Troupe d'Assaut Cadienne

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Cadia)
Aller à :navigation, rechercher




Astra militarum middle.jpg
Astra Militarum banner left.jpg
Astra Militarum banner right.jpg
DecoMetalBarLarge.png
Astra Militarum wing.png
Astra Militarum wing.png
DecoMetalBar.png
DecoMetalBar.png
Aquila.pngAquila.png
Deco-dark-angel-13.pngDeco-dark-angel-13.png
Astra militarum side2.png
Astra militarum pane2.png
Astra militarum pane3.png
Astra militarum gothic.jpg
Astra militarum pane.png
Astra militarum pane2.png
Astra militarum pane3.png


« Si nos chars et notre artillerie sont redoutables, c’est par le nombre de nos Gardes Impériaux que nous piétinerons l’ennemi. Qu’il vienne. »
- Seigneur Castellan Ursarkar E. Creed.
Une membre des Troupes d’Assaut Cadiennes.

Depuis des millénaires, le peuple de Cadia n’a jamais connu que la guerre. Il se bat sans cesse pour tenir en respect les osts infernaux du Chaos qui se déversent depuis l’Œil de la Terreur, et a développé une solide culture guerrière. Quel que soit leur âge, leur sexe ou leur statut, tous les Cadiens sont des soldats capables de faire face avec bravoure aux horreurs qui prolifèrent au 41e Millénaire.

Les taux de naissance et de recrutement sont quasiment analogues sur Cadia, car chaque génération est soumise à un endoctrinement militaire poussé. Dès l’âge de cinq ans, un Cadien sait démonter et remonter un Fusil Laser. À six ans, la plupart sont des tireurs émérites et avant leur septième printemps, ils sont instruits des périls que représentent Psykers et mutants. Cet enseignement permet de fortifier les Cadiens spirituellement et physiquement, les confrontant à une réalité qui terroriserait les humains moins entraînés. À seize ans tous les Cadiens sont des soldats endurants, doués au maniement des armes, formés aux techniques de corps à corps, aptes à réagir efficacement face aux menaces blindées et chimiques, et n’ont qu’une hâte : faire leurs preuves au sein des régiments de cadets. Baptisées Boucliers Blancs, ces formations sont comparables à celles des Conscrits des autres planètes ; on reconnaît ces soldats à la bande blanche sur leur casque.

Les régiments d’infanterie de Cadia sont appelés Troupes d’Assaut, et beaucoup les considèrent comme le parangon de la Garde Impériale. Faisant preuve d’une discipline sans faille, d’un talent au tir hors pair et d’un humour cynique, le soldat Cadien estime souvent que le plus grand honneur est de se battre de toutes ses forces et de donner sa vie pour l’Empereur. Les mêmes inébranlables loyauté et talents martiaux se retrouvent parmi les régiments Cadiens blindés et d’artillerie. L’incessante routine de tir enseignée aux artilleurs et tankistes de Cadia rend leurs régiments inarrêtables sur le champ de bataille et leurs pilonnages sont capables de réduire en poussière le plus monstrueux des adversaires. Déployés indépendamment ou sous forme de groupes de combat combinés, les régiments de Cadia sont réputés pour leur efficacité, leur discipline et leurs vagues de tirs de précision capables d’annihiler tout ennemi qui aurait le malheur de croiser leur route.

Les officiers Cadiens sont versés dans les doctrines du Tactica Imperium et sont réputés pour l’habileté dont ils font preuve lorsqu’ils les mettent en application. Ces officiers sont un exemple rayonnant de la discipline et du sens du sacrifice auquel aspirent tous les Cadiens. Les régiments de Cadia comptaient souvent un grand nombre d’escouades de Vétérans. Celles-ci étaient assemblées à partir des survivants de divers théâtres d’opération, puis recevaient un entrainement particulier et du matériel spécial. Seuls les plus coriaces survient à leur formation, mais servir parmi l’élite de Cadia est un grand honneur. On attend de chacun d’eux qu’il fasse son devoir sans jamais hésiter, et bien plus encore. Ces soldats font partie des meilleurs guerriers de toute la Garde.

