Arkhan Land

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Deco banner 1.png
Mechanicus banner corner.png
Deco cable.png
Mechanicus page corner alt.png
Deco banner 2.png
Mechanicus banner corner.png
Deco cable.png
Deco banner 4.png




Mechanicus side.png
Mechanicus page corner.png
Mechanicus side.png
Arkhan Land.

Arkhan Land était l’un des membres les plus célèbres du Mechanicum, un Magos et un Technoarchéologue des plus légendaires et des plus talentueux à l’époque de la Grande Croisade. Né sur Mars et doté d’une intelligence hors norme, il devient rapidement un Technoprêtre renommé, capable de naviguer avec succès dans les dangereuses catacombes et voûtes technologiques situées sous la surface de son monde natal et de récupérer des fragments de SCS et des artefacts. Connu au sein du Mechanicum comme un génie inégalé mais aussi arrogant et irrespectueux, il se démarquait de ses congénères pour afficher très peu d’améliorations bioniques.[1]

Il marqua l’histoire impériale lorsqu’il mena une expédition de trois ans dans le Librarius Omnis de Mars à la recherche d’une base de données SCS fonctionnelle, ce qui a permis de récupérer les plans du char de combat qui entrera dans la prospérité sous le nom de Land Raider. À cette découverte majeure s’ajoutent celles du véhicule utilitaire lourd polyvalent baptisé Land Crawler, du Mars Universel Land Engine qui servira de base à l’Onagre des Dunes, et les informations sur le plaques de suspension gravitique qui seront utilisées dans le Land Speeder. Toutes ces découvertes seront baptisées en son honneur.[2]

Les hauts faits d’Arkhan Land attirèrent l’attention de l’Empereur de l’Humanité et furent largement mise à profit par la Legio Custodes qui utilisa une variété de chars d’assaut alimentés par les plaques antigravitationnelles d’Arkhan Land, ainsi que le motojet modèle Paragon. Peu après la récupération du Primarque Angron par l’Empereur, Arkhan Land fut personnellement chargé par ce dernier de l’aider dans sa tentative de guérir le Primarque des Griffes du Boucher, les monstruosités cybernétiques intégrées dans le cortex frontal de l’Ange Rouge et responsables de sa démence meurtrière. Seul Land pouvait confirmer la conviction de l’Empereur que les Griffes du Boucher étaient basées sur l’ancien appareil nommé cruciamen, une technologie mentionnée dans des textes profanes dans les cryptes de l’Hexarchion.[3]

Land vénérait l’Empereur en tant qu’Omnimessie, et pour cela il lui resta fidèle pendant l’Hérésie d'Horus. Il fut évacué de Mars par le Sergent Nicanor Tullus des Imperial Fists sur les ordres du Premier Capitaine Sigismund. Alors que Land et Tullus se dirigeaient vers le convoyeur qui devait les emmener en lieu sûr, ils furent attaqués par un automate de classe Vorax envoyé par le Mechanicum Noir récemment formé par des membres du Mechanicum ayant rejoint les rangs de l’Architraître Horus Lupercal, pour éliminer Land plutôt que de laisser ses talents être transférés sur Terra. Tullus donna sa vie pour permettre à Land de s’échapper avec d’autres Technoprêtres loyalistes.[4]

Exilé sur Terra alors qu’Horus marchait sur le Monde-Trône pour renverser l’Empereur, Land s’allia avec le Fabricator-Général du Mechanicum loyaliste, Zagreus Kane - malgré leur mépris mutuel - pour mettre au service de l’Empereur ses connaissances en matière d’armement interdit. Car alors que l’Hérésie d’Horus ravageait la galaxie, l’Empereur était assis sur le Trône d'Or, cette machine étrange décuplant Ses pouvoirs psychiques, pour empêcher une faille Warp crée par accident par le Primarque des Thousand Sons, Magnus le Rouge au sein même de la salle du Trône d’engloutir Terra, condamnant le Maître de l’Humanité à rester placé immobile sur le Trône. L’Empereur mis en place un plan consistant à lancer une offensive dans la faille Warp qui menait directement dans la Toile Aeldari, afin de couper les ponts entre ce lieu et Terra et refermer la faille pour empêcher les Démons de se déverser dans le Monde-Trône. Pour ce faire, le soutien de Mechanicum était essentiel, et Kane accepta en échange du maintien d’une soi-disant route de la Toile qui aurait relié Terra à Mars. Land fut chargé de construire l’Archimandrite, qui consistait à transformer une Magos Domina du nom d’Hieronyma, et membre de l’Ordo Reductor, en un "Avatar du Dieu-Machine , autrement dit, placer la Magos dans un châssis semblable à un robot de Classe Domitar et qui possédait de multiples couches de code formant la carte aux dimensions impossibles de la Toile. Une fois sa tâche achevée, Arkhan Land accompagna l’Archimandrite dans la Toile, en compagnie des Gardes Custodiens et des Sœurs du Silence. Arrivant dans la cité en ruine des Aeldaris du nom de Calastar, et qui servait de base d’opération des Impériaux pour repousser, depuis la Toile, les Démons, Land fut ébranlé en découvrant l’existence des créatures du Warp. La Guerre dans la Toile prit fin quand l’Empereur en personne arriva et repoussa les monstruosités démoniaques avant que les survivants de ce conflit, dont Land, ne retourne dans la salle du Trône où l’Empereur repris Sa place sur le Trône d’Or pour s’assurer que la faille Warp ne se rouvre, le condamnant à ne jamais pouvoir le quitter.[5]

Après la Guerre dans la Toile, Arkhan Land a commencé à passer beaucoup de temps avec un Space Marine des Blood Angels du nom de Dominion Zephon. Exilé sur Terra avant la guerre civile pour cause de rejet par son corps des bioniques posés au niveau de ses mains tranchés durant un conflit antérieur à celle de la Grande Hérésie, Zephon profita de l’expertise de Land qui l’opéra en utilisant des fragments d’une Intelligence Abominable qu’il inséra dans le cerveau du Blood Angel pour reprogrammer son esprit afin que son corps accepte les membres bioniques. L’opération fut un succès. En échange, Land demanda et obtint une audience avec le Primarque des Blood Angels, Sanguinius, récemment arrivé sur Terra pour participer à la bataille finale, afin de lui demander, sans succès, de récupérer Mars des mains du Mechanicum Noir.[6]

Pendant le siège du Palais Impérial, Land a réussi à survivre de justesse malgré la diminution constante du territoire loyaliste. Déclarant qu’il était trop important pour mourir, il parvint à se rallier aux convois qui fuyaient vers le Sanctum Imperialis. Arkhan survécut de justesse, mais il fut contraint, contre toute attente, de prendre part à la défense finale de la Porte de l’Éternité. La nuit précédant la bataille, Land fut réconforté par Zephon et une Skitarii rencontrée durant sa retraite du nom Transacta-7Y1, et dont il finira par s’attacher. Sur les murs du palais en ruine, dans les derniers instants de la Bataille de Terra, le Technoarchéologue écouta le discours enthousiaste de Sanguinius, discours qui lui donnera le courage de prendre part à la défense de la Porte de l’Éternité. Dans les derniers moments de l’affrontement violent marqué par le combat mythique de Sanguinius contre Angron puis contre le Démon Majeur Ka'Bandha, Land parviendra à traverser la Porte d’Éternité avant qu’elle ne se referme.[7]

Après la fin de l’Hérésie d’Horus, Arkhan Land dirigea une seconde expédition dans le Librarius Omnis. Ce fut sa dernière car il fut portée disparu. Deux siècles après que son expédition ait été déclarée perdue, son journal vox a été retrouvé. Il y raconte comment son équipe a été éliminée par une chose qui pouvait être soit une entité psychique, un virus ou un animal sauvage.[8]

Des millénaires après sa disparition, Arkhan Land est une figure tellement vénérée de l’héritier du Mechanicum, l’Adeptus Mechanicus, que ses disciples forment un sous-culte qui se nomme lui-même Landite ou Landiste. Ils cherchent à poursuivre le travail de Land et à faire des recherches sur les nombreuses variantes SCS issues de ses découvertes.[9]

La Grande Croisade

Un Homme de Paix Très Bien Armé[10]

Le penchant de Land pour la récupération d’archéotechnologie était légendaire, comme l’était l’étendue de sa collection. En cela résidait sa véritable passion, plutôt que dans la reconstruction corporelle avancée qui enivrait un si grand nombre de ses semblables. Arkhan Land était profondément attaché à ses outils, ses gadgets et ses appareils, dont beaucoup défiaient la compréhension actuelle de Terra et de Mars. Un de ces instruments, très probablement le joyau de son arsenal, était une arme de poing trapue, dotée d’un curieux ensemble de lentilles de focale, de pales magnétiques rotatives, de bobines accélératrices en spirale, et de la faculté de cracher des projectiles micro-atomiques solides de la taille d’un doigt d’enfant. Le Technoarchéologue avait modifié l’arme à l’aide de tampons acoustiques afin d’atténuer le bruit horrible qu’elle produisait en faisant feu, puis l’avait installée sur un support fixé à son épaule, pour pouvoir emporter partout sa relique favorite sans avoir à la porter à la ceinture ou à l’intérieur de ses robes, tel un pistolero imbu de sa personne essayant d’impressionner par son aspect martial. En guise de touche finale, ce support était connecté en esclave à son processus visuel inconscient, de sorte que l’arme, une fois activée par une commande mentale, suivait ensuite le moindre mouvement de sa tête en pointant là où il regardait. Bien que Land se voyait comme un homme de paix, il possédait une arme capable de fission nucléaire chaque fois qu’elle faisait feu. En aucune façon ne considérait-il cela comme de l’hypocrisie. Cette seule suggestion l’aurait contrarié, car Arkhan Land prenait la défense de son intégrité personnelle avec presque autant de sérieux que son devoir…

Arkhan Land a vécu durant la glorieuse époque que fut l’expansion du domaine de l’Empereur, la vaste campagne militaire étalée sur deux siècles baptisée la Grande Croisade et qui forgea l’Imperium de l’Humanité. Land était alors déjà célèbre pour avoir offert les prémices de la technologie antigrav à cet Imperium en pleine ascension et pour avoir découvert et partagé les schémas permettant la production de masse des Land Raiders et Land Speeders que les Légions utilisaient par milliers.[11]

Un Célèbre Explorateur

On sait peu de chose sur le grand Technoarchéologue Arkhan Land, dont le nom est pourtant resté gravé dans l’histoire. Son lieu de naissance demeure mystérieux, mais il semble probable qu’il s’agisse de Mars même. Il était, sans aucun doute, doté d’un esprit fort perceptif, mais l’histoire semble surtout se souvenir de son excentricité et de ses habitudes singulières. Par exemple, une eau-forte montre le grand Technoprêtre lors de sa promenade quotidienne sous les grandes voûtes célestes de Sierra Planum avec son Psyber-singe familier, tandis que les Citations de Geronimus font fréquemment allusion aux perruques ostentatoires qu’il portait pour dissimuler sa calvitie précoce.[12]

Un Personnage Talentueux Ayant une Haute Opinion de Lui-Même

Arkhan Land a toujours été animé d’une vision en plus d’être un prodige. Le temps pour lui d’atteindre l’âge de cinq ans en calcul terrien standard, Arkhan savait parler couramment cinquante variantes du gothique, et jouissait d’un niveau passable dans plusieurs dizaines d’autres.

Concernant les améliorations, il faisait figure de puriste : à onze ans, il avait refusé l’implantation mnémonique et la structure de renfort cognitif parce qu’il ne voulait pas que ses pensées « soient ralenties par l’ingénierie de quelqu’un d’autre. » Bien entendu, il avait par la suite officié sur lui-même au fil du temps. Tous les hiérarques de Mars la Sacrée s’adonnaient à leur évolution mécanique car il n’y avait que par l’amélioration bionique et augmentique que les adeptes pouvaient se rapprocher de la pureté de l’Omnimessie. Néanmoins, ses modifications étaient demeurées subtiles au point d’être invisibles. Arkhan Land paraissait apprécier sa forme humaine sous son incarnation originelle et la meilleure raison qu’il pouvait donner pour soutenir cette décision était l’exemple que leur donnait l’Empereur, car comme il le disait lui-même à ses détracteurs : « L’Omnimessie affiche Lui-même bien peu d’amélioration extérieure. Pour ceux d’entre vous qui s’inquiètent de ma piété, considérez donc celui que je m’efforce d’imiter par ma retenue. »[13]

Des Découvertes Légendaires

Un Explorateur Irrité[14]

Arkhan Land n’a jamais supporté que les Legiones Astartes prennent l’habitude d’appeler le char d’assaut dont il avait découvert le SCS le "Land Raider", sans lui accorder distinctement l’honneur et la paternité de cette découverte. Arkhan avait d’ailleurs rédigé un essai long et détaillé afin d’enrayer cette tendance, intitulé "Notes enrichissantes, et traités pertinents, relatifs au char de combat de Land, modèle Raider : la résurrection d’un miracle ancien".

C’est pourtant ce personnage un peu farfelu qui mena la Grande Expédition d’exploration des ruines dans le Librarius Omnis de Mars. Trois années durant, il explora les catacombes labyrinthiques de cet édifice déserté en quête de banques de données de Schémas de Construction Standardisés en état de marche. Il ne devait jamais atteindre ce but suprême, mais fit deux découvertes qui allaient révolutionner les traités techniques des millénaires à venir. La première était une barre de données SCS contenant presque toutes les informations concernant un char lourdement blindé, qui devait se faire connaître sous le nom de "Land" Raider en honneur de son découvreur. Ensuite, Arkhan Land devait mettre à jour de précieuses informations sur des plaques anti-gravité, et développa durant des années de nombreuses hypothèses sur les possibilités d’applications utiles et pratiques de tels appareils. Ces informations et son travail permirent ainsi la construction des tout premiers "Land" Speeders.[15]

Land conçu durant cette époque le Mars Universel Land Engine (M.U.L.E) et qui était pensé au départ comme une bête de somme pouvant l’escorter à travers les désolations de Mars dans une sécurité relative. L’inspiration de Land dans la conception de sa machine était une bête insectoïde au fort caractère, dont le savant croyait qu’elle arpentait Sainte Terra dans un passé lointain. Mais la machine se montra si performante qu’elle fut bientôt déclinée à des fins militaires. Équipée d’un champ de force Emanatus et produite par millions, et envoyée au front, le M.U.L.E deviendra l’Onagre des Dunes encore utilisé dix millénaires après.[16]

Sapien[17]

Sapien était le Psyber-singe d’Arkhan Land et le suivait partout où il allait. Il avait été construit par son maître à partir d’ouvrages historiques en sa possession, lesquels décrivaient clairement ce qu’était un singe et ce qu’il n’était pas, à l’époque où ces animaux existaient sur Terra. Arkhan Land s’était opposé à plusieurs savants, terrien, martiens et d’outre-système, concernant la véracité de ces archives. Chacun semblait avoir son propre point de vue, appuyé par ses propres recherches, sur ce que les singes avaient pu être véritablement. Un rival d’Arkhan particulièrement malavisé insistait sur le fait que ces individus étaient capables de se suspendre aux arbres par leur queue, une idiotie notoire aux yeux de Land qui lui savait la vérité : la queue des singes d’autrefois possédaient les attributs d’une arme transperçante et lacérante conçue pour délivrer son venin !

