Logomancien

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher




« Autrefois nous étions des dieux mais aujourd’hui, que sommes-nous ? Des sauvages délibérément ignorants, des sots qui se bercent d’illusions, rien de plus que des enfants sans défense dispersés et perdus dans l’obscurité glaciale. Mais je vous le dis, nous avons été des dieux, et nous le serons à nouveau un jour. »
- Pour la Défense du Futur, auteur inconnu, interdit au M.36.

Les Logomanciens sont depuis longtemps une plaie pour les secteurs voisins de Calixis et d’Ixaniad, mais dont les origines remontent beaucoup plus loin dans le passé de l’Imperium, ou plutôt dans celui de l’Humanité. Fondés non pas autour d’un personnage charismatique ou des doctrines d’une religion obscure, les Logomanciens trouvent leur inspiration dans un texte hérétique interdit intitulé Pour la Défense du Futur, une œuvre jugée blasphématoire à la fois par le Ministorum et le Culte Mechanicus et mise à l’index il y a plusieurs millénaires. De part leur nature, les Logomanciens sont qualifiés de culte prétendument "progressiste". Ils valorisent l’évolution de l’Humanité via le progrès et l’innovation technologiques, et croient qu’ils pourront abattre l’oppression du Ministorum, détrôner les Hauts Seigneurs de Terra et mettre un terme à la mainmise de l’Adeptus Mechanicus sur le savoir scientifique et technique. En définitive, les Logomanciens ont pour objectif d’amener un retour à la puissance mythique du Moyen-Âge Technologique et de voir l’Humanité, alors seule survivante des races intelligentes de la galaxie, accéder à la toute-puissance.

Havre pour les Hereteks et les Technoprêtres renégats, le culte des Logomanciens est un groupe extrêmement bien organisé et équipé qui recrute ses adeptes par le biais d’un réseau secret d’intérêts commerciaux impitoyables et de Nobles assoiffés de pouvoir. Les Logomanciens sont calculateurs, secrets et patients dans l’exécution de leurs complots et intrigues, d’une brutalité absolue dans leur recherche du pouvoir et infatigables dans leur quête d’armes et d’outils toujours meilleurs pour parvenir à leurs fins.

Durant des siècles, le Secteur Calixis a connu l’influence corrosive du culte des Logomanciens, et même si le pouvoir et la portée de ce technoculte et de ses factions séparatistes ont fluctué au cours des années, l’existence de ce groupe et de ses enseignements insidieux s’est révélée impossible à éliminer une bonne fois pour toutes. Par le passé, les Logomanciens ont été responsables d’un nombre incalculable de morts dans leur quête du pouvoir et du progrès, et en une occasion ont même menacé la stabilité du Secteur Calixis entier par leur râle souterrain dans le soulèvement de Meritates.

Traqués sans répit et quasiment éradiqués après ces sombres événements d’il y a six siècles, les Logomanciens sont réapparus, peut-être encore plus rusés et insidieux qu’avant. Certains disent que la menace qu’ils représentent aujourd’hui est encore plus grave qu’auparavant. On murmure même que le culte jouirait de puissants soutiens parmi l’élite calixienne et peut-être même parmi les Saints Ordos.

Dogmes, Objectifs et Croyances Hérétiques

Le Moyen-Âge Technologique

On ne sait que peu de choses des temps précédant la fondation de l’Imperium, quand l’Humanité colonisa pour la première fois d’autres mondes, une époque aujourd’hui connue sous le nom de Moyen-Âge Technologique. Même parmi les plus hauts échelons de l’Adeptus Terra ou au cœur des Forteresses-Monastères de l’Adeptus Astartes, peu de faits sont connus avec certitude sur cette époque enveloppée de superstitions et de peurs ancestrales. Des sciences terribles et des matériaux mystérieux subsistent comme des reliques de ces âges oubliés, et sont si dangereux que leur utilisation et leur existence sont cachées même à leurs gardiens. Comme le clergé de Mars le sait bien, si les puissances du Chaos chuchotent dans le vide sidéral, les péchés du passé ont leurs propres voix et le pouvoir qu’elles promettent n’est pas moins périlleux.

