Technoprêtre

De Omnis Bibliotheca
« Notre alliance doit prendre fin car vos objectifs ne sont plus compatibles avec les miens. »
- Quintass Delta III, Mécamancien originaire des Lathès.
Un Technoprêtre.
Le Culte Mechanicus détient un véritable monopole en matière de technologie. Ses préceptes et croyances influencent ainsi par le biais des rituels les superstitions des citoyens impériaux. L’Adeptus Mechanicus est dirigé par les Technoprêtres de Mars, un clergé coupé du monde qui vénère le Dieu-Machine et dont le but est de réunir la technologie perdue depuis l’Ère des Luttes. Les Technoprêtres sont les gardiens des esprits de toutes les machines ; ils sont chargés de préserver les traditions de la technologie. Ils prennent soin de machineries ésotériques d’une complexité inouïe et apprennent de nombreux secrets, tels que les rites mystiques qui président à l’allumage des machines et les secrets de leur maintenance.

Le bas de la hiérarchie des Technoprêtres a principalement des devoirs de maintenance et de construction, mais en progressant et en accumulant de nouvelles connaissances, le techno-adepte s’éloigne des tâches les plus triviales et a le droit de se tourner vers l’étude de grands mystères et de techniques disparues ayant empêché toute forme de développement progressif à la base technologique de l’Imperium. Ainsi, à mesure qu’ils approfondissent leurs connaissances des sciences anciennes, ils partent en quête de secrets technologiques perdus et, ce faisant, remplacent leur chair fragile par de l’acier luisant et des circuits bourdonnants.

Tous les Technoprêtres ont une bonne compréhension des technologies standard utilisées dans l’Imperium, mais il existe aussi de nombreuses spécialités, comme le biologius, la xenologie et l’utilisation d’armes redécouvertes pour n’en citer que quelques-unes. Les Technoprêtres ne sont pas confinés à Mars ou aux nombreux Mondes-Forges de la galaxie. Beaucoup ont toute latitude pour rechercher des technologies oubliées ou enquêter au sujet de visions présumées de SCS, et c’est durant ces missions qu’ils ont des chances d’entrer en contact avec un Inquisiteur ou une cellule.

La relation qui existe entre l’Inquisition et le clergé de Mars est quelque peu orageuse puisqu’elle va de l’hostilité ouverte au pire, à de simples tensions au mieux. Quoi qu’il en soit, ces deux puissantes organisations travaillent souvent ensemble lorsque c’est dans l’intérêt de chacune. C’est dans ce genre de situations qu’un Technoprêtre peut rejoindre une cellule car sa connaissance de la technologie impériale, voire Xenos, sera toujours utile. En usant d’une connexion neurale, un Technoprêtre pourra même communiquer avec l’esprit de la machine de certaines technologies, inlodant et exlodant des flots d’information en quelques secondes, ce qui en fera un allié de poids. Toutefois, les Technoprêtres sont très attachés à leur indépendance et ne font pas confiance à ceux qui ne vénèrent pas le Dieu-Machine, ce qui explique en partie leur nature froide, méthodique et laconique. Ainsi, un tel Acolyte se sent rarement à l’aise au sein d’une équipe d’individus n’entretenant aucun lien avec le Mechanicus.

L’apparence des Technoprêtres est parfois effrayante, voire terrorisante, pour ceux qui n’ont jamais eu jusqu’alors de contact avec eux. En effet, jusqu’à soixante pour cent du corps d’un tel individu peut avoir été remplacé par des implants bioniques, des membres supplémentaires (comme des Mécadendrites) ou des armes intégrées. Bien évidemment, cette proportion de pièces mécaniques augmente avec l’âge, les Technoprêtres eux-mêmes étant persuadés que ces modifications les rapprochent de leur Dieu-Machine, l’Omnimessie, et les éloignent de la fragilité de la chair. Du reste, il n’est pas rare que les doyens, les Magos, soient quasiment des machines, leur dernière parcelle organique ayant perdu toute trace d’humanité plusieurs siècles plus tôt. Un Inquisiteur se méfie toujours quand il s’allie avec un Magos, car ce dernier poursuit certainement ses propres desseins, sans doute éloignés de ceux des autres Acolytes.

Source

  • Warhammer 40 000 JdR - Dark Heresy