Scarabée Canoptek

De Omnis Bibliotheca
« Suivez mon conseil : si vous entendez le vrombissement d’ailes de Scarabées, courez, jusqu’à ce que le bruit ait disparu. Ne vous arrêtez pas, et ne regardez pas en arrière. Si vous entendez crier un de vos camarades, c’est parce que les Scarabées l’ont rattrapé, et vous mourrez comme lui si vous tentez de lui venir en aide. Remarquez, j’dis pas que vous arriverez à les semer. Même en prenant un bon départ et en courant comme un dératé, vous perdrez rapidement du terrain. Vous seul espoir est de courir plus vite que le reste de votre escouade. Personne n’a dit que la vie dans la Garde Impériale était juste. »
- Quartier-maître Kross, 312e Cadien, Exécuté pour manquement à l’honneur en 777.M41.
Des Scarabées en train de transformer un Dreadnought en un joyeux repas.

Les Scarabées Canopteks sont les minuscules drones utilitaires des légions Nécrons. Ils planent en essaims comme un tapis volant de métal vivant au-dessus des rangs des fantassins, prêts à reconstruire les soldats abattus ou à déchiqueter leurs adversaires. Flottant grâce à des générateurs antigrav miniatures, les scarabées sont faits du même métal vivant que le reste de leur espèce et, de ce fait, sont bien plus résistants que leur taille ne le laisserait supposer. Ils rassemblent et réparent en permanence les soldats tombés sur le champ de bataille, y compris les autres scarabées. Cette tactique et leurs immenses effectifs leur garantissent de n’être jamais totalement éliminés. Leurs minuscules mandibules projettent un champ d’énergie disruptive, qu’ils peuvent utiliser pour se frayer un chemin à travers l’armure de l’ennemi ou démantibuler leurs camarades détruits, de manière à les reconstruire plus facilement. Insignifiants lorsqu’ils sont isolés, leur nombre en fait une force redoutable sur le champ de bataille lorsqu’ils se désintéressent des réparations.

Les Scarabées Canopteks patrouillent les tombes des Nécrons en grands essaims, à la recherche à la fois de systèmes à réparer et d’intrus à éliminer. Les scarabées possèdent une capacité terrifiante à consommer presque n’importe quel matériau, vivant ou mort, naturel ou artificiel, et à convertir ce matériau en énergie pour le stocker et l’utiliser ultérieurement. De nouvelles formes sont tissées avec l’énergie récoltée, selon le bon vouloir du contrôleur des Scarabées. Dans les tréfonds d’une nécropole, cette tâche consiste essentiellement à désagréger les composants détruits ou endommagés, qui renaissent sous forme de pièces de remplacement, de nouveaux Scarabées Canopteks, Spectres ou Mécarachnides pour superviser les fonctions du tombeau Nécron. Tout peut être reproduit de cette manière, pourvu que la source d’énergie soit suffisante. Avec le temps, une nuée de Scarabées assez conséquente peut ronger toute une Cité-Ruche, de même que sa population, utilisant ensuite l’énergie volée pour créer une flotte de bataille où une nécropole prête à accueillir ses habitants Nécrons. Les Scarabées ne montrent aucun signe d’intelligence, mais des routines automatiques et des modèles de construction très sophistiqués leur permettent de construire des armes et des véhicules d’une puissance immense en un temps étonnamment court. Les Scarabées ressemblent à des insectes métalliques, un peu plus grands que le poing d’un Space Marine en armure, avec un seul œil brillant et de multiples appendices griffus. Les Scarabées sont équipés de moteurs anti-grav polyvalents, ce qui leur permet de se déplacer rapidement et sans entrave. Le léger bourdonnement produit par ce moteur anti-grav est amplifié au centuple dans les grands essaims de Scarabées, produisant un bourdonnement assourdissant et vrombissant comme une invasion de sauterelles, qui peut avoir un effet terrifiant pour les ennemis des Nécrons.

