Magnus le Rouge

De Omnis Bibliotheca
« Il n’y a pas de péché, mais de l’ignorance. »
- Attribué à Magnus le Rouge.
Magnus le Rouge, Le Sorcier de Prospero, Le Roi Pourpre ou Écarlate, Le Logos Maxima, Le Grand Cyclope, Primarque Démon des Thousand Sons.
Le Sorcier de Prospero. Le Roi Pourpre ou Écarlate. Le Logos Maxima. Le Grand Cyclope. Prince Démon de Tzeentch. Magnus le Rouge est le Primarque des Thousand Sons et était unique parmi sa fratrie. Alors que tous les fils de l’Empereur étaient des êtres transcendants, forgés non seulement de matière physique mais aussi de force psychique, chez certains, cette qualité était canalisée dans une morphologie surhumaine, mais d’autres détenaient le pouvoir de manipuler le Warp directement ou inconsciemment comme une prévoyance prophétique, une furtivité surnaturelle ou une aura de majesté au-delà du mortel. Mais par-dessus tout ses frères, Magnus le Rouge était le plus numineux, un Psyker d’une puissance prodigieuse. On dit que seul parmi les Primarques, Magnus a rencontré l’Empereur dans l’au-delà bien avant qu’ils ne se rencontrent physiquement.

L’essence même de Magnus bouillonnait de potentiel psychique, au point que sa forme physique semblait être plus une question de volonté, ou le reflet d’une profonde empreinte spirituelle qu’une simple contrainte physique, et ceux qui tombaient sous son regard cyclopéen sentaient que leurs pensées et que leur substance étaient plus opaques que le verre, et que leurs secrets les plus intimes s’ouvraient sous le regard du Roi Pourpre. Dans la bataille, Magnus le Rouge se battait comme un dieu mythique ; le feu le couronnait et le suivait dans son sillage comme un manteau brûlant, et la matière solide se désagrégeait d’un geste. Des armées de simples mortels, impuissants devant lui, tombaient à genoux en pleurant, tandis que leurs cauchemars dansaient sous leurs yeux. On disait que les chemins de l’avenir étaient mis à nu devant lui et qu’aucun artifice ou subtilité de la guerre ne pouvait tromper le Primarque des Thousand Sons. Mais un tel pouvoir était au prix de la suspicion et de la peur, même de la part de ceux qui l’appelaient frère.

Mais pour Magnus, la destruction et la guerre n’étaient qu’un moyen de parvenir à une fin. Possédant une intelligence suprême et une soif de connaissances, il se voyait, lui et sa Légion, comme les architectes de l’avenir. D’autres pouvaient penser qu’ils travaillaient pour l’amélioration de l’Humanité, voire qu’ils étaient porteurs des idéaux de l’Imperium, mais Magnus voyait une autre voie. Pour lui, la Grande Croisade, et chacune de ses sanglantes avancées, était un pas de l’obscur ignorance vers la lumière de la raison et de la connaissance. Au-delà, il a également vu une seconde ascension, celle allant des confins mondains de l’esprit humain au potentiel transcendant d’une race psychique. C’est cette obsession et cette croyance qui l’ont poussé à accomplir tout ce qu’il a fait, et aussi ce qui l’enchaînera, lui et sa Légion, à un avenir de damnation.[1]

Magnus le Rouge était un géant aux larges épaules, possédant une armure exquise faite d’or, de bronze et de cuir. Rangées à son côté, on s’apercevait ses armes, une épée incurvée au manche d’obsidienne et à la lame d’or, et un pistolet lourd aux proportions terrifiantes. Autour des épaules du Primarque flottait un manteau de plumes dorées, mêlées d’encensoirs et de parchemins traînant derrière lui, fixés par des cachets de cire. Deux grandes cornes d’ivoire montaient depuis son plastron, répondant aux deux autres dressées sur ses épaules. Un tabard pâle orné d’un motif de soleil ardent pendait de sa ceinture, et un livre imposant, relié d’un épais cuir rouge, était accroché au côté de son armure à une chaîne dorée, un livre au contenu mystérieux, riche d’une promesse de connaître grâce à lui les mécanismes cachés de l’univers. Un cadenas de plomb retenait son fermoir doré. Il portait un casque d’or que sa chevelure rousse surmontait en guise de plumet. Son visage était sage au-delà de toute compréhension, pareil à celui de l’ancien d’une tribu ou d’un érudit vénérable. Une unique anomalie entachait sa perfection : un œil doré moucheté de couleurs iridescentes impossibles à nommer à travers lequel il regardait le monde. À l’endroit où aurait dû se trouver l’autre, la surface de son visage était lisse et sans relief, comme si jamais il ne s’y était trouvé.[2]

Magnus le Rouge a grandi sur le monde reclus de Prospero. Il manifesta dès l’enfance des pouvoirs psychiques phénoménaux. Par chance, les habitants de Prospero toléraient les Psykers et ils accueillirent l’enfant Primarque dans leur communauté formée de tels parias, et élevé selon leurs coutumes. Magnus ne tarda pas à bénéficier de la protection des puissants et des érudits de Prospero, qui considéraient son arrivée météorique sur la planète comme une preuve du destin exceptionnel qui l’attendait. Le chef parmi ses tuteurs était un homme appelé Amon, le plus grand érudit de son peuple, qui enseigna à Magnus la sagesse. En grandissant, Magnus devint un géant, aussi bien sur le plan spirituel que sur le plan physique, et apprit à contempler les étendues infinies de l’Empyrée, prenant conscience de la démence de ce royaume, même s’il en tira de vastes connaissances. C’est dans le Warp qu’il aurait rencontré l’Empereur pour la première fois. La communion psychique entre Magnus et le Maître de l’Humanité fut si forte que lorsque ce dernier arriva sur Prospero, Magnus et Lui se saluèrent comme de vieux amis.[3]

Magnus combattra durant la Grande Croisade les ennemis de l’Humanité à la tête de la XVe Légion, les guerriers créés avec son patrimoine génétique. Le Primarque accepta avec joie le commandement de cette armée et il s’agenouilla devant l’Empereur et lui jura allégeance. L’arrivée de Magnus fut une bénédiction pour les Thousand Sons car ils souffraient de tares psychiques et suscitaient la méfiance de beaucoup dans l’Imperium car ils formaient tous une Légion de mutants potentiels. Les Thousand Sons succombaient de plus en plus fréquemment au Bouleversement Charnel, un terrible fléau qui dissolvait en énergie Warp mutagène leur enveloppe physique. Magnus utilisa toute son énergie pour mettre en point un remède contre cette malédiction, un remède qu’il trouva et qui sauva sa Légion. C’est à cette époque qu’il serait entré pour la première fois en contact avec les Dieux du Chaos, et qu’il aurait sacrifié son œil droit en échange d’un moyen de stabiliser les mutations qui affligeaient sa Légion.[4]

Magnus ambitionnait à amener l’Humanité vers ce qu’il considérait comme son évolution naturelle : devenir une race psychiquement évoluée. Mais l’utilisation de pouvoirs psychiques et de feux ésotériques par les Thousand Sons durant la Grande Croisade accentua la suspicion à l’encontre de ses fils. Cela pesa lourd dans l’évolution du Projet Librarius que Magnus créa et défendra avec ses frères Sanguinius et Jaghatai Khan. Le Projet Librarius cherchait à associer l’utilisation manifeste des capacités psychiques au combat avec la force mentale et les prouesses physiques supérieures des Space Marines, et à en réguler l’utilisation dans des structures appelées Librarius au sein des Legiones Astartes. Bien que soutenu par l’Empereur et certains de ses frères, le sujet souleva de nombreuses discussions et divisions entre les Primarques. Après avoir participé au Triomphe d'Ullanor qui vit Horus Lupercal accéder au rang de Maître de Guerre, le destin de Magnus bascula. Avant de rejoindre Son Palais pour achever Son Grand Œuvre, l’Empereur organisa un Concile sur le monde de Nikaea afin de régler la question du Projet Librarius qui créait plus que jamais des débats houleux. Le Concile se transforma en un procès contre Magnus et les Thousand Sons. Le Primarque Mortarion - le plus virulent détracteur de Magnus avec Leman Russ - en profita pour prononcer un très violent discours contre les Psykers et le Roi Pourpre. Malgré une défense passionnée, Magnus fut condamné par l’Empereur, à ne plus utiliser ses talents psychique et vit le Librarius démembré au sein de toutes les Legions Astartes.[5]

Durant le Concile de Nikaea, Magnus avait eu une vision : il vit qu’Horus allait se retourner contre l’Imperium. Inquiet, Magnus retourna sur Prospero, débité suite à sa défaite à Nikaea. Malgré l’Édit de Nikaea, le Roi Pourpre mena une rituel qui lui permit de prendre contact avec l’âme du Maître de Guerre, perdu dans l’Empyrée alors que son corps agonissait sur Davin. Il implora Horus de ne pas croire les manipulations du Word Bearer Erebus qui tentait de former un pacte entre le Maître de Guerre et les Dieux du Chaos et plonger l’Imperium dans la guerre civile. Malheureusement, il échoua… Affolé, Magnus le Rouge organisa un rituel avec ses sorciers, avec notamment l’aide de son bras droit et Maître Archiviste, Ahzek Ahriman. Ce rituel extrêmement puissant devait lui permettre de prévenir le plus rapidement possible l’Empereur sur Terra du désastre à venir, plutôt que d’utiliser les moyens beaucoup plus lents de l’astrotelépathie. Sa projection astrale se dirigea vers le Monde-Trône via le Warp mais il se retrouva devant une une barrière impénétrable l’empêchant d’atteindre son père. C’est là qu’une entité lui murmura comment détruire cet obstacle et se faisant, Magnus provoqua le désastre suprême : il détruisit les sceaux de protection établit par l’Empereur, protégeant Son Grand Œuvre, la construction d’un passage entre la salle du Trône dans Son Palais et la Toile des Aeldaris, dans l’ambition d’annexer ce labyrinthe entre la monde réel et l’Immaterium pour le bénéfice de l’Humanité. Apparaissant devant l’Empereur assis sur le Trône d'Or, furieux, Magnus ne put rien lui dire, son père refusant de l’écouter. Là, le Roi Pourpre compris la catastrophe qu’il avait déclenché, lorsqu’il vit les hordes démoniaques foncer vers la brèche qu'il avait crée, directement vers la salle du trône et déclenchant ainsi la Guerre dans la Toile.[6]

Pensant que Magnus était un traître ayant délibérément provoqué ce désastre, l’Empereur ordonna au Primarque Leman Russ des Space Wolves d’envahir Prospero et de ramener Magnus sur Terra afin qu’il réponde de ses actes. Mais Russ fut manipulé par Horus qui le convainquit que Magnus avait commis des actes méritant la mort et celle de sa Légion. Sachant ce qui allait advenir, Magnus cacha à ses fils leur terrible destinée, considérant que cela était sa juste punition. Lorsque les Space Wolves arrivèrent à Prospero, ils ne se heurtèrent à aucune résistance, permettant à la VIe Légion de bombarder, d’envahir et de massacrer le peuple de Prospero lors de l’assaut sur Tizca, sa capitale. Malgré une résistance montée à la hâte par Ahriman, Leman Russ et ses Loups décimèrent les Thousand Sons. C’est à cet instant que Magnus réagit enfin, incapable d’en supporter davantage. Il se porta à la rencontre du Roi-Loup et l’affronta dans un féroce duel. Mais Russ finit par l’emporter, brisant l’échine de Magnus. Alors que Leman Russ s’apprêtait à porter le coup de grâce, Magnus murmura une incantation et disparut dans le Warp avec ses derniers fils, rejoignant une planète qui deviendra leur nouveau foyer : Sortiarius, la Planète des Sorciers.[7]

La forme physique de Magnus avait été détruite lors de la bataille contre Russ, et existait désormais en tant qu’être d’énergie Warp corporel dans l’Œil de la Terreur aux côtés de sa Légion. Cependant, il avait été brisé en de nombreux éclats qui agissaient indépendamment les uns des autres. La forme principale de Magnus résidait sur la Planète des Sorciers, mais elle se détériorait. Suite à une rituel sur Prospero en ruines, Ahriman vit l’emplacement de cinq de ces éclats et parti dans une longue quête périlleuse, parvenant à ramener quatre éclats à Magnus, restaurant une grande partie du pouvoir du Roi Pourpre et d’empêcher sa détérioration dans le néant. Le cinquième éclat se trouvait sur Terra, et c’est dans l’espoir d’y mettre la main dessus que Magnus, désormais définitivement acquis à Tzeentch et Prince Démon du Changement, rejoignit Horus lors du Rassemblement d'Ullanor qui lançait la dernière phase de la guerre civile galactique.[8]

Le Primarque participa à la Bataille de Terra, mais suite à la défaite définitive d’Horus lors de son duel contre l’Empereur, le Roi Pourpre et sa Légion se retirèrent dans l’Œil de la Terreur. Là, il vit les mutations affliger ses fils comme lors de la Grand Croisade. Son Maître Archiviste Ahriman rassembla alors une Cabale composée des plus puissants sorciers de la Légion, dans le but de mettre un terme à la corruption de la chair des Thousand Sons. Ahriman créa des sceaux de dissimulation sur la Planète des Sorciers afin que sa Cabale puisse œuvrer en secret, sachant que Magnus était contre le projet de son Maître Archiviste. Ahriman déclencha sa terrible Rubrication qui frappa les Thousand Sons corrompus les uns après les autres, obligeant Magnus à mettre fin à cette éruption d’énergie cosmique. Malgré tout, l’immense majorité des Thousand Sons avait été touchée par la Rubrication, et ils furent certes débarrassés de leurs mutations mais au prix de leur chair réduite en poussière, et scellée magiquement à l’intérieur de leurs armures ensorcelées pour l’éternité. Furieux, Magnus débusqua Ahriman et sa Cabale mais Tzeentch intervint pour empêcher l’exécution d’Ahriman, obligeant le Roi Pourpre à bannir le Maître Archiviste.[9]

Pendant des siècles, Magnus chercha à se venger de l’Imperium, et plus particulièrement des Fils de Russ. En M32 il attaqua Fenris, après avoir attiré les Grandes Compagnies hors de leur repaire grâce à des mirages. Toutefois, il fut contrer au dernier instant par les défenseurs du Croc et par la lucidité du Dreadnought Vénérable Bjorn Main Terrible. Mais Magnus n’avait pas abandonné ses ambitions, bien au contraire. Il désirait non seulement anéantir les Space Wolves, mais aussi tout ce qu’ils chérissent, corrompre ceux qu’ils protégeaient et leur faire subir un châtiment à l’image de celui que sa Légion avait subi. Ainsi, lors à la toute fin du 41e Millénaire, il lança un vaste assaut contre Fenris et fut responsable d’un carnage inédit sur ce monde. Avant d’être banni par les fils de Russ et les Chevaliers Gris, il parvint à mener à bien un rituel qui fit surgir la Planète des Sorciers dans l’espace réel. Magnus aussi reconquis son monde natal, Prospero, ravagé des millénaires plus tôt par Leman Russ et ses fils. Peu de temps après, Roboute Guilliman revenait sauver l’Imperium assiégé, ressuscité suite à des millénaires en stase et gravement blessé. Alors que Cadia était tombé et que la Grande Faille s’ouvrait, Magnus manipula la Croisade Terrane du Fils Vengeur qui cherchait à gagner Terra pour rencontrer l’Empereur, dans l’espoir d’atteindre à sa suite le Palais Impérial même. Finalement, il se retrouva sur Luna et affronta le Primarque des Ultramarines avant d’être repoussé et banni dans un portail de la Toile Aeldari.[10]

À présent, Magnus le Rouge tente de construire son propre empire, centré sur Sortarius et Prospero, et dans lequel tout les Psykers étaient les bienvenus, afin de mener à bien son rêve d’une race humaine psychiquement développée et assumée, quitte à employer des rituels blasphématoires pour accélérer cette évolution.[11]

Jeunesse sur Prospero[modifier]

« Ils seront mes fils autant que je suis le vôtre. »
- Magnus le Rouge à l’Empereur lors de son serment d’allégeance.
Magnus le Rouge durant sa jeunesse sur Prospero.
Lorsque l’Empereur parcourait encore l’univers afin de sauver la galaxie de la régression, de la superstition et du mysticisme, Il créa les Primarques, des êtres surhumains. Cependant Son projet ne passa guère inaperçu, car un vortex aspira les fœtus des Primarques dans le Warp.

Les vingt capsules d’incubation dérivèrent dans l’Immaterium et finalement, elles furent déposées sur diverses planètes de la galaxie. La capsule de celui qui allait devenir Magnus le Rouge, le Primarque des Thousand Sons, échoua sur un monde nommé Prospero.

C’est telle une comète tombant d’un ciel de crépuscule que l’enfant Primarque arriva sur Prospero, un monde de hautes montagnes et d’océans, avec des forêts luxuriantes et des déserts arides. Durant l’Ère des Luttes, les humains de Prospero avaient connu une explosion soudaine d’un potentiel psychique et la planète abritait une forte proportion de Psykers depuis. Cette concentration de Psykers attira les Psychneuein, des créatures prédatrices cauchemardesques qui vivent à la fois dans le Warp et dans la réalité. Les Psychneuein décimèrent l’ancienne civilisation de Prospero et les survivants se réfugièrent dans une cité qu’ils baptisèrent Tizca, l’unique ville de Prospero jusqu’à la destruction de la planète.

Quand Magnus arriva, les érudits et les maîtres de Tizca virent sa descente comme une entaille de feu à travers le firmament. Le sol se brisa là où il tomba, le marbre coulant comme de l’argent fondu, et les rêves de chaque homme, femme et enfant de ce monde furent soudainement submergés par un éclat de lumière et de sensation, mêlés de cris de terreur et d’émerveillement. L’enfant sorti intact du cratère rougeoyant causé par son impact et nul alors ne douta qu’il ne pouvait que présager de grands changements, que ce soit pour le meilleur ou pour le pire.

Dès l’enfance, celui qui fut baptisé Magnus manifesta des pouvoirs psychiques phénoménaux, et sur toute autre planète de l’Imperium, il aurait été considéré comme un mutant et tué impitoyablement. Par chance, les habitants de Prospero toléraient les Psykers et l’enfant Primarque fut accueilli au sein d’une communauté formée de tels parias, et élevé selon leurs coutumes. Magnus ne tarda pas à bénéficier de la protection des puissants et des érudits de Prospero, et tout en grandissant parmi les habitants de Tizca, il absorba les leçons des maîtres et dépassant leurs compétences dans tous les domaines de la discipline psychique, de l’érudition et de l’initiative. Le chef parmi ses tuteurs était un dénommé Amon, qui à un autre âge aurait été le plus grand érudit de son peuple. Amon avait des qualités qui s’étendaient au-delà du domaine intellectuel et alors que d’autres auraient pu s’irriter en regardant leur élève dépasser leurs propres accomplissements, Amon réalisa que Magnus était bien plus que ce qu’il ne pourrait jamais être. Magnus reçut donc d’Amon un enseignement sur la sagesse car au fur et à mesure que son esprit et ses capacités avançaient, Amon essayait de lui instiller la prudence, de tempérer son génie avec humilité.

Puis vint un temps où aucune autre limite ne pouvait être imposée à Magnus, et il dépassa tout ses maîtres dans tous les sens du terme. Magnus évolua rapidement dans les cercles gouvernementaux de Tizca, et il remania la civilisation qui l’avait nourri au fur et à mesure de son ascension, tout en perfectionnant son art. Il s’appuya sur les traditions du passé et les éleva, qu’ainsi que les habitants de Tizca, à des sommets insoupçonnés d’accomplissement intellectuel et psychique. Il créa ainsi les Cinq Cultes de Prospero tout en transformant Tizca, les pyramides et les tours s’élevant de plus en plus hautes alors que la quête de la connaissance devenait la base de la morale. Grâce à Magnus, Tizca a fleurit comme jamais auparavant.[12]

La Fondation des Cinq Cultes[modifier]

Événement majeur de la jeunesse de Magnus qui verra son élévation dans la société de Tizca, la fondation des Cinq Cultes qui allaient structurer plus tard les Thousand Sons trouve sa racine dans les prédateurs de Prospero, les Psychneuein. Ces créatures insectoïdes étaient attiré par les émanations psychiques et disposaient d’une fusion rudimentaire de pouvoirs télépathiques et télékinétiques. Quand elle était fertile, la femelle projetait psychiquement une grappe de ses œufs dans le cerveau d’un hôte humain dont l’esprit n’était pas protégé, et vulnérable à la puissance de l’éther. Ses œufs étaient minuscules, pas plus gros qu’un grain de sable, mais dès le matin suivant, ils germaient et commençaient à se nourrir du cerveau de l’hôte. Ce dernier ne ressentait d’abord qu’une migraine bénigne, mais dès l’après-midi, il souffrait le martyre, et perdait totalement l’esprit alors que son cerveau était dévoré de l’intérieur. La nuit venue, il était mort, sa tête n’étant plus qu’une masse de vers bouffis. En l’espace de quelques heures, les larves avaient totalement nettoyé la dépouille et cherchaient un endroit sombre où tisser leur chrysalide. Dès le lendemain, elles en émergeaient sous leur forme adulte, prêtes à chasser et à se reproduire.

Les survivant de ces monstres durant l’Ère des Luttes sur Prospero s’étaient réfugiés dans ce qui allait devenir Tizca et ils avaient développé ces mêmes pouvoirs qui les rendaient si vulnérables. Les Psychneuein furent attirés par milliers vers Tizca, mais les survivants avaient été capables d’entraîner leurs Psykers les plus doués à se servir de leur esprit pour ériger des barrières invisibles de pensée pure. Ces pouvoirs ont maintenu les créatures à l’écart. Et les pratiquants des mystères sont demeurés ainsi, figés dans leur compréhension limitée de la puissance du Warp jusqu’à la venue de Magnus.

Lorsque Magnus était arrivé sur Prospero, les habitants affirmèrent que ce fut comme si une comète l’avait délivré sur le sol, car l’impact qu’il provoqua sur eux fut aussi grand. La commune tizcane, qui était le nom que les survivants des Psychneuein donnaient à leur petite enclave, était enracinée dans sa tradition, mais elle n’en possédait pas moins un certain talent pour manier la puissance de l’éther même si leurs pouvoirs étaient primitifs comparés à ce que Magnus allait leur apprendre. Magnus était encore jeune mais il semble qu’il avait déjà rencontré l’Empereur dans l’Immaterium et que le Maître de l’Humanité l’avait initié aux arts psychiques. Magnus avait outrepassé le savoir des meilleurs érudits de Tizca un an après son arrivée. Leurs enseignements étaient trop dogmatiques, trop linéaires et trop limitatifs pour le potentiel de son esprit. Il partit un jour marcher dans les désolations de Prospero, persuadé que d’être dans un lieu dangereux l’aiderait à pousser ses capacités jusqu’à leur plein potentiel. Il s’enfonça au milieu du paysage sauvage pendant près de quarante jours, marchant sur des centaines de kilomètres, le long de routes qui traversaient les cités en ruine et les squelettes de hautes tours en fer, de palais vides et de grands amphithéâtres. Parvenant à une cité très étendue, au pied d’une falaise qui lui paraissait familière, il passa une journée et une nuit à errer dans ses rues abandonnées, ses bâtiments hantés par les ombres, et ses demeures vides où résonnaient les derniers souffles de ceux qui y avaient vécu. C’est là que Magnus se jura de maîtriser ses pouvoirs pour s’assurer que jamais il sera pris au dépourvu comme eux qui furent balayés en une journée par la Longue Nuit. Magnus grimpa sur une falaise le long d’un chemin étroit, et arriva à un tournant où se dressait une statue d’un grand oiseau sculpté dans une pierre multicolore. Mais à peine avais-il pu contempler sa splendeur que la statue bascula de son socle, et se brisa au pied de la falaise, très loin en contrebas. Il retourna au pied de la falaise retrouver cette statue en morceau. Mais là où elle avait heurté le sol, celui-ci était recouvert d’un tapis d’éclats, certains petits et certains grands, mais des éclats et des éclats, et encore plus d’éclats, aussi loin qu’un homme aurait pu marcher en une heure. Magnus passa la journée entière à ne faire que regarder ces éclats, à les mesurer et à les soupeser, et à se demander pourquoi la statue avait choisi le moment de son arrivée pour tomber. Finalement, il remarqua une chose très étrange : il y avait trois grands éclats sur le sol, qui formaient très précisément un triangle équilatéral. En y regardant encore, il trouva quatre pierres blanches arrangées en un carré parfait. Puis il vit qu’en ne tenant plus compte de deux des pierres blanches, cela formait exactement un losange avec deux pierres grises à un mètre de là. Il avait sous les yeux un pentagone de la même taille que le triangle. Là un petit hexagone, et un carré partiellement inscrit à l’intérieur de l’hexagone, un décagone, deux triangles l’un dans l’autre. Et puis un cercle, et un cercle plus petit à l’intérieur de ce cercle, et à l’intérieur un triangle formé d’une pierre rouge, d’une pierre grise et d’une pierre blanche. Il trouva d’autres motifs qui devinrent infiniment plus complexes à mesure que ses facultés d’observation s’accroissaient avec la pratique. Puis il commença à les consigner dans un grimoire qui allait devenir le Livre de Magnus. Des jours entier s’écoulèrent avant que son tuteur sur Prospero, Amon, ne le retrouve. Il s’était empressé de rejoindre Magnus pour voir ce que le jeune Primarque faisait et une fois qu’il vit les motifs, il fut lui aussi subjugué, commençant même à écrire des vers pour chacun de ces incroyables motifs. Puis ils repartirent vers Tizca retrouvés de grands érudits de la cité. Ces derniers furent aussi subjuguer qu’Amon devant la découverte de Magnus au point de partir en pèlerinage au bas de la falaise avec le jeune Primarque, là où la statue était tombée.

Mais devant la joie et l’engouement de cette découverte, ils relâchèrent leur discipline mentale et les Psychneuein arrivèrent par milliers, tuant de nombreux érudits. Il ne demeura que les plus forts d’entre eux : Magnus, Amon et huit des maîtres de Tizca. Lorsque les Psychneuein attaquèrent de nouveau, Magnus se sentit "changer", comme si une immense puissance restée en sommeil à l’intérieur de lui s’était soudain réveillée. Il projeta dans le ciel des torrents de feu, comme si l’usage de tels pouvoirs lui avait toujours été connu, et chacun de ses gestes tua des centaines de Psychneuein.

Deux des maîtres qui avaient lu les motifs des pierres rouges firent des remparts de flammes ; deux autres saisirent les créatures en plein air et les projetèrent contre les rochers par la seule force de leur esprit, après avoir vu les motifs en spirale des pierres blanches, deux autres qui avaient vu la couronne d’éclats à huit angles désirèrent que les fluides vitaux des Psychneuein se missent à bouillir à l’intérieur de leurs exosquelettes. Les deux derniers avaient vu la danse des carrés, des cercles et des triangles et l’interaction des lignes et des courbes leur parlait des pensées cachées de chacun, ressentant chez les Psychneuein l’aspiration à implanter leur semence psychique dans les cerveaux, avant de s’infiltrer dans leurs esprits et fausser leur perception, pour qu’ils devinrent aveugles à la présence des humains. Quant à Amon, il avait déchiffré les motifs des éclats et des images de l’avenir et des dangers s’imprimaient dans son esprit, criant ses avertissements à ses compagnons, les prévenant des dangers et leur disant comment les éviter.

Ainsi naquirent les Cinq Cultes qui allaient structurer dans le futur les Thousand Sons.

Victorieux, Magnus et ses compagnons retournèrent à Tizca où chacun s’est dédié a l’affinement de leurs capacités uniques pour devenir les premiers Magister Templi des Cultes Prosperins. Les adeptes de Tizca se sont bousculés pour étudier auprès d’eux, avides d’apprendre la nouvelle voie et de commander à la puissance de l’Immaterium. Magnus fut proclamé le Magus de Tizca, le maître de tous les cultes. Seul l’Ipsissimus lui était supérieur, un être libre de toutes limites, vivant en équilibre avec les univers matériel et immatériel ; à tout point de vue, un être parfait : l’Empereur.[13]

La Rencontre avec l'Empereur[modifier]

Le Bouleversement Charnel[14]

Cinq ans après que la Grande Croisade eut commencé, des guerriers des Thousand Sons ont commencé à manifester des capacités psychiques bien au-delà de ce qui était attendu comme voir des choses avant qu’elles ne soient survenues où à à conjurer la foudre dans l’air. Très vite, la joie des Thousand Sons devant ces incroyables capacités s’est transformée en horreur. Un guerrier a commencé à changer, puis d’autres. Le premier succomba sur un monde nommé Bezant, sa chair s’étant retournée sur elle-même et ses pouvoirs étant hors de contrôle. Quelque chose s’était emparé de sa chair, l’avait disloquée et en avait fait un réceptacle pour une bête de l’Immateirum. C’était le Bouleversement Charnel et très vite, elle ravagea les rangs des Thousand Sons. Chaque année qui passait, d’autres guerriers succombaient au Bouleversement Charnel, bien que la Légion devenait plus apte à en déceler les signes avant-coureurs et à prendre des mesures pour les contenir. De façon perverse, plus il y avait de guerriers à souffrir du Bouleversement Charnel, plus les pouvoirs des Thousand Sons s’accroissaient. Il commença à être question de démanteler a Légion et de l’expurger l’histoire impériale.

Quand Magnus fut retrouvé, seulement un millier de ses fils génétiques se présenta devant lui sur Prospero, tant les ravages furent grands. Le Primarque trouva un remède, même si aucun Thousand Son ne connaissait la nature de ce miracle.

Malheureusement…

Il est fortement suggéré que Magnus et l’Empereur se connaissait des années avant leur rencontre physique sur Prospero. L’entente entre Magnus et le Maître de l’Humanité était considérable, plus grande encore que celle entre l’Empereur et n’importe lequel des autres Primarques. Magnus aurait fait la remarque que son professeur ultime dans le domaine psychique était l’Empereur, et qu’eux deux avaient maintes fois fait des quêtes dans le royaume Æthérique au-delà de la réalité.

Quoi qu’il en soit, lorsque l’Empereur arriva sur Prospero, Lui et Magnus se saluèrent comme de vieux amis. Après avoir prêtés serment devant l’Empereur sur la Place Occulum de Tizca, Magnus rencontra ses fils, la XVe Legiones Astartes, les Thousand Sons. Mais sa Légion était décimée, car la guerre et le Bouleversement Charnel avaient profondément marqué ses fils lorsqu’ils rencontrèrent leur père.[15]

Le Sauvetage des Thousand Sons[modifier]

Lorsque que les Thousand Sons furent réunis à Magnus, quelques milliers à peine s’agenouillèrent devant leur père génétique mais on dit que le lien entre un Primarque et ses fils génétiques transcendait même celui d’un parent avec son enfant. Entre Magnus et ses fils psychiquement accordés, le lien semblait s’être resserré encore plus, car dès leur rencontre, Magnus et sa Légion semblaient être des extensions mutuelles de leurs pensées, de leurs perspectives et de leurs esprits. Pour Magnus, les Thousand Sons étaient les élèves et les disciples capables d’assimiler ses enseignements et de suivre le chemin qu’il aspirait pour l’Humanité.

Mais alors même que Magnus prenait le commandement de sa Légion et déclarait que Prospero était son monde natal, les Thousand Sons succombèrent de plus en plus fréquemment au Bouleversement Charnel.

Face à ce désastre, Magnus utilisa toute son énergie, son savoir et ses compétences pour découvrir un remède contre la malédiction qui tuait ses fils. On ignore concrètement ce qu’il fit mais il est fort probable qu’il reçut l’aide d’une entité du Warp qui lui offrit un remède qui sauva sa Légion, le prix à payer étant un œil.

Mais à travers ce salut, il avait sûrement condamné ses fils…[16]

La Grande Croisade[modifier]

« La sagesse naît du souvenir du passé et de l’acceptation des responsabilités du futur. »
- Préface du Livre de Magnus.
Magnus le Rouge durant la Grande Croisade.
Sa Légion apparemment sauvée et de nouveau en croissance, Magnus intégra la Grande Croisade. Il remodela les Thousand Sons de l’intérieur et de l’extérieur, créant de nouveaux piliers d’autorité, avec les connaissances et les mystères qui allaient avec, transformant la hiérarchie du commandement des Thousand Sons, ses méthodes de guerre et même son langage utilisé dans le discours commun. Magnus perfectionna et cultiva l’utilisation des pouvoirs psychiques des Thousand Sons, entraînant ses fils dans les arts qu’il avait distillés sur sa planète natale. Les Cinq Cultes de Prospero qu’ils avaient fondé autrefois furent répandus dans sa Légion, chaque guerrier psychiquement apte en choisissant un qui correspondait le mieux à la nature de son don : les Pavoni, les Raptora, les Corvidae, les Athanaéens et les Pyrae. Le Primarque valorisait le potentiel psychique, l’excellence intellectuelle et la sophistication chez ses fils génétiques et il intégra au sein de la XVe Légion quelques uns des érudits qui l’avaient élevé, même s’ils étaient trop âgés pour bénéficier des implantations complètes pour devenir des Space Marines. Parmi eux se trouvait Amon qui devint son Écuyer. Ces quelques élus servirent d’enseignants et de mentors aux survivants des premiers Thousand Sons et des nouveaux initiés.

