L'Empereur de l'Humanité

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Empereur)
L’Immortel Empereur-Dieu de l’Imperium de l’Humanité.

Adorez l’Empereur Immortel
car Il est notre Protecteur.

Admirez l’Empereur Immortel
car Il s’est sacrifie pour l’Humanité.

Louez l’Empereur Immortel
car Il nous montre le Chemin.

Révérez l’Empereur Immortel
car Il nous protège pour l’Éternité.

Vénérez l’Empereur Immortel
car Il possède une Sagesse Infinie.

Honorez l’Empereur Immortel
car Il possède une Force Inébranlable.

Glorifiez l’Empereur Immortel
car Il est Omniscient.

Loué soit l’Empereur Immortel
car Il nous a apporte la Paix.

Gloire à l’Empereur Immortel
car Il est notre Seigneur et Maître.

Honneur à l’Empereur Immortel
car sans Lui nous ne sommes rien.

Lorsque l’Empereur mena l’Humanité afin qu’elle se répande de nouveau dans la galaxie il y a plus de cent siècles, ce fut la fin d’un âge de régression, de guerres factieuses et d’isolation provoqué par les tempêtes Warp et les invasions extraterrestres. Même les archives des historicors de l’Adeptus Administratum ne décrivent pas précisément comment l’Empereur parvint à prendre le commandement de l’Humanité, ni comment le jeune Imperium naquit de la barbarie qui le précéda. Les mythes parlent de la création des Space Marines, du lancement de la Grande Croisade et de la courte période de prospérité qui s’ensuivit avant que les terribles guerres de l’Hérésie d'Horus replongent la galaxie dans les ténèbres. La vérité est enfouie sous des millénaires de superstition, perdue dans les brumes des fables et dans les ouvrages poussiéreux des chroniques historiques. Peut-être existe-t-il un scriptorium secret dans quelque recoin du Palais Impérial où cette vérité se trouve encore, scellée dans des grimoires antiques, derrière des portes d’adamantium… Si un tel lieu existe, il est préférable qu’il reste caché. Ses vérités seraient niées et ses lecteurs seraient envoyés au bûcher pour leurs révélations hérétiques. C’est pourquoi ces jours anciens resteront voilés de mystère, sauf si l’Empereur en personne décidait de révéler ce qu’Il sait, malheureusement nul ne peut lire les pensées qui se forment dans Son crâne décrépit.

Jadis, l’Empereur vivait et respirait comme n’importe quel mortel, mais Son existence physique s’est terminée depuis longtemps à cause d’Horus l’Architraître, au cours de la Bataille de Terra. Des milliers d’années plus tard, l’Empereur ne survit que grâce à la force de Sa volonté. Les champs de stase et les réacteurs à fusion psy de la machine nommée le Trône d'Or préservent Son corps brisé, afin que Son esprit perdure au sein de Sa carcasse pourrissante, grâce aux secrets d’une technologie antique. Ses immenses pouvoirs psychiques irradient ainsi du Trône d’Or. Ils enveloppent et protègent l’Humanité dans une galaxie hostile, tel un fanal de lumière au milieu de ténèbres insondables.

Si l’Empereur échouait, nui ne serait en mesure de s’opposer à l’invasion des Dieux Sombres, et des Démons avides de destruction se répandraient dans la galaxie, car chaque être humain deviendrait une portée d’entrée pour les ennemis jurés de l’Humanité. La réalité se mêlerait à la matière brute du Warp, ce royaume de cauchemar et de cruauté. Le monde physique disparaîtrait, ainsi que le continuum espace-temps, car il ne resterait plus qu’un Chaos primat.

Aucune archive fiable concernant l’arrivée de l’Empereur au pouvoir et la création de l’Imperium n’a survécu aux dix longs millénaires qui ont suivi la Grande Croisade. Cependant, en consultant les sources à notre disposition et en puisant des informations dans les mythes et les légendes, nous pouvons émettre quelques hypothèses sur ce qui s’est passé à cette époque cruciale.

L’ascension de l’Empereur marqua la fin des guerres internes de l’Humanité et de son déclin au niveau galactique, la fin de cet âge que nous appelons l’Ère des Luttes. Avant cette époque, durant la période encore plus ancienne du Moyen-Âge Technologique, la puissance matérielle de l’Humanité prit de l’expansion au détriment de sa dimension spirituelle. L’Homme oublia sa propre magnificence au profit d’une prétendue science. Quittant la démence mécanique, biologique et alchimique du Moyen-Âge Technologique, qui devait le conduire au déclin durant l’Ère des Luttes, le genre humain atteignit l’ère présente : un âge glorieux de conquête, où c’est le cœur des hommes, et non ses machines, qui règne sur les étoiles. Les mystérieux secrets découverts par les Technoprêtres de Mars, il y a une éternité, ne dirigeront plus nos vies. Nous serons maîtres de notre technologie et non esclaves comme nous le fûmes jadis. L’abnégation de l’homme, sa sueur et son honnête travail lui permettront de dominer la galaxie, par la grâce de l’Empereur, et il gagnera la place qui lui revient de droit, celle de Maître des Étoiles. Nous sommes dans le grand Âge de l’Imperium, le règne du Sérénissime Empereur.

L’Empereur est un fragment éternel de l’univers, à la fois étoile et maître des étoiles. L’Empereur et l’Imperium ne font qu’un et tout homme y est lié à jamais.

Le Sérénissime Empereur est le seul vrai dieu, c’est la puissance de Son esprit qui entretient l’Astronomican et qui guide les vaisseaux à travers le Warp jusqu’à leurs lointaines destinations. Sans l’Empereur l’Astronomican n’existerait pas, pas plus que les voyages à longue distance, pas plus que l’Imperium, pas plus que l’Humanité. Sans l’Empereur, il n’y aurait rien.

Dans sa divine sagesse, l’Empereur a accédé à un plan supérieur et ne bouge ni ne parle plus, même Sa capacité à communiquer psychiquement est limitée, tant Sa puissance est immense et nos propres capacités mentales inadéquates. Le noble rôle d’interpréter l’Impérial Jugement et de le communiquer à l’Humanité tout entière revient à Ses Élus, les Hauts Seigneurs de Terra, le Senatorum Imperialis. Grâce à eux, la multitude de fidèles serviteurs de l’Empereur est guidée dans le droit chemin.

- Introduction du Liber Doctrina Historicus.

Le Moyen-Âge Technologique n’existe plus que dans les mythes et les légendes, et nul ne sait vraiment comment il prit fin. De nombreuses cultures partagent des récits similaires d’une époque dorée qui se serait arrêtée subitement, des régions entières se trouvant isolées par des tempêtes Warp et sombrant dans des guerres fratricides. D’autres évoquent une sorte de point culminant de l’évolution humaine : les mutations et les pouvoirs psychiques s’y seraient multipliées, et les créatures prédatrices de l’espace Warp auraient exploité ces individus comme autant de passerelles pour venir se repaître des vivants. Les adorateurs des Puissances de la Ruine soutiennent que cette époque vit le triomphe du Chaos, lorsque les premières et maladroites tentatives de l’Humanité pour contrôler le monde des mortels se soldèrent par un état d’anarchie totale provoqué par l’arrivée massive des Démons.

Quelle que soit la vérité, le Moyen-Âge Technologique laissa la place à l’Ère des Luttes. Les restes éparpillés des civilisations humaines se battirent les uns contre les autres, ainsi que contre les hordes d’extraterrestres qui se ruaient pour mettre leurs mondes à sac. De nombreuses populations furent réduites en esclavage ou totalement balayées, et d’autres retombèrent dans la barbarie lorsque toute autorité disparut. Seules les planètes qui avaient impitoyablement réprimé les Psykers parvinrent à échapper au cauchemar et à la folie. La Terre elle-même se retrouva totalement isolée par les orages Warp durant des milliers d’années, sombrant dans une anarchie totale, sous le joug de bandes sauvages et de techno-pirates qui rôdaient dans les ruines de ses continents ravagés.

Les fidèles de l’Empereur prétendent que celui-ci apparut pour la première fois durant l’Ère des Luttes et que même à cette époque, nul ne connaissait Son vrai nom ni Ses origines. Cet Empereur Se hissa à la tête des tribus par la force des armes, les conquérant les unes après les autres. Il apparut alors comme un sauveur, dirigeant Ses armées sur toute la surface de la Terre afin de réunifier toutes les communautés. Ses effectifs croissaient sans cesse, regroupant disciples convaincus et tribus soumises et forcées à Lui prêter serment d’allégeance. L’Empereur les réunit tous dans cette vision d’une Humanité de nouveau unie, libérée de l’esclavage et des chaînes de l’ignorance barbare. Il pressentait qu’un jour, Ses disciples quitteraient la Terre et s’aventureraient dans l’espace pour débarrasser les mondes humains de la présence des extraterrestres et des Démons.

Certains pensent que l’Empereur aurait pressenti d’une manière ou d’une autre l’émergence toute proche de Slaanesh et ses effets sur le Warp. La légende ne tarit pas d’éloges sur Sa prescience psychique : Il devait probablement disposer d’une sensibilité suffisante pour entrevoir le cataclysme à venir. Alors que la Terre demeurait isolée par les orages Warp, l’Empereur eut la possibilité de Se rendre sur Mars, où Il rencontra les Technoprêtres du Mechanicus, lesquels continuaient d’entretenir les machines fatiguées fabriquées par leurs prédécesseurs. Dans ce qui fut Sa plus grande action politique avant la création de l’Imperium, Il réussit à convaincre les prêtres de Mars qu’Il était la réincarnation de leur divinité, l’Omnimessie et Il s’attacha ainsi leur fidélité.

Les adorateurs de l’Empereur aiment s’imaginer cette entrevue avec le Culte Mechanicus comme un événement festif ; la réunion de deux moitiés d’un tout. Malgré leur propagande, il s’agissait en réalité d’un lien fragile, comme il fut démontré plus tard, et pour un grand nombre de Technoprêtres, l’Empereur n’a jamais été un dieu vivant. Pourtant, ils l’aidèrent à préparer ce qui allait devenir Sa croisade à travers les étoiles.

Craignant que la puissance du Chaos ne finisse par corrompre l’Humanité, l’Empereur s’attacha à la création de remplaçants pour celle-ci : les Primarques. Il s’agissait d’êtres surhumains génétiquement modifiés et disposant de pouvoirs équivalents à ceux d’un dieu, créatures puissantes et loyales. Les intentions de l’Empereur étaient de créer une espèce entière de surhommes, à partir des gabarits génétiques des premiers Primarques. Il espérait que Ses efforts produiraient une descendance totalement pure et immunisée contre les influences du Chaos.

Ses adeptes assurent aujourd’hui encore que les Primarques n’étaient pas vraiment censés remplacer réellement l’Humanité, mais qu’il s’agissait de véritables modèles d’une pureté exemplaire, dépourvus de la moindre corruption. Les Puissances du Chaos comprirent vite les plans de l’Empereur et s’emparèrent des fœtus avant qu’ils n’arrivent à maturité. Elles comprirent également le potentiel de ces créatures et au lieu de les détruire, les éparpillèrent hors d’atteinte de l’Empereur, celui-ci ne les retrouvant que bien plus tard, durant l’avancée de Sa Grande Croisade.

Ainsi perdit-Il Sa première bataille contre le Chaos, avant même d’avoir quitté les environs immédiats de la Terre. Il fut dans l’incapacité de recréer les Primarques dans le temps dont Il disposait : l’univers tremblait déjà des premiers soubresauts de Slaanesh, ce dieu encore à naître accédant peu à peu à la conscience. L’Empereur échafauda à la place un autre plan : exploitant le matériel génétique mis au point pour les Primarques dans Son laboratoire, Il le dupliqua et le transforma en organes biologiques distincts. En implantant ces organes dans de jeunes individus en pleine croissance, les qualités des Primarques pouvaient être reproduites, mais dans une moindre mesure. C’est ainsi que furent créés les premiers Space Marines et bientôt, des Légions entières suivirent, en utilisant le matériel génétique des Primarques cultivé dans des cuves.

