Ahzek Ahriman

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Thousand Sons banner.jpg
Thousand sons banner left.jpg
Thousand sons banner right.jpg
CustodesBar.jpg
Shackles1.png
Shackles1.png




Thousand sons eye.png
Sm-chaos-side-staff.pngShackles1.png
Sm-chaos-side-staff.pngShackles1.png
Sm chaos stone bar.jpg
Thousand sons corner.png
Thousand sons marge.png
Thousand sons corner.png
Thousand sons marge.png
Thousand sons angle.png
Thousand sons angle.png



« Et à quoi est parvenu ton fragile Imperium ? Ce n’est plus qu’un corps dont la carcasse se décompose lentement, tandis que les vers le rongent de l’intérieur. Il a été bâti par les héros d’antan, pour n’être peuplé aujourd’hui que d’êtres fragiles pour qui la gloire des jours anciens n’est plus que légendes à demi oubliées. Pour ma part, je n’ai rien oublié, et ma sagesse dépasse de loin celle de tous les mortels réunis. »
- Ahriman des Thousand Sons.
Chaos symbol.png


-Ahzek Ahriman-
L’Archisorcier, Le Maître Archiviste des Thousand Sons, Magister Templi des Corvidae, Le Fils qui Persévère
ArchiSorcierAhriman.jpg

Ahzek Ahriman est le plus puissant Sorcier des Thousand Sons, et il ne le cède qu’à Magnus en termes d’aptitudes psychiques. Avant de se vouer au Chaos, il était le Maître Archiviste de sa Légion et le Magister Templi des Corvidae, et avait pour mission d’étudier les fils du destin pour deviner l’avenir de la Légion. C’était un puissant chef militaire, le gardien du Livre de Magnus, et c’est par un de ses sortilèges que les Thousand Sons succombèrent à une irrévocable damnation.

Ahriman fut l’un des premiers Thousand Sons à s’engager sur la voie de la sorcellerie. À l’instar de son Primarque, l’obsession des mystères arcaniques le gagna peu à peu au cours de ses combats dans toute la galaxie durant la Grande Croisade. Il rencontra des civilisations isolées dans lesquelles la magie s’était imposée comme la forme dominante du pouvoir, après la perte des secrets des machines. La soif de connaissances de Magnus le Rouge se répercuta en chacun de ses fils, qui poursuivirent sa quête avec ferveur. À l’issue de la Grande Croisade, le Primarque compila ses connaissances en sorcellerie dans un ouvrage colossal intitulé le Livre de Magnus, ou encore le Livre des Thousand Sons. En tant que Maître Archiviste, Ahriman reçut l’honneur de garder le précieux ouvrage sur le monde natal des Thousand Sons, Prospero, où il put en étudier le contenu en toute quiétude. Ses pouvoirs prirent graduellement de l’ampleur, tandis qu’il saisissait les subtiles nuances de la magie, découvertes par les hommes les plus sages de la galaxie au cours des millénaires. Comme tous les autres Thousand Sons, Ahriman en vint à croire que l’énergie du Warp pouvait être contrôlée pour le bien de l’Humanité. Seuls les hommes ordinaires, faibles d’esprit ou d’âme, en étaient incapables.

À mesure que le temps passait, les membres les plus influents et les plus puissants de la Légion commencèrent à se considérer comme de véritables sorciers, et plutôt que de participer aux guerres de l’Imperium, ils consacrèrent davantage de leur temps à l’élucidation des mystères de l’univers. Mais l’Empereur n’accepta pas la déviance progressive des Thousand Sons, car Il savait qu’aucun homme, fut-il un Primarque, ne pouvait dompter le Chaos. Suite à un incident catastrophique impliquant Magnus, le Maître de l’Humanité fut convaincu que le Chaos avait insidieusement corrompu l’essentiel des Thousand Sons, qui cherchaient à présent à diviser l’Imperium naissant. L’Empereur décida alors d’envoyer les Space Wolves punir leurs frères déviants sur leur monde paisible de Prospero. En quelques heures seulement, les escouades de Griffes Sanglantes eurent neutralisé les stations laser orbitales et les batteries de missiles négligemment défendues, ce qui permit aux Space Wolves de bombarder la planète, jusqu’à la raser presque entièrement. Les délicates tours furent réduites à l’état de gravats, des bibliothèques remplies d’ouvrages d’une valeur inestimable disparurent dans les flammes. Sonnés par la violence de l’attaque et l’ampleur de la trahison dont ils étaient l’objet, les Thousand Sons sauvèrent ce qu’ils purent et s’enfuirent dans le Warp.

Ils se vouèrent alors à Tzeentch, le Maître de la Magie, qui devint leur dieu tutélaire. Ce fut la force de cet attachement qui les sauva de la profonde corruption qui gagna les autres Légions Renégates au cours de la période de l’Hérésie. Après la défaite d’Horus, ils s’échappèrent vers l’Œil de la Terreur, et ce n’est qu’alors que les autres aspects de la nature de leur dieu tutélaire leur apparurent. Les signes les plus évidents furent les mutations qui commencèrent à frapper les guerriers. Ahriman et les autres Sorciers furent également horrifiés lorsqu’ils constatèrent que certains d’entre eux étaient également atteints. Ils avaient échoué dans leur tentative de dominer le Chaos, en fait, celui-ci se jouait d’eux.

Ahriman était cependant déterminé à ce que le long chemin qui les avait conduits à la connaissance ne s’achève pas dans a folie et l’abomination. Il réunit un conclave secret rassemblant les plus puissants Sorciers qui avaient échappé aux mutations, avec lesquels il étudia à nouveau le Livre de Magnus à la recherche d’un moyen d’interrompre la déchéance de la Légion. C’est ainsi qu’il mit au point la Rubrication d'Ahriman, un puissant sortilège capable de déclencher des forces bien plus grandes que ne pouvaient en contrôler les sorciers. En cas de succès, la Légion serait immunisée aux effets mutagènes du Warp.

Dans un premier temps, la cabale de Sorciers refusa d’aider Ahriman, mais lorsque Magnus fut élevé au rang de Prince Démon de Tzeentch, il devint clair que les Thousand Sons venaient de perdre leurs derniers vestiges d’Humanité. Bientôt, ils ne seraient plus que des Enfants du Chaos décérébrés, dépossédés de leur savoir et de leur puissance si durement acquis. La destruction de leur monde natal, l’Hérésie, tout ceci n’aurait servi à rien. Finalement, les Sorciers acceptèrent de joindre leurs pouvoirs à ceux d’Ahriman et déclenchèrent un terrible cataclysme magique sur la Planète des Sorciers.

On raconte que même les Démons fuirent la tempête magique à laquelle donnèrent naissance Ahriman et sa cabale. Des nuages crépitants d’énergies multicolores obscurcirent les cieux et enveloppèrent les hautes tours d’argent des Thousand Sons, puis des éclairs bleus et jaunes frappèrent les Space Marines les uns après les autres. Aucune protection magique ou physique ne put les protéger contre les forces à l’œuvre. La tempête surnaturelle fit rage pendant une nuit éternelle, qui dura des jours ou peut-être des siècles, jusqu’à ce que Magnus en personne soit contraint d’employer ses pouvoirs pour y mettre un terme.

Il apparut que la Rubrication d’Ahriman avait à la fois totalement dépassé les attentes des Sorciers et affreusement échoué. Ceux parmi les Thousand Sons qui étaient dotés de pouvoirs psychiques avaient soit survécu en voyant leurs facultés décupler, soit avaient été totalement détruits.

Quant aux autres, dont les pouvoirs psychiques étaient faibles ou inexistants, ils furent transformés. Leurs armures se scellèrent comme si chaque jointure avait été soudée. À l’intérieur de ces carapaces de céramite et d’adamantium, leurs enveloppes physiques avaient été réduites en poussière, et seuls leurs esprits demeuraient, piégés dans leurs armures pour l’éternité. Ils avaient été réduits à l’état d’automates. Mais Ahriman fut satisfait, car même si cela avait été à un prix exorbitant, il avait mis un terme à la déchéance de sa Légion. L’œil cyclopéen de Magnus se posa alors sur lui et sa cabale, que le Prince Démon furieux convoqua dans le but de la détruire. Mais alors qu’il s’apprêtait à sceller leur sort, une voix sibylline lui murmura : Magnusss, ne casse pas mes jouets si promptement… Tzeentch, l’Architecte du Changement, avait guidé les actes de ses sujets à ses propres fins. Mais qui peut dire ce que trame la plus énigmatique des puissances du Chaos ? Quoi qu’il en soit, Ahriman avait été manipulé sans le savoir, et Magnus était secrètement satisfait du talent dont avait fait preuve sa cabale. Toutefois, il se devait de les punir, c’est pourquoi Ahriman et les autres furent bannis par le Prince Démon de la Planète des Sorciers pour l’éternité. Il les condamna à errer au sein de l’Œil de la Terreur dans une quête éternelle de la compréhension parfaite.

Au cours des millénaires, Ahriman n’a cessé de rechercher des artefacts magiques, d’antiques livres arcaniques, des Psykers talentueux ou toute sorte de connaissance lui permettant d’acquérir toujours plus de puissance. Il a mené d’innombrables raids dans le seul but d’acquérir de tels objets, allant même jusqu’à s’en prendre à des musées ou des collections privées, au grand dam de ses victimes. Mais le plus souvent, les objets qu’il recherche sont acquis par des cultes du Chaos locaux, avant qu’Ahriman ne vienne s’en emparer, emportant avec lui quiconque ferait un serviteur prometteur. Il n’est pas rare que le Magus d’un culte reçoive une visite surprise des Thousand Sons et se retrouve dépossédé de ses reliques et de ses meilleurs sujets. Il a cherché l’Athenaeum de Kallimakus pendant seize siècles avant de le découvrir. Après s’être imbu du savoir de l’ouvrage, il a fait raser la bibliothèque qui le contenait jusqu’aux fondations. Il a favorisé l’usage de la magie sur des dizaines de planètes, la plupart d’entre elles le vénérant désormais comme le Dieu des Flammes ou le Héraut des Illuminations. Il a même parcouru la Toile, et mené ses osts de Thousand Sons aussi bien contre les Commorrites que contre les Asuryanis des Vaisseaux-Mondes. Insensible aux effets mutagènes du Chaos depuis des millénaires, Ahriman reste persuadé que le Chaos peut toujours être dominé avec la puissance et les connaissances requises. Au plus profond de lui même, il est persuadé qu’il trouvera les pièces manquantes du puzzle dans la Bibliothèque Interdite cachée par les Aeldaris. Ceux-ci le redoutent d’ailleurs et vivent dans la terreur qu’il parvienne un jour à trouver son chemin à travers la Toile jusqu’à la Bibliothèque, où ont été accumulés à travers l’espace et le temps des savoirs décrivant les Royaumes du Chaos.

En raison de la ruine qu’il apporta aux Thousand Sons, Ahriman fut banni de la Planète des Sorciers, jusqu’à ce qu’il ait accompli la tâche impossible de comprendre la vraie nature de Tzeentch. Depuis lors il est en exil, accompagné de plusieurs unités de Rubricae et de Sekhmet, cherchant les plus puissants artéfacts de la galaxie et ses plus grands secrets, tout en creusant un sillon complexe de destruction à travers l’Imperium.

Récemment, la terrible attention d’Ahriman s’est concentrée sur les Aeldaris, car il pense qu’ils possèdent les connaissances dont il a besoin pour restaurer la gloire des Thousand Sons. Il fut le témoin direct des pouvoirs de ces Xenos quand il vit Yvraine, l’Émissaire de Ynnead, ramener une dizaine de Marines Rubricae à la vie. Bien qu’Ahriman affirme chercher à défaire le funeste destin qui s’est abattu sur sa Légion, ses véritables intentions sont, comme d’habitude, impénétrables.

Bien que les objectifs d’Ahriman et de Magnus divergent depuis dix millénaires, ils se sont croisés ces dernières années. Grâce à sa connaissance de la Toile, Ahriman a aidé Magnus à conduire une série d’attaques surprise dans l’espace réel à partir de cette dimension. Toutefois, Tzeentch seul connaît le véritable destin de ces deux Psykers maléfiques.[1]

Ahzek Ahriman possède l’Équipement suivant :
  • Le Bâton Noir d’Ahriman : Le Bâton Noir d’Ahriman est une arme capable de déchirer la réalité. Créé par l’Archisorcier en personne, chacun de ses composants est une puissante relique acquise lors d’effroyables quêtes et de pillages. La lame à sa base est un reste profané de la Lance des Ombres, arrachée aux mains du Grand Prophète Kalrimon peu avant sa mort. Le manche est façonné à partir des fragments calcinés du Sceptre Héqa d’Ahriman, qui brûla sur Prospero pendant l’invasion des Space Wolves. Ces reliques, ainsi que d’autres, furent liées ensemble par un rituel impie d’où naquit le Bâton Noir, envoyant des cris de douleur qui résonnèrent dans tout l’Immaterium. Bien que ce soit imperceptible aux yeux des mortels, le bâton apparaît à ceux qui possèdent le don de double vue comme une cicatrice de ténèbres ardentes dans le Warp, une absence qui attire l’énergie psychique afin qu’elle soit utilisée par la volonté destructrice d’Ahriman.

Jeunesse

Pentheus[2]

Pentheus était un vieux savant Terran qui avait éduqué Ahriman et son frère jumeau Ohrmuzd quand ils étaient des enfants, ponctuant chacune de ses syllabes d’un coup de sa canne en ivoire contre le sol. Le vieux savant aimait le son de sa voix, même si elle s’était éraillée avec l’âge et avait donné à Ahriman et à son véritable frère leurs premières leçons de logique, de philosophie et de rhétorique. Ahriman et Ohrmuzd le traitaient de lézard du désert, mais jamais en face, et ils avaient pris par cœur chacun de ses cours. Penthus avait notamment appris aux jeunes garçons que la mémoire c’est la connaissance, et la connaissance c’était le pouvoir, une leçon qu’Ahriman se remémorera des millénaires plus tard, durant un exil tragique.

Né sur Terra, dans le pays de l’ancien Empire Achaménide, Ahzek Ahriman et son frère jumeau ont été parmi les premières recrues élevées dans les rangs de la XVe Légion. Doté d’une grande force psychique et d’une profonde intelligence, il s’est fait connaître durant les jours les plus sombres de sa Légion. Après la réunification de sa Légion avec son Primarque, il est devenu le premier élève de Magnus le Rouge et son lieutenant en chef.[3]

Le frère jumeau d’Ahriman se nommait Ohrmuzd, ce qui signifiait "sacrifice" dans l’ancienne langue des Avesta. Ils avaient été conçus et étaient nés parmi les tribus fortunées de l’Empire Achaménide, leurs rois s’étant alliés avec le Maître de l’Humanité plus d’un siècle auparavant, ce qui aura épargné à Ahriman les horreurs de la guerre atomique ou l’invasion des Guerriers Tonnerre. L’héritage biologique de son peuple n’était contaminé par aucun des défauts hérités ni aucune des carences immunologiques qui étaient si courants parmi les autres tribus de la Terre. L’Empereur avait donc marché parmi eux avec Son armée de savants, pour tester chacun des groupes familiaux à la recherche des marqueurs génétiques requis. Chez Ahriman et son frère, Il a trouvé ce qu’Il cherchait, et avec le consentement de ses parents, l’Empereur a emmenés les jumeaux dans un endroit secret profondément enterré sous les montagnes au sommet du monde. Avant de partir, leur mère a donné à chacun de ses fils un de ces talismans censés représenter la force de Dhul-Qarnayn, le plus grand souverain des Achaménides, leur priant de les garder toujours près d’eux, en leur disant que la puissance de cet ancien roi les protégerait. C’était un pendentif de la taille d’une pièce de monnaie sur lequel était gravée en relief l’image d’une feuille de chêne. Bien qu’étant une superstition absurde, Ahriman respectera le vœu de sa mère durant son entraînement et la Grande Croisade, gardant autour du cou le pendentif.

Ahriman lors de son introduction dans la XVe Légion.
JeuneAhriman.jpg

Dès le tout début, la XVe Légion avait un histoire troublée, car sa souche génétique semblait avoir été récoltée à un moment placé sous de mauvais auspices, un moment de grand soulèvement cosmique. Les tempêtes Warp qui avaient isolé Terra durant l’Ère des Luttes connaissaient une résurgence et leurs effets étaient ressentis sur toute la planète : folie, suicides, violence gratuite. Les derniers des despotes pancontinentaux avaient été renversés par l’Empereur et le monde relevait à peine la tête des cendres du conflit global. On eut dit qu’il s’agissait des derniers spasmes paroxystiques de ces guerres, ce qui dans une certaine mesure était vrai, mais il y avait davantage que cela. Quoi qu’il en soit, Ahriman a subi des épreuves de force, de vitesse et d’agilité mentale. Par chance, dès un très jeune âge, il était enseigné aux gens de sa culture de chérir la vérité par-dessus toute chose, et lui et Ohrmuzd, les fils de la royauté, avaient donc depuis longtemps appris à chasser, à tuer et à débattre, excellant dans tous les aspects de leurs entraînement, et leur avancement biologique était une source de grande satisfaction pour les scientifiques qui veillaient sur eux et surveillaient leurs progrès. Ils étaient nombreux à s’entraîner sous les montagnes, mais peu à peu, les initiés furent scindés en divers groupes. Ahriman eut la chance de rester avec son frère jumeau alors que tant d’autres frères étaient séparés. Pour tester leurs talents, les deux frères sont partis au combat réprimer les dernières poches de résistance de Terra, protégés par les derniers modèles d’armure et équipés des armes les plus destructrices. Nul ne pouvait s’opposer à eux, et leur Légion, la XVe, fut baptisée les Thousand Sons.

Devenu un Space Marine de la XVe Légion, Ahriman parti avec ses nouveaux frères et l’Empereur dans les étoiles afin de conquérir la galaxie.[4]

La Grande Croisade

« Le seul bien provient de la connaissance, et le seul mal de l’ignorance. »
- Ahzek Ahriman.
Chaos symbol.png


Ahriman deviendra le maître des devins et des mystiques guerriers du Culte Corvidae, et s’imposera également comme un combattant compétent et un commandant de terrain astucieux, aguerri par plus de deux siècles de guerre. Au combat, Ahriman était souvent le pivot de sa Légion, prévoyant les actions des ennemis et formulant des stratégies complexes pour créer un chemin vers la victoire même si le tumulte et le chaos régnaient autour de lui. Mais de toutes ses forces, la plus grande était la volonté infatigable d’Ahriman, une volonté non seulement de survivre, mais de vaincre coûte que coûte. C’était un trait de caractère qui le verrait parcourir des chemins étranges et terribles bien après que Prospero ait brûlé.[5]

Une Malédiction et la Mort d'un Frère

Les premières années de la croisade ont été une véritable jubilation pour Ahzek Ahriman et son frère Ohrmuzd, une période de guerres et de conquêtes où ils ont parcouru leur propre système solaire pour le récupérer. Au-delà des frontières de Terra avaient pris racine des espèces Xenos hostiles, et ils les ont abattues sans merci, calcinant leurs mondes sans rien laisser d’autres que des cendres derrière eux. Mais alors que les caractères des Legiones Astartes commençaient à pendre forme, celui des Thousand Sons s’est manifesté cinq ans après que la Grande Croisade eut commencé. Pour Ahriman, le don de voir des choses avant qu’elles ne soient survenues lui apparu. Orhmuzd parvenait à conjurer la foudre dans l’air alors que d’autres parmi leur Légion pouvaient accomplir des prouesses semblables. Mais très vite, leur joie s’est transformée en horreur quand un guerrier a commencé à changer, puis d’autres : le Bouleversement Charnel.

Le premier guerrier victime de cette malédiction génétique tomba sur Bezant, sa chair s’étant retournée sur elle-même et ses pouvoirs étant hors de contrôle, devenant un réceptacle pour une entité du Warp. Très vite, cette malédiction se propagea, faisant des Thousand Sons des parias aux yeux des autres. Pour Ahriman, le Bouleversement Charnel lui enleva Ohrmuzd un jour où ils étaient en première ligne, eux les meilleurs guerriers de la Légion et les plus puissants de ses pratiquants des arts. Ils se pensaient invincibles, que leur puissance était trop grande pour qu’ils soient affecté. Puis Ohrmuzd fut ravagé soudainement par le Bouleversement Chanel, contraignant Ahzek Ahriman à le séquestrer pour le laisser lutter contre la rébellion de sa chair. Pire, Ahriman fut affecté à son tour mais ne fut pas mis en stase comme le reste de ses Frères de Bataille, condamné à attendre pendant l’intégralité de la Grande Croisade qu’un remède fût trouvé. Ahriman était alors capable de repousser le changement, bien que ce fût une bataille qu’il se savait destinée à perdre. Ahzek Ahriman était à deux doigts de succomber quand un miracle est survenu : la redécouverte par l’Empereur de leur Primarque, Magnus le Rouge, sur un monde baptisé Prospero, accueillant une forte population de Psykers très éduqués et vivant dans une unique cité de savoir et de connaissances, Tizca.

Mille Fils[6]

Les Thousand Sons avaient acquis leur nom bien avant que le Bouleversement Charnel ne les frappe. Et lorsque Magnus les sauva de cette malédiction, il ne restait plus que mille survivants de cette terrible épreuve. Ils étaient devenus littéralement les Thousand Sons. Hors le nom de le Légion n’avait de sens qu’après que Magnus ait sauvé ses fils sur Prospero, et pourtant ils étaient déjà connus comme les Thousand Sons avant cela. Coïncidence stupéfiante qu’il n’y ait eu qu’un millier de survivants ? Pour Ahriman, il n’y avait pas de coïncidences. Peut-être que l’Empereur avait vu ce qui allait leur arriver, et qu’Il savait que Magnus allait sauver mille d’entre eux…

Ahriman est descendu à la surface de cette planète avec l’Empereur et les mille derniers survivants de sa Légion. Il s’est mal souvenu de sa première rencontre avec son père génétique, car son corps était torturé par la douleur alors qu’il luttait pour garder prise sur lui-même. Il avait résisté plus longtemps que quiconque ne l’avait fait auparavant, mais il succomba à son tour et son corps a commencé à se rebeller. C’est alors qu’il entendit dans sa tête la voix de Magnus, puis l’obscurité s’est emparée de lui, et quand il s’est réveillé, son corps était intact, sans porter aucune marque. Le bouleversement avait bien failli le détruire lui et ses frères, et ils avaient à nouveau le contrôle de leurs corps. Tout ce dont il se souviendra, ce sera de Magnus le Rouge posant un genou à terre et prêtant serment de fidélité à son père mais perdra les souvenirs des mois qui suivront.

La Légion avait été sauvée par Magnus on ne sait comment mais Ahzek Ahriman n’y a pas ressenti de joie ce jour-là, car son frère jumeau était mort, son corps ayant été trop ravagé par le Bouleversement Charnel, et rien ne pouvait être fait pour le sauver. Ahriman pris la feuille de chêne de son frère et l’a incorporée dans son armure pour honorer sa mémoire.

La perte tragique de cet être cher s’accompagnait d’une question qui hanta Ahriman durant la Grande Croisade : comment Magnus avait sauvé sa Légion. Cette question s’avérera primordiale dans le futur…[7]

Le Chef des Corvidae

Le Grand Océan, les Énumérations et les Tutélaires[8]

Durant la Grande Croisade, Ahzek Ahriman et ses frères Légionnaires qualifiaient l’Immaterium de Grand Océan, car à leurs yeux, c’était le Créateur Primordial, l’énergie derrière toute chose, un reflet de leur univers, dont ils n’étaient que le reflet et comme un océan planétaire, celui-ci n’était pas dénué de prédateurs. Mais en réalité, Ahriman et les Thousand Sons ne connaissaient pas les dangers du Chaos, et encore moins l’existence des Dieux Sombres. Si ils avaient conscience de l’existence de certaines entités du Warp, ils ignoraient véritablement leur nature et leur dangerosité.

