Bataille d'Amontep II

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Carrières
  Juge
  Sage
Batailles
Technologie
Noosphère
Manufactorum
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Symbol mechanicus.png


La Bataille d’Amontep II.
À travers la galaxie, un nouveau conflit s’apprête à éclater entre humains et Xenos, ou plutôt entre des factions qui appartenaient jadis à ces deux catégories, mais qui sont depuis devenues des entités bien plus étranges et plus dangereuses que des êtres de chair et de sang.

Les domaines de l’Adeptus Mechanicus sont d’une importance capitale pour le futur de l’Humanité. Le clergé des forges du Culte Mechanicus entretient et sanctifie toutes les armes et les machines de guerre utilisées par les armées de l’Imperium. Privé de ses vastes connaissances et de sa puissance de feu dévastatrice, le colossal édifice de l’Imperium s’effondrerait comme un château de cartes sous la pression de ses innombrables ennemis.

Pourtant, l’Adeptus Mechanicus se tient à l’écart des masses grouillantes de l’Humanité, sur des planètes souveraines appelées Mondes-Forges. Ces planètes autonomes, littéralement couvertes de rocbéton et de métal, bourdonnent d’une activité industrielle incessante sous un ciel lourd de pollution. Elles forment un empire dans l’empire, un réseau tentaculaire d’adamantium, s’appuyant sur des secrets étranges et un dogme inflexible. Les seigneurs cyborgs du Mechanicus ne partagent pas leurs connaissances avec les humains non altérés, qu’ils considèrent comme des êtres inférieurs soumis à la tyrannie de la chair et des émotions, et conservent la moindre source de données comme un avare son or.

De la même façon, l’Adeptus Mechanicus défend farouchement les mondes qui constituent son empire. Durant la Fondation, quand les conquérants et les seigneurs de l’Imperium cherchaient les planètes habitables les plus grandes et les plus importantes stratégiquement, les Technoprêtres du Dieu-Machine se concentraient sur celles qui abritaient les sous-sols les plus riches, qu’il s’agisse de minerai, de métaux, d’énergie géothermique ou de ressources plus rares et plus exotiques encore.

Mais ils n’étaient pas les premiers à percevoir le potentiel de ces planètes.

Un des matériaux étranges que l’Adeptus Mechanicus essaya d’exploiter était une substance dénommée noctilithe, plus connue sous le nom de sombreroche en Bas Gothique. L’intérêt de ce matériau fut largement ignoré tout au long de l’histoire impériale, de sorte que c’est seulement à la fin du 41e Millénaire que sa véritable valeur se révéla. Si les Technoprêtres de Mars en avaient compris l’importance plus tôt, ils auraient peut-être pu éviter l’ouverture de la Grande Faille et le cortège d’horreurs qui s’abattirent sur la galaxie.

Le sable émeraude bougea, se souleva puis s’écoula en fins ruisseaux pour révéler une tête métallique plate qui émergeait de la dune. Ses mandibules cliquetèrent et frémirent comme les systèmes internes ajustaient les huit yeux à facettes qui brillaient faiblement en se tournant vers le ciel nocturne. L’éclat de dix mille étoiles se reflétait comme autant de têtes d’épingles sur le crâne argenté de la chose. Une lueur violacée semblable à une aurore polaire décolorait les constellations. Ses yeux s’ouvrirent plus grand en une série de cliquetis quand elle s’aperçut que l’éclat purpurin gagnait en intensité.

Bientôt, les étoiles s’effacèrent, consumées par la lumière de ce phénomène imprévu. C’était une brèche dans le ciel, qui reliait un par un les points violets de fausses étoiles, jusqu’à former une plaie ouverte à travers le firmament. Une minuscule lumière rouge s’alluma derrière les yeux de l’insecte métallique, suivie d’une deuxième. Lorsqu’une troisième s’alluma, la machine se retourna et rampa sur le sol avant de replonger sous les dunes. Sa queue fourchue s’agita quelques secondes sous le ciel étoilé, puis disparut à son tour. La seule trace de son passage était un écoulement de sable, bientôt effacé par le souffle du vent nocturne.

