Panthéon Aeldari

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Ynnead)

Logo-OB-2021.jpg
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens


« La victoire n´exige nulle explication,
la défaite n´en admet aucune. »

- Doctrine militaire de l'Imperium
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png





Astre-ulthwe.png
Astre-iyanden.png
Astre-saim-hann.png
Astre-mymeara.png
Astre-alaitoc.png
Astre-biel-tan.png
AsuryanisSide.jpg
AsuryanisSide.jpg
Asuryani-side.pngAsuryani-side-2.jpg
Decor1Asuryani.png
Medaille-asuryani-1.png
Medaille-asuryani-2.png


« Lorsque les Aeldaris sortirent pour la première fois du ventre de la terre, nourris par les larmes d’Isha, les dieux vinrent vers eux et leur offrirent chacun un cadeau. Asuryan, seigneur des seigneurs, leur donna la Sagesse afin qu’ils se connaissent eux-mêmes. Isha leur transmit l’Amour, afin qu’ils se connaissent les uns les autres. Vaul leur offrit la Ruse, afin qu’ils transforment leurs rêves en réalité, Lileath la Joie, afin qu’ils connaissent le bonheur. Kurnous leur transmit le Désir, afin qu’ils accèdent à la prospérité, Morai-Heg la Clairvoyance, afin qu’ils connaissent leur place dans l’univers. Khaine leur donna la Colère, afin qu’ils protègent ce que les dieux leur avaient offert. »[1]

Les Aeldaris tiennent à préserver leur ancien folklore et leurs traditions. Ils discutent régulièrement des personnages et des événements légendaires, et dressent des comparaisons entre ces mythes et leur situation actuelle. Tous les Aeldaris connaissent les danses et les chants qui composent leurs cycles mythiques, et les références à ces histoires sont immédiatement comprises de tous. Les principaux personnages de ces mythes sont les dieux, leurs descendants mortels les Aeldaris, et les monstres qu’ils affrontent. Il existe également un grand nombre de héros mortels, descendant directement des dieux, qui fondèrent les maisons dont les Aeldaris des Vaisseaux-Mondes se souviennent encore.

Les Dieux Aeldaris, furent pratiquement tous anéantis par Slaanesh lors de son réveil en même temps que l’Empire des Aeldaris, mais malgré son anéantissement le panthéon est toujours vénérer par les Aeldaris des Vaisseaux-Mondes. Kaela Mensha Khaine est aussi le seul dieu en plus des Muses Noires vénéré par les Drukharis, les Arlequins sont les agents de Cegorach et bien entendus ils le vénèrent. Les Exodites sont les seuls Aeldaris à ne plus vénérer aucun dieu de l’ancien panthéon Aeldaris, ils ont préféré créer leurs propres panthéon. Malgré le massacre de Slaanesh, quelques dieux Aeldaris sont toujours vivants.

Les Dieux Aeldaris Vivants[modifier]

Kaela Mensha Khaine, Dieu de la Guerre[modifier]

Les Lames Sanglantes de Khaine

Parmi les mythes Aeldaris, il y a la légende du triomphe du Dieu à la Main Sanglante sur le dragon blanc Oghanothir, un serpent blindé dont la masse titanesque éclipsait le soleil chaque fois qu’il se dressait pour frapper. La fable veut que Khaine ait traqué la grande bête à travers le cosmos, pour finir par trouver son nid au cœur d’une lune creuse. Comme le monstre émergeait de sa tanière, Khaine lança une paire de lames sanglantes façonnées à partir de l’ichor qui coulait de sa main gauche. Ces dagues allèrent se planter dans les yeux du béhémoth, facilitant la tâche du Dieu à la Main Sanglante. Ce sont ces lames aveuglantes que les chasseurs écarlates cherchent à imiter au combat.

L’un des dieux Aeldaris les plus puissants, seul Asuryan le dépassait en termes de puissance, son nom complet est fréquemment abrégé pour le désigner sous le nom de "Khaine". Il est associé au meurtre, à la violence, à la destruction et à la guerre. Khaine est le dernier dieu Aeldari à être vénéré par les Drukharis. Pour les érudits Aeldaris, il est la manifestation de la passion de la race Aeldaris, en particulier quand elle se manifeste lors des guerres et des batailles. "Kaela Mensha" ne fait pas partie du nom de Khaine c’est un titre qu’il porte, on peut le traduire par "à la Main Sanglante", en référence au sang qui coule éternellement de ses mains depuis qu’il a battu à mort Eldanesh. Le mot Khaine signifie "Essence du Meurtre". Khaine est le plus imprudent et le plus violent des dieux Aeldaris, il est également l’ennemi de Vaul et celui qui l’a mutilé.

Il fait partie des rares survivants du panthéon Aeldaris bien qu’il ne s’en soit pas sortis réellement vivant, car bien que vaincu et dominé par Slaanesh, Khorne se joignit au combat en affrontant Slaanesh car lui aussi désirait l’essence, la puissance et les pouvoirs de ce dieu de la guerre. Pendant que cette lutte entre dieu se déroulait, Khaine quitta le Warp et arriva dans le monde matériel où il se brisa en mille morceaux, ses morceaux furent ensuite en partie incarcérés au cœur des Vaisseaux-Mondes et le reste fut dispersés partout dans l’univers matériel[2]. Ses éclats servent désormais à invoquer les terrifiants |Avatars de la Guerre, bien souvent utilisés dans les situations désespérés ou décisive car un sacrifice est nécessaire pour invoquer l’Avatar.

Les Différents Visages du Dieu de la Guerre[modifier]

Les Aspects suivis par les Guerriers Aspects Aeldaris représentent les différentes facettes de Khaine, chacun suivant avec rigueur une des facettes de la destruction représentées par ce dieu. Leur entraînement est long et difficile, mais il leur permet d’incarner à la perfection un rôle précis dans chaque combat. Les plus grands guerriers Aeldaris, les Exarques, peuvent si le besoin s’en fait sentir, offrirent leurs vies comme sacrifices pour réveiller l’Avatar de Khaine, une des plus puissantes entités Aeldaris.