Malgré ses découvertes à usage militaire, Arkhan Land se considérait comme un homme de paix et était avant tout un Technoarchéologue dont l’existence se dédiait à redécouvrir les plans et les Schémas de Construction Standardisés perdus depuis le Moyen-Âge Technologique. Il jouissait dans ce domaine d’une certaine renommée, et la fierté qu’il éprouvait était en conséquence. Car en plus de s’être aventuré pendant des années dans les cryptes du Librarius Omnis, enfoui dans l’écorce profonde de la Planète Rouge, avec sa pléthore de pièges mortels et de systèmes défensifs codés en dur ; avoir cartographié une région des catacombes équivalente à la superficie d’une petite nation à la surface de Mars et redécouvert les diagrammes antiques nécessaires à réintroduire dans la sphère de connaissance humaine la production du char de combat modèle Raider, Land était remonté vers la surface de la Planète Rouge, avec les plans détaillés, et entièrement décodés, de l’engin de récolte agricole modèle Crawler. Ses supérieurs sidérés lui avaient réclamé d’en délivrer une présentation aux dignitaires de différentes forges, car l’engin n’était pas simplement efficace dans son fonctionnement mais caractérisait les trois piliers de la production de masse : peu coûteux à construire, facile à entretenir, simple à faire opérer en toute sécurité par des utilisateurs novices. Le Crawler, lui avaient assuré les protecteurs de Land, allait révolutionner la vie sur les Agri-Mondes de l’Imperium émergeant. Son discours de présentation lors d’un symposium avait duré presque trois heures et certains des pairs et des protecteurs d’Arkhan Land jugèrent excessif un tel degré d’autocongratulation, mais Land se voulait un homme pragmatique et le Crawler fut rapidement introduit sur plusieurs centaines de mondes impériaux reconquis durant la Grande Croisade.[18]

La Rencontre avec l'Empereur

Arkhan Land avec son familier Sapien.

Arkhan a eu l’honneur incommensurable d’œuvrer avec l’Empereur en une occasion. Cela constituait à la fois l’expérience la plus notable et la plus mystifiante de toute son existence. Il fut un jour convoqué par l’Empereur alors qu’il se trouvait sur Mars et se plia avec joie au court trajet vers Terra. Plutôt que d’aller atterrir à l’un des nombreux spatioports, les instructions spécifiques avaient emmené son appareil vers la toundra des terres les plus au nord, marquées par la guerre. Le célèbre Technoarchéologue eut là le privilège suprême de pénétrer dans l’un des laboratoires sacrés et secrets de celui qu’il voyait comme l’Omnimessie, au cœur d’un volcan inactif. Il y emprunta un dédale de portes fermées et de systèmes de défense actifs, en piétinant à plusieurs endroits parmi les ossements des intrus vaincus, jusqu’à se trouver en présence de l’Empereur qui se tenait au cœur de Son grand laboratoire. Et ce fut là, pour la première fois, qu’il vit de ses yeux celui qui passait aux yeux du Mechanicum comme étant le Dieu-Machine. L’Empereur, avec une voix qui sonna aux yeux de Land comme aussi mécanique et pure qu’il se l’était imaginée, vide de toute expression et de toute emphase, lui ordonna de ne pas s’incliner devant lui. Ébahi en admirant des appareils du laboratoire qui défiaient l’entendement du commun des mortels, Arkhan fut immédiatement persuadé que toutes ces machines étaient connectées en esclave à l’esprit de l’Empereur, et que chacune fonctionnait en tant qu’élément d’un chœur harmonique afin d’accomplir la volonté du Maître de l’Humanité.

Le Seigneur de l’Imperium le remercia d’être venu jusqu’à Lui et expliqua à un Arkhan Land aux bords des larmes qu’Il avait besoin de son expertise. C’est alors que le Technoarchéologue vit que l’Empereur se tenait près du Primarque des World Eaters, le sanguinaire Angron, qui était allongé sur une table centrale. L’attention de l’Empereur était dirigée vers un ensemble de moniteurs proches et y surveillait le défilement d’informations. Land s’avança, fixant les implants cybernétiques grossiers et cruels posés sur le crâne d’Angron : les Griffes du Boucher, implantées de force sur le Primarque durant sa jeunesse sur le monde de Nuceria. L’Empereur expliqua alors qu’Il cherchait à "réparer" les dégâts qu’Angron avait subi au niveau de son esprit à cause des Griffes du Boucher. Land fut invité par l’Empereur à observer les écrans des moniteurs qui montraient un hololithe vacillant du crâne du Primarque, avec son cerveau et sa colonne vertébrale encombrés de dizaines de fines vrilles noires, qui ne pouvaient être organiques. Le Maître de l’Humanité questionna alors Arkhan Land sur le fait qu’il avait, lors de son expédition dans les cryptes d’Hexarchion, déjà vu un tel implant. Land le lui confirma, soulignant qu’il avait par la suite émis un décret condamnant cette technologie, décret ratifié par le Fabricator-Général du Mechanicum, et que toutes ses découvertes ont été effacées des archives après qu’il ait considéré que ce savoir représentait une menace morale et une potentielle perversion de la cognition humaine. Les Griffes du Boucher étaient connus par Land sous le nom de cruciamen, bien qu’il n’en avait jamais vu d’implanté et opérationnel, et jamais du type spécifique qu’Angron portait, ni à une telle étendue. Les cruciamen qu’il avait découvert en stase dans leur crypte scellée paraissaient beaucoup plus grossiers.

Satisfait, l’Empereur exprima Sa reconnaissance à Arkhan Land pour avoir confirmé ce qu’Il soupçonnait concernant les origines du cruciamen, ce que personne d’autre que le Technoarchéologue n’aurait pu faire. Il révéla à Land que les Griffes du Boucher avaient apportées des modifications empreintes d’un génie primitif et que par les altérations apportées au lobe limbique et au cortex insulaire d’Angron, les chirurgiens de Nuceria avaient affecté sa capacité à réguler n’importe quelle émotion. Tous ses sentiments étaient réduis à presque rien, ou détournés pour lui susciter un degré suprême de douleur. Land interrogea l’Empereur sur Sa capacité à retirer les Griffes du Boucher du Primarque, chose que le Maître de l’Humanité répondit par l’affirmative. Devant la surprise de Land, l’Empereur lui montra la tête d’Angron, y posant Ses deux mains, une dont le bout des doigts était pressé sur la tempe et la joue du Primarque, l’autre au sommet de son crâne rasé, où les vrilles de câbles rejoignaient la chair et l’os. Les images de plusieurs écrans donnèrent aussitôt une empreinte plus claire du crâne, Arkhan y apercevant des vrilles qui s’enfonçaient loin, enracinées dans la matière du cerveau, nouées au système nerveux, et plus loin encore, enroulées en boucles serpentines autour de la colonne. Il comprit que chaque mouvement devait faire souffrir le martyre au Primarque, en alimentant les émotions de base qu’étaient sa colère et sa hargne. Pire encore, le lobe limbique et le cortex insulaire n’avaient pas été simplement endommagés par l’insertion de cet engin de torture ; ces deux parties avaient été chirurgicalement attaquées, et extraites avant même l’implantation. L’appareillage enfoncé dans son crâne n’avait pas saccagé ces sections du cerveau, mais les avait remplacées. Des modules cybernétiques noirs et laids apparaissaient sur les images internes, à la place de portions entières des tissus cérébraux du Primarque. Arkhan Land en conclut que c’était la seule chose qui maintenait l’Ange Rouge en vie.

De nouveau étonné en voyant l’Empereur exprimer avec froideur que même "abîmé" Angron restait un Primarque, Land Lui fit remarquer qu’Il était très détaché émotionnellement. L’Empereur lui expliqua alors que les Primarques n’étaient pas Ses fils, mais des généraux, des outils engendrés afin de servir un but, tout comme les Légions Astartes. Arkhan Land lui demanda, avec Sa permission, de lui poser une question, ce que l’Empereur lui autorisa. Il lui demanda pourquoi Il avait laissé les Primarques l’appeler "père". Pour toute réponse, le Maître de l’Humanité lui parla d’un écrivain des temps anciens ayant raconter l’histoire d’un pantin de bois ayant souhaité renaître sous la forme d’un enfant humain. Ce pantin, face à son créateur, appela ce dernier "père". Land comprit la métaphore et reçut de nouveau la gratitude de l’Empereur avant de partir.

Cela avait été la première et unique fois qu’il s’était trouvé seul en présence de l’Omnimessie et s’il aurait pu s’accrocher de toutes ses forces à l’honneur singulier de cet instant, le mettre en lumière, et capitaliser sur la gloire qui en aurait résulté, il n’en fit rien. Il maintiendra en secret l’honneur le plus véritable de sa vie, refusant de l’exploiter pour son bénéfice personnel, afin d’éviter de rabaisser toute la valeur de cet instant.[19]

L'Hérésie d'Horus

Malheureusement, l’âge d’or de le Grande Croisade prit brutalement fin lorsque le Primarque Horus Lupercal, fils favori de l’Empereur et Maître de Guerre de l’Imperium, fut corrompu par le Chaos et retourna la moitié des Légions Space Marines contre l’Empereur, déclenchant une guerre civile apocalyptique : l’Hérésie d’Horus.

L'Exil

À cette époque, le Mechanicum de Mars, l’ancêtre de l’Adeptus Mechanicus, était allié à l’Empereur, profitant de la Grande Croisade pour y retrouver les Mondes-Forges frères, en offrant en échange une partie de sa technologie et de ses armées à l’entreprise du Maître de l’Humanité alors vu par une grande partie des Technoprêtres comme l’avatar de leur déité, l’Omnimessie. Mais le chef du Mechanicum, le Fabricator-Général Kelbor-Hal se déclara partisan du Maître de Guerre, formant ainsi le Mechanicum Noir. Les armées de Kelbor-Hal déclenchèrent le Schisme de Mars, une brutale guerre civile sur la Planète Rouge qui vit le massacre et l’exil des Loyalistes. Apprenant le conflit sur Mars, le Primarque Rogal Dorn, seigneur des Imperial Fists et chargé de défendre Terra et le Système Sol contre les renégats, envoya son Premier Capitaine, Sigismund s’emparer des armures des forges de Mondus Occulum et de Mondus Gamma - qui produisaient la plus grande partie des armures et des armes de l’Astartes - avec quatre Compagnies.

Une heure avant le débarquement sur Mars, Sigismund ordonna à un guerrier des Imperial Fists, le Sergent Nicanor Tullus, de localiser Arkhan Land et de l’évacuer au plus vite. Sigismund avait, avec le numéro deux du Mechanicum, le Fabricator Locum Zagreus Kane, organisé avec les moyens du bord le sauvetage de Land. Arkhan Land se trouvait alors dans son laboratoire - un capharnaüm presque surnaturel qui prouvait que si le Technoarchéologue était un génie, son esprit était aussi désorganisé que ses quartiers - avec son Psyber-singe Sapien, quand Nicanor le trouva. Bien que terrifié par l’Imperial Fists, l’arrogance de Land le rattrapa et il garda une attitude digne, ce qui amuse le Space Marine. Le Technoarchéologue demanda à qui allait la loyauté de l’Imperial Fists, ce dernier déclarant sa fidélité envers l’Empereur, au grand soulagement de Land. Il comprit que Nicanor était venu le sauver, car il avait de nombreux ennemis dans les deux camps. Mais il refusa de quitter son monde natal, raillant Nicanor en apprenant que les fils de Dorn étaient venus récupérer le plus de matériel possible avant de laisser le Monde-Forge principal brûler. Agacé, Nicanor l’informa qu’un navire l’attendait, caché sur la toundra de Zetek et qu’il allait l’escorter le plus discrètement possible à travers le complexe Mesatan avant d’embarquer vers Terra. Mais toujours aussi agaçant, Land refusait d’abandonner son travail sans surveillance, même si des assassins étaient sûrement en route pour le tuer voir pire, le capturer. Land pensait que l’Omnimessie allait le protéger, poussant Nicanor à souligner qu’il était alors peut-être la réponse à ses prières. Cette réflexion de philosophie méta-spirituelle de la part d’une brute en céramite outra le Technoarchéologue. Finalement, Land eut droit à un choix simple et brutal : où bien il venait avec Nicanor où bien ce dernier l’exécutait pour empêcher les Traîtres de s’emparer de sa personne. Par miracle, le Bolter de l’Imperial Fists soudainement pointé sur sa tête eut le bénéfice fabuleux d’activer l’instinct de survie de Land qui accepta soudainement de suivre le Space Marine !

Arkhan Land et son nouveau garde du corps s’engagèrent dans le complexe Mesatan, un lieu souterrain, traversant une série de portes bourdonnantes et crissantes qui évoquaient des sas étanches censés régler le problème de radiation catastrophique à contenir du fait de la guerre qui ravageait Mars. Land s’inquiétait de l’alimentation en énergie complexe ainsi que le filtrage de l’air, craignant de mourir asphyxié. Durant la route, le Technoarchéologue se sentait insulté par le fait qu’on avait jugé bon de lui envoyer "seulement" un seul Space Marine pour garder sa précieuse personne...

La Guerre, Quel Ennui[20]

Malgré toutes les manières dont son travail a enrichi - "révolutionné" ne serait pas un terme trop fort, même - l’arsenal des Légions Space Marines, les guerriers Astartes en eux-mêmes et leurs diverses capacités n’ont jamais particulièrement intéressé Arkhan Land, au-delà du rôle qu’a tenu le génie de l’Omnimessie dans leur création. Il a étudié leur physiologie autant qu’il le pouvait, mais une grande partie des données étaient scellées par un édit impérial, et l’essentiel de ce qu’il a pu lire se résumait à de la propagande terne. Il en était resté là et honnêtement, il s’en moquait. La guerre, pour Arkhan Land, a toujours été synonyme d’un incroyable ennui, car sa passion consistait à déterrer les secrets du passé pour illuminer le futur. Il n’avait que faire des lassantes brutalités du présent. Les Space Marines n’étaient pour lui que des outils qui accomplissaient leur fonction avec un aplomb dénué d’inspiration.