Amontep II[modifier]

+++
<DOCTRINA INITIATUS> URGENCE : ULTIMA
SUR ORDRE DE CAWL
TOUS LES FABRICATORS DOIVENT AFFECTER LES MACROCLADES À L’EXTRACTION DE LA SUBSTANCE PROSCRITE : SUB-REF: NOCTILITHE (CF. "SOMBREROCHE", ANNEXE GÉOMANTIQUE)
MOBILISEZ NOS FRÈRES SKITARII QUITTE À LES EXFILTRER DES ZONES DE GUERRE D’EXO-MONDES. IGNOREZ CONSÉQUENCES. RECOMMANDONS SOUTIEN ALLIÉS DOTÉS VITESSE ET PUISSANCE DE FEU OPTIMALES.
SUB-REF : ARMIGER (CF. MAISONS TARANIS, RAVEN, KRAST, VULKER) IMPÉRATIF: GROUPES DE GUERRE DOIVENT ÊTRE MENÉS PAR TECH-PRIESTS RANG DOMINUS OU SUPÉRIEUR. QUE LA BÉNÉDICTION DU DIEU-MACHINE VOUS ACCOMPAGNE.
<DOCTRINA TERMINUS>
+++

L’Adeptus Mechanicus mène une croisade d’acquisition appelée Quête du Savoir. Bien que puisant sa source dans de louables intentions, cet idéal fut peu à peu guidé par les rituels d’une pensée dogmatique durant les millénaires qui suivirent la chute de l’Empereur. De nombreuses délégations de ce type parcourent les mondes de l’Adeptus Mechanicus à la recherche d’artefacts sacrés et d’objets rares, et l’une d’elle fut dépêchée sur Amontep II, un Monde-Forge des confins de l’est galactique qui constitue depuis longtemps un des piliers de l’Ultima Segmentum.

Situé dans un système lourdement défendu par Imperium au sud-est galactique d'Ultramar, Amontep II est classe comme monde-carrière. Un grand nombre de ces planètes sont tenues par l'Adeptus Mechanicus - les Technoprêtres de l'Imperium. Avide et vorace, l'Adeptus Mechanicus a longtemps exploité ces planètes à la recherche de minéraux précieux, notamment la mystérieuse sombreroche. Ce n'est que maintenant qu'ils comprennent le prix qu'ils devront payer pour leur cupidité.

Les similitudes entre Amontep II et Mars ne sont pas fortuites. Dès ses premiers pas en dehors du système solaire, l’Adeptus Mechanicus s’employa à terraformer les planètes à fort potentiel en y déployant de vastes épurateurs atmosphériques, en construisant d’innombrables générateurs d’humidité et en y implantant des végétaux hyperstéroïdes. Comme sur Mars, ce procédé éprouvé, quoique lent, permit le développement d’une atmosphère respirable, de cultures comestibles et de réserves d’eau potable. Les Technoprêtres eurent tôt fait de construire de vastes cités industrielles sur ces oasis paradisiaques, pour produire le matériel militaire nécessaire aux grandes conquêtes à venir. Inévitablement, la pollution induite par ces procédés défigura ces planètes. C’est ainsi qu’Amontep II devint au fil des siècles un monde inculte, recouvert de déserts couleur rouille, dont les hautes tours et les cheminées partent à l’assaut de l’épais linceul de pollution qui emplit les cieux.

La Bataille d'Amontep II[modifier]

+++
ÉPÎTRE TRANSSTELLAIRE
SOURCE: AMONTEP II, FAILLE DE GROETHE
SIRE MECHANICUS,
LOCALISATION POSITIVE DE LA RESSOURCE INDIQUÉE EFFECTUÉE. SELON INVESTIGATIONS PRÉLIMINAIRES, ELLE SEMBLE D’UNE STRUCTURE MOLÉCULAIRE TROP INDOMPTABLE POUR SERVIR DE MATÉRIAU DE CONSTRUCTION.
POUVEZ-VOUS PRÉCISER SA FONCTION ? LORS DE NOS MESURES À DISTANCE, NOUS AVONS DÉTECTÉ DES SIGNATURES ÉNERGÉTIQUES ANORMALES, PROBABLEMENT DUES À UN PHÉNOMÈNE SISMIQUE. QUELLE QU’EN SOIT LA SOURCE, NOUS REMPLIRONS LES PARAMÈTRES :DE NOTRE MISSION AVEC LA PLUS GRANDE EFFICACITÉ.
QUE LA CONNAISSANCE ILLUMINE VOTRE CHEMIN,
MAGOS LASTARVIA
DARRIO NON BETA
ÉPÎTRE TERMINUS
+++

Embuscade dans les Dunes[modifier]

Le Magos Dominus du Mégacomplexe Vrackien d’Amontep II a reçu pour instruction de localiser, prélever et sécuriser les plus importants gisements de sombreroche de son territoire. À peine les Skitarii ont-ils trouvé leur objectif que les sables s’écoulent, révélant des Nécrons tout aussi décidés à s’emparer de cette ressource.

