Bataille de Trisolian

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Trisolian)
Aller à :navigation, rechercher

Black leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpg
Aquila corner hh.pngAquila corner hh.png




Marge hh.jpg
Marge hh.jpg
HH-sub-banner.png


Le Wyrd en est Jeté
La Bataille de Trisolian.

Nombreuses furent les batailles qui ravagèrent l’Imperium durant la cataclysmique Hérésie d'Horus. Nombreux furent les héros qui se sacrifièrent pour arrêter où ralentir l’avancée des Traîtres vers Terra. Nombreux furent les duels légendaires entre les fils de l’Empereur durant l’Âge des Ténèbres, que se soit le terrible face à face entre Fulgrim et Ferrus Manus sur Isstvan V, celui entre le Night Haunter et le Lion sur Tsagualsa ou de Dorn face à Alpharius sur Pluton.

Mais rarement une bataille fut aussi terrible que celle que livrèrent les Routs à Trisolian. Peu peuvent se glorifier d’avoir consenti à un aussi grand sacrifice que les Fils de Fenris à Trisolian. Peu de duels furent aussi sanglants et importants que celui que se livrèrent Horus Lupercal et Leman Russ à Trisolian.

Alors que la menace des forces du Maître de guerre engloutit la galaxie, les tensions entre les fils loyaux de l’Empereur atteignent leur point de rupture. Alors que Rogal Dorn et ses Imperial Fists se préparaient à défendre le monde natal de l’humanité contre l’inévitable assaut des Légions Traîtresses, ses frères féroces et assoiffés de combat, Jaghatai Khan et Leman Russ, s’insurgeaient contre ces tactiques statiques et défensives. Face aux demandes véhémentes du Prétorien de Terra, le Roi Loup refusa de se cacher derrière de hauts murs et d’attendre l’arrivée de leurs ennemis. Russ et ce qui restait de sa légion allaient chercher la flotte du Maître de guerre et tenter de porter un coup mortel à Horus lui-même, un coup au cœur même des légions traîtres.

À cette fin, dans les premiers jours de 012.M31, Russ a rallié ceux de ses fils qui avaient survécu aux combats acharnés de la nébuleuse d’Alaxxès et s’est rendu dans le système Trisolian assiégé. Le Magos Militara Suprême du système détenu par le Mechanicum, Hester Aspertia Sigma-Sigma, avait refusé l’ordre traître du Fabricator Général de rejeter l’Empereur comme Omnimessie et de soumettre ses forces à la rébellion du Maître de Guerre. Pour avoir défié les exigences du Maître de guerre, les enclaves manufacturières de Trisolian ont été assiégées par une flotte massive de la XVIe Légion (Sons of Horus), commandée par Horus lui-même à bord de son vaisseau amiral, le Vengeful Spirit. C’est ici, alors que les Sons of Horus étaient engagés dans la contre-offensive du Mechanicum, que les Space Wolves allaient frapper.[1]

Dans ce système qui était un noyau de transit majeur pour le Mechanicum, se joua le dernier grand acte des Space Wolves durant l’Hérésie d’Horus, un acte d’une audace et d’un courage frisant le suicide. Des millénaires après cette bataille, les sagas des Space Wolves en parlent encore avec fierté mais aussi tristesse car ils en furent définitivement brisés. En effet, cet événement vit dans les faits la fin de la VIe Légion, une conclusion glorieuse menée par le Roi-Loup en personne dans une tentative d’abattre d’un seul et unique coup le Traître Suprême avant la chute de Beta-Garmon et le début de l’assaut sur Terra qui s’en suivrait.

Honorant jusqu’au bout leur rôle de bourreau de l’Empereur, les Loups de Fenris suivirent leur Primarque dans l’antre de la bête afin de l’aider à accomplir un objectif simple et clair : tuer l’Architraître en personne !

Si le duel entre Sanguinius et Horus occulta en grande partie ce face à face entre Russ et Horus, les historiens versés dans les secrets de l’Hérésie d’Horus et les plus sages des Prêtres-Loups du Chapitre des Space Wolves savent que Russ parvient, au pris de la vie de ses fils, à porter un coup qui permettra d’accélérer la chute d’Horus lors du duel final qui décida du sort de l’Humanité.

Ce récit s’appui sur les rapports de cette bataille et est basé sur les sagas des rustres Astartes de Fenris. Mais malgré des divergences, une certitude en ressort : le Loup a traqué le Loup, le frère a affronté le frère, le Bourreau de l’Empereur a abattu sa lame sur le Traître, changeant le destin d’une guerre et de la galaxie tout entière.

Éclaireurs sur Molech

Les éléments qui menèrent à l’affrontement sanglant entre les deux Primarques furent mis en place lors des tragiques événements sur Molech, à bord même du Vengeful Spirit lorsque Garviel Loken, ancien membre du Mournival et Loyaliste voué à la mort sur Isstvaan III, mena une équipe de Chevaliers Errants sur ordre de Russ et de Malcador. Les Chevaliers Errants avaient pour objectif de baliser le vaisseau amiral de l’Architraître et d’y découvrir de potentielles failles à exploiter pour assurer le succès d’un futur assaut des Space Wolves et l’élimination du Maître de Guerre par le Roi-Loup en personne. Les détails de cette mission menée par cette courageuse équipe sont détaillés ailleurs, mais nous pouvons juste conclure que Loken et ses hommes avaient en parti réussi leur mission, parvenant à dissimuler des runes - ou Futharc dans la langue fenrissienne - à l’intérieur du Vengeful Spirit. Les Futharc étaient utilisés par les Scouts Space Wolves pour guider les vagues d’attaques au travers des épaves flottantes et des structures du même genre. Chaque symbole donnait des informations au détachement principal sur ce qu’il y a devant, sur la meilleure route à prendre. En plus de balises de localisation dissimulées, à code de déclenchement impérial crypté pour guider les appareils et les torpilles d’assaut, les Chevaliers Errants avaient permis d’assurer une avancée efficace dans les entrailles du Vengeful Spirit.

Une Légion Meurtrie[2]

Avant la Bataille de Trisolian, la VIe Legiones Astartes était dans un état d’affaiblissement terrible. Il ne restait plus que quarante mille Space Wolves lorsque Russ quitta les Système Sol. Le Sac de Prospero avait été une tombe pour beaucoup. La Bataille d’Alaxxes en avait tué des milliers. D’autres étaient morts sur la terre cruelle de Vanaheim, ou flottaient, gelés dans leurs armures de combat, à l’intérieur des zones de débris spatiaux autour de Daverant.

La VIe était une force de combat diminuée à tout point de vue, malgré quoi elle demeurait assez puissante pour renverser le cours de n’importe quelle bataille.