La Convoitise de Khaine[modifier]

Dans les temps qui précédèrent la Guerre Céleste, avant même la venue des Aeldaris, les dieux complotaient et intriguaient, jouant entre eux le jeu éternel de l’amour et de la tromperie, de la traîtrise et de la séduction. Kurnous, seigneur de la Chasse, était l’amant de Lileath La Lune (à ne pas confondre avec Lileath, La Demoiselle), et ils bénéficiaient tous deux de la bénédiction du tout-puissant Asuryan et de l’amitié des autres dieux. Sauf celle de Kaela Mensha Khaine, Celui à la Main Sanglante, qui désirait Lileath pour lui-même. Il ne la convoitait pas pour sa beauté, qui était immortelle, non plus que pour son caractère enjoué qui lui avait attiré l’amitié de tous les autres dieux. Khaine ne désirait la déesse de la Lune que parce qu’elle avait choisi Kurnous. Il décida de l’impressionner par ses prouesses martiales, mais Lileath resta de marbre. Il composa des odes pour la courtiser, mais ses poèmes étaient toujours vulgaires, emplis du désir de conquête et de possession. Lileath refusait d’appartenir à qui que ce soit d’autre.

Frustré, Khaine alla voir Asuryan et demanda que Lileath lui soit donnée. Asuryan lui répondit qu’il ne pouvait prendre Lileath de force et que, s’il ne parvenait à conquérir son cœur, elle ne serait pas à lui. Enragé, Khaine fit le vœu que s’il ne pouvait posséder Lileath, personne d’autre ne le pourrait. Il saisit son épée, la Faiseuse de Veuves, la Destructrice de Mondes, et ouvrit une fente dans le vide. Il attrapa Lileath par la cheville et la projeta dans cette fissure entre les étoiles, là où sa lumière ne brillerait plus. Pendant un millier de jours, les cieux restèrent sombres, jusqu’à ce que Kurnous, brave et plein de ressources, ose affronter les ténèbres du gouffre et secoure Lileath afin que sa lumière revienne dans l’univers.[3]

Cegorach, Dieu des Tricheurs et des Artistes[modifier]

Cegorach, le Dieu Moqueur, le Premier Fou ou le Grand Arlequin, est un dieu vénéré par les Arlequins. Cegorach est un dieu trompeur, tour à tour railleur, sinistre, vindicatif et énigmatique. Ses farces visent les dieux comme les mortels, punis pour leur orgueil démesuré, et des histoires telles que le Voleur de l’Épée de Khaine ou la Noce des Cris font partie des fables de mise en garde de la culture Aeldari. Cegorach est le seul parmi les Dieux Aeldaris à avoir, dit-on, survécu à la Chute et réchappé au sort du reste de leur panthéon, sa survie serait dû à sa nature moqueuse qui l’a protégé de la corruption et de la décadence qui permit de créer Slaanesh.

Selon la légende, tandis que Slaanesh affrontait Kaela Mensha Khaine, le Dieu Moqueur s’esquiva dans la Toile et s’y cacha parmi ses myriades de tunnels. Ces contes suggèrent qu’il s’y trouve toujours, insaisissable, se gaussant des Dieux du Chaos tout en ourdissant sa revanche. Certains prétendent que Cegorach marche parmi ses enfants de temps en temps, sous les traits d’un Arlequin anonyme. Quelle que soit la vérité, le Dieu Moqueur est la seule autorité que reconnaissent les Arlequins tandis qu’ils livrent leurs guerres et accomplissent leurs danses mythiques à travers le vide en son nom.

Il est connu également pour être un allié de Dromlach et de ses trois enfants avec qui il a collaboré en de nombreuses occasions.

Isha, la Dame, Déesse de la Fertilité[modifier]

Isha est la déesse de la santé, de la guérison, de la fertilité et de la récolte. Elle est l’une des trois déesses de la trinité Aeldaris, les sœurs du destin. Elle est la mère de la race Aeldari et c’est elle qui força Asuryan à créer la barrière entre les dieux et les mortels ainsi que ses ordres forçant tous les dieux à ne plus communiquer et intervenir auprès des mortels. Cela déclencha ses larmes qui devinrent la matière première avec laquelle Vaul façonna les Pierres-Esprits, des artefacts qui permettait à Isha et à Kurnous de communiquer avec leurs enfants malgré la barrière. L’une des Pierres fut donnée à Isha et les autres aux Aeldaris. Pendant la chute des Aeldaris, tous les dieux hormis Khaine et Cegorach furent détruits par Slaanesh. Isha fut réclamée par Slaanesh comme étant son trophée, elle hurla alors à l’aide et fut entendu par Nurgle qui déclencha une longue guerre contre Slaanesh, guerre qu’il finit par remporter et fit d’Isha sa prisonnière même si de son point de vue elle est sa compagne. Ils formaient tous les deux un couple étrange que tout opposait mais Nurgle l’aime plus que tout.

Il lui montre son adoration comme seul un Dieu du Chaos sait le faire en la gardant enfermée dans une cage dans son manoir, dans la même pièce que son chaudron avec lequel il crée toutes ses maladies.

En tant que déesse de la guérison, Isha peut se guérir de toutes les maladies possibles. Elle est donc un cobaye parfait pour Nurgle, en lui faisant avaler de force sa nouvelle maladie, il voit ainsi combien de temps il lui faut pour surmonter sa nouvelle création. S’il est content du résultat, il lâchera son nouveau fléau sur un monde sans méfiance sinon il retournera à son chaudron jusqu’à ce qu’il ait une nouvelle maladie à faire "goûter" à sa compagne. On raconte que pendant que Nurgle travaille, Isha profite de son manque d’attention pour enseigner aux mortels comment guérir de ses nouvelles créations. Depuis la formation de la Grande Faille, une rumeur se répand parmi les Exodites, et on raconte que les Arlequins des Astres Glacés cherchent à la libérer tout en contrant les plans du Grand Immonde Rotigus.

Ynnead, Dieu des Morts[modifier]

Un Espoir, Une Chance, Une Illusion ?

