Siège du Secteur Fenris

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png




INVASION[modifier]

Les Échos du Temps[modifier]

Il y a 10 000 ans, Prospero brûlait.
Seuls quelques rares membres de l’Adeptus Astartes ont ne serait-ce qu’une vague notion de la spirale infernale qui emporta jadis les Thousand Sons. Et aucun ne connaît réellement l’ampleur de la trahison qui les poussa sur cette voie. Pour ceux qui les affrontent, ils semblent des fantômes surgis d’un passé sombre et mystique. Leurs rangs avancent dans un silence de mort en résistant imperturbablement aux Bolts et aux coups d’épées, tandis que leurs propres armes crachent des flammes infernales. Pour les Sorciers qui progressent en leur sein, les Rubricae sont de fidèles serviteurs, des armes vivantes pour leurs guerres mystiques. Leurs bandes ont souvent un rôle prépondérant à jouer dans les complots de Tzeentch, l’Architecte du Destin et le maître de la trame cosmique.

Celle-ci arriva à un nœud critique à la fin du 41e Millénaire, dans le système Fenris, la tanière des Space Wolves, fils du Primarque Leman Russ et ennemis jurés des Thousand Sons.

Les événements de l’Hérésie d'Horus sont voilés de mythes et de légendes. On dit que la moitié des Legiones Astartes se mirent à vénérer le Chaos au cours de ces jours sombres, et qu’elles suivirent leurs Primarques sur la voie de la damnation. La plupart de ces demi-dieux s’engagèrent sur cette voie sans le savoir, car ils pensaient servir au mieux l’Humanité en prenant leurs propres décisions en l’absence de l’Empereur, leur père spirituel. Magnus le Rouge faisait partie de ceux-là.

Lorsque le patrimoine génétique de sa Légion commença à subir des mutations, Magnus sauva ses enfants de l’avilissement en consultant une divinité du Warp. Cela lui coûta beaucoup, dont un de ses yeux, mais il parvint à préserver ses fils. Pendant une longue période, ses guerriers-mystiques furent purs de corps et d’esprit. Ils pouvaient contrôler les énergies de l’Empyrean avec une facilité que les autres Légions ne pouvaient qu’envier.

Toutefois, après que la notion de guerre psychique eût été débattue au Concile de Nikaea, l’Empereur décréta une bulle qui interdisait à l’Adeptus Astartes d’utiliser toute forme de pouvoir issu du Warp. Pour une confrérie de sorciers tels que les Thousand Sons, un tel édit était insupportable, aussi poursuivirent-ils leurs études en secret.

Lors de ses projections astrales, Magnus découvrit la trahison imminente d’Horus. Effaré, Magnus emmena son esprit jusqu’à son père pour le prévenir. L’Empereur était alors affairé à créer son œuvre majeure sur Terra, et l’intrusion psychique de Magnus l’endommagea irrémédiablement. Fou de colère, l’Empereur refusa d’écouter Magnus et dissipa sa projection astrale. Il ordonna ensuite à Horus d’envoyer les Space Wolves afin qu’ils capturent Magnus et le ramènent sur Terra. Au lieu de cela, Horus ordonna à Russ de dévaster la planète des Thousand Sons

Au début, affligé par sa disgrâce, Magnus ne fit rien pour défendre la capitale Tizca. Lorsqu’il intervint enfin, il fit un carnage, toutefois il était trop tard, car Prospero était à feu et à sang. Aveuglé par le chagrin, Magnus faillit succomber sous les coups de Leman Russ, néanmoins il s’échappa in extremis en lançant un sortilège qui les emporta dans le Warp, lui, sa Légion, et l’essentiel de la cité de Tizca. Malgré tout, le destin n’avait pas fini de se jouer d’eux. Alors qu’ils tentaient de se reconstruire sur la Planète des Sorciers, leur nouvelle demeure, les Thousand Sons succombèrent de nouveau aux mutations. Ahriman opta alors pour une solution drastique, et élabora un sort majeur, l’Effacement, qui fonctionna trop bien: ses frères furent sauvés des mutations, mais furent changés en poussière scellée dans leurs armures. Magnus était furieux. Il bannit Ahriman et sa Cabale, fractionnant ainsi sa Légion. Aujourd’hui, les factions de Thousand Sons ne sont plus unies que par leur désir de revanche.

De Sombres Origines[modifier]

La trame du destin s’étoffait de plus en plus, jusqu’à devenir aussi noire que la plus noire des nuits. Dans une galaxie déjà ravagée par les guerres, un nouveau désastre était imminent…

Cette succession d’événements calamiteux n’arriva pas par hasard, mais intentionnellement. Des machinations au-delà de la compréhension des mortels avaient commencé dès le retour des frères perdus de la 13e Compagnie des Space Wolves. Alors que les tempêtes Warp semaient la corruption et la ruine dans la galaxie, les forces de l’Imperium étaient trompées. De faux indices et des illusions nées de la rancœur érodaient le ciment des alliances.

Bientôt, des luttes fratricides éclatèrent entre Space Marines. Tzeentch s’était assuré de semer le doute et le mensonge, afin que les alliés d’hier s’observent avec suspicion. Comme lors des pires heures de l’Imperium, les forces de l’Humanité étaient divisées, et au plus fort des tempêtes, des hordes de Démons jaillirent dans la galaxie.

Cette invasion n’aurait pas pu arriver à un pire moment pour les Fils de Russ. Ces derniers avaient été récemment accusés de déviance, non sans raison. Les prophéties s’étaient révélées exactes, car dans une dizaine de zones de guerre, les frères perdus nommés les Wulfens étaient revenus sans crier gare.

Les Grandes Compagnies s’élancèrent à travers la Mer d’Étoiles à la recherche de leurs frères mutants. Elles retrouvèrent de nombreuses meutes qui combattaient les hordes démoniaques des Dieux du Chaos, et remportèrent maintes victoires à leurs côtés. Les Space Wolves affligés par les signes physiques du Canis Helix avaient toujours eu des crocs et des griffes, toutefois ces particularités n’étaient rien comparées à l’aspect des Wulfens. Ils tenaient autant du loup que du Space Marine, pourtant, ils arboraient toujours les emblèmes de leur Chapitre, et certains savaient même parler la langue d’Asaheim. Ainsi, en dépit des réticences de certains - dont Harald Loup des Morts - les Wulfens furent rassemblés et ramenés sur Fenris.

Les Wulfens livrèrent de nombreux combats aux côtés des Space Wolves afin de repousser l’invasion démoniaque. Ils prouvèrent qu’ils étaient doués d’intelligence lors de leurs échanges avec les Seigneurs Loups, et lorsqu’ils arrivèrent à la forteresse du Croc, ils furent équipés et intégrés au Chapitre. Le Prêtre Loup Ulrik le Tueur, mentor du Haut Roi Logan Grimnar, prophétisa que les Wulfens étaient les hérauts annonçant le retour de Leman Russ. Il affirmait que l’Heure du Loup était imminente, et que le Primarque se manifesterait bientôt. Malgré cela, plusieurs Seigneurs Loups restaient suspicieux envers les Wulfens. Pire encore, d’autres organisations avaient été manipulées afin d’être convaincues que les Wulfens étaient des créatures du Chaos, si bien qu’une tempête grondait…

Trompés par les machinations de Tzeentch et les mutations désormais évidentes parmi les Space Wolves, les Dark Angels scrutaient attentivement les fils de Fenris. Les Dark Angels étaient habitués aux secrets et aux subterfuges à cause du passé qui les hantait, cependant la rivalité qui les opposait aux Space Wolves était si vive malgré le passage des millénaires qu’aucun fils de Lion El'Jonson ne prit leur défense en dépit de ces circonstances inhabituelles.

Lorsque les Dark Angels enquêtèrent sur les Space Wolves sur la planète Nurades, ils comptaient retrouver une escouade de leurs Scouts chargés de surveiller un artefact de leur Chapitre, toutefois ils s’aperçurent que ces derniers avaient été massacrés. Les Dark Angels découvrirent l’identité des assassins. Ce n’étaient pas des créatures du Warp, mais ces Wulfens que les Space Wolves protégeaient. Les implications de cette révélation étaient inquiétantes…

CHAPITRE I : LE JUGEMENT[modifier]

Architecte du Malheur[modifier]

Le système de Fenris a connu une période d’horreur. Des vrilles de folie s’enroulaient dans l’obscurité du vide, les énergies brutes du Warp se déchiraient sur le domaine des Space Wolves.

Des Démons sans nombre se sont déversé des failles crépitantes pour s’abattre sur les détachements de milice des vassaux et des forces de défense des Space Wolves. Ce fut une catastrophe d’une ampleur effroyable.

Alors que les vaisseaux de la flotte de Logan Grimnar quittaient l’espace Warp pour débarquer dans le système Fenris après de longues semaines de transit violent, vox et Auspex se sont mis à raconter des histoires de terreur. Sur Valdrmani, Svellgard, Frostheim et Midgardia - toutes les lunes et toutes les planètes sauf Fenris - les Puissances de le Ruine avaient frappé avec une fureur jubilatoire.

Logan Grimnar n’était pas assez fou pour croire que le moment de cette invasion était une coïncidence, mais pour l’instant, il n’y avait pas de temps pour autre chose que le combat désespéré pour sauver le système Fenris de la damnation. Ce n’est qu’une fois la guerre gagnée que le coupable sera traquée et payera le prix du sang.

Les vérités que Grimnar désirait étaient plus proches qu’il ne le pensait. Lorsque les vaisseaux Space Wolves apparurent aux abords du système Fenris, le cerveau derrière leurs misères marqua leur arrivée. Sur un écran d’augure éclaboussé de sang sur Frostheim, le Seigneur Vydus Skayle de l’Alpha Legion regardait attentivement les runes désignant les vaisseaux Space Wolves se mettre à clignoter. Le Seigneur du Chaos n’a montré aucune réaction lorsque le vaisseau Fenrissien commença à s’alimenter en énergie et a déployé ses forces pour défendre ses mondes en difficulté.

Lorsqu’il fut certain qu’aucune autre rune significative n’allait apparaître, le Seigneur Skayle quitta l’augure et traversa la salle de commande du Donjon de Morkai. Il se dirigea vers le verre blindé, fissuré et noirci de la fenêtre d’observation de la chambre, enjambant les corps en décomposition des Space Wolves tués. Aucun effort n’avait été fait pour effacer les conséquences de l’attaque de l’Alpha Legion sur cette forteresse ; les morts gisaient toujours là où ils étaient tombés, pourrissant au milieu de tas de douilles usées et de cratères brûlés.

Le Seigneur Skayle regardait fixement les lignes de défense qui s’étendaient autour de la base de la forteresse. Là-bas, ses Légionnaires se préparaient à l’assaut à venir. Les emplacements des bastions étaient ramenés à la vie, les auto-chargeurs s’activaient pendant que les canons engloutissaient les munitions. Les Space Marines du Chaos avaient rassemblé des cultistes frissonnants à travers la neige jusqu’aux cuisses, les forçant à se mettre en position derrière des barricades blindées. Les Machines-Démons rôdaient, la neige fondait avant même leur moteur n’ait le temps de chauffer.

L’Alpha Legion avait également reçu l’aide des Dieux Sombres. Tout comme les failles Warp s’étaient ouvertes sur les autres mondes du système de Fenris, ici une brèche s’était ouverte au sommet du glacier pour dégorger les Démons de Khorne et de Tzeentch. Skayle savait qu’il ne fallait pas se fier aux déclarations de ces entités qui se disaient ses serviteurs, mais elles se battraient pour lui le moment venu, et c’était suffisant.

Le Donjon de Morkai se trouvait au sommet d’une mesa glaciaire qui surplombait les désolations gelées de Frostheim. L’Alpha Legion avait banni les Esprits des Machines de la forteresse et les avait rendus inertes pendant leur attaque, mais même ainsi, les Space Wolves ne pourraient pas se faufiler parmi les forces de Skayle. Non pas que les loups seraient enclins à la subtilité en découvrant ce que Skayle avait fait à leur système d’origine. Ils viendraient chercher l’Alpha Legion avec les crocs sortis.

En vérité, cela n’avait pas d’importance. L’Alpha Legion avait accompli sa tâche. Le grand rituel était terminé, et rien ne pouvait l’arrêter maintenant. Les failles Warp qui fleurissaient à travers le système de Fenris allaient se multiplier, vomissant les énergies contre-nature de l’Empyrée. Une marée de Démons allait noyer les mondes des Space Wolves, et alors même qu’ils s’efforceraient de protéger leur domaine, les Fenrissiens se damneraient au-delà de toute rédemption. C’est ce qui avait été prophétisé. C’est ce que le Fléau avait décrété.[1]

Se détournant de l’armaglass, Skayle traversa la chambre et entra dans le monte-charge de la forteresse. Il se prélassait dans les énergies du rituel avant la bataille.

Alors que l’ascenseur grondait vers le bas, Skayle se demandait à nouveau qui était la volonté qui les dirigeait. C’était le Fléau qui l’avait envoyé, toutes ces années auparavant. Abaddon avait fourni le rituel, et avait assuré au légionnaire que les Space Wolves ne contesteraient pas son retour.

Bien sûr, le vaisseau de guerre voilé de l’Alpha Legion n’avait rencontré aucune résistance lorsqu’il avait pris position au-dessus de Frostheim. Même en surface, les renégats n’avaient rencontré qu’une force symbolique. Les lèvres du Seigneur du Chaos se fendirent d’un sourire en coin en se souvenant du massacre qu’ils avaient infligé à la maigre garnison des Space Wolves, défendant cet endroit.

Skayle était de l’Alpha Legion ; la duplicité était dans son sang. Et il savait que les plans se retournaient les uns contre les autres quand il les voyait. D’après ce que les sorciers de Skayle avaient pu comprendre, les Space Wolves avaient pourchassé les tempêtes Warp. Le pourquoi était moins clair. Abaddon le Fléau était capable de grandes choses, se dit Skayle, mais conjurer des dizaines de tempêtes Warp à travers la moitié de la galaxie juste pour éloigner les loups ? Non.

Peu importe, pensa Skayle lorsque les portes de l’ascenseur s’ouvrirent et que des énergies empyriques se déversèrent sur lui. Il aurait la vérité, et il aurait sa récompense.

La chambre s’étendit devant le Seigneur du Chaos. L’ancienne armurerie avait été transformée en temple des Dieux Sombres. Les sceaux étaient couverts de sang sur toutes leurs surfaces, brillants d’une lumière de jade infernale. Des corps étaient disséminés dans la pièce. Les sorciers et les sacrifices avaient été brûlés vifs par les énergies qu’ils avaient libérées. C’était le Rituel de l’Abomination, le rite qui allait transformer le système Fenris en une vaste faille Warp, et c’était Skayle - et non Abaddon - qui l’avait déclenché. Il ne lui restait plus qu’à vivre assez longtemps pour réclamer son prix.[2]

État du Système Fenris et des Grandes Compagnies[modifier]

Midgardia[modifier]

Le continent qui s’étend sur les jungles de champignons de Midgardia a accueilli les vils serviteurs de Nurgle, tandis que les villes souterraines de la planète ont été envahies par des Démons.[3]

Valdrmani[modifier]

La Lune-Loup n’a pas été touchée par les hostilités. Cependant, à l’arrivée de la flotte de secours des Space Wolves, un cri de détresse a retenti depuis sa station de relais astropathique Longhowl.[4]

Fenris[modifier]

Aucun ennemi n’a attaqué Fenris à ce moment. Les Tueurs de Dragons rôdaient dans les créneaux du Croc, sûrs que cela ne pouvait pas rester ainsi très longtemps.[5]

Frostheim[modifier]

Sur le Frostheim enneigé, la grande forteresse du Donjon de Morkai était tombée lors d’une attaque surprise de l’Alpha Légion, dont le rituel suivant avait plongé le reste du système Fenris dans la folie.[6]

Svellgard[modifier]

La lune océanique turbulente de Svellgard bouillonnait d’une activité démoniaque. Ses îles volcaniques ont été envahies, et ses défenses cruciales ont été infestées de terreurs cauchemardesques.[7]

Le Retour des Aventuriers[modifier]

La flotte de secours de Logan Grimnar a frappé en venant des balises extérieures de leur système d’origine. Ils divisèrent leurs forces entre les mondes et les lunes du système Fenris, furieusement déterminés à massacrer les forces du Chaos jusqu’au dernier.[8]

Compagnie de Ragnar Crinière Noire[modifier]

La Grande compagnie de Ragnar Crinière Noire n’a pas encore atteint le système Fenris, mais elle se lance dans une course à travers le Warp pour venir en aide à ses frères.[9]

Compagnie de Harald Loup des Morts[modifier]

La Grande compagnie d’Harald Loup des Morts se dirigeait directement vers Frostheim. Ils sont déterminés à faire face à la menace qui a fait taire la garnison du Donjon de Morkai et à récupérer la forteresse pour le Grand Loup, Logan Grimnar.[10]

Compagnie de Egil Loup de Fer[modifier]

Avec leur prépondérance de véhicules de combat blindés et de transports, les Loups de Fer sont déployés à la surface de Midgardia. Là, ils braveraient les jungles corrompues et mèneraient le combat contre l’ennemi.[11]

Compagnie de Sven Hurle-au-Sang[modifier]

Les Hurleurs de Feu avaient pour mission de reprendre le puissant réseau de défenses orbitales qui parsemait les îles de Svellgard. Ici, leur manœuvrabilité et leur vitesse compteront pour beaucoup.[12]

Compagnie de Bran Gueule Rouge[modifier]

Le Seigneur Gueule Rouge avait prétendu être à plusieurs heures de distance, mais le temps est capricieux dans le Warp, et les Space Wolves ne pouvaient pas attendre son arrivée avant de lancer leur assaut.[13]

Compagnie de Logan Grimnar[modifier]

Possédant une colère froide et terrible comme jamais même sa Garde des Loups n’en avait vu une telle auparavant, Logan Grimnar mena sa Grande Compagnie au combat sous la surface de Midgardia. Il purgerait les cavernes des Démons ou mourait en essayant.[14]

Perdre les Loups[modifier]

Comme les vaisseaux de guerre des Space Wolves fonctionnaient à l’intérieur du système, Grimnar divisa ses forces entre Svellgard, Frostheim et la populeuse Midgardia, tout en demandant à contrecœur l’aide des Chevaliers Gris pour sécuriser Valdrmani. Même le fait de demander l’aide de ces étrangers n’était pas aussi controversé que son ordre suivant. Les Wulfens furent divisés en Murderpacks et transportés par Thunderhawk depuis le Coldfang pour renforcer chaque Grande Compagnie.

Les Seigneurs Loups qui protestaient étaient remis à leur place par un Grimnar furieux ; les Space Wolves avaient besoin de chaque guerrier pour défendre leur foyer. Le Grand Loup n’allait pas laisser la ruse d’un ennemi invisible les priver de l’aide des Wulfens en ce moment crucial. C’était certainement ce que leurs ennemis voulaient. Les Space Wolves devaient à leurs frères revenus au pays de ne pas les mettre de côté. C’était une goutte d’eau dans la mer, mais suffisante pour obtenir l’accord de ses Seigneurs Loups à contrecœur.

Svellgard, la turbulente lune océanique de Frostheim, fut le premier monde à ressentir le châtiment des Fenrissiens. Il s’agissait de Sven Hurle-au-Sang et de ses Hurles-au-Sang.

Svellgard était le site du principal réseau de défense du système Fenrissien. Connu sous le nom de "Griffes du Loup du Monde", ce réseau de silos à missiles parsemait les chaînes d’îles volcaniques qui s’élevaient des mers de Svellgard, et ses missiles racleurs constituaient une menace pour tout vaisseau naviguant dans le système Fenris. Le centre de contrôle de ce réseau - un nœud fortifié appelé la Tanière du Loup du Monde - était situé sur la plus grande île du sud. C’est sur ce site que les Hurles-au-Sang sont descendus en force, déterminés à reprendre le contrôle de cet atout crucial.

Tandis que Sven Hurle-au-Sang descendait la rampe d’assaut de son Stormwolf, ses sens améliorés se sont emparés du champ de bataille en un clin d’œil. Après être descendus sur l’arête rocheuse surplombant la Tanière du Loup du Monde, ses guerriers se sont précipité de leur vaisseau de largage, les yeux fous et les Épées Tronçonneuses tournoyantes. Au-dessous d’eux, l’enceinte fortifiée était occupée par des Démons, ces êtres vils qui se déversaient de chaque bunker et point d’appui dans leur empressement à attaquer les intrus aéroportés. Sur l’un des flancs de l’enceinte, l’océan écumait follement, une luminescence malade brillait dans ses profondeurs. De l’autre côté, le volcan de l’île s’élevait vers le ciel.

Le Seigneur Hurle-au-Sang savait que le complexe devait être repris en toute hâte. Les Griffes du Loup du Monde pourraient être essentielles pour récupérer le système Fenris. Une attaque coordonnée était nécessaire, mais au moment où les Hurles-au-Sang quittèrent leur navire, ils se lancèrent dans la descente de la pente en peloton. Les hurlements des Wulfens s’élevèrent au-dessus de leur charge frontale, les guerriers sauvages s’affairant au milieu de leurs frères avec des Marteaux Tonnerre et de grandes Haches de Givre. La Grande Compagnie de Sven hurla en réponse. Le seigneur loup s’avança à leur tête et lança un hurlement aussi fort et aussi sauvage que les autres, une rage animale brûlant dans ses yeux lorsqu’il s’élança sur la horde de Démons.[15]

L'Incursion sur Svellgard[modifier]

Au moment où les sorciers du Seigneur Skayle avaient achevé leur grand Rituel d’Abomination, les portails s’étaient ouverts en réalité sous les océans de Svellgard. Des portails Warp ondulants avaient frémi jusqu'à l'existence, rayonnant la lumière folle de l’irréalité à travers les profondeurs de l’océan. Alors même que des millions de litres d’eau tonnaient à travers ces portails et dans le Warp, une incursion démoniaque s'était frayé un chemin dans les mers de Svellgard.

Les Démons par millions avaient brillé dans l’obscurité des profondeurs de Svellgard, la pression écrasante n’ayant aucun rapport avec ces monstres contre-nature. Les fonds marins avaient tourbillonné dans les nuages alors que les pieds griffés et les sabots fendus les bousculaient, les hordes de Démons avançant à travers des voiles de sédiments éclairés par le Warp. D’étranges feux s’étaient enflammés dans l’obscurité, les Hurleurs de Tzeentch ondulaient dans l’eau comme des bêtes abyssales tandis que les Canons à Crânes grondaient de façon impossible au fond de l’océan. En masse, cette terrible horde avait déferlé dans les profondeurs gelées, faisant infailliblement route vers les îles sur lesquelles se trouvaient les silos de défense des Space Wolves.

La plus grande horde de l’Incursion sur Svellgard avait éclaté des eaux bouillonnantes et s’était lancée dans la bataille contre la garnison choquée de la Tanière du Loup du Monde. À la tête de la charge, une force de destruction terrifiante, un Buveur de Sang de la Rage Insensée, était venue.

Il s’agissait de Vor’hakk, l’Annihilateur de Xarn, la Blessure qui Fend le Monde. Vor’hakk, un être ancien et terrible, était la fureur distillée dans sa forme la plus pure, contre lequel aucun homme mortel ne s’était opposé et n’avait vécu. Ses battements d’ailes étaient des tonnerres sombres propres à rendre ses ennemis fous de peur. Sa hache était une horreur d’acier assoiffé et démente qui avait fait sauter les puissantes portes de la forteresse et fendu les héros comme du bois de chauffage. Le rugissement du Buveur de Sang pouvait briser des os avec sa fureur, et le sol même noircissait et brûlait sous ses sabots fendus.

Même seul, Vor’hakk aurait été un ennemi monstrueux, mais dans son sillage, le reste de sa horde infernale arrivait. Au cœur de cette armée se trouvait la Horde du Meurtre de Khorne, mené au combat par le tristement célèbre Héraut de Khorne, Raksh’as Sundersword. Ce guerrier sanguinaire des Démons avait brisé les lignes de Slaanesh pendant la Guerre des Sept Carillons, et avait tranché la tête de l’énorme Boss de Guerre Golg sur Muraxia. Bien que limité en tant que stratège, le Héraut était un combattant mortel et un leader décisif, deux qualités dont il allait avoir besoin pour suivre le déchaînement de Vor’hakk.

Raksh’as commandait non seulement les hordes de Sanguinaires et la cavalerie démoniaque de sa Horde du Meurtre, mais aussi une batterie de canons infernaux connus sous le nom de Destroyers Pourpres. Ce trio de Machines-Démons grincheuses était connu pour sa soif de chair enragée, une envie si forte qu’ils renonçaient souvent à leurs fonctions d’artillerie pour charger dans la bataille. Le Héraut qui les supervisait, Ka’Shan’kha, partageait cette sauvagerie de base. À peine plus qu’une bête sauvage, Ka’Shan’kha avait reçu son poste en guise de punition pour sa désobéissance au combat.

Méprisant le concept même d’appui-feu, il se contentait de laisser les questions de commandement à Raksh’as, poussant plutôt son trône de crâne au combat aussi vite qu’il le pouvait. Le goût de la chair mortelle était le seul désir de ce Héraut, la saveur salée du sang son seul véritable plaisir. La violence avec laquelle lui et ses canons se livraient à leur massacre était l’objet d’une sombre légende.

Le reste de l’Incursion sur Svellgard comprenait les Démons de Nurgle et de Tzeentch. Des masses d’êtres immondes avaient éclaté à travers les portails Warp dans le sillage de Vor’hakk, et ils avaient l’intention de causer autant de massacres que possible au nom de leurs propres divinités protectrices.

Débordant de l’océan avec l’eau salée de leurs corps pourris, la horde connue sous le nom de Poumons Rouillés s’était préparé à répandre les bénédictions de Nurgle à travers Svellgard. Leur nombre de bourdonnements s’est élevé avant eux, se mêlant aux cris joyeux des Nurglings sur lesquels ils marchaient lugubrement. À leur tête se trouvait le Héraut Verdig’rus, dont le toucher répandait la corrosion comme un fléau.

Au-dessus des têtes de l’Incursion, les Chars Incendiaires et les Hurleurs de Tzeentch de l’Essaim de Conflagration se déchaînaient. Cet ost s’est lancé dans la bataille en laissant dans son sillage une traînée de flammes de guerre en mutation, les feux étranges transformant la chair vivante en verre ou en bave, des fleurs ou une flamme étrange par caprice aléatoire.

Les Broyeur d’Âmes du crescendo de la bataille ont fourni à l’Incursion un volume effrayant de puissance de feu à longue portée. Cet ost estampillait ses membres griffés et soufflait vers le ciel tandis que les Space Wolves tombaient d’en haut pour se battre ; cela faisait des jours que le dernier des membres de la garnison avaient fui vers les tunnels les plus profonds sous l’île, et depuis les Broyeurs d’Âmes avaient été forcés de chasser par eux mêmes leurs proies. Aujourd’hui, un véritable ennemi se présentait à nouveau, et les Machines-Démons avaient pour but de récolter toutes les âmes mortelles qu’ils pouvaient.

Les Space Wolves et les Démons se sont lancés dans le combat sans aucune réflexion sur la tactique ou la retenue. C’était comme si une folie s’était emparée des Hurles-au-Sang, leurs Motard Griffe Sanglante et Serres Sanglantes laissant leurs Frères de Bataille dans leur sillage alors qu’ils fonçaient sauvagement sur la crête. Une sauvagerie bestiale s’était emparée de leur meute et les a vus griffer et mordre leurs ennemis, les matraquer avec des crosses de fusils et les taillader à la folie avec des lames. Le Seigneur Hurle-au-Sang s’est battu au milieu d’eux, son expression étant aussi sauvage et féroce que celle de n’importe lequel d’entre eux.

Loups et Démons.
Les Démons de l’Incursion sur Svellgard ont répondu à cette attaque imprudente avec joie. Ils se sont répandus par toutes les portes de bunkers et ont brisé les cloisons, poussant un cri de guerre sans paroles. Pendant des jours, ils avaient chassé les derniers membres de la garnison du repaire ou se battaient entre eux de façon maussade. Voici maintenant un véritable ennemi à corrompre et à vaincre, et les Démons ne voulaient pas gâcher leur chance.

Se lançant vers le ciel depuis les fortifications de la Tanière du Loup du Monde, le Sanguinaire Vor’hakk s’élança dans les airs. Le Démon jeta sa tête bestiale en arrière et fit entendre un puissant brame, un rugissement qui fut égalé par le volcan qui dominait le champ de bataille. Des cuivres fondus et des crânes criards pleuvaient sur la scène, crachés de la gueule de la montagne, et à travers cette pluie de destruction, le Buveur de Sang chargea.

Vor’hakk, l’Annihilateur de Xarn, frappa l’avant-garde des Space Wolves comme un bélier. S’écrasant parmi eux, le Buveur de Sang frappa un Land Speeder dans les airs avec sa hache. Son deuxième coup de hache coupa en deux trois Serres Sanglantes , trempant le sol de leur sang. En beuglant, Vor’hakk donna un coup de pied à la poitrine d’un chef de meute de la Garde Loup et le fit dégringoler, avant de frapper de sa hache sous le menton d’une autre Serre Sanglante et de le projeter à cent pieds en l’air. Le sang pleuvait sur Vor’hakk alors que le Buveur de Sang s’enfonçait encore plus profondément dans le combat.

Suivant son maître, le reste de l’incursion démoniaque se jeta sur leurs ennemis. Tandis que les Démons de Khorne, aux pieds d’acier, chargeaient en plein centre, la horde de Verdig’rus et les serviteurs infernaux de Tzeentch se déplaçaient pour engloutir les flancs des Fenrissiens. Le combat qui s’ensuivit fut sauvage et désespéré.

Pendant plusieurs minutes dignes d’une saga, les éléments des Hurles-au-Sang qui avaient chargé imprudemment devant eux furent contraints de se défendre contre des obstacles impossibles à franchir. Les haches démoniaques se heurtèrent. L’Armure Énergétique fut déchirée et détruite. Les moteurs des motos rugissaient et les cris des Serres Sanglantes mourants remplissaient l’air. Puis, finalement, le reste de la Grande Compagnie atteignit le bord des fortifications.

Les Démons voulaient tellement écraser les Space Wolves qu’ils n’ont réalisé le danger que lorsque le gros des Hurles-au-Sang s’est écrasé sur eux. Certains de ces Space Wolves étaient aussi assoiffés de sang que leurs ennemis, quelques-uns se sont même lancés dans la bataille en se transformant complètement en Wulfen. Cependant, de nombreux Chasseurs Gris et Longs Crocs avaient réussi à garder la tête froide. Ces guerriers avançaient maintenant à bout portant et ouvraient le feu sur les forces démoniaques encerclés. Un Broyeur d’Âmes qui venait de démembrer plusieurs Motards Griffes Sanglantes fut frappé sur le côté par un obus Vindicator et mis en pièces. De lourdes cartouches de Bolter ont frappé le ciel, sciant des lignes de feu qui se croisaient alors qu’elles frappaient les Hurleurs et les Chars Incendiaires. Les Démons étaient pris à découvert et déchiquetés par les tirs rugissants, ou repoussés dans l’enceinte en désordre.

Bien que leurs flancs s’effondraient, Vor’hakk et ses Démons de Khorne continuent de faire des ravages au centre. Sven Hurle-au-Sang était enfermé occupé par un duel avec un Héraut de Khorne sifflant, luttant furieusement pour tenir les Démons à distance. Il ne pouvait rien faire pour intervenir alors que le Buveur de sang se frayait un chemin à travers ses Frères de Bataille, transformant les héros en cadavres à chaque coup de hache.

Puis, avec un puissant chœur de hurlements, la meute meurtrière des Wulfens frappa. Après avoir encerclé leur proie dans la folie de la bataille, ils s’attaquèrent au Buveur de Sang sous tous les angles, la 13ème Compagnie était devenue les Wulfens Hurle-au-Sang et combattait en tant que tel. Les Auto-Lanceurs Stormfrag tambourinaient, cousant la forme monstrueuse de Vor’hakk avec des explosions au moment précédant l’attaque des Wulfens.

Le Buveur de Sang attrapa un Wulfen à mi-chemin, son coup de hache écrasant le guerrier par terre et l’envoya voler par-dessus le toit d’un bunker. Au même moment, un Marteau Tonnerre s’enfonça dans la mâchoire du Buveur de Sang, et une Hache de Givre trancha son aile droite, la sectionnant presque en une gerbe d’ichor. D’autres coups ont été portés contre l’armure de Vor’hakk ou sur sa chair dure comme du fer, et le Démon poussa un cri de fureur.

Un autre coup de hache du Buveur de Sang coupa en deux deux autres Wulfens, avant qu’un coup de pommeau de l’arme n’en enfonce un autre dans le sol assez fort pour laisser derrière lui un cratère sanglant. Hurlant de rage, un chef de meute des Wulfens s’est jeté à l’intérieur de la garde du Buveur de Sang et a enfoncé les deux Griffes de Givre dans sa cuirasse. En retour, Vor’hakk écrasa le chef de meute, laissant les griffes se détacher et dépasser de sa poitrine. Saisissant son moment, un autre Wulfen frappa avec son Marteau Tonnerre avec la force d’une avalanche fenrissienne et enfonça les lames glacées directement dans le cœur noir de Vor’hakk.

La hache du Buveur de Sang frappa le sol avec un bruit de cloche, quelques instants avant que son propriétaire ne bascule vers l’arrière avec un jet de sang noir provenant de sa poitrine. Alors que les Démons de Khorne étaient sous le choc, Sven Hurle-au-Sang saisi sa chance et frappa la tête du Héraut contre lequel il se battait. Le Seigneur Loup recula, haletant d’effort alors qu’il arpentait le champ de bataille en regardant où la folie avait fui.

Beaucoup de ses Wulfens furent tués, et des dizaines de Space Wolves en plus. Leurs corps gisaient entre de grands monticules de morts démoniaques qui, même maintenant, pourrissaient jusqu’au néant. Les Chasseurs Gris et les Longs Crocs de Sven purgeaient les derniers ennemis de l’enceinte, les repoussant dans la mer par leurs tirs.

La Tanière du Loup du Monde était sécurisée, mais le prix de la victoire avait été très élevé.[16]

Le Serment de l'Œil Féroce[modifier]

Le réveil du Dernier Compagnon de Leman Russ.
Lié par son serment de défendre le Crocs, le Seigneur Loup Krom Œil de Dragon avait été forcé de regarder, impuissant, la folie s’emparer des planètes sœurs de Fenris. Un autre Seigneur Loup aurait peut-être renié son serment en faveur de l’action, mais l’Œil Féroce se souvenait encore de ses échecs sur Alaric Prime. Il n’échangerait plus jamais le devoir contre la vanité personnelle. Dès l’attaque du système Fenris, les canaux vox et le chœur astropathique du Croc furent poussées à la frénésie. Chaque jour apportait son lot de nouvelles histoires de désastres. Chaque jour apportait son lot de demandes des guerriers de Krom pour mener le combat contre l’ennemi, mais le Seigneur des Tueurs de Dragons tenait son poste malgré sa rage face à la destruction qui s’opérait. Sur ordre de Krom, les Astropathes du Croc lancèrent des messages dans le vide jusqu’à ce que leur esprit se vide de leur sang, appelant les loups à rentrer chez eux.

Après des jours d’attente, tout s’est passé en même temps. Alors même que la flotte de Grimnar quittait le Warp à la lisière du système Fenris, un message urgent crépitait dans le vox de Krom. Bjorn Main Terrible s’était enfin réveillé.

Laissant à sa Garde Loup le soin d’évaluer la situation stratégique de Grimnar, Krom se précipita dans les profondeurs du Croc. En quittant le monte-charge pour pénétrer dans les catacombes ombragées, Œil de Dragon trouva un groupe de Prêtres de Fer et de Prêtres Loups déjà rassemblés autour du sarcophage de Bjorn. L’ancien Dreadnought s’agitait à l’approche de l’Œil Féroce, les chaînes s’agitaient autour de lui et sa grille vox grondait en revenant à la vie.

Sur des tons tendus, le Dreadnought révéla les secrets de son sommeil. L’esprit de Bjorn était si ancien et si puissant que, pendant son sommeil, il avait veillé du haut des remparts hexagrammiques de l’écho du Croc dans le Warp. C’est de ce point de vue que Bjorn avait espionné les Démons se rassemblant dans l’au-delà, et d’ici qu’il les avait repoussés avant même que les premiers Wulfens ne soient revenus. Même maintenant, une partie de son esprit combattait encore au sein de l’Empyrean, mais il s’était détaché pour donner un avertissement vital.

Bjorn avait, à l’heure même, abattu un puissant Démon qui avait escaladé le mur de guerre, lame à la main. Même avec la botte de Bjorn sur le cou, le Démon avait étouffé un rire moqueur. Il s’était vanté que les templiers d’argent marchaient dans un piège sur la Lune des Loups, et que leur mort scellerait le destin des Spaces Wolves. Bjorn savait aussi bien que quiconque que les Démons mentaient, mais il avait senti la vérité de cette terrible déclaration. Il avait donc pris le risque d’un réveil partiel pour avertir tous ceux qui pouvaient en tenir compte. Krom devait partir, insista Bjorn ; il devait se rendre en toute hâte à Valdrmani, et là, il devait prévenir toute catastrophe sur le point de se produire.[17]

La Bataille du Donjon de Morkai[modifier]

Les Loups des Morts contres les Alpha Légionnaires.
Alors que les Hurles-au-Sang tombaient avec fureur sur Svellgard, les navires de guerre des Loups de Mort se sont mis en orbite au-dessus de Frostheim. Ici, les forces renégates de l’Alpha Legion avaient pris le contrôle du Donjon de Morkai, mettant la garnison des Space Wolves de la forteresse à genoux. C'était une insulte cruelle qui ne pouvait pas rester impunie.

Harald Loup des Morts grogna alors que l’Auspex de l’Alpha Fang confirmait le trafic vox des Space Marine du Chaos sur le monde d’en dessous. De tels traîtres tenaient une place particulièrement haineuse dans le cœur du Seigneur Loup. Les signaux ennemis émanaient du Donjon de Morkai, accroché au sommet de son perchoir glaciaire sur l’équateur de Frostheim.

Les Loups des Morts n’avaient rencontré qu’un seul navire de guerre ennemi en orbite haute, et le vaisseau avait plongé dans le Warp à leur approche. Mieux encore, les augures des capteurs avaient confirmé que les défenses du donjon étaient sans énergie, bien qu’ils aient lu des traces d’émanations empyrique au plus profond du glacier.

Un courant d’excitation sauvage traversa la Garde Loup rassemblée dans le stratégium du Seigneur des Loups des Mort. De toute évidence, les traîtres avaient exorcisé les Esprits de la Machine des défenses du donjon lorsqu’ils ont attaqué, laissant ses redoutables batteries Icarus et ses sentinelles sans vie et inertes. Il semble que les renégats aient sous-estimé la rapidité et la sévérité de la réaction des Space Wolves. Les Loups des Morts les puniraient pour leur présomption. Ils allaient attaquer l’ennemi à coups de couteau, puis découvrir si ces étranges lectures du Warp avaient un rapport avec la folie qui régnait dans le système Fenris. La Garde Loup d’Harald a rugit son assentiment, les chasseurs normalement taciturnes, bruyants et agressifs, se dirigeant vers les ponts d’embarquement.

Le plan des Loups des Morts était simple. Le Donjon de Morkai était une puissante forteresse, située à l’intérieur d’anneaux concentriques de défenses statiques. Il possédait d’excellentes lignes de feu qui permettaient à sa garnison d’abattre les ennemis s’approchant à pied. Les guerriers d’Harald attaqueraient plutôt par le haut, exploitant l’absence d’écran antiaérien autrement mortel du donjon pour monter un assaut aérien complet. Ce serait rapide et sanglant.

La vérité de cette affirmation est apparue lorsque le vaisseau d’attaque des Space Wolves a traversé l’atmosphère de Frostheim en rugissant. Alors que les premiers Modules d’Atterrissage s’enfonçaient dans le champ de tir, des hymnes d’avertissement retentirent dans les haut-parleurs d’alarme. Quelques secondes plus tard, des explosions ont sillonné l’air alors que les défenses aériennes supposées inertes du donjon rugissaient en revenant à la vie. D’abord un Module, puis un autre ont explosé avec une force effroyable, leurs débris en feu répandant des cadavres brûlants alors qu’ils s’étendaient dans les déchets gelés en dessous.

