Heretek

De Omnis Bibliotheca
Un Heretek.
« Non, Secutor, vous ne pouvez pas bouger ++ À l’instant même, des filaments conducteurs s’infiltrent dans votre système neural et votre chair indigne ++ Alors comme ça ils vous ont envoyé me chercher ? ++ Pour m’appliquer le jugement de l’Omnimessie ? ++ Eh bien vous m’avez trouvé - ou pour être exact, c’est moi qui vous ai trouvé, pauvre marionnette de chair et de fer ++ Et maintenant, c’est moi qui tire les ficelles, et non eux ++ Ah, nous y voilà, vos dernières défenses dérisoires sont en train de tomber ++ D’une certaine façon je vous envie ; dans un instant vous allez connaître la plus exquise des agonies tandis que j’arracherai et réécrirai le contenu de vos synapses une par une, ce devrait être des plus intéressants ++ Maintenant, Secutor, ouvrez grand… Voilà… J’y… Suis… »
- Chaîne alphanumérique cognitive récupérée lors de l’autopsie du Secutor Rho - 456 - 0 à la suite de la destruction de Contrôle-Forge Lathès-Het Delta-9.

Même parmi les Explorators de l’Adeptus Mechanicus, qui sont pourtant connus pour leur ouverture d’esprit, on évite certains sujets à tout prix. Un Heretek, lui, piétine avec joie ces interdits, étudiant la technologie xenos ou l’archéo-technologie de l’Ère des Luttes ; il se jette sans hésiter sur tout ce qui concerne le Warp ; il sera même peut-être assez audacieux pour inventer ses propres outils, innovant et combinant différents éléments grâce à des techniques interdites, et pourra aller jusqu’à vendre ses secrets à ceux qui n’ont pas été initiés au culte du Dieu-Machine.

Devenir un Heretek est une question de choix et d’opportunité. Point besoin d’être introduit dans un culte secret ou affecté au service d’un maître particulier : il suffit que le Technoprêtre tourne le dos aux doctrines sacrées de l’Omnimessie et dispose d’une volonté suffisante pour y parvenir. À partir de là, il risque d’être censuré, voire détruit par le Culte Mechanicus si son hérésie est découverte. Si rien ne l’empêche de gravir les échelons de la hiérarchie au sein de l’Adeptus Mechanicus, le mensonge hante à jamais son esprit et il doit rester vigilant en permanence. Se détacher des commandements imprimés par engrammes et des routines corticales d’obéissance à l’Omnimessie représente une expérience particulièrement troublante, et cette révélation brutale n’aide pas à garder la tête sur les épaules.

Au fil du temps, il recherche activement de nouvelles technologies et continue de transgresser les interdits de ses anciens frères, en expérimentant des techniques aussi impies qu’innovantes. Pour lui, tous les outils, toutes les informations et les expériences sont bons à prendre, contrairement à ce qu’on a voulu lui faire croire. Il se concentre justement sur les sujets que le culte lui a autrefois ordonné d’éviter, en particulier tout ce qui se rapporte à la fusion entre le Warp et la mécanique. Rares sont les domaines qui n’intéressent pas un Heretek même si inévitablement, ses inventions et constructions ont tendance à produire des armes de guerre. Alors qu’il fabrique ces armes pour ses frères dévots, l’Heretek reconstruit systématiquement son propre corps. Son anatomie ne comporte peut-être plus que de rares éléments organiques. Et si c’est le cas, ces parties sont probablement imprégnées des bénédictions des Dieux du Chaos. Ses améliorations ne l’aident pas seulement dans le domaine de la recherche, mais lui confèrent généralement une plus grande efficacité au combat. Il y a donc de fortes chances pour qu’il soit très résistant et bien armé.