La Garde Intérieure[1]

Il n’y avait pas d’Arbites à Cadia. La planète vivait sous un régime de loi martiale permanente et, en conséquence, tout ce qui se rapportait à la police civile était placée sous la responsabilité de la Garde Intérieure, elle-même un département de la Garde Impériale cadienne. Les membres de la Garde Intérieure sont choisis au hasard. À la fin des classes et quel que soit son niveau d’excellence, un sur dix des soldats recrutés sur toute la planète était intégré dans les forces intérieures. En conséquence, certains des meilleurs hommes qui étaient formés sur ce monde de guerriers servaient sur leur monde natal et Cadia s’enorgueillissait de posséder l’un des corps de défense planétaire parmi les plus efficaces et les plus qualifiés de tous les mondes impériaux.

Kasrkin

« Quand les Gardes vétérans s’enfuient, les Kasrkins se tiennent debout. Quand la victoire est proche, les Kasrkins la saisissent. Quand l’Archi-ennemie attaque, l’élite Kasrkin est le rocher sur lequel les Traîtres se briseront. »
- Général Sturnn, commandant du 412e Cadien.
Des Kasrkins.

Les Kasrkins sont une formation de la Garde Impériale réputée pour ses guerriers vétérans, son entraînement d’élite et son armement supérieur. Fondés sur le Monde-Forteresse de Cadia, les Kasrkins puisent généralement ses recrues dans les Troupes d’Assaut Cadiennes. Les Kasrkins tirent leur nom de la dénomination des villes forteresses de Cadia, appelées "Kasrs" dans le dialecte indigène Cadien du bas gothique. L’armure lourde et les armes améliorées portées par les Kasrkins au combat leur ont également valu un autre titre - certaines formations sont appelées "Grenadiers" en reconnaissance de leurs réalisations sur les lignes de front de la guerre.

Les Troupes d’Assaut Cadiennes sont déjà connues dans tout l’Imperium comme une force hautement qualifiée et disciplinée, de sorte que les rangs des Kasrkins font parmi des meilleurs des meilleurs. De nombreuses recrues potentielles pour les Kasrkins sont choisies à un jeune âge alors qu’elles servent encore en tant que Boucliers Blancs dans la Jeune Armée Cadienne. Ceux qui sont choisis doivent d’abord faire leurs preuves dans les Troupes d’Assaut et devenir des vétérans endurcis avant d’être guidés vers les Kasrkins. Les sévères régimes d’entraînement supplémentaire dans les zones de guerre les plus dures forge chaque Kasrkin en un combattant endurci capable de faire face aux horreurs des guerres du 41e Millénaire.

Servir dans les Kasrkins est un grand honneur, car ils font partis des meilleures troupes de l’Imperium. Cependant, on attend beaucoup de ces guerriers - le Kasrkin est constamment envoyé dans les combats les plus féroces contre des ennemis mortels, et on compte sur lui pour agir au-delà de son devoir au nom de l’Empereur. La liste des actes de vaillance des Kasrkins est longue et respectée, car ce sont des guerriers d’un courage exceptionnel. Bien souvent, le courant de la bataille a été inversé par la puissance de feu précise et la discipline de fer des Kasrkins.

Le Kasrkin se voit confier des équipements spéciaux de haute qualité et d’un savoir-faire rare tels que des Fusils Radiants Laser, des Armures Carapace et des casques scellés pour les environnements dangereux. Les Sergents des Kasrkins manient souvent des artefacts rares et puissants plus couramment utilisés par les officiers de la Garde Impériale, tels que des Épées Énergétiques et des Pistolets Radiants. Les Kasrkins portent souvent des armes spéciales adaptées à leur rôle de troupes d’assaut sur le champ de bataille et à leur exceptionnelle adresse au tir, y compris avec des Canons à Plasma, des Fuseurs, des Lance-Grenades et des Lance-Flammes. Fidèles à leur nature de Grenadiers, les Kasrkins portent aussi bien des Grenades Frag que des Grenades Krak et ont reçu une formation approfondie sur l’utilisation de ces armes. Certains chroniqueurs de la Tactica Imperialis ont noté un certain nombre de combats difficiles dans l’histoire des Kasrkins résolus par l’application créative des Grenades.[2]

Les Kasrs

Les Kasrs étaient le nom des cités cadiennes, tels que par exemple Kasr Derth, Kasr Gesh ou Kasr Tyrok. Au tout début de son histoire, les premiers Kasrs de Cadia avaient été bâtis dans le style de la haute époque de Terra, avec de larges avenues agencées suivant un quadrillage. Au début de M.32, trois de ces citadelles furent anéanties par une invasion du Chaos, en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Les spacieuses avenues bien ordonnées s’étaient révélées impossibles à tenir ou à défendre. Depuis, tous les Kasrs étaient organisés suivant des plans géométriques complexes, avec des rues qui zigzaguaient d’avant en arrière et formaient des figures semblables aux dents d’une clé. Grâce à la bravoure des Cadiens et à leurs compétences en matière de guérilla urbaine, un Kasr pouvait être tenu rue par rue, mètre par mètre, pendant des mois, sinon des années.[3]