Harald Loup des Morts grogna en ouvrant d'un coup de pied la rampe scellé de son vaisseau d’assaut. La dalle de métal s'est écrasée, laissant passer une grêle de balles qui ont touché et heurté son Armure Énergétique. Avec un cri de fureur, le Seigneur Loup chargea le long de la rampe et s'engouffra dans la foule gelée de cultistes qui se trouvaient devant lui. Un puissant coup de Hache de Givre fit tomber les têtes et couler les entrailles, rouge vif contre le blanc de la neige.

Derrière leur seigneur, les Gardes Loups de Harald se sont détachés de leurs embarcations mutilées, menant leurs montures à la lumière froide du jour. Le Seigneur Loup s'est précipité sur le toit de sa canonnière écrasée, essayant de trouver un point d'observation d'où il pourrait mesurer la forme de la bataille. Il cracha sur ce qu'il vit.

Forcés de quitter la formation et lourdement endommagés, les transports aériens des Loups des Morts s'étaient éparpillés sur le sommet du glacier. Des groupes de Space Wolves se déversaient des vaisseaux de combat et des Modules d’Atterrissage tout autour du Donjon de Morkai, flambant sur l'ennemi environnant. Ils étaient isolés, embourbés au milieu des redoutes de feu et des batteries Vengeance, et subissaient le feu punitif de bandes de cultistes, de Démons et d'Alpha Legion tout autour. Le chaos a provoqué le hurlement du Wulfen, attisant la même faim animale qui avait conduit les Loups des Morts dans ce désordre.

« Si je survis à cette épreuve, Grimnar, toi et moi aurons des mots, » se marmonna Harald, avant de redescendre sur le large dos de Dents de glace. Il unirait ses guerriers et pousserait vers le donjon, ou mourrait en essayant.[18]

Tout au long de l’assaut des Space Wolves, des messages d’alarme se sont succédé. Grâce à l’aide magistrale de leurs alliés Démoniaque de Tzeentch, l’Alpha Legion avait masqué les signatures énergétiques des défenses pleinement opérationnelles. Ils avaient posé leur piège, et les Loups des Morts plongeaient dedans. Engagées dans leur course à l’attaque, les vagues de vaisseaux de guerre Fenrissiens hurlant derrière les Modules d’Atterrissage se retrouvaient maintenant plongées dans un chaudron de flammes de guerre et de mutagènes. Les pare-brise d’armaglass se sont fissurés et ont explosé vers l’intérieur sous l’effet des tirs. Les coques des blindés étaient déchirées ou fondues, les passagers des vaisseaux s’accrochant désespérément aux cloisons et aux dispositifs de retenue pour éviter la terrible chute vers la mort. Le vaisseau des Space Wolves ouvrit le feu en retour, mais les Modules d’Atterrissage en dessous gênèrent leur précision. Les explosions ont fleuri autour du Donjon de Morkai, alors que les missiles et les tirs laser étaient dirigés vers le bas, mais les dégâts étaient loin d’être suffisants.

Le pire était à venir, car une volée de Heldrakes de l’Alpha Legion sortis des grottes cachées sur les flancs du glacier. S’enfonçant dans la neige et la grêle avec des cris de prédateurs, les Machines-Démons se sont jetées dans le vaisseau qui descendait pour déchirer et découper. Plusieurs de ces engins draconiques ont été détruits par les efforts déterminés des canonnières Stormfang, mais le reste a été détruit par les Loups des Morts avec un effet horrible. Les Autocanons Hades criblèrent les Stormwolves de trous. Des serres en laiton éviscérèrent les coques en adamantium, envoyant des vaisseaux en feu s’écrouler pour exploser au milieu des défenses du donjon.

Le nombre de morts augmentait à chaque seconde.[19]

Les Dagues de Skayle[modifier]

Un groupe important de l’Alpha Legion s’est opposé aux Loups des Mortd au Donjon de Morkai. Bien que leur nombre ne soit pas à la hauteur d’une Grande Compagnie dans un combat direct, l’embuscade des Space Wolves avait égalisé les chances. Maintenant, avec l’avantage des défenses du donjon de leur côté, les Alpha Légionnaires ont frappé avec force leurs ennemis en difficulté.

À leur tête se trouvait le Seigneur Vykus Skayle, un Seigneur du Chaos de l’Alpha Legion et un vrai croyant dans les Puissances de la Ruine. Skayle était un archi-manipulateur et un maître de l’intrigue, des traits communs à ceux de sa Légion. Moins typique était la foi tranquille mais intense de Skayle dans les Dieux du Chaos, un zèle qui manquait à de nombreux pairs du Seigneur du Chaos. Les dieux avaient béni Skayle pour sa dévotion, lui conférant une force et une rapidité contre nature qui lui permettait de frapper comme une vipère enragée. Associé à sa lame démoniaque, cela faisait du Seigneur du Chaos un tueur rapide et mortel au corps à corps. Déterminé à anéantir la force supérieure qui s’était abattue sur son point fort, Skayle s’élança à travers les neiges avec une rapidité surnaturelle, arrachant les têtes de Space Woves avant de disparaître une fois de plus dans le maelström de la guerre.

Le Seigneur Skayle n’a pas combattu seul. En suivant son chemin sinueux à travers les Loups des Morts dispersés, il était accompagné des Élus de Skayle, une bande de guerriers vétérans qui ont combattu l’Imperium pendant des centaines d’années. Avec leurs armes crépitantes et leurs pistolets archéotechnologiques, les Élus ont fait payer un lourd tribut à leurs ennemis. Ils s’écoulaient comme de l’eau autour d’eux, des siècles d’expérience de combat partagée leur permettant de prévoir chaque mouvement de leurs camarades. Comme les têtes de l’hydre, les Élues de Skayle ne se battaient pas en tant qu’individus mais comme une seule et terrible bête, frappant de toutes les directions à la fois avec une force mortelle.

Kjarl s’est tiré de son Module d’Atterrissage, tombant dans la neige fondue autour de l’épave. De la fumée s’est échappée. Les canons ont explosé et ont rugi. Pour Kjarl, tout était terni par le martèlement du sang dans ses oreilles et par le bruit des Wulfens.

Les guerriers bêtes étaient tout près, une meute entière d’assassins déchirant le front d’une redoute de feu pour hacher et griffer les Space Marines du Chaos qui s’y trouvaient. Kjarl regardait avec des yeux écarquillés, luttant contre la faim sauvage qui lui brûlait la poitrine. La douleur le traversa alors que le Wulfen hurlait à nouveau, et autre chose - une sensation qu’il n’avait pas ressentie depuis son Test de Morkai. Le feu coulait dans son sang. Pendant un instant, le Chasseur Gris connut une poussée d’horreur alors qu’il sentait son corps trembler et se tordre. Puis, alors que ses muscles s’enfonçaient dans son armure et que ses crocs s’allongeaient dans ses mâchoires, la bête se leva en Kjarl et noya toute pensée rationnelle.

Lorsque le Wulfen hurla à nouveau, Kjarl hurla avec eux. Le Space Wolf fit trois pas de course et se lança à travers la brèche du mur de la redoute, s’écrasant sur un traître détesté. Sa nouvelle meute salua l’arrivée du loup, l’accueillant parmi eux alors qu’il déchirait sa proie.[20]

Pendant que leur chef et son élite se livraient à leur sanglant travail, les Alpha Légionnaires de la force de Skayle provoquaient leur propre carnage. Les escadrons de Space Marines du Chaos, tels que les Venomslayers d’Atraphaeus et les Shadowkin, avaient eu tout le temps de préparer leurs positions. À présent, ces tueurs en armure ont fait taire la supériorité numérique des Loups des Morts, en déversant des tirs de Bolter sur des meutes de Chasseurs Gris et de Griffes Sanglantes alors que les Fenrissiens ensanglantés se libéraient de leur vaisseau écrasé. Les Space Marines du Chaos surgissaient de derrière les barricades de béton armé pour lancer des Grenades Krak dans des Modules d’Atterrissage renversés, ou chargeaient au combat pour verrouiller les lames avec leurs ennemis Fenrissiens. Des figures en Armure Énergétique luttaient au milieu de neiges pourpres, fracassant des plaques faciales avec leurs poings postés et poignardant avec des couteaux de combat envenimés.

Tous les défenseurs du Donjon de Morkai n’étaient pas des géants génétiquement améliorés. Beaucoup d’humains non améliorés y combattirent également, frissonnant de froid et de peur au milieu de la neige tourbillonnante et des coups de feu tonitruants. Ces cultistes appartenaient à la Confrérie de l’œil du Serpent, une secte qui adorait l’Alpha Legion en tant que demi-dieux. Ils donnaient volontiers leur vie pour la cause des traîtres, et l’Alpha Legion les dépensait volontiers.

Les armes les plus meurtrières de Skayle étaient une masse d’horribles Machines-Démons connus collectivement sous le nom de "Dread Beasts". Troqués aux Techmanciens de l’Œil à grands frais en âmes et en butin, ces terribles monstres de fer faisaient des ravages parmi les Loups des Morts alors qu’ils s’efforçaient de se frayer un chemin pour se libérer des boîtes à feu dans lesquelles ils étaient enfermés.

Une horde de Buveurs de Sang, connu sous le nom de Scarblades, et un sorcier de l’Ost Enflammé, le Burning Paradox, se trouvaient au sommet du glacier pour continuer le carnage. Pour servir leurs propres desseins impénétrables, les Puissances de la Ruine avaient envoyé ces bandes de guerriers combattre aux côtés des forces de Skayle, bien que les Démons ne se soucient guère de leur chef mortel et ne cherchent qu’à provoquer le plus de carnage possible.

Les Scouts Space Wolves s’infiltrent dans les lignes de l’Alpha Legion.
Tout autour du Donjon de Morkai, la bataille faisait rage. Les Loups de Morts se battaient furieusement pour repousser les embusqués et - avec les hurlements du Wulfen qui les remplissaient d’une vigueur sauvage - ils commençaient à prendre de l’élan. L’influence du Wulfen était si puissante que certains Loups des Morts s’y étaient entièrement abandonnés, se transformant en bêtes sauvages sous les yeux horrifiés de leurs compagnons de meute. La brutalité de la bataille à bout portant était telle qu’aucun des deux camps n’a remarqué qu’une petite bande de guerriers grimpait sur la lèvre nord du glacier.

Le Stormwolf qui transportait des Scouts, connus sous le nom de Feingar’s Coldeyes, avait été abattu par la DCA au début de la bataille. Détérioré et crachant de la fumée, il dépassa la forteresse et s’écrasa sur une plaque de glace qui faisait saillie sur le flanc du glacier. Les éclaireurs vétérans à bord n’ont pas été dérangés, ils ont simplement porté leur équipement et ont escaladé la falaise de glace. Le désastre est devenu une chance, car ils se préparaient à attaquer le donjon depuis un quartier apparemment inaccessible et peu défendu.

Menés par leur chef de meute, Feingar, les Scouts coururent à travers la neige, accroupis bas avec leurs canons braqués sur la poitrine. À chaque pas, le mur du donjon se rapprochait. De l’autre côté du glacier, ils entendirent le tonnerre des canons et les rugissements des Machines-Démons. Des explosions lointaines secouaient le sol et envoyaient des ondes de choc à travers le panache de fumée qui dérivait sur le champ de bataille. Mais ici, dans cet angle mort négligé, les Scouts avançaient sans entrave. Ils se frayèrent un chemin en montant à travers un canal de drainage creusé par la glace, leurs yeux jaunes fixés sur le donjon qui se dressait au-dessus d’eux.

En se hissant sur le bord du canal, les Scouts faisaient une dernière course dans la neige avant de se mettre à l’abri au pied du mur nord du donjon. La forteresse se dressait au-dessus d’eux, le feu jaillissant de ses canons et de ses fentes de vision pour déchiqueter tous les Space Wolves qui s’approchaient.

D’un geste rapide, Feingar ordonna à sa meute de se tenir en retrait et de se tenir prête. Faisant sortir ses crocs, le guerrier vétéran détacha une Bombe à Fusion de sa ceinture, la cogna contre le mur de la forteresse et frappa la rune d’armement. Quelques instants plus tard, la bombe ouvrit une brèche dans le mur du Donjon de Morkai et les Scouts surgirent à l’intérieur.

La première fois que l’Alpha Legion a eu connaissance de l’infiltration, c’est lorsqu’une rafale de mitrailleuse embrasa la salle de commandement du donjon. Deux Space Marines du Chaos et une poignée de cultistes tombèrent lors de cette première salve. Les autres ont plongé pour se mettre à l’abri derrière les banques et les consoles des cogitateurs, ripostant aux tirs des Loups. Alors même que la bataille faisait rage au-delà de l’armaglass du hublot d’observation, la salle de commande a été le théâtre d’un féroce échange de tirs.

Penché derrière une console, Feingar a vaporisé la tête d’un Marine du Chaos avec son Pistolet à Plasma. Un autre Alpha Légionnaires déclencha une volée de tirs de Bolter, faisant exploser des cratères dans la couverture de Feingar avant d’être terrassé par les tirs d’une paire de Scouts. Saisissant l’ouverture, Feingar fit sauter sa couverture fumante et s’est précipité vers le pupitre de contrôle principal. C’est à partir de cette console éclairée que les serrures de la porte du donjon et les défenses extérieures étaient contrôlées, et le Scout Loup savait d’après ses briefings que sa destruction laisserait le Donjon de Morkai grand ouvert.

Feingar n’avait jamais été un adepte de la technologie, se méfiant des Prêtres de Fer et de tous leurs étranges secrets. Dans le domaine de l’explosion, cependant, personne n’avait jamais eu de raison de mettre en doute ses prouesses. Ignorant la fusillade d’autocanon qui l’entourait, Feingar décora généreusement le pupitre de commandement avec ses dernières Grenades Krak et ses Bombes à Fusion, avant de plonger en courant à l’abri derrière la plus grande console qu’il pouvait voir.

L’explosion qui a suivi a été suffisante pour faire exploser l’armaglass de la chambre dans un blizzard déchiqueté, et fit sourire les traits grisonnants de Feingar pour la première fois ce jour-là.[21]

Le Seigneur Skayle s’est battu furieusement contre les Space Wolves qui l’entouraient. Son armure était déchirée et couverte de son sang, mais le Seigneur du Chaos s’est quand même battu comme un crotale. Il a coupé la tête d’une victime, en a empalé une autre, puis s’est écarté d’un puissant coup de poing avant de couper le bras de son maître.

Alors que les derniers ennemis du Seigneur du Chaos tombaient, une soudaine absence de son s’est fait sentir. Skayle maudit en réalisant que la batterie d’armes de la vengeance qui se trouvait dans son dos s’était tue. Pire encore, le vox révéla rapidement que ce n’était pas seulement cet emplacement qui s’était éteint.

« Ils ont pris la salle de commande ! » « Les portes ne se ferment pas. Les canons sont à terre ! » « Les loups prennent d’assaut le donjon ! » « La DCA est partie. Nous perdons du terrain. Par les Dieux Sombres… »

La bataille était perdue, et il était temps de partir. Le Seigneur Skayle jura de nouveau alors qu’il essayait et échouait à établir un lien vox avec son croiseur. L’instant suivant, une énorme forme surgit de la fumée et s’écrasa à ses pieds.

Le seigneur de l’Alpha Légion roula contre le mur, se remettant debout avec sa lame levée et trois énormes entailles saignantes déchirant son ventre. Skayle n’a pas eu le temps de réfléchir avant que son ennemi ne soit à nouveau sur lui. Blessé, la vitesse contre nature du Seigneur du Chaos l’avait abandonné.

Il réussit à planter sa lame dans l’épaule de l’énorme loup qui l’avait percuté, mais en retour, la bête le martela sur le dos avec un crochet d’os brisé. La lame de Skayle glissa de sa prise, et il s’est retrouvé à regarder fixement, au-delà du museau hargneux d’un loup géant, dans les yeux bleus glacés de Harald Loup des Morts.

« Il est temps de payer, traître, » grondait le loup. Le Seigneur Loup leva haut sa Hache de Givre.

« Le rituel est terminé, chien de salon, » siffla amèrement le Seigneur du Chaos. « Me tuer ne changera rien. »

« Peut-être pas, » répondit Harald avec un sourire sans joie, « mais ça me fera du bien. Sur ce, la hache tomba et Vydus Skayle alla rejoindre ses dieux. »[22]

Les Enfants de la Tétrade[23]

Même un seul Prince Démon est un ennemi incroyablement dangereux, un demi-dieu immortel à travers lequel les énergies de son protecteur choisi hurlent comme un coup de vent. Quatre de ces êtres se battent comme un seul est encore plus terrifiant, un panthéon d’horreurs contre lequel seuls les héros les plus puissants peuvent se dresser. Il en fut de même avec les sombres seigneurs de Midgardia, chaque Prince Démons apportant les bénédictions de sa terrible divinité et les fusionnant en un tout imparable.

Le premier de ce sinistre rassemblement fut Mordokh le Pourri, le même Démon fétide qui avait supervisé la damnation de la super-ruche d’Irkalla. En plus de sa force physique et de sa résilience, Nurgle avait donné à Mordokh une âme de pourriture et de rouille. L’être immonde pouvait se venger des horreurs rampantes et bourdonnantes qui naissaient de son esprit putride, et pouvait faire sortir de sa chair des lames rouillées avec lesquelles se battre. Mordokh avait payé pour ces dons avec sa vue naturelle ; au lieu de regarder à travers ses propres orbes de gelée putride, Mordokh voyait maintenant à travers les yeux de ses myriades de mouches.

Le membre suivant de la Tétrade Infernale était le Déchireur de monde d’Arkh’gar, qui avait été un jour un seigneur Berzerker de la Légion des World Eaters. Arkh’gar n’était guère plus qu’une énorme arme vivante, qui n’existait que pour verser le plus de sang possible au nom de Khorne. Il se battait avec une vitesse et une force brute que peu de gens pouvaient égaler, et avait à lui seul massacré toute la population d’Edrigal Quintus pour mériter son titre.

Plus subtile, et de loin, était Tzen’char, le Labyrinthe Vivant. Chuchoteur de vérités tordues et archi manipulateur du destin, il était dit par ses adorateurs que l’aspect physique de Tzen’char n’était qu’un reflet de son véritable être. Ils prétendaient que Tzen’char n’était pas un Démon mais plusieurs, une entité de contradictions impossibles dont les échos vivants étaient tous identiques mais subtilement différents. C’est de là que vient le nom du Démon, car bien que chaque passage d’un labyrinthe puisse se ressembler, chaque torsion mène à un destin différent. Que l’un de ces aspects soit le vrai Tzen’char était un mystère, mais tous possédaient sa rapidité surnaturelle et sa puissance sorcière.

L’entité finale de la Tétrade Infernale était Malyg’nyl la Langue d’Aiguille, le pervers Slaaneshi de Vardos III. Cet être vil dégageait une aura de méchanceté pécheresse si forte que peu de gens pouvaient résister à son attrait - même les plus purs et les plus fidèles étaient poussés à se livrer à leurs fantasmes les plus sombres, attaquant amis et ennemis dans leur folie soudaine. C’est à travers ce chaos déviant que le Prince Démon dansait, chacun de ses mouvements gracieux et sublimement mortels, tout en se glorifiant de la damnation d’innombrables âmes.

Les membres de la Tétrade Infernale étaient tous de puissants seigneurs Démons, et l’incursion démoniaque qu’ils menèrent fut donc vaste. Les essaims pourris de Nurgle, ces hordes en furie qui assaillaient les chars de la Force de Frappe Fenris dans la jungle de Midgardia, étaient au cœur de l’opération. Les plus grands Démons parmi leurs rangs rances étaient connus sous le nom d’Infesté. Mené par le grotesque et flatulent Héraut Phugulus, ce rassemblement de Démons était lui-même partiellement formé de champignons parasites. Les plaies et les bulles sur leur corps ressemblaient à des boules de poils gras, et chaque expulsion de gaz puant de leur corps emportait avec elle un nuage de spores démoniaque nocives. Ce sont ces graines de destruction qui avaient transformé la jungle de Midgardia en une arme biologique mortelle, et les Infestés étaient à juste titre fiers d’avoir apporté un tel morceau du Jardin de Nurgle dans l’espace réel.

Des hordes d’autres Démons se sont écrasé sur la surface de Midgardia, ou se sont déchaînés dans ses colonies souterraines à la recherche d’âmes. Les formations démoniaques telles que l’Ost de la Flamme Warp, connue sous le nom de Cendres Corrompues, la Grande Cavalcade des Hedonistarii et la batterie Tonnerre Sanglant, connue sous le nom de Tempête Ardente, étaient typiques de ces hordes.

Chaque hideuse bande de guerre démoniaque a suivi son propre seigneur parmi les quatre membres de la Tétrade Infernale, exécutant leur volonté sur ce monde. Les Horreurs et les Incendiaires des Cendres Corrompues ont répandu la mutation et la corruption parmi d’innombrables soldats des Forces de Défense Planétaire au cours des premières étapes de l’invasion, les laissant en vie pour corrompre d’autres membres de leur famille et semer les graines de futurs destins à travers la planète.

Les Hedonistarii ont cherché à provoquer et à torturer leur proie mortelle, infligeant les plus grandes souffrances à ceux qu’ils chassaient avant de les tuer finalement avec une lenteur exquise. La douleur que ces viles chasseresses extrayaient s’écoulait en courants sur l’éther, donnant à Malyg’nyl Langue d’Aiguille le pouvoir de chaque courant d’air capiteux qu’il inhalait.

Les Canons à Crâne de la Tempête Ardente furent chargés par leur maître de destruction et d’ossements. La tâche de ces terribles engins consistait à verser le sang de l’ennemi au gallon et à l’ajouter à sa dîme sans fin.

L'Horreur sur Midgardia[modifier]

Une Mer de Démons avait envahie Midgardia.
De tous les mondes du système Fenris, le paysage empoisonné de Midgardia était la plus peuplée. C’était aussi l’environnement le plus difficile pour faire la guerre, ce qui a nécessité le déploiement par Logan Grimnar de non seulement de ses propres Champions de Fenris, mais aussi de la puissance blindée des Loups de Fer.

Midgardia était un monde bien défendu contre les attaques conventionnelles. Un ancien Canon Nova surveillait le ciel de la planète, tandis que les Portes de Magma - un réseau d’imposantes forteresses-ruche - gardaient l’entrée principale du réseau de colonies souterraines de Midgardia. Même l’environnement de la planète était dissuasif pour les attaques ; la surface était un enfer de spores toxiques, créées par les vastes arbres fongiques qui constituaient ses étranges jungles. Sous terre, les cavernes éclairées par la lave dans lesquelles les Midgardiens ont construit leurs villes étaient reliées par des tunnels sinueux et des passerelles suspendues traîtresses et facilement défendables.

L’ennemi qui assaillait maintenant Midgardia était tout sauf conventionnel. Alors que le rituel de convergence était achevé, les portails Warp s’étaient ouvertes largement au-dessus et au-dessous de la surface de Midgardia, vomissant des marées de Démons. Cet ennemi n’avait pas de vaisseaux spatiaux à abattre. Ils n’avaient pas peur de respirer les spores toxiques de la surface, car ils ne respiraient pas du tout. En se frayant un chemin à travers la physique de la réalité, il a contourné de nombreux points forts souterrains qui auraient pu retenir les envahisseurs normaux pendant des semaines. Au moment où les Space Wolves se sont précipités à la défense de Midgardia, le monde était pratiquement perdu.

Empli d’une fureur vengeresse, Logan Grimnar mit au point un plan d’attaque aussi agressif qu’ambitieux. Il divisa ses forces en deux Forces de Frappe massivement surdimensionnées. La Force de Frappe Fenris - composée du gros des Loups de Fer, ainsi que des éléments blindés de la propre Grande Compagnie de Grimnar - frappa du ciel contre les Démons qui assiégeaient les Portes de Magma. Aidée par des bombardements orbitaux, cette Force de Frappe repoussa l’ennemi infernal. Ces membres rallieraient les régiments survivants des forces de défense de Midgardia, pour purger les remparts blindés des Ruches pour les éloigner des Démons, et chasseront les formations de Lance de Russ des Portes de Magma jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien de démoniaque à moins de vingt miles.

La Force de Frappe de Morkai - comprenant Grimnar, sa garde royale, tous les Terminators d’Egil Loup de Fer et les Wulfens des deux Grandes Compagnies - se téléportèrent directement dans les cavernes et les tunnels sous les Portes de Magma. Cette méthode de déploiement peu naturelle a rendu les Wulfens sauvages et a vu leurs meutes se déchaîner furieusement à travers les Démons dispersés qui infestaient les tunnels sous les Ruches de Midgardia. L’Ichor coulait dans les rivières lorsque la Garde Loup se joignait à la bataille, plus d’un ayant succombé à la malédiction du Wulfen au cours du processus. Bien que de nombreuses grandes sagas aient été tragiquement coupées par les lames des Démons, le massacre fut total. En quelques heures, la Force de Frappe Morkai tenait les portes du monde souterrain.

N’attendant que les régiments de défense planétaire pour descendre dans les profondeurs et le rejoindre, Logan Grimnar ordonna l’avance. Ses forces et celles d’en haut formèrent des cordons jumelés qui avancèrent vers l’extérieur à partir de leurs positions de départ et qui purgeront tout ce qui se trouvait devant eux par le feu et la lame. Les deux forces - chars et transports blindés en surface, Terminators et Wulfens en dessous - se suivraient l’une l’autre en utilisant l’échange vox et en suivant les balises de téléportation. Les forces de Midgardia se déplaceraient derrière elles, comblant les lacunes et tenant le terrain conquis selon les besoins. Les Démons seraient systématiquement purgés des zones de guerre souterraines et de surface, aucun n’échappant à la colère des Fenrissiens.

En surface, les brouillards de spores étaient si épais que seuls des véhicules blindés scellés pouvaient avancer en toute sécurité. En se frayant un chemin à travers le feuillage violet boursouflé, la Force de Frappe Fenris découvrit que les puissances du Chaos y avaient déjà apporté d’horribles changements. Les Space Wolves ont trouvé les arbres à champignons qui poussaient de manière obscène et bouffie, comme des furoncles sur le point d’éclater. La pourriture avait répandu des doigts sombres sur les troncs frémissants des arbres, et une épaisse boue muqueuse s’était répandue pour former des marécages nauséabonds et collants. La puanteur de ces marais de pus était si nauséabonde qu’elle pénétrait même les coques des réservoirs des Loups de Fer, tandis que la boue elle-même obstruait les voies et enlisait les véhicules.

L’AIR ÉTAIT VICIÉ, AVEC DE LA BOUE,
LE LOUP DE FER COMBATTIT LE DÉMON,
LA CHAIR A POURRI ET L’ARMURE A ROUILLÉ,
AUCUN PAS EN ARRIÈRE N’A ÉTÉ FAIT.
- Extrait de la Saga des Perdus.[24]

C’est alors que la Force de Frappe Fenris s’est enfoncée dans ce terrain infect que les Démons de Nurgle ont frappé. Les Drones de la Peste se sont mis à bourdonner d’en haut tandis que les bêtes et les Portepestes s’élevaient des marécages fétides d’une blancheur de lait. Les Démons, qui dégoulinaient de leur substance, se sont refermés autour des chars des Space Wolves. Des pans entiers de ces êtres fétides ont été repoussés dans la boue par des Bolters Lourds et des Canons Laser, ou brisés par les Pistolets Helfrost des Prêtres de Fer. De plus en plus de Démons surgirent, déchirant les chars avec leur force impie.

Le pire était à venir, car les Space Wolves débarquèrent pour défendre leurs chars. À leur grande horreur, ils trouvèrent les spores de la jungle en train de dévorer les lentilles de contact et les armures, ainsi que la chair en dessous. Alors même qu’ils affrontaient les hordes de Démons, les guerriers de la Force de Frappe Fenris pouvaient sentir leur chair pourrir et s’envoler. Bientôt, l’avance s’était complètement arrêtée, les Space Wolves se battant juste pour tenir bon.

Dans le monde souterrain, la Force de Frappe Morkai avait ses propres problèmes.

Les équipes de la Force de Frappe Morkai ont d’abord bien progressé. Les hordes de Démons qui erraient dans les souterrains étaient dispersées et désorganisées, plus une populace meurtrière qu’une armée organisée. Dans les tunnels qui reliaient chaque colonie, la puissance individuelle des Terminators et des Wulfens comptait pour beaucoup. Les éclairs psychiques des Prêtres des Runes de Grimnar et l’armement dévastateur de ses Prêtres de Fer ont permis de purger des cavernes entières en quelques minutes.

Plus les forces souterraines s’avançaient vers l’extérieur, plus elles se dispersaient. Lorsque les forces de surface se sont arrêtées sous une attaque massive, la Force de Frappe Morkai avançait sans soutien de surface. Ce faisant, ces membres se sont exposés aux attaques des Démons par des tunnels et des bouches d’aération depuis la surface. Des éléments entiers de la Force de Frappe furent bientôt encerclés, rattrapés au premier plan par les Démons de Tzeentch et de Slaanesh, et à l’arrière par les Démons pourrissants de Nurgle. Les Space Wolves se sont battus comme des héros des premières sagas. Des Lance-Flammes Lourds rugissaient, remplissant de leur flamme purificatrice les couloirs refroidis par les Démons. Les Wulfens hurlaient follement alors qu’ils se lançaient dans la bataille, les griffes et les haches déchirant la chair contre nature tandis que leurs Auto-Lanceurs Stormfrag lançaient des volées de grenades.

Logan Grimnar mène la charge contre les abominations du Warp.
Malgré leur héroïsme, l’avancée souterraine des Space Wolves avait ralenti et leurs pertes étaient effroyables. La seule exception était la force dirigée par Logan Grimnar et Ulrik le Tueur, dont la fureur et le zèle combinés les avaient vus avancer dans la colonie 529 - connue localement sous le nom de Deepspark. Typique des colonies de Midgardia, Deepspark était un canton construit sur des passerelles et des plates-formes métalliques, suspendues au plafond rocheuses du haut. Loin en dessous, la lave bouillonnait et s’évaporait paresseusement, sa lueur affamée illuminant la caverne comme une scène infernale.

C’est lorsque les Space Wolves atteignirent le milieu de cette colonie déserte que les portails Warp fendirent l’air autour de son bord. En criant et en baragouinant, une foule de Démons s’élança vers les Fenrissiens. Les architectes de cette embuscade soudaine, un quatuor de Princes Démons imposants - la Tétrade Infernale -, sont apparus. Si Egil Loup de Fer avait été présent, il aurait reconnu l’infâme Mordokh des profondeurs d’Irkalla. Aux côtés de cette horreur à couper le souffle, Arkh’gar le Déchireur de Monde de Khorne, Tzen’char de Tzeentch - connu par d’innombrables cultes sous le nom de Labyrinthe Vivant - et Malyg’nyl la Langue d’Aiguille, un prince du meurtre aux membres légers et affreux.

La puissance de la Tétrade rayonnait à travers Deepspark comme une force physique, mais Grimnar refusait d’être intimidé. Rugissant au défi, le Loup Suprême ordonna l’attaque.

Les deux forces s’écrasèrent ensemble avec une fureur incroyable. Les canons de Khorne explosèrent, arrosant les forces de Grimnar d’un feu d’ossements. Les Marteaux Tonnerres se sont écrasés sur la chair des Démons, faisant éclater les horreurs infernales avec de puissants boums. Les éclairs de la tempête retentissaient. Les Princes Démons rugirent, se mirent à découper et à écraser. L’Armure Terminator s’est effondrée. Le sang fut pulvérisé. Bientôt, les plates-formes sur lesquelles Deepspark était assis frémissaient de la violence de la bataille.[25]

Ulrik grogna et frappa avec son crozius, arrachant le visage d’un Démon. Il pouvait voir les monstrueux Princes Démons, qui combattaient les Wulfens qui les entouraient. Les Démons avaient été saignés à blanc, mais causaient en retour un carnage. Ulrik les détestait d’autant plus pour cela. Ces Wulfens étaient les bénis de Russ, les porteurs des dons du Primarque et les hérauts de son retour. Les voir se faire rabaisser par des rejetons du Warp dégoûtait Ulrik plus qu’il ne pouvait le dire. Il fit à nouveau pivoter son crozius, frappant une Démonette du dos de son étrange coursier.

« Blasphème ! Engeances du Warp ! Retourne dans les ténèbres, ordure ! »

Le crozius d’Ulrik se balança à nouveau, brisant un Incendiaire avec une force meurtrière. Soudain, Grimnar était devant lui, les traits nobles tordus dans un grognement animal. Ulrik était heureux de voir que même Grimnar était touché par les bénédictions du Primarque. Ceux qui ont dit "malédiction" étaient des idiots. Russ n’aurait jamais laissé à ses fils un héritage de malheur.

La pensée suivante s’est désintégrée en un poing massif à griffes relié au côté de la tête d’Ulrik. Le monde s’est effondré, et soudain le Tueur était sur le dos, les oreilles bourdonnantes et le sang dans la bouche.

Ulrik regardait clairement la Tétrade Infernale patauger dans le sang des Space Wolves. En lançant un Wulfen à travers un hab, le Prince Démon, béni par Nurgle, a vomit une grande nuée de mouches qui remplissaient l’air de leur bourdonnement insensé.

Ulrik vit le Prince Démon de Khorne enfoncer sa lame dans la poitrine d’un Terminator de la Garde Loup, avant de déchirer l’épée vers le haut pour couper le guerrier en deux dans une pluie de sang.

Un autre des plus grands monstres, celui-là portant la marque de Tzeentch sur sa chair artificielle, a survolé le combat comme un moulinet à images sautillant, lançant des éclairs de feu en mutation sur les Space Wolves qui l’entouraient. Derrière cette abomination, le Prince Démon de Slaanesh dansait et tourbillonnait, décapitant et arrachant des yeux avec une grâce monstrueuse. La danse du monstre fut soudainement et violemment interrompue lorsque la Hache de Morkai se mit à hurler dans les airs, fouettant de long en large pour s’enterrer dans le visage lugubre du Prince Démon.

Logan Grimnar se retourna à temps pour bloquer un coup de marteau du Prince Démon de Khorne, et arracha sa lame du crâne du monstre. Lisant dans la lame du Berzerker de Khorne aussi clairement que des mots sur un parchemin, Grimnar coupa sous la queue titanesque d’Arkh’gar pour faire couler le sang fondu du monstre.

Le cri d’encouragement d’Ulrik fut noyé lorsque le Prince Démon de Tzeentch lui rejeta la tête en arrière et hurla une série de mots impossibles à entendre. Aussi soudainement qu’ils étaient apparus, les Démons disparurent, laissant dans leur sillage un grondement de tonnerre.

Les yeux d’Ulrik s’élargirent d’horreur alors qu’il regardait les fissures se frayer un chemin à travers les parois de la caverne. Pompé et déchiré par la force du Warp, la caverne de Deepspark commença à s'ébranler. Ulrik eu juste le temps de voir Grimnar charger pour aider un Wulfen, avant qu’un orage de pierres ne s’écrase et que tout ne s’assombrisse.[26]

Le Piège des Démons[modifier]

Le Frère-Capitaine Stern s’était esquivé, le feu de guerre grondait au-dessus de sa tête. Le Chevalier Gris, renfrogné, tendit la main et chanta un rite de bannissement pour renvoyer une bande d’Incendiaires fongoïdes dans l’Empyrée. Les Démons de Tzeentch et de Slaanesh coulaient sur le sol de marbre dans une marée apparemment sans fin. Stern faisait partie du cercle restreint de Frères de Bataille des Chevaliers Gris, luttant pour retenir vague après vague l’ennemi. Les Chevaliers Gris avaient déjà tailladé, dynamité et banni ce qui semblait être des centaines de créatures, et pourtant les Démons continuaient d’arriver. Pire encore, Stern savait que ce n’était qu’une diversion, une dépense de fantassins destinée à retenir les Chevaliers Gris en place. Le plus grand danger venait de l’accumulation d’énergie psychique qui faisait frissonner l’air autour d’eux. Chaque Chevalier Gris pouvait le sentir, même sans les traqueurs psychiques dans leur armure, car pour ceux qui avaient le don, c’était comme un volcan grondant sur le point d’entrer en éruption.

Luttant avec une efficacité mécanique, Stern passa mentalement en revue les événements qui les avaient amenés à cela. Depuis son orbite, Valdrmani - la Lune du Loup - s’était révélée être une boule stérile de rochers et de sable rouge sang, dépourvue d’atmosphère et fouettée par les radiations de l’étoile fenrissienne. Dans ces environnements infernaux, les Space Wolves avaient établi le dôme de Longhowl, fortifié et protégé contre les conditions hostiles de la planète. C’est d’ici qu’un relais astropathique lançait des messages du Croc dans le vide. C’est également de là qu’était parti l’appel de détresse.

Il était maintenant évident qu’une secte cultiste - une marionnette de l’Alpha Légion se faisant passer pour un Huscarl Fenrissien - devait l’avoir envoyé. La ruse et la véracité du message étaient telles qu’il avait suffi d’attirer les Chevaliers Gris.

Ce n’est que lorsque les Stormravens de la force de Stern ont plongé vers le sol que le Canon Nova de la ville s’est réveillé, faisant exploser des colonnes de feu de rubis dans le ciel. Pris dans une embuscade soudaine, la Barge de Bataille des Chevaliers Gris a été déchirée en deux. Le temps que les canons des ponts du vaisseau se réveillent, il était bien trop tard.

Ce vaisseau jadis puissant pleuvait maintenant comme une épave en feu sur la surface de Valdrmani. Les Chevaliers Gris avaient pénétré dans la ville fortifiée et avaient découvert non pas des citoyens impériaux malchanceux, mais des hordes de Démons et des cultistes hurlants vêtus des couleurs de l’Alpha Legion. Et puis il y a eu l’accumulation psychique, une réaction empyrique croissante qui atteignait rapidement une masse critique. Stern pouvait sentir que, lorsqu’elle atteindrait son point culminant, l’explosion qui suivrait anéantirait la ville et les Chevaliers Gris avec elle. C’était sans doute le but. Ce qu’il n’a pas pu déterminer, c’était si tout cela n’était qu’une ruse sournoise des Puissances de la Ruine pour faire passer les Space Wolves pour responsables de la mort des Chevaliers Gris ? Ou était-il le témoin du premier acte de trahison ouverte par le Loup Suprême rendu fou par la corruption du Chaos ?[27]

Les Serres de Tzeentch[modifier]

Le piège sur Valdrmani - en fait, toute l’invasion du système Fenris - avait été orchestrée par une cabale de champions de Tzeentch, dont deux étaient présents en personne sur la Lune du Loup.

Le premier d’entre eux était un mortel, un Apôtre Noir de l’Alpha Legion nommé Hekastis Nul. Lorsque le Rituel de l’Abomination a propulsé les Démons à travers Valdrmani, Nul n’a utilisé le chaos qui en a résulté que pour infiltrer Longhowl. Sur ordre de Skayle, Nul avait conduit les Cultistes de la Fraternité de l’Œil du Serpent pour s’emparer du choristrium astropathique de la ville. Là, l’Apôtre Noir a emprisonné le chœur astropathique. Lorsque, quelques jours plus tard, les Chevaliers Gris se mirent en orbite au-dessus de Valdrmani, Nul et ses disciples commencèrent leur propre rituel.

Les cultistes s’étaient précipités vers le sanctuaire du commandement de Longhowl, envoyant un faux cri de détresse et équipant les pupitres de tir. Dans le choristrium, le sang des démons avait été barbouillé d’un grand sigle sur le sol en métal. Alors que la vile marque était achevée, les Astropathes captifs criaient à l’agonie. Le symbole brillait alors qu’il emplissait l’esprit des Astropathes, drainant leurs énergies dans un déluge toujours plus grand. Les Psykers horrifiés se secouèrent et se tortillèrent, la chair bouillonnait et les esprits fondait alors que le sceau de Nul buvait dans leurs pouvoirs pour créer un résonateur psychique tout puissant.

