Véhicules de Transport Space Marines

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Rhino)

L’Adeptus Astartes constitue une force d’assaut incroyablement rapide. Cette vitesse est due en grande partie aux Véhicules de Transport dont il dispose, qui permettent aux escouades de Space Marines de se déployer ou de se repositionner promptement sur un objectif stratégique, ou encore de mener des raids d’une précision chirurgicale. La vitesse et la mobilité sont cruciales dans l’art de la guerre Space Marine. Toutes les Compagnies entretiennent un parc de transports de troupes blindés, capables d’acheminer leurs passagers vers la ligne de front tout en abattant l’ennemi au passage.

Rhino[modifier]

Un Rhino.
« Polyvalent, robuste, il ne se plaint jamais. En vérité le Rhino est une monture digne d’un Space Marine. »
- Capitaine Emil Verigan, 5e Compagnie de la Night Watch.

Probablement le véhicule le plus courant dans les contingents de l’Imperium, les transports de troupes blindés Rhino forment la base du parc de véhicules de tout Chapitre de l’Adeptus Astartes et de l’Adepta Sororitas. Un Rhino jouit d’un équilibre parfait entre blindage, capacité de transport et vélocité, et permet aux occupants de se déployer rapidement, d’envoyer des escouades sur des positions clefs ou de mener des frappes chirurgicales sur les lignes ennemies. En effet, l’humble Rhino est, depuis l’époque de la Grande Croisade, un des piliers des armées de Space Marines. Dans toute la galaxie, les serviteurs de l’Empereur apportent la mort par le feu et l’acier à Ses ennemis, transportés jusqu’au milieu de l’enfer des champs de bataille par ces engins blindés surnommés Rhinos. Ces véhicules bénis déplacent en toute sécurité leurs guerriers, bras de la vengeance impériale, au milieu des tirs et des explosions pour que s’abatte Son courroux. Le Rhino est usité depuis plus de dix mille ans, ses origines remontant au lointain passé de l’Humanité, jusqu’aux prémices de son expansion dans l’espace.

Les Premiers Rhinos[modifier]

En conjonction avec la vague d’exploration des début du Moyen-Âge Technologique, la colonisation des planètes nouvellement découvertes se trouva facilitée par la création du "Véhicule de Défense et d’Exploration RH1 NO", plus couramment appelé Rhino. Sous son expression la plus simple, il s’agissait d’un transport blindé sur chenilles conçu pour résister aux conditions de tout environnement hostile et traverser sans peine les terrains dangereux en protégeant ses passagers. Le succès qu’il rencontra eut pour conséquence que sa configuration de base demeura largement inchangée au cours des millénaires. Pouvant être assemblé à partir d’à peu près n’importe quel matériau et alimenté par de nombreux combustibles, le Rhino s’est avéré être le transport le plus fiable et durable jamais construit. En l’espace d’une décennie, le concept initial s’étendit à pratiquement chacune des planètes de la coalition naissante, qui se mirent à en produire selon leur procédé local. Les possibles applications militaires du véhicule devinrent rapidement une évidence, pour ces mêmes traits qui avaient séduit les colons de la première heure. Les forces armées d’alors adoptèrent le Rhino comme véhicule de combat blindé et transport de personnel, en le munissant d’armes et de moteurs d’une capacité supérieure. Le premier usage connu au combat d’un Rhino est consigné par les caractères à demi effacés du Liber Armorum : un affrontement entre les troupes du monde de Torben et les xénocréatures indigènes des plaines occidentales de ce monde fécond. Ces régions étaient depuis longtemps disputées aux extraterrestres, qui clamaient que ces terres étaient sacrées et d’une grande signification spirituelle à leurs yeux. Lorsque plusieurs villes-navettes humaines qui s’étaient établies aux abords de ces terres furent attaquées et leurs habitants assassinés, le châtiment dut en toute logique se taire aussi rapide que mortel. Trois cents Rhinos furent dépêchés vers le plus important site d’implantation des extraterrestres, qui furent totalement pris au dépourvu par la vitesse de l’attaque. Leur technologie était équivalente à celle de la poudre noire, et si leurs armes auraient pu semer le désordre dans les rangs des soldats humains, elles ne purent rien contre les blindages des Rhinos. Ceux-ci encerclèrent la colonie et firent pleuvoir leur puissance de feu sur les fragiles habitations avant de débarquer près de trois mille fantassins. Après la destruction de leurs demeures, les dernières formes autochtones furent rapidement éliminées et plus aucune intervention ne vint interférer dans la colonisation de Torben. La nouvelle de cette victoire fit vite le tour du système et l’emploi du Rhino connut plus tard des tactiques plus raffinées.