Les loyalistes décrivent également cet événement comme source de grandes réjouissances parmi les disciples de l’Empereur, même si l’on peut penser que la réaction des vétérans qui avaient combattu pour Sa cause et qui se voyaient supplantés de la sorte fut sans doute moins enthousiaste. Quoi qu’il en soit, les Space Marines surhumains étaient destinés à devenir les forces d’élite de l’Empereur pour la croisade à venir, et au sein de l’Imperium par la suite.

Lorsque le Prince du Chaos, Slaanesh, s’éveilla totalement, l’écho psychique de sa naissance secoua la galaxie tout entière. Malgré sa relative proximité par rapport à la région qu’on a baptisée l’Œil de la Terreur, Terra échappa à l’onde de destruction qui ravagea les étoiles. Les tempêtes Warp qui entouraient toujours l’ancienne Terre absorbèrent en fait l’essentiel de l’impact et finirent par se dissiper, dégageant l’espace Warp autour du berceau de l’Humanité pour la première fois depuis des milliers d’années. Le moment était venu de réunifier l’Humanité et les flottes flamboyantes de l’Empereur s’élancèrent sous Ses ordres dans l’immensité de l’espace. L’Imperium fut forgé au cours des siècles qui suivirent, dans cette ère de conquêtes et d’expansion que fut la Grande Croisade.

L’Empereur lança tout d’abord Ses forces à la recherche des Primarques perdus. Sans doute craignait-Il de laisser des êtres aussi puissants trop longtemps éloignés de Son influence. Ses capacités psychiques l’attirèrent vers les endroits où ils s’étaient dispersés, à travers l’espace et le temps. Partout, les Primarques étaient devenus des guerriers et des chefs au sein des cultures qui les avaient recueillis. L’Empereur dut Se dire que Ses expériences avaient réussi, car les Primarques perdus ne montrèrent pas le moindre signe de corruption, bien qu’ils eussent été frôlés par le Chaos.

Il existe de nombreuses légendes impériales racontant la première rencontre de l’Empereur avec l’un ou l’autre de Ses fils durant la Grande Croisade. Dans la plupart, un mystérieux étranger Se présente à la cour du Primarque et accomplit divers exploits impossibles, prenant généralement le dessus sur Son hôte au cours d’un combat singulier, avant de révéler Sa véritable identité. Dans ces légendes, le Primarque subjugué prête serment d’allégeance à l’Empereur et rejoint immédiatement Son entourage. Ces contes servent sans nul doute à dissimuler une cruelle réalité : nombre des Primarques durent être soumis par la force avant d’accepter de rejoindre leur créateur.

L’Empereur fit preuve d’une grande générosité envers Ses rejetons. Au fur et mesure qu’ils firent retrouvés et qu’ils le rejoignirent, ils reçurent le commandement de la Légion Space Marine constituée à partir de leur patrimoine génétique. Avec leur Primarque à leur tête, plus rien ne pouvait arrêter les Légions de Space Marine, et chacune devint une armée d’êtres surhumains prêts à conquérir ou mourir, quel que soit l’ennemi. Certains comprirent que l’amour des Space Marines pour leur Primarque dépassait même la loyauté envers l’Empereur qu’on les avait conditionnés à éprouver. Dirigée par l’Empereur et soutenue par les Primarques, la Grande Croisade balayait tout sur son passage. On n’avait probablement jamais vu plus immense armada dans la galaxie jusqu’alors.

Les troupes de l’Empereur ne manquèrent pourtant pas d’ennemis et leur progression ne se fit pas sans livrer de féroces combats. Partout où se rendaient les vaisseaux d’argent flamboyaient inévitablement les brasiers de la guerre. L’Empereur et Ses serviteurs trouvèrent de nombreux mondes étranges et terribles, où humains et extraterrestres cohabitaient, et d’autres où le Chaos régnait en maître. Tous furent purifiés sans la moindre pitié. Des empires extraterrestres furent jetés à bas et vaincus par la Grande Croisade, des populations humaines réduites en esclavage furent libérées. Psykers et mutants furent systématiquement éliminés et les adorateurs des Dieux du Chaos forcés de se cacher. Nombreux furent les extraterrestres qui apprirent à haïr l’Imperium durant la Grande Croisade, et on attribue depuis lors à tous les humains les flambées de xénophobie de l’époque.

Par endroits, des coalitions de mondes humains avaient survécu à l’Ère des Luttes et nombre d’entre elles tentèrent de résister aux visées impérialistes de Terra. D’innombrables milliards d’individus furent massacrés par les Légions Astartes et le recours de l’Empereur à la force brute pour soumettre les mondes les plus avancés fut responsable de la perte de beaucoup de technologies précieuses. Les bombes virales et les torpilles cycloniques utilisées à tort et à travers renvoyèrent dans l’oubli des secrets préservés durant des millénaires. Les Légions de Space Marines se trouvèrent de plus en plus souvent opposées à des populations humaines dont le seul crime était leur réticence à se joindre à l’Imperium naissant. Le message d’unification de l’Empereur s’était transformé en une attitude de domination sans partage, et ceux qui ne se soumettaient pas étaient considérés comme des ennemis et traités comme tels. La Grande Croisade continua d’avancer, inexorable et impitoyable, emportée par son élan, jusqu’aux confins de la galaxie.

Dans le sillage des forces armées, sur les mondes conquis, les infrastructures du futur empire furent mises en place. Les gouvernements et la noblesse furent soumis à l’Administratum, les Arbites remplacèrent les juges et les législateurs, et avec le temps, même les mécaniciens et les technologues furent supplantés par l’Adeptus Mechanicus. Les gouverneurs planétaires entrèrent en fonction, avec pour principale mission la collecte de la dîme. Les décrets en provenance de la lointaine Terra imposèrent une rigoureuse conformité des peuples et des cultures totalement différents : l’oppression et les corvées formaient la trame du nouveau mode de vie des habitants de l’Imperium. Malgré tous ces signes inquiétants, la majorité des humains s’attacha à rebâtir son ancien héritage en échange de la promesse d’un avenir meilleur. Durant un temps, l’unité et la force de l’Imperium semblèrent impossibles à contrer, et les Puissances du Chaos parurent s’être retirées dans leur propre royaume. Il n’en était rien.

Le contact du Chaos avait laissé des traces chez les Primarques. Alors que se poursuivait la Grande Croisade, leurs rêves furent perturbés par les insidieuses promesses des Puissances de la Ruine. Les Primarques furent cruellement mis à l’épreuve par ces tentations refoulées, chacun pensant être le seul à subir le poids de tels péchés. Certains furent tentés par la promesse du pouvoir, et chez d’autres, ce fut l’orgueil ou les prouesses martiales elles-mêmes qui ouvrirent la voie de la corruption. Progressivement, ces simples écarts se transformèrent en véritables obsessions. Une bonne moitié des Primarques finit par céder aux appels des Puissances de la Ruine. Leur corruption se manifesta d’une manière si subtile qu’eux-mêmes ne suspectèrent à aucun moment que leur propre loyauté avait progressivement dérivé, jusqu’à ce qu’il soit trop tard.

Horus, le plus grand d’entre eux, était totalement convaincu de la vertu des idéaux martiaux pour lesquels il combattait. Il avait toute la confiance de l’Empereur et l’admiration des autres Primarques, et gagna le titre de Maître de Guerre. Il s’était tenu au côté de son père depuis les tout premiers jours de la Grande Croisade et tout au long des années qui suivirent. Les légendes racontent qu’ils luttèrent dos à dos lors du siège de Reillis et que l’Empereur y sauva la vie d’Horus. À la bataille de Gorro, on dit que le Primarque paya sa dette en tranchant le bras d’un Ork plongé en pleine frénésie qui serrait la gorge de l’Empereur au point de l’étouffer. La Grande Croisade avançait bien et l’Empereur finit par retourner sur Terra afin d’administrer Ses domaines qui ne cessaient de s’étendre. Il confia à Horus le soin de poursuivre la guerre le long des marches orientales, sans réaliser qu’Il venait de planter la graine de la trahison.

À mesure que progressait la campagne, Horus commençait à voir d’un mauvais œil certains actes de l’Empereur qu’il jugeait veules et déshonorants. Le Maître de l’Humanité se livrait trop souvent à des compromis indignes, tandis que la destruction s’abattait sur d’autres mondes sous des prétextes fallacieux. L’abandon des affaires militaires par l’Empereur au profit de tâches administratives confirma les craintes d’Horus. Cet âge de lumière et de savoir prêché par son père n’était qu’un leurre dissimulant sa propre avidité. Ces guerriers méritaient sans doute d’avoir leur mot à dire quant à la gestion des mondes qu’ils avaient conquis au prix d’une si âpre lutte. Quel genre d’homme pourrait chercher à devenir le seul et unique maître de toute la galaxie ? Ainsi germèrent les premiers doutes dans l’esprit brillant d’Horus. Peut-être même imagina-t-il ce moment fatidique où l’Empereur devrait se débarrasser de lui, ce jour où il n’y aurait plus aucun adversaire à Sa hauteur ?

Horus commença alors à planifier sa rébellion. Il sonda discrètement certains Primarques et initia le lent processus de regroupement de ses troupes, dispersées dans la galaxie. Poussées par la fierté et la loyauté envers leurs Primarques, les Légions Space Marines d’Horus furent progressivement détournées de l’Empereur pour servir le Maître de Guerre. Tout d’abord, les Astartes n’eurent pas conscience de la voie sur laquelle ils s’engageaient. La corruption s’étendit doucement et subtilement, et ce ne fut que plus tard, lorsqu’ils atteignirent le point de non-retour, que le vernis de sophismes s’écailla, révélant la cruelle réalité : le Chaos avait gagné leurs cœurs.

Alors que le Maître de Guerre n’en était encore qu’à ses préparatifs, le commandeur impérial d’Istvaan III déclara l’indépendance de la totalité de son système. L’Empereur, ignorant les plans d’Horus, lui ordonna de s’en aller pacifier le système rebelle. Le Primarque n’étant pas décidé à s’engager dans cette campagne alors que son travail commençait à porter ses fruits, il décida à la place de bombarder Istvaan III depuis l’orbite à l’aide de charges virales. Douze milliards d’âmes furent emportées en l’espace de quelques minutes, et les orages incandescents qui ravagèrent la planète des jours durant réduisirent en cendres leurs carcasses putréfiées. Durant le bombardement, un groupe de Space Marines loyalistes perçut des signes de corruption chez les serviteurs d’Horus. Ils parvinrent à prendre le contrôle de la frégate Eisenstein et s’enfuirent dans le Warp pour avertir l’Empereur. Horus se replia sur Istvaan V pour rassembler ses forces en vue de la confrontation qui s’annonçait.

L’Empereur hésita, abasourdi par la trahison de Son Maître de Guerre, incapable de croire que Son ami et général en chef rassemblait réellement ses troupes contre Lui. Pourtant, alors même qu’Il apprenait cette trahison, la dissension et la rébellion se propagèrent parmi toutes les forces armées impériales. Sur Mars, ceux qui avaient dénoncé l’Empereur comme étant un faux Omnimessie comprirent qu’il était temps pour eux d’agir. Le Fabricator Général de l’Adeptus Mechanicus, le plus puissant des Magos de Mars, libéra d’antiques armes interdites à la surface de la planète rouge alors que les Technoprêtres se battaient entre eux. Le fragile Imperium se déchira subitement, des systèmes récemment conquis déclarèrent leur indépendance et des responsables planétaires nouvellement nommés en profitèrent pour se ranger aux côtés du Maître de Guerre. Au sein de cette zizanie, nombreux furent ceux qui ne reconnurent pas immédiatement les signes de résurgence des Puissances de la Ruine, considérant ce conflit comme une simple affaire de politique opposant Horus à l’Empereur.