Dans ces temps anciens, l’Humanité a atteint un apogée scientifique et technologique. Ce faisant, les hommes se sont répandus dans la galaxie en conquérants et en explorateurs, se raillant un domaine d’une étendue inimaginable, parcourant les étoiles comme des dieux, renversant des empires Xenos vieux de plusieurs éons et remodelant un nombre incalculable de mondes pour qu’ils puissent accueillir la vie humaine. Cet âge d’or du pouvoir ne devait pas durer, et l’empire galactique sombra presque du jour au lendemain dans l’anarchie, la barbarie et l’horreur. Des tempêtes Warp engloutirent le berceau de l’Humanité et le royaume du genre humain se brisa. Le millénaire qui suivit fut appelé l’Ère des Luttes, et durant ces longues années les mondes de l’homme restèrent plongés dans les cauchemars et les ténèbres, la proie des Démons et des Xenos, jusqu’à la venue du Sauveur.

L’ouvrage interdit sur lequel se fonde le culte, un livre intitulé Pour la Défense du Futur, est apparu pour la première fois il y a plus de quatre millénaires au cœur de l’Imperium dans le Segmentum Solar, et certains affirment que certaines parties de ce texte sont des copies d’ouvrages antiques et totalement interdits gardés dans les plus profondes caves de la Sainte Terra, même si son auteur ou son compilateur reste inconnu.

Ce livre promulgue la dangereuse philosophie du progrès, proclamant que le progrès de la technologie et de la science doit être recherché à tout prix et quelle que soit son origine, pour le plus grand "profit" de l’Humanité et la restauration d’un "Âge d’Or" perdu. Dans ce nouvel âge, l’Humanité enjambera à nouveau les étoiles comme un colosse, les anciens domaines de l’homme seront reconquis, protégés et étendus, et toutes les menaces à l’existence humaine posées par les Xenos ou par le Warp seront confrontées et totalement éradiquées.

À cette fin, l’ouvrage avance l’idée de la destruction du Culte Mechanicus et du renversement de l’autorité impériale "étouffante", ainsi que la fin de ce que le livre présente comme la "tyrannie des mensonges" de l’Ecclésiarchie et du Credo Impérial. La "ligne de conduite logique" propose à la place, pour la restauration de l’ordre et la renaissance de la destinée humaine parmi les étoiles, que l’autorité soit placée dans les mains d’une nouvelle oligarchie absolutiste de "penseurs audacieux, visionnaires et supérieurs", à savoir les Logomanciens eux-mêmes.

Les thèses et les arguments de cet ouvrage exposent la nécessité de faire preuve d’une détermination absolue si l’on veut atteindre le "glorieux âge à venir" auquel l’Humanité est promise, préconise la constitution d’un empire secret au sein de l’Imperium qui deviendra l’instrument de sa chute, et appelle à la poursuite infatigable et sans freins de la victoire à travers les arts de la technologie et de la science. L’ouvrage appuie cette dangereuse doctrine par de nombreux arguments élaborés et valables en apparence, justifiant le niveau monstrueux de massacre et de sacrifice nécessaire à l’accomplissement des objectifs qu’il propose, peu importe le coût que cela représente en vies humaines et pour les libertés. En résumé, pour atteindre ce paradis réel et tangible (un futur dans lequel l’Humanité tiendrait l’univers dans la paume de sa main), aucun prix n’est trop élevé. Ce n’est après tout, affirme le livre, qu’une simple question de logique.

Structure et Activité du Culte

Comme beaucoup de cultes répandus et connaissant un certain succès, les Logomanciens fonctionnent essentiellement sur un organisation en cellules et sont davantage soudés par une doctrine et des objectifs communs que par une stricte structure hiérarchique. Certains membres des Saints Ordos prétendent que les seuls véritables membres du culte sont les oligarques qui gouvernent et financent les nombreuses cellules autonomes. Mais pour un groupe aussi bien organisé et aussi bien financé, recruter des effectifs supplémentaires est rarement un problème. Ces directeurs de cellules, ou "Techtrarques" comme les appellent les Logomanciens, sont souvent des seigneurs marchands, des fonctionnaires commerciaux, des maîtres de guilde et, dans de rares cas, des membres renégats de l’Adeptus Mechanicus qui se sont laissés aveugler par leur goût du pouvoir et du profit. En raison de leur position haut placée dans la société, les Logomanciens sont très prudents dans leurs activités et hautement organisés, agissant souvent à l’écart des activités du culte sur le terrain. Ils préfèrent plutôt agir par le biais de petites unités d’agents éprouvés, de spécialistes et de mercenaires pour accomplir leurs plans et protéger leurs intérêts.