Pendant ce temps, l’Apôtre Noir et ses serviteurs regardaient avec les yeux brillants des fanatiques. L’explosion maudite, lorsqu’elle se produira, les tuera tous, mais elle damnera aussi les Space Wolves aux yeux de l’Imperium. Canalisant les pouvoirs volés du chœur astropathique et donnant la saveur de la vérité par l’âme des Chevaliers Gris, la vague de résonance de l’explosion allait projeter des visions corrompues dans l’esprit des Astropathes au loin : un Canon Nova Fenrissien tirerait sur la Barge de Bataille des Chevaliers Gris ; les monstrueux mutants au milieu des Space Wolves et la détermination malavisée du Loup Suprême à les protéger ; la détonation spectaculaire dans Longhowl tuant Stern et ses frères en bloc. Au moment où la vague de résonance s’est retirée, les visions et les présages de la mort des Chevaliers Gris aux mains des Space Wolves auraient atteint la moitié de l’Imperium, et la diffamation des Fenrissiens serait assurée.

Tandis qu’Hekastis Nul poursuivait son effroyable travail, l’incursion démoniaque de Tzen’char le Labyrinthe Vivant fit des ravages dans tout le dôme Longhowl. Autre écho du même être infernal qui s’est battu sur Midgardia, le Prince Démon connaissait bien son rôle ici. Les mortels se sacrifiaient pour que la volonté de Tzeentch soit faite. Pendant ce temps, Tzen’char et ses osts de Démons se battaient pour tenir les Chevaliers Gris dans la gueule du piège.

Un ost de guerriers contre-nature se sont battus pour Tzen’char, mais aucun n’était au courant de son plan. Le plus grand d’entre eux était un monstrueux Buveur de Sang de la Colère de Khorne nommé Agva’hax. Ce destructeur déchira la garnison de Longhowl avec une fureur imparable, mais son véritable but sur Valdrmani était de réclamer pour Khorne la vie du Frère-Capitaine Stern.

Des centaines de fantassins démoniaques se pressaient dans les couloirs et les dômes de Longhowl, et ce sont ces entités qui se sont jetées sur les Frères de Bataille de Stern. L’ost de la guerre, connu sous le nom de Xa’kjlis’ Betwisters, lança des tirs mutants sur leurs ennemis blindés d’argent. Un ost démoniaque avançait et gloussait autour du haut plafond du dôme, les Chars Incendiaires et les Hurleurs aux yeux écarquillés lançant des tirs d’énergie ou s’élançant pour trancher avec des lames et des pics. Les Démons de Slaanesh, eux aussi, s’élançaient vers les Chevaliers Gris depuis les couloirs et les antichambres ; dansant lascivement au combat aux côtés des chars et des Veneuses. Rapides et mortels, ces Démons s’enroulaient autour des lames Némésis pour poignarder et déchirer avec leurs griffes vicieuses, tout en chantant leur chant funèbre et nerveux.[28]

Le Winterbite était une frégate de classe Nova, un vaisseau de guerre élégant et rapide qui avait transporté Krom Œil de Dragon et sa garde d’élite personnelle - les Meilleurs de l’Œil Féroce - depuis les docks spatiaux du Croc avec une hâte louable. Le capitaine du Winterbite, un tacticien habile, fit entrer son vaisseau dans l’épave à la dérive de la Barge de Bataille des Chevalier Gris, en utilisant les restes brisés pour protéger son vaisseau des canons mortels qui se cachaient en dessous.

Lorsque la situation stratégique est devenue claire, les pires craintes de Krom se sont confirmées. La Barge de Bataille avait été détruite par une soudaine et massive salve de tirs de Canons Nova. Quelle que soit la signification de la signature psychique montante de la surface, il ne pouvait pas imaginer que cela présageait quelque chose de bon. Krom n’avait pas eu le temps de parler au Loup Suprême, mais il pouvait facilement supposer que les Chevaliers Gris étaient venus pour les Wulfens. Si les hommes de Stern étaient maintenant anéantis dans un piège, Krom pouvait bien imaginer comment les Chevaliers Gris restants pourraient réagir. Il semble que l’avertissement des Démons soit vrai. Cela en soi donna au Seigneur Loup un sentiment soudain d’inquiétude, mais il le mit rapidement de côté.

« Capitaine, » grogna Krom avec insistance, « gardez votre vaisseau caché et préparez les Stormwolves. Il faut que j’aille là-bas. Maintenant ! »[29]

Frères Imperialis[modifier]

« Buveur de Sang ! » rugit Stern, pointant sa lame en signe d’avertissement. Une seconde plus tard, l’immense Démons s’est frayé un chemin dans le dôme en passant par la cloison sud.

Le Démon se dirigea droit vers le Frère-Capitaine, sautant par-dessus les têtes de la horde démoniaque pour s’écraser dans leurs rangs. En poussant un cri, le Démon sanguinaire écrasa les Démonettes et les Horreurs avant d’envoyer son fléau sanguinaire.

Au coude à coude avec ses frères, s’efforçant de retenir la marée des Démons devant lui, Stern ne put éviter le coup. Le marteau d’airain s’abattit sur sa poitrine, entaillant l’armure argentée et fendant la Carapace Noire qui se trouvait en dessous. Le fait que Stern ait titubé, mais qu’il ne soit pas tombé, témoignait de son incroyable force d’âme. Pourtant, du sang coulait entre ses lèvres, et son souffle était sifflant alors qu’il mettait son Bolter Ouragan à niveau et ripostait. Le Démon éclata de rire, ignorant les impacts des projectiles sur sa peau dure comme du fer. Il fouetta de son fléau de sang au-dessus de sa tête, se préparant à le fouetter à nouveau vers l’extérieur, et Stern serra les dents pour le coup à venir.

C’est à ce moment qu’un fort cri Fenrissien jailli de son relais vox.

« Chevaliers Gris ! Ils arrivent ! Accrochez-vous ! »

Sans y penser, Stern fixa ses bottes au pont métallique et se prépara à l’explosion. Dans la seconde qui suivit, tout le mur ouest du dôme explosa vers l’intérieur, les missiles et les lasers anéantissant le verre de cristal résistant aux radars en une flamme brûlante.

Immédiatement, le cri de l’atmosphère qui s’échappait a rempli le dôme. Bien que les Chevaliers Gris aient été enfermés, les Démons n’avaient pas cette protection contre le vide. Stern regarda avec stupéfaction ses ennemis s’éloigner en hurlant et en gémissant à travers l’atrium, aspirés hors de la fente béante pour plonger de plusieurs centaines de mètres dans les sables rouges en dessous. Le Buveur de Sang fut le dernier à être pris, les ailes battant furieusement contre l’aspiration du vide. Mais il s’en est allé, claquant contre le plastacier déchiqueté de la brèche avant de s’envoler avec un hurlement de fureur étouffé.

Stern - son heaume le protégeant contre le vide - regardait sans mot dire un trio de Space Wolves se mettre en position à l’extérieur de la brèche, et ses sauveurs bondir de leurs rampes ouvertes dans l’atrium avec des armes tirées.

Alors que la dernière once d’atmosphère s’échappait du dôme de l’atrium, les Space Wolves et les Chevaliers Gris ne perdirent pas de temps à se diriger vers la cloison nord, au-delà de laquelle un couloir de transit s’étendait jusqu’au choristrium. Un coup rapide d’un Poing Énergétique a persuadé le panneau de commande de la cloison de s’activer, envoyant la porte métallique grincé au plafond. Les guerriers impériaux s’esquivèrent, la tête baissée contre l’atmosphère en hurlant devant eux, avant de faire redescendre manuellement la cloison. Alors que l’étanchéité de la porte se verrouillaient et que la pression de l’air s’équilibrait, Krom et Stern ont retiré leurs casques de combat.

Krom Œil de Dragon avait avec lui son "Meilleurs de l’Œil Féroce", une suite de guerriers privilégiés issus de tous les rangs des Tueurs de Dragons. Le premier de cette bande de héros était la Garde Loup d’Œil Féroce, une fière et féroce meute de guerriers vétérans menée par le redoutable Beoric Winterfang. Ces guerriers avaient combattu aux côtés de leur seigneur au tempérament fougueux pendant les heures les plus sombres de la guerre contre la Waaagh! Rouge, et ni Xenos ni Démons ne leur ont résisté.

Puis vinrent les Chasseurs Gris de Hengist Ironaxe. Bien équipés pour les combats de feu et les combats rapprochés, les membres de la meute d’Ironaxe étaient réputés pour leur calme imperturbable et leur courage presque suicidaire, des qualités qui les avaient fait triompher dans plus d’une situation apparemment impossible. Les Griffes Sanglantes d’Egil Redfist étaient des combattants aux yeux féroces pour les Chevaliers Gris. Cette bande de tueurs au sang frais était typique de leur espèce, toute en bravade et en désir de gloire sanglante.

En comparaison, les guerriers survivants de la force de Stern formaient une petite bande solennelle. Outre le Frère-Capitaine lui-même, il ne restait que dix autres membres d’une force deux fois plus nombreuse.

Malgré l’ichor qui éclaboussait leur armure, les guerriers de la Force de Frappe Daradus semblaient briller d’un éclat sacré qui repoussait les ombres rampantes de ce lieu infesté de Démons. Les Frères de Bataille Terminator de l’Escouade Varvox se tenaient prêtes au combat, leurs sourcils tirés vers le bas de façon tonitruante et leurs Armes Némésis crépitant d’énergie.

Les deux bandes de guerriers se surveillaient attentivement, les armes serrées. Puis Krom aboya d’un rire sans humour et se présenta ainsi que ses hommes. Il acceptera les remerciements des Chevaliers Gris plus tard, le Seigneur Loup grogna ; pour l’instant, ils avaient du travail à faire.[30]

Par le Bolter et l'Épée[modifier]

Le Frère-Capitaine Stern savait que Œil de Dragon avait raison. Les énergies provenant du choristrium astropathique atteignaient leur maximum, exerçant une pression palpitante dans son esprit qui se sentait prêt à éclater. Il devait faire un choix, tout de suite - soit faire confiance à ces Space Wolves nouvellement arrivés, soit les abattre en tant que Traîtres.

Le moment s’étira longtemps, Stern fixant Krom comme s’il cherchait à deviner les pensées derrière l’œil du Seigneur Loup. Enfin, le Chevalier Gris tendit une main postée en guise de salutation. Krom la saisit avec férocité, et les guerriers des deux héros relâchèrent leur emprise sur leurs armes.

Ils devaient bouger, déclara Stern sans préambule. Quoi que fassent les Démons, c’était presque fini. Krom fit un signe de tête, et les deux guerriers menèrent leurs partisans à la course dans le long couloir vitré de la galerie. Un gémissement perçant se fit entendre, augmentant en volume et mettant les Space Marines à cran. Un feu spectral scintillait le long des murs, tandis que les portes du choristrium étaient barbouillées de visages criards qui sortaient de leur surface dorée. Les Space Wolves ont bifurqué des panneaux pour repousser la sorcellerie, Stern notant les gestes sans commentaire.

Krom est allé charger le portail qui se tordait, mais Stern lui fit signe de revenir. Levant une main et écartant les doigts, le Frère-Capitaine commença à chanter les Treize Versets de la Négation, ses frères le rejoignant rapidement. Leurs paroles s’écrasèrent comme des marteaux de son sacré, les syllabes se transformant en mottes lumineuses qui se fondirent en un orbe flamboyant. Soudain, Stern poignarda ses doigts vers l'avant, le geste projetant le souffle de la puissance psychique dans le couloir et faisant exploser les portes sous une pluie d’éclats fumants.

Krom grogna avec reconnaissance devant cette destruction brutale, avant de se remettre la tête en arrière et de lâcher un hurlement sauvage. Ses guerriers se joignirent à ce cri de guerre sans paroles, avant de foncer tête baissée dans la lumière aveuglante du jade qui se répandait à travers la porte.

Stern et ses Frères de Bataille les suivirent. Le choristrium était un dôme spacieux en cristal de fer, dont les berceaux étagés offraient aux Astropathes une vue imprenable sur un champ d’étoiles rempli de portails et de lumières étranges. Les énergies du Chaos avaient transformé la chambre en une scène tirée tout droit d’une vision ecclésiarchique de l’enfer.

Les Astropathes étaient toujours allongés sur place, mais leur corps avait fondu comme de la cire, devenant des morceaux de viande hurlant, fusionnés de façon horrible avec les sièges qui les retenaient. Depuis les orbites de chacun d’eux, des torrents rugissants de puissance de jade se déversaient depuis un maléfique sceau qui dominait le sol métallique de la chambre. Le glyphe pulsait des énergies Warp, brûlant comme un soleil au bord d’une supernova.

Les guerriers impériaux ont à peine eu le temps d’enregistrer le glyphe rougeoyant, les Astropathes mutilés et les âmes des fantômes qui tourbillonnaient autour du plafond couvert d’ectoplasmes du dôme. La seconde suivante, une furieuse grêle de puissance de feu s’abattit sur eux.

« Les "Cultistes » claqua la langue de Stern sur le vox.

« À couvert derrière les sièges. »

« Petits hommes mesquins, » railla Krom en retour. « Tueurs de Dragons ! À couvert ! »

Un coup de feu hurlant éclata au commandement du Seigneur Loup, Krom et ses Frères de Bataille firent exploser les galeries astropathiques. Des jets de flammes consumèrent les Astropathes tourmentés et les cultistes hurlants. Des volées de Bolts firent exploser la chair et envoyèrent des jets de sang jusqu’au plafond de cristal.

Alors que les Astropathes brûlaient ou éclataient en morceaux, les énergies qui se déversaient dans le sceau infernal crachotaient. Une lumière verte traversait la chambre ainsi que des fissures dans le dôme de cristal du choristrium, tandis que la surpression en endommageait l’intégrité structurelle.

Une véhémence louable", commenta Stern avec approbation. Seigneur Krom, occupez-les. Mes guerriers et moi allons en finir. Mes frères ! Le Rite du Blanc Psychique !

Des vagues d’énergie sauvage jaillissaient du sceau maintenant, le pont en métal brillait et bouillonnait tout autour. Les Chevaliers Gris avançaient comme des hommes marchant dans un coup de vent, ballottés par des énergies maléfiques. Alors qu’ils hurlaient leur chant rituel, la lumière du sceau vacillait et s’affaiblissait.

En réponse, une voix retentissante résonnait dans toute la salle. Reconnaissant les mots des anciens et détestables manuscrits de Magnus, Stern leva les yeux au ciel pour voir un Apôtre Noir au visage cruel. Le démagogue émergea du milieu des énergies brûlantes du sceau, mordant les dernières paroles de son incantation infernale.

La seconde suivante, une onde de choc psycho-cinétique explosa au milieu des Chevaliers Gris. Leurs énergies étant concentrées sur l’annulation du glyphe démoniaque, ils n’avaient plus rien pour se défendre contre cette attaque soudaine et furent projetés à terre.

Stern se redressa à temps pour parer l’onde de choc tonitruante de la masse de l’Apôtre. La force de l’attaque le fit chanceler, tout comme les trois coups suivants. L’Apôtre percuta la garde de Stern comme un fou, faisant s’écraser son arme sur l’épaule du Chevalier Gris assez fort pour lui briser un os.

Avec un rugissement furieux, Stern se rallia et brandit son Épée Némésis à deux mains, arrachant la masse des mains de l’Apôtre. Inversant sa prise, Stern enfonça la pointe de son arme profondément dans la poitrine de son adversaire et la fit sortir de son dos.

L’Apôtre tomba à genoux, mais alors même que le sang bouillonnait entre ses lèvres, le prêtre poussa un rire agonisant.

« Très… bien. Tu rends ton Dieu-Cadavre… fier. Mais maintenant… un vrai dieu arrive ! Agenouillez-vous devant la majesté de… Tzen’char ! » [31]

La puissance de feu des Space Wolves avait pratiquement anéanti les Cultistes et les Astropathes, mais lorsque Stern arracha sa lame du corps de l’Apôtre Noir, la lumière du sceau redoubla de force. Une note de sciage hurlante remplit le dôme, et alors qu’il se gonflait, une vague de Démons éclatait de sa lueur radieuse. À leur tête se trouvait le Prince Démon Tzen’char, l’abomination qui réduisit en cendres trois Paladins en un battement de cœur. Dans son sillage, les Incendiaires et les Horreurs bondissaient, leur feu Warp transformant la moitié des Griffes Sanglantes en statue de verre hurlante.

Avec un souffle de fureur, Krom Œil de Dragon et ses guerriers se sont jetés sur cette nouvelle menace. Les lames tronçonneuse rugirent alors qu’ils tailladaient la chair des Démons. Les Pistolets Bolters tirèrent, projetant des entrailles sulfureuses dans l’air. Krom était un derviche de la destruction, chaque coup de hache coupant un autre ennemi. La marée augmentait à chaque seconde, de plus en plus de créatures de l’Empyrean surgissaient au milieu de l’éblouissement du sceau.

Cette lumière était maintenant devenue aveuglante, une force physique qui épaississait l’air comme de la mélasse. Stern s’attaqua aux Démons qui l’entouraient. Parmi eux, il pouvait voir des silhouettes argentées et grises, ses Frères de Bataille se battant furieusement pour survivre. Ce n’était pas suffisant ; les guerriers impériaux pouvaient tuer un millier de Démons, mais ils seraient quand même anéantis par le souffle du sceau.

Le Frère-Capitaine Stern savait ce qu’il devait faire. Se libérant des griffes et des tentacules qui griffaient son armure, Stern fit tournoyer sa lame en un large arc pour libérer de l’espace. Le Chevalier Gris, qui poussait avec son épaule et terrassa une partie de la horde à coup de Bolter d’Assaut, fit irruption parmi les Démons jusqu’à ce qu’il se tienne à quelques pas du sceau qui hurlait et pulsait. Avec une prière chuchotée à l’Empereur, Stern leva sa lame bien haut et plongea dans la lumière.

De l’autre côté de la chambre, Tzen’char repoussa un Chasseur Gris et battit des ailes avec une grande puissance, tentant de charger Stern. Au lieu de cela, il s’écrasa au sol alors qu’une silhouette hurlante le frappait par derrière. Souriant, Krom s’approcha en tirant. Tzen’char se leva en criant et enfonça son épée massive dans l’épaule d’Œil de Dragon. Le Prince Démon rassembla sa puissance de sorcier pour achever cette proie mortelle, mais il se mit à grogner alors qu’une prière amplifiée jaillissait dans la lumière du sceau.

Tous les Démons du choristrium se sont mis à crier comme s’ils ne faisaient qu’un. Un moment, le sceau était à la fois une bombe et une porte d’entrée. L’instant d’après, ses énergies étaient retournées sur elles-mêmes par le rite de Stern, une vague de force de bannissement tonitruant à travers la chambre. Krom regarda avec admiration les énergies du Warp se retourner contre les Démons, les balayant en masse depuis Valdrmani.

Un calme soudain s’installa alors que les Démons disparaissaient et que la lumière du sceau s’éteignait. À sa place, la lame enfoncée dans le cœur du symbole, l’armure brûlée et calcinée, Stern se releva lentement. Le Chevalier Gris fit s’enrouler des volutes de fumée et remercia Krom d’un signe de tête. Le sang jaillissant de son épaule, Œil de Dragon lui rendit le geste. Le piège avait été vaincu. Les Démons avaient été repoussés. Il y avait encore de l’espoir.[32]

Zone de Guerre Fenris[modifier]

Le sort du système Fenris s’est joué sur le fil du rasoir. Les défenses orbitales de Svellgard étaient à nouveau sous le contrôle des Space Wolves, mais les îles et les océans de la planète avaient été envahis par les Démons. Le Donjon de Morkai n’avait été repris qu’à grands frais, et les énergies du rituel qui y avait été promulgué ouvraient encore de nouvelles failles Warp dans tout le système. La situation sur Valdrmani était peu connue, si ce n’est que la Barge de Bataille des Chevaliers Gris avait été détruite alors qu’elle était encore en orbite.

Les nouvelles du front de Midgardia étaient terribles, l’attaque des Space Wolves avait échoué et tout contact avec le Loup Suprême lui-même était perdu. Pire encore, dans toute la zone de guerre fenrissienne, la Malédiction du Wulfen s’intensifiait. Même les guerriers les plus chevronnés s’efforcèrent désespérément de contenir la rage animale qui menaçait de les submerger, alors que nombre de leurs jeunes compagnons de meute s’étaient déjà transformés en bêtes. Les Space Wolves n’avaient aucune idée s’ils étaient pris dans un fléau viral, une maladie de l’âme, un héritage génétique déficient ou une malédiction. Personne n’échappait au fait que leur Chapitre devait se battre non seulement pour son système d’origine, mais aussi pour son âme.

C’est dans ce chaudron de désordre et de conflits que la flotte des Dark Angels a émergé. Les alarmes augures se déclenchèrent et les alertes vox se répandirent parmi les flottes des Grandes Compagnies, de multiples runes de contact se déclenchant sur les écrans Auspex. Les vaisseaux impériaux, par douzaines, s’arrachèrent du Warp, jetant des écheveaux de folie vrillée alors qu’ils levaient leurs boucliers et mettaient en ligne leurs lances à énergies et leurs tourelles. Dans les galeries du Croc, les hilotes et les Serviteurs à tête de loup listèrent des codes signifiants l’arrivé de multiples flottes au fur et à mesure que leurs balayages d’augure les détectaient.

Dark Angels. Ultramarines. Iron Hands. Une douzaine de Chapitres en plus. Maisons de Chevaliers et transporteurs de masse de l’Astra Militarum. Une agitation traversa les observateurs lorsqu’une signature énorme et distinctive est apparue au milieu de ce puissant assemblage. Le Roc lui-même, citadelle flottante des fils du Lion, était entré dans l’espace Fenrissien et se dirigeait maintenant vers les mondes en guerre.

Alors que les nouvelles filtraient vers les Seigneurs Loups en difficulté, l’alarme se déclenchait avec soulagement dans le cœur de chacun. Il était rare qu’un Fenrissien reconnaisse le besoin d’aide, mais on ne pouvait nier que des renforts étaient cruellement nécessaires. Cependant, les Space Wolves s’étaient efforcés de garder la question du Wulfen à l’abri des yeux de l’Imperium jusqu’à ce qu’elle soit comprise et résolue. Maintenant, avec les Démons infestant leurs mondes et des meutes entières de guerriers luttant pour combattre la Malédiction du Wulfen, même les Spaces Wolves les plus obtus pouvaient voir que l’Imperium au sens large pourrait les juger sévèrement.

Tout en continuant à se battre, les Space Wolves gardaient un œil sur le ciel, attendant avec inquiétude de voir si cette flotte de croisade venait en sauveur ou en bourreau.

Ils n’auraient pas à attendre longtemps.

Tout en continuant à se battre, les Space Wolves gardaient un œil sur le ciel, attendant avec inquiétude de voir si cette flotte de croisade venait en sauveurs ou en bourreaux. Ils n’auraient pas à attendre longtemps.

Alors qu’ils se sont scindés en plusieurs fers de lance et qu’ils se sont attaqués à chaque monde du système Fenris, les vaisseaux de la croisade ont eu peu de contacts avec les Space Wolves. Même si le Roc lui-même grondait de plus en plus près de Fenris, leurs réactions restaient sombres et automatiques. Les Dark Angels étaient venus exciser la souillure du Démon. Ce qu’ils ont fait, ils l’ont fait pour le bien de leurs frères, quel qu’en soit le prix. Très vite, l’inquiétude s’est transformée en une véritable panique. Les couloirs du Croc résonnaient de voix retentissantes et du bruit des générators titanesques, tandis que les boucliers étaient levés et que les solutions de tir étaient réfléchies. Ce n’étaient que des précautions, se dirent les Space Wolves. Personne ne douterait qu’ils soient restés de fidèles serviteurs du Père de Tous.

De tels doutes étaient devenus trop possibles pour les Dark Angels. La mort des éclaireurs d’Arhad sur Nurades n’était que le premier pas sur le sombre chemin de l’accumulation de preuves et de l’inquiétude croissante. Ensuite, Sammael était revenu de Tranquilitus. Le Grand Maître de la Ravenwing avait maintenu un visage de pierre devant ses subordonnés, mais en séance à huis clos avec le Cercle Intérieur, il avait été profondément troublé. Sammael avait vu les Space Wolves tourner le dos à leurs frères Space Marines, plaçant la survie des mutants aberrants au-dessus des propres frères de combat de Sammael. Le coût en vies de la Ravenwing avait été élevé, mais les dommages causés à la réputation des Space Wolves étaient encore plus graves. Il est certain, argumentait Sammael, que les Fils de Russ ont dû être trompés par une ruse démoniaque.

De pires nouvelles suivirent lorsque le Maître Astropathique du Roc, Asconditus, apporta à ses seigneurs une série de communiqués profondément troublants. Il révéla que des mutants ressemblant à des loups avaient été signalés dans plusieurs systèmes stellaires, se répandant à partir des failles de Warp avec des hordes de Démons tout près derrière. À chaque fois, les Space Wolves étaient arrivés peu de temps après pour les rassembler et les emporter. L’Astropathe se plaignit que ces Forces de Frappe n’avaient fait aucun effort pour protéger les citoyens impériaux ; dans certains cas, elles avaient même fait du mal à ces mêmes dignes serviteurs de l’Empereur. Les chuchotements dans le Warp suggèrent que les Chevaliers Gris se sont même impliqués, pourchassant Logan Grimnar pour des raisons qui leur sont propres.

Ce dernier terrible signe de connivence du Warp a suffi à convaincre le Grand Maître Suprême Azrael et ses frères qu’ils devaient agir directement. Une rivalité de longue date existait entre les Space Wolves et les Dark Angels - une querelle de frères qui trouve ses racines à l’époque où Russ et El’Jonson faisaient eux-mêmes la guerre au nom de l’Empereur. Bien que le Cercle Intérieur se soit dit que cela n’avait aucun effet sur leur décision, en vérité, aucun d’entre eux ne pouvait nier un certain sentiment de justification à ce moment-là. Les Space Wolves - toujours téméraires et volontaires - avaient maintenant fondu tête baissée dans le plus grave des périls. Il appartenait maintenant aux Dark Angels de sauver leurs frères égarés, même si le coût s’avérait terriblement élevé.

Exerçant sa pleine autorité, Azraël déclara une croisade. Les Space Wolves n’avaient pas le droit de tomber dans la damnation. La parole d’un Maître du Chapitre avait un grand poids, tandis que les preuves rassemblées suffisaient à susciter les craintes de tous les véritables défenseurs de l’Imperium. Ainsi, lorsque les Dark Angels arrivèrent dans le système Fenris, ils naviguaient à la tête d’une puissante flotte.[33]

Le Sénéchal Vox Mendaxis se tenait debout, solennel et silencieux, enveloppé dans l’ombre d’une fosse de communication sur le pont caverneux du Roc. Autour de lui, les Serviteurs bavardaient et les runes s’illuminaient. Des parchemins gâtés, des données provenant des navires de guerre qui, même maintenant, sont entrés en orbite au-dessus des mondes de Fenris.

Les Serviteurs ont rassemblé les parchemins par brassées, mais Mendaxis se tenait dignement au milieu de la mêlée. Le rôle du Sénéchal cagoulé était d’attendre la parole du demi-dieu qui trônait là-haut. Après tout, le Grand Maître Suprême Azrael était confronté à une situation difficile ; il ne fallait pas que ses ordres soient d’une quelconque manière... mal communiqués.

Mendaxis étouffa un rire, vérifiant que les subalternes n’avaient pas remarqué. Non, ils étaient toujours en train de s’occuper de leurs affaires. Stupide bétail aux yeux morts. Mais à l’époque, la plupart des humains n’étaient que cela : pompeux, mesquins, étroits d’esprit et gouvernés par leurs peurs. Il n’était pas étonnant qu’un tel homme puisse les mener par le bout du nez.

Le Sénéchal Vox ajustait ses robes, faisant sortir un craquement de son cou tout en faisant attention à ne pas étirer sa chair de façon anormale. Il était si limité que cela en devenait irritable. Pourtant, ils étaient assez faciles à tromper, comme l’a prouvé Mendaxis au cours des dernières semaines. Ou était-ce le frère Dolutas, victime tragique de l’attaque des Wulfen et absent de l’Apothecarion des Apothicaire des Apothicaires Dark Angels ? Ou peut-être le Maître Astropathe Asconditus, qui manipulait les missives et les voix du conseil ?

Un autre gloussement menaçait de faire surface et Mendaxis a refoulé ce sentiment. Il avait travaillé dur pour que les choses en arrivent là et bien qu’il ne soit qu’un autre rouage dans une vaste machine, Mendaxis savait qu’il était un rouage crucial. Il avait fait ce que son maître lui demandait, et l’avait bien fait. Pourtant, certaines tâches lui restaient à accomplir, et elles étaient les plus cruciales de toutes.

En réfléchissant, la chose portant la chair de Mendaxis écoutait attentivement les mots qui étaient échangés sur l’estrade du trône. Il n’avait pas besoin de son casque vox pour entendre Azrael et ses aides, mais le faux-semblant était tout.

« Les choses sont pires que ce que nous pensions, mon seigneur. Nos Archivistes signalent une brèche dans la réalité du système. »

C’était la voix d’Asmodai, Maître Interrogateur-Alain.

« Et les loups ? » La voix profonde et solennelle qui a répondu appartenait à Azrael lui-même.

« Dans un terrible péril, mon seigneur, comme nous le craignions. L’interception vox suggère que ces bêtes-mutantes ne sont pas seulement sous la protection des Space Wolves. Leurs propres Frères de Bataille sont… en train de devenir comme eux. »

Il y eut une longue pause avant qu’Azrael ne parle à nouveau. Quand il le fit, sa voix était le froid de l’acier étiré en hiver.

« Nous n’avons pas le choix. Donnez l’ordre d’ouvrir le feu. La douleur avant la rédemption. »

« La douleur avant la rédemption, » dit Asmodai, en transmettant l’ordre de son seigneur.

À travers le système Fenris, les lances à énergie s’enflammèrent et les canons de bombardement s’allumèrent avec un feu silencieux tandis que la flotte de croisade faisait pleuvoir des tirs sur les mondes d’en bas.

Tapi dans l’ombre de sa fosse de communication, le Changelin imagina le carnage, et a souri.[34]

FenrisBombardé.jpg

LA FUREUR DE MAGNUS[modifier]

Une Malédiction Incontrôlable[modifier]

Sur Tranquilitus, les Dark Angels et les Space Wolves combattirent ensemble contre les Démons, néanmoins leur rivalité restait tenace. Leurs Primarques s’étaient affrontés jadis, et même s’ils se respectaient officiellement, les deux Chapitres se méprisaient mutuellement en secret. Cependant, en tant que guerriers de l’Adeptus Astartes, ils firent front commun face à la menace du Chaos.

Les agents de Tzeentch semèrent le doute dans les esprits des Space Marines à de nombreuses reprises. Usant de ruse machiavélique, le Démon nommé le Changelin creusa le fossé qui séparait les Space Wolves de leurs autres frères de l’Adeptus Astartes. Le Grand Loup et ses champions étaient occupés par une guerre contre des Démons qui se déversaient dans la réalité, si bien que personne n’était là pour réfuter les arguments avancés contre les Space Wolves. Puisque les séides du Chaos parcouraient librement les terres, même les légendaires Chevaliers Gris intervinrent pour aider les Space Wolves à vaincre cet ennemi. Cette alliance permit de bannir des milliers de Démons, mais le mal était fait. À l’insu des Space Wolves, une menace était tapie en leur sein.

Les Space Wolves qui combattirent aux côtés des Wulfens furent peu à peu submergés par la rage animale enfouie au fond de leur âme, et commirent des actes de violence inouïe. Certains virent leur corps changer et adopter la forme de leurs frères déchus. Bientôt, des signes de dégénérescence génétique extrême apparurent dans toutes les Grandes Compagnies de Fenris.

Ceux qui avaient mis en garde contre le retour des Wulfens avaient eu raison. Les questions se muèrent en réalité, tandis que les soupçons évoluèrent en tristes conclusions. Les chœurs astropathiques scandaient à propos de secrets terribles et de mensonges. Avec une lenteur inexorable, les autres Chapitres de l’Adeptus Astartes prononcèrent les uns après les autres leur jugement envers les fils de Russ.

Les Grandes Compagnies revinrent dans le système Fenris. Les cales de leurs vaisseaux résonnaient des hurlements des Wulfens. Une armada de bâtiments impériaux les attendait. À sa tête se trouvait le Roc, la Forteresse-Monastère des Dark Angels. Peu après être sorti du Warp, cet immense fragment du monde d’origine des Dark Angels se plaça en orbite au-dessus de Fenris, telle une épée de Damoclès titanesque. L’intention des maîtres de l’armada était d’arrêter, d’interroger, et éventuellement de châtier les Space Wolves pour leur déviance. Azrael des Dark Angels avait levé une croisade capable d’exterminer les Fils de Russ si cela s’avérait nécessaire. Pendant ce temps, Magnus le Rouge se réjouissait du spectacle depuis sa tour dans l’Œil de la Terreur. L’ironie de la situation ne lui échappait pas, lui qui se rappelait amèrement la destruction de Prospero. Ses machinations portaient leurs fruits…

Alors que les croisés approchaient du système Fenris, les Grandes Compagnies restaient interdites. À leur insu, les planètes en orbite autour de l’étoile nommée l’Œil du Loup avaient été attaquées par des renégats et des Démons. Valdrmani la Lune du Loup qui abritait la station astropathique du Hurlement, envoya un signal de détresse désespéré. La lune océanique Svellgard grouillait de Démons, si bien que ses îles volcaniques étaient les derniers bastions d’ordre au milieu d’une mer d’horreurs. Les forteresses de Frostheim, célèbres pour leurs défenses et leur glace dure comme l’acier, furent assaillies par l’Alpha Legion, qui célébrait des rituels afin d’ouvrir des failles sur le Warp. Un désastre total était imminent.

Au Bord du Précipice[modifier]

Le plus terrible destin fut celui de Midgardia. Ce monde du système Fenris était couvert de jungles si hostiles que la population vivait dans de vastes cités souterraines. Depuis l’apparition des tempêtes Warp dans le secteur Fenris, ces villes avaient été infestées par des Démons de Nurgle. Ce fut là que Logan Grimnar, le maître des Space Wolves, se rendit avec les plus grands héros de Fenris et une colonne blindée d’Egil Loup de Fer.

Les Grandes Compagnies frappèrent avec la force de la foudre. Des centaines de Démons furent bannis lors de cette contre-attaque fulgurante. Toutefois, la topographie de Midgardia était si inhabituelle qu’au bout de quelques heures, Egil Loup de Fer et ses fers de lance blindés se retrouvèrent embourbés dans les mangroves, et devaient se battre bec et ongles pour poursuivre leur progression.

Logan et ses champions se battaient dans les profondeurs de la terre. Ils bannirent une légion de Portepestes avant de se retrouver face aux responsables des maux de la planète : un quatuor de Princes Démons nommés la Tétrade Infernale. Les champions de Fenris se mesurèrent à ces immondes créatures, mais furent ensevelis sous des tonnes de roche lorsque ces dernières déclenchèrent un piège diabolique. Les Space Wolves se retrouvèrent ainsi privés de leurs plus grands chefs alors que la situation était dramatique. Pour couronner le tout, au même moment, la flotte impériale qui se préparait à les châtier pour leurs péchés se rapprochait inexorablement de la planète natale de Leman Russ.

D’ailleurs, le destin des Space Wolves était âprement débattu sur le pont de commandement du Roc. Le Changelin avait adopté l’apparence d’un Scout Dark Angel mort afin d’accéder à l’Apothecarion du Roc. Une fois à l’intérieur, il avait pris l’apparence du Sénéchal Vox de la forteresse stellaire, s’assurant que les navires d’une dizaine d’autres Chapitres lui obéiraient sans hésiter lorsque le moment arriverait. Le futur des Space Wolves n’avait jamais été aussi incertain.

Le Démon grimé sous les traits de l’officier du vox tissait sa toile de tromperie. Il clamait que non seulement la Malédiction du Wulfen était une preuve irrévocable de corruption, et que Logan Grimnar était mort tandis que ses Seigneurs Loups étaient soit disparus, soit en train de s’entre-tuer pour sa succession, et que par conséquent ils ne faisaient rien contre le mal qui rongeait leur Chapitre. Il affirmait que seuls les Dark Angels pouvaient restaurer l’ordre dans le système Fenris, en incinérant toutes les planètes souillées par le Chaos. Azrael envisagea longuement les conséquences d’un bombardement massif des planètes du système Fenris, jusqu’à ce qu’enfin, il prenne la décision d’en donner l’ordre…

Même si seuls les architectes de ces machinations s’en rendaient compte, la situation faisait ironiquement écho aux événements de Prospero : les Space Wolves allaient être punis pour leur corruption génétique et leur recherche de vérités interdites, exactement comme les Thousand Sons avaient été jadis massacrés par les fils de Russ.

CHAPITRE I : SITUATION DE CRISE[modifier]

Un Caprice du Destin[modifier]

La tension était à son comble parmi les chefs de l’armada impériale, et tout le système Fenris était au bord d’une catastrophe. D’énormes navires attendaient dans le néant l’ordre d’attaquer les planètes où grouillaient des Démons et des mutants. Cependant, lorsque la souillure du Chaos est présente, les Chevaliers Gris ne tardent jamais à se manifester…

Le pont de commandement de la Forteresse-Monastère spatiale des Dark Angels était colossal. Ses voûtes auraient pu accueillir une dizaine de vaisseaux stellaires. Ses murs soutenus par des arcs-boutants étaient décorés de statues de saints au pied desquelles luisaient des données hololithiques à large spectre qui donnaient une teinte verte et lugubre à leurs visages. Une grande estrade accueillait une assemblée où un débat faisait rage, et d’où fusait de temps à autre un ordre sec à l’intention de l’équipage. C’était là que le destin des Space Wolves se jouait.

Le Grand Maître Suprême Azrael, le maître des Dark Angels, se trouvait là. Aucun Space Marine ne connaissait aussi bien que lui les secrets des Dark Angels, leurs origines s’étant perdues dans les méandres de l’histoire, voire dans les anneaux mortels de l’hérésie.

Azrael avait à ses côtés le Chapelain-Investigateur Asmodai, aussi sombre et taciturne que tous ceux qui, avant lui, avaient arpenté les couloirs secrets du Roc, voire de Caliban. Asmodai était passé maître dans l’art de débusquer la souillure du Chaos des cœurs des hérétiques à l’œuvre dans l’Imperium, pourtant, la nature même et le talent de l’agent de Tzeentch à bord du Roc lui avaient permis jusqu’à présent d’échapper à la vigilance du Chapelain-Investigateur. Aucun Space Wolves n’était présent pour écouter la sentence. Sur ordre d’Azrael, les officiers de la flotte impériale refusaient toute transmission vox en provenance des navires des Seigneurs Loups, et leurs chœurs astropathiques ignoraient les missives psychiques originaires de Fenris.

Les divers membres de l’Adeptus Astartes débattaient si vivement que les tensions menaçaient de dégénérer en guerre fratricide qui aurait des conséquences désastreuses pour l’Imperium. De plus, le Trompeur de Tzeencth prenait soin d’attiser les braises de la dissension à la moindre occasion.

En effet, l’entité démoniaque avait infiltré le pont de commandement. Il avait semé la confusion et l’anxiété au sein des Space Marines et de leurs serfs. Ayant pris l’apparence du Sénéchal Vox Mendaxis, le Démon avait annoncé aux Dark Angels que les Space Wolves avaient ordonné à la forteresse du Hurlement d’ouvrir le feu sur la flotte des Chevaliers Gris. Cette nouvelle, survenue peu après la projection de l’holo-pict montrant le massacre des Scouts Dark Angels par les Wulfens, avait convaincu les fils du Lion que les Space Wolves étaient coupables, et que leur Chapitre était irrémédiablement corrompu.

De plus, Midgardia était déjà tombée entre les mains des Démons. Azrael avait conclu que seul l’Exterminatus pourrait purifier cette planète, quand bien même des Space Wolves se trouvaient encore à la surface. Cette déclaration fut accueillie par un silence lourd de sens, mais puisque Logan Grimnar semblait bel et bien mort, personne n’osa le contredire.

C’est alors qu’arriva le Frère-Capitaine Stern. S’approchant du Roc, il avait déjà fait cause commune avec Ragnar Crinière Noire, notamment pour débarrasser le fort stellaire de classe Ramilies Mjalnar de toute présence démoniaque. Il parvint à contacter Azrael et à se faire accepter à bord du Roc accompagné de Ragnar. C’est ainsi que de mémoire d’homme, un Seigneur Loup pénétra pour la première fois dans les sanctuaires de la Forteresse-Monastère des Dark Angels.

