Catégorie:Mechanicum Noir

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Mechanicum Noir)
Aller à :navigation, rechercher

Le Traité entre le Parlement Martien et l’Empereur imposait plusieurs restrictions aux pratiques du Mechanicum, qualifiant une grande partie des connaissances possédées par les Mondes-Forges de "Heretechnica", une hérésie contre le Maître de l’Humanité dans son autorité d’avatar de l’Omnimessie. Il existait de nombreuses sciences et technologies hérétechniques. Elles variaient entre celles qui pouvaient se limiter aux horreurs de l’esprit ou du corps d’un seul être, à celles capables de déchaîner des fléaux mortels sur des systèmes entiers, de drainer l’énergie des étoiles ou de déformer l’espace-temps lui-même. Cependant, il y avait trois ordres de Haute Heretechnica détestés par-dessus tout, chacun étant capable de mettre l’Imperium à genoux s’il était utilisé de manière imprudente. Il s’agissait de la création d’une conscience artificielle, comme les "Hommes de Fer" qui marquèrent le Moyen-Âge Technologique, de la manipulation du code génétique humain, en particulier lorsqu’il s’agissait des mystères des Primarques, de la Legio Custodes ou de la création de Parias et autres abominations contre nature, et enfin, de l’étude approfondie du Warp.

Le Mechanicum Noir était une coalition de Magos qui considéraient ces restrictions comme des entraves à l’ambition, l’imagination, la curiosité et la juste mission de l’ensemble du Mechanicum. Ils rejetaient l’idée que l’Empereur incarnait le but du Dieu-Machine, et se débarrassèrent de ces freins, poursuivant leurs recherches interdites. À travers la galaxie, ils s’adonnèrent aux expériences les plus infâmes et créèrent des légions d’horreurs innommables. De tels crimes odieux gangrenèrent le Mechanicum à l’insu de l’Imperium jusqu’à la conclusion de la Grande Croisade, au cours de laquelle Horus Lupercal envoya ses émissaires auprès de nombreux Magos qui se sentaient opprimés par le joug de l’Empereur. Le Maître de Guerre leur tendit la main et jura de lever les restrictions du Maître de l’Humanité. Il offrit la liberté et des empires interstellaires à ces Magos, qui seraient gouvernés en son nom, mais où ils pourraient agir sans crainte de surveillance ou de sanctions. La promesse d’Horus était celle d’un seigneur permissif et désintéressé, leur permettant d’explorer les sciences interdites à leur guise, tant que ses armées étaient alimentées en armes et équipements. Plusieurs dizaines de Mondes-Forges du Mechanicum Noir se rallièrent à la cause de l’Architraître sous ces conditions, consacrant leur puissante industrie à la création d’armes mortelles et de machines de guerre baroques.[1]

Le Mechanicum Noir en M41

Lorsque l’Hérésie d'Horus faisait rage en M31, le Mechanicum fut secoué par un schisme terrible. Les agents d’Horus avaient convaincu plusieurs maîtres de forge de Mars que l’Empereur leur avait menti, qu’il n’était pas l’Omnimessie, et que le véritable Dieu-Machine était enterré sous les sables rouges de ce monde industrialisé à outrance. Le conflit consécutif vit des milliers de Technoprêtres rejoindre le Maître de Guerre, ralliant leurs osts de cyborgs à sa cause et commettant des atrocités envers ceux qu’ils considéraient comme leurs frères. Lorsque les Légions Traîtresses furent bannies dans l’Œil de la Terreur, le Mechanicum Noir, comme il était appelé, les suivit. Depuis, sa curiosité inhumaine a été assouvie de milliers de façons méprisables, fusionnant la chair et le métal avec l’essence du Chaos pour produire des légions de machines guerrières. Le Mechanicum Noir fourni aux armées du Chaos, armures, armes, Machines-Démons et même des flottes stellaires. Sans lui, les osts du Chaos péricliteraient rapidement.

Source

Pensée du Jour : « Ne demandez pas pourquoi vous servez. Demandez comment. »
  • Codex Heretic Astartes Chaos Space Marines, V8
  • The Horus Heresy - L'Âge des Ténèbres : Livre de Règles
  1. The Horus Heresy - L'Âge des Ténèbres : Livre de Règles, Chapitre Le Mechanicum - Le Mechanicum Noir