Il devint le véhicule de transport standard des armées humaines et connut l’apparition puis l’abandon de diverses variantes tandis que changeaient les adversaires et les théâtres d’intervention. Les troupes de l’Humanité se répandirent dans la galaxie et des centaines de mondes furent rattachées à cet empire interstellaire croissant. À mesure que d’autres ennemis se manifestaient, les systèmes SCS engendrèrent d’autres variantes du Rhino, telles que le Predator, l’Immolator ou le Whirlwind. Tout cela devait cependant cesser lors d’une période désormais désignée comme l’Ère des Luttes.

Les Ossements de Sainte Émiline

En 452.M41, une Waaagh! Ork commandée par l’Archi-Maniak de Calverna vint s’attaquer au système de Yerena, dispersant tous ceux qui s’opposaient à elle dans son avancée vers les principales planètes habitées. L’une de celles qui se trouvaient sur la trajectoire des Orks était un Monde-Temple de l’Adeptus Sororitas appelé "l’Espoir d’Emiline", du nom de la Sainte guerrière qui avait donné sa vie pour que la planète fût reprise des mains du Chaos plus d’un millénaire auparavant. Réalisant que l’effectif des Sœurs qui y étaient basées ne suffirait pas à résister à la horde des Orks, la Chanoinesse Supérieure donna à contrecœur le signal d’évacuation planétaire. L’Ordre du Cœur Exsangue était depuis longtemps dépositaire des ossements de la Sainte, qui furent enfermes avec déférence dans des urnes sacrées avant de partir pour un périple vers Caprium, le spatioport le plus proche de l’abbaye.

Mais les Orks se montrèrent plus rapides que quiconque ne l’aurait cru possible et sur l’itinéraire menant à Caprium, le convoi processionnel en charge des saints ossements fut assailli par des Kommandos Orks à l’occasion de l’arrêt pour les prières du matin. Totalement prises au dépourvu, les Sœurs furent impitoyablement massacrées avant que leurs Rhinos ne soient pillés, mais les Kommandos retournant victorieux vers leur campement ne se rendirent pas compte qu’ils étaient suivis. La seule survivante de l’attaque, une jeune Céleste nommée Sœur Martika, avait repris conscience sous les cadavres des membres de sa communauté et suivit les Orks pour obtenir vengeance. À la tombée de la nuit, elle se glissa au milieu des tentes, identifia le Rhino contenant les restes de la sainte et le rejoignit en installant sur son passage des pièges improvisés à partir de ses Grenades, dont elle jeta les dernières vers un groupe de Buggies après avoir réussi à ouvrir la porte du poste de pilotage. L’explosion qui en résulta dépassa toutes ses espérances, mettant en pièces les sept véhicules dans une série de détonations. Le campement s’éveilla en plein désordre tandis que la nuit s’éclairait de la lumière ardente des pièges déclenchés par les Orks dans la confusion.

Martika mit en route les moteurs et les fit hurler bruyamment pour foncer au milieu des Orks, écrasant leurs véhicules de fabrication grossière et tous les Peaux-Vertes qui ne furent pas assez rapides pour lui échapper. Elle fracassa bientôt les barricades du camp et poussa le Rhino sa vitesse maximale en direction de Caprium, tout en offrant aux reliques ses excuses pour le traitement brutal qu’elle avait été forcée de leur infliger. Il ne fallut pas longtemps aux Orks pour lancer à ses trousses des vingtaine de Buggies et de Truks rouges. Sachant que le Rhino ne parviendrait pas à semer ses rapides poursuivants. Martika sortit de la route pour poursuivre sa course dans la forêt sombre éclairée par les pâles faisceaux de ses phares, en faisant preuve d’une habileté particulière à manœuvrer entre les arbres tandis que les conducteurs Orks venaient s’y écraser dans d’impressionnantes boules de feu. La forêt finit par se faire moins dense et les Orks se rapprochèrent du Rhino en l’arrosant de leurs tirs. Sœur Martika lança un appel à l’aide vers Caprium. Son véhicule résistait toujours, mais cette chasse qui avait duré la majeure partie de la nuit allait bientôt épuiser ses réserves de carburant. À courte portée, les projectiles des Orks commencèrent à se faire plus efficaces, perforant le compartiment blindé du moteur d’où une épaisse fumée noire s’échappa bientôt.