La Trahison sur Lorn V[4]

Le Général Sturnn du 412e Régiment des Troupes d’Assaut Cadiennes a envoyé une requête spéciale au Seigneur Castellan pour qu’il inclut plusieurs groupes de Kasrkins dans son commandement. Après mûre réflexion, cette rare demande a été acceptée, sur la base des honneurs de Sturnn et de ses états de service en tant qu’officier de la Garde Impériale.

Leader né et combattant redoutable, Sturnn croyait que le véritable devoir de la Garde Impériale était de mourir debout et de lutter contre les ennemis de l’Imperium. Le Général était admiré par ses camarades officiers pour son incroyable bravoure - Sturnn se battait souvent aux côtés de ses troupes, un trait rare chez les hommes de son rang. C’était la préférence du Général d’assigner des escadrons de Kasrkins comme garde du corps. C’était un rôle que les Kasrkins jugeaient approprié, car Sturnn se trouvait souvent au cœur des batailles les plus furieuses.

Les ordres de Sturnn étaient de se rendre dans le monde glacé de Lorn V et de récupérer un Titan de classe Imperator tombé, portant le nom de Dominatus. Autrefois monde gouverné par l’Imperium de l’Humanité, Lorn V avait été envahi et détruit par deux forces hostiles. La première était une bande de guerre de Space Marines du Chaos, commandé par le Seigneur Crull, un sauvage Champion du Chaos.

Le deuxième groupe d’envahisseurs était une Waaagh! Ork dirigé par un énorme Boss de Guerre nommé Gorgutz. Ensemble, ces deux forces ont dominé une grande partie de la planète, se battant l’une contre l’autre dans un conflit sauvage. Cependant, lorsque le 412e Régiment des Troupes d’Assaut Cadiennes arriva sur Lorn V, le Seigneur Crull et Gorgutz mirent fin aux hostilités entre leurs camps et forgèrent une alliance rude et difficile contre leur ennemi commun.

Peu après son arrivée dans l’ancienne capitale Talorn, le Général Sturnn apprit qu’un autre prétendant pour le contrôle de la planète était apparu - les Asuryanis, guidés par le sournois Grand Prophète Taldeer. Confrontés aux attaques constantes des Space Marines du Chaos et des Orks, Sturnn et Taldeer ont choisi à contrecœur de s’entraider afin de survivre. Avec l’appui opportun des Guerriers Aspects Aeldaris, Sturnn a engagé les Space Marines du Chaos et les Orks dans une série d’avancées fulgurantes.

Les archives impériales ne sont pas tout à fait claires sur les détails de la campagne de Sturnn sur Lorn V, mais tous conviennent sur le fait que sans les Kasrkins, aucune victoire n’aurait été possible. À maintes reprises, les Kasrkins furent envoyés à l’avant-garde de l’assaut de la Garde Impériale, et à maintes reprises, l’ennemi fut repoussé - mais à un coût croissant. Les pertes parmi les Kasrkins ont été stupéfiantes, en particulier dans le conflit décisif pour sécuriser le Titan.

La puissance de feu et l’entraînement supérieurs des Kasrkins ne comptaient pas contre une marée d’horreurs inhumaines surgissant sous la surface gelée de la planète. Cet assaut final opposait des Démons impitoyables à la discipline des Kasrkins - et la discipline a tenu la ligne. Mais les quelques survivants de Lorn V racontent une triste histoire.

Selon les rapports d’après-campagne, le Général Sturnn et ses hommes ont été trahis par les Asuryanis à la fin et abattus dans une grêle de feu shuriken. La tromperie du Grand Prophète coûta cher aux forces de la Garde Impériale - le 412e Régiment des Troupes d’Assaut Cadiennes fut chassé de la planète et le Titan a été déclaré perdu. Aujourd’hui encore, la bannière du 412e porte un ruban noir pour marquer cette défaite.

Cadia

« Tout Cadien qui ne peut pas monter son propre Fusil Laser à l’âge de dix ans est né sur la mauvaise planète. »
- Dicton.
Cadia avant sa destruction.