Ynnead est bien plus qu’un dieu c’est avant tout un concept qui représente l’espoir des Aeldaris, dans le pire des cas un moyen d’anéantir Slaanesh avant que la race Aeldaris ne soit soufflé par les vents de l’oubli ou dans le meilleur des cas un moyen de vaincre la malédiction de Slaanesh et de libérer la race Aeldari. Cependant malgré tous les efforts des Ynnaris, Ynnead n’est pas encore réveiller et qui sait ce qui pourrait réellement se passer quand ce nouveau dieu pourra enfin agir, il pourrait par exemple provoquer la Rhana Dandra, la fin des Aeldaris et de leurs dieux. Mais il pourrait aussi permettre aux Aeldaris d’obtenir une seconde chance de construire un empire stellaire.

Ynnead, aussi appelé le Dieu qui Murmure, représente le dernier espoir de la race mourante des Aeldaris. Les Asuryanis ont longtemps cru que lorsque les Circuits d’Infinités des Vaisseaux-Mondes contiendraient enfin toutes les âmes restantes des Asuryanis, alors les Vaisseaux-Mondes s’uniraient en un seul Circuit d’Infinité et leurs esprits formeront une conscience supérieure. Lorsque tous les Aeldaris seront morts, ils donneront naissance à une nouvelle divinité : Ynnead, le Dieu qui Murmure. Il sera en mesure de détruire Slaanesh et de mettre fin à la malédiction qui pèse sur les Aeldaris depuis sa création. Le Grand Prophète Eldrad Ulthran tenta de lancer la gestation d’Ynnead, mais il ne parvint qu’à éveiller une étincelle de sa conscience. Peu après, celle-ci investit une âme Aeldari : celle d’Yvraine, la Dame des Ombres.

Elle devint le réceptacle d’énergies morbides, un réservoir d’esprits Aeldaris qui survivent à travers elle. Ce pouvoir est désormais à la portée de ceux qui se vouent à Ynnead. À leurs yeux, la mort n’est plus à craindre, car les âmes des trépassés ne sont plus prisonnières de Pierres-Esprits. En effet, elles deviennent les compagnes éternelles des vivants. Endossant le rôle de prophétesse et d’émissaire d’Ynnead, Yvraine a voyagé à travers la galaxie, visitant des Vaisseaux-Mondes, des flottes corsaires et des sanctuaires de la Toile. Chaque jour, les serviteurs d’Ynnead sont de plus en plus nombreux. Leurs origines sont variées, mais tous croient que le cycle de la mort et de la renaissance est leur salut. Ainsi, les Ynnaris influencent le destin de la galaxie. Ils ont notamment aidé à la résurrection du Primarque des Ultramarines Roboute Guilliman, afin qu’il guide à nouveau l’Imperium.

Cependant, beaucoup d’Aeldaris ont rejeté les croyances des Ynnaris, qu’ils considèrent comme délirantes, voire dangereuses. Yvraine et ses acolytes ne se laissent pas décourager, et se sont mis en tête de récupérer les artéfacts nommés les Épées Déchues afin qu’elles servent de points de focalisation pour le réveil complet d’Ynnead. Ce n’est qu’après cet événement que le Chaos pourra être repoussé, et l’espèce Aeldari sauvée.

Les Dieux Aeldaris Morts[modifier]

Asuryan, le Roi Phénix[modifier]

Asuryan était le père, le roi et l’ainé des dieux Aeldaris, son premier frère est Kaela Mensha Khaine le Dieu de la Guerre. La lumière et le feu sont ses symboles, et malgré le fait qu’il pouvait vaincre n’importe quel dieu de son propre panthéon il fut entièrement consumé par Slaanesh qui vola également ses pouvoirs. Si au commencement les dieux Aeldaris marchait aux cotés des mortels, leur enseignant tout ce qu’ils savaient pour les mener vers une ère de paix et de prospérité, cela ne dura que jusqu’au jour ou Lileath raconta sa prophétie au Dieu de la Guerre, Khaine, qui commença ainsi à éliminer la race Aeldari. Mais Isha intervint et demanda à Asuryan d’intervenir pour arrêter le massacre. Il créa ainsi la barrière entre les Aeldaris et les dieux, les séparant à jamais, et il décréta également que les dieux ne devraient plus jamais intervenir ou communiquer avec les Aeldaris.

Il choisit de laisser le champ libre à Khaine pour torturer Kurnous et Isha qui avaient choisit de trahir ses ordres. Il maudit Khaine pour le meurtre d’Eldanesh et condamna ses mains à être éternellement souillé du sang du héros Aeldari afin que nul n’oublie jamais ce qu’il avait fait. Pendant la Guerre Céleste, il choisit de ne pas prendre partis entre ses enfants et ceux d’Isha et de Kurnous, restant ainsi le seigneur et maitre des deux factions, même si la dévastation causer par son frère Khaine lui fit regretter ses choix vis-à-vis de Kurnous et d’Isha. Le symbole du Vaisseau-Monde Iyanden rend hommage à son sanctuaire inextinguible. Le Seigneur Phénix Asurmen est un de ses descendants immortels.

Draoch-Var, le Serpent Vaincu[modifier]

Draoch-Var était un serpent de la mythologie Aeldari mais d’autres mythes prétendent qu’il était un dragon, son souffle de feu aurait réduits en cendre les forêts de Velorn et dont le courroux aurait anéanti les piliers du Temple d’Isha. On prétend que certains de ses crocs sont devenus des armes après qu’Ultanesh l’ai vaincu.

Dromlach, le Serpent Cosmique[modifier]

Dromlach est le père des trois serpents, il existait en même temps dans l’univers matériel, dans le Warp et dans la Toile, car aucune barrière ne pouvait lui résister. C’est un symbole très important chez les Arlequins car lui et ses fils furent des alliés occasionnels de Cegorach, Dromlach lui accorda même le privilège de monter sur son dos. Les Arlequins ont d’ailleurs nommé leurs véhicules pour rendre hommage à Dromlach et à ses enfants. Il ne peut pas réellement mourir car il existe en dehors des concepts de l’espace, du temps. Il est également vue comme une métaphore de la mort et de la transformation et du voyage d’un état à un autre dans les cultures non Aeldaris. Il est aussi le symbole du Vaisseau-Monde Saim-Hann.