Ahriman était aussi un excellent praticien des Énumérations, des outils et exercices philosophiques et conceptuels permettant aux pratiquants des mystères de parcourir la myriade des complexités, afin de plier l’univers à leur volonté et d’acquérir une concentration mortelle.

Enfin, comme tout les Thousand Sons doués de pouvoirs psychiques, Ahriman possédait un Tutélaire, des entités qui n’apparaissaient pas à ceux privées de la vue aethérique et qui offraient un aspect d’une beauté exquise. Les Tutélaires n’étaient que des fragments du Créateur Primordial, dont la forme et la fonction relevaient de ceux capables de les plier à leur volonté. C’étaient des familiers qui augmentaient la puissance et la capacité du Sorcier, l’imprégnant de la puissance psychique brute du Warp lui-même. Évidement, à l’époque de la Grande Croisade, la dangerosité de telle chose était inconnus de la XVe Légion… Le Tutélaire que possédait Ahriman à la fin de la Grande Croisade se nommait Aaetpio et l’avait fidèlement servi depuis près d’un siècle, sa forme inconstante et merveilleuse étant une vision faite d’yeux et de roues de lumière en perpétuel mouvement.

Ahriman fit de Prospero son monde d’adoption et est devenu le Philosophus, le novice, de Magnus le Rouge, intégrant le Temple des Corvidae, l’un des Cinq Cultes crée par Magnus le Rouge sur Prospero qui allaient servir de piliers aux mystères psychiques des Thousand Sons. Chaque Culte se spécialisait dans un seul domaine psychique. Les Corvidae étaient des devins et des augures qui utilisaient leurs capacités pour deviner l’avenir et ses conséquences. Ahriman deviendra le Magister Templi des Corvidae, le Capitaine de la 1èreConfrérie et le bras droit du Primarque.[9]

Ahriman fera aussi partie des adeptes Exemptus de la Légion, atteignant des sommets suprêmes de maîtrise, de vol aethérique, de connexion avec un Tutélaire, et des rites d’évocation et d’invocation. Il devint un très puissant mage guerrier, capable d’en appeler à des pouvoirs dont les mortels pouvaient à peine rêver, capable de soumettre des planètes entières de son seul fait.[10]

Morningstar

Treize années après la découverte de Magnus, en 853.M30, Ahriman participa à l’une des premières campagnes de Magnus, sur le monde de Morningstar.

Ce monde impérial avait été frappé par un désastre : une turbulence atmosphérique qui s’était soudain transformée en un violent cyclone magnétique. Celui-ci avait laissé derrière lui une zone totalement dévastée, large de douze mille kilomètres, dans l’hémisphère sud. Puis des éléments des forces locales de défense furent envoyés pour enquêter sur l’absence totale d’énergie dans les Ruches de la région équatoriale, découvrant que des citoyens y avaient péri par dizaines de milliers à cause d’un dysfonctionnement des systèmes de climatisation et de recyclage de l’eau, impossible à redémarrer. On suspecta un attentat mené par des rebelles baptisés les Fils de Shaitan, des fanatiques prêchant une doctrine de jugement dernier qui accueillait l’apocalypse comme le signe qu’ils se retrouveraient assis à la droite de leur divinité adorée. Finalement, le Mechanicum découvrit que cette baisse d’énergie était localisée, et qu’il s’agissait en fait d’une inversion des champs magnétiques générés par le cœur de Morningstar. La planète se trouvait au seuil d’une inversion soudaine des polarités géomagnétiques en même pas de six mois et la cause de tout ce dérangement restait inconnue, mais ses effets promettaient d’être dévastateurs. Des tempêtes se déclenchaient avec une périodicité et une violence qui ne cessaient de croître, de violents séismes déchiraient la croûte planétaire et lorsque les plaques tectoniques se séparaient, les plus importants centres urbains de Morningstar, construits sur des fissures géothermiques, sombraient dans ces gouffres qui avaient jusque-là fourni à la planète ses besoins énergétiques, sans parler des tsunamis qui naissaient suite à ces séismes. Morningstar était condamné, car une très rapide érosion de l’atmosphère était prévue, condamnant toute vie sur ce monde. Le Gouverneur Planétaire, Konrad Vargha, déclara Morningstar perdue et débuta l’évacuation, concentrant toute la population dans la capitale planétaire, Calæna, qui avait gardé un astroport opérationnel capable de gérer une évacuation à cette échelle. Mais la flotte locale ne suffisant pas, une demande d’aide générale fut demandé, aide auquelle les Thousand Sons et les Iron Warriors répondirent, menés respectivement par les Primarques Magnus le Rouge et Perturabo.

Ahzek Ahriman durant la Grande Croisade.
AhzekAhrimanGrandeCroisade.jpg

Ahzek Ahriman visita quand à lui Calæna dans toute sa splendeur, son style architectural lui évoquant le souvenir d’un monde qu’il avait quitté plusieurs décennies plus tôt et qu’il ne reverrait probablement plus jamais tout en admirant la maîtrise de Perturabo en matière de logistique qui devait permettre que la majorité de la population soit à l’abri lorsque viendrait la fin de la planète. Il vit les oracles des Fils de Shaitan exhorter les réfugiés depuis des toits ou des estrades improvisées à accepter leur fin au nom de leur dieu, le Seigneur des Tempêtes, certains acceptant leur message et quittant la cité. Les Fils de Shaitan accusaient les Space Marines d’être des anges maléfiques venus leur voler leur apothéose pour rejoindre la droite de leur divinité. Malgré cela, Ahriman constata que le peuple restait clame. Il avait rencontré un Iron Warrior avec qui il discuta sur la meilleure manière de motiver les mortels, l’Iron Warrior défendant la peur, Ahriman l’espoir. Une sympathie mutuelle naquit entre eux, Ahriman se présentant officiellement au fils de Perturabo qui en retour lui rendit la politesse en annonçant s’appeler Kydomor Forrix. Après qu’ils eurent échangé leurs prénoms, une sorte de passerelle s’était établie entre Ahriman et Forrix, et ils discutaient désormais sur un ton décontracté, le Maître Archiviste écoutant son compagnon lui parler de la beauté d’Olympia, le monde du Seigneur de Fer, ainsi que de la nécessité de rester humble quand on était un Astartes, qualité qui faisait défaut aux Thousand Sons aux yeux de Forrix. Alors qu’ils faisaient route vers l’astroport de Calæna, Ahriman ressentit un flux d’émotions traverser la foule et vit un des prophète de malheur des Fils de Shaitan proclamer le fin des temps au peuple réuni. Ahriman et Forrix avancèrent en direction de l’homme pour le faire taire mais dès qu’il les vit, l’homme les insulta, forçant Ahriman à tendre sa volonté pour refermer la bouche de l’homme d’une toute petite poussée cinétique, ayant l’intention de le priver d’oxygène assez longtemps pour le rendre inconscient. Mais l’individu sortit un pistolet de sous ses robes et se fit exploser le crâne sous les yeux des réfugiés. À cet instant, une multitude de personnes au sein de la foule rejetèrent leurs capuchons et pardessus pour dévoiler des robes marquée du serpent, identiques à celles du martyr. Ahriman vit aussi des mitraillettes, fusils automatiques, épées et hachettes et les Fils de Shaitan se jetèrent sur les réfugiés autour d’eux dans une véritable frénésie meurtrière. Ahriman abattit les assaillant aux côtés de Forrix, protégeant l’Iron Warrior en créant autour de lui une couche d’air surchauffé qui fit exploser les projectiles ennemis avant l’impact tout en enflammant d’une simple pensée les Fils de Shaitan et prévoyant l’avenir pour éliminer au plus vite une menace. Lorsque une roquette fonça sur Forrix, Ahzek Ahriman l’enveloppa d’une barrière cinétique, et les éclats de sharpnel engloutirent l’Iron Warrior, mais ne purent transpercer le bouclier psychique. Ahriman poussa ses pensées et déversa sa puissance psychique dans la physiologie des tireurs, les forçant à se griffer et à s’arracher les chairs des os, leur sang surchauffé bouillonnant par le moindre pore de leur peau, lequel s’évapora immédiatement en une brume écarlate et puante avant que les muscles ne coulent comme de la cire chaude, leurs squelettes se tordant et se brisant.

Après ce massacre de civils innocents, un séisme se déclencha, engloutissant les quartiers bas des vastes docks qui dominaient les falaises, provoquant énormément de morts. Ahriman survécut et vit les derniers survivants être évacués par les remorqueurs, voyant en eut les survivants qui raconteront l’histoire de leur peuple. Avec Forrix, il a débattu de ce qui permettait de gagner la guerre, l’Iron Warrior n’y voyant une simple arithmétique, des chiffres et de la logistique, alors qu’Ahriman défendait le courage, le sens de l’honneur et le sacrifice, considérant que réduire la guerre à des nombres et des équations était une erreur. Forrix lui demanda si il pouvait utiliser ses pouvoirs pour fouiller l’esprit des gens afin de repérer les terroristes et accélérer l’évacuation mais Ahriman ne pouvait le faire avec autant de personnes. Sous la pression de l’Iron Warrior, il fit une démonstration, laissant la marée de pensées mortelles et confuses le submerger, percevant les pensées des hommes et l’esprit de Forrix, voyant ainsi qu’il était un guerrier empli d’honneur et de courage, un Légionnaire qu’il serait fier d’avoir à ses côtés quand les feux de l’ultime bataille s’allumeraient. Soudainement, il regarda le ciel avec horreur quand s’allumèrent ses sens Corvidae, voyant un ciel rouge et des Iron Warriors, dont Forrix, qui disparu dans un déluge de feu liquide capable de faire fondre les montagnes. Il ne comprit pas ce qu’il avait vu, mais c’était comme si un futur terrible les attendait. Il pensa alors que ce futur allait avoir lieu sur Morningstar même. Espérant empêcher cette catastrophe, il avança au milieu de la masse des réfugiés, fouillant les pensées à la recherche de signes de la trahison dont il avait eu une vision. Forrix l’aida, soulignant qu’une telle catastrophe serait l’œuvre de plusieurs individus avec de nombreux éléments mobiles et plusieurs traîtres au sein de l’institution destinée à protéger les civils de Morningstar. Conscient qu’il lui fallait utiliser ses pouvoirs avec leur plein potentiel, il demanda à l’Iron Warrior de le surveiller tandis qu’il se détachait de son corps, le laissant ainsi vulnérable. Alors qu’Ahriman était inconscient, les Fils de Shaitan réattaquèrent le ville avec des véhicules d’assaut. Le corps d’Ahriman fut sauvé par Forrix qui le porta hors du danger et qui utilisa son propre corps pour le protéger des impacts.

En même temps, l’esprit d’Ahriman volait dans le ciel et constata un ensemble d’attentats commis par les rebelles, des attaques qui ravagèrent Calæna et les remorqueurs d’évacuations, sous les coups de chasseurs Thunderbolts ennemis. Ahriman utilisa ses pouvoirs pour détruire les appareils ennemis, allant jusqu’à écraser les pensées hurlantes d’un pilote contre l’intérieur de son crâne, apprenant en un instant comment piloter son appareil. Utilisant le pilote comme une marionnette, il abattit les autres appareils. Mais il vit que le Lux Ferem, un convoyeur aux dimensions titanesques qui remontait au lointain âge de l’exploration spatiale, avait été touché et perdait de l’altitude, son impact promettant une destruction certain de tous ceux se trouvant dans la cité. En parallèle, son corps fut déposé dans un Hydra par Forrix, véhicule dans lequel il se réveilla. Ahriman reprit ses esprits au milieu et vit Forrix grièvement blessé, l’Iron Warrior ayant été victime d’armes capables d’atteindre l’Hydra et maniés par des rebelles. L’Hydra était comme un îlot de métal au milieu d’une mer de cadavres avec au moins deux cents corps qui gisaient là. Ahriman comprit que Forrix les avait tous tués pour les défendre, ce bastion solitaire et lui. Alors que le Lux Ferem continuait à tomber, Ahzek Ahriman utilisa ses pouvoirs pour régénérer la chair, les muscles et l’œil disparu de Forrix. Mais il revit la vision de l’Iron Warrior mourant dans un déluge de feu, percevant que dans ce lointain futur, il sera devenu un monstre, couvert de la corrosion et la poussière d’une guerre éternelle livrée dans les ténèbres d’un lointain futur. Cela le dégoûta et il songea un instant à tuer Forrix.

Puis il vit le Stormbird de Magnus foncer vers le Lex Ferem, le Roi Pourpre se posant sur le ventre du remorqueur condamné. Le Primarque prit psychiquement contact avec ses fils afin qu’ils l’aident avec leurs pouvoirs à ralentir la chute du remorqueur et épargner les réfugiés d’une destruction certaine. Ahriman entendit son père et lui envoya ses dons pour l’aider, son apport offrant assez de puissance à Magnus pour ralentir la chute du Lux Ferem qui se posa au sol sans provoquer la catastrophe annoncée et sauvant des milliers de vies.

Ahriman rejoignit son père génétique lorsque celui-ci sorti de son coma suite aux efforts pour arrêter le Lex Ferem, alors que l’évacuation touchait à sa fin. Les attaques de la part des Fils de Shaitan s’étaient accentués et Ahzek Ahriman apprit à Magnus que des Thousands Sons, mené par le chef du Librarius de l’époque, Atharva, n’étaient pas revenus des ruines de Zharrukin et qu’aucun contact n’avaient pu être établi.

Ahriman accompagna Magnus dans une mission de sauvetage à Zharrukin. Ils retrouvèrent l’appareil d’Atharva, n’ayant que pour passager une femme, Niko Ashkali, la conservatrice en chef de Morningstar, qui avait accompagné Atharva et qui était seule depuis des jours. Elle leur apprit qu’Atharva et les autres Thousand Sons l’accompagnant avaient pénétré dans l’épave d’un vaisseau terran datant de l’Âge d’Or de l’Humanité, durant la phase de colonisation de la galaxie. Ils avaient découvert ce vaisseau dans les ruines de Zharrukin suite à la tempête qui l’avait mis à jour. Mais ils avaient disparus depuis. Ahriman suivit Magnus dans le vaisseau, y trouvant des traînées de sang. Arrivant sur le pont du medicæ, ils firent face face à six silhouettes de Légionnaires : c’était Atharva et les Thousand Sons disparus, désormais contrôlé par une entité psychique qui se présenta comme étant Shai-Tan. Shai-Tan était à l’origine le nom de ce vaisseau de colonisation de l’empire de l’Ancienne Terra, peuplé de dizaines de milliers d’âmes emplies d’espoir, à la recherche d’un meilleur lendemain. C’était en réalité le conglomérat d’esprits de Psykers torturés y a des lustres, animés par la vengeance. Shai-Tan projeta contre Magnus une boule d’éclairs que le Primarque contra. En parallèle, Ahriman et ses frères se battirent contre les six Thousand Sons possédés. Ahriman fut contacté psychiquement par Magnus pour qu’il lui vienne en aide, et il attaqua Shai-Tan, offrant au Roi Pourpre le temps nécessaire pour faire un exorcisme et enfermer Shai-Tan dans son Livre de Magnus.

Une fois fait, Ahriman quitta avec Magnus et la XVe Légion Morningstar, planète subissant un Exterminatus. Néanmoins, Shai-Tan n’aura pas fini de faire parler de lui…[11]

La Dévastation de Zoat

La Dévastation de Zoat fut une campagne menée par les Thousand Sons et les Night Lords, menés respectivement par les Primarques Magnus le Rouge et Konrad Curze.

Zoat fut un monde conquis par l’Imperium et dont un dixième de la population avait été massacré par le Night Haunter. À la fin fin, Magnus et ses Astartes défendirent un bâtiment que la culture natale de Zoat appelait l’Ivil’kuuh, la Tour de la Sérénité en gothique. Les Night Lords avec Curze et son Premier Capitaine Jago Sevatarion à leur tête firent face aux Thousand Sons qui cherchaient à sauver ce bâtiment face à la volonté de Konrad Curze de le détruire, les Thousand Sons créant un bouclier psychique inviolable autour de la Tour de la Sérénité pour le défendre d’une éventuelle attaque. Ahzek Ahriman fut présent, rencontrant Jago Sevatarion et le salua, le Premier Capitaine de la VIIIe Légion l’imitant en retour. Ahriman défendit le droit de sa Légion à préserver le savoir, face aux menaces de Sevatar d’user de son artillerie pour tout détruire. Malgré tout, Curze ordonna à ses batteries de tirer contre les boucliers psychique, ses pourparlers avec Magnus ayant échoué, et devant le risque d’affrontement, les Thousand Sons se replièrent, abandonnant l’Ivil’kuuh à la fureur des Night Lords.[12]

La Montagne d'Aghoru

Vers la fin de la Grande Croisade, Ahriman accompagna son Primarque avec l’ensemble de la 28e Flotte Expéditionnaire, sur un monde baptisé Vingt-Huit Seize alors que le Primarque des Space Wolves, Leman Russ, exigeait du Roi Pourpre qu’il vienne le soutenir dans sa guerre dans l’Amas d’Ark Reach aux côtés des Word Bearers. Vingt-Huit Seize ce nommait Aghoru et était habitée par une population humaine primitive avec qui les Thousand Sons échangèrent, leur Primarque voulant savoir comment il avait survécu à la Longue Nuit, car aucune trace électromagnétique résiduelle, aucune transmission ancienne ne suggérait plus que quiconque vécût là. Il y avait surtout quelques chose d’un plus grand intérêt : la Montagne d’Aghoru, qui existait depuis des dizaines de milliers d’années et qui était trop vaste, trop monumentale pour avoir été une formation naturelle. Haute de près de trente kilomètres, un seul regard suffisait à convaincre même le plus sceptique que la Montagne avait été modelée par des moyens surnaturels avec autour des fronces de ses versants inférieurs, des collections éparses de pierres levées, chacune plus haute que trois hommes, rassemblées en cercles imprécis. Pendant trois mois, Ahriman resta avec ses frères sur Aghoru, au versent de la Montagne, tandis que Magnus sympathisait avec la population locale et notamment avec leur chef, Yatiri, leader des tribus Aghoru rassemblées sur la Montagne. Ahzek Ahriman ressentit une énergie présente dans ce lieu et avec qui les Aghoru ont vécu en équilibre pendant des siècles sans subir d’effets pervers ou de mutations, ce qui méritait qu’on s’y intéresse.

Un jour, Magnus se vit inviter à pénétrer dans la vallée de la Montagne par les Aghoru. Le Roi Pourpre a interdit à ses fils génétiques de l’accompagner sur ce site sacrée aux yeux des locaux, puis accompagna Yatiri et sa tribu. Voyant que Magnus se revenaient pas après plusieurs heures d’absence, Ahriman décida d’aller le chercher, emmenant l’élite de la Légion, le Sekmet - où le Scarabée Occulte - et quelques compagnons des autres cultes de la Légion. Il arriva dans la vallée où Magnus avait disparu, entendit le son des tambours des Aghoru présents sur les lieux et se retrouva face à des statues colossales qui se dressaient à l’extrémité de la vallée, immenses, gracieuses et menaçantes, ayant une allure d’Aeldaris, semblant confirmer que ces Xenos étaient les bâtisseurs de la Montagne. Un grand autel de basalte devant l’entrée béante d’une grotte ouverte dans la falaise entre les deux sentinelles démesurées pouvaient être perçu et c’est là qu’Ahriman vit Magnus ressortir avec Yatiri et le scribe personnel du Roi Pourpre, Mahavastu Kallimakus.

Ahriman ressenti la déception de Magnus à son égard pour sa désobéissance et manque de confiance avant de retourner avec lui dans son camp. Une fois arrivé dans le pavillon du Primarque au sein du camp de la XVe Légion aux abords de la Montagne, Ahzek Ahriman participa à un conclave réussissant les représentants des Cinq Cultes, au titre de Maître Archiviste et Magister Templi des Corvidae. Il écouta son père génétique exprimer sa déception car la venue du groupe d’Ahriman dans la vallée sacrée des Aghoru avait mis en péril sa collaboration avec eux. Ahriman fut un peu réprimander avant d’écouter Magnus lui apprendre que dans la Montagne, la connexion avec le Warp était existante alors que sur le reste de la planète les vents Æthériques étaient puissants, mystère que voulait résoudre le Roi Pourpre persuadé qu’une grande puissance existait sous la Montagne. Il avait découvert dans la caverne de la Montagne un portail menant vers un vaste réseau complexe traversant l’Immaterium et dont la maîtrise donnerait libre cours à l’Humanité pour s’emparer des étoiles et la possibilité de marcher d’un côté à l’autre de la galaxie dans l’intervalle d’un clignement d’œil. C’était en réalité la découverte d’un vaste système de déplacement intergalactique qui dans le futur, structura la vie du Maître Archiviste : la Toile des Aeldaris. À la fin du conclave, Magnus demandera à Ahriman à prendre sous son aile un Commémorateur - des humains chargés d’accompagner les Legiones Astartes pour étudier et garder des témoignages de la Grande Croisade - plein de potentiel psychique, un certain Lemuel Gaumon, que le Maître Archiviste se devra d’éduquer. Magnus le Rouge lui souligna qu’il était de leur devoir d’accompagner l’épanouissement psychique de l’Humanité.

Ahzek Ahriman convoqua Lemuel Gaumon, un gros bonhomme jovial d’origine Terrane, qui le rejoignit dans son pavillon. Il accueillit le Commémorateur et lui expliqua qu’il possédait un don psychique non exploité, s’amusant à se pencher en avant vers Gaumon en projetant une mesure de feu dans son aura avant de lui dire qu’il était un sorcier… comme Harry ! Après cette plaisanterie qui terrorisa néanmoins le gros bonhomme, il expliqua qu’il allait lui apprendre à se servir de son pouvoir, commençant sa leçon sur la nature du Warp et son impact sur les pouvoirs psychiques, lui annonçant qu’il allait devenir son Néophyte sur Prospero afin de déterminer ce qu’il pouvait faire réellement. Il rencontra une des amies Commémoratrices de Gamon, Kallista Eris, elle aussi possédant un talent, voyant des choses en touchant un objet, et qui pratiquait l’écriture asémique. Elle lui tendit une feuille avec une de ses visions dans laquelle arrivait des loups…

La vision d’Eris se confirma lorsqu’un contingent de la 5e Compagnie des Space Wolves arriva depuis l’Amas d’Ark Reach sur ordre de Leman Russ. Dirigé par Amlodhi Skarssen Skarssensson, les Space Wolves exigèrent que les Thousand Sons viennent prêter main forte à Russ dans la campagne de l’Amas d’Ark Reach, les Loups ne faisant guère d’effort pour ne pas montrer leur hostilité envers Magnus qui les avait accueilli à travers une cérémonie et auquel participait Ahriman. Le Primarque refusa tant que ses recherches sur Aghoru n’étaient pas terminés tandis qu’Ahriman fut outré du comportement des Space Wolves.

