Patriarche Genestealer

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher




CultStealer banner center.png
CultStealer banner left.jpg
CultStealer banner right.jpg
DecoMetalBarLarge.png
CultStealer sign side.png
CultStealer sign side.png
DecoMetalBar.png
DecoMetalBar.png
CultStealer symbole.pngCultStealer symbole.png
Deco-dark-angel-13.pngDeco-dark-angel-13.png
CultStealer flag.png
CultStealer side column.png
CultStealer gothic.jpg
CultStealer side column.png
Le Patriarche est le Génovore qui est à l’origine de la génésecte. Incarnant le cœur du culte, il est vénéré comme un Dieu, et préside à partir d’un sanctuaire isolé, dirigeant tout le couvain par l’intermédiaire des Magus.
« J’ai un vague souvenir d’antipathie, tel un rêve à demi-oublié, où le Grand Patriarche était un monstre. Au lieu de l’amour, j’éprouvais de la haine, du dégoût, et même de la peur. Ce souvenir n’est plus désormais qu’une image lointaine dans mon esprit, une anecdote à raconter pour distraire les jeunes, rien de plus. »
- Ancien Naoka, Cinquième des Neuf Premiers

Au centre de la toile de chaque infestation par une Secte Génovore trône le Patriarche, père d’une dynastie cachée. Haut comme deux Space Marines et possédant assez de force pour réduire un Ogryn en tas de viande, cette créature est un cauchemar de crocs et de griffes. Dans une série de coups de serres dures comme le diamant, le Patriarche peut découper des pelotons de guerriers en armure lourde, voire des véhicules. Or, c’est le sort hypnotique avec lequel il lie ses hôtes qui le désigne comme le Tyranide le plus dangereux jamais identifié par l’Imperium. Ses pouvoirs surnaturels en font un redoutable marionnettiste, une menace telle qu’il possède son propre xénocode de désignation. En répandant le Fléau Génovore, cette créature est capable de détruire non seulement des guerriers et des machines, mais également des mondes entiers.

Tel le monarque d’un sous-monde lugubre, le Patriarche siège dans son antre, luisant et léchant ses griffes en attendant le jour où il fera de chaque créature consciente de la planète son esclave génétique dévoué. Jadis, il n’était qu’un simple Génovore, un individu parmi un couvain de ses semblables, similaire aux milliards d’organismes de ce genre hébergés par la galaxie. Or, une fois coupé de l’Esprit-Ruche, un nouvel impératif génétique s’impose à lui. Lorsqu’il atteint son monde-proie, peut-être en tant que passager clandestin d’un cargo anonyme ou d’un débris, le futur Patriarche rampe hors de son vaisseau jusqu’à la pénombre de son nouveau domaine. Là, il cherche à en savoir davantage sur la planète devenue son foyer, et enlève ses premières victimes. En donnant le Baiser du Génovore, le monstre devient le premier de son couvain à conférer son ignoble héritage à un hôte.

Tandis que l’étrange alchimie du cycle de vie de la créature prend le dessus, ce premier Xenos à infecter un hôte sur une nouvelle planète grandit en taille et en puissance. Tel un simien alpha qui manifeste les signes du dominant, le corps du Patriarche s’épaissit, ses serres s’allongeant jusqu’à tenir plus de sabres d’os que de simples griffes. L’esprit de la créature se développe aussi, s’emplissant d’énergie télépathique jusqu’à ce que les renflements de son crâne semblent près d’exploser. Au départ, son instinct n’est que de survivre et procréer, et ses capacités évoluent en fonction. Toutefois, la capacité du Génovore à dominer ses proies finit par le doter d’une série d’aptitudes télépathiques lui permettant de lier un individu à son service d’un simple regard, froid et inhumain.

Fixer les yeux du Patriarche revient à percer le vide et sentir une fraction de l’Esprit-Ruche regarder en retour. Celui qui fait face à un pouvoir aussi terrible comprend qu’il n’est qu’un grain de poussière cosmique à la dérive dans un univers indifférent. Son esprit brisé est facilement dominé ; il acceptera le Patriarche comme l’annonciateur d’un nouvel ordre irrésistible ou perdra la raison, ses prévisions alarmistes se mêlant à celles des fous affligés par le labeur incessant de la vie impériale. Les rares individus assez forts pour résister à l’emprise du Patriarche tenteront de lever une main ou une lame pour le frapper, ce qui sera invariablement leur dernier acte avant que la bête ne les démembre.

Source

Pensée du Jour : « Le sage apprend de la mort d’autrui. »
  • Codex Genestealer Cults, V8