Triomphe d'Ullanor

De Omnis Bibliotheca
« Je ne vous quitte pas par choix. Je m’en vais parce qu’il le faut. Sachez-le, et sachez quels sont Mes regrets, mais sachez aussi que Je m’en retourne vers Terra pour le bien de notre Imperium. »
- L’Empereur de l’Humanité lors du Triomphe d’Ullanor.

Événement charnière entre la Grande Croisade et l’Hérésie d'Horus, le Triomphe d’Ullanor fut le glorieux événement qui vit l’aboutissement de la Croisade d’Ullanor contre le plus puissant empire Ork rencontré par l’Imperium. Immense victoire Impériale, tous les historiens s’accordent à dire qu’il fut l’apogée de la Grande Croisade, mais aussi le dernier instant glorieux de l’Imperium avant sa chute dans l’effroyable guerre civile qui le dévasta deux ans après…

Le Triomphe d’Ullanor marqua les esprits pour trois raisons. Premièrement, il fut le dernier engagement de l’Empereur dans les campagnes militaires de la Grande Croisade et son départ vers Terra. Deuxièmement, il vit le rassemblement de pas moins neuf Primarques pour célébrer la victoire. Enfin, il fut le théâtre de l’avènement d’Horus, Primarque des Luna Wolves, au rang de Maître de Guerre, commandant suprême de l’ensemble des forces militaires de l’Imperium.

Rajoutons que ce fut à Ullanor que fut décidé l’organisation d'un Concile sur le Projet Librarius, un Concile essentiel dans l’historiographie Impériale qui déclenchera lui aussi un ensemble d’événement qui viendront nourrir le feu de l’Hérésie : Nikaea.

La Croisade d'Ullanor

Le Triomphe d’Ullanor.
Dans les dernières années du 30e Millénaire, les forces de l’Imperium entreprirent la Croisade d’Ullanor, une vaste campagne contre l’empire Ork de ce secteur de la galaxie. Cette croisade devait marquer le point culminant de la Grande Croisade pour réunir les mondes dispersés de l’Humanité. Les Orks d’Ullanor représentaient la plus grande concentration de Peaux-Vertes jamais vaincue par les forces militaires de l’Imperium ; avant la Guerre de la Bête mille ans plus tard et la Troisième Guerre d’Armageddon commencée à la fin du 41e Millénaire. L’Empereur en personne commanda les armées de l’Imperium, secondé par Horus. Les détails des opérations militaires ne sont pas connus, mais nous savons que les forces Impériales concentraient l’ensemble des Luna Wolves, qui furent mobilisés pour mener le fer de lance, secondé par les Ultramarines qui combattirent aux côtés des White Scars.[1]

Le secteur d’Ullanor était le domaine du Seigneur de Guerre Ork Urlakk Urg, dont l’empire reposait sur des dizaines de planètes humaines conquises et réduites en esclavage. Connaissant bien le goût des Orks pour la guerre, Horus choisit de leurrer les Peaux-Vertes et les détourner de son objectif véritable. Il demanda à d’autres Légions Space Marines, les Ultramarines et les White Scars, de reconquérir les mondes extérieurs avec le soutien de régiments de la Garde Impériale récemment levés et, lorsque l’armada Ork se mit en mouvement pour faire face à l’assaut, la flotte des Luna Wolves plongea au cœur de leur empire.

Des Modules d’Atterrissage se posèrent tout autour du palais-forteresse d’Urlakk tandis que des navettes de transport déposaient des Land Raiders, des Predators ainsi que des escouades de Space Marines dans leur Rhinos. L’Empereur commandait à la soldatesque ordinaire et aux phalanges de Titans sur les plaines d’Ullanor Majoris.