Ohthere Wyrdmake[13]

Peu après l’arrivée de la 5e Compagnie des Space Wolves, alors qu’il consignait dans son grimoire les événements de cette rencontre, Ahriman libéra son corps lumineux et le laissa le détacher de sa chair afin de se laisser porter par les courants de l’Immaterium afin de discerner un fragment des choses à venir. Il s’y attarda trop longtemps et étaient devenus vulnérables face aux prédateurs qui existaient dans cette dimension, et son âme fut pourchassé par les esprits malfaisants du Wap. Il fut sauvé par un loup qui prit ensuite la forme du Space Wolf. Le fils de Fenris se présenta comme étant le Prêtre des Runes Ohthere Wyrdmake, arrivé en même temps que la 5e Compagnie de Space Wolves. Ahriman rejoignit son corps matériel, ressentant de fortes douleurs dans son corps après cette traumatisante bataille immatérielle. Il rejoignit le repaire des Space Wolves qui se trouvait en bordure de la Montagne, où il se retrouva encercler par six Loups à qui il expliqua venir voir Ohthere Wyrdmake. Ce dernier apparu et lui expliqua l’avoir trouvé par hasard alors qu’il cherchait le calme dans le monde immatériel. Le Prêtre de Runes employait un vocabulaire issus des traditions des Space Wolves et qui n’avait pas de sens pour Ahriman. Wyrdmake l’emmena voir des pierres mortes du monde d’Aghoru dans le camp des Loups, lui expliquant que c’était des points d’ancrage dans le monde matériel, des endroits étonnement calme. Wyrdmake expliqua être venu ici pour le rencontrer car le nom d’Ahriman était déjà célèbre chez les Prêtres des Runes. Cherchant à créer une affinité avec le Maître Archiviste, Wyrdmake lui expliqua la notion de wyrd - la fortune ou la destinée en langage commun, - tandis qu’Ahriman lui parla de la malédiction de la XVe Légion, une malédiction qui faisait écho à celle des Space Wolves : les Wulfens. Wyrdmake tendit la main pour toucher le relief de la feuille de chêne argentée apposée sur l’épaulière d’Ahriman, ce dernier refusant qu’on touche au souvenir de son frère défunt. Néanmoins, Ahriman passera beaucoup de temps avec le Prêtre des Runes, notamment après leur passage dans la Montagne, Wyrdmake se révélant être pour le Maître Archiviste un compagnon distrayant et bien que les termes dont ils usaient pour qualifier leurs aptitudes fussent très différents, ils s’étaient découverts davantage en commun qu’aucun d’eux ne l’avait d’abord imaginé. Cette relation sera encouragé par Magnus afin de tenter de rapprocher les deux Légions rivales.

Wyrdmake enseignera à Ahriman la consultation des runes, comment les employer pour apporter une réponse aux questions ardues, et obtenir une meilleure compréhension des troubles d’ordre intérieur. Comme instrument de prédiction du futur, les runes constituaient néanmoins une méthode moins précise que celles inculquées par les Corvidae, car leur signification nécessitait une grande part d’interprétation. Wyrdmake lui avait également appris le secret des runes liées, par lequel les propriétés de plusieurs runes pouvaient être combinées pour attirer les énergies aethériques de tonalité similaire vers un objet ou une personne. En retour, Ahriman avait enseigné au Space Wolf ses façons plus subtiles de manipuler les énergies du Grand Océan, cherchant à affiner les aptitudes de Wyrdmake en l’initiant aux mystères extérieurs des Corvidae et aux rites de Prospero. Il lui présenta le concept des Tutélaires, ce qui choquera le Prêtre des Runes, Ahriman parvenant à lui faire accepter ces créatures en lui expliquant que cela était l’équivalent des Loups des Space Wolves. De tels secrets n’avaient auparavant jamais été révélés à quiconque de l’extérieur de la XVe Légion, mais Magnus lui-même avait autorisé le travail d’Ahriman auprès de Wyrdmake, estimant que si une Légion telle que les Space Wolves pouvait se muer en alliée par le biais de l’explication soigneuse et de la compréhension, d’autres présenteraient alors sans doute moins de problèmes.

Plus tard, Yatiri descendit de la Montagne et avait imploré de voir Magnus qui le reçut dans ses quartiers pour apprendre qu’un étrange phénomène touchait la caverne de la Montagne. Sans plus attendre, le Primarque rassembla des guerriers de chaque Confrérie en ordre de bataille, accompagné par des Space Wolves commandé par le héraut du seigneur Skarssen, Varangr Ragnulf Ragnulfssen. Ahriman fit parti de ceux accompagnant le Roi Pourpre, constatant que les pierres aux alentours semblaient infecter par un noir huileux semblables à des veines pourrissantes. Arrivé dan la vallée, Ahriman ressenti un mal qui envahissait la vallée : les Daiesthaï - des entités ayant autrefois appartenu à une race légendaire issus des légendes des Aghoru, les Elohim, et qui furent dénaturés par la puissance que leurs ancêtres avaient autrefois servis, devenant une race aussi cruelle qu’elle avait jadis été somptueuse - s’éveillèrent après avoir été il y a des lustres repoussés par les Elohim dans les ombres du dessous du monde d’Aghoru et dont la Montagne servait de prison.

Ahriman reçut l’ordre de Magnus de fermer son esprit au Warp et arrivant à l’entrée de la caverne, alors que les constructions titanesques se dressaient comme elles l’avaient toujours fait, mais cette fois-ci parcourus d’un réseau de veines empoisonnées d’un noir verdâtre que la caverne avait déversée en épais filaments huileux, venue s’inoculer aux statues colossales. La présence des Thousand Sons n’avait fait que hâter cette corruption et un équilibre avait été perturbé. La situation se dégradait alors qu’Ahriman voyait les Space Wolves accuser Magnus et les Thousand Sons de sorcellerie, et son Primarque les clouer de son regard. Le Maître Archiviste regarda Yatiri s’enfoncer dans la caverne en compagnie de membres de la tribu malgré les avertissements de Magnus, le chef de la tribu pensant qu’il fallait un sacrifice pour calmer les Daiesthaï. Yatiri rejoignit un autel avant de transpercer de sa lance un homme, imité par le reste de ses compagnons qui s’entre-tuèrent dans l’espoir vain de calmer des dieux qui n’existaient pas. À peine les hommes morts se furent-ils écroulés qu’Ahriman sentit que la puissance qui s’accumulait dans la vallée monta à la vitesse d’un raz-de-marée et dans un gigantesque grondement de pierre, les gardiens de la vallée se mirent à bouger. Ahriman sentit s’échapper de la bouche de la caverne le hurlement perçant d’une chose primale, exprimant une faim insensée et il tomba à genoux, les mains pressées contre son casque alors que la puissance du Warp tentait de se forcer une voie vers l’intérieur de son crâne, luttant pour ne pas le laisser y entrer. Une bataille débuta entre les Space Marines et les titans tandis que Yatiri, perché sur l’autel de basalte et éclaboussée par le sang des anciens, hurlait. Des vents s’échappèrent de la caverne, formant un ouragan dans lequel évoluait Magnus en son centre, le Primarque faisant face au premier titan, le détruisant grâce à ses pouvoirs. Des compagnons d’Ahriman virent l’aider, le protégeant afin qu’il retrouve ses facultés. Une fois remis du choc, il admira la combativité des Space Wolves, tout en voyant les exploits de son Primarque qui disparut un instant dans une explosion provenant d’un tir du titan. Le Maître Archiviste et ses frères crurent alors que le Primarque était mort, ce dernier ne devant néanmoins son salut que par l’acte héroïque du Thousand Son Phosis T’kar, qui créa à temps un dôme scintillant d’énergie couleur d’or autour de lui et du Roi Pourpres afin de stopper le tir de l’arme de la machine Xenos. Les Space Wolves et les Thousand Sons parvinrent à détruire le second titan avant que Magnus n’ordonne d’entrer dans les profondeurs de la caverne, suivit par Ahriman et une centaine de guerriers des Thousand Sons et des Space Wolves. S’enfonçant dans les entrailles de la Montagne, Ahriman suivit son père génétique dans une descente en suivant un chemin tortueux et obscur. Il parvint enfin à un grand abysse au cœur de la Montagne, un entonnoir parfaitement circulaire de centaines de mètres de diamètre et où le plafond au-dessus de l’énorme fosse était une coupole à l’allure cristalline, formé de la même matière que les titans, sa substance ayant été envahie par les filaments noirs de la corruption. Des milliers de colonnes noires et luisantes s’élevaient de l’abîme comme les racines de quelque plante surnaturelle et ces piliers palpitaient d’un mouvement liquide, parodies obscènes d’artères porteuses de vie, absorbant cette vie au lieu de la nourrir. Au bord du précipice, Ahriman perçut comme les autres une corniche qui courait sur la circonférence de l’abîme avec une forêt impénétrable de tentacules noirs et suppurants, une masse de tentacules vivante avec en plus un rideau noir qui s’ouvrait et dévoilant une silhouette portée par une horde de fins de tentacules grouillantes de bouches béantes et d’un bouillonnement d’yeux, apparaissant dans un gonflement avant de se dissoudre et de disparaître. En le regardant attentivement, Ahriman vit que c’était Yatiri, dont l’esprit avait été pulvérisé par l’exposition à un tel phénomène, son corps dégénérant un peu plus à chaque seconde. La créature était un reflet des cauchemars et des légendes des Aghoru, formées par l’esprit torturé de Yatiri, au travers du filtre de ses terreurs les plus sombres et des légendes anciennes. La chose à avoir jadis été Yatiri dériva en direction des Thousand Sons, appelant Magnus. Ahriman tira son pistolet, horrifié devant cette abomination et dès que le corps de Yatiri s’élança brusquement en avant, et que ses bras se refermèrent autour de Magnus, il tira, imité par les autres Astartes présents. Le Maître Archiviste lutta contre les innombrables tentacules qui s’en prenaient à lui, mais tout prit fin lorsque Magnus fit éclater le corps de Yatiri en cendres, pour plonger ensuite dans le gouffre sous les yeux effarés d’Ahriman. Mais le Roi Pourpre revint auprès de ses fils après avoir utilisé ses pouvoirs pour détruire la substance à l’origine de l’amas de tentacules et refermé à jamais la faille d’Aghoru. Ahriman appendra plus tard que son père génétique avait découvert que cette faille était un portail de la Toile et que mieux, il existait d’autres de ces portails sur d’innombrables planètes, formant un réseau labyrinthique tout entier, un moyen qui permettrait de voyager rapidement entre des mondes.

Puis à la demande des Space Wolves, les Thousand Sons mirent le cap sur l’Amas d’Ark Reach où Space Wolves et Word Bearers combattaient une civilisation humaine.[14]

La Bataille du Piton du Phénix

Ahriman menant ses frères au combat.
Héraldique pré-Hérésie.jpg

Après les évènements survenus sur Aghoru, les Thousand Sons de Magnus mirent le cap sur l’Amas d’Ark Reach. Ce système avait été découvert par les Word Bearers et était structuré autour d’une alliance de six planètes formant l’Empire Avenien. Les dirigeants de ces mondes avaient rejeté leur intégration dans l’Imperium, déclenchant une conquête menée par les Primarques Lorgar Aurelian et Leman Russ. Cela rappela à Ahriman son passage chez les Word Bearers, où il avait partagé leur compagnie durant cinq années et où il avait rencontré le Premier Capitaine de cette Légion et père adoptif du Primarque Lorgar, Kor Phaeron, que le Maître Archiviste qualifiera d’esprit empli de certitudes zélatrices que ne pouvaient ébranler ni la logique, ni la raison ou le débat.

Ahriman arriva sur le dernier monde qui restait à conquérir, Héliosa, baptisé Grièche par l’Imperium. Les Thousand Sons avaient lancé une campagne d’offensives coordonnées contre les principaux points forts du réseau de défense Avénien. Ahzek Ahriman, accompagné du Prêtre des Runes Space Wolf Ohthere Wyrdmake, arrivant sur l’aire 93 du monde de Grièche, et y rencontra alors le Primarque des Space Wolves, rencontre qui le fit frissonner. Leman Russ jucha Ahriman, ne le regardant pas non comme un individu, mais comme une cible à son agressivité. Le regard du Primarque courut sur l’armure d’Ahriman, identifiant les joints affaiblis, les portions endommagées, les points d’entrée pour une lame et en un instant, le Roi-Loup connaissait connut mieux que le Maître Archiviste l’état de son corps, où ses os pourraient le plus facilement être brisés, là où une épée pénétrerait le mieux et où un poing traverserait une plaque protectrice en rompant les organes internes. Ahriman écouta Russ lui demander où était Magnus le Rouge, le Roi Pourpre apparaissant soudainement à ses côtés. Ahriman vit avec effroi que leur dialogue fut tinté d’hostilité, n’échangeant qu’une poignée de main sommaire manquant de toute chaleur, avec des menaces à peine voilée et des moqueries acerbes, échange qui se termina lorsque Russ invita Magnus à rassembler ses guerriers pour l’assaut final.

Durant l’ultime assaut, les Word Bearers soumirent les populations civiles des cités montagnardes isolées tandis que les Thousand Sons libéraient un chemin afin que les Space Wolves puissent délivrer le coup fatal au cœur de l’Empire Avenien : la cité montagnarde du Piton du Phénix, un véritable ouvrage d’art possédant une Grande Bibliothèque - qui avait une forme de pyramide d’argent, haute de six cents mètres et large de deux kilomètres à son pied - renfermant de grandes connaissances que Magnus convoita immédiatement. L’objectif de la XVe Légion était de se tracer une voie vers la Grande Bibliothèque du Piton du Phénix le plus vite possible avant que les Space Wolves ne réduisent tout en cendres.

Ahriman participa à l’assaut à la tête du Scarabée Occulte, débarquant dans le Piton du Phénix depuis un transporteur Stormhawk lourdement modifié, le Scarab Prime, volant derrière le contingent principal de l’assaut aérien. Chose inédite, il emmena avec lui un mortel, Lemuel Gaumon, son Néophyte. Il perçut avec ses dons psychiques l’assaut majeur mené par Magnus le Rouge lui-même avant que son appareil et les autres aéronefs de l’assaut aérien ne subissent des tirs d’obus anti aérien. Le Maître Archiviste utilisa - comme les autres Corvidae présents sur divers transporteurs - ces dons pour percevoir l’avenir afin de prévenir le plus possible ses frères de manœuvrer afin d’éviter des obus mortels. Il débarqua dans la majestueuse cité montagnarde du Piton du Phénix, Lemuel Gaumon apeuré à ses côtés, alors que les combats faisaient rage contre des oiseaux extraterrestres, des grièches, particulièrement mortels. Ahriman en massacra un grand nombre, grâce à ses pouvoirs et ses talents martiaux tout en protégeant le gros bonhomme et qui hurlait de terreur. Il en profita pour l’instruire, lui expliquant les talents de certains cultes de la Légion tout en l’incitant à admirer les pouvoirs de chacun de ses frères au combat contre les Aveniens. Ahriman fut satisfait de constater que Gaumon parvenait aussi vite à accepter les pouvoirs fondamentaux des Thousand Sons. Il voulut le tester, et lui demanda de lire les auras de ses frères et de lui dire ce qu’il ressentait. Lemuel Gaumon se concentra, utilisant les techniques de concentration qu’Ahriman lui avait appris, mais à cet instant, un pic brutal d’énergie psychique apparut un instant avant de frapper, telle une vague soudaine et choquante de bruit psychique qui noya les sens par sa violence. Ahriman en tomba de douleur : c’était un hurlement de rage pure, celle de Leman Russ.

Ahriman et ses guerriers se mirent en marche, et constatèrent les ravages commis par les Space Wolves. Il arriva dans un lieu où il vit le Roi Écarlate et sa Légion faire face à des Space Wolves qui tentaient de prendre la Grande Bibliothèque, protéger par Magnus pour éviter qu’elle finisse en cendres. Le Maître Archiviste rejoignit au plus vite son père génétique alors que les Space Wolves fonçaient sur les Thousand Sons qui formèrent un rempart implacable et immuable, ces derniers utilisant leurs pouvoirs psychiques pour neutraliser les Loups en bloquant leurs transmissions neurales, redirigeant les impulsions électriques de leur cerveau et désoxygénant rapidement le sang au sortir de leurs poumons. Cela épouvanta Ahriman qui fut forcé de calmer les ardeurs sanguinaires de certains de ses frères et éviter des morts. C’est alors qu’une chose terrible se passa : un Thousand Son fut frappé par le Bouleversement Charnel, chose qui n’était plus arrivé depuis que Magnus avait sauvé sa Légion de ce mal. Ahriman tenta de venir en aide à ce frère, lui implorant de résister mais la chair du malheureux muta, Ahriman ressentant alors soudainement la malédiction le frapper ainsi que ses frères, puisant dans sa volonté pour résister. Tout prit fin lorsque le Thousand Son mutant implosa, toucher par un projectile tirer au loin par Leman Russ, qui avait été témoin de la scène. Alors que Russ s’avançait vers Magnus, le Maître Archiviste vit le Primarque Lorgar se téléporter à temps entre les deux frères ennemis afin d’éviter un bain de sang inutile, les appelant au calme et à la raison. Devant Ahriman qui entendit chaque mot, Leman Russ accusa le Roi Pourpre et sa Légion d’être des sorciers, des monstres mutants, des jeteurs de sorts et des nécromants. Il passa le fil de son épée en travers de sa paume, laissant des gouttes de son sang tomber sur le sol en faisant la promesse au Roi Écarlate de lui régler son compte un jour…[15]

Le Triomphe d'Ullanor et le Grand Œuvre de l'Empereur

Ahzek Ahriman fut présent et le témoin privilégié du Triomphe d'Ullanor, évènement qui mettait fin à la Croisade d'Ullanor qui actait la défaite du plus puissant empire Peau-Verte jamais rencontré depuis le début de la Grande Croisade. Cette campagne avait été mené par l’Empereur et Horus, qui avait personnellement tué le Boss de Guerre de cette planète. Ce Triomphe fêtait cette victoire ainsi que l’apogée de la Grande Croisade.

Ahriman accompagna Magnus sur Ullanor, admirant à ses côtés la planète depuis la pyramide de verre servant de sanctum au Primarque dans son vaisseau amiral, le Photep. Cette pyramide de verre fut descendue du Photep par segments et réassemblée à la surface parfaitement plate d’Ullanor. Ahriman avait eu l’honneur d’être sollicité par le Roi Pourpre pour l’apprêter afin que les plaques de l’armure de son sire génétique soient arrangées par ses soins autour de sa carrure afin de s’assurer qu’il ne fut pas dépassé en prestige par ses frères. Le Maître Archiviste souligna la coquetterie de son Primarque pour ce jour illustre. Puis il l’accompagna vers la montagne réaménagé pour accueillir la loge de l’Empereur et de Ses fils Primarques présents : Rogal Dorn, Jaghatai Khan, Angron, Sanguinius, Horus, Fulgrim, Mortarion et Lorgar Aurelian. Ahriman avait sélectionné que les meilleurs et les plus érudits des membres de sa Confrérie pour accompagner Magnus jusqu’à la tribune, et chacun avait été honoré d’un cartouche fixé sur son armure par un scarabée de cire.

Constantin Valdor[16]

Constatant le dispositif de sécurité mit en place par les gardes du corps de l’Empereur, les Gardes Custodiens, durant le Triomphe d’Ullanor, Ahriman se remémora sa rencontre avec un des leurs, Constantin Valdor, le Capitaine-Général de la Legio Custodes. C’était à ses yeux un prétorien d’une efficacité stricte, même si cela le rendait passablement austère. Ahriman supposa alors que le fait d’appartenir au corps chargé de la sécurité de l’être le plus important de la galaxie laissait peu de place à la légèreté…

Avec Magnus, Ahriman se retrouva face à deux Custodiens qui barraient l’entrée de la loge impériale, les gardes dorés exigeant à Magnus qu’il donne son identité ainsi qu’à ceux qui l’accompagnait. Ahriman et ses frères se sentirent mal à l’aise, ressentant un vide en eux, comprenant que sept Sœurs du Silence, des parias repoussant le Warp et les esprits en affinité avec, évoluaient aux alentours. Les deux lances des gardiens les laissèrent passer une fois que le système de Vérification Biométrique Unifiée eut identifié et chargé les marqueurs génétiques du Primarque et de ses fils à l’intérieur du réseau des Custodiens, prouvant qu’ils étaient bien ce qu’ils prétendaient être, ce qui rendit hilare Magnus et étonna Ahriman devant la facilité de la vérification. Le Maître Archiviste arrivé à la tribune, admira les figures majestueuses des Primarques mais très vite, il vit que Magnus le Rouge fut prit à partie par des guerriers de la Death Guard et très vite ensuite par leur Primarque Mortarion. Une discussion tendue démarra entre les deux frères sur la question des Psykers, Magnus les défendant, Mortarion rêvant de les éliminer.

Après cet échange houleux dont il fut témoin, Ahriman rencontra Hastur Sejanus, officier des Luna Wolves et membre du cercle privé d’Horus, le Mournival, qui lui apprit alors qu’une grande annonce allait être faite par l’Empereur.

Une Étrange Vision[17]

Après la discussion tendue entre Magnus et Mortarion dans la loge impérial d’Ullanor, et alors qu’il allait prendre sa place dans la loge, Ahriman se sentit soudain très petit, le plus petit rouage d’une machine en perpétuelle expansion. L’idée des forces titanesques que l’Imperium mettait à l’ouvrage frappa une note puissante à l’intérieur de lui, et il sentit l’énergie du Warp s’enfler dans sa poitrine. Cette métaphore prit forme dans l’œil de son esprit : une machine admirable de la taille d’une planète, dont les artifices merveilleux fonctionnaient par l’effort équilibré de chaque engrenage, chaque roue et chaque piston puissants qui tonnaient et alimentaient la plus grande des entreprises, faisant que les mondes alentour débordaient de vies nouvelles et de commencements nouveaux. Mais Ahriman vit dans sa vision, au milieu de cette machine, un piston estampé d’une tête de loup grognant, dont les yeux ambrés luisaient comme des gemmes et qui montait et descendait, au milieu d’un banc de têtes de pistons ornées de manière semblable, chacune arborant un motif emblématique appliqué en relief sur elle, un œil doré, un aigle blanc, une paire de mâchoires, un crâne couronné. Tandis même que l’image se formait dans son esprit, il vit que le piston à la tête de loup se désynchronisait graduellement des autres pistons de la machine, travaillant à une autre cadence, et accélérant progressivement jusqu’à se trouver à l’opposé direct de ses voisins identiques. La machine protesta et se mit à vibrer, son équilibre harmonique perturbé par le piston scélérat, et le bruit du frottement de métal gagna en volume. Ahriman chancela en voyant que la machine se disloquerait bientôt…

Puis il revint à lui, emplit de tristesse.

Ahriman assista au défilé et fut témoin du discours de l’Empereur qui annonça Son départ de la Grande Croisade pour rejoindre Terra afin de terminer un grand projet, puis vit l’ascension d’Horus au rang de Maître de Guerre, désigné par le Maître de l’Humanité, faisant de lui le commandant suprême des forces armées de l’Imperium. Il ressenti les puissantes vagues d’émotions conflictuelles des Primarques réagissant à l’ascension d’Horus. Ahriman supposa qu’ils devaient s’estimer chacun avoir été lésé de ce titre, ou peut-être enrageaient-ils de devoir désormais recevoir leurs ordres de l’un d’entre eux.