La pourriture du Chaos s’étendit rapidement, passant des propres forces du Maître de Guerre à ses alliés, et même à ses ennemis, le tout à une vitesse ahurissante. Loyalistes et rebelles s’affrontèrent sur des centaines de mondes à travers toute la galaxie. Après un retard qui faillit s’avérer fatal, l’Empereur ordonna à sept Légions Space Marines au grand complet de détruire Horus et ses forces renégates sur Istvaan V. Il s’était finalement rendu compte que la rébellion ne pouvait être matée qu’en éliminant celui qui l’avait inspirée : le Maître de Guerre en personne. On perdit encore de précieux mois à mobiliser et organiser les forces loyalistes pour les acheminer jusqu’à l’autre bout de la galaxie. Horus ne resta pas les bras croisés et profita de ce délai pour renforcer ses positions sur des centaines de systèmes, se déclarant de fait comme nouvel empereur. Partout où s’élevait la bannière d’Horus, l’influence corruptrice du Chaos la suivait.

Les opérations punitives lancées par l’Empereur eurent des effets désastreux. Des sept Légions dépêchées pour détruire Horus, quatre se retournèrent contre Lui et aidèrent à massacrer celles restées loyales. Le Maître de Guerre se retrouva bientôt à la tête de neuf Légions Space Marines, ayant presque totalement annihilé trois de celles restées fidèles à Terra. Ainsi débuta réellement l’Hérésie d'Horus.

La lutte continua durant des années et ébranla l’Imperium tout juste né jusque dans ses fondations. Les Légions Space Marines, l’armée impériale, l’Adeptus Mechanicus et la totalité des domaines de l’Humanité, plongés dans la guerre civile, s’entre-déchirèrent. Les loyalistes prirent peu à peu le dessus sur les rebelles, mais Horus savait qu’il restait en mesure de porter un coup décisif et de gagner la guerre.

Il frappa son ennemi en plein cœur en attaquant la Terre elle-même avec la totalité de ses Légions Space Marines. L’Empereur fut pris de vitesse par les manœuvres audacieuses du Maître de Guerre, et Se retrouva isolé et assiégé à l’intérieur de Son palais, avec pour toute protection une poignée de loyalistes. Le palais était cependant pourvu de redoutables systèmes de défense et la population se regroupa pour protéger son Empereur, au point qu’Horus se retrouva privé de la victoire rapide qu’il avait espérée. D’âpres combats marquèrent ce siège qui se prolongea durant plus d’un mois. Finalement, les gigantesques machines de guerre de la Legio Mortis éventrèrent les hauts murs d’enceinte et les hordes du Chaos se répandirent à l’intérieur de la forteresse.

Les hauts faits d’armes accomplis durant le siège du Palais Impérial pourraient remplir les rayonnages entiers d’une bibliothèque - c’est d’ailleurs le cas dans certains endroits de la galaxie -, mais les mythes et les légendes empêchent de réellement faire le tri et de savoir ce qui se passa réellement. Les loyalistes prétendent qu’à la dernière minute, l’Empereur découvrit une faille dans les boucliers de la Barge de Bataille d’Horus, restée en orbite. Selon leurs saints ouvrages, l’Empereur, accompagné des deux derniers Primarques qui Lui étaient restés loyaux, Sanguinius et Rogal Dorn, se téléporta à bord du vaisseau afin d’y affronter Horus en combat singulier. D’autres sources soutiennent que le Maître de Guerre permit à l’Empereur de Se rendre à bord, peut-être dans un ultime effort pour mettre un terme à ce bain de sang. Toujours est-il qu’un combat eut lieu, au terme duquel Horus tua son frère Primarque Sanguinius, avant de lui-même succomber des mains de l’Empereur. Ce dernier fut cependant mortellement blessé dans Son combat contre le Maître de Guerre, et Son enveloppe charnelle gravement endommagée.

On dit que Rogal Dorn récupéra le corps meurtri de l’Empereur et retourna sur Terre. Là, on l’enchâssa dans le Trône d’Or, où Il se trouve toujours, sans avoir prononcé la moindre parole ni fait le plus petit geste depuis dix mille ans. Les pieux adorateurs du Credo Impérial croient que l’esprit de l’Empereur vit toujours dans le cadavre assis sur le Trône d’Or, mais nombreux sont ceux qui doutent et ont remis en cause cette croyance, au point de risquer des accusations d’hérésie. Le corps du Maître de Guerre fut retrouvé par ses propres soldats qui s’enfuirent sans attendre loin de la Terre. Sans Horus pour commander et maintenir la cohésion des troupes, la rébellion s’effondra. Ceux qui avaient tout récemment pris fait et cause pour le Maître de Guerre retournèrent promptement leur veste et revinrent dans le giron impérial. Les Légions d’Horus se retournèrent les unes contre les autres, désormais gouvernées par leur allégeance aux Puissances de la Ruine plutôt que par une stratégie commune. Au fur et à mesure que les loyalistes se rassemblaient, les forces rebelles firent écrasées sur chaque monde, et les légions corrompues, les Légions Renégates comme on les appelle désormais, furent boutées hors de l’espace impérial.

À travers tout l’Imperium, le culte de l’Empereur-Dieu se développa. Dans les siècles qui suivirent, il allait se cristalliser sous la forme de l’Adeptus Ministorum et de la religion puritaine qu’est le Credo Impérial. L’Imperium lui-même évolua en une entité reposant sur la peur et la trahison, des fondations établies par ce qu’on allait baptiser l’Hérésie d’Horus.

Là, dans les tréfonds du Palais Impérial, des amas de technologie insondable sustentent depuis lors l’esprit de l’Empereur pour qu’Il puisse continuer à veiller sur l’Humanité. Bien que Son corps soit condamné à l’immobilité, les pouvoirs psychiques de l’Empereur ne sont en rien entravés, et Il est toujours le Maître de l’Humanité, le Gardien du genre humain.

Seul l’esprit de l’Empereur est assez puissant pour canaliser la puissance brute que fournissent les serviteurs de l’Adeptus Astronomica et en faire le fanal psychique de l’Astronomican. On ne peut pas reconnaître la même endurance aux membres de l’Adeptus Astronomica eux-mêmes, car triste est leur sort. Ils sont bientôt détruits par l’effort qu’exige la production d’énergie psychique, qui aspire leur âme et les réduit en enveloppes vides. Beaucoup meurent chaque jour, mais ils ne sont pas les seuls Psykers à qui l’on demande le sacrifice suprême, car l’Empereur ne peut ni manger, ni boire, ni même respirer. Sa vie a depuis longtemps dépassé le point où de telles choses peuvent encore l’alimenter : la seule nourriture viable pour l’Empereur est la force vitale humaine - les âmes - et Son appétit est insatiable.

Tous les humains ne conviennent pas à la table de l’Empereur, car le donneur doit avoir des pouvoirs psychiques. Par conséquent, l’Imperium est ratissé par les nombreuses flottilles de Vaisseaux Noirs, dans une quête infatigable des Psykers émergents. Entassés durant leur long voyage vers Terra, certains des Psykers s’avéreront posséder assez de force mentale pour être recrutés par l’Adeptus Astra Telepathica ou être entraînés par l’Adeptus Astronomica, mais bien plus encore serviront leur Empereur d’une manière plus effroyable. Ils seront livrés aux machines qui entourent le Maître de l’Humanité et leur âme sera siphonnée, lentement et douloureusement, pour nourrir Son puissant esprit. Des centaines, des milliers, doivent mourir ainsi chaque jour pour que survivent l’Empereur, l’Imperium, et toute l’Humanité.

Le rêve de l’Empereur, celui d’un nouvel âge éclairé, où l’Humanité serait libérée de la superstition et de l’ignorance, est devenu quelque chose de bien différent. Son Imperium a perduré longtemps, mais uniquement par la vertu d’un régime oppresseur, dur par nécessité, exercé en Son nom. C’est un âge de tyrannie et de déraison, une ère de stagnation et d’intolérance. Son peuple a régressé dans l’obscurantisme religieux tandis que l’Empereur repose immobile, perdu dans des pensées insondables ; l’être dont la volonté s’exerce sur un million de mondes est incapable de lever un seul doigt.

Une époque de nuit éternelle s’annonce, et de partout se pressent les ennemis de l’Humanité, tels des rapaces volants en cercle au-dessus d’un animal à l’agonie. Seule la clairvoyance de l’Empereur laisse une chance à l’Homme de traverser la fin des temps…

Dissimulés par des volutes de gaz alchimiques, connecté par des kilomètres de câbles et de tubes, l’Empereur a conscience des dangers qui menacent d’engloutir l’Humanité, et Il les affronte. Seul et coupé de tous, Il a assumé le rôle qui Lui incombait, celui de gardien de Son peuple et de protecteur de Sa métamorphose. Le Maître de l’Humanité sait qu’Il doit survivre, à jamais si nécessaire, ou jusqu’au moment où les humains dotés de capacités psychiques auront acquis assez de force mentale pour résister sans Son aide aux dangers du Warp.

L'Empereur

« L’Humanité est la force de l’Empereur, et l’Empereur est la force de l’Humanité. Si l’un se détourne de l’autre nous serons tous perdus et damnés à jamais. »
- Les Sermons de Sebastian Thor. Vol XXVII, Ch. LXII.

À travers le Culte Impérial, des millions de gens se sont familiarisés avec les fables traditionnelles traitant de l’Empereur. Les enfants chantent Ses louanges et écoutent des histoires sur Sa vie. C’est cet Empereur que l’Humanité connaît : l’Empereur du Culte Impérial. Tel est le pouvoir de ce culte et grande et la nécessité que l’homme croit en son authenticité, personne ne la remettant en question. Pour ce qui est de l’Empereur Lui-même, Il n’a ni parlé ni bougé depuis dix mille ans. Ainsi, la véritable histoire de la vie extraordinaire de l’Empereur précédant Son incarcération dans le Trône d’Or est presque quasiment submergée par la pieuse doctrine de l’Ecclésiarchie. Cette page explique qui et ce qu’est l’Empereur, quelles sont Ses motivations et quel pourrait être Son ultime destin. Ces faits sont présentés pour l’information du lecteur. Dans l’Imperium d’aujourd’hui, seul l’Empereur se rappelle des événements décrits ici - si encore Il peut se rappeler de choses si vagues et si lointaines.[1]

  • Pour plus de détails, voir l’article dédié : l’Imperium

La Naissance de l'Empereur

« L’Empereur est tout. Il est notre bouclier et notre protecteur. »
De la naissance et la jeunesse de l’Empereur, nous ne pouvons dire que peu de choses, le temps ne nous permettant pas d’examiner chaque détail des cinquante mille années de Son existence. Sa mère et Son père étaient humains, Ses frères et Ses sœurs étaient des mortels comme les autres, et quand Il est né, ces parents n’avait aucune raison de penser qu’Il était autre chose qu’un enfant normal.

C’est seulement beaucoup plus tard qu’Il identifiera la date de Sa naissance autour du huitième millénaire avant J.C dans un lieu situé dans l’Anatolie Centrale, et déjà Il avait déjà presque oublié les débuts de sa jeunesse parmi les montagnes arides et les torrents glacés.[2]

Le Réveil dans le Warp

Le Warp est un univers parallèle composé entièrement d’énergies psychiques produites par les pensées, les émotions et l’activité intellectuelle des êtres vivants. À un degré moindre, ces énergies sont même générées par les forces vitales des créatures les plus simples comme les plantes et les petits animaux. Le Warp est le reflet spirituel de la vie de l’univers entier, et c’est pour cette raison qu’il est parfois appelé la Mer des Âmes. Le Warp, la Mer des Âmes et le Royaume du Chaos sont une seule et même chose. Cette réalité alternative est aussi connu sous d’innombrables autres noms dans d’innombrables cosmologies.

Originellement, le Warp était rempli des forces psychiques naturelles des animaux et des plantes, créant une force unificatrice qui se déplaçait psychiquement à travers toutes les créatures vivantes. Quand les premières races intelligentes se développèrent, leurs esprits individualisés et extrêmement puissants emplirent le Warp avec des nouvelles et très puissantes énergies.