Le Rhino ne faillit cependant pas à son devoir et au milieu des grincements de ses engrenages et des plaintes de l’Esprit de la Machine mécontenté, il continua de convoyer son chargement vers Caprium. À l’orée des bois, les murs du spatioport se montrèrent enfin au loin. Deux Truks Orks parvenus à hauteur du Rhino furent rendus incontrôlables par de brusques écarts de trajectoire. D’autres engins Orks se rapprochaient lorsqu’une série d’explosions les dispersa soudainement : les artilleurs des défenses du spatioport venaient d’ouvrir le feu. Le sol trembla sous l’impact du bombardement, et la tempête d’éclats métalliques qui fut soulevée n’eut aucun mal à vider les Truks de leurs occupants. En quelques secondes, il ne demeura plus rien des poursuivants de Sœur Martika, dont le véhicule finit sa course pesante en passant sous le portail de Caprium. Épuisée mais emplie d’allégresse, le jeune Céleste sortit d’un pas chancelant à la rencontre de la Chanoinesse pour lui confier les urnes de Sainte Émiline, non sans avoir rendu grâce à l’esprit indomptable du Rhino. Celui-ci fut réparé et devint le transport personnel de Sœur Martika qu’il accompagna au combat jusqu’au jour de sa mort.

Le mode de construction des Rhinos faillit disparaître de la mémoire des hommes et l’usure du temps préleva son tribut sur le nombre des Rhinos en service. Les rituels de maintenance s’étaient dégradés avec les siècles et la connaissance du fonctionnement exact du Rhino devint un mythe. Parmi ceux qui détenaient toujours le précieux savoir de leur construction, les Techmarines des Légions Astartes récemment créées et les Technoprêtres de l’Adeptus Mechanicus mirent en place de nouvelles procédures strictes concernant le montage et la consécration de ces transports. Qu’ils officient dans les forges de Mars ou les Forteresses-Monastères des Space Marines, ceux qui donnent naissance à ces véhicules sont encore convaincus aujourd’hui que l’environnement spirituel d’un Rhino est aussi important que le talent des Artificiers qui travaillent dessus.

Les Rites de Construction[modifier]

À chaque stade de l’assemblage d’un Rhino, ses pièces sont ointes d’huiles sacrées et de l’encens est brûlé pour la sanctification du processus. Les divers panneaux blindés sont rituellement ornés de symboles de protection avant d’être rivetés à leur place au son des cantiques. Chacun des composants est rituellement vérifié, béni, puis enfin installé, et lorsque le Rhino atteint l’extrémité de la nef d’assemblage, se prépare la cérémonie de consécration au cours de laquelle les constructeurs en appellent à l’Esprit de la Machine pour qu’il investisse le véhicule d’une parcelle de son pouvoir. Les runes d’activation sont ensuite martelées par trois fois sur sa carapace de métal et le contact des gaz enclenché au troisième coup. Si le moteur démarre dès le premier essai, cela est considéré comme un heureux présage pour les guerriers qu’il transportera au combat. Le Rhino sort alors des hangars de fabrication et reçoit un nom de bataille digne de lui pour être prêt à entamer une vie de conflits.

À l’exclusion des Space Marines de l’Adeptus Astartes, seules quelques rares organisations impériales ont à l’heure actuelle accès aux Rhinos, la coûteuse technologie impliquée dans leur construction et leur maintenance ayant bien trop de valeur pour être placée entre les mains d’autres que les plus loyaux des guerriers. L’Adepta Sororitas et l’Adeptus Arbites disposent d’un certain nombre de Rhinos et entretiennent un corps de dévots assez purs de cœur pour prendre soin d’eux. Des années d’entraînement sont requises avant d’atteindre cette position enviée, les aspirants doivent en premier lieu apprendre la divination des runes d’ingénierie et mémoriser les liturgies de maintenance. C’est un grand honneur que d’occuper un tel poste, car le moindre boulon respectueusement entretenu leur vaudra la gratitude de ceux qui seront portés au combat par un de ces blindés.