Suite à ce grand évènement, Ahriman reparti avec Magnus et sa Légion d’Ullanor. Il fit un voyage de deux mois jusqu’à Hexium Minora, une planète avant-poste du Mechanicum, afin de s’y réapprovisionner. Là, la majorité des Thousand Sons et des millions de soldats de soutien rejoignit Magnus, attendant que le ravitaillement soit achevé. Vers la fin de ces opérations, Ahriman fut convoqué par son Primarque Magnus dans son sanctum afin de discuter. Il écouta le Roi Pourpre lui affirmer qu’un jour, il connaîtra absolument tout, propos qu’Ahriman désapprouva, y voyant une forme d’arrogance mais Magnus le calma et le rassura en évoquant des philosophes de la Vielle Terre qui mettait en garde contre de tel comportement. Le Maître Archiviste et le Primarque évoquèrent les évènements d’Ullanor et les changements survenus avec le départ de l’Empereur, Ahriman écoutant Magnus lui expliquer que le nouveau Maître de Guerre avait désiré savoir la raison du départ de l’Empereur, ce dernier ayant éludant la question en affirmant qu’un grand destin l’appelait, un destin qui selon Lui assurerait que l’héritage de leurs conquêtes vivrait jusqu’à la mort des astres. Magnus évoqua à Ahriman leur aventure sur Aghoru, aventure qu’il avait raconté à l’Empereur, ainsi que sa découverte de la Toile. Bien évidemment, l’Empereur connaissait cette dimension labyrinthique et qu’Il s’était résolu à en devenir le maître, raison pour laquelle Il retournait sur Terra ! Le Roi Pourpre termina son exposé à Ahriman en parlant du refus de l’Empereur de recevoir son aide, bien que Magnus se vit rassurer qu’il aurait un rôle majeur lors de l’accomplissement final des grands projets de l’Empereur, mais sans en dire davantage.

Une fois cette conversation terminée, Ahzek Ahriman admira avec son père génétique le début de la Borealis Mechanicum, une combinaison d’épanchements chimiques et d’embrasement des vapeurs atmosphériques d’Hexium Minora accrochant la lumière courbe de l’étoile lointaine du système, réfractant un halo vibrant autour de la planète, comme si des incendies arc-en-ciel l’embrasaient d’un pôle à l’autre. L’effet était d’une beauté singulière, bien qu’il fût le fruit de la pollution chronique et de l’industrie exubérante, menée sans aucune préoccupation du coût pour le milieu écologique. Mais surtout, un des effets secondaires de la Boraelis Mechanicum était l’affaiblissement du voile entre la dimension matérielle et l’Immaterium, et un mélange de couleurs indescriptibles et de tempêtes Æthériques tournoyait autour du halo de la planète, tel un paysage marin vu au travers d’un filtre énigmatique, ce qui émerveilla Magnus.[18]

L'Apprentissage du Néophyte Gaumon

Après Ullanor, Ahriman reçut son Néophyte Lemuel Gaumon dans sa bibliothèque privée, une étude à peine plus grande que celle d’un bureaucrate de Terra avec peu de livres pour une pièce qualifiée de bibliothèque, un grand bureau et un chevalet soutenant son armure de plaques. Le Maître Archiviste dressa un château de cartes - issu d’un jeu nommé le Trionfi de Visconti-Sforza - au bord de son bureau, arrangé avec précision en une pyramide délicatement équilibrée. Ahriman entraîna Gaumon à dériver dans les courants de l’Immaterium afin de voir si il possédait la capacité à s’emparer de la carte qu’il lui nommait avant de faire s’effondrer le château de cartes. Devant ses échecs, Gaumon le défia d’essayer à sa place, ce qu’Ahriman accepta, réussissant avec brio à attraper la carte nommé par son Néophyte.

Quelques jours plus tard, Ahriman accueillit à nouveau Gaumon pour cette fois-ci lui parler de Prospero, savourant un vin issu des vignes de cette planète, et sur la nature des activités autres que martiales des Astartes. Ahriman lui parla alors de la jeunesse de Magnus le Rouge sur Prospero, de la magnifique cité de Tizca et de la fondation par le Primarque des Cinq Cultes qui allait plus tard structuré la XVe Légion, suite à un assaut des prédateurs psychiques de ce monde, les Psychneuein, des prédateurs Xenos insectoïdes originaires de Prospero. Puis Magnus apparu, à la demande d’Ahriman, et prit la suite du récit du Maître Archiviste, racontant au Commémorateur les détails de la fondation des Cinq Cultes afin que son témoignage rejoigne la vaste connaissance de l’Humanité pour l’avenir.

Un Mauvais Pressentiment[19]

Quand il était sur Aghoru, Ahriman avait eu, durant une transe afin de rechercher des écheveaux du futur, la vision d’une montagne de verre, haute et creuse, et néanmoins toute jeune comparée à la Montagne des Aghoru. À l’intérieur, il avait aperçu un grand espace empli de lumière jaune, un creuset d’émotions conflictuelles, et au-dessus, blessé, le gonflement d’un nuage d’orage injecté d’éclairs d’or emplissait le ciel. Ahriman avait alors sut que cela était important, que les visions aperçues dans l’éther étaient modelées tout autant par l’œil du témoin que par le Warp. Cette montagne et cet orage pouvaient être une vision véritable, ou une allégorie, dont chaque aspect avait une portée symbolique, ou quelque chose de plus grand encore. Mais la vision se fractura comme la surface d’un lac sous une tempête de grêle, puis la montagne de verre disparut, se brisa en millions d’éclats qui retombèrent en pluie. Un œil larmoyant, rougi par la peine, se reflétait sur chacun d’eux.

Lorsqu’il arriva sur Nikaea et qu’il vit le gigantesque volcan composite aux versants escarpés, accidentés par la lave durcie, les tephras et la cendre noire de la planète, Ahriman sut avec une parfaite certitude qu’un grand amphithéâtre y avait été taillé en son cœur. Une colonne de la lumière la plus pure s’élançait depuis le cratère du sommet, invisible aux yeux ordinaires, mais semblable à un javelot ardent transperçant les cieux pour ceux doués de la vue aethérique comme lui. Cette lumière était véritablement magnifique, glorieuse et incroyable par sa puissance et sa pureté, surement celle émanant de l’Empereur. Ce qu’il ressentit était pourtant un sentiment croissant de désarroi et il crut que sa vision sur Aghoru correspondait à ce volcan et à cette lumière dorée. Il pensait, avec justesse, que cela était un avertissement qui comptait pour beaucoup. Malheureusement, sa vision sur Aghoru était un avertissement d’un futur bien plus terrible pour lui et surtout pour Prospero.

Une fois le récit terminé, Ahriman écouta son Primarque reconnaître le grand potentiel de Gaumon avant d’apprendre une grande nouvelle : l’Empereur les convoquait pour un conclave, un rassemblement le plus capital qui sera le pivot de l’existence des Thousand Sons et où Magnus espérait que le Maître de l’Humanité reconnaisse sa valeur. Ce conclave allait avoir lieu sur un monde se nommant Nikaea.[20]

Le Concile de Nikaea

Une année fut nécessaire aux Thousand Sons pour rallier Nikaea depuis d’Hexium Minora. Ahriman débarqua sur ce monde avec Magnus depuis le Stormhawk personnel du Roi Pourpre, le Scarab Prime. Le Maître Archiviste était heureux de voir que la mélancolie qui avait frappé son Primarque après Ullanor s’était dissipé, persuadé que son heure de gloire et la reconnaissance de l’utilité des Psykers allaient enfin être reconnu par l’Empereur.

Nikaea était un monde volcanique où un amphithéâtre avait été crée spécialement pour accueillir ce Concile dans un gigantesque volcan composite aux versants escarpés, accidentés par la lave durcie. Atterrissant sur le sol noir et géométrique, Magnus vit dans cette construction l’ordre de l’univers transcrit par les mathématiques et les formes parfaites et la géométrie, persuadé que c’était un bon signe. Une fois atterri sur la surface du volcan, Ahriman vit que Magnus était accueilli par les Primarques Fulgrim et Sanguinius, accompagnés par leurs officiers respectifs Raldoron et Thoros des Blood Angels, et Eidolon et Vespasian des Emperor's Children. Ahriman eut l’honneur d’être présenté par Magnus à ses deux frères, Sanguinius l’accueillant et soulignant l’estime dont il jouissait auprès de nombreuses personnes en dehors de sa Légion, ce qui honora le Maître Archiviste. Il accompagna son père génétique et ses frères au cœur du volcan et durant le trajet, il vit le malaise qui s’installait entre les Primarques. Arrivé dans ses quartiers privés pour les suspensions du conclave, Ahriman comprit que les choses n’allait pas se dérouler comme prévu, sentiment que lui exprima Magnus.

Le Maître Archiviste suivit peu après Magnus dans le grand amphithéâtre où des milliers de témoins occupaient des bancs noirs, et faillit chanceler quand il vit que l’Empereur Lui-même était assis sur un trône aux ailes d’aigle déployées, Son bras droit, Malcador le Sigillite se tenant à Ses côtés. Il regarda Magnus, Sanguinius et Fulgrim prêter le serment de respecter la décision du Concile, quoi qu’il advienne. Ahriman ne vit qu’un serment prêté par un accusé en jugement pour défendre sa vie, avant de s’asseoir dans les estrades aux côtés du Roi Pourpre. Là, il écouta la véritable raison du Concile de Nikaea : résoudre la Crise des Archivistes provoqué par le Projet Librarius.

Il vit des témoins venir souiller la réputation des Thousand Sons, et supporta les accusations de sorcellerie et d’actes maléfiques. Le discours du Primarque de la Death Guard, Mortarion, fut le point d’orgue, le Seigneur de la Mort réclamant la condamnation de la XVe Légion et le démembrement du Projet Librarius.

Le Projet Librarius[21]

La raison qui a fait des Thousand Sons une Légion de parias et de leur Primarque Magnus le Rouge une source de débats et de conflits était le Projet Librarius.

Les Thousand Sons, depuis leur origine, faisaient face à une hostilité au sein de l’Imperium, à cause de leurs pouvoirs psychiques plus importants en leur sein. Magnus le Rouge était persuadé que la maîtrise des dons psychiques étaient l’avenir de la race humaine et afin d’accompagner cette évolution et pour calmer la méfiance que lui et ses fils génétiques provoquaient dans l’Imperium, il s’impliqua dans le Projet Librarius. L’idée était d’intégrer des Psykers Space Marines, évoluant dans un Librarius au sein des Légions et composés d’Archivistes. Magnus le Rouge persuada un certain nombre de ses frères des vertus du Projet Librarius et le projet fut validé par l’Empereur Lui-même, en plus du soutien de certains Primarques, avec en tête Sanguinius et Jaghatai Khan.

Les Thousand Sons étaient chargés de former les autres membres de plusieurs Légions qui manifestaient un potentiel psychique à travers une forme adaptée des disciplines et pratiques de Prospero, fusionnée avec des traditions Terrans et Baalites, le tout sanctionnées par l’Empereur. Une fois cette formation terminée, ces Psykers revenaient dans leur Légion et diffusaient à leur tour ce qu’ils avaient appris. Pour un temps, ce fut un succès mais les oppositions virulentes et la haine des Pyskers menaçaient la stabilité de l’Imperium naissant. Tout ce joua finalement à Nikaea…

Ahriman se tourna alors vers Magnus, en entendant un tintement sec et aigu de verre brisé car l’ardeur de la colère du Roi Pourpre irradiait de son corps. Les poings du Primarque étaient serrés sur l’obsidienne de la rambarde, et Ahriman vit que la pierre volcanique avait ramolli, et coulait comme la cire d’un cierge d’invocation. Des gouttes de ce qui avait été la roche tombaient vers le sol, où ces gouttes se brisaient, leur structure atomique coutumière ayant réaffirmé sa solidité. Inquiet, Ahriman effleura le bras de Magnus qui tourna son regard vers lui, dévoilant au Maître Archiviste un puits sans fond qu’était devenue son œil, une dentelle tournoyante de couleurs inconnues, comme si chaque facette de ses émotions y disputait aux autres la prédominance. Ahriman eut un haut-le-cœur devant la colère et le besoin de vengeance qu’il vit chez Magnus. Ahriman cria, voyant la vie de Magnus se dérouler en ce qui aurait pu n’être qu’une seconde, ou couvrir plusieurs éons. Il y vit les discours entre esprits lumineux, dans une caverne profondément enfouie sous la terre, et une figure merveilleuse descendre sur Prospero au sommet d’une montagne toute dorée. Tout ceci et davantage se déversa à l’intérieur d’Ahriman sans se préoccuper de ce que son esprit fût tout à fait incapable d’absorber une telle quantité de souvenirs et de connaissance. Il supplia à son Primarque d’arrêter alors qu’il était submergé par sa puissance, au point d’être à deux doigts de périr, sombrant in fine dans le coma. Magnus se ressaisit à temps, et il porta le corps d’Ahriman dans ses quartiers pour qu’il se remette de cet assaut psychique. Trois heures après, Ahriman se réveilla, Magnus à ses côtés lui demandant de lui pardonner. Ahriman appris de son Primaque que durant sa convalescence, un cortège d’ennemis les avaient qualifié d’hérétiques, de sorciers, de mages, de buveurs de sang et de sacrificateur de vierges.

Retrouvant ses esprits, il retourna dans amphithéâtre pour soutenir Magnus qui prit la parole, ressentant plus que jamais de la fierté d’être son fils génétique tandis que le Roi Pourpre dénonçait les propos archaïques qui furent employés pour le qualifier, défendant le progrès et le Projet Librarius et pourfendant l’obscurantisme et l’ignorance. Mais aussi parfaite qu’eut été l’allocution de Magnus, Ahriman vit que tous dans ce public n’avaient pas été gagnés à sa thèse.

Après la suspension de séance suite à ce discours, Ahriman se sentait insulté devant un tel procès, colère qui le mena un instant à se disputer avec Magnus avant que ce dernier ne s’effondre soudainement. Lorsque Magnus revint à lui, Ahriman et son Sekmet l’entourait inquiet. Magnus était paniqué après avoir eut une vision, et voulait partir sur le champ de Prospero mais Ahriman lui apprit qu’ils étaient convoqués pour entendre le jugement final du Concile de Nikaea.

La Trahison d’Ohthere Wyrdmake et la Charge de Mortarion[22]

Le premier témoin du Concile de Nikaea fut le Prêtre des Runes Space Wolf, Ohthere Wyrdmake, celui avec qui Ahriman avait tant échangé sur la nature des Thousand Sons à la demande de Magnus. Wyrdmake qualifia la XVe Légion de sorciers sans foi ni loi et de dangers à éradiquer. Ahriman fut outré devant la vision barbare et grossière du Space Wolf et exprima sa déception devant celui qu’il voyait comme un allié, comprenant qu’il avait été manipulé en révélant les secrets de sa Légion et sa maîtrise des arts psychiques. Puis ce fut au tour du Primarque Mortarion de venir tenir un long discours pour accuser les Psykers d’être à l’origine de l’Ère des Luttes, racontant son expérience des horreurs que les pouvoirs psychiques laissaient dans leurs sillages et les sombres pouvoirs de l’Immaterium dont ils faisaient usages. Il évoqua notamment les évènements survenus durant la Bataille du Piton du Phénix, accusant les Thousand Sons d’être les responsables d’actes étranges et maléfiques. Il demanda à l’assemblée de censurer Magnus et l’abandon du Projet Librarius afin de soi-disant éviter une nouvelle Ère des Luttes.

Le Maître Archiviste retourna à l’amphithéâtre écouter la décision de l’Empereur concernant le Projet Librarius, voyant l’expression de triomphe de Mortarion, les larmes cendreuses peintes sur les joues de Sanguinius et le sentiment de culpabilité de Fulgrim. Ses espoirs de salut l’avait presque quitté quand il vit une douzaine d’Archivistes de diverses Légions menés par le Prophète des Tempêtes White Scars Targutaï Yesugei, venir défendre le Librarius et de l’importance des Archivistes au sein des Légions et des Psykers en général dans l’Imperium. Cela toucha Ahriman qui reprit espoir.

Mais l’Empereur se leva de Son trône et ordonna le démantèlement des Librarius, promulguant l’interdiction aux Archivistes d’utiliser leurs pouvoirs au sein des Légions, à la stupéfaction d’Ahriman qui comprit que l’Empereur condamnait Magnus, le menaçant de destruction, lui et sa Légion, si il désobéissait à cet ordre. Le Maître Archiviste pâlit en comprenant le caractère atrocement irrévocable des paroles du Maître de l’Humanité. Les Thousand Sons se devaient de rentrer sur Prospero et se voyaient interdire l’usage de leur potentiel psychique, Magnus se voyant menacer de destruction, lui et sa Légion, si il désobéissait à cet ordre.

Devant cette terrible défaite, Ahriman retourna avec sa Légion sur Prospero, débité.[23]

Le Rituel

De retour sur Prospero avec l’ensemble des Thousand Sons, Ahriman releva le niveau d’entraînement de Lemuel Gaumon, alors que Magnus le Rouge restait enfermé dans ses quartiers au sein de la Pyramide de Photep qui dominait Tizca. Il évoqua avec son Néophyte sa jeunesse, son intégration dans la XVe Légion et surtout son frère jumeau Ohrmuzd, et enfin la malédiction du Bouleversement Charnel et l’intervention de Magnus dans dans sa survie.

Un jour enfin, lui et les plus importants officiers de la XVe Légion furent convoqués dans le sanctum intérieur du Roi Pourpre : Amon, Phosis T’kar, Phael Toron, Hathor Maat, Khalophis, Auramagma et Baleq Uthizza. Là, le Maître Archiviste apprit de Magnus une nouvelle cataclysmique : le Primarque avait sur Nikaea, durant son malaise, vu l’avenir, celui d’Horus Lupercal trahissant l’Empereur et déclenchant une guerre civile galactique. Le Maître Archiviste apprit l’existence d’une ancienne prophétie des temps très anciens redécouvert par Magnus et réinterprété, parlant d’un texte des anciens Aegyptos qui évoquait le dieu du ciel Heru qui avait initialement pour mission de protéger son peuple du chaos avant de devenir un agent du mal et le responsable d’une guerre. Ahriman savait que cette trahison qui allait frapper devait être motivé par autre chose que la fierté ou la jalousie. Quelque chose allait prendre racine dans l’âme du Maître de Guerre, Ahriman, sentant cette idée lui venir sans vraiment en avoir conscience, comme s’il connaissait les réponses mais ne trouvait pas les mots justes pour les articuler. Quelque chose de primordial, et pourtant corrompu. Il écouta Magnus lui expliquer que les Luna Wolves allaient bientôt rallier la lune d’un monde nommé Davin et que là, tout les destins conspireraient pour qu’Horus tombe sous le coup que lui portera une arme douée d’une effroyable conscience afin que les ennemis de toute vie profitent de son état de faiblesse et d’aveuglement pour s’accaparer son cœur. Mais Magnus avait l’attention de sauver Horus et annonça que si il échouait, il préviendrait l’Empereur.

Ahriman à la fin de la Grande Croisade.
AhrimanPreHeresie.jpg

Ahriman se rendit avec son Primarque et les officiers des Thousand Sons dans les Cavernes Réfléchissantes, un espace sacré situé sous Tizca. Là, le Roi Pourpre voulait leur aide pour mener le rituel afin de le projeter au travers du Warp et protéger le Maître de Guerre de ses ennemis, un rituel nécessitant une énergie d’une amplitude dont nul n’avait osé rêver. Magnus se plaça sous un télescope colossal avec tout un attirail agencé sous le dispositif de bronze et autour d’une grande dalle blanche et rectangulaire évoquant un autel, où courait une lourde chaîne de fer magnétisé. Sur chacun des points cardinaux autour de la dalle se trouvaient quatre miroirs concaves, concentrant la lumière des cristaux que des apprentis tenaient entre leurs mains. Cinq cercles concentriques entouraient l’autel avec à l’intérieur des pistes tracées par les quatre cercles extérieurs où étaient inscrits des mots inconnus, lesquels avaient laissé un goût déplaisant dans la bouche. Vêtu uniquement d’un pagne Ahriman regarda son père génétique se faire enduire d’huile par l’Écuyer Amon. Puis des apprentis dévolus à son service drapèrent des chasubles blanches par-dessus l’armure d’Ahriman, en les nouant autour de sa taille par une fine chaîne d’or. Ahriman reçut une couronne de feuilles de verveine tissée d’une cordelette argentée, et il fut tendu à un autre Thousand Son, Phael Toron, un athame luisant, à la lame d’argent et au manche d’obsidienne. Ahriman marcha avec Toron jusqu’à Magnus, le Maître Archiviste lui posant sur sa tête la couronne. Puis Ahriman prit le grand grimoire rédigé par le Roi Pourpre, le Livre de Magnus, car son rôle était de diriger le rituel, récitant les mots angéliques de l’ouvrage. Quand le rituel commenta, Ahriman donna à son Primarque le Loup Lunaire, un pendentif de fer posé dans le Livre de Magnus et représentant un croissant de lune luisant d’un reflet argenté sous la lumière de la caverne, les crocs du loup brillant telles des concrétions de glace. Magnus avait reçu ce pendentif de la part d’Horus sur Bakheng, après qu’un tir chanceux l’ai détaché de l’épaulière du Maître de Guerre, prétendant qu’il guiderait le Roi Pourpre dans les périodes sombres. Le Primarque ferma son poing autour du pendentif et en quelques instants, une tache de sang s’étendit sur son épaule, symbolisant la blessure qu’Horus avait reçu sur Davin et qui allait déclencher sa corruption par le Chaos.

Ahriman continua à lire, sans comprendre les mots ni comment il pouvait connaître leur prononciation, mais les prononçant néanmoins à voix haute, tandis que Toron plongeait son athame dans la poitrine de Magnus, dont l’esprit parti dans le Warp afin de chercher Horus.

Neuf jours plus tard, alors qu’il avait maintenu sa veille sur le Primarque, ne mangeant ni ne dormant pas, sans avoir partagé de nourriture ni d’eau, Magnus revint. La majorité des apprentis étaient morts mais malgré ce sacrifice, Magnus avait échoué à sauver Horus qui avait pactiser avec des ennemis redoutables. Il fallait à présent mener un nouveau rituel afin que Magnus puisse prévenir l’Empereur, tandis qu’Ahriman se vit confier la tâche en tant que Corvidae de tout faire pour essayer de voir l’avenir afin d’être prêt à toute éventualité.

Ahriman demandera à Magnus si ce rituel avait valu la peine, mais le Primarque, devant son échec, lui parla du "Chaos" et de "l’Annihilateur Primordial". Magnus lui répondit qu’il ignorait l’existence de ces notions avant d’être confronté à eux durant le rituel mais à cet instant, Ahriman comprit que son père génétique lui mentait…[24]

Le Sacrifice de Kallista Eris

Afin de respecter le souhait de Magnus de tout faire pour voir l’avenir, Ahriman rejoignit les installations médicales de Tizca, là où se trouvait la Commémoratrice Kallista Eris, après que celle-ci ait fait une crise où elle avait vu un futur dans lesquels des loups allaient venir détruire Prospero. S’y trouvait Lemuel Gaumon et la Commémoratrice Camille Shivani, venus soutenir leur amie mourante dans un lit, branché à une machine qui était un bloqueur aethérique, servant à isoler du Warp l’esprit du sujet. Ahriman expliqua à Gaumon que l’esprit d’Eris s’était figé en position ouverte, et sans cette appareil, l’énergie aethérique se déverserait librement en elle. Ahriman était venu avec les Thousand Sons Amon et Ankhu Anen et invita les deux Commémorateurs à partir tandis qu’Amon s’approchait d’Eris pour la débrancher la machine. Bien que les Thousand Sons pouvaient sauver Eris, ses dons de voir l’avenir les intéressaient, malgré les suppliques de Gaumon qu’Ahriman ignora. Une fois la machine désactivée, Kallista Eris se réveilla, paniqué, alors que les Thousand Sons ajustèrent à nouveau les cadrans de la machine, condamnant à mort Eris qui fut prise de convulsion alors qu’elle évoquait l’arrivée d’un Loup assoiffé de sang, la vision de Corbeaux de sang implorant le salut et la connaissance, un frère trahi et assassiné et la pire des erreurs pour la plus noble des raisons. Ahriman éprouva du dégoût et de la tristesse devant le traitement infligé à Kallista Eris. Une fois qu’Amon eut éteint la machine, le dos d’Eris s’arqua et ses yeux s’ouvrirent en grand alors qu’une lumière rutilante s’échappa d’elle, de la fumée sortant de son corps ce qui horrifia Ahriman. Durant les hurlements de la pauvre femme, il la vit être réduite en cendres, comme si on la brûlait vive et jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’un contour brûlé dessiné sur les draps, et des mares fumantes de chair fondue, dégoulinant du lit en longues coulures étirées.