Les activités du culte se concentrent principalement sur l’acquisition de pouvoir. Pour eux le pouvoir consiste en influence politique, en puissance scientifique et technologique (ces arts interdits), et bien sûr en richesse. À cette fin, les Logomanciens entretiennent et financent en secret des coteries d’Hereteks et de Technoprêtres renégats qui ont les capacités de développer des armes et des outils perfectionnés grâce auxquels les Logomanciens mènent leurs batailles, augmentent leurs richesses et, ultimement, deviendront assez puissants pour renverser l’Imperium de l’intérieur. Les Logomanciens fournissent à ces renégats et récidivistes le soutien, la main-d’œuvre et les ressources (même de nature odieuse ou immorale) nécessaires pour poursuivre leurs projets, leurs théories démentes et leurs désirs les plus sombres, du moment qu’ils profitent des résultats de leurs travaux.

Dans le cadre de cette doctrine du pouvoir via la supériorité technologique, les Logomanciens sont aussi fortement impliqués dans l’étude et la copie des technologies Xenos récupérées, mais aussi dans les recherches en archéotechnologie, l’étude des antiques reliques de la science supérieure que possédait l’Humanité dans les millénaires passés. Ils n’ont aucun attrait pour les Xenos et suivent une perspective clairement Monodominante. Mais ils n’ont aucune réticence à prendre ce qu’il peut y avoir de valable chez les Xenos et à l’utiliser à leurs propres fins. Le culte s’efforce d’entretenir un réseau de collecte d’information étendu et efficace à la fois pour se protéger des interventions extérieures et pour se garder informé sur les questions et les découvertes intéressantes. De même, les liens supposés du culte avec le crime organisé sur certaines planètes, avec des factions d’archéopirates et avec les louches Libres-Marchands sont également connus, car les Logomanciens considèrent ces groupes extérieurs comme de parfaits canaux par lesquels atteindre leur but et comme des laquais "jetables" à utiliser et à abandonner quand le besoin s’en fait sentir.

Hereteks, Progressistes et Renégats

Les Techtrarques de Fer

Durant les dernières décennies, une faction particulière des Logomanciens calixiens, la faction des Techtrarques de Fer, a grandi en pouvoir. Si l’on doit croire les rumeurs circulant parmi les seigneurs du crime récidivistes et les déclarations de membres du culte interrogés, ces Techtrarques forment une sorte de conseil dirigeant (dont le nombre de membres varie de trois à cent, selon les sources) des Logomanciens des secteurs Calixis et Ixaniad. Les membres de ce conseil agissent de concert pour déterminer la politique du culte et coordonner les plans à long terme des différentes cellules. Ce conseil administre également les ressources financières et commerciales (apparemment immenses) qui alimentent les innombrables projets individuels de complots, d’expéditions et de recherches expérimentales, et se charge de punir l’échec de ses subordonnés. L’échec est une chose que les Techtrarques de Fer ne tolèrent pas.

Même si plusieurs Logomanciens de haut rang et soi-disant liés aux Techtrarques de Fer ont été découverts et éliminés au cours de la dernière décennie, aucune preuve concluante n’a été apportée de l’existence réelle de ce groupe. Cette absence de preuve a conduit différentes factions de l’Adeptus Arbites et des Saints Ordos à douter de l’existence des Techtrarques de Fer, n’y voyant qu’un mythe pompeux ou une invention des chefs du culte pour se présenter comme appartenant à une conspiration plus étendue et "toute-puissante", un excellent moyen d’inspirer à leurs disciples loyauté et obéissance. Si les Techtrarques de Fer existent bien comme le dit la rumeur, alors ils doivent certainement réunir des membres haut placés des plus grandes maisons nobles ou des plus grands pouvoirs commerciaux des deux secteurs. De plus, ils doivent certainement compter dans leurs rangs des hauts gradés des Adepta ou même des Saints Ordos pour parvenir à exercer le pouvoir qu’on leur prête tout en réussissant à rester cachés, une perspective qui plonge certaines Factions Inquisitoriales dans le plus grand malaise.

La véritable base du pouvoir du culte est indubitablement les Hereteks, érudits et Technoprêtres renégats qui se trouvent dans ses rangs. Ce groupe relativement restreint mais puissant mène l’essentiel des activités réelles du culte, et chacun d’eux contribue à sa façon au pouvoir et au savoir des Logomanciens. Ils forment un groupe hétérogène et, dans les cellules, travaillent seuls ou à quelques-uns réunis autour d’un projet, ignorant généralement les activités des autres, et ne rendant des comptes (de manière plus ou moins stricte) qu’au Techtrarque qui les finance. Ils diffèrent énormément en pouvoir, en connaissances et en spécialités ; il peut s’agir d’Hereteks prometteurs recrutés au sein d’organisations criminelles ou de guildes marchandes qui se spécialisent dans la récupération de technologies, la fabrication de drogue ou la conception d’armement, ou bien de medicae radiés ou encore d’érudits étudiant des savoirs interdits et recherchés par les autorités.