Cependant, alors que les énergies naturelles du Warp étaient harmonieuses, les âmes des hommes étaient toujours troublés, obsédés, accablés par la culpabilité ou autres imperfections. Ces énergies négatives se sont assemblées dans le Warp, attirées l’une à l’autre par attraction mutuelle, jusqu’à ce qu’elles forment des taches gênantes de disharmonie, comme un chancre sur un arbre ou une tumeur sur un animal. Ces forces dissonantes sont finalement devenues les Puissances du Chaos, des entités psychiques créés des peurs, des pensées refoulées et des contradictions des humains et des autres espèces intelligentes.

Les Puissances du Chaos commencèrent à croître avant même la naissance de l’Empereur, mais elles n’achevèrent leurs pleines puissances que des milliers d’années plus tard. Durant la jeunesse de l’Empereur et les premières années de Sa vie, les Puissances du Chaos n’étaient pas assez fortes pour perturber les harmonies naturelles du Warp. Les énergies du Warp étaient encore libres de circuler à travers les psychés des choses vivantes, maintenant l’unité de la nature et protégeant toutes les choses sous son aile.[3]

  • Pour plus de détails, voir l’article dédié : l’Immaterium

L'Homme Nouveau

Dès que les premiers hommes primitifs se sont développés, l’espèce a développée une relation particulière avec le Warp. Les simples chasseurs et cueilleurs des premiers âges comprirent que les forces naturelles dans lesquelles baignaient tous les êtres vivants étaient comme un grand fleuve fertilisant la terre morte. Certains d’entre eux étaient plus sensible que les autres aux mouvements cachés du Warp. Ils pouvaient sentir le rythme du Warp alors que ses énergies se déplaçaient à travers les choses vivantes, et parfois, ils pouvaient prédire le futur par la compréhension des subtiles variation des flux de vitalité du Warp. Les plus talentueux de ces humains assumaient le rôle de chamans ou sorciers tribaux, et utilisaient leur pouvoirs au bénéfice de leur peuple.

À mesure que le nombre humain augmentait et que la civilisation humaine se détachait de ses racines naturelles, les énergies de distorsion créées par les hommes commencèrent à dominer le Warp. Là où les énergies de la nature étaient harmonieuses et bénignes, celles de l’homme étaient souvent imprévisibles et dangereuses. Le pouvoir, l’ambition, la cupidité, la luxure et milles autres sentiments humains prirent racine dans le Warp et commencèrent à grandir. Comme les pensées et les émotions des hommes devenaient plus fortes, les rythmes naturels du Warp furent perturbés et devinrent moins accessibles aux chamans. Inévitablement, le développement de la civilisation coupa les liens entre l’Humanité et les forces naturelles du Warp, créant de nouvelles bases sur leur caractère propre. Avec le temps, ces forces imprévisibles deviendraient les Puissances du Chaos.

L’Empereur est né alors que le rythme du Warp coulait toujours puissamment entre toutes les choses naturelles. Les vieux chamans étaient guidés par le Warp et à leur tour ils guidaient leurs peuples. Mais déjà à cette époque la puissance croissante de l’Humanité se faisait sentir et les chamans craignaient que toutes leurs connaissances et leur mode de vie disparaissent. Les énergies dont ils dépendaient devenaient de plus en plus difficiles à exploiter. Pire encore, ils perdaient la capacité de se réincarner. Aussi longtemps qu’ils se souviennent, lorsque un chaman mourrait son âme rejoignait le Warp et se baignait dans ses énergies, avant de renaître dans un nouveau corps. À présent, ces âmes étaient perdues, pourchassées et consumées par les malveillantes Puissances du Chaos.

Terrifiés pour l’avenir de leur race, tous les chamans de la Terre se réunirent dans le même lieu et commencèrent le plus long et le plus important débat de l’histoire de l’Humanité, celui-ci s’étalant sur plusieurs siècles et se concluant par la naissance de l’Homme Nouveau.

Après des centaines d’années de délibérations et de recherches, les chamans arrivèrent à la conclusion qu’ils étaient condamnés, et que sans eux toute la race serait la proie des entités psychiques qui avait été créées dans le Warp. En parallèle, la distorsion du rythme naturel du Warp aurait pour résultat l’inévitable déclin de la toute planète. Ils devinèrent un avenir qui verrait toute la création engloutit par l’avidité et l’ambition de l’Humanité.

Bien que leur propre pouvoir était encore fort, les chamans réalisèrent qu’ils ne pourraient guère survivre à une ou deux incarnations supplémentaires. Ils n’étaient pas hommes à accepter la mort facilement. Beaucoup d’entre eux se souvenaient de l’aube de leur race, quand dans d’autres corps, ils marchaient sous les cieux africains. Ayant survécu si longtemps, pendant des millions d’années, ce n’était pas dans leur caractère de mourir sans espoir et sans raison. Ils décidèrent donc d’unir leurs énergies en se réincarnant dans une seul corps. Par milliers, ils avalèrent du poison, et par milliers ils moururent, et leur enfant vint au monde.

Dans la même année, l’homme connu plus tard sous le nom d’Empereur naquit. À mesure qu’Il grandissait, Ses pouvoirs commencèrent peu à peu à se manifester et Il se rappela graduellement les milliers de vie qu’Il avait vécu. Il était l’Homme Nouveau. Mais Il était aussi le passé. Son puissant esprit pouvait encore utiliser les énergies naturelles du Warp, pénétrer les vies des plantes et des animaux, promouvoir l’harmonie, et soulager la souffrance des autres. Et Il se rappela qu’Il avait été crée pour vivre éternellement, de sorte qu’Il n’aurait jamais à avoir à Se réincarner, mais survivrait inchangé pour l’éternité. Enfin, Il se remémora chaque chose qui avait conduit à Sa naissance, et Il quitta Son peuple pour commencer Son voyage sans fin autour du monde et dans l’histoire humaine.[4]

L'Empereur et l'Histoire de l'Humanité

Pendant trente-huit mille ans, l’Homme Nouveau a erré sur la Terre et à travers l’histoire des hommes. Il a d’abord simplement observé le monde autour de Lui, mais bientôt, Il a commencé à l’aider là où Il le pouvait, utilisant Sa sagesse ancestrale pour répandre un gouvernement efficace, développer l’agriculture, l’élevage, la technologie et la paix. Il a toujours soigneusement employé son influence, adoptant l’apparence d’un homme normal et sans révéler Sa vraie nature.

Pendant des millénaires, l’Empereur regarda le développement de la race humaine. Il voyagea sur la terre entière, observant et aidant, adoptant parfois le rôle d’un grand leader ou d’un conseiller. Dans les temps de troubles, Il est devenu un croisé, un chef religieux ou un messie, et durant d’autres périodes, Il ne fut qu’un contributeur en coulisse des événements, un conseiller de rois, un magicien de cour, un scientifique pionnier. Beaucoup des aspects qu’Il a adoptés étaient humbles, d’autres sont devenus les grandes figures de histoire du monde ou de la religion. En temps de crises, Il était là, dirigeant la race humaine le long d’un chemin étroit pour la survie que Lui seul pouvait voir.[5]

L'Empereur et les Puissances du Chaos

À mesure que la race humaine prospérait, le Warp devenait de plus en plus perturbé au point que son flux ne pouvait plus sustenter toute la planète comme autrefois. L’Homme Nouveau était conscient que les aspects extrêmes du caractère humain nourrissait les Puissances du Chaos. Malgré Ses grands efforts pour promouvoir la paix et l’harmonie, les valeurs instinctives de l’honneur martial, d’ambition, de défiance et d’autosatisfaction ne pourrait jamais être éradiqué. Quelques uns des plans de l’Homme Nouveau furent des échecs : les graines de la sagesse ne poussaient pas toujours où devenaient d’incontrôlables monstruosités menant à la persécution et à la guerre.

Les Puissances du Chaos sentirent la présence de l’Homme Nouveau et ses efforts pour freiner leurs propres puissances et leurs expansions. Même avant qu’ils ne soient devenus entièrement conscients les Puissances du Chaos reconnurent en l’Empereur leur plus grand ennemi. Khorne fut la première de ces Grandes Puissances à se réveiller pleinement, et une ère de guerres et de conflits fit rage à travers le globe. Tzeentch fut le suivant, et les nations et la politique se développèrent avec toutes leurs intrigues implicites et leurs doubles jeux. Nurgle fut le troisième à se réveiller et les pestes balayèrent tous les continents et rapportèrent beaucoup d’âmes au Seigneur de la Pestilence. Vers la fin du Moyen-Âge, les trois Puissances du Chaos étaient complètement conscientes. La quatrième Puissance, Slaanesh, sommeillait encore.[6]

Slaanesh

Jusqu’ici nous avons évoqué les Puissances du Chaos d’un point de vue purement humain. Cependant, elles ne sont pas uniquement formées des défauts humains. Le Warp dont les flux traversent la galaxie entière est en contact avec de nombreux mondes et de nombreuses races, ses énergies proviennent de toutes les formes de vie, quelles soient extraterrestres ou lointaines. Certaines de ces formes de vie sont intelligentes d’une manière similaire aux humains, et entretiennent les mêmes espoirs et rêves. D’autres sont des créatures bizarres et incompréhensibles, mais pouvant être responsables de conflit et de malheur malgré leur ignorance. Ainsi, si l’agressive et instable race humaine doit être largement blâmée pour la croissance de forces dissonantes dans le Warp, elle n’est pas seule fautive. De toutes les races extraterrestres, le cas des Aeldaris est le plus significatif depuis qu’ils furent l’instrument de la création de la quatrième grande Puissance du Chaos, Slaanesh.

Les Aeldaris étaient déjà une race ancienne quand l’Empereur est né. Toutes comme les pensées et les émotions humaines ont entaché les énergies que leurs vies génèrent dans le Warp, le caractère des Aeldaris créa sa propre dissonance. Cependant, le caractère aeldari est radicalement différent de celui des humains sur plusieurs aspects. Les sens et les pensées d’un Aeldari atteignent un degré que les humains ne peuvent pas comprendre, tant ses émotions et ses imaginations sont intenses. Un Aeldari peut connaître une joie dix mille fois plus puissante que celle éprouvée par un humain, mais il peut aussi faire l’expérience du désespoir au même degré. Bien qu’il ne soit pas plus disposé à être bon ou mauvais qu’un humain moyen, l’Aeldari typique peut encore concevoir à la fois la plus noire méchanceté ou aspirer à la plus parfaite bonté. Les Aeldaris eux-mêmes reconnaissent les dangers posés par leur "Sombre Nature", terme désignant leurs extrémités destructrices.

Avec une imagination si débordante et des sens si finement rodés, l’univers offre aux Aeldaris une source potentielle sans fin de plaisir et de gratification intellectuelle. Même s’ils ne cèdent pas à ce plaisir, la tentation est toujours présente, c’est une source constante d’inquiétude pour leur esprit éveillé. Slaanesh a grandit presque entièrement des plaisirs non réalisés des Aeldaris. Ils luttaient tout leur vie pour nier leurs désirs secrets mais lorsqu’ils mourraient, leur coté obscur se mélangeait avec le Chaos, et leurs tentations longtemps refoulées se délivraient et nourrissaient la Puissance du Chaos Slaanesh.

Alors que Slaanesh gonflait d’énergie, son désespoir d’achever son éveil pour atteindre la conscience était encore freiné par la détermination de tous les Aeldaris qui restaient à naître. Ses cris capricieux et les cauchemars qui le tourmentait résonnaient dans le Warp, perturbant sa structure et causant la folie partout dans la galaxie. Au fil des millénaires, la naissance de Slaanesh devint de plus en plus proche, au point que les Aeldaris, les hommes et les autres races commencèrent à être dangereusement affectés.