Ahriman tenta de réconforter Lemuel Gaumon qui rejeta son amitié et déclara de plus vouloir le voir, avant de préparer ses affaires pour quitter Prospero.[25]

La Folie de Magnus

Un nouvel rituel fut mené dans les Cavernes Réfléchissantes afin que Magnus puisse projeter son esprit jusqu’à Terra afin de prévenir au plus vite l’Empereur de la trahison d’Horus. Ahriman se para d’une robe blanche, et porta le Livre de Magnus devant lui dans une attitude d’offrande. Ahriman avait des réserves et proposa à la place d’utiliser les moyens astrotélépathiques, ce que Magnus refusa au motif que les interprétations des Astropathes pouvaient être approximatives, se considérant comme plus à même de porter le message. Il allait projeter son être dans la Toile Aeldari pour rallier le plus rapidement Terra, se doutant qu’un portail du labyrinthe Xenos se trouvait en la possession de l’Empereur.

Entouré de neuf cents apprentis, Ahriman comprit que leur présence s’expliquait par le besoin de sacrifier leurs âmes car la puissance du sort était sans aucune mesure, exigeant des pactes avec des entités du Warp pour accéder à la Toile Xenos. Magnus assura à Ahriman qu’il assumerait toute les conséquences. Ahzek Ahriman rassura le Roi Pourpre qu’il veillerait sur lui, puis Magnus se défit de son corps solide et projeta son esprit vers Terra.

Quand Magnus reprit possession de son corps dans les Cavernes Réfléchissantes, tous les apprentis avaient été réduits jusqu’au dernier à une enveloppe flétrie et sans vie et seul demeurait Ahriman, complètement vidé. Sans explication, Magnus s’enfuit en pleurs malgré les suppliques d’Ahriman qui lui hurlait des questions.

Ahriman l’ignorait, mais son Primarque avait commis un acte terrifiant, la Folie de Magnus qui avait détruit le Grand Œuvre de l’Empereur et déclenché une invasion démoniaque sur Terra même, forçant le Maître de l’Humanité à rester assis sur l’artefact antique qui Lui permettait d’amplifier Ses pouvoirs psychiques afin de préserver Terra de la déprédation de l’Immaterium : le Trône d'Or. Dans le même temps Magnus avait acquis le statut de Traître et avait condamné les Thousand Sons et Prospero à la ruine.[26]

L'Hérésie d'Horus

En réponse à la Folie de Magnus, la puissance de la Légion des Space Wolves fut libérée sur la planète natale des Thousand Sons, Prospero. Dans les ruines brûlantes de leur ville en cristal, avec les morts jonchant les rives des mers ensanglantées, les Thousand Sons se tournèrent vers le Warp, et le Warp entendit leur appel. On dit que le ciel de Prospero est devenu flamboyant, la mer acide, et que les cris des Démons roulaient autour des pyramides brisées de leurs villes. Lorsque la tempête psychique a éclaté, les Thousand Sons survivants - dont Ahzek Ahriman - ont été arrachés à l’existence et transportés à travers le temps et l’espace vers une planète située dans l’Œil de la Terreur : la Planète des Sorciers.[27]

Le Sac de Prospero

« Tout ce temps, vous avez su qu’une confrontation allait finir par arriver. Nous sommes les sorciers de Prospero aux yeux de nos frères d’armes. Nous sommes damnés, et c’est ainsi que doit se conclure notre histoire, par la trahison et le sang versé. Ça n’est pas la seule issue. Vous pouvez trouver noble de subir votre destin, mais je vais prendre les armes et me défendre contre lui. »
- Ahzek Ahriman à Magnus le Rouge lors du Sac de Prospero.
Chaos symbol.png


Les Puissances Éternelles du Grand Océan[28]

Durant leur communication psychique avec Magnus, Ahzek Ahriman et les officiers de la XVe Légion apprirent que leur Primarque avait pactisé avec des Puissances Éternelles régnants dans le Grand Océan afin de les sauver du Bouleversement Charnel. Ces Puissances étaient des êtres plus vieux que le temps, dont les pouvoirs dépassaient l’imagination. Dès le jour où les Thousand Sons avaient rencontré Magnus le Rouge, ils étaient damnés. Pire, le pacte passé par Magnus avec ces Puissances prit fin, et le Bouleversement Charnel frappa de nouveau alors que Prospero était envahi.

Alors que Magnus s’était enfermé depuis des semaines dans ses quartiers privés, Ahzek Ahriman était retourné dans la Chambre de l’Apex, qui se trouvait au sommet de la Pyramide des Corvidae, le siège de son Culte au sein de la cité de Tizca. Au milieu des douces volutes aromatiques suintant de la pierre, teintées de camphre et de cèdre, Ahriman entendit un son : Tizca était bombardé, une pluie de tonnerre et d’acier frappant une barrière kinétique perpétuellement maintenue par le Culte des Raptora. Quelques instants après que les premières bombes furent tombées, les guerriers des Corvidae d’Ahriman s’étaient rassemblés pour la guerre dans les portions inférieures de la pyramide alors que le reste de la planète était vitrifiée. Ahriman ne comprenait pas comment cet ennemi avait pu se positionner autour de Prospero s’en être repéré et affolé, il contacta psychiquement Magnus le Rouge qui lui apprit l’impensable : pour sa folie lors de son rituel, l’Empereur avait envoyé la Légion des Space Wolves, Leman Russ en personne à leur tête, accompagnés d’éléments des Custodiens et des Sœurs du Silence afin d’éradiquer les Thousand Sons. Ahriman compris que l’Imperium les prenait pour des Traîtres et que cet ordre venait de l’Empereur Lui-même. Considérant que c’était un juste châtiment pour sa folie, Magnus avait dissimulé avec ses pouvoirs l’arrivée des Space Wolves et réduit au silence ceux qui avaient découverts cette menace avant qu’elle ne frappe.

Ahriman sombra dans une colère sourde et rejeta le sacrifice voulu par Magnus. Il déclara à ses frères qu’il allait se battre contre les Space Wolves en menant les Corvidae au combat. Les chefs des autres Cultes l’acclamèrent et décidèrent de joindre leurs forces aux siennes.

Alors que Tizca brûlait et était envahie par les Space Wolves, Ahriman partit à leur rencontre, le Scarabée Occulte l’accompagnant. Il vit les bibliothèque de la cité et son savoir disparaître dans les flammes. Le Maître Archiviste se jura alors de reconstituer l’ensemble de ces connaissances et peu importait combien de temps il lui faudrait. Il s’engagea dans les rues de la Vieille Ville et rencontra les Space Wolves. Hésitant devant la révélation de combat entre Astartes, ses ennemis l’attaquèrent en premier, ce qui dissipa ses doutes, et il riposta et éliminant pour la première fois d’autres Astartes. Il prit conscience que même si lui et sa Légion survivaient à cette attaque, ils seraient obligés de quitter Prospero car d’autres viendraient terminer ce que Russ aura commencé. Ahriman parvint par la suite à sceller le périmètre nord de Tizca et à tenir les pentes supérieures de la Vieille Tizca depuis l’Acropolis jusqu’au flanc est de la pyramide des Corvidae. Là, Ahriman et ses guerriers ont tenu l’envahisseur en respect. Pas même la sauvagerie des Loups ou la puissance des Custodiens n’était parvenu à briser ses défenses, les guerriers d’Ahriman profitant de leurs facultés prédictives pour contrer chaque assaut. Tout autour, le périmètre nord de Tizca continuait de tenir, Ahzek Ahriman et les Corvidae se tenant épaule contre épaule avec les Athanaéens et la Garde des Spires - les unités de l’Armée Impériale au service de la XVe Légion, - combattant avec un courage rare pour tenir en échec l’envahisseur.

Ahzek Ahriman mena les Thousand Sons contre les Space Wolves durant le Sac de Prospero.
ProsperoBrule.jpg

Tout bascula lorsque le Titan Warlord Canis Vertex de la Legio Astorum, qui se tenait immobile comme un monument dans Tizca, s’effondra sur la pyramide des Corvidae qui explosa dans une boule brûlante de verre et d’acier. Ahriman fut prit dans l’onde de choc de la destruction du Titan et reprit ses esprits au milieu d’un paysage de désolations, tandis que les combats reprirent assez vite. À sa grande horreur, il vit ses frères subir en masse les effets atroces du Bouleversement Charnel, attaquant les leurs dans leur folie. Ahriman et les plus anciens et les plus expérimentés de la XVe Légion furent épargnés et menèrent les vestiges des troupes à travers les ruines de Tizca, droit vers la Place de l’Occullum, situé au centre de la cité condamnée. Il y retrouva son ami Hathor Maat, et apprit la mort de son proche compagnon Phosis T’kar à cause du Bouleversement Charnel. Ensemble, ils partirent rejoindre la seconde ligne de défense, une ligne d’est en ouest entre les Pyramides des Athanaéens et des Pavoni, avec la Grande Bibliothèque en son centre et la Pyramide de Photep à l’arrière, avec pour objectif de sauver le plus de citoyens de Tizca de la fureur des Loups. Ahriman fit traverser la Place de l’Occullum, droit vers une large avenue, baptisée le Palais de la Sagesse. Il courut vers le Palais de la Sagesse qui était dallé de grandes tablettes de marbre noir, chacune gravée d’une citation instructive ou édifiante des contributeurs les plus prééminents de la Grande Bibliothèque. Ahriman garda les yeux fixés sur le sol tandis qu’il courait, y lisant des dictons philosophiques afin d’y puiser du courage. Il rejoignit une ligne défensive plus simple à défendre alors que six mille Space Wolves et Custodiens emmenés par Leman Russ s’approchaient de sa position. Conscient des dangers du Bouleversement Charnel, Ahriman ordonna à ses frères de se battre sans utiliser leurs pouvoirs. Ahriman combattit dos à dos avec Hathor Maat, tenant avec lui leur position face à la sauvagerie des Space Wolves et des prétoriens de l’Empereur. Mais sa ligne n’a pas pu tenir face à la sauvagerie effrénée de Leman Russ et un dernier carré se constitua dans l’ombre de la Pyramide de Photep, là où les populations survivantes de Tizca s’était réfugiée après avoir échappé au massacre initial. Dans ce qu’il savait être ses derniers moments, Ahriman se demandait ce qui était advenu de Lemuel Gaumon et de ses compagnons Commémorateurs. Il ne les avait plus vus depuis que Kallista Eris avait trépassé, et il espérait que tous étaient parvenus d’une manière ou d’une autre à survivre à cette horreur, bien qu’ils fussent probablement morts, cette pensée l’attristant. Il se vit attaquer par un Space Marine mutant, ayant les caractéristiques d’un loup : un Wulfen. Le constat d’une telle horreur le répugna mais les Wulfens repoussèrent la ligne du groupe de résistant du Maître Archiviste qui fut l’un des derniers membres de la XVe Légion à trouver refuge à l’intérieur de la Pyramide de Photep.

Une Vision Confirmée[29]

Alors qu’Ahriman battait en retraite face à la fureur des Space Wolves, il passa devant la Grande Bibliothèque en ruine, sa structure à peine reconnaissable comme ayant été une pyramide. Ses flancs vitrés étaient baignés par la lumière d’or des feux faisant rage à l’intérieur de ses nombreuses galeries tandis que sa pointe s’était effondrée sur elle-même, la fumée montant de son sommet comme les projections d’un volcan aux flancs escarpés. Ahriman se remémora la vision qu’il avait eu sur Aghoru et qu’il avait cru être un avertissement du Concile de Nikaea. En réalité, il avait vu cette ruine de la Grande Bibliothèque, ces dons lui ayant montré le Sac de Prospero et la fin de sa cité. À son grand regret, Ahriman n’avait pas compris à temps l’avertissement que ses pouvoirs lui avait donné.

Mais miraculeusement, il fut sauvé par l’arrivée de Magnus le Rouge qui témoin de tels ravages, décida enfin à venir en aide à ses fils génétiques. Ahriman vit le Roi Pourpre descendre telle une figure divine et somptueuse de lumière au milieu des ténèbres depuis les plus hautes portions de la Pyramide de Photep, immolant les Wulfens et les Space Wolves qui osèrent croiser son regard. Ahriman tomba à genoux devant l’apparition du Roi Pourpre et vit dans son orbe luisant toute l’horreur que Magnus avait éprouvée en voyant ses fils se changer en monstres pour la première fois, et la douleur de les voir massacrés par la faute de l’ambition insensée d’un de ses frères. Magnus lui ordonna d’emmener les survivants à l’intérieur de la Pyramide de Photep. Ahriman lui obéit et une fois à l’intérieur, au milieu d’une foule de civils terrifiés et de membres épuisés de la Garde des Spires, il nota qu’à peine un dixième de sa Légion avait survécu. Au centre de la gigantesque chambre d’accès, il vit l’Écuyer de Magnus, Amon, portant un coffre renforcé que fermait un cadenas de fer et le présenta à Ahriman qui leva la main et la ferma autour du cadenas, lequel s’ouvrit aussitôt à son contact avec un petit claquement métallique. Il souleva le couvercle du coffre et y trouva le Livre de Magnus. Amon annonça qu’il en était le nouveau possesseur, et qu’il lui revenait d’assurer sa sécurité et de faire en sorte que la connaissance qu’il renferme ne tombera jamais entre de mauvaises mains. Ahriman prit le livre en sentant le poids de la puissance et du potentiel que contenaient ses pages révérées. Ahriman présentait qu’il pourrait accomplir de grandes choses grâce aux secrets consignés sur ces pages.

Viens me Chercher, Wyrdmake[30]

Alors qu’il affrontait les Space Wolves, Ahriman ressentit une présence fantomatique sonder l’éther autour de lui, le cherchant à tâtons, signe qu’un autre esprit était en quête de lui. Il reconnut Ohthere Wyrdmake, qui le traquait et Ahriman permit à sa signature aethérique de filtrer dans l’air, une piste psychique pour attirer à lui le Prêtre des Runes, l’invitant à venir le chercher.

Dans les ruines de le Palais de la Sagesse, alors que le dernier carré des Thousand Sons faisait face aux Loups, Ahriman a volontairement désobéi à l’ordre qu’il avait donné de ne pas utiliser de pouvoirs psychiques, déterminé à régler ses comptes avec Wyrdmake. Son esprit s’envola depuis le parc de la Grande Bibliothèque, luttant pour maintenir sa course face aux courants agités et aux dangereux brisants tout en évitant les voiles sombres qui flottaient par-dessus l’avancée des guerriers, des zones mortes où les Sœurs du Silence veillaient sur les Capitaines de la horde. Il retrouva la forme d’Ohthere Wyrdmake, tendit ses mains spectrales vers le bas et arracha de sa chair le corps lumineux de Wyrdmake, tirant avec une telle soudaineté qu’à l’intérieur de son armure, les membres du Prêtre des Runes devinrent aussi rigides que ceux d’une statue. L’aura du Space Wolf lui avoua qu’il avait trouvé sa signature psychique auprès d’un Thousand Son du nom d’Ankhu Anen, pensant que ce dernier avait vendu Ahriman. Le Maître Archiviste savait qu’Ankhu Anen avait sciemment offert cette information, sachant qu’Ahriman tuerait Wyrdmake. Il fit exploser le long bâton d’or qui était apparu entre les mains du Prêtre des Runes avant que Wyrdmake ne se rue vers lui en se transformant en loup grognant, les mâchoires tendues vers sa gorge pour la lui arracher. Ahriman s’élança à sa rencontre et ils se percutèrent dans une explosion d’énergies. Ils s’élevèrent dans l’éther, tandis qu’Ahriman évitait les assauts de son ennemi avec une grâce précise. Puis soudainement, le Maître Archiviste s’élança, son essence enveloppant celle de Wyrdmake avant qu’un coup de lance éblouissant ne transperce le Prêtre des Runes, une lance de vérité. Ahriman fit don de la vérité à Ohthere Wyrdmake, déversant tout à l’intérieur du Prêtre des Runes. Ce dernier vit la corruption d’Horus, sa trahison envers tout ce que l’Empereur avait cherché à créer, l’ampleur monstrueuse de la guerre imminente, l’horreur qui les attendait à son terme, lui apprenant aussi tout ce qui avait conduit les Space Wolves et les Custodiens à livrer contre les Thousand Sons un conflit aussi furieux, c’est à dire la manipulation de Russ par Horus pour détruire Magnus. Puis Ahriman se jeta à nouveau sur Wyrdmake, dont il frappa le corps subtil avec une rage irréfléchie, chutant droit sur Tizca. Puis il s’empara de l’âme du Space Wolf et la jeta aux prédateurs du Warp qui la dévorèrent, avant de retourner dans son corps pour connaître le dernier acte de la complainte de Prospero.

Puis il retourna regarder le combat légendaire qui c’était déclenché, un duel entre Magnus le Rouge et Leman Russ. Mais à sa grande horreur, il vit son père génétique se faire battre, agrippé par Russ autour de la taille puis soulevé au-dessus de la tête du Roi-Loup qui lui brisa le dos avec son genou. Magnus tomba dans la boue et le Primarque des Space Wolves leva sa Lame de Givre afin de lui trancher le cou.

Ahriman tomba à genoux en sanglota devant ce spectacle, comprenant que ce coup avait quasiment tué Magnus. Avec ses dernières forces, Magnus tourna la tête vers lui, et son œil ravagé suite à son duel mortel et murmura quelques syllabes surnaturelles. Ahriman, Magnus et les Thousand Sons survivants disparurent alors de la surface de Prospero.

Ahzek Ahriman vit la surface de Prospero se tordre, et il sentit comme une embardée vertigineuse, un décrochage, donnant l’impression que le fond du monde s’était dérobé sous lui, et qu’il tombait dans un puits sans fin. Il se retrouva dans un noir emplie d’une myriade de hululements, puis dans un maelström tourbillonnant de clarté et de couleur, où enflaient des visions de désespoir infernal et d’extase immodérée. Il se réveilla sur un planète en roche noire avec dans le ciel un tonnerre qui grondait, des orages d’un million de couleurs, où des fourches de lumière et de feu dansaient en colonnes crépitantes s’élevant depuis le sol vers les nuages. Le Livre de Magnus reposait à ses côtés et après l’avoir récupéré, il vit des centaines de Thousand Sons errer sur cette étrange planète. Il s’approcha de l’un d’eux et vit les excroissances mutantes qui l’avaient transformé sur toutes les surfaces du visage, à tel point qu’il ne s’y trouvait plus de bouche, de nez, ou aucun autre trait que des yeux. Ahriman tendit vivement ses mains et libéra un torrent de feu et d’éclairs sur le corps de son frère condamné, le réduisant en cendres. Pire, des dizaines d’autres Thousand Sons mutèrent avant d’être exécutés par ceux épargnés par le fléau. Pendant de longs jours et de longues nuits, Ahriman et les survivants tentèrent de comprendre où ils étaient, constatant qu’il était impossible de juger du passage du temps du fait que plus aucune des horloges intégrées de leurs armures ne fonctionnait. Ils découvrirent les restes en ruine de Tizca, elles aussi téléportées par Magnus dans ce lieu. Puis une Tour d’Obsidienne s’éleva des profondeurs lors d’un tremblement de terre, s’élevant à des hauteurs vertigineuses. Apparaissant sous la forme d’une forme éclatante avec des ailes de feu Æthérique flamboyant qui se déployèrent dans le dos de sa silhouette depuis cette Tour d’Obsidienne, Magnus se présenta devant Ahriman et les Thousand Sons, leur apprenant que ce monde était la Planète des Sorciers, ou Sortiarius.[31]

Les Prémices de la Rubrication

« Magnus rumine dans sa tour sombre, sondant les profondeurs du Grand Océan pour y trouver l’approbation, un signe validant à ses yeux qu’il a eu raison d’agir comme il l’a fait. Il n’y trouvera rien, car il n’y a rien à trouver. Jamais ses actes ne lui ont appartenu. Il avait oublié la première règle des mystères. Magnus a laissé son ambition et son orgueil lui masquer ses défaillances, ainsi que le fait de savoir qu’il y a toujours quelqu’un de plus fort et de plus puissant que vous.
C’est une erreur que je ne commettrai pas. Mais nous demeurons des créatures de chair, enclines à répéter nos erreurs passées ; j’ai donc pris le soin de m’entourer de dénégateurs qui tiendront la bride à mon arrogance. La lignée des Thousand Sons est née de cette puissance qui s’épanouit autour de nous. Nous avions reçu l’opportunité de récolter et de transmettre la connaissance d’une dimension cachée, mais nous avons échoué à saisir la plus splendide des occasions. Certains parmi les vestiges de la Légion en sont à considérer que la puissance du Grand Océan ne peut pas être maîtrisée, que notre malédiction en est la preuve nette et évidente. Ceux-là se trompent.
Cette planète est pétrie de potentialités, mais elle est dangereuse. Une fois que je me serais engagé sur la voie dont je crois qu’elle nous libérera tous du lent glissement vers la dégénérescence, il me sera impossible de la quitter. Le grand œuvre que j’ai amorcé sera la première étape pour prouver combien nous avions raison, combien nous étions loyaux, et combien nous pouvons encore l’être. Je me suis juré de restaurer tout ce qui a été perdu quand Prospero est tombée, et je compte bien m’en tenir à cette promesse. Cette cabale va être le premier geste visant à restaurer la gloire des Thousand Sons aux yeux de l’Empereur.
Je les sens approcher, les capitaines qu’il me faut convaincre si je veux y parvenir. Hathor Maat se joindra à moi, je le sais déjà, car il redoute la ruine de sa chair plus encore qu’aucun autre. Sobek suivra ma volonté, comme il l’a toujours fait, mais Amon ? Amon résistera, car lui a servi Magnus depuis plus longtemps qu’aucun d’entre nous. C’est lui qui sera la clé. Il me faut le convaincre et cela marchera.
Le Livre de Magnus est ouvert devant moi, ses pages emplies de savoir et de connaissances interdites préservées des jours anciens. Il détient la clé de notre salut. Parmi l’accumulation labyrinthique de formules, d’incantations et de rites, j’ai trouvé ce qui je crois sera le début d’un puissant sort pour défaire toutes les calamités à s’être abattues sur nous.
Je l’ai baptisé l’Effacement. »

- Ahzek Ahriman.

Sur la Planète des Sorciers, Ahzek Ahriman avait établi sa base dans une tour ayant la forme d’une corne de pierre blanche spiralée, plantée au bord d’un plateau géomantiquement instable.

Le Maître Archiviste s’était lancé dans l’étude du Bouleversement Charnel, déterminé à trouver un remède pour éviter que ses frères, et lui-même, ne devienne des monstres décérébrés. Il avait choisi d’utiliser le pouvoir que lui offrait ce monde étrange pour s’y créer un nouveau domaine, espérant rendre un jour l’ancienne gloire aux Thousand Sons et de justifier leurs actions aux yeux des imbéciles qui les avaient condamnés. Avec le Livre de Magnus, ouvert sur un lutrin de verre et d’argent, Ahriman étudia de nombreux sortilèges afin de trouver une solution à la malédiction de sa Légion, n’hésitant pas à capturer des frères touchés par le Bouleversement Charnel, à les attacher et à mettre en place de protections psychiques pour les entraver afin de les étudier.

En alliant ses propres talents visionnaires à l’empathie biotransformative d’Hathor Maat, Ahriman avait appris bien des choses grâce à l’observation des corps des transmutés qu’il avait capturés. Ensemble, ils avaient examiné la physiologie hybride de dizaines de leurs anciens frères, et chaque fois, ils en avaient découvert un peu plus sur les mutations qui affligeaient les guerriers de la Légion.