Magnus était un Primarque particulièrement idéaliste, pour qui la Grande Croisade n’était pas de dominer les étoiles, mais d’élever l’Humanité. Il croyait que l’ascendant spirituel et intellectuel était le destin ultime de l’Humanité et qu’un âge d’or d’illumination attendait l’Humanité, dans lequel les pensées, la connaissance et la raison guideraient les esprits libres de parcourir la surface des réalités et de voir la grande perspective de l’existence.

Partout où Magnus et sa Légion allait, ils s’emparaient des connaissances des mondes conquis, humains ou Xenos. Magnus envoya des missions vers des mondes déjà en Conformité pour retrouver des merveilles que l’on pensait perdu dans les ténèbres de l’Ère des Luttes. Magnus lui-même a parcouru Terra en compagnie de Perturabo, Primarque des Iron Warriors, à la recherche d’artefacts légendaires. Si Perturabo s’intéressait aux merveilles mécaniques, Magnus recherchait des écrits ésotériques des anciens maîtres de la planète et des philosophies des civilisations perdues. Magnus fut témoin de la dévastation sur Terra suite aux Guerres d'Unification, une grande partie du Monde-Trône étant encore en ruine lorsqu’il fut retrouvé par l’Empereur, ses nombreuses civilisations balayées par des armes capables de raser des continents entiers alors que les structures monolithiques de l’Imperium restaient encore à terminer. À cette époque où Magnus était au côté de son père, la reconstruction était bien engagée, mais de vastes parties de la population de la planète ne bénéficiaient pas encore des bienfaits des efforts de l’Empereur, même si longtemps après que l’Unité ait été déclarée. Durant cette période, Magnus et Perturabo avaient mis à jour des archives scellées et trouvé des documents pré-datant de la Grande Croisade de plusieurs siècles. Magnus a recherché la légendaire Bibliothèque de Kadmus, le Roi de Boeotia qui s’était levé contre l’Empereur avant d’être battu. Magnus regrettera de ne pas avoir mis la main sur cette concentration de savoir antique mais malgré les supplications de Perturabo pour rester une heure de plus à Boeotia pour essayer de trouver la Bibliothèque de Kadmus, avant que l’enfer de prométhéum ne mette le feu au Mont Cithæron censé l’abriter, Magnus le la lui refusa. Il regrettera plus tard de ne pas avoir accordé cette heure à son frère.

Finalement, sa Légion grossissant de nouveau, sa malédiction apparemment levée et sa force accrue, Magnus se joignit à la Grande Croisade.

La nuit de la veille de son départ de Terra, Magnus avait gravi la Tour de l’Adeptus Astartes pour rencontrer l’Empereur. Ce fut un moment bien amer pour Magnus, car comme le Maître de l’Humanité, il savait qu’il s’écoulerait de nombreuses années avant qu’ils ne se retrouvent ainsi. Ils s’étaient assis au plus haut de cette tour et avaient projeté leurs esprits sur le monde, volant de concert une toute dernière fois. Magnus comprit alors seulement qu’il n’assistait pas seulement à un souvenir, mais qu’il en faisait partie. Leurs corps de lumière suivirent les profonds canyons de la faille Trans-Atalantique, puis avaient survolé le bassin aride et poussiéreux Média-Terranéen avant de suivre l’Oural depuis Kara Oceanica jusqu’au Khanagate Russo-Kievien. Ils contournèrent le Mont Narodnya, virent les fantômes de Fulgrim et de Ferrus Manus qui s’affrontaient sur la fabrication d’armes jumelles - événement qui scella l’amitié entre le Phénicien et la Gorgone - avant que l’Empereur explique à Magnus qu’il Lui ressemblait de tant de manières, qu’il possédait une bonne part de Ses points forts, mais que tout point fort poussé à l’excès devenait une faiblesse. L’Empereur le mit en garde contre l’arrogance arrogance, et qu’une poursuite obsessionnelle de la perfection pouvait l’aveugler quant aux coûts que cela demandait, qu’attention aux détails pouvait devenir une idée fixe. Magnus possédait Son intellect et Sa puissance mais tout comme Lui, il pensait trop facilement qu’il ne pouvait pas se tromper, que cet intellect le plaçait au-dessus de tout risque de faire la plus petite erreur basée sur l’émotion. L’Empereur demanda au Primarque de toujours se remettre en question et de toujours rester ouvert à d’autres chemins de pensée, à d’autres manières de défaire un problème. Magnus ne compris pas ce jour là ce que l’Empereur voulait dire. Les paroles mystérieuses du Maître de l’Humanité affirmèrent qu’Il avait échoué, que cet échec allait arriver bientôt, et que Magnus et son fils favori - Ahzek Ahriman mais Magnus l’ignorait alors - rectifieront Son erreur. L’Empereur raconta à Magnus qu’il ira explorer des lieux inconnus de Lui et que le jour où il pensera avoir tout accompli, l’un de ses fils lui montrera qu’il avait tord. Puis ils regagnèrent leurs corps au sommet de la Tour de l’Adeptus Astartes pour se dire au revoir.[17]

  • Pour plus de détails, voir l’article dédié : les Thousand Sons

Morningstar[modifier]

Treize années après que Magnus fut retrouvé sur Prospero, un événement terrible frappa le Primarque et ses fils sur Morningstar.

En 853.M30, le monde impérial de Morningstar fut mit en état d’urgence à l’échelle planétaire lorsque les premiers signes d’un désastre qui s’annonçait avaient été une turbulence atmosphérique qui s’était soudain transformée en un violent cyclone magnétique. Celui-ci avait laissé derrière lui une zone totalement dévastée, large de douze mille kilomètres, dans l’hémisphère sud. Tout d’abord, on crut que cet événement n’était qu’une tragique anomalie, comme il s’en produit une fois par génération, et qui ne se renouvellerait pas de sitôt. Puis des éléments des forces locales de défense furent envoyés pour enquêter sur l’absence totale d’énergie dans les Ruches de la région équatoriale. Les citoyens y avaient péri par dizaines de milliers à cause d’un dysfonctionnement des systèmes de climatisation et de recyclage de l’eau, impossible à redémarrer. On suspecta l’explosion d’une arme électromagnétique, et les membres d’un culte hors la loi, nommé les Fils de Shaitan, furent désignés comme principaux suspects. Le groupe était un vestige de cette époque où les hommes plaçaient leur foi en des dieux et des démons, et ses membres tatoués prêchaient une doctrine de jugement dernier qui accueillait l’apocalypse comme le signe qu’ils se retrouveraient assis à la droite de leur divinité adorée. Mais les recherches du Mechanicum révélèrent que la source de cette baisse d’énergie était localisée, et qu’il s’agissait en fait d’une inversion des champs magnétiques générés par le cœur de Morningstar : la planète se trouvait au seuil d’une inversion soudaine des polarités géomagnétiques. Ces inversions de polarité prenaient normalement des siècles à se mettre en place, et elles étaient si progressives qu’elles passaient inaperçues des habitants. Mais le scénario le plus optimiste du Mechanicum parlait d’une inversion totale en l’espace de six mois et la cause de tout ce dérangement restait inconnue, mais ses effets promettaient d’être dévastateurs. Des tempêtes se déclenchaient avec une périodicité et une violence qui ne cessaient de croître, malmenant l’approvisionnement en énergie à travers toute la planète. Toutes les trois rotations, toutes les lumières à la surface de Morningstar étaient soufflées par un ouragan électromagnétique à l’échelle planétaire. Le feu était alors la seule source de lumière possible. Un brouhaha électrostatique rendait inopérants tous les systèmes de communication, même les plus puissants, et des émeutes éclatèrent dans de nombreuses cités lorsque l’approvisionnement en nourriture et en eau devint déficient. De violents séismes déchirèrent la croûte planétaire et lorsque les plaques tectoniques se séparèrent, les plus importants centres urbains de Morningstar, construits sur des fissures géothermiques, sombrèrent dans ces gouffres qui avaient jusque-là fourni à la planète ses besoins énergétiques. Les mêmes tremblements de terre provoquèrent des tsunamis qui engloutirent trois autres cités côtières sous des déferlantes de plusieurs centaines de mètres de haut et en l’espace d’un seul mois, la population de la planète fut divisée par quatre. Et comme si ces désastres ne suffisaient pas, les théoriciens du Mechanicum prédirent une très rapide érosion de l’atmosphère de Morningstar, résultant en une exposition mortelle aux radiations cosmiques.

Face à cette perspective d’extinction de masse, le Gouverneur Planétaire, Konrad Vargha, déclara Morningstar perdue et annonça l’engagement de protocoles d’évacuation sur les quelques réseaux de communication encore en état de fonctionner. Seule la capitale planétaire, Calæna, avait gardé un astroport opérationnel capable de gérer une évacuation à cette échelle. Quelques heures après l’annonce radio de Vargha, toute la population de la planète s’était mise en route vers cet ultime refuge, d’où elle pourrait ensuite quitter ce monde condamné. Mais si les installations portuaires de Calæna étaient vastes et efficaces, il devint rapidement clair que la flotte locale n’était pas équipée pour accomplir une évacuation d’un telle ampleur. Des appels à l’aide furent envoyés vers les profondeurs de l’espace par des Astropathes, et Magnus le Rouge y répondit dix-sept heures plus tard car par le plus grand des hasards, Magnus et ses Thousand Sons traversaient les abords du système, et ils offrirent leur assistance. Cinquante-quatre jours plus tard, la IVe Légion, les Iron Warriors, répondirent à leur tour, Perturabo à leur tête.

Six mois après son arrivé sur Morningstar, Magnus visita les ruines de Zharrukin qui s’étalait depuis les contreforts déchirés des montagnes, puis qui suivait le cours dompté d’une large vallée jadis creusée par un imposant fleuve. Un millier d’années ou plus s’était écoulé depuis l’époque où ces ruines avaient été habitées, et la nature avait repris ses droits sur la plupart des canyons de plasbéton et des avenues éventrées. Magnus c’était éloigné de ses deux fils qui l’accompagnait, Phosis T’kar et Atharva, le chef du Librarius de la XVe Légion, lorsqu’une titanesque tempête arriva, forçant les Thousand Sons à se replier vers leurs transporteurs. Le Primarque rejoignit finalement ses Space Marines pour évacuer d’urgence la terrifiante tempête, mais la cité de Zharrukin lutta de toutes ses forces pour empêcher son Stormbird de lui échapper, les vortex magnétiques et les vents vindicatifs retenant l’aéronef. Le Stormbird faillit s’écraser mais Magnus utilisa ses pouvoirs pour libérer l’appareil de la tempête avec un facilité déconcertante.

Magnus retourna à Calæna, la capitale planétaire envahit par les réfugiés, tandis que Perturabo organisait l’évacuation grâce à des bâtiments capable d’effectuer des vols trans-orbitaux vers les navires ancrés en orbite basse, notamment le Lux Ferem, un convoyeur aux dimensions titanesques qui remontait au lointain âge de l’exploration spatiale, quand l’idée était que ces léviathans des étoiles se poseraient finalement quelque part et serviraient d’infrastructure de base à une nouvelle colonie. La totalité de la falaise la plus à l’ouest de la cité avait été sculptée en une citadelle de basalte noir nommée le Sharei Maveth, une impressionnante muraille imprenable percée de galeries, munies de larges parapets, de créneaux et de tourelles déjà équipées de macro-canons, construite par Perturabo en une journée pour accueillir son état-major. C’est vers cette sinistre place forte que le Stormbird de Magnus le Rouge vira avant de se poser sur l’une des plates-formes d’atterrissage supérieures. Il retrouva son frère, le Seigneur de Fer, venue l’accueillir avant de lui demander si il avait découvert quelque chose dans les ruines de Zharrukin, ce qui ne fut pas le cas mais Magnus expliqua qu’il fouillait ces ruines dans l’espoir d’y trouver la clé pour comprendre pourquoi Morningstar, à l’inverse de tous les autres du système, avait survécu au cataclysme qu’avait libéré la Longue Nuit.

Magnus pénétra avec son frère à l’intérieur du Sharei Maveth. Perturabo le guida dans un espace voûté profondément enfoui au cœur de la montagne, un grand hall aux parois taillées dans un marbre veiné d’or où était installé une table de commandement. Magnus découvrit une sorte d’atelier du Seigneur de Fer où discutait deux généraux Iron Warriors de Perurabo, Harkor et Barban Falk. Magnus apprit de son frère qu’ils avaient peu de marge de manœuvre, à peine deux mois pour évacuer le maximum de personnes. Pire, si la population de Morningstar comptait deux millions de personnes, les Impériaux n’avaient pas la place d’accueillir tout le monde. Des gens allaient devoir être abandonnés. Mais Magnus décida qu’une escouade consacrée à la préservation de la connaissance ne changera pas l’ordre de marche car les secrets que recelait ce monde étaient trop précieux pour qu’on les abandonne ainsi. Perturabo y vit une forme d’arrogance car il avait besoin de tous les guerriers de Magnus. Le Primarque des Thousand Sons se fit inviter par le Seigneur de Fer dans l’atelier de ce dernier, lui présentant la maquette presque achevée d’un amphithéâtre aux dimensions étonnantes, le Thaliakron, que Magnus espérait voir achever en vrai sur Olympia à la fin de la Grande Croisade. Puis Perturabo lui montra une réplique de l’Antikythera, une sorte d’instrument de navigation, avec des lunettes ressemblant un peu à un sextant qu’utilisaient les marins, mais avec infiniment plus de paramètres. Magnus identifia l’instrument comme un moyen de naviguer dans le Warp, mais Perturabo le détruisit sous ses yeux, afin de lui faire la leçon suivante : il ne l’aidera pas à se risquer dans des domaines auxquels l’Empereur avait interdit de ne pas toucher, notamment l’Immaterium. Soupirant, Magnus y vit une forme de cruauté dans la leçon de Perturabo.

Entre temps des graves problèmes émergèrent. Les fanatiques religieux des Fils de Shaitan exhortaient les réfugiés à accepter leur fin au nom de leur dieu, le Seigneur des Tempêtes, certains acceptant leur message et quittant la cité. Les Fils de Shaitan accusaient les Space Marines d’être des anges maléfiques venus leur voler leur apothéose pour rejoindre la droite de leur divinité. Tout dégénéra lorsque certains se mirent à tirer sur la foule et à massacrer des innocents à coups d’épées et de hachettes dans une véritable frénésie meurtrière. Les Fils de Shaitan se montrèrent sans pitié et tournèrent leurs armes sur les plus jeunes comme les plus vieux, les forts comme les faibles. Les Iron Warriors et les Thousand Sons répliquèrent, les éliminant sans pitié.

Un malheur n’arrivant jamais tout seul, un séisme se déclencha, engloutissant les quartiers bas des vastes docks d’Attar qui dominaient désormais des falaises.

Suite à ce tremblement de terre meurtrier, Magnus faillit en arriver aux mains avec Perturabo pour forcer de dernier à accepter d’envoyer des appareils dans une tentative de venir en aide à Attar. Ces ressources auraient été mieux employées en aidant les gens déjà arrivés à Calæna avait rétorqué le Seigneur de Fer et Magnus le détesta pour la première fois de sa vie mais il reconnaissait la nécessité des froids calculs du Seigneur de Fer. Mais le Primarque des Thousand Sons a réussi à convaincre Perturabo à agir lorsqu’il lui apprit, grâce aux données sur cette catastrophe, que le Gouverneur Planétaire, Konrad Vargha, figurait parmi les victimes.

Avant de partir pour Attar, Magnus ordonna à Atharva de retourner à Zharrukin, car il présentait qu’il y avait quelque chose à découvrir en dessous des ruines. Il dit à Atharva de chercher le signe d’une "tête de flèche entourée de feuilles"…[1]

Puis Magnus débarqua en urgence pour venir en aide aux malheureuses victimes de cette apocalypse, ne pouvant réprimer un sanglot étouffé quand l’échelle du désastre menaça de submerger ses défenses psychiques. Laissant les Thousand Sons et les Iron Warriors venir en aide aux victimes, Magnus rechercha l’empreinte mentale de Vargha, persuadé de la survie du Gouverneur après avoir eu la vision de cet homme en pleurs et prostré à bord d’un appareil de la Légion, lequel volait au-dessus d’une tempête de feu. D’une torsion de ses pensées, Magnus détacha son corps éthéré de sa chair et le laissa dériver librement, retrouvant Vargha piégé par un transport Rhino qui s’était retourné et dont la carcasse était partiellement couverte par un mur effondré. Magnus réintégra sa forme matérielle et alla chercher le Gouverneur, traversant les ruines d’Attar en suivant la trace psychique de Konrad Vargha. Quand il atteignit finalement la source de la trace du Gouverneur, plus d’une centaine de malheureux, de désespérés et d’ensanglantés, rescapés du carnage, avaient suivis Magnus, attiré par son aura et lui emboîtant le pas en lui demandant de leur venir en aide pour retrouver ceux qu’ils avaient perdus dans cette catastrophe qui avait ravagé leur cité. Devant le Rhino, Magnus employa ses pouvoirs pour y altérer la composition chimique de l’air afin d’éliminer l’oxygène et empêcher toute étincelle d’enflammer les vapeurs explosives. Il ouvrit une écoutille du Rhino à mains nues et jeta de côté le battant tordu, s’emparant du Gouverneur blessé avant de lui insuffler de son énergie dans son organisme malmené, refermant les vaisseaux ouverts, restaurant les nerfs tranchés et ressoudant les os. Soudainement, un Baneblade apparu, suivit par des Rhinos, Chimères et des Executioners, tous portant les couleurs des Red Dragons, les forces impériales locales. Un soldat surgit du Baneblade, demandant au Primarque si il tenait dans ses bras le Gouverneur, ce que Magnus confirma… avant de se faire tirer à bout pourtant dessus par le Baneblade.

Le tir de Canon Laser frappa Magnus juste sous le cœur. Sa surprise fut totale et il n’eut pas le temps d’élever un bouclier cinétique. Il laissa tomber Konrad Vargha, regardant les Red Dragons massacrer leur propre peuple. En colère, Magnus se concentra et invoqua un écran cinétique autour de lui et le deuxième tir de Canon Laser le contourna. Puis le canon de proue tira et le Primarque tendit le bras, déviant le projectile dans son dos. Puis il lança une main en avant et un Rhino se ratatina, comme sous la poigne d’un invisible géant et se servit de la masse de métal comme d’une boule de démolition conte un autre Rhino avant de faire de même d’une paire de transports Chimère. Magnus projeta sa puissance à travers les crânes des pilotes du Baneblade et trancha dans les connexions synaptiques pour en faire ses marionnettes. Le Baneblade fit une embardée et percuta l’Executioner puis Magnus envoya une impulsion mentale aux artilleurs du Baneblade qui enclenchèrent tous les systèmes d’armes à la fois, et les deux blindés disparurent dans un énorme feu d’artifice. Devant le dernier tank, Magnus tendit une main et souleva le tank du sol, démontant le blindé, rivet par rivet, sans toucher aux membres d’équipage, pièce par pièce. Rien ne fut détruit, au point qu’avec du temps, un Techmarine aurait pu le reconstruire. Au cœur du tank démonté, l’équipage flottait comme des astronautes en gravité nulle. Magnus fit monter la température corporelle d’un bon millier de degrés de l’artilleur en un battement de cil et l’homme explosa en un flash de matières surchauffées. Il tira ensuite le pilote de son siège et l’attira à lui dans l’air. L’homme était un fanatique qui attendait la mort avec joie, afin de rejoindre un certain "Shaitan". Magnus lui brisa la nuque. Exténué, il quitta enfin ce champ de ruines.

Alors que Morningstar entrait dans les tous derniers jours de son existence et qu’elle faisait savoir sa douleur par les hurlements de ses vents, Magnus se remettait douloureusement de ses blessures tout en ramenant à Calæna le Gouverneur miraculeusement vivant. Mais les fanatiques avaient piégé le Lux Ferem, et l’énorme vaisseau fut ravagé par des explosions, perdant de l’altitude et tombant vers le cité alors que des dizaines de milliers de civils étaient enfermés à l’intérieur, tout en chutant et promettant mort et destruction titanesque sur des kilomètres à la ronde.

Magnus fonça depuis son Stormbird vers le Lux Ferem. Il était accompagné de Phosis T’kar dont le scarabée sur la poitrine avait été taillé dans les parois cristallines des Cavernes Miroitantes situées sous Tizca, et faisait office de catalyseur entre le Primarque et lui. Grâce à la résonance psychique de ces gemmes, Magnus pouvait entrer en contact avec les âmes de chacun de ses fils. Bondissant sur le ventre du Lux Ferem, Magnus leva les yeux et monta ses bras vers le ciel, prononçant un mot de changement de ses lèvres. Il libéra l’immense énergie en lui et laissa le mot se déverser, le canalisant, lui donnant forme et le pliant à sa volonté. Ses fils ajoutèrent le peu qu’ils purent, leurs pouvoirs n’étaient qu’une fraction de ce que lui-même pouvait mobiliser. Ce fut l’apport d’Ahriman qui offrit à Magnus suffisamment de puissance pour ralentir la chute du Lux Ferem qui se posa au sol sans provoquer la catastrophe annoncée et sauvant des milliers de vies. Mais vingt-quatre de ses guerriers furent tués pour l’avoir aidé à éviter la catastrophe, provoquant tristesse chez le Primarque qui s’effondra dans les bras de Perturabo arrivé à temps pour l’emmener hors de cette scène.

Perturabo porta Magnus jusqu’à sa forteresse. Là, Magnus divagua dans son coma pendant un jour et une nuit, se revoyant avec l’Empereur la veille de son départ de Terra, avant de reprendre conscience. Il apprit de Phosis T’kar et d’Ahriman que les trente dernières heures avaient vu s’intensifier les attaques de la part des Fils de Shaitan. Bombardements, tueries aveugles et actes isolés de la part d’individus avec en prime des suicides de masse dans les camps de réfugiés et une montée en puissance des violences familiales débouchant sur de véritables bains de sang. Plus inquiétant, aucune nouvelle n’était parvenu d’Atharva et des guerriers que Magnus avait envoyés à Zharrukin. Il rejoignit Perturabo dans son sanctum, le Seigneur de Fer le félicitant pour le sauvetage du Lux Ferem et lui apprenant que les gens de Morningstar l’appelaient désormais le "Roi Écarlate". Mais Perturabo apprit aussi à Magnus que l’épave du Lux Ferem bloquait désormais un bon tiers de la zone d’atterrissage de Calæna et que les retards ne permettront que de sauver qu’un tiers des rescapés du convoyeur. De plus, ils ne disposaient plus du temps nécessaires, car les champs géomagnétiques de la planète étaient violemment perturbés par des schémas hachés et inconstants alors qu’ils auraient dû être réguliers. En analysant les données, Magnus perçut quelque chose dans les profondeurs de ces flots, quelque chose qui n’était pas naturel : la source de ces tempêtes était humaine. Quelqu’un avait provoqué ces désastres délibérément. Perturabo se chargea de trouver la source de ces perturbations. Quant à Magnus, il parti rechercher Atharva et ses guerriers à Zharrukin.

Arrivant en Stormbird dans les ruines de Zharrukin avec un groupe de ses fils génétiques, dont Ahriman, Magnus retrouva l’appareil d’Atharva, n’ayant que pour passager une femme, Niko Ashkali, la conservatrice en chef de Morningstar, qui avait accompagné Atharva. Elle était inconsciente après avoir ingurgité des rations réservés aux Space Marines, n’ayant plus rien à manger depuis des jours. Magnus utilisa ses pouvoirs pour purger son organisme des toxines, apprenant d’Ashkali qu’Atharva et les autres Thousand Sons l’accompagnant avaient pénétré dans l’épave d’un vaisseau terran datant de l’Âge d’Or de l’Humanité, durant la phase de colonisation de la galaxie. Ils avaient découvert ce vaisseau dans les ruines de Zharrukin suite à la tempête qui l’avait mis à jour, et en suivant les indications de Magnus. Mais ils avaient disparus depuis. Niko Ashkali montra à Magnus où se trouvait se vaisseau. Le Primarque, accompagné de ses guerriers, y pénétra, découvrant des traînées de sang. Arrivant sur le pont du medicæ, Magnus fit face à six silhouettes de Légionnaires : c’était Atharva et les Thousand Sons disparus, désormais contrôlé par une entité psychique qui se présenta comme étant Shai-Tan. Magnus interrogea la créature, qui expliqua à travers Atharva que Shai-Tan était le nom de ce vaisseau de colonisation de l’empire de l’Ancienne Terra, peuplé de dizaines de milliers d’âmes emplies d’espoir, à la recherche d’un meilleur lendemain. Magnus demanda ce qui s’était passé mais Shai-Tan projeta contre lui une boule d’éclairs que Magnus contra. Mais avec une force colossale Atharva/Shai-Tan le jeta contre la paroi de la salle et Magnus se sentit cloué tel un insecte sur la planche d’un collectionneur. Le Primarque se retrouva trempé de fluides cryo-nourriciers et un corps tomba sur ses épaules, boursouflé et pâle, ses chairs pendant en de larges replis mous. Un combat se déclencha entre les six Thousand Sons possédés et les Astartes de Magnus. Shai-Tan demanda à Magnus si il savait à quoi servait les corps ratatinés présents dans les machines nourricières, mais Magnus l’ignorait, ce qui enragea Shai-Tan avant de lui remontrer les corps avachis glissant hors des tubes, chacun d’eux pâle et distendu après ces millénaires d’immersion. Magnus sanglota, comprenant que ces corps étaient ceux de Psykers dont ont avaient arraché les pouvoirs et laissés vides et stériles. Ces Psykers s’étaient agglomérés pour former l’entité psychique qu’était Shai-Tan. Lorsque leurs tourmenteurs avaient compris finalement ce qui se passait, ils avaient abandonné leur vaisseau et en scellèrent les issues, mais ils avaient été bien trop tard, leurs esprits ayant déjà été reforgés à l’image de leurs victimes, portant la semence de la ruine de ce monde de ce quoi allait devenir les Fils de Shai-Tan. L’entité tenta de faire du Primarque l’hôte qui allait permettre à Shai-Tan d’apporter la ruine au-delà de Morningstar, enfonçant dans la tête de Magnus des aiguilles et des électrodes mais Magnus eut la vision des expériences terrifiantes qui c’étaient déroulés, et expliqua alors à Shai-Tan que cela avait été décidé non par cruauté mais pour empêcher que la vague psychique qui avait provoqué l’effondrement du premier empire humain - l’Ère des Luttes - n’emporte les colons de Morningstar. Ce cataclysme passait à travers les Psykers et ces expériences visaient ainsi à protéger le maximum d’individus en enlevant les pouvoirs psychiques de ceux doté de tels dons.

Contactant psychiquement Ahriman pour qu’il lui vienne en aide, le "fils favori" de Magnus » attaqua Shai-Tan encore choqué devant la révélation de Magnus. Le Roi Écarlate attrapa Atharva/Shai-Tan à la gorge, lui promettant de le sauver. Les âmes en Atharva hurlèrent de frustration devant ce retournement de situation. Magnus plaça sur Atharva un heaume doré sur la tête et où des aiguilles s’enfoncèrent dans la peau, appelant Atharva à suivre son entraînement pour survivre à cet exorcisme. Shai-Tan abandonna le corps d’Atharva et se réfugia dans l’éther en un tourbillon de haine et de colère. Magnus avait attendu ce moment et tendit un bras en avant, l’autre pressé sur le grimoire enchaîné à sa ceinture : le Livre de Magnus. Il lança son grimoire vers l’essence de Shai-Tan, et la couverture de cuir rouge s’ouvrit comme un portail donnant sur d’autres mondes. Shai-Tan se débattit contre l’attraction du Livre de Magnus, mais l’immense soif de savoir du grimoire fut comme un vortex irrésistible et finalement, il y fut englouti.

Magnus quitta Morningstar alors que les derniers vaisseaux transportant les réfugiés scintillait dans la lumière du monde condamné, une flotte hétéroclite de plus d’un millier d’éléments de toutes tailles et origines. À bord du vaisseau amiral de Perturabo, l’Iron Blood, Magnus vit que le Gouverneur Konrad Vargha avait été traîné ensanglanté sur le pont. Perturabo avait découvert que le Gouverneur faisait partie des Fils de Shai-Tan et qu’il avait fait construire une énorme machine dans une faille tectonique qui avait accéléré les séismes et la dévastation naturelle de Morningstar. Puis il avait organisé un assaut sur la forteresse des Iron Warriors, prouvant sa traîtrise suprême. Perturabo le garda en vie, l’enfermant seul et enchaîné dans une cellule de fer pour le reste de son existence.

Puis Magnus demanda à Perturabo d’ordonner à l’Iron Blood d’envoyer l’Exterminatus sur Morningstar, regardant la destruction de la planète, se remémorant que "tout n’était que poussière".[18]

Mais à l’insu de tous, le Roi Écarlate avait ordonné aussi le bombardement de la flotte accueillant les civils du monde condamné, car il craignait que Shai-Tan puisse s’échapper à travers eux. De plus, Magnus s’était emparé d’un morceau du vaisseau terran dans lequel Shain-Tan était né, l’emportant sur Prospero pour l’enterrer en-dessous de sa demeure sur Tizca, la Pyramide de Photep. Enfin Magnus effaça les souvenirs liés à Morningstar dans la mémoire de sa Légion pour empêcher que la corruption ne se répande et surtout pour que ses fils oublient qu’il les trahi en condamnant autant d’innocents. Seulement, Magnus avaient récupéré les âmes innocentes des réfugiés, il les avait scellé dans son grimoire en compagnie du Démon. Mais le Primarque fut exposé à la corruption de Shai-Tan via le Livre de Magnus et comprenant qu’il ne pouvait le garder comme arme, il dût le relâcher avec les âme des réfugiés de Morningstar sous sa Pyramide, mettant en place des protections. Malgré tout, la corruption se répandra peu à peu sur Prospero et dans Magnus. Le Roi Écarlate aura à faire de nouveau à Shai-Tan à la fin de la guerre civiles galactique, payant ainsi ses erreurs.[19]

La Découverte de l'Urizen[modifier]

Magnus le Rouge a accompagné l’Empereur sur un monde nommé Colchis. Là, il fit la rencontre du chef religieux qui avait conquis ce monde au nom de sa foi en l’Unique, un dieu Doré qui devait arriver depuis les étoiles accompagné de son "magus", une année après sa conquête de Colchis. Ce chef religieux était Lorgar Aurelian, Primarque des Word Bearers.

En compagnie du Maître de l’Humanité, Magnus le Rouge fut accueillit par un Lorgar dévot qui tomba à genoux devant l’Empereur, le reconnaissant comme son Dieu et lui jurant fidélité. Les cérémonies de dévotion et les divers témoignages d’allégeance s’étalèrent sur plusieurs semaines, et l’Empereur offrit à Lorgar le commandement de la Légion des Imperial Heralds, rebaptisés les Word Bearers. Une grande amitié entre Magnus et Lorgar naîtra alors.[20]

Le Projet Librarius[modifier]

Au fil des années, Magnus fit face à l’hostilité toujours très présente depuis le début de la Grande Croisade contre sa Légion, méfiance sur les Thousand Sons qui n’avait pas disparu avec la découverte de leur Primarque. Beaucoup prétendaient qu’ils étaient toujours souillés, ne valant guère mieux que les sorciers ayant terrifiés l’Humanité durant l’Ère des Luttes. En réponse à cela, Magnus chercha non seulement à convaincre le reste de l’Imperium qu’il avait raison de défendre sa vision d’une Humanité avançant vers une évolution psychique, mais également à lui faire voir la légitimité de ses actions.

Pour défendre son opinion, Magnus s’est impliqué dans le Projet Librarius dont l’idée était d’intégrer des Psykers Space Marines, évoluant dans un Librarius au sein des Légions et composés d’Archivistes. N’étant pas à l’origine du projet, Magnus s’imposa néanmoins comme son architecte et son principal promoteur, en fondant avec sagesse nombre de ses principes à partir de la culture de Prospero notamment. Magnus le Rouge persuada un certain nombre de ses frères des vertus du Projet Librarius et le projet fut validé par l’Empereur Lui-même. Le Roi Pourpre trouvera en ses frères Jaghatai Khan et en Sanguinius des alliés de poids pour défendre le Projet Librarius, et ensemble, ils formèrent un triumvirat. Magnus rencontra le Grand Khan et le Grand Ange sur le monde natal des Blood Angels, Baal, sur invitation de Sanguinius en personne en M30.908 dans la forteresse de la IXe Légion, afin de discuter et de fortifier leur alliance ainsi que de résister à la pression des Primarques virulents contre les Psykers comme Mortarion, Leman Russ ou Perturabo. Magnus fera le serment avec ses frères d’établir et de défendre leur projet. Mais devant un Sanguinius et un Grand Khan qui défendaient l’édiction de lois pour encadrer les Librarius, Magnus avait des réserves car il considérait que rien ne devait entraver le potentiel psychique de l’Humanité. Quoi qu’il en soit, il accepta les conditions de ses frères et il participa à la rédaction des textes qui furent présentés à Malcador le Sigillite et à l’Empereur pour faire naître leur idée. Puis Magnus et ses deux frères scellèrent leur accord se jurant d’être les gardiens du Projet Librarius.