Le Seigneur Crinière Noire avait à ses côtés l’Inquisiteur Banist de Mornay, un membre de l’Ordo Hereticus très âgé, mais à la force mentale extraordinaire. De Mornay avait déjà eu affaire aux Dark Angels et les soupçonnait de suivre une voie dangereuse qui pouvait les mener dans les bras du Chaos. Même si la plupart des Dark Angels sur le pont supposaient que l’Inquisiteur était là pour juger les Space Wolves, en réalité, de Mornay était là pour observer les fils de Lion El’Jonson.

Horrifiés, Stern et les guerriers qui étaient venus pour rencontrer Azrael s’aperçurent qu’ils arrivaient trop tard. Les canons de la flotte impériale avaient déjà ouvert le feu. Midgardia avait subi un bombardement si terrifiant que la tempête de feu qui s’était ensuivie avait incendié toutes les jungles qui la recouvraient. Le Fort de Morkai sur Frostheim avait été réduit en ruines par des tirs d’armes à rayon des navires des Iron Hands. Le système Fenris était assiégé à la fois par ses ennemis jurés et ses alliés d’hier ; les planètes et les lunes où les incursions démoniaques étaient les plus importantes subissaient déjà les coups de boutoir de la flotte impériale. La guerre que Stern et Ragnar souhaitaient éviter à tout prix avait déjà commencé, et les frères d’armes de l’Adeptus Astartes n’allaient pas tarder à s’entre-tuer lorsque les hostilités se poursuivraient.

La confusion régnait à cause de la colère des croisés et de la défiance dont faisaient preuve les accusés. La disposition de la flotte impériale et des citadelles des Space Wolves apparut en clignotant sur les hololithes. Le destin de deux Chapitres rivaux était en suspens, tandis que les navires des autres organisations de l’Adeptus Astartes restaient en retrait, envahis par le doute et le désespoir à la vue du conflit qui menaçait d’embraser leurs confréries.

Sur le pont de commandement, les pourparlers étaient vifs et intenses. Lorsque chacun eût fini ses diatribes, Stern prit la parole. En tant que Frère-Capitaine des légendaires Chevaliers Gris, ses paroles avaient plus de poids que toutes les autres. Il parla du Chaos et de ceux qui le servaient. Il avait déjà pu juger les âmes des Wulfens qu’il avait rencontrés, car il avait été forcé de combattre à leurs côtés. Et il les avait jugées pures.

Cependant, il poursuivit en déclarant qu’une personne présente sur le pont de commandement du Roc n’était pas ce qu’elle semblait, car il s’agissait d’un agent de la corruption travesti sous des airs nobles. Il était l’anarchie incarnée. Stern pointa alors un doigt accusateur vers le Sénéchal Vox Mendaxis, et l’accusa d’être le Démon qu’on nommait le Changelin.

L'Ennemi Intime[modifier]

« Détruisez-le ! » s’écria le Grand Maître Suprême Azrael. « Ce Démon doit être éliminé sur-le-champ ! »

Des rejetons du Wyrd. « Je le savais… » marmonna Ragnar en démarrant son immense Épée Tronçonneuse Croc de Givre et en se dirigeant vers les Démons roses qui se déversaient de la faille dans la réalité que le Changelin venait d’ouvrir. « Ceux-là sont retors, mais ils meurent vite…" Il brava un jet de flammes mutagènes et se fendit. La pointe de Croc de Givre trancha la gorge d’un Héraut Démoniaque alors que ce dernier entamait une incantation pour invoquer davantage de ses congénères. Ragnar disparut bientôt au milieu d’une horde de Démons, mais Azrael savait qu’il s’en sortirait sans peine face à ces créatures.

Il esquissa un sourire dénué d’humour tout en pointant son arme et en armant la culasse. Il tira. Les Démons noircirent et tombèrent en tas de cendres.

« Je vous bannis de la vue des justes ! » gronda Azrael en descendant les marches de l’estrade. « Je vous bannis par la force de la vérité ! » Le Maître de Chapitre pointa son arme relique, la Colère du Lion, et tira une sphère de plasma sur le Démon de Tzeentch au cœur de la horde. La créature décrivit un signe complexe dans les airs avec ses quatre mains et attrapa la boule incandescente comme s’il s’agissait d’une balle d’enfant, puis la renvoya vers Azrael. Ce dernier l’esquiva de justesse, et le projectile alla s’écraser contre un cogitateur, qu’il réduisit en tas de métal fondu. Le Grand Maître Suprême tira alors une rafale de trois Bolts sur le Changelin, mais ils s’évanouirent purement et simplement dans les airs avant de l’atteindre.

Azrael vit qu’à sa droite, le Frère-Capitaine Stern sprintait vers le Changelin, l’épée brandie. Deux Horreurs Roses caquetantes s’interposèrent et furent immédiatement coupées en deux par la lame du Chevalier Gris. Des Horreurs Bleus jaillirent de leurs cadavres et s’agrippèrent aux jambes de Stern pour le ralentir. Le Chevalier Gris les carbonisa avec la force de son esprit et reprit son élan.

Il traversa l’amoncellement de Démons, la lame brandie pour empaler le Changelin. La lame traversa la créature de part en part, mais celle-ci disparut en fumée : ce n’était qu’une illusion que le Changelin avait fait apparaître pour couvrir sa retraite. Il se trouvait en réalité plus loin, et disparaissait dans un couloir à colonnades. Les cadavres grésillants de deux gardes-serviteurs gisaient au sol derrière lui.

« Poursuivez-le ! » ordonna Azrael. « Détruisez-le, ou il nous en coûtera cher ! »

L’agent de la discorde présent sur le pont de commandement du Roc avait manipulé avec adresse les émotions et les rivalités des guerriers de l’Adeptus Astartes, jouant avec leurs suspicions jusqu’à ce que l’animosité dégénère en actes de violence. Les planètes infectées par les Démons étaient bombardées par la flotte impériale, et l’espoir s’amenuisait.

Sur le pont de commandement du Roc, un hurlement perçant retentit dans l’air saturé d’encens. Stern tendait sa main ouverte vers le Sénéchal Vox Mendaxis et prononçait d’une voix grave des mots de pouvoir qui faisaient bourdonner les oreilles des spectateurs. La fumée psychique qui se répandait sur le pont forma une silhouette qui s’élança à l’attaque. L’officier du vox hurla de défi et esquiva avec une agilité surnaturelle, toutefois le Chapelain-Investigateur Asmodai intervint. Il beugla une litanie avec une voix si haineuse que le Démon recula, comme si on venait de lui porter un coup. La chair de l’officier se déchira et révéla une forme bleue et rose à l’intérieur de son corps. Pris au piège entre l’assaut psychique de Stern et la foi inébranlable d’Asmodai envers l’Empereur, l’imposteur ne put maintenir plus longtemps son voile d’illusion et fut forcé d’adopter sa véritable apparence.

Riant comme un dément, l’architecte des maux de l’Adeptus Astartes se mit à enfler. De longues robes bleues flottaient dans le vortex d’énergie Warp tandis que la créature étirait ses quatre bras maigrelets de leurs replis. Son visage restait caché sous une capuche, et la plupart de ceux qui observèrent cette transformation en furent soulagés, car la simple présence d’un Démon suffisait à marquer la santé mentale des mortels au fer rouge.

Le pont de commandement résonna du tir de Bolters, mais les projectiles furent transmutés avant d’atteindre leur cible. Certains se transformèrent en substance inoffensive, en sable, en vin, voire en papillons aux ailes scintillantes qui s’égayèrent vers la voûte.

Le Roc Assiégé[modifier]

Tandis que les invocations du Changelin provoquaient des incursions démoniaques en plusieurs endroits du Roc, les Dark Angels et leurs alliés tentaient de maîtriser la situation avant qu’il soit trop tard. En l’espace de quelques instants, ceux qui avaient dénoncé la corruption des Space Wolves étaient passés sur le banc des accusés.

Le pont de commandement du Roc était plongé dans le chaos. Le Changelin couvrait sa fuite en invoquant sans cesse des Démons de Tzeentch sur la route de ses poursuivants Dark Angels, et l’ambiance glauque et silencieuse des lieux avait été remplacée par une cacophonie invraisemblable. Des hurlements d’horreur, des ordres et des détonations se mêlaient aux ricanements et aux incantations des envahisseurs démoniaques. La puanteur de l’hypercordite et du prométhéum saturait l’air et chassait l’odeur de l’encens sacré. Des dizaines de serfs du Chapitre mouraient, et même des officiers Space Marines succombaient lorsque leurs membres étaient réduits en amas de chair fondue ou que leurs corps se transformaient en cristal sous l’effet des flammes mutagènes des Démons.

Il ne fallut pas longtemps aux Dark Angels pour réagir efficacement. Alors que des guerriers en robes de bure émergeaient des arches et des vestibules, un groupe de héros se rassembla sur le pont de commandement et lança une contre-attaque. Ils ne cédèrent pas un pouce de terrain, même s’ils étaient au fond de leurs cœurs horrifiés par les Démons qui grouillaient dans leur Forteresse-Monastère et par les flammes mutagènes qui dévoraient les antiques statues. Plusieurs escouades formèrent des lignes de tireurs pour repousser ces étranges envahisseurs. Leurs projectiles faisaient exploser les Démons à la peau rose comme de la gélatine, mais systématiquement deux créatures bleues jaillissaient du cadavre. Et lorsqu’elles étaient abattues à leur tour, il en émergeait une paire de Démons jaunes et sournois. Cependant, les Fils du Lion combattaient implacablement en dépit de ces adversaires qui semblaient impossibles à vaincre définitivement.

Le Changelin-Chapelain progressait dans l’ombre, la lumière des rares chandeliers accrochés aux murs se reflétant sur sa cuirasse. L’assurance de sa démarche le protégeait encore mieux que l’armure noire du Chapelain-Investigateur qu’il portait. Il n’y avait là aucun Servocrâne bourdonnant capables d’espionner sa venue et de l’enregistrer en datapicts. Aucun serf au pas traînant qui pouvait poser son regard sur lui. La Première Légion conservait précieusement ses secrets, loin des regards indiscrets.

Quelle ironie si la persécution des Space Wolves orchestrée par les Dark Angels, et basée sur des affirmations d’hérésie et de corruption, forçait finalement les accusateurs à faire face à des faits plus graves encore ! L’idée de monter les Loyalistes les uns contre les autres en exposant au vu et au su de tous leurs terribles secrets était enivrante. Il imaginait déjà les diatribes dans lesquelles les maîtres des Chapitres rivaux se lanceraient. Réprimant un rire sardonique, le Changelin enfonça son Rosarius dans une anfractuosité d’une arche en marbre. Une nouvelle porte s’ouvrit. Le changement était proche.

Alors que le Chapelain-Investigateur Elezar passa sous l’arche, ce fut le Grand Maître Suprême Azrael qui en ressortit. Il esquissa le symbole du Premier Cercle et les armes automatisées de l’entrée furent désactivées, tandis que la porte au-delà s’ouvrit. Il pénétra dans une vaste antichambre où s’alignaient de part et d’autre des cellules capitonnées. L’odeur de la tourbe brûlée et de la résine de bois de santal ne parvenait pas à masque la puanteur du sang, pas plus que les chants sybillins des chérubins excoriator au regard vitreux ne parvenaient à couvrir les cris et les gémissements de douleur.

« Je viens pour les Déchus, » dit le Changelin grimé sous les traits impérieux d’Azrael.

« Il n’y a rien de plus à apprendre, » répondit une voix lasse depuis la cellule la plus éloignée. Néanmoins, on pouvait y déceler une pointe de défiance. « Tu m’as extirpé tout ce que je sais. »

« Cette fois, c’est différent, » dit l’imposteur en s’approchant et en appuyant la garde de l’Épée des Secrets contre le verrou castellan. La porte vibra bruyamment et les lasers qui formaient une herse à l’entrée de la cellule disparurent. La silhouette à l’intérieur se redressa, son corps mince mais toujours robuste prêt à bondir. « Cette fois, ô l’innommé, je te rends ta liberté… » déclara solennellement Azrael.

La Deathwing intervenait là où les Démons les plus grands et les plus étrangement décorés tissaient leurs sorts. La garde d’honneur du Grand Maître Belial chargeait au combat telle une force de la nature, abattant ses ennemis avec ses Gantelets Énergétiques et ses marteaux, ou les pulvérisant à coups de Bolters d’Assaut fixés sur les canons des armures. Ces Dark Angels laissaient un sillage de chair ectoplasmique ravagée sur leur passage.

Azrael et ceux qui l’accompagnaient avaient disparu du pont de commandement depuis longtemps. Ils s’étaient aperçus que ces hordes de Démons n’étaient qu’une diversion : le Changelin était le cerveau derrière cette attaque, et il devait être stoppé avant de semer davantage la discorde parmi les guerriers de l’Imperium. Alors que ce groupe poursuivait le Démon, Stern contacta psychiquement les combattants de sa Confrérie et leur demanda de venir sur le Roc par n’importe quel moyen afin de mettre un terme à l’invasion démoniaque. Quelques minutes plus tard, une Force de Frappe de Paladins aux armures argentées apparut sur le pont de commandement du Roc dans un éclair de lumière. La manifestation de leur portail éthérique détruisit la plupart des sceaux mystiques qui empêchaient tout voyage astral depuis et vers le pont de commandement du Roc, exactement comme lorsque le Primarque Magnus avait jadis détruit sans le vouloir les défenses psychiques du Palais Impérial en venant avertir son père de la trahison d’Horus. Toutefois, les Chevaliers Gris avaient décidé qu’un tel sacrifice était nécessaire.

Le Changelin riait comme un dément alors qu’il fuyait à travers les couloirs tortueux du Roc. Un grand nombre de ses plans avaient porté leurs fruits, chacun amenant son lot d’ironie, de confusion et de tromperie sous un déguisement d’équité et de justice. Il était traqué par certains des plus puissants héros de l’Imperium, pourtant il n’en ressentait aucune crainte. Les zélotes étaient souvent les plus faciles à duper. Il s’enfonça dans les entrailles du vaisseau titanesque, talonné par Azrael et Asmodai, tandis que le combat sur le pont reposait entre les mains de Belial et de la Deathwing. Le Grand Maître et le Chapelain-Investigateur étaient conscients que si un agent des Dieux Sombres révélait les secrets de leur ordre au reste de l’Imperium, leur Chapitre serait persécuté.

Ils étaient accompagnés par de Mornay, Stern et Ragnar Crinière Noire, tous de redoutables champions habitués à combattre le Chaos. Alors que cette bande hétéroclite traversait les salles et les nefs du Roc, elle découvrait les traces du passage de sa proie. Les héros bannirent des émanations de code de machine corrompues par le pouvoir de Tzeentch, repoussèrent des embuscades de Démons, et trouvèrent les cadavres de ceux dont le Changelin avait adopté l’apparence afin de tromper les Dark Angels. Les dépouilles du Sénéchal Vox Mendaxis, du Chapelain-Investigateur Elezar et d’une dizaine d’autres formaient ainsi une piste perturbante. Azrael demanda à ses alliés de rester près de lui, afin d’éviter de s’attirer la colère des Impardonnés, qui devaient tout autant leur nom à leur expiation secrète qu’à leur absence de pitié.

Puisque sa véritable identité avait été découverte, le Changelin se dirigeait en toute hâte vers les cellules où les secrets des Dark Angels étaient cachés. S’ils étaient révélés aux Chevaliers Gris et à l’Inquisition, le Chapitre subirait sans doute l’excommunication. Le Changelin avait écouté les murmures des membres du Cercle Intérieur depuis qu’il avait infiltré la structure de commandement du Roc, et il pensait être désormais en mesure de trouver les sanctuaires cachés en dépit de leurs protections et de leurs artifices psychiques. Après tout, il avait arpenté personnellement le Labyrinthe de Tzeentch, et à côté de ce lieu où les lois naturelles n’avaient pas cours, un dédale crée par un intellect humain serait un puzzle facile à résoudre. D’ailleurs, tandis que le Changelin tissait ses sortilèges, les portes de cryptes codées s’ouvraient les unes après les autres dans un chuintement de servomoteurs. Comme les Chapitres de l’Adeptus Astartes s’entre-déchiraient ou dévastaient les domaines du système Fenris, le Démon savait que son devoir envers Magnus était accompli. Il pouvait dès lors s’amuser un peu…

Le Chaos se Déchaîne[modifier]

Au cœur du Roc étaient cachées des vérités capables de faire trembler l’Imperium sur ses fondations. Le Cercle Intérieur des Dark Angels les conservait à l’insu de ses frères, tandis qu’Azrael lui-même avait la charge des plus terribles d’entre elles. Si elles étaient révélées, elles propageraient leur poison à travers tous les Chapitres de l’Adeptus Astartes…

Le Changelin avait invoqué nombre de ses congénères pendant sa fuite à travers le Roc, et sa sorcellerie étrange avait affaibli le voile entre l’espace réel et le Warp. Des centaines de Démons de Tzeentch grouillaient dans la Forteresse-Monastère spatiale, apparaissaient sans prévenir sur les coursives et dans des salles secondaires marquées par l’étoile du Chaos. Leurs hérauts avaient brisé les sceaux mystiques et les contre-mesures qui auraient dû stopper l’invasion, toutefois ils étaient désormais traqués par les Chevaliers Gris qui venaient de se téléporter dans le Roc. Malgré cela, l’infestation continuait de se répandre. Le Changelin avait prévu que les Dark Angels réagiraient de toutes leurs forces contre une telle intrusion, et s’était assuré qu’ils ne le feraient pas sans risques. Chaque Démon mineur de Tzeentch se divisait en deux entités bleues lorsqu’il était tué, si bien que la horde de Démons croissait en taille et pouvait capturer toujours plus de salles.

Belial était responsable de la défense des ponts principaux de la Forteresse-Monastère pendant que ses supérieurs se rendaient dans ses tréfonds. Il mit en place une tactique qu’il avait perfectionnée depuis longtemps. Occupant le centre du pont de commandement avec des guerriers triés sur le volet, il donna l’ordre de former le Bord du Bouclier. Ce faisant, il ordonna au reste de sa Compagnie de prendre position en formation aussi lâche que possible. Les combattants de la Deathwing se séparèrent et livrèrent de durs affrontements aux abords du pont de commandement, le plus souvent seuls. Les Gantelets Énergétiques broyaient les Démons, les Griffes Éclair les déchiquetaient et les Marteaux Tonnerre les pulvérisaient. Au fur et à mesure que les cadavres des Démons de Tzeentch s’ouvraient pour faire apparaître deux créatures bleues, les Lance-Flammes Lourds crachaient un feu de prométhéum sacré et les immolaient. Lorsqu’un Frère de Bataille tombait, ses compagnons poursuivaient la lutte sans faillir, et continuaient de nettoyer l’immense pont de commandement en progressant implacablement. Lorsque la Deathwing s’était assurée qu’il ne restait aucun Démon derrière elle, elle resserrait de nouveau le cercle autour, puis le massacre reprenait: pris entre les tirs de l’escouade de Belial et ceux des autres membres de la Deathwing, les Démons furent décimés. Lorsque ses escouades rejoignirent Belial, il ne restait plus que les chefs des Démons sur le pont de commandement.

Pendant que Belial coordonnait les actions de ses frères, les guerriers de la Ravenwing faisaient vrombir leurs engins dans les corridors et les salles des divers secteurs du Roc. Le Grand Maître Sammael et sa Force de Frappe étaient déjà en route vers Fenris, toutefois les motards qui étaient restés sur le Roc suivaient leurs chefs Chevaliers Noirs et interceptaient l’avant-garde des Démons. Les coursives résonnaient du vacarme des moteurs et du rugissement des Bolters alors que des affrontements éclataient entre la Ravenwing et les bancs de Hurleurs de Tzeentch. Les Épées Tronçonneuses hurlaient et des explosions ravageaient les antiques statuaires comme les deux camps rivalisaient de rapidité et d’agilité. Des chars laissant derrière eux un sillage de flammes portaient des Hérauts Démoniaques et d’énormes Incendiaires à des vitesses hallucinantes. Ces auriges projetaient des traits magiques mutagènes, si bien que les corps déformés de malheureux serfs convulsaient au sol et que les parois de métal fondaient comme de la cire.

Sur le pont de commandement, le macro-holographe du Roc qui était suspendu dans les airs au-dessus du Sanctum Strategium s’illuminait de runes d’avertissement. Des combats venaient d’éclater sur plus d’une dizaine de champs de bataille, et ils étaient tous d’une violence inouïe. Au milieu du carnage, deux petits Démons dont l’humble apparence dissimulait une puissance terrifiante progressaient sur un disque flottant, en évitant soigneusement de participer aux combats. Même le Changelin n’était pas au courant de leur présence, pourtant ces créatures menaient une mission essentielle.

« Vole, petit disque obtus ! » s’écria Xirat’p, en fendant ses doigts tubulaires vers l’avant avec empressement. « Ces archives attirent l’esprit de ceux qui souhaitent les découvrir et les piller ! »

Son compagnon P’tarix maugréa et couina de manière énigmatique tandis que le disque sur lequel ils se trouvaient allait d’un cogitateur du Librarium à l’autre. Leurs mains agiles agissaient avec une dextérité surnaturelle, attrapant les parchemins et les tablettes de données. « Arrête de t’exciter, mon frère. Le Cyclope nous appelle, alors contente-toi de prendre tout ce que tu pourras ! »

« Remercions ces anges prévoyants, qui ont su nous garder tant de sorts secrets, » se réjouit Xirat’p tandis qu’il lançait la Libération de Revell sur un verrou runique qui liait toute une pile de grimoires. « Ces érudits ont été exhaustifs au fil… » « … au fil des siècles. » termina son partenaire. Devant eux, une dizaine d’ouvrages reposaient sur ses pupitres en forme d’aigle bicéphale. Ils commencèrent à trembler et s’envolèrent pour se diriger vers les deux Démons. P’tarix en ignora plusieurs, mais certains attirèrent son attention et il les posa à l’arrière du disque. « Plus, plus… il en faut plus ! Mais nous n’avons pas le temps ! » « Sans cesse la roue du temps nous écrase ! » poursuivit Xirat’p en jetant un regard anxieux vers la porte du Librarium lorsqu’il entendit qu’on enfonçait une clé dans la serrure. « Vite, vite ! Le sablier est presque épuisé ! »

Xirat’p s’empara d’une liasse de parchemins, et en choisit un en poussant un cri de joie. Il entonna les premiers mots du Pas Étincelant de Shemn, et l’instant d’après, les deux Démons disparurent du Librarium dans une explosion de couleurs. Leurs poursuivants ne découvrirent à leur arrivée que des amas ectoplasmiques et des vélins éparpillés sur le sol…

Dans les Tréfonds Obscurs[modifier]

« Tuez-les tous. » ordonna le Grand Maître Belial avec une sévérité inébranlable.

Des rejetons du Warp infestaient le pont de commandement. Ils étaient telle une cascade de couleurs et de mouvements qui assaillait sans cesse les pierres grises et le marbre vert de l’architecture de la Forteresse-Monastère. Leur vision était repoussante. Une insulte faite à la Première Légion. Les observer suffisait à faire chavirer l’âme des plus endurcis. Les Démons devaient être renvoyés dans le Warp coûte que coûte.

La Deathwing était prête à accomplir la mission qu’Azrael lui avait confiée. Belial l’avait entraînée. Et d’une certaine façon, elle se préparait à ce combat fatidique depuis dix millénaires.

Chaque boit disloquait un démon dans un geyser d’énergies. Les victimes donnaient naissance à deux nouvelles créatures, qui étaient abattues sur-le-champ par une nouvelle salve, puis une troisième, jusqu’à ce qu’il n’en reste plus que des relents de vapeurs versicolores. Un feu étrange baigna les armures de plusieurs Terminators, qui prirent des formes qui évoquaient des coraux de mondes océaniques. Belial fit la moue. Dire qu’il avait craint jadis d’affronter des choses si pitoyables…

Quelque chose d’énorme tomba du plafond dans un battement d’ailes et poussa un cri dans une langue incompréhensible.

« Un Démon Majeur ! » prévint Belial. « Abattez-le ! »

L’élite du Cercle Intérieur était déjà en branle et abattait ses masses-encensoirs avec efficacité. Le Démon gigantesque piaula de nouveau, et ses mots formèrent dans les airs une série de symboles qui se dirigèrent en sinuant vers les Space Marines. Ils s’enroulèrent autour des deux chevaliers les plus proches et les transformèrent en ombres piégées entre les dimensions. Le bâton du Démon à l’extrémité en forme de griffe arracha la tête d’un troisième aussi facilement qu’un humain cueille un fruit mûr.

Belial gronda de colère et ouvrit le feu avec son Bolter d’Assaut. Les projectiles se muèrent en flammes à un mètre seulement de la tête du Démon, cependant cela suffit à le distraire l’espace d’une seconde. Le Grand Maître esquiva un coup de serre et enfonça l’Épée du Silence jusqu’à la garde dans le genou du monstre. Le Démon poussa un cri et s’empara du Dark Angel, qu’il souleva dans les airs. Belial lui cracha de l’acide dans l’œil.

Les deux derniers Chevaliers de la Deathwing frappèrent alors avec leurs masses. La première atteignit le Démon au thorax, l’autre à l’abdomen. Il y eut un hurlement déchirant, et la créature s’évanouit dans le néant.

Belial retomba au sol dans un tintement lourd. Il était sonné, mais indemne. Il accepta la main que lui tendait le Chevalier Endrael, et se releva.

« Comme je l’ai dit… » reprit Belial en rechargeant son arme, « Tuez-les tous… »

Les cachots du Roc étaient sombres et froids, et une humidité tenace suintait des murs. Azrael, Asmodai et leurs alliés allies progressaient à travers la pénombre en toute hâte. Stern les guidait, car en dépit du talent de traqueurs des Dark Angels, il était le seul capable de déceler la piste aux relents de Warp du Démon.

Azrael fronça les sourcils lorsque frère Aelios et frère Levariel, deux membres du Cercle Intérieur de la Deathwing, lui barrèrent le passage vers les profondeurs du Roc en déclarant que le Grand Maître Suprême était déjà passé par là quelques minutes plus tôt. Azrael se justifia rapidement en expliquant qu’ils poursuivaient un Démon changeforme, et que celui-ci avait pris son apparence pour les tromper. Il prouva alors ses dires en plaçant son œil devant l’Ocularis Veritas de la porte. Lorsque celle-ci s’ouvrit, les deux Frères de Bataille baissèrent leurs hallebardes et les laissèrent passer.

Pendant qu’ils avançaient, Azrael assura Stern, Crinière Noire et de Mornay qu’Asmodai et lui étaient en mesure de bannir seuls le Changelin, et que leur présence n’était plus requise. D’ailleurs, comme ils ne connaissaient pas les profondeurs du Roc, ils risquaient de les ralentir dans leur traque, et ils feraient mieux de rebrousser chemin pour prêter main-forte aux défenseurs du Roc dans l’éradication de la horde démoniaque. En dépit de cela, les trois champions de l’Imperium refusèrent de partir.

À la grande consternation des Dark Angels, le Changelin avait si parfaitement adopté les traits d’Azrael qu’il avait pu passer toutes les portes, les herses lasers codées et les cages auto-hypnotiques qui protégeaient les niveaux inférieurs du Roc. Ils découvraient de temps à autre le cadavre d’un garde qui s’était montré un peu trop méfiant, cependant, il n’y avait aucun signe du Démon.

Les héros poursuivirent leur traque jusque dans les salles destinées à emprisonner les hérétiques que les Dark Angels nommaient les Déchus. Alors qu’ils dépassaient les cryptes d’interrogations et les chambres processionnelles, ils remarquèrent une porte défoncée dont les sceaux mystiques avaient été brisés. Asmodai frappa de frustration avec son Crozius alors qu’il passait la porte, laissant une traînée d’étincelles bleues. Le Changelin allait payer pour ses forfaits.

Les héros s’enfonçaient toujours plus profondément dans le Roc. La présence du véritable Azrael leur permettait de passer sans encombres les défenses les plus élaborées. Un pressentiment terrible envahissait le Grand Maître Suprême, et celui-ci devenait de plus en plus concret à chaque fois que Stern leur indiquait une nouvelle direction. Le Changelin cherchait l’ennemi juré du Lion.

Le Grand Maître Suprême avait raison. Le Changelin voulait libérer Luther de Caliban de sa cellule afin que celui-ci révèle la terrible vérité sur les Dark Angels au Chevalier Gris et à l’Inquisiteur. Ce faisant, le Démon en avait profité pour ouvrir les cellules des Déchus, et la libération de chacun de ces hérétiques était un coup terrible porté aux Dark Angels. Les révélations qu’ils pouvaient faire au reste de l’Imperium auraient des conséquences terribles.

Alors qu’il se rapprochait de la plus importante concentration de cellules, le Changelin se heurta à un obstacle : non pas de glorieux héros, mais une petite créature cachée sous des robes blanches et qui portait à deux mains un Crozius ouvragé. Le Démon recula d’effroi, car cette créature était son anathème. Elle scruta le Changelin de son regard insondable, ce qui suffit à mettre en fuite le Démon.

La confiance du Changelin en l’exécution de son plan fut soudainement ébranlée. Le destin était en train de se jouer de lui, et menaçait de le faire échouer alors que le Démon pensait l’avoir sous son emprise. Sa fuite à travers le Roc ne le mena pas vers la sécurité, mais directement vers les chasseurs qui le poursuivaient.

En quelques secondes, la salle où ils se rencontrèrent s’emplit de lumières aveuglantes et de cris déments. Le Changelin invoqua des nuées d’Horreurs pour assaillir ses adversaires, puis il adopta diverses formes, chacune étant la némésis d’un des héros qu’il affrontait, tandis que ses neuf bouches caquetaient et les insultaient. Ragnar Crinière Noire fit face une fois de plus à son vieil ennemi Madox, et gronda de frustration en constatant qu’il allait devoir tuer de nouveau ce Sorcier des Thousand Sons. Azrael aperçut un guerrier armé de deux pistolets avec une épée immense accrochée dans le dos. Enfin, Stern fut confronté à M’kachen, le redoutable Duc du Changement qui avait failli le tuer à plusieurs reprises depuis des décennies. Un rire sadique résonnait dans la pièce et menaçait de faire sombrer les héros dans la démence. Cependant, toutes ces apparitions n’étaient que des illusions invoquées par le Changelin. Elles se dissipèrent les unes après les autres sous les attaques des champions.

Le Démon fut pris de panique en constatant que ses subterfuges disparaissaient. Finalement, Ragnar Crinière Noire parvint à s’approcher de lui et enfonça violemment Croc de Givre dans le ventre de son adversaire. La silhouette vêtue de robes du Changelin se recroquevilla et fut aspirée par une faille qui s’ouvrit dans la réalité, comme de l’eau s’écoulant dans un drain. C’est ainsi que le Roc fut libéré de sa présence funeste.

En quelques heures, les chasseurs revinrent sur le pont de commandement et s’attelèrent à l’extermination des Démons survivants. Conscient qu’il avait été dupé par le Chaos et que désormais, les soupçons se porteraient contre son Chapitre, Azrael ordonna à la flotte des Dark Angels de se mettre en attente. Les bombardements devaient cesser, et des patrouilles devaient être organisées dans tout le secteur Fenris afin de débarrasser les systèmes proches de toute présence éventuelle des Thousand Sons. Les Chapitres présents dans le système Fenris devaient participer à ces missions. Il était désormais évident que les Space Wolves n’étaient pas la véritable menace.

« Les pièces bougent. Les astres s’alignent… » annonça le Roi Pourpre. Sa voix de baryton sonna comme le tonnerre autour de l’immense planétaire de sa cour astrale. Aux abords de la citadelle mystique, ses mots se muèrent en gouttes de pluie qui tombèrent sur la Planète des Sorciers et l’arrosèrent de ses machinations.

« Le Trompeur s’est révélé utile, » acquiesça Ahriman. « Les Scribes aussi, sans doute. »

« Évidemment ! » gronda le Cyclope avec mépris. « Tout comme toi ! »

Ahriman ne réagit pas, mais au fond de son cœur, le ver de l’amertume s’agita.

« Patience, petit exilé, » dit Magnus dans le dialecte de Prospero. « Tu auras bientôt l’occasion de déverser ta rancœur. »

Le Primarque Démon étendit les bras, ainsi que ses ailes, qui se déployèrent dans toute leur magnificence.

« Tout est prêt. Que l’invasion commence ! »

Les Machinations se Dévoilent[modifier]

Les Tours d’Argent de Tzeentch envahissent Fenris.
Partout dans la galaxie, les Thousand Sons usèrent de leur magie pour manipuler les failles Warp d’où les Wulfens étaient sortis. Quelques jours après que ces derniers eussent été récupérés par les grandes compagnies, des Rubricae furent détectés aux endroits même où les guerriers bestiaux étaient apparus. Les Thousand Sons lançaient leur invasion…

Les événements se déroulant avant et après que la flotte impériale ouvre le feu contre le système Fenris sont appelés "Marques du Feu" par les Seigneurs Loups, et sont chacun numérotés en fonction de la chronologie des agressions à l’encontre du système.

  • MARQUE DU FEU -7 : La Tour d’Argent d’Aharyn Hasp Elha émerge de la faille Warp Suldabrax et se place au-dessus des mégas habs-blocs de Sycamo Truce. Les citoyens, déjà affaiblis par leur pénitence suite à leur alliance avec les Wulfens, sont lentement transformés en Tzaangors avant d’être emportés au milieu des nuages ferreux par la magie des Rubricae aux armures argentées d’Aharyn.
  • MARQUE DU FEU -6 : La Grande Compagnie de Bjorn Loup des Tempêtes quitte la colonie-prison d’Atrapan, s’étant couverte de honte après ses accès de violence berserk. Lorsque les Loups des Tempêtes partent pour le Croc avec dans leurs cales les Wulfens qu’ils ont récupérés, de nombreux détenus se révèlent en tant que cultistes des Crimson Sons, et déclenchent un soulèvement qui parvient à s’emparer des judicariums d’Atrapan. Leur loyauté est récompensée lorsque l’exilé Taramalakus arrive sur la planète avec ses Thousand Sons. Sa Tour d’Argent apparaît depuis la faille Warp qui se manifeste au-dessus d’Atrapan et s’en empare au nom de Magnus.
  • MARQUE DU FEU -5 : Fimnir, une géante gazeuse de classe Jovian, est ravagée par une peste du Warp. La Grande Compagnie de Bran Gueule Rouge récupère les Wulfens qui se battent contre les corps en décomposition et possédés des ouvriers qui récoltaient auparavant les ressources de la planète. L’infestation est stoppée non pas par les impériaux, qui abandonnent Fimnir, mais par les forces de l’Archimagister Euchaneschar Skhet. En lançant une invasion depuis la faille Warp proche de Fimnir et en incinérant toute trace de la souillure de Nurgle, Skhet peut ensuite mener sa Tour d’Argent au cœur de la planète et en prendre possession.
  • MARQUE DU FEU -4 : Le Rituel de l’Abomination, un puissant sortilège appris aux agents de Tzeentch par Magnus, ouvre une série de failles Warp dans le système Fenris. Elles permettent le déclenchement d’une invasion démoniaque à grande échelle dans tout le secteur.
  • MARQUE DU FEU -3 : Délaissant son poste de gardien de Fenris après avoir consulté Bjorn Main Terrible, Krom Œil de Dragon se rend à Valdrmani, la Lune du Loup. Il arrive juste à temps pour trouver le Frère-Capitaine Stern en train de combattre un Démon de Tzeentch. Les deux héros le bannissent après avoir interrompu son rituel destiné à exterminer les Chevaliers Gris et à faire porter le chapeau aux Space Wolves. Krom retourne ensuite sur Fenris.
  • MARQUE DU FEU -2 : Lorsqu’ils apprennent que Midgardia est affligée par les infections des Dieux Sombres, Logan Grimnar et Egil Loup de Fer y emmènent leurs Grandes Compagnies. Ils livrent de durs combats contre les Démons de Nurgle, mais finissent par être submergés. Egil est piégé dans les jungles toxiques tandis que Logan et les champions de Fenris sont ensevelis dans les souterrains qui s’étirent sur des milliers de kilomètres sous la croûte de la planète.
  • MARQUE DU FEU -1 : Au départ, Fenris semble tel l’œil du cyclone, car elle est épargnée par les invasions du Chaos qui font rage dans le reste du système. Toutefois, à l’insu du Seigneur Loup Krom et de ses défenseurs, les navires en forme de tour des Thousand Sons se dirigent lentement vers elle à travers la noirceur de l’espace.
  • MARQUE DU FEU 0 : Commandés par Azrael des Dark Angels, les maîtres de la flotte impériale jugent Midgardia, le Fort de Morkai sur Frostheim et les étendues corrompues par le Warp de Svellgard comme définitivement souillés par le Chaos. Les navires ouvrent le feu contre ces sites ; cette déclaration de guerre aura de lourdes conséquences.
  • MARQUE DU FEU +1 : Le Frère-Capitaine Stern des Chevaliers Gris accède au Roc. Si son intrusion complique la lutte de pouvoir qui a lieu sur le pont de commandement de cette Forteresse-Monastère spatiale, elle permet cependant de dévoiler au grand jour le responsable de la plupart des maux de l’Imperium : le démon nommé le Changelin.
  • MARQUE DU FEU +2 : Une fois le Changelin vaincu au plus profond du Roc, les Dark Angels comprennent qu’ils ont été manipulés. Ils ordonnent un cessez-le-feu général et se mettent en devoir d’éliminer les derniers Démons encore présents dans leur Forteresse-Monastère, puis dispersent la flotte impériale dans le secteur Fenris pour porter le fer sur les planètes où les signaux de détresses astropathiques suggèrent des invasions fomentées par Tzeentch. Les Grandes Compagnies de Bran Gueule Rouge, Gunnar Lune Pourpre, Bjorn Loup des Tempêtes et Engir Tue-les-Krakens reviennent dans le système Fenris au bout de quelques jours, et se hâtent de rejoindre leurs frères sur leur planète chapitrale. Les Tours d’Argent commencent à apparaître dans le secteur en nombres croissants, et des combats d’une violence inouïe ne tardent pas à éclater.

Le Martyre de Midgardia[modifier]

Le royaume maudit de Midgardia était infesté par les serviteurs de Nurgle et corrompu à cause des machinations diaboliques des Tétrarques. Ce fut là que se déroula une contre-attaque brutale menée par les Grandes Compagnies d’Egil Loup de Fer et de Logan Grimnar en personne. En dépit de la taille de leurs armées, la planète leur résista farouchement.

Midgardia est couverte d’une végétation si toxique que sa population est forcée de vivre sous la croûte planétaire. Ce monde a une histoire jalonnée d’épisodes calamiteux, et la lutte quotidienne pour la survie a créé un peuple robuste de corps et d’esprit, apte à trimer sans se plaindre dans les medifactorums et les armureries. La surface de Midgardia abrite aussi quelques Cités-Ruches fortifiées et des défenses orbitales, dont une batterie de Canons Nova appelée le Jugement de l’Empereur, toutefois l’immense majorité de la population ouvrière vit dans des abris troglodytes, qui forment des noyaux industriels reliés par d’immenses routes souterraines passant par les racines du monde. Les Midgardians sont habitués au feu, à la chaleur et aux relents de soufre, car en certains endroits, leurs habitations sons suspendues au-dessus des mers de magma du manteau planétaire. Lorsqu’une invasion démoniaque s’en prit à cette planète, les ouvriers connurent un cauchemar qui allait sceller leur destin.

La première catastrophe qui s’abattit sur Midgardia fut aussi vile qu’inévitable, et fut sans doute la pire que les Dieux sombres avaient réservées aux mondes sous la protection de Fenris. Les rituels de l’Alpha Legion avaient ouvert des failles Warp dans tout le système, si bien que les mondes et les planétoides essentiels avaient été conquis par les Puissances de la Ruine. Midgardia, étant à la fois toxique et fertile, avait été une cible de choix pour Nurgle. Alors que des tempêtes Warp grondaient autour de du Loup, la planète proche de Fenris fut rapidement infestée par des contagions si virulentes que les jungles de Midgardia prirent l’apparence du Jardin de Nurgle.

