem.
  22. Informations issues de Les Fils de Lupercal - Vengeful Spirit Volume Un, Chapitre Un - Le Mausolytica - Fraternité - Devenir un Dieu, Chapitre Deux - Des Racines Solides - Molech - Le Feu de Medusa, Chapitre Neuf - Se Souvenir de la Lune - Bonne Chasse - Provocation, Chapitre Dix - Je Veux ce Vaisseau - Maître de Guerre - Passager Clandestin, Chapitre Onze - Hurlements - Responsabilités - Invasion de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.
  23. Informations issues de La Bataille de Molech - Vengeful Spirit Volume Deux, Chapitre Douze - Percée - Décapitation - Flammes Jumelées, Chapitre Treize - Balise - Le Loup Acculé - C’est Moi qui l’ai Fait, Chapitre Quinze - La Caverne d’Hypnos - Le Naga Blanc - Un Ange de Feu, Chapitre Seize - Vaisseau Amiral - Exogenèse - Infiltration, Chapitre Dix-Huit - Eventyr - Tourments - Des Morts qui se Faisaient Attendre, Chapitre Vingt - La Bataille de Lupercalia, Chapitre Vingt-Deux - Pas Ullanor - Voilà ce qu’est la Peur - La Porte des Enfers, Chapitre Vingt-Trois - Le Prix du Sang - La Voie d'Obsidienne - Un Dieu Parmi les Hommes de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.
  24. Informations issues de La Bataille de Molech - Vengeful Spirit Volume Deux, Chapitre Vingt-Cinq - La Route de Terra - Le Mal Entendu - O.K de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.
  25. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Dix-Huit - L’Offre de Lupercal, Chapitre Vingt-Cinq - L'Abattage des Loups, Chapitre Vingt-Sept - L'Œil du Loup de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  26. Informations issus de Corax - Plus Jamais : Weregeld, Prologue, Chapitre Quatre de THORPE GAV, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  27. Informations issues de Esclaves des Ténèbres - Les Égarés et les Damnés, Chapitre Dix-Neuf de FRENCH JOHN, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  28. Informations issues de Siege of Terra - La Guerre Solaire, Chapitre Deux - L’Ombre du Silence - Cendre et Fer - Les Dagues Tirées, Chapitre Cinq - Le Seigneur de la Foudre d’Été - Un Brasier au Bord de la Lumière - Fraternité, Chapitre Neuf - Tueurs de Rois - Une Lance aux Nombreux Fers - La Vérité des Couteaux, Chapitre Dix- Expiation - Petites Vies - Seigneurs de la Guerre, Chapitre Seize - Le Bord de la Coiffe - Là où Naquirent les Loups - Mars Couronnée de Feu, Chapitre Dix-Huit - Sur des Ailes Grises - Coup de Lance - Alignement, Chapitre Dix-Neuf - Se fier au Messager - L’Homme à Côté de Toi - Le Temple du Renouveau, Chapitre Vingt - Samus - Librarius - Une Volonté de Pierre et de Feu de FRENCH JOHN, Black Library, 2019
  29. Informations issues de Siege of Terra - Le Premier Rempart, Chapitre Dix - Le Seigneur de Fer Déjoué - L’Aide d’un Sorcier - Percer la Lance des Étoiles, Chapitre Douze - Des Nouvelles du Front - Apôtre du Chaos - La Rouille Absolue de THORPE GAV, Black Library, 2020 et résumées par Guilhem.
  30. Informations issues de Siege of Terra - Le Premier Rempart, Chapitre Un - Le Seigneur de Fer - L’Au-Revoir - Un Honneur Accordé, Chapitre Dix Huit - Abaddon se joint à l’Attaque - Parmi les Masses - Une Question de Foi, Chapitre Vingt Trois - Le Cas Keeler - Le Plan de Kroeger - Phosphex, Chapitre Vingt-Neuf - Dorn Capitule - Fragments de Fer - Une Terrible Révélation, Chapitre Trente et Un - Keeler Face à la Souillure - Manifestations d’un Faux Espoir - Le Destin de Layak, Chapitre Trente-Deux - Cor’bax la Rouille Absolue - La Foi l’Emporte - Deux Frères se Rencontrent, Chapitre Trente-Trois - Le Prochain Mur - Un Conseil Difficile - Une Arrivée Étrange de THORPE GAV, Black Library, 2020 et résumées par Guilhem.