Les sables rouges d’Amontep II détendaient aussi loin que portait le regard, sous un ciel saturé de pollution. Pour les Skitarii qui progressaient en direction de la Crête Vrackienne, les relents chimiques des usines lointaines étaient plus doux que de l’encens. Le paysage évoquait le sol sacré de Mars, ce qui leur mettait du baume au cœur.

Le paysage qui s’offrit à eux au terme de leur longue ascension était une large cuvette de poussière peu profonde, les énormes empreintes de pas d’éclaireurs Armigers s’étirant vers l’horizon. La cuvette était relativement abritée du vent par de hautes dunes, au sommet desquelles s’envolaient des rubans de sable vers le ciel. Le Ranger Alpha, Kappic-Scholendt 33, divisa le panorama en quatre sections, transmit les données à ses compagnons en une brève émission de Lingua Technis et assigna chaque membre de son escouade à l’analyse de chaque section. Si la théorie de leur Magos Dominus, Dentrex Ologostion, était correcte, l’expédition trouverait bientôt d’abondants gisements du minerai qu’ils recherchaient dans les environs.

Par la grâce de l’Omnimessie, en analysant sa zone d’attribution, le Ranger Alacridd 8 trouva une correspondance positive sur son omnispex. Pour les Skitarii, le tintement du système de détection fut comme une bénédiction. Chacun des membres de l’escouade reçut un flot de données qui affichèrent dans toute leur gloire sur leurs systèmes de visée internes, et ils entreprirent de converger sur le site sans un mot. Derrière eux marchait le Magos Ologostion, pressant le pas comme il absorbait fiévreusement les informations. C’était bien la source de la sombreroche que l’Achmagos Cawl avait exigé qu’ils capturent, et un abondant gisement qui plus est.

En une heure, Ologostion avait fait venir le Bellemphobos, un appareil de transport de modèle Quadrus, non pas pour évacuer des troupes, ce qui était sa fonction première, mais afin d’utiliser le flux de ses propulseurs orientables pour souffler les couches supérieures de sable. Employer une méthode d’excavation aussi sommaire était contraire aux enseignements du Clergé de Mars, mais l’urgence de sa mission ne lui laissait guère le choix. Une nouvelle heure de fouille révéla le sommet des mystérieuses structures noctilithiques, des obélisques réguliers et des menhirs dune facture qui ne laissait aucun doute quant à leur origine pré-impériale.

Les membres de l’escouade Kappic-Scholendt avaient tiré leurs lames et s’apprêtaient à prélever des échantillons de noctilithe quand le sable à l’ouest de leur position se mit à vibrer et s’écouler. Ologostion eut à peine le temps de lancer un impératif de défense avant que trois créatures insectoïdes massives jaillissent d’une des énormes dalles de roche, leurs membres segmentés fouettant l’air tandis qu’ils se précipitaient sur les Skitarii. L’omnnispex d’Alacridd 8 glissa de sa main paralysée lorsqu’un des Spectres Canoptek lui trancha la tête d’un coup de griffe. L’éclateur Voikite du Magos Ologostion projeta un faisceau d’énergie destructrice d’une précision chirurgicale sur les Spectres, qui abandonnèrent leur proie face à la violence de la riposte. Les créatures se dématérialisèrent momentanément. Surpris par la soudaineté de l’attaque, les Skitarii luttèrent pour se regrouper, juste à temps pour voir des formes squelettiques émerger du sol à l’est. Du sable rouge s’écoulant de leurs cages thoraciques et de leurs larges épaules, une escouade d’Immortels fit son apparition et ouvrit le feu sur-le-champ. Certains prirent pour cible le Bellerophobos, le forçant à se replier, tandis que les autres entreprirent de décharger des salves d’énergie à Fission sur les Skitarii, ce qui les réduisit en statues de chair calcinée, puis à l’état de squelettes rougeoyant, et ils achevèrent de les désintégrer. Ologostion poussa un cri perçant qui marqua le début de la bataille proprement dite.