Magnus chargea les Thousand Sons de former les autres membres de plusieurs Légions qui manifestaient un potentiel psychique à travers une forme adaptée des disciplines et pratiques de Prospero, fusionnée avec des traditions Terrans et Baalites et sanctionnées par l’Empereur. Une fois cette formation terminée, ces Psykers revenaient dans leur Légion et diffusaient à leur tour ce qu’ils avaient appris. Devant le succès de cette entreprise, Magnus avait commencé à se défaire des soupçons qui existaient contre lui et ses fils depuis des décennies. Pour un temps… [21]

La Dévastation de Zoat[modifier]

Épisode de la Grande Croisade tenu secret du fait de la sensibilité et de la confrontation qui s’est déroulé, la Dévastation de Zoat vit une grave dispute entre Magnus le Rouge et Konrad Curze, le Primarque des Night Lords, sur le monde de Zoat. Cet accident fut étouffé par les deux Légions, afin de ne jamais montrer un désaccord entre des Primarques, en un temps ou seul l’unité comptait.

À la tête de leurs Légions respectives, Magnus le Rouge et Konrad Curze avaient mené ensemble la conquête de la planète Zoat, le Night Haunter y massacrant un dixième de la population planétaire durant la campagne. Les deux Légions faillirent s’affronter à la fin de la campagne lorsque Magnus et ses fils génétiques défendirent un bâtiment que la culture natale de Zoah appelait l’Ivil’kuuh, ce qui se traduisait en gothique par la Tour de la Sérénité.

Ce lieu culturel contenait un grand savoir de la culture de la planète mais Curze voulait le détruire, contrairement à Magnus qui s’y opposait farouchement. Leurs deux Légions se firent face de même que les deux Primarques alors que les Thousand Sons avaient crée un bouclier psychique inviolable autour de la Tour de la Sérénité pour le défendre d’une éventuelle attaque. Magnus demanda au Night Haunter le repli des Night Lords, demandant un délai de deux semaines pour permettre à sa Légion de fouiller le site, séparer la vérité des mensonges nuisibles du savoir qu’il trouverait et promettant ensuite de détruire personnellement tout ce qui porterait un risque. Mais Curze refusa tout compromis si bien que Magnus demanda de porter l’affaire devant l’Empereur en prenant contact avec Lui psychiquement mais là encore, le Night Haunter refusa de céder, en profitant pour se moquer de lui et de ses pouvoirs.

Finalement, Konrad Curze expliqua à Magnus que la volonté de détruire cette bibliothèque de savoir venait du fait que Curze voyait la connaissance comme un danger pour l’unité impériale et que les croyances de Zoat devaient être détruites pour favoriser la Conformité Impériale car la seule chose qui l’obsédait depuis sa jeunesse sur Nostramo était l’ordre dans l’obéissance et la terreur. Magnus se vit menacer par le Primarque des Night Lords qui exigea la disparition du bouclier psychique. Magnus ne put croire son frère lorsqu’il celui-ci affirma qu’il bombarderait le dôme de protection des Thousand Sons. Le Night Haunter ordonna donc à son Premier Capitaine, Jago Sevatarion, d’ordonner le bombardement. Sevatar contacta la flotte de la VIIIe Légion par vox et à la stupeur de Magnus, les Night Lords commencèrent à tirer sur le dôme.

Outré, Magnus écouta son terrifiant frère lui expliquer que quand l’Empereur était venu sur Nostramo, Il avait apporté la lumière à un monde qui n’avait jamais vu le soleil, mais aussi la connaissance et qu’ainsi, le peuple de Nostramo a put voir la grande galaxie qui l’entourait et notamment d’autres cultures ou là, la joie et la paix existaient. Ainsi, le peuple avait comprit dans quelle misère il vivait. Magnus se revit menacé par Curze qui jura que si il le fallait, il bombarderait ce dôme pour l’éternité, jusqu’à ce qu’il cède. Magnus se résigna, et laissa finalement Curze détruire la tour. Mais le Roi Pourpre promit au Night Haunter qu’il se souviendrait de cette destruction.[22]

L'Extermination de la Kamenka Troïka[modifier]

L’Extermination de la Kamenka Troïka fut une campagne menée par les Thousand Sons, la Legio Titanique Astorum et à un ost d’Eugéniens panpacifiques sur les ordonnances de guerre de l’Empereur. L’objectif était de repousser des Orks sur trois planètes-satellites de Kamenka, un monde que s’était accaparé le Mechanicum de Mars. Ce fut une guerre sauvage avec un massacre et des pertes dues à l’usure implacable qui avait laissé derrière elle des dizaines de milliers de morts. Les forces impériales avaient été victorieuses après deux ans de combats et s’étaient valus une vingtaine d’honneurs toutes bannières confondues. Mais Magnus avait perdu huit cent soixante-treize guerriers des Thousand Sons, le forçant à réduire sa Légion de dix Confréries au nombre du Pesedjet, les neuf Confréries de l’antiquité.

Cette campagne fut célèbre à cause du Titan Warlord Canis Vertex de la Legio Titanique Astorum qui avait été vaincu sur les champs de mort de Coriovallum aux derniers jours de la guerre, par une gargantuesque machine de guerre des Peaux-Vertes, grossièrement construite à l’effigie de leurs divinités belliqueuses, tuant son Princeps et ses Moderatii. La défaite avait paru inévitable, jusqu’à ce que Magnus vînt se tenir au-devant du colosse ennemi, maniant le pouvoir de l’éther tel un dieu ancien de la guerre. Face au géant mécanique, Magnus avait levé les bras, sa cape de plumes gonflée par des orages invisibles, et la pleine fureur de l’éther avait défait l’engin de guerre ennemi dans un ouragan de flammes immatérielles, qui avait déchiré la matière de la réalité et avait fait trembler la planète jusqu’à ses fondations. Tous ceux qui en ce jour avaient vu le Primarque gardèrent avec eux jusqu’à la mort la vision de son combat contre la machine bouffie et haineuse. Dix mille combattants avaient incliné la tête devant Magnus quand celui-ci était revenu vers eux, traversant un champ de dévastation.

Pour honorer la mémoire des éléments de la Legio Astorum qui avaient été détruits, Canis Vertex fut emmené sur Prospero afin d’y être installé comme gardien silencieux du temple des Pyrae.[23]

La Circonvolution des Apôtres d'Or[modifier]

Alors qu’il combattait aux côtés des Sons of Horus dans la Vague de Survalenn Magnus répondit à l’appel à l’aide de forces de l’Imperium incapable de conquérir une chaîne de monde baptisé les Apôtres d’Or. Les Apôtres d’Or étaient une chaîne de systèmes stellaires qui s’étendaient entre le Système Sol et les confins du noyau galactique et abritant une civilisation humaine et extraterrestre hybride. D’un niveau technologique développé, chacun des mondes de cette chaîne était relié entre eux par un canal Warp, des voies stables semblant avoir été créées par des dispositifs conçus par des civilisations Xenos disparues, formant un canal à travers les étoiles capable de soutenir rapidement l’un des mondes si ils étaient attaqués par l’envoi rapide de renforts. Magnus profita de cette situation en annonçant que lui et ses Thousand Sons mettraient à la Conformité les Apôtres d’Or alors qu’une nouvelle vague de suspicion contre lui et ses fils émanait de Légions comme la Death Guard ou la Raven Guard. Pour Magnus, l’objectif était en partie de faire taire ses soupçons qui propageaient l’idée et lui et ses fils avaient perdu de vue le but de la Grande Croisade.

La campagne menée par Magnus fut particulière. En effet, il ne rassembla pas une grande force sur le champ avant de mener une invasion, mais se fit accompagner par l’Ordre de la Cécité pour agir "sous sa domination ordonnée". Près d’une année s’écoula alors, au cours de laquelle on commença à se demander si une autre force devait être engagée pour gagner les Apôtres d’Or. Puis Magnus prit la tête d’une force composée de cinq Cercles de trois Confréries différentes de sa Légion, renforcées par des forces du Mechanicum et de deux Libres-Marchands. Il convergea sur l’un des systèmes situé au milieu de la chaîne des Apôtres d’Or et mena une attaqué éclair lui permettant de s’emparer du système avant l’appel de renforts ennemis. Quatre-vingt-un jours exactement après la prise de ce premier système, Magnus envoya une deuxième force des Thousand Sons dans le système le plus éloigné de la chaîne des Apôtres d’Or. Là, de violent combats spatiaux eurent lieu, et le système attaqué appela à l’aide les autres planètes. Les navires de guerre des mondes des Apôtres d’Or partirent les uns après les autres pour secourir leur allié mais aucun n’arriva car lorsqu’ils empruntèrent la voie Warp stable, ils plongèrent directement dans un piège fait de vaisseaux de guerre des Thousand Sons, de mines et de torpilles entourant la sortie du canal Warp. Une fois les forces ennemis saignées à blanc, Magnus s’empara de chacune des planètes des Apôtres d’Or, se rendant personnellement sur le terrain et forçant ses ennemis à s’agenouiller d’une simple pensée. Lorsque chaque système fut mis en Conformité, le Primarque envoya personnellement un message astropathique au Conseil de Guerre, déclarant que "Par de tels actes, nous voyons que nous ne sommes liés par aucune autre loi que celle que nous nous imposons à nous-mêmes.".[24]

Le Pèlerinage de Lorgar[modifier]

Une quarantaine d’années avant le début de la guerre civile, l’Empereur, exaspéré par la lenteur des conquêtes de Lorgar et de ses Word Bearers, ainsi que de leur dévotion religieuse à Son égard - en totale contradiction avec la Vérité Impériale séculière et athée prônée par l’Imperium naissant, - ordonna à Roboute Guilliman et à ses Ultramarines de raser les cités de la planète de Khur et notamment la ville sacrée de Monarchia, cité ayant une grande importance aux yeux des Word Bearers. Puis Lorgar et l’ensemble de sa Légion furent convoqués par l’Empereur dans les cendres de Monarchia où le Maître de l’Humanité obligea Lorgar et ses fils génétiques à s’incliner devant Lui avant de leur exprimer Sa déception devant leur fanatisme religieux et la lenteur de leur progression pour la Grande Croisade, exigeant la fin du culte rendu à Sa personne.

Lorgar en fut brisé. Mais le Premier Chapelain des Word Bearers, Erebus, et le Premier Capitaine, Kor Phaeron, en profitèrent pour lui révéler qu’ils avaient découvert de nombreux mondes possédant des cultures religieuses ayant un fond commun alors qu’elles ne s’étaient jamais rencontrés. Au fil de leurs réflexions, ils en vinrent à la conclusion que la vérité résidait dans le Warp. Pour Lorgar, il fallait consulter Magnus, le plus puissant Psyker après l’Empereur, un frère avec qui il avait débattu de la nature de l’univers, discuté de philosophie et de foi dans le propre Palais de l’Empereur.

Magnus reçut un message de Lorgar, lui demandant de le rejoindre sur Colchis, le monde natal de l’Urizen, ce que Magnus fit. Arrivant sur l’orbite de Colchis, le Roi Pourpre contacta Lorgar qui se trouvait lui aussi en orbite, dans le strategium de son vaisseau amiral, le Fidelitas Lex. Magnus était ravi de revoir son frère mais il lui demanda pourquoi il l’avait appelé et si les rumeurs sur Monarchia était vrai. Gêné, Lorgar l’invita à le rejoindre dans la spire-temple à la surface de Colchis, dans la cité des fleurs grises, Vharadesh, la cité sainte.

Rejoignant Lorgar dans ses quartiers sur la planète, Magnus félicita son frère pour ses réalisations à Vharadesh et qu’une telle beauté ait pu s’ériger à partir du sable des fleuves et de briques de boue compactée. La cité des fleurs grises était pour Magnus un havre de paix, mêlant technologie et l’antique avec un talent consommé, ce qui toucha Lorgar qui loua la beauté de Tizca en retour. Magnus évoqua les cités antiques qu’il avait vu dans ses méditations en parcourant le Warp, notamment le Cairus, Alixandron ou Babalun.

Magnus vit la procession organisée par le peuple de Colchis pour les rescapés de Khur et notamment pour une jeune femme, la seule à avoir assisté véritablement à la destruction de Monarchia, une certaine Cyrène Valantion. Le Roi Pourpre ne vit dans ces processions que les calculs de Kor Phaeron, Premier Capitaine des Word Bearers, père adoptif de Lorgar et fanatique religieux notoire. Magnus mit son frère en garde des manipulations de Kor Phaeron, mais Lorgar prétendit que tout allait bien, ce qui calma Magnus. Néanmoins, il demanda à l’Urizen comment la foi avait pu tenir sur Colchis après deux siècles au sein de l’Imperium. Il écouta les explications de Lorgar décrivant les crises et les hallucinations qu’il avait de l’Empereur avant sa rencontre avec Lui, ignorant à l’époque ce qu’était de posséder des dons psychiques - dons qu’il possédait. Magnus fut témoin du désespoir de Lorgar lorsqu’il lui évoqua sa déception quand l’Empereur était arrivé, comprenant qu’il avait mené un guerre religieuse et versé le sang pour un être qui n’en s’était même pas ému, gâchant sa jeunesse penché sur les écritures et les codex religieux, à planifier la venue du messie, à croire qu’il donnerait un sens à toute vie humaine, un sens que des milliers de cultures humaines continuent de chercher à jamais. Magnus affirma que l’Empereur avait apporté un sens, mais pas celui que Lorgar espérait. Le Roi Pourpre écouta l’interrogation de Lorgar sur pourquoi l’Empereur avait attendu plus d’un siècle pour le punir de sa foi religieuse avant d’affirmer que seuls les êtres authentiquement divins récusaient leur divinité, l’Empereur n’ayant jamais avant Monarchia nié Son caractère divin à Lorgar, avant de détruire subitement sa foi. L’Urizen se questionna sur pourquoi il se devait d’être un guerrier. Pour Magnus, le mot "foi" était déplaisant, mais il comprit que la question de Lorgar était la raison pour laquelle il l’avait appelé sur Colchis. La réponse était simple, ils étaient des guerriers car c’était ce que l’Empereur avait besoin pour reconquérir la galaxie. Lorgar se voulait être un constructeur, pas un destructeur. Magnus lui rappela que les Astartes et les Legions étaient conçues pour détruire, mais Lorgar le contra en soulignant que les Thousand Sons étaient responsables de la beauté de Tizca. Magnus lui demanda si sa vision de l’univers avait changé après Monarchia, ce que Lorgar lui confirma tout en lui demandant de na pas être condescendant, car il ne pouvait pas imaginer ce que c’était lorsque le seigneur de toute la destinée humaine avait réduit son plus grand accomplissement en poussière et en cendre, avant de lui dire qu’il l’avait failli. Magnus tenta de calmer la colère de Lorgar profondément blessé par le désastre qui l’avait frappé. Le Primarque des Word Bearers avoua qu’il craignait de subir le même sort que les Primarques Inconnus, effacer de la mémoire pour toujours. Gêné, Magnus reprit Lorgar, lui rappelant que nul ne devait évoquer leurs frères disparus. Mais il lui avoua que l’Empereur était venu l’interroger pour connaître son avis ainsi que celui d’autres Primarques, apprenant à Lorgar que Russ l’avait soutenu, tout comme Horus. Le soutien de Russ étonna Lorgar, Magnus lui expliquant que les Space Wolves avaient une conscience spirituelle, à leur façon atrophiée et aveugle.

Finalement, Lorgar arriva au cœur de sa demande. Magnus se vit interroger sur sa connaissances de la mythologie colchisienne, et de ce qu’on appelait le Pèlerinage, l’endroit où les dieux et les mortels se rencontraient et que cela correspondait aux croyances de tant d’autres planètes, c’est à dire l’Empyrean, la Vérité Primordiale ou le Paradis. Pour Lorgar, si tant de chamans et de sorciers sur autant de mondes partageaient cette même croyance, cela ne pouvait pas être de la simple superstition. Peut-être que l’Empereur se trompait et que peut-être de véritables dieux existaient. Magnus se renferma immédiatement, conseillant vivement Lorgar de ne pas s’acharner à pourchasser quelque chose qu’il pourrait vénérer, simplement parce que sa foi était fourvoyée. Il le mit en garde que l’histoire le jugera humilié et faible, désespéré de trouver une chose en laquelle croire et que l’Humanité n’avait pas besoin de la foi pour comprendre l’univers. Mais Magnus se vit presser de questions par Lorgar qui lui demanda, ou lui affirma, qu’il avait vu quelques chose dan l’Immaterium grâce à ses dons psychiques, comme un indice de ce qui pourrait être ou les événements futurs qui ne se sont pas encore réalisés. Magnus évita le regard de son frère, réaffirmant qu’il n’y avait pas de dieu. Lorgar réaffirma que sur bien des aspects, l’Empereur était un dieu, et que d’autres êtres comme Lui pouvait exister. Exaspéré, Magnus prit congé, les propos de l’Urizen empestant pour lui le désespoir, alors qu’il affirmait que la Grande Croisade pouvait bien balayer les derniers indices menant à la vérité qu’il recherchait tant. Magnus demanda à Lorgar si il avait considéré un instant que l’Empereur ait pu le mettre en garde pour une bonne raison ? Avant de quitter Colchis, Magnus refusa d’aider Lorgar, affirmant qu’il fonçait vers l’abîme. Mais l’Urizen le supplia de le soutenir, commençant à divaguer et forçant Magnus à l’agripper par les épaules de sa robe pour le calmer. Doucement, Magnus expliqua à Lorgar qu’il se tenait au bord du précipice, qu’il comprenait sa souffrance mais qu’il ne pouvait pas vivre dans la peur de commettre une nouvelle erreur. Lorgar fut déçu, comprenant que Magnus ne viendrait pas faire le Pèlerinage avec lui avant de finalement promettre de mener la Grande Croisade et de cesser d’élever des monuments à l’image de l’Empereur. Magnus partit, se téléportant sur son vaisseau. Avant de totalement disparaître, il dit à Lorgar que si il persistait sur ce chemin, il ne trouvera qu’une seule chose : le malheur.

Il ne rencontrera plus pendant près de quarante ans Lorgar, et la galaxie serait alors devenue très différente.[25]

La Montagne d'Aghoru[modifier]

Mahavastu Kallimakus[26]

Originaire du sous-continent de l’Indoï, Mahavastu Kallimakus était le scribe personnel de Magnus le Rouge. Consignateur méticuleux de données, observateur pointilleux du moindre détail, il avait transcrit une grande partie des premiers jours de la Grande Croisade et avait été l’un des premiers Commémorateurs choisis par les Thousand Sons. Sa réputation l’avait précédé et l’avait fait immédiatement assigner à Magnus le Rouge. L’homme s’était trouvé au côté du Primarque depuis que la Légion restaurée avait quitté Prospero et avait enregistré le moindre fait, la moindre pensée du Primarque dans un grand tome, que beaucoup baptisaient le Livre de Magnus.

En réalité, le vieil homme était sous le contrôle mental du Roi Écarlate, les pensées de Magnus se transcrivant fidèlement dans son journal à travers le scribe dont la volonté était subornée par sa connexion mentale avec le Primarque. Kallimakus a accompagné Magnus lors d’événement comme la Montagne d’Aghoru, la Bataille du Piton du Phénix ou le Concile de Nikaea.

Mais le contrôle avait prélevé son dû sur le Commémorateur qui en ressortait affaibli et malade. Fatigué et ressentant que Prospero allait connaître une catastrophe, il quittera la planète peu avant sa destruction, bien que cela ne fut pas l’ultime chapitre de sa vie.

Vers la fin de la Grande Croisade, Magnus le Rouge, à la tête de la 28e Expédition, avait soumis avec succès le monde de Vingt-Huit Quinze avant de recevoir des appels de soutien du Roi-Loup pour venir en aide aux Space Wolves et aux Word Bearers qui combattaient dans l’Amas d’Ark Reach, un groupement d’étoiles binaires, occupé par un certain nombre d’empires planétaires belligérants ayant rejeté l’offre de l’Imperium de devenir partie intégrante de quelque chose de plus grand. Mais Magnus voyagea jusqu’à un système qui se composait de mondes éteints, désolés et privés de toute vie mais où divers signes indiquaient que la vie avait jadis existé. Étrangement, la cinquième planète, le monde d’Aghoru - où Vingt-Huit Seize pour l’Imperium, - était habitée par une population humaine. Magnus voulait savoir comment ce peuple avait survécu, car aucune trace électromagnétique résiduelle, aucune transmission ancienne ne suggérait plus que quiconque vécût là. Sur Aghoru, le Roi Écarlate trouva quelques chose d’un plus grand intérêt : la Montagne.

La Montagne d’Aghoru existait depuis des dizaines de milliers d’années et elle était trop vaste, trop monumentale pour avoir été une formation naturelle. Haute de près de trente kilomètres, un seul regard suffisait à convaincre même le plus sceptique que la Montagne avait été modelée par des moyens surnaturels avec autour des fronces de ses versants inférieurs, des collections éparses de pierres levées, chacune plus haute que trois hommes, rassemblées en cercles imprécis.

Pendant trois mois, le Primarque et sa Légion restèrent sur Aghoru. Alors que les Thousand Sons, établis au versent de la Montagne, se tournaient les pouces, Magnus avait sympathisé avec la population locale assez primitive technologiquement parlant. Pour ce peuple, la Montagne était un lieu de mort et un lieu sacré. Magnus avait organisé un conclave où il avait invité Yatiri, chef des tribus Aghoru rassemblées sur la Montagne, pour s’entretenir avec lui. Les Aghoru portaient des masques-miroirs cérémoniels qui dissimulaient leurs traits. Magnus se vit inviter à pénétrer dans la vallée de la Montagne par les Aghoru tout en leur promettant que ses fils génétiques ne viendraient pas dans ce site sacrée, à la demande des locaux. Magnus accompagna Yatiri et sa tribu à l’intérieur de la Montagne, ordonnant à ses fils d’attendre son retour, mais certains, dont Ahriman, s’inquiétaient de son absence et partirent le chercher. Les Space Marines arrivèrent dans la vallée où Magnus avait disparu, le son des tambours des Aghoru présents sur les lieux résonnant dans un rythme fluctuant mais qui n’avait rien d’aléatoire. Des statues colossales se dressaient à l’extrémité de la vallée, immenses au-delà du concevable, gigantesques, gracieuses et menaçantes, présentant une silhouette humanoïde singulièrement déliée et composés d’une matière qui ressemblait à de la porcelaine ou de la céramique couleur d’os. Leur tête tout entière était comme un casque élancé, incrusté de quelques gemmes scintillantes et des cheminées gracieuses s’élevaient comme des ailes angéliques de derrière leurs épaules. Ces gardiens étaient parés pour la guerre et avaient une allure d’Aeldaris, semblant confirmer que ces Xenos étaient les bâtisseurs de la Montagne. Magnus avait apprit de Yatiri que selon les légendes de son peuple, autrefois vivait sur Aghoru une race raffinée nommée les Elohim - les Aeldaris en fait. Ces anciens Xenos avaient trouvé une source de grande puissance et s’en était servi pour marcher parmi les étoiles, en remodelant les mondes à leur image, et en se forgeant un empire dans le ciel pour rivaliser avec les dieux. Mais ils avaient abusé de la source de leur pouvoir et étaient devenu décadent, leur race tout entière ayant été pratiquement détruite en une seule nuit sanglante. Certains furent dénaturés par la puissance qui les avait autrefois servis et devinrent les Daiesthaï, - une race aussi cruelle qu’elle avait jadis été somptueuse. Les Elohim avaient combattu les Daiesthaï et ont fini par les repousser vers les ombres du dessous du monde d’Aghoru. Leur puissance étant brisée, les Elohim ont érigé la Montagne pour sceller la prison des Daiesthaï, et ils ont installé les statues de colosses pour se protéger contre leur retour. Les Daiesthaï possédaient un appétit de mort qui ne pouvait jamais être rassasié, alors le peuple d’Aghoru leur amenait les morts des tribus à chaque rotation de ce monde pour s’assurer que le sommeil éternel des Daiesthaï continue.

Un grand autel de basalte devant l’entrée béante d’une grotte ouverte dans la falaise entre les deux sentinelles démesurées pouvaient être perçu et finalement, Magnus le Rouge en surgit accompagné de Yatiri et de Mahavastu Kallimakus, son scribe personnel. Cette caverne était le site mortuaire pour le peuple de ce monde qui y posait les corps de leurs défunts, corps qui avaient disparu mystérieusement quand ils revenaient l’année suivante, comme si la Montagne - ou les Daiesthaï - les avalait.

Le Primarque fut déçu de la désobéissance de ses fils et retourna avec eux dans son camp. Là, il organisa un nouveau conclave avec les représentants des Cinq Cultes des Thousand Sons dans son pavillon. Le Roi Écarlate exprima sa déception car la venue de ses fils dans la vallée sacrée des Aghoru avait mis en péril sa collaboration avec eux. Il réprimanda un peu Ahriman, responsable principal de cette insubordination avant d’expliquer que dans la Montagne, la connexion avec le Warp était existante alors que sur le reste de la planète les vents Æthériques étaient puissants. Magnus voulait résoudre ce mystère, persuadé qu’une grande puissance existait sous la Montagne. Quand il était entré dans la caverne de la Montagne, Magnus avait compris qu’elle cachait sous elle un portail, une entrée vers un vaste réseau, complexe au-delà de toute description, de chemins traversant l’Immaterium, comme si un maillage de veines invisibles se tissait en filigrane dans la chair de l’univers. La maîtrise de ce réseau donnerait libre cours à l’Humanité pour s’emparer des étoiles et la possibilité de marcher d’un côté à l’autre de la galaxie dans l’intervalle d’un clignement d’œil. Magnus ambitionnait de conquérir ce réseau qui était en réalité la Toile des Aeldaris, crée il y a une éternité par l’antique race des Anciens.

À la fin du conclave, le Primarque confia pour mission aux chefs des Cinq Cultes de bien s’occuper des Commémorateurs qui venaient alors d’intégrer en masse les Legiones Astartes pour rassembler les témoignages de l’immense entreprise que fut la Grande Croisade pour les générations futures, invitant Azhek Ahriman à s’occuper particulièrement d’un Commémorateur plein de potentiel psychique, un certain Lemuel Gaumon. Magnus le Rouge était persuadé qu’il était de la mission de sa Légion d’accompagner l’épanouissement psychique de l’Humanité.

Puis un contingent de la 5e Compagnie des Space Wolves arriva depuis l’Amas d’Ark Reach sur ordre de Leman Russ. Dirigé par Amlodhi Skarssen Skarssensson, les Space Wolves exigèrent que Magnus et sa Légion viennent prêter main forte à Russ dans la campagne de l’Amas d’Ark Reach, les Loups ne faisant guère d’effort pour ne pas montrer leur hostilité envers le Primarque qui les avait accueilli à travers une cérémonie. Magnus rabaissa les fils de Fenris, leur promettant de les tuer si ils lui parlaient sur le même ton hostile ; ce qui calma les Space Wolves. Le Roi Écarlate expliqua qu’il ne pouvait pas rejoindre Russ tout de suite car il lui restait beaucoup à faire sur Aghoru. Mais le Seigneur Loup Skarssensson avait juré de revenir avec les Thousand Sons, son serment l’obligeant à rester sur Aghoru avec la XVe Légion, dans la joie et la bonne humeur…

Présent dans le contingent Space Wolf, se trouvait un Prêtre des Runes, Ohthere Wyrdmake, avec qui Ahirman sympathisa, relation amicale que Magnus encouragea dans l’espoir de calmer les inimités entre les deux Légions.

Mais Yatiri était descendu de la Montagne peu avant l’arrivée du Seigneur Skarssen et avait imploré d’être reçu par le Roi Écarlate. Magnus le reçut dans ses quartiers et apprit qu’un étrange phénomène touchait la caverne de la Montagne. Sans plus attendre, le Primarque rassembla des guerriers de chaque Confrérie en ordre de bataille, accompagné par des Space Wolves commandé par le héraut du seigneur Skarssen, Varangr Ragnulf Ragnulfssen

Il n’y a pas de Loups sur Fenris[27]

Devant les interrogations de ses fils en voyant que les loups de compagnie des Space Wolves ne semblaient pas du tout affecté par la grande chaleur du monde d’Aghoru, Magnus le Rouge leur expliqua qu’ils avaient été génétiquement modifiés par les premiers colonisateurs de Fenris. Quand l’Humanité avait découvert le monde natal des Space Wolves pour la première fois - planète inamicale, mortelle et extrêmement dangereuse - les généticiens de ce lointain passé considéraient l’impossibilité comme un défi, et forgeaient quotidiennement de nouveaux codes dans les chromosomes des génomes humains et animaux, avec autant d’aisance que le Mechanicum compose des tranches de données pour ses Serviteurs.

Certains pensent que les loups génomodifiés étaient arrivé avec les premiers humains sur Fenris mais plus probablement se sont-ils adaptés de façon parfois imparfaite, et sans songer aux conséquences. Ou peut-être y avait-il d’autres races plus anciennes vivant sur Fenris. Magnus avait voyagé très loin dans le passé grâce à sa maîtrise du Warp et pouvait voir voir au-delà de la chair et des muscles d’un de ces animaux, y lire chaque stigmate et chaque fléchissement de son code génétique pour y démêler les millénaires d’altérations et remonter au logos de ses origines.

Magnus affirmera avec un sourire triste que quoi qu’il en soit, il n’y a pas de loups sur Fenris…

Marchant vers la vallée à la tête de six cents Astartes, Magnus vit les Aghoru en pleurs alors que les pierres semblaient infecter par un noir huileux semblables à des veines pourrissantes. Les énergies Æthériques parcourait la Montagne et quelque chose de pernicieux avait pris racine dans la vallée. Le Primarque comprit que les fameux Daiesthaï se réveillaient : des bêtes du vide auxquelles les cauchemars des mortels ont prêté forme depuis l’aube des temps, où Démons. Il ordonna à ses guerriers de fermer leurs esprits au Warp et arrivant à l’entrée de la caverne, il vit que les constructions titanesques se dressaient comme elles l’avaient toujours fait, imposantes et immenses, mais que leurs lignes propres et lisses ne possédaient plus une grâce immaculée car parcourus d’un réseau de veines empoisonnées d’un noir verdâtre que la caverne avait déversée en épais filaments huileux, venue s’inoculer aux statues colossales. Magnus comprit que sa présence sur ce monde n’avait fait que hâter cette corruption et qu’un équilibre avait été perturbé. La situation se dégradait alors que les Space Wolves accusaient Magnus de sorcellerie, à la fureur du Primarque.

Puis Yatiri, pensant qu’il fallait nourrir Daiesthaï de morts, s’enfonça dans la caverne en compagnie de membres de la tribu malgré les avertissements du Primarque, rejoignant un autel avant de transpercer de sa lance un homme, imité par le reste de ses compagnons qui s’entre-tuèrent dans l’espoir vain de calmer des dieux qui n’existaient pas. À peine les hommes morts se furent-ils écroulés que la puissance qui s’accumulait dans la vallée monta à la vitesse d’un raz-de-marée et dans un gigantesque grondement de pierre, les gardiens de la vallée se mirent à bouger.

Une bataille s’engagea entre les Space Marines et les Titans tandis que Yatiri, perché sur l’autel de basalte et éclaboussée par le sang des anciens, hurlait. Des vents s’échappèrent de la caverne, formant un ouragan dans lequel évoluait Magnus en son centre. Le Primarque fit face au premier Titan qui lui tira dessus mais le Roi Écarlate détourna le tir par une barrière invisible. Puis il leva le bras, paume vers le haut et referma ses doigts en serrant le poing, comprimant un bras entier du colosse Xenos. Puis il avança vers les deux machines, libérant une impulsion de feu bleu qui frappa en plein torse le Titan le plus proche, le détruisant. Mais Magnus avait dépensé beaucoup d’énergie et fut à la merci du canon du second Titan. Il ne dut son salut que par l’acte héroïque de Phosis T’kar, qui créa à temps un dôme scintillant d’énergie couleur d’or autour de lui et de Magnus afin de stopper le tir de l’arme de la machine Xenos. Déchaînés, les Space Wolves et les Thousand Sons parvinrent à détruire le second Titan.

Magnus le Rouge se releva en soulevant le corps inanimé de Phosis T’kar, épuisé par son sort de protection, le confiant à ses fils pour le soigner. Puis il entra dans les profondeurs de la caverne, suivit par Ahriman et une centaine de guerriers des Thousand Sons et des Space Wolves. S’enfonçant dans les entrailles de la Montagne, Magnus menait la descente, en suivant un chemin tortueux que lui seul pouvait voir. Il parvint enfin à un grand abysse au cœur de la Montagne, un entonnoir parfaitement circulaire de centaines de mètres de diamètre. Le plafond au-dessus de l’énorme fosse était une coupole à l’allure cristalline, formé de la même matière que les Titans, sa couleur crème étant striée de veines écarlates, évoquant le marbre le plus fin et comme les Titans, sa substance avait été envahie par les filaments noirs de la corruption. Des milliers de colonnes noires et luisantes s’élevaient de l’abîme comme les racines de quelque plante surnaturelle et ces piliers palpitaient d’un mouvement liquide, parodies obscènes d’artères porteuses de vie, absorbant cette vie au lieu de la nourrir.