Un jour, Ahriman immobilisa le Thousand Son Astennu par des chaînes de lumière incandescente, bras et jambes en croix, et qui était frappé par la transmutation de la chair. Des flammèches couraient sur sa peau, et ses veines saturées de l’énergie aethérique imprégnait sa chair translucide qui dessinaient sur son corps un réseau de lignes sinueuses, incandescentes, aussi aveuglantes qu’un feu de phosphore. Des braises démoniaques luisaient au fond de ses orbites creusées et ses lèvres s’étiraient sur le rictus d’une tête de mort embrasée. Ahriman l’avait placé au centre d’une série de cercles concentriques, des sceaux de protection pour interdire aux entités du Warp d’approcher, et également pour emprisonner une créature de l’abysse. Un Démon qui habitait le corps d’Astennu lui parla, se moquant de ses efforts pour trouver une solution et l’invitant à embrasser cet état, prétendant que cela était une ascension et non un mal corrupteur. Puis Astennu, totalement muté, se libéra, brisant les cercles protecteurs. Ahriman le repoussa avant que la créature se soit neutralisée dans un orbe de gel invoqué Hathor Maat arrivé à temps. Astennu fut ensuite exécuté par le Maître Archiviste.

Puis Ahriman se tourna vers un petit groupe de Thousand Sons venu le voir pour constater les éventuels progrès. Ce petit groupe allait constituer au fil du temps la Cabale d’Ahriman, un groupe de Thousand Sons déterminés à éliminer le Bouleversement Charnel. Ahriman leur apprit qu’il avait comprit comment la corruption se répandait, mais qu’il ignorait encore comment l’inverser, se fâchant avec un Amon moqueur qui ne cachait pas son hostilité envers lui. Ahriman leur apprit qu’il avait baptisé son projet de guérison l’Effacement, ou la Rubrication…

Durant cette période, Magnus le Rouge s’était reclus dans sa nouvelle Tour d’Obsidienne, laissant sa Légion se débrouiller sans lui. Cette attitude était source de tension au sein des Thousand Sons, et Ahriman était de ceux qui était dégoutté par l’attitude du Roi Pourpre, menant ses expériences sans son consentement. Néanmoins, sous la pression d’Amon et devant ses échec, Ahriman décida d’aller rencontre son Primarque.

Il rejoignit la Tour d’Obsidienne à bord d’un Thunderhawk ressemblant de plus en plus à un être aviaire. Arrivant à l’intérieur de la titanesque tour issue de la volonté du Primarque, Ahriman se retrouva au milieu d’une immense bibliothèque qui n’était, malgré sa richesse, qu’une fraction du savoir sauvé du Sac de Prospero.

La voix de Magnus l’accueillit et Ahriman lui demanda audience. Il ressentit la manifestation soudaine d’une présence, une modification fondamentale des lois physiques secrètes de la matière. Ahriman se retrouva à l’extrême sommet de la tour de Magnus, tel un dieu survolant ses domaines. Le monde s’arrondissait sous ses pieds, lui donnant l’impression d’être un géant debout sur un globe. Sous ses yeux se déployait toute l’étendue des fiefs des guerriers-sorciers rescapés du massacre final de la Pyramide de Photep. Un éclair déchira le ciel, il y eut un soudain afflux de puissance, et le Primarque fut face à lui, simplement là sous l’aspect qu’il avait lors de son duel contre Russ.

Stupéfait, Ahzek Ahriman écouta le Roi Pourpre lui expliquer qu’il savait pour ses recherches et ses expériences. Le Maître Archiviste lui demanda son aide mais Magnus refusa net, ne voulant pas l’aider et exigeant que cesse toute tentative de contrer le Bouleversement Charnel. Ahriman refusa de lui obéir. Alors Magnus grandit démesurément et prit la stature d’un géant et l’aspect d’une bête sauvage à la fourrure collée de sang, au cuir impénétrable, son œil unique devenant un soleil flamboyant, clouant Ahriman comme une carcasse prête à rôtir sous son regard impitoyable et d’un ton impérieux et menaçant qui imitait celui de l’Empereur lors du Concile de Nikaea, le Primarque promit un châtiment exemplaire si jamais il continuait à mener ses recherches

Ahriman lui demanda pourquoi il refusait de l’aider, apprenant de Magnus qu’il avait des affaires plus urgentes que l’anéantissement de sa Légion. Curieux, il lui demanda lesquels. Le Roi Pourpre décida alors de lui montrer ce qui se passait depuis le Sac de Prospero.

Ahriman ressentit une dislocation terrible, pareille à celle d’une téléportation, mais cent fois plus pénible. Soudain, il ne fut plus qu’un frêle mortel privé de tous les biorenforcements et génoaméliorations qui le rendaient capable d’endurer les conditions environnementales les plus extrêmes. Son corps subtil avait été séparé de sa chair et son corps de lumière monta à travers le Warp sur le dos d’une comète d’or flamboyant, qui était Magnus. Ahriman prit lui-même la forme d’un chatoiement scintillant, et il suivit Magnus dans l’espace et le temps. Le Primarque voulait lui monter qu’ils avaient encore la possibilité d’un choix, et que ce choix influencera le souvenir qu’ils laisseront dans les flux et les reflux des marées de l’histoire. Tels des dieux, ils enjambèrent la galaxie, d’une foulée, ils la parcouraient dans toute sa longueur et sa largeur.

Puis ils s’arrêtèrent et Magnus lui montra la conclusion d’une bataille spatiale entre les Dark Angels et les Night Lords, qui concluait la terrible Croisade de Thramas. Puis il fut emmené sur un autre monde nimbé d’une étincelante couronne de batailles, un monde rouge, baigné de sang et de fureur. Magnus l’arrêta d’une douce impulsion psychique pour l’empêcher de s’y approcher, car une grande corruption y régnait, corruption à laquelle faisait face Sanguinius et les Blood Angels. Ahzek Ahriman écouta le Roi Pourpre lui avouer qu’il voyageait dans l’espace et le temps pour voir quelle était l’allégeance de ses frères Primarques afin de déterminer quel camp il devra choisir bien qu’Ahriman ne comprenait pas pourquoi ils devaient en rallier un. Alors Magnus l’emmena sur le monde de Calth, planète majeure du royaume des Ultramarines, Ultramar. Là, Ahriman vit une bataille spatiale titanesque entre les Ultramarines et les Word Bearers, écoutant Magnus lui expliquer que Lorgar préparait un rituel maléfique qui divisera la galaxie en deux tout en lançant une vaste campagne contre l’empire de Roboute Guilliman, le Primarque des Ultramarines.

Ainsi, l’Hérésie d’Horus enflammait la galaxie, sous les yeux désespérés d’Ahzek Ahriman.[32]

Le Pacte dans le Torquetum

Lucius, La Lame Éternelle[33]

Épéiste de talent ayant rejoint son Primarque Fulgrim dans la trahison, Lucius était un Emperor’s Children particulièrement talentueux avec une lame. Ayant entendu parlé du Thousand Son Sanakht, la plus fine lame de la XVe Légion et désirant se mesurer à lui, Lucius avait débarqué on ne sait comment sur la Planète des Sorciers. Il affronta Sanakht et faillit le tuer jusqu’au moment où sa lame d’argent s’arrêta à un cheveu du cou du Thousand Son, comme si elle avait frappé un mur de pierre. Lorsque Lucius pivota, son épée s’éloignant du cou de Sanakht, il vit Ahzek Ahriman, le responsable du sort, apparaître afin d’annoncer qu’il avait besoin de son frère.

Ahriman emmènera Lucius avec lui et ses compagnons dans sa quête, bien qu’Amon lui avait déconseillé de laisser le guerrier du Phénicien prendre part à cette aventure. Ahriman et l’Écuyer du Primarque étaient rarement d’accord, et c’était présentement le cas. Mais en regardant Lucius se frayer un chemin à travers la forêt de cristal vers la tour de Sanakht, Ahriman avait vu à quel point le destin de l’épéiste haineux était lié au leur.

Ahriman fut chargé par Magnus, alors engagé dans le rassemblement de connaissances, de rejoindre le Torquetum, une structure spatiale ayant la forme d’un treillis sphérique composé de neuf anneaux solidaires en mouvement constant et de plusieurs dizaines de kilomètres de diamètre chacune. La courbure de chaque anneau était parfaitement dessinée, et au centre de ce dispositif concentrique en lente rotation, se trouvait une sphère maintenue en place par un axe courant entre deux supports polaires, faisant quinze kilomètres de diamètre et entourée d’un gracieux ballet d’anneaux géocentriques. La structure du Torquetum servait à observer l’Œil de la Terreur, l’immense tempête Warp au nord galactique.

Arrivant à bord d’un vaisseau baptisé le Khemet, Ahriman était accompagné d’Hathor Maat, de Sanakht des Athanaéens, de Tolbek des Pyrae, de Sobek, le Practicus des Corvidae, de Menkaura et d’un Emperor’s Children fantastiquement arrogant, Lucius. Le Khemet s’arrima à l’un des anneaux du Torquetum et Ahriman et son groupe y débarquèrent, observant l’ouverture d’un panneau jusque-là fondu dans la courbure de l’anneau. Des marches à l’angle curieux apparurent, en marbre couleur de jais aux veines de saphir. Ahriman les emprunta, ayant l’impression que les marches étaient inversées lorsqu’en descendirent des êtres de chrome et d’ébène, et ce qui leur tenait lieu de tête étant ovoïde et lisse, avec des symboles de vif-argent qui brillaient en leur centre. Ces automates étaient des Yokai, terme qu’Ahriman identifia grâce à un symbole sur eux, un mot ayant appartenu à un empire antique de l’Ancienne Terre pour singer quelque créature mythologique, mais dont le sens profond lui échappait. En étudiant les formules invocatus inscrites autour des symboles des Yokai, il comprit qu’ils étaient contrôlés. Puis une nouvelle venue sortit de la structure de l’anneau, au visage androgyne et ascétique avec un crâne rasé, à l’exception de trois tresses qui pendaient jusque derrière ses genoux. Elle se nommait Temelucha, maîtresse des Tartaruchi, un terme désignant des gardiens pour Ahriman qui avait lu ce mot dans les Évangiles Akhmim d’Esdras avant leur destruction dans le Sac de Propsero. Ahriman s’inclina à son tour et se présenta à Temelucha qui annonça qu’elle savait la raison de sa venue : l’Oculus de Fer.

Ahzek Ahriman et ses compagnons suivirent Temelucha et les Yokai jusqu’au centre d’une plate-forme de verre, à la dérive dans un tesseract d’escaliers cristallins en constant redéploiement, qui montaient, descendaient ou se croisaient à des angles impossibles, un défi à la perspective, ce qui provoqua une nausée chez le Maître Archiviste. Il regarda le bord de la plateforme, et vit se matérialiser un escalier processionnel, dont chaque marche prenait forme à l’instant précis où ses yeux se focalisaient sur elle, montant tout droit sur des centaines de mètres jusqu’à une majestueuse structure : un temple ornementé en forme de tour à degrés, aux multiples avant-toits recourbés vers le haut. Temelucha présenta cet endroit comme étant le Kyaung, le Pavillon d’Argent, qui abritait l’Oculus de Fer.

Questionnant Temelucha durant leur marche vers le Kyaung, le Maître Archiviste appris que l’Oculus de Fer était attaché à ce lieu. Puis il retrouva huit autres Tartaruchi qui les attendaient, avant d’entrer dans le Pavillon d’Argent pour constater la présence de nombreux pièces posées dans des vitrines, d’origine humaines, Xenos ou autres. Ahriman s’arrêta près d’une vitrine où se trouvait une armure blanc os dont la grâce fluide suggérait l’artisanat Aeldari, et il sentit qu’une fureur insensée et silencieuse y était enfermée. Le heaume évoquait le faciès d’un spectre hurlant, et son plumet rouge sang qui reposait sur une épaulière était lové tel un serpent prêt à mordre. Une longue vibrolance était appuyée contre l’épaule de l’armure, laquelle tenait dans un gantelet une arme de jet à triple lame. Ahriman n’avait nul besoin de clairevue pour comprendre que la chose liée à cette armure abhorrait l’immobilité. Temelucha lui appris que c’était un revenant mangeur d’âmes, du tout début de la Chute des Aeldaris et qui avait été envoyé par des maîtres sorciers pour détruire l’Oculus de Fer. Parvenu au cœur du Pavillon d’Argent, face à deux escaliers en colimaçons, l’un de cristal translucide, l’autre d’obsidienne, Ahriman fut invité par Temelucha à la suivre, mais que ses compagnons devaient attendre dans le Pavillon d’Argent. Il prit l’escalier en obsidienne, dont les marches étaient parés de phrases de sagesse. Tandis que Temelucha montait les escaliers en cristal, un espace infini se déploya devant Ahriman selon des angles transcendant la géométrie, et des courbes que nulles mathématiques n’auraient pu décrire. Un billion de galaxies tournaient autour de lui, comme des traces de poussière de diamant sur un lit de velours, sur fond de torrents de lumière nés des ères antérieures. Il vit les lueurs de ce qui devait être des civilisations interstellaires s’étendre et se contracter en un clin d’œil, mortes et oubliées le temps de les remarquer. Des guerres d’ampleur galactique éclataient entre des dieux antiques et leurs ennemis immortels, ouvrant des plaies dans la trame de l’espace-temps. Mille empires apparurent et disparurent avant que s’effondre le nuage de gaz qui donna naissance au Système Sol. Avant d’arriver en haut, Temelucha l’invita à partir et lui prophétisa que Magnus deviendra un jour son ennemi, mais Ahriman rejeta ses propos.

La floraison de supernovas s’estompa et Ahriman se retrouva dans une caverne se donnant l’air d’un temple oraculaire. Il vit au bord du puits trente silhouettes découpées sur un fond de lueur infernale avec des masques à bec évoquant les médecins du temps des grandes pestes sur l’Ancienne Terre, nues, émaciées, et trempées de sueur, comme si elles rôtissaient très lentement, chacun tenant un livre ouvert à sa gauche et à sa droite, et écrivant simultanément sur les deux avec un stylet de charbon de bois dans chaque main. Temelucha les présenta comme étant les Scribes Effroyables, des canaux psychiques à travers lesquels l’Oculus de Fer transmettait ses visions.

Puis un terrible contact psychique frappa Ahriman qui tomba à genoux avant d’apercevoir un sarcophage massif suspendu au-dessus du puits par des chaînes noircies. Ahriman sentit que cette cage de fer recelait une monstrueuse fusion, et une voix terrible l’accueillit, se présentant comme étant Aforgomon, un Démon enfermé dans ce sarcophage. Ahriman exigea qui lui donne son vrai nom, mais ce dernier refusa, prétendant même que l’Empereur n’avait pu le deviner. Aforgomon affirma savoir pourquoi il était venue, ainsi que Temelucha qui brusquement, déversa une puissante décharge éthérique derrière Ahriman qui vit son armure se bloquer, et une lame de feu psychique apparaître contre sa gorge. Temelucha savait qu’Ahriman ambitionnait en réalité de s’emparer de l’Oculus de Fer à la demande de Magnus le Rouge, ce qu’elle refusait. Ahriman avoua alors qu’il savait que le musée du Pavillon d’Argent contenait les restes des visiteurs venu avant lui et ses compagnons. Mais Afrogomon brisa l’enchantement et libéra Ahriman qui put affronter la maîtresse des Tartaruchi dans un duel psychique, duel qu’il gagna en brisant l’esprit de son adversaire et réduisant son corps à de la chair inerte avant de mourir peu après que le Maître Archiviste lui ai appris que l’Oculus de Fer n’avait jamais été son prisonnier.

Puis il discuta avec Aforgomon qui voulait être emmené par Ahriman, mais surtout faire un pacte avec lui. Car en parallèle à son duel, les compagnons d’Ahriman étaient assaillis par les Yokai et le Thousand Son Sobek avait déclenché un très puisant sort pour les protéger, les Vydes de Drekhye, sort qui s’était retourné contre lui et ses compagnons. En échange d’une âme, Aforgomon pouvait annuler cette situation. Ahriman y consentit, du sang coulant de ses lèvres une fois qu’il eut confirmé l’accord.

La caverne de l’Oculus de Fer s’est alors évanouie comme si elle n’avait jamais existé. Ahriman eut l’impression de tomber avant de toucher le sol afin que son bâton d’ébène ne déclenche une onde de choc psychique qui souffla les ténèbres comme une poignée de paille. Devant lui l’Oculus de Fer reposait au milieu du cratère formé et Aforgomon attendait un mot. Ahriman scella leur pacte.

L’Oculus de Fer mit fin à la présence des Vydes de Drekhye en un instant et Ahriman put retrouver ses camarades. Mais malheureusement, Sobek fut touché par le Bouleversement Charnel, son corps frappé par des tumeurs malignes. Il fut gelé sur place et Ahriman ordonna son rapatriement vers la Planète des Sorciers, emmenant avec lui l’Oculus de Fer.[34]

Nouvelle Tentative de Guérison

La Grande Salle d’Amun Re[35]

En pénétrant dans la Tour du Cyclope, Ahriman se retrouva dans une vaste antichambre processionnelle de pierre orange, à présent en ruine, observant un désert ondoyant qui s’étirait vers l’horizon à travers les obélisques brisés. Il reconnu ce lieu comme étant Al-Uqsur, dans l’enceinte d’Amun Re. Avec des Serviteurs dorés portant sur leurs épaules le poids mort de l’Oculus de Fer, Ahriman longea la travée, passant à travers des portes, chacune d’elle laissant la voix de Magnus le Rouge s’exprimer, tantôt l’invitant à entrer par des promesses mielleuses, tantôt le suppliaient d’entrer en lui proposant des merveilles profanes et autres formules alchimiques. D’autres encore l’admonestaient, lui reprochant de ne pas obéir à son père. Certaines pleuraient simplement. Ahriman savait que ce n’était pas réellement Magnus. Des échos de la présence incommensurable du Primarque dans la tour, ou peut-être de vulgaires fantômes de l’éther doués en imitation. Derrière l’une de ces portes, il vit un maelström d’étoiles condamnées, et Ahriman sentit la terreur des âmes qui les peuplaient, à la perspective de la mort de leur lointaine galaxie. Une autre porte donnait sur une bibliothèque incendiée, noircie par la torche d’un envahisseur. Sur les étagères carbonisées, les cendres des livres tombaient sous ses yeux de leurs couvertures de cuir craquelé. Une autre s’ouvrait sur une bibliothèque vide où des pages virevoltaient comme des flocons dans un blizzard. Les mots criaient en s’évaporant des pages comme de la fumée. Une dernière pièce évoquait les appartements du Primarque dans la Pyramide de Photep, son sol taché de sang était jonché de bris de verre, qui reflétaient tous un œil imperturbable.

Les dernières portes avant d’atteindre l’extrémité de l’hypostyle étaient en adamantium mat, verrouillées par des chaînes de fer doublées de sceaux protecteurs taillés dans un exemplaire vivant de l’Arbatel de Magia Veterum. Des captifs monstrueux et déments semblaient s’efforcer de défoncer ces portes depuis l’autre côté, mais Ahriman n’aurait su dire de quelle sorte ils étaient. L’entrée de la salle d’Amun Re avait pour gardes deux statues de jais identiques figurant un dieu au crâne de crocodile.

Dans la Grande Salle d’Amun Re, Ahiman vit des centaines de scribes encapuchonnés et qui étaient en réalité des fragments de l’âme du Roi Pourpre, avec un visage ravagé et émacié, privé de vitalité. Magnus s’était émietté pour tout consigner le plus rapidement possible, mais s’exténuant au bout du compte. Voir le Primarque émietté ainsi, c’était aux yeux d’Ahriman assister à la profanation de quelque chose de beau et de divin, et il en eut le cœur brisé.

L’Oculus de Fer en sa possession, Ahriman mit le cap sur la Planète des Sorciers tandis qu’il laissa Hathor Maat emmené Sobek dans sa tour, de même que Menkaura, grièvement blessé lors du combat dans le Torquetum. Il alla rejoindre Magnus dans la Tour d’Obsidienne, devenu alors plus connu comme étant la Tour du Cyclope. Il pénétra à l’intérieur de la tour et se retrouva dans la Grande Salle d’Amun Re. Ahriman fut accueillit par Amon et il lui présenta le devin de l’Oculus de Fer avant de constater que les pouvoirs de voir le futur d’Amon semblait s’être amenuisé, ce qui fit dire à l’Écuyer de Magnus qu’Ahriman surestimait trop sa capacité de compréhension, refusant de voir ce qui se trouvait juste devant lui.

Pénétrant enfin dans la Grande Salle d’Amun Re, Ahriman y vit des centaines de table avec sur chacun un scribe encapuchonné qui écrivait fiévreusement. Au centre de la grande salle de lecture se trouvait Magnus le Rouge qui écrivait sur des centaines de livres figés en l’air, dont les pages vierges se remplissaient plus vite qu’aucun mortel n’aurait pu espérer écrire. Magnus accueillit Ahriman et il analysa l’Oculus de Fer, semblant être satisfait. Mais très vite Ahriman se disputa avec le Primarque, car il voulait tenter un sort pour guérir Sobek. Il se vit remettre en garde de la catastrophe qu’il provoquerait si il s’entêtait. Mais Ahzek Ahriman exprima son mépris en voyant Magnus se lancer dans un projet ayant pour but de conserver le maximum de connaissances que lui et sa Légion avait rassemblés, considérant que la sauvegarde d'une savoir n'assurera pas leur avenir.

De retour dans sa tour éthérique devenu un conglomérat hideux de polyèdres impossibles, dans la salle la plus élevée, Ahriman grava le Signe de Thothmès avec un athamé à lame noire afin de garder à distance les ombres qui glissaient sur les murs, des choses de l’au-delà y sentant l’afflux de pouvoir. Il était accompagné d’Hathor Maat et de Sanakht qui marchaient en sens inverse de cercles concentriques au milieu duquel se tenait un caisson de stase congelé avec Sobek à l’intérieur, Ahriman espérait enfin réussir à vaincre le Bouleversement Charnel. À son commandement, il ordonna à l’Apothicaire Penthu chargé de surveiller les fonctions de Sobek de couper le champ de stase. Immédiatement, il allia ses pouvoirs de Corvidae avec ceux spécialisés de ses frères, envoyant son esprit dans la chair de Sobek et suivit les milliards d’embranchements potentiels de l’anarchie qui guettait l’anatomie de Sobek. Faute d’alternative, il calcula les risques de chaque option et envoya à Maat les altérations à appliquer à la structure génétique de Sobek et qui lui offraient la meilleure chance de survie. La puissance biomantique d’Hathor Maat jaillit de son esprit pour plonger dans l’intimité de la physiologie de Sobek, en ouvrant les cellules jusqu’aux briques élémentaires de son existence, les arts Pavoni le démantelant intégralement pour mieux le rebâtir. Ce fut au début perçu comme un succès, Hathor Maat étant parvenu à un résultat et lorsque les esprits d’Ahriman et de ses frères retournèrent dans leurs corps, ils constatèrent que Sobek semblait guéri, sa chair restaurée. Ahriman exulta de joie, mais alors Sobek prononça une phrase, celle qui allait hanter les Thousand Sons pendant dix millénaires : Tout… n’est… que… poussière. Le dernier sceau gravé sur le mur explosa dans une bouffée de feu éthérique et les vagues du Warp déferlèrent dans la salle. Sobek fut réduit en poussière, son cri d’agonie se répercutant à travers la Planète des Sorciers.