Cadia était un monde synonyme de rejet absolu et obstiné des Puissances de la Ruine. Depuis des temps immémoriaux, elle a été la sentinelle de l’Œil de la Terreur et a résisté à tous les assauts que les puissances du Chaos ont lancés. Mais une grande tempête arriva…

Pour bien comprendre le peuple Cadien et son mode de vie, il faut remonter plus de dix mille ans en arrière, à une époque perdue dans les mythes. La planète aujourd’hui connue sous le nom de Cadia a été colonisée pour la première fois durant le Moyen-Âge Technologique. Lorsqu’elle a été retrouvée pendant la Grande Croisade, il restait encore une civilisation humaine dégénérée.

Malgré cela, ou peut-être à cause de sa proximité avec l’influence étrange de l’Ocularis Terribus, cette population avait enduré la Longue Nuit et s’était mise à adorer la grande faille Warp qui dominait leur ciel. La Grande Croisade de l’Empereur n’avait aucune tolérance pour ce genre de croyances, et à la fin de l’Hérésie d'Horus, cette civilisation avait été purgée de la surface de la planète avec les torpilles cycloniques Exterminatus. (En réalité ce fut Lorgar Aurelian, Primarque des Word Bearers, qui extermina la population primitive de la planète qui allait devenir Cadia, afin de ne laisser aucun témoin de son Pèlerinage qui le mena à embrasser le Chaos, une quarantaine d’années avant l’Hérésie d’Horus !).[5]

Maintenant connue sous le nom de Cadia, cette planète avait été témoin de la fin de la déroute des Légions Renégates depuis le Siège de Terra alors qu’elles se retiraient dans l’Œil de la Terreur. Malgré la dévastation causée par la rébellion d’Horus, Cadia avait été rapidement colonisé et fortifié, et c’est ainsi que commença le rôle de sentinelle de la Porte Cadienne. La Porte Cadienne était l’itinéraire le plus fiable vers et depuis l’Œil de la Terreur, et elle semblait être à peu près centrée sur la planète de Cadia elle-même. En tant que tel, c’était l’un des mondes les plus stratégiquement importants de l’Imperium. Bien qu’il y ait théoriquement d’autres routes depuis l’Œil, elles vont et viennent avec les tempêtes imprévisibles du Warp, et aucune force, quelle qu’elle soit, ne peut s’aventurer sans passer d’abord par l’espace autour de Cadia.

Vers la fin du 31e Millénaire, la planète était prête à s’opposer à la première des Croisades Noires. Bien que l’Imperium fut finalement victorieux, grâce en grande partie aux nouveaux Chapitres Space Marine et les Legios Titanicus, les premières défenses s’avérèrent insuffisantes et les planètes de la Porte Cadienne furent encore renforcées. Depuis ces premiers jours, les fortifications de Cadia n’avaient jamais cessé d’être reconstruites, améliorées et complétées. Les mêmes Légions Renégates qui assiégèrent Terra rôdent toujours dans l’Œil, ne cessant jamais de se battre au service de leurs dieux monstrueux. Elles se battent les unes contre les autres pour prouver leur suprématie, et contre les forces de l’Imperium lorsque les tempêtes Warp s’apaisent assez longtemps pour leur permettre de se déchaîner dans l’espace réel depuis leurs fiefs infestés de Démons.

Le Décret sur la Lisibilité[6]

Sur Cadia, se trouvait de vaste champ de pierres tombales. Là, quelques prêtres erraient parmi les alignements de pierres effritées, s’arrêtant devant chacune pour l’étudier. Ils lisaient les noms des Cadiens tombés pour voir s’ils étaient encore lisibles. En effet, un monde guerrier comme Cadia produisait des morts en grande quantité et il y a très longtemps, le gouvernement planétaire a promulgué un édit selon lequel seules certaines parcelles de terre pourraient être utilisées pour les inhumations. Alors l’espace funéraire était optimisé, d’où le Décret sur la Lisibilité.

C’était une loi qui spécifiait que, lorsque l’œuvre d’érosion du temps et des éléments s’est accomplie et que les derniers noms des pierres d’un cimetière sont finalement devenus illisibles, les morts anonymes pouvaient être exhumés. Leurs ossements étaient enterrés dans une fosse commune et le champ pouvait alors être réutilisé. Car une fois les noms disparus, les souvenirs disparaissent aussi, avec la nécessité de leur rendre honneur.