Alors que des centaines d’Orks se précipitaient pour se joindre aux combats sur les remparts, Horus et la totalité des Terminators de la Première Compagnie se téléportèrent directement dans la grande tour centrale. Les Luna Wolves abattirent les gardes mais des bandes d’Orks affectées aux remparts firent demi-tour pour revenir protéger Urlakk. Horus laissa la majeure partie de ses Terminators pour retenir les Orks et poursuivit avec seulement dix Space Marines. Au sommet de la tour, il trouva enfin Urlakk entouré de quarante des plus gros Orks de son empire. Le Maître de Guerre chargea directement au milieu des Nobz, les mettant en pièces de ses Griffes Éclairs. Les Terminators qui l’accompagnaient ne tirèrent pas dans la mêlée de peur de blesser leur Primarque bien-aimé et se jetèrent eux aussi à l’assaut. Ils se frayèrent un chemin à travers les Peaux-Vertes jusqu’à ce qu’Horus se trouve enfin face à Urlakk. Celui-ci était énorme, mais incapable de rivaliser avec les talents du Primarque. Horus blessa à mort son ennemi puis le souleva au-dessus de sa tête pour le lancer du haut de la tour. L’Ork tomba en hurlant parmi sa horde qui continuait à prendre d’assaut les niveaux inférieurs.

La mort de leur puissant seigneur sema la panique parmi les Nobz qui commencèrent à céder devant les Terminators. Mais les fuyards se rendirent rapidement compte qu’ils n’avaient pas d’endroit où battre en retraite car les remparts avaient été pris par les forces assaillantes des Luna Wolves, et la journée se termina par leur massacre. Dans la grande salle en haut de la tour. Horus se retourna pour constater que tous les Orks et ses Terminators avaient succombé, à l’exception du Capitaine de la Première Compagnie, Abaddon, qui était entouré d’un grand nombre de corps mutilés.

La nouvelle de la mort d’Urlakk se répandit et son empire implosa, les forces Impériales purent facilement venir à bout des dernières poches de résistance pour pacifier la zone (les Luna Wolves affirmèrent bien sûr avoir libéré davantage de planètes que les forces alliées).[2]

Le Triomphe

Les Neuf Primarques présents lors du Triomphe d’Ullanor.
Après la défaite des Orks d’Ullanor, un immense Triomphe fut organisé par l’Imperium pour célébrer la grande victoire de l’Humanité sur les Peaux-Vertes. Ullanor fut alors un monde transformé et les archives décrivant les préparatifs du Triomphe ne peuvent que nous laisser à la fois admiratif de la grandeur de l’Imperium d’antan, et son actuel état décrépi.

Aux mains des Peaux-Vertes, la planète s’était trouvée réduite à un désordre de repaires puants, de campements étouffés sous leurs immondices. Mais la guerre des Astartes avait purifié sa surface avec une fureur scarificatrice ayant tout balayé devant elle, mais qui, malgré sa férocité, ne pouvait soutenir la comparaison avec l’activité industrieuse du Mechanicum.

Quatre flottes ouvrières de géoformateurs s’étaient mises à l’ouvrage sur les terres arrière ayant servi de domaines au Seigneur de Guerre de ces armées, afin d’aplanir le plus grand continent et d’en faire une estrade qui fut digne du Maître de l’Humanité. Des millions de serviteurs, d’automates et d’hommes des bataillons pénaux furent mis au travail. Les montagnes furent réduit en gravats qui fut utiliser pour combler les vallées sans lumière et mettre à niveau les désolations ondulantes là où les Orks avaient allumé des feux et érigé des forteresses hideuses de boue et d’argile. Les sections de géoformation du Mechanicum firent dégager par leurs engins de terrassement planétaire et leurs fonderies mobiles un grand pan de paysage brisé laissé dans le sillage de la bataille. Les morts des Orks furent ensevelis par millions, avec leurs ruines sauvages, sous la roche déplacée et les cimes concassées des montagnes abattues. Le Mechanicum éradiqua jusqu’à la dernière trace de l’ennemi, et pava sa sépulture d’un boulevard géant, un vaste champ de parade, aussi large que l’empreinte au sol de certaines villes.

Ce qui aurait dû prendre des siècles n’avait pris que des mois. Un gigantesque cirque de granite poli avait prit forme, une masse continentale qui paraissait couverte d’une couche de mosaïque en terrazzo, brillante comme le miroir des anciens astronomes de cour. Des cratères vitrifiés avaient été fondus dans le paysage et remplis de prométhéum, dont les flammes faisaient virer les cieux à l’orange et y projetaient de grandes colonnes de fumée. Une route de la rectitude d’un laser, large d’un demi-kilomètre et longue de cinq cents, passait au cœur des cratères, ses extrémités marquées par des poteaux qu’ornaient en guise de trophées les crânes dénudés et blanchis des brutes Xenos.