La Menace Révélée[modifier]

Après l’apparition des xénoformes tapies sous les dunes vrackiennes, l’Adeptus Mechanicus se retrouve confronté à un adversaire longtemps resté en sommeil. Alors que le chef des gardiens Nécrons émerge à son tour de son isolement, les Skitarii se retrouvent en mauvaise posture. Leurs alliés arriveront-ils à temps pour faire pencher la balance en leur faveur ?

La confusion la plus totale régnait dans la cuvette de poussière Vrackienne, la surface d’obsidienne des obélisques de noctilithe reflétant les faisceaux d’énergie verts et bleus des protagonistes. Alors que résonnait encore l’écho du psaume d’invocation d’Ologostion, les Skitarii s’étaient efforcés de former un cordon défensif autour de leur Magos Dominus et de la sombreroche qu’il avait désigné comme l’impératif de leur mission. Ce cordon se réduisait inexorablement tandis que s’accentuait la pression de l’attaque Nécron. Les Spectres Canoptek frappaient depuis les dolmens en sombreroche, leurs appendices claquant comme des fouets pour faire tomber les Skitarii alors même que les Immortels refermaient les mâchoires du piège. Le crépitement des fusils galvaniques se fit entendre lorsque les fidèles de l’Omnimessie prirent pour cible les assaillants Xenos les plus proches.

Les Immortels Nécrons atteints par les balles étaient consumés par des nuages d’éclairs, leur énergie motrice subissant une décharge explosive sous l’effet des projectiles. À la plus grande horreur des Skitarii, trois des entités calcinées se relevèrent péniblement, puis titubèrent quelques instants avant de reprendre l’assaut, leurs éclateurs à Fission crachant la mort sur leurs adversaires. L’arquebuse que Kappic-Scholendt 33 avait ordonné de déployer sur le linteau d’un dolmen de sombreroche tira, et un projectile de transuranium fit exploser une tête robotique dans une gerbe d’étincelles vertes. Cette fois, la carcasse scintilla et disparut.

Un des dolmens se mit à émettre un vrombissement et une lueur aveuglante apparut sous le linteau. De ce halo de lumière émergea la haute silhouette d’un commandant Nécron porté par un construct Canoptek. Il était flanqué de plusieurs Factionnaires, chacun armé d’une Épée d’Hyperphase et portant un bouclier à dispersion, brandi pour former une muraille mobile d’alliage extraterrestre et de force mystérieuse. Agdahax le Technomandrite leva son bâton de lumière en direction des fantassins martiens sur qui il darda son regard autoritaire. Partout où il pointait son sceptre, les guerriers en robe rouge prenaient feu, leurs hurlements de douleurs chargés de parasites déstabilisant leurs compagnons.

Les Skitarii ripostèrent et les soldats les plus proches des nouveaux arrivants tirèrent des rafales concentrées sur les Factionnaires qui avançaient sur eux. Les balles ricochèrent sur les boucliers à dispersion, l’une d’elle rebondissant pour atteindre directement le tireur entre les deux yeux. Les Skitarii étaient sur le point de paniquer quand Ologostion leur transmit un impératif binharique pour raffermir leur volonté. Les fantassins ripostèrent avec vigueur et lancèrent une charge sur les Immortels, pour les jeter à terre à coups de crosse de fusil et attirer les Spectres Canoptek au sol à mains nues, mais leurs effectifs diminuaient rapidement. Les Skitarii étaient en infériorité numérique, et il n’y avait pas d’échappatoire.

"Influx de données ouvert au maximum !" ordonna avec enthousiasme Ologostion. Sa réaction lorsqu’il vit les légendaires Nécrons de ses propres yeux fut un pic d’auto-adrénaline. De tout temps, il avait éprouvé un frisson singulier devant de nouvelles sources d’information ; c’était un des derniers plaisirs qu’il lui restait. Peu nombreux étaient ceux qui connaissaient l’antique race des Nécrontyrs au sein du Culte Mechanicus, et le sujet était tabou chez les Dominus. Il avait toujours voulu les étudier avec toute la rigueur et la cruauté dont il était capable, et voilà qu’il se retrouvait face à eux.