Mais à un moment de leur trajet, Nicanor sentit qu’ils étaient suivis. Ils arrivèrent au niveau d’un pont qui enjambait un dépôt de stockage, où des milliers de caisses et de conteneurs formaient un bidonville. L’Imperial Fist s’engagea en premier lorsque leur poursuivant se révéla enfin. Il s’agissait d’un Automate modèle Vorax qui les attaqua alors qu’ils se trouvaient au milieu du pont, sans nulle part où fuir. Le Technoarchéologue se mit derrière le Sergent Imperial Fist qui alors fonça droit sur le Vorax qui activait ses canons rotatifs. Ce fut la première fois que Land vit de ses propres yeux un Astartes se battre, en dehors des archives enregistrées. Il regarda Nicanor libérer un orage de Bolts qui tous frappèrent la carapace du Vorax, malgré le fait que l’armure du Sergent fut perforée par les tirs de l’Automate. Puis le Space Marine activa une Bombe à Fusion pour faire sauter le pont, tandis que Land prenait ses jambes à son cou. Rejoint par Nicanor dont des organes vitaux avaient été touchés par les tirs du Vorax, Arkhan Land arpenta les tunnels du complexe Mesatan en direction du convoyeur, apprenant alors que Sigismund et Zagreus Kane étaient les investigateurs de son sauvetage. Le Technoarchéologue exprima alors son mépris pour Kane qui n’était à ses yeux qu’un individu terne avec une vision étriquée. S’élevant à travers le complexe, Land fut interrogé par Nicanor quand celui-ci lui avoua n’avoir jamais vu un Vorax de sa vie, lui révélant qu’on les utilisait dans les cités-forges où la surpopulation devenait problématique et qu’ils étaient parfois dotés de protocoles d’assassinat, mais seulement contre des cibles suffisamment prioritaires. Émergeant enfin dans la lumière douteuse de l’aube martienne, les deux compagnons se retrouvèrent dans les plaines alcalines de Zetek avant que Nicanor ne désigne une colline, informant Land qu’un vaisseau les attendait de l’autre côté de la crête.

Au moment où ils avaient presque atteint le site d’atterrissage, apercevant un transporteur orbital dont une rampe d’embarquement étaient abaissée pour avaler réfugiés et matériel, Nicanor tituba, ses blessures se révélant très graves. Le Technoarchéologue fit remarquer que, connaissant les données physiologiques des Astartes, ce dernier ne pouvait saigner autant sans être gravement touché, mais ne reçut pour toute réponse que l’ordre d’avancer. C’est alors que la visière multilentilles de Land lui révéla que le Vorax arrivait sur leur position. Nicanor lui hurla de courir, ce qu’il fit, abandonnant son protecteur qui fit face à l’horreur mécanique avec courage avant de périr embrocher. Mais Nicanor avait gagné assez de temps pour permettre à Arkhan Land de rejoindre le convoyeur.

Alors que Nicanor trépassait, Land se sentit en sécurité, mais ressentit un goût de trahison à l’idée que Nicanor était mort pour le protéger. Mais le pragmatisme eut tôt fait d’étouffer ce pathétique sursaut de moralité, car la conscience et la culpabilité étaient des concepts créés par des gens trop humbles pour assumer leurs échecs. Il savait qu’il devait survivre. Alors que le transport commençait à s’élever, Arkhan Land se fraya un chemin à travers une mer de lamentations et de silhouettes meurtries pour s’asseoir le dos à la cloison d’un compartiment avec Sapien. Land traita l’Imperial Fists d’imbécile, comme tous ses congénères, bien que ces mots sonnèrent un peu creux, cette fois, même à ses propres oreilles…[21]

La Guerre dans la Toile

Avant l’Hérésie d’Horus, l’Empereur travaillait sur Son Grand Œuvre, un projet grandiose et secret qui consistait à conquérir, au bénéfice de l’Imperium, l’étrange dimension labyrinthique connue sous le nom de la Toile. Située entre le monde matériel et immatériel, la Toile offrait la possibilité de se déplacer entre des planètes, via des portails, sans avoir recours au Warp. La mystérieuse technologie connue sous le nom de Trône d’Or était l’épicentre du Grand Œuvre, car elle offrait à l’Empereur un moyen d’amplifier Ses don psychiques déjà hors normes pour contrôler le passage vers la Toile. Le Trône d’Or, ainsi qu’un portail de la Toile, se trouvaient au cœur de Son palais. Les Dieux du Chaos ne pouvaient laisser ce projet aller à son terme, et ils manipulèrent le Primarque psychiquement puissant des Thousand Sons, Magnus le Rouge, pour qu’il détruise, sans le vouloir, le Grand Œuvre. Cherchant à communiquer à l’Empereur la trahison d’Horus à travers ses pouvoirs psychiques, Magnus brisa les protections que l’Empereur avait posé dans Son palais, offrant aux Démons du Warp un l’accès à la portion de la Toile que l’armée de l’Empereur avait conquise et détruisant les moyens de contrôle fragiles qu’Il avait mis en place. L’Empereur fut alors contraint de rester assis sur le Trône d’Or pour empêcher la faille de s’agrandir et d’engloutir Terra. En parallèle, Sa Garde Custodienne et Sa Sororité du Silence, aidés d’éléments du Mechanicum, entraient dans la Toile pour affronter les armées démoniaques au niveau de leur tête de pont, la Nécropole de Calastar. Ce fut ainsi que débuta la secrète Guerre dans la Toile. Cinq années plus tard, l’Empereur commença à présenter les symptômes d’une fatigue physique et activa un plan. Il donna psychiquement des consignes à Ses Custodiens. Arkhan Land allait, sans savoir ce qui se tramait, participer en partie à la conclusion de ce conflit.

Réfugié sur Terra, dans le Palais Impérial même, alors en pleins travaux de fortification pour faire face au futur siège qu’Horus allait mener dans le chapitre final de la guerre civile, Arkhan Land fut requis par le Fabricator-Général Zagreus Kane afin que le Technoarchéologue lui offre son aide. Cette demande avait été formulée par les Custodiens de l’Empereur qui éprouvaient du respect envers Land pour avoir mis à leur disposition les plaques antigravitationnelles équipant leurs motojets modèle Paragon, chose qui flatta l’ego du Technoarchéologue. Néanmoins, les rapports entre lui et le Fabricator-Général étaient mauvais, Land se voyant être son souffre-douleur tout en considérant intérieurement que Kane était indigne de sa fonction. Toujours accompagné de son Psyber-singe Sapien perché sur son épaule, il se rendit à l’intérieur de la place-forte de l’Ordo Reductor en exil. Kane l’attendait déjà au sien de cette forteresse intérieure de la division miliaire spécialisée du Mechanicum. Sans cérémonie, il invita Land à le suivre afin de rencontrer les Exécuteurs de la Sainte Dissolution. Durant leur marche, Land put encore se moquer silencieusement de Kane quand celui-ci était vénéré par des Technoprêtres perturbés par la perte de Mars comme étant l’Omnimessie Incarné, bien que le Fabricator-Général répondit à ce blasphème en abattant d’un tir en pleine poitrine l’un de ces mécréants. Par ce geste, Arkhan Land le "complimenta" pour son leadership naturel et la source d’inspiration qu’il incarnait, parvenant à avoir l’air sincère malgré les rires de Sapien. Enfin arrivés dans la crypte où des centaines de laquais et de serfs s’affairaient pour construire, reconstruire et réparer des Automates de Bataille, Land fut le destinataire d’une question en requête binaire de Kane et qui lui demandaint s’il était déjà venu dans ce lieu. Land a choisit de lui répondre à haute voix pour lui signifier que non, insistant bien sur le titre de Kane pour bien lui faire comprendre qu’il le considérait comme indigne de le porter. Empruntant par la suite une plateforme élévatrice circulaire qui les fit descendre encore plus bas dans le complexe, les deux Technoprêtres partagèrent enfin un moment de compréhension mutuelle quand Land exprima son inquiétude de devoir rester à jamais sur Terra et que Mars ne soit jamais récupérée. Arrivé à destination, Land suivit Kane dans ce lieu spécialisé dans la préservation de composants biologiques délicats, et leur connexion afin de lier l’homme à la machine à un niveau inséparable. Arkhan y rencontra alors la Magos Domina Hieronyma, qui travaillait sur un bol de liquide de conservation dans lequel flottait tout un nid de câbles et de fils autour d’un cerveau humain. Le Fabricator-Général expliqua à la Magos Domina que l’Empereur, par l’intermédiaire de la Legio Custodes et la Sororité Silencieuse, leur avait transmis une liste de réquisitions. De plus, Hieronyma était nommée nouvelle Adnector Primus des Unificateurs, ou Adnector Concillium, une organisation de Technoprêtres chargés par l’Empereur de connecter l’acier terrien et le fer martien aux avenues surnaturelles de la Toile. Charge qu’ils étaient parvenus à exécuter avant la catastrophe provoquée par Magnus le Rouge. Le précédent Adnector Primus, Mendel, était tombé au combat durant la Guerre dans la Toile. Kane, en plus de cette nomination, annonça qu’un projet secret du nom de Projet Archimandrite allait continuer. Il s’agissait de fusionner Hieronyma avec le châssis d’un robot de Classe Domitar qui possédait de multiples couches de code formant la carte aux dimensions impossibles de la Toile. L’objectif était d’assurer la connaissance et le maintien de la Voie Arésienne, une route secrète au sein même de la Toile qui rejoignait la Crypte Arésienne sur Mars. Le Mechanicum loyaliste avait toujours bien l’attention de récupérer la Planète Rouge coûte que coûte. Quant à Arkhan Land, sa venue aux côtés du Fabricator-Général était simple : Kane lui ordonnait - grâce à sa vision, son acuité en ce qui concernait les procédés d’armement interdits et surtout sa connaissance des secrets qui se trouvaient dans les cryptes d’Hexarchion - de l’aider à construire l’Archimandrite afin de prendre possession de la Voie Arésienne et reprendre Mars in fine, une possibilité qui convainquit Land de l’aider.

Land a donc fourni les plans et les références mécaniques nécessaires à pouvoir emmagasiner ces niveaux de savoir sans précédent dans un cerveau semibiologique. Il y avait ajouté des diagrammes récupérés de sa collection personnelle, afin d’armer Hieronyma par-delà tout ce que son ordo avait pu connaître jusqu’alors. Le cœur lourd, il leur avait transmis des textes interdits, acquis lors de ses excavations les plus profondes ; mais à dire vrai, ce poids s’accompagnait d’une certaine curiosité car si tout se déroulait comme prévu, ces systèmes d’armement allaient jouer un rôle décisif pour reprendre Mars la Sacrée. Il ne lui restait qu’à attendre de voir si Hieronyma survivrait à la terrible opération de transformation. 

Plus tard, la Magos Domina fut transformée par des chirurgiens-opérateurs et au nom de sa qualité d’expert dans les implantations mentales, Arkhan Land observa, au-dehors de la salle chirurgicale, le déroulement de l’opération, surveillant notamment les paquets de données injectés dans l’esprit de Hieronyma. À ses côtés, se trouvait le Custodien Diocletian Coros, Préfet des Hykanatoi et l’un des commandants chargés de la Guerre dans la Toile.

Il pensait qu’Hieronyma allait périr, car il ne se faisait guère d’illusion quant à la probabilité de traverser indemne toutes ces procédures opératoires, et à plus forte raison, que la Magos survive ensuite suffisamment longtemps pour les mener jusqu'à Mars par le biais de cette prétendue Voie Arésienne. Malgré ses doutes, le Technoarchéologue avait participé au Projet Archimandrite pour apprendre tous les détails qui concernaient le Grand Œuvre de l’Empereur. Et cette observation fut pour lui très instructive, car depuis des moniteurs, il vit les multiples couches de code passant par les cogitateurs qui formaient peu à peu une carte d’un morceau de la Toile dans l’esprit d’Hieronyma, carte issue des recherches menées par les équipes expéditionnaires qui avaient commencé à inspecter cette région. Tout en observant la Magos Domina convulser - ce qui ne lui inspirait pas de grands élans de compassion - Arkhan Land comprit que le cœur de la carte représentait une ville qui possédait des catacombes formant un labyrinthe de plusieurs centaines de passages interrompus de façon abrupte, ou peut-être inachevés, et des milliers d’autres chemins irradiaient de ses bords comme des veines capillaires. Depuis les bords de la ville, des milliers de branches s’étendaient en un réseau qui paraissait aléatoire et sans fin, et, plus problématique, remuait et changeait d’un instant sur l’autre, comme si le royaume qu’elle dessinait n’était lié que par une relation des plus fragiles avec l’écoulement matériel du temps. Toujours avide de connaissances, il continua à lire les moniteurs qui lui révélèrent des données archivées qui défiaient la compréhension, et encore davantage la simple véracité ; des scans et des analyses auxquels avaient procédé les Technoprêtres de la caste des Unificateurs, quantifiant la nature du royaume dans lequel ils opéraient, et plus importants que tout, les "ennemis" face à eux. Arkhan Land découvrit alors l’existence de la Toile Aeldari, une connaissance qui lui fit pendre sa mâchoire car son esprit commençait à appréhender l’idée d’un royaume qui n’existait pas à l’intérieur du Warp, mais en dépit de lui, permettant le voyage sur de vastes distances, sans jamais une seule fois devoir s’exposer à l’atteinte de ses tentacules perfides, et dont le mouvement, le réagencement, faisait partie de sa manière de résister au contact corrosif du Warp, afin d’y rester immunisé.

Se mettant à pleurer en prenant conscience du génie de l’Empereur et de Son Grand Œuvre, Land ressentait de la colère devant le sabotage de Magnus le Rouge - une arme biologique stupide à ses yeux, - et qui par son ignorance, avait détruit le chef d’œuvre du Maître de l’Humanité. Alors que l’opération d’Hieronyma prenait fin, Land supplia le Custodien Diocletian de venir avec lui pour participer au Grand Œuvre. Le Custodien resta de marbre, préférant se concentrer sur la Magos Domina qui ressuscitait sous la forme de l’Archimandrite. Néanmoins, quelques semaines après le succès du Projet Archimandrite, Diocletian acceptera la requête de Land à rejoindre l’expédition de retour vers la Cité de Calastar, n’était-ce que pour la probabilité infime que les connaissances du Technoarchéologue puissent se révéler utiles.[22]

Le jour de la dernière opération impériale dans la Toile, Arkhan Land fit la rencontre d’un Space Marine de la Légion des Blood Angels, du nom de Dominon Zephon. Ce dernier était en exil sur Terra avant le début de la guerre civile après qu’une lame Xenos ne lui coupe ses deux bras sous le coude et ne mutile ses deux jambes. Ses deux bras avaient été remplacés par des augmétiques, ainsi que sa cuisse et son genou gauches, et en plus de son son pied droit par une griffe à quatre griffes. Mais Zephon n’avait jamais retrouvé son plein potentiel du fait que son corps rejetait les augmétiques, l’handicapant de fait. Il avait été recruté pour participer à la dernière bataille de la Guerre dans la Toile, tant les Custodiens manquaient de bras. C’est en se rendant au cœur au Sanctum Imperialis pour l’ultime journée de cette guerre secrète que Land vit pour la première fois Zephon qui dut supporter ses discours s’étendant en longueur à propos de la structure de la Toile et de son potentiel pour l’Humanité.