Au bord du précipice, une corniche courait sur la circonférence de l’abîme, où Magnus put contempler avec étonnement la forêt impénétrable de tentacules noirs et suppurants. Cette masse de tentacules était vivante et un rideau noir s’ouvrit montrant une figure misérable, dérivant au milieu des appendices goudronneux, une silhouette portée par une horde de fins de tentacules grouillantes de bouches béantes et d’un bouillonnement d’yeux, apparaissant dans un gonflement avant de se dissoudre et de disparaître : c’était Yatiri, l’esprit de l’homme pulvérisé par l’exposition à un tel phénomène, son corps dégénérant un peu plus à chaque seconde. La créature était un reflet des cauchemars et des légendes des Aghoru, formées par l’esprit torturé de Yatiri, au travers du filtre de ses terreurs les plus sombres et des légendes anciennes.

Choronzon[28]

Alors qu’il se retrouvait à l’entrée de la Toile dans les profondeurs de la Montagne d’Aghoru, Magnus se retrouva face à une noirceur qui s’enroula sur elle-même en spirales noires, jusqu’à ce qu’un serpent aux écailles d’obsidienne luisante se mît à flotter devant lui, paraissant ne rien peser et libéré de toute gravité. Ses yeux étaient des tourbillons de rose et de bleu, et une paire d’ailes aux couleurs brillantes poussa dans son dos. Sa mâchoire recula pour révéler des crochets dégoulinant de venin. Le serpent se présenta comme étant Choronzon, Habitant de l’Abîme et Démon de la Dispersion. C’était le Démon responsable de la possession de Yatiri et de la formation d’appendices dans les profondeurs de la Montagne. La créature du Warp lui proposa de lui offrir une grande puissance, plus grande que celle qu’il maniait déjà. Magnus le rejeta, mais le serpent lui rappela qu’il n’était que le jouet de puissances bien plus grandes que lui. Mais Magnus fit preuve d’arrogance, se louant d’avoir pactisé avec des êtres plus puissants pour sauver ses fils du Bouleversement Charnel. Devant l’arrogance, la vanité et la certitude du Primarque, Choronzon semblait ravi, prophétisant que Magnus deviendra le trophée d’un être supérieur pour bientôt. Magnus se saisit du Démon, lui brisant le cou après que ce dernier lui ait affirmé qu’il ne maîtrisait rien.

La prophétie de Choronzon se réalisera malheureusement…

La chose à avoir jadis été Yatiri dériva en direction des Thousand Sons, appelant Magnus. Puis le corps de Yatiri s’élança brusquement en avant, et ses bras se refermèrent autour de Magnus dans une parodie hideuse d’accolade fraternelle alors que, comme les têtes de l’Hydre de Lerne, les autre appendices attaquaient les Space Marines. Le Primarque fut pris dans l’étreinte écœurante de Yatiri, emporté par les tentacules, de plus en plus profondément vers le cœur palpitant de la masse. Magnus sentit la rage de son adversaire qui cherchait à le manipuler et à prendre le contrôle de son corps. Il repoussa l’étreinte de Yatiri d’une simple pensée et il fit éclater le corps du malheureux en cendres, pour plonger ensuite dans le gouffre.

Magnus se retrouva dans un domaine d’ombres et de tromperie, en venant de passer du royaume de la chair à celui de l’esprit sans même y avoir réfléchi, un endroit qui était l’entrée vers le réseau, le nexus donnant accès au labyrinthe Xenos. Là, il sentit les milliards de chemins qui s’étendaient de cet endroit, les infinies possibilités reliées par un réseau arachnéen de canaux conceptuels, enfouis dans les angles entre les mondes. Magnus le Rouge comprit qu’il existait d’autres portails de la Toile sur d’innombrables planètes mais mémoriser ce réseau labyrinthique tout entier dépassait les facultés de quelqu’un pourtant doté d’autant de dons que lui. Magnus se réjouissait à l’idée de parler de cette découverte majeure à l’Empereur.

Le Primarque retourna retrouver ses fils après avoir usé de ses pouvoirs pour détruire la substance de l’amas de tentacules, la fluidité solide des appendices prenant la consistance d’une brume, et tombant en une bruine poudreuse. Flottant parmi le brouillard de leur déliquescence, Magnus remonta des abysses, déclarant à ses guerriers avoir refermée à jamais la faille d’Aghoru, mettant fin ainsi aux horreurs qui avaient alimenté les légendes locales.

Sans cérémonie, le Seigneur Loup Skarssen déclara que Leman Russ attendait le Roi Écarlate, qui de son côté restait excité par la découverte de la Toile des Aeldaris.[29]

La Bataille du Piton du Phénix[modifier]

Après son aventure à Aghoru, Magnus mit le cap sur l’Amas d’Ark Reach. Découverte par les Word Bearers, c’était un système structuré autour d’une alliance de six planètes formant l’Empire Avenien. Les dirigeants de ces mondes avaient rejeté leur intégration dans l’Imperium, déclenchant une conquête mené par Lorgar et Leman Russ.

Quand Magnus arriva, le dernier monde à tenir était Héliosa, baptisé Grièche par l’Imperium. Armés de renseignements aussi primordiaux, les Thousand Sons avaient lancé une campagne d’offensives coordonnées sur les aires où étaient abrités les appareils de chasse protégeant les principaux points forts du réseau de défense Avénien. Magnus avait mené lui-même bon nombre des assauts, maniant la puissance du Warp comme une arme qu’il pouvait tirer ou rengainer à sa guise. Aucune force ne parvenait à se dresser face à lui, sa maîtrise de l’espace et du temps, des énergies et de la matière demeurant hors d’atteinte même de ses disciples les plus doués.

Le Roi Écarlate retrouva Leman Russ sur l’aire 93 du monde de Grièche, alors que le Roi-Loup juchait Ahriman qui était arrivé avec le Prêtre des Runes Ohthere Wyrdmake. Magnus et Russ n’échangèrent qu’une poignée de main sommaire manquant de toute chaleur alors que le Roi-Loup critiquait la cape à plumes qu’il portait, perçut comme une gêne pour les mouvements au combat. Magnus contra en évoquant la vieille peau de loup de son frère, Leman Russ lui répondant qu’il le tuerait si il y touchait. Puis le Primarque des Space Wolves invita Magnus à rassembler ses guerriers pour l’assaut final sur Grièche.

Les trois Legiones Astartes attaquèrent ensemble, les Word Bearers soumettant les populations civiles des cités montagnardes isolées et les Thousand Sons libérant un chemin afin que les Space Wolves puissent délivrer le coup fatal au cœur de l’Empire Avenien : la cité montagnarde du Piton du Phénix. C’était un véritable ouvrage d’art possédant une Grande Bibliothèque renfermant de grandes connaissances que Magnus convoita immédiatement. Il mena l’assaut avec ses guerriers et ses gardes du corps du Scarabée Occulte, déchaînant ses pouvoirs sur les défenseurs afin de se tracer une voie vers la Grande Bibliothèque du Piton du Phénix, en forme de pyramide d’argent, haute de six cents mètres et large de deux kilomètres à son pied. Mais il fallait faire, vite car son frère était en train de tout réduire en cendres, massacrant sa population et ses dirigeants, et ceux, malgré les demande de reddition. Le Primarque appela ses guerriers à lui pour protéger de la destruction le cœur intellectuel de la ville.

Finalement, le Roi Écarlate s’empara enfin de la Grande Bibliothèque avant l’arrivée d’une Grande Compagnie Space Wolf qui souhaitait la réduire en cendres. Magnus la repoussa avec ses fils mais là, les choses s’aggravèrent. Alors que les Space Wolves fonçaient sur les Thousand Sons qui formèrent un rempart implacable et immuable, ces derniers utilisèrent leurs pouvoirs psychiques pour neutraliser les Loups en bloquant leurs transmissions neurales, redirigeant les impulsions électriques de leur cerveau et désoxygénant rapidement le sang au sortir de leurs poumons.

Mais chose effroyable, un Thousand Son fut frappé par le Bouleversement Charnel, chose qui n’était plus arrivé depuis que Magnus avait sauvé sa Légion de ce mal. Magnus marcha vers la transformation hideuse qu’était devenu la malheureux Thousand Son, le Primarque lui ouvrant ses bras pour le recevoir avec mansuétude et indulgence. Mais le Thousand Son explosa lorsqu’un unique projectile éclata à l’intérieur de son poitrail, abattu par Leman Russ arme à la main qui fut témoin de cette métamorphose.

Russ s’avança vers Magnus en écumant de rage. Les deux Primarque allaient en arriver aux mains lorsque Lorgar se téléporta à temps entre eux pour éviter un bain de sang inutile, les appelant au calme et à la raison.

Magnus se vit accuser par Leman Russ d’être un sorcier et d’être à la tête d’une Légion de monstres mutants, de jeteurs de sorts et de nécromants. Faisant face une dernière fois à Magnus avant de se retirer, il passa le fil de son épée en travers de sa paume, laissant des gouttes de son sang tomber sur le sol en faisant la promesse au Roi Écarlate de lui régler son compte un jour…[30]

Le Triomphe d'Ullanor[modifier]

Magnus le Rouge fut présent lors du Triomphe d’Ullanor, mettant fin à la Croisade d'Ullanor qui avait vu la défaite du plus puissant empire Peau-Verte jamais rencontré depuis le début de la Grande Croisade, mené par l’Empereur et Horus, qui avait personnellement tué le Seigneur de Guerre de cette planète. Ce Triomphe fêtait cette victoire ainsi que l’apogée de la Grande Croisade.

Magnus arriva sur Ullanor, admirant la planète depuis sa pyramide de verre lui servant de sanctum dans son vaisseau amiral, le Photep. La pyramide de verre fut descendue du Photep par segments et ré-assemblée à la surface parfaitement plate d’Ullanor. En des circonstances ordinaires, Amon aurait eu la charge d’assister le Primarque, mais en ce jour d’une grande portée, Magnus avait sollicité d’être apprêté par Ahriman, que les plaques de son armure fussent arrangées par lui autour de sa carrure, pour s’assurer qu’il ne fut pas dépassé en prestige par ses frères. Magnus se fit très coquet pour briller lors de ce jour historique, paré de ses meilleurs atours, l’or de son armure luisant sous la lumière vacillante des torches, les cornes de son plastron se dressant avec magnificence, son casque parvenant à peine à contenir ses cheveux écarlates, noués en trois queues distinctes et des lames jumelles rangées au fourreau en travers de son dos. Son heqa d’or et d’émeraude dans une main et son grimoire pendu à sa chaîne, partiellement caché dans un long kilt de cuir et de mailles, Magnus avança vers la montagne réaménagé pour accueillir la loge de l’Empereur et de Ses fils Primarques, avec Ahriman, quelques uns de ses Capitaines et trente-six guerriers de ses gardes du corps, le Sekhmet, à ses côtés. Magnus arriva pour prendre place auprès de son père génétique et de ses frères présents : Rogal Dorn, Jaghatai Khan, Angron, Sanguinius, Horus, Fulgrim, Mortarion et Lorgar Aurelian.

Le Roi Écarlate fit face à deux Custodiens qui barraient l’entrée de la loge impériale, les gardes du corps de l’Empereur exigeant qu’il donne son identité ainsi qu’à ceux qui l’accompagnait, alors que Magnus présentait que sept Sœurs du Silence évoluaient hors de vue autour des Thousand Sons. Magnus se pencha vers l’un d’eux, son œil unique retraçant le chemin des inscriptions qui s’écoulaient sur les plaques d’or du guerrier de gauche. Ce Custodien se nommait Amon Tauromachian Xigaze Lepron Cairn Hedrossa et le Primarque, repensant à son ancien maître qui portait même nom, loua le Custodien tout en lui demandant comment se portait le Capitaine Général Constantin Valdor. Puis les deux lances des gardiens les laissèrent passer une fois que le système de Vérification Biométrique Unifiée eut identifié et chargé les marqueurs génétiques du Primarque et de ses fils à l’intérieur du réseau des Custodiens, prouvant qu’ils étaient bien ce qu’ils prétendaient être. Cela fit rire Magnus.

Arrivée à la tribune, un guerrier de la Death Guard s’interposa sur la route de Magnus le Rouge, le Capitaine de la 2e Compagnie de la XIVe Légion, Ignatius Grulgor. Magnus lui demanda, menaçant, de s’écarter mais deux autres guerriers en Armure Terminator se rangèrent de part et d’autre de Grulgor, deux membres du Linceul, les gardes du corps de Mortarion. Magnus comprit la menace et appela le Seigneur de la Mort à lui faire face. Mortarion émergea des ombres pour rencontrer le Roi Pourpre.

Magnus eu une conversation tendue avec le Primarque de la Death Guard, la détestation de Mortarion pour les Psykers étant virulente, faisant de lui le plus grand détracteur du Projet Librarius depuis son origine. Leur échange fut d’une agressivité distillée. Magnus évoqua un autre jour semblable à celui d’Ullanor, lorsque neuf Primarques avaient été réuni il y a longtemps mais Mortarion lui coupa la parole, lui rappelant que l’Empereur leur avait ordonner de ne plus en parler à cause sûrement de la présence de l’un des Primarques Inconnus… Magnus évoqua par la suite la symbolique des chiffres, exaspérant Mortarion qui se moqua de son obsession pour les symboles, lui parlant des événements qui avaient eu lieu lors de la Bataille du Piton du Phénix, et de la violente altercation entre les Thousand Sons et les Space Wolves, avant que l’un des fils de Magnus ne subisse une violente mutation génétique le transformant en aberration, le tout sous les yeux de Leman Russ qui avait répété à Mortarion ce qu’il avait vu. Magnus se vit menacer par le Seigneur de la Mort qui l’accusa de sorcellerie, et que cela signera sa chute, comme elle avait signé celle du père adoptif de Mortarion, Necare, un sorcier Xenos tué par l’Empereur. Imperturbable, le Roi Écarlate invita Mortarion à venir sur Prospero débattre avec les Corvidae de la causalité et la prédestination, ce qui mit fin à la conversation houleuse lorsque le Seigneur de la Mort se détourna pour rejoindre la tribune de l’Empereur.

Magnus assista par la suite au défilé et fut témoin du discours de l’Empereur qui annonça Son départ de la Grande Croisade pour rejoindre Terra afin de terminer un grand projet, puis à la nomination d’Horus au rang de Maître de Guerre, faisant du Primarque des Luna Wolves le commandant suprême des forces armées de l’Imperium.

Après cette annonce et le Grand Triomphe, Magnus s’était montré reclus et maussade à l’intérieur de son sanctum sur le Photep après le départ de sa flotte d’Ullanor. Elle fit deux mois de voyage jusqu’à Hexium Minora, une planète avant-poste du Mechanicum, afin de s’y réapprovisionner. Là, la majorité des Thousand Sons et des millions de soldats de soutien rejoignit Magnus, attendant que le ravitaillement soit achevé.

Magnus accueillit Ahriman dans son sanctum afin de discuter avec son fils favori. Il affirma au Maître Archiviste qu’un jour il connaîtra absolument tout, souriant en voyant la désapprobation d’Ahriman devant cette arrogance mais le calmant avec un sourire et développant qu’il n’était pas assez arrogant pour oublier ses lectures des pièces d’Aristophane et des dialogues de Platon et que savoir, c’était savoir que l’on ne sait rien. Puis ils discutèrent des changements advenus sur Ullanor, Magnus expliquant qu’il avait entendu l’Empereur parler à Horus sur la tribune du passage en revue, le Maître de Guerre désirant savoir la raison du départ de leur père. L’Empereur avait dit que ça n’était pas parce que les combats l’avaient rendu las, mais parce qu’un plus grand destin l’appelait, un destin qui selon Lui assurerait que l’héritage de leurs conquêtes vivrait jusqu’à la mort des astres. Mais Magnus avait ensuite appris à l’Empereur sa découverte dans la Montagne d’Aghoru, des possibilités de voyage instantané dans la galaxie à partir de ce qui était la Toile Aeldari. Mais l’Empereur connaissait déjà l’existence de cette merveille technologique, l’ayant découverte des décennies plus tôt, et qu’Il s’était résolu à en devenir le maître, raison pour laquelle Il retournait sur Terra.

Magnus lui a immédiatement offert ses services, mais l’Empereur avait décliné l’offre car Ses recherches étaient arrivées à un stade trop délicat pour qu’Il puisse permettre à quiconque d’autre de s’y intéresser. Non seulement Magnus vit son assistance rejetée, mais aussi se vit-il avertir par le Maître de l’Humanité de ne pas s’aventurer plus loin dans ses études, lui assurant qu’Il le destinait un rôle essentiel lors de l’accomplissement final de Ses grands desseins, mais sans en dire davantage.

Puis la conversation prit fin lorsque Magnus et Ahriman admirèrent le début de la Borealis Mechanicum, une combinaison d’épanchements chimiques et d’embrasement des vapeurs atmosphériques d’Hexium Minora accrochant la lumière courbe de l’étoile lointaine du système, réfractant un halo vibrant autour de la planète, comme si des incendies arc-en-ciel l’embrasaient d’un pôle à l’autre. L’effet était d’une beauté singulière, bien qu’il fût le fruit de la pollution chronique et de l’industrie exubérante, menée sans aucune préoccupation du coût pour le milieu écologique. Un des effets secondaires de la Boraelis Mechanicum était l’affaiblissement du voile entre la dimension matérielle et l’Immaterium, et un mélange de couleurs indescriptibles et de tempêtes Æthériques tournoyait autour du halo de la planète, tel un paysage marin vu au travers d’un filtre énigmatique, ce qui émerveilla Magnus.[31]

Le Concile de Nikaea[modifier]

« Si je suis coupable, c’est d’avoir cherché la connaissance. »
- Magnus le Rouge lors de la décision finale de l’Empereur au Concile de Nikaea.

Quelques jours après sa discussion avec Ahriman, Magnus rencontre le Commémorateur à la panse généreuse, Lemuel Gaumon, qui possédait des talents psychiques. Gaumon était devenu l’élève d’Ahriman avec les encouragements de Magnus. À la demande d’Ahriman, le Primarque accepta de raconter à Gaumon la Fondation des Cinq Cultes lorsqu’il était encore un jeune élève de Prospero. Magnus reconnaîtra à Ahriman que Gaumon avait un grand potentiel, avant de lui annoncer qu’il était convoqué par l’Empereur pour le plus sérieux des conclaves, un rassemblement le plus capital qui sera le pivot de l’existence des Thousand Sons. Magnus était persuadé que ce conclave allait être son apothéose qui verrait l’Empereur reconnaître sa valeur. Ce monde se nommait Nikaea.

En Pâture aux Loups [modifier]

Le Roi Écarlate mit une année depuis d’Hexium Minora pour rallier, avec sa Légion, Nikaea. Débarquant avec enthousiasme sur ce monde avec Ahriman et son scribe personnel, Mahavastu Kallimakus depuis son Stormhawk, le Scarab Prime, piloté par son Navigator du nom Innovence, le Primarque était confiant, persuadé d’arriver en vainqueur sur ce monde volcanique où un amphithéâtre avait été crée spécialement pour accueillir ce Concile dans un gigantesque volcan composite aux versants escarpés, accidentés par la lave durcie. Atterrissant sur le sol noir et géométrique, Magnus vit dans cette construction l’ordre de l’univers transcrit par les mathématiques et les formes parfaites et la géométrie, persuadé que c’était un bon signe. Les Primarques Sanguinius et Fulgrim, accompagnés par leurs officiers respectifs Raldoron et Thoros des Blood Angels, et Eidolon et Vespasian des Emperor's Children, accueillirent chaleureusement Magnus.

Sanguinius et Fulgrim emmenèrent Magnus vers le cœur du volcan, mais alors qu’ils discutèrent, Magnus ressentit un début de malaise. Arrivé dans ses quartiers privés pour les suspensions du conclave, Magnus comprit que les choses n’allait pas se dérouler comme prévu. Il accompagna ensuite ses deux frères dans le grand amphithéâtre où des milliers de témoins occupaient des bancs noirs, alors que l’Empereur de l’Humanité était assis sur un trône aux ailes d’aigle déployées, Malcador le Sigillite se tenant à Ses côtés. Les trois Primarques jurèrent à Malcador de respecter la décision du Concile, quoi qu’il advienne, jurant en posant la main sur le sceptre du Sigillite. Puis Magnus s’assit dans les estrades avec son Maître Archiviste, attendant d’apprendre la nature de ce rassemblement : résoudre la Crise des Archivistes.

Suite au Triomphe d’Ullanor, l’Empereur, comprenant la question sensible qu’était devenu le Projet Librarius, décida de trancher définitivement son sort avant de rentrer sur Terra, bien que le Maître de l’Humanité ne semblait pas particulièrement enthousiasme, mais cette question menaçait de scinder profondément l’Imperium, tant la question des Pyskers restait sensible, notamment entre les Primarques.

Le premier témoin fut le Prêtre des Runes Space Wolf, Ohthere Wyrdmake - celui avec qui Ahriman avait tant échangé sur la nature des Thousand Sons à la demande de Magnus. Le Space Wolf traita la XVe Légion de sorciers sans foi ni loi.

Puis ce fut au tour de Mortarion de venir tenir un long discours pour accuser les Psykers d’être à l’origine de la dévastation de l’Ère des Luttes, prétendant avoir vu personnellement les horreurs que les pouvoirs psychiques laissaient dans leurs sillages et les sombres pouvoirs de l’Immaterium dont ils faisaient usages, comme des mondes réduits en cendres, des hommes en esclavage et des monstres lâchés de partout. Le Seigneur de la Mort rappela que l’Empereur Lui-même avait mis en place des moyens de contrôler les Psykers pour éviter qu’ils ne deviennent un trop grand danger, à travers une surveillance et un encadrement rigoureux. Il évoqua les actes de la XVe Légion lors de la Bataille du Piton du Phénix, rappelant au passage que les Thousand Sons avaient déjà été les responsables d’actes étranges et maléfiques. Il demanda à l’assemblée de censurer Magnus et l’abandon du Projet Librarius qui ne pourra, in fine, que provoquer un nouveau désastre digne de la Longue Nuit selon lui.

Magnus Prend la Parole[modifier]

L’ardeur de la colère de Magnus fut telle en entendant ce discours du Seigneur de la Mort que ses poings étaient serrés sur l’obsidienne de la rambarde et que la pierre volcanique avait ramolli, et coulait comme la cire d’un cierge d’invocation. Des gouttes de ce qui avait été la roche tombaient vers le sol, où ces gouttes se brisaient, leur structure atomique coutumière ayant réaffirmé sa solidité. Inquiet, Ahriman effleura le bras du Roi Écarlate et Magnus tourna son regard vers lui. Le puits sans fond qu’était son œil était devenue une dentelle tournoyante de couleurs inconnues, comme si chaque facette de ses émotions y disputait aux autres la prédominance. Ahriman eut un haut-le-cœur devant la colère et le besoin de vengeance qu’il vit chez Magnus. Le Maître Archiviste supplia le Primarque d’arrêter alors qu’il était submergé par la puissance de Magnus, au point d’être à deux doigts de périr, sombrant dans le coma. Magnus s’est ressaisit à temps, portant le corps d’Ahriman dans ses quartiers pour qu’il se remette de cet assaut psychique. Trois heures après, Ahriman se réveilla et Magnus lui demandant pardon, apprenant au Maître Archiviste que pendant son coma, un cortège fastidieux de bigots aux idées étroites, de superstitieux et d’imbéciles d’un autre temps les avaient qualifié d’hérétiques, de sorciers, de mages, de buveurs de sang et de sacrificateur de vierges.

Mais Magnus ne comptait pas se laisser faire et il retourna dans amphithéâtre pour se défendre, s’avançant vers l’estrade devant l’Empereur. Devant toute l’assemblée, Magnus dénonça les propos archaïques qui furent employés pour le qualifier, considérant que ces détracteurs avaient peur du progrès et que leur projet n’était ni plus ni moins que la sclérose qui condamnerait à une lente décadence l’Imperium ainsi qu’à l’obscurantisme et l’ignorance, où ceux qui oseraient chercher à savoir, quel qu’en fût le prix pour eux-mêmes, seraient considérés avec suspicion. Magnus utilisa l’allégorie de la Caverne de Platon pour dénoncer le camp anti-Librarius comme des gens ayant peur de l’avenir et qui préférait se réfugier dans le nid douillet de leurs certitudes. Il proclama que les Thousand Sons avaient vu la lumière au-delà des portes de l’Empyrean et que cette lumière les libérera des entraves de leur perception matérielle de la réalité, et permettra à la race humaine de régner en maîtresse sur la galaxie.

Une Vision de l'Hérésie[modifier]

Qu’est-ce Que Vous Avez Fait ?[32]

Après son discours lors du Concile de Nikaea et avant la décision final de l’Empereur, Magnus le Rouge se réfugia dans la salle de réception située sous l’amphithéâtre, Malcador ayant décrété une suspension dans les procédures. Magnus était confiant d’avoir réussi à faire pencher les indécis vers son camp mais il dut recadrer Ahriman qui se sentait insulté du procès attenté contre la Légion. Magnus rappela au Maître Archiviste qu’il devait se souvenir que lui-même avait autrefois été à la place des aveugles et des ignorants sur la question du Warp mais Ahriman le désapprouva, affirmant que Magnus avait feint de ne pas savoir avant que l’Empereur ne lui enseigne les vérités sur l’Immaterium, qu’il avait déjà scruté ses profondeurs et qu’il avait déjà vu "eux".

Magnus se figea, la colère à peine contenu, ordonnant à Ahriman de ne plus jamais parler de ce sujet. Mais alors Ahriman vit derrière la colère de Magnus qu’il se cachait autre chose, une crainte muette des secrets enfouis menaçant de remonter à la lumière. Ahriman entrevit un marché monstrueux, un pacte scellé avec une chose plus ancienne et plus monstrueuse que tout ce qu’Ahriman aurait pu s’imaginer.

Magnus coupa court à toutes autres paroles, expliquant qu’il a fait ce qu’il fallait pour sauver sa Légion du Bouleversement Charnel. Mais Ahriman supplia Magnus de lui dire ce qu’il cachait. Magnus explosa, hurlant qu’Ahriman ne comprenait pas que la dégradation de la souche génétique des Thousand Sons était trop extrême de même que sa corruption et sa mutation qui allait trop vite pour être stabilisée.

Magnus avait bien fait un pacte avec une entité pour stabiliser le gène mutant des Thousand Sons, et rien que par cet acte, il était responsable de leur chute…

Après la suspension de séance suite à son discours et une altercation avec Ahriman, Magnus s’effondra, un orage de feu ambré faisant rage à l’intérieur de son œil. Lorsqu’il ouvrit les yeux, il vit voler des étincelles alors que la pierre frappait la pierre, et que des outils de taille primitifs donnaient naissance à une lame de silex. Il vit une épée prendre forme, un travail guère meilleur que celui des civilisations pré-Néandertal de l’Ancienne Terre. Ce n’était cependant pas un objet humain, et cet ouvrage était sophistiqué, extraterrestre à n’en pas douter. Les proportions de la lame et de la poignée étaient subtilement incorrectes. Les mains qui les façonnaient, d’un bleu noir, duveté, avec une fine crête de poils roux.

Ce n’était pas une lame ordinaire, mais consciente. Cette arme était une némésis, engendrée pour tuer sans merci, faisant reculer Magnus, horrifié qu’une race intelligente ait pu oser créer un tel instrument de destruction.

L’image se fractura en un million d’éclats, tournoyant dans l’obscurité, et une chambre apparut progressivement au sortir des ténèbres, un endroit noirci par le feu, sentant les maléfices et le sang. Il vit des planètes en flammes, des mondes déchirés par des batailles incessantes et des systèmes entiers embrasés par le fléau de la guerre. Ceci était une vision des choses qui ne pouvait être appelée à se réaliser, car ces mondes étaient des terrains de batailles opposant les Astartes, des abattoirs où les frères combattants ayant marché depuis Terra jusqu’aux bordures de l’espace connu se déchiraient à coups de lames et de poings. Magnus sentit son regard attiré vers un monde affligé, un monde autrefois verdoyant et fécond, ayant succombé et la maladie et la corruption, devenu un monde de stagnation, avec des marécages et des forêts devenus des océans turgides d’ordure et de pestilence visqueuse.

Magnus y vit une masse de métal dressée au milieu d’un marais, la coque corrodée d’un croiseur spatial, s’élevant comme une falaise de fer ou un navire naufragé. Magnus n’avait aucune idée de quoi il pouvait s’agir, mais percevait le reflet scintillant et sut que l’épée fatale de l’artisan Xenos avait trouvé son chemin jusqu’ici. Le Primarque vit des Luna Wolves se diriger en luttant vers le vaisseau écrasé, Horus Lupercal à leur tête. Puis il vit un temple imposant et Horus Lupercal devenu une figure titanesque à la puissance effarante, un monstre, une force de destruction primale cherchant à jeter en proie aux flammes les grands ouvrages de l’Empereur.

Le Roi Écarlate regarda le Maître de Guerre réduire l’Imperium en cendres d’une façon méthodique, et l’Horus démoniaque vit Magnus et lui parla. Magnus avait déjà vu cet avenir possible, et refusa de reconnaître l’image d’Horus comme son frère, ce qui fit rire le faux Maître de Guerre qui prétendit que cela allait advenir, affirmant que les pions du Chaos étaient déjà en mouvement et qu’Horus Lupercal serait utilisé pour incendier tout l’Imperium et permettre l’avènement du Chaos. L’image d’Horus parla d’une lune dans le système de Davin, là où Horus tombera.

Puis Magnus se réveilla sur Nikaea, Ahriman et son Sekmet l’entourant inquiet. Paniqué, Magnus voulut partir sur le champ de Prospero mais Ahriman lui rappela que le jugement final du Concile de Nikaea devait être rendu…

Le Jugement de l'Empereur[modifier]

Magnus retourna à l’amphithéâtre écouter la décision de l’Empereur concernant le Projet Librarius, pressentant que sa condamnation avait déjà été actée en constatant l’expression de justification triomphante sur les traits de Mortarion, les larmes cendreuses peintes sur les joues de Sanguinius, et le sentiment de culpabilité de Fulgrim.

Il eut néanmoins l’agréable surprise de voir une douzaine d’Archivistes de diverses Légions, menés par le Prophète des Tempêtes White Scars Targutaï Yesugei, défendre le Librarius et de l’importance des Archivistes au sein des Légions et des Psykers en général dans l’Imperium. Cela toucha Magnus.

Puis l’Empereur se leva de Son trône et Ses propos balayèrent toute interprétations : Il ordonna le démantèlement des Librarius et promulgua l’interdiction aux Archivistes d’utiliser leurs pouvoirs au sein des Légions. Magnus, horrifié, se vit imposer par l’Empereur de rentrer sur Prospero et interdire l’usage de son potentiel psychique, le menaçant de destruction, lui et sa Légion, si il désobéissait à cet ordre.

Dévasté, Magnus quitta Nikaea aussi vite qu’il le pouvait, partant se reclure lui et tout sa Légion sur Prospero.[33]

Le Rituel[modifier]

La Prophétie des Aegyptos[34]

Magnus avait découvert et réinterprété une ancienne prophétie qu'il avait écrit dans son livre. C’était un texte des anciens Aegyptos qui parlait d’un temps dans leur futur lointain où tout n’était que guerre et où le dieu du ciel Heru avait initialement pour mission de protéger son peuple du chaos. Mais Heru se tourna contre un autre dieu nommé Sutekh, une divinité dorée et rayonnante, afin d’obtenir la domination de tous. Sous cette forme, Heru était connu comme Kemwer, signifiant le Grand Noir dans la langue ancienne. Heru n’était que l’un des noms porté par un dieu d’origine plus ancienne encore, dont le nom pouvait se traduire par Horus. De plus, la prophétie racontait que beaucoup des frères divins d’Horus se rangèrent à ses côtés durant sa lutte. Si il l’emportait, il devenait Heru-Ur, ce qui signifiait Horus le Grand. Si Sutekh devait être vaincu, sa terre deviendrait nue et désolée pour toute éternité. Les premiers récits qui concernaient le dieu Horus disent que durant la nouvelle lune, Horus devenait aveugle et était nommé Mekhenti-er-irty - Celui qui n’a pas d’yeux. Cette époque était très dangereuse, car jusqu’à ce que la lune apparût de nouveau, Horus devenait une figure agressive, prompte à attaquer ceux qui l’aimaient après les avoir pris par erreur pour ses ennemis.

Pour Magnus, les indices qui annonçaient la trahison d’Horus étaient là, tout du long, sous son nez…

Magnus passa plusieurs mois sur Prospero avec sa Légion, enfermé dans ses quartiers au sein de la Pyramide de Photep qui dominait Tizca. Les Thousand Sons ne furent pas redéployés alors que la Grande Croisade continuait et que les autres Légions se battaient.

Depuis son retour de Nikaea, Magnus avait passé son temps à parcourir le Warp en suivant les voies de l’avenir et du passé. Ces explorations sur les avenirs possibles l’ont convaincu que sa vision sous l’amphithéâtre de Nikaea était la vérité : Horus allait bel et bien trahir l’Empereur.

Le Roi Écarlate convoqua ses plus proches Capitaines - Ahzek Ahriman, Amon, Phosis T’kar, Phael Toron, Hathor Maat, Khalophis, Auramagma et Baleq Uthizzar dans son sanctum intérieur dans la Pyramide de Photep. Là, il leur révéla la terrible vérité sur la guerre civile cataclysmique qui allait commencer.