Le secret est aussi vital pour les Heretek que pour tout autre individu dont le savoir et les actions constitueraient des motifs de condamnation aux yeux de l’Imperium. En cas de découverte, ils peuvent s’attendre à être sanctionnés et détruits par le pouvoir du culte Mechanicus. Cela les amène généralement à lentement se détacher de leurs confrères du Mechanicus et à développer une forte paranoïa. Par conséquent, les Heretek ont tendance à développer des attitudes impitoyables et suspicieuses, soucieux qu’ils sont de leur propre survie. Ils ont de plus en plus tendance à implanter des systèmes de défense et d’armement (souvent hérétiques) dans leur propre corps et ne reculent devant rien dans leur quête de savoir.

Les Forges Noires

Certaines forges sont passées du côté du Chaos depuis bien longtemps déjà. Il s’agit de fiefs dans lesquels on pratique l’ingénierie impie et où sont produits de nombreux objets maudits, et un Heretek issu de ces planètes n’a peut-être jamais été au contact des édits de l’Adeptus Mechanicus et rejette sans doute radicalement le concept de Dieu-Machine, tout en considérant normales ses interactions éventuelles avec le Chaos. Il est possible qu’un tel Magos soit le plus étrange et le plus terrifiant des Hereteks, au point d’avoir perdu presque toute apparence humaine : ses recherches peuvent être à ce point ésotériques ou il peut être engagé si loin sur la voie du Chaos que ceux qui l’observent sont immédiatement frappés par la malveillance qu’il incarne.

Certains voient les Hereteks comme un groupe uni, à l’image de l’Adeptus Mechanicus. C’est une erreur : il n’existe aucune organisation d’Hereteks à l’échelle de la galaxie. Il s’agit plutôt d’une myriade de petits fiefs et de forges, chacun dirigé par un Magos (ou plusieurs Magi), assez puissant pour dominer ses frères en s’appuyant sur une armée d’esclaves ou de serviteurs. Tout comme les compagnies issues des légions renégates, les Technoprêtres corrompus s’affrontent les uns les autres. Certains préfèrent même vivre dans l’isolement le plus complet, en ermites. Les Hereteks suivent la voie de l’innovation constante. Ils sont capables de fournir de l’énergie à des dispositifs en puisant directement dans le Warp et de les contrôler grâce à des esprits invoqués. Par ce biais, ils sont à même de jongler avec des concepts comme l’intelligence mécanique, le transfert de mémoire ou même la capture et la préservation d’une âme au cœur d’une machine. La plupart de ces inventeurs fous croient fermement qu’un concept nouveau vaut toujours mieux qu’une technique établie. Pour eux, toute idée novatrice ou technologie exhumée du passé constitue un triomphe exaltant, même si la technologie actuelle les a rendues obsolètes. À chaque nouveau développement, la soif de succès d’un Heretek grandit, parallèlement à sa passion pour la connaissance.

Ses actes sont souvent dictés par son besoin d’en savoir plus et il n’hésite donc pas à se servir des Puissances de la Ruine comme source d’information. En d’autres occasions, il traque des légendes concernant des xeno-technologies ou des archéo-technologies et peut même jusqu’à organiser des raids contre des places fortes impériales afin de récupérer des archives secrètes. Pour quasiment tous les Hereteks, il n’existe pas de plus grande cause que celle du progrès technologique. De ce fait, les sacrifices effectués au nom de ce dernier importent peu.

Il est relativement rare pour un Heretek d’obtenir le titre de Prince Démon. Le plus souvent, ces individus finissent par faire partie intégrante de l’une de leurs créations, trop pauvres en matière organique pour pouvoir même recevoir le moindre don du Chaos. Cependant, les rares qui ont atteint l’apothéose continuent de répandre leur technologie souillée par le Warp à travers toute la galaxie.

Sources[modifier]

Pensée du Jour : Le savoir, c’est le pouvoir. Ne le gaspillez pas inutilement sur les masses.
  • Warhammer 40 000 JdR - Dark Heresy : Inquisiteur et Radicaux
  • Warhammer 40 000 JdR - Black Crusade : Livre de Règles