Arrivant enfin dans la salle du Trône où la lumière psychique de l’Empereur aveuglait, Land, toujours accompagné de Sapien, avança vers le portail de la Toile, aux côtés de bataillons du Mechanicum, de Chevaliers Impériaux de la Mason Vyridion, de l’Archimandrite, de Zephon, de Sœurs du Silence et de Custodiens, et y entra. Prévoyant, il avait néanmoins emmené avec lui un Raider piloté par des Serviteurs embarqués et un noyau de l’Esprit de la Machine au cas où l’expérience de la visite de la Toile tournait au vinaigre. De plus, Arkhan Land disposait du droit de voyager à la tête de la procession aux côtés de l’Archimandrite et de la présence peu amène de Diocletian bien qu’il choisisse très vite de cheminer seul, en s’insérant ici et là à l’intérieur du convoi, parfois même en se laissant dépasser. Durant le voyage, le Technoarchéologue fut fasciné par les tunnels de métal sombre, bordés de circuits luisants et dont les murs en eux-mêmes irradiaient une faible lumière électrique par leurs circuits. Il s’agissait des tunnels bâties par les Unificateurs pour relier la Toile, envahies par un brouillard qui semblait provenir de nulle part. Tout en ayant la foi que l’opiniâtreté psychique de l’Empereur allait maintenir ces tunnels protégés, son habitude à voyager dans des catacombes le maintenait dans un état de vigilance, voyant sans raison des défenses automatiques partout et se crispant à la moindre secousse d’un blindé de passage ou d’un générateur crachotant. Land était surtout inquiet de la présence du Warp venant s’écraser contre l’extérieur des tunnels par lesquels il voyageait. Le Warp détraquait le temps, au point que la montre du Technoarchéologue, qui avait continué de passablement bien fonctionner pendant près de quatre heures, s’était mise à comptabiliser entre sept et cinquante secondes pour chacune de celles qui passaient réellement, quand elle ne s’arrêtait pas pendant un délai indéterminé, pour se remettre en marche selon son bon vouloir.

Il fut à un moment du voyage rejoint par Dominion Zephon qui décida de marcher avec lui et d’entamer la conversation. Le Blood Angel souligna l’exploit qu’avait produit le Mechanicum en construisant ses tunnels et la chance que le Projet Archimandrite fut un succès. Land fit remarquer qu’il ne vénérait pas l’Omnimessie comme la Magos Domina, cette dernière le voyant comme la Destruction incarnée là où lui voyait un génie. Zephon remarqua que le Technoarchéologue semblait détacher du sort de l’Archimandrite, ce que Land lui confirma, exprimant l’effroi qu’il ressentirait de finir limiter à une taille de cerveau enfermé dans un châssis mécanique. Le courant passant bien entre les deux personnages, Sapien en profita pour monter sur l’épaule de Zephon qui accueillit avec douceur le Psyber-singe avant de le remettre sur l’épaule de Land qui se rendit alors compte de l’instabilité des bioniques du Space Marine. Zephon lui apprit le rejet des greffes, ce qui intrigua Land qui demanda l’autorisation d’étudier ses prothèses afin d’essayer de comprendre leurs déficiences exactes, ce que le Blood Angel accepta si les circonstances le permettent. Pour terminer leur premier échange, Land se fit interroger par Zephon sur ce qu’ils ont vu dans la salle du trône et ce qu’il en avait tiré. Refusant d’avouer qu’il avait été en larmes quand il avait compris le Grand Œuvre de l’Empereur et que ce désastre avait pour origine la folie de ces grosses brutes de Space Marines, Land préféra dire d’un ton badin que ce fut juste intéressant. Il avoua à Zephon qu’il participait à cette expédition juste pour en être le témoin. Finalement, le Blood Angel prit congé de lui.

Une durée de temps indéterminée après sa discussion avec le Space Marine, un message grésillant de Diocletian fut transmis sur le réseau vox et remonta la ligne processionnelle. L’ordre fut donné de se tenir prêts, de couper les réglages des Auspex et de tout capteur prédictif, et d’atténuer tous les sens transhumains, car le convoi atteignait enfin une des sections originelles de la Toile. Arkhan Land fut excité comme jamais. Il débarqua alors dans la ville de Calastar, la Cité Impossible, devenue une nécropole Aeldari. C’est alors que les rapports tombèrent : les murs de la Cité Impossible étaient tombés et un océan sans fin de Démons s’y déversait.

Le Raider d’Arkhan Land[23]

Le char Raider d’Arkhan Land ressemblait à un Spartan Space Marine par tous ses aspects sauf trois.

Le premier était sa taille accrue : non seulement possédait-il une porte avant plus grande et une capacité d’accueil augmentée, mais sa coque était aussi bardée de couches denses de céramite renforcée par des alliages martiens rares, considérés bien trop précieux pour généraliser leur emploi aux Legiones Astartes. Cela le rendait considérablement plus large, et transformait sa coque rouge et lisse en la peau de quelle créature mythique et bestiale. Le crâne divisé du Mechanicum de Mars apparaissait sur ses flancs, entouré de saintes inscriptions binaires et trinaires gravées avec grand soin sur chaque centimètre carré de sa céramite.

La deuxième différence tenait à la tourelle blindée massive installée sur son toit, tenue par un Serviteur, et qui offrait à sa couleuvrine volkite quadritube un angle de tir à trois cent soixante degrés. Ce Serviteur était en connexion fixe, et son existence était vouée à se cantonner à sa tourelle. Il avait été rituellement amputé aux genoux et chirurgicalement relié à son poste, puis chargé de mono-protocoles voir/trouver/tuer d’une violence simpliste, que celui-ci exécutait avec une agressivité froide et calculée.

La troisième, et sa divergence la plus spectaculaire avec le modèle principal du parc de véhicules des Légions Space Marines, était l’absence de la moindre trace de chenilles. Ce Raider volait à un mètre au-dessus du sol, et se déplaçait significativement plus vite que ses semblables qui y étaient liés.

La situation était désespérée, les derniers Custodiens et Sœurs du Silence se battant pour tenir la Cité Impossible face aux déversements de Démons. Rapidement, Land prit les commandes de son Raider et avec Diocletian et Zephon à son bord, il se dirigea vers un pont, suivis de trois Spartans de la Legio Custodes, afin de porter assistance à des Custodiens assaillis et menés par le Dreadnought Sagittarus Malacque. Alors que la rampe du Raider s’abaissait pour offrir un refuge aux Custodiens, Land fut paniqué en voyant les Démons, balbutiant et tremblant tout en bredouillant des questions qui n’en étaient pas et auxquelles il ne voulait pas réellement obtenir les réponses. Diocletian lui ordonna de les ramener à la tour centrale de la cité, la Flèche des Dieux, le Technoarchélogue s’exécutant immédiatement. Une fois arrivée dans la tour qui servait de centre de commandement, les différents commandants impériaux comprirent que la cité allait tomber dans quelques jours, ces conclusions provoquant des divisions entre les membres du Mechanicum, qui voulaient garder la cité, et ceux de la Legio Custodes, qui voulaient évacuer. Cela amusa Land, qui s’était assis dans un coin, affalé dos au mur, exprimant sa compréhension sur le fait que l’Empereur avait gardé Son plan secret pour éviter des telles chamailleries. Ses propos agacèrent l’Archimandrite, au plus grand désintérêt du Technoarchéologue. Finalement, les forces du Mechanicum décidèrent de se battre jusqu’au dernier, dans l’espoir illusoire de retourner un jour sur Mars via la Voie Arésienne.

Des jours passèrent alors que les combats continuaient à faire rage. Land trouva refuge dans les catacombes de la Flèche des Dieux. Il devait à l’origine partir avec les colonnes d’évacuation initiales, mais l’un des Custodiens avait noté quelle était la puissance de feu de son Raider et lui avait demandé s’il était prêt à rester pour escorter la colonne finale, en rajoutant que c’était elle qui couraient le plus grand risque d’être attaquée si l’arrière-garde était submergée… En attendant, il trouva une chambre circulaire, baignée de la lumière aeldari bleue et envoûtante qu’émettaient des gemmes fissurées serties au plafond en circonvolutions. Land trouvait les sanctuaires des Aeldaris immondes, car bien qu’il reconnaissait la grande élégance chez leur espèce, il ne supportait la grande antipathie et tristesse, ainsi que l’orgueil encore plus grand qui s’y dégageaient.

Réfugié dans cette chambre, il se concentra sur un appareil portatif qui ressemblait à un Auspex, ou à un signum, qui lui permettait de voir des flux d’images provenant de Chevaliers de la Maison Vyridion, alors en plein cœur des combats. Le Technoarchéologue fut rejoint par Zephon, alors interdit de rejoindre le champ de bataille par les Custodiens. Land lui montra son appareil, expliquant avoir voulu voir la fin héroïque du Titan Warlord Scion of Vigilant Light, de la Legio Ignatum, se remémorant l’avoir vu, il y a bien des années, sortir en marchant de la forge de l’Ignatum. Puis il demanda à Zephon pourquoi il n’était pas en train de se battre, ce dernier lui rappelant les problématiques liées à ses bioniques. Finalement, Land expliqua la raison de la présence du Blood Angel dans la Toile : les Custodiens se servaient de lui comme d’un canari dans une mine, soit dans l’objectif de tester la loyauté de la Légion des Blood Angels en cette période de doutes, soit de voir comment un Space Marine supportait le séjour dans la Toile, confronté aux monstres du Warp. Et cerise sur le gâteau, ce canari était Zephon, un estropié qui ne pouvait devenir une menace sérieuse. Néanmoins, Arkhan Land conclu que le Blood Angel semblait avoir passé le test.

La Beauté des Anges[24]

Arkhan Land était fasciné de voir que Dominion Zephon, comme tous les Blood Angels, était esthétiquement magnifique. Il trouvait curieux que l’héritage génétique de Sanguinius agisse sur la physiologie humaine pour produire des figures d’une beauté aussi emblématique et mythologique. Tout cela n’était d’ailleurs guère séculier, valeur cardinale de l’Imperium de cette époque.

Finalement, Land exprima son souhait de partir, au grand étonnement de Zephon. Agacé, le Technoarchéologue lui expliqua via une projection de la carte de la Toile en évolution imprimée dans l’esprit de l’Archimandrite et insérée dans le brassard de son avant-bras que la Cité Impossible n’était qu’un tunnel semblable à tous les autres. Sa seule véritable importance fut d’être une place-forte facile à défendre pendant que la Legio Custodes avançait aussi loin que leur nombre le leur permettait. Qu’importe qu’elle tombe, cela ne changerait rien au désastre actuel et rester ne servait à rien. Bien décidé à partir dans trois heures avec la colonne d’évacuation finale, il proposa à Zephon de tenter de réparer ces bioniques, créant un espoir chez le Blood Angel. Il avoua que les guerriers des Légions et leurs bioniques l’avaient toujours intéressé, notamment suite à son constat que les Astartes les laissaient sans blindage pour les protéger, le laissant supposer que cela découlait de la façon dont les bioniques échouaient à entrer en interface avec les Armures Énergétiques, ce que reconnut Zephon. La conversation prit fin quand Land partit chercher un scanner médical au milieu de son matériel afin de commencer à soigner - ou plutôt réparer - le guerrier des Blood Angels.

Land parvint à rafistoler Zephon grâce à un régulateur de courant biométrique, du genre de ceux employés pour atténuer les spasmes chez les cyborgs de l’Ordo Reductor, et qu’il avait arraché entre ses barres de renfort costales sur un cyborg modèle Thallax détruit. Il inversa son fonctionnement et amplifia sa sensibilité, ce qui n’avait rien d’un trait de génie, évidemment. Ce principe technologique était employé sous sa forme fondamentale par les très riches de nombreux mondes afin de rectifier la paralysie et l’atrophie musculaire. Land n’en éprouvait pas moins un fond de gloire pour cette solution improvisée sur le terrain, car aussi fragile que pouvait être cet expédient, Zephon put ensuite tirer au Bolter avec une précision redoutable.

Finalement, lors des derniers moments de la Guerre dans la Toile, Arkhan Land prit les commandes de son Raider avec Zephon à son bord afin de défendre, comme promis, le dernier convoi d’évacuation. Il dirigea son véhicule contre la horde de Démons et de Traîtres, avec le Blood Angel tirant avec son Bolter depuis la coupole du Raider. L’intérieur du véhicule antigrav du Technoarchéologue accueillit les corps blessés de Sœurs du Silence et des Custodiens, Land soupçonnant que plusieurs d’entre eux fussent déjà morts alors qu’il dirigeait ses Canons Volkites contre les horreurs qui le laissait toujours bouche bée à chaque fois qu’il les apercevait. Alors que la queue du convoi d’évacuation s’estompait entre les enroulements de la brume d’or qui la ramenait sur Terra, Land glissa son véhicule entre trois antigrav transportant des cadres de Sœurs du Silence venues en renfort et déchaîna ses canons contres les horreurs qui se jetaient sur la ligne impériale de plus en plus malmenée.

Puis Zephon apprit à Land que l’Archimandrite arrivait sur leur position, et quand il la vit avancer vers lui, il comprit que l’Archimandrite n’était pas ce qu’elle semblait être. En effet, au cours des combats, cette dernière s’était mise à attaquer les Sœurs du Silence, car un très puissant Démon, nommé La Fin des Empires, où Drach'nyen, avait pris possession de ce qui restait de la Magos composant la personnalité de l’Archimandrite, afin d’éliminer la menace que représentait les Sœurs pour son intégrité. Le Technoarchéologue regarda l’Archimandrite massacrer, avec les tentacules impies qui la composaient désormais, le Chevalier Impérial Aquila from the Ashes et tuer un des Dreadnoughts des Dix Mille aussi vite que Land pouvait cligner de l’œil. Zephon lui demanda néanmoins de s’approcher de la machine possédée. Avec la coopération de la Baronne Jaya d’Arcus de la Maison Vyridion, Dominion Zephon activa ses Réacteurs Dorsaux quand le Raider de Land fut assez proche et atterrit sur l’Archimandrite en y abattant son Épée Tronçonneuse dans un coup à deux mains qui trouva le joint d’un des tentacules, et à le couper pour libérer un Dreadnought Custodien. Puis il posa une bandoulière de grenades plaquée par ses aimants derrière la tête de l’Archimandrite avant de s’envoler. La machine possédée chancela suite à l’explosion et fut achevée par la Baronne d’Arcus qui se jeta sur elle avec son Chevalier Castigator, la lame de sa divine machine la transperçant. La Baronne parvient à s’extirper de son Chevalier ravagé grâce à l’intervention de Zephon qui la souleva par le poignet avant de s’envoler alors que les engeances du Warp s’apprêtaenit à détruire les restes de la machine divine. Blessée, la Baronne fut ramenée par Zephon dans la soute du Raider d’Arkhan Land qui continuait de déchaîner ses canons.