Des centaines de vaisseaux énormes étaient accrochés en orbite basse, leurs réacteurs luttant contre l’attraction alors que l’atmosphère crépitait d’éclairs en chaîne, nés des champs électromagnétiques que chaque vaisseau générait. Des nuées d’appareils d’attaque, de chasseurs et de bombardiers volaient en formation dans le ciel. Les croiseurs vermillon des Blood Angels disputaient leurs positions à ceux fabuleusement ornementés des Emperor's Children. Phalanx, la puissante forteresse dorée des Imperial Fists, était présent et dominait le ciel alors que les vaisseaux-amiraux du Khan, d’Angron, de Lorgar et de Mortarion étaient suspendus au-dessus du sol en miroir, à côté de ceux de leurs frères Primarques. Néanmoins, prédominant parmi eux tous, un vaisseau de guerre était ancré au-dessus du seul élément du continent à n’avoir pas été aplani par les fuseurs industriels du Mechanicum : le Vengeful Spirit, vaisseau de commandement d’Horus Lupercal, uniquement dépassé par le Phalanx pour sa puissance de destruction.

Quatorze Légions avaient répondu à l’invitation de l’Empereur, une centaine de milliers des plus grands combattants de toute l’histoire humaine, et neuf des Primarques se trouvaient présents, le reste trop éparpillé par les exigences de la croisade pour rejoindre Ullanor à temps : il s’agissait d’Horus, de Fulgrim, de Rogal Dorn, de Lorgar Aurelian, de Jaghatai Khan, d’Angron, de Magnus le Rouge, de Mortarion et de Sanguinius.

Huit millions de soldats de l’Armée Impériale étaient venus, et une pléthore étourdissante de bannières, de drapeaux honorifiques, d’étendards et d’icônes étaient fichés en terre au centre de chaque campement, se dressant également auprès de milliers de véhicules blindés et de centaines de Titans des Legio Titanicus.

Seul le plus grand être de la galaxie pouvait inspirer une telle dévotion et ce rassemblement fut pareil à nul autre.

La montagne qui avait autrefois servi de repaire au Seigneur de Guerre Peau-Verte avait été rasée, et le revêtement d’acier de son pied aplati servi de tribune à l’Empereur et à Ses fils révérés. Un pavillon ornemental de marbre noir et de granite, bâti pièce par pièce sur Terra et transporté à travers le vide par convoi spécial avait vu le jour. Les neuf Primarques prirent place aux côtés de leur père. Deux Titans Warlord se tenaient en sentinelle à l’approche du pied de la montagne sabrée, revêtues d’or et arborant le motif impérial de l’éclair, ces machines étant venues de Terra protéger le Maître de l’Humanité. Ces prétoriens, les plus puissants, ces gardes titanesques offraient à la vue le parfait mélange de technologie et d’esprit guerrier. Au-delà des Titans, les Custodiens protégeaient chaque voie d’entrée vers le centre du continent, tenant les checkpoints par six d’entre eux, avec un trio de Land Raiders grondant derrière eux et de deux Dreadnoughts pour encore accroître leur force.

Les Primarques occupaient la tribune colossale érigée dans ce but spécifique. Ils se dressaient plus haut même que les Titans Imperator et les Warmonger qu’aucune autre machine ne pouvait égaler, et les généraux génoforgés de l’Empereur jubilaient ou supportaient de manières diverses les cris des masses organisées au-dessous d’eux. Un par un, ils s’avancèrent pour saluer l’ost rassemblé. Angron, leva ses armes bien haut, exalté par le rugissement de toute cette armée. Lorgar Aurelian écarta les bras et exhorta ainsi les millions d’âmes loyales à crier plus haut et plus fort alors que l’arrivée de Sanguinius qui fut accueillit par des cris plus fort, les dizaines de millions d’hommes et de femmes rassemblés en dessous de lui hurlant leur vénération à la personnification de l’idéal de la Grande Croisade. L’Ange tira son épée pour saluer les cohortes de l’Humanité arrangées sur la plaine puis étendit ses grandes ailes d’où une plume s’en détacha, avant de descendre sur le vent en tournant lentement. Elle deviendrait une relique sacrée pour le régiment de l’Armée Impériale où elle tomba, et l’image d’une unique plume blanche garderait à jamais une place d’honneur parmi ses bannières de campagne.