Jusqu’à Trisolian…

Selon certains Prêtres des Runes que nous avons eu l’honneur d’interroger, les Futharc avaient la particularité d’être localisé dans la Mère des Âmes - le Warp - par les plus doués de leur confrérie. Si cela est vrai, cela signifiait que les Loups pouvaient savoir où trouver leur proie…

Après s’être échappé de Molech, les Chevaliers Errants survivants furent convoqués par Leman Russ à bord du Hrafnkel, le vaisseau amiral du Primarque de la VIe Légion. Nous ignorons combien d’entre eux durent faire leur rapport au Roi-Loup mais tous les documents nous assurent que le dernier à être reçu fut Garviel Loken.

Nous ne pouvons supposer que Loken lui fit part des pertes et des sacrifices consentis durant cette mission, et de son face à face avec son ancien Primarque transfiguré par les pouvoirs du Chaos. Ainsi, Leman Russ dû comprendre que ces chances d’affronter l’être monstrueux qu’était devenu son frère suite à son ascension sur Molech était quasi nul. Néanmoins, il prit sa décision, au point de rentrer en conflit avec ses frères, car en parallèle à ses éventements, les pièces qui mèneraient au combat final étaient en train de se mettre en place.[3]

La Décision de Russ

Tandis que Russ préparait son attaque, les événements se bousculaient sur Terra. Revenant d’années de guerres et d’horreur, Sanguinius et sa Légion des Blood Angels atteignirent le Système Sol après la désastreuse Seconde Bataille de Davin, parvenant à traverser la Tempête de la Ruine et le blocus des Traîtres grâce aux interventions de ses frères Guilliman et Lion El’Jonson.

Rogal Dorn organisa une somptueuse cérémonie afin d’accueillir le Grand Ange, adulé par les citoyens Impériaux, baignant les nefs de la IXe Légion de lueurs éclatantes. Cette célébration démonstrative avait néanmoins pour but de cacher les réalités de la guerre car la flotte de Sanguinius avait été malmenée par la tempête et les combats. Beaucoup de ses vaisseaux n’étaient pas parvenus jusqu’à Terra et très peu de tous ceux arrivés étaient intacts. Les pic-images qui nous restent montrent des vaisseaux filmés depuis des angles flatteurs et leurs lésions retouchées avant la vidéoprojection. Dès que la flotte de la IXe Légion s’arrima en orbite de Terra, des nuées d’appareils rugissants en livrée rouge descendirent à travers les strates atmosphériques enfumées du berceau de naissance de l’Humanité. Le peuple affligé par la guerre leva les yeux vers le ciel, et était en vénération pour le fils le plus parfait de l’Empereur. Comme un véritable ange, Sanguinius survola les mortels de très haut et dirigea son vol droit vers l’Himalasie, et vers le Palais Impérial perché au sommet du monde.

Sanguinius fut chaleureusement accueilli par ses frères Rogal Dorn, Leman Russ, Jaghatai Khan et par le Régent Malcador le Sigillite accompagnés par les commandants rassemblés des forces de défense, heureux de revoir un fidèle fils de l’Empereur disparu depuis son départ vers l’infernal système de Signus bien des années plus tôt.

Lors de la réunion qui rassembla les Primarques et le Régent, Sanguinius décrivit les années de guerre et d’horreur qu’il vécu, la puissance corruptrice du Chaos et les ravages que les armées du Maître de Guerre avait commis dans la galaxie. Il apporta néanmoins l’espoir : les forces de Guilliman et du Lion harcelaient les Traîtres et pouvaient faire pencher la balance au profit des Loyalistes si ils parvenaient jusqu’à Terra pour prendre en tenaille le Maître de Guerre. Mais le Roi-Loup était un être fier qui ne revenait pas sur un serment : il allait traquer et tuer Horus avant que Beta-Garmon ne tombe, ouvrant la voie vers le Système Sol aux esclaves du Chaos.

Malgré les supplications de Dorn, Leman Russ refusa de rester sur Terra, considérant que l’état des flottes et les troupes Loyalistes ne pouvaient espérer repousser et vaincre les renégats, malgré les pertes qu’eux même avaient subi après des années de conflits sans merci. Seul la mort d’Horus offrait une chance de gagner la guerre et de sauver l’Humanité.

Ainsi, le Roi-Loup parti de Terra avec le reste de sa Légion, non pas vers Horus, mais vers Fenris, afin de mener une quête des plus étranges et extraordinaires avant son duel fatidique.[4]

Rituel sur Fenris

Lorsque Russ et sa Légion revinrent sur Fenris après tant d’années d’absence, le Roi-Loup avait un objectif bien en tête. Depuis le témoignage de Loken, Russ avait pris conscience qu’Horus était devenu plus puissant que jamais, et qu’il lui fallait trouver une faiblesse à exploiter afin d’avoir une chance d’abattre son frère félon.

Ce qui s’est réellement passé fut, à n’en point douter, enjolivé par les sagas des Space Wolves, sagas qui ont plusieurs millénaires et qui furent sûrement altéré à fil du temps par les superstitions issus des traditions sauvages du peuple primitif de Fenris, traditions qu’ils observent et respectent encore de nos jours. Les images et les conceptions poétiques et superstitieuses peuvent néanmoins être retranscrit, bien qu’aucun esprit sérieux ne peut prendre à la ligne le rituel auquel à pris part Russ pour trouver un moyen de vaincre Horus.

D’après ces sagas, le Roi-Loup avait réunis un groupe de huit Prêtres des Runes - et un jeune Astartes de confiance - et partit vers une vallée dans les montagnes où se trouvait un cercle rituel sur une bosse de roche volcanique dure. Au centre se creusait un léger renfoncement qui n’apparaissait pas depuis la plate-forme surplombant un petit lac d’où sortait de la fumée et où un menhir sculpté pour ressembler au Croc montait la garde par-dessus le trou, le ventre teinté d’orange par une fournaise souterraine. Ce trou se nommait la Porte de Syrtyr, la forge des âmes, l’entrée vers le royaume des morts de la culture de Fenris.

Les Prêtres des Runes menèrent ensuite une cérémonie dont la nature échappe aux êtres civilisés que nous sommes et de là, le fantastique des sagas prend le pas sur toute notion de réalité. Voici un résumé de ce que les Routs nous racontent :

Leman Russ dans le Muspjall de l’Erlking dans le Sous-Monde.
Russ entra dans le Sous-Monde par la Porte de Syrtyr. Une fois parvenue dans ce sinistre royaume, Russ pourchassa un grand loup pendant une éternité en plein cœur d’une désolation glaciale. Enfin, il vit le Grand Loup disparaître dans un Grand Hall, le Muspjall, le hall de ceux ayant connu une mort qui n’a servi personne, et où ceux qui meurent de vieillesse servent à des tables, et où les lâches finissent dévorés. Y entrant, le Roi-Loup fit face à une centaine de loups humanoïdes assis à de longues tables dévorant un festin. L’assemblée était dominée par un chef que la tradition de Fenris connaît sous le nom d’Erlking, le souverain des revenants et des alvar, le dieu des nettagangr. L’Erlking lança quatre défis à Russ. S’il échouait, le Primarque devrait le servir pour l’éternité, si il triomphait ne serait-ce qu’à une seule épreuve, l’Erlking répondrait à une question de son choix. Russ accepta.