Puis la bataille tourna, quand dans ce royaume sans soleil, l’aube se leva enfin. Arkhan Land, comme tous ceux présents ce jour-là, virent les engeances du Warp, au bord de la victoire, s’enfuir pour la plupart, perdant le peu d’ordre qui les avait animées comme si un prédateur plus gros et puissant qu’eux approchait. Et alors l’Empereur en personne apparut, libéré du Trône d’Or pour une journée grâce au sacrifice de Psykers capturés lors de la Sanction Tacite - le programme secret prévoyant l’alimentation du Trône d’Or par mille Psykers sacrifiés. Tenant alors Son épée, l’Empereur embrasa la Toile, calcinant les Démons qui lui faisait face. Puis le Maître de l’Humanité affronta en duel singulier Drach’nyen qui émergea sous la forme d’un chef musculeux de l’Âge de Pierre, l’un et l’autre glissant hors de l’existence avant de réapparaître, leur lutte s’avérant être hors de toute compréhension pour les mortels présents. Le duel s’acheva quand l’Empereur transforma le Démon en une épée. Il planta cette dernière dans la poitrine du Custodien Ra Endymion, qui disparut avec dans les tunnels de la Toile. Après ce duel épique, Land suivit l’Empereur qui mena la retraite générale vers les Cryptes du Palais Impérial avant que les Technoprêtres présents désactivent les machines qui alimentaient le Trône d’Or. Au milieu des dernières troupes impériales hagards, Arkhan Land était à genoux, près de son véhicule, se balançant d’avant en arrière, ses mains tremblantes serrant un collier de prière martien, priant l’Omnimessie tandis que Zephon faisait descendre de la soute les Sœurs du Silence blessées.

Puis l’Empereur remonta sur Son Trône et scella le portail, se condamnant à rester à jamais sur le Trône d’Or afin d’empêcher la faille Warp de se rouvrir par la seule puissance de Ses pouvoirs psychiques.[25]

La "Réparation" de Dominion Zephon

Après la Guerre dans la Toile, Terra connut un regain d’espoir avec le retour de la Légion des Blood Angels et de leur Primarque, Sanguinius, perdus depuis des années dans le chaos de la guerre civile. La IXe Légion avait traversé de terribles épreuves pour rallier le Monde-Trône et participer à sa défense alors que les forces d’Horus se rapprochaient.

Arkhan Land regarda l’atterrissage planétaire des Blood Angels aux côtés de Dominion Zephon depuis les remparts du Palais Impérial. Il fut choqué de voir le Blood Angel avec qui il avait passé de nombreux mois dans le palais - car il considérait ce guerrier blessé comme moins irritant que n’importe qui d’autre sur Terra - pleurer à la vue du retour de ses frères. Arkhan Land lui demanda pourquoi il pleurait, chose qu’il pensait impossible pour un Space Marine. Zephon répondit qu’il était heureux de savoir que ses frères et son père génétique étaient vivants. Bien que reconnaissant l’aspect fascinant d’un tel spectacle, Land ne comprenait pas les sentiments qui agitaient le Space Marine, considérant qu’il avait déjà vu des centaines de fois des atterrissages de Legiones Astartes, et qu’il était au courant de l’arrivée de sa Légion des semaines avant, après que les Auspex aient repérés l’arrivée des Blood Angels. Le Technoarchéologue ne parvenait tout simplement pas à percevoir que les sentiments qui agitaient Zephon étaient autres. Après avoir récupéré Sapien qui se tenait sur l’épaulière de Zephon et supporter encore un long moment le long spectacle des Blood Angels faire un atterrissage sur la planète, Land proposa à Zephon de s’occuper de ses bioniques défaillantes. Zephon, absorbé par le spectacle de sa Légion, mit un moment à réaliser que le Technoarchéologue lui parlait et après avoir écouté le renouvellement d’offre de Land de l’aider, ce dernier le remercia et accepta.

Le jour de l’opération de Zephon, dans son laboratoire ad hoc hoc qui ressemblait plus à l’entrepôt d’un fou qu’à une salle d’opération, Land travailla des heures à tenter de réparer les bioniques du Space Marine plongé dans un coma artificiel. Se tenant près de la table d’opération, avec son compagnon chirurgicalement écorché, par endroits jusqu’à l’os, Arkhan Land constata que les dits bioniques s’étaient dégradés après des années de semi-fonctionnement. La fusion inefficace des nerfs, des muscles et des os avait entraîné une diminution des connexions et des verrouillages d’entrée-sortie. Ce n’était pas le résultat d’une mauvaise implantation ou d’un mauvais entretien, mais d’un simple rejet biologique, Zephon s’avérant être l’un des très rares guerriers des Legiones Astartes dont le corps refusait de se lier aux implants cybernétiques. Pire, Land vit que des endroits organiques où la bionique rencontrait le corps du Blood Angel étaient également érodés, le tissu musculaire s’étant usé à cause d’une mauvaise utilisation et connectivité, provoquant une dégénérescence des tendons et des os. Mais Land s’attendait à tout cela, mais il avait aggravé la situation lors de son premier bricolage effectué dans la Toile afin de permettre à Zephon de combattre les Démons. Ce bricolage, fait de matériaux non adaptés, avait brûlé les terminaisons nerveuses, corrompus les vaisseaux sanguins et usés les muscles… Sans se décourager, Land plaça les nouveaux bras et jambes bioniques de très grande qualité, fusionnant chaque nœud de connexion à l’os, au nerf, au tendon, à la veine et au muscle avec une perfection rigoureuse. Il se heurta à la fin à la dernière difficulté : le rejet. Mais Arkhan Land était un génie qui avait solution à tout, et si le corps brisé du Blood Angels refusait d’accepter les greffes bioniques, il allait donc l’amener à l’admettre par la ruse. Grâce à ses explorations dans les vieilles tombes technologiques et les tombereaux de pierres tombales datant du Moyen-Âge Technologique, il avait trouvé une ou trois babioles qui lui seraient utiles pour la renaissance semi-métaphorique de Zephon. Le souci, c’était que cette solution était les Intelligences Abominables, machines pensantes qui s’étaient autrefois révoltées contre l’Humanité et désormais totalement proscrites. Land allait prendre des parcelles de ces Intelligences Abominables et les utiliser ailleurs. Ainsi, il inséra dans le corps de Zephon une fraction de cerveau-machine par-ci, un morceau de circuit de pensée artificielle par-là. Rien de trop complet qui puisse éveiller les soupçons ou se heurter aux dures lois du Mechanicum. Par exemple, il implanta des cognitions arrachées avec beaucoup de précautions au dôme crânien d’un "guerrier robotique", mort depuis longtemps, dans les bras bioniques nouvellement forgés du Blood Angel. Cela allait déclencher des signaux des bio-processus de base du cerveau du guerrier et convaincre les articulations amputées de fusionner avec les membres greffés. La dernière étape fut d’insérer un élément de l’I.A dans le cerveau même de Zephon afin de fermer le circuit... Land prit sa perceuse laser, ouvrit au niveau de la tempe du Space Marine et fit ce qu’il fallait.

Quand Dominion Zephon se réveilla, tout fonctionna. Arkhan Land avait guéri le guerrier. Il éluda les questions de Zephon qui retrouva la joie d’avoir des membres lui offrant des mouvements précis, sans tics, sans d’hésitation ni micro-spasmes et surtout ne le faisaient pas souffrir. Land lui demanda s’il allait retrouver son grade de Capitaine et rencontrer Sanguinius. Zephon compris que le Technoarchéologue voulait qu’il organise une rencontre entre son Primarque et lui, et que cette opération était aux yeux de Land un moyen d’acheter cette rencontre, bien que le Blood Angel n’avait pas besoin d’être soudoyé de la sorte pour organiser une telle rencontre. Bien que déçu de ce comportement, Zephon s’engagea à organiser ce rendez-vous, mais il mit en garde Land : il était peu probable que Sanguinius engage sa Légion dans la reprise de Mars, véritable objectif d’Arkhan Land. Ce dernier fut satisfait avant d’informer Zephon que si les Apothicaires de la IXe Légion voulaient savoir quels procédés il avait utilisé pour le guérir, il avait qu’à répondre que ses méthodes ne regardaient que lui. Dominion Zephon le remercia néanmoins.

Neuf jours plus tard, Arkhan Land se tenait devant les grandes portes de bois blanc des Suites d’Aphelion, nanifié par le portail qui faisait cinq fois sa taille, et bousculé par un flot continu de scribes, d’officiers de l’Armée Impériale et de Space Marines de la IXe Légion. Puis un Capitaine Blood Angel doré portant un grand Réacteur Dorsal ailé et affichant un masque mortuaire de l’antiquité terrienne marqué de larmes rouges, se dirigea vers lui et l’informa que le Primarque Sanguinius l’attendait dans la quatrième chambre de l’Arc de Lumière, dans les Suites d’Aphelion. Land disposait de dix minutes d’entretien, pas plus. Clignant les yeux, le Technoarchéologue crut reconnaître dans ce guerrier Dominion Zephon. Il tenta d’entamer la conversation. Mais le guerrier resta de marbre et rejoignit ses frères à leurs postes près des portes blanches. Quand Land repassa devant le guerrier pour honorer son rendez-vous avec le Primarque, Sapien sauta de son épaule et se posa avec vivacité sur la spalière d’or du Blood Angel, se sentant immédiatement et parfaitement à l’aise dans son nouveau perchoir. Le guerrier ailé passa alors une main gantée d’or dans la fourrure de la créature, laissant peu de doute sur son identité.

Puis Land rencontra Sanguinius. On ignore ce qui ressortit de cet échange, mais jamais les Bloods Angels tenteront de reprendre Mars aux Traîtres qui restera jusqu’à la fin de la guerre civile dans le champ d’Horus Lupercal.[26]

La Bataille de Terra

Finalement, la conclusion de l’Hérésie d’Horus se déroule sur Terra même, avec le Siège du Palais Impérial. Durant des mois de combats cataclysmiques, les Loyalistes et les Traîtres se massacrèrent dans une bataille apocalyptique. Mais peu à peu, les hordes d’Horus mirent à bas une à une les défenses du Palais Impérial, s’enfonçant peu à peu vers le cœur du domaine de l’Empereur. Le Maître de l’Humanité, prisonnier sur le Trône d’Or, avait néanmoins généré l’égide, un bouclier psychique autour de palais grâce à Ses immenses pouvoirs. Néanmoins, cette égide se réduira peu à peu au fil du temps face aux assauts des Space Marines renégats et les hordes démoniaques qui les accompagnaient.

Le Sauvetage de Dominion Zephon

Dans les derniers instants du siège, le Mur Ultime tomba, provoquant une retraite générale et chaotique vers le Sanctum Imperialis, dernier bastion loyaliste. Arkhan Land apprit durant cette retraite que Dominion Zephon avait été blessé à la Barre de la Gorgone - pour protéger une civile du nom de Ceris Gonn - puis placé dans une capsule de stase et entreposé dans l’un des sépulcres médicaux du bastion de Razavi, dans des catacombes. Il entendit dire que le Blood Angel avait été soit tué, soit que son cerveau avait subi des dommages terminaux. Il décida de venir le voir lui-même, mais perdit du temps, car il était supposé avoir été stocké dans la Bastion de Bhab. Après avoir repéré le lieu où il avait été emmené, - une salle infectée et déformée par des abcès issus de la corruption du Warp, peuplée presque exclusivement de cadavres - le Technoarchéologue prit la décision d’évacuer Zephon, et envoya dans ce but les serfs de bataille du Porteur de Tourments, Shafia, son mari Eristes et leur fils, Shenkaï, aidés de ses Serviteurs armés. Via un Servocrâne qu’il dirigea pour analyser Zephon, Land constata que l’Astartes avait été plongé dans le coma via sa membrane cataleptique, une réaction traumatique à la défaillance de ses organes, à la rupture crânienne et aux hémorragies diverses et variées. Mais devant l’urgence de l’évacuation, Land fit insérer par les prises de l’Armure Énergétique de Zephon des tubes d’injection, au niveau du torse et des cuisses, et inonda son organisme en intraveineuse et en purge chimique nécessaire pour éliminer les toxines de son état suspendu. Cela fut un succès, car Dominion Zephon émergea de son coma, prononçant la dernière phrase qu’il avait énoncé avant de sombrer dans le coma, ce qui fit rire Land qui y vit des souvenirs rémanents et pré-acédie. Communiquant via une projection hololithique projetée par le Servocrâne, Land commenta les bioniques de Zephon qu’il pourrait envelopper d’une gaine de peau clone, et s’assura ensuite que le Space Marine se rappelait de son nom. Puis il se fit questionner par le Porteur de Tourments sur les derniers événements du siège. Ainsi, il expliqua que le Mur Ultime était tombé et que la horde du Maître de Guerre avançait dans tous les districts du palais intérieur. Dominion Zephon parvint à se lever et exigea d’Arkhan Land un rapport général de la situation. Le Technoarchéologue résuma cette situation simplement : à l’exception de l’Anneau Palatin, tous étaient perdus, Sanguinius était traqué par Angron, devenu un Prince Démon du Dieu du Sang, Khorne, et tout le périmètre du palais intérieur était en train de se corrompre. Mais visiblement agacé par le temps perdu et la fatigue qui l’étreignait, Arkhan Land rappela à Zephon qui s’interrogeait sur le devenir de Ceris Gonn - et dont le sort ne l’intéressait - qu’il lui devait la vie pour lui avoir inséré une nanotechnologie archéotechnologique de l’Âge Sombre dans son tronc cérébral et son système nerveux central il y a des mois de ça et que les capacités régénératrices de cette technologie prohibée l’avait empêché de se vider des suites d’une hémorragie cérébrale qui aurait été extrêmement douloureuse. Zephon en fut choqué, mais imperturbable, Land continua sur sa lancée et lui ordonna de quitter les lieux sur le champ, malgré les protestations du Porteur de Tourments qui ne supportait pas l’idée de laisser ses frères Astartes encore vivants dans des sarcophages de stase. Le Technoarchéologue lui ordonna d’abandonner ses Serviteurs et de le rejoindre avec ses serfs pour quitter le secteur avec un des convois se dirigeant vers le Sanctum Imperialis.