Avec leurs mouvements rapides et leurs cliquets aigus, les Scarabées Canopteks semblent imiter le comportement des invertébrés organiques. Néanmoins, ils sont dépourvus d’un véritable esprit de ruche. L’intelligence d’une nuée est aussi grande que celle d’un Scarabée isolé (à savoir, inexistante) et l’essaim n’est mû que par des instructions simples et des instincts encore plus primaire. Les Scarabées Canopteks sont essentiellement des machines nourricières bornées, contrôlés par les Mécarachnides ou les Crypteks qui communiquent avec eux par ondes interstitielles. Si le signal est brouillé ou rompu, les Scarabées retournent à leurs instincts les plus basiques et dévorent tout ce qui se trouve à proximité, y compris les autres Scarabées ou les autres Nécrons. Toutefois, les interfaces interstitielles sont extrêmement difficiles à détecter, sans parler de les brouiller. Au cas où l’entité de contrôle est détruite, une autre assume automatiquement ce rôle dans l’instant. Si toutefois l’ennemi parvient à supprimer les ondes de transmission, la situation devient problématique. Les Scarabées n’opérant plus sous contrôle direct des Nécrons, leur programme de base les pousse à dépenser toute l’énergie accumulée pour fabriquer toujours plus de Scarabées, créant ainsi une nuée vorace auto-reproductrice que seul un bombardement intensif peut espérer exterminer.

Individuellement, les Scarabées Canopteks représentent une faible menace. Si on lui laisse suffisamment de temps, un Scarabée qu’on ignore peut infliger de gros dégâts, mais son rythme de consommation est relativement lent, ce qui laisse amplement le temps de le détruire. La nature mécanique des Scarabées leur confère une certaine résistance aux dégâts, mais ils n’ont pas de véritable armure ni de protocoles d’autoréparation comme ceux utilisés par les Nécrons. Néanmoins, les Scarabées ne sont presque jamais rencontrés seuls, et la présence d’un seul Scarabée Canoptek signale que des dizaines, voire des centaines d’autres sont proches. Un Tétrarque engage souvent la bataille en libérant une nuée de Scarabées Canopteks, dans l’espoir que l’ennemi gaspille ses munitions à disperser les charognards avant le début de l’assaut véritable. Les Scarabées eux-mêmes peuvent ne pas représenter une menace sérieuse pour les troupes d’élites, si ce n’est un obstacle, mais chaque balle tirée contre un essaim de Scarabées est une balle de moins disponible pour quand leurs maîtres immortels se manifesteront. Les Tétrarques les plus habiles peuvent déterminer la résolution des différentes formations en fonction de leur réaction. Les troupes endurées considéreront la menace des Scarabées à leur juste valeur, et les détruiront ou les repousseront de leurs volées disciplinées. Les autres céderont à la peur suscitée par le bourdonnement incessant de la nuée, voire se laisseront submerger et dévorer par la vague cliquetante, sans oublier qu’en plus de submerger leurs adversaires, les Scarabées Canopteks ont la fâcheuse habitude de "manger" les armes de corps-à-corps, alors même que celles-ci tranchent l’essaim. Dans les deux cas, le Tétrarque aura obtenu de précieux renseignements sur l’emplacement des poches de résistance et pourra s’en servir pour adapter son plan d’attaque.[1]

Néanmoins, les Scarabées Canopteks atteignent leur plein potentiel lorsqu’on les envoie contre les chars et autres véhicules. Une fois verrouillé sur la coque, un Scarabée commence à se nourrir, désagrégeant le blindage et laissant sa victime vulnérable aux autres attaques. Si elle n’est pas repoussée ou détruite rapidement, une nuée de Scarabées peut transpercer le blindage, transformant la puissante machine de guerre en une horrible prison pour son équipage en passe d’être absorbé.

Sources[modifier]

  • Codex Necrons, V8
  • Warhammer 40 000 JdR - Deathwatch : The Outer Reach
  1. Warhammer 40 000 JdR - Deathwatch : The Outer Reach - Canoptek Scarabs (traduit de l'anglais par Christer)