Mortarion

De Omnis Bibliotheca
Mortarion, Le Seigneur de la Mort, Primarque Démon de Nurgle et de la Death Guard.
Depuis dix mille ans, Mortarion, Seigneur de la Death Guard, écrase ses ennemis sur le champ de bataille. Encapuchonné, revêtu de l'armure baroque appelée Plate de Barbarus et d'une bure moisie, Mortarion est bien plus grand qu'aucun champion de l'Humanité. D'une main, il lève l'effroyable faux baptisée Silence. De l'autre il tient la terrible Lanterne, un antique pistolet à énergie xenos qui peut trouer une armure Terminator de part en part. Entouré de vermine démoniaque piaillante, de mouches hideuses et de vapeurs pestifères, Mortarion fond sur ses proies porté par des ailes grinçantes. Leur claquement écœurant insuffle la crainte chez l'ennemi alors même que l'odeur de la mort atteint ses lignes.

Mortarion est un moissonneur funeste dont chaque balancement de faux tranche un boisseau de têtes et de membres. Chaque décharge de la Lanterne réduit des ennemis en cendres emportées par le vent, tandis que les bombes Phosphex que Mortarion sème changent promptement leurs victimes en une pulpe visqueuse. La simple présence du Seigneur de la Mort est mortelle, car ses adversaires s'étouffent et succombent très vite à sa nuée de miasmes pathogènes.

Si Mortarion n'était qu'un monstre en maraude, il serait déjà bien assez terrifiant. Or, bien qu'il fût déchu de la grâce de l'Empereur, il n'en demeure pas moins un Primarque. Mortarion est doué d'un intellect supérieur, et son sens stratégique de général d'infanterie n'est en rien amoindri. Le Seigneur de la Mort sait lire les flux de la bataille d'un coup d’œil, et décider aussitôt de la meilleure option pour la victoire. Peu lui importent les pertes, car à ses yeux, ses fils doivent sans cesse prouver leur valeur, et la victoire doit revenir à ceux qui la méritent.

S'il fallait trouver une faiblesse à Mortarion, ce serait son mépris pour l'adversaire, ce qui peut le conduire à sous-estimer ce dernier. Mais rares sont les ennemis qui peuvent longtemps tenir tête à l'assaut implacable de la Death Guard tel que Mortarion sait l'orchestrer. Lorsque l'Empereur se rendit sur Barbarus, Mortarion était sur le point de remporter la victoire finale contre les suzerains des charniers. C'était la lutte de sa vie, mais l'Empereur la dédaigna comme un désagrément mineur, un détail de sa Grande Croisade. Pire, quand Mortarion cherchait à abattre le dernier seigneur cadavérique - l'être qui l'avait adopté comme son fils - mais échoua faute de supporter la toxicité de son antre, l'Empereur tua la créature, sauvant la vie du Primarque mais en s'attirant sa rancœur à jamais. Ce fut peut-être à ce moment que les germes de la félonie furent plantés en Mortarion. Quoi qu'il en soit, Mortarion est encore mû par sa haine insondable envers l'Empereur, un ressentiment si intense qu'il le poussa dans les griffes purulentes de Nurgle, en le damnant à jamais ainsi que sa Légion.

La Faux Silence

Mortarion manie une faux gigantesque nommée Silence, dont la hampe tordue est aussi longue que son détenteur est grand. Avec son fil acéré et dentelé, cette arme démesurée peut sectionner toute une ligne de fantassins. Mue par la force surnaturelle de Mortarion, Silence a décapité des héros et tranché des chars, éviscéré des démons majeurs et même coupé une jambe à un Titan de ligne Reaver. Un défilé interminable de champions et de chefs de guerre a succombé à la faux du moissonneur, souillée par le sang de mondes entiers.

Ce n'est pas seulement sa puissance brute qui rend Silence aussi redoutable. Un démon de la peste réside dans l'encensoir qui surmonte sa hampe. Le pouvoir venimeux de l'entité fait de la moindre entaille de la faux une plaie fatale. Il imprègne aussi les volutes de fumée porteuse de lèpre que la faux répand à chaque coup, et en fait l'anathème de toute chose. Le métal rouille et la chair pourrissent à son contact, réduisant l'ennemi à l'état de cadavre putride.

Source

  • Codex Heretic Astartes Death Guard, V8