L’image hololithique d’Arkhan Land suivit le Blood Angel dans sa traversée d’un corridor, le mettant en garde de ne rien toucher, notamment quand Zephon s’intéressa à une mousse végétale envahissant l’armure morcelée d’un Imperial Fist tué au combat et d’où des araignées couleur de la chair d’homme s’écoulait. Ils continuèrent et virent le spectacle horrible de plusieurs corps s’étant enfoncé dans de l’acier, le sol et les murs. Land expliqua au Porteur de Tourments, perturbé de devoir marché sur des corps d’enfants et de familles, que les niveaux inférieurs du bastion avaient une cache de réfugiés et que l’ennemi s’était "manifesté" sans logique pour provoquer ce carnage. Des centaines de millions de gens étaient morts et la majeure partie du palais intérieur était un désert de gravats. Pire, des xenos exoplanaires - les Démons - se manifestaient sur toute cette désolation et à l’intérieur des derniers bastions, jaillissant des cadavres où s’extirpant du corps des vivants. Il continua d’ordonner à Zephon de ne toucher à rien, comme quand le petit groupe se retrouva face à des corps vivants enfoncés dans des parois qui hurlaient en silence depuis l’acier et leur demandaient de l’aide avant de se révéler être - comme l’un d’entre eux qui implorait Zephon - des manifestations démoniaques cherchant à perturber les vivants[27].

Sauve Qui Peut !

Une fois que Zephon et ses serfs eurent rejoint le convoi, ils firent tous route vers le rempart Delphique, dernier mur avant la Grande Voie Processionnelle qui menait directement vers la Porte d’Éternité. Mais quelques jours après, les Traîtres fondirent sur eux à quatre kilomètres à l’est du rempart Delphique, au niveau de ce qui autrefois avait été les archives de Kushmanda, un groupement de bibliothèques dédié à la préservation de fragments d’histoire et d’artefacts venus de mondes humains qui n’avaient pas survécu à la Longue Nuit. Une bataille pour la survie débuta alors et Arkhan Land se retrouva à devoir lutter seul pour sa vie. Il désintégra de nombreux Légionnaires renégats grâce à son arme de poing trapue tirant des projectiles micro-atomiques solides qui décomposait l’ennemi jusqu’au niveau atomique, dans un phénomène d’une lenteur suprêmement impitoyable. Paniqué à l’idée que l’Imperium perde un génie comme lui à cause de ses abrutis d’Astartes, il appela à l’aide Zephon, mais ce dernier était introuvable. Il hurla alors son propre nom, persuadé que les défenseurs impériaux allaient foncer pour sauver le grand Arkhan Land dont le travail était trop précieux pour qu’il mourût ici de cette façon. Évidemment, quand plus tard, il lui sera évoqué devant lui la façon dont il avait gémi si peu vaillamment pour appeler au secours, il le nierait comme relevant de la pure calomnie, car après tout, il était tout bonnement impossible de se comporter de façon aussi veule... Passant de cachettes en cachettes au milieu des tirs, il trouva refuge dans un cratère où se trouvaient deux soldats de l’Armée Impériale qui finirent en bouillie, l’un par un tir mortel, l’autre piétiné par deux Space Marines en prise l’un avec l’autre et qui tombèrent dans le dit cratère. Land prit ses jambes à son cou avant d’être percuté de derrière. Il tomba et eut la jambe bloquée par le cadavre d’un Astartes qui lui était tombé dessus. Affolé, il cria à l’aide au milieu des grondements des Épées Tronçonneuses et des rafales de Bolters. Par miracle, un Astartes l’entendit et repoussa le cadavre bloquant le Technoarchéologue. Manque de chance, c’était un Marine de la Peste de la Légion Renégate de la Death Guard. À la fois effrayé en voyant l’identité de son "sauveur" et par le fait que sa jambe était totalement en charpie, Land se rendit compte que brailler son nom à tout-va pouvait attirer des alliés, mais aussi des ennemis qui, connaissant sa renommée, voudraient s’emparer de sa personne. Et c’était le cas de ce Death Guard qui exprima son souhait de faire prisonnier le célèbre Technoarchéologue. Un courageux soldat de l’Armée Impériale tenta de lui venir en aide en enfonçant la baïonnette de son Fusil Laser dans le ventre du Death Guard qui en retour, vomit un arc liquide à travers la grille de son casque, et qui couvrit le soldat de bile fumante qui le fit se dissoudre. Land crut un instant que Dominion Zephon était arrivé pour le sauver quand il vit un Space Marine équipé de Réacteurs Dorsaux s’écraser à côté du Death Guard et s’en prendre à lui. Malheureusement, il s’agissait d’un World Eater qui, aveuglé par sa soif de sang psychotique, s’en prenait à son allié de la XIVe Légion. Alors que les deux monstres s’entre-tuaient, Land rampa au sol à la recherche de son pistolet. Il aperçut Sapien qui tenait son arme et qui le lui rapporta, juste à temps, car le vainqueur du sinistre duel était le World Eater qui, voyant le Technoarchéologue, fonça vers lui. Land le désintégra à temps. Blessé et en état de choc, il ordonna à Sapien de lui trouver de l’aide, son familier s’exécutant sur-le-champ. Alors que son psyber-singe disparaissait dans la tourmente des combats, Arkhan Land pria l’Omnimessie de lui sauver la vie. La seule réponse qu’il reçut fut un bombardement de tirs de Titans, d’artillerie et de chars renégats, postés en bordure du terrain d’affrontement. Land fut choqué de voir que la horde d’Horus bombardait leurs propres troupes pour une simple chance de tuer encore des impériaux. Mort de peur, il tua sans le vouloir un Imperial Fist qui était venu l’aider, son tir mortel à la gorge désintégrant le fils de Rogal Dorn sous ses yeux avant qu’un Son of Horus ne le repère et aligne son Bolter pour l’exécuter. À un instant de trépasser, la chance sourit enfin à Land quand la tête du renégat explosa par un tir d’électrofusil d’une Skitarii. La techno-garde, dont l’identifiant était Transacta-7Y1, avait été alertée et guidée par Sapien. Elle communiqua avec Land par série de rafales binaires tout en l’aidant à boiter vers la coque d’une Chimère de l’Armée Impériale. Arkhan Land accomplit alors un miracle en remerciant la Skitarii de l’avoir sauvé ! Mais alors qu’il était sur le point de s’évanouir, il vit la naissance d’une étoile brûlante dans le ciel, fait de rage et de colère : c’était le Primarque Démon Angron. Avant de perdre connaissance, il ordonna à la Skitarii de démarrer la Chimère et de s’enfuir au plus vite vers la sécurité toute relative du rempart Delphique.

Transacta-7Y1[28]

Techno-garde Skitarii ayant pris part à la Bataille de Terra, Transacta-7Y1 combattit jusqu’aux derniers jours du conflit. La guerre avait profondément affecté sa foi dans le Dieu-Machine, si bien qu’elle se doutait que si ses superviseurs avaient décidé de regarder par ses yeux, ou finissaient par récupérer les bobines de données de son crâne, ils y auraient vu une corruption de l’information. Quand elle retrouva Arkhan Land et le sauva dans les ruines du Palais Impérial, elle était une survivante des rudes batailles au collège de Principa, en y sortant grièvement blessée, son armure fracturée et un de ses poumons collapsé, sans parler de la palpitation qui lui venait du plus profond du cerveau, comme si quelque chose de brûlant ou d’empoisonné lui avait été déposé dans le crâne et enfermé à l’intérieur avec ses pensées. Persuadée être devenue défaillante, elle n’en continua pas moins à se battre pour l’Omnimessie, même quand le collège de Principa fut envahie et rasé par les Traîtres. Suite à ce revers, elle rejoignit une bande de combattants Skitarii issus de différents clades et qui rallia à son tour un afflux plus grand de réfugiés se dirigeant vers le Sanctum Imperialis. Ce même regroupement de réfugiés fut attaqué par les Traîtres et au milieu des combats, elle fut alertée par un psyber-singe du nom de Sapien qui demanda son assistance pour sauver son maître blessé, le renommée Arkhan Land, dont elle n’avait jamais entendue parler…

Angron fondit du ciel et percuta le sol dans une onde de choc qui poussa de côté les chars des Légions avec la force d’un cyclone inversé. Le Primarque Démon se mit à frapper en déchirant les tanks et les Chevaliers Impériaux présents à chacun des rugissements de sa lame démoniaque. Les Loyalistes cédèrent et s’enfuirent en une vague de véhicules et d’infanterie se précipitant vers les portes de la dernière place-forte, tandis que la Chimère conduit par un vétéran de l’Armée Impériale et dans laquelle se trouvait Arkhan Land, sanglé sur un banc, fonçait vers les contours du Sanctum Imperialis. En plus d’Angron, les blindés renégats poursuivaient les Impériaux. Un Spartan des Emperor's Children se lança aux trousses de la Chimère de Land, forçant Transacta-7Y1 à devoir riposter devant la menace d’un abordage des Space Marines dégénérés de la IIIe Légion. Le salut arriva quand Dominion Zephon et deux de ses frères Blood Angels se posèrent sur le toit de la Chimère grâce à leurs Réacteurs Dorsaux avant de reprendre leur envol pour s’en prendre au Spartan. Puis la Grande Voie Processionnelle fut enfin en vue, ainsi que les canons loyalistes qui couvraient l’approche des survivants. Mais le moteur de la Chimère rendit l’âme avant d’atteindre la sécurité du rempart Delphique. Arkhan Land, toujours inconscient, fut libéré de ses sangles par la Skitarii qui le plaça ensuite sur une civière puis l’emmena sur le terrain accidenté qui les séparait du dernier bastion impérial. Les choses ont dégénéré de nouveau quand des World Eaters, se trouvant entre le corps de Land et le rempart Delphique, foncèrent droit sur Transacta-7Y1 qui défendit le Technoarchéologue inconscient avec son pistolet tirant des projectiles micro-atomiques. L’arrivée de Blood Angels attaquant les fils d’Angron offrit l’occasion à la Skitarii d’éloigner la civière Arkhan Land. Alors que la sécurité des remparts était enfin à porté, l’ombre d’Angron s’abattit sur la Skitarii qui se jeta allongée sur le corps d’Arkhan Land dans l’espoir vain de le protéger. Land et sa protectrice ne durent leur salut que par l’égide de l’Empereur qu’ils avaient traversé à temps, empêchant le Primarque Démon de les massacrer. Puis Sanguinius apparu pour rallier les survivants et mena les renforts pour couvrir les réfugiés le long de la Grande Voie Processionnelle tandis qu’Angron reculait. Le Technoarchéolgue, d’une pâleur exsangue, reprit conscience et vit les Traîtres battre en retraite. Il comprit ensuite que la Skitarii qui l’avait sauvé l’avait fait alors qu’elle était en grande partie blessée et qu’elle ne voyait quasiment plus rien ! Il lui proposa de la réparer en remerciement de son sauvetage. Après tout, elle n’était qu’une Skitarii, cela lui demandera pas beaucoup de temps.[29]

La Chute du Rempart Delphique et la Retraite vers la Porte d'Éternité

Conversation sur le Rempart Delphique[30]

Alors qu’il regardait, sur le rempart Delphique, la plaine ravagée qui lui faisait face avec à ses côtés Dominion Zephon, Arkhan Land se moqua gentiment du Blood Angel pour sa contemplation du monde avec un air de mélancolie pathétique. Cette incarnation du côté mélodramatique de la IXe Légion le fatiguait encore plus que les combats, ainsi que la sociabilité dont il faisait preuve comparée à ses frères qui regardaient à peine les mortels. Après avoir accepté de protéger les serfs de bataille du Blood Angel, il avoua alors qu’il avait peur de mourir et fondit en larmes. Dominion Zephon crut l’espace d’un instant que Land allait laisser libre cours à autre chose que sa vanité. Ce fut une déception. Encore une fois, Land vanta sa grande importance et qu’il avait trop de choses à redécouvrir avant de périr. Pire, tellement de choses n’avaient pas encore été portées à son crédit ! Il fut réconforté par la Skitarii qui lui tapota l’épaule, ce qui choqua Zephon qui savait que Land détestait qu’on le touche.

Puis à la demande de Land, le Space Marine expliqua que l’attaque ennemie sera simple : assaut massif, brèche, constitution de poches de combat, engagement des renforts, puis chute du rempart et repli vers le Sanctum Imperialis avant la fermeture jusqu’au dernier moment de la Porte d’Éternité, quitte à abandonner des Loyalistes à leur sort. L’idée d’être abandonné choqua Arkhan Land sans parler du risque que l’ennemi essaie avant de saper le moral des défenseurs en portant un coup à leur résolution ou les aveugler en les poussant à la colère.

Le Technoarchélogue lui demanda s’il avait peur, le Blood Angel avouant alors que oui ! Peur non pas de mourir, mais de la vision de l’ennemi qui avancera vers lui, comme n’importe quel mortel. C’est alors qu’Arkhan Land fit preuve d’une analyse acide et clinique de sa vision des Space Marines. Il nia le droit à Dominion Zephon d’avoir peur ou de se comparer au mortel, car il ne vivait pas, il ne faisait qu’exister. Quand un mortel, même le plus insignifiant, mourrait, la galaxie perdait ses rêves, ses espoirs et ses ambitions. Tout ce qu’il aurait pu accomplir est aspiré hors de l’existence et ne se produira jamais comme la naissance d’enfants, des découvertes non faites ou des inventions non crées. Mais un Space Marine ? Ce n’était juste qu’une arme, sans rêve, sans existence à mener en dehors du champ de bataille, et en dehors d’agrandir le territoire de l’espèce, il n’apportait aucune contribution. Sa mort était équivalente à une épée qui se casse. Cela fit enfin prendre conscience à Zephon de la haine que Land éprouvait pour les transhumains…

La nuit tombée, après la cauchemardesque journée pour trouver refuge, Arkhan Land se promena sur les chemins de ronde du rempart Delphique, dernier mur qui ceinturait le Sanctum Imperialis, avec pour seule entrée la Porte d’Éternité. Il avait remplacé sa jambe brisée par un membre bionique, mais qui fut mal intégrée et qui refusait de plus en plus de lui obéir.