L’Erlking défia Russ d’avaler dans son inégalité un mjod noir qui remplissait un bol à boire juqu’au bord. Russ échoua.

L’Erlking défia Russ de combatte une vieille femme et de la mettre au sol durant cinq battements de cœur. Russ échoua (et se fit rétamer).

L’Erlking défia Russ de faire simplement bouger l’immense loup qui dormait dans le Muspjall. Russ échoua.

Face à ses trois échecs, l’Erlking voulu tuer Russ mais ce dernier révéla la nature de ces épreuves.

Russ dit que la mjod noir était la Mer Sauvage, et que nul ne pouvait la boire entièrement.

Russ dit que la veille femme était le mauvais Wyrm (destin), un adversaire qu’aucun homme ne peut battre.

Russ dit que l’immense loup qui dormait était Morkai, le plus grand loup de tous, et seigneur des halls de la mort les plus profondément enfouis et qu’aucun homme ne pouvait mouvoir la mort.

Impressionné, l’Erlking défia Russ de deviner son identité. Russ lui dit qu’il était lui.

Le Hall prit feu instantanément de même que tous les loups présents. Ils s’éparpillèrent dans l’air comme de la fumée sur la brise, et s’envolèrent, en tourbillonnant à travers le trou du toit vers les étoiles. Le Hall disparut et à la place un autre Russ fit face au Roi-Loup, un Russ différent, celui que le Primarque aurait dû devenir si il n’avait pas été enlevé sur Terra. Ce Russ lui demanda qu’elle était la question qu’on lui avait promis de poser si il réussissait l’un des défis. La question fut simple : comment tuer Horus. La réponse fut la Lance de l’Empereur, une arme offerte par le Maître de l’Humanité à Leman Russ, contenant une partie des Ses pouvoirs et qui pourrait illuminer la vérité à ceux qu’elle a percés. Sur ce, le faux-Russ empala le Roi-Loup, lui révélant la vérité sur la nature des Primarque. Russ désespéré appris que cette connaissance le verrait un jour quitter Fenris.

Néanmoins, Russ sut que la lance pouvait non seulement blesser Horus, mais aussi changer le cours de la guerre.[5]


La Lance de l’Empereur[6]

Lors de son duel, Leman mania une arme aujourd’hui sacrée pour les Space Wolves, une lance forgée dit-on par l’Empereur Lui-même. Lorsque le Primarque fut réuni avec sa Légion durant la Grande Croisade, Horus et l’Empereur envoyèrent le Roi-Loup combattre un puissant empire Ork dans une région de nébuleuses instables et d’astres à la dérive baptisée la Roue de Feu.

Après avoir exterminé les Peaux-Vertes, Leman Russ reçut deux cadeaux : l’Aett - mieux connu sous le nom de le Croc - et une arme : la Lance de l’Empereur. Les témoins de cette époque évoque le mal aise du Roi-Loup devant cette arme. Il ne s’en était jamais servi durant toute la Grande Croisade et certains murmurent qu’il avait rêvé qu’il mourrait avec cette arme à la main…

Russ "oubliait" souvent cette arme, cherchant sûrement à s’en débarrasser à cause du malheur qui, dans sa culture superstitieuse, émanait de la Lance. Mais à chaque fois, il échouait, comme si le destin voulait qu’il manie cette arme un jour.

Comme vous pouvez le voir, ce passage empreint de légendes et de superstitions ne peut que dissimuler une réalité plus simple : Russ apprit d’une manière sûrement plus conventionnelle que la Lance de l’Empereur était une arme psychique et symbolique et que son séjour sur Fenris devait répondre à un besoin d’un retour dans son foyer avant l’affrontement mortel avec son frère.

Seul fait troublant, tous les Prêtres des Runes auraient été tué durant ce rituel, seul Russ et le jeune guerrier qui l’accompagnait revenant au Croc après leur départ vers la Porte de Syrtyr. Certains murmures la présence de Démons et autres abominations du Warp, mais nous ne le saurons jamais.

Russ annonça devant ses fils son intention de faire face à Horus et que les guerriers qui souhaitaient - sans contrainte - venir avec lui devaient comprendre l’aspect suicidaire d’une telle entreprise. Tous accompagnèrent sans hésiter leur Seigneur vers l’ultime bataille de la Légion des Space Wolves.

Les repères runiques posés à l’intérieur du Vengeful Spirit par les Chevaliers Errants révèlent aux fils de Fenris où se trouvait leur proie : un système aux dimensions immenses, mais d’un intérêt seulement modeste, le genre de système où un seigneur de guerre aurait attendu que vienne l’instant propice pour lancer ailleurs une attaque majeure. Ce système se nommait Trisolian.[7]

La Chute de Trisolian

La traque d’Horus avait véritablement débuté, et les Loups foncèrent dans le système de Trisolian. En parallèle, ce système connu bien des malheurs. De part sa richesse, les quatre planètes du système formaient un Monde-Forge du Mechanicum. C’était un bastion Loyaliste, bien qu’isolé de la guerre civile.

Le Système Trisolian[8]

Trisolian était un système à étoile triple. En son centre se trouvait la principale, Trisolian A, un grand astre bleu blanc qui émettait un flux d’énergie plusieurs millions de fois supérieur à celui de Sol. Les deux autres formaient une paire de naines rouges en rotation synchrone, tournant autour de Trisolian A à une distance mille fois supérieure à celle de l’orbite de Neptune par rapport à Sol. Bien qu’éloignés d’une distance inconcevable pour l’esprit humain ordinaire, ces corps se trouvaient dangereusement proches en termes astronomiques. Les quatre planètes du système souffraient d’orbites immensément erratiques et étaient tourmentées par les vents solaires conflictuels. Ce type de système stellaire était courant dans la galaxie, mais il était rare d’y trouver des planètes habitables, ou même des planètes tout court. Les mondes tournant autour de telles étoiles étaient catapultés dans l’espace durant leur formation, ou pulvérisés avant même d’avoir pu naître. Ceux qui y survivaient étaient inévitablement irradiés jusqu’à en être stériles. Ce n’était donc pas un endroit adapté à l’homme. Mais les conditions dangereuses pour la vie humaine la rendaient utile par ailleurs car une combinaison inhabituelle de flux gravitationnels et de vents solaires agressifs transformait ces quatre planètes en forges cosmiques riches en éléments lourds et exotiques, et en précieux isotopes.

Chacune des quatre planètes avait ses propres plates-formes minières orbitales de la taille de villes entières. L’installation principale du système de Trisolian était l’Heptaligon, qui était la plus grande, composée de sept stations ancrées par des tubes-longes enfoncés droit au travers du cœur glacé du satellite mineur et solitaire de Trisolian A-2, Momus. L’intérieur de Momus avait été creusé et évidé, et était habité. Entre les tubes-longes, de longs fils de macro-câblages reliaient les stations en une toile complexe, permettant de suspendre des plates-formes subsidiaires entre les principales, et offrant un transit entre tous les points d’un nombre faramineux d’itinéraires. Bien qu’impliquée dans leur acquisition en elle-même, le rôle principal de l’Heptaligon était de faire office de centre de traitement pour toutes les ressources récupérées au sein du système. Au centre gelé de Momus, divers composés gazeux étaient compressés en lingots d’alliages exotiques, expédiés ensuite vers le faîte des tubes-longes jusqu’à la station Prima pour être exportés hors du système. Quand à l’Heptaligon, il abritait la capitale, son commandement militaire, les organes de gouvernance etc.