Les progrès scientifiques du troisième millénaires après J.C et des suivants apportèrent aux humains ordinaires quelques connaissances sur le Warp. Bien que personne n’ait imaginé sa vraie source de puissance, l’Humanité appris à voyager à travers le Warp et bientôt les étoiles furent peuplées de colonies humaines. L’Homme Nouveau lui-même joua un rôle prépondérant dans ces avancées scientifiques. Il savait que tant que l’Humanité resterait isolée dans son propre système solaire, l’espèce entière serait vulnérable à l’extinction. Ses apparitions à des moments cruciaux de l’histoire mondiale lui permirent d’orienter dans une certaine mesure le cours du progrès humain. Bientôt, il y eut des colonies humaines dans toute la galaxie.

Les douleurs liées à la naissance de Slaanesh ont rendu d’autant plus impératif pour l’Humanité de progresser le plus rapidement possible. Les voyages Warp devinrent de plus en plus difficiles alors que les horribles rêves de Slaanesh devenaient plus intenses. Même les autres Puissances du Chaos étaient affaiblies tandis que toute la structure du Warp se tordait et se contorsionnait avec d’impétueuses tempêtes Warp.

En conséquence, les voyages Warp devinrent presque impossibles et de nombreux mondes furent isolés pour de très longues périodes. La société humaine se fragmenta et la Terre fut totalement coupée du reste de la galaxie. Ce fut pour l’histoire humaine l’Ère des Luttes - un âge d’anarchie et de folie que même l’Homme Nouveau fut incapable de prévoir. L’Ère des Luttes se termina seulement avec la naissance de Slaanesh, un événement qui apporta de nouveaux problèmes et de dangers inédits.[7]

La Naissance de Slaanesh

La race aeldari était piégée par sa "Sombre Nature" qui s’affirmait de plus en plus à mesure que l’énergie de Slaanesh grandissait. Plus leur Sombre Nature les entraînait dans la décadence morale, artistique et sociale, plus les Aeldaris se battaient contre elle. Mais c’était sans espoir. Slaanesh était comme un ballon qui gonflait et dont la pression montait à l’intérieur. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’il éclate.

Slaanesh surgit dans le Warp dans un hurlement striant, et une énorme onde de choc psychique se propagea dans tout le Warp au point que l’âme de chaque créature vivante en fut frappée. Pour les hypersensibles Aeldaris, c’en était trop. L’empreinte de leurs existences dans le Warp furent absorbées par Slaanesh, et leurs corps s’évaporèrent tandis que le Chaos tourbillonnait dans leurs esprits. Très peu d’Aeldaris survécurent, et ceux là furent tragiquement affectés par la chute de leur race.

Le choc psychique de la naissance de Slaanesh eu deux effets immédiats. La catharsis balaya effectivement les tempêtes Warp créées par le tourment de Slaanesh, et mit donc fin au long isolement de la Terre. Cependant, le choc psychique fut si important qu’il ne put être entièrement contenu à l’intérieur du Warp.

Là où la population aedalri était la plus dense, le Warp se répandit littéralement de leur esprit et fusionna avec l’espace matériel. Cela créa des zones éparpillées où le Warp se mélangea à l’univers matériel, la plus vaste et la plus significative de celles-ci étant l’Œil de la Terreur.[8]

L'Empereur se Prépare

La structure entière du Warp fut affectée par la croissance des Puissances du Chaos, si bien que partout dans la galaxie, les énergies psychiques incarnées par le Chaos commencèrent à corrompre les énergies naturelles des choses vivantes. Pendant que la Terre était isolée par des tempêtes Warp, elle fut également protégée des influences maléfiques du Chaos qui avait déjà corrompue une grande partie de la population humaine de la galaxie - à la fois dans l’esprit et dans le corps.

C’était seulement, comme le savait l’Homme Nouveau, un répit temporaire. Une fois Slaanesh éveillé, l’incroyable perturbation du Warp pourrait perturber son courant déjà faiblissant. Après presque quarantaine mille années, le temps était venu pour l’Homme Nouveau de prendre directement en main le futur de l’Humanité. Il était temps pour Lui de devenir l’Empereur.

Sur Terre, les civilisations bien ordonnées du passé avaient disparu. Le gouvernement avait dégénéré en une anarchie globale. C’est de cette anarchie que l’Empereur émergea - un sauveur en cette époque de crise. Il mena des armées de l’Antarctique au Groenland, des déserts d’Amazonie aux montagnes d’Afrique, Ses partisans augmentaient en nombre et en ferveur. Son message était clair et primordial : unifier l’Humanité et apporter l’ordre dans la galaxie.

Ce fut un message populaire, un vieux rêve d’unité que la voix humaine transforma en un enthousiasme irrésistible. Plus d’un siècle avant l’éveil de Slaanesh, l’Empereur rechercha à établir Sa loi sur la Terre et commença à façonner Son peuple en une armée loyale. Il commença à planifier la reconquête de la galaxie en anticipant la dispersion des tempêtes Warp autour de la planète.[9]

Les Primarques

L’Empereur n’a jamais fait l’erreur de sous-estimer la menace de Chaos, et pour y faire face, Il mit au travail les meilleurs scientifiques de la Terre. Les armes et les vaisseaux spatiaux se déversaient en masse des usines martiennes pour soutenir les forces assiégées partout dans la galaxie.

Le plan de l’Empereur à plus long terme pour résister aux influences insidieuses des Puissances du Chaos était la création des Primarques : des surhommes créés génétiquement avec des pouvoirs divins. L’intention de l’Empereur était de créer une race entière de ces surhommes à partir des patrimoines génétiques des Primarques. En les rendant loyaux et forts, Il espérait qu’ils pourraient prouver leur immunité aux influences néfastes du Chaos.

Le Primarques devaient être des exemples frappant d’hommes exempts de toute souillure et corruption. L’énergie non corrompue du Warp coulerait en eux comme elle coulait dans l’Empereur Lui-même, les fortifiant et en leur conférant des pouvoirs comme en possédaient les anciens chamans.

Malheureusement, les choses ne se sont pas déroulées comme prévu. Malgré les meilleures tentatives de l’Empereur pour cacher le projet des yeux perçants des Puissances du Chaos, elles parvinrent à l’apprendre. Les Primarques étaient encore au stade de fœtus, grandissant dans des réservoirs amniotiques spéciaux, quand les Puissances du Chaos combinèrent leurs énergies pour les disperser lors d’une audacieuse attaque.

Même pour les Puissances du Chaos, ce kidnapping représenta une colossale dépense d’énergie. Les Primarques furent aspirés par le Warp et éparpillés sur des mondes humains à des endroits distants dans la galaxie. Les Puissances du Chaos n’avaient pas assez de ressources pour détruire les Primarques, mais elles firent du mieux qu’elles pouvaient en les cachant à l’Empereur. Ils restèrent isolés jusqu’au réveil de Slaanesh.[10]

  • Pour plus de détails, voir l’article dédié : les Primarques

Les Space Marines

L’Empereur proclame le début de la Grande Croisade !
L’Empereur avait perdu les Primarques et Sa première action fut de renouveler Sa guerre contre les Puissances du Chaos. Les Primarques ne pouvaient pas être recréer, et même si c’était possible, Il n’avait plus le temps pour S’y consacrer. Les troubles engendrés par la naissance de Slaanesh s’accentuaient à mesure que le temps de son réveil se rapprochait. L’Empereur élabora un autre plan. Utilisant le matériel génétique issu des Primarques et en l’implantant dans des golems de laboratoire, certaines de leurs qualités pouvaient être reproduites sous la forme d’organes biologiques. En transplantant ces organes dans un jeune corps en croissance, certaines des qualités des Primarques pouvaient être recréées. C’est de cette manière que les premières Légions Space Marines furent fondées. Chaque Légion utilisait le matériel génétique dérivé de l’un des Primarques.[11]

La Grande Croisade

Lorsque le temps des tempêtes Warp prit fin, les Space Marines et les autres forces impériales étaient prêts à partir à la conquête de la galaxie. Les forces de Chaos étaient déjà puissantes et beaucoup de mondes humains avaient été conquis par des Cultistes du Chaos ou par des extraterrestres. Ce fut une lutte difficile, mais à chaque victoire, l’Imperium devenait plus fort et de nouveaux guerriers rejoignaient la Grande Croisade.

Les conquêtes initiales se concentrent sur les zones où les Primarques avaient été cachés. Employant Ses pouvoirs psychiques, l’Empereur les localisa progressivement et retrouva chacune de Ses créations originales qui furent réunies avec les Légions Space Marines créés à partir de leurs patrimoines génétiques. Ils ne semblaient pas avoir été corrompus par leur contact avec le Chaos et ils étaient devenus de grands leaders et guerriers parmi les populations humaines autochtones. En fait, cette apparence de normalité devrait s’avérer trompeuse, car certains des Primarques avaient été entachés par leur contact précoce avec le Chaos. Avec l’aide des Primarques, la Grande Croisade balaya la galaxie. L’Humanité entreprit à reconstruire son héritage, et l’extraterrestre oppresseur fut partout défait et chassé. Le Chaos dut battre en retraite vers ses propres royaumes, dans les zones où l’espace réel et le Warp se mélangeaient comme l’Œil de la Terreur.[12]

L'Hérésie d'Horus

Les forces du Chaos ne s’avouèrent pas aussi facilement battues. Elles chuchotèrent aux Primarques depuis le Warp, perturbant leur rêves avec des promesses de pouvoir, faisant appel à leur fierté, leurs prouesses martiales et leur courage. Aucun Primarque ne résista totalement à ces tentations tacites. Le caractère de chacun fut mis à rude épreuve et la moitié d’entre eux échouèrent à ce test. Ces tentations étaient si subtiles qu’ils ne se doutèrent même pas de quelle manière leur allégeance avait évoluée.

Par exemple, Mortarion, Primarque de la Légion de la Death Guard, croyait fermement qu’il était le héraut d’un nouvelle âge de justice. Angron des World Eaters pensait réellement que lui seul pouvait sauver l’Humanité de la destruction. Horus aussi, le plus grand des Primarques, était convaincu des vertus des idéaux martiaux pour lesquels il se battait.

En faisant appel à leur vertu et à leur courage, ils furent tentés de mener leurs Légions Space Marines contre l’Empereur. Au début, même les Primarques ne se doutaient pas qu’ils étaient tombés sous l’emprise du Chaos, mais lorsqu’ils se rebellèrent, leurs bonnes intentions disparurent progressivement alors que le Chaos saturait peu à peu leurs âmes. Pareillement, les Légions qu’ils dirigeaient se tournèrent lentement mais sûrement vers le Chaos.

Le meneur de la rébellion était le Maître de Guerre Horus, le plus grand et le plus fidèle des Primarques. Il s’était tenu aux cotés de l’Empereur durant les longues années de la Grande Croisade. Ils avaient combattu dos-à-dos au siège de Reillis lorsque l’Empereur sauva la vie d’Horus. Sur le champ de bataille de Gorro, Horus paya sa dette en tranchant le bras d’un Ork plongé en pleine frénésie alors qu’il tentait d’étranger l’Empereur.

La chute d’Horus fut un grand choc pour l’Empereur. Pendant un mois vital, l’Empereur hésita, assommé par l’étendue de la trahison d’Horus, incapable de croire que Son ami et général était réellement en train de rassembler des forces contre Lui. Lorsque finalement, la guerre éclata, elle fut sauvage et sanglante. L’Astartes combattait l’Astartes comme des factions rivales luttant pour la suprématie.[13]

La Bataille de Terra

La véritable tragédie de l’Hérésie d’Horus fut qu’elle ruina les créations de l’Empereur - non seulement les Primarques mais aussi les Space Marines. Les forces rebelles répandirent la destruction matérielle et la souffrance, mais pire que tout, elles répandirent la corruption du Chaos partout où elles passaient.

Dans toute la galaxie, les forces du Chaos devenaient plus fortes au fur et à mesure que les humains étaient séduits par les valeurs représentées par les Puissances du Chaos et même par leur adoration. Le grand esprit de l’Empereur était affaibli alors que les meilleures qualités de l’Humanité étaient perverties et détournées par l’influence subtile du Chaos.