L’épine dorsale des défenses de la Porte Cadienne était la planète elle-même, et plus spécifiquement les habitants qui y vivaient. Cadia était un globe sombre, impitoyable et soufflé par le vent, où seuls les plus forts survivaient jusqu’à l’âge adulte. La discipline s’apprenait dès le plus jeune âge avec l’Œil qui brillait dans le ciel, même en plein jour. Les vents froids hurlaient dans de vastes plaines tandis que les armées s’entraînaient à balles réelles. Chaque jour non passé à se former et à tester les défenses était une journée de perdue. Chaque ville, ou Kasr, était une forteresse à l’échelle déconcertante, avec ses rues et ses bâtiments façonnés avec une grande astuce tactique par les meilleurs architectes militaires.

Toute la population de Cadia était destinée à une vie militaire ; le taux de natalité et le taux de recrutement étaient synonymes. Les régiments Cadiens sont très efficaces, excellents au combat avec des vétérans d’élite pour mener leurs assauts. Leurs Troupes d’Assaut avaient peut-être le devoir le plus dangereux de tous les corps impériaux - se défendre contre les incursions du Chaos. Un soldat Cadien sur dix était recruté dans la Garde Intérieure, quelles que soient ses capacités ou ses réalisations, et par conséquent, certains des soldats les plus capables passaient tout leur service militaire sur Cadia, attendant qu’une armée du Chaos émerge de l’Œil pour qu’ils puissent combattre. Les neuf autres sur dix étaient envoyés dans d’autres zones de guerre à travers l’Imperium, pour donner une mesure de leur excellence aux forces armées des autres régiments qui formaient le vaste corps de l’Astra Militarum. Leur réputation est méritée, et les Troupes d’Assaut Cadiennes sont parmi les forces de combat les plus efficaces et les plus compétentes de l’Imperium.

Chaque Cadien apprenait les arts du guerrier dès qu’il pouvait marcher, et il est très recherché par les commandants dans toute la galaxie. Une telle planète engendrait des guerriers robustes et déterminés, et les régiments Cadiens ont une réputation bien méritée d’honneur et de combativité. Dès leur plus jeune âge, on leur apprenait à monter une arme sur le terrain les yeux fermés, à mémoriser de longs hymnes de pureté et de bannissement, et à courir à travers des champs de barbelés avec des poids lourds attachés au dos ; la doctrine tactique était enseignée avant la lecture et l’écriture. Les normes auxquelles ils étaient tenus étaient exigeants, brutaux et implacables pour toute leur vie. Chaque jour, la connaissance de leur propre mort était enracinée en eux alors que leur entraînement réitérait et renforçait leur force et leur objectif central : combattre et mourir pour défendre l’Imperium contre toute force, aussi vaste ou profane soit-elle.[7]

Les Pylônes de Cadia

Un Pylône de Cadia.

Les mystérieux Pylônes monolithiques de pierre noire qui parsemaient la surface de Cadia dataient d’avant la colonisation du système par l’Humanité - ils jaillissaient des désolations balayées par le vent pour accueillir les premiers groupes qui sont arrivés sur la planète, et ont été une source de nombreux débats depuis.

Chaque Pylône était vaste, bien qu’il n’y avait aucune uniformité ; la plupart montaient à des milliers de pieds dans le ciel et s’étendaient à plus de mille pieds sous la surface. Aucun d’entre eux n’avait été déterré avec succès. Le parement supérieur de la pierre noire lisse avait été usiné par une force inconnue avec des ensembles complexes de trous creusés dans la surface, ce qui témoignait d’un degré étonnant d’artisanat. Y figuraient des géométries déconcertantes à l’intérieur de la pierre, et à travers ces tubes minces, longs de plusieurs centaines de pieds, le vent des plaines de Cadia gémissait et frissonnait.

Ainsi, la forme précise de ces tunnels intérieurs avait déconcerté toutes les tentatives de les classer ou de les mesurer. Les Technoprêtres qui avaient étudié ces artefacts ont envoyé toutes sortes de Serviteurs et de Servocrânes pour les sonder, dont certains pas plus gros qu’une main, dans l’intention de cartographier les boucles et les convolutions à l’intérieur des Pylônes, mais peu revenaient, et jamais avec des données concluantes.