Auparavant, seule Fenris était plus importante que Midgardia en termes de puissance militaire, par conséquent Logan Grimnar avait décidé de libérer les armées de cette planète de la corruption qui les rongeait. Il mena ses champions de Fenris et leurs frères Wulfens dans le sous-monde de Midgardia afin de traquer les forces démoniaques responsables de ses maux. Pendant ce temps, les forces d’Egil Loup de Fer guerroyaient à la surface. La Grande Compagnie d’Egil connut des succès initiaux, et son objectif était de localiser et de détruire le seigneur de guerre démoniaque qui dirigeait l’invasion. En théorie, les Loups de Fer étaient parfaits pour une telle mission, car c’étaient des experts du combat blindé qui partaient en guerre à la tête de vastes formations de chars. L’acier et l’adamantium de leurs colonnes Lance de Russ protégeaient les guerriers des pires maladies qui proliféraient dans les jungles moisies, tout comme leurs armures en céramite leur permettaient de prévaloir face aux lames suintantes de pus maniées par les Démons qu’ils affrontaient.

Les Loups de Fer et les blindés de la Grande Compagnie de Grimnar atterrirent aux Portes de Magma, un groupe de cités qui formait l’entrée vers le sous-monde de la planète, et progressèrent rapidement. Les escadrons de tanks furent en mesure de se frayer un passage à travers les sous-bois corrompus de Midgardia tout en exterminant les hordes infestées de spores pestilentielles qui erraient au milieu de la brume. Les Démons qui hantaient les forêts de champignons autour des Cités-Ruches furent détruits par la puissance de feu des Space Wolves avec une telle efficacité que le Vieux Loup fut convaincu que Midgardia pouvait encore être sauvée.

Toutefois, le cours de la bataille ne tarda pas à s’inverser. Ce ne furent pas les mousses pestilentielles de Midgardia ou les envahisseurs démoniaques qui stoppèrent la contre-invasion d’Egil Loup de Fer, mais la couche de boue qui recouvrait la surface. Ce bourbier préleva lentement son tribut et finit par ralentir même les chars les plus agressifs de la Grande Compagnie. Les Lances de Russ furent forcées de s’arrêter les unes après les autres. Pire encore, les spores corrompues étaient si nombreuses qu’elles rongeaient les joints des Armures Énergétiques. Ce qui avait débuté comme un assaut foudroyant se muait en une avance à la lenteur insoutenable. De plus, les Démons convergeaient vers les Space Wolves et en tuèrent plusieurs, et les fils de Fenris avaient perdu tout contact avec Logan Grimnar. La dernière communication entre les deux groupes avait été coupée par un vacarme tonitruant.

Egil Loup de Fer refusait d’abandonner son roi. Après avoir vérifié qu’il existait un tunnel menant au sous-monde de Midgardia non loin sa position, Egil délégua le commandement à son lieutenant Conran et prit la tête d’une équipe afin de retrouver le Grand Loup. Alors qu’Egil s’en allait, Conran évalua la situation et aboutit à une amère conclusion. Il inséra une tige de données runique dans l’implant cybernétique de son occiput, et son assistant Servocrâne se mit à réciter une litanie complexe en binaire. À bord du Wolftide, le navire d’Egil, un crâne recouvert d’argent fit de même. La décision de Conran était téméraire, car il venait d’ordonner un tir de barrage orbital sur sa position…

Des milliers de tonnes d’obus tombèrent alors même que les guerriers de Conran rembarquaient à bord de leurs transports. Les véhicules n’étaient guère plus que des casemates blindées, car ils étaient immobilisés par les lianes et la vase. Les Démons étaient proches, et continuaient d’approcher d’un pas traînant. Même si quelques Loups de Fer pris dans le bourbier furent tués, la majorité parvint à se retirer en bon ordre. Dès que les Space Wolves eurent regagné leurs véhicules, le sol se mit à trembler sous l’effet du barrage orbital. Sa précision était la preuve de l’exactitude des coordonnées fournies pas Conran, mais également de l’acuité de son jugement. Les Rhinos, Land Raiders et Razorbacks furent ballottés sur leurs suspensions par la violence des explosions, cependant, même si plusieurs furent abîmés, seuls cinq furent endommagés au point d’être mis hors de combat. De plus, alors que le barrage dévastait la jungle, deux des chars furent réparés grâce aux talents des Prêtres de Fer de la Force de Frappe. Les Space Wolves poursuivaient donc le combat.

On ne pouvait pas en dire autant des Démons de Nurgle. Les créatures pestilentielles qui traînaient les Loups de Fer dans les bras du Dieu de la Peste n’avaient pas besoin de se prémunir contre la faune toxique de Midgardia - la maladie et l’infection étaient pour eux du pain bénit, et la caresse des frondaisons avariées leur était agréable. Mais si leur peau était dure, elle ne les protégea pas de la tempête de feu qui s’abattit.

Des têtes explosives conçues pour disloquer des bunkers creusèrent d’immenses cratères dans la jungle, tuant des dizaines de Démons en quelques secondes. Des milliers de shrapnels coupants comme des rasoirs fusaient dans toutes les directions. Ils ricochaient sans effet contre le blindage des chars des Space Wolves ; en revanche, ils éviscéraient les soldats de Nurgle qui se pressaient autour. Des murailles de flammes dévoraient la flore et carbonisaient les Démons miraculeusement rescapés du barrage initial. Mais l’effet le plus efficace du bombardement fut sans conteste l’évaporation de la boue qui clouait au sol la colonne de blindés. Autour des Loups de Fer, l’humidité fut transformée en vapeur d’eau, si bien que les marécages se muèrent en un sol lisse, vitrifié par les bombes.

Enfin libérées de l’étreinte de Midgardia, les Lances de Russ remercièrent les Esprits des Machines et échappèrent au piège qui s’était refermé sur elles. Bien que des nuées de Drones de la Peste descendirent pour les intercepter et que des Bêtes de Nurgle en vadrouille surgirent des amas de champignons pour se jeter contre les blindages des chars, les Loups de Fer ne ralentirent pas, bien au contraire. Des tirs à bout portant des Canons Laser Godhammer des Land Raiders œuvraient de concert avec les explosions cataclysmiques des Vindicators, et vinrent rapidement à bout par les Démons qui n’avaient pas été éliminés par le bombardement orbital du Wolftide et de ses Escorteurs. En moins d’une heure, les meutes de véhicules gris de Conran parvinrent jusqu’aux Portes de Magma et y pénétrèrent afin de se mettre à l’abri. De son côté, Egil Loup de Fer était déjà sous terre. Sa mission ne consistait plus à éradiquer l’ennemi, mais à sauver ses frères. Si Fenris voulait avoir une chance de survivre à la tempête qui s’annonçait, elle allait avoir besoin de Logan Grimnar et de ses champions.

Même si Egil et ses Loups de Fer craignaient qu’ils fussent morts, le Haut Roi de Fenris et ses guerriers se battaient toujours contre les forces du Chaos. Ils avaient découvert les architectes de la chute de Midgardia dans les tréfonds de la planète. Leur progression à travers les étendues sordides de Deepspark, une ville souterraine immense, s’était faite au milieu de nuées de Démons mineurs, jusqu’à ce qu’ils tombent dans une embuscade tendue par les maîtres de cette horde. Ce ne furent pas moins de quatre Princes Démons qu’ils affrontèrent dans cet environnement sombre et glauque, et chacun de ces monstres était suivi par une armée de serviteurs. Que quatre seigneurs de guerre de cet acabit s’unissent dans une cause commune était rarissime, mais l’instigateur de cette entente n’était autre que Magnus le Rouge, et quasiment personne dans l’Œil de la Terreur n’osait lui tenir tête. Le plan de Magnus était d’ensevelir vivant le Grand Loup, afin qu’il n’ait plus aucun rôle à jouer dans le destin de Fenris. Le maître des Space Wolves serait de plus privé d’une mort glorieuse en finissant son existence sous des milliers de tonnes de roche.

Les seigneurs démoniaques qui servaient Magnus avaient donc engagé un duel contre Grimnar, et au départ, il sembla qu’ils allaient l’emporter. Cependant, même les favoris des Dieux du Chaos ne sont pas assurés de gagner face aux Space Wolves. Grâce à leur héroïsme, leur ruse et leur sauvagerie, les champions et leurs alliés Wulfens contre-attaquèrent et abattirent leurs ennemis à coups d’épée de marteau et de griffes. Même si plusieurs de ses compagnons les plus loyaux moururent au cours du combat, la Garde du Roi et ses frères sortirent victorieux de l’embuscade. C’est alors qu’un signal retentit, et que les Princes Démons et leurs vassaux disparurent.

Le piège se referma. Une onde de choc éthérique provoquée par le départ des Démons suscita un grondement terrifiant, et le plafond de la caverne s’écroula. Grimnar se jeta sur un de ses frères Wulfens tombé au sol, et la plupart des membres de sa Garde du Roi l’imitèrent, car Logan savait que sans la protection d’une Armure Terminator, les Wulfens étaient condamnés. Des centaines de tonnes de roche tombèrent. Cependant, par endroits, la voûte tint bon et un grand nombre des membres de la Force de Frappe survécut, même s’ils furent piégés dans les ténèbres. Pour sa part, Logan se retrouva coincé sous une énorme stalactite, blessé mais vivant. La saga de beaucoup de Space Wolves se termina en cet instant, car ils furent ignominieusement écrasés sous des tonnes de roche, bien qu’ils portassent les meilleures armures du Chapitre. Sans aide, et à cause de la couche de roche qui empêchait de les repérer à l’aide des communications vox, les champions de Fenris survivants se retrouvaient emmurés vivants.

À dix kilomètres des Portes de Magma, Egil Loup de Fer avait abandonné ses chars afin de diriger un détachement de guerriers d’élite dans le sous-monde de Midgardia. Il entrevit de nombreux civils lors de son périple à travers les tunnels et les allées, toutefois ceux-ci s’enfuyaient souvent en le voyant. En dépit du sort terrible que la planète avait connu, elle abritait toujours des millions d’hommes, de femmes et d’enfants. Certains considéraient Egil Loup de Fer comme un guerrier légendaire, et s’agenouillaient à son passage. Les autres prenaient leurs jambes à leur cou, de crainte d’être mis à mort à cause de leur lâcheté. Egil les ignora et se concentra sur la recherche du Grand Loup. Les Space Wolves s’enfoncèrent toujours plus et combattirent des horreurs mutantes, des hérauts de la peste et d’horribles mouches démoniaques. En arrivant dans les niveaux les plus bas, le groupe fut rassuré de renouer un contact radio avec plusieurs membres des champions de Fenris. Néanmoins, avant qu’ils puissent se regrouper, Egil tomba dans l’embuscade d’un wyrm de la peste aussi grand qu’un mag-train. Le monstre tua plusieurs Space Wolves avant d’être abattu par une grenade enfournée dans son gosier. En dépit des pertes à cause des combats et des infections virulentes, les guerriers poursuivirent leur chemin. Ils arrivèrent sur le site d’une violente bataille, et trouvèrent le crâne de loup doré qui servait de casque à Grimnar. Ils hâtèrent le pas.

Les souterrains de Midgardia étaient un dédale. La plupart des galeries avaient été bloquées par les éboulements, et les Loups de Fer n’avaient pas le temps de les déblayer pour chercher le Haut Roi de Fenris. Finalement, Egil annonça qu’il retournerait à la surface de Midgardia. Ce qu’il découvrit à son retour le choqua plus que la vision de toute une horde de Démons.

La surface de la planète avait été dévastée par les feux de l’Exterminatus. Depuis les tours des Portes de Magma, le Seigneur Loup de Fer ne vit que des cendres qui s’étiraient d’un bout à l’autre de l’horizon. Midgardia avait été engloutie par une conflagration si intense qu’aucune créature ne pouvait y survivre, qu’elle fut homme ou Démon. Le paysage vert et fétide avait été remplacé par un océan de dunes grises jalonné de troncs noircis et de braises en train de refroidir. Aucune flotte de taille normale n’aurait pu déclencher un tel enfer en si peu de temps. C’était incontestablement l’œuvre des seigneurs de l’Imperium, dont la vengeance avait été rapide et implacable. Des millions d’humains venaient de périr aux côtés des Démons que la tempête de feu devait anéantir.

Le Loup de Fer estima le temps qu’il lui restait pour évacuer la planète avant de périr à son tour. Il fit de nouveau appel à son navire, qui lui envoya en toute hâte des vaisseaux de transport. Ce faisant, Egil apprit la venue d’une flotte impériale chargée d’annihiler la souillure du Chaos.

Au cœur de cette flotte se trouvait le Roc. Les maîtres de cet immense bâtiment de guerre avaient ordonné d’ouvrir le feu sur Midgardia tout en sachant que des Space Wolves s’y trouvaient. Pire encore, ils avaient condamné des millions de civils à la mort sans le moindre procès.

Enragé, Egil envoya un message vox à la Forteresse-Monastère des Dark Angels, et exigea une audience. Celle-ci lui fut refusée. Il ordonna alors à ses artilleurs d’ouvrir le feu sur les navires les plus proches des Dark Angels, non pas pour provoquer des dégâts importants, mais pour forcer ses accusateurs à l’écouter. Effectivement, comme il l’avait prévu, les tirs du Wolftide furent stoppés par les Boucliers Void de sa cible. Malgré tout, la décision d’ouvrir le feu contre des vaisseaux de l’Adeptus Astartes resterait à jamais gravée dans les annales du Croc et du Roc, et cet acte insensé allait ternir pour toujours l’honneur d’Egil Loup de Fer.

N’ayant d’autre choix que de réagir à cette déclaration de guerre, le Roc ouvrit ses canaux aux navires d’Egil pour formuler des menaces très claires. Le Sénéchal Vox Mendaxis, qui était en cet instant le Changelin déguisé, fit de son mieux pour attiser la colère entre le Seigneur Loup et les Grand Maître des Dark Angels, et des échanges de tirs débutèrent. Néanmoins, les liens de fraternité entre les guerriers de l’Adeptus Astartes étaient si forts que les deux camps finirent par se raviser. Les officiers de chaque flotte ordonnèrent alors un cessez-le-feu.

Ce furent les questions pressantes de Conran à propos de la disparition du Haut Roi de Fenris qui refroidirent sur-le-champ la colère d’Egil. Certes, il n’était pas dans les habitudes des Space Wolves d’avoir recours à la téléportation, et la profondeur à laquelle Grimnar se trouvait vraisemblablement rendrait cette opération très risquée, mais existait-il un autre moyen de récupérer rapidement le seigneur de leur Chapitre ? Le Loup de Fer coupa sa communication avec le Roc et se mit à réfléchir intensément. Il élabora alors un plan très astucieux. S’emparant du crâne de loup doré qui appartenait à l’armure de Grimnar et qu’il avait retrouvé dans les profondeurs de la terre, il le tendit à ses conseillers. Des Prêtres des Runes et des Prêtres de Fer allumèrent des bougies qu’ils placèrent autour d’un symbole runique de conjuration, et posèrent le crâne au milieu dans le but d’éveiller son esprit.

Lentement, en faisant preuve de patience, les prêtres d’Egil invoquèrent l’esprit de ce loup antique grâce à la communion de leurs esprits. L’esprit canin était féroce et irascible, mais lorsqu’on lui présenta des offrandes de sang et d’ambre runique, il accepta de s’entretenir avec les prêtres. Il révéla alors qu’il avait été séparé de celui qu’il nommait l’Alpha, c’est-à-dire la seule âme à laquelle il acceptait de se soumettre. Il pouvait sentir la présence de celui-ci dans les profondeurs de la terre, ainsi que l’Esprit de la Machine de l’imposante Armure Terminator à laquelle il était désormais lié. En suivant le fil argenté de l’énergie qui existait entre cette couronne de guerre et son porteur, les Prêtre des Runes Svalgar espérait être en mesure de localiser précisément Logan Grimnar, afin de le retrouver au milieu du dédale qui s’étirait sous la surface ravagée de Midgardia.

L'Heure du Loup Approche[modifier]

Les présages sur le futur de Fenris étaient sombres. Magnus avait déployé tout son génie maléfique. Les planètes sous la protection des Space Wolves étaient ravagées, et leurs alliés se retournaient contre eux, au point de les attaquer. Et le pire était à venir, car Magnus n’en avait pas terminé avec les fils de Russ.

Le ciel de Fenris brûlait.

Partout sur la planète, les points lumineux que les tribus avaient pris pour des signes d’un sauvetage imminent grossirent et prirent une teinte menaçante. Ils se muèrent peu à peu en formes élancées et cruelles au sommet desquelles des passerelles tortueuses et des spires tordues évoquaient la visite de génies déments. Cependant, les canons qui hérissaient les remparts de ces forteresses volantes ne laissaient planer aucun doute quant à leur fonction. Les Tours d’Argent de Tzeentch arrivaient, et avec elles le fléau des Space Wolves.

Le Changelin avait semé la discorde au sein du haut commandement impérial, et ses machinations avaient atteint un point culminant avec le bombardement de Midgardia. Magnus observait toute la scène depuis sa tour dans le Warp et jubilait. Néanmoins, afin de satisfaire ses ambitions, les Fils de Russ ne devaient pas être simplement annihilés par un bombardement orbital. C’eût été trop simple, trop impersonnel. Même la trahison ultime d’un Exterminatus ne suffirait pas. Pour que le grand rituel qu’il avait prévu soit un succès, les événements devaient refléter au mieux les derniers jours de Prospero.

Des impulsions mentales jaillirent de la psyché immortelle de Magnus, chacune emportant une vision à l’intention de ses innombrables agents, afin que ceux-ci mettent en branle la phase suivante du plan cosmique commencé des milliers d’années plus tôt, et qui avait pour but de précipiter la fin de Fenris. La plupart des domaines de Russ avaient déjà été la cible de barrages orbitaux de la part de leurs alliés d’hier, et leurs habitants avaient été atomisés par la violence de ces attaques. Les défenseurs de ces planètes et de ces lunes se remettaient à peine du bombardement, et allaient être des proies faciles pour les troupes du Chaos sur le point de s’en prendre à eux. Ces événements rappelaient immanquablement aux survivants de Prospero ce qui s’était passé, sauf que dans le cas présent, les Space Wolves étaient les victimes au lieu d’être les bourreaux.

Sur Asaheim, la forteresse colossale du Croc se dressait sur son plateau rocheux, comme si elle allait percer les cieux. Seul le Palais de l’Empereur sur Terra était plus vaste et mieux protégé. Le Croc avait été bâti pour accueillir une Légion de Space Marines au faîte de sa puissance. Des lasers de défense et des Macrocanons sortaient leurs gueules des tours, tels des pics secondaires sur les flancs d’une montagne gigantesque. Le Croc était si immense que des vaisseaux stellaires pouvaient s’amarrer à ses plus hauts sommets. Ils constituaient à eux seuls une redoutable défense contre les attaques orbitales, toutefois la Forteresse-Monastère ne pouvait défendre Fenris à elle seule, d’autant plus que le regard de ses gardiens était pour l’instant rivé sur la flotte impériale qui avait bombardé Midgardia quelques heures plus tôt.

Magnus avait déjà enduré la morsure du Croc, et il n’était pas pressé de recommencer. Au lieu de cela, le Roi Pourpre ordonna aux reliquats de sa Légion de ne pas s’approcher d’Asaheim, et d’atterrir sur les icebergs colossaux qui formaient la banquise pendant l’Hiver Infernal. Les unes après les autres, les Tours d’Argent des Thousand Sons descendirent de l’espace depuis les failles Warp ouvertes dans le système Fenris, à l’instar de poignards se dirigeant vers l’océan glacé. Certaines restèrent en orbite autour de Fenris pendant que les autres flottaient silencieusement à travers les nuages, à l’opposé du Croc, utilisant la magie et les brumes de la planète pour cacher leur approche.

Dans les régions les plus reculées de Fenris, les maîtres de ces tours invoquèrent des maelströms d’énergie arcanique qui soulevèrent des blizzards, ce qui camoufla davantage les Tours d’Argent aux yeux des corbeaux-espions du Croc. Au cœur de chacune de ces tempêtes, un édifice flottait en direction d’un des points géomantiques de la planète, des lieux où convergeaient les énergies du Monde Hostile.

Chaque Tour de Tzeentch renfermait tant de pouvoir éthérique que le sol mutait à son passage. Alors que l’édifice d’Acazept l’Ingrat passait, le permafrost fondait et se changeait en sang, comme si la planète elle-même souffrait de cette présence. À l’ombre de la Citadelle de la Porte Funeste, des flammes verdâtres dansaient au-dessus de la neige immaculée, comme si elles étaient animées par une vie démoniaque. Autour de la Forteresse du Paradoxe, une bruine purpurine transformait les guerriers des tribus et les mammouths des glaces en statues couleur ébène qui s’élevaient dans les airs, jusqu’à se perdre dans la haute atmosphère.

Même si les Thousand Sons avaient pris soin d’atterrir hors d’atteinte du Croc, une invasion d’une telle ampleur ne pouvait passer inaperçue. Les Prêtres des Runes jetaient leurs runes et prophétisaient des événements terribles. L’horreur s’était abattue sur le système Fenris. Lorsqu’il était lu par les Astropathes et les Inquisiteurs de la flotte impériale, le Tarot de l'Empereur montrait le serpent de flammes qui ouvrait la gueule afin d’engloutir toutes les terres des mortels. L’Ultime Saga, celle lors de laquelle toutes les choses prenaient fin, se déroulait sous leurs yeux.

L’Heure du Loup était là.

Ce fut Harald Loup des Morts qui chassa la première Tour d’Argent, alors que celle-ci flottait au-dessus du Glacier Yrokja. Le Seigneur des Loups des Morts venait de revenir de Svellgard avec les Hurle-au-Sang après avoir joint ses forces à celles de Bran Gueule Rouge, des Iron Hands, des Shadow Haunters et des[Ultramarines pour bannir les hordes de Démons qui cherchaient à s’emparer des îles de cette planète océanique. Alors qu’il regroupait ses forces avec plusieurs autres Seigneurs Loups dans les salles du Croc, il fut appelé par son Astropathe, qui ne tarda pas à sombrer dans une transe épileptique. Une fois le Psyker baigné dans des onguents sanctifiés, il retrouva son calme et put transmettre son message : les Chevaliers Gris l’avaient prévenu du danger qui venait d’atterrir sur Fenris, car les forces du Grand Ennemi étaient parvenues à se poser sur les icebergs formant les continents méridionaux. Elles étaient déjà en train de massacrer ou de soumettre les tribus de mortelles qu’elles rencontraient. Même si les Chevaliers Gris se hâtaient de rejoindre Fenris, seuls les Space Wolves étaient en mesure d’intercepter les envahisseurs avant que les tribus du sud soient exterminées.

Harald gronda de colère. Les traîtres osaient s’aventurer sur Fenris. Il fallait les traquer et les tuer, et abandonner leurs corps aux Trolls des Glaces, aux meutes de loups et aux charognards. Cependant, les Loup des Morts n’allaient pas renoncer à leur plus grand talent en lançant une attaque frontale. Ils allaient faire preuve de la ruse du chasseur, comme toujours. C’est pourquoi le Seigneur des Loups des Morts proposa que l’honneur de cette traque aille à Sven Hurle-au-Sang. Sa Grande Compagnie disposait de suffisamment de troupes avec des Réacteurs Dorsaux pour lancer une attaque aéroportée contre une Tour d’Argent, surtout que ses guerriers ne demanderaient pas mieux. Lorsque la missive télépathique annonçant la proposition d’Harald parvint au Seigneur Hurle-au-Sang, ce dernier hésita, sans pour autant refuser catégoriquement. Néanmoins, le temps était compté, car déjà, les tribus du Glacier Yrokja étaient menacées directement.

Harald et la Grande Compagnie de Sven embarquèrent finalement à bord de Thunderhawks et de Stormwolfs et se dirigèrent vers les blizzards qui faisaient rage au-dessus de la région d’Yrokja, droit vers les montagnes que l’Astropathe des Loups de Mort avait aperçues lors de sa vision. À l’approche de la proie, les appareils se séparèrent afin de l’encercler.

Quelque chose brillait au loin entre le deuxième et le troisième pic, un déferlement de couleur qui tournoyait autour de la forteresse, comme de la laine autour du métier à filer.

Ses canons ouvrirent le feu. Ils ne projetaient pas des obus, mais des sphères de flammes roses. Les aéronefs trop lents pour les éviter furent engloutis par des gerbes de flammes multicolores. Certains plongèrent de façon incontrôlable à travers le blizzard et effectuèrent un atterrissage d’urgence. Heureusement pour les passagers, la neige de Fenris évita que les engins prennent feu en se crashant. D’autres eurent moins de chance. Leurs aéronefs furent disloqués en vol et les débris fusèrent tous sens. Malgré tout, Sven poursuivit son attaque.

Comme les Seigneurs Loups l’avaient prévu, la force des envahisseurs n’était pas limitée à cette unique citadelle. Alors que le blizzard hurlait et fouettait les coques, les Space Wolves qui sortaient des épaves de leurs engins aperçurent des mouvements à quelque distance, car leurs sens aiguisés leur permettaient de discerner des proies malgré les bourrasques de neige. Ces nouveaux venus portaient les armures baroques des Thousand Sons.

Les Space Wolves poussèrent un long hurlement. Les Chasseurs Gris épaulèrent leurs Bolters pendant que les Griffes Sanglantes et les Loups Solitaires s’élançaient sur la neige en faisant vrombir leurs Épées Tronçonneuses. Une vendetta de dix mille ans était sur le point de resurgir.

Les aéronefs des deux Grandes Compagnies filaient à toute vitesse à travers le blizzard vers la Tour d’Acazept. Leurs réacteurs hurlaient comme des loups en chasse. Les Thunderhawks projetaient des faisceaux laser gros comme le torse d’un homme depuis leurs canons dorsaux afin d’abattre les spires secondaires de la forteresse. Cependant, ces salves étaient sans effet, car les tirs se dissipaient en deltas d’énergie fractale contre les champs de force étranges de l’édifice.

En retour, des traits de lumière jaillissaient des canons ésotériques de la tour, mais à chaque fois qu’ils auraient dû toucher un aéronef, celui-ci faisait une embardée à cause d’une bourrasque soudaine. Il semblait que contre toute attente, l’attaque de Hurle-au-Sang allait atteindre sa cible.

Des créatures volantes surgirent au milieu de la tempête de neige, des Démons qui vinrent agripper les aéronefs avec leurs gueules de lamproies. Plusieurs furent abattus par les Bolters Lourds des Thunderhawks ou les rayons glacés des Canons Helfrost, toutefois ceux qui s’accrochèrent à leurs proies leur arrachèrent d’énormes pans de blindage, celui-ci étant liquéfié par les énergies qui s’écoulaient de la gueule des démons. De plus en plus de ces créatures sortaient des ouvertures aménagées dans la Tour d’Argent. Les Space Wolves au sol qui engageaient les Thousand Sons eurent l’impression que les aéronefs disparaissaient dans un nuage de requins aériens aux crocs acérés. Les engins ne pouvaient prendre le risque d’ouvrir le feu sous peine d’atteindre leurs camarades. Finalement, l’attaque s’enlisa dès les premiers instants.

Loin au-dessus du champ de bataille, des formes noires et racées plongeaient droit vers le sol. Au début, elles ressemblaient à d’immenses corbeaux envoyés par l’Empereur Lui-même. Puis elles ouvrirent le feu. Les tirs de leurs Canons d’Assaut et leurs missiles prélevèrent un lourd tribut chez les Démons volants. Bientôt, l’iconographie de ces appareils dévoila leur appartenance aux Dark Angels, néanmoins leur venue fut appréciée par les Space Wolves. Ils étaient accompagnés par un engin étrange, un appareil dont le canon principal brillait de façon surnaturelle au milieu de l’ouragan de neige. Flanqué par deux chasseurs, il se plaça en formation avec les aéronefs des Space Wolves qui luttaient pour maintenir leur cap en dépit des Démons qui s’agglutinaient sur leurs carlingues. Le canon de l’engin tira, et une dizaine de Démons furent bannis dans le Warp en un clin d’œil. Il ouvrit de nouveau le feu, et les aéronefs des Space Wolves furent bientôt libérés de leurs agresseurs. Leur descente inexorable se mua en une remontée fulgurante. Les parois de la Tour d’Argent étaient désormais proches.

Hurlant de rage, les Serres Sanglantes de Hurle-au-Sang ouvrirent les portes de leurs appareils et se jetèrent dans le vide, avant de s’accrocher aux murs de la citadelle. Même les engins irrémédiablement endommagés par les Démons se rapprochèrent autant que possible, laissant leurs passagers franchir les cent derniers mètres grâce à leurs Réacteurs Dorsaux. Sven menait l’attaque. Il atterrit contre un escarpement presque vertical et y enfonça sa Hache de Givre. Il se hissa ensuite sur un parapet ornementé en poussant u cri triomphal.

Il fit face à des créatures de cauchemar.

Sven et son avant-garde s’attendaient à une contre-attaque, mais de la part de Légionnaires renégats, froids et méthodiques. Au lieu de cela, ce furent des hardes de Tzaangors qui jaillirent des portes de la Tour d’Argent. Ils étaient si nombreux que leurs salves de pistolets mitrailleurs et leurs coups d’Épées Tronçonneuses précipitèrent plusieurs Gardes Loups dans l’abîme avant qu’ils puissent se défendre.

Derrière cette garnison bestiale venait Acazept de la Sectai, un grand guerrier en armure juché sur un disque démoniaque. Les traits télékinétiques invisibles qu’il tirait depuis ses doigts transformèrent plusieurs Serres Sanglantes et tas de pulpe gélatineuse. Sven s’avança en fourrageant les Hommes-Bêtes avec sa hache et son épée. Les Space Wolves gagnaient du terrain envers et contre tout.

Un Thunderhawk surgit en crachant la mort avec toutes ses armes. Sa coque n’était pas grise comme celle des engins de Fenris, mais vert sombre, ce qui indiquait qu’il était du Chapitre des Dark Angels. Quelques instants plus tard, une Force de Frappe de Space Marines en robes de bure chargea le flanc des Tzaangors, et le combat se mua en massacre.

Chantant d’une voix monocorde et grave, Acazept fit décrire un arc horizontal à son sceptre. Une onde de force invisible repoussa les Space Marines aussi bien que les Hommes-Bêtes. Sven serra les dents et se pencha en avant en activant ses Réacteurs Dorsaux, en vain. Il fut précipité du haut des remparts avec ses guerriers et les Tzaangors, qui disparurent en hurlant dans le néant. Seul le Sorcier resta sur le parapet. Les corps de ses séides allèrent se briser sur les parois rocheuses de la Tour d’Argent, ou sur la glace, plusieurs centaines de mètres plus bas. Toutefois, les Hurle-au-Sang de Sven n’étaient pas aussi faciles à tuer. Ils ralentirent leur chute grâce à leurs Réacteurs Dorsaux, et attrapèrent au passage les Dark Angels avant que ces derniers percutent les murs, puis les laissèrent tomber vers des congères afin que celles-ci amortissent leur chute. Les Dark Angels se retrouvèrent ainsi au sol en n’ayant perdu qu’une poignée de leurs frères. Néanmoins, ils avaient bel et bien perdu l’initiative. La Tour d’Argent d’Acazept s’éloignait déjà de leur position…

Pourtant, la bataille était loin d’être terminée. Les hurlements des Frères de Bataille de Sven se faisaient entendre au loin, et les silhouettes qu’on pouvait distinguer à travers le blizzard étaient incontestablement celles de Rubricae, les ennemis jurés des Space Wolves.

Dès que les cris d’alarme cessèrent, les Space Wolves les plus proches des Thousand Sons furent jetés au sol par une salve meurtrière.

Être atteint par un Bolt revient à subir un impact colossal puis une explosion mortelle. L’armure trois-fois bénite d’un guerrier de l’Adeptus Astartes peut le sauver de cette mort atroce, cependant, contre les projectiles ensorcelés des Thousand Sons, même une Armure Énergétique n’est pas suffisante. Les audacieux Serres Sanglantes à l’avant-garde furent touchés en pleine poitrine par des projectiles qui brûlaient dans des flammes si intenses qu’elles faisaient fondre la céramite, ainsi que la chair et les os qu’elle protégeait. Un, puis trois, puis neuf Space Marines s’écroulèrent dans la neige, qui ne tarda pas à rougir abondamment autour de leurs cadavres. Leurs assassins continuèrent d’avancer d’un pas mesuré, comme s’ils étaient en train d’exterminer de la vermine plutôt que de combattre leurs ennemis de jadis.

Les Hurles-au-Sang survivants activèrent leurs Réacteurs Dorsaux et se lancèrent à l’attaque, le vent qui soufflait dans leur dos leur conférant encore plus d’élan. Ils percutèrent les Rubricae avec une force terrifiante, au point qu’elle aurait pu briser les portes d’une forteresse. Plusieurs Thousand Sons furent jetés au sol, mais ce faisant, les guerriers de Sven eurent l’impression d’avoir heurté des statues d’adamantium. Les Space Marines du Chaos qui évitèrent cette charge ne firent pas un pas en arrière et n’hésitèrent pas. Les Pistolets Bolters aboyèrent, et plusieurs de ces golems de poussière mystique tombèrent à la renverse. Toutefois, cela ne fut pas suffisant. Ils ripostèrent avec leurs propres armes, et l’élan des Hurles-au-Sang fut brisé.

Sven Hurle-au-Sang combattait de toutes ses forces. Il refusait de périr sur ses propres terres, face à ces traîtres sans âme. Firefang, son Épée Tronçonneuse, frappait de taille et d’estoc. Elle soulevait des gerbes d’étincelles contre les armures ornementées de ses adversaires, mais en réalité, elle n’était pas très efficace pour percer de telles défenses. En revanche, sa Hache Énergétique à deux lames l’était beaucoup plus. Lorsqu’elle frappait ses cibles, elle laissait dans les armures de profondes brèches aux lèvres de métal fondu rougeoyant. Ces protections en céramite ne renfermaient rien en dehors d’une poussière ocre qui s’écoulait avant d’être happée par la tempête de neige qui continuait de faire rage.

Le Seigneur Hurle-au-Sang gronda de colère et de frustration en voyant cela. Il était courroucé que de telles créatures surnaturelles arpentent librement Fenris. Il en arrivait d’autres, il pouvait déjà les voir progresser imperturbablement au loin, au milieu des violentes bourrasques. Les Rubricae étaient trop nombreux pour que sa Grande Compagnie en vienne à bout. Peut-être les Loups de Mort avaient-ils échoué, et qu’ils étaient tombés dans une embuscade des fils de Magnus, alors qu’ils espéraient au contraire les attaquer par surprise ?

Sven poussa un hurlement de haine et de rancœur avant d’abattre un autre traître. Il se sentirait honteux de rejoindre le Père de Tous en cet instant, si peu de temps après les combats sur Svellgard. Il était déterminé à tuer autant d’ennemis que possible avant que sa saga prenne fin. Pendant un instant, il crut que la tempête lui répondait…

Djurgin Calderassen, surnommé L’Écorché depuis qu’un retour de flammes de son Lance-Flammes lui avait dévoré la moitié du visage, distinguait encore plusieurs de ses camarades qui continuaient de tirer. Néanmoins, les énergies surnaturelles qui décimaient sa meute étaient trop redoutables.

Une tempête recouvrait le pied du Glacier Yrokja. Elle était aussi féroce que le Loup du Monde. C’était là que chassait Sven Hurle-au-Sang. Ses guerriers combattaient à coups de Bolts et de lames contre les laquais du Chaos qui avaient osé envahir Fenris. La meute de Djurgin avait frappé au cœur de la bande qui était sortie de la tempête dans le but d’isoler ses chefs et de les abattre. Non loin de là, Allaf l’Ours rugit de douleur en encaissant un coup de gantelet nimbé de feu bleu de la part d’un des Sorciers de Magnus. Le Space Wolf fut englouti par les flammes, et se recroquevilla jusqu’à ce qu’il ne soit pas plus grand qu’un pouce. Le Sorcier se contenta alors de l’écraser d’un coup de talon avant de pointer son sceptre vers Djurgin.

« Je souffre de devoir faire cela, Space Wolf, » lui lança le traître. « J’ai plaidé pour votre absolution au Conseil des Cendres. »

« Mensonge ! » s’écria Djurgin. « Les fils de Russ n’écoutent pas les paroles des lâches ! » Il s’élança en esquivant le trait d’énergie qui fusa du sceptre de son adversaire et ouvrit le feu avec son lance-flammes. Le sorcier se contenta de dévier le jet ardent en ouvrant devant lui la paume de la main.

« Notre guerre est secondaire, » poursuivit le Sorcier. « Le passage du temps vous a relégué au rang de simple gêne. »

Des Rubricae se rassemblèrent autour de lui. Un autre rayon de magie jaillit et cette fois, Djurgin dut se jeter au sol et glissa sur quelques mètres avant de s’arrêter contre une congère. Il sentit son cœur se serrer lorsqu’il comprit qu’il était le dernier survivant de sa meute. Il semblait bel et bien que les Hurle-au-Sang avaient fini par trouver plus forts qu’eux.

Quelque chose d’énorme passa au-dessus. Djurgin se raidit en pensant qu’il s’agissait d’une autre citadelle argentée, puis sourit sauvagement en apercevant le ventre gris d’un Thunderhawk. L’engin pivota en ouvrant sa rampe avant. Une silhouette régalienne apparut. Le nouveau venu avait un sceptre qui irradiait une lumière bleue tandis que les runes qui le recouvraient captaient la pouvoir élémentaire de Fenris.

Njal des Tempêtes était là.

Des éclairs crépitèrent et frappèrent le Sorcier au moment où il faisait apparaître une boule de feu rose. L’arc électrique bondit d’un ennemi à l’autre telle une bête en quête de viande fraîche. Les Rubricae tombèrent au sol, subitement inertes. La tempête rugit et s’intensifia alors que Njal manipulait le blizzard avec talent pour obliger l’ennemi à reculer. Djurgin ressentit le besoin de tuer et de brûler alors que la bête resurgissait en lui, toutefois il décida d’économiser son prométhéum. Ses flammes seraient de toute façon soufflées par le maelström glacé invoqué par Njal.

Même si l’intervention de la Tempête qui Marche lui avait sauvé la vie, Djurgin pouvait toujours voir les armures bleues de dizaines de Thousand Sons qui progressaient dans la bise. Il dégaina son couteau de combat. Il allait combattre comme un Loup Solitaire, et vengerait sa meute avant de périr à son tour.

Le hurlement du blizzard monta crescendo et sonna comme le hurlement d’une centaine de meutes. Sans doute étaient-ce là les voix des frères spectraux de Morkai qui se préparaient à l’accueillir dans l’outre-monde.

C’est alors qu’il comprit et fit volte-face.

Le Seigneur Harald Loup des Morts chevauchait sur le Glacier Yrokja, les traits durcis par la concentration. Il était suivi par ses frères bestiaux : non seulement ses Gardes Loups sur leurs énormes loups, mais aussi des dizaines de Wulfens et des centaines de Loups des Glaces. Il y avait aussi tout un troupeau de Mastodons au crin blanc et des Rhinoïdes laineux, dont la charge était plus violente qu’une avalanche. La face du glacier tremblait alors que les animaux polaires se précipitaient vers les combats.

Les Thousand Sons étaient déjà bloqués sur place par la tempête de Njal. Djurgin vit des dizaines d’animaux le dépasser alors que les Loups de Mort percutaient leurs ennemis avec la force d’un tsunami. Çà et là, un trait magique ou une rafale de Bolts Inferno désarçonnait un Cavalier Tonnerre et le faisait muter affreusement. Malgré tout, les envahisseurs furent balayés par la puissance de la charge.

Pour leur part, les Loups de Mort frappèrent avec leurs armes énergétiques pour sectionner les bras qui tenaient les Bolters. Les Loups Tonnerre enfonçaient leurs crocs dans le cou des Légionnaires, et les Wulfens arrachaient les bras et les têtes à mains nues. Derrière cette première vague d’assaut arrivaient les meutes de loups. Ils ensevelirent les Sorciers sous une montagne de fourrure et de crocs. Bien des meutes disparurent dans des explosions de flammes roses lorsque les sorciers ripostèrent, mais il y en avait toujours d’autres pour les remplacer. Elles se mirent ensuite en devoir de mettre en pièces les Hommes-Bêtes.

Les Thousand Sons encore en vie qui parvinrent à se relever suite à cet assaut firent alors face à la brutalité des animaux géants. Les armures antiques furent pulvérisées par le poids et l’élan des hardes. La tempête de Njal fit le reste : des vrilles de froid intense s’insinuèrent dans les failles des armures et éparpillèrent aux quatre vents la poussière qu’elles contenaient.