Magnus attendit que ses fils eussent achevé de gérer leurs émotions et de rejoindre la rationalité devant cette épouvantable révélation. Magnus confirma le pré-sentiment d’Ahriman que la cause de cette trahison était une corruption dans l’âme du Maître de Guerre. Mais rien n’était perdu. Les Luna Wolves allaient bientôt rallier Davin où tout les destins conspiraient pour qu’Horus tombe sous le coup que lui portera une arme douée d’une effroyable conscience afin que les ennemis de toute vie profitent de son état de faiblesse et d’aveuglement pour s’accaparer le cœur du Primarque des Luna Wolves. Le Roi Écarlate avait l’attention d'empêcher cette corruption et de sauver Horus. Il ne pouvait pas prévenir l’Empereur car le Primarque était persuadé que jamais le Maître de l’Humanité ne croirait que le meilleur et le plus brillant de Ses fils allait le trahir. Il fallait à Magnus une preuve sinon une sanction risquait encore de le frapper. Le plan fut décidé : les Thousand Sons allaient sauver Horus et avertiront l’Empereur que si ils échouaient.

Magnus demanda à ses Capitaines de l’aider à mener le rituel pour le projeter au travers du Warp et protéger le Maître de Guerre de ses ennemis. Ce rituel était nécessaire car une telle projection dans l’Immaterium nécessitera une énergie d’une amplitude dont nul n’avait osé rêver.

Les Cavernes Réfléchissantes[35]

Les Cavernes Réfléchissantes étaient situées à plus d’un kilomètre sous la cité de Tizca, un espace emplie de lumière, d’une myriade de petits points émis par des cristaux à la forme précisément étudiée, tenus par les milliers d’apprentis se tenant aux points d’intersection des lignes énergétiques. Cette grotte cristalline en particulier était gigantesque, d’un diamètre de trois kilomètres en son point le plus large, et son plafond chargé de stalactites tintait au son des clochettes douces. Des lucioles dansaient à l’intérieur de ses parois, les reflets des lumières portées par les apprentis, éclairant les figures et le dispositif au centre de l’immense espace. Un appareil d’airain ressemblant à un télescope colossal s’étirait en descendant du point central de la voûte, sa surface gravée de symboles inconnus et ponctuée d’ailettes argentées. Un cristal poli de couleur émeraude, large de trois mètres, achevait l’extrémité du mécanisme de bronze. Symboliquement, les premiers rites mystiques se tenaient dans des grottes et une fois terminée, on y émergeait à la lumière des étoiles, comme une renaissance, une réaffirmation de son but.

C’est dans les Cavernes Réfléchissantes que Magnus a accompli deux rituels, l’un pour tenter de sauver Horus sur Davin, l’autre pour prévenir l’Empereur, ce qui condamnera Prospero à la fureur des Loups.

Rendez-vous fut prit dans les Cavernes Réfléchissantes sous Tizca où Magnus se plaça sous un télescope colossal avec tout un attirail agencé sous le dispositif de bronze. Autour d’une grande dalle blanche et rectangulaire évoquant un autel, courait une lourde chaîne de fer magnétisé. Sur chacun des points cardinaux autour de la dalle se trouvaient quatre miroirs concaves, concentrant la lumière des cristaux que les apprentis tenaient entre leurs mains. Cinq cercles concentriques entouraient l’autel, et à l’intérieur des pistes tracées par les quatre cercles extérieurs étaient inscrits des mots inconnus, lesquels avaient laissé un goût déplaisant dans la bouche. Le Primarque était nu, à l’exception d’un pagne. Sous les yeux d’Ahriman, sa peau fut enduite d’huile par Amon puis racler par Uthizzar pour y enlever l’excédent sur son corps à l’aide d’un couteau à lame d’os. Auramagma tendait un encensoir fumant d’où s’échappait la fragrance de la quintefeuille tandis que la 7e Confrérie de Phael Toron se mettait en place.

Les apprentis dévolus à leur service drapèrent des chasubles blanches par-dessus les armures d’Ahriman et de Phael Toron, en les nouant autour de leur taille par une fine chaîne d’or. Ahriman reçut une couronne de feuilles de verveine tissée d’une cordelette argentée, et il fut tendu à Toron un athame luisant, à la lame d’argent et au manche d’obsidienne. Magnus vit les deux Space Marines marcher vers lui, alors que sa chair était ointe et purifiée par les huiles d’Amon. Ahriman posa sur sa tête sa couronne avant que son fils favori ne prennent le Livre de Magnus pour diriger le rituel. Les officiers se mirent à suivre un chemin rituel tandis qu’Ahriman récitait les mots angéliques du Livre de Magnus.

Le rituel commença, Magnus s’allongea sur un autel et demanda à Ahriman de lui donner le Loup Lunaire, un pendentif de fer posé dans le Livre de Magnus. Représentant un croissant de lune luisait d’un reflet argenté sous la lumière de la caverne, et les crocs du loup brillant telles des concrétions de glace, Magnus avait reçu ce pendentif de la part d’Horus sur Bakheng, après qu’un tir chanceux l’ai détaché de l’épaulière du Maître de Guerre, prétendant qu’il guiderait Magnus dans les périodes sombres. Magnus ferma son poing autour du pendentif et en quelques instants, une tache de sang s’étendit sur son épaule : Horus avait déjà été blessé sur Davin par l’Anathame.

Il Pleut sur Tizca[36]

Lorsque Magnus fit son rituel pour rejoindre Horus sur Davin, il fut absent durant neuf jours. Nul ne savait d’où cette pluie provenait. Les appareillages technologiques intégrés aux montagnes de Prospero constituaient normalement un moyen entièrement fiable de prédire et de contrôler le climat de la planète.

Le premier jour, une pluie légère tomba sur Tizca. Les averses n’y étaient pas un phénomène courant, et les habitants de la cité sortirent dans les rues pour la sentir sur leur peau, les rues résonnant des rires des enfants qui jouèrent sous les gouttes. Cela continua des jours, noyant le ciel chaque matin. Mais cette pluie alla au-delà de ce que les habitants de Tizca avaient jamais connu. Des questions furent posées aux Thousand Sons, mais aucune raison ne fut donnée quant à la cause de ces précipitations hors des normes saisonnières.

Au sixième jour, un rassemblement impromptu survint sur la Place de l’Occullum, où la foule se débarrassa de ses vêtements et parada nue sous la pluie. Tizca ne possédait pas de forces de l’ordre permanentes et des éléments de la Garde des Spires, les forces armées locales de Prospero, durent donc être déployés pour raccompagner les danseurs déshabillés vers leurs domiciles. Le septième jour vit plusieurs participants de l’événement succomber à une forme foudroyante de pneumonie virale, et le matin suivant, le peuple effrayé réclamait de recevoir un vaccin. Il y eut des dizaines de morts et une humeur chagrine tomba sur la ville.

Au neuvième jour, les intempéries finirent par cesser et le soleil perça à travers les nuages, sa lumière radieuse tombant sur Tizca, en venant frapper l’urne perchée sur la grande colonne au centre de la Place de l’Occullum.

Loin dans les profondeurs des Cavernes Réfléchissantes, cette lumière retourna à sa source, Magnus, qui revenait de son périple dans l’Immaterium, dans sa tentative ratée d’empêcher la corruption d’Horus sur Davin.

Alors qu’Ahriman continuait de lire, Magnus ordonna à Phael Toron de plonger son athame dans sa poitrine.

L’œil de Magnus s’ouvrit brusquement, sans iris ni pupille, mais inondé de toutes sortes de couleurs incroyables avant de réduire sa forme au chaos de ses particules élémentaires et de traverser la moitié de la galaxie. Il allait rester dans cet état durant neuf jours.

Alors que Magnus voyageait pour retrouver Horus, le destin du Maître de Guerre était dans la balance. Suite aux manigances du Premier Chapelain Erebus, dévot du Chaos depuis toujours et agent de Lorgar Aurelian qui avait fait des Puissances de la Ruine ses divinités après son Pèlerinage et complotés pendant quarante années pour préparer la terrain à la guerre civiles, Horus fut mortellement blessé sur Davin à l’épaule par l’arme maléfique qu’était l’Anathame, l’arme que Magnus avait vu dans ses visions sur Nikaea. Mourant, le Maître de Guerre avait été laissé au bon soin d’une Loge Guerrière de sorciers Davinites, affiliés au Chaos en réalité. Erebus en avait profité pour mener son rituel et envoyer son âme et celle d’Horus dans le Royaume du Chaos afin de le corrompre et de le mener à se lever contre l’Empereur. Erebus avait alors prit l’apparence d’un ancien ami décédé d’Horus, le Capitaine Space Marine Hastur Sejanus afin de faciliter sa corruption.

C’est dans l’Immaterium que Magnus les retrouva. Le Roi Écarlate surgit des ombres du Royaume du Chaos sous la forme d’un chef de meute de loups. Il se dressa sur ses pattes arrière, sa silhouette s’allongeant et s’élargissant en devenant plus humanoïde ; ses proportions s’étoffèrent, pour le faire devenir aussi grand qu’Horus lui-même puis sa peau cuivrée remplaça sa fourrure, ses yeux dorés se coulèrent l’un dans l’autre pour n’en former plus qu’un et son épaisse chevelure rousse lui poussa sur la tête en même temps que son armure couleur de bronze se matérialisait sur son torse et ses bras. Horus le reconnu et l’enlaça dans ses bras. Le Roi Écarlate supplia Horus de l’écouter car il ne lui restait plus beaucoup de temps, les sorts et les protections conjurées autour du Maître de Guerre étant puissants. Le faux Hastur Sejanus émergea et tenta de chasser Magnus en le traitant de créature métamorphe du Warp qui se nourrissait des âmes humaines et qui cherchait à dévorer celle d’Horus afin qu’il ne puisse plus rejoindre son corps. Magnus leva la main en l’air et referma ses doigts, comme pour agripper une chose invisible, puis il tira le poing en arrière, une lumière argentée jaillissant des yeux de Sejanus, révélant sa vraie identité, celle d’Erebus. Le Word Bearer justifia sa fourberie comme un moyen de faciliter l’acceptation de ce que Horus devait faire. Magnus avertit son frère de ne pas croire Erebus, que ses mots étaient des mensonges et que l’avenir de la galaxie était entre ses mains.

Mais Erebus mit à porte-à-faux Magnus en soulignant qu’il avait utilisé la magie pour venir les rejoindre alors que l’Empereur le lui avait interdit après Nikaea. Magnus projeta une boule de flammes vers le Premier Chapelain, mais quand le feu mourut autour d’Erebus, ce dernier n’avait rien, son armure n’était pas même brunie, pas plus que sa peau. Magnus projeta éclair après éclair par le bout de ses doigts, subjuguant et horrifiant Horus en voyant le Roi Écarlate employer de tels pouvoirs, prouvant qu’il ne respectait pas l’Édit de Nikaea. Erebus se sentit triomphant, mais Horus lui ferma son claquet en lui rappelant qu’il ne valait pas mieux, car il avait lui aussi usé de sorcellerie pour l’emmener dans le Royaume du Chaos.

L’Annihilateur Primordial[37]

L’essence de Magnus retourna sur Prospero après neuf jours de rituel. Revenant à lui dans les Cavernes Réfléchissantes, le Primarque retira l’athame de sa chair, la lame se mettant à tomber en poussière aussitôt qu’elle fut parvenue au contact de l’air. Des mille apprentis ayant accompagné son rituel, seuls dix-huit étaient encore en vie, bien que leurs corps fussent vidés, décharnés, et l’éclat de leur cristal presque éteint. Magnus annonça à ses fils qu’il avait échoué de par la faute d’Erebus, que Lorgar et sa Légion étaient devenu les jouet du "Chaos" et que l’Annihilateur Primordial en était le responsable. Ce fut Ahriman qui lui demanda ce qu’était le Chaos et l’Annihilateur Primordial. Magnus lui répondit qu’il ignorait l’existence de ces notions avant d’être confronté à Erebus. Mais Ahriman perçut la vérité : Magnus mentait, il savait depuis longtemps l’existence des Dieux du Chaos !

Dans un dernier espoir de sauver Horus, Magnus lui expliqua que le futur que lui avait montré Erebus - celui d’un Imperium totalitaire, décadent et superstitieux - n’était pas écrit, comme aucun futur. Horus l’étonna en lui disant qu’il savait très bien que le Warp pouvait jouer des tours à l’esprit, qu’il n’était pas accompagné par Sejanus depuis le début du rituel et que sans leur contexte, toutes les choses qu’il avait vues ne signifiaient rien. Mais Magnus se vit renvoyer dos à dos avec Erebus par le Maître de Guerre qui déclara qu’il décidait seul de son destin.

Pire, le Roi Écarlate apprit d’Erebus que Lorgar avait déjà juré allégeance aux puissances qui régnaient dans le Warp, ce qui le choqua.

Il supplia Horus de ne pas trahir mais le Maître de Guerre annonça que son choix était fait…

Revenant dans son corps sur Prospero après neuf journées de rituel qui tua la majorité des apprentis et vida de leurs énergie ses officiers, Magnus annonça avoir échoué à sauver Horus et qu’il devait prévenir l’Empereur de la félonie du Maître de Guerre avant qu’il ne soit trop tard. Il ordonna en parallèle à Ahriman de tout faire pour essayer de voir l’avenir afin d’être prêt à toute éventualité.

Mais, animé par la loyauté et le désir de bien faire, Magnus commit la pire catastrophe de l’histoire et se condamna à jamais à la damnation, emportant sa Légion dans sa chute alors que l’Hérésie d’Horus se déclenchait.[38]

  • Pour plus de détails, voir l’article dédié : la Chute d'Horus

L'Hérésie d'Horus[modifier]

L’essence psychique de Magnus le Rouge apparaît devant les Custodiens, au sein du Palais Impérial, afin de prévenir l’Empereur de la trahison d’Horus et provoquant, sans le vouloir, la destruction du Grand Œuvre du Maître de l’Humanité.
Lorsque l’Empereur de l’Humanité créa Magnus, Il en avait fait un géant, voué à dominer physiquement et mentalement les autres Primarques. Ses aptitudes psychiques n’étaient surpassées que par celles de l’Empereur, et par l’honneur comme par la ruse, il conduisit les Thousand Sons à d’innombrables victoires pendant la Grande Croisade. Il en profita pour satisfaire son insatiable soif de savoir, chroniquant les traditions magiques des cultes humains et des races Xenos qu’il éradiquait. Cette sombre trajectoire conduisit Magnus tout d’abord à son jugement à l’issue du Concile de Nikaea, puis au sac de son monde par les Space Wolves, et enfin à son pacte avec Tzeentch, le Dieu de la Sorcellerie.

D’une certaine façon, la déchéance de Magnus fut pire encore que celle de ses frères. Il avait choisit délibérément de marchander avec de sombres puissances afin de préserver ses fils des mutations. Au cours de l’Hérésie d’Horus, Magnus ne se laissa pas guider par la volonté de l’Empereur, mais par son inébranlable confiance en ses propres aptitudes. Il était le plus sage, le plus érudit et le plus doué psychiquement de tous les Primarques, comment aurait-il pu se tromper ? C’est en exploitant cet orgueil que Tzeentch lui tendit un piège, et élargit le fossé qui le séparait de ses frères, et même de ses propres fils, les Thousand Sons. L’arrivée des Space Wolves avait forcé Magnus à agir. Les conséquences de son pacte avec les entités du Warp, noué avant même qu’Horus soit nommé Maître de Guerre, survinrent alors. Magnus fut obligé de relocaliser son repaire dans l’Œil de la Terreur afin d’échapper aux Space Wolves, invoquant ses sortilèges aussi facilement qu’un humain respire.

Même s’il ne le reconnaîtra jamais, il porte l’entière responsabilité de sa transformation de demi-dieu en Démon, car c’est de son plein gré qu’il emprunta la voie qui le mena à travers les remous du Warp.[39]

La Folie de Magnus[modifier]

Affolé devant l’Hérésie d’Horus qui s’annonçait, Magnus se résolue à prévenir le plus rapidement possible l’Empereur. Il refusa, malgré les réserves d’Ahriman, d’utiliser les moyens astrotélépathiques car il savait combien les interprétations des Astropathes pouvaient être approximatives. Il ne pouvait remettre une question d’une pareille importance entre les mains des mortels et lui seul avait la possibilité de projeter son être dans la Toile Aeldari pour rallier le plus rapidement Terra, se doutant qu’un portail du labyrinthe Xenos se trouvait en la possession de l’Empereur. Magnus se devait de parler directement à son père pour qu’Il le croit.

Magnus retourna dans les Cavernes Réfléchissantes et y médita deux nuits avec neuf cents apprentis, chacun tenant un cristal miroitant auquel était liée son essence vitale. Le sort que le Primarque allait élaborer réclamait un sacrifice et les vies des apprentis allaient être immolées, une abdication que chacun consentait de son plein gré car à leurs yeux, mourir pour permettre à Magnus de porter l’annonce de la trahison d’Horus jusqu’à l’Empereur était un honneur.

Le Roi Écarlate était accompagné d’Ahriman, paré d’une robe blanche et portant le Livre de Magnus devant lui dans une attitude d’offrande. Magnus écouta les réticences de son fils favori, car la puissance de son sort était en terme de puissance sans aucune mesure, exigeant des pactes avec des entités du Warp pour accéder à la Toile Xenos. Mais Magnus lui annonça qu’il assumerait toute les conséquences.

Après avoir demandé à Ahriman de veiller sur lui, Magnus se défit de son corps solide et distilla son noyau en fusion en une flèche pointée depuis Prospero jusqu’à la distante Terra. D’une pensée, il se projeta dans les cieux. Son corps lumineux s’envola alors que les essences vitales des apprentis lui prêtait leur résolution. La noirceur de l’espace commença à se dissoudre, et les flux rageurs du Warp l’entourèrent. Devenu une étoile brillante parmi une constellation de supernovas, les planètes passaient autour de lui en un éclair tandis qu’il s’élançait au travers des renflements de couleurs, de lumière, et des dimensions sans nom. Magnus se hâtait vers sa destination comme une comète jamais lâchée parmi les étoiles.

Puis Magnus ressentit la même vibration subtile dans la trame de l’Immaterium qui l’avait attiré sur Aghoru, percevant un des portails de la Toile, les capillaires dérobés du réseau Xenos lui apparaissaient comme des lignes d’or en fusion. Magnus s’enroula en spirale autour de l’artère dorée, concentra son énergie et la libéra vers elle dans une fulmination d’éclairs argentés. Il projeta ses poings contre les parois impavides, exténuant ses apprentis qui mourraient pour le soutenir sur Prospero, par dizaines à chaque coup. Magnus hurla de frustration : il ne pouvait pas pénétrer dans la Toile et rejoindre l’Empereur de l’Humanité.

Ce fut alors qu’il ressentit une présence familière, une chose titanesque se déplaçant autour de lui comme un continent flottant avec une sapience ancienne enfouie en son cœur Æthérique. Cette présence donna librement un potentiel de la puissance qui entourait Magnus, le Primarque s’abreuvant profondément de l’énergie qui lui était offerte et plongea à l’intérieur de la Toile, poursuivant son vol dans le passage rutilant, en suivant une route dont il savait qu’elle le mènerait sur Terra.

Son essence psychique se retrouva dans une immense salle haute de centaines de mètres et large de bien davantage et qui palpita d’activité. C’était jadis les geôles impériales, devenu depuis les Cryptes Impériales, là où l’Empereur menait Son grand projet pour conquérir ni plus ni moins que la Toile Aeldari au profit de l’Humanité. De grandes machines aux facultés et à la complexité incroyable s’étaient agencées dans toute cette crypte, ainsi que de vastes dépôts de stock, et des outils d’une conception unique qui auraient défié l’entendement de même les plus doués des adeptes du Mechanicum. L’Empereur était alors assis sur le Trône d’Or, la clé de voûte pour faire fonctionner Sa conquête de la Toile.

Le Trône d’Or[40]

Le Trône d’Or était l’artefact datant du Moyen-Âge Technologique qui avait été remit sur pieds par l’Empereur pour servir Sa plus ambitieuse œuvre : assurer la domination de l’Humanité sur la galaxie en conquérant la Toile Aeldari, offrant un moyen de voyage interstellaire instantané entre les mondes de l’Imperium de l’Humanité sans le recours des Astropathes ou des Navigators et protégeant ainsi la race humaine des déprédations du Warp. 

Le Trône d’Or, relié au portail mis en place dans la salle du Trône du Palais Impérial, permettait d’amplifier considérablement les pouvoirs psychiques de celui qui était assis dessus afin d’ouvrir un passage entre le monde matériel et la Toile.

Lors de la Folie de Magnus, le Primarque des Thousand Sons comprit que le Trône d’Or exerçait un contrôle sur le portail de la Toile dans les Cryptes Impériales. Durant l’instant de connexion entre lui et l’Empereur, Magnus le Rouge a aperçu les projets de l’Empereur et le Primarque s’était vu assis sur le Trône d’Or, usant de ses pouvoirs pour guider l’Humanité vers son destin de race souveraine de la galaxie. Le Roi Écarlate devait être l’instrument choisi par le Maître de l’Humanité pour Sa victoire ultime contre les Dieux Sombres.

Mais l’orgueil irréfléchi de Magnus avait fait voler ce rêve en éclats.

Néanmoins, alors qu’il attendait l’arrivé de la force de destruction qui allait ravager Prospero, Magnus se vit offrir une vision des Puissances de la Ruine qui se moquait de son échec. Il vit ce que l’Empereur lui avait réservé : être placé sur le Trône d’Or et devenir un cadavre desséché et hurlant, sa chair autrefois forte devenue noircie et métastasée. L’Empereur avait prévu d’utiliser le corps du Primarque pour préserver le Sien de la destruction. Du moins c’est ce qu’affirmèrent les Dieux du Chaos. Nul ne saura si c’était vrai.

Le Roi Écarlate apparu depuis un portail doré qui brillait d’une lumière propre, comme si une incroyable chaleur provenue de l’autre côté se diffusait à travers le métal. Les grands boîtiers d’armement disposés dans tout le périmètre de la crypte se dressèrent, leurs canons se mettant en attente de tirer alors que des arcs électriques passèrent de machine en machine alors que les surcharges faisaient éclater les circuits délicats et irremplaçables. Des éclairs d’énergie crépitante se déversèrent des battants en train de fondre et dépouillèrent jusqu’à la moelle les adeptes et savants restés trop près. Pire, les symboles compliqués gravés dans la roche de la caverne explosèrent dans des détonations hurlantes, toutes les sources d’éclairage éclatèrent en gerbes d’étincelles et des siècles du plus incroyable ouvrage qui put s’imaginer furent défaits en un instant.

Les Custodiens de l’Empereur se tenaient déjà en alerte, et firent face à l’image de Magnus, sa silhouette traversant les grandes portes dans la crypte. L’Empereur le reconnut, et de le voir, Son cœur en fut brisé. Leurs esprits se rencontrèrent, et dans cet instant de connexion figée, la galaxie fut changée à tout jamais.

L’instant de connexion que Magnus et son père partagèrent avait été sublime et horrible. Le Primarque se vit tel que les autres le voyaient, un ange de sang, flamboyant et monstrueux, porteur d’une fin funeste pour les mortels ayant eu la malchance de se présenter sous son regard. Le Roi Écarlate avait essayé de délivrer son message mais rien de ce qu’il avait à dire n’aurait pu contrebalancer ou défaire l’erreur colossale qu’il avait commise en venant sur Terra. La trahison d’Horus avait été comme balayée, une considération secondaire dans le sillage de la destruction que Magnus avait involontairement causée : il avait ni plus ni mois détruit les sceaux protecteurs qui avaient maintenu le Palais Impérial en sécurité depuis cent ans, provoqué une onde de choc psychique qui avait fait des milliers de victimes, et poussé des centaines d’autres à la folie ou au suicide. En forçant l’entrée du portail de la Toile avec l’aide mystérieuse de l’entité qu’il avait rencontré dans le Warp, le Primarque des Thousand Sons avait détruit ce qui permettait de séparer les deux dimensions de façon fatale. Magnus a reconnu la folie de ses actes et pleura de voir défait un concept aussi achevé. Privé de sa volonté, le sort qui l’avait envoyé sur Terra n’était rien, et Magnus avait senti la traction de sa chair tirer son esprit au travers du portail. Il ne lutta pas et il laissa son essence voler au travers du réseau de la Toile jusqu’à la déchirure qu’il y avait ouverte de façon si négligente. Là, il vit les prédateurs du Warp, les Démons, emprunter la voie qu’il avait forcé, pour foncer à l’intérieur du Palais Impérial, là où l’Empereur en personne se trouvait. Magnus avait ouvert une voie d’invasion au cœur même de Terra !

Revenu dans les Cavernes Réfléchissantes, le Primarque vit que tous les apprentis n’étaient plus, réduits jusqu’au dernier à une enveloppe flétrie et sans vie. Seul demeurait Ahriman, et même lui avait paru vidé. Honteux, dévasté et l’œil baigné de larmes, Magnus s’est enfuit vers la Pyramide de Photep, sourd aux questions que lui criait son Maître Archiviste.[41]

Le Sac de Prospero[modifier]

Tu As Volé Trop Près du Soleil, Magnus[42]

Alors qu'il se lamentait dans ses quartiers, Magnus entendit une voix…

Il vit que cette voix n’était pas venu d’un intrus. Mais de lui. Ou tout au moins d’une version de lui. Le miroir brisé à côté de la porte de son sanctum lui montrait des dizaines d’éclats de lui, chacun d’eux étant un reflet de son œil, l’un moqueur, l’un coléreux, l’un excentrique, un autre distant. Les yeux le fixaient avec un amusement sournois, chacun d’une couleur différente, chacun le considérant avec la même expression railleuse.

Ces reflets proclamèrent que Magnus était destiné à être l’instrument pour amener le chaos éternel de la destruction et de la renaissance, la succession infinie de choses faites et défaites, dont le cycle s’est poursuivi depuis le début des temps et continuera pour toute l’éternité. Le Roi Écarlate apprit qu’il avait été le premier choix des Puissances de la Ruine pour mener la guerre civile mais qu’il était devenu trop fort, les forçant à se rabattre sur Horus, un second choix.

Les voix affirmèrent que Magnus finira à devenir un des leurs depuis le jour où il avait pactisé avec les Dieux du Chaos pour sauver sa Légion, permettant de planter les graines de la corruption au sein des Thousand Sons. Magnus exigea à l’entité de se présenter à lui, ce qu’elle fit. Elle s’était déjà présentée comme Choronzon, Habitant de l’Abîme et Démon de la Dispersion lors de l’épisode de la Montagne d’Aghoru, alors Magnus le reconnut pour celui qui l’avait aidé à sauver sa Légion. Moqueur, Choronzon expliqua qu’il n’avait rien sauvé, juste différé le sort des Thousand Sons, largesse qui prenait fin à la veille du Sac de Prospero.

Il était temps à Magnus d’honorer sa part du marché. Il avait offert son âme afin de sauver ses fils génétiques. Magnus supplia les Puissances de la Ruine de prendre son âme en échange de la survie de ses fils, mais cela lui fut refusé, les Thousand Sons étant déjà damnés à cause des actions de leur Primarque.

Magnus avait volé trop prêt du soleil…

Magnus se réfugia dans ses quartiers privés, dispersant ses livres, chiffonnant et déchirant ses feuilles éparpillant les orreries en éclats et arrachant les tables astrologiques des murs. Ce vandalisme exprimait son désespoir car il savait que la colère de l’Empereur allait s’abattre sur lui, sa Légion et les habitants de Prospero, et considérait cela comme juste pour le crime que sa folie avait provoqué sur Terra. Tout ses accomplissements lui paraissaient vains alors qu’il regardait depuis sa balustrade Tizca qu’il savait allait être réduite en cendres.

Magnus projeta ses sens dans les vagues de l’Immaterium et vit la monstrueuse Légion de Leman Russ foncer vers Prospero et qu’elle forme son destin allait prendre. En envoyant son futur, Magnus fut prit par la colère, déclenchant un incendie dans ses quartiers qui réduisit tout en cendres sauf le Livre de Magnus, insensibles aux flammes dévastatrices.

Une escouade du Scarabée Occulte défonça la porte de ses quartiers, inquiets de ce qui c’était passé. Leur chef, Uthizzar, eut le temps de lire dans l’esprit du Primarque et sut soudainement ce qu’il avait commis et ce qui attendait Prospero. Uthizzar voulut ordonner à toute la Légion de se mettre en ordre de bataille mais Magnus le tua instantanément.

Puis ce fut Amon qui arriva, et Magnus accepta de l’emmener voir dans leur forme psychique la flotte qui arrivait vers leur monde. Le Primarque s’excusa auprès de son ancien mentor pour ne pas avoir fait preuve de prudence en employant ses pouvoirs qui avaient condamné la Légion. Il avoua à son vieux compagnon que le Concile de Nikaea avait eu raison de le condamner et que son arrogance les avait mené à leur perte. Malgré les supplications d’Amon, Magnus refusa d’employer ses dons pour détruire la flotte des Space Wolves avant qu’elle n’atteigne Prospero, considérant que son destin était de périr. Amon affirma qu’il allait personnellement se battre, tandis que Magnus acceptait son sort et que même si l’histoire le jugera peut-être comme un traître, il saura quelle était la vérité : il aura été loyal jusqu’au bout en acceptant son destin et celui de la XVe Légion.

Quand la flotte des Space Wolves - accompagnée de Custodiens et de Sœurs du Silence commandés par Constantin Valdor - arriva, elle bombarda Prospero alors que les Thousand Sons étaient dans la totale ignorance de la présence des Loups. Les Raptora maintenaient une barrière kinétique permanente par-dessus la cité de Tizca, et pas même Magnus le Rouge n’aurait pu abolir cette protection sans que quelqu’un le remarquât. Cela sauva pour un temps Tizca, alors que le reste de la planète était vitrifiée. Magnus regarda l’orage de lumière éclater au-dessus de sa ville alors qu’Ahriman le contacta psychiquement pour savoir quelle folie s’était déchaînée contre eux et la raison. Le Primarque lui expliqua que c’était Leman Russ venu le châtier de sa folie mais qu’il refusait de prendre le commandement de sa Légion et de se battre. Ahriman décida néanmoins de mener la résistance alors que les Space Wolves arrivaient par voie terrestre détruire ce que leur flotte ne pouvait atteindre. Toute la Légion rejoignit le Maître Archiviste et sous les yeux de Magnus cloîtré dans sa chambre, Tizca brûla, sa population fut massacrée et la majeure partie des Thousand Sons avec.

Le Roi Écarlate fut assailli par les appels à l’aide d’Ahriman et si il voulait tant descendre dans les rues de Tizca et d’en chasser les envahisseurs, de leur montrer l’étendue véritable de ses pouvoirs, il tourna ses pensées vers l’intérieur de lui-même. Le Roi Écarlate entendit les voix de ses fils, l’appelant en criant, le suppliant de se présenter sur le champ de bataille, mais il les ignora et força ces voix à quitter sa tête. Pire, le Bouleversement Charnel réapparut et toucha de nombreux Thousand Sons, les transformant en abominations indescriptibles.

Magnus le Rouge regardant le Sac de Prospero.
Les Thousand Sons sous le commandement d’Ahriman furent repoussés jusqu’à la Pyramide de Photep, là où Magnus était enfermé, massacrés sans pitié par les Space Wolves dont beaucoup étaient devenu des Wulfens.

S’en étai trop pour Magnus et il décida de venir en aide aux derniers survivants de sa Légion. Des éclairs mauves fendirent le ciel et les nues s’assombrirent sous la venue soudaine de la nuit. Un déluge de pluie noire tomba, imprégnant tout en un instant et saturant l’air du goût amer des cendres détrempées. Le Primarque descendit telle une figure divine et somptueuse de lumière au milieu des ténèbres depuis les plus hautes portions de la Pyramide de Photep, immolant les Wulfens par dizaines, détruisaient les véhicules dans des explosions tonitruantes et tuant les Space Wolves horrifiés qui osèrent croiser son regard.

Puis Leman Russ s’avança.

Magnus ordonna à Ahriman d’emmener les derniers survivants dans la Pyramide de Photep avant de se tourner vers la forme rageuse de Leman Russ. Le duel s’engagea entre les deux Primarques : Khopesh contre Lame de Givre. Le Roi-Loup fit pleuvoir de nombreux coups sur Magnus, fracassant son plastron à cornes. En retour, Magnus le Rouge envoya une frappe de flammes froides qui fendit l’armure de Russ et mit le feu à ses cheveux tressés. Ce duel se livra à tous les niveaux tant physique, mental et spirituel. Magnus parvint à écraser son poing contre le torse de Russ, enfonçant des éclats de céramite de l’armure du Roi-Loup dans le cœur de ce dernier, mais Russ contra en brisant un de ses bras en un millier de fragments. Magnus enfonça profondément dans le poitrail de Russ une lame de pensée pure qui était apparut au bout de son autre bras, la lame resurgissant par le dos du Roi-Loup qui laissa échapper un hurlement de douleur assourdissant. Le duel se termina lorsque Leman Russ frappa aveuglément avec sa lame et porta un coup décisif contre Magnus en visant son œil. Le Roi Écarlate recula mais le Roi-Loup saisit l’opportunité, se jeta sur lui et l’agrippa autour de la taille puis le souleva au-dessus de sa tête. Magnus eut le dos brisé en deux lorsque Russ l’abattit en travers de son genou. Magnus tomba dans la boue et le Primarque des Space Wolves leva sa Lame de Givre afin de lui trancher le cou.