  31. Informations issues de Siege of Terra - Saturnine, Première Partie : L’Enfer n’est Profond que de la Longueur d’une Épée, Chapitre Deux- La Théorie et l’Exécution - Des Anges Parmi Nous - Un Simple Humain, Chapitre Quatre - Conviction - Le Grondement des Sabots - Tout Détester mais Gagner quand Même (appréciation tactique objective), Chapitre Six - Dialogues et Arrivées, Deuxième Partie : Je suis la Forteresse Désormais, Chapitre Six - Toutes - Les Armes Indispensables - De l’Abîme, Troisième Partie : Quatre Victoires (Jusqu’à la Mort), Chapitre Un - Lignes Mortes - Dupeuse - Discorde, Chapitre Deux - La Tour Blessée - Cible Potentielle ou Avérée - Mauvais Climat, Chapitre Trois - Les Zones Mortalis, Chapitre Quatre - Oanis en Flammes - Rien que Nous et les Monstres - Frère contre Frère de ABNETT DAN, Black Library, 2020 et résumées par Guilhem.
  32. Informations issues de White Dwarf N°97 (Mai 2002) et résumées par Guilhem.
  33. Informations issues de La Griffe d'Horus, Chapitre - Deux Minutes Avant Minuit, Chapitre - Le Dernier et le Plus Sombre des Millénaires de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  34. Informations issues de La Griffe d'Horus, Chapitre XII - Vengeful Spirit, Chapitre XIII - Ezekyle, Chapitre XIV - Vision, Chapitre XV - Secrets, Chapitre XVI - Convergence, Chapitre XVII - Préparation, Chapitre XVIII - La Lance, Chapitre XIX - Fils d’Horus de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2013
    Informations issues de Extinction (Short Story) de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2013
    Informations issues de Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Rise of the Black Legion - The Tomb of Horus et résumées par Guilhem.
  35. Informations issues de La Légion Noire, Dramatis Personae, Chapitre II - Parmi les Étoiles Estompées, Chapitre III - Le Cimetière d'Une Légion, Chapitre VI - Ezekarion de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  36. Informations issues de La Légion Noire, Terra de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  37. Informations issues de Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Rise of the Black Legion - Secrets of the Warp et résumées par Guilhem.
  38. Informations issues de Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Rise of the Black Legion - A New Master et résumées par Guilhem.
  39. Informations issues de La Légion Noire, Chapitre II - Parmi les Étoile Estompées de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  40. Informations issues de La Légion Noire, Chapitre III - Le Cimetière d’une Légion, Chapitre IV - Là où le Passé Rencontre le Présent de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  41. Informations issues de La Légion Noire, Chapitre I - Armes, Chapitre II - Parmi les Étoiles Estompées, Chapitre III - Le Cimetière d’une Légion, Chapitre IV - Là où le Passé Rencontre le Présent, Chapitre V - Esprit Vengeur, Chapitre VI - Ezekarion, Chapitre VII - Vindicta, Chapitre VIII - Devancer la Tempête, Chapitre IX - Le Jardin d’Os, Chapitre X - Fantômes du Warp, Chapitre XI - Sacrifice, Chapitre XII - Black Templars de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  42. Informations issues de La Légion Noire, Chapitre XV - Seigneur des Osts de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  43. Informations issues de La Légion Noire, Chapitre XVI - Silence de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  44. Informations issues de La Légion Noire, Chapitre XII - Black Templars, Chapitre XIII - La Guerre dans le Vide, Chapitre XIV - Le Marteau et l’Enclume, Chapitre XV - Seigneur des Osts, Chapitre XVI - Silence de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  45. Informations issues de La Légion Noire, Terra de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  46. Informations issues de La Légion Noire, Chapitre V - Esprit Vengeur, Chapitre VI - Ezekarion, Chapitre VII - Vindicta de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2018
    Informations issues de Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - The Gothic War et résumées par Guilhem.