Il fut ensuite rejoint par Zephon. Ensemble, les deux compagnons restèrent debout à ne rien dire, contemplant simplement la désolation avec juste Transacta-7Y1 et Sapien qui les observait. Puis Zephon lui demanda, sachant que l’ennemi attaquera à l’aube, s’il acceptait de se battre auprès d’Eristes, de Shafia et de Shenkaï, à proximité de lui et de, surtout, les protéger. Le Technoarchéologue accepta de mauvaise grâce. Puis il craqua, admettant qu’il craignait de mourir avant d’écouter, livide, l’exposé de Zephon qui lui expliqua comment les renégats allaient procéder pour prendre le rempart Delphique et surtout, comment beaucoup de Loyalistes allaient être abandonné pour tenir le plus longtemps possibles la horde de Traîtres avant la fermeture de la Porte d’Éternité, dernier passage menant au Sanctum Imperialis. La relation entre les deux hommes évolua négativement après que Land fît une remarque acerbe sur la nature des Astartes, comparés à de simples armes qui n’apportaient rien à l’Humanité si ce n’est d’agrandir son territoire. Agacé, Zephon posa alors sa main avec une force délicate mais absolue sur l’épaule du Technoarchéologue et exigea de lui qu’il renonce à sa lâcheté habituelle quand l’assaut ennemi commencera et qu’il restera avec Shafia, Eristes et Shenkaï. S’il pouvait tolérer la haine et le mépris de Land, il ne lui pardonnerait aucune lâcheté et fit le serment de le battre à mort avec ces mêmes mains qu’il lui avait données s’il abandonnait ses serfs de bataille. Une fois que Zephon partit après avoir fait cette terrible promesse, Land déclara à Transacta-7Y1 que le Blood Angel n’était plus le même qu’avant…

Plus tard, quand l’aube se leva, Arkhan Land se leva du sol de marbre où il s’était couché. Puis il vit le ciel onduler de lueurs d’aurore boréale et de tentacules de lumière nauséeuse. Il comprit que la dernière étape de la guerre allait commencer alors que l’épuisement l’étreignait au point de lui enlever la capacité d’avoir peur.

Puis comme tous les défenseurs, il vit un Titan Reaver renégat de la Legio Mordaxis, du nom de Daughter of Torment, avancer, seul alors que derrière lui, des milliers de prisonniers étaient torturés et exhibés aux défenseurs, pendus, cloués par les bras, ficelés dans des nœuds de fil barbelé. Puis le Primarque Sanguinius atterrit sur la section du mur où se trouvait Land, qui eut un sursaut de surprise avant de détourner délibérément son regard du Grand Ange, ne lui ayant jamais pardonné son refus de reconquérir Mars avant que le Maître de Guerre n’atteigne Terra. Sanguinius ordonna de laisser le Reaver approcher, offrant le spectacle de corruption de la machine-divine aux yeux de Transacta-7Y1 qui exprima à Land son dégoût de voir un Titan d’une Legio Titanique avec qui elle s’était déjà battue autrefois. Il traduisit pour le serf de bataille Shenkaï les paroles binaires de la Skitarii avant de méditer sur le choix étrange de l’ambassadeur qui se présentait au pied du rempart Delphique. Puis l’émissaire de la Mordaxis leva sa main et y révéla un Blood Angel, mutilé et mourant, sept lances plantées à travers son corps qui l’épinglaient sur la paume du Titan. Arkhan Land se demanda de qui il s’agissait, et reçu de Sanguinius la réponse. Il s’agissait d’Idamas, Capitaine de la 99e Compagnie. Puis sur ordre du Primarque, Transacta-7Y1 tira un projectile pénétrant de transuranium appauvri dans la tête du Capitaine Blood Angel, mettant fin à son calvaire, bien que son cadavre fut broyé par les phalanges du Titan. Puis Daughter of Torment délivra ses conditions, d’une voix provenant d’un trio de voix féminines sortant d’une gorge empoisonnée. Il informa qu’Horus Lupercal promettait d’épargner tous ceux qui déposeraient les armes et exigeait que la Porte d’Éternité lui soit ouverte à son arrivée. Mais la mort attendait ceux qui lui résisteraient.

Alors que le Titan Reaver quittait la plaine, Arkhan Land vit Sanguinius s’envoler pour être vu de tous les défenseurs impériaux et commencer un discours qui fut relayé jusqu’aux oreilles éloignées par des haut-parleurs grésillants et crépitants des Servocrânes et des drones du Mechanicus. Land s’attendait à une allocution dégoulinant d’exhortation et de démagogie, que lui-même jugeait outrancier, mais en sachant pertinemment que les défenseurs humains, pour la plupart, répondaient bien plus positivement à la présence des Primarques que le Mechanicus, et qu’ils trouveraient une vertu à ce genre de harangue. Mais il fut étonné d’entendre Sanguinius affirmer qu’ils ne pouvaient gagner, que la plupart allaient mourir sur ce rempart et qu’ils ne pouvaient espérer tenir plus de trois jours avant la retraite dans le Sanctum Imperialis. Le Primarque les exhortait à se battre une dernière fois, sachant que l’offre d’Horus de les épargner était un mensonge. Land vit alors le Grand Ange jeter son épée sur la pierre du chemin des rondes et lever ses mains. Il offrait à ceux qui voulaient partir - après avoir tant donner - à le faire et de rejoindre leurs proches dans le Sanctum avant la fin. Lui-même avoua qu’une partie de lui voulait fuir, sachant qu’il allait mourir très bientôt, mais qu’il resterait jusqu’au bout pour affronter les armées d’Horus. Mais personne ne quitta son poste. Arkhan Land se demandera, des années plus tard, si quiconque avait vraiment essayé de partir, se rappelant avoir tourné ses lunettes de protection vers la voie d’Ascension Royale, menant à la Porte d’Éternité, pour voir que personne n’avait tenté de la traverser. Le Technoarchéologue ne hurlera pas comme les autres le refus de quitter le rempart Delphique, cette attitude théâtrale qu’il y avait à crier son refus n’était pas dans sa nature. Mais il faillit tout de même joindre sa voix aux autres...

Enfin, les hostilités débutèrent quand il regarda, à travers la focale de ses lunettes, Sanguinius reprendre son épée, et s’envoler au-dessus de la plaine pour rejoindre le Titan Reaver et lui trancher sa tête-cockpit. Puis la horde renégate avança. Arkhan Land devina la présence d’armes de siège biomécaniques d’une filiation jusque-là inconnue, et vit le Primarque se replier, pourchassé par des Démons volants. Land fut fasciné de les voir se désintégrer au contact de l’égide de l’Empereur, partageant un rare instant de joie avec autant de personnes à la vue du spectacle. Quand Sanguinius rejoint le rempart, il s’adressa aux mortels en leur ordonnant de porter assistance aux Astartes. Puis les millions de canons du Sanctum Imperialis se mirent à chanter en chœur.

L’assaut sur le rempart Delphique fut violent, avec le Primarque Angron qui tentait de percer l’égide. Arkhan Land se battit, malgré sa jambe bionique qui fonctionnait mal. Les forces du Maître de Guerre parvenaient à percer encore et encore, repoussées d’abord par les réserves Blood Angels, puis par les unités humaines emmenées par les Custodiens. La façon dont les Astartes des lignes de front pouvaient seulement percevoir ce qui était en train de se passer était un mystère pour Land, lui-même restant focalisé en ne faisant que tirer entre les Blood Angels pris au combat, en atomisant les World Eaters et les Death Guards, et il ne savait combien de soldats humains aux couleurs des régiments du Maître de Guerre. Quand Dominion Zephon et les autres trébuchaient sur les monticules de corps, il s’approchait avec Eristes et les autres pour traîner les cadavres vers l’arrière afin que les équipes de Lance-Flammes les incinèrent. Transacta-7Y1 le couvrait sans qu’il n’eût à lui demander. Land était d’ailleurs bien déterminé à la ramener avec lui sur Mars, s’ils parvenaient à survivre, il ne savait comment. Beaucoup des corps qu’ils traînaient s’avéraient être encore en vie, révélations déplaisantes qui le surprenait chaque fois qu’un d’entre eux se mettait à gesticuler. Il restait à certains mourants encore assez de vitalité pour essayer de le poignarder ou de lui tirer dessus, les forçant à les exécuter d’un projectile atomisant en plein front, ou laissait les serfs les achever à la baïonnette. Quelques-uns, rares mais notables, conservaient encore suffisamment la perception de leurs environs pour apercevoir les équipes d’incinération qui les attendaient à l’arrière du chemin de ronde, et ceux-là se débattaient ou demandaient pitié. Land continuait de les traîner vers leur mort ardente, sans même le poids d’un proton pour peser sur sa conscience. Il ne pouvait souffler que quelques instants dans un bunker arrière aménagés comme des postes de repos, le temps que les réserves le remplace avant de se rejeter dans l’enfer ardent de la bataille.

Une Statue pour la Prospérité[31]

La voie d’Ascension Royale était une avenue aux proportions ahurissantes, aménagée pour des parades de Titans, et pour que des centaines de milliers de troupes pussent présenter leurs couleurs face à la grandeur de la Porte d’Éternité. Des statues de grandes figures intellectuelles, d’explorateurs et de généraux bordaient l’Ascension par centaines sur toute sa longueur, jusqu’à la colline surélevée du Sanctum. Arkhan Land avait sa statue, mais il ne l’avait même pas vue, et pour être sincère, il ne l’intéressait guère d’être immortalisé pour la postérité par quelque chose d’aussi banal qu’une statue. Pour lui, la célébrité survenait quand les gens reconnaissaient votre nom dans un texte, ou votre visage sur une représentation. N’importe qui pouvait être connu pour sa beauté, ou son humour, ou même simplement pour sa richesse, et cela le faisait tout de même accéder à la célébrité. La renommée, elle, vous venait quand des gens devaient à vos actes et à vos découvertes des pans tout entiers de leur mode de vie. En ce qui le concernait, c’était elle qu’Arkhan Land préférait cultiver.

Arkhan Land tenta d’honorer sa promesse faite à Zephon, protégeant comme il le pouvait les serfs de batailles du Porteur de Tourments. Néanmoins, il perdit Eristes et Shafia durant les jours de carnage.

Eristes était mort durant l’une des premières percées de l’ennemi, lorsque la horde du Maître de Guerre s’était déversée dans une rupture de la ligne. Un Custodien avait mené la contre-attaque, entraînant plusieurs centaines de civils et de soldats de l’Armée Impériale vers la brèche, et empêchant ainsi les Blood Angels de se faire prendre à revers. La horde fut repoussée jusqu’au rempart, sa tête de pont perdue, et la ligne des défenseurs avait été consolidée. Lorsque les humains s’étaient ensuite repliés, Land s’était encore échiné à traîner les morts et les blessés à l’écart, en réalisant, alors qu’il traînait un deuxième corps par terre, qu’il s’agissait d’Eristes. Les yeux fixés sur la dépouille, sa réaction avait été de bredouiller qu’il avait fait de son mieux pour l’aider, réconforté par Transacta-7Y1 qui le lui concéda.

Shafia fut tuée lors d’une percée de World Eaters à Réacteurs Dorsaux qui avaient sauté par-dessus les lignes en contact, en venant achever leur bond suicidaire au milieu de dizaines de troupes de réserve, et des deuxième, troisième et quatrième vagues de Blood Angels attendant d’être appelés vers l’avant. Les World Eaters avaient fini abattus par centaines, mais pas avant d’avoir eu tourné leurs Lance-Flammes contre les réserves humaines et plusieurs dépôts de munitions, prêts à donner leurs vies pour déclencher des incendies derrière les lignes des défenseurs. Quelle que fût la concoction alchimique dont étaient emplies les citernes de leurs armes, celle-ci a sauté de soldat en soldat comme si une forme de vie fiévreuse l’habitait, et embrasait les corps aussitôt à leur contact. Shafia avait été de ceux pris dans le brasier et fut carbonisé sous les yeux de son fils Shenkaï. Land lui sauva la vie, ainsi que la sienne et celle de la Skitarii, en abattant par terre ce qui ressemblait à une grenade. Celle-ci a projeté un dôme de trois mètres d’énergie vibrante autour d’eux. Le feu s’est aplati contre le bouclier alors que des centaines de personnes s’étaient consumées autour d’eux, plusieurs juste à portée de tendre le bras, pendant qu’eux trois étaient à l’abri sous une bulle où les sons étaient étouffés, et la lumière réfractée. Quand la tuerie fut terminée, Land expliqua qu’il avait trouvé ce projecteur de champ dans le tombeau d’Enkar-Thune en Tharsis occidentale. Évidemment, Shenkaï n’en avait que faire alors qu’il regardait la statue de cendre qui, quelques instants plus tôt, avait été sa mère.

Finalement, la retraite fut ordonnée à toutes les troupes humaines. Arkhan Land courut, agrippant une boucle de la cuirasse de Shenkaï pour le traîner avec lui. Les Démons finirent par se matérialiser sur le rempart même, marquant le recul de l’égide de l’Empereur. Avec Transacta-7Y1 et Sapien, il rejoignit l’écoulement d’êtres humains pour battre en retraite du rempart Delphique en détalant à toutes jambes. Il atteignit la voie d’Ascension Royale, puis se dirigea vers le Sanctum. Il était handicapé par sa nouvelle jambe qui finit par céder sous lui, le faisant s’étaler sur les marches montantes de la voie d’Ascension Royale. Il finit donc par être porté par Transacta-7Y1 et Shenkaï.

Dans sa fuite, le Technoarchéologue commit l’erreur de regarder en arrière : une horde de Traîtres et de Démons étaient parvenus à passer la dernière ligne de défense et fonçait droit sur lui ! Des Démons ailés plongeaient pour se saisir de pauvres malheureux parmi la marée en repli, et les emportaient afin de les dévorer, ou de les laisser retomber comme des projectiles vivants sur ceux qui fuyaient encore. Quand un soldat à côté de Shenkaï fut soulevé, Land faillit ralentir pour essayer de tirer sur le ravisseur volant, mais en fut empêché par Transacta-7Y1. Le trio traversa en courant la voie d’Ascension Royale, accompagné du murmure hululant de systèmes antigrav des Land Speeder et des motojets des Blood Angels qui filaient au-dessus d’eux pour se précipiter vers le Sanctum. Ils s’engagèrent sous les jambes d’un Titan Warmonger, le Malax Meridius, traversant l’aura de ses boucliers qui leur firent éprouver un picotement des gencives. Alors que la Porte d’Éternité était enfin à portée, ils atteignirent la première des barricades, s’y effondrant pour reprendre leur souffle alors que des Blood Angels et des soldats prenaient position aux alentours. C’est alors qu’un World Eater, du nom de Kargos, parvint avec ses frères sanguinaires à atteindre la barricade. Dans le combat entre les fils d’Angron et de ceux de Sanguinius, Land tira avec son pistolet et tua des World Eaters se trouvant à côté de Kargos, dirigeant l’attention de ce dernier vers lui. Kargos taillada alors Transacta-7Y1 avec sa hache et amputa Shenkaï de son bras. Quant à Sapien, il trouva la mort, broyé entre les mains d’un Word Bearer du nom d’Inzar Taerus, après que le petit familier eût tenté de piquer avec sa queue de scorpion entre les joints de l’armure du traître. En voyant ses compagnons blessés et son familier tué, Land brailla de douleur avant de se replier avec eux sur ordre du Capitaine des Blood Angels présent sur place, Amit.