Telle était la situation lorsque les forces du Chaos s’assemblèrent autour de Terra. Les bases lunaires, bastions de la défense de la planète, tombèrent face à Horus après de durs combats et la flotte rebelle entra en orbite terrestre. Après une brève bataille, les défenses laser de Terra furent détruites par un puissant bombardement depuis l’espace. Les derniers escadrons des chasseurs loyalistes déversaient salve après salve sur les immenses vaisseaux mais ne réussirent pas à pénétrer leurs boucliers. Une fois les munitions épuisées, les pilotes écrasèrent directement leurs chasseurs sur les vaisseaux ennemis. C’était un ultime geste de défi - rien de plus.

Les Modules d’Atterrissages d’Horus tombèrent comme une pluie sur le Palais Impérial, dégorgeant les Marines renégats compagnie après compagnie. Le Palais s’étendait sur plusieurs kilomètres carrés de couloirs, cours et bâtiments administratifs, et les combats furent féroces et sans pitié. Les Marines renégats et les unités rebelles de la Garde Impériale forcèrent les Marines loyaux et la Garde de l’Empereur à reculer.

Les défenseurs refusèrent de céder et les attaquants furent forcés d’avancer pas à pas par-dessus les pertes des deux camps. Par endroits, les morts étaient si importants que des couloirs furent bloqués par la masse des corps.[14]

La Mort d'Horus

Le duel entre l’Empereur et Horus fut l’instant le plus important de l’histoire de l’Humanité.
Alors que les forces rebelles se refermaient lentement autour des troupes loyalistes, l’Empereur pris une position défensive avec sa garde personnelle et le Primarque Rogal Dorn des Imperial Fists. La dernière heure de l’Humanité était arrivée et les quelques braves défenseurs se préparaient à une mort certaine. Mais à ce moment, alors que sa victoire semblait certaine, Horus fit sa seule et unique erreur. Certains disent que ce n’était pas une erreur, mais la part subconsciente d’humanité d’Horus qui guida ses actions et qui l’a trahi. Nous ne le saurons jamais avec certitude.

Horus abaissa les boucliers de défense de sa Barge de Bataille en orbite. À cet instant, il semblait vouloir envoyer une sonde psychique pour vivre les derniers instants de l’Empereur. Cela provoqua sa perte, car dès que les boucliers furent abaissés, l’Empereur fut conscient de sa présence et ne manqua pas cette opportunité. En quelques secondes, les téléporteurs se focalisèrent sur la barge d’Horus et l’Empereur, sa garde personnelle et les deux Primarques loyalistes, Rogal Dorn des Imperial Fists et Sanguinius des Blood Angels, furent transportés directement dans le repaire d’Horus.

Horus était le plus grand des élus du Chaos, un Archi-Champion et Capitaine des Grandes Puissances - un Seigneur du Chaos du plus haut rang. Lorsque l’Empereur et son groupe d’assaut se matérialisèrent à l’intérieur de la Barge de Bataille d’Horus, ils virent pour la première fois l’étendue de la trahison du Primarque. Le vaisseau avait été transformé en quelque chose de tellement horrible que certains des Space Marines sombrèrent instantanément dans la folie. Leurs esprits furent complètement décontenancés par ce qu’ils virent, puis ils s’écroulèrent de manière incohérente sur le pont, en proie à des convulsions. Des visages d’hommes et de Démons se dégageaient des cloisons, ils n’avaient plus de corps, leurs chairs se mélangeant aux murs noirs et visqueux. Avec un bruit répugnant de succion, des créatures se traînaient le long des couloirs, griffant et attrapant les intrus avec leurs pinces.

Ils ne mirent que quelques minutes à atteindre le pont, bien que de nombreux hommes courageux moururent dans ce court laps de temps et que des hordes de chose autrefois humaines périrent par les flammes et les Bolters. Là, sur la passerelle, l’Empereur fit face à Son ancien Maître de Guerre, et vit, aux pieds d’Horus, le corps brisé de Sanguinius - le Primarque avait trouvé Horus avant les autres et était mort de sa main.

L’Empereur lança son attaque, cette lutte était autant celle de deux vieux amis que celle du destin de l’Humanité. Tous deux savaient que celui des deux qui survivrait régnerait sur la galaxie et deviendrait l’Empereur incontesté de l’Humanité. Si Horus gagnait, alors le Chaos régnerait en maître et les hommes connaîtraient la même déchéance que les Aeldaris.[15]

Le Trône d'Or

Le duel contre Horus se déroula à la fois dans l’univers matériel et dans le Warp, leurs corps et leurs esprits luttant pour la survie. Le corps de l’Empereur fut pratiquement détruit et ses pouvoirs psychiques furent aussi gravement touchés. Mais les forces du Chaos se dissipèrent. Certains de ceux qui n’étaient pas au service du Chaos depuis trop longtemps furent soudain libérés de leur illusions et changèrent rapidement de camps, se battant avec d’autant plus de vigueur afin de se faire pardonner. D’autres, chez qui la corruption était plus profondément enracinée, virent que tout était perdu et se replièrent vers leurs vaisseaux et fuirent dans l’espace dégagé. Le corps de l’Empereur fut rapidement ramené sur Terra et placé dans une bulle de stase.

L’immense machine pour maintenir la vie connue sous le nom de Trône d’Or fut construite rapidement pour accueillir l’Empereur. Les pouvoirs de l’Empereur survécurent, mais Son corps était détruit. Au début, Il était encore capable de communiquer avec une certaine cohérence pendant de brèves périodes, puis Il sombra dans un silence complet. Ce silence n’a pas été rompu depuis dix mille ans.[16]

Jusqu’à…

L'Avènement du Primarque

À la fin du 41e Millénaire, Roboute Guilliman, le Primarque loyaliste le plus efficace et talentueux de l’Imperium, fut ressuscité. Suite à l’éprouvante Croisade Terrane, Guilliman pénétra dans la salle du trône de l’Empereur de l’Humanité, après une séparation de plusieurs millénaires. L’Imperium était au bord de l’effondrement suite à la destruction de Cadia par Abaddon le Fléau et l’ouverture de la Cicatrix Maledictum qui coupa le domaine de l’Empereur en deux, déversant des hordes démoniaques sans fin.[17]

Entre le moment où l’Empereur avait été placé sur le Trône d’Or et la mort de Guilliman, le Maître de l’Humanité ne s’était pas exprimé une seule fois. En se présentant à Lui pour la première fois en dix mille ans, le Primarque s’était demandé comment le moindre souvenir de Sa personne pouvait avoir subsisté après tant de siècles. Dans le saint des saints de Terra, il avait trouvé un cadavre momifié, emprisonné dans un sarcophage mécanique gémissant, Son épée reposant sur Ses genoux. Tout dans ce tombeau était imprégné de peine et de douleur et en découvrant quels sacrifices étaient nécessaires à la survie de son père - s’Il était encore en vie - Guilliman avait été écœuré. L’Empereur semblait tellement mort que Guilliman avait d’abord cru inutiles ces révoltantes offrandes de vies humaines. En réalité, il ne s’attendait plus à rien.

C’était alors qu’Il avait parlé. Proférant des mots de lumière et de flammes, l’Empereur avait conféré avec Son Primarque prodigue.

Le Fils Vengeur constata que l’Empereur, qui avait été un être subtil, aussi doué pour dissimuler Ses pensées que pour déceler celles d’autrui détenait encore une puissance qui dépassait l’entendement, mais qu’Il avait perdu la finesse de Ses jours parmi les hommes. Parler avec Lui revenait à s’entretenir avec une étoile. Chacun de Ses mots avait brûlé l’âme de Roboute Guilliman comme un fer rouge. Le Primarque perçu que malgré l’immensité de Son pouvoir, qui était peut-être encore plus grand qu’avant Son ascension, l’Empereur avait abandonné tout semblant d’humanité.

Néanmoins, le Fils Macragge, durant les années de lutte qui suivront son retour pour sauver l’Imperium, comprit que l’Empereur n’aimait personne, car Il ne pouvait Se permettre la faiblesse d’une quelconque affection, mais que ce désamour cachait un réel attachement, celui qu’Il éprouvait pour l’Humanité.

Encore à ce jour, l’Empereur de l’Humanité lutte pour repousser les Dieux Sombres, dans Sa guerre éternelle contre le Chaos.[18]

La Lumière de l'Empereur

Gardien de l’Humanité

Percevant la natalité croissante des Psykers humains, l’Empereur fut le premier à anticiper l’évolution de l’homme en une créature psychiquement éveillée. L’Empereur Lui-même fut le Psyker humain le plus doué de tous les temps, et bien avant qu’Il fût placé sur le Trône d’Or, Il avait compris que sans Sa gouverne, les possesseurs de ce trait émergent seraient victimes des choses tapies dans le Warp. Il savait quel genre de créatures se tenait à l’affût de l’essence vitale des êtres conscients et que les bêtes du Warp se jetteraient sur les esprits inexercés, ou pire encore, les utiliseraient comme conduits vers la réalité. Il anticipa, et seul Son esprit en était capable, les mutations générées par les forces du Chaos pour souiller l’évolution de l’homme. La seule réponse que l’Empereur entrevit fut la création d’un nouveau régime oppresseur - ainsi naquit l’Imperium. Des armadas de Vaisseaux Noirs parcourent le vide entre les millions de monde et la sainte Terra. Les rouages inhumains de la bureaucratie impériale tournant imperturbablement, telle une horloge, sans conscience, sans volonté. Un prix modeste pour la survie de la race humaine…

Avant d’étendre la Grande Croisade aux étoiles au-delà de Sol, l’Empereur a d’abord ordonné la construction de l’Astronomican sur Terra. Un grand nombre de Technoprêtres furent amenés de Mars pour superviser le projet et la majorité de la population terrienne fut mise à contribution pour construire le bâtiment de la machine ou soutenir ce travail. À cette époque, l’Astronomican était le plus grand artifice sur Terra, et le seul but de cet effort colossal était de permettre à l’Empereur, à travers ce dispositif, d’être simplement un foyer par lequel Il pouvait diriger Ses énergies psychiques insondables pour produire un signal en partie auto-entretenu (bien que peu étaient au courant de ce fait). Le faisceau de navigation psychique généré par l’Astronomican était capable de traverser le Warp et ceux qui étaient en harmonie avec ses fréquences et modulations uniques, les Navigators, pouvaient l’utiliser comme une balise et une étoile polaire lors de leurs voyages à travers l’Immaterium. Grâce à cela, le Warp pouvait être parcouru avec une vitesse et une marge de sécurité sans précédent, bien que le risque ne puisse jamais être entièrement atténué - un avantage incalculable pour la Grande Croisade et le domaine interstellaire naissant qu’il créait. Son effet était tel que, même alors, certains se référaient à elle comme la Lumière Divine, ou la Lumière de l’Empereur, souvent sans pleinement réaliser la vérité littérale de ces mots.

En plus de cette balise inestimable parmi les étoiles, l’Imperium n’aurait pas été rendu possible sans la création et la continuation de l’Astra Telepathica. Ce corps spécial de communicateurs inter-stellaires a été créé par l’Empereur durant les derniers mois de la conquête de Terra, l’Empereur prévoyant leur futur utilité. La plupart du temps, l’Empereur ne favorisait pas l’utilisation de talents psychiques chez les autres, en tant que Psyker Lui-même, bien que d’un pouvoir et d’une maîtrise sans précédent, Il était conscient des dangers inhérents au contact avec le Warp. En outre, l’Ère des Luttes sur la Vieille Terre avait vue ses propres "rois sorciers" qui possédaient des Psykers, attestant de ces dangers, et dont certains avaient été tués personnellement par l’Empereur. Cependant, Il était capable d’identifier ceux qui étaient assez forts et avec une certaine prudence, certains Psykers furent employés dans divers rôles particuliers dans l’Imperium, les Astropathes étant l’une de ces exceptions.[19]

À présent, le corps de l’Empereur est mutilé et ravagé mais Il veille toujours sur l’Humanité et la guide depuis le Trône d’Or de Terra, sphère de survie remplie d’essences réparatrices, d’élixirs et de mélanges alchimiques. Grâce à ses gigantesques pouvoirs psychiques, l’Empereur dirige les vaisseaux de guerre à travers les royaumes cauchemardesques du Warp. Il explore les futurs possibles de l’Humanité et la conduit au milieu des écueils et des périls. Sans l’Empereur, l’Imperium serait incapable de diriger ses armées et ses flottes à la rencontre de ses ennemis. Il éclaterait en une centaine de petits empires qui s’entre-déchireraient pendant que les extraterrestres et autres créatures monstrueuses le dévoreraient et l’annihileraient.