La perte occasionnelle d’un Rhino au front est source d’un deuil profond pour ceux qui l’avaient à leur charge, et des combats sont fréquemment engagés pour récupérer une carcasse calcinée afin que son esprit repose en paix. Au cours de la Bataille de la Gorge de Naeuysk, quatorze Rhinos Imperial Fists durent être abandonnés aux traîtres de la Légion des Night Lords, suite à une embuscade tendue pour piéger la colonne lors de la traversée du seul pont permettant de franchir la fameuse gorge. Les assaillants ayant immobilisé les véhicules de tête et de queue, tous les autres se retrouvèrent piégés, et la destruction des supports du pont par des charges de démolition entraîna leur chute de près de neuf cents mètres. Les rares Marines ayant échappé à ce sort furent rapatriés à leur base et le nom des Night Lords intégré à jamais dans la Litanie de Rancœur du Chapitre. Le matin suivant, une mission audacieuse soutenue par des appareils aériens força les Night Lords à quitter les hauteurs et permit aux Imperial Fists de procéder à la récupération des véhicules et des corps de leurs frères. Les affrontements firent rage une trentaine d’heures durant, les pertes des Imperial Fists finissant par approcher des 85% tandis qu’ils donnaient à leurs Techmarines le temps de procéder. Bon nombre des véhicules récupérés furent par la suite réparés et renvoyés au combat, leurs esprits impatients de laver l’ignominie de leur précédente défaite.

Les Rhinos sauvés de cette façon sont généralement renvoyés à la forge pour que chacune de leurs cicatrices soit réparée avec la révérence des Litanies de Bataille et tout le talent des Artificiers. Les points forts de la conception de ce véhicule sont sa fiabilité et la facilité avec laquelle il est possible de le réparer. La plupart des Rhinos sont dotés de systèmes rudimentaires capables de gérer des dommages qui rendraient tout autre véhicule bon pour la casse. Avec un peu de temps et des outils adaptés, un Techmarine peut donner une nouvelle jeunesse à une épave cabossée, la reconsacrant à l’Omnimessie et lui donnant la chance de participer une nouvelle fois aux guerres du Chapitre. Par conséquent, certains Rhinos sont encore en service après des millénaires de campagne : leurs pièces d’origine ont toutes été remplacées ou ont subi des réparations conséquentes, mais le nom et le numéro de série du véhicule ne changent pas.

De nombreux Rhinos sont ainsi restés en service des milliers d’années durant, devenant des reliques pour les Chapitres Space Marines et les autres serviteurs de l’Imperium qui placent leur foi en eux. Le plus ancien de tous les Rhinos encore opérationnel est le Marteau de Nocturne appartenant aux Salamanders. Ceux-ci prétendent que lors du Siège de la Forteresse de Devlin, il fit surgir Vulkan, le Primarque légendaire, du portail de cette installation impériale pour effectuer une sortie au beau milieu des lignes des Word Bearers. Le Marteau de Nocturne a vu plus de huit mille ans d’affrontements qui lui ont valu un emplacement d’honneur dans le reliquaire de Prometheus. Un Techmarine reçoit le devoir de s’en occuper comme un titre honorifique et s’y applique avec solennité. À l’aube de chaque nouveau siècle, tous les Techmarines du Chapitre se rassemblent autour de lui dans le reliquaire pour que leur Maître de la Forge frappe à nouveau la rune d’activation sur son moteur antique. Si celui-ci devait ne pas démarrer dès la première tentative, ils verraient là le signe d’un funeste destin.

Le Rhino reste à ce jour un pivot des organisations impériales qu’il sert et il est peu probable qu’il sera remplacé avant la découverte d’une nouvelle banque de données SCS, qui ne devrait d’ailleurs permettre aux serviteurs de l’Imperium que de peaufiner les détails de sa conception actuelle. En attendant ce jour, il continuera de porter fidèlement les guerriers de l’Empereur vers les terrains d’hostilités en les abritant des tirs de leurs ennemis afin que se déchaîne la juste colère rédemptrice du Maître de l’Humanité entière.

Rhino de Commandement Damocles[modifier]

Les Chapitres Space Marines utilisent certains des équipements les plus avancés que l’Imperium peut fournir. En plus de leurs armes, armures et véhicules de combat, cela comprend l’infrastructure qui soutient les opérations de combat de l’Adeptus Astartes. Le Rhino de Commandement Damocles fait partie de ces moyens. Il s’agit d’un Rhino équipé de matériel de communication et de suivi sophistiqué qui aide à diriger une force Space Marine et qui sert de lien de communication principal entre les Croiseurs d’Attaque en orbite, la flotte de vaisseaux de combat Thunderhawks et un commandant Space Marine à la surface d’une planète.