Magnus apparu par surprise, furieux de voir que son fils favori lui avait encore désobéi, le menaçant de le foudroyer sur place pour sa traîtrise. Ahriman lui a tenu tête, refusant d’abandonner sa quête pour sauver sa Légion. Mais Magnus lui apprit qu’Amon avait besoin de lui et de sa cabale pour mener un rituel. Dans les ruines de Tizca, sur Prospero.[36]

Le Roi Pourpre Fragmenté

Ahzek Ahriman débarqua sur Prospero avec le reste des Thousand Sons, dans les ruines de Tizca, rejoignant la carcasse de la Pyramide de Photep. Vers une arche qui menait jadis sous la pyramide, il vit Amon qui flottait à cinq mètres au-dessus du marbre craquelé. L’Écuyer du Primarque était couronné de feu, entouré de neuf Terminators du Scarabée Occulte. Amon expliqua alors que l’âme du Primarque avait été brisée en divers éclats lorsque Leman Russ l’avait vaincu, raison qui faisait qu’il était mourant, car incomplet. Pour le sauver, il était nécessaires de retrouver les éclats de son âme mais pour les localiser, il fallait revivre le Sac de Prospero.

Un rituel fut déclenché, et Ahriman vit que le cimetière de Tizca entrait en éruption, apercevant des meutes de bêtes de roche ignée et de sang bouillant jaillirent du dessous, des Thousand Sons se faisant emporter dès le déclenchement de l’attaque. Le Maître Archiviste vit des fantômes cendrés et monstrueux de ceux qui avaient détruit son monde, au milieu d’éclairs éthériques et de projectiles qui zébrèrent les ruines de Tizca tels des torrents de feu. Une bataille rangée démarra entre les Thousand Sons et les spectres de leur bourreau. Tout en luttant, Ahriman mena sa cabale et plusieurs autres guerriers sous l’arche de la Pyramide de Photep, cernés par des abominations hybrides de loups et de guerriers, Sanakht combattant à ses côtés. Le Maître Archiviste regarda les Terminators former un cercle défensif autour d’Amon, et il comprit alors ce qui allait de passer : le spectres énorme de Leman Russ surgit du néant et massacra sans effort les Thousand Sons en face de lui. Puis Ahriman aperçut Amon se consumer dans le feu du Warp, enfler, grandir et se distendre comme il se remplissait d’un pouvoir inimaginable et sa forme fit place à celle de Magnus le Rouge.

Magnus et le Leman Russ démoniaque se ruèrent l’un sur l’autre, revivant leur duel qui avait finalisé le Sac de Prospero. Magnus saigna de la lumière par une demi-douzaine de plaies mortelles, une lumière dont l’éclat diminuait pour témoigner de sa fin imminente mais le Russ spectral avait presque autant souffert, sa substance brisée et déchirée laissait voir le bouillonnement d’énergie démoniaque en lui. Durant ce combat de titans, la structure de la Pyramide de Photep était sur le point de s’effondrer mais Ahriman refusa de bouger, comprenant qu’il était à l’endroit exact pour être le témoin de l’emplacement des éclats de son père génétique tandis que Magnus se battait au dessus de lui. Et comme son premier combat, Leman Russ souleva Magnus qui avant d’avoir le dos brisé, contacta Ahriman psychiquement, le suppliant de retrouver les éclats de son âme et de le sauver. Puis lorsque l’avatar du Roi-Loup baisa son genou sur Magnus, une lumière aveuglante s’échappa de sa dépouille meurtrie et l’âme brisée du Primarque vola dans des éclats de verre tourbillonnants. La majorité de ses éclats demeurèrent assujettie à la volonté du Roi Pourpre, celles qui furent reforgées dans la Planète des Sorciers. Mais cinq éclats se perdirent dans l’Immaterium et l’esprit d’Ahriman suivit leur dispersion, jusqu’à ce qu’ils s’évanouissent dans les vagues du Warp. Il eut alors des visions, voyant une bibliothèque oubliée d’un roi errant ; une geôle inhumaine, froide, et hostile comme l’éther ; un lieu inconnu de lui, mais plein de douleur et de culpabilité ; une haine singulière d’un dieu parmi les montagnes, affamé d’âmes et jadis gardé par des anges titanesques. Et pour finir, un monde radieux au cœur de tout, jadis investi d’un but auguste, et à présent flétri par la mort de son rêve.

Russ et Magnus avaient disparu, et alors que les guerriers Astartes quittaient au plus vite la ruine de la Pyramide de Photep avant qu’elle ne s’effondre sur lui, il vit les Scarabées Occultes protéger Amon, dont le corps avait été brisé suite à son rituel. Ahriman souleva Amon avant que les restes des pans supérieurs de la Pyramide de Photep, véritable tsunami d’acier, ne tombe sur lui. Le Scarabée Occulte forma un cercle autour d’Ahriman et d’Amon, mais il ne pouvait y avoir d’échappatoire. Mais la mort ne vint pas car Aforgomon, désormais incarcéré dans un automate Yokai par Magnus le Rouge, utilisa ses pouvoirs pour empêcher la structure d’aplatir Ahriman. Malgré les réticences du Maître Archiviste, Magnus avait chargé le Démon d’accompagner Ahriman dans sa quête, en plus des membres de sa cabale incluant les Thousand Sons Ignis, Hathor Maat, Menkaura, Tolbek, Sanakht et l’Emperor’s Children Lucius. Il prit son vaisseau le Khemet et entama une aventure pour retrouver les éclats de l’âme du Roi Pourpre.[37]

La Quête des Éclats de Magnus

Ahzek Ahriman, le Livre de Magnus en sa possession, et sa cabale quittèrent la Planète des Sorciers à bord du Khemet qui était guidé dans les courants du Warp par des serfs promus baptisés les Visionnaires. Ils lisaient les fluctuations du Warp dans un bassin divinatoire. Remodelés par les arts Pavoni, ils avaient tous le visage lisse, privé d’yeux, et leurs mains étaient soudées à celles de leurs voisins pour former un cercle divinatoire ininterrompu. Ils trouvèrent un cap qui offrit au navire d’Ahriman un moyen de quitter l’Œil de la Terreur. Le Maître Archiviste supporta la présence malsaine d’Aforgomon, ses moqueries et ses prophéties de trahisons futurs envers ses frères qu’il ne comprenait pas, écoutant néanmoins ses mises en garde sur le fait que certains voulaient s’emparer de sa place de favori du Primarque.

Guidé par sa vision des éclats du Roi Pourpre, Ahriman mena le Khemet à la périphérie d’un système perdu anonyme, Kamiti Sona, une prison orbitale de Psykers de très haute sécurité qui bouclait son orbite autour de son étoile mourante en deux cent et quarante-trois ans. La prison possédait de puissantes contre-mesures, des dispositifs annulateurs et autres champs suppressifs pour garder des prisonniers doués d’un puissant potentiel psychique. Les Sœurs du Silence y gardaient des détenus jugés trop dangereux, ou simplement impossibles à exécuter. Grâce à Ignis, qui calcula un angle de tir parfait avec l’artillerie navale du Khemet pour ne pas altérer la rotation de Kamiti Sona et ne pas dégrader la gravité artificielle, un tir de lumière bleutée jaillit de la proue du Khemet pour creuser le sommet de la prison comme un boucher aurait ôté une couche de gras d’une carcasse. Un chapelet d’explosions silencieuses souleva et tordit le blindage externe pour révéler l’intérieur, offrant à la fois à Ahriman et son équipe d’assaut une entrée et au Warp d’y pénétrer, redéclenchant les pouvoirs des Psykers prisonniers qui en profitèrent pour se déchaîner.

Ahriman émergea de la porta rubrum qu’Hathor Maat avait ouverte à travers le devin-sirène de la prison, se retrouvant au milieu de tirs et de cris, de feu et de folie provoqués par les pouvoirs éthériques hors de contrôle, dont les détenus faisaient usage tels des enfants psychotiques lâchés dans une armurerie. Il était à la recherche de l’ancien scribe de Magnus le Rouge, Mahavastu Kallimakus, persuadé qu’il avait été emmené dans ce lieu après le Sac de Prospero et qu’il possédait un éclat d’âme de Magnus. Il mena le Scarabée Occulte, les Empennés de Nycteus, les Scarabées Solaires de Kiu et les Lames d’Ankharu de Memunimà à la recherche du scribe, s’aidant du Livre de Magnus dont le pouvoir lui offrit les moyens de ressentir tous les maux, tous les torts, toutes les humiliations et toutes les souffrances de Kamiti Sona. Son esprit visita la prison et arriva dans une des galeries supérieures, où il vit trois personnages, un homme et deux femmes : Lemuel Gaumon, son ancien néophyte, Camille Shivani et Chaiya Parvati, tous trois ayant été capturés sur Prospero et prisonniers depuis des années dans cet enfer carcéral. Il rejoignit au plus vite la cellule où était enfermé Gaumon, l’y trouvant avec ses deux camarades et une mère ayant tué son bébé suite à une manipulation psychique maladroite pratiqué par Gaumon afin de faire taire les cris du nouveau-né et d'éviter la détection par les Démons qui envahissaient la prison orbitale via la brèche. Ahzek Ahriman fut très déçu de constater que Mahavastu Kallimakus était absent de Kamiti Sona, mais il emmena les trois humains avec lui. Malheureusement, il fut contacté à cet instant par Ignis qui l’informa que le Khemet avait été prit par surprise par une corvette impériale qui avait ratissé son vaisseau de long en large. Ce vaisseau était celui d’agents de Malcador le Sigillite, bras droit de l’Empereur, envoyé pour interroger des prisonniers Psykers originaire de Prospero. En plus d’agents humains et d’un Chevalier Errant Psyker d’origine Ultramarine, Dio Promus, se trouvait une meute de Space Wolves dirigés par le Prêtres des Runes Bödvar Bjarki.

Ahriman se retrouva avec ses alliés aux prises avec les Space Wolves, participant à une furieuse fusillade tout en tentant de s’enfuir. Il fut contacté psychiquement par le Prêtre des Runes Bödvar Bjarki, Ahriman lui rappelant le destin funeste d’Ohthere Wyrdmake, le Prêtre des Runes qu’il avait tué sur Prospero. Tout bascula avec l’arrivé d’un Titan Reaver, Zalgolyssa, gardien de Kamiti Sona, évitant de justesse le tir de l’arme du Titan qui ratissa la galerie où il se trouvait et contre les Loyalistes. C’était en réalité le Thousand Son Ignis qui avait prit psychiquement le contrôle de la machine-divine, offrant à Ahriman et aux survivants un moyen de s’enfuir en montant sur sa carapace. Il ordonna d’emmener Gaumon et Shivani et de laisser Parvati, marchant vers un pont de chaîne crée par le Titan qui l’avait lancé contre le mur. Il laissa Menkaura qui décida de gagner du temps en retenant les Space Marines Loyalistes mais alors qu’il portait Gaumon sur l’énorme chaîne droit vers le Titan, l’Archiviste Ultramarine arriva et lui projeta un combattant fantomatique de feu psychique, un avatar de l’antique Macragge, en armure d’or, armé d’un long pilum à la pointe de lumière éthérique. Pareil à une comète, il traça un sillage de feu vers Ahriman qui déstabilisé, fit tomber Gaumon alors que la chaîne se brisait. Jouant le tout pour le tout, il s’élança vers le Titan mais vit qu’il avait raté son coup. Il ne dut la vie sauve que par le Yokai d’Agorgomon, qui après avoir emmené Shivani à l’abri, le rattrapa à son avant-bras, lui sauvant la vie.

Puis Ahzek Ahriman et les derniers Thousand Sons survivants s’emparèrent d’un Vaisseau Noir, rempli encore de sa cargaison de Psykers dans un hangar, l’Osiris Panthea, n’emmenant avec lui que l’ancienne Commémoratice et archéohistorienne au pouvoir psychique jugé médiocre, Camille Shivani.

À bord du Vaisseau Noir, Ahriman fut aigri devant son échec patent à bord de la prison spatiale. Des dizaines de membres de sa cabale avaient péri pour ne ramener qu’une Commémoratrice, il ignorait où se trouvait le scribe du Primarque, et il avait même trouvé le moyen de laisser son ancien néophyte tomber aux mains des Loups. Il avait eu la certitude que Kamiti Sona recelait un des éclats d’âme qu’ils cherchaient. Cloîtré avec Aforgomon et le Livre de Magnus, il tenta de trouver par divination l’itinéraire à suivre. Il finit par tendre le Livre de Magnus à Camille Shivani, espérant que le don de la Psyker de voir au toucher et connaître la vie et l’utilisation d’artefact du passé l’aiderait dans sa quête. Ahriman avait compris que sa vision l’ayant mené vers Kamiti Sona s’était révélé être bonne et que c’était cette jeune femme la clé, et non Kallimakus. Shivani eut la vision d’un antique bibliothèque habité par un homme qu’Ahriman identifia comme étant le Roi Kadmus. Percevant cette vision en sondant l’esprit de la Commémoratrice, il sut qu’elle avait vu l’incendie des raffineries de Yeselti sur Terra puis la Bibliothèque de Kadmus. Ahriman se devait de trouver la bibliothèque dans une caverne spacieuse à l’intérieur d’une montagne. Sa connaissance du passé lui permit de savoir que le Bibliothèque de Kadmus se trouvait sur Terra. Seul problème, elle existait durant les Guerres d’Unification, soit dans un passé de plusieurs siècles… Heureusement, Aforgomon lui parla alors d’un lieu de folie qui permettait de voyager dans le temps, et guida le Vaisseau Noir dans le Warp vers ce lieu étrange baptisé les Sept Dormeurs du fait de la présence de sept îles de matière agréée dérivant dans l’Immaterium, reliées les unes aux autres par une toile de foudre. La plus grande de ces îles était une plaque continentale avec un désert de cendre que parcouraient des fleuves de lave, et parsemé de ruines couvertes de poussière aux dimensions monumentales. Le seul prix à payer devait être du chagrin, chose qu’Ahriman possédait en profusion. L’Osiris Panthea voyagea jusqu’à ce royaume infernal et Ahriman apprit d’Agorgomon que dans ce lieu se trouvait une entité baptisée le Décompteur, un être capable de les transporter dans le passé, dans le lieu exact que le Livre de Magnus avait montré à Shivani. Une fois arrivée, Ahriman et sa cabale prirent un Stormbird piloté par le Yokai vers une des îles, droit sur une mégastructure gigantesque qui se révéla être des vestiges qui étaient ceux du Palais de l’Extinction, et où se trouvait le Décompteur. Ahriman écouta Aforgomon lui expliquer que des maçons démoniaques avaient abandonné ce monument après l’avoir achevée, création qui avait demandé les ressources de toute une planète et une éternité de travail. Aforgomon les fit atterrir au bord d’une plaine jonchée d’engins rouillés et ravagés par le temps et lorsque Ahriman descendit du Stormbird, il se retrouva devant une tour si large et si haute que son esprit se refusait à appréhender son échelle inhumaine. Puis il marcha avec ses compagnons jusqu’à une grande salle circulaire qui s’ouvrait devant lui, jusqu’à atteindre le Décompteur, une silhouette sans visage sous une capuche et tenant dans une main un long bâton surmonté d’un crâne doté d’un bec. Aforgomon les présenta, puis Ahriman lui demanda un itinéraire vers le passé, vers une époque de l’Ancienne Terre. Le Décompteur demanda qu’il lui montre son chagrin en échange de ce prodige. Puis le brasier qui l’entourait s’éteignit autour d’Ahriman, qui se retrouva seul dans des ténèbres absolues. En un clin d’œil, ces ténèbres disparurent, et Ahriman se retrouva sous un soleil de plomb, au milieu d’une foule d’hommes, de femmes et d’enfants qui erraient dans un campement de fortune qui s’étendait dans les collines autour d’une ville de l’antique Empire Achaménide de Terra. Puis il vit son frère jumeau Ohrmuzd, âgé de dix années, lui prendre la main avant de courir avec lui comme au temps de leur enfance avant de se retrouver au milieu d’une bataille quand lui et son frère était de jeunes recrues Astartes, revivant le jour où le Bouleversement Charnel avait frappé Ohrmuzd. Puis il trouva le médaillon que sa mère avait donné à son frère dans sa mains, se retrouvant face au Décompteur qui le regardait, lui faisant comprendre que tel sera le prix. Devant ses autres compagnons qui avaient subi une vision similaire à la sienne, Ahriman, les yeux plein de larmes, donna la pièce d’argent de son frère au Décompteur qui lui assura qu’il se souviendra toujours de son jumeau. Le Décompteur passa parmi les Thousand Sons pour prendre à chacun une babiole ou un artefact. Après avoir prélevé son dû, il s’écarta et désigna un torrent aux eaux noires et froides, le passage vers le passé pour retrouver un éclat de l’âme de Magnus. Le Décompteur agita l’eau du bout de son bâton et Ahriman eut la sensation que ce geste anodin entraînait un terrible changement dans le monde. Il ordonna à l’entité d’arrêter, promettant sinon de la tuer, mais le Décompteur s’en moqua l’invitant à avancer dans l’eau et de se laisser guider par son courant. Sous la pression de ses frères, Ahriman pénétra dans cette eau qui n’était ni plus ni moins que l’essence du Warp, qui avait revêtu un aspect compréhensible par les esprits mortels. Il continua à avancer alors même que l’eau le submergeait. Un contre-courant sournois le secoua et tenta de le faire se retourner mais Ahriman poursuivit sa route. Ahzek Ahriman finit par s’immobiliser et un regain de courant le souleva, le mettant à la merci des flots rageurs, emporté au loin par le torrent des âmes du Décompteur.

Ahriman se réveilla nauséeux, pleins de vertige, sa vision troublée et ses entrailles nouées comme suite à une intoxication. Il s’aperçut être dans un désert en feu, des silos et des cuves d’acier brillant qui se recroquevillaient sous l’effet de la chaleur. Des milliers de véhicules noircis étaient abandonnés devant la raffinerie en feu et l’odeur de métal surchauffé et de chair carbonisée dominait tout. Ses camarades Hathor Maat, Sanakht et Tolbek le rejoignirent et apercevant le symbole du Roi Kadmus sur une épave d’un Rhino, ils comprirent être sur Terra, durant les Guerres d’Unification de l’Empereur, le campement d’une armée destinée à une conquête d’envergure planétaire sous des étendards frappés d’un aigle et d’éclairs croisés le leur confirmant. Il étaient sur le champ de bataille qui avait vu la fin de la résistance du Roi Kadmus contre la domination du Maître de l’Humanité sur Terra. Les quatre guerriers quittèrent l’épave du Rhino en direction des lignes impériales, et furent repérés par un demi-escadron de cavalerie, les Lanciers de Tupelov, qui se dirigea vers eux à dos de destriers luisants, sous des pennons rouge vif. Rappelant qu’à l’époque tout les Space Marines sont des Loyalistes, Ahriman salua les cavaliers dirigés par le Capitaine Berardo BonGiovanni, étonné de la présence de Space Marines et dont l’assurance impressionna Ahriman qui s’excusa de ne pas l’avoir prévenu de leur présence à cause de "circonstances présentes nécessitant d’agir sans délai". Espérant se couvrir de gloire, BonGiovanni proposa son aide et celle de son unité, ce qu’Ahriman accepta. Après des heures de marche dans des portions rocailleuses, des bois et des étendues de vase polluée ayant été jadis des lacs cristallins, contournant les milliers de camps impériaux répartis autour des raffineries de Yeselti, Ahriman, ses frères Thousand Sons et les Lanciers de Tupelov s’engagèrent sur des pistes de montagne et les gravirent jusqu’à se retrouver face à une passe étroite entre deux pics, débouchant ensuite sur une plate-forme taillée à flanc de montagne par quelque bombardement. Ils finirent par se tenir devant une ouverture dans le versant de la montagne, un trilithe massif formé de deux blocs verticaux et d’un linteau transversal, les Thousand Sons notant la présence d’un campement d’un équipe archéologique se trouvant devant l’entrée. Ahriman ordonna à BonGiovanni d’envoyer ses hommes faire sortir les archéologues sans rien endommager, ce que le Capitaine fit sans discuter. Le Maître Archiviste agissait avec prudence, sachant que la plus petite déviation pourrait avoir des ramifications graves. Mais Tolbek ne l’écouta pas et entra à la suite des Lanciers. Ahriman le pourchassa avec Hathor Maat, en laissant Sanakht garder l’entrée contre une éventuelle intrusion. Ils rattrapèrent Tolbek dans une salle voûtée et il fut irrité en entendant que BonGiovanni n’avait pas déjà quitté la caverne. Il déboucha du passage dans un temple caverneux haut de plafond et trouva seize conservateurs et scientifiques les mains levés face aux fusils des Lanciers de Tupelov. Il ordonna qu’ils soient menés vers la sorite, ignorant les supplique du chef des conservateurs, un certain Kasper Hawser. Puis ils descendirent de plusieurs centaines de mètres dans le cœur de la montagne en empruntant un tunnel sinueux caché aux yeux des archéologues grâce à sa connaissance du passé des aventures de Magnus le Rouge qui avec Perturabo, avait visité Terra pour acquérir des savoirs antiques, dont la Bibliothèque de Kadmus. Les compagnons d’Ahriman allèrent jusqu’à proposer d’attendre les deux Primarques pour leur révéler le futur, mais le Maître Archiviste leur révéla que les Corvidae avaient tenu autrefois de grands conclaves pour savoir si il était possible ou même souhaitable d’altérer le passé et qu’ils en étaient arrivés à la conclusion que seule une catastrophe les attendait.

Ahriman atteignit enfin la salle la plus profonde, une bibliothèque hexagonale aux murs tapissés d’étagères ployant sous le poids du savoir, et où se trouvait sur une table circulaire chargée de livres et de rouleaux un homme qui les lisait, habillé d’une robe écarlate gansée d’or et brodée d’écailles d’argent aux épaules. Ses traits augustes étaient ceux d’un grand roi, et sa chevelure aile de corbeau était tirée en arrière et nouée en une longue mèche qui lui retombait dans le dos tandis que trois anneaux de cuivre retenaient sa barbiche tressée. Cet homme salua Ahriman et ses compagnons et se présenta comme étant le Roi Kadmus. Ahriman s’assit face au grand roi et vit dans ses yeux qu’il était habité par un éclat de Magnus le Rouge, celui que représentait la facette du Primarque qui recherche le savoir pour le savoir. Kadmus, qui prétendait être le même homme ayant tué un dragon il y a des millénaires, comme l’ancien mythe grecque de Cadmos, présenta sa grande bibliothèque. L’éclat de Magnus qui habitait ce corps semblait être persuadé d’être l’antique roi de la Vieille Terre. Conscient qu’il ne pouvait laisser cette partie de l’âme de Magnus continuer à croire à cette illusion, Ahriman l’invita à rentrer avec lui, car si il restait, il serait réduit à l’état de spectre amorphe. Soudainement, le roi ancien se leva et son corps grandit quand un demi-dieu qui renonçait au déguisement qui lui servait de refuge. L’éclat de Magnus se révéla, vêtu d’une toge comme Ahriman se souvenait l’avoir vu lors de ses nombreuses consultations dans les bibliothèques de Tizca. Une vague de pure force a jaillit du Primarque et Ahriman et ses deux frères furent catapultés contre les rayonnages. Ahriman temporisa, mettant un genou à terre, l’implorant à venir avec lui pour les sauver, car si le Roi Pourpre disparaissait, les Thousand Sons n’auraient plus d’avenir. Devant les réticences de l’éclat de Magnus, le Maître Archiviste défendit la cause du savoir et du combat contre l’ignorance, accusant l’éclat d’âme de lâcheté en restant ici, car la Bibliothèque de Kadmus sera dans une avenir proche consumée par les flammes impériales. L’éclat d’âme fut désemparé d’apprendre cette nouvelle et devant la promesse d’Ahriman de le reconstituer, il se déversa dans le Maître Archiviste.