Avec ses dernières forces, Magnus tourna la tête, et son œil ravagé trouva Ahriman qui avait assisté impuissant à la défaite de son père. Magnus le Rouge murmura quelques syllabes surnaturelles et disparu soudainement avec les derniers Thousand Sons alors que l’épée de Russ s’abattait, son tranchant ne frappant que le vide.

Le Roi Écarlate avait téléporté ses derniers fils sur un monde étrange, situé au cœur de l’Œil de la Terreur, où bouillonnait des orages d’un million de couleurs, où des fourches de lumière et de feu dansaient en colonnes crépitantes s’élevaient depuis le sol vers les nuages. Apparaissant sous le forme d’une forme éclatante avec des ailes de feu Æthérique flamboyant qui se déployèrent dans le dos de sa silhouette, Magnus présenta ce monde à ses derniers guerriers : la Planète des Sorciers, ou Sortiarius.[43]

Un Primarque Fragmenté[modifier]

Le Retour des Flottes Perdues[44]

Sur la Planète des Sorciers, Magnus et ses fils virent l’arrivée de vaisseaux Thousands Sons qui avaient été absents lors du Sac de Prospero. Le Photep, vaisseau-amiral du Roi Écarlate qui avait quitté Prospero la veille de l’attaque des Space Wolves avait rallié la Planète des Sorciers de même que l’Ankhtowë et le Kymmeru, accompagnés de Croiseurs d’Attaque, Frégates, Destroyers et escadrilles de Stormbirds, des dizaines de vaisseaux chargés de compagnies de combat Thousand Sons. Au moins trois mille, peut-être même cinq mille Thousand Sons furent ainsi rassemblés sur Sortiarius.

Magnus s’était réfugié avec ses derniers Astartes sur la Planète des Sorciers, et dans ce lieu parodique de Prospero où le temps n’existait pas, il était devenu une forme éclatante avec des ailes de feu Æthérique flamboyant qui se déployèrent dans le dos de sa silhouette. Magnus avait sacrifié la chair contenant son essence, et ce faisant, avait accédé à une forme plus évoluée, libérée des contraintes de la mortalité et des limites du réel.

Mais quelques chose avait changé. Ce n’était plus vraiment Magnus, juste "une partie" de lui. Le Primarque en réalité était mort sur Prospero, tué par Leman Russ quand il avait brisé Magnus, l’âme de ce dernier se fragmentant en plusieurs "éclats" qui se dispersèrent au delà de l’espace et du temps. La partie principale qui formait l’essence de Magnus était celui qui avait trouvé refuge sur la Planète des Sorciers. L’être qui se réfugia dans le Warp pour échapper au coup mortel du Roi-Loup n’était plus qu’une partie de l’âme qui se nommait autrefois Magnus le Rouge.  Cette partie deviendra alors "Le Roi Écarlate", ce surnom acquérant un nouveau sens.

La Galerie de Pergamum[45]

La Galerie de Pergamum se trouvait dans la Tour du Cyclope et abritait soixante millions de volumes recensés, ce qui ne représentait qu’une fraction d’une seule bibliothèque de Tizca. La Galerie de Pergamum accueillait un livre nommé le Le Régent d’Ambre, un récit imbriqué dans un récit et la légende affirmait qu’un homme pouvait devenir fou rien qu’à lire ses premières lignes. Magnus conserva ce livre qu’il ne lisait pas pour le simple plaisir gratifiant en soi. La Galerie de Pergamum possédait la poésie sublime de Gallabros, la mécanique céleste de Sidereus Nuncius, les œuvres des grands dramaturges d’Albyon, les histoires de contrées défuntes, la généalogie de rois et d’empereurs.

Sur la Planète des Sorciers, Magnus s’installa dans une tour d’obsidienne sans fenêtre, plus haute que tout autre édifice de la galaxie. Raide et brutale sur fond de ciel tourmenté, sa surface baignée dans la lumière invisible des marées empyréennes. C’était la Tour du Cyclope et elle dominait les restes de Tizca, dans une étendue désolée peuplée de cauchemars incarnés et de monstres mutants.

Magnus conversait souvent avec Lorgar durant l’Hérésie d’Horus. Une fois dans la Galerie de Pergamum, qui renfermait les ouvrages ayant été sauvé du Sac de Prospero, le Roi Écarlate discutait avec le Primarque des Word Bearers, philosophant sur l’intérêt de la connaissance, le plaisir de posséder des livres, se remémorant d’une pièce de théâtre dressée devant la Pyramide de Photep, la Reine Torte, jouée par Coraline Aseneca avant que la Déchéance de Fulgrim ne la tuea lors du Maraviglia. Lorgar nota que Magnus semblait "incomplet" et le critiqua sur le fait que dans un monde de possibilités infinies, il choisisse de s’en tenir à un seul aspect, au mépris de la vérité même de son existence. Il voyait bien que Magnus avait été gravement blessé par le Roi-Loup. L’Urizen invita Magnus à demander l’aide au Panthéon Chaotique pour qu’il rétablisse son règne, sauve sa Légion et faire de lui l’équivalent d’un dieu. Son discours de zélote s’arrêta lorsqu’il ressentit, comme Magnus, le résurrection d’Horus suite à la terrible blessure que Russ avait infligé au Maître de Guerre lors de la Bataille de Trisolian, blessure qui avait failli tuer le Champion du Chaos. Mais Magnus ignorait le prix qu’Horus avait payé pour obtenir ce pouvoir. Puis il emmena Lorgar dans une nef aux proportions impossibles où les murs les plus lointains se perdaient hors de vue, et où la voûte à la douce courbure était une carte où brillaient des galaxies éloignées. Magnus posa une main sur le dos de Lorgar qui était tombé à genoux, subjugué par tant de grandeur et quand il la releva, elle entraîna avec elle un filament sinueux de lueur argentée. Lorgar cria quand il comprit que Magnus venait de saisir son âme, prêt à la jeter aux prédateurs du Warp. Lorgar s’efforça de renvoyer son essence dans son véritable corps, si lointain, mais Magnus l’en empêcha. Le Roi Écarlate expliqua à son frère qu’il refusait de rejoindre Horus et qu’il n’était qu’un enfant qui ne comprenait rien au Chaos alors que des spectres hérissés d’arêtes vives, à l’appétit insatiable, pressaient leur essence inhumaine jusque à eux, avides de festoyer l’âme de l’Urizen. Mais Magnus épargna Lorgar avant de l’inviter à ne plus revenir dans son monde. La forme spirituelle de l’Urizen perdit consistance tandis qu’elle filait à travers le temps et l’espace pour regagner son corps.

Les Scribes de la Grande Salle d’Amun Re[46]

Les scribes sur la Planète des Sorciers consignaient tout ce que Magnus se souvenait à propos de lui-même, et reprenaient tous les fragments de ses souvenirs sur un volume conservé sur Prospero, tout ce qu’il avait vu ou appris et qui se trouvait encore en lui. Magnus considérait qu’il devait l’écrire avant son crépuscule, avant que tout soit oublié.

Chacun de ces scribes avait le visage de Magnus le Rouge, mais ravagé et émacié, privé de sa vitalité. Tous étaient autant de fragments de l’âme du Roi Écarlate qui s’était émietté pour tout consigner le plus rapidement possible, mais l’exténuant au bout du compte.

Alors que les Thousand Sons établissaient leurs base et pansaient leurs blessures sur Sortiarius, le Bouleversement Charnel continuait de faire des ravages. Quant à Magnus, il se lança dans un projet ayant pour but de conserver le maximum de connaissances que lui et sa Légion avait rassemblés, ne pouvant supporter l’idée que tout ce que les savoirs des bibliothèques de Prospero disparaissent. Dans la Grande Salle d’Amun Re, le Primarque éparpilla des centaines de larges tables où s’empilaient les parchemins avec à chaque table un scribe encapuchonné qui écrivait fiévreusement. Magnus le Rouge lui-même écrivait sur des centaines de livres figés en l’air, dont les pages vierges se remplissaient plus vite qu’aucun mortel n’aurait pu espérer écrire.

Il envoya Ahriman trouver des savoirs à préserver, le Maître Archiviste revenant avec l’Oculus de Fer, un Démon nommé Aforgomon y étant enfermé dans un sarcophage massif. Magnus accueillit le retour de son fils favori dans la Grande Salle d’Amun Re où il analysa l’Oculus de Fer. Il se disputa avec Ahriman qui voulait tenter un sort pour guérir les Thousand Sons de leur malédiction, le mettant en garde qu’il provoquera une catastrophe si il s’entêtait. Magnus refusait d’abandonner sa quête d’archivage, à la fureur d’Ahriman qui était plus préoccupé par la survie de ses frères que dans la sauvegarde d'une savoir qui n'assurera pas leur avenir.[47]

Les Éclats[modifier]

Les Prémices de la Rubrication d’Ahriman[48]

Lors de l’arrivé de la Légion sur la Planète des Sorciers, l’ancien fléau des Thousand Sons, le Bouleversement Charnel, resurgit. Devant le grand risque de voir ses frères emportés par cette mutation mortelle, Ahzek Ahriman se jura de sauver les Thousand Sons en trouvant un remède coûte que coûte. Mais Magnus ordonna au Maître Archiviste de ne pas tenter cette aventure, le Primarque sachant à présent que vouloir corriger le défaut de leur création était voué à l’échec et que tous les remèdes étaient pires que le mal. Il mit en garde Ahriman qu’il leur imposerait une damnation pire encore que celle qu’ils subissaient.

Mais Ahriman avait désobéi, et avec certains de ses frères, il tenta de sauver un Thousand Sons touché par le Bouleversement Charnel, un certain Sobek. Cela se termina très mal. Sobek fut immolé et son cri d’agonie se répercuta à travers la Planète des Sorciers.

Magnus apparu devant Ahriman et sa Cabale, furieux de voir ses ordres violés par son fils favori. Il faillit foudroyer le Maître Archiviste sur place, mais Ahriman lui a tenu tête. Magnus l’épargna néanmoins, car Ahriman devait jouer un rôle dans le rituel sur Tizca qui allait déclencher la Quête des Éclats.

La vérité était que le Roi Écarlate était "agonisant", trop fragmenté pour espérer maintenir longtemps sa cohésion. Ce fut Amon qui le comprit et qui aida le Primarque. Aomn mit en place un rituel afin de localiser les éclats de l’âme de Magnus afin de les retrouver et restaurer le Primarque.

Magnus ordonna à Amon de rassembler les Thousand Sons dans les ruines de Tizca. Des centaines de guerriers de la XVe Légion se rassemblèrent dans les restes de la Pyramide de Photep, dont Ahriman et sa Cabale. Là, Amon expliqua que l’âme du Primarque avait été briseé en divers éclats lorsque Leman Russ l’avait vaincu, et que pour sauver Magnus, il était nécessaires de retrouver les éclats de son âme. Mais pour localiser ses éclats, il fallait revivre le Sac de Prospero. Un rituel fut déclenché, et grâce aux consignes que le Primarque avait donné à Amon, les représentations monstrueuses des Space Wolves apparurent jusqu’à ce qu’une forme gigantesque surgisse : le spectre de Leman Russ. Le Roi Écarlate apparut grâce aux invocations d’Amon, s’incarnant dans son Écuyer afin de revivre son duel avec le Roi-Loup. Magnus, irradiant de puissance, affronta l’avatar spectral de Leman Russ. Magnus saigna de la lumière par une demi-douzaine de plaies mortelles, une lumière dont l’éclat diminuait pour témoigner de sa fin imminente mais le Russ ténébreux avait presque autant souffert, sa substance brisée et déchirée laissait voir le bouillonnement d’énergie démoniaque en lui. Et comme son premier combat, Magnus fut brisé sur le genou du Roi-Loup. Mais cette fois, les Thousand Sons virent une lumière aveuglante s’échapper de la dépouille meurtrie du Primarque et son âme se briser en éclats de verre tourbillonnants. La majorité de ses éclats demeurèrent assujettie à la volonté du Roi Écarlate, celles qui furent reforgées dans la Planète des Sorciers. Mais cinq éclats se perdirent dans l’Immaterium. Magnus contacta Ahriman psychiquement, le suppliant de les retrouver pour le restaurer, avant de disparaître.

Ahriman se lança avec sa Cabale dans la Quête des Éclats de Magnus, en possession du Livre de Magnus et accompagné notamment par un automate habité par le Démon Aforgomon, l’entité de l’Oculus de Fer que le Roi Écarlate avait lié sous cette forme pour qu’il accompagne Ahriman.[49]

Le Planétaire[modifier]

Pendant l’absence de son Maître Archiviste, Magnus savait qu’il n’y avait que deux destins possibles : soit Ahriman réussissait, et il renaîtrait, soit il échouait, et alors il disparaîtrait. Dans la Tour du Cyclope, il "réintégra" en lui toutes les facettes de son âme qui avaient pris la forme des scribes chargés afin de récrire l’ensemble du savoir dont il se souvenait, lui redonnant une certaine santé et grandeur. Puis il convoqua Amon et lui expliqua qu’il avait eut tord de s’être obnubilé par la préservation à tout prix du savoir. Au lieu de se tuer à la tâche de rebâtir le corpus du savoir de Prospero, il décida de créer une alternative : bâtir la plus grande bibliothèque jamais connue, plus grande que tout ce qu’ont pu concevoir Ashurbanipal ou Ptolémée Soter. Cette bibliothèque ne sera pas confinée par des murs de pierre ni même par la simple géométrie euclidienne : ce sera le Planétaire.

Les âmes de Magnus et d’Amon s’envolèrent dans le Warp. Sillonnant ainsi l’Immaterium comme une étoile filante, sous la forme d’un phénix aux ailes d’ambre radieux, aux yeux de feu stellaire et au cœur de supernova, Magnus volait en toute sécurité car il était bien connu des habitants du Warp, et nul n’osait le déranger.

Il vola loin de la Planète des Sorciers, vers ce qu’il avait appelé le Planétaire, par-delà les limites de l’espace et du temps. Magnus avait en tête un unique endroit pour y établir le Planétaire, quelque part où le potentiel illimité du Warp pouvait s’unir à l’univers matériel, où pourrait se concrétiser une mer de rêves métaphorique, un monde caché derrière des alignements de galaxies, et que Magnus protégerait par des verrous célestes dont l’ouverture serait assujettie à une certaine configuration des étoiles.

Mais alors qu’il discutait avec Amon, Magnus s’interrompit, son image défaillit, ses ailes de feu s’éteignirent et il reprit son apparence, redevenant le pâle reflet du puissant seigneur qu’il était autrefois. Magnus se reconnaissait plus Amon, le prenant pour Baleq Uthizzar, croyant qu’il lui avait parlé "ce matin dans les Cavernes Réfléchissantes" alors qu’Uthizzar était en réalité mort avant le Sac de Prospero, tué par Magnus lui-même. Magnus semblait perdre la mémoire, pensant que Prospero était toujours debout. Lorsque Amon lui rappela le Sac de Prospero, Magnus explosa en un déluge émotionnel chargé du poids inimaginable de sa culpabilité et des millions de mortels se mirent à cauchemarder sur des dizaines de milliers de mondes. Puis le Roi Écarlate disparu, laissant Amon seul dans le Warp.

Magnus disparu pendant une éternité dans le royaume où le temps n’existait pas. Il ne se trouvait pas sur la Planète des Sorciers mais son fidèle Amon suivant la que le Primarque laissait des miracles là où il passait, les vents éthériques colportant la rumeur pour qui savait les écouter. Magnus avait toujours deux étapes d’avance sur Amon. Il rencontra Gnoph-Keh, un Pavoni mineur qui ne maîtrisait que modérément les arts de sa confrérie. Les rumeurs racontaient que Gnoph-Keh avait soulevé des dizaines de milliers d’antiques cadavres de cristal, pour en faire un colossal ossuaire brillant de mille feux puis qu’il puisse faire la guerre à ses frères de Prospero avec une armée invincible de yhétis faits de glace et auxquels il avait insufflé la vie. Ébloui par la puissance de Magnus que avait la forme d’un simple magus portant une clé d’argent au bout d’une chaîne rompue, Gnoph-Keh avait essayé d’inventer un lien fraternel pour retenir le Primarque anonyme auprès de lui, le temps d’apprendre les secrets de son pouvoir. Quand Amon trouva Gnoph-Keh, ce dernier lui expliqua que le Roi Écarlate se trouvait toujours dans son domaine indescriptible avant de se faire tuer par l’Écuyer du Primarque. Traversant un labyrinthe de glaciers gémissants et de gorges englacées où résonnaient les appels du wendigo, grimpant au-delà de nuages, Amon avisa un plateau interstitiel où la barrière entre les mondes était fine comme un murmure, sa surface vitrifiée étant jonchée de mégalithes abattus et creusée de figures géométriques colossales, comme celles des anciens Nazcans, des hommes assez insensés pour avoir voulu attirer sur eux le regard des dieux. Il s’y trouvait un cours d’eau où étincelait la lumière des étoiles qui coulait à grands bouillons des ruines de ce qui avait été un vaste palais aux contours étrangement familiers.

Amon vit un cortège funèbre sortant d’un palais en ruines, les porteurs charriaient un catafalque de boucliers. Il y en avait sept de chaque côté, et à leur tête un quinzième, lui-même précédé d’un livre flottant. Ils suivirent le cours d’eau, tandis que leur meneur lisait des passages d’un livre, s’arrêtant à une portion du cours d’eau où celui-ci formait une cascade après un méandre. Dans l’écume se dessinaient des contrées et des époques étrangères et bénies, qui ignoraient la guerre et la souffrance. Le corps qui reposait sur le catafalque de boucliers était celui de Baleq Uthizzar, et les porteurs avaient tous le visage du Roi Écarlate, certains pâles, d’autres blessés, tatoués, marqués au fer, mais tous avec les yeux arrachés en punition du meurtre d’Uthizzar. Leur chef était Magnus le Rouge, le seul à avoir conservé son œil, regardant Amon sans le reconnaître avant de se lamenter pour tout le mal qu’il avait fait. Puis il lâcha le corps d’Uthizzar dans la cascade qui l’emporta, symbole du meurtre que Magnus avait commis contre tous ses fils, souhaitant lui même disparaître pour le bien de l’univers. Puis se fut au tour d’Amon d’être jeté à l’eau.

Magnus se retrouva sur un ensemble de milliers d’îles reliées par des ponts similaires à la structure portante sous la Pyramide de Photep. Ces îles semblaient figés avec des dimensions qui demeuraient impossibles à estimer clairement. Elles se trouvaient au milieu d’un océan fait de souvenirs, sans limite, agité et en pleine nuit. Ce qui contrastait avec l’aspect fixe et inconstant des îles. Sous la forme d’un homme de haute taille, portant une cape de plumes noires défraîchie, s’appuyant sur un bâton taillé dans un morceau de bois flotté, le visage ridé, et des cheveux gris et sales tirés en arrière en une natte qui touchait le sol, Magnus retrouva Amon qui avait rejoint comme un naufragé une des îles. Les yeux de Magnus étaient masqués par un vieux bandage qui faisait le tour de son crâne, et qui était taché de sang d’un côté, manifestement depuis très longtemps. Reconnaissant finalement Amon, le Primarque lui expliqua que cet océan de souvenirs était le Planétaire.

Magnus s’excusa de l’avoir abandonné dans l’Immaterium mais il avait été désemparé et ce devait d’entreprendre seul la réalisation du Planétaire. Il avait oublié sa promesse faite à Amon de construire avec lui le Planétaire et semblait être resté à une échelle de temps bien au delà de la longévité d’un guerrier Astartes virtuellement immortel. Durant cette période, il avait même défié la Tempête de la Ruine de Lorgar, et transporté un vaisseau des fils perdus de Vulkan à travers sa tourmente. Puis il se remit à la tâche avec Amon cette fois-ci pour l’épauler.[50]

Dégénérescence[modifier]

Magnus le Rouge fusionnant avec les éclats de son âme retrouvés par Ahriman.
Puis Magnus retourna avec son Écuyer sur la Planète des Sorciers où les guerriers de la Légion encore présents avaient convergé vers la pyramide flottante pour renouveler leur vœu d’allégeance envers le Primarque. Magnus fut acclamé de son balcon par ses guerriers mais sa sénilité le reprit, ne sachant plus pourquoi il était là, où il était et qui était ses compagnons. Le Roi Écarlate amnésique et en pleine dégénérescence mentale visita une cité en ruine de la planète des Sorciers sous une pluie de sang jusqu’à un cercle de terre battue avec une haute idole en son centre évoquant un vague oiseau, coiffée d’une ramure dotée d’yeux au bout des cors, et dont les ailes étaient faites de métal martelé et de bois flotté. Le Primarque démembra de son khopesh des centaines de bêtes qui l’entouraient. Rejoint par Amon, Magnus se crut revenue sur le monde de Morningstar, dans la cité en ruine de Zharrukin. Le Roi Écarlate refit une crise existentielle et implora Amon de le tuer lorsqu’un éclair s’abattit du ciel en furie, carbonisant sa chair et détruisant son œil. Amon plaça le corps de Magnus sur un trône de support.

Le corps de Magnus fut défendu par Amon et les derniers Thousand Sons, alors que la Planète des Sorciers était en train de se désagréger car seule la volonté de Magnus maintenait la cohérence de ce Monde Démon. Le corps brûlé du Roi Écarlate était enchâssé dans le trône de soutien vital dans lequel Amon avait été contraint de le placer mais le métal avait fondu comme de l’or peu après qu’Amon ait confié le Primarque à l’appareil guérisseur, enveloppant Magnus dans une toile brillante, avant de se tordre et de darder vers le bas comme les racines d’un arbre poussant jusqu’à fendre le roc.[51]

Le Roi Écarlate Couronné de Feu[modifier]

Alors que Magnus le Rouge agonissait sur son trône d’or à l’aspect de plantes grimpantes entrelacées, Ahriman revint de sa longue Quête des Éclats. Il avait retrouvé quatre de cinq éclats d'âmes. Ahriman se rendit vers le cadavre flétri de Magnus, et le Primarque communiqua psychiquement avec son fils favori, lui demandant si il était mort.

Pour tout réponse, Ahrian permit aux éclats d’âme liés à son bâton de s’en écouler, en l’utilisant comme canal. Les aspects combinés du Roi Écarlate jaillirent et se diffusèrent dans le corps du Primarque, avec l’effet de la plus miraculeuse des panacées. Le Roi Écarlate se débarrassa de la poussière des âges, son teint morbide faisant place au ton de peau profond et chaud qu’il avait eu au faîte de sa gloire. Ses muscles atrophiés reprirent leur volume et retrouvèrent leur puissance d’antan. Un grondement profond monta de la poitrine du Roi Écarlate, et son armure couverte de rouille et d’une patine vert-de-gris revêtit le lustre du métal tout juste forgé alors que ses cheveux clairsemés et ternes redevenaient une crinière bouffante au lustre écarlate, retenue par une couronne d’or. Son œil se rouvrit et montra des couleurs inimaginables. Magnus se leva des restes du trône de support, qui s’émiettèrent quand il se dressa, dominant tous ses fils tel un dieu recouvrant sa majesté. Le Primarque était plus grand que jamais, c’était un être au pouvoir sans borne, libre de toute retenue et du poids de la conscience.

L’âme de Magnus avait était rétablie, mais sa plus noble portion, son véritable cœur imbu de bonté et de fidélité, restait perdue…

À la place, c’était un monstre, et on peut penser que c’est là que Magnus se transforma en un véritable Prince Démon du Changement. Magnus avait ressuscité et était le Roi Écarlate couronné de feu.

Reconnaissant devant les grands efforts des ses fils, il ordonna que plus jamais ils ne devront s’agenouiller devant lui car sa dette envers eux était irremboursable. Il clama qu’ils allaient rejoindre Horus - qui amassait ses troupes pour l’assaut final contre Terra - et qu’ils allaient prendre d’assaut le Palais Impérial pour châtier tous ceux qui avaient voulu les humilier. Mais Magnus ne voulait pas se battre pour les Dieux du Chaos et encore moins pour Horus : il se battrait pour sauver l’espoir d’un avenir meilleur et surtout pour reprendre le premier et le plus grand des fragments de son âme qui était retenu dans le palais de l’Empereur.[52]

Le Rassemblement d'Ullanor[modifier]

Quand Horus rassembla les Légions Renégates et certains des Primarques ralliés à sa cause sur le monde d’Ullanor pour mener une grande parade ouvrant la début de l’invasion du Système Sol, le ciel se mit à rougir comme du sang versé dans du lait, les nuages prirent la texture et la couleur de muscles écorchés et la foudre traça des lignes argentées qui persistèrent et s’élargirent en failles. Des yeux gigantesques y apparurent, avec des pupilles verticales dans des iris ambrés et l’air prit une saveur de cannelle et de sucre filé. Un entonnoir de nuages et de flammes descendit du ciel et une colonne de flamme toucha enfin terre en faisant fondre la roche. Accompagné de neuf de ses guerriers, Magnus le Rouge apparu devant Horus et proclama qu’il venait pour rejoindre les armées du Maître de Guerre afin d’attaquer Terra pour qu’elle brûle comme Prospero a brûlé. Le Roi Écarlate mit un genou à terre afin de prêter allégeance à Horus.

Puis il regarda la parade et le sacrifice menés par les Légions Renégates, en haut de l’Estrade Impériale qui avaient accueillis les Primarques lors du Triomphe d’Ullanor. Magnus se rangea aux côtés de Perturabo, afin qu’eux deux séparent Angron et Fulgrim, devenus eux aussi des Princes Démons servant des Dieux rivaux. Puis il mit le cap sur Terra pour la bataille finale.[53]

La Récupération de Shai-Tan[modifier]

Épargne Nykona Sharrowkyn[54]

Magnus demandera à Alpharius dans un moment indéterminé de l’Hérésie d’Horus d’épargner le Raven Guard Nykona Sharrowkyn, membre des Légions Éclatées et qui rencontre l’Hydre lors d’une mission d’infiltration sur Lerne Deux-Douze. Alpharius honorera cette promesse, bien que l’intérêt du Roi Écarlate pour Sharrowkyn reste inconnu.

Avant de rallier Terra, Magnus, en compagnie d’Ahzek Ahriman, retourna dans les ruines de Prospero, là où s’élevait autrefois la Pyramide de Photep, le Primarque évoquant à son fils à quel point la construction de la pyramide fut difficile et que malgré tout son talent, il n’aurait pas pu la construire avec des pouvoirs psychiques car il manquait de précision.

Puis il évoqua la raison de son retour : récupérer le Démon Shai-Tan, fantôme de son passé, que le Primarque et sa Légion avait rencontré sur la monde de Morningstar durant la Grande Croisade. Ahriman, victime comme tout les autres Thousand Sons du sort d’amnésie que Magnus avait lancé pour couvrir son crime d’avoir exterminé les réfugiés de ce monde qui était condamné - de peur de voir Shai-Tan s’enfuir à travers eux, - en voulait à Magnus d’avoir privé la Légion d’une partie de sa mémoire ainsi que de son libre arbitre pour ce choix si terrible mais surtout parce que c’était suite à cet événement que la XVe Légion avait fait un pas vers sa destruction.

Ils se dirigèrent sous la Pyramide, afin de récupérer les restes de l’antique vaisseau terran qui avait emmené les premiers colons humains sur Morningstar et où Shan-Tan était né. Magnus et son Maître Archiviste firent face au Démon enfermé depuis tout ce temps sous l’ancienne demeure du Roi Écarlate, prenant beaucoup de plaisir à voir les tourments de Magnus et souhaitant par-dessus tout entendre ses regrets, ses hurlements ainsi que son désespoir, tout en ajoutant qu’il était d’accord avec Ahriman et que tout était la faute de Magnus pour Morningstar, pour sa Légion, pour ce qui lui est arrivé.

Magnus s’énerva, affirmant que la culpabilité qu’il ressentait l’avait rendu plus fort mais qu’il savait que lui et les Thousand Sons n’étaient pas prêt pour la guerre sur Terra. Sur ce constat, il enferma une nouvelle fois Shai-Tan dans son grimoire pour l’emmener avec lui. Magnus révéla à Ahriman que Shai-Tan était l’arme nécessaire pour en finir avec Terra en mettant à bas le bouclier psychique de l’Empereur.

Ils repartirent de Prospero, Magnus peinant légèrement à marcher, comme si il portait quelque chose de très lourd, tandis qu’Ahzek semblait mieux comprendre les décisions de Magnus même si il ne lui pardonnait pas pour autant. Néanmoins, il promis à Magnus de na pas révéler la vérité à ses autres frères concernant les événements de Morningstar à ses autres frères. Cependant Magnus promis qu’une fois le siège du monde natal de l’Humanité terminé, il dévoilera tout la vérité à sa Légion, et que si elle lui pardonnait, alors les choses pourront changer et enfin son tourment prendra fin. Il se vit pardonner par Ahriman malgré la déception qu’il avait provoqué chez lui, Magnus le remerciant en le nommant son fils favori, avant de discuter ensemble sur la difficulté qu’allait être la Bataille de Terra. Magnus ambitionnait d’arracher l’Empereur à Son trône et s’y asseoir à Sa place.[55]

La Bataille de Terra[modifier]

Magnus le Rouge durant le Siège de Terra.
Durant la Guerre Solaire qui vit les Traîtres s’attaquer aux cinq lignes de défense - les Sphères de Défense établi par Rogal Dorn pour protéger le Système Sol, - Magnus le Rouge aida Horus et Perturabo à établir les plans de l’offensive grâce à sa clairvoyance semi-matérielle. Magnus chargera Ahriman d’accompagner l’armada d’Ezekyle Abaddon, le Premier Capitaine d’Horus, afin de rallier et de mener un rituel dans Temple de la Comète, un corps céleste artificiel du Système Sol. Le rituel mena à la formation d’une faille Warp à travers laquelle l’armada d’Horus pu se déverser, menant à la défaite des Loyalistes dans la Guerre Solaire. Même Magnus semblait mal à l’aise devant le rituel qu’Ahriman avait été obligé de faire, mais il avait encouragé son fils favori en lui rappelant que leur victoire dépendait de cet acte maléfique tout en lui évoquant les tours de Leth et les cryptes des Scribes sur Terra qu’ils pourront revisiter. Une fois la Guerre Solaire gagnée et le Système Sol entre les mains d’Horus, le Siège du Palais Impérial débuta.[56]

Magnus fut présent lors du conseil de guerre organisés sur le Vengeful Spirit par Horus en hololithe (afin d’éviter les risques de conflits entre les Primarques Démons). Le Roi Écarlate apparu sous la forme d’une projection psychique, ayant adopté l’apparence d’un ogre à la peau rouge et paré de riches joyaux. Revêtu d’un tel lustre, il tentait de cacher ainsi sa véritable forme altérée mais il n’y parvenait pas entièrement. La projection tressaillait, en montrant certains des nombreux autres visages qui avaient sa faveur. Magnus était souvent apparu sous différents aspects, mais le fait de masquer ce qu’il était devenu paraissait lui en coûter, et s’il affectait un air studieux, toutes les expressions de tous ses visages pointaient vers sa douleur. Il salua les autre Primarques renégats et les officiers des armées d’Horus. Il fut témoin des conflits ente Perturabo et Angron, le Primarque Démon de Khorne bouillonnant face à l’attente et se moquant du Seigneur de Fer qui présentait ses schémas de bombardement ayant révélé les défauts dans les boucliers du palais. Magnus écouta le plan de Perturabo qui était divisé en trois étapes : mettre hors circuit les boucliers qui protégeaient le Palais Impérial, puis détruire les canons et les défenses antiaériennes pour permettre un débarquement massif des troupes, et enfin mettre en échec la protection psychique de l’Empereur qui empêchait l’apparition des Démons.

Magnus aida Perturabo en expliquant à un Angron furibard qui voulait attaquer tout de suite en fonçant dans le tas que les défenses psychiques de l’Empereur empêchaient l’apparition des Démons à la surface de Terra et qu’il allait devoir accomplir l’exploit d’être patient ! Si il tentait de descendre en surface, son âme serait arraché de son corps et probablement anéanties. Le Roi Écarlate révéla qu’il existait un moyen de limiter la puissance de l’Empereur. Il agita sa main et une image apparut devant toute l’assemblé du Vengeful Spirit : des lignes relièrent huit points, en un octed superposé au palais. Il expliqua qu’il fallait centrer ceci sur le palais et répandre suffisamment de sang ; alors, et seulement alors, la puissance du Maître de l’Humanité sera contenu et les Démons pourront poser le pied sur Terra en toute sécurité.[57]

Plus tard, Magnus et les Thousand Sons se joignirent au Siège de Terra, lorsque la violence des combats atteignit son paroxysme. Magnus attaqua le Palais Impérial aux côtés des autres Traîtres et massacra les défenseurs avec ses sortilèges qui transformaient les soldats en créatures du Chaos décérébrées. Les Cabales de Sorciers du Primarque brisèrent les sceaux qui protégeaient les plus précieux Librariums, et pillèrent les reliques et les ouvrages qu’ils recelaient.

Quand Horus fut tué par l’Empereur et que l’invasion fut stoppée, Magnus se replia sur la Planète des Sorciers afin de préparer sa revanche.[58]

Après l'Hérésie[modifier]

Le Roi Écarlate banni Ahriman après la Rubrication.
Même s’il n’a qu’un œil, Magnus le Rouge est omniscient, et peu d’êtres dans la galaxie peuvent se targuer d’être plus clairvoyants que lui. Le nom de ce Primarque Démon est rarement cité, même dans les textes qui narrent l’histoire ancienne de l’Imperium, car le simple fait de l’écrire revient à encourir le risque d’attirer son attention. Jadis, ce mage consacrait toute son incommensurable puissance à accomplir la volonté de l’Empereur. Désormais, il ne désire que la destruction totale de l’Imperium. Depuis des millénaires, ce colosse complote pour précipiter la chute de l’espèce qui le condamna en tant que traître et qui tenta de le tuer.