Tisseur du Néant, l'Ainée[modifier]

Le premier et le plus célèbre fils du Serpent Cosmique, Tisseur du Néant était le plus courageux et le plus noble de cette fratrie serpentine et il ne tarda pas à faire cause commune avec le Dieu Moqueur dont il admirait le courage et la sauvagerie. Le serpent offrit librement son aide à Cegorach et dans les légendes comme l’humiliation d’Eldanesh ou la Fuite du Tombeau des Étoiles, il accepta même que Cegorach monte sur son dos.

Tisseur Stellaire, le Puinée[modifier]

La légende veut qu’en étant depuis toujours dans l’ombre de son grand frère, le Tisseur Stellaire‎ devint une créature amère et menaçante. Il se battait à la moindre provocation et il aimait prouver sa supériorité sur les autres. Sa paranoïa devint si maladive qu’une seconde tête poussa sur son corps pour toujours regarder dans son dos afin de ne jamais être pris par surprise. La mythologie Aeldari raconte qu’il ne laissa jamais Cegorach le chevaucher, mais après que le Dieu Moqueur arracha la victoire contre lui lors d’une épreuve de ruse, le Tisseur Stellaire‎ lui preta sa force devenant sa sentinelle et son complice en de nombreuses occasions.

Tisseur Céleste, le Benjamin[modifier]

Le plus jeune et le plus capricieux des enfants du Serpent Cosmique. Décrit comme un être gestaltique constitués de centaines de petits serpents volants, il parlait toujours par énigme et était toujours pressé et distrait par ses myriades d’envies. On raconte qu’en cadeau au Dieu Moqueur, le Tisseur Céleste se dispersa dans les étoiles, chacune de ses facettes narrant une histoire subtilement différente des prouesses de Cegorach. Ainsi le Tisseur Céleste répandit la confusion parmi les ennemis du Dieu Moqueur et en profita pour les abattre de sa morsure enflammée quand ils avaient le dos tourné.

Faolchù, le Faucon[modifier]

Faolchù était le messager des dieux, consort du Roi Phénix, qui récupéra Anaris, la puissante épée de Vaul, et la donna au héros Eldanesh pour l’aider dans son duel contre Khaine. Il fit également un dernier cadeau aux Aeldaris. Le char Faucon porte son titre pour lui rendre hommage.

Gea, l'Épouse des Deux Frères[modifier]

Gea aussi appeler Gia, était l’épouse d’Asuryan et de Khaine. Les légendes qui l’entourent sont racontés à travers une chanson et une danse rituelle appelés "Le Rêve d’Asuryan".

Hoec, le Mystérieux Vagabond[modifier]

Un être étrange révéré uniquement par les Aeldaris ayant choisi le chemin de l’errance, en particulier les Rangers, on dit de lui qu’il ne fait plus qu’un avec la Toile aujourd’hui mais autrefois il parcourait les chemins entre les mondes et ce même quand les étoiles étaient jeunes. On ignore s’il a été dévoré ou non malgré sa fusion avec la Toile.

Kurnous, le Chasseur[modifier]

Kurnous était le Dieu de la Chasse et il est toujours représenté en compagnie de ses chiens de chasse, de faucons et de pièges de chasseurs. Il est aussi l’époux d’Isha et le père de la Race Aeldari ainsi que de la déesse Lileath.

Lileath, la Jeune[modifier]

Lileath, parfois appeler Lilcarth, était la fille d’Isha et la plus jeune déesse du panthéon Aeldari. Elle fait partie de la trinité des déesses Aeldaris, les sœurs du destin. Elle est la Déesse des Rêves et de la Fortune, on raconte qu’autrefois elle a rêvé que Khaine serait brisé en morceaux par les descendants Aeldaris mortels de Kurnous et Isha. Elle confira ensuite cette vision à Khaine, ce qui poussera Khaine à massacrer le peuple Aeldari jusqu’à ce qu’Asuryan intervienne en les bannissant sur les terres mortelles. Mais malgré cela, Khaine redoutait par-dessus-tout la prophétie de Lileath.

Morai-Heg, l'Ancienne, la Sorcière[modifier]

Morai-Heg est l’une des trois déesses de la trinité Aeldari, les sœurs du destin. C’est une créature décatie tenant dans une sacoche de peau les runes représentant le destin des mortels, elle est particulièrement vénérée sur le Vaisseau-Monde Lybraesil. On dit d’elle qu’elle était l’épouse de Khaine et qu’ils auraient eu plusieurs enfants ensemble. Les légendes Aeldaris disent que la déesse-sorcière Morai-Heg voulait s’approprier le savoir que contenait son propre sang. Sachant que seul Khaine était capable de blesser les dieux, elle envoya ses filles tourmenter celui-ci de leurs cris perçants. Morai-Heg promit qu’elles arrêteraient si Khaine lui coupait la main afin qu’elle puisse boire son fluide vital. C’est ainsi que Morai-Heg gagna la connaissance du sang, et que Khaine se vit offrir l’aspect de la Banshee. Les doigts de la main tranchée de Morai-Heg sont ensuite devenus les Épées Déchues, des reliques indispensables pour provoquer le réveil d’Ynnead.

Après la chute des Aeldaris, les mondes d’origines des Aeldaris ont été renommés les "Mondes Sorciers" en référence au titre de la déesse Morai-Heg.

Vaul, le Forgeron[modifier]

Vaul était le Dieu de la Forge et des Artisans et l’un des frères d’Asuryan. Il est l’un dieu les plus importants du panthéon et un ennemi de Khaine, le Dieu de la Guerre. Il est reconnu comme étant un artisan sans égal qui aimait par-dessus-tout la beauté de ses œuvres au détriment de leur utilités. Il est vénéré en particulier par les Chanteurs de Moelle. Il est réputé pour avoir créé pratiquement tous les objets qui un jour furent maniés par les Dieux Aeldaris, comme les aiguilles du destin de Morai-Heg, les épées de Khaine, l’équipement de chasse de Kurnous ou plus simplement les instruments de musique accompagnant les chants du rêve de Lileath ou les chants de la vie d’Isha. C’est également lui qui était l’architecte et l’ingénieur principal lors de la construction du palais d’Asuryan.

Les Forteresses Noires créer par les anciens sont aussi connus sous le nom de "Talisman de Vaul" parmi les Aeldaris en référence à leur dieu.