Djurgin eut un rire rauque et amer tandis que le blizzard se calmait peu à peu. L’attaque des Thousand Sons avait été vaincue. La glace était jalonnée de cadavres et de morceaux d’Armures Énergétiques. Sa joie fut de courte durée, car une ombre enveloppa son âme.

À l’horizon, la Tour d’Argent qu’ils avaient essayé de détruire s’était arrêtée et brillait comme un soleil.

CHAPITRE II : LES FEUX DE FLAMEHEIT[modifier]

Empoisonner un Monde Hostile[modifier]

En dépit des contre-attaques des Space Wolves, les Tours d’Argent s’étaient montrées suffisamment discrètes pour échapper à toute détection la plupart du temps. Et même quand elles étaient découvertes, elles étaient assez redoutables pour se défendre. Désormais, elles flottaient au-dessus des sites géomantiques et siphonnaient l’énergie de Fenris.

Au troisième jour après l’arrivée des Tours d’Argent, les cieux grondèrent au-dessus de Fenris. Les lignes de la Fenryka Borealis passèrent du vert à l’orange, puis au rose vif sur la trame de fond du ciel nocturne, et ressemblaient plus à des serpents qu’à de simples phénomènes naturels. Les hommes des tribus qui les observaient trop longuement voyaient leur esprit troublé par des pensées perturbantes, tandis que des rêves éveillés les harcelaient. Certains furent poussés dans les affres de la folie, et s’en prirent à leurs amis, leurs familles et attentèrent même à leurs propres vies, car ils pensaient être devenus des monstres, et devaient périr pour que le soleil puisse de nouveau briller sur leur planète natale.

Ces cieux maudits servaient les plans des Sorciers de Tzeentch. Des rituels atroces se déroulaient au cœur des Tours d’Argent. Dans chaque sanctum, un Space Wolf captif entravé par des chaînes en argent était plongé dans un chaudron de sang bouillonnant. Bien que ce supplice ne fût pas obligatoire pour que les invocations des Sorciers fussent couronnées de succès, les hurlements de colère et de douleur de leurs prisonniers sonnaient comme une douce musique à leurs oreilles. Ces rituels se poursuivirent pendant neuf heures, neuf minutes et neuf secondes. Un maelström d’énergie apparut au point de convergence des Tours d’Argent, et son potentiel destructeur était tel qu’il irradiait de magie pure. Le ciel vira au rouge tandis que des bouches géantes scandaient des prières à l’Architecte du Destin. Les corbeaux souffrirent d’autocombustion, les forêts geignaient de douleur. Les Tours d’Argent brillaient comme des étoiles, formant l’ancien symbole vengeur de Prospero, visible depuis l’orbite.

Magnus le Rouge apparut finalement au-dessus de la neige, et le destin de Fenris fut changé à jamais.

Le Roi Pourpre n’arriva pas en grande pompe, à la façon d’un prince Aeldari, pas plus qu’il n’annonça son arrivée par des hérauts et des serviteurs, à l’instar d’un plénipotentiaire impérial. Au lieu de cela, il se manifesta dans l’air froid de Fenris comme un minotaure en charge. Ses cornes déchirèrent le voile de la réalité lorsqu’il fit passer son immense forme entre les deux mondes. Une nuée de Démons se déversa de la faille qu’il venait d’ouvrir. Le Roi Pourpre rugit ses ordres à ses vassaux, qui se rassemblaient déjà auprès de l’ost démoniaque qui sortait de l’ouverture vers le Warp. Une onde de choc aux couleurs céruléennes crépita autour de lui, transformant la neige en sable cristallin dont les grains reflétaient un des aspects de l’âme du Primarque Démon.

Magnus s’éleva et déploya toute sa puissance. L’air froid qu’il inspirait était expiré sous la forme de nuages colorés doués de conscience qui s’envolaient tels des fantômes, à la recherche de mortels à asphyxier. Le Primarque contempla la beauté primale de son environnement. Il allait bientôt la corrompre et la remodeler pour lui donner une apparence plaisante à Tzeentch.

Il se mit à l’œuvre. Lors de son dernier passage sur Fenris, il avait voulu exterminer ses ennemis, briser leur citadelle et éradiquer leurs Grandes Compagnies. Cette fois, son plan était plus retors. Il allait par-delà la simple vengeance, dépassait la victoire sur le plan physique. Fenris serait corrompue pour se plier à ses plans ambitieux.

Fenris est classée en tant que Monde Hostile à cause de sa mégafaune féroce et du froid de son Hiver Infernal, lorsque la planète est éloignée de l’Œil du Loup. Bien peu se rendent compte que les extrêmes opposés, lorsque l’orbite elliptique de Fenris l’amènent près de son étoile, sont tout aussi dangereux. Son peuple nomme cette saison Flameheit. Au cours de celle-ci, la banquise de Fenris fond, suscitant des raz-de-marée et des tempêtes si violentes qu’elles brisent les continents et les transforment en îles à la dérive. Les autochtones se retrouvent piégés sur ces terres flottantes, et doivent s’affronter pour les maigres ressources restantes. Ils doivent également se défendre contre les Loups Géants, les Ours et les Trolls des Glaces, mais aussi contre les monstres abyssaux qui se retrouvent privés de leur source de nourriture habituelle.

Les seules terres qui restent immuables pendant la tempête de glace et de feu sont celles d’Asaheim. Ce plateau continental se situe au pôle nord, et les tribus le considèrent comme la terre des dieux, non pas sans raison. En effet, c’est là que les Space Wolves ont élu domicile. Ils ne quittent Asaheim que pour trouver des recrues à intégrer au Chapitre, ou pour affronter les pires prédateurs de Fenris. Au fil des millénaires, des tempêtes terrifiantes ont fouetté les flancs d’Asaheim, mais le continent a toujours résisté, et avec lui la forteresse du Croc. Les Fenrisiens ont le bras fort et l’esprit indomptable, et sont donc une race parfaite pour servir de vivier de recrutement aux Space Wolves.

C’est la force naturelle de Fenris et de son peuple que Magnus cherche à corrompre. Le plateau d’Asaheim est creusé d’innombrables tunnels qui descendent jusqu’au manteau en fusion de la planète. Cette source d’énergie géothermique inépuisable a permis à la Forteresse-Monastère du Croc de perdurer. Un réseau de failles et de crevasses à la surface d’Asaheim mène à ces tunnels, que les fils de Russ nomment Le Gosier du Loup du Monde. Ce cœur ardent de Fenris est bien caché, mais Magnus l’a découvert et compte s’en servir. Toutefois, c’est l’œuvre d’Ahriman, le plus talentueux des Sorciers des Thousand Sons, qui permettra au Primarque Démon de réussir.

La Corruption dans les Flammes[modifier]

Des rouages tournaient dans les rouages alors que les forces de Tzeentch prenaient forme sur la neige illuminée par les flammes. Le grimoire d’Ahriman permettait à ses armées de se déverser depuis des portes sur la Toile cachées, et les Tours d’Argent vomissaient des hordes de séides, si bien que la planète ne tarda pas à grouiller de monstres et de fous.

Ahriman apportait plus à Magnus que ses talents de général et ses pouvoirs de Sorcier. Même s’il lui avait fallu plus de cent ans, il avait rassemblé les Sorciers bannis par Magnus suite à l’Effacement. Bien des menaces, des pactes et des pots-de-vin avaient été menés pour aboutir à un tel résultat, et Ahriman avait dû consentir à de grands sacrifices pour réussir. Les Exilés étaient réunis, notamment Aarthrat le Dévoreur d’Esprit, Hakor le Trois Fois Né, le Magister Nezchad Aratos et Omarhotec l’Aveugle. Chacun commandait sa légion de serviteurs. Éclairé par une tempête d’éclairs roses, l’Archi-sorcier arriva par un portail sur la Toile scellé situé au sommet du plus haut pic de Runeheim, qu’il ouvrit sans difficulté. Il était accompagné par une armée de Rubricae, de sorciers et de mutants vociférants.

En convoquant les Exilés et leurs bandes de guerre, Ahriman doublait la taille des armées du Roi Pourpre. Le Primarque Démon descendit des cieux purpurins pour rencontrer personnellement Ahriman sur le pic de Runeheim. L’Archi-sorcier consentit même à s’incliner légèrement en signe de déférence.

Pendant que les osts psychiques des Exilés affrontaient les forces impériales sur les étendues sauvages de Fenris, Magnus et Ahriman établirent leur plan.

Les halls rituels au cœur de chaque Tour d’Argent étaient éclairés par des chandelles posées au sommet de piliers hélicoïdaux, chacun d’eux étant fabriqué à partir de la chair remodelée d’une race Xenos aux talents psychiques. Des symboles hermétiques complexes couraient en cercles concentriques autour d’une étoile à neuf branches. Les glyphes en or et les sceaux-scarabées avaient été réalisés par les plus grands esprits de Tizca. Au cœur de chaque salle circulaire se trouvait une ouverture entourée d’icônes, et pas laquelle on pouvait voir le point géomantique au-dessus duquel flottait la Tour d’Argent. C’est dans ces halls que pénétrèrent Magnus, Ahriman et leurs acolytes les plus talentueux afin de célébrer leurs rites de corruption avant de téléporter leur édifice et de recommencer en un endroit différent. Une colonne de magie noire tombait de chaque Tour d’Argent et s’enfonçait dans la terre. Les Space Wolves et leurs alliés étaient déjà engagés et ne pouvaient rien faire pour intercepter les tours qui scintillaient dans le ciel.

Bien que la Tour du Corbeau de Cristal fût annihilée lorsqu’elle s’approcha un peu trop près du Croc, les autres Tours d’Argent poursuivaient leur sinistre besogne sans la moindre perturbation. Le rayon corrupteur de la Spire de Tizca plongea dans la caldeira du Cracheur de Feu, ce volcan que la Grande Compagnie de Sven Hurle-au-Sang avait adopté comme symbole. Le sol frémissait comme les flancs d’une bête blessée. Du magma surgit entre les failles de la glace, mais alors que normalement, il aurait dû être orange, jaune ou blanc, il était d’un rose virulent. La pression de l’air devint telle que les oreilles de toutes les créatures mortelles dans un rayon de quinze kilomètres se mirent à saigner. Finalement, le volcan entra en éruption dans un grondement titanesque. Des nuées ardentes s’abattirent et réduisirent en cendres les forêts de conifères qui avaient poussé sur les pentes. Un océan ectoplasmique jaillit du Cracheur de Feu dans un geyser de feu Warp liquide qui retomba sur ses flancs. Des fleuves de magma corrompu transformèrent la neige en nuages de vapeur et les rochers moussus en crânes difformes. Alors que l’onde choc de l’éruption se propageait, les hommes et les animaux des environs furent changés en statues de braises rougeoyantes, mais la Spire de Tizca ne fut pas affectée.

À l’est, les fissures au sud du Glacier Yrokja scintillaient d’une lueur bleue tandis que les énergies maléfiques s’écoulaient de la Tour du Sectai située au-dessus. La lumière maladive devint aveuglante lorsque les lèvres des failles se transmutèrent en cristal et que des Démons de toutes formes et de toutes tailles en émergèrent telles des fourmis jaillissant de leur fourmilière. Ces rejetons du Warp couraient, volaient, bondissaient et virevoltaient dans toutes les directions, et s’attaquaient aux tribus humaines qui étaient restées bouche bée devant ce spectacle étrange. Beaucoup de Fenrisiens parvinrent à s’échapper. Certains conservèrent même leur santé mentale intacte. Néanmoins, des milliers périrent avant de voir le danger.

Aux Portes de Morkai, d’étranges esprits-chacals sortirent des cavernes qui, disait-on, menaient vers l’outre-monde de Fenris. Ces fantômes amers traquèrent les vivants afin de les posséder et de les forcer à s’attaquer à leurs familles. L’Heavensberg se libéra de la glace qui le retenait et se mit en quête de créatures vivantes à broyer alors que ses mouvements provoquaient des raz-de-marée et qu’un milliard d’yeux s’ouvraient à sa surface. Les lumières dans le firmament, qu’on avait pris au départ comme de bons présages, formèrent un serpent céleste enflammé qui vomit un feu Warp sur le carnage en ouvrant une gueule béante. Finalement, il partit s’enrouler autour de l’orbe dévasté qu’était devenue Midgardia. Sous la croûte planétaire, les rivières de lave bouillonnaient et accueillaient les ballets frénétiques de millions de Brimstone Horrors.

Partout sur Fenris, le froid mordant de l’Hiver Infernal relâchait son étreinte, chassé par la chaleur qui couvait dans le manteau planétaire. Un Flameheit dévoyé survenait, car il n’était pas provoqué par la position de la planète sur son orbite, mais par les machinations d’un Roi Démon. Le feu n’était pas le baiser purificateur du Loup, mais la flamme mutatrice de Tzeentch.

En quelques jours, les îles reliées par la banquise qui formaient la croûte supérieure de Fenris se fissurèrent. Le grondement des masses tectoniques donnait l’impression que la planète hurlait de douleur. Et peut-être était-ce le cas, car aucune loi naturelle n’avait plus cours sur Fenris.

Çà et là, les habitants des abysses surgissaient pour s’en prendre aux armées qui s’affrontaient sur les rivages des continents à la dérive. Ils broyaient des centaines de guerriers avec leurs tentacules hérissés de pointes osseuses, ou les engloutissaient dans leurs gueules de la taille d’un knorr. Des meutes de loups poussées par la folie et le désespoir attaquaient les soldats des Thousand Sons. Même les Trolls des Glaces des pics reculés sortaient de leurs antres pour assaillir les Démons sans qu’ils fussent pour autant réellement conscients que ces intrus menaçaient leur planète. Les tribus de Fenris se battaient vaillamment, et aidèrent à plusieurs reprises les Guerriers du Ciel. Le monde entier était en proie à la guerre, car chaque site sacré était l’épicentre d’une bataille impitoyable.

Un seul site de pouvoir restait intact : le Croc dominait l’horizon d’Asaheim, indomptable et fier. Cependant, le Roi Pourpre avait également un plan pour venir à bout de cette forteresse légendaire.

Les Guerriers Maudits de Fenris[modifier]

Les Space Wolves se battaient courageusement contre les envahisseurs, pourtant plusieurs sagas prenaient fin à chaque combat qu’ils livraient. Les natifs de Fenris payaient un coût encore plus terrible. Ils devaient faire face à des choses qui se riaient des lois naturelles, car elles étaient la démence incarnée, la manifestation du pouvoir du Warp.

Alors que le ciel était déchiré par les émanations psychiques de l’invasion, il devint impossible de distinguer le jour de la nuit. Les étendues blanches étaient illuminées en permanence par des lueurs bleues et roses chatoyantes. Alors que lors d’un Flameheit normal, du Loup était énorme dans le ciel, en cet instant il paraissait lointain et sa lumière était fade, à peine plus vive que celle de Valdrmani.

C’était néanmoins sous ces corps célestes que les fils de Russ se battaient de toutes leurs forces. De grandes meutes parcouraient les étendues sauvages, et devaient plus que jamais compter sur leurs talents de chasseurs pour vaincre les Démons et les traîtres. De nombreux Space Wolves virent leurs charges se disloquer contre le mur de céramite des Thousand Sons. Les Loups Solitaires recherchaient une mort glorieuse contre les ennemis les plus redoutables afin de venger leurs frères tombés au combat. La plupart mouraient dans les flammes du changement ou sous les tirs de Bolts Inferno. Des hordes de canidés de toutes tailles traquaient instinctivement les bandes de guerre du Chaos, et parvenaient souvent à les mettre en pièces grâce à leur férocité naturelle. Toutefois, ces meutes ne pouvaient rien contre les Rubricae, et finissaient invariablement en piles de cadavres fumants. Logan Grimnar était toujours porté disparu, si bien que personne n’était en mesure d’assurer la parfaite cohésion des Space Wolves. Par conséquent, les Tours d’Argent restaient hors d’atteinte : les défenseurs de Fenris causaient de lourdes pertes à leurs adversaires, mais ces derniers avaient toujours une longueur d’avance.

Certains natifs de Fenris qui n’avaient jamais rejoint les rangs des Guerriers du Ciel parvinrent envers et contre tout à vaincre les Démons qui les attaquaient. Profitant de leur connaissance du terrain, de leur discrétion ou de leur simple puissance martiale, ils remportèrent des victoires contre toute attente, cependant ces combats les changèrent à jamais. Ces huscarls revenaient ensuite auprès de leurs familles, les bras ballants et le regard vide. Les jeunes guerriers étaient marqués à vie par ce qu’ils avaient vu. Les valkyries se tenaient voûtées comme de vieilles mégères. Et ceux-là étaient les plus chanceux, car ils s’en tiraient indemnes physiquement, même si leur esprit était ravagé.

Les énergies du changement qui parcouraient la planète étaient si virulentes que les mortels touchés par le feu de Tzeentch subissaient des transformations atroces. Des mutations apparaissaient sur la peau tannée et cuivrée des humains, des yeux se formaient sous les aisselles et sur les dos. Des crêtes de plumes poussaient sur les crânes rasés et les épaules. Quelques-uns subissaient des mutations encore plus violentes, et se muaient en choses immondes et indescriptibles qui rendaient fous ceux qui les contemplaient. Les nouveau-nés étaient invariablement monstrueux. Et quand on leur présentait la hache, les rares qui paraissaient normaux s’en emparaient - et gagnaient donc le droit de vivre - mais allaient même jusqu’à l’utiliser pour trancher les mains de leurs parents. Nul ne peut dire combien de jeunes Fenrisiens apparemment sains de corps et d’esprit se mirent à abriter une graine impure qui donnerait un jour un fruit corrompu…

C’est ainsi que les tribus de Fenris furent maudites. C’était un fléau déclenché volontairement par Magnus, car sa Légion avait été elle-même affligée par l’ignominie de la mutation des millénaires auparavant. C’était d’ailleurs en grande partie à cause de cela que les Thousand Sons avaient cherché à dompter les énergies qui les persécutaient. Les nombreuses mutations ne passèrent pas inaperçues auprès des membres de l’Ordo Hereticus chargés de surveiller le système Fenris et de répertorier la moindre trace de souillure du Chaos. Dans la pénombre des sanctums psykanas, de nombreuses missives astropathiques furent projetées à travers le néant…

Sous la lumière étrange des cieux torturés, les Fils de Russ continuaient de défendre leurs terres contre des ennemis largement supérieurs en nombre. Un destin funeste semblait pourtant inévitable. Peu en parlaient ouvertement, mais tous connaissaient suffisamment l’histoire du Chapitre pour deviner qui était responsable de tous ces maux. Le Cyclope était là. C’était la seule explication plausible. Les seigneurs du Croc se demandaient si l’Heure du Loup était bel et bien arrivée, et si c’était le cas, si Leman Russ allait revenir du néant pour les mener à la victoire.

La colère des Seigneurs Loups croissait de jour en jour. Ces rois-guerriers menaient leurs Grandes Compagnies dans les étendues sauvages pour engager les traîtres et les mutants. Même s’ils chassaient sur leurs propres territoires, les Space Wolves tombaient régulièrement dans des embuscades des Rubricae qui surgissaient des chutes gelées, des congères, voire des mers empoisonnées.

Les Tue-les-Krakens emmenèrent une flottille d’aéronefs au-dessus des mers bouillonnantes. Les Bolters Lourds abattaient les céphalopodes corrompus qui se traînaient sur la banquise en quête de chair humaine. Engir Tue-les-Krakens affronta personnellement une Hydre des Mers à la peau ardente. Il trancha ses têtes les unes après les autres à l’aide de sa lance énergétique Longhaft, puis délivra le coup de grâce avec son Bouclier Tempête dentelé. Cet exploit lui permit de sauver la tribu des Baleiniers des Glaces, mais ses guerriers furent pour leur part obligés de mener une rude bataille dans un champ d’icebergs contre des Démons surgis des profondeurs.

Les célèbres meutes de Scouts d’Erik Morkai firent état d’apparitions dangereuses aux abords des Portes de Morkai. La Grande Compagnie s’y rendit en toute hâte. Les belliqueux esprits-chacals qui sortaient de la fissure dans le flanc rocheux du Morkaissen survolaient ensuite les passes montagneuses pour s’en prendre aux tribus troglodytes et vêtues d’ossements. Les cas de possession n’étaient pas rares. Erik ordonna à ses guerriers d’abattre ceux qui paraissaient corrompus, et ses Space Wolves s’exécutèrent, même s’ils le firent la mort dans l’âme. Toutefois, cette décision était justifiée : de chaque humain abattu jaillirent deux Horreurs Bleus, très en colère d’avoir été privées de leur amusement. Elles s’attaquèrent aux Scouts Space Wolves sans hésiter. Les Scouts les bannirent à coups de Couteau de Combat et de Pistolet Bolter, mais pas avant que plusieurs d’entre eux eussent été réduits en carcasses calcinées.

Ragnar Crinière Noire était revenu au Croc après avoir vaincu le Changelin, car il ne voulait pas perdre la moindre seconde à répondre aux questions des Dark Angels. L’odyssée de sa Grande Compagnie depuis le Croc jusqu’au champ de bataille fut rocambolesque. Les Crinières Noires filèrent à travers le ciel à bord de leurs escadrons d’aéronefs, et annoncèrent clairement leur arrivée à l’aide des hurlements de leurs réacteurs et des traînées de fumée qu’ils laissaient dans le ciel. Des rayons d’énergie bleue jaillirent des fissures de cristal d’Yrokja et abattirent deux engins. Les guerriers qu’ils transportaient plongèrent vers une mort funeste, mais les autres s’en sortirent intacts.

Ils survolèrent alors les fissures d’Yrokja et les pilonnèrent avec leurs canons. Les explosions eurent l’effet de coups de poing sur des sculptures en verre incroyablement complexes et fragiles. Les falaises transformées en quartz par la magie du Labyrinthe de Cristal de Tzeentch se fendirent et s’écroulèrent. Des milliers de Démons hurlèrent de rage et de désespoir en chutant dans la mer glacée. Ces cris offusqués se muèrent en vagissements de douleur lorsque les Crinières Noires débarquèrent de leurs appareils et ouvrirent le feu. Ce fut au sommet de ces falaises que le Jeune Roi brava le barrage de sorts du Duc du Changement Xchar’hanrark, et trancha sa tête dénuée d’yeux d’un seul coup de Croc de Givre. Cependant, aucune victoire ne fut célébrée ce jour-là, car les téméraires Griffes Sanglantes qui poursuivirent les hordes de Démons en déroute dans les cavernes qui s’étendaient dans les falaises disparurent sans laisser de trace.

Même les guerriers de Kjarl Sang Farouche, qui, disait-on, étaient obsédés par le feu, ne combattirent pas pour brûler, mais pour préserver. Les antiques forêts d’Oshva Weald, protégées depuis des éons par les tribus humaines car elles fournissaient le bois pour la fabrication des langskips, étaient en proie à des incendies surnaturels quand les Sangs Farouches arrivèrent. Ils cherchaient des sbires de Tzeentch, et ne furent pas déçus : les bois étaient infestés de Démons bondissants et cracheurs de flammes.

Délaissant leurs Lance-Flammes, les Sangs Farouches se séparèrent en deux grandes meutes. La première se dirigea vers la rivière d’eau glacée qui longeait la forêt à chaque Flameheit. En abattant suffisamment d’arbres pour créer un barrage de fortune, cette grande meute fit sortir la rivière de son lit. Même si cette inondation ne pouvait éteindre l’incendie, elle repoussa les Démons vers les armes de la deuxième grande meute. Pris entre les deux mâchoires du piège de Sangs Farouches, les rejetons du Warp furent anéantis.

Ce fut dans cette forêt que Sang Farouche eut une vision dans les flammes, qui évoquait un malheur à venir. Il vit un fleuve de chaleur et de haine. Ses eaux montaient pour inonder le Croc de l’intérieur. Il fit appel à son vieil ami le Prêtre des Runes Svangthir Ashbeard pour se confier. Il prit soin de n’en parler à personne d’autre, car il ne voulait pas qu’on se pose des questions à propos de cette capacité à lire le futur dans les flammes. Svangthir lui répondit que ses propres divinations l’avaient mené à la même conclusion.

L'Hôte des Flammes[modifier]

Alors que la guerre ravage Fenris, Magnus et ses sorciers préparent un odieux rituel.
L’invasion du Roi Pourpre avait besoin d’un point essentiel pour réussir : elle devait maintenir les Space Wolves sous pression, en les forçant à réagir à des attaques ininterrompues, afin de les convaincre que les pires menaces étaient déjà survenues. Il mit en place un plan machiavélique afin de frapper le cœur des domaines de Russ.

Le Prêtre des Runes Ashbeard s’agenouilla au milieu des braises d’Oshva Weald, les mains posées au sol afin de contacter mentalement ses frères restés au Croc. Il n’obtint aucun résultat, car l’air était saturé par les énergies parasites du Chaos. Quelque chose n’allait pas avec l’esprit de Fenris. La planète était blessée, et cette plaie risquait d’être infectée par les énergies du Warp. Ashbeard pouvait voir dans son esprit le visage d’un cyclope qui le toisait avec mépris. Il mit fin à la transmission astrale dans un frisson. Même si ses frères étaient bel et bien là, dans le domaine spirituel qu’il parcourait d’ordinaire sans difficulté, il était incapable de les trouver.

Il appela alors Vya, son Héraut des Morts, afin d’opter pour une autre solution. Il parla à voix basse au corbeau cybernétique de la vision de Seigneur Sang Farouche, et lui ordonna de se rendre au Croc aussi vite que possible. L’oiseau s’envola en toute hâte. Le Prêtre des Runes saisit alors son bâton runique et capta une partie des vents qui soufflaient, et les utilisa pour accélérer le vol de son animal totem. Si le présage de Kjarl était exact, le corbeau devait accomplir sa mission à tout prix.

Peut-être que ce pari ne passa pas inaperçu aux yeux de Magnus, car tandis que le corbeau Vya volait au-dessus de la Péninsule Rans, un banc de requins-démons volants le prit en chasse. L’oiseau accéléra, toutefois les Démons planaient sur les vents éthériques, et étaient poussés par une faim dévorante. L’Hurleur de tête s’approcha si près de Vya que les énergies brûlantes de sa gueule calcinèrent les plumes de sa queue. Le message de Sang Farouche, porté par de fragiles ailes, allait bientôt disparaître…

Un coup de tonnerre retentit et un éclair perça les nuages. Six Démons furent atteints et se dissipèrent subitement. Au même instant, une grêle de Bolts explosa au milieu du reste du banc. Le Thunderhawk Ironspear apparut alors. Sa rampe avant était ouverte, comme la gueule d’un wyrm de métal. L’appareil accéléra pour engloutir Vya par l’ouverture, et le mettre en sécurité dans son compartiment passager. Les Démons piaulèrent de frustration en voyant le Thunderhawk leur échapper. Le cyber-familier d’Ashbeard allait finalement apporter son message au Croc, et alerter ses gardiens du désastre qui sourdait au cœur de la Forteresse-Monastère.

Dans les profondeurs du Cracheur de Feu, Magnus et son conclave de Sorciers chantait des incantations maléfiques au-dessus d’un lac de lave. Cette roche fondue s’était agitée en réaction au rayon de la Tour d’Argent qui l’avait frappée, et était désormais saturée d’énergie néfaste. Un homme serait mort en quelques secondes à cause des émanations de gaz toxiques, cependant Magnus n’était pas un simple mortel, tout comme ses Sorciers vassaux. La puissance du volcan dansait au bout de leurs doigts et leur permettrait d’invoquer des alliés démoniaques. Des yeux, des bouches et des bras apparaissaient déjà dans la lave…

Magnus avait choisi les praticiens les plus talentueux du Pyrae pour l’assister, et c’était désormais à leur tour de rejoindre l’armée qui se rassemblait dans le lac de feu. Les uns après les autres, les Sorciers transformèrent leur chair, leur squelette et leur armure de céramite en flammes vivantes. Leurs silhouettes ardentes s’enfoncèrent alors dans la lave comme s’il s’agissait d’un lac d’eau claire, puis disparurent sous sa surface. Magnus s’autorisa un sourire satisfait avant d’étendre ses ailes. S’envolant sur les courants thermiques aux relents de soufre, il sortit du cratère du volcan et se dirigea vers les pics à l’horizon.

L’armée en fusion de Démons et de pyromanciens nageait à travers le manteau de la planète aussi facilement que des requins suivant un courant océanique. Même s’ils n’y voyaient rien, ils pouvaient repérer la direction qui les mènerait au Croc en utilisant les lignes mystiques qui quadrillaient Fenris, car la planète était dotée d’un esprit si indomptable qu’il avait sa propre résonance psychique. Ils se rapprochaient rapidement des générateurs géothermiques qui assuraient l’alimentation en énergie de la Forteresse-Monastère. Leur mission était d’attaquer le Croc de l’intérieur pour détruire ses generatorums, afin de plonger la forteresse dans l’obscurité et de réduire ses canons au silence. Ainsi, les armées de Magnus pourraient lancer l’assaut. Leur méthode d’attaque était si inhabituelle que même les Prêtres des Runes ne pourraient la deviner. C’était un plan digne d’un Primarque Démon, et alors que l’armée en fusion se rapprochait du Croc, il semblait voué à connaître un succès retentissant. Pourtant, comme le disaient les Fenrisiens, parfois le guerrier le plus insignifiant peut tenir tête à un géant.

Emporté en toute sécurité dans le compartiment du Thunderhawk Ironspear, le cyber-corbeau Vya atterrit dans les docks Skyshield du Croc et suivit les couloirs de la forteresse pour délivrer le message de Sanf Farouche. L’oiseau atteignit les Prêtres de Fer des niveaux inférieurs quelques heures à peine avant que l’armée en fusion se matérialise dans les profondeurs de la citadelle des Space Wolves. Croassant en binaire, le cyber-corbeau parla de la rivière de flammes que Sang Farouche avait vu surgir des entrailles du Croc. Cela poussa les Prêtres de Fer à consulter Krom Œil de Dragon, le gardien du Croc, et à surveiller les niveaux inférieurs, à l’affût du moindre danger. Et effectivement, ils ne tardèrent pas à détecter des pics d’énergie qui vinrent appuyer les propos du corbeau.

Il n’en fallut pas plus pour déclencher une réaction vigoureuse. Depuis le premier combat sur le sol de Fenris, les Prêtres de Fer avaient entamé les processus qui permettaient de réveiller et d’équiper les Dreadnoughts qui dormaient dans les cryptes du Croc. À l’origine, ces vénérables marcheurs blindés devaient rejoindre les Frères de Bataille et leur prêter main-forte dans les étendues sauvages. Toutefois, Krom ordonna qu’ils aillent défendre les profondeurs de la Forteresse-Monastère.

Dans les Profondeurs du Croc[modifier]

Les Prêtres de Fer qui se précipitaient vers les entrailles du Croc étaient au bord du désespoir. Si le message du Corbeau était exact, ils n’avaient pas beaucoup de temps pour intercepter l’invasion étrange sur le point de survenir. Tout d’abord, ils devaient demander assistance à un héros de Fenris. Bjorn Main Terrible allait retourner au combat.

Les cryptes du Croc recèlent des secrets que les Space Wolves ont pris soin de cacher au reste de l’Imperium. Cette Forteresse-Monastère est si vaste que seuls les Prêtres de Fer connaissent véritablement l’étendue de ses domaines. On dit que ses tunnels sont plus nombreux que les poils sur le dos d’un Troll, et qu’ils s’étirent sur des milliers de kilomètres sous le plateau d’Asaheim. Les Grandes Compagnies ne représentent plus qu’une fraction des forces qui étaient jadis en garnison dans le Croc, à l’époque de l’Hérésie, si bien qu’elles occupent seulement les niveaux supérieurs. Ainsi, bien que les Space Wolves disposent d’un immense domaine dans lequel pratiquer leurs rites et préserver la culture de leur race, cela rend aussi la défense de la totalité du Croc extrêmement ardue.

Du magma s’écoulait par les ouvertures et les aérations des Cryptes de Fer. Une puanteur surnaturelle envahissait les niveaux inférieurs éclairés uniquement par des torches, car l’odeur de la chair brûlée se mêlait aux vapeurs acides. La température, qui était d’ordinaire bien en dessous de zéro, se mit à grimper jusqu’à devenir étouffante. Le changement s’immisçait dans une partie de Fenris qui n’avait pas bougé depuis des millénaires.

Les premières créatures qui surgirent des flots de lave corrompue furent des Brimstone Horrors. Ces petits Démons de flammes crachèrent un liquide ardent sur les sceaux sacrés que les Space Wolves avaient gravé dans les murs afin de prévenir toute forme de sorcellerie. Les runes se mirent à scintiller, et les Brimstone Horrors les plus proches furent soufflées telles de simples chandelles. Les autres s’égayèrent en piaillant de mécontentement, et se mirent à la recherche d’objets plus faciles à incinérer.

Vinrent ensuite ces créatures bizarres nommées Incendiaires. Elles étaient capables de projeter du feu Warp avec leurs bras creux et tubulaires, et ne s’en privèrent pas, faisant fondre aussi bien la roche que les runes qui y étaient gravées. Bientôt, les murs des cryptes étaient dévorés par un feu liquide. Des visages agonisants et des membres grêles s’agitaient dans les flammes, et prirent peu à peu la forme de nouveaux Démons.

C’est au milieu de cette scène que vint Xarax Throtep, premier pyromancien de l’Ost de Tizca, accompagné par trois de ses homologues. Leurs silhouettes se matérialisèrent à partir du magma qui recouvrait le sol, en commençant par des casques cornus, puis de larges épaulières, et enfin des robes sur lesquelles dansaient des flammes. Le conclave se mit à léviter au-dessus de la rivière de lave qui commençait à s’écouler dans les galeries du Croc. Les seigneurs ardents de Tizca communièrent en silence tandis que toujours plus de démons émergeaient des flammes et se dirigeaient vers le sud.

La mission que Magnus avait confiée à ces pyromanciens consistait à provoquer autant de ravages que possible dans les profondeurs du Croc. Les Sorciers s’exécutèrent avec zèle, en partie pour venger les centaines de guerriers perdus lors de l’attaque précédente de la Forteresse-Monastère, en M32, mais aussi pour attirer l’attention de leurs adversaires loin des principales machinations du Primarque. L’ost ardent ne cessait de grossir comme toujours plus de magma s’écoulait dans les tunnels. Chaque amas de roche fondue amenait son lot d’Horreurs ou de Démons cracheurs de flammes. Ils avaient pour objectif de trouver les réacteurs géothermiques qui alimentaient le Croc en énergie, et de provoquer une surchauffe catastrophique. S’ils réussissaient, l’explosion qui ravagerait les entrailles du Croc neutraliserait l’essentiel de ses défenses. Une fois les canons de la Forteresse-Monastère réduits au silence, les Tours d’Argent (et Magnus en personne) pourraient se rapprocher de la montagne et l’attaquer en toute impunité.

Les Démons progressèrent à travers les halls des morts, ces salles voûtées où les héros des Space Wolves étaient révérés. Lorsque le Démon exalté Emberspite, un immense Incendiaire investi du pouvoir du changement, arriva du Warp, les tapisseries et les boiseries qui décoraient les murs furent envahies de flammes versicolores. Les sagas qu’elles décrivaient se modifièrent et montrèrent des Space Wolves morts depuis des éons à la merci des tyrans et des monstres qu’ils avaient vaincus dans la réalité.

Les piaulements de Serviteurs-gargouilles ne tardèrent pas à résonner dans ces niveaux inférieurs. Ils rapportèrent que des intrus les parcouraient librement et répandaient leur lumière surnaturelle dans les ténèbres glacées et bénites. Krom Œil de Dragon, qui avait repris son rôle de gardien du Croc suite à son retour des forteresses en ruines de Valdrmani, s’empara prestement de sa hache. Il marcha en toute hâte pour rejoindre les défenseurs des niveaux inférieurs. Pendant ce temps, les Prêtres de Fer prévenus de l’invasion par Sang Farouche et le corbeau Vya, redoublèrent d’efforts pour réveiller autant de Dreadnoughts que possible. Deux prêtres furent également envoyés dans les repaires secrets des Wulfens : cette petite armée pourrait peut-être repousser l’attaque si les Prêtres de Fer parvenaient à la rallier à leur cause.

Parmi les Prêtres de Fer se trouvait Bran Gueule Rouge, dont le cri de guerre guttural appelait les égarés et les endormis à la guerre. Ayant retiré son casque, le Seigneur Loup pouvait sentir la puanteur lointaine du feu Warp, et celle-ci devenait plus tenace à chaque minute. La gorge de Bran était irritée, et la bête qui sommeillait en lui s’était éveillée. Cependant, il conserva son calme et poursuivit sa tâche. S’il avait cédé à ses instincts, certains dans les profondeurs du Croc n’auraient pas hésité à s’en prendre à lui, voire à le tuer.

Les cryptes enténébrées furent ouvertes les unes après les autres, car le sceau de Gueule Rouge pouvait déverrouiller les portes runiques les plus solides. Derrière lui, des ombres bestiales longeaient les murs. Des hurlements suscités par la soif de sang s’élevèrent dans les tunnels du Croc tandis que Bran menait sa force droit vers les Démons. Dans un tunnel particulièrement vaste et décoré du sol au plafond d’inscriptions runiques, et parallèle à celui emprunté par Bran, les Prêtres de Fer menaient leur propre groupe de guerriers. De la poussière tombait des voûtes antiques comme les pas des colosses qui les suivaient faisaient trembler la roche. Ils étaient accompagnés par Krom Œil de Dragon. Celui-ci avait ordonné à sa Garde Loup de superviser les défenses du Croc en son absence, toutefois il avait à ses côtés un groupe de Tueurs de Dragons.

Les deux voies parallèles se rejoignaient dans la Caverne de Main Terrible, un immense hall aux arcs-boutants imposants. Œil de Dragon et Gueule Rouge virent enfin les Prêtres de Fer et leur armée de Dreadnoughts. Valdrak Shieldsmith menait cette procession de marcheurs, et fit un signe de tête aux deux Seigneurs Loups en se dirigeant vers eux. Valdrak n’en était pas certain, mais il crut déceler l’esquisse d’un sourire sur les traits burinés de Bran…

Une rivière de magma corrompu se déversait par l’entrée opposée de la caverne. Des Démons aux formes changeantes y folâtraient, leurs voix haut perché se mêlant aux rugissements des flammes. Le flot de lave et ceux qui y nageaient envahirent la caverne comme l’eau d’un delta de fleuve souillé, son écoulement étant guidé par les pyromanciens qui le précédaient, à la façon de bergers menant un troupeau d’animaux.

L’ost ardent fit ainsi face à une ligne de près de quarante Dreadnoughts. Cette formation de légende était rassemblée autour de Bjor Main Terrible en personne. Lorsque le dernier pyromancien pénétra dans la caverne, le vénérable héros poussa un cri de guerre si puissant qu’il sonna tel un coup de tonnerre.

À leur habitude, les Wulfens chargèrent en premier. L’ombre d’un instant, ce fut comme si la chute de Tizca se rejouait. Les flammes dardaient, et des silhouettes canines se jetaient au corps à corps contre les sorciers de Magnus. Certains des Wulfens étaient d’ailleurs d’anciens guerriers de la Grande Compagnie de Jorin Bloodfang, qui avait été perdue dans le Warp des millénaires auparavant. Ils avaient été récupérés récemment par les Space Wolves et réintégrés au chapitre. L’ironie voulut qu’ils affrontassent de nouveau les mages-guerriers qu’ils avaient jadis poursuivis jusque dans l’Œil de la Terreur.

Cependant, cette fois, Xarax et ses pyromanciens étaient prêts. Ils envoyèrent des hordes d’Horreurs et d’Hurleurs au combat. Les Démons furent mis en pièces par les Wulfens, néanmoins ils provoquèrent des dégâts, incinérant des héros vieux de plusieurs millénaires, et enfonçant leurs kriss dans les visages découverts. Les Sorciers profitèrent du temps qu’ils gagnaient pour réduire en cendres des meutes entières de Wulfens avec leurs sortilèges. Malgré tout, la propre charge des Wulfens était elle aussi une diversion qui permit aux autres Space Wolves d’avancer en sécurité.