Cinq mille huit cent dix Pylônes connus parsemaient la surface de Cadia, deux mille étaient des ruines partielles ou des reliques enterrées. Il n’y en avait pas deux qui étaient identiques dans leur conception. Ils étaient totalement inertes, d’après les lectures de n’importe quel Auspex utilisé pour les scanner, bien qu’il existait de nombreuses théories quant à leur véritable fonction. Des structures similaires ont été trouvées et cataloguées à plusieurs endroits dans toute la largeur de la galaxie, certaines autoportantes, d’autres incorporées dans des structures plus grandes ou même enterrées loin sous la croûte terrestre de leur planète hôte. La théorie la plus persistante est qu’ils étaient la raison qui faisait que Cadia était en grande partie épargnée par les marées du Chaos - assuraient que le Monde-Forteresse demeurait au cœur de la région la plus stable de l’espace dans un secteur ravagé par les tempêtes.[8]

La Chute de Cadia

Puis le désastre advint. La plus grande Croisade Noire d’Abaddon s’est écrasée contre les défenses de la planète avec une force écrasante, même si les défenseurs de Cadia causèrent un bilan dévastateur aux assaillants.[9]

C’est sur Cadia même que, durant la Treizième Croisade Noire d’Abaddon le Fléau, la légendaire résolution Cadienne fut mise à la plus rude des épreuves. Anticipée de longue date par les devins et les stratèges, l’offensive de l’Œil de la Terreur fut incomparable à tout ce que Cadia avait rencontré jusque-là. Pendant que les flottes impériales affrontaient les croiseurs du Chaos jaillissant de l’Immaterium, les défenses planétaires déjà formidables furent rapidement étayées. De nombreux régiments en opération extérieure furent rappelés pour renforcer les garnisons de Cadia, appuyés par l’Adeptus Astartes, les engins de guerre de l’Adeptus Mechanicus et les rangs éclatants de l’Adepta Sororitas.

L’assaut initial faucha des millions de vies, et même lorsque les premières heures de combat devinrent des jours, le massacre ne faiblit pas. Les Troupes d’Assaut Cadiennes luttèrent jusqu’à leur dernier souffle comme on le leur avait inculqué, leur désespoir rapidement balayé par les ordres aboyés des Escouades de Commandement de Pelotons leur intimidant de tenir la ligne. Et la ligne tint. Depuis sa naissance, chaque soldat Cadien a été entraîné pour donner sa vie afin que la vermine du Chaos ait à payer son intrusion de son sang.

Sur d’innombrables fronts, les Cadiens rendaient coup pour coup, écrasant des vagues d’adorateurs du Chaos sous le pilonnage de leur artillerie et les chenilles de leurs formations blindées et abattant des colosses démoniaques sous des rideaux de feu laser. Malgré une résistance héroïque et dix millénaires d’endiguement des habitants du Warp, Cadia fut consumée dans une tempête de feu cataclysmique lorsqu’Abaddon envoya s’écraser l’épave de sa Forteresse Noire à la surface. La planète était condamnée et ses défenseurs impuissants face aux hordes de Démons revendiquant désormais leur mainmise sur un monde autrefois inébranlable.

Si leur monde natal est brisé, la résolution des Cadiens demeure intacte. Les vétérans ayant survécu à l’ultime bataille pour Cadia, ainsi que les régiments de leurs frères éparpillés dans les zones de guerre constellant la galaxie, combattant avec une opiniâtreté désormais redoublée contre les ennemis de l’Imperium. Des générations entières de Troupes d’Assaut naissent, sont élevées et entraînés au cours des transits en direction des théâtres d’opération, et les soldats d’autres mondes assez braves pour supporter l’entraînement Cadien sont intégrés à leurs rangs. Le mantra « Cadia résiste » ; régulièrement répété lors des derniers jours de la planète, a été adopté par les officiers et la plupart des pelotons. Car tant qu’un seul soldat Cadien continuera son combat, Cadia résistera bel et bien.

La Zone de Guerre de Cadia

Le Secteur de la Porte Cadienne.

La défense obstinée de la planète a permis à l’Imperium de gagner un temps précieux pour retrancher des forces sur les mondes et systèmes voisins ; des travaux de siège ont été creusés, l’artillerie a été mise en place et des armes furent hissées vers le ciel pour attendre l’assaut futur.

Abaddon avait cependant triomphé, et après la Chute de Cadia (et peut-être à cause d’elle) une grande faille Warp déchira la galaxie en deux, permettant aux forces du Chaos de lancer leurs attaques sur toute la longueur de l’Imperium.

Cependant, au fur et à mesure que ses forces se dispersaient autour du Secteur Cadien - ainsi qu’à l’intérieur et autour de l’Œil de la Terreur lui-même - l’emprise d’Abaddon s’est affaiblie. De nombreux chefs de guerre des Légions Renégates, certains au mépris direct des ordres du Fléau, profitèrent de l’occasion pour contourner complètement les défenseurs de la Porte et lancer leurs attaques sur d’autres mondes plus vulnérables ailleurs dans la galaxie.