Les Héros Mortels Divinisés[modifier]

Les Lunes Aeldaris

Bien que l’emplacement du monde d’origine des Aeldaris soit inconnu, il est dit qu’il avait trois lunes. Lileath, la Lune Vierge était du blanc le plus pur, Kurnous, la Lune Chasseresse, était terne et verte, tandis qu’Eldanesh était la Lune Rouge. Lorsque Khaine tua Eldanesh, le défunt seigneur Aeldari prit place dans les cieux, la couleur rouge étant le vibrant rappel de son martyre. Aujourd’hui encore, les Aeldaris voient dans le symbole de la lune rouge un funeste présage.

Eldanesh[modifier]

Eldanesh est considéré comme le plus grand des Aeldaris mortels. Ses descendant sont appelés Eldanar(s), le dernier descendant connut étant Inriam le Jeune.

À l’origine des Aeldaris, Asuryan offrit à Eldanesh et ses fidèles le don de la vie. Il insuffla dans leurs corps tout ce qu’ils étaient appelés à devenir. Cependant, il n’existait rien d’autre sur leur monde. Tout était désolé. Nulle feuille, nul poisson, nul oiseau ou animal ne grandissait, nageait, volait ou courait autour d’eux. Eldanesh était désespéré par l’infertilité de son royaume et le vide du monde l’emplit d’un vide encore plus grand. Devant sa détresse, Isha fut à son tour submergée par le chagrin. Elle versa une larme pour les Aeldaris et la laissa tomber sur le monde. Du point d’impact jaillit une vie nouvelle. De sa tristesse naquit la joie, car le monde des Aeldaris s’emplit de merveilles. Le sentiment de vide d’Eldanesh s’évanouit et il remercia Isha pour son amour.

Dans les temps qui précédèrent la Guerre Céleste, Eldanesh, le porteur de lance, l’ami des faucons, seigneur des Aeldaris, affronta les armées des Hresh-selain.

Eldanesh était le plus grand parmi les Aeldaris, sa lance l’arme la plus puissante jamais forgée par les mortels, mais le roi des Hresh-selain dirigeait de nombreux guerriers. En tant que seigneur des Aeldaris, protéger ses frères était son fardeau. Néanmoins, Eldanesh était conscient qu’il ne pourrait vaincre seul. Il se tourna vers Ulthanesh, second meilleur guerrier des Aeldaris, le manieur d’épées, l’ami des corbeaux, et lui demanda son aide dans sa lutte contre les Hresh-selain. Eldanesh et Ulthanesh partirent ensemble au combat et face à leurs aptitudes et leurs prouesses, les Hresh-selain restèrent sans défense. Eldanesh, frère d’épée et ami des faucons, dut affronter les hordes des Autochtinii et cela l’emplissait de peur. Innombrable était l’adversaire, si peu était les Aeldaris. Ce n’était pas pour lui qu’il craignait, mais pour la vie de ses guerriers.

Alors qu’Eldanesh s’harnachait pour la bataille à venir, il y eut un grand tumulte enflammé dans les airs. Khaine en personne, peau de fer et sang de feu, s’avançait avec lance et bouclier. Il se tint devant le prince des mortels. Khaine le haïssait et Eldanesh ne lui portait aucune affection, néanmoins Celui à la Main Sanglante venait protéger les Aeldaris de leurs ennemis. C’est ainsi qu’Eldanesh vainquit sa peur grâce au Dieu de la Guerre et que les Aeldaris remportèrent la victoire sur les Autochtinii. Khaine à ses côtés, Eldanesh vainquit tous les adversaires des Aeldaris. Personne ne pouvait tenir devant la puissance de Celui à la Main Sanglante et ses disciples.

Anaris

Anaris est une épée légendaire de la race Aeldaris, qui fut la dernière et la plus puissante des cent épées forgées par Vaul pour Khaine. Vaul dut la forger suite à la découverte de sa tromperie envers Khaine en espérant combattre et triompher face au Dieu de la Guerre mais il fut battu par Khaine et il s’en empara suite à sa victoire.

Dans les derniers jours de la Guerre Céleste, Vaul reforgea la lame qu’il n’avait pu finir pour Khaine, et en fit la plus puissante de toutes. Il la baptisa Anaris, ce qui signifie "la lueur de l’aube" et avec elle il marcha pour affronter le Dieu de la Guerre. Le combat fut long et Vaul infligea de graves blessures à Khaine, Anaris étant vive et frappant aussi vite que l’éclair. Mais au final, la fureur de Khaine submergea le Dieu Forgeron et le précipita du haut des cieux. On raconte que c’est suite à cet affrontement que Vaul devint infirme. Ensuite, Khaine l’enchaîna à son enclume et s’empara d’Anaris. C’est ainsi que Khaine remporta la Guerre Céleste. Quand Khaine dut combattre Eldanesh plus tard, Anaris fut donnée dans le plus grand secret à Eldanesh par Faolchù le Faucon qui était aussi le messager des dieux, mais cela s’avéra insuffisant et Khaine récupéra son épée après avoir vaincu à mains nues Eldanesh? Il conserva ensuite Anaris jusqu’à son affrontement avec Slaanesh. Le destin de l’épée est inconnu certains disent que la lame fut brisée en morceau à l’image de son porteur suite à l’affrontement avec Slaanesh, d’autres disent qu’elle fut récupérée suite à la défaite de Khaine et donnée aux Eldanar mais qu’elle fut perdue par leur dernier héritier dans les profondeurs de la Mer des Larmes Brisées.

Un soir, alors que les corbeaux se repaissaient des cadavres des ennemis d’Eldanesh, Khaine le félicita pour ses victoires et lui en promit de nombreuses autres. Laissant tomber une goutte de son sang enflammé sur le front d’Eldanesh, le Dieu de la Guerre lui donna une vision. Eldanesh vit ce qu’il adviendrait sous le patronage de Khaine. Des ennemis innombrables tomberaient sous sa lame et la puissance des Aeldaris s’élèverait jusqu’au zénith. Toutes les créatures se courberaient devant lui et tous les Aeldaris lui rendraient hommage en tant que chef.