L'Antre des Anciens[modifier]

L’ost terrifiant qui avait incendié les entrailles du Croc faisait désormais face aux hordes de Wulfens, et une troupe de guerriers légendaires les suivait. Ces héros étaient l’incarnation de l’esprit indomptable des Space Wolves, et bénéficiaient d’armes et de protections bien au-delà de celles des simples mortels. Ils étaient bien décidés à vaincre les envahisseurs inféodés à Tzeentch…

Les Dreadnoughts ouvrirent le feu à l’unisson. Les rayons des Canons Laser évoquaient des éclairs au milieu d’une tempête d’obus de Canons d’Assaut. Avantu Thotek, le plus proche des pyromanciens, esquissa un geste sinueux avec son sceptre, et la salve qui se dirigeait vers lui fut transmutée en métal fondu sous l’effet de la chaleur surnaturelle. Les petites sphères liquides n’eurent pas plus d’effet qu’une pluie d’été. La première salve de Canons Laser passa au-dessus de la horde de Démons et la rata totalement, toutefois elle atteignit les chaînes qui maintenaient les portes de la caverne. Une immense porte d’adamantium tomba telle une lame de guillotine, coupant les Démons dans la caverne des renforts qui arrivaient derrière eux par les tunnels. La majorité des Démons ardents pris au piège ne saisirent pas la menace caquetèrent triomphalement en pensant que les Space Wolves avaient commis une erreur fatale. C’est alors que les Dreadnoughts ouvrirent le feu avec leurs Canons Helfrost et que la terrible vérité apparut au grand jour.


Le flot de la rivière de magma fut repoussé comme une vague s’écrasant contre une falaise. La roche en fusion refroidit instantanément et forma un mur, et emprisonna Xarax Throtep dans une gangue de basalte. Il resta immobilisé pendant quelques secondes. Puis une lueur apparut à l’intérieur de la roche durcie, et elle explosa lorsqu’une nuée de petits phénix squelettiques en jaillit en piaillant, avant de s’égailler dans toutes les directions. Lorsqu’ils atteignirent les parois de la caverne, ces Démons aviaires mirent le feu à la roche moussue, et un nuage de fumée noire ne tarda pas à masquer l’ost de Tzeentch aux yeux des Space Wolves.

Enhardis, les Démons de flammes s’élancèrent de nouveau. Xarax Throtep projetait des traits de flammes scintillantes capables de pénétrer le blindage d’adamantium des Dreadnoughts et d’incinérer les héros dans leurs sarcophages. Une muraille de flammes Warp balaya la caverne. Cette fois, ce fut Bjorn qui s’y opposa en contre-attaquant d’un pas pondéré, mais irrésistible. Il percuta le mur de feu sans ralentir. Les runes de majesté et de préservation de sa coque prirent la teinte bleutée du ciel hivernal tandis qu’elles luttaient contre la sorcellerie qui menaçait de la détruire. Bjorn émergea enfin de la muraille de feu psychique, entouré de serpents de roche en fusion et d’énergie incandescente. Pendant un instant, les Prêtres de Fer craignirent que le héros se fût précipité vers la mort, toutefois Main Terrible avait été béni par Russ en personne. Il avait même affronté Magnus et survécu.

Les coulées de flammes qui convergeaient vers Bjorn devinrent aveuglantes tandis que les pyromanciens canalisaient toujours plus d’énergie vers leur ennemi.

Les runes s’éteignirent les unes après les autres, et même si une dizaine de ses frères chargeaient dans son sillage, ils allaient arriver trop tard. Le blindage de Bjorn commença à fondre.

C’est alors qu’un hurlement survint.

Des centaines de Wulfens retrouvés aux quatre coins de la galaxie chargèrent depuis une ouverture latérale. Ils étaient accompagnés par des créatures aux membres allongés. Leurs yeux jaunes brillaient dans la pénombre alors qu’ils venaient au secours de Bjorn. Certaines étaient graciles, d’autres énormes, avec des têtes de loups, et maniaient des lances cérémonielles. Les nouveaux venus se rassemblèrent autour de leur seigneur Bran Gueule Rouge et du Dreadnought enragé nommé Murderfang. La colère destructrice de la machine de guerre décuplait l’agressivité des créatures. Elles bondissaient au-dessus des méandres de magma, la gueule écumante.

Ces monstruosités qui vivaient dans les profondeurs du Croc périrent par dizaines à cause de la chaleur infernale et des flammes magiques, cependant elles étaient impavides et les survivants poursuivirent leur assaut. Ils se jetèrent sur les Démons et enfoncèrent leurs crocs et leurs griffes dans la chair spongieuse, alors même que la lave les brûlait et réduisait leurs corps en cendres. Deux pyromanciens périrent face à cette attaque imprévue. Ils furent démembrés dans une orgie de violence et de sauvagerie avant que leurs camarades anéantissent les créatures mi-hommes mi-loups avec leurs pouvoirs psychiques.

À ce moment, la vague d’assaut de Dreadnoughts arriva au contact. Les gantelets énergétiques et les griffes de givre frappèrent, et ce fut au tour des démons de périr en nombre. Un mur d’adamantium et de rage balayait les flammes mutatrices et broyait les horreurs démoniaques, si bien qu’il n’en restait qu’une gelée ectoplasmique. La bataille dans les profondeurs du Croc devenait de plus en plus violente, néanmoins Xarax Throtep avait mystérieusement disparu. Et dans les salles de réacteurs au-delà de la caverne, des flammes se mirent à danser une sarabande maléfique…

Chapitre III : LE SERPENT ET LE LOUP[modifier]

Retour d'Une Légende[modifier]

On croyait le Haut Roi de Fenris perdu à jamais sous la surface de Midgardia, jusqu’à ce qu’Egil Loup de Fer retrouve une partie de son armure et apprenne de l’Esprit de la Machine où était son maître. Egil dirigea une frappe téléportée aux coordonnées ainsi obtenues, au risque de se matérialiser dans le brasier ou même dans la croûte planétaire.

Les Loups de Fer ont toujours été respectueux envers les Esprits de la Machine qui les servent, et les Prêtres de Fer chargés du teleportarium connaissaient bien leur tâche. Un dôme d’azur crépitant transporta Egil jusque dans le cœur rocheux de Midgardia, et il tenait dans son gantelet griffu une balise de téléportation de classe macro. Après une recherche brève mais éperdue, il trouva Logan Grimnar et sa garde royale qui se frayaient laborieusement un chemin, mètre par mètre, depuis la caverne des Tétrades.

Egil s’agenouilla devant eux et leur offrit la balise de téléportation comme un chevalier présente son épée à son suzerain. En moins d’une heure, le rituel de téléportation fut accompli, et le seigneur Loup de Fer se tenait avec son Haut Roi sur la passerelle de l’Allfather’s Honour. En bas, le brasier qui emportait Midgardia éclairait leur visage à l’expression austère. Le Haut Roi de Fenris avait presque succombé à un véritable désastre, mais il était tiré d’affaire grâce à l’ingéniosité d’Egil Loup de Fer, de sorte qu’il avait retrouvé sa juste place : à la tête de l’effort de guerre.

Dans le strategium de son navire amiral, le Seigneur Grimnar parcourait les parchemins et tablettes de données reçus des quatre coins du système de Fenris. Il était entouré de ses Champions et des rescapés de sa meute, mais aussi du Seigneur Loup de Fer et des Chevaliers Gris du Grand Maître Valdar Aurikon, qui s’étaient téléportés sur le pont aussitôt après avoir appris la souillure démoniaque de Midgardia. Les traits durs de Grimnar, marqués par les hématomes, se tordirent en une grimace rageuse. Aucun thane de vaisseau ou vassal de liaison n’osa s’approcher à portée de son immense hache écarlate. Un grand holo-écran dominait le cylindre du strategium, et éclairait d’une lueur ambrée le visage meurtri du Loup Suprême, qui détourna le regard, un œil mi-clos. C’était l’échec qui s’affichait de la sorte, de la façon la plus crue. Il n’avait su ni prévoir, ni protéger, ni même battre un ennemi plus vil que la poussière. Ce spectacle le brûlait au plus profond de son âme.

La planète Midgardia occupait tout l’écran du strategium. Vue de l’orbite, sa surface n’était guère plus qu’un brasier global, dont l’intense chaleur semblait danser et tourbillonner. Egil Loup de Fer avait relaté au Seigneur Grimnar le sort de ce monde ; il avait été jugé si corrompu que la Flotte Impériale réunie par le Grand Maître Suprême Azrael avait exécuté la sanction ultime. La planète avait subi un bombardement de missiles et d’artillerie navale dont la première salve dispersa une puissante toxine biologique. Toute matière vivante, corrompue ou non, fut réduite en résidus noirâtres et en émanations de gaz combustibles. La seconde salve se composait de missiles Firesword, qui en détonant embrasèrent l’atmosphère elle-même d’un océan à l’autre. L’enfer ainsi déchaîné liquéfia la roche, incinéra les restes de toute forme de vie, réduisit les fiers bastions en monticules de métal fondu, et bannit les Démons de Nurgle - de même que leurs maladies - dans le Warp.

Grimnar absorba toutes les informations dans un silence solennel, seul le tremblement de son épaisse crinière trahissant l’ampleur de son chagrin. Midgardia fut le foyer de milliards d’âmes, toutes résolues à survivre. Leur refus d’abandonner leur monde, malgré ses jungles fongoïdes mortelles et ses tunnels sulfurés, évoquait la mentalité de ceux de Fenris. Robustes et tenaces, les Midgardiens levaient chaque année des régiments de soldats de l’Astra Militarum en qui les Space Wolves trouvaient des alliés fiables aux valeurs communes. Leur disparition était un rude coup pour le système de Fenris, et par contrecoup pour l’Imperium. Grimnar régnait avec sagesse, et il savait le sort d’une planète aussi infestée par le Chaos que Midgardia. C’était difficile à admettre, mais les Dark Angels avaient eu raison de purger la planète pour empêcher que le cauchemar démoniaque se répande. Et pourtant, ils n’avaient pas achevé leur besogne.

« Mon seigneur, » hasarda Egil Loup de Fer, les yeux baissés, « que nous faut-il faire à présent ? »

« Je crois que c’est clair, » dit le Haut Roi. « Ce qui s’impose. »

Près de là, le Grand Maître Valdar Aurikon semblait dubitatif. « L’acte est consommé, semble-t-i ? » intervint-il. « Si l’Astra Telepathica dit vrai, nous devons aller sur Fenris. »

« Je ne désire rien tant que protéger le foyer, » répondit Grimnar. « Mais nous n’en avons pas encore fini ici. »

Aurikon s’appuya sur l’estrade du strategium. « Les Dark Angels n’auraient-ils donc pas porté un coup décisif ? »

« Midgardia est solide, » admit Grimnar, soucieux de ne pas en dire trop. « Son sous-sol est aussi vaste que sa surface. »

Aurikon était sceptique. « La tempête de feu aura privé d’air quiconque aurait tenté de se terrer. »

« À vrai dire non, » corrigea Egil Loup de Fer. « Les cryptes sont hermétiques et hyper-réfrigérées, conçues pour résister à toutes les catastrophes sans laisser entrer la moindre spore. »

« Alors la Première Légion aurait choisi le mauvais mode opératoire pour son Exterminatus, » accusa Aurikon. « C’est ce que vous affirmez ? »

Les yeux plissés comme ceux d’un prédateur cherchant à percer le blizzard, Grimnar croisa le regard de Loup de Fer avant de se tourner vers Aurikon. « Oui. On ne peut pas dire combien d’infectés par les Démons ont pu passer outre la quarantaine. »

Ses épaules semblèrent ployer sous le poids de la mort imminente d’un monde. « Nous devons anéantir la planète, de fond en comble. »

« Soit, » conclut Aurikon avec gravité. « Il faudrait du temps pour provoquer la détonation du noyau - et nous ne l’avons pas. »

« Nous avons l’ogive nécessaire, » dit Grimnar. « On l’appelle Dent de Morkai. Elle se trouve à bord de ce vaisseau."

« Alors approuvez son lancement, » répondit le Chevalier Gris.

« Ce n’est pas si simple, » poursuivit Grimnar. « Pour pénétrer la croûte et déclencher la rupture, nous devons rouvrir le Puits de Feu. Il plonge assez profondément pour que la Dent fasse effet. »

Aurikon acquiesça lentement. « Faute d’Adeptes sur place, nous allons devoir intervenir en personne. »

« En effet, » confirma Egil. Le silence se fit dans le strategium, et on n’entendit plus que le murmure des auto-plumes sur le parchemin.

« Alors nous irons avec vous, » décida Aurikon.

« Ce ne sera pas nécessaire, » dit Logan Grimnar avec emphase, mais Aurikon donnait déjà des instructions à ses guerriers. « Qu’il en soit ainsi, » soupira le Haut Roi, en se tournant vers ses Champions avec une détermination de fer dans le regard. « Nous retournons sur Midgardia en force. »

Tuer une Planète[modifier]

La décision avait été prise. L’état-major des Space Wolves commanderait un assaut focalisé sur le Grand Generatorium, un puits abyssal qui siphonnait l’énergie du noyau de Midgardia. En ouvrant les antiques portes qui en verrouillaient l’issue, il devait permettre d’asséner un coup suffisamment puissant pour anéantir la planète elle-même.

Grâce à l’autorité cumulée d’un Grand Maître Chevalier Gris et d’un Maître de Chapitre tel que Logan Grimnar, les officiers responsables de la mission n’eurent aucune peine à réquisitionner douze escorteurs Thunderhawks. Cet engin aérospatial était probablement le seul appareil de l’Imperium capable de braver le déluge de feu qui consumait Midgardia, grâce à sa cellule couverte d’un blindage de céramite réfractaire à l’épreuve des températures les plus élevées. Ils plongèrent à pic depuis l’orbite basse jusqu’aux plus hautes nuées de suie qui formaient un suaire tout autour de la planète, puis jusqu’au brasier sous-jacent.

En l’espace d’une heure, une force d’élite de Space Wolves survolait la surface à vive allure à bord de ses appareils d’insertion, dont la coque était presque chauffée au rouge. La formation fonça tout droit vers les remparts concentriques du Grand Generatorium, car le temps pressait à plus d’un titre.

Pour l’approche finale, le Greyclaw, le Thunderhawk personnel d’Egil Loup de Fer, émit un signal binharique suffisamment puissant pour percer la tourmente. Modulé avec précision pour exiger la coopération des Esprits de la Machine commandant l’accès au Generatorium, il eut pour effet d’ouvrir le dôme supérieur, et les Thunderhawks manœuvrèrent jusqu’au sein de la macrostructure.

Une scène cauchemardesque les y attendait. Des foules de réfugiés s’étaient manifestement ruées en ce lieu pour y chercher un abri, mais l’accès leur avait été refusé par ceux qui les avaient précédés. Et ils avaient eu raison. La populace avait été porteuse de quelque maladie qui s’était répandue, et avait transformé les gens en un abominable grouillement hybride de mycète et de Démon, cuit par la chaleur du brasier extérieur. La masse gémit et fut prise d’un spasme à l’approche des Thunderhawks.

L’appareil argenté de Valdar Aurikon ouvrit le feu tout en descendant pour déposer ses passagers. Avant même de toucher terre, les Chevaliers Gris avaient nettoyé une zone d’atterrissage par le Bolt et le feu. L’engin d’Egil suivait de près, et il émit un autre signal qui fit s’ouvrir un iris dans le sol. Les Space Wolves se séparèrent des Chevaliers Gris pour descendre dans la gorge du Generatorium, leurs Thunderhawks longeant d’immenses bobines de cuivre.

C’était une course contre la montre, car en ouvrant l’iris le domaine souterrain se retrouvait exposé au cataclysme extérieur, mais les Space Wolves excellaient en la matière. À peine débarquées de leurs appareils, quelques minutes suffirent aux meutes de Grimnar pour localiser une antichambre caverneuse remplie de Midgardiens désespérés et affamés. Ils furent transis d’émotion à la vue du légendaire Grimnar - les plus anciens des natifs s’enquirent avec déférence si le héros des sagas, bras droit de l’Empereur Lui-même, était venu les sauver. Le Loup Suprême ne perdit pas de temps en protocole. D’un ton sans appel, il fit embarquer autant de Midgardiens que possible dans la cale à moitié vide de ses appareils. Egil Loups de Fer et ses Prêtres de Fer s’étaient connectés à la matrice châtelaine du Generatorium pour déclencher les impératifs d’ouverture du reste de la colossale structure, avant d’avertir d’un carillon-vox les Chevaliers Gris qui se battaient à la surface. La tâche était accomplie, il était grand temps de partir, et de mettre à mort Midgardia.

Les escorteurs Thunderhawk de l’expédition de Logan jaillirent du Grand Generatorium comme si la planète elle-même les avait crachés. Poussés par les ascendances thermiques, ils filèrent au zénith, et la chaleur intolérable de la croûte en fusion fit place à la fraîcheur des cieux. Quelques heures plus tard, ils avaient rallié la flotte des Space Wolves. Prétextant une saute d’humeur de leurs Esprits de la Machine, les appareils de Fenris accostèrent dans une baie loin du regard des Chevaliers Gris afin d’y débarquer discrètement leurs passagers imprévus.

Logan Grimnar retrouva le Grand Maître Aurikon sur la passerelle de l’Allfather’s Honour. Le Chevalier Gris refusa de serrer la main de Grimnar en signe de fraternité guerrière, mais l’heure était si grave que chacun se tint coi.

La funeste besogne ne pouvait attendre. Le cœur lourd, le Maître du Chapitre Space Wolves ordonna qu’on aligne la Dent de Morkai avec le puits béant du Grand Generatorium. Sur le front de Grimnar, les perles de sueur reflétaient les runes du compte à rebours, tandis que l’arme colossale était mise en position par les serfs dans les entrailles de l’Honour. Si près de l’Œil du Loup, son attraction gravitationnelle rendait un saut Warp très périlleux, et le Loup Suprême pressentait qu’une telle tentative se solderait par leur mort à tous. Une coordination sans faille serait nécessaire pour échapper à l’onde de choc. La Barge de Bataille, pourtant assez grande pour transporter douze Compagnies avec une marge confortable, vibra tout entière au départ du colossal missile.

Peut-être que quelque intelligence maléfique avait perçu l’intention des Space Wolves, car l’écran hololithique géant du strategium montra des choses-mouches bouffies qui jaillissaient du puits. Il y en avait tant qu’elles assombrissaient le ciel, mais c’était insuffisant et trop tard. La Dent de Morkai, coiffée d’une énergie destructrice qui lui ouvrait un chemin incandescent vers l’abîme, plongea dans le Grand Generatorium béant. Elle disparut l’espace d’un moment - puis ce fut la lumière, aveuglante.

La mort de Midgardia répandit le feu dans le vide. L’intensité de l’explosion aurait aveuglé définitivement quiconque l’aurait observée sans protection. Les planètes voisines furent baignées de rayons destructeurs. L’effet de marée, les tempêtes de feu et les éruptions volcaniques marquèrent la fin d’une ère géologique. Fenris fut atteinte par une vague de choc d’une détonation qui transforma la nuit en jour. Midgardia avait péri avec violence, et l’Imperium serait marqué à jamais par sa disparition.

Avertie de la brutalité de l’Exterminatus par les prêtres de Grimnar, la Flotte Impériale put dans l’ensemble anticiper la colossale onde de choc. Ce ne fut pas le cas des Tours d’Argent, suspendues telles des dagues au-dessus des mondes qu’elles devaient assassiner. Quand le front de l’onde d’agonie de Midgardia les toucha, les citadelles étincelèrent de plus en plus jusqu’à subitement cesser d’exister. Même s’il était trop tôt pour s’en réjouir après la destruction d’un monde de l’Humanité, plus d’un commandant impérial s’autorisa à sourire de satisfaction et de soulagement en voyant les invraisemblables forteresses bannies dans l’Empyrean.

Au cours des années suivantes, le système entier fut sujet à des orages de météores. Ils ont zébré les cieux et creusé de cratères les paysages de tous les mondes qui avaient connu Midgardia dans leur ciel nocturne. On prétendit que le point d’impact de ces roches célestes était maudit, et que ceux qui s’en approchaient succombaient à une déchéance physique fatale. Bientôt, les chutes de météores furent considérées comme les braises du feu de Morkai, jaillies des contrées souterraines pour allumer des brasiers funestes dans le domaine des hommes.

La Rage de Logan[modifier]

Plantée dans le noyau de Midgardia, la Dent de Morkai avait fait exploser la planète tout entière. Le système stellaire de Fenris avait subi une blessure mortelle.

Il n’y avait nulle trace de joie dans le cœur de Logan Grimnar quand la nouvelle de disparition de la flotte de Tzeentch lui parvint. Le secteur de Fenris était libéré de la plaie des Tours d’Argent, mais au prix de la mort d’une planète sous sa garde - et de sa main qui plus est. Dans sa poitrine bouillonnaient des émotions aussi intenses que la boule de feu qui avait secoué les cieux, mais loin de se dissiper, elles s’intensifiaient à chaque minute. C’était le Cyclope qui était derrière tout cela - un vieil ennemi des Fils de Russ, et on ne peut plus rusé. Il le savait avec autant de certitude que si le rire du monstre avait résonné à ses oreilles. Ses soupçons se confirmèrent quand un psaume-missive parvint au strategium de l’Honour. Un géant écarlate parcourait Fenris en semant la destruction.

Ordonnant la marche avant toute, Grimnar se rendit aux moteurs, accompagné d’un trio de Prêtres de Fer. Le Loup Suprême était si résolu à se battre en personne pour son monde, il était si près de s’abandonner à une rage irraisonnée, que tous les hommes et Serviteurs à bord de l’Allfather’s Honour redoublèrent d’efforts pour faire route avec toute la hâte possible. La révolution de Midgardia l’avait amenée relativement près du Monde Hostile uqi hébergeait ses anciens protecteurs, aussi la flotte de Logan parvint-elle à destination avec une promptitude impressionnante. Sitôt la mise en orbite sanctifiée par les Prêtres de Fer, les sirènes d’invasion retentirent, et tous les Space Marines à bord de l’Honour se précipitèrent vers un teleportarium, un hangar ou un tube de largage.

Le Loup Suprême tiendrait bientôt sa vengeance.

Les Œuvres de Magnus[modifier]

L’esprit du Roi Écarlate est un dédale insondable, un vortex de changement ou tourbillonnent les possibilités fractales et les songes étourdissants. Il n’exécutait pas un magistral plan de conquête, mais tout un éventail, et plusieurs d’entre eux étaient sur le point d’aboutir. Fenris allait en pâtir très sévèrement.

Le Roi Écarlate se réjouissait au plus haut point de la fin tragique de Midgardia, une digne récompense pour ceux qui vénéraient les hypocrites Fils de Russ. L’âme pleine de fiel du Primarque Démon recelait encore, toutefois, un certain degré de répugnance envers le concept de l’Exterminatus, bien qu’il fût habitué à réprimer ce genre de sentiment. Ses actes avaient entrain la mort de milliards d’innocents, ce que le Primarque d’antan aurait déploré avec honte jusqu’à ses derniers jours. Mais en lui, la part dominante était celle du Démon, et elle ne ressentait que la satisfaction d’avoir mené à son bien l’étape suivante de son plan.

Il y a très longtemps, quand il nouait des alliances et mettait en place les pièces de son maître plan, Magnus avait conclu un pacte avec Mortarion, son frère et compagnon de déchéance. Mortarion était le Primarque de la Death Guard, le seigneur de l’infernal monde-dépotoir Barbarus et le favori du Dieu des Pestes. Il avait osé se prétendre l’égal du Roi Écarlate, et il s’était même exprimé contre lui dans une autre vie - Magnus n’avait pas oublie ce camouflet, mais il avait besoin d’alliés pour accomplir ses œuvres majeures.

Un accord fut conclu au fin fond de l’Œil de la Terreur. Mortarion le cadavérique accepta d’envoyer une de ses pires maladies entropiques - avec comme vecteur une légion innombrable - pour hâter la conquête du système de Fenris. En échange, Magnus promit à Mortarion qu’il pourrait vouer à Nurgle n’importe quelle planète entourant l’Œil du Loup, sauf Fenris, déjà destiné à Tzeentch. Les étendues fongiques de Midgardia étaient un choix évident ; quelques pandémies répandues dans les jungles feraient de la planète une annexe plaisante au Jardin de Nurgle.

Quand la Dent de Morkai fut lancée sur Midgardia, la planète était déjà sous l’emprise immonde du domaine de Nurgle. Mais le Dieu des Épidémies avait été privé de son cadeau par la spectaculaire détonation de l’acte sacrificiel cosmique. Il allait de soi que ce n’était pas la faute de Magnus - c’était à Mortarion et à ses agents qu’il appartenait de veiller sur leur nouveau territoire. Ce genre de pacte faustien était la routine du maitre de Magnus, l’Architecte du Destin. Ce retournement de situation était tout particulièrement bienvenu, car il frustrait le rival éternel de Tzeentch, le Seigneur des Pestes. C’est ainsi que le Grand Jeu se pratique depuis toujours.

Comparé aux conséquences de la fin spectaculaire de Midgardia, le tort causé aux biens de Nurgle était dérisoire. La mort d’un monde est un événement psychique d’une terrible magnitude, car le chant du cygne de milliards d’âmes est une douce musique à quiconque se repaît de la guerre. Dans la mesure où l’acte meurtrier revenait à une forme de trahison, car c’était le geste délibéré d’un protecteur amené à tuer ceux dont il avait la charge, l’énergie psychique émise était d’autant plus puissante. Un praticien des arts occultes qui aurait su exploiter ce déluge d’émotion en captant l’onde réfléchie dans le Warp disposerait d’assez d’énergie pour changer la galaxie. Magnus le Rouge y avait justement veillé.

Ce n’était nullement par accident que le Roi Écarlate avait envoyé ses Sorciers Exaltés dans les profondeurs glaciales de l’espace. Les Tours d’Argent qui affligeaient le secteur de Fenris d’un bout a l’autre, disposées en un motif complexe à la signification métaphysique qui reproduisait le Planétaire Céleste de Magnus, étaient prêtes et attendaient la fin de Midgardia.

Alors que l’Exterminatus par les Space Wolves manifestait ses effets physiques à travers l’espace, les Tours d’Argent avaient déjà tiré profit du tsunami psychique qui les précédait. Elles scintillèrent avec un éclat de plus en plus vif, jusqu’à ce que les dimensions de l’espace réel ne puissent plus les contenir. Au point culminant de leur moisson psychique, elles disparurent pour revenir en orbite autour de l’orbe ensorcelé qui leur servait de foyer. Les commandants de la flotte impériale défendant le secteur de Fenris s’étaient réjouis de voir l’ennemi disparaître, sans savoir que loin de subir un revers, le dessein vengeur de Magnus avait fait un progrès sensible.

Si Magnus désirait faire ressentir aux Space Wolves la trahison et l’injustice d’une telle exécution, ce n’était pas seulement par dépit, ni par un goût perverti de la justice. Même un apprenti mage sait que les semblables s’attirent, et que les actes suscitent des échos. Un sort est plus facile à jeter si on a une affinité avec la victime, et quand un rituel comprend une portion de la cible - un ongle, un cheveu ou un objet de valeur - sa capacité à l’affecter est neuf fois plus grande. Mais Magnus était au-dessus de telles mesquineries. Il ne se souciait point d’exploiter l’écho de la forme matérielle d’un simple adversaire, mais celui des événements cataclysmiques qui avaient modelé l’histoire. Et plus particulièrement, en fait, le Sac de Prospero.

La Malédiction du Wulfen, cette mutation bestiale, avait été implantée en profondeur et si subtilement qu’elle était pleinement acceptée par les guerriers dont elle entraînerait la perte. Des à présent, les Space Wolves changeaient à proximité de leurs frères sauvages, de sorte que les fiers guerriers se rabaissaient au rang de caricatures bestiales en manifestant leur nature atavique. C’était une affliction sciemment infligée, qui avait ravivé plus que jamais l’intolérance et la suspicion de l’Imperium envers les guerriers de Fenris. En jouant sur la rivalité entre les Dark Angels et les Space Wolves grâce à l’habile Changelin, Magnus avait montré aux Fils de Russ ce que c’était que d’être persécuté pour déviance génétique. Et en prime, de voir son domaine souverain bombardé par ceux qu’on avait considérés comme des frères.

Les œuvres du Cyclope ne s’arrêtaient pas là. En semant le feu et la damnation sur Fenris, Magnus avait donné à ses adversaires un avant-goût du destin des siens ; les gènes Space Wolves étaient souillés par la mutation et la folie, et des monstres tentaculaires traquaient les sujets encore sains. En lâchant une confrérie Space Marine sur le bastion d’une autre, il avait fait en sorte que les braises de l’Hérésie d’Horus redeviennent un horrible incendie. Plus précisément, en manipulant les Space Wolves pour qu’ils détruisent un monde peuple d’alliés, Magnus avait fait écho a l’exécution de sa propre planète. Non sans exploiter au passage le contrecoup psychique de l’agonie de milliards d’âmes, à travers une manœuvre experte.

En termes de rituel métaphysique, ce fut la plus audacieuse machination occulte jamais tenté depuis l’illumination de l’Astronomican. Et si l’on ajoutait à cela l’exploitation de la destruction de Midgardia au moyen des Tours d’Argent, le succès était total.

Tout était prêt pour le dernier acte.

Les Scribes Bleus couinaient, serviles et minuscules à côté de leur colossal maître. Pris du besoin de lui plaire, ils poussaient devant eux avec empressement des parchemins, grimoires et manuscrits enluminés. « Tout est donc bien là, » s’enquit Magnus. « Comme je vous l’ai ordonné. »

« Oui, ô Seigneur des Destins Émergents, » dit P’tarix. « Toute la sorcellerie de l’homme. Les Anges en avaient amassé une quantité surprenante. »

« Veuillez pardonner notre retard, » implora Xirat’p avec révérence, « Un tel fardeau est rude pour les genoux. »

Magnus passa son arme au-dessus du trésor occulte.

Relique après relique, il se transforma en brume aux relents étranges. Les miasmes lui firent comme un nimbe de lueur pâle.

« C’est judicieux, de se prémunir ainsi contre la magie, » commenta P’tarix, « L’Humanité sort parfois du lot. »

« Silence, » dit Magnus, « Ou je vous jette au Puits d’Éternité. »

« Ahii ! » s’écrièrent Xirat’p et P’tarix d’une seule voix en se serrant. Magnus grimaça et tendit la main. D’un regard de lieu dans sa paume, les Démons se muèrent en lueurs bleues.

« À l’ouvrage, scribes, » ordonna Magnus. « Finissons-en. »

Les Fils de Fenris[modifier]

Les Griffes de Russ strièrent à nouveau les cieux quand les vagues successives de Modules d’Atterrissage s’abattirent. Cette fois, il ne s’agissait pas de conquérir mais de reprendre. Logan Grimnar était à la pointe de l’assaut, hurlant sa rage au vent. Les meutes de la Garde Loup chargèrent sus a la Légion traîtresse qui avait fait intrusion sur son monde.

Des vagues de modules d’insertion tombèrent du ciel pour arriver au plus vite sur les cotes de l’étendue de magma que les Seigneurs Loups appelaient Lac Ardent ; là se trouvait la principale concentration de Thousand Sons, cible toute désignée pour la vengeance du Loup Suprême.

Les félons avançaient en masse vers le Ravin du Loup, une faille si profonde qu’on disait qu’elle s’ouvrait sur le cœur de Fenris. Le Croc était silencieux, car si l’invasion pyromancienne qui avait ravagé ses entrailles avait été repoussée, le feu avait sérieusement endommage les réacteurs des niveaux inférieurs. Les compagnies blindées d’Egil Loup de Fer et les guerriers entêtes de Sven Hurle-au-Sang arrivaient à toute allure ; même les Chevaliers Gris du Grand Maître Aurikon venaient, après avoir été prévenus d’un rassemblement démoniaque prés du Croc. Les Champions de Fenris étaient les plus proches du site, avides de vengeance. Grimnar ignorait les intentions des Thousand Sons. Il soupçonnait quelque magie rituelle, mais peu lui importait à vrai dire. La simple présence en force d’adorateurs du Chaos sur Asaheim suffisait à lancer un assaut décisif et meurtrier.

L’avant-garde des Space Wolves s’enfonça dans le dispositif ennemi comme le fer d’un épieu de chasse. Enveloppé d’un blizzard de cendres et de braises invoqué par ses Prêtres des Runes, Grimnar menait la charge sur son char Stormrider. Le champ de force de cette relique ancestrale dévia plus d’un éclair magique. Trop de guerriers en armure grise vidèrent les étriers avant d’atteindre l’ennemi, leur plastron fondu par la foudre mutagène, mais c’était l’inévitable prix à payer pour que les Space Wolves puissent déchaîner leur fureur en mêlée.

Grimnar avait coutume de frapper vite et sans pitié. Les chevaucheurs de Loups Tonnerres maintenaient l’allure tandis que les vétérans de la Garde Loups et les meutes hurlantes de Wulfens débarquaient des aéronefs d’assaut Stormfang pour charger à leur suite. On entrevit l’éclat des armures bleu et or à travers la nuée ardente, quand les premiers Thousand Sons furent démembrés, décapités ou piétinés dans la neige sale. Les guerriers pareils à des golems se relevaient, griffant et frappant de leurs gantelets quand leur Bolter était inutilisable, et il sembla un instant que la charge de Logan avait épuisé son élan.

Puis vinrent les Hurles-au-Sang, et la situation se débloqua. La poussée initiale avait incité les Thousand Sons à manœuvrer comme Grimnar l’avait prévu - ils n’avaient guère le choix, car il les avait délibérément attaqués alors qu’ils étaient adossés au Lac Ardent. Les Sorciers chargés de l’armée d’automates avaient fait s’étaler leurs troupes, pour recevoir la charge de Grimnar en leur centre tout en faisant un mouvement tournant sur l’aile. Ce faisant, ils s’exposaient à l’ouest, invitant Sven Hurle-au-Sang à les percuter de plein fouet.

C’était un traquenard aussi sensé que celui d’une meute de loups, mais face à un adversaire aussi déroutant que les Thousand Sons, ce ne fut pas suffisant. Les Sorciers félons entonnèrent une imprécation qui auréola leurs laquais automates d’ondes de chaleur. Grimnar grogna en les voyant se replier vers le Lac Ardent, puis marcher sur la lave en fusion comme s’il s’était agi de terre ferme. Les Space Wolves jusque-là occupés à frapper l’ennemi de taille et d’estoc se retrouvèrent cantonnés au rivage surchauffé, puis faute de mieux, ils se mirent à tirer au Pistolet Bolter sur les Thousand Sons qui reculaient sur la mer de flammes. Ces derniers ripostèrent par des salves extrêmement meurtrières. Il devint clair que les Space Wolves avaient été piégés, et non l’inverse. Un par un, les héros de Fenris tombaient parmi leurs frères, qui le torse béant, qui la tête emportée dans une fontaine de sang. Les champions de Grimnar périssaient au cote des Hurles-au-Sang de Sven, leur saga abrégée par un ennemi qui se riait des lois de la nature. Mais les Space Wolves n’avaient pas de nature à céder à l’adversité. Tout en sachant qu’ils n’étaient pas de taille dans un échange de tirs avec les Thousand Sons, ils se campèrent, tournèrent leur épaulière vers la fusillade et ripostèrent comme ils parent. Tous savaient que Grimnar bouillait de rage, mais il n’était pas idiot, et il s’était entouré des meilleurs guerriers.

Les Hurles-au-Sang sont connus pour être fascinés par le feu. Lors de leurs festivités, ils avalent et soufflent du feu, et marchent sur les flammes car ils sont convaincus que c’est ainsi qu’un guerrier prouve sa vaillance. Nommés d’après un volcan aux éruptions hurlantes, ils ne craignent pas la lave, qui est un élément de leurs rites. Sven Hurle-au-Sang sourit largement et envoya ses escadrons de Land Speeders antigrav, qui creusèrent des sillages dans le lac avant de déchaîner leurs armes à fusion. Même les Rubricae ensorcelés fondaient comme du suif sous de tels tirs. Alors que les Thousand Sons visaient les meutes aéroportées avec leurs Bolters et leurs canons rotatifs, Sven et sa Garde Loup à Réacteurs Dorsaux se jetèrent sur les Thousand Sons les plus proches du rivage. En conjonction avec les Serres Sanglantes restants, ils bondirent par-dessus l’étendue brillante pour percuter les Rubricae avant de repartir vers la rive dans un hurlement de turbines. Les Thousand Sons tombés sous l’impact ne se consumèrent pas, car la sorcellerie de leurs maîtres les avait ignifugés, mais ils coulèrent et furent engloutis par la lave sans plus de témoignage de leur disparition que quelques bulles sortant du fluide visqueux.

Les Sorciers Exaltés à la tête de l’armée d’automates survolaient la mêlée, portés par des Disques de Tzeentch bordés de lames qui négociaient les ascendances thermiques comme de frais zéphyrs. Un Sorcier projetait des éclairs d’énergie rose qui abattirent un Land Speeder après l’autre, un autre lançait des hélices de lumière Warp qui faisait simplement cesser leurs victimes d’exister. Un troisième expédia des giclées de sang corrosif sur les Space Wolves du rivage, et les éclaboussures écarlates dévoraient la chair exposée aussi sûrement que du vitriol concentré. Toutes les salves qui leur étaient destinées furent dissipées par un bouclier de force scintillant. Les pertes des Space Wolves s’accumulaient de seconde en seconde.

Si grande était l’armée des Thousand Sons massée sur la rive que certains n’avaient pas encore atteint leur point de regroupement sur le lac de lave. Un parti de Space Wolves se pavait un chemin à travers une concentration de Thousand Sons, quand Logan Grimnar vit quelque chose qui lui coupa le souffle : un géant parmi les hommes, en armure gris ardoise et or, dont la crinière blonde ondoyait dans le vent chaud. Son épée chantait en tuant et tuant encore, chaque coup déchaînait une explosion d’éclairs azures.

L’apparition croisa le regard de Grimnar.

« C’est ton monde, mon fils. Utilise sa morsure. »

Puis la vision disparut. L’âme de Grimnar était en proie l’exaltation. Il avait vu Leman Russ, il en était certain. Et il savait quoi faire.

Tout en poussant un long hurlement perçant, le Haut Roi de Fenris se fraya un passage vers le nord.

Les Lac de Feu[modifier]

Une mer de lave bouillonnante séparait Grimnar du cœur du Ravin du Loup, le point focal d’une vendetta immémoriale qui menaçait d’emporter son monde tout entier. Même s’ils parvenaient à franchir cette étendue de feu, le Loup Suprême et ses champions allaient devoir affronter les plus rudes adversaires, investis d’une puissance immortelle.

Logan Grimnar se battait comme une force de la nature. Ses nattes et sa cape en peau de loup claquaient dans le vent chargé d’étincelles comme il fonçait vers l’ennemi haï. La Hache Morkai, ce trophée pris à un champion des World Eaters, fauchait et tranchait. Pour une fois, son fer assoiffé de sang ne faisait pas bouillir et siffler le fluide vital, mais il était pailleté de poussière et parcouru d’un filigrane d’éclairs, les restes des Rubricae damnés qu’il démembrait sur sa route. Puis le char du Loup Suprême fit halte, la glace crissant sous les larges pattes de ses bêtes de trait. Stormrider était arrivé au bord de l’étendue de lave, sur laquelle le reste des Thousand Sons s’était réfugié comme s’il s’était agi de terre ferme ; Grimnar et ses Champions de Fenris étaient à court d’ennemis à tuer.

Grimnar grinça des dents, frustré, car il aurait fallu près d’une journée pour contourner la mer de lave, ce dont il n’avait pas le loisir. Le Loup Suprême était poussé par une hâte désespérée. Il avait vu son Primarque de ses yeux, au côté de ses fils. Quelle meilleure preuve que l’Heure du Loup avait sonné ? Magnus souillait déjà Asaheim de sa présence. Il pouvait sentir la puanteur de sa sorcellerie, sans même le voir.

Fenris était presque sous l’emprise du Roi Écarlate ; si les Fils de Russ voulaient déchaîner la fureur de la planète contre lui, il ne fallait pas tarder.

Puis vint la réponse à l’appel de Grimnar. Rasant le sol parmi les volutes de fumée, trois escadrons d’aéronefs Stormfang surgirent dans le rugissement de leurs turbines. Leurs Land Speeders d’escorte arrosaient la ligne des Thousand Sons au Canon d’Assaut. En quelques secondes, une demi-douzaine de Rubricae furent fauchés parmi les éclaboussures de lave, sans que leurs compagnons s’en émeuvent. Ils ouvrirent le feu posément sur les appareils Space Wolves, les Canons Soulreaper déchiquetant les Land Speeders dans des explosions de métal déchiqueté. Les traîtres en Armure Terminator sur la mer de lave lancèrent des salves de missiles qui détonèrent sourdement sur la proue des transports ; certains durent dévier leur course afin que leur propre élan ne les mette pas en péril. Les autres maintinrent leur cap, si près du sol que Grimnar s’accroupit par réflexe à leur passage.