Trisolian serait demeuré un système reculé, isolé, s’il n’y avait eu ce couloir Warp majeur qui passait par lui et desservait le carrefour stratégique de Beta-Garmon. Sous souveraineté du Mechanicum, des demandes avaient été émises par l’Imperium pour tenter de refaire passer les opérations sous contrôle terrien. Mais le Synode Martien, rechignant à céder une ressource stratégique potentiellement vitale, avait traîné pendant des années, en assignant tout ce temps d’autres rôles aux cités trisoliennes afin d’accroître leur importance ; jusqu’à ce que, pour finir, les quatre de Trisolian eussent reçu collectivement la désignation de Monde-Forge, avec tous les droits et responsabilités afférents.

La position de Trisolian le rendait politiquement important. Ainsi le système demeurait-il martien, quoi que cela ait bien pu signifier durant l’Hérésie d’Horus.

D’après les témoignages de technoadeptes de l’époque, le seigneur du Monde-Forge de l’époque, le Vice-Roi Extractatorien Benician Mendoza, reçu un message d’une dénommée Sota-Nul, une célèbre traîtresse du Mechanicum Noir et émissaire du Maître de Guerre. Sota-Nul exigea que Trisolian rejoigne la cause d’Horus sous peine d’un châtiment exemplaire. Benician Mendoza refusa et prépara ses troupes, sous le commandant de la Domina Magos du Taghmata Aspertia Sigma-Sigma, pour l’inévitable combat à venir.

La guerre arriva bien vite, et le Mechanicum fut balayé par les Night Lords et l’Alpha Legion malgré une résistance héroïque. Mais la trahison frappa, et la Magos Aspertia Sigma-Sigma renversa le gouvernement légitime et accepta la reddition, livrant Trisolian aux Traîtres.

Toute la population de l’Heptaligon fut rassemblé à la station Tria, également appelée l’Orbe de Transfert et la capitulation fut officiellement signée par Aspertia Sigma-Sigma. À cet instant arriva le Maître de Guerre en personne qui exigea une allégeance totale et absolu à ses nouveaux "alliés".

Trisolian était tombé.[9]

La Bataille de Trisolian

C’est en territoire ennemi que Russ et sa flotte arrivèrent à une vitesse effrénée. Grâce aux Prêtres des Runes, la flotte de la VIe Légion ne fut pas détectée par les Traîtres que cela soit dans le monde matériel et le monde immatériel. Très vite le Vengeful Spirit fut dans le viseur des Loups. La flotte d’Horus n’avait pas conscience de leur arrivée. Par chance, les navires des Word Bearers, de l’Alpha Legion, des Sons of Horus, des World Eaters et des Iron Warriors présents à Trisolian étaient éparpillés dans tout le système. La curée commença.

Attaquant par surprise les navires renégats, les Space Wolves firent preuve d’aucune pitié, ni d’aucun instinct d’auto-préservation. Tous savaient que c’était une mission suicide et que le temps leur était compté car bien vite, les vaisseaux ennemis dispersés dans le système reçurent pour consigne de revenir combattre les Loyalistes.

La stratégie de Leman Russe brilla pour sa simplicité : les vaisseaux Space Wolves tirèrent toutes les armes possibles et imaginables sur le Vengeful Spiritet foncèrent sans retenu vers lui pour l’aborder le plus rapidement et le plus sauvagement possible. Les canonnades furent meurtrières et nombreux furent les Loups a périrent pour permettre l’avancée des leurs vers l’ennemi tant haït. Le Vengeful Spirit et le Hrafnkel s’affrontèrent, comme un prélude du duel qui allait voir leur deux commandants se faire face.

La VIe Légion n’avait pas le temps car ces effectifs étaient dépassés en nombre dans un rapport d’au moins deux contre un. Leman Rus fit lancer son assaut avant même que les boucliers du Vengeful Spirit ne soient brisés. Par dizaines, les Thunderhawks, les Fire Raptors, les Storm Eagles, les Béliers d’Assaut, les Modules, les torpilles d’abordage et les Stormbirds des Loups s’élancèrent pour franchir l’intervalle qui diminuait entre les deux vaisseaux-amiraux. Trois Grandes Compagnies filèrent dans l’antre de l’ennemi avec leur Primarque en personne levant bien haut la Lance de l’Empereur.

Durant cet abordage digne des plus grandes légendes, des explosions emplissaient le vide autour d’eux, cherchant à abattre les transporteurs des Loups alors que des canons anti-chasseurs et anti-munitions déchaînaient une tempête de mort entre les deux bâtiments. Beaucoup d’engins d’assaut étaient perdus, éventrés par les faisceaux laser et les projectiles. La VIe Légion se consumait dans l’espace.

Puis dans un déchaînement de rare violence, les Space Wolves pénétrèrent à l’intérieur des boucliers du vaisseau d’Horus au moment où le dernier des Boucliers Voids du Vengeful Spirit rendit l’âme, s’exposant à la colère pleine et entière du Hrafnkel. Les escadrilles de Russ se dispersèrent, beaucoup fonçant directement vers le chemin du pont d’embarquement, le reste vers d’autres endroits, en soutien des groupes de Terminators téléportés depuis le Hrafnkel, ou pour abattre les chasseurs qui s’en prenaient aux torpilles tirées pour percer les ponts supérieurs.

Puis faisant exploser avec des missiles les portes verrouillant l'intérieur du Vengeful Spirit, les Space Wolves se lancèrent dans le dernier abordage de leur histoire en tant que Légion.

Belisarius Cawl[10]

Un événement étrange eu lieu durant les terribles combats dans les entrailles du Vengeful Spirit. En plus d’affronter les Sons of Horus, les Space Wolves firent face à des troupes du Mechanicum dont certains étaient affiliés au Taghmata du Mechanicum de Trisolian, récemment conquis par le Maître de Guerre. Subitement, les machines guerrières, les Skitarii et les officiers trisoliens arrêtèrent de s’en prendre au Space Wolves, certains attaquant même les Traîtres. Déconcertés, les Space Wolves continuèrent leur avancée, profitant de ce coup du sort.

Le Taghmata était directement connecté à la Domina Aspertia Sigma-Sigma qui dirigeaient ses armées enfermée dans un cocon de branchements la reliant directement aux forces cybernétiques de Trisolian. Nous savons qu’elle fut subitement exécutée par ses gardes suite à la transmission d’information prouvant la traîtrise de la Domina. Aspertia Sigma-Sigma était à l’origine de l’attaque du Maître de Guerre contre Trisolian, l’ayant invité à venir à s’emparer du système.