Sa défaite face à Russ avait brisé son corps et son esprit, et les fragments de sa conscience furent dispersés aux quatre vents. Même les Thousand Sons qui lui étaient encore loyaux ne purent ranimer son âme. Ainsi, Magnus sombra dans la mélancolie tandis que les pouvoirs de l’éther envahissaient son corps. Pendant des siècles, Magnus chercha à se venger de l’Imperium, et plus particulièrement des Fils de Russ.

Et ses plans sont sur le point de porter leurs fruits.[59]

La Rubrication d'Ahriman[modifier]

Horus défait, Magnus retourna sur la Planète des Sorciers. Mais son Dieu tutélaire, le Maître du Changement, se mit à altérer les corps des Thousand Sons de plus en plus vite, le Bouleversement Charnel menaçant d’extinction les fils du Roi Écarlate. Des mutations répondant aux aspects favorisés par Tzeentch apparurent spontanément au sein des Thousand Sons, dont beaucoup embrassèrent ses manifestations comme les attributs de leur nouvelle destinée. Mais les plus anciens membres de la Légion avaient l’impression que tous les malheurs qu’ils avaient connu étaient vains et avaient perdu leur sens.

Ce fut Ahriman qui déclencha la catastrophe, malgré les nombreuses mises en garde de Magnus. Le Maître Archiviste rassembla une cabale formée des plus puissants Sorciers des Thousand Sons, et était résolu à contrer ces mutations et immuniser les Thousand Sons contre les effets déformants du Chaos. Il se cacha de Magnus et pratiqua un sortilège d’une puissance inimaginable, au point que les horreurs démoniaques s’enfuirent lorsqu’elles perçurent le tourbillon d’énergie déchaîné par Ahriman et sa cabale. Ce fut la Rubrication d’Ahriman, et la Planète des Sorciers fut noyée sous une couche de nuages impénétrables parcourus d’éclairs bleus et jaunes qui filaient vers la surface de la planète pour calciner les Thousand Sons corrompus les uns après les autres, forçant Magnus à prendre les choses en main.

Mais ce fut trop tard, les conséquences de ce sort touchèrent quasiment l’ensemble des Thousand Sons : les mutations avaient cessé… mais les Astartes avaient été réduits en poussière et confinée à jamais dans leurs armures scellées par la magie, dont chaque joint, chaque interstice laissait entrevoir un feu interne qui devait irrémédiablement emprisonner l’esprit des Thousand Sons. Ils étaient devenus les Marines Rubricae, des automates implacables mais sans conscience. Magnus le Rouge sombra dans la rage, sa Légion d’érudit ne pouvant même plus penser. Il trouva Ahriman et faillit le tuer lorsque Tzeentch intervint pour retenir sa main. Néanmoins, le Roi Écarlate bannit Ahriman de la Planète des Sorciers, le condamnant à parcourir l’Œil de la Terreur et le reste de la galaxie afin de tenter de comprendre les insondables projets de Tzeentch.

Puis Magnus grimpa au sommet de sa Tour du Cyclope et leva les yeux vers le fragile Imperium de l’Humanité, se jurant en lui-même de voir la galaxie brûler dans son intégralité.[60]

La Première Bataille de Croc[modifier]

La fin de l’Hérésie d’Horus et la transformation de cette guerre en un mythe dont les détails furent peu à peu oubliés par l’Imperium n’a pas empêché l’animosité entre les Thousand Sons et les Space Wolves de perdurer. Leman Russ avait disparu dans les premiers siècles après l’incarcération de l’Empereur dans le Trône d’Or mais les sagas des Fils de Russ contées dans les cavernes du Croc - la très puissante Forteresse-Monastère des Space Wolves - continuaient de décrire la trahison du Roi Écarlate, sa condescendance et, pire que tout, sa fuite. La honte de ne pas avoir annihilé jusqu’au dernier les Thousand Sons hantait les Loups, et ternissait toutes leurs victoires depuis lors. Peut-être cette honte eût-elle fini par s’estomper si Magnus avait disparu dans l’Œil de la Terreur pour ne jamais en resurgir, cependant cela n’avait pas été le cas.

Au fil des siècles, Magnus était revenu à plusieurs reprises pour répandre la ruine sans qu’on puisse jamais le piéger. Il enchaîna les attaques surprises sur les mondes impériaux et à chaque fois, il dérobait un artefact précieux ou une pièce d’archéotechnologie ésotérique. Malgré les pertes terribles infligées par Russ, les Thousand Sons restaient en mesure de lancer des raids dans l’espace impérial. En dépit des ressources déployées par les Space Wolves pour traquer Magnus, le Primarque s’en sortait toujours et laissait systématiquement des indices, des signes moqueurs, des insultes aux Loups, les poussant à continuer la traque dans le but d’acculer le responsable de leur humiliation. Sur Pravia, Daggaegghan, Vréole, Hromor, Magnus avait laissé son empreinte, raillant les ennemis lancés à sa poursuite.

Mais mille ans après l’Hérésie d’Horus, au 32e Millénaire, Magnus le Rouge déclencha la Première Bataille du Croc sur Fenris même !

À cette époque, le Maître de Chapitre des Space Wolves était Harek Heaume de Fer et au fil des décennies, mettre la main sur Magnus était devenue sa seule obsession. Magnus était régulièrement venu le visiter dans ses rêves pour railler son incapacité à le retrouver au fil des décennies. Heaume de Fer n’avait pas aperçu le visage du Primarque au cours de ces songes et il ne l’avait jamais vu directement malgré toutes ces années passées à le traquer. Néanmoins, il avait entendu sa voix et ne pouvait l’oublier. Elle était fière, racée, toujours animée d’une allégresse sous-jacente que le Primarque semblait avoir du mal à contrôler, mais en dépit de toutes ses qualités, Magnus n’était plus que l’ombre de lui-même. Heaume de Fer ordonna une grande chasse pour trouver Magnus. Finalement, la flotte des Space Wolves avec le Croiseur d'Attaque Gotthammar à sa tête, commandé par le Jarl Arvek Hren Kjarlskar, Seigneur Loup de la Quatrième Grande Compagnie, trouva un monde après avoir traqué Magnus le Rouge aux abords de l’Œil de la Terreur : Gangava Prime. Sur ce monde isolé de l’Imperium depuis la Purge, Arvek Hren Kjarlskar repéra des pyramides des Thousand Sons à la surface, au sein de la capitale de dix millions d’habitants. Magnus le Rouge avait été localisé.

Prévenu par les Astropathes de cette découverte, Heaume de Fer ordonna la mobilisation immédiate de la quasi-totalité du Chapitre, dans l’intention de prendre d’assaut Gangava et d’éradiquer finalement les Thousand Sons, laissant seulement la Douzième Grande Compagnie pour assurer la sécurité de Fenris après que son Seigneur Loup, Vaer Greyloc, ait émis des doutes sur la facilité de cette découverte du Primarque.

Vaer Greyloc avait eut raison, Harek Heaume de Fer avait été trompé. Magnus, conscient de l’obsession du Grand Loup, s’était joué de lui. La présence de Magnus sur Gangava était une feinte pour attirer la majorité des Frères de Bataille Space Wolves alors qu’en réalité, la majeure partie des Thousand Sons étaient prêts à prendre d’assaut Fenris et le Croc lui-même. Quand Heaume de Fer arriva à Gangava, il balaya les faibles défenses de la planète et pénétra dans une des pyramide à la coque vide. Là, le Grand Loup trouva dans une salle une plate-forme accessible par quatre escaliers escarpés, un vers chaque point cardinal et au centre de cette plate-forme se trouvait un autel. Et près de cet autel se tenait un vieillard voûtée et de petite taille qui l’attendait. C’était une des fragments de Magnus le Rouge. Heaume de Fer s’avança vers lui pour le tuer, mais le Primarque l’immobilisa lui et ses guerriers. Puis il proposa à Heaume de Fer que si jamais il partait sans verser davantage de sang, il n’entendrait plus jamais parler de lui. Par contre, si il tuait son fragment, il le reverrait très bientôt. Heaume de Fer n’hésita pas et dès qu’il fut libéré du sortilège, il coupa le vieillard en deux de l’épaule à la taille. Puis le Grand Loup fit face à des mutants, horrifié de constater que c’était les derniers membres du Chapitre Successeur des Wolf Brothers. C’était le cadeau de Magnus à Heaume de Fer. Le Grand Loup ordonna leur destruction.

L’invasion de Fenris avançait, Magnus ayant fait croire à ses fils que la raison de cette attaque était de venger Prospero. Mais la vraie raison pour laquelle Magnus avait conçu ce plan n’était pas simplement de frapper les Space Wolves par esprit revanchard mais d’empêcher un projet mené secrètement par les Loups avec l’autorisation de Heaume de Fer. Ce projet consistait à créer des Chapitres Successeurs des Space Wolves viables. À cette époque, le Prêtre Loup Thar Ariak Hraldir, surnommé Croc de Wyrm, était sur le point de parvenir à comprendre le Canis Helix et comment reproduire la semence génétique des Space Wolves sans aucun de ses défauts inhérents. Suite au démembrement des Legiones Astartes et la création à la place de Chapitres, les Space Wolves avaient été obligés d’abandonner leurs plans pour créer des Chapitres Successeurs après l’échec désastreux de leur seule tentative précédente, les Wolf Brothers, qui furent ravagés par les mutations et la transformation en Wulfens. Hraldir et plusieurs autres Space Wolves souhaitaient imiter les Chapitres de la Première Fondation et d’assurer l’avènement d’un rêve de Leman Russ : que les Space Wolves, avec leurs successeurs, créent un cordon autour de l’Œil de la Terreur pour se protéger des attaques futures des Légions Renégates. Magnus le Rouge connaissait cette ambition et se pouvait risquer de voir la propagation des Space Wolves et de leurs descendants, une menace pour lui et ses fils.

La flotte des Thousand Sons sous le commandement du Sorcier Ahmuz Temekh pulvérisa la petite flotte de défense des Space Wolves avant de faire débarquer en masse des armées de mortels assujettis. Le commandant des Thousand Sons était Herume Aphael et il déploya de nombreuses machines de guerre de l’antique Mechanicum afin de gagner du terrain. Mais le Seigneur Loup Vaer Greyloc mena brillamment la défense, faisant payer très cher chaque pas gagné par les Thousand Sons malgré le fait qu’il était en sous-effectif. Puis le Croc fut assiégé, forçant Greyloc à réveiller la légende vivante du Chapitre : le Dreadnought Vénérable Bjorn Main Terrible, le dernier Space Wolf a avoir connu et combattu aux côté de Leman Russ. Bjorn mena une douzaine de Dreadnoughts assurer la défense du Croc dont les défenses étaient sur le point de céder.

Durant la bataille, à l’intérieur du vaisseau amiral de la flotte de la XVe Légion, l’Herumon, Magnus apparut à Ahmuz Temekh sous la forme d’un enfant roux borgne et nubile portant une robe blanche, au grand étonnement du Sorcier qui espérait que le Primarque adopte son l’apparence plus intimidante, qu’il montrait sur la Planète des Sorciers, face aux Loups. Magnus lui demanda qu’est ce qui lui faisait croire que cette apparence était plus réelle que celle-ci. Cette apparence n’était qu’un fragment de lui-même car l’essentiel de son être demeurait encore sur Gangava. Magnus ordonna à Temekh de ne pas le décevoir. Il le retrouva plus tard dans le sanctum de l’Herumon, sous la forme cette fois-ci qu’il possédait durant la Grande Croisade et ordonna au Sorcier de replier la flotte des Thousand Sons malgré les protestations de Temekh. Puis il disparut, se désagrégeant, comme s’il partait en fumée.

En parallèle, Herume Aphael s’était assuré que les protections défensives contre les pouvoirs psychiques du Croc soient continuellement localisées et détruites, affaiblissant finalement suffisamment le miasme anti-sorcellerie pour que Magnus le Rouge lui-même puisse enfin se manifester en utilisant Aphael involontaire comme hôte. Magnus jura à son fils sacrifié qu’il allait faire souffrir les Loups avant de surgir de son corps sous la forme d’une boule de feu blanc.

Puis il pénétra dans la Forteresse-Monastère des Space Wolves, vers le lieu appelé le Croc du Thane, le grand hall de la forteresse alors que les Loups se repliaient dans les profondeurs et que les Marines Rubricae envahissaient la place. Il ambitionnait de se frayer un chemin jusqu’au sommet de la forteresse à travers les tunnels et les puits d’accès, ne laissant derrière lui que mort et destruction. Le Primarque prendrait ensuite l’aspect d’un seigneur de la ruine, et observerait ses fils détruire le Croc, pierre par pierre. Son annihilation serait totale et irréparable ; elle dépasserait tout ce que les Loups avaient infligé à Tizca. Lorsque Magnus consentirait à partir, le Croc ne serait plus qu’un tombeau effondré sur les sépultures des Loups. Du moins l’espérait-il. Toutefois, il n’en était pas encore là. Il lui restait une tâche à accomplir et qui l’attendait impatiemment depuis des siècles.

Le Primarque Démon, haut de cinq mètres de haut, se riait des tirs qui pleuvaient sur lui. Les obus explosaient avant de l’atteindre, alors que les Longs Crocs Space Wolves et les escouades d’armes lourdes faisaient feu sans discontinuer sur lui. Magnus avança à travers une mer de prométhéum bouillonnant et faucha ses adversaires avec une froideur mesurée, détruisit les emplacements d’armes les uns après les autres et projeta les servant et les canons dans les airs avec une facilité déconcertante. Alors qu’il arriva au Croc du Thane, il se retrouva face à six Dreadnoughts. Les marcheurs ouvrirent le feu à l’unisson, déversant un torrent de missiles et de plasma si intense qu’il aurait pu exterminer toute une compagnie de traîtres. Magnus émergea indemne de cet enfer, son armure laissant derrière elle un sillage de flammes et de fumée. Le Primarque saisit le marcheur Space Wolf le plus proche d’une seule main et le souleva du sol. Pendant un instant fatidique, l’immense sarcophage blindé resta en l’air. L’arme de corps à corps de la machine s’agitait en vain tandis que ses Bolters Lourds continuaient de faire feu sur la silhouette invulnérable de Magnus que projeta le Dreadnought contre la paroi de la caverne. Le Dreadnought retomba au sol avant que Magnus ne s’approche et abatte son poing dans le blindage de la machine révérée qui se brisa comme une coquille d’œuf, révélant le cocon amniotique et l’enveloppe de chair fripée qu’il renfermait. Magnus brisa sans hésiter le plexiglas et en tira la forme prostrée du pilote et l’écrasa entre ses doigts comme un vulgaire insecte. Les Dreadnoughts continuaient le combat, et périssaient les uns après les autres sous les horions dévastateurs de Magnus.

Les derniers Space Wolves se replièrent devant l’invincibilité du Roi Écarlate, le laissant maître du Croc du Thane. Là, Magnus fit face à l’immense statue de Leman Russ, lui reconnaissant une certaine ressemblance, l’énergie exubérante de son frère génétique ayant été capturée à la perfection. Au fur et à mesure que le Primarque des Thousand Sons approchait, sa taille grandissait, au point qu’elle égalait celle de Russ lorsqu’il se retrouva face à lui. Il échangea un long regard avec la statue, comme ils l’avaient fait sur Prospero. Souriant, Magnus se rémora leur échange lors de leur duel, se moquant de lui et de sa loyauté aveugle envers l’Empereur et lui affirmant qu’il allait prendre plaisir un détruire le Croc et forcer ses fils à errer dans la galaxie, une petite vengeance qui consolera quelque peu la douleur que le Roi-Loup avait infligé à son peuple au nom de l’ignorance. Magnus souleva alors l’effigie monumentale, qui se brisa au niveau des chevilles, puis s’accroupit, la statue posée sur le genou et d’un unique coup sec, brisa les reins de Russ. Il s’était symboliquement vengé de ce que le Roi-Loup lui avait fait lors du Sac de Prospero. Il ordonna à ses officiers de brûler, briser et broyer tout ce qu’il trouverait, de n’épargner aucun totem, ni aucun talisman.

Le Primarque Démon atteignit enfin l’objet de sa quête : les laboratoire de Croc de Wyrm, là où le Prêtre Loup menait ses expériences pour permettre la création de Chapitres Successeurs des Space Wolves. Il dévasta la salle où était mené les recherches, cassa les tubes à essai, démembra les cadavres des sujets d’expérimentation et brisa tout le matériel en mille morceaux. Il carbonisa les cogitateurs des salles secondaires, un matériel irremplaçable, remontant parfois aux jours de l’Unification de Terra et ses composants délicats avaient été éparpillés au sol. Puis arriva Thar Hraldir, désemparé de voir ses recherches anéanties. Magnus expliqua au Space Wolf que jamais il n’aurait envahi Fenris si il avait mené de telles recherches. Il affronta l’arme à la main Thar Hraldir et lui porta un coup fatal à la poitrine, son épée surnaturelle traversant l’armure du Prêtre Loup comme du beurre.

À peine le Prêtre Loup tué, Magnus se retrouva face au Seigneur Loup Greyloc, de deux de ses Gardes Loups et du Prêtre des Runes Odain Sturmhjart. Le Primarque fut forcé de reculer devant l’assaut furieux du Seigneur Loup qui le fit traverser plusieurs murs, débouchant dans un vaste espace dégagé, un hangar parmi les centaines qui coiffaient le sommet du Croc. Mais Magnus était trop puissant et il tua les Gardes Loups de ses mains et envoya un jet de flammes éthériques contre le Prêtre des Runes avant de la faire exploser. Alors qu’il s’apprêtait à achever Greyloc, il reçut trois tirs de plasma à la poitrine et le projeta en arrière.

Le Dreadnought Vénérable Bjorn Main Terrible était venu lui botter les fesses !

Magnus fut pilonné des tirs de Bjorn puis engloutit dans un explosion d’un réservoir de prométhéum. Par endroits, sa chair ravagée laissait entrevoir ses os. Son manteau autrefois doré était noir, ainsi que son armure, sa crinière rouge était partie en fumée, son cuir chevelu pelait et découvrait le blanc de son crâne et son œil unique était rouge sang. Le Primarque Démon se jeta sur Greyloc et lui arracha les deux cœurs. Furieux, Bjorn fonça sur Magnus et le heurta, forçant le Roi Écarlate à combattre sur la défensive afin d’échapper à la morsure des immenses Griffes de Loup et aux salves de plasma incessantes. Magnus avait été sérieusement blessé, plus gravement qu’il ne l’avait jamais été et se battait comme un soudard, martelant l’armure de Bjorn tandis que celui-ci rendait coup pour coup. Magnus et Bjorn s’approchaient du précipice du hangar sans s’en apercevoir, à plusieurs milliers de mètres au-dessus des chaussées. Là, Magnus vit que la flotte de Heaume de Fer était revenu de Gangava Prime après qu’un Space Wolf du nom d’Aile de Corbeau soit parvenu à rejoindre la flotte du Loup Suprême pour le prévenir de l’invasion de Fenris. Les Modules d’Atterrissage arrivant sur Fenris pour chasser les derniers Thousand Sons, sonnant le glas de l’invasion.

Furieux, Magnus a saisit le canon de l’arme de Bjorn et le serra convulsivement. Bjorn tira et englouti la main du Primarque par une boule feu dévastateur mais l’arme avait été rendue inutilisable. Le temps pressait, car l’essence démoniaque du Primarque commençait à s’échapper par ses nombreuses blessures. Magnus détruisit la griffe de Bjorn avec ses éclairs, mais le Dreadnought n’hésita pas à essayer de percuter le Primarque afin de l’emporter avec lui dans le vide. Magnus l’esquiva et porta un coup de poing terrifiant qui fendit le blindage du sarcophage de Bjorn de haut en bas. Il poussa la vénérable machine vers le gouffre, mais l’empêcha de chuter en la retenant d’une seule main, révélant à Bjorn qu’il avait reconnu son âme, celui d’un guerrier qui était présent lors du Sac de Prospero.

Magnus le Rouge affrontant le Loup Suprême Heaume de Fer lors de la Première Bataille du Croc.
Mais Heaume de Fer bondit soudainement sur Magnus en ouvrant les bras et le bord du précipice s’effrita. Magnus tomba avec ses deux adversaires, chutant le long de la pente dans un fracas de pierre brisée et d’échardes de glace, laissant un profond sillon dans le flanc de la montagne et atterrissant sur un terrain formée par une des innombrables terrasses naturelles situées sur les flancs du Croc. Il ne restait plus de Magnus qu’un être formé d’énergie pure, une silhouette vaguement humaine aux contours ondulants. Il se vit chargé par Heaume de Fer qui ouvrit le feu sur lui, évita le coup de poing de son adversaire vers son visage et riposta en atteignant le Loup Suprême à la poitrine. Ce dernier chancela. Le Primarque enchaîna une deuxième attaque que Heaume de Fer parvint à intercepter avec son Gantelet Énergétique, projetant Magnus contre la paroi. Il fut heurté de nouveau par le Loup Suprême, frappé au flanc et empalé contre les rochers acérés. Mais le Primarque Démon se redressa, intercepta de la main droite le coup suivant de Heaume de Fer, et se servit de la gauche pour le frapper à la tête. Puis il envoya un rayon de lumière en jaillit et enveloppa Heaume de Fer dans un feu électrique. Le Loup Suprême fut carbonisé mais Magnus l’acheva cruellement, brisant son armure comme une coquille sous l’énergie du Warp, faisant exploser ses organes internes et craquant la cage thoracique d’Heaume de Fer. Dans ces derniers instants, Heaume de Fer railla Magnus, le Croc avait été reprit et il avait fait souffert Magnus. Pour toute réponse, le Roi Écarlate leva son poing sur le Loup Suprême qui riait encore lorsque la mort le prit.

Magnus a disparu immédiatement après la mort d’Heaume de Fer, mais il reviendra un jour sur Fenris.[61]

La Colère de Magnus[modifier]

Magnus le Rouge durant la seconde invasion de Fenris, menant le rituel qui changera l’Imperium à jamais.
Après des millénaires de préparation, Magnus le Rouge commença à exécuter un plan qui transformera pour toujours la galaxie. Le Primarque convoqua son fils exilé, Ahzek Ahriman, sur la Planète des Sorciers, lui enjoignant alors de travailler à nouveau à ses côtés en direction d’un objectif commun.

Son plan consistait à ravager le système de Fenris, des millénaires après sa première invasion. Le Primarque Démon exploita l’animosité entre les Dark Angels et les Space Wolves pour déclencher une guerre entre les deux Chapitres. Du haut de sa Tour du Cyclope, le Primarque s’amusa de voir les Space Wolves mit au ban de l’Adeptus Astartes après que les Fils de Russ aient ramené dans les cales de leurs vaisseaux leurs frères perdu de la Treizième Compagnie totalement transformés en Wulfens. Les Dark Angels y virent une mutation intolérable et levèrent une croisade pour châtier les Space Wolves, mimant sans le vouloir ce qui c’était passé pour les Thousand Sons lors du Sac de Prospero.

Alors que les vaisseaux des Dark Angels arrivaient dans le système de Fenris à la tête d’une flotte d’autres Chapitres, le système de Fenris était envahi par les Démons, notamment le monde de Midgardia que le Grand Maître Suprême des Dark Angels, Azrael, détruisit dans un bombardement qui dévasta la planète et son peuple alors que le Loup Suprême Logan Grimnar se trouvait dans les profondeurs de Midgardia, retenue dans un duel contre des Démons qui servaient Magnus, accomplissant son plan qui consistait à se débarrasser de Logan pour favoriser son invasion.

Puis Midgardia fut détruit par un Exterminatus envoyé par les Dark Angels. Magnus se réjouissait de la destruction de Midgardia car il y a très longtemps, quand il nouait des alliances et mettait en place les pièces de son maître plan, Magnus avait conclu un pacte avec Mortarion, le Primarque de la Death Guard, celui qui s’était exprimé contre lui dans une autre vie. Magnus n’avait pas oublié ce camouflet, mais il avait besoin d’alliés pour accomplir ses œuvres majeures. Le Roi Écarlate a conclu un accord au fin fond de l’Œil de la Terreur et Mortarion accepta d’envoyer une de ses pires maladies entropiques avec comme vecteur une légion innombrable pour hâter la conquête du système de Fenris. En échange, Magnus avait promit a Mortarion qu’il pourrait vouer à Nurgle n’importe quelle planète du système de Fenris, sauf Fenris elle-même, que Magnus destinait à Tzeentch. Ainsi, Midgardia fut offerte à Nurgle quand Logan Grimnar lança son assaut. L’Exterminatus sur Midgardia priva néanmoins Nurgle de son cadeau. Pas de chance…

En parallèle, les Chevaliers Gris durent intervenir et avec les Dark Angels, ils aidèrent les Fils de Russ à repousser la menace, mais les forces impériales commençaient à se dresser les unes contre les autres sous l’influence du plus retors des Démons de Tzeentch, le Changelin, qui servait les desseins de Magnus. Le Changelin provoqua une invasion démoniaque au sein du Roc, la Forteresse-Monastère des Dark Angels afin que les Scribes Bleus, des Démons voués à l’accumulation des savoirs, puissent s’emparer de nombreux documents secrets au sein du Librarium des Fils du Lion. Magnus assimila ces secrets qui lui permirent de résister aux armes de l’Imperium, le rendant invulnérable.

Les tempêtes Warp qui se déclenchèrent dans le système de Fenris obéissaient à un schéma, qui n’avait pas été vue dans la galaxie depuis dix mille ans, et le symbole de la vengeance utilisé sur Prospero par les Thousand Sons pouvait être perçu.

C’est à ce moment que Magnus déclencha une invasion massive de Fenris grâce au Rituel de l’Abomination, un puissant sortilège appris aux agents de Tzeentch par le Primarque et qui ouvrait une série de failles Warp dans le système de Fenris. Neuf Tours d’Argent apparurent dans les cieux de Fenris, et les Thousand Sons débarquèrent avec des nuées de Tzaangors et de cultistes. Jaillissant de portails cachés, d’autres Thousand Sons émergèrent des escarpements de Fenris comme autant d’exilés ramenés dans le rang par Ahriman. Suivant l’Archi-Sorcier à travers le labyrinthe de cristal de la Toile, ils prirent les Space Wolves et leurs alliés par surprise et incinèrent les guerriers Astartes.

Alors que la bataille faisait rage, les Tours d’Argent s’alignèrent sur des nœuds de puissance géomantique et commencèrent à siphonner l’énergie interne de Fenris. Au troisième jour, l’air fut empli de feu et partout sur la planète, les Sorciers dirigent leur énergie vers ces flammes. Dans chaque Tour d’Argent, des rituels abominables étaient perpétrés. La concentration de magie noire ébranla la réalité en un point, et le Roi Écarlate put se manifester sur Fenris en déchirant le voile de la réalité avec une nuée de Démons. Accompagné d’Ahriman, Magnus pénétra dans les halls des Tours d’Argent qui étaient éclairés par des chandelles posées au sommet de piliers hélicoïdaux, chacun d’eux étant fabriqué à partir de la chair remodelée d’une race Xenos aux talents psychiques. Des symboles hermétiques complexes couraient en cercles concentriques autour d’une étoile à neuf branches et les glyphes en or et les sceaux-scarabées avaient été réalisés par les plus grands esprits de Tizca. Au cœur de chaque salle circulaire se trouvait une ouverture entourée d’icônes, et pas laquelle on pouvait voir le point géomantique au-dessus duquel flottait la Tour d’Argent. Magnus, Ahriman et leurs acolytes les plus talentueux y célébrèrent des rites de corruption avant de téléporter leur édifice et de recommencer en un endroit différent. Une colonne de magie noire tombait de chaque Tour d’Argent et s’enfonçait dans la terre pour atteindre Le Gosier du Loup du Monde, le vaste réseau de failles et de crevasses à la surface d’Asaheim, le continent de Fenris, qui descendait jusqu’au manteau en fusion de la planète. Cette source d’énergie géothermique inépuisable avait permis à la Forteresse-Monastère du Croc de perdurer. Le plan de Magnus le Rouge était de corrompre Fenris pour la plier à ses plans ambitieux. Un flot d’énergie mutagène ravagea la surface de Fenris et son peuple. L’une des Tours d’Argent, la Spire de Tizca, plongea dans la caldeira du Cracheur de Feu, un volcan du monde des Space Wolves et du magma y surgit entre les failles de la glace, sa couleur étant d’un rose virulent

Magnus frappé par la Hache de Morkai maniée par Logan Grimnar, Grand Loup des Space Wolves, durant l’invasion de Fenris.
Magnus rejoignit les profondeurs du Cracheur de Feu avec son conclave de Sorciers et y chanta des incantations maléfiques au-dessus d’un lac de lave, saturée d’énergie néfaste, utilisant les pouvoirs des praticiens les plus talentueux du Pyrae pour l’assister. Ces derniers s’immergèrent dans la lave avec une armée de Démons en fusion, afin de rejoindre les réacteurs du Croc et les détruire afin de plonger la forteresse dans l’obscurité et de réduire ses canons au silence. Néanmoins, les Pyrae et les Démons échoueront à détruire les générateurs car ils feront face à un maudit Dreadnought qui avait affronter Magnus quelques millénaires plus tôt…

Miraculeusement, Logan Grimnar avait survécu à la destruction de Midgardia grâce au Seigneur Loup Egil Loup de Fer. Le Loup Suprême réorganisa son Chapitre et repoussa les Thousand Sons avant de retrouver Magnus dans le Ravin du Loup, une faille si profonde qu’on disait qu’elle s’ouvrait sur le cœur de Fenris. Alors que les Tours d’Argent disparaissent, Magnus le Rouge affronta les Fils de Russ, mais aussi les Dark Angels de la Ravenwing venus prêter mains fortes, parvenant à placer des téléporteurs qui firent apparaître la 3e Confrérie des Chevaliers Gris dirigée par le Grand Maître Valdar Aurikon. Le Primarque Démon élimina cinq notamment Cuirassiers Némésis avec une facilité déconcertante mais le Prêtre des Runes Njal des Tempêtes prit la direction du chœur des plus puissants Prêtres des Runes de Fenris, afin de refermer lentement l’immense gouffre du Ravin du Loup sur Magnus. Le Primarque Démon disparut un instant mais étendit les bras et maintint les mâchoires de pierre ouvertes grâce à sa puissance télékinétique, faisant choir les crocs de pierre des falaises dans le brasier en contrebas.

Le Grand Maître Valdar Aurikon asséna une spirale de foudre psychique crépitante sur Magnus qui intercepta l’attaque avec son sceptre et la retourna à l’envoyeur, transformant le Chevalier Gris en vulgaires pépites d’or des fous. Puis Magnus utilisa ses pouvoirs pour faire se percuter les vaisseaux des flottes Space Marines en l’orbite avant de les faire exploser. Magnus déplaça par la force de la télékinésie le coup de Canon Laser que lui avait tiré le Seigneur Loup Egil Loup de Fer, tuant le Space Wolf avec son propre tir. Cette fin cruelle d’Egil donna toutefois à Logan Grimnar l’occasion dont il avait besoin. Bondissant de son char, le Loup Suprême enfonça la Hache Morkai dans la poitrine de Magnus. L’arme n’était pas issu de l’Imperium, mais de Khorne et elle était le fléau des Sorciers, blessant grièvement le Roi Écarlate. Profitant de sa faiblesse, les Purificators Chevaliers Gris entonnent un chant de bannissement. Magnus coupa neuf des Chevaliers Gris en deux au niveau de la taille par rancœur avant que leur puissance psychique ne se déverse dans la faille de sa cuirasse ésotérique, avec une intensité si incandescente qu’elle calcina sa chair. Rapidement, Magnus fut enveloppé des pieds à la tête de flammes blanches avant d’être définitivement banni de Fenris.

Mais alimentée par la mort de Midgardia et de ses habitants, le rituel de Magnus avait réussi : la Planète des Sorciers jaillit brutalement depuis le Warp dans la réalité, prêt de Prospero. Une marée de démence et de sang commença à se propager à travers la galaxie, se répandant comme des fissures dans un panneau de verre et augurant un millier de malheurs.[62]

L'Avènement du Primarque[modifier]

Sur Luna, le Primarque Démon Magnus le Rouge affronte Roboute Guilliman, alors que la fin du 41e Millénaire annonçait la pire catastrophe de l’histoire !
Après avoir ravagé Fenris une seconde fois, le destin de Magnus fut chamboulé comme le reste de la galaxie lorsque la Treizième Croisade Noire d’Abaddon le Fléau débuta. Cette campagne du Chaos majeure provoqua la Chute de Cadia, et le début de l’ouverture de la Grande Faille. Mais l’espoir resurgit pour l’Imperium lorsque Roboute Guilliman fut ressuscité sur Macragge après des millénaires de stase suite à sa blessure mortelles reçut par Fulgrim lors de la Bataille de Thessala une éternité plus tôt. L’alliance entre les Ynnari d’Yvraine et le Magos Belisarius Cawl permit le retour du Fils Vengeur qui mit sur pied une Croisade pour rallier Terra et rencontrer l’Empereur.