Les Sacrifiés

Au fil de leur traversée de l’Imperium, les Vaisseaux Noirs de l’Inquisition procèdent à la récupération de nombreux Psykers. La vaste majorité de ceux qui sont ainsi raflés sur leur monde sont jugés trop faibles dans leur âme pour résister à la corruption par le Warp. Ils sont alors confiés aux soins de l’Adeptus Astronomica. Cette auguste organisation aide l’Empereur à entretenir l’Astronomican, le grand phare psychique de Terra. En sacrifiant la substance même de leurs âmes, les martyrs de l’Astronomican alimentent le Trône d’Or, lequel envoie sa lumière astrale briller au travers du Warp. En établissant un point de référence fixe, l’Astronomican constitue un élément vital des voyages par le Warp, car il permet aux Navigators de trianguler leur position. Chaque jour, environ un millier de ces martyrs sont sacrifiés de la sorte à l’Empereur. Beaucoup considèrent qu’il s’agit là d’un faible prix à payer en échange de la protection et des lumières spirituelles que leur offre le Maître de l’Humanité.

L'Unification des Âmes

Aucun Psyker ne pourrait transmettre de message télépathique via le Warp, pas plus qu’il ne pourrait en recevoir sur d’aussi vastes distances. Les Astropathes n’obtiennent cette aptitude qu’après des années d’entrainement, couronnées par un rituel particulier lors duquel une partie de la puissance de l’Empereur se mêle à la leur. Ce rituel connu comme l’Unification des Âmes fait approcher à l’esprit du Psyker la magnificence de l’Empereur. Dans le processus, une partie de l’immense puissance de l’Empereur se transfère à l’Astropathe.

Cette communion d’énergie est une expérience traumatique pour le Psyker ; tous ne survivent pas malgré leurs années de préparation, et ceux qui y survivent ne conservent pas leur santé mentale. Ces derniers subissent également des dommages aux nerfs sensitifs de la vue et de leurs autres sens, au point que pratiquement tous les Astropates sont aveugles et que d’autres ont perdu l’odorat, l’ouïe, le goût ou le toucher. Leurs facultés psychique accrues tendent alors à compenser cette perte, et aucun Astropathe ne semblerait aveugle s’il n’avait les orbites creuses, enfoncées et distordues.

De la Vérité Impériale à l'Empereur-Dieu

Le Maître de l’Humanité durant la Guerre dans la Toile face aux hordes démoniaques lors de l’Hérésie d’Horus.
« La voie que vous comptez emprunter est dangereuse. Refuser une chose aux êtres humains ne les fera que la désirer davantage. Et si vous parvenez à instaurer votre grande vision, que se passera-t-il ensuite ? Prenez garde que vos sujets ne se mettent pas à vous percevoir comme un dieu. »
- Uriah Olathaire, Dernier Prêtre de la Dernière Église de Terra à l’Empereur, 30e Millénaire.

Lors des Guerres d’Unification, l’Empereur mena une politique d’éradication de toute forme de religion et de croyance dans le surnaturel. Officiellement, cette politique visait à mettre fin à toutes les atrocités perpétrées au fil des siècles par les gens de foi et propager la raison et l’avancée de la compréhension que la religion aurait étouffée. Une brutale politique de destruction des lieux de culte fut lancée, la foi moquée et marginalisée, l’héritage religieux éradiqué. L’entreprise de la Grande Croisade visait, outre l’unification de l’Humanité, à propager cette politique connue sous le nom de Vérité Impériale, une doctrine athée qui proclamait la fin de la superstition et de la religion au profit de la science et de la raison.

En réalité, cette politique répondait à un plan secret dans la guerre menée par l’Empereur contre les Puissances du Warp.[20]

Ce qui s'est produit avant…

« Tout ce qui s’est produit auparavant, se produira à nouveau. Ainsi en va-t-il. Pour autant, la mort de l’Humanité éclipsera dix fois l’anéantissement aeldari, car nous sommes en train d’évoluer en une espèce encore plus puissante psychiquement. L’énergie psychique mal contrôlée déchirera la réalité. Les entités du Warp se nourriront de la dépouille de la galaxie. Il faut nous contrôler, et ce contrôle doit être maintenu. »
- L’Empereur de l’Humanité au Custodien Ra Endymion, Tribun des Hykanatoi.

Marqué par la Chute des Aeldaris et par la naissance de Slaanesh qui forma l’Œil de la Terreur, l’Empereur comprit que la race des hommes, ascendante dans la galaxie, accomplissait un grand pas dans son développement en évoluant en une espèce psychique. En résultait la multiplication des Psykers, êtres n’ayant pas le contrôle de leurs facultés, et qui étaient comme des aimants pour le toucher du Warp. L’Empereur voulait éviter que le genre humain connaisse une telle évolution, car une espèce constituée que de Psykers souffrirait comme souffrit l’ensemble de la race aeldari, et en ce qui les concerne, cette circonstance de leur évolution fut leur dernier pas avant d’être détruits. Pour éviter un tel destin à l’Humanité, l’Empereur comprit qu’il fallait couper tout lien entre les humains et le Warp, pour préserver l’Humanité de la damnation et la protéger des convoitises des Dieux Sombres.

Ainsi, la Grande Croisade avait pour but d’unifier l’ensemble du genre humain pour contrôler et éviter qu’une fraction de l’espèce humaine isolée n’invite les Dieux Sombres à condamner l’ensemble de l’Humanité par peur ou par ignorance. L’Empereur propagea Sa doctrine athée visant à éradiquer toute forme de religion afin d’éviter qu’un de ces cultes en viennent à vénérer les Puissances du Chaos ; la superstition et la religion offrant un accès facile aux habitants du Warp pour pénétrer le cœur des hommes. En parallèle, la déportation des Psykers obéissait à une logique de limiter tout contact avec l’Immaterium. Le dernier pallier du plan de l’Empereur était de prendre possession de la Toile aeldari, en ruine suite à la chute de leur empire : Il offrirait à l’Humanité par cette conquête un biais de déplacement interstellaire sans qu’elle n’ait à se fier aux champs de Geller ni aux Navigators qui voyaient des horreurs nager dans les courants étranges du Warp. Ce moyen de communiquer entre les mondes permettait de se passer des songes psychiques des Astropathes qui ont toujours souffert de leurs pouvoirs. Et lorsque l’Imperium abriterait toute l’Humanité sous la loi de la Pax Imperialis, libérée du Warp et unie par la vision de l’Empereur, ce dernier aurait pu guider sa transformation en une espèce psychique en la préservant des Dieux du Chaos, évitant aux hommes le même destin que celui des Aeldaris. Les Primarques, la Légion Tonnerre, les Guerres d’Unification, la Grande Croisade, les Légions Astartes, la Vérité Impériale, les Vaisseaux Noirs, le projet autour de la Toile : tout ce vaste plan de l’Empereur répondait au besoin de contrôler l’Humanité dans Sa guerre contre les Dieux Sombres.

Ces derniers, affolés par le projet de leur ennemi, complotèrent contre Lui, plantant les graines de l’Hérésie et utilisant Horus comme pantin pour faire échouer le plan de l’Empereur. Et ils réussirent…[21]

Émergence du Culte Impérial

Vitrail religieux représentant l’Empereur divinisé.
« Si un homme rassemble dix mille soleils entre ses mains… Si ses fils et ses filles ensemencent cent mille mondes, et qu’il leur accorde la jouissance de la galaxie tout entière… Si cet homme peut d’une pensée guider un million de vaisseaux au milieu de l’infini des étoiles… Alors veuillez me dire, si cela vous est possible, comment un tel homme serait moins qu’un dieu. »
- Lorgar Aurelian, Primarque des Word Bearers.

Ironie du sort, ayant combattu toute Sa vie pour éloigner l’Humanité de la superstition et de la foi religieuse, l’Empereur de l’Humanité était déjà vénéré comme une divinité avant le début de l’Hérésie d’Horus. Lorgar, Primarque des Word Bearers, avait écrit un livre, le Lectitio Divinitatus, qui exposait les raisons pour lesquelles l’Empereur de l’Humanité était plus qu’un homme mais un Dieu fait chair. Il affirmait qu’aucun être humain n’aurait pu accomplir tout ce que l’Empereur avait fait pour unifier les tribus et les nations techno-barbares de Terra et réunir ensuite une grande partie de la galaxie sous Son règne. Un simple être humain ne pouvait non plus posséder et maîtriser des capacités psychiques aussi extraordinaires, des connaissances scientifiques aussi avancées, une telle compréhension de l’univers et une si grande compassion envers l’Humanité.

Avant même la fin de la Grande Croisade, un certain nombre de cultes consacrés à la vénération de l’Empereur avaient déjà vu le jour, faisant du Lectitio Divinitatus leur livre sacré. Le culte vénérant l’Empereur comme un Dieu était strictement interdit en vertu de la doctrine de la Vérité Impériale. L’Empereur Lui-même s’est défendue d’être un Dieu à de nombreuses reprises.

Mais durant les jours sombres de l’Hérésie d’Horus, des millions d’hommes et de femmes se sont de plus en plus tournés vers l’adoration de l’Empereur comme source d’inspiration et de courage pour survivre aux nombreuses horreurs de cette époque. La puissance démontrée du culte l’Empereur pour se protéger des entités démoniaques du Warp n’a fait qu’accentuer la diffusion de cette nouvelle religion.[22]

L'Ecclésiarchie

« L’Empereur est notre Lumière, celle qui guide l’Humanité dans cette galaxie de ténèbres. Nous sommes ses humbles serviteurs et il est le notre. Nous le prions et ses penses ne sont que pour nous. Et dans le noir, lorsque les ombres menacent, l’Empereur est avec nous, en esprit et en actes. »

La nécessité et la peur ne suffisent pas à lier entre elles un million de planètes, et dès les premiers jours de l’Imperium, nombreux furent ceux qui tentèrent d’unir l’Humanité par la foi. Au départ simple culte local, l’Ecclésiarchie grossit jusqu’à devenir la religion officielle de l’Imperium. Cette organisation extrêmement influente s’est immiscée dans toutes les facettes de la vie des citoyens impériaux.

Alors que l’Empereur guidait l’Humanité dans les étoiles, Il fut vénéré comme un chef et un visionnaire. Sur les planètes les plus arriérées redécouvertes pendant la Grande Croisade, de nombreuses populations primitives considérèrent l’Empereur comme un dieu vivant, un sauveur venu des cieux. Suite à son duel contre Horus et son incarcération dans le Trône d’Or, l’Empereur fut ouvertement adoré, même sur les planètes civilisées. L’Hérésie d’Horus priva non seulement l’Humanité de la présence physique de l’Empereur, mais elle induisit également d’autres changements. En plus des dégâts provoqués par la guerre civile, l’Humanité se mit à craindre les traîtres en son sein. L’espoir que l’Empereur avait tenté de rendre à l’Humanité fut remplacé par la suspicion et la terreur, si bien que les populations se réfugièrent dans la foi.