Le protagoniste de cette découverte et de la diffusion de cette information qui offrit un répit aux Space Wolves et élimina une grande traîtresse, était un jeune adepte du Mechanicum - qui parvient à s’échapper durant la bataille - et qui était connu pour à la fois son génie et être particulièrement insupportable à gérer, un adepte qui accédera à la célébrité dix millénaires plus tard. Un dénommé Belisarius Cawl.

Alors que le Stormbird de Russ, le Hugin, arrivait vers le pont d’embarquement, les Legiones Astartes de la VIe Légion attaquèrent les Sons of Horus qui étaient là pour les recevoir. Très vite, le corps à corps s’engagea tandis que les meutes Space Wolves se répandaient dans tout le vaisseau, massacrant sans distinction Astartes, technoadeptes ou humains ordinaires au service du Maître de Guerre.

Guidés par les Futharc, leur avancée fut rapide, faisant face à un navire où l’influence maligne du Warp rendaient les couloirs et les pièces irréelles, affrontant des Sons of Horus à peine humains et possédés par des entités de l’Immaterium.

Leman Russ et ses Varagyr - Gardes Loups du Primarque - s’enfonçaient dans le Vengeful Spirit avec toute la subtilité d’une foreuse industrielle appliquée à de la chirurgie cardiaque. Le Primarque massacra tout sans la moindre retenu, la Lance de l’Empereur abattant à chaque coup un ennemi. Ses fils suivaient, massacrant tous ceux sur qui ils tombaient. Les Sons of Horus, méthodiques et dangereux, continuaient de se battre avec la férocité contenue pour laquelle ils étaient renommés autrefois, mais leur art de la guerre avait pris une nouvelle tournure, plus acerbe, plus frénétique, et les Space Wolves trouvaient en eux des adversaires tout aussi terribles qu’eux-mêmes.

Dans l’espace, la bataille entrait dans sa seconde phase. Le temps manquait aux Loyalistes car la flotte des Loups fut encerclée par des groupes de renégats qui convergeaient vers leur positions, surgissant dans le système pour se joindre à l’affrontement. Le temps était compté.

Après s’être tracé un chemin dans le sang et les tripes des Traîtres, Leman Russ et ses hommes se retrouvèrent dans une vaste salle cérémonielle. En haut d’un escalier, de grandes portes s’ouvrirent et Horus Lupercal, le Maître de Guerre fit face au Roi-Loup, Bourreau de l’Empereur. La présence des deux Primarques stoppa nette la fusillade. Horus échangea des paroles mielleuses et proposant à son frère de le rejoindre à sa droite. Mais le fier Roi de Fenris n’était pas être à devenir l’esclave du Chaos et rejeta l’offre de l’Architraître sans hésitation. Dans un furieux cri de haine, Horus se jeta sur Russ, et alors que leurs fils s’entretuaient dans une empoignade ne respectant plus la moindre règle, le duel entre les deux Primarques débuta.[11]

Assaut sur le Vengeful Spirit

Les quelques témoignages de survivants et la capture de données des forces du Mechanicum à bord du vaisseau amiral des Sons of Horus suggèrent que les attaquants de la VIe Légion (Space Wolves) ne savaient que trop bien qu’ils ne tiendraient pas longtemps dans un engagement direct avec les défenseurs retranchés à l’intérieur du Vengeful Spirit, et qu’ils cherchaient donc à provoquer une réponse imprudente et trop confiante de la Légion du Maître de guerre. Répartis sur toute la longueur et la largeur du vaisseau, les groupes d’attaque indépendants des Space Wolves ont frappé durement et rapidement les emplacements de valeur stratégique ou matérielle, les magasins de munitions, les générateurs de bouclier du vide et d’autres objectifs opérationnels vitaux. Les Space Wolves ont cherché à forcer la main des Fils d’Horus, en entraînant les défenseurs dans de nombreux petits combats et en éloignant leurs forces de la position de commandement du Maître de guerre, donnant ainsi à Russ la possibilité de frapper.

Cependant, leurs raids ne se limitaient pas à des cibles strictement militaires. De tels objectifs auraient suscité une action défensive de la part des Fils d’Horus, mais ce dont les loups avaient besoin pour surmonter le déséquilibre désespéré des forces, c’était que leur ennemi agisse sous l’emprise de la rage plutôt que de la doctrine militaire, qu’il incite les traîtres à l’imprudence et aux actions impulsives. À cette fin, les Space Wolves ont également frappé des cibles que la fière Légion cthonienne ne pouvait ignorer : les mausolées des morts honorés, les galeries de trophées durement gagnés et les tapisseries de campagne de l’histoire de la Légion, ainsi que les coffres contenant des reliques du monde natal du maître de guerre. Les Sons of Horus se sont peut-être damnés en servant des dieux cruels et haineux, mais aucune Légion ne pouvait rester les bras croisés alors que leur héritage était éradiqué.

Cette tâche amère fut confiée à un guerrier dont le cœur brûlait de punir ceux qui avaient trahi leurs frères et tourné le dos à l’Empereur. Geigor Main-Terrible, Thegn de la Vlka Fenryka, le Briseur de Couronne avait taillé un sillon sanglant sur les champs de bataille de Prospero, tant était grand son désir de vengeance contre les Thousand Sons, qu’il soupçonnait depuis longtemps de trahison envers sa Légion. Et maintenant, cette colère ardente se tournait vers les Sons of Horus, cette Légion dont la trahison menaçait de renverser l’Imperium tout entier. Les Skjalds des Space Wolves racontent les serments de sang que Main-Terrible fit ce jour-là et ses vœux de vengeance, mais ce guerrier autrefois fanfaron n’avait plus l’arrogance d’un fanfaron, seulement de sinistres promesses de sauvagerie contre les fils de Lupercal et tout ce qui leur était cher.

Geigor avait sous son commandement une armée de guerre comptant des dizaines de légionnaires Space Wolves et à leur tête, une bande de tueurs sans pitié, une Meute de Chasseurs Jorlund dont la saga n’incluait pas seulement la mort de milliers de personnes, mais l’éradication d’une douzaine de cultures, effacées à jamais de la mémoire des mortels par les flammes de la meute de chasseurs. La dynastie des Ulgathans, le consortium des Wyzaats et bien d’autres ne sont plus que des noms sur les listes de la Légion Fenrissienne, toutes les autres preuves de leur existence ayant été réduites en cendres dans le sillage de la meute des chasseurs. Maintenant, à bord du Vengeful Spirit, Geigor allait déchaîner leur fureur sur les Sons of Horus.