Magnus le Rouge eut vent de l’éveil de son frère et il éclata d’un rire tonitruant car le Roi Écarlate vit se dessiner devant lui un chemin vers la gloire en lieu et place d’un désert de confusion. Magnus commença à donner ses ordres, ses mots jaillissant sous forme d’essaims d’insectes cristallins qui filèrent pour les osts de sa fière Légion d’autrefois, les Thousand Sons. Le Primarque Démon se voyait offrir la chance de punir l’un de ses frères et il comptait la saisir.

La flotte de Guilliman arriva prêt du Maelström, une zone dangereuse ou réalité et Royaume du Chaos se mêlait. C’est dans ce lieu infernal que Magnus intercepta le Fils Vengeur à la tête de sa flotte chaotique. Le Primarque Démon jeta un puissant sort qui envoya la flotte du Primarque des Ultramarines dans le Maelström, entre des griffes labyrinthiques de cette tempête Warp sans aucun moyen apparent de s’en échapper.

Guilliman sera fait prisonnier par les Red Corsairs et enfermé dans une Forteresse Noire offerte par Abaddon à Huron Sombrecœur, seigneur de ces Space Marines du Chaos pirates. Grâce à l’aide du Dark Angel Déchu Cypher et des Arlequins dirigés par la Prophète des Ombres Sylandri Marchemonde, le Fils Vengeur et ses derniers guerriers s’échappèrent dans la Toile. Mais Magnus le Rouge et ses Thousand Sons hantaient déjà ce lieu, car le Roi Écarlate comptait en réalité suivre son frère détesté jusqu’au portail de la Toile qui menait directement dans le Palais Impérial, profitant à ce qu’il s’ouvre pour laisser passer Guilliman afin frapper le cœur de l’Imperium. Mais Guilliman avait compris les attentions de Magnus et ressorti non pas sur Terra, mais sur son satellite, Luna.

Le Roi Écarlate arriva sur Luna à la suite de Guilliman, accompagné de ses Thousand Sons qui surgirent du portail de la Toile. Magnus railla son frère avant de l’affronter au corps à corps tandis que leurs guerriers s’entre-tuaient. Si Magnus prit le dessus sur Guilliman, il fut néanmoins défait grâce aux Arlequins et d’autres forces impériales telles que les Sœurs du Silence, les Custodiens et les Imperial Fists, arrivés en urgence pour l’affronter. Magnus fut repoussé vers le portail de la Toile et jeté à l’intérieur avant que le passage soit scellé de manière permanente ar les Arlequins afin qu’il ne puisse plus jamais être utilisé pour menacer Terra.

Dans la dimension labyrinthique, Magnus hurle sa fureur car le jour qui le destinait à dévaster le Palais de l’Empereur lui fut arraché. Mais en observant le futur, il vit de grandes ténèbres qui s’apprêtaient à envelopper l’Imperium, ainsi que de nombreuses routes potentielles lui permettant de mener à bien la revanche qu’il convoitait…[63]

Un Nouvel Empire[modifier]

« Que notre monde soit un phare dans la nuit. Qu’il soit un refuge pour les exilés. Qu’il soit le salut pour les êtres condamnés à tort. Qu’il soit le lieu où chaque âme oubliée accomplira sa véritable destinée. »
- Magnus le Rouge.

L’avènement de la Grande Faille fut une aubaine pour Magnus le Rouge et ses Thousand Sons. Des centaines de Sorciers portaient sa volonté avec une vigueur redoublée, parfois même à leur insu, levant de vastes armées et traquant des trésors plus anciens que l’Imperium lui-même, recherchant des savoirs interdits, cachés et refoulés, dont une grande quantité gisait sans surveillance parmi le tumulte et le désordre qui assaillaient la galaxie.

Plus que tout, Magnus ambitionnait de créer son propre empire dans le monde matériel, avec Prospero et la Planète des Sorciers, Sortiarius, à présent dans le Materium comme piliers. Une fois Sortiarius uni à Prospero autour de son étoile natale, Magnus rassembla un ost colossal, puis envahit le secteur Stygius et captura une multitude de mondes. Grâce à ces prises, il se retrouva à la tête d’un nouvel empire de l’autre côté de la Cicatrix Maledictum.

Magnus regagna Prospero après dix mille ans d’absence et il s’affaira à lui redonner une splendeur dont les maîtres qui l’avaient éduqué n’auraient jamais osé rêver. Il commença par ses vastes Librariums, glanant une sagesse et des savoirs à la fois anciens et nouveaux à l’intérieur de tours qui luisaient de couleurs vives et changeantes. Il redécouvrit des trésors ayant échappé aux guerriers qui avaient pillé Prospero et grâce à eux, il comptait décupler la force des Thousand Sons pour en faire des guerriers invincibles.

La Cicatrix Maledictum avait déclenché un réveil du potentiel psychique humain inédit, une chose que Magnus avait voulu que l’Humanité explore sans restriction depuis la Grande Croisade. Le Primarque Démon parvint à rassembler une douzaine de sectes de sa Légion éclatée, un grand nombre ayant combattu indépendamment à travers la galaxie depuis des millénaires. Les Sorciers commandant chaque secte furent accueillis avant d’être exécutés dans un geste perfide, Magnus faisant comprendre qu’il ne tolérerait aucune rébellion tout en punissant ceux qui ne l’avait pas servi loyalement au cours des dix millénaires précédents.

Magnus avait conscience que la reconstruction de sa Légion nécessitait un grand nombre d’adeptes mortels et il savait également que ses semblables Psykers - qui représentaient l’avenir de la race humaine à ses yeux - étaient persécutés, exploités ou éliminés dans l’Imperium. Il décida de faire de son nouvel empire un sanctuaire pour ceux qui possédaient un potentiel psychique et projeta alors un appel à travers le Warp, promettant sécurité, éducation et acceptation aux individus doués de pouvoirs psychiques en échange de leur ralliement au Roi Écarlate. Ces réfugiés allaient servir Magnus à renforcer les rangs des Thousand Sons et formeraient une société semblable à celle dont Magnus avait toujours rêvé pour l’Humanité… même si beaucoup serviront d’offrandes rituelles à Tzeentch où d’hôtes à des Démons.

Magnus le Rouge comptait incarner celui qui mènerait l’Humanité vers son potentiel ultime, le dernier à offrir à la race humaine ce qu’il considérait comme son destin.[64]

L'Assaut sur Sortiarus[modifier]

Le Roi Écarlate est de retour dans la période du Sombre Imperium.
Alors que l’Imperium était ravagé par la Grande Faille qui coupait la galaxie en deux, Magnus le Rouge entreprit un rituel issu de l’accumulation de dix mille années d’études des textes et d’un savoir qui lui aurait été indéchiffrable autrefois, trouvant un sens dans d’étranges symboles et des langages oubliés. Désormais en mesure de les lire comme s’il s’agissait de sa langue natale, le Primarque Démon avait l’attention de centupler la puissance psychique de l’Humanité à travers un secteur entier. Il ordonna alors à ses Sorciers d’entonner les incantations nécessaires, et de rassembler neuf cent quatre-vingt-dix-neuf volontaires mortels pour accomplir le sacrifice requis sur Sortiarius, dans Tizca même.

Mais les Chevaliers Gris apprirent les sombres projets du Roi Écarlate, et avec l’aide des Dark Angels commandés par le Maître de Compagnie Lazarus, les Fils de Titan lancèrent un assaut pour mettre fin aux machinations de Magnus. Dirigés par le Frère-Capitaine Arvann Stern, les Chevaliers Gris prirent d’assaut Tizca, transférés sur le Planète des Sorciers après le Sac de Prospero des millénaires plus tôt. Magnus avait prévu leur arrivée, et les Chevaliers Gris furent assaillis par des vagues de Démons alors qu’ils avançaient dans les rues étroites de Tizca qui leur semblait intacte, retrouvant à chaque fois à leur point de départ, quelle que soit la route qu’ils empruntaient. Magnus les dupait. Mais son enchantement fut brisé par l’arrivée du Grand Maître Suprême des Chevaleirs Gris, Kaldor Draigo, levant l’illusion de Tizca et qui montrait la ruine qu’était devenu réellement la cité. Les Archivistes des Chevaliers Gris se sacrifièrent dans un rituel pour former un couloir temporaire à travers le Warp, suffisamment large pour faire passer les troupes des Dark Angels et de réunir les deux forces impériales alors que les Dark Angels étaient embourbés contre les Traîtres suite à une tentative d’attirer le gros des forces ennemis, tentative qui n’avait pas dupé le Roi Écarlate.

Dans les cavernes tentaculaires de Tizca, Magnus conduisait le rituel maléfique, campé sur une estrade colossale, richement ornée, et cerné d’une cohorte de Sorciers. Des milliers de ses adeptes l’acclamaient tandis que des centaines de victimes sacrificielles étaient égorgées, leurs cadavres emplissant une grande fosse. Les Chevaliers Gris et les Dark Angels arrivèrent et tirèrent sur Magnus qui repoussa tous les assauts dirigés contre lui et son rituel.

Alors que les Impériaux étaient en sous-effectifs face aux hordes du Primarque Démon, les Chevaliers Gris s’unirent à l’immense présence psychique de Kaldor Draigo pour servir de guide aux batteries de lances de leur Croiseur d’Assaut en orbite, le Purging Sword. Draigo atteignit psychiquement les esprits des officiers d’artillerie à bord afin de leur ordonner de tirer. La vitesse des tirs était telle que Magnus eut à peine le temps de conjurer une barrière psychique pour se protéger avant que les lances et les Macrocanons ne frappent leurs cibles. Les victimes sacrificielles et les Sorciers du Primarque furent tués, mettant à bas son rituel. Les survivants Impériaux s’échappèrent, un petit nombre restant au sol, se sacrifiant pour couvrir la retraite des guerriers alors que Magnus reprenait ses esprits.[65]

Mais cela n’était qu’un contretemps, et Magnus le Rouge reste une menace majeure pour l’Imperium. Qui sait quelles sombres horreurs il prépare ?


Magnus le Rouge possède les Équipements suivants :
  • La Lame de Magnus : Dans ses mains griffues, Magnus brandit une lame baignée de flammes qui adopte toute forme que son porteur imagine. Il s’en sert pour ravager les rangs ennemis, découpant blindages et torses avec la même facilité, arrachant les âmes à leur enveloppe corporelle. Ceux qui ne sont pas éviscérés ou incinérés instantanément connaissent un sort pire encore : le sceptre ensorcelé transmute alors la chair de ses victimes, leur insufflant une dose d’énergie empyrée pour en faire des Enfants du Chaos.
  • Couronne du Roi Écarlate : Une grande couronne cornue coiffe la tête du Roi Pourpre, d’où émane une aura protectrice qui abrite son essence mentale et physique. Défier Magnus est futile, et ce n’en est que plus apparent quand les tirs ennemis se dissipent autour de lui sans le toucher, tandis que les projectiles psychiques se transforment en inoffensives étincelles et les lames tronçonneuses les plus massives sont arrêtées par sa barrière éthérique.
  • Le Livre de Magnus : Peu avant la fin de la Grande Croisade, Magnus retranscrit les connaissances et la sagesse qu’il avait découvertes dans un unique grimoire. Sensible à la présence d’énergie psychique, Magnus collecta le savoir interdit des mystiques et des devins des cultes humains détruits ainsi que des vestiges de ruines Xenos conquises par l’Imperium. Dans les pages de cette œuvre majeure, Magnus décrivit des pouvoirs psychiques inconnus des Primarques et Archivistes des autres Légions Space Marines, qu’il transmit en partie aux Sorciers de sa propre Légion.
Depuis la chute des Thousand Sons, le Livre de Magnus s’est affranchi des lois de la physique - les mots écrits sur ses pages rampent et se tordent comme s’ils étaient vivants, changeant sans cesse de taille comme de forme. Parmi les rares érudits impériaux à être au courant de son existence, certains pensent que ce volume croît à mesure que s’étendent les connaissances de son créateur. D’autres pensent que le livre est devenu conscient quand Magnus jura allégeance à Tzeentch, et que ses perpétuelles mutations sont le résultat de sa soumission au Modeleur de Formes. Quelle qu’en soit l’explication, lire ces pages peut plonger tout esprit mortel dans la démence.
Le Livre de Magnus s’est manifesté plusieurs fois au fil des millénaires. L’exemplaire originel supposé repose dans la chambre la plus secrète de la Tour du Cyclope, et Magnus l’emmène au combat. Ahriman en possède une copie, qu’il emporta avec lui quand il fut chassé de la Planète des Sorciers. Parmi les autres exemplaires en circulation, il n’en est qu’un dont on connaît l’emplacement. Gardé par les Aeldaris au sein de la Toile, les hurlements de ses pages ensorcelées résonnent dans les salles de la Bibliothèque Interdite.

Sources[modifier]

  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Le Premier Hérétique - Corruption, Black Library, 2010
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Félon - Du sang pour le Dieu du Sang, Black Library, 2013
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Sons of the Emperor - An Anthology : The Abyssal Edge, Black Library, 2018
  • FRENCH JOHN, Esclaves des Ténèbres - Les Égares et les Damnés, Black Library, 2019
  • FRENCH JOHN, Siege of Terra - La Guerre Solaire, Black Library, 2019
  • HALEY GUY, Siege of Terra - Les Égarés et les Damnés, Black Library, 2019
  • McNEILL GRAHAM, Les Faux Dieux - Où l'Hérésie Prend Racine, Black Library, 2006
  • McNEILL GRAHAM, Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Black Library, 2010
  • McNEILL GRAHAM, Le Roi Écarlate - Une Âme Divisée, Black Library, 2017
  • McNEILL GRAHAM, Magnus le Rouge - Maître de Prospero, Black Library, 2017
  • McNEILL GRAHAM, Morningstar - A Magnus the Red Audio Drama, Black Library, 2019
  • McNEILL GRAHAM, Les Légions Brisées : Le Septième Serpent, Black Library, 2019
  • WRAIGHT CHRIS, Space Marine Battle - La Bataille du Croc, Black Library, 2012
  • WRAIGHT CHRIS, Jaghatai Khan - Le Faucon de Chogoris, Black Library, 2018
  • Codex Heretic Astartes Thousand Sons, V8
  • The Horus Heresy, Book Seven - Inferno
  • Index Astartes du White Dwarf N°100 (Août 2002)
  • Index Astartes du White Dwarf N°102 (Octobre 2002)
  • War Zone Fenris : Wrath of Magnus
  • Gathering Storm - Livre III : L'Avènement du Primarch, produit par le design studio Games Workshop, 2017
  • Warhammer 40 000 - Éveil Psychique : Le Rituel des Damnés
  1. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter Space Marine Legion Army List Appendix - Magnus the Red (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Trois - Magnus - Le Sanctum - Il te Faudra l’Éduquer de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues de The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter - The Thousand Sons - A King Fallen From The Stars - The Gift of Salvation
    Informations issues du Codex Thousand Sons, V8 et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter - The Thousand Sons - A King Fallen From The Stars
    Informations issues du Codex Thousand Sons, V8 et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de Jaghatai Khan - Le Faucon de Chogoris, Chapitre VI, Chapitre XIV de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2018
    Informations issues de The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter - The Thousand Sons - Of the Librarius
    Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Trois - Magnus - Le Sanctum - Il te Faudra l’Éduquer, Chapitre Dix-Huit - Nikaea - En Pâture aux Loups - Le Bras Droit de l’Empereur, Chapitre Dix-Neuf - Chasse aux Sorcières - Le Cœur d’un Primarque - Magnus Prend la Parole, Chapitre Vingt - Hérésie - Les Archivistes - Jugement de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n’est que Poussière, Chapitre Dix-Huit - Nikaea - En Pâture aux Loups - Le Bras Droit de l’Empereur, Chapitre Dix-Neuf - Chasse aux Sorcières - Le Cœur d’un Primarque - Magnus Prend la Parole, Chapitre Vingt, Hérésie - Les Archivistes -Jugement, Chapitre Vingt et Un - Quelque Chose à Moi - Paradis - La Trahison Révélée, Chapitre Vingt-Deux - Les Thousand Son - Dans les Désolations, Chapitre Vingt-Trois - Un Pyrae en Action - Si Vous êtes Mort - La Caverne Réfléchissante, Chapitre Vingt-Quatre - Elle était Mon Univers - Quoi qu’il en Coûte - Le Prix à Payer, Chapitre Vingt Cinq - L’Avertissement - Vous Aviez Raison - Trop Près du Soleil de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010
    Informations issues de Les Faux Dieux - Où l'Hérésie Prend Racine, Partie III : La Maison des Faux Dieux - Chapitre Neuf - Les Tours d’Argent - Un Retour Sanglant - Le Voile s’Affine, Chapitre Treize Qui es-tu ? - Rituel - Un Vieil Ami, Chapitre Seize - La Vérité est Tout ce que Nous Avons - Le Prophète - Chez Lui, Chapitre Dix-Sept - L’Horreur - Anges et Démons - Le Pacte du Sang de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  7. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Vingt-Six - Un Bon Élève - Mon Destin m’Appartient - Dispersion, Chapitre Vingt-Sept - Le Tonnerre de Fenris - Tant de Savoir va Disparaître - Canis Vertex, Chapitre Vingt-Huit - La Ligne Tient - Ils se Retourneront contre Vous - Comprendre l’Adversaire, Chapitre Vingt-Neuf - Je ne Dois Pas - Le Pouvoir sans Contrôle - La Chute d’un Syrbotae, Chapitre Trente - La Retraite Ultime -La Vérité est mon Arme - Le Signe du Loup, Chapitre Trente et Un - La Complainte de Prospero de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  8. Informations issues de Le Roi Écarlate - Une Âme Divisée, Première Partie I : La Pensée du Cœur, Chapitre Cinq - Sauveur - Réécrire le Code - Le Voile de Deuil, Chapitre Six - Des Démons Dans la Poussière - Éclats - Systèmes Dissipatifs, Partie II : La Barque de Râ, Chapitre Sept - Zhivago - Chasseur de Devins - Les Hommes de Glace, Chapitre Huit - Le Planétaire - Kamiti Sona - Échange Équivalent, Chapitre Neuf - Le Néophyte - Ruse Stellaire - Le Planétaire Écarlate, Chapitre Dix - Déchaîné - Inconcevable - Impensable, Chapitre Onze - Sur la Glace - Une Lame Brisée - Je Vous Tiens, Chapitre Douze - Premiers Signes - Rouille et Repos - La Tour Abattue, Chapitre Treize - Osiris Panthea - Une Chose Vaste et Terrible - Le Trouver, Chapitre Quatorze - La Quête - Du Chagrin à Profusion - La Montagne, Chapitre Quinze - Le Décompteur - Grande comme Asaheim - Tu es Mon Prix, Chapitre Seize - Hors du Feu - Une Haine Singulière - Un Miroir Embué, Partie III : L'Ouverture de la Bouche - Chapitre Dix-Sept - Échos d’Âmes - Sang et Sable - Un Homme Bon, Chapitre Dix-Huit - Kadmus - Lié - Régénéré, Chapitre Dix-Neuf - Aoshun - Ankhu Anen - In extremis, Chapitre Vingt - Hôte Démoniaque - De la Poussière à la Poussière - Prince Noir, Chapitre Vingt-Et-Un - Dégénérescence - Le Choc des Âmes - Noire Renaissance, Chapitre Vingt-Deux - La Fin du Monde - Labyrinthe - Une Seule Âme, Chapitre Vingt-Trois - Des Yeux de Poussière - Pas d’Approche Pratique - Coupable de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017,
    Informations issues de Esclaves des Ténèbres - Les Égarés et les Damnés Chapitre Dix-Neuf de FRENCH JOHN, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  9. Informations issues du Codex Heretic Astartes Thousand Sons, V8
    Informations issues de l'Index Astartes du White Dwarf N°100 (Août 2002) et résumées par Guilhem.
  10. Informations issues Gathering Storm : L'Avènement du Primarque - Chapitre Deux Ouragan de Guerre - Chapitre Trois L'Avènement du Primarch produit par le design studio Games Workshop, 2017
    Informations issues de La Bataille du Croc, Prologue - Première Partie : Rancunes Tenaces - Deuxième Partie : L’Éveil des Morts - Troisième Partie : L’Étau se Resserre - Quatrième Partie : Le Roi Pourpre de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2012
    Informations issues de War Zone Fenris : Wrath of Magnus et résumées par Guilhem.
  11. Informations issues de Warhammer 40 000 - Éveil Psychique : Le Rituel des Damnés et résumées par Guilhem.
  12. Informations issues de The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Thousand Sons - A King Fallen From The Stars
    Informations issues de l'Index Astartes du White Dwarf N°100 (Août 2002) et résumées par Guilhem.
  13. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Seize - L’Ordre Nouveau - Apprentissage - Désolation, Chapitre Dix-Sept - Les Désolations de Prospero - La Statue Tombée - Convocation de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  14. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Vingt-Deux - Les Thousand Sons - Dans les Désolations de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  15. Informations issues de The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Thousand Sons - The Gift of Salvation
    Informations issues de Magnus le Rouge - Maître de Prospero, Chapitre Huit - Erreurs - Un Nom Légendaire - Qu’Ils Paient de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  16. Informations issues de The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Thousand Sons - Master and Acolytes et résumées par Guilhem.
  17. Informations issues de The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Thousand Sons - The New Sons of Prospero
    Informations issues de Magnus le Rouge - Maître de Prospero, Chapitre Un - Zharrukin - Maître des Fils - Seigneur de Fer, Chapitre Huit - Erreurs - Un Nom Légendaire - Qu’Ils Paient de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  18. Informations issues de Magnus le Rouge - Maître de Prospero, Chapitre Un - Zharrukin - Maître des Fils - Seigneur de Fer, Chapitre Deux - Revirement - Cramoisi et Fer - Oracles, Chapitre Trois - Qu’Ils Meurent - Ahzek Libéré - Cruauté, Chapitre Quatre - Ruines - Sorcellerie - Traîtres, Chapitre Cinq - Extase - Vive Shaitan - Qu’Avez-vous Fait ?, Chapitre Six - L’Éveil du Léviathan - Impuissance - Le Marteau des Dieux, Chapitre Sept - Même dans la Mort - Soucis Théosophiques - Chute d'Un Dieu, Chapitre Huit - Erreurs - Un Nom Légendaire - Qu’Ils Paient, Chapitre Neuf Survivant - Vers la Tombe - Qu'ont-ils Fait ?, Chapitre Dix - Massacre - Les Chemins Divergent - À Quel Coût ?, Épilogue de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  19. Informations issues de Morningstar - A Magnus the Red Audio Drama de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2019 et résumées par Trazyn l'infini.
  20. Informations issues de l'Index Astartes du White Dwarf N°102 (Octobre 2002) et résumées par Guilhem.
  21. Informations issues de The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Thousand Sons - Of the Librarius
    Informations issues de Jaghatai Khan - Le Faucon de Chogoris, Chapitre XIV de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  22. Informations issues de Sons of the Emperor - An Anthology : The Abyssal Edge de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2018 traduites par Trazyn l'infini et résumées par Guilhem.
  23. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Deux - Les Tambours de la Montagne - Le Temple des Syrbotae - Un Endroit pour les Morts de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  24. Informations issues de The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter - The Thousand Sons - Exemplary Battles - The Turning of Golden Apostles et résumées par Guilhem.
  25. Informations issues de Le Premier Hérétique - Corruption, Chapitre Cinq - Les Anciennes Coutumes - Le Combustible de l’Âme - Des Yeux Neufs, Chapitre Neuf - Le Roi Écarlate - La Cité des Fleurs Grises - La Dame Bénie, Chapitre Dix - Le Droit de Mener une Légion - L’Empyrean - Le Malheur de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  26. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Neuf - Facultés - Sous la Montagne - Le Langage des Anges, Chapitre Treize - La Bibliothèque - Bouleversement Charnel - Le Pacificateur, Chapitre Dix-Huit - Nikaea - En Pâture aux Loups - Le Bras Droit de l’Empereur, Chapitre Vingt-Six - Un Bon Élève - Mon Destin m’Appartient - Dispersion de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  27. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Sept - Les Loups de Fenris - Une Rencontre de Grands Esprits - Le Barrage se Rompt de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  28. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Dix - L’Hydre - Le Ventre de la Bête - Le Temps nous le Dira de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  29. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Un - La Montagne Mangeuse d’Hommes - Capitaines - Observateurs, Chapitre Deux - Les Tambours de la Montagne - Le Temple des Syrbotae - Un Endroit pour les Morts, Chapitre Trois - Magnus - Le Sanctum - Il te Faudra l’Éduquer, Chapitre Quatre - Le Bruit du Jugement - Danseuses de l’Ombre - Convoqué, Chapitre Cinq - Novice - Mythes de la Création - Souvenirs de Terra, Chapitre Six - Skarssen - Les Exigences de la Guerre - Wyrdmake, Chapitre Sept - Les Loups de Fenris - Une Rencontre de Grands Esprits - Le Barrage se Rompt, Chapitre Huit - Tueur de Géants, Chapitre Neuf - Facultés - Sous la Montagne - Le Langage des Anges, Chapitre Dix - L’Hydre - Le Ventre de la Bête - Le Temps nous le Dira de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  30. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Six - Skarssen - Les Exigences de la Guerre - Wyrdmake, Chapitre Onze - Grièche - Une Bonne Guerre - Le Roi des Loups, Chapitre Douze - Le Piton du Phénix, Chapitre Treize - La Bibliothèque - Bouleversement Charnel - Le Pacificateur, Chapitre Quatorze - Assujettissement de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  31. Informations issues de Un Miller de Fils - Tout n’est que Poussière, Chapitre Quinze - Triomphe - Le Seigneur du Crépuscule - Vieux Amis, Chapitre Seize - L’Ordre Nouveau - Apprentissage - Désolation de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  32. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Vingt, Hérésie - Les Archivistes -Jugement de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  33. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Dix-Sept - Les Désolations de Prospero - La Statue Tombée - Convocation, Chapitre Dix-Huit - Nikaea - En Pâture aux Loups - Le Bras Droit de l’Empereur, Chapitre Dix-Neuf - Chasse aux Sorcières - Le Cœur d’un Primarque - Magnus Prend la Parole, Chapitre Vingt, Hérésie - Les Archivistes -Jugement, Chapitre Vingt et Un Quelque Chose à Moi - Paradis - La Trahison Révélée de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  34. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Vingt et Un - Quelque Chose à Moi - Paradis - La Trahison Révélée de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  35. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Vingt-Trois - Un Pyrae en Action - Si Vous êtes Mort - La Caverne Réfléchissante de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  36. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Vingt-Quatre - Elle était Mon Univers - Quoi qu’il en Coût - Le Prix à Payer de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  37. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Vingt-Quatre - Elle était Mon Univers - Quoi qu’il en Coût - Le Prix à Payer de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  38. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Vingt et Un - Quelque Chose à Moi - Paradis - La Trahison Révélée, Chapitre Vingt-Trois - Un Pyrae en Action - Si Vous êtes Mort - La Caverne Réfléchissante, Chapitre Vingt-Quatre - Elle était Mon Univers - Quoi qu’il en Coût - Le Prix à Payer de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010
    Informations issues de Les Faux Dieux - Où l'Hérésie Prend Racine, Chapitre Seize - La Vérité est Tout ce que Nous Avons - Le Prophète - Chez Lui, Chapitre Dix-Sept - L’Horreur - Anges et Démons - Le Pacte du Sang de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  39. Informations issues du Codex Heretic Astartes Thousand Sons, V8
    War Zone Fenris : Wrath of Magnus et résumées par Guilhem.
  40. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Vingt-Cinq - L’Avertissement - Vous Aviez Raison - Trop Près du Soleil, Chapitre Vingt-Six - Un Bon Élève - Mon Destin m’Appartient - Dispersion de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010
    Informations issues de Le Maître de l'Humanité - Guerre dans la Toile, Épilogue - Le Désert de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2016
    Informations issues de Siege of Terra - Les Égarés et les Damnés, Chapitre Trois - La Survie de l’Espèce - Conseil de Guerre - Un Adversaire de Plus de HALEY GUY, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  41. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Vingt-Cinq - L’Avertissement - Vous Aviez Raison - Trop Près du Soleil de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  42. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Vingt-Six - Un Bon Élève - Mon Destin m’Appartient - Dispersion de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  43. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Vingt-Six - Un Bon Élève - Mon Destin m’Appartient - Dispersion, Chapitre Vingt-Sept - Le Tonnerre de Fenris - Tant de Savoir va Disparaître - Canis Vertex, Chapitre Vingt-Huit - La Ligne Tient - Ils se Retourneront Contre Vous - Comprendre l’Adversaire, Chapitre Vingt-Neuf - Je ne Dois Pas - Le Pouvoir Sans Contrôle - La Chute d’un Syrbotae, Chapitre Trente - La Retraite Ultime - La Vérité est Mon Arme - Le Signe du Loup, Chapitre Trente-Et-Un - La Complainte de Prospero de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  44. Informations issues de Le Roi Écarlate - Une Âme Divisée, Chapitre Quatre - La Salle d’Amun Re - Un Partout - Perturbations de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  45. Informations issues de Le Roi Écarlate - Une Âme Divisée, Chapitre Trois - Innommable - Frères - Aforgomon de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  46. Informations issues de Le Roi Écarlate - Une Âme Divisée, Chapitre Quatre - La Salle d’Amun Re - Un Partout - Perturbations de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  47. Informations issues de Le Roi Écarlate - Une Âme Divisée, Chapitre Trois - Innommable - Frères - Aforgomon, Chapitre Quatre - La Salle d’Amun Re - Un Partout - Perturbations de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  48. Informations issues de Le Roi Écarlate - Une Âme Divisée, Chapitre Quatre - La Salle d’Amun Re - Un Partout - Perturbations de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  49. Informations issues de Le Roi Écarlate - Une Âme Divisée, Chapitre Cinq - Sauveur - Réécrire le Code - Le Voile de Deuil, Chapitre Six - Des Démons dans la Poussière - Éclats - Systèmes Dissipatifs de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  50. Informations issues de Le Roi Écarlate - Une Âme Divisée, Chapitre Huit - Le Planétaire - Kamiti Sona - Échange Équivalent, Chapitre Douze - Premiers Signes - Rouille et Repos - La Tour Abattue, Chapitre Quatorze - La Quête - Du Chagrin à Profusion - La Montagne, Chapitre Seize - Hors du Feu - Une Haine Singulière - Un Miroir Embué de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  51. Informations issues de Le Roi Écarlate - Une Âme Divisée, Chapitre Dix-Neuf - Aoshun - Ankhu Anen - In extremis, Chapitre Vingt et Un - Dégénérescence - Le Choc des Âmes - Noire Renaissance, Chapitre Vingt-Deux - La Fin du Monde - Labyrinthe - Une Seule Âme de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  52. Informations issues de Le Roi Écarlate - Une Âme Divisée, Chapitre Vingt-Trois - Des Yeux de Poussière - Pas d’Approche Pratique - Coupable de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  53. Informations issues de Esclaves des Ténèbres - Les Égarés et les Damnés, Chapitre Trois, Chapitre Dix-Huit, Chapitre Dix-Neuf de FRENCH JOHN, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  54. Informations issues de Les Légions Brisées : Le Septième Serpent, Chapitre Douze - Quelque Part où Aller - Percée - Égaux de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  55. Informations issues de Morningstar - A Magnus the Red Audio Drama de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2019 et résumées par Trazyn l'infini.
  56. Informations issues de Siege of Terra - La Guerre Solaire, Chapitre Six - Destruction Progressive - Cascade - Envoyez ce Message, Chapitre Quinze, Temple - Chants de Peur, Rêves de Guerre - Au Côté de mon Père de FRENCH JOHN, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  57. Informations issues de Siege of Terra - Les Égarés et les Damnés, Chapitre Sept, Le Conclave des Traîtres - Risques et Bénéfices - Pour la Gloire des Dieux de HALEY GUY, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  58. Informations issues de l'Index Astartes du White Dwarf N°100 (Août 2002) et résumées par Guilhem.
  59. Informations issues de War Zone Fenris : Wrath of Magnus et résumées par Guilhem.
  60. Informations issues du Codex Heretic Astartes Thousand Sons, V8 et résumées par Guilhem.
  61. Informations issues de La Bataille du Croc, Prologue - Première Partie : Rancunes Tenaces - Deuxième Partie : L’Éveil des Morts - Troisième Partie : L’Étau se Resserre - Quatrième Partie : Le Roi Pourpre de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2012
  62. Informations issues de War Zone Fenris : Wrath of Magnus et résumées par Guilhem.
  63. Informations issues de Gathering Storm : La Chute de Cadia - Chapitre Deux Le Feu de la Délivrance - Chapitre Trois Le Glas de Minuit et Gathering Storm : L'Avènement du Primarque - Chapitre Un - Ultramar Résiste - Chapitre Deux Ouragan de Guerre - Chapitre Trois L'Avènement du Primarch produit par le design studio Games Workshop, 2017
    Informations issues du Codex Heretic Astartes Thousand Sons, V8 - Annales des Arcanes et résumée par Guilhem.
  64. Informations issues de Warhammer 40 000 - Éveil Psychique : Le Rituel des Damnés et résumées par Guilhem.
  65. Informations issues de Warhammer 40 000 - Éveil Psychique : Le Rituel des Damnés et résumées par Guilhem.