Suite à l’Hérésie d’Horus, beaucoup de cultes voués à l’Empereur se développèrent. Ces sectes différaient dans leurs pratiques, et interprétaient la volonté de l’Empereur désormais silencieux de façons très variées, cependant, toutes avaient en commun Sa divinification et l’application des principes visant à assurer la survie de l’espèce humaine qui avaient été établis dès la création de l’Imperium. Ainsi les mutants, Psykers, extraterrestres et tout ce qui se dressait devant le futur de l’Humanité devaient être détruits impitoyablement. Alors que la campagne du nettoyage ratissait les mondes humains partout dans la galaxie, ces nouvelles sectes suivaient dans son sillage. Quelques siècles après le sacrifice de l’Empereur, cette multitude de cultes avait été absorbée par le plus influent d’entre eux, l’Ecclésiarchie, nommée ainsi d’après son chef, l’Ecclésiarche. Cette secte prosélyte devint finalement la religion officielle de l’Imperium au début du 32e Millénaire, sous le titre d’Adeptus Ministorum.

Les Thoriens

Les Thoriens trouvent leurs origines dans l’Âge de l'Apostasie et dans le renversement de Seigneur Vandire par Sebastian Thor. Pour certains Inquisiteurs, il est évident que Thor a agi dans un but divin et a été investie part une partie du pouvoir et du charisme de l’Empereur Lui-même. Leur croyance est que l’Empereur marche parmi nous. Ayant été arraché du monde physique par les blessures infligées par Horus, Il doit de nouveau choisir des réceptacles pour faire Son travail. La cadavre maintenue dans le Trône d’Or n’est pas l’Empereur, car Il voyage dans l’au delà, utilisant Sa Divine Volonté, insufflant Son pouvoir à ceux qui ont été choisis. Mais ce sont des corps fragiles et mortels qui ne peuvent posséder qu’une fraction du pouvoir de l’Empereur et qui sont destinés à mourir de blessures ou de vieillesse. Mais que se passerait-il si on pouvait accorder à l’Empereur un corps qui ne se dessèche pas et ne meure pas, qui pourrait être son vaisseau pour toute l’éternité à venir ? Les Thoriens pensent qu’une telle chose est possible, que l’Empereur attend encore que Son nouveau corps soit trouvé ou créé. Ainsi, un nouvel Empereur sera créé pour mener l’Humanité vers son destin et sa conquête de la galaxie.

Les Thoriens cherchent des moyens par lesquels l’énergie et la conscience interagissent avec le Warp et leur transfert de l’un à l’autre. Ils plongent dans les secrets de la possession et de la manifestation par des Démons et d’autres entités Warp, essayant de déchiffrer les règles qui régissent la relation entre l’Immaterium et l’univers matériel. Leur rêve est de trouver un jour un hôte adapté à la magnificence de l’Empereur et que, par la prière et les rituels, ils puissent guider Son esprit dans Son nouveau corps, permettant à l’Empereur de marcher à nouveau parmi Son peuple.

Les adversaires des Thoriens affirment que même s’il était possible de ressusciter l’Empereur dans un nouveau corps mortel, cela provoquerait un schisme à travers l’Imperium plus dangereux que n’importe quelle hérésie ou guerre civile antérieure. Les croyants à la résurrection et les incroyants s’affronteraient violemment et une grande partie de l’Imperium serait détruite dans une effroyable guerre religieuse. Même si ce conflit ne se produit pas, personne ne sait quels changements à subi le pouvoir de l’Empereur lors de Son Ascension et s’Il les perdraient s’Il était de nouveau confiné dans un corps physique - plus important encore, comment l’Astronomican fonctionnerait si l’Empereur pouvait Se déplacer librement une fois de plus ?

C’est le risque pour ces fondations mêmes de l’Imperium que les opposants aux Thoriens trouvent le plus à s’inquiéter, et beaucoup pensent que ce sont des risques qui ne valent pas la peine d’être pris. Les Thoriens, quant à eux, prétendent que pour mener l’Humanité dans la prochaine phase d’évolution, l’Empereur doit être capable de diriger Son peuple, à la fois physiquement et spirituellement.[23]

  • Pour plus de détails, voir l’article dédié : les Thoriens

L'Empereur et les Primarques

« Il y eut jadis un écrivain, un auteur de fables pour enfants qui raconta l’histoire d’un pantin de bois ayant souhaité renaître sous la forme d’un enfant humain. Et ce pantin, cet automate de bois sculpté et peint qui cherchait à devenir un être fait de chair et de sang, savez-vous par quel nom il appelait celui qui l’avait fabriqué ? De quelle façon une telle créature pouvait-elle nommer le créateur qui lui avait donné sa forme, qui lui avait donné vie ? »
- L’Empereur de l’Humanité à Arkhan Land.

Encore aujourd’hui, la tradition impériale, amplifiée par l’Adeptus Ministorum, présente la relation entre l’Empereur et les Primarques comme celle d’un père envers ses fils. Lorsque l’Empereur retrouvait un Primarque, Il se présentait à lui comme Son père et créateur. Tout au long de la Grande Croisade, cette idée d’une filiation entre les Primarques et le souverain de l’Imperium fut partagée par la majorité des Primarques et l’ensemble de l’Humanité, Space Marines compris.

Pour autant, l’Empereur n’a jamais considéré les Primarques comme Ses fils. À Ses yeux, ce ne sont que des seigneurs de guerre et des généraux. Des outils engendrés afin de servir un but, tout comme les Légions Astartes. En privé, entouré de Ses Custodiens et plus proches conseillers, Il nommait les Primarques non pas par leur nom, mais par leur numéro correspondant à l’ordre de leur création, tel le "Douzième" ou le "Seizième". Cette froideur envers Ses créations contraste avec l’illusion d’amour paternel qu’Il a maintenu envers les Primarques.[24]

Lorsque Roboute Guilliman, suite à se résurrection en 999.41M, pénétra dans la salle du trône de l’Empereur, il s’attendait à être accueilli par un père retrouvant son fils. Le Primarque des Ultramarines eut la cruelle désillusion de constater que l’Empereur l’accueillait comme un artisan redécouvre l’un de Ses outils favoris qu’Il croyait perdu, ravi que Sa "création" fonctionne comme Il l’avait voulu. Une création, pas un fils. Si cela n’altéra en rien la loyauté du Primarque envers Lui et l’Imperium, Guilliman compris enfin que de Son vivant, l’Empereur avait été un être subtil, aussi doué pour dissimuler Ses pensées que pour déceler celles d’autrui. Et si ce qui restait de Lui détenait encore une puissance qui dépassait l’entendement, Il avait perdu la finesse de Ses jours parmi les hommes, et Sa capacité à maintenir le mensonge entre Lui et les Primarques qui les avait autorisés à l’aimer et, en retour, leur avait présenté un mirage de l’amour paternel.

Guilliman et tous ses frères n’avaient jamais été que des instruments. Leur existence, rien de plus qu’un moyen pour parvenir aux fins de l’Empereur.[25]

Sources

  • Warhammer 40K - Livre de règles, V8
  • Warhammer 40K - Livre de règles, V6
  • Warhammer 40K - Livre de règles, V3
  • Warhammer 40 000 JdR - Black Crusade : Livre de règles
  • Warhammer 40 000 JdR - Deathwatch : Livre de règles
  • Warhammer 40 000 JdR - Rogue Trader : Livre de règles
  • L'Ascension d'Horus : les graines de l'Hérésie sont plantées, ABNETT Dan, Black Library, 2006
  • Les Faux Dieux : Où l'Hérésie prend racine, McNEILL Graham, Black Library, 2006
  • La Galaxie en flammes : Où l'Hérésie se révèle, COUNTER Ben, Black Library, 2006
  • Le Maître de l'Humanité : Guerre dans la Toile, DEMBSKI-BOWDEN Aaron, Black Library, 2016
  • Le Premier Hérétique : Corruption, DEMBSKI-BOWDEN Aaron, Black Library, 2010
  • Gathering Storm - Livre III : L'Avènement du Primarch, produit par le design studio Games Workshop, 2017
  • The Horus Heresy, Book One - Betrayal
  • Realms of Chaos : The Lost and the Damned, (traduit de l'anglais par Guilhem)
  • Codex Inquisition, V6 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  1. Realms of Chaos : The Lost and the Damned - The Emperor (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. Realms of Chaos : The Lost and the Damned - The Emperor is Born (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. Realms of Chaos : The Lost and the Damned - The Waking of the Warp (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. Realms of Chaos : The Lost and the Damned - The New Man (traduit de l'anglais par Guilhem)
  5. Realms of Chaos : The Lost and the Damned - The Emperor and Human History (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. Realms of Chaos : The Lost and the Damned - The Emperor and the Powers of Chaos (traduit de l'anglais par Guilhem)
  7. Realms of Chaos : The Lost and the Damned - Slaanesh (traduit de l'anglais par Guilhem)
  8. Realms of Chaos : The Lost and the Damned - The Birth of Slaanesh (traduit de l'anglais par Guilhem)
  9. Realms of Chaos : The Lost and the Damned - The Emperor Prepares (traduit de l'anglais par Guilhem)
  10. Realms of Chaos : The Lost and the Damned - The Primarchs (traduit de l'anglais par Guilhem)
  11. Realms of Chaos : The Lost and the Damned - The Space Marines (traduit de l'anglais par Guilhem)
  12. Realms of Chaos : The Lost and the Damned - The Great Crusade (traduit de l'anglais par Guilhem)
  13. Realms of Chaos : The Lost and the Damned - The Horus Heresy (traduit de l'anglais par Guilhem)
  14. Realms of Chaos : The Lost and the Damned - The Battle for Eearth (traduit de l'anglais par Guilhem)
  15. Realms of Chaos : The Lost and the Damned - The Death of Horus (traduit de l'anglais par Guilhem)
  16. Realms of Chaos : The Lost and the Damned - The Golden Throne (traduit de l'anglais par Guilhem)
  17. Informations issues de Gathering Storm - Livre III : L'Avènement du Primarch, produit par le design studio Games Workshop, 2017 et résumées par Guilhem.
  18. Informations issues de Sombre Imperium - Chapitre Vingt-Deux - Theologica, de HALEY GUY, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  19. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter Age of Emperor - The Great Crusade (traduit de l'anglais par Guilhem)
  20. Informations issues de Chroniques de l'Hérésie (Recueil) - La Corruption se Répand - La Dernière Église, de McNEILL Graham, Black Library, 2009 et résumées par Guilhem.
  21. Informations issues de Le Maître de l'Humanité - La Corruption se Répand - Chapitre Treize - Ce qui s’est produit avant, L’usage de la gloire, Prophétie et clairvoyance, de DEMBSKI-BOWDEN Aaron, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  22. Informations issues de L'Ascension d'Horus : les graines de l'Hérésie sont plantées, - Chapitre Cinq - Peeter Egon Momus, Lectio Divinitatus, Mécontentement, de ABNETT Dan, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
    Les Faux Dieux : Où l'Hérésie prend racine, - Chapitre Quatre - Secrets et cachotteries, Le Chaos, Répandre la parole, Audience, - Chapitre Neuf - Les tours d’argent, Un retour sanglant, Le voile s’affine, - Chapitre Dix-Sept - L’horreur, Anges et démons, Le pacte du sang, McNEILL Graham, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
    La Galaxie en flammes : Où l'Hérésie se révèle, - Chapitre Un - L’Empereur nous garde, Une longue nuit, Le bruit des sphères, - Chapitre Dix - La plus précieuse des vérités, Praal, Le sépulcre de la mort, COUNTER Ben, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
    Le Premier Hérétique : Corruption, - Chapitre Trois - Le Sang Appelle le Sang, Sigillite, Le Maître de l’Humanité, DEMBSKI-BOWDEN Aaron, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  23. Codex Inquisition, V6 - Thorians, (traduit de l'anglais par Guilhem)
  24. Informations issues de Le Maître de l'Humanité - La Corruption se Répand - Chapitre Sept - Le Raider et le Crawler de Land, Le Douzième, Disciple du Dieu Démanteleur , de DEMBSKI-BOWDEN Aaron, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  25. Informations issues de Sombre Imperium - Chapitre Vingt-Deux - Theologica, de HALEY GUY, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.