Le Damocles est utilisé pour contrôler et diriger les mouvements des grandes formations Space Marines. Il est peu probable qu’une petite Force de Frappe chirurgicale ait besoin du soutien spécialisé du Damocles, mais Compagnie de Combat complète, déployée en force, avec des Rhinos, des Land Speeders, des Land Raiders, des Thunderhawks, des Modules d’Atterrissage, des Terminators téléportés, et toutes les armes du formidable arsenal des Space Marines, bénéficie cependant grandement d’un Rhino de Commandement Damocles qui surveille et coordonne les opérations.

Le Damocles n’est pas un véhicule de combat et il est rarement engagé en première ligne ou exposé au feu direct de l’ennemi, et s’il est déployé, il est généralement maintenu bien caché de l’ennemi. Chaque véhicule est doté d’un équipage composé d’un pilote et d’une équipe de commandement de deux personnes, fournie par le personnel du quartier général du Maître de Chapitre. L’un est un contrôleur des communications, l’autre le contrôleur des opérations tactiques qui surveille les escouades et suit les mouvements de l’ennemi. Ces deux frères sont des Space Marines à part entière, mais chacun d’eux a suivi un entraînement complémentaire dispensé par les Techmarines du Chapitre pour faire fonctionner les équipements sophistiqués. Le Damocles a également un siège pour un commandant de la force Space Marine, aux côtés du Pilote. En combat, la plupart des commandants Space Marine préfèrent diriger depuis le front, mais entre deux batailles, un commandant peut se tenir au courant de l’évolution de la situation stratégique grâce à son Damocles.

Doté de nombreux équipements spéciaux de signalisation, de communication et de surveillance, il sert de centre de commandement et de contrôle pour les Compagnies ou les Escouades Tactiques, y compris des amplificateurs de signaux pour les liaisons vox entre les escouades, entre la surface et l’air et entre la surface et l’orbite. Il fournit des communications multibandes sécurisées pour la coordination avec les autres forces impériales dans la zone d’opérations - cela peut être n’importe quoi, des vaisseaux spatiaux en orbite et des aéronefs de la Marine Impériale aux unités de commandement de la Garde Impériale, de l’Adeptus Arbites ou de l’Adepta Sororitas. Le véhicule est équipé d’un système de surveillance multispectral au sol pour localiser les unités ennemies, tandis que la capacité de suivi des véhicules et des escouades est assurée par un relais orbital. Équipé d’une balise de téléportation, le Damocles fournit un signal puissant auquel toute troupe de téléportation peut se raccrocher, ce qui permet un déploiement plus sûr et plus précis. Un moniteur de transmission permet d’intercepter les signaux ennemis, avec une machine de décryptage capable de déchiffrer les codes ennemis les plus diaboliquement déguisés intégrés dans ses systèmes. Les informations sur l’état biologique de chaque Space Marine sont transmises directement par le blindage électrique de l’appareil et permettent à l’équipe de commandement de surveiller l’état de tout Frère de Bataille de la Force de Frappe.[1]

Rhino de l'Adepta Sororitas[modifier]

Les Sœurs de Bataille font un usage intensif du véhicule blindé de transport de troupes Rhinos, en particulier le modèle MkIIc Mars, le modèle emblématique produit sur l’Imperium et le plus couramment utilisé par les Space Marines de l’Adeptus Astartes ainsi que d’autres corps augustes. De plus, l’Adepta Sororitas utilise une variante dérivée de l’Immolator MkIIIa qui présente une superstructure un peu plus élevée que celle du MkIIc, ses blocs de vision distinctement arqués disposés pour permettre une observation panoramique depuis l’intérieur, ainsi qu’une disposition inhabituelle des postes de tir et des points d’accès. La surface supérieure du Rhino MkIIIa à motif de Mars présente une grande trappe circulaire à l’arrière, d’où les Sœurs de Bataille embarquées peuvent tirer ou débarquer en cas de dégâts. Une deuxième ouverture de ce type, située à l’avant, sert de point de fixation pour le système d’armement des Immolators du modèle MkIIIa et peut être adaptée pour servir d’écoutille par l’ajout d’une coupole dans le cas du Rhino. Dans l’ensemble, les différences entre le MkIIc utilisé de façon si intensive par les Space Marines et le MkIIIa utilisé par les Sœurs de Bataille sont essentiellement d’ordre cosmétique. Il est généralement admis que le plus grand nombre de blocs de vision fait du véhicule un moyen de transport supérieur lorsqu’il est utilisé en terrain dense, permettant aux passagers de localiser les ennemis à 360° et de les attaquer sans délai au débarquement. Les Sœurs de Bataille sont très fières du MkIIIa et de son profil distinctif, malgré les critiques selon lesquelles il fait du véhicule une cible plus facile pour les artilleurs antichars ennemis.