Lorsque la vision s’effaça, le Dieu de la Guerre lui dit qu’il mettrait de côté son animosité envers les enfants d’Isha à la simple condition qu’Eldanesh lui jure fidélité. Eldanesh n’avait aucun goût pour le futur sanglant promis par les rêves de Khaine. Il refusa et brandit Anaris pour essayer de battre Khaine mais malgré tout son talent Eldanesh n’était qu’un mortel et avec rage, Khaine le désarma et le frappa à mort et ainsi pris fin la Guerre Céleste. Dans les instants qui s’écoulèrent entre le coup mortel de Khaine et la mort d’Eldanesh, Asuryan le Seigneur Phénix descendit des Cieux. Eldanesh lui demanda pourquoi les Aeldaris devaient disparaître. Asuryan éclata de rire à cette question. Il expliqua à Eldanesh qu’il ne pouvait pas mourir. Le père des Aeldaris perdurerait dans l’esprit et la mémoire de ses enfants, ressuscité à chaque génération. Tant que ses enfants prospéreraient, Eldanesh resterait immortel. Alors que la mort resserrait son étreinte sur Eldanesh, Asuryan lui donna un dernier message. Les dieux n’ayant pas de descendance, eux seuls pouvaient vraiment mourir.[4]

Ulthanesh[modifier]

Le Golfe de l’Hiver

Il vint un temps où les terres d’Eldanesh et d’Ulthanesh furent séparées les unes des autres. Un torrent aussi large qu’un océan divisa les Maisons des Grands Fondateurs, tant et si bien qu’ils ne pouvaient plus se rejoindre. Toutefois, voyant que ses enfants seraient pour toujours séparés, la déesse Isha pria le Grand Asuryan, l’Omniscient, et lui demanda d’ouvrir les eaux afin que les peuples d’Eldanesh et d’Ulthanesh puissent se rencontrer. Mais le Pilier du Paradis refusa d’obtempérer, car il était de l’avis que c’était par leurs propres efforts qu’Eldanesh et Ulthanesh devaient revenir l’un vers l’autre. Toutefois, il tempéra sa sentence d’un souffle glacial qui gela les eaux du Golfe de l’Hiver quelque temps. Une fois le torrent pris dans la glace, les peuples des deux maisons furent capables de le traverser. Parfois, la débâcle survenait, les peuples se retrouvaient divisés et leurs buts différaient, mais parfois ils étaient unis, et le Golfe de l’Hiver servait aussi bien de trait d’union que de barrière entre Eldanesh et Ulthanesh.

Ulthanesh est considéré comme l’un des plus grands des Aeldaris mortels, seul Eldanesh le surpassant. Ses descendants sont nommés les Ulthanars. Leur dernier représentant connu (et illégitime) est le Prince Yriel d’Iyanden qui s’empara de l’héritage de la maison Ulthanash, la Lance du Crépuscule. À l’origine, il était un adepte de la maison Eldanash qui aida Eldanesh dans les moments clés des débuts de la race des Aeldaris, comme en terrassant les armées du Hresh-selain, ou en arrachant la victoire avec l’aide de Kaela Mensha Khaine lors des guerres contre les hordes cauchemardesques des Autochtinii.

Dans les temps qui précédèrent la Guerre Céleste, il advint que les ambitions d’Ulthanesh et la volonté d’Eldanesh se retrouvèrent en opposition. Eldanesh était le plus grand des Aeldaris et il ne supportait pas la moindre objection. Ulthanesh ne pouvait point contenir ses désirs, aussi Eldanesh le bannit-il et l’envoya-t-il dans le désert. Ulthanesh, accablé par leur dispute, s’assit sur un rocher. Il resta assis longtemps, contemplant tout ce qu’il y avait de mal dans l’Univers, remâchant le déshonneur infligé par Eldanesh. En voyant Ulthanesh si troublé, Khaine, le Dieu de la Guerre, pensa trouver là une opportunité de semer la discorde. Il brisa la pointe de l’un de ses doigts d’acier et la lança dans l’ombre, sous le rocher, où elle se transforma en scorpion. Le scorpion sortit des ténèbres et piqua Ulthanesh à la main.

Le poison consuma Ulthanesh et, pendant des jours et des nuits, il se tordit sur le sable, brûlant de fièvre. Mais Ulthanesh était fort et, avec le temps, il vainquit le poison et la fièvre tomba. Lorsqu’il s’éveilla de son délire, il était en paix. Il avait survécu seul, sans l’aide d’Eldanesh. Il s’aperçut qu’il y avait suffisamment de force en lui pour qu’il n’ait plus besoin de la protection d’Eldanesh. C’est ainsi que fut fondée la maison d’Ulthanesh et que commença la dissension entre les Aeldaris. Les deux grandes maisons Aeldaris ne seront réunis qu’après la fin de la Guerre Céleste suite à la mort d’Eldanesh, réunis dans la colère contre Khaine et ce jusqu’à ce que la chute des Aeldaris ait lieu.

Mythes et Légendes Aeldaris[modifier]

La Mythologie des Aeldaris ou les Cycles Mythiques des Aeldaris forment une grande part de la culture et de l’histoire des Aeldaris, c’est une source très utile de savoir et de réflexions en particulier pour les Asuryanis qui sont parmis les derniers à apprendre ces légendes à leurs enfants.

Les Larmes d'Isha[modifier]

Le mythe des Larmes d’Isha relate la naissance de la race des Aeldaris, les enfants mortels d’Isha et de Kurnous. Lileath rêva que Khaine allait être dépecé en cent morceaux par une grande armée de mortels. Quand Khaine en fut averti, il devint fou de rage et résolut de détruire les Aeldaris. Afin de sauver les quelques survivants, Asuryan érigea une grande barrière entre les mortels et les dieux, les séparant pour l’éternité. En apprenant cela, Isha pleura tant et plus du fait de cette désunion, et avec Kurnous, elle supplia Vaul le Forgeron de les aider. Avec les larmes d’Isha, Vaul façonna les Pierres-Esprits, et grâce à elles, Isha pourrait voir et parler à chacun de ses enfants. Isha et Kurnous instruisirent les Aeldaris, jusqu’au jour où Khaine surprit Isha en train de s’entretenir avec ses enfants. Il en avertit Asuryan sur-le-champ, qui fut courroucé que ses ordres aient été transgressés. Le Roi Phénix retira sa protection à Isha et Kurnous en raison de leur trahison et dit à Khaine qu’il pouvait disposer deux à sa guise. Khaine était ravi. Il fit du dieu et de la déesse ses prisonniers et les plongea dans un tourment de tortures perpétuel.