Puis l’Empereur s’avança et toutes ces ovations extasiées et tapageuses s’éteignirent. Tous les yeux regardèrent la silhouette dorée au centre de la tribune. Ceux qui se trouvaient trop loin, à des kilomètres du bout de la procession, se tournèrent vers les moniteurs dressés autour d’eux, connectés aux flux d’images de Servocrânes dérivants qui leur relayèrent le spectacle. L’Empereur se tenait devant eux tous, en armure et en armes. Les hommes et les femmes avaient la tête levée vers Lui, inconscients qu’ils pleuraient. Même les visages de bon nombre de guerriers Astartes auraient laissé voir des traînées de larmes sur leurs traits génétiquement altérés, s’ils n’avaient été cachés derrière les grilles de leurs casques MkII et III.

Puis face aux milliers d’Astartes rassemblés, l’Empereur avait annoncé Son retrait des combats, proclamant à Ses guerriers fidèles que l’heure était venue pour Lui de confier à un autre le commandement de la Grande Croisade. Les Astartes s’étaient lamentés d’entendre que leur maître les quittait, mais aussi frappante que fût cette séparation, l’annonce suivante de l’Empereur l’avait largement égalée. L’Empereur avait ôté de Sa tête les lauriers d’or qui avaient été Sa parure la plus iconique, et en avait couronné le plus brillant de Ses fils : Horus Lupercal dirigerait à Sa place comme commandant en chef de toutes les armées de l’Imperium et devenait le dépositaire de l’autorité de commandement sur tous les autres Primarques et toutes les Flottes Expéditionnaires sous le titre de Maître de Guerre, un titre ancien, ressuscité de la poussière des temps antiques.[3]

Des Rancunes à Nikaea

Peu après l’investiture d’Horus, Ullanor, qui avait été refaçonnée comme un Monde-Trophée, fut désigné comme Mundus Tropaeum sur toutes les cartes galactiques et dans les livres de la dîme. Les sources de l’époque suggère qu’alors que les milliards de combattants cherchaient à quitter la planète suite à la glorieuse parade, des rancunes apparurent au sein de la fraternités des Primarques.

Angron aurait exprimé de la rage devant l’ascension d’Horus alors que Perturabo et Curze ne dissimulèrent guère leur jalousie en apprenant la nouvelle. D’autres, comme Mortarion ou le Khan - qui n’avait aucune rancœur pour Horus - y virent un danger pour l’unité de la fraternité des Primarques car si l’Empereur était un être face auquel aucun d’entre eux ne pouvaient rivaliser, cela n’était pas le cas d’Horus qui était l’un des leurs. De ce simple fait, l’obéissance ou le dénouement ne pouvait être que moindre que ceux exprimés envers le Maître de l’Humanité. Mais des Primarques comme Sanguinius, Fulgrim, Dorn ou Lorgar acclamèrent l’ascension de leur frère. On peut présumer qu’Horus ressentit ses divisions et les regards jaloux de ses frères dans son dos, et d’une certaine manière, ils nourriront son ressentiment que les Dieux Sombres exploiteront par la suite.

Mais la première conséquence de Triomphe d’Ullanor fut ni plus ni moins la préparation d’un Concile, décidé par l’Empereur avant de rejoindre Terra, devant réunir le Conseil de Guerre pour définitivement trancher la brûlante question des Archivistes de Bataille, sujet qui divisait les Primarques et l’Imperium depuis des années. La session eut lieu sur Nikaea.[4]

Enfin, la Chute de l’empire des Orks d’Ullanor fut le point de départ du destin des Blood Angels et des White Scars durant l’Hérésie.