Les Rhinos des Ordres Militants sont magnifiquement décorés de filigranes dorés et d’icônes sacrées. Ces embellissements sont fixés et entretenus par des maîtres artisans. Ils glorifient l’Esprit de la Machine du Rhino et célèbrent son rôle de messager du jugement divin de l’Empereur. De plus, ces ornementations permettent que le spectacle de toute une force de l’Adepta Sororitas progressant sur le champ de bataille soit immanquable et éblouissant, afin de galvaniser les troupes impériales qui en sont témoins. Les véhicules sont bénits avant chaque combat par des Technoprêtres et par des Prêtres de l’Ecclésiarchie. Les prières et l’application d’huiles sacrées fournissent une protection contre le mal, car ces véhicules se rendent alors au combat sous le regard bienveillant de l’Empereur et de l’Omnimessie. L’intérieur d’un Rhino peut accueillir dix guerrières de l’Adepta Sororitas et leur équipement, afin de les transporter rapidement à travers le champ de bataille, jusqu’à des points stratégiques.

Outre ses caractéristiques de combat bien établies, le Rhino est particulièrement utile aux Sœurs de Bataille pour la même raison qu’il est utilisé par les Space Marines. Son intérieur est conçu pour être utilisé par des troupes portant des Armures Énergétiques, bien que celles portées par les Adepta Sororitas ne soient pas aussi encombrantes que les modèles de l’Adeptus Astartes. De plus, leurs stations d’embarquement sont équipées de plusieurs points d’intégration dans lesquels un passager peut interfacer les différentes fonctions de son armure. Cela permet de recharger le cœur de propulsion de l’armure ainsi que de faire communiquer les systèmes de la machine et de télécharger les données biométriques.[2]


RHINO
Modèles : .......................... Types I à XXXV. Chaque modèle compte des centaines de variantes régionales, utilisant des matières premières et des technologies équivalentes.
Origine : ........................... N’importe quel monde industrialisé de l’Imperium peut produire des Rhinos.
Type de Véhicule : ............. Transport de Troupe Blindé Blindage Structure : ........... 60mm
Longueur : ....................... 6,6m Blindage Superstructure : .... 60mm
Largeur : ......................... 4,5m Blindage Tourelle : ............. N/A
Hauteur : ......................... 3,6m Protège Canon : ................. N/A
Garde au Sol : .................. 0,44m Équipage : ........................ 1 (Pilote)
Vitesse Maximum : ............. 70km/h sur route, 55km/h tout-terrain Poids à Vide : ................... 30 tonnes
Armement Principal : ......... Fulgurant Munitions Principales : ........ 800 coups
Armement Secondaire : ...... N/A Munitions Secondaires : ...... N/A
Angle de Tir Horizontal : ..... 360° Angle de Tir Vertical : ......... de -65° à +45°
Capacité de Transport : ...... 10 Space Marines ou Sœurs de Bataille Submersibilité : ................. 1,20m
Moteur : ........................... Réacteur à Combustion Thermique Adaptable Quad MkII
Postes de tir : ................. 1 Le toit du Rhino est équipé d’une trappe qui peut être utilisée comme poste de tir par deux passagers maximum.
Accès : 3 Le Rhino possède deux sas latéraux et une rampe arrière, pouvant tous les trois être utilisés comme accès par les passagers.
Notes : Le Rhino est le véhicule militaire le plus répandu de l’Imperium. Il est renommé pour sa fiabilité et sa facilité d’entretien. Si un Rhino est immobilisé, le pilote peut tenter une réparation de fortune.
Si le pilote peut contrôler le Fulgurant placé sur le toit, ce dernier peut aussi être dirigé manuellement depuis l’écoutille d’arme par un passager, et reste en outre amovible.

Razorback[modifier]

Un Razorback.
« Je crois en trois principes martiaux : la puissance de feu, la puissance de feu et la puissance de feu. Si l’Omnimessie en avait voulu autrement , il ne nous aurait pas accordé une arme aussi puissante que le Razorback. J’attends impatiemment le jour ou mon Chapitre entier partira au combat dans ces véhicules, dont la rage s’exprime par les saintes armes. »
- Kardan Stronos, Maître de Chapitre des Iron Hands.