Les renégats du Mechanicus sont particulièrement précieux pour le culte car peu d’hommes peuvent rivaliser avec leur talent et leur savoir. Ayant déjà violé quelque interdit ou quelque Édit de Mars, ils viennent souvent trouver les Logomanciens pour jouir de leur protection alors qu’ils cherchent à échapper à la vengeance de leurs frères. Dans bien des cas, la loyauté de ces individus envers le culte est pour le moins douteuse, ce que les Logomanciens considèrent comme un risque acceptable. Il y a bien parmi eux quelques véritables convertis à la cause qui sont devenus de fanatiques adeptes de Pour la Défense du Futur, mais la plupart n’agissent que dans le cadre d’une alliance de divers convenance, troquant des services et des données expérimentales contre la protection, la dissimulation et une chance de poursuivre leurs recherches sans entraves.

Les Agents du Culte

Autant que faire ce peut, le culte des Logomanciens s’enorgueillit de n’employer directement que les meilleurs, et les cellules sous l’autorité des Techtrarques sont constituées d’organisateurs et d’administrateurs de talent, ainsi que de spécialistes comme des pilotes, scribes, financiers et pourvoyeurs d’informations. Ceux-ci opèrent généralement sous toute une palette de fausses identités pour exécuter les ordres de leur Techtrarque.

La base des cellules Logomanciennes est formée de tueurs et de soldats à l’entraînement professionnel, soigneusement triés sur le volet et testés pour leur compétence, leur absence de scrupules et leur loyauté à la cause. Ces agents militants sont l’un des traits les plus caractéristiques du technoculte, car leur habileté et leur efficacité les placent au-dessus de la plupart des ennemis auxquels les forces impériales ont affaire lorsqu’elles affrontent des insurgés, des gangs criminels ou des sectateurs d’un culte fanatique. D’une motivation à toute épreuve, compétents sur le plan tactique et bien équipés, les agents du culte Logomancien ont été à de nombreuses reprises un véritable cauchemar pour des forces de l’ordre non averties ou des Acolytes mal préparés.

Rapport Inquisitorial sur la Menace

Le culte Logomancien et les hérésies de technologie et de doctrine qui l’accompagnent sont une menace actuelle et bien réelle à la stabilité, à la foi des populations, et aux auspices sacrés du clergé de Mars. Être reconnu coupable d’appartenir au culte, d’être à son service, ou simplement de posséder illicitement un exemplaire de Pour la défense du Futur suffit à recevoir une condamnation à mort de la part de la justice impériale, une sentence au final plus miséricordieuse que celle que l’Adeptus Mechanicus réserve pour ce crime dans ses domaines.

Chez les Saints Ordos, la responsabilité de la poursuite des Logomanciens échoit principalement à l’Ordo Hereticus, et c’est une tâche qu’il entreprend volontiers, car leur programme subversif, séculariste et anti-impérial provoque une haine et un dégoût profonds dans les rangs des Répurgateurs. Étant donné la propension du culte Logomancien à aller farfouiller dans les connaissances interdites de la science Xenos, du progrès illicite et de l’antique passé, l’Ordo Xenos comme les autorités de l’Adeptus Mcchanicus sont de farouches opposants aux activités du culte. Enfin, depuis l’époque de la proclamation d’inclémence, l’Adeptus Arbites comme les agents des forces de l’ordre du secteur ont pour mission de prendre des mesures extrêmes contre le culte dès que celui-ci est découvert. Que les Logomanciens continuent à agir malgré une pareille opposition témoigne de la qualité de préparation et de ressources de leurs conspirations, ainsi que de leur absence totale de scrupules quand il s’agit de préserver le secret de leurs activités. Toutefois, certains craignent en privé que le culte puisse avoir le soutien secret de quelque faction renégate des Adepta ou de l’Inquisition elle-même. Toutes les forces Inquisitoriales sur le terrain sont averties que le culte Logomancien est un ennemi hautement efficace et compétent, un de ceux qui s’échappera s’il n’est pas acculé, souvent en provoquant de nombreuses morts pour couvrir la fuite de ses agents. En conséquence (et peut-être avec une subtilité inhabituelle), les ordres émis par l’Ordo Hereticus sont de répondre aux intrigues des Logomanciens par des intrigues montées par l’Inquisition.

Source

Pensée du Jour : « Ne vous dressez pas entre l’Inquisiteur et l’hérétique. »
  • Warhammer 40 000 JdR - Dark Heresy : Disciples des Dieux Sombres