L’intérieur du vaisseau amiral du Maître de guerre était un réseau labyrinthique d’accès étroits et de larges couloirs, mais grâce à la reconnaissance clandestine de leurs frères parmi les Chevaliers Errants, Geigor et sa force de raid connaissaient la route vers leur cible. Les chambres fortes des Sons of Horus étaient situées le long de la colonne vertébrale du puissant vaisseau de guerre, sur trois ponts centraux. Depuis la tête de pont, le groupe d’assaillants avait des kilomètres de tunnels de défense et de redoutes de cloisons à traverser pour atteindre leur objectif. Bien que leur débarquement ait été violent et grandiloquent, ils ont rencontré peu de résistance lors de leurs premières incursions dans le vaisseau ennemi. Le plan de Russ de frapper simultanément le long de multiples points d’entrée pendant que les Traîtres étaient engagés dans la contre-attaque du Monde-Forge, avait effectivement dispersé les fils du Maître de guerre, laissant des zones du vaisseau presque sans défense. Pourtant, alors que la troupe de Geigor se frayait un chemin dans les couloirs tortueux et corrompus du vaste vaisseau de commandement, elle n’est pas restée longtemps sans défense. Plus ils s’enfonçaient, plus ils rencontraient de résistance, les Fils d’Horus redéployant leurs forces pour ralentir les assauts des Space Wolves.

Le tonnerre des mitraillettes et le hurlement des baïonnettes tronçonneuses résonnaient dans les couloirs du Vengeful Spirit tandis que les défenseurs des Sons of Horus tentaient d’endiguer l’avancée de l’équipe d’assaut de Geigor. Pourtant, à chaque nouvelle impasse, la fureur des Space Wolves l’emportait sur la détermination des Fils de Lupercal. Les assaillants continuaient à avancer vers leur objectif, laissant derrière eux une traînée de morts, amis et ennemis confondus. Leur assaut n’avait pas encore été arrêté, mais chaque nouveau pas en avant coûtait la vie à des frères aux côtés desquels ils avaient combattu pendant des décennies. Le coût était payé avec une acceptation sinistre, car chacun des loup savait que cette frappe au cœur des traîtres serait probablement la dernière.

Lorsque le groupe de Geigor atteignit les voûtes centrales, ils avaient perdu près de deux tiers de leur force d’attaque, et il ne restait que quelques dizaines d’hommes dans leurs rangs. Pourtant, leur objectif était en vue, et leur passage dans le Vengeful Spirit avait provoqué la perturbation qu’ils recherchaient. Avec le boum des charges d’assaut, les Space Wolves ont percé un trou irrégulier à travers les portes ostentatoires de la chambre forte. Lorsque la fumée se dissipa, une galerie d’un kilomètre de long de fières reliques s’étendit devant eux. Des bannières de campagne du Xénocide de Karthyd, de la dévastation de Tauth et des nombreuses guerres de conformité menées par la 63e Flotte expéditionnaire au cours de la Grande Croisade étaient suspendues aux murs, au-dessus d’une multitude d’armes et d’appareils pris comme trophées sur des ennemis terrassés par les Sons of Horus tout au long de leur histoire, et d’innombrables crânes d’ennemis puissants tués dans des batailles à travers la galaxie, dorés dans la tradition des gangs barbares des Sous-Mondes Cthoniens.

Autrefois, une chambre comme celle-ci aurait gonflé l’esprit guerrier de quiconque la regardait, une déclaration de la puissance de l’Imperium et de la domination de l’humanité sur la galaxie. Mais aujourd’hui, lorsque Geigor et sa meute regardaient les artefacts des Sons of Horus, parmi les trophées de leurs conquêtes pendant la Grande Croisade, ils voient de vils rappels de la chute de leurs frères. Placés au milieu des crânes de xenos éradiqués par la XVIe Légion, se trouvaient les lourds crânes de légionnaires d’une douzaine de Légions loyalistes.

Avec un grognement furieux, Geigor ordonna à la meute de chasseurs de Jorlund de s’atteler à leur sinistre besogne. Les Space Wolves restants prirent des positions défensives autour de l’énorme chambre tandis que la meute de chasseurs mettait le feu aux bannières des croisades et réduisait les artefacts de l’histoire de la Légion des Sons of Horus en débris fumants.

Comme ils l’avaient prévu, la profanation du caveau par les Space Wolves n’est pas passée inaperçue. Plusieurs escouades de légionnaires des Sons of Horus ont émergé des ténèbres au plus profond de la voûte elle-même. La première à apparaître était une phalange de guerriers portant des boucliers ornés de dispositifs de runes cthoniennes et arborant fièrement l’icône de l’œil rouge de leur Primarque. Chacun d’entre eux était un vétéran de sa Légion, avec un palmarès qui aurait pu lui valoir une place parmi les officiers, si ces Chieftain des Sons of Horus n’avaient pas renoncé à une telle gloire personnelle pour se consacrer à la sauvegarde des héros et de l’honneur de leur Légion.

Parmi les rangs des Chieftains, un Capitaine enveloppé d’une armure d’Artificier verte, noire et dorée, balaya d’une main gantée les maraudeurs Space Wolves, et dans un Bas- Gothique fortement accentué, hurla l’ordre d’ouvrir le feu. Anhur Hekras, Capitaine de la 68ème Compagnie, Gardien des Vestiges, et Maître de l’Héritage de la Légion voulait voir ces sauvages maraudeurs exterminés pour leur délit.

Avec seulement un moment d’avertissement, Geigor donna l’ordre de frapper lorsque les Légionnaires des Sons of Horus arrivèrent en vue. Les Space Wolves avaient pris des positions de tir à couvert derrière les obstacles qu’ils pouvaient trouver dans la vaste galerie, attendant en embuscade que leur proie soit attirée par la profanation de leurs reliques les plus honorées. Plusieurs des Sons of Horus furent abattus par des tirs de plasma et des bolts qui se dégageaient de la fumée des flammes de la meute de chasseurs Jorlund. Les munitions des Space Wolves déchiraient les bannières de campagne et brisaient les socles d’exposition portant des trophées élaborés, leur attaque s’ajoutant à la purge des flammes.

Au milieu de la première salve, les Fils d’Horus ont foncé tête baissée dans le couloir principal de la galerie. Ne voulant pas causer plus de dégâts aux artefacts dans leurs propres coffres, les Sons of Horus ont rangé leurs pistolets, sortant des lames et des haches de leurs fourreaux pendant qu’ils chargeaient. Le bruit des détonations des mitrailleuses des Space Wolves était accompagné du bruit des bottes blindées sur les dalles de la galerie et du grondement des baïonnettes tronçonneuses. Encerclés et en infériorité numérique, les Space Wolves auraient été des proies faciles pour les Sons of Horus dans un combat ouvert, mais dans l’enceinte de la voûte, au milieu de la fumée et des précieuses reliques, ils avaient forcé leurs ennemis à les affronter au corps à corps, où ils pouvaient vendre leur vie au prix du sang. Avec un grognement subvocale à travers le réseau Vox de la VIème Légion, Geigor a libéré son groupe de guerre. Sortis de la fumée et de la poussière, les Space Wolves ont chargé à l’unisson. Ils furent accueillis par les lames avides des Sons of Horus, la férocité fenrissienne égalant la brutalité cthonienne. La voûte devint une tempête de lames s’entrechoquant et de sang versé.