Une fois les autres barricades atteintes, Arkhan Land aida Shenkaï en cautérisant sa plaie grâce à son pistolet du Moyen-Âge Technologique. Il tira en l’air une décharge capable d’atomiser un Rhino et pressa le canon sifflant contre le moignon du bras. Puis il étala du ciment pour armure sur le moignon cautérisé. Quant à Transacta-7Y1, grièvement blessée, il lui promit de la réparer de nouveau malgré les chances quasi nulles de la Skitarii de survivre. Land tenta de hisser la silhouette inconsciente de Shenkaï, mais sa mauvaise jambe bionique céda aussitôt : il n’était qu’un vieillard aux membres épais comme des brindilles, et Shenkaï était un serf musclé, qui s’était entraîné pour le combat chaque jour de sa vie. Il pria alors l’Omnimessie de lui venir en aide et c’est alors qu’un groupe de soldats sauta par-dessus la barricade. Y voyant la réponse à ses prières, il leur demanda de l’aider à porter ses amis jusqu’au Sanctum. Devant le regard incrédule des soldats, il fit l’effort suprême de leur dire « S’il vous plaît. » Les soldats portèrent alors Shenkaï jusqu’en lieu sûr. Mais quand Arkhan Land se tourna vers Transacta-7Y1, il se rendit compte que la Skitarii avait rendu l’âme. Land ne fut jamais entièrement certain de la raison pour laquelle il fit ce qui vint ensuite, et il l’aurait nié si quelqu’un l’avait interrogé à ce sujet, mais il attrapa le casque de Transacta-7Y1 entre ses mains, et déposa un baiser sur son front métallique.

C’est alors que Zephon, dont le visage ruisselait de sang et accompagné d’un ost de Blood Angels, se posa à côté de Land. Le Porteur de Tourments invita son ami acariâtre se mettre à l’abri dans le Sanctum avant la fermeture de la Porte d’Éternité. Arkhan Land éclata en sanglots, pleurant la mort de son amie Transacta-7Y1 et de son singe Sapien. Puis il boita vers le Sanctum, au milieu d’un courant de soldats et de miliciens blessés, pour survivre dans le dernier carré loyaliste à la folie de l’Hérésie d’Horus. Puis alors, que Sanguinius venait de bannir Angron dans le Warp et affronté un Démon Majeur de Khorne du nom de Ka’Bandha, la Porte d’Éternité fut refermée.[32]

Une Mort Mystérieuse

Arkhan Land est resté dans les mémoires comme le plus grand Technoarchéologue de l’histoire.
Belisarius Cawl[33]

Arkhan Land aurait connu le célèbre Archimagos Belisarius Cawl, qui au 42e Millénaire marqua l’histoire par sa création des Space Marines Primaris durant l’Ère Indomitus. Encore jeune Technoprêtre à l’époque, Cawl se remémora un Arkhan Land mécontent du nom donné à son char d’assaut, crée à partir de sa découverte du SCS lié, le Land Raider, qu’Arkhan définissait comme le Land’s Raider, ou Raider de Land dans le dialecte de l’Ancienne Albia.

Arkhan Land devait trouver la mort en menant une seconde expédition dans le Librarius Omnis, et son journal vocal fut découvert deux siècles plus tard par une équipe de recherche. On pense que lui et son équipe furent tués un par un par quelque mystérieux prédateur, dont la nature exacte reste sujette à controverse. S’agissait il d’un animal sauvage, d’une entité psychique ou d’un virus ? Pour beaucoup, il s’agit surtout du signe que les secrets du Moyen-Âge Technologique doivent être laissés à l’oubli de la préhistoire.[34]

Un Héritage Plurimillénaire : l'Énigme de Land

Dix millénaires après l’Hérésie d’Horus, les disciples du vénéré Technoarchéologue Arkhan Land, découvreur des SCS du Land Raider et du Land Speeder, forment leur propre sous-culte au sein de l’Adeptus Mechanicus, appelée Landites ou Landistes. Ils poursuivent le travail de leur fondateur et recherchent les nombreuses variantes SCS potentielles en lien avec les découvertes de Land. Leur travail a conduit à de nombreuses innovations, telles que les variantes Prometheus et Helios du Land Raider. Le cercle intérieur du culte Landiste, qui comprend des artisans de l’Adeptus Mechanicus de très haut niveau, aurait des preuves de l’existence d’un nouveau véhicule, mais garderait le secret sur cette découverte. Les recherches ésotériques du culte ont révélé qu’il existait autrefois, pendant la Grande Croisade, un véhicule blindé plus lourd que le Predator, mais plus léger que le transport d’assaut lourd du Land Raider. D’autres membres de la hiérarchie de l’Adeptus Mechanicus contestent cette affirmation et, en M.39, plusieurs membres du culte des Landistes ont été arrêtés pour technohérésie et condamnés à l’Arco-flagellation pour leurs crimes. Depuis, les Landistes sont restés très discrets sur leur travail. Ils pensent que dans les plans mêmes du Land Raider, il existe des compatibilités et des redondances de systèmes, jusqu’à un niveau microscopique, qui pourraient aider à reconstruire le char d’assaut manquant. De nombreux Technoprêtres disciples de Land sont devenus obsédés par ce travail, mais il semble que le succès final leur ait toujours échappé et le mythique char manquant reste une énigme à ce jour.[35]

Sources

Pensée du Jour : « Ceux qui succombent à l’ombre deviennent esclaves des ténèbres, serfs du désespoir. »
  • ABNETT DAN, Siege of Terra - Saturnine, Black Library, 2020
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Siege of Terra - Échos d'Éternité, Black Library, 2022
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Bringer of Sorrow, Black Library, 2019
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Le Maître de l'Humanité - Guerre dans la Toile, Black Library, 2016
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Le Fardeau de la Loyauté - Exil, Black Library, 2016
  • HALEY GUY, Belisarius Cawl - Le Grand Œuvre, Black Library, 2019
  • Index Astartes du White Dwarf N°117 (Janvier 2004)
  • Codex Adeptus Mechanicus, V8
  • Imperial Armour Vol. 2 : Space Marines & Forces of the Inquisition
  1. Informations issues de Le Maître de l'Humanité - Guerre dans la Toile - Chapitre Sept - Le Raider et le Crawler de Land - Le Douzième - Disciple du Dieu Démanteleur de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de l’Index Astartes du White Dwarf N°117 (Janvier 2004) et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues de Le Maître de l'Humanité - Guerre dans la Toile - Chapitre Sept - Le Raider et le Crawler de Land - Le Douzième - Disciple du Dieu Démanteleur de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de Le Fardeau de la Loyauté : Exil de AARON DEMBSKI-BOWDEN, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de Le Maître de l’Humanité - Guerre dans la Toile - Chapitre Quatorze, Chapitre Quinze, Les Artères du Mechanicum - La Véritable Toile - Une Guerre Éternelle, Chapitre Seize - La Guerre dans la Toile - Dynastes, les Seigneurs de Terra - Les Dorés et les Sans-Âme, Chapitre Dix-Sept - L’Alliance de Terra et de Mars - Tribun - La Sanction Tacite, Chapitre Dix-Huit - Demi-déesse de Mars - Évacuation - Ne les Laissez Pas M’oublier, Chapitre Dix-Neuf - Un Millier d’Âmes - Un Tunnel Comme Tous les Autres - Le Spectre Pernicieux de l’Espoir, Chapitre Vingt et Un - Ce Devoir des Plus Sacrés - Le Terme de Nombreuses Routes - Éveil, Chapitre Vingt-Deux - Les Filles de l’Anathème - Seule la Mort Met Fin au Devoir - Lever de Soleil, Chapitre Vingt-Trois - L’Aube - La Raison de l’Illumination - Quand il ne Testera que Cendre et Poussière de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de Bringer of Sorrow de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2019, traduit par Trazyn l'Infini et résumées par Guilhem.
  7. Informations issues de Siege of Terra - Échos d'Éternité, Deuxième Partie : Un Monde Devenu Aveugle, Chapitre Sept - Cette Matrice Lépreuse, Troisième Partie : La Route de l’Éternité, Chapitre Treize - Trop Précieux pour Mourir, Chapitre Quatorze - La Loyauté d’une Apôtre Brisée, Cinquième Partie : Sanctum Imperialis, Chapitre Vingt-Cinq - Demain nous Serons Tous Mortels, Chapitre Vingt-Six - Un Curieux Choix d’Émissaire, Chapitre Vingt-Huit - Le Seul Choix Restant, Sixième Partie : Échos d'Éternité, Chapitre Vingt-Neuf - Le Siège du Sanctum Imperialis, Chapitre Trente-et-Un - Responsabilité, Chapitre Trente-Trois - Le Fléau de la Neuvième Lignée de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2022 et résumées par Guilhem.
  8. Informations issues de l’Index Astartes du White Dwarf N°117 (Janvier 2004) et résumées par Guilhem.
  9. Informations issues de Imperial Armour Vol. 2 : Space Marine & Force of the Inquisition - Land Raider - The Land Enigma et résumées par Guilhem.
  10. Informations issues de Le Maître de l'Humanité - Guerre dans la Toile - Chapitre Sept - Le Raider et le Crawler de Land - Le Douzième - Disciple du Dieu Démanteleur de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  11. Informations issues de Le Fardeau de la Loyauté : Exil de AARON DEMBSKI-BOWDEN, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  12. Informations issues de l’Index Astartes du White Dwarf N°117 (Janvier 2004) et résumées par Guilhem.
  13. Informations issues de Le Maître de l'Humanité - Guerre dans la Toile - Chapitre Sept - Le Raider et le Crawler de Land - Le Douzième - Disciple du Dieu Démanteleur de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  14. Informations issues de Le Maître de l'Humanité - Guerre dans la Toile - Chapitre Sept - Le Raider et le Crawler de Land - Le Douzième - Disciple du Dieu Démanteleur de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  15. Informations issues de l’Index Astartes du White Dwarf N°117 (Janvier 2004) et résumées par Guilhem.
  16. Informations issues du Codex Adeptus Mechanicus, V8 - Onager Dunecrawlers et résumées par Guilhem.
  17. Informations issues de Le Maître de l'Humanité - Guerre dans la Toile - Chapitre Sept - Le Raider et le Crawler de Land - Le Douzième - Disciple du Dieu Démanteleur de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  18. Informations issues de Le Maître de l'Humanité - Guerre dans la Toile - Chapitre Sept - Le Raider et le Crawler de Land - Le Douzième - Disciple du Dieu Démanteleur de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  19. Informations issues de Le Maître de l'Humanité - Guerre dans la Toile - Chapitre Sept - Le Raider et le Crawler de Land - Le Douzième - Disciple du Dieu Démanteleur de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  20. Informations issues de Le Fardeau de la Loyauté : Exil de AARON DEMBSKI-BOWDEN, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  21. Informations issues de Le Fardeau de la Loyauté : Exil de AARON DEMBSKI-BOWDEN, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  22. Informations issues de Le Maître de l'Humanité - Guerre dans la Toile - Chapitre Sept - Le Raider et le Crawler de Land - Le Douzième - Disciple du Dieu Démanteleur, Chapitre Dix - Le Chemin de Chez Eux - Archimandrite - Maîtresse de la Flotte Noire de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  23. Informations issues de Le Maître de l'Humanité - Guerre dans la Toile - Chapitre Seize - La Guerre dans la Toile - Dynastes, les Seigneurs de Terra - Les Dorés et les Sans-Âme de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  24. Informations issues de Le Maître de l'Humanité - Guerre dans la Toile - Chapitre Dix-Neuf - Un Millier d’Âmes - Un Tunnel Comme Tous les Autres - Le Spectre Pernicieux de l’Espoir de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  25. Informations issues de Le Maître de l’Humanité - Guerre dans la Toile - Chapitre Quatorze, Chapitre Quinze, Les Artères du Mechanicum - La Véritable Toile - Une Guerre Éternelle, Chapitre Seize - La Guerre dans la Toile - Dynastes, les Seigneurs de Terra - Les Dorés et les Sans-Âme, Chapitre Dix-Sept - L’Alliance de Terra et de Mars - Tribun - La Sanction Tacite, Chapitre Dix-Huit - Demi-déesse de Mars - Évacuation - Ne les Laissez Pas M’oublier, Chapitre Dix-Neuf - Un Millier d’Âmes - Un Tunnel Comme Tous les Autres - Le Spectre Pernicieux de l’Espoir, Chapitre Vingt et Un - Ce Devoir des Plus Sacrés - Le Terme de Nombreuses Routes - Éveil, Chapitre Vingt-Deux - Les Filles de l’Anathème - Seule la Mort Met Fin au Devoir - Lever de Soleil, Chapitre Vingt-Trois - L’Aube - La Raison de l’Illumination - Quand il ne Testera que Cendre et Poussière de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  26. Informations issues de Bringer of Sorrow de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2019, traduit par Trazyn l'Infini et résumées par Guilhem.
  27. Informations issues de Siege of Terra - Échos d'Éternité, Deuxième Partie : Un Monde Devenu Aveugle, Chapitre Sept - Cette Matrice Lépreuse de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2022 et résumées par Guilhem.
  28. Informations issues de Siege of Terra - Échos d'Éternité, Troisième Partie : La Route de l’Éternité, Chapitre Quatorze - La Loyauté d’une Apôtre Brisée de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2022 et résumées par Guilhem.
  29. Informations issues de Siege of Terra - Échos d'Éternité, Troisième Partie : La Route de l’Éternité, Chapitre Treize - Trop Précieux pour Mourir, Chapitre Quatorze - La Loyauté d’une Apôtre Brisée de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2022 et résumées par Guilhem.
  30. Informations issues de Siege of Terra - Échos d'Éternité, Cinquième Partie : Sanctum Imperialis, Chapitre Vingt-Cinq - Demain nous Serons Tous Mortels de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2022 et résumées par Guilhem.
  31. Informations issues de Siege of Terra - Échos d'Éternité, Sixième Partie : Échos d'Éternité, Chapitre Vingt-Neuf - Le Siège du Sanctum Imperialis, Chapitre Trente-et-Un - Responsabilité de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2022 et résumées par Guilhem.
  32. Informations issues de Siege of Terra - Échos d'Éternité, Cinquième Partie : Sanctum Imperialis, Chapitre Vingt-Cinq - Demain nous Serons Tous Mortels, Chapitre Vingt-Six - Un Curieux Choix d’Émissaire, Chapitre Vingt-Huit - Le Seul Choix Restant, Sixième Partie : Échos d'Éternité, Chapitre Vingt-Neuf - Le Siège du Sanctum Imperialis, Chapitre Trente-et-Un - Responsabilité, Chapitre Trente-Trois - Le Fléau de la Neuvième Lignée de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2022 et résumées par Guilhem.
  33. Informations issues de Belisarius Cawl - Le Grand Œuvre, Chapitre Six - Ce Que Cawl Fit Ensuite de HALEY GUY, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  34. Informations issues de l’Index Astartes du White Dwarf N°117 (Janvier 2004) et résumées par Guilhem.
  35. Imperial Armour Vol. 2 : Space Marine & Force of the Inquisition - Land Raider - The Land Enigma (traduit de l’anglais par Guilhem)