Un géant squelettique apparut sur sa gauche, le soulevant de terre d’un coup de bouclier. Le Magos Dominus s’affala lourdement au sol puis leva son éclateur Volkite, mais le câble d’alimentation fut sectionné par la lame de son assaillant. Le vénérable Technoprêtre commençait à croire que ce serait lui qui connaîtrait une fin prématurée sur la table de dissection lorsqu’il sentit trembler le sol contre son dos. Un rictus mauvais se dessina sur ses lèvres parcheminées comme il relevait un accroissement de la température ambiante, signe d’une décharge imminente d’Arme à Fusion. Le Factionnaire avait levé son arme pour délivrer le coup de grâce quand il fut vaporisé dans une déflagration de lumière et de chaleur intense. Ologostion étouffa les flammèches sur sa robe avec ses mains puis se releva tandis qu’un géant aux longues jambes le dépassait, sa lance thermique projetant un nouveau faisceau brûlant dans les rangs des Nécrons qui sortaient du portail en forme de dolmen. Deux d’entre eux furent engloutis par une explosion, et ceux qui se trouvaient autour fondirent pour former une flaque d’alliage Cenos. "Armes à Fusion efficaces," nota Ologostion en ricanant. "Maison Raven recommandée." Le second Armiger Warglaive de retour de patrouille chargea un trio de Spectres Canoptek. L’un d’eux se dématérialisa pour traverser l’Armiger dans un halo de flammes vertes, mais les deux autres furent atteints par un revers de bitronçonneur infligé par machine de guerre géante, et proprement sectionnés dans une gerbe de fluides noirs et d’étincelles vertes. "Correction : hautement recommandée," précisa le Magos.

L'Éveil de la Nécropole Ascendante[modifier]

Les sombres secrets enfouis sous la surface d’Amontep II sont dévoilés tandis que l’Adeptus Mechanicus s’emploie à en extraire les trésors minéraux. L’ampleur de la présence Nécron se précise, mais l’Adeptus Mechanicus a la foi, et la foi peut bouleverser le destin du monde…

L’affrontement entre guerriers mécaniques et squelettes de métal faisait rage dans un vacarme assourdissant. Des fossés s’ouvraient en nombre croissant en bordure de la cuvette de poussière, où les dunes qui délimitaient la zone commençaient à s’affaisser, le ruissellement du sable se muant vite en un flot ininterrompu. Des crêtes et des recoins dessinèrent parmi les masses informes de poussière les contours noirs et angulaires d’une ville longtemps enterrée, dont la silhouette se précisait à mesure que les dunes se réduisaient à de simples congères de sable. Skitarii comme Nécrons titubèrent sous les secousses qui agitaient le sol, sans cesser le combat pour autant. Peu à peu, les flèches des cathédrales industrielles qui avaient parsemé l’horizon disparurent, masquées par les ziggourats et les tours d’un noir de jais. En quelques minutes cataclysmiques, la cuvette de poussière avait laissé la place à une large esplanade de pierre noire bordée de vastes créneaux.

Les membres de l’Adeptus Mechanicus ne pouvaient s’empêcher de contempler la scène avec une stupéfaction mêlée d’horreur : ce qu’ils avaient pris pour des ruines de sombreroche éparses étaient en réalité le faîte d’une immense nécropole Xenos ensevelie. Pire, cette forteresse se mit à vomir sa garnison par les portails scintillants apparus sur ses flancs. Rang après rang, les Immortels s’avancèrent, tirant des rafales d’énergie Tesla sur les Armiger Warglaives qui s’affairaient à détruire les Nécrons déjà présents au centre de l’esplanade de sombreroche.

Oscillant entre frayeur et fascination, l’esprit du Magos Ologostion envoyait message d’erreur sur message d’erreur devant l’ampleur de cette révélation. Son monde naguère si familier était-il infesté de Xenos depuis le début ? L’Adeptus Mechanicus, qui avait conquis cette planète dix mille ans plus tôt, avait-il colonisé le domaine d’un empire plus ancien ? Comment une vérité aussi titanesque avait-elle pu être dissimulée si longtemps ?

Ologostion parvint à se reprendre et à réprimer ses doutes. Le Magos Dominus transmit un message noosphérique à ses subordonnées pour rappeler à lui ses guerriers survivants, et envoya ses coordonnées par la connexion qui le reliait au Bellerophobos. Il tira une rafale de son macropistolet sur un Spectre Canoptek qui le chargeait sans même lui adresser un regard, se concentrant sur la requête prioritaire qu’il envoyait à ses Armiger Warglaives. Ceux-ci lui obéirent aussitôt, et le plus proche des deux marcheurs géants commença à entailler l’obélisque noir de son bitronçonneur Reaper. À l’ombre de la tour, le chef Nécron poussa un hurlement perçant. Il y eut une explosion lumineuse et l’Armiger fut renversé par une tempête d’énergie. Malgré cela, il avait rempli son objectif.