Alors que les Space Wolves avançaient, les vétérans des Sons of Horus ont serré les rangs autour de leur capitaine, bouclier contre bouclier, créant un mur impénétrable d’Adamantium et de Céramite. Les balles des Pistolets Bolter des Space Wolves explosaient inoffensivement contre les solides boucliers des Cheftaines. Les légionnaires Space Wolves s’écrasèrent contre le mur de protection, leurs haches et leurs épées tronçonneuses assénant des coups stupéfiants, mais leurs ennemis tennaient bon, immobiles et implacables. À l’unisson, les vétérans des Traîtres s’élancèrent en avant, faisant reculer les Space Wolves d’un pas. Grâce à une coordination bien rodée, des brèches se formèrent dans leur mur de bouclier sans faille et les haches tronçonneuses cthoniennes s’élancèrent en arcs de cercle rapides comme l’éclair. Les guerriers de la Vlka Fenryka tombèrent, l’armure déchirée et la chair arrachée, et aussi rapidement qu’elles s’étaient formées, les brèches dans le mur de défense se refermèrent, les cheftaines étant à nouveau en sécurité derrière leur rempart impénétrable.

De sa position de l’autre côté de la galerie, Main-Terrible se précipita vers la mêlée entourant le capitaine ennemi et sa suite de boucliers. Il fendit les rangs des légionnaires Sons of Horus, ses griffes éclairs reliques projetant du sang et des viscères rouges sur le sol en marbre de la voûte. Ses frères l’ont suivi, se rassemblant autour de lui en une meute hargneuse et sanguinaire, se précipitant vers une proie dangereuse. Cherchant à contourner leur formation défensive, le Thegn et sa meute improvisée tournèrent autour du flanc de la phalange des chefs, mais alors qu’ils s’apprêtaient à charger, ils furent ralentis par une grêle de tirs de Bolter provenant d’une escouade de légionnaires Sons of Horus soutenant la suite de leur capitaine. Cette pause momentanée fut tout ce dont les Cheftaines eurent besoin pour redresser leurs rangs, leur formation changeant pour étendre leur ligne et interposer leurs boucliers avant l’assaut.

Geigor et sa meute s’écrasèrent contre le mur de bouclier comme un coup de tonnerre, et bien qu’il tienne pour le moment, la pression des Space Wolves vêtus de gris finirait par submerger même les compétences et l’endurance des chefs. Cependant, Geigor ne savait que trop bien que le temps n’était pas du côté des Space Wolves. En infériorité numérique, ils voyaient leur destin se rapprocher à chaque instant. Ils avaient atteint leur objectif en éloignant les défenseurs du siège du pouvoir de leur Primarque et même s’il savait que leur survie dépendait de leur retraite vers leurs atterrisseurs, le sang du Fell-Hand était à vif et son désir de vengeance contre les traîtres verrait le capitaine des Sons of Horus mis à terre. Un tel désir pourrait voir la fin de ce qui restait de sa meute de chasseurs, mais à cet instant, le regard rougi de Geigor ne pouvait voir que sa cible.

Et à ce moment, alors que le Thegn aurait pu condamner ses frères à mort dans ces voûtes profanées, le sifflement aigu d’une transmission vox coupa la soif de combat qui consumait les Space Wolves. Le Primarque était mortellement blessé. Les Space Wolves ont battu en retraite. Le roi loup n’avait pas réussi à tuer le maître de guerre. La fureur rougeoyante s’est éteinte dans une crainte glacée à la vue de ce rapport amer. Toute pensée de vengeance fut chassée de l’esprit de Geigor, remplacée par le sinistre rappel de ce qu’un échec leur coûterait à tous. Les Space Wolves se sont retirés, mais ils ont perdu de nombreux frères. Les Sons of Horus étaient en effet sans pitié, et lorsque la meute de Geigor rejoignit sa zone d’atterrissage, il n’en restait plus qu’une vingtaine.

L’attaque de Russ contre le Vengeful Spirit a failli coûter la vie à sa légion. De lourdes pertes ont été subies dans ses rangs, pertes qu’elle ne pouvait guère supporter après la brutalité de Prospero. Cette défaite n’a été qu’aggravée dans les semaines qui ont suivi, alors que les Space Wolves étaient poursuivis par la flotte du Maître de guerre et réduits à néant sur Yarant. Ce n’est que grâce à l’intervention de la Raven Guard que les loups ne furent pas entièrement exterminés.

L’absence des Space Wolves parmi les défenseurs de Terra pendant l’invasion des traîtres a été une source de grandes lamentations depuis ces jours sombres. La motivation qui a poussé Russ à laisser ses frères sur Terra et à faire une tentative si désespérée pour sauver la vie du Maître de guerre a fait l’objet de nombreuses conjectures et débats. Beaucoup pensent que la mission de Russ est une preuve de la sauvagerie irréfléchie du Primarque, mais on ne peut nier que s’il avait réussi, il aurait pu mettre fin à la guerre d’un seul coup. En fin de compte, la campagne de vengeance qu’Horus a menée contre les Space Wolves a grandement retardé l’arrivée des forces des Traîtres, donnant à Dorn et à ses frères un temps vital pour renforcer leurs défenses, ce qui a peut-être changé la donne dans les derniers jours.[12]

Loup contre Loup

Space Wolf…
…contre Luna Wolf.

Le duel entre Russ et Horus avait la puissance d’une force cosmique libérée. Les rares témoignages des survivants décrivent un duel où se dessinaient le rugissement des avalanches, le soulèvement des mers, l’éruption des volcans et la naissance explosive des étoiles. Aucun des deux Primarques ne parvenaient à prendre l’avantage sur l’autre. Autour d’eux, le carnage faisait rage, mais rien ne semblait perturber la concentration surhumaine des fils de l’Empereur.

Puis soudainement, le Roi-Loup enfonça la Lance d’une main dans le flanc d’Horus. Une onde de choc jaillit de l’impact, secouant tout ceux présent dans la pièce. Le Roi-Loup poussa encore, la Lance passant à travers l’Armure Terminator du Maître de Guerre, traversant la protection sous-jacente, à travers le justaucorps, et dans la chair même d’Horus. Leman Russ poussa encore, enfonça la langue avide de son arme dans les entrailles de l’Architraître qui rugissait sa souffrance. Certains affirment qu’une lumière violette filtrait de la blessure, et que les bords du fer de la lance brillaient comme de l’or. Horus recula en chancelant et agrippa la hampe de la Lance de l’Empereur pour l’empêcher désespérément de s’enfoncer plus loin, puis tomba à genoux.

Alors que la victoire semblait acquise, que l’impensable avait eu lieu, que l’espoir emplissait les cœurs des fidèles guerriers de l’Empereur, Russ hésita, croyant voir dans les yeux de son frère l’être bon et glorieux qu’il était autrefois.

Avant que Russ ne puisse réagir, Horus porta un coup de sa Griffe et frappa durement le flanc du Roi-Loup, ouvrant dans son armure de nouvelles lacérations et creusant profondément dans sa chair. Horus l’envoya voler au travers de la salle, brisé et mortellement blessé.