Les Épées de Vaul[modifier]

Pendant d’innombrables années, Isha et Kurnous subirent les terribles tourments infligés par Khaine. Enserrés par des liens de flammes et de fer calciné, le dieu et la déesse furent jetés au fond d’un puits brûlant, à la fois loin des yeux mortels et divins. Parmi tous les dieux, seul Vaul le Forgeron plaida en leur faveur. Il réussit finalement à négocier leur libération en promettant à Khaine de fabriquer cent épées pour lui, car Vaul était le meilleur forgeron de tous les temps et chacune de ses armes était d’une valeur inestimable. Une date fut fixée, qui lui laissait un an pour exécuter sa part du marché. Quand arriva le jour de la remise, une lame restait inachevée. Afin de dissimuler cette absence, Vaul ajouta une épée ordinaire à ses propres chefs-d’œuvre. Au début, Khaine fut tellement satisfait de ces armes qu’il ne remarqua pas la supercherie. Ce ne fut que lorsqu’Isha, Kurnous et Vaul furent hors de sa portée qu’il s’aperçut de la tromperie. Khaine hurla sa colère, traitant Vaul de tricheur et réclamant vengeance. Cet événement marqua le début de la longue lutte entre Khaine et Vaul, connue sous le nom de Guerre Céleste.

La Guerre Céleste[modifier]

Guerre Céleste et Guerre Céleste

La Guerre Céleste est un terme utiliser pour décrire la guerre entre les divinités Aeldaris mais aussi la guerre entre les Nécrontyrs et les Anciens quand la galaxie était encore très jeune. Cette guerre n’est pas la même que le mythe Aeldari, elle partage simplement un nom, bien que certains soutiennent que l’une est basé sur l’autre. Il est également important de se rappeler que la guerre dans les cieux peut être un mythe, pas une histoire réelle - les Aeldaris le croient, mais le perçoivent comme un mythe religieux. Mais après tout qui peut savoir ce qui est vrai ou faux dans un univers ou tant de choses ont été oubliés et ou tant de conflits se sont passés.

Précédant la Chute de plusieurs milliers d’années, le mythe de la Guerre Céleste narre une grande division du panthéon Aeldari. Elle commença réellement par l’incarcération et la torture de Kurnous et Isha par Khaine et pendant des siècles, les tensions s’intensifiaient et les dieux choisirent un camp entre Khaine et les autres dieux, en changèrent, nouèrent des pactes et les rompirent, et la bataille fit trembler le cosmos. Les maintes paraboles et tragédies engendrées par ce conflit épique sont toujours jouées par les acteurs des troupes d’Arlequins, mais la plus grandiose décrit le combat final entre Vaul et Khaine. Le Dieu Forgeron Vaul créa une grande lame, la dernière épée qu’il n’avait pas réussi à terminer pour honorer sa dette envers Khaine. Elle était beaucoup plus puissante que toutes celles qu’il avait pu forger, car il y avait insufflé toute la maîtrise de son art.

Il l’appela Anaris, ce qui signifie "lumière de l’aurore", et avec cette arme en main, il alla combattre le Dieu de la Guerre. Le duel fut long et Vaul infligea de graves blessures à sa némésis, mais finalement Khaine surclassa le Dieu Forgeron, et le jeta au bas des cieux. On dit que c’est lors de cette confrontation que Vaul subit les blessures qui en firent un infirme. Khaine menotta Vaul à sa propre enclume avec des chaînes que le dieu forgeron avait lui-même façonnées. Anaris finit entre les mains du héros mortel Eldanesh, qui fut démembré et tué quand il affronta Khaine. Asuryan fut si horrifié par ce meurtre qu’il maudit le Dieu de la Guerre ; celui-ci serait désormais connu sous le nom de Kaela Mensha Khaine - "Khaine à la Main Sanglante". Asuryan avait plus qu’assez vue de massacre, et déclara la guerre terminée, Khaine avait eu sa vengeance et il put terminer cette guerre satisfait.

Il existe également une autre version de la Guerre Céleste ou les Aeldaris et Khaine partent en guerre contre les "Yngirs" et faillirent être mis en échec uniquement à cause de cette seule épée de mortelle déclenchant la fureur de Khaine et le début des conflits de la Guerre Céleste.

La Prophétie de Morai-Heg[modifier]

Au début de la Guerre Céleste, Asuryan le Clairvoyant demanda à la déesse Morai-Heg ce qu’il adviendrait des dieux. La matriarche lui répondit qu’elle interrogerait l’écheveau enchevêtré du futur afin de connaître leur sort. Longtemps, elle explora les fils entremêlés, suivant chacun d’eux jusqu’au bout de sa course aux confins de l’univers sans pour autant trouver de réponse à la question du seigneur des seigneurs. Tous les chemins conduisaient la dame au corbeau en un endroit de feu et de mort où elle ne pouvait s’aventurer. En désespoir de cause, la matriarche suivit Khaine, le Tueur à la Main Sanglante, celui qui apporterait la guerre aux autres dieux et aux mortels, et lui soutira un dé à coudre de son sang enflammé. De retour dans son repaire, Morai-Heg posa le sang brûlant du Dieu de la Guerre sur un plateau de sa balance. Sur l’autre, elle enroula le fil du destin appartenant à Eldanesh. Les deux plateaux s’équilibrèrent. Morai-Heg revint alors vers Asuryan. Elle dit au seigneur des seigneurs qu’il n’avait pas à connaître le destin des dieux. Le mortel Eldanesh et son peuple décideraient de leur survie.[5]

La Douleur et l'Amour d'Isha[modifier]

Durant la Guerre Céleste, Khaine à la Main Sanglante massacra un grand nombre de guerriers Aeldaris. Mère Isha commença à craindre qu’ils finissent par être exterminés, aussi se rendit-elle auprès d’Asuryan le clairvoyant et le supplia-t-elle d’intervenir. Asuryan craignait également que la rage de Khaine n’en vienne à détruire non seulement les Aeldaris, mais aussi les dieux. Il consentit à aider Isha mais lui demanda de se séparer d’une mèche de ses immortels cheveux. Asuryan tressa alors cette mèche dans les cheveux d’Eldanesh, afin que lui et tous ses descendants puissent être guéris par l’amour qu’Isha leur portait.[6]