Les vastes arsenaux des Space Marines contiennent divers types de véhicules de combat. Certains sont des modèles datant de dizaines de milliers d’années, tandis que d’autres, comme le Razorback, n'ont été que récemment redécouverts. Le Razorback est une variante lourdement armée du transport de troupes Rhinos, qui sacrifie une partie de sa capacité de transports pour se doter d’un armement en tourelle, le plus souvent des Canons Laser ou des Bolters Lourds jumelés.

La doctrine de combat standard de l’Astartes préconise que les Razorbacks doivent être employés comme des véhicules d’appui qui accompagnent les Rhino ou les escouades d’infanterie au cœur des combats. Dans la mesure où les Rhinos ne disposent que d’une puissance de feu réduite, la présence d’un seul Razorback parmi un détachement améliore de façon significative sa force de frappe. Impressionnés par sa polyvalence, plusieurs Chapitres ont commencé à employer le Razorback dans d’autres rôles, comme centres de commandement mobiles ou comme véhicules de reconnaissance en force.

En dépit de l’efficacité prouvée du Razorback, certains Commandants Space Marines le voient avec suspicion, et estiment que ce "nouveau" véhicule n’a pas encore passé l’épreuve du feu. Bien que ce point de vue ne soit pas sans fondement - après tout, le Razorback n’est vieux que de quatre mille ans, alors que le Rhino et le Predator sont plus anciens que l’Hérésie d’Horus - le fait que la plupart des Chapitres aient intégrés le Razorback à leurs doctrines basiques tend à donner tord aux traditionalistes les plus acharnés. Un jour, le Razorback remplacera peut-être le Rhino au sein de tous les Chapitres mais pour cela, il faudra qu’il fasse ses preuves aux yeux des passéistes en jouant un rôle décisif dans la bataille perpétuelle que doit mener l’Humanité pour sa survie.

RAZORBACK
Modèles : ....................... Types II à XVII Origine : ....................... Mars
Blindage Structure : ......... 60mm Longueur : .................... 6,6m
Blindage Tourelle : ........... 50mm Largeur : ...................... 4,5m
Protège Canon : .............. N/A Hauteur : ...................... 5,0m (tourelle incluse)
Poids à Vide : .................. 31,5 tonnes Garde au Sol : ............... 0,44m
Vitesse Maximum : .......... 70km/h sur route, 55km/h tout-terrain Équipage : .................... 1 (Pilote)
Armement Principal : ....... Bolter Lourd Jumelé Armement Secondaire : .. N/A
Munitions Principales : ...... 1600 coups Munitions Secondaires : .. N/A
Angle de Tir Horizontal : ... 260° Angle de Tir Vertical : ..... de -5° à +45°
Postes de tir : ................. N/A Submersibilité : ............. 1,20m
Moteur : ......................... Réacteur à Combustion Thermique Adaptable Quad MkII
Capacité de Transport : .... 6 Space Marines À cause de la place prise par le canon et ses munitions, le Razorback ne peut pas transporter de Space Marines en Armures Terminator ou équipé de Réacteurs Dorsaux.
Accès : 3 Le Razorback possède deux sas latéraux et une rampe arrière, pouvant tous les trois être utilisés comme accès par les passagers.
Notes : Le Razorback peut remplacer son Bolter Lourd Jumelé par un Canon Laser Jumelé ou un Canon d’Assaut Jumelé.

Module d'Atterrissage[modifier]

Modules d’Atterrissage.
« Nous arrivons. Levez les yeux vers le ciel et vous y verrez votre salut. »
- Capitaine Kayvaan Shrike au Commissaire Lent avant l’assaut planétaire de Blindhope.

Les Spaces Marines sont appelés les Anges de la Mort, et ce titre est largement dû à leur utilisation de Modules d’Atterrissage. Les Modules d’Atterrissage sont des armes ultimes de terreur et de surprise, car ils plongent au cœur des lignes ennemies. À peine ont-ils atterri que leurs portes s’ouvrent et que leurs occupants débarquent pour semer la mort au milieu d’ennemis plongés dans la confusion. La vélocité des Modules d’Atterrissage est telle que l’adversaire ne peut rien faire pour les intercepter, et doit se contenter d’attendre qu’ils s’immobilisent, et espérer que ses troupes seront capables de contenir la colère de l’Adeptus Astartes.