  47. Informations issues du Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8 et résumées par Guilhem.
  48. Informations issues du Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8 et résumées par Guilhem.
  49. Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Abaddon Returns - Drach'nyen, The Daemon Sword (traduit de l'anglais par Guilhem)
  50. Informations issues du Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8 - La Haine en Héritage
    Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Abaddon Returns (traduit de l'anglais par Guilhem)
  51. Informations issues du Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8 - La Haine en Héritage
    Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Abaddon Returns - The Cursing of Corona (traduit de l'anglais par Guilhem)
  52. Informations issues du Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8 - La Haine en Héritage
    Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Abaddon Returns - The Dessecration of Gerstahl (traduit de l'anglais par Guilhem)
  53. Informations issues du Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8 - La Haine en Héritage
    Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Abaddon Returns - The Death of Kromarch (traduit de l'anglais par Guilhem)
  54. Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Abaddon's Chosen (traduit de l'anglais par Guilhem)
  55. Informations issues du Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8 - La Haine en Héritage
    Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Abaddon Returns - The Scouring of Elysia (traduit de l'anglais par Guilhem)
  56. Informations issues du Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8 - La Haine en Héritage
    Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Abaddon Returns - Drecarth’s Folly (traduit de l'anglais par Guilhem)
  57. Informations issues de l’Index Astartes : Death Compagny - Hall of Valour c.811.M37, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  58. Informations issues du Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8 - La Haine en Héritage
    Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Abaddon Returns - The Ghost War (traduit de l'anglais par Guilhem)
  59. Informations issues du Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8 - La Haine en Héritage
    Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Abaddon Returns - The Skullgather (traduit de l'anglais par Guilhem)
  60. Informations issues du Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8 - La Haine en Héritage
    Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Abaddon Returns - The Starving of Cancephalus (traduit de l'anglais par Guilhem)
  61. Informations issues du Codex Nécrons, V3 et résumées par Guilhem.
  62. Informations issues du Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8 - La Haine en Héritage
    Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Abaddon Returns - The Conflict of Helica (traduit de l'anglais par Guilhem)
  63. Informations issues du Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8 - La Haine en Héritage
    Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Abaddon Returns - The Doom of Relorria (traduit de l'anglais par Guilhem)
  64. Informations issues du White Dwarf N°97 (Mai 2002)
    Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - The Gothic War (traduit de l'anglais par Guilhem)
  65. Informations issues du White Dwarf N°97 (Mai 2002)
    Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - The Gothic War - Night and Darkness (traduit de l'anglais par Guilhem)
  66. Informations issues du White Dwarf N°97 (Mai 2002)
    Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - The Gothic War - The Planet Killer (traduit de l'anglais par Guilhem)
  67. Informations issues du White Dwarf N°97 (Mai 2002)
    Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - The Gothic War - Fortress of Spite (traduit de l'anglais par Guilhem)
  68. Informations issues du Codex Supplement - Crimson Slaughter, V6 - Abaddon the Despoiler et résumées par Guilhem.
  69. Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - The Thirteenth Black Crusade (traduit de l'anglais par Guilhem)
  70. Informations issues de Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Chaos Resurgent - The Master of the Maelstrom (traduit de l'anglais par Guilhem)
    Informations issues de Pandorax, Prologue - Chapitre Sept de C.Z DUNN, Black Library, 2013
    Informations issues de Gathering Storm - Livre III : L'Avènement du Primarch, produit par le design studio Games Workshop, 2017
  71. Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - The Thirteenth Black Crusade- Gates of Pandorax (traduit de l'anglais par Guilhem)
  72. Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Army of the Dark Gods (traduit de l'anglais par Guilhem)
  73. Informations issues du White Dwarf N°109 (Mai 2003) et résumée par Guilhem.
  74. Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - The Eye Opens (traduit de l'anglais par Guilhem)
  75. Informations issues de Black Crusade - Traitor's Hate et résumées par Guilhem.
  76. Informations issues du Codex Chaos Daemons, V8
    Informations issues du Dataslate - Be’lakor : The Dark Master, Be’lakor - Herald of the End Times et résumées par Guilhem.
  77. Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - A Path of Crimson (traduit de l'anglais par Guilhem)
  78. Informations issues de Gathering Storm - Livre I : La Chute de Cadia, produit par le design studio Games Workshop, 2017 et résumées par Guilhem.
  79. Informations issues de Gathering Storm : L'Avènement du Primarque - Chapitre Un - Ultramar Résiste produit par le design studio Games Workshop, 2017 et résumée par Guilhem.
  80. Informations issues de Imperium Nihilus - Vigilus Insoumis
    Informations issues de Imperium Nihilus - Vigilus en Flammes et résumées par Guilhem.
  81. Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - The Thirteenth Black Crusade - Daemon Imperium (traduit de l'anglais par Guilhem)