Cela laissa un grand nombre de défenseurs impériaux déployés autour de Cadia dans l’attente d’une deuxième vague coordonnée du Chaos qui pourrait ne jamais arriver. Il y a des rumeurs au sein du Commandement Impérial de secteur sur la possibilité de riposter, de récupérer des territoires perdus lors de la récente guerre, et même de récupérer les ruines de Cadia elle-même.

Autour de l’Œil se trouve une force de Space Marines rivalisant avec celle des Légions, des Maisons de Chevaliers entières, et bien sûr, les orphelins de Cadia eux-mêmes - plus de 200 régiments de Troupes d’Assaut de l’Astra Militarum désireux de se venger.

Cadia est peut-être brisée ; les Troupes d’Assaut non.[10]

8e Cadien, "Les Fils du Castellan"

Symbol mechanicus.png
L’Omnis Bibliotheca est vaste, peut-être vouliez-vous aller voir quelque chose qui porte le même nom : Castellan
Bannière du 8e Cadien.

Le 8e Régiment Cadien porte fièrement le titre de "Fils du Castellan", car son ancien Colonel n’est nul autre que le Seigneur Castellan de Cadia, Ursarkar E. Creed. En dépit du fait que Creed est depuis longtemps passé à l’échelon supérieur de la hiérarchie, il reste le Colonel en Chef du 8e et l’a commandé au combat en de nombreuses occasions. Le 8e Cadien jouit d’une position privilégiée au sein des Troupes d’Assaut et ses soldats servent souvent de garde d’honneur aux membres importants du gouvernement militaire de Cadia. Ses officiers sont très demandés au sein des autres régiments Cadiens, où ils sont souvent détachés pour entraîner les nouvelles recrues, afin de veiller à ce que les traditions et les compétences martiales des Troupes d’Assaut Cadiennes soient transmises à une nouvelles génération.

Jusqu’à la Treizième Croisade Noire…

99e Infanterie Mécanisée Cadienne

Personne n’est tout à fait certain du nombre d’incarnations différentes du 99e Infanterie Mécanisée Cadienne qui ont existé à travers les millénaires. La plus récente incarnation était initialement destinée à rejoindre la Croisade de la Marge, mais a reçu l’ordre de renforcer le Front Spinward à la place. Malgré l’inexpérience des Gardes, ils sont néanmoins des Cadiens, et ils se sont entraînés depuis leur enfance à se battre pour l’Imperium.

Le Colonel Dero Arkat, un vétéran de la Garde Intérieure depuis trente ans fut chargé de diriger le régiment nouvellement levé, et travaille sans relâche pour préparer ses hommes à la guerre. Il semble avoir réussi jusqu’à présent, opérant dans le cadre d’une série d’attaques rapides contre les forces du Chaos infestant la périphérie et les mondes au-delà.[11]

Legs de Cadia

  • Celeritas

Celeritas fut offerte par le Maître de Chapitre Admeus des Ultramarines au Castellan Grift après que son 57e Cadien ait pris la relève des Ultramarines pendant le siège de Ygdravere. Cette épée tronçonneuse parfaitement équilibrée est l’œuvre des artisans de Talassar, et compte parmi les meilleures armes de son type dans tout l’Imperium. Armés de cette merveilleuse épée tronçonneuse, des officiers cadiens ont occis des Space Marines du Chaos et des Exarques Aeldaris, sans même subir une égratignure.

  • Héraut de Kabe

Le ton strident du Chevalier Commandeur Kabe tonna à travers les haut-parleurs de ses hommes avec une autorité qui les fit toujours balayer leurs ennemis. Le Chevalier Commandeur fut finalement tué lorsqu’un Titan Warhound du Chaos aplatit son Leman Russ. Toutefois, son héraut-vox amplifié fut récupéré sur l’épave. Au combat, le timbre âgé du Chevalier Commandeur porte toujours par-dessus les parasites, transmettant des ordres en soutien de son successeur de chair et d’os afin d’aider les chars d’assaut de Cadia à arracher de nouveau la victoire.

  • La Main Gauche de Fer

Conçue à l’origine comme bras bionique pour l’héroïque Lieutenant Cadien et pugiliste notable Grigor « la Bombe » Hass, cette prothèse unique incorpore une épée énergétique neuro-contrôlée et rétractable. Le membre prothétique possède une force hydraulique colossale, chaque coup d’épée et crochet du gauche sont capable de trancher en deux un Space Marine en armure.