Un Module d’Atterrissage ressemble en tout point à un module de survie. Il est largué depuis un vaisseau en orbite basse avec une force colossale. Un anneau de rétrofusées permet ensuite au module de se diriger vers son site d’atterrissage programmé. Chaque Module d’Atterrissage est capable de transporter une escouade de Space Marines ou un Dreadnought dans des conditions spartiates. Ceux-ci sont protégés au cours de leur entrée dans l’atmosphère par le blindage de céramite du Module. Au cours de leur descente, les Space Marines entonnent souvent des hymnes de vengeance afin de se préparer à l’affrontement, et à la mort ou la gloire qui les attend au terme de leur attaque.

La plupart du temps, un assaut orbital n’est effectué qu’avec une poignée de Modules, mais certains Chapitres, comme les Invaders ou les Black Consuls, sont connus pour débuter leurs campagnes par des attaques orbitales de grande envergure. Le spectacle de centaines de Modules tombant des cieux dans un rugissement tonitruant est terrible à regarder.

Module d'Atterrissage Deathstorm[modifier]

Le principal inconvénient d’un assaut Module d’Atterrissage est toujours resté le fait que les véhicules lourds tels que le Vindicator et le Land Raider sont tout simplement trop gros pour être déployés de cette manière, ce qui peut laisser les forces d’assaut gravement sous-armées dans un engagement prolongé. Outre le déploiement extensif de Dreadnoughts, une autre solution consiste à utiliser des systèmes d’armes automatisés montés à l’intérieur d’un Module d’Atterrissage au lieu de troupes. Le modèle Deathstorm, en particulier, utilise des lance-missiles Whirlwind à tir rapide ou des Canons d’Assaut pour dégager une zone en une volée massive de puissance de feu à l’atterrissage, ouvrant la voie à l’assaut des Space Marines dans leur sillage. Les armes du Deathstorm continuent ensuite à balayer la zone d’atterrissage et à fournir un appui-feu, bien qu’au prix d’une puissance de feu très réduite, le gros de leurs munitions étant dépensé dans les secondes qui suivent leur arrivée.[3]

Module d'Atterrissage Lucius[modifier]

Le Module d’Atterrissage lourd modèle Lucius est un peu plus grand que les Modules d’Atterrissage standards de l’Adeptus Astartes, et possède un moteur plus puissant ; il lui manque également beaucoup de leurs systèmes de soutien interne et d’armement, mais sa conception permet de déployer un seul Dreadnought transporté au combat avec un minimum de retard. Cependant, les contraintes sont telles que seul le châssis lourdement blindé et protégé d’un Dreadnought pourrait espérer survivre à la descente et à l’impact avec le sol sans être détruit ou pulvérisé.

Fabriqués principalement par le Monde-Forge de Lucius dans le Segmentum Obscurus, ces véhicules sont directement liés à divers Chapitres Space Marines avec lesquels les Archimagos ont des traités de protection et des liens anciens de dette. Les Modules d’Atterrissage des Dreadnoughts sont invariablement toujours très demandées en raison du taux d’attrition qu’elles subissent couramment au combat.[4]

Sources[modifier]

Pensée du Jour : La pensée engendre l’hérésie : l’hérésie engendre le châtiment.
  • Codex Adeptus Astartes Space Marines, V8
  • Codex Space Marines, V5
  • Codex Adepta Sororitas, V8
  • Imperial Armour Vol 2, 2nd edition : War Machines of The Adeptus Astartes
  1. Imperial Armour Vol. 2 nd edition : War Machines of the Adeptus Astartes - Chapter Adeptus Astartes Assaut Vehicles - Rhino Armored Troop Carier - Damocles Command Rhino (traduit de l’anglais par Guilhem)
  2. Imperial Armour Vol 2, 2nd edition : War Machines of The Adeptus Astartes - Sister of Battle Rhino(traduit de l’anglais par Christer)
  3. Imperial Armour Vol. 2 nd edition : War Machines of the Adeptus Astartes - Chapter Adeptus Astartes Attack Craft - Drop Pods - Deathstorm Drop Pod (traduit de l’anglais par Guilhem)
  4. Imperial Armour Vol. 2 nd edition : War Machines of the Adeptus Astartes - Chapter Adeptus Astartes Attack Craft - Drop Pods - Dreadnought Drop Pod (traduit de l’anglais par Guilhem)