Alors que l’Architraître s’avançait pour achever Russ, les Space Wolves perdirent tout sens commun et se jetèrent sur le Maître de Guerre par dizaines, par centaines, frappant, cognant, tirant, agrippant Horus pour l’empêcher d’atteindre leur Primarque qui se traînait à peine conscient sur le sol. Tel des enfants cherchant à protéger leur père d’un ogre affamé, les Space Wolves se sacrifièrent sans hésiter pour gagner de précieuses secondes afin d’évacuer leur Primarque. Ils plongèrent sur Horus, le Maître de Guerre disparaissant sous une masse remuante d’armures de combat en céramite grise. Ils moururent par dizaines, centaines, milliers. La puissance d’Horus étant tel qu’il les massacra sans effort, éjectant leurs cadavres au quatre vents.

Profitant du sacrifice consenti par leurs frères, les Gardes Loups traînèrent Leman Russ - qui tenait d’une poigne d’adamantium la Lance de l’Empereur - tout en déchaînant un ouragan de tirs contre les Sons of Horus fonçant vers eux, traversant tout le vaisseau amiral renégat en abattant tout les Traîtres sur leur passage, leur cris de défis dissimulant leur désespoir, alors qu’Horus en personne était à leur trousse.

Alors que la retraite générale fut ordonné par les officiers de la VIe Légion, les Gardes Loups atteignirent le pont d’embarquement où le Stormbird de Leman Russ attendait. Les Space Wolves formèrent un dernier carré sous une grêle de projectiles afin de protéger l’évacuation du Primarque et de leurs frères. Les Gardes Loups furent tués un par un si bien qu’un seul demeurait pour porter son Primarque à l’agonie, le futur Loup Suprême du Chapitre, Bjorn, dit le Manchot. Horus à ses talons, malgré un tsunami de tirs Space Wolves qui ne parvenait pas à l’arrêter, comme protégé par une puissance défiant l’entendement, Bjorn parvint à amener son Primarque à bord du Stormbird, à quitter le maudit vaisseau et à rejoindre le Hrafnkel qui parvint à s’enfuir à travers les débris de la flotte des Loups.[13]

Un Refuge Avant la Fin

La Bataille de Trisolian fut pour les Space Wolves un massacre. Les pertes furent tellement importantes qu’on considéra, dans les faits, que les Space Wolves ne pouvaient plus être considéré comme une Légion.

Suite à ce désastre qui vit leur flotte pulvérisée, leurs Grandes Compagnies plus diminuées que jamais et leur Primarque dans le coma, les Space Wolves n’auront plus de rôle majeur dans l’Hérésie d’Horus. Mais si Trisolian marquait la fin de leur Légion, elle ne marqua ni la fin des Space Wolves comme valeureux guerriers de l’Imperium, ni la fin de la guerre.

Les Fils de Fenris refusèrent de se diviser et de mener de déshonorantes attaques à l’arrière des Traîtres. Ils choisirent de tenir un dernier carré et de mourir en guerrier avec leur Primarque, sachant que l’ennemi ne cesserait jamais de les traquer avant de les avoir exterminé jusqu’au dernier. En effet, avant son départ pour Beta-Garmon qui verra sa victoire, Horus chargea son plus fidèle lieutenant de mener la chasse aux derniers Space Wolves et d’éliminer Russ pour de bon.

Ezekyle Abaddon, à la tête d’une armée composée d’éléments des Sons of Horus, des World Eaters, des Word Bearers et de l’Alpha Legion, pourchassa les fiers Astartes de Fenris dans le système qui verra la dernière participation des Loups dans les guerres de l’Hérésie : Yarant.[14]

Une Terrible Blessure[15]

Malgré le fait qu’il sacrifia sa Légion et fut profondément blessé par son duel, Leman Russ était parvenu à blesser son frère. Certains affirment que c’est le Roi-Loup, et non Sanguinius, qui fut le premier à fendre le pouvoir d’Horus grâce à la blessure au flanc qu’il lui infligea avec la Lance de l’Empereur. D’autres spéculent qu’il libéra une parcelle de l’âme d’Horus de l’influence maléfique des Puissances de la Ruine, déclenchant un combat intérieur qui mettra à bas le Maître de Guerre sur Beta Garmon.

Sources

Pensée du Jour : « Tuez, tuez, tuez ! »
  • HALEY GUY, Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Black Library, 2018
  • HALEY GUY, La Mort des Titans - Apocalypse sur Beta-Garmon, Black Library, 2018
  • McNEILL GRAHAM, Les Fils de Lupercal - Vengeful Spirit Volume Un, Black Library, 2014
  • McNEILL GRAHAM, La Bataille de Molech - Vengeful Spirit Volume Deux, Black Library, 2014
  1. The Horus Heresy - The Battle of Trisolian : Vengeful Spirit (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  2. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Deux - Une Légion Meurtri, Chapitre Sept - Marqué de Runes de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Un - Une Compagnie de Loups, Chapitre Deux - Marqué de Runes de HALEY GUY, Black Library, 2018
    Informations issues de La Bataille de Molech - Vengeful Spirit Volume Deux, Chapitre Seize - Vaisseau Amiral - Exogenèse - Infiltration, Chapitre Dix-Sept - Les Bêtes de Molech - Critique à la Mission - Sans Imperfection, pas de Perfection de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2014
    Informations issues de Les Fils de Lupercal - Vengeful Spirit Volume Un, Chapitre Deux - Des Racines Solides - Molech - Le Feu de Medusa de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Quatre - Quatre Frères de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Treize - La Cour de l’Erlking de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Neuf - Le Mauvais Wyrd de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  7. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Onze - La Route vers le Sous-Monde, Chapitre Douze - Le Souffle de Syrtyr, Chapitre Treize - La Cour de l’Erlking, Chapitre Dix-Sept - La Requête d’un Père de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  8. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Cinq - Trisolian de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  9. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Dix - Le Seigneur de Mars, Chapitre Quinze - La Bataille de Trisolian A-4, Chapitre Seize - Une Trahison Calculée, Chapitre Dix-Huit - L’Offre de Lupercal de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  10. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Vingt-Trois - La Valeur Binaire de la Loyauté, Chapitre Vingt-Six - Le Silencia, de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  11. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Dix-Neuf - Arrivée à Trisolian, Chapitre Vingt - La Fureur de Fenris, Chapitre Vingt-Et-Un - À bord du Vengeful Spirit, Chapitre Vingt-Deux - Chasse au Loup de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  12. The Horus Heresy - The Battle of Trisolian : Vengeful Spirit (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  13. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Vingt-Quatre - Le Loup et le Maître de Guerre, Chapitre Vingt-Cinq - L'Abattage des Loups de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  14. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Vingt-Sept - L'Œil du Loup de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  15. Informations issues de La Mort des Titans - Apocalypse sur Beta-Garmon, Chapitre Trente - La Legio d'Abord, Chapitre Trente-Et-Un - Loin d'Être Une Victoire, de HALEY GUY, Black Library, 2018
    Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Vingt-Sept - L'Œil du Loup de HALEY GUY, Black Library, 2018et résumées par Guilhem.