Le Loup Suprême sourit en voyant que les engins ne tiraient pas directement sur les Sorciers et leurs Thousand Sons animés, mais sur la surface de lave. Leurs Canons Helfrost, des armes propres à Fenris capables de geler la moindre cellule du corps de leur cible, balayèrent la lave avec insistance. En quelques secondes, une langue de roche refroidie se forma tel un ponton sur le lac de feu.

Grimnar se ruait déjà sur les centaines de mètres de la jetée improvisée, talonné par sa Garde Loup et ses Wulfens. Les Thousand Sons réagirent lentement, trop lentement. Criant son triomphe, Grimnar se retrouva de nouveau au contact, sa grande hache coupant court à l’existence d’un antique félon après l’autre. Les Champions de Fenris couraient éperdument derrière lui, en Armure Terminator à l’épreuve des munitions infernales de l’ennemi sans vie. En pointe, Arjac Poing de Pierre abattit son bouclier dans le premier Rubric Marine venu avec tant de force que l’automate se disloqua, comme martelé sur une enclume.

Le Thunderhawk Ironspear suivait de près les Escorteurs Stormfang, cherchant avec ses Bolters Lourds les Sorciers à la tête des forces ennemies. Un Stormfang fut arraché du ciel par l’adepte de la télékinésie Acazept l’Ingrat quand il survola les Thousand Sons en semant les Bolts, et l’appareil s’abîma dans une grande gerbe de magma. Le coupable traça un signe du doigt en laissant échapper un rire lugubre. Un instant trop tard, l’Ironspear atomisa le Sorcier d’un coup de Turbolaser, ce qui incita du moins les autres Psykers à se focaliser sur leur propre sauvegarde plutôt que de presser leur attaque.

Le Thunderhawk était en soi une bête redoutable, mais la plus grande menace se cachait dans ses entrailles de métal. Le Loup Suprême avait ordonné à ses Prêtres des Runes de l’accompagner, malgré la perspective d’affronter un Primarque Démon, qui plus est Magnus le Rouge. Une confrontation psychique leur coûterait la vie à tous en quelques secondes, mais ils répondirent à l’appel sans hésitation ni remords.

Leur présence s’avéra bienvenue. Même si l’assaut de Grimnar avait frappé de plein fouet l’armée des Thousand Sons et abattu plusieurs des Sorciers qui entretenaient son animus, il n’était appuyé que par des Land Speeders, des aéronefs et les tirs au jugé des Longs Crocs postés au loin. Les Thousand Sons convergeaient de plus en plus vite vers la jetée de lave à peine solidifiée, dont la roche se craquelait bruyamment sous l’effet antagoniste du feu et de la glace. Un trio de Sorciers montés sur disque, hors d’atteinte de Grimnar grâce à leur altitude, comprit que le Loup Suprême cherchait à bousculer leur formation pour rejoindre la rive opposée. Ils levèrent simultanément leur bâton vers un escadron de Stormfang qui virait pour exécuter une nouvelle passe. D’immenses ailes apparurent dans le ciel, celles d’un serpent encore plus grand que le légendaire oiseau Roc de Fenris. L’apparition frappa comme un cobra, écrasant tour à tour les Stormfangs dans des explosions bleutées.

À bord du Thunderhawk, les Prêtres des Runes n’étaient pas oisifs. En rejoignant Grimnar, ils avaient accompli un rite de leur cru dans les entrailles de l’Ironspear, tapissées de fourrures, d’os et de runes ensanglantées.

Dans un rugissement terrible, à crever les tympans, une gigantesque tête de loup surgit de la mer de lave. Sa crinière de flammes tombait en cascade de son crâne de roche fondue, ses mâchoires dégouttaient de magma, et son corps massif souleva un mascaret de lave sur l’armée des Thousand Sons. Le Souffleur de Feu, totem mythologique de la Grande Compagnie de Sven Hurle-au-Sang, était sorti de son antre volcanique. Les stalactites qui lui tenaient lieu de crocs se saisirent du serpent ailé invoqué par les Thousand Sons, et il se dissipa dans une bouffée de flammes. Le titan ardent en forme de loup retomba à grand fracas dans l’étendue de lave, dont les vagues incandescentes balayèrent à nouveau les Rubricae.

Tout à coup, la voie était libre pour Grimnar. Les trois derniers Stormfang revinrent à basse altitude pour déchaîner leurs Canons Helfrost. Cette fois, la langue de roche à peine solidifiée se faisait dangereusement étroite, et praticable par seulement trois guerriers de front sans basculer dans la lave. Mais les Champions de Fenris reprirent leur progression, suant, saignant et souffrant à chaque pas, jusqu’à ce que l’autre rive du lac de feu soit enfin en vue.

Face à eux s’alignaient des rangées de Terminators aux silhouettes imposantes et bien reconnaissables. C’était la garde d’élite Scarabée Occulte du Roi Écarlate.

Parmi elle se trouvait le fameux Ahriman, Archi-sorcier des Thousand Sons.

Flamme et Fureur[modifier]

Rugissant comme le tonnerre, les Champions de Fenris chargèrent le long du promontoire de glace sous le feu des Terminators du Scarabée Occulte. Leur fureur les poussait malgré les salves de Bolts Inferno qui les martelaient, et ils étaient animés d’une détermination digne des sagas. Ils allaient se mesurer au plus puissant Psyker qui soit.

L’avant-garde élue de Grimnar était dotée du plus lourd matériel de guerre dont leur Chapitre disposait, mais même l’Armure Terminator n’était pas à l’épreuve de la sorcellerie d’Ahriman. Torfin Daggerfist périt d’un éclair scintillant en pleine poitrine, le visage tordu de douleur. Belegor le Pâle eut la tête emportée par un rai de lumière multicolore. Olev Whiteblade fut soulevé de terre par une force invisible qui le plongea dans un abîme de feu. Les guerriers qui les suivaient serrèrent les crocs et poursuivirent l’assaut. S’ils défaillaient en cet instant, s’ils perdaient l’élan de leur charge, ils étaient tous perdus.

Le char de Grimnar tressautait et tanguait en amenant le Haut Roi vers la mêlée. Le regard du vieux guerrier croisa celui d’Ahriman, le légendaire Archi-sorcier qui avait tué les frères de meute de Russ en personne à l’aube de l’Imperium. Une haine pure et muette passa entre eux, mais Grimnar avait d’autres préoccupations. Derrière l’Archiviste félon, le Loup Suprême ne pouvait percevoir que des miasmes d’énergie qui brouillaient l’ouïe aussi bien que la vue. La proximité des lieutenants de Magnus ne suggérait que trop bien ce qui pouvait se cacher. D’un cri, il poussa ses Loups Tonnerre à bondir. Le char et son aurige survolèrent la ligne du Scarabée Occulte pour plonger droit dans l’étrange brume.

Un Stormfang en approche fit une passe au Canon Helfrost, figeant deux membres du Scarabée Occulte telles des statues de glace. D’un geste impatient, Ahriman fit jaillir des flammes de la lave. Les Terminators inertes s’animèrent dans une saccade, et l’un tira des missiles de son lanceur dorsal, atteignant l’arrière du Stormfang qui alla s’écraser parmi les rochers calcinés.

Les Champions de Fenris de Grimnar approchaient à vive allure quand l’Archi-sorcier tendit ses longs doigts. Cinq jets scintillants comme des éclats de verre en jaillirent, et frappèrent autant de guerriers de Grimnar dans un bruit de bris de vitre à peine audible. Les jets s’étaient dirigés d’eux-mêmes vers les guerriers sans casque, et à leur contact, les Terminators subirent une horrible dégénérescence. Ils se couvrirent de poils et leur faciès s’allongea, non pas à la façon d’un Wulfen, mais d’un loup de Fenris. Leur anatomie se déforma du tout au tout sans que l’Armure Terminator n’en soit affectée. L’os et la chair cédèrent avant la céramite. Les victimes hurlèrent puis gémirent quand leurs propres os déformés se brisèrent en les torturant comme des lames. Les choses-loups s’effondrèrent, tressaillirent et se tordirent en espérant la relative miséricorde d’une mort par le feu.

Pourtant, les Champions de Fenris continuaient. Ahriman lança un autre assaut psychique, en projetant de ses yeux des vipères de flammes. Cette fois c’était Arjac Poing de Pierre qui était en tête, flanqué de ses frères de bouclier. Ils levèrent leurs lourds pavois, comme un bélier de céramite et de muscles lancé en pleine course. L’énergie malfaisante se changea en ectoplasme nauséabond mais inoffensif. Derrière le mur de boucliers se tenait Njal des Tempêtes, débarqué de l’Ironspear, qui s’efforçait de dissiper les sorts jetés contre ses compagnons.

Arjac et sa Garde Loup tenaient l’occasion qu’il leur fallait. Les félons du Scarabée Occulte visaient les Space Wolves avec une précision clinique, cherchant à atteindre les oculaires et les genouillères, mais les porteurs de bouclier avaient coutume d’endurer de rudes impacts. Quand un guerrier titubait, ce n’était que pour se reprendre et bondir de plus belle en grognant de rage.

La charge de la Garde Loup percuta la ligne du Scarabée Occulte avec la violence d’un boulet de démolition. Les Sekhmet tinrent bon, en glissant sur le sol de cendres sous l’impact mais sans tomber. Ceux du Scarabée Occulte se battaient avec une vivacité reptilienne très différente de la torpeur onirique des Rubricae. Les guerriers automates paraient les coups de marteau non sans élégance au moyen de leurs lames courbes. Deux d’entre eux désarmèrent même leur adversaire, et un autre étala même un champion armé de Griffes Éclair en le blessant gravement au torse. Puis Arjac percuta la ligne du Scarabée Occulte en mettant son élan derrière son bouclier, et il lança sans transition son Marteau à Ennemis. L’arme heurta le flanc d’Ahriman de plein fouet, envoyant glisser le Sorcier dans une gerbe d’éclairs. Un éclat de lumière, et le Marteau à Ennemis s’était téléporté de retour dans le gantelet modifié d’Arjac ; Ahriman, lui, s’était éclipsé.

Privés des enchantements de l’Archi-sorcier, les Sekhmet ne se battaient plus comme des demi-dieux de l’antique Prospero. Toutefois, Arjac et sa Garde Loup demeuraient inférieurs en nombre aux Thousand Sons. Très vite, les Champions se battirent non plus comme des rois, mais comme dans une rixe de taverne, frappant éperdument à coups de coude ou de tête les indomptables gardes écarlates qui avaient refusé de céder à la charge.

Le déluge de suie et d’escarbilles faisait toujours rage autour des combattants, attisant la fureur des frères de bouclier d’Arjac. Çà et là au long de la ligne, un champion de Fenris déjouait la garde d’un ennemi le temps de lui asséner un coup de marteau dévastateur. Lentement, péniblement, ils repoussaient l’ennemi, et chaque pas gagné agrandissait la tête de pont pour le reste de la Garde Loup. Tout comme l’immobilité tendue de deux lutteurs de force égale se mue subitement en victoire de l’un, les Champions de Fenris prirent soudain l’ascendant, et bousculèrent les rangs adverses désorganisés pour taillader, pulvériser et piétiner leurs ennemis dans le sol rocailleux.

Les miasmes qui avaient englouti leur seigneur se dissipèrent peu après, révélant un tout autre spectacle. Quiconque en fut témoin s’en trouva ébranlé jusqu’aux tréfonds de son âme.

Magnus Domine[modifier]

Magnus le Rouge domine le Ravin du Loup.
Le Ravin du Loup était le théâtre de la guerre dont Fenris était l’enjeu. La soudaine disparition des Tours d’Argent et la rumeur selon laquelle les Champions de Logan Grimnar allaient porter le fer sur Asaheim avaient fait réagir les Grandes Compagnies mobiles avec la célérité de prédateurs en chasse. C’est alors qu’elles prirent la véritable mesure du péril.

Pendant que les Champions de Fenris combattaient les légions immortelles d’Ahriman, leurs Frères de Bataille convergeaient vers le Ravin du Loup. Egil Loup de Fer avait poussé ses machines de guerre à leurs limites pour arriver à temps en cette heure tragique, en attaquant du nord après avoir été déposé par un transporteur orbital lourd. Il était à la tête d’un fer de lance de Land Raider, et la lourde colonne blindée malaxait la neige d’Asaheim à grands jets. Il était accompagné des rescapés des Forces de Défense Planétaire de Midgardia dans leurs chars de l’Astra Militarum, et venant de l’ouest, de la Montagne des Épreuves, Harald Loup des Morts amenait la plus grande meute de loups jamais vue sur Fenris. Les Loups de Fer et les Loups des Morts avaient dû livrer des combats acharnés contre les envahisseurs venus des Tours d’Argent qui avaient fait pleuvoir le feu sur leur foyer. Leurs Seigneurs Loups avaient soupçonné quelque tromperie quand les citadelles flottantes avaient émis une telle lueur avant de s’évanouir, en laissant leurs troupes terrestres à la merci des Space Wolves de retour. Leurs craintes furent confirmées par une dépêche vox du Croc : le phénomène était un simulacre de retraite, et les forces de Magnus avaient été repérées sur Asaheim. Avant qu’un tour d’horloge fût achevé, les Grandes Compagnies avaient mis en déroute leurs ennemis et prirent la route du Croc en toute hâte.

Les Thousand Sons apparus en Asaheim étaient arrivés par un portail lumineux en spirale surgi du néant à l’entrée du Ravin du Loup. Depuis que le Croc avait été privé de l’essentiel de son énergie par les combats dans les galeries inférieures, rien n’avait pu intercepter la légion d’automates qui en était sortie. Ce n’est qu’une fois que les rangs serrés des Rubricae se furent déployés au bord du vaste gouffre, et que leurs maîtres juchés sur leurs disques avaient reconnu les alentours enneigés, que le cerveau à l’origine des maux de Fenris daigna entrer en scène.

Magnus le Rouge se manifesta de nouveau dans l’espace réel, nimbé d’un halo d’énergie psychique si intense qu’il faisait fondre la neige à une demi-lieue alentour. Sa démarche trahissait une assurance et un orgueil démesurés, et à juste titre, car son triomphe était à portée de main. Les Grandes Compagnies, poussées à accélérer encore davantage par la lumière qui éclairait la base des nuages autour du Croc, étaient anxieuses d’arriver à temps.

Elles ne faisaient que courir à leur perte.

Les Space Wolves n’étaient pas seuls face au Primarque Démon. Du ciel tumultueux surgirent des alliés aux ailes noires ; des escadrons de Chasseurs Nephilims assuraient la protection des Dark Talons et des nuées de Land Speeder. Dépêchée par Azrael en personne, la Ravenwing se joignait à ses rivaux pour cette périlleuse partie de chasse.

Et ce fut la Ravenwing qui souffrit la première d’avoir défié le Roi Écarlate. Un éclair électrique jaillit du centre du cercle de pierres par où Magnus était arrivé en Asaheim, un trait d’énergie si intense qu’il marqua les rétines de quiconque le vit. Deux chasseurs furent désintégrés sur le coup, et le troisième de leur escadron tomba en vrille avant de s’écraser contre l’immense falaise d’Asaheim. Les Dark Talons qui arrivaient derrière eux prirent aussitôt Magnus pour cible avec leurs Canons Rift, dans l’espoir de le bannir dans le Warp. L’étrange non-lumière ne causa que de légères cloques sur la peau écarlate du Primarque Démon. D’un battement d’ailes, il prit son essor, et balaya l’air autour de lui avec son immense haste pour susciter une vague d’énergie psychique crépitante. Les Dark Talons furent changés en marbre noir dont les veines étaient faites de la chair des pilotes. L’un après l’autre, ils achevèrent leur course dans la lave corrompue et visqueuse qui emplissait le Ravin du Loup.

Quand les appareils pétrifiés eurent sombré dans le roc liquide, Magnus s’était déjà posé au bord du gouffre comme quelque gargouille titanesque, et son incantation tonitruante se répercuta parmi les étendues enneigées. Ceux qui l’entendirent de leurs propres oreilles sentirent une vague de souffrance ramper sous leur peau, comme sous l’emprise d’un venin injecté par des serpents grouillants soudain matérialisés dans leurs propres veines.

Les Loups des Morts furent les suivant à tenter un assaut frontal, mais ils n’étaient pas dépourvus de soutien. La Ravenwing avait lâché des balises de téléportation qui clignotaient imperturbablement sur la neige. Leur signal ne servit pas à guider les frères de la Première Compagnie, mais la 3e Confrérie des Chevaliers Gris, ces tueurs de Démons sans pareils. Ils se matérialisèrent selon un schéma de dispersion hexagrammatique impeccable, à un jet de pierre seulement du Primarque Démon qu’ils étaient venus abattre. Magnus brandit de nouveau son sceptre, et une mer de Démons roses caquetants sortit de la neige, agitant leurs membres caoutchouteux en projetant leurs flammes Warp sur les Chevaliers Gris. Plusieurs de ces héros incorruptibles furent changés en prisons de cristal où l’on entrevoyait leur âme captive. Les autres ripostèrent avec la juste fureur de l’Empereur, et les Armes de Force Némésis taillèrent en pièces des monceaux d’Horreurs dans des explosions de matière démoniaque rance. Ils progressèrent pas à pas vers Magnus, en invoquant par leurs incantations des ondes de feu blanc qui bannissaient les Démons mineurs qui leur faisaient obstacle. C’est alors que des Chars Incendiaires les survolèrent, et que des Démons se déversèrent de leur sillage de feu, et les forces du Grand Maître Aurikon se retrouvèrent enfouies sous leurs ennemis. Leur progression ralentit, puis cessa.

Logan Grimnar frappe avec la Hache de Morkai Magnus le Rouge.
La cascade de Démons gloussants menaçait d’engloutir les guerriers de Titan, et c’est à cet instant qu’aboutit la charge des Loups des Morts. Son élan était tel que ni les loups ni les Space Marines n’eurent le loisir de se soucier de la nature de l’ennemi ; ils étaient là pour tuer à l’issue d’une longue traque, et reprendre leur domaine légitime. Les Horreurs furent repoussées dans un désordre cacophonique ; d’un point de vue en altitude, on aurait cru voir un flot de corps gris et blancs crever une marée d’un rose maladif. C’est alors que les vagues de Démons virèrent du rose au bleu, et que leur ressac se fit sentir. Des centaines de loups et de cavaliers périrent, consumés par le feu du Warp ou étouffés par la presse de l’énorme masse de Démons.

Cette mer d’horreur démoniaque fut alors parcourue par rien moins que cinq Cuirassiers Némésis de Titan. Conçus pour affronter les rois de l’Immaterium à armes égales, les marcheurs géants piétinaient sans peine la racaille qui couinait autour d’eux. Marchant en cadence, les pilotes Chevaliers Gris harnachés dans les Cuirassiers Némésis usaient de leurs exosquelettes argentés aussi bien que de leurs lames de force et de leurs Psycanons. Les Horreurs lancèrent désespérément tous leurs sorts mutagènes et flammes d’imprécation, mais leur magie impure n’avait pas prise sur le métal béni des Cuirassiers Némésis.

Leur succès contre la horde démoniaque attira l’attention de Magnus, ce qui scella leur sort. L’œil du Roi Écarlate émit un flux de couleurs qui n’étaient pas de ce monde. Le faisceau d’énergie Warp était si concentré qu’il s’étirait sur de nombreuses dimensions, et mille minuscules esprits-familiers s’en échappèrent quand il balaya la ligne de bataille. Sa puissance meurtrière annihilait le Démon comme le Cuirassier Némésis, et d’un seul passage de son œil injecté de sang, Magnus avait infligé le plus fondamental des changements à ceux qui l’avaient défié. Quatre héros de l’Imperium avaient fait place à de l’air surchauffé et à l’écho de leurs cris. Le cinquième Cuirassier Némésis, leur chef, n’avait pas eu autant de chance. Il avait été muté en géant d’os et de rouages argentés ; le pilote n’était plus qu’une marionnette démentielle, dont les ficelles étaient ses tendons sanglants, que tiraient les pistons de sa machine.

La destruction de cinq des plus précieux engins de Titan était intolérable. Loin au-dessus du Croc, l’astronef sophistiqué du chapitre des Chevaliers Gris augura de la position du Primarque Démon, calibra ses batteries d’armes, et fit feu. Quatre faisceaux couleur rubis, les plus puissantes armes navales Chevaliers Gris, convergèrent au même point. De toute évidence, Magnus aurait dû être réduit en un cratère fumant. En fait, il ne fut guère que mis à genoux ; un hémisphère de force invisible le protégeait des attaques physiques, si puissantes soient-elles. Le Primarque Démon se redressa, riant de l’impuissance de l’ordre impérial fondé pour lutter contre ses semblables.

Les Psykers runiques de la Grande Compagnie de Logan, sous les ordres de Njal des Tempêtes, ne désespéraient pas. Ils lançaient leur foudre psychique, leurs orages, et des blizzards d’éclats de glace qui déchiquetaient jusqu’à l’os les Tzaangors qui dansaient aux pieds de leur maître. Mais le Roi Écarlate n’en souffrit aucunement. À vrai dire, Magnus semblait encore plus grand et plus fort qu’avant le déclenchement de la première salve.

Le rire du Roi Écarlate enfla. À présent, il se maintenait par de lents battements d’ailes au-dessus du Ravin du Loup, mais sa voix semblait toute proche pour quiconque le voyait. Et ceux qui le fixaient plus d’un instant sentaient comme des aiguilles leur tourmenter l’esprit, tant il irradiait de puissance.

Njal prit la direction du chœur des plus puissants Prêtres des Runes de Fenris, qui joignirent leurs efforts derechef. Lentement, l’immense gouffre du Ravin se refermait sur Magnus, et ses falaises déchiquetées étaient pareilles aux crocs du Loup du Monde. La lave jaillit et déborda quand le gouffre mordit enfin avec la force d’un mouvement tectonique. Le Primarque Démon disparut un instant. Puis Magnus étendit les bras et maintint les mâchoires de pierre ouvertes grâce à sa puissance télékinétique, faisant choir les crocs de pierre des falaises dans le brasier en contrebas.

Le Grand Maître Valdar Aurikon tendit ses deux mains vers Magnus pour lui asséner une spirale de foudre psychique crépitante. Magnus intercepta l’attaque avec son sceptre et la retourna à l’envoyeur, transformant le Chevalier Gris en vulgaires pépites d’or des fous.

Un nouveau tir d’artillerie navale s’abattit des cieux. Cette fois, Magnus ne le dissipa pas au moyen de son dôme de force protecteur, mais il l’absorba avec le fer de son arme avant de le réémettre en direction de la colonne de chars qui franchissait la crête. L’énergie redirigée eut l’effet d’un cataclysme, réduisant l’ensemble de la colonne en cimetière d’épaves fumantes.

Puis Magnus tendit la main vers le zénith, et son œil palmaire cligna en se focalisant sur l’astronef en orbite. Le Roi Écarlate prononça une formule qui étendit sa maîtrise télékinétique au-delà de la stratosphère. Space Wolves, Dark Angels et Chevaliers Gris furent les témoins atterrés de l’ascension de couronnes de feu en expansion. Les Space Marines qui perçurent le phénomène à travers leurs auto-sens virent les Barges de Bataille et les Croiseurs d’Attaque se percuter comme sous l’emprise d’une main colossale, juste avant que leurs moteurs détonent et baignent Asaheim dans une lumière monochrome crue et aveuglante.

Fenris avait un nouveau monarque, et des plus puissants.

BannissementDeMagnus.jpg
Egil Loup de Fer hurla d’outrage en guidant sa Lance de Russ à pleine vitesse sur le monstrueux Primarque. Des rayons couleur rubis jaillirent des Canons Laser Godhammer montés sur les flancs des Land Raiders, armes redoutables, mais pitoyables en comparaison des frappes navales encaissées par Magnus quelques instants plus tôt. Le Roi Écarlate grogna d’impatience, tendit une main griffue et serra le poing. Egil Loup de Fer bondit comme sa monture blindée était broyée par une force invisible, tel un pliage de papier serré par un gant de fer. Le Seigneur Loup ramassa un Canon Laser sur un Log Croc mort et s’agenouilla en position de tir, puis projeta un trait droit sur l’œil de Magnus. Le Primarque figea le rayon laser d’un claquement de doigts. D’un geste, il attrapa Egil Loup de Fer dans sa poigne télékinétique, le tira devant son propre projectile, et libéra le laser de sa stase. Le rayon frappa le Seigneur Loup de Fer de plein fouet, et le vaporisa au-dessus de la taille.

Ce fut la fin ignominieuse d’une grande saga, mais elle avait ménagé à Logan Grimnar le temps nécessaire. Sautant de Stormrider au bord du gouffre, le Grand Loup hurla de défi. Magnus se retourna, un sourire dédaigneux sur ses traits cyclopéens. Nulle arme mortelle ne pouvait le blesser, et grâce au travail des Scribes Bleus, aucune des reliques enchantées de l’Imperium non plus.

Or la Hache Morkai n’était pas impériale. Elle avait été forgée en tant qu’arme de Khorne, le fléau des Sorciers.

Logan bondit. La Hache Énergétique à double fer frappa Magnus à la poitrine, brisant ses protections ésotériques et perforant son plastron pour mordre profondément.

Au loin, le tonnerre gronda fort et longtemps. Seuls les Psykers perçurent ce son pour ce qu’il était vraiment : le rire du Dieu du Sang en personne.

Avec un rugissement de douleur assourdissant, Magnus repoussa Grimnar par-delà le précipice. Or les alliés de ce dernier étaient prêts à saisir leur chance. Un ost étincelant de Purificators Chevaliers Gris gagna le bord du gouffre, lames tendues pour déverser le feu blanc du bannissement dans la blessure du Primarque Démon. L’aura éthérique de Magnus avait été durement affaiblie, car bien qu’il disposât de protection contre toutes les armes de l’Imperium, il ne put résister à une hache jadis forgée au nom du Dieu du Sang. D’un revers de son immense sceptre, il coupa neuf des Chevaliers Gris en deux au niveau de la taille, mais il s’agit d’un coup de rancœur plus que de conquête. La puissance psychique des Chevaliers Gris, encore dressée contre lui, se déversa dans la faille de sa cuirasse ésotérique, avec une intensité si incandescente qu’elle calcina la chair du Primarque Démon. Rapidement, Magnus fut enveloppé des pieds à la tête de flammes blanches.

Pendant un instant, Magnus luisit plus fort que l’Œil du Loup. L’immense énergie qui courait autour de lui le changea de géant en supernova. Tous les guerriers impériaux à des miles à la ronde furent renversés et atterrirent en fumant dans la neige.

Lorsqu’ils se remirent debout, les Thousand Sons, les hordes de Démons et leur maître cyclopéen avaient disparu sans laisser de traces.

Cuisantes Conséquences[modifier]

Avec la disparition de Magnus, un vent de magie souffla de monde en monde, emportant traîtres et Démons. Du point de vue des guerriers, le courage et la force l’avaient emporté, mais leurs seigneurs n’avaient pas cette certitude. Magnus et ses armées avaient-ils été vaincus ? La suspicion que le pire était à venir pesait lourdement.

Bien que le cyclopéen Magnus ait été banni par les Seigneurs Loups et leurs alliés, le prix du massacre était ahurissant. Des corps gisaient en tas dans la neige, comme si une pluie de cadavres s’était abattue du ciel ; les rangs des Loyalistes et des Traîtres, déchirés par un conflit ancien, se mêlaient à nouveau dans la mort. Logan Grimnar se redressa dans la neige fondue et ensanglantée, une douzaine d’os brisés rendant chaque mouvement douloureux tandis qu’il toussait du sang sur le revers de son gantelet. Il se releva néanmoins, levant la Hache Morkai pour qu’elle brille dans l’aube nouvelle. Des vivats accompagnèrent son geste, bien qu’ils fussent dramatiquement peu nombreux et exténués.

Dans les profondeurs du Croc, l’armée de Dreadnought de Bjorn Main Terrible avait été malmenée par l’ost des pyromanciens. Le barrage soutenu de flammes Warp avait réduit le throng des anciens à une poignée de marcheurs. L’odeur de la chair brûlée et corrompue était lourde, car les Wulfens des donjons avaient plus souffert encore et les pyromanciens avaient atteint leur but, bien que seuls trois d’entre eux fussent encore en vie. Bjorn luttait, à demi-conscient, son sarcophage emporté par les flammes des Démons les plus imposants. Puis Magnus disparut, et les Dreadnoughts n’affrontèrent plus un ost, mais une cabale mineure. Les dalles de pierre tremblaient comme Bjorn percutait l’ennemi, et les Thousand Sons furent balayés.

L’histoire se répétait partout sur le Monde Hostile. Les batailles désespérées s’étaient soudain changées en massacres. Les Thousand Sons et Tzaangors qui n’avaient pas disparu avec le départ de Magnus étaient dispersés et sans but, des proies faciles pour les armées vengeresses de Fenris. Parmi les plus grandes concentrations d’énergie éthérique, des monstres de légendes rôdaient sur les terres. Gunnar Lune Pourpre et ses guerriers furent assaillis par une énorme créature louve squelettique couleur de sang séché, l’incarnation de leur totem, invoqué par les cauchemars tribaux et envoyée pour tuer autant d’êtres vivants que possible. Ses griffes étaient rouges de sang fenrisien avant que des tirs concentrés de meutes de Longs Crocs et d’escadrons de Predator ne l’abattent. Au sud, Bjorn Loup des Tempêtes fut avalé d’un coup par un géant de Tzeentch, bien que le Seigneur Loup s’extirpât des entrailles de la bête, le visage tellement rongé par l’acide intestinal que son rire rauque ne fut plus qu’un souvenir. Les auto-skjalds et scribe-serviteurs notèrent bien des sagas pendant ces heures crépusculaires, mais, un sentiment d’appréhension, non de victoire, était palpable. Les feux du défi s’étaient éteints, remplacés par les cendres de la fatigue et du chagrin.

Logan Grimnar savait bien ce qui allait suivre le bannissement du Primarque. Il avait déjà lutté aux côtés des Chevaliers Gris, notamment pendant la Première Guerre d’Armageddon et les derniers jours de Sanctus Reach, et savait que leurs méthodes étaient intransigeantes. Tous ces mortels qui avaient été témoins de la souillure du Démon seraient réunis et détruits sans pitié, car livrées à elles-mêmes les graines de ce savoir pourraient donner des fruits horribles. Pendant la guerre de Fenris, d’innombrables hommes de tribus avaient non seulement posé les yeux sur les osts de Démons, mais les avaient combattus. Les Chevaliers Gris avaient déjà commencé leur sombre labeur, leurs agents réunissant les tribus affligées par la vérité dans les entrailles de gros-porteurs. Les Seigneurs Loups de Grimnar avaient protesté, en étaient même venus aux mains, mais cette fois, le Grand Loup ne pouvait rien faire. Résister aux édits de l’Ordo Malleus tandis que l’œil des Hauts Seigneurs était rivé sur eux risquait d’attirer des sanctions, voire amorcer une autre guerre civile alors que l’heure était déjà sombre, peut-être même condamner Fenris à l’Exterminatus aux côtés de la défunte Midgardia. Le cœur lourd, Logan Grimnar donna son approbation à l’abduction des hommes des tribus. On ne les revit jamais.

Les mondes du système de Fenris étaient assaillis de désastres suite à l’invasion des troupes de Tzeentch. Le trépas de Midgardia avait secoué chaque planète et lune de ce système, en engendrant des répercussions graduelles et de plus en plus marquées sur les mondes voisins. Frostheim avait été réduite à une désolation d’os, son manteau gelé fondu pour révéler une épaisse strate de fossiles. D’aucuns disaient que sous la nouvelle lune, certains de ces squelettes prenaient vie, et chassaient en quête de sang les mortels qui vivaient en exploitant ces étendues d’ossements. Svellgard, la lune océane, fut évacuée au cours d’un mois long et difficile. Tandis qu’elle passait près de l’Œil du Loup, elle fut sujette à un barrage de tempêtes solaires engendrées par la disparition de Midgardia. Des éruptions solaires labourèrent sa surface, changeant ses mers corrompues en vapeur. Bien que mise à nue, la lune fut par la suite recolonisée, ses îles sablonneuses changées en montagnes de verre dressées sur la croûte calcinée des fonds marins.

Par les auspices des agents de l'Inquisition embarqués au sein de la flotte des Dark Angels, le sort du secteur de Fenris filtra jusqu'à Sainte Terra. Les psychochoristes de l'Astra Telepathica qui véhiculèrent le message le payèrent amèrement, chacun restituant un babil rendu idiot par l'invraisemblance des faits qu'il était obligé de transmettre.

La confirmation de l'affaire ne tarda point ; le Primarque Démon menaçait une fois encore l'Imperium. Magnus le Rouge avait dévasté les mondes éclairés par l'Œil du Loup, et sa vengeance n'était pas encore étanchée.

Les Hauts Seigneurs ne levèrent pas de vaste armée en apprenant la nouvelle. Ils ne ramenèrent à la vie aucune montagne creusée dont les entrailles caverneuses étaient hantées par des machines de guerre titanesques. Au lieu de cela, ils envoyèrent un parchemin portant leurs douze sceaux sacrés dans les profondeurs du Palais Impérial.

Là, pour la première fois depuis des millénaires un ordre secret qui avait longtemps œuvré dans l'ombre se prépara une guerre totale.

Il s'agissait des armes vivantes de l'Empereur, d'apparence humaine, mais possédant le pouvoir de vaincre un dieu.

Valdrmani, la Lune Louve, resta une désolation infernale. Elle avait été le site d’un rituel démoniaque d’ampleur, et malgré une reconsécration, Warp-Gheists y furent aperçus pendant des semaines. La lune fut affligée de tempêtes électriques et d’ouragans à arracher la peau, mais elle endura la catastrophe, et fut reconstruite par les Adeptes de l’Imperium en une station de relais astropathique reliée aux choristriums des discticts sentinelles de Terra.

Bien qu’elle fût également victime de désastres naturels au-delà de l’entendement, Fenris resta entière, l’infection sous sa croûte finissant par brûler. La planète était vaste et indomptable. Elle avait orbité autour de l Œil du Loup pendant des ères géologiques innombrables. Elle résisterait comme toujours. Pendant un temps, les rejetons du Chaos rampèrent hors des mers et des fissures, chassé de l’ordre naturel comme un corps sain expulse une écharde. Les Prêtres des Runes, communiant avec l’esprit du Monde Loup le certifièrent rapidement exempt de souillure. Or depuis ce jour, les relations avec les Dark Angels étaient plus tendues que jamais, et les agents de l’Ordo Hereticus étaient de fréquents invités dans les halls du Croc. On racontait que les monstres hantant les étendues sauvages de Fenris se faisaient plus terrifiants que jamais, et que les Dieux Sombres avaient jeté un suaire sur la planète. Mais le peuple de Fenris était endurci, peu enclin au désespoir. Au fil du temps, les cauchemars du Flameheit dévoyé s’évanouirent.

Pendant ce temps, Logan Grimnar et ses plus fidèles guerriers s’en étaient allés. Après avoir reçu un hymne de détresse d’une urgence absolue en provenance du Monde-Forteresse de Cadia, suggérant la présence de plusieurs Primarques Démons, y compris Magnus, les Seigneurs Loups s’étaient réunis à nouveau autour du Grand Annulus. Logan Grimnar avait changé depuis la mort d’Egil Loup de Fer et son duel avec le Roi Écarlate. À présent brillait dans ses yeux la même lueur que dans le regard de son mentor, Ulrik le Tueur. Il avait vu Russ, malgré ce que disaient les murmures. Il en était certain. Le danger immédiat était passé, leur vendetta contre Magnus et ses Thousand Sons mise de côté, au moins pour le moment. L’Heure du Loup était sur eux, et ils devaient répondre à son appel.

Ainsi les Space Wolves partirent pour la Porte Cadienne, des éléments de chaque Grande Compagnie prenant la Mer d’Étoiles une fois encore pour soutenir l’effort de guerre contre les forces d’Abaddon le Fléau. Une petite garnison fut laissée sur Fenris, car entre la Malédiction du Wulfen et l’invasion du Roi Écarlate, le Chapitre avait été réduit à une fraction de sa puissance passée. Malgré tout, la conviction du Grand Loup était contagieuse. Les Space Wolves fonçaient tête baissée contre le Chaos, et s’ils parvenaient à occire Magnus, leurs sagas seraient chantées d’un bout à l’autre de la galaxie.

Ce ne fut que lorsque la grande flotte des Space Wolves effectua sa translation vers le système de Cadia que les pierres lancées par les Prêtres des Runes formèrent le même signe.

Celui de l’ancien symbole prosperin de la vengeance.

Dans le Warp, une cacophonie de rires sauvages bouillonnait à travers l’éther. Le grand œuvre était achevé. Les fous de Fenris, pensant leur némésis bannie au dernier moment, se préparaient déjà à laisser leur monde une fois encore sans défense. Ce fut un revirement plaisant en lui-même, mais en vérité, l’objectif de Magnus était plus grandiose, et de loin.

Des Tours Argentées luisirent autour de la Planète des Sorciers en une toile parfaite. Toutes avaient exploité l’onde de choc psychique d’un milliard de morts, et étaient si saturées de magie qu’elles menaçaient de voler en éclats. Magnus s’était assis de nouveau sur son trône au sommet de la Tour du Cyclope, et tandis qu’il observait son domaine de son œil unique, il vit que tout était en ordre. Il avait récolté la puissance nécessaire sur le fief des hommes-loups et au-delà.

Le Roi Écarlate poussa un rugissement triomphal, repris à plein poumons par ses Thousand Sons. Le rituel était accompli.

Les Tours Argentées disposées autour de leur monde luisirent, et la Planète des Sorciers disparut du Warp. Tout comme la cité d’argent de Tizca fut jadis précipité dans une autre dimension par la magie de Magnus, un monde entier était à présent propulsé à travers ce même voile. Cet exploit métaphysique était, d’une ambition stupéfiante, et contre toute attente, il réussit.

L’attaque sur le secteur de Fenris avait été plus qu’une simple revanche. En vue de la surface de Prospero, le vide frémit comme sous l’effet de la douleur. Annoncée par les cris de mort de la population de Midgardia, la planète du Roi Écarlate jaillit du néant. Les dégâts de cette violente transition sur la barrière entre le monde réel et le Warp étaient irrévocables. Une marée de démence et de sang commença à se propager à travers la galaxie, se répandant comme des fissures dans un panneau de verre et augurant un millier de malheurs.

L’Imperium ne serait plus jamais le même.

Sources[modifier]

Pensée du Jour : « Celui qui perd un membre peut survivre, pas celui qui perd sa tête. »
  • War Zone Fenris - Curse of the Wulfens
  • War Zone Fenris - Wrath of Magnus
  1. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Architect of Woe (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  2. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Architect of Woe (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  3. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Architect of Woe, Midgardia (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  4. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Architect of Woe, Valdrmani (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  5. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Architect of Woe, Fenris (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  6. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Architect of Woe, Frostheim (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  7. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Architect of Woe, Svellgard (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  8. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Architect of Woe, The Adventurers Return (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  9. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Architect of Woe Map (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  10. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Architect of Woe Map (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  11. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Architect of Woe Map (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  12. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Architect of Woe Map (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  13. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Architect of Woe Map (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  14. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Architect of Woe Map (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  15. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Loosing the Wolves (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  16. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - The Svellgard Incursion (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  17. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - The Fierce-Eye’s Oath (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  18. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - The Battle of Morkai’s Keep (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  19. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - The Battle of Morkai’s Keep (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  20. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Skayle’s Daggerfangs (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  21. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Skayle’s Daggerfangs (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  22. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Skayle’s Daggerfangs (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  23. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Children of the Tetrad (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  24. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Horror on Midgardia (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  25. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Horror on Midgardia (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  26. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Horror on Midgardia (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  27. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - The Daemon’s Snare (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  28. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Talons of Tzeentch (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  29. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Talons of Tzeentch (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  30. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - Brethren Imperialis (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  31. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - By Bolter and Blade (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  32. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - By Bolter and Blade (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  33. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - War Zone Fenris (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)
  34. War Zone Fenris - Curse of the Wulfens - War Zone Fenris (traduit de l’anglais par Trazyn l'infini)