  • Étendard Perdu du 113e

Pendant les horreurs de la Douzième Croisade Noire, le vaillant 113e d’infanterie Cadien tint face à un nombre écrasant d’ennemis en défendant le Monde-Forge Gamanede. Bien qu’ils fussent de toute évidence condamnés, les soldats luttèrent avec honneur et distinction, résistant pendant douze jours contre une marée de traîtres et ne succombant qu’au bout du treizième. Leur étendard fut retrouvé et est brandi depuis avec fierté, comme un signe de l’acharnement des Cadiens en dépit des circonstances.

  • Canne de Volkov

Bâton de cérémonie ouvragé abritant un générateur d’onde de choc dans le pommeau, le meilleur atout de cette canne est en tant qu’outil pour gonfler le moral des troupes. Tous les Cadiens connaissent le Castellan Volkov qui, durant l’évacuation de Dortengrav, se tint seul et uniquement armé de sa canne face au monstrueux Boss de Guerre Ork Broyeurd’os. Adoptant la posture classique d’un escrimeur, Volkov affronta l’immense peau-verte pendant plusieurs minutes tandis que les derniers réfugiés se mettaient à l’abri. Bien qu’il fût inévitablement tué par son furieux adversaire, l’héroïsme du Castellan entra dans la légende des Cadiens, et un officier jugé digne de porter sa canne inspire un respect absolu et une totale obéissance à ceux qui l’entourent.

  • Colère de Cadia

Même si cette arme de poing ressemble à un simple pistolet laser ouvragé, elle incorpore des secrets technologiques qui rapprochent la nature de son faisceau de celle d’une pièce d’artillerie navale miniature. En son temps, le remarquable pistolet a abattu des monstres horribles, notamment un Bio-titan Tyranide.[12]

Médias Externes

Sources

Pensée du Jour : « L’espoir est un luxe. »
  • Codex Astra Militarum, V8
  • Codex Garde Impériale, V5
  • Warzone Damoclès: Mont'Ka V7 - Les Règles
  • Warhammer 40 000 JdR - Only War : Hammer of The Imperium
  • Warhammer 40 000 JdR - Only War : Livre de Règles
  • Warhammer Community - Cadia - Gateway to the Eye[1]
  • Warhammer Community - New Warhammer 40,000 - War Zone : Cadia[2]
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Le Premier Hérétique : Corruption, Black Library, 2010
  • DAN ABNETT, Eisenhorn - Malleus, Black Library, 2001
  1. Informations issues de Eisenhorn - Malleus, Chapitre XIII - Retrouvailles - Les Beffrois de la Guerre - Le Début d’un Long et Lent Labeur'' et résumées par Guilhem.
  2. Warhammer 40 000 JdR - Only War : Hammer of The Imperium, Chapter I : Heroes of the Imperium - Kasrkin (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. Informations issues de Eisenhorn - Malleus, Chapitre XII - À Cadia, par Tierces - Les Pylônes - Entretien avec Nève et résumées par Guilhem.
  4. Warhammer 40 000 JdR - Only War : Hammer of The Imperium, Chapter I : Heroes of the Imperium - Kasrkin - Betrayal At Lorn V (traduit de l'anglais par Guilhem)
  5. Informations issues de Le Premier Hérétique : Corruption, Chapitre Dix-Neuf - Confession - Restauration - Les Gal Vorbak - V : L’Écran de Fumée de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de Eisenhorn - Malleus, Chapitre XII - À Cadia, par Tierces - Les Pylônes - Entretien avec Nève de DAN ABNETT, Black Library, 2001 et résumées par Guilhem.
  7. Warhammer Community - Cadia - Gateway to the Eye (traduit de l'anglais par Guilhem)
  8. Warhammer Community - Cadia - Gateway to the Eye - The Pylons of Cadia (traduit de l'anglais par Guilhem)
  9. Warhammer Community - New Warhammer 40,000 - War Zone : Cadia (traduit de l'anglais par Guilhem)
  10. Warhammer Community - New Warhammer 40,000 - War Zone : Cadia (traduit de l'anglais par Guilhem)
  11. Warhammer 40 000 JdR - Only War : Livre de Règles, Chapter II : Regiment Creation - Cadian Shock Troops - The Cadian 99th Mechanised Infantry (traduit de l'anglais par Guilhem)
  12. Warzone Damoclès: Mont'Ka V7 - Les Règles, Legs de Cadia