Les Fidèles de Khaine[modifier]

Durant la Guerre Céleste, Khaine fit déferler des maux sans nom sur les Aeldaris. Au début, Ulthanesh refusa de combattre, au prétexte que la querelle de Khaine concernait la maison d’Eldanesh et pas tous les Aeldaris. Mais la fureur de Khaine ne se bornait pas à cette seule maison et, parmi celle d’Eldanesh, il en était qui se souvenaient de l’amère séparation d’avec Ulthanesh. Ceux que Khaine avait corrompus s’abattirent sur les suivants d’Ulthanesh et une guerre se déclara entre les deux maisons. Khaine s’en réjouit. Mais Ulthanesh, lassé par son inaction, saisit sa lance, non pas pour affronter Eldanesh mais pour faire la guerre contre Celui à la Main Sanglante. Voyant que leur ennemi commun était le Dieu de la Guerre, la maison d’Eldanesh fit la paix avec Ulthanesh et les deux combattirent côte à côte, comme elles l’avaient fait par le passé. Mais il y en avait au sein des deux maisons qui s’étaient tant épris de la guerre que Khaine les dressa les uns contre les autres, les poussant à détruire tous les Aeldaris sans tenir compte des allégeances. Devenus des créatures de Celui à la Main Sanglante, ils se retournèrent contre les leurs.[7]

À l’apogée de la Guerre Céleste, les fidèles de Khaine se comptaient par milliers. Ils étaient de rudes adversaires pour les enfants d’Eldanesh et d’Ulthanesh, car ils s’étaient donnés corps et âmes à leur soif de sang. Pourtant, un par un, les champions de Khaine mordirent la poussière. Mais le Dieu de la Guerre n’avait nullement l’intention de renoncer à ses serviteurs aussi facilement. Il conserva leurs esprits, leur fournissant armes et armures afin qu’ils poursuivent la guerre. Bien qu’aussi sanguinaires que leur maître, ces guerriers furent à leur tour défaits. Toutefois, Khaine refusait de les laisser en paix. Il eut beau menacer et torturer Vaul, le Dieu-Forgeron, celui-ci ne fabriqua pas de nouvelles armes et armures pour reconstruire les armées du Dieu à la Main Sanglante. Malgré cela, Khaine excluait de relâcher son emprise sur ceux qui lui avaient juré allégeance et il les écrasa tous ensemble dans sa poigne de fer afin que plusieurs combattent comme un seul et se partagent le peu d’armes et d’armures qu’il pouvait leur fournir. Poussés par la rage de Khaine, les guerriers fantômes massacrèrent beaucoup des enfants d’Eldanesh et d’Ulthanesh. Mais leur colère était telle que ces esprits en vinrent à se battre entre eux. Chaque composante luttait pour s’assurer le contrôle sur l’ensemble qui finit par éclater. L’armée de guerriers fantômes de Khaine tomba en poussière et les esprits échappèrent enfin à son emprise.[8]

L'Asuryata[modifier]

L’Asuryata, la légende des Seigneurs Phénix, est une antique épopée qui n’est récitée en entier qu’une fois par génération. Bien que la totalité de ses vers soit connue des seuls Bardes du Crépuscule, un ordre de bardes mystérieux, l’Asuryata intègre de nombreuses paraboles riches d’enseignements, auxquelles les Asuryanis se réfèrent comme à des principes directeurs, que ce soit dans le cadre de leur vie quotidienne ou celui de leurs conseils de guerre.

La Rhana Dandra[modifier]

Le mythe de l’Asuryata se conclut par la Rhana Dandra, "les Derniers Jours". Au fil des versets de l’Asuryata, les Aeldaris apprennent les fables des Seigneurs Phénix, les plus illustres guerriers de leur race. Chaque Seigneur Phénix a un rôle important, et leurs prouesses ont inspiré les méthodes et les tactiques des Aspects créés à leur image. C’est Fuegan, le Seigneur Phénix des Dragons Ardents, qui rassemblera ses pairs pour la bataille finale, et qui mourra le dernier, nimbé de flammes éblouissantes jusqu’au dernier instant.

Sources[modifier]

Pensée du Jour : « Si vous ne savez pas vous battre, vous servirez de chair à canon. »
  • THORPE GAV, La Voie du Guerrier, Black Library, 2012
  • Codex Démons du Chaos, V4
  • Codex Démons du Chaos, V8
  • Codex Craftworlds V8
  • Codex Vaisseaux Mondes, V3
  • Codex Eldars, V3
  • Codex Eldars, V4
  • Codex Harlequins, V8
  • Codex Eldars Noirs, V6
  1. Informations issues de La Voie du Guerrier - Chapitre Six - Colère de THORPE GAV, Black Library, 2012 et résumées par Trazyn L'Infini
  2. Informations issues de La Voie du Guerrier - Chapitre Treize - Transformation de THORPE GAV, Black Library, 2012 et résumées par Trazyn L'Infini
  3. Informations issues de La Voie du Guerrier - Chapitre Quatre - Rejet de THORPE GAV, Black Library, 2012 et résumées par Trazyn L'Infini
  4. Informations issues de La Voie du Guerrier - Chapitre Quinze - Mort de THORPE GAV, Black Library, 2012 et résumées par Trazyn L'Infini
  5. Informations issues de La Voie du Guerrier - Chapitre Trois - Destin de THORPE GAV, Black Library, 2012 et résumées par Trazyn L'Infini
  6. Informations issues de La Voie du Guerrier - Chapitre Huit - Douleur de THORPE GAV, Black Library, 2012 et résumées par Trazyn L'Infini
  7. Informations issues de La Voie du Guerrier - Chapitre Onze - Héritage de THORPE GAV, Black Library, 2012 et résumées par Trazyn L'Infini
  8. Informations issues de La Voie du Guerrier - Chapitre Douze - Renaissance de THORPE GAV, Black Library, 2012 et résumées par Trazyn L'Infini