De nombreuses tribus de Peaux-Vertes, éclatées et privées de chef après le coup de marteau reçu à Ullanor, avaient fui aux quatre coins de la galaxie. Beaucoup élueront domicile dans la ceinture de Kayvas, pour se tailler de nouveaux avant-postes sur les astéroïdes à la dérive, riches en minerais, panser leurs plaies et s’armer à nouveau pour frapper les systèmes impériaux proches et leurs colonies-sœurs récemment assujetties. L’Alpha Legion les avait traqué jusqu’à leur tanière et demandera des renforts au nouveau Maître de Guerre afin de mener à bien cette campagne. Horus enverra les Blood Angels mené par Sanguinius. De là ils connaîtront un périple qui les mèneront en enfer[5]

D’autres Peaux-Vertes partiront vers les mondes du système de Chondax où le Khan fut dépêché avec sa Légion dès la fin du Triomphe pour traquer les restants de l’empire détruit sur Ullanor, les dernières fractions des Peaux-Vertes d’Urlakk. Ici aussi, la foudre de l’Hérésie frappera la Ve Légion, des combats et un voyage qui la mènera jusqu’à l’affrontement final sur Terra.[6]

Ainsi, nous pouvons voir le Triomphe d’Ullanor comme la fin de la Grande Croisade et le point de départ des destins de certains acteurs majeurs de la Grande Hérésie, que se soit Horus, Magnus le Rouge, Sanguinius, Jaghatai Khan… et bien sûr l’Empereur.

Sources

  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Le Maître de l’Humanité : Guerre dans la Toile, Black Library, 2016
  • McNEILL GRAHAM, Les Faux Dieux : Où l’Hérésie prend racine, Black Library, 2006
  • McNEILL GRAHAM, Un Miller de Fils : Tout n’est que Poussière, Black Library, 2010
  • MERRET ALAN, Visions d’Hérésie - Guerre, ténèbres, traîtrise et mort, 2014
  • MERRET ALAN, Signus Daemonicus : L’Ange Tombe, Black Library, 2012
  • WRAIGHT CHRIS, White Scars : Une Légion Divisée, Black Library, 2014
  • Index Astartes du White Dwarf n°101 (Septembre 2002)
  1. Informations issues de Les Faux Dieux : Où l’Hérésie Prend Racine - Chapitre Neuf - Les Tours d’Argent - Un Retour Sanglant - Le Voile s’Affine, de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de Les Faux Dieux : Où l’Hérésie Prend Racine - Chapitre Neuf - Les Tours d’Argent - Un Retour Sanglant - Le Voile s’Affine, de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2006
    Informations issues de l’Index Astartes du White Dwarf n°101 (Septembre 2002) et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues de Un Miller de Fils : Tout n’est que Poussière, Chapitre Quinze - Triomphe - Le Seigneur du Crépuscule - Vieux Amis, Chapitre Seize - L’Ordre Nouveau - Apprentissage - Désolation, de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010,
    Informations issues de Les Faux Dieux : Où l’Hérésie Prend Racine - Chapitre Neuf - Les Tours d’Argent - Un Retour Sanglant - Le Voile s’Affine, de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2006,
    Informations issues de Signus Daemonicus : L’Ange Tombe - Chapitre Ullanor, de SWALLOW JAMES, Black Library, 2012,
    Informations issues de Le Maître de l’Humanité : Guerre dans la Toile, Chapitre Treize, Ce qui s’est Produit Avant - L’Usage de la Gloire - Prophétie et Clairvoyance de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de Signus Daemonicus : L’Ange Tombe - Chapitre Ullanor, de SWALLOW JAMES, Black Library, 2012,
    Informations issues de Visions d’Hérésie - Guerre, ténèbres, traîtrise et mort - La Crise des Archivistes de MERRET ALAN, 2014 et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de Signus Daemonicus : L’Ange Tombe - Chapitre Un - Récifs et Haut-Fonds - L’arme silencieuse - Une faveur, de MERRET ALAN, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de White Scars : Une Légion Divisée, Chapitre Deux - Le Monde Natal - Lécher ses Blessures - Escorteur, de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.