Le Magos Dominus se précipita pour s’emparer de la clef de voûte en sombreroche avec ses mécadendrites et la cacha dans les replis de sa robe, avant d’ordonner à ses Skitarii de resserrer les rangs autour de lui l'échantillon en sûreté, il transmit un autre impératif doctrinaire à ses guerriers, qui entamèrent un repli tactique vers les coordonnées de la zone d’atterrissage envoyées au Bellerophobos. Les Nécrons avaient l’avantage du nombre, mais d’après leurs gestes saccadés, ils sortaient à peine de stase, alors que le pas des Skitarii était rapide et assuré. À tout le moins, lui-même en réchapperait, et l’échantillon parviendrait rapidement à Cawl.

Une heure plus tard, le Bellerophobos était en orbite, et le bassin vrackien en flammes. La victoire âprement remportée par l’Adeptus Mechanicus allait lui coûter cher, car à présent que ses gisements de noctilithe étaient compromis, Amontep II était vulnérable. Dans les cieux, loin au-dessus de l’appareil, une plaie jaune pâle commença à scintiller et à s’élargir…

Zone de Guerre d'Amontep II[modifier]

Les Nécrons ont toujours apprécié les richesses matérielles, car c’est en employant les ressources naturelles de la galaxie qu’ils créent leurs merveilles technologiques. Après qu’ils eurent sombré dans le Long Sommeil, ces mêmes richesses matérielles - sans parler des structures profondément enfouies qui les abritent - attirèrent la convoitise des races inférieures. L’histoire ne dit pas combien d’espèces ont été annihilées en tentant de déterrer ces mystérieuses ruines ou d’extraire ce qu’ils prenaient pour des dépôts de minerais, tout cela pour éveiller les défenseurs d’un complexe sépulcral et les déchaîner telle une malédiction.

D’autres empires - en premier lieu l’Imperium de l’Humanité - ont agi par ignorance, élevant leurs cités et enfouissant leurs mines à travers la surface d’anciens Mondes-Nécropoles sans jamais soupçonner les horreurs ésotériques qui sommeillaient sous elles. Mais, aujourd’hui, la Grande Faille a déclenché des protocoles anti-Chaos qui, à leur tour, ont vu de nouveaux mondes-nécropoles s’éveiller. Les structures de noctilithe qui ont été étudiées ou extraites par des races plus jeunes s’animent et s’élèvent dans la lumière dansante du Warp projetée par la Cicatrix Maledictum. Dans certains endroits, des matrices nodales et des pylônes de sombreroche repoussent les assauts du Warp et la folie de l’Empyrée. Dans d’autres, comme sur Amontep l’ingérence des races inférieures a déjà causé trop de dégâts. Les Impériaux qui vivent dans de tels lieux se retrouvent doublement maudits ; non seulement ils doivent affronter les Nécrons, décidés à récupérer leur dû, mais comme les noeuds contre-empyréens sont incapables de fonctionner, les habitants du Warp sont en mesure de traverser le voile de la réalité afin de lancer leur propre invasion.

Un Phare de Massacre[modifier]

Sur Amontep II, ce fut la curiosité du Magos Dominus Dentrex Ologostion qui le mena à sa perte. Près du Mégacomplexe Vrackien, situé dans le lit asséché du delta de Vrack, Ologostion entama l’excavation de menhirs de noctilithe amassés autour de ce qu’il désignait comme une "pierre de faîte". L’attention du Magos éveilla les défenseurs de la tombe Nécron d’Amontep II Cependant, les Nécrons furent incapables de vaincre rapidement les Skitarii et les Chevaliers super-lourds qu’Ologostion employait comme gardes du corps, et avant qu’on ait pu l’en empêcher, le Magos déterra à son insu un éclat vital de la pierre de faîte. C’est ainsi que tomba le bouclier contre-empyréen qui protégeait ce monde depuis si longtemps, et qu’éclata un conflit tripartite, les forces impériales, démoniaques et Nécrons s’affrontant pour le contrôle d’Amontep II.

Sources[modifier]

  • Warhammer 40k - Forgebane
  • Codex Nécrons, V9