À peine cet évènement eut lieu qu’Ahriman ouvrit les yeux et se retrouva de nouveau dans le Palais de l’Extinction, sur la rive du torrent noir, aux côtés de ses frères, ressentant le pouvoir grandiose de l’éclat de l’âme de Magnus en lui. Il apercevait tous les angles du monde de manière nette et éclatante et trop réel pour qu’il l’assimile. Il pouvait tout voir et tout sentir, son esprit ployant sous cette masse de stimuli, le fragile réseau synaptique de son cerveau de chair étant incapable d’endurer ce torrent d’informations incessant. L’éclat de Magnus qui l’habitait lui épargna le fardeau de percevoir le monde comme le Roi Pourpre et mit fin à ce ressenti. Retrouvant ses sens, Ahriman vit que le Décompteur avait disparu, supportant de nouveau la présence d’Aforgomon qui l’avait attendu dans le Palais de l’Extinction et qui le félicita pour la réussite de sa mission.

Guidé par l’éclat de Magnus, Ahriman reprit l’Osiris Panthea, se reposant dans le sommet du Vaisseau Noir, restant à côté du pupitre du capitaine, où était enchaîné le Livre de Magnus. Il devait néanmoins s’en éloigner régulièrement, car la présence du livre ravivait l’éclat de Magnus en lui. Il rejoignit l’Ocularis de l’Osiris Panthea, là d’où le Navigator guidait le vaisseau à travers les remous capricieux du Warp, et y retrouva Aforgomon qui l’y attendait. Le Démon lui rappela leur pacte passé au Torquetum et où il lui avait promis une âme en échange du sauvetage effectué. Ahriman ne voulut rien entendre, dénonçant ce pacte impie.

L’éclat d’âme de Magnus avait finalement mit le cap fut un monde qui surpris et terrifia Ahriman : Nikaea, là où les Thousand Sons avaient été condamnés par l’Empereur peu avant l’Hérésie. Lui et ses compagnons abandonnèrent le Vaisseau Noir pour descendre dans l’atmosphère turbulente à bord d’un Stormbird, Aforgomon, Camille Shivani et Lucius les accompagnant en plus des Terminators du Scarabée Occulte sous la direction d’Onuris Hex, les Lames d’Ankharu de Memunim, les Scarabées Solaires de Kiu et les Empennés de Nycteus.

Ahzek Ahriman atterri dans les ruines de l’amphithéâtre qui avait vu la condamnation de sa Légion, l’éclat de Magnus au sein du Maître Archiviste l’ayant attiré vers un autre éclat d’âme, présent sur cette planète. Sous une pluie noire, il se retrouva nez à nez avec les agents de Malcador, les Space Wolves de Bödvar Bjarki et l’Archiviste Ultramarine Dios Promus, avec le Thousand Son Menkaura prisonnier suite à sa capture sur la prison orbitale de Kamiti Sona et surtout Lemuel Gaumon, habité lui aussi par plusieurs éclats de Magnus : l’un trouvé sur le monde d’Aghoru, là où Magnus et Ahriman avait vécu une aventure durant la Grande Croisade, l’un issu des cendres de la Kallista Eris qu’Ahriman avait sacrifié avant le Sac de Prospero et dont les cendres transportés par Gaumon durant son incarcération était devenue un refuge pour une partie de l’âme du Roi Pourpre, et enfin l’éclat qui avait trouvé refuge sur Nikaea.

Ahriman parla à Promus, le remerciant d’avoir soutenu Magnus le Rouge et le Projet Librarius durant le Concile de Nikaea. En réponse, Promus le déclara Excommunicate Traitoris, ennemi de l’Imperium et fils félon de l’Empereur. Ahriman envoya alors un message psychique à Lucius, lui demandant d’attaquer très vite, ce que le bretteur Emperor’s Children fit avec brio, son fouet barbelé claquant et s’enroulant rapidement autour du cou d’un agent du Sigillite, une Sœur du Silence qui a finit décapitée, annulant les effets annulateur de pouvoir psychique, tandis qu’Hathor Maat avait discrètement neutralisé un automate Technoprêtre qui tenait solidement Gaumon. Une fusillade se déclencha sur le champ. Irradiant de puissance sans entrave, l’éclat de Magnus - représentant la personnalité guerrière et violente du Roi Pourpre - dans Lemuel Gaumon se déchaîna, s’élevant dans les airs et faisant pleuvoir sur les guerriers des éclats de roche arrachés aux entrailles de la planète. Une éruption de poussière abrasive et étouffante s’éleva tandis que s’érigeaient des murs de cristal et de verre, obligeant les guerriers à se disperser sous peine d’être emportés par cette soudaine éruption : le Labyrinthe de Cristal surgit alors.

Vers la fin de la Quête des Éclats de Magnus, Ahzek Ahriman se jura d’écraser tout ceux qui lui barreront la route, caractère qui se développera dans un sombre futur…
AhzekAhriman.jpg

Perdu au milieu de cet élément chaotique, séparé de ses frères par les murs de cristal, Ahriman roula sur le côté pour éviter le choc fracassant de deux murs de verre et constata que le labyrinthe se transformait en une version de Tizca. Avec Hathor Maat et Tolbek à ses côtés, il se mit à courir le long des passages du labyrinthe qui s’était transformé en pyramide, tournant au hasard pour essayer de semer d’étranges poursuivants : des armures remplies de poussière qui le suivaient maladroitement. L’une d’elle était une réincarnation d’un Thousand Son décédé, Sobek, qu’il avait tenté ultérieurement de sauver du Bouleversent Charnel. Mais il avait beau accomplir des tours et des détours, le labyrinthe n’obéissant à aucune loi de perspective ou de causalité connue d’Ahriman, ses poursuivants étaient toujours sur ses talons. Ahriman se retrouva dans des cryptes qui résonnaient et scintillaient d’une myriade de couleurs, découvrant davantage de guerriers à la démarche d’automate portant la livrée de sa Légion, mais portant les couleurs azur… Ahriman compris qu’un force lui imposait son itinéraire, vers le cœur de cette pyramide, là où se trouvait Lemuel Gaumon possédé par l’éclat du Primarque. Arrivé dans l’immense et inconcevable salle au cœur du labyrinthe, cent fois plus grande que la Pyramide de Photep, avec ses parois cristallines qui convergeaient en un sommet masqué par des nuages orageux, trônait la forme titanesque de Magnus le Rouge, haute de centaines de mètres, lévitant juste sous le plafond nuageux et s’extrayant de la chair de Gaumon situé en son centre. Un ost de Démons sautillants grouillait sous Magnus. Puis il vit trois Space Wolves faire irruption, ainsi que Promus et un agent de Malcador, Camille Shivani et Chaiya Parvati, qui avait été emmené par les Space Wolves depuis Kamiti Sona et enfin Menkaura, qui s’était arraché les yeux de ses propres mains.

Derrière lui, Ahriman entendit Aforgomon arriver et tandis que les Loyalistes affrontaient les Démons pour se frayer une voie vers Gaumon, le Yokai exigea d’Ahriman l’âme promise, forçant le Maître Archiviste à révéler à ses compagnons la nature de son pacte avec Aforgomon, pacte qu’il avait fait pour les sauver des Vydes de Drekhye sur le Torquetum. Le Démon offrit son aide une fois l’âme promise offerte afin qu’il puisse se réincarner. Constatant qu’Hathor Maat était sur le point de succomber au Bouleversement Charnel, il l’offrit à Aforgomon, scandalisant au passage ses frères qui l’attaquèrent mais qu’il neutralisa facilement grâce aux pouvoirs de l’éclat en lui. Puis il abattit son bâton heqa contre l’ultime portion brillante du symbole invocatus inscrit sur le crâne du Yokai, et une ombre démoniaque plana sur Hathor Maat en s’introduisit en lui comme un nuage de lucioles microscopiques qui l’aurait envahi par tous les pores. Le corps d’Hathor Maat implosa pour laisser alors place à la vraie forme d’Aforgomon, celle d’un gigantesque monstre à deux têtes en forme d’oiseaux monstrueux, au bec d’ébène, empreintes de malveillance secrète, avec des pattes aux articulations inversées, pourvues de plumes et de serres et de grandes ailes d’azur ondoyant. En suivant le Démon Majeur, Ahriman vit la mer de Démons s’ouvrir devant lui et se prosterner devant la puissante créature. Aforgomon lui assura qu’il pourra arracher l’éclat de Magnus dans Lemuel Gaumon avec son aide. Devant l’immense typhon, Ahriman vit son ancien néophyte flotter, il monta vers Gaumon en empruntant un escalier invisible, s’élevant à des centaines de mètres au-dessus du sol, Aforgomon le suivant en volant à côtés de lui et lui parlant avec des propos énigmatiques et des demi-vérités. Il aperçut la bande de guerriers Loyalistes, et considérant qu’ils s’étaient opposés à lui, il n’accorderait plus ni pardon ni pitié à quiconque lui barrerait la route. Tel serai son credo dorénavant. Atteignant Lemuel Gaumon, il fut choqué de voir à quel degré l’ancien Commémorateur avait changé, étiré et amaigri par l’éclat d’âme en lui. L’éclat de Magnus en Gaumon apprit à Ahriman que l’un des noms d’Aforgomon était "Celui Qui Vient à Point Nommé", ce que le principal intéressé confirma, avant de subir une salve de feu bleu qui jaillit des mains de Gaumon et qui l’emprisonna dans une véritable cage de flammes surnaturelles qui le faisait souffrir au moindre contact avec les barreaux ardents. Ahzek Ahriman demanda à l’éclat der Magnus de venir avec lui, celui-ci refusant de l’accompagner sur la Planète des Sorciers, lui proposant à la place de le servir à ses côtés. Le Maître Archiviste annonça alors qu’il allait le ramener par la force. Un duel psychique débuta, mais n’amena à rien et afin d’avoir une chance de vaincre l’éclat de Magnus, Ahriman demanda à Aforgomon de lui offrir l’aide promise. Le Démon emprisonné dans la cage lui tendit sa main et Ahriman la prit. À cet instant, un flot de connaissance antique déferla en lui mais trop rapidement pour percevoir autre chose que des bribes infinitésimales, car tout ce qui avait été et tout ce qui serait jamais se déversa en lui. Le Maître Archiviste survécut grâce à l’éclat de Magnus en lui et qui prit alors le contrôle de son corps, Aforgomon s’associant avec lui dans un puissant mélange de génie d’un Primarque et d’énergie démoniaque. Les trois êtres décrivirent un cercle en s’attaquant sans discontinuer, tissant entre eux un orage d’énergie éthérique, Ahriman suivant le duel à travers ses yeux, prisonnier de son propre corps. Aforgomon subit le plus clair de l’attaque mais l’éclat contrôlant Ahriman en profita pour apparaître derrière Gaumon, saisissant par le cou son adversaire et plongeant son autre main dans son dos, chutant depuis les cieux et s’écrasant tout deux comme des météores. Magnus, revêtu de la chair d’Ahriman, s’empara de l’essence de Gaumon et l’avala avant de redonner à Ahriman le contrôle de son corps après avoir discuté avec Aforgomon qui prophétisa que le Maître Archiviste se perdra à cause de tout ce qu’il a vu et appris. Ahriman déploya son esprit, étendit sa volonté pour joindre les âmes de ses frères présents sur Nikaea, ainsi que les artefacts significatifs pour les Thousand Sons, leur ouvrant à tous son nouveau pouvoir et le téléportant directement sur la Planète des Sorciers.

Lorsqu’il ouvrit les yeux, Ahriman se trouvait dans les ruines éparses d’une ville de menhirs cyclopéens et de mégalithes immenses, Tolbek, Sanakht, Menkaura, Ignis et leurs bandes de guerre à ses côtés. Sa quête était un succès, car il avait récupéré quatre des cinq éclats perdues du Roi Pourpre : celles du Roi Kadmus, de Nikaea, d’Aghoru et de l’urne de Kallista Eris. Il aperçut les Thousand Sons restés sur la Planète des Sorciers, formant un cercle de terre battu, occupés à retenir une tempête apocalyptique en conjuguant leurs boucliers kinétiques, car Magnus le Rouge était mourant, assis sur un trône d’or à l’aspect de plantes grimpantes entrelacées. Ahriman se rendit vers le cadavre flétri de Magnus, mais Tolbek s’interposa, le mettant en garde qu’il lui ferra payé le sacrifice impie qu’il avait fait en offrant l’âme d’Hathor Maat à un Démon. Puis Sanakht lui exprima son malaise devant la facilité avec laquelle il avait livré leur frère pour sauver Magnus. Arrivant devant le trône du Roi Pourpre, Ahriman vit le visage décati d’Amon qui l’attendait, se rendant compte qu’une éternité semblait s’être écoulé depuis son départ, l’Écuyer semblant peiné à croire à son retour. Le Primarque ressemblait alors à une momie, mais il communiqua avec Ahriman, lui demandant si il était mort. Ahriman libéra alors les quatre éclats en lui, utilisant son bâton comme canal. Les éclats se diffusèrent dans le corps du Primarque, avec l’effet de la plus miraculeuse des panacées. Le Roi Pourpre se régénéra, son teint morbide faisant place au ton de peau profond et chaud qu’il avait eu au faîte de sa gloire, son armure couverte de rouille et d’une patine vert-de-gris revêtit le lustre du métal tout juste forgé alors que ses cheveux clairsemés et ternes redevenaient une crinière bouffante au lustre écarlate, retenue par une couronne d’or. Magnus se leva des restes du trône de support, qui s’émiettèrent quand il se dressa, dominant ses fils tel un dieu recouvrant sa majesté. Ahriman se laissa tomber à terre, versant sans honte des larmes de joie à la vue de son père redevenu vigoureux et lucide bien qu’il sentait que sa plus noble portion, son véritable cœur imbu de bonté et de fidélité, restait perdue. Magnus se tourna vers Ahriman et l’appela, le Maître Archiviste ayant l’impression d’être une marionnette qui avançait sous l’empire d’une main invisible, ses frères guerriers s’écartant pour lui céder le passage. Il constata que le Livre de Magnus était à nouveau enchaîné à la ceinture du Primarque. Ahriman mit un genou à terre et inclina la tête, mais Magnus proclama que désormais, aucun Thousand Sons se devait de se prosterner devant lui, car ils l’avaient sauvés. Magnus demanda de nouveau le soutien de ses fils, annonçant qu’Horus réunissait ses forces pour l’ultime assaut sur le Système Sol. La XVe Légion allait participer à la Bataille de Terra afin de châtier tous ceux qui ont voulu les humilier. Son attention était de prendre le Palais Impérial afin de récupérer le fragment de son âme, la plus importante de son être. Ahriman acclama son père jusqu’à en perdre la voix, heureux de le voir si sûr de son fait, si plein de vie et si résolu à triompher, un père devenu en réalité quelque chose de bien plus terrible qu’autrefois…[38]

La Récupération de Shai-Tan

Avant de rallier Terra, Ahzek Ahriman accompagna seul Magnus dans les ruines de Prospero, là où s’élevait autrefois la Pyramide de Photep. Le Maître Archiviste appris de son père génétique la difficulté qu’avait été la construction de cet édifice et que malgré tout son talent, il n’aurait pas pu la construire avec des pouvoirs psychiques car il manquait de précision.

Puis il évoqua la raison de leur retour dans leur ancien foyer : récupérer le Démon Shai-Tan, celui que Magnus et Ahriman avait rencontré sur la monde de Morningstar durant la Grande Croisade et qui avait été enfermé dans le Livre de Magnus. Ahriman écouta Magnus lui avouer qu’il lui avait lancé à lui et a tout ses frères un sort d’amnésie car Magnus avait voulu se couvrir d’un grand crime. En effet, après l’évacuation de la population de Morningstar, monde condamné de par son climat instable, le Roi Pourpre avait ordonné un Exterminatus sur ce monde mais aussi un bombardement contre la flotte accueillant les civils du monde condamné, car il avait crains que Shai-Tan ne puisse s’échapper à travers eux. De plus, Magnus s’était emparé d’un morceau du vaisseau terran dans lequel Shain-Tan était né, l’emportant sur Prospero pour l’enterrer en-dessous de la Pyramide de Photep. Enfin Magnus avait effacé les souvenirs liés à Morningstar dans la mémoire de sa Légion pour empêcher que la corruption ne se répande et surtout pour que ses fils oublient qu’il les avait trahi en condamnant autant d’innocents. Magnus avait relâché Shain-Tan sous sa Pyramide, mettant en place des protections pour se prévenir face à lui. Malgré tout, la corruption s'était répandue peu à peu sur Prospero et au sein de Magnus.

Furieux, Ahriman suivit néanmoins Magnus et ils firent face au Démon prisonnier qui prit beaucoup de plaisir à voir les tourments de Magnus et souhaitant par-dessus tout entendre ses regrets, ses hurlements ainsi que son désespoir, tout en ajoutant qu’il était d’accord avec Ahriman et que tout était la faute de Magnus pour Morningstar, pour sa Légion, pour ce qui lui est arrivé. Il fut enfermé à nouveau dans le Livre de Magnus pour être emmené sur Terra afin d’être employé contre le bouclier psychique de l’Empereur protégeant le Palais Impérial.

Repartant de Prospero, Ahriman vit que Magnus peinait légèrement à marcher, comme si il portait quelque chose de très lourd, tout en comprenant mieux les décisions de son père génétique et il fit la promesse de garder cette information secrète bien que Magnus lui affirma qu’une fois le Siège de Terra terminé, il dévoilera tout la vérité à sa Légion, et que si elle lui pardonnait, alors les choses pourront changer et enfin son tourment prendra fin. Ahriman, malgré sa déception lui pardonna cette tromperie.[39]

La Guerre Solaire

Les immenses forces d’Horus attaquèrent le Système Sol, organisé par Rogal Dorn et ses Imperial Fists en différentes sphères de défense lourdement fortifiées et qui provoquèrent des pertes apocalyptiques dans les deux camps. Cette Guerre Solaire avait pour but de conquérir le système d’origine de l’Humanité et d’atteindre Terra. Ahzek Ahriman, à bord de la Barge de Bataille Ankhtowe, reçut une mission de Magnus, celle d’accompagner une armada commandée par le Premier Capitaine des Sons of Horus, Ezekyle Abaddon. L’objectif du Maître Archiviste était de rallier et de mener un rituel dans Temple de la Comète, un corps céleste artificiel du Système Sol. La comète toute entière avait été évidée il y avait de cela deux siècles avant la Guerre Solaire, et était devenue un lieu de repos pour les ossements des plus grands héros qui avaient pris part aux Guerres d’Unification et à la Grande Croisade. Le crâne de Skand, premier des Seigneurs Tonnerre à être tombé au combat, avait été déposé ici auprès de ceux de Maxilla, Barkeria Vu et de milliers d’autres. Cela avait été un temple dédié à l’union et à l’héroïsme, et les Word Bearers en avaient gardé les murs depuis le temps avant qu’ils n’aient porté ce nom. Il s’en trouvait encore ici quand leur perfidie s’était révélée, et ainsi Rogal Dorn avait-il envoyé ses fils les occire, ce qu’ils avaient fait. Mais, avec la perspective limitée typique de la VIIe Légion, ils n’avaient pas songé à se poser une question plus cruciale : pourquoi les Word Bearers étaient-ils donc restés alors que leur trahison avait été révélé au grand jour?

Lorsque sa flotte apparu dans le golfe supra-solaire pour rallier celle d’Abaddon, Ahriman contacta psychiquement le violent Premier Capitaine avant d’apparaître devant lui comme une image dans l’air, translucide et vibrante, à bord du vaisseau du Son of Horus, le War Oath. Il salua Abaddon d’un signe de la tête, mais son image fantôme créa une hostilité de la part d’un Apôtre Noir Word Bearer qui accompagnait Abaddon, Zardu Layak, avant qu’Abaddon ordonne que cela cesse. Ahriman confirma à Abaddon l’arrivée du reste de leur armada, surgissant du Warp suite à un rituel qui avait demandé des millions de sacrifiés dans des cuves à offrandes, ou jetés dans le Warp depuis les baies des hangars afin que les puissances qu’Horus avait liées à sa cause s’assurent de la bonne traversée de ses vaisseaux, en les faisant glisser dans l’existence bien au-delà duPoint de Mandeville du Système de Sol, et donc hors de porté des flottes Loyalistes.

Plus tard, l’armada d’Abaddon, chargée de prendre Luna, fut attaquée par des vaisseaux White Scars, tandis qu’Ahriman le recontacta pour lui dire au revoir, partant mener sa propre mission.

Ahzek Ahriman, recevant l’aide de Menkaura - désormais sans yeux mais dont le talent de clairvoyance et la maîtrise de l’occulte impressionna Ahriman, - rejoignit une chambre de la Barge de Bataille qui accueillait un solatarium, comme ceux qu’employaient les érudits d’antan pour prédire les mouvements des corps célestes dans les cieux de Terra. De la même manière que les télescopes des astronomes anciens concentraient la lumière céleste, cette salle attirait à elle la résonance infinie du Warp au point où ses circonvolutions en devenaient visibles. Aux côtés d’Ignis, il regarda une constellation de sphères et de disques qui tournait dans l’espace au-dessus de lui, ses éléments extérieurs effectuant une révolution assez large pour s’en aller toucher presque les murs incurvés. La salle dans son entier était elle-même une sphère, taillée par télékinésie dans un bloc unique de jade. Les sphères et les pièces du solatarium en son centre se mouvaient, représentant l’aspect physique du Système Sol, chaque planète étant représentée par une sphère de cristal modelée dans le Warp par la volonté seule et ramenée dans la dimension matérielle par un sacrifice. Le solatarium allait servir au rituel que le Maître Archiviste préparait pour assurer la victoire des Traîtres dans la Guerre Solaire, avec l’aide d’une bande de Word Bearers qui volaient à ses côtés.

Ahriman face au solatarium, dans le Temple de la Comète, entamant son rituel qui allait mettre fin à la Guerre Solaire.
AhrimanRituelTempleDeLaComete.jpg

Lorsque son vaisseau et son escorte arriva en vue de la comète, celle-ci n’était pas sans défense, ceinte par huit plates-formes d’armes dont les batteries de turbolasers et de missiles couvraient son vol à travers les cieux. Leurs Auspex et leurs systèmes de ciblage étaient assez puissants pour voir bien au-delà de la portée effective de leurs armes. Mais les Serviteurs aux Auspex des plates-formes d’armes ne remarquèrent pas le givre qui se forma sur leur peau et leurs câbles, tandis que leurs esprits lobotomisés furent aveuglés à l’approche de la flotte d’Ahriman. Le Maître Archiviste en profita pour envoyer des guerriers aborder chaque plate-forme qui furent rapidement réduites au silence alors que son vaisseau se rapprochait de la comète. Il focalisa son esprit sur la comète, verrouillant des schémas de pensée et de symbolisme dans son subconscient, mêlant des rites des Word Bearers à ceux de Prospero. Autour d’Ahriman, les esprits de ses frères continuaient de tourbillonner en dessinant leurs pensées sur l’éther, chacun d’eux traçant en boucle une série de symboles et de mots par le biais de son subconscient. Ensemble, leurs esprits étaient comme les rouages d’une seule machine colossale au centre de laquelle se trouvait Ahriman, dont des sous-ensembles de ses pensées se fondaient avec celles de ses frères. Cet exploit à lui seul dépassait les limites de la compréhension, y compris des plus aptes parmi les adeptes, mais ce n’était que le début, Ahriman s’étant préparé durant des jours pour intégrer les détails de ce qu’ils étaient en train de faire. Une fois qu’il eut reçut la confirmation de la neutralisation des systèmes de détection et de déclenchement, Ahriman mit le cap avec un transporteur vers la comète, suivit par une nuée d’autres qui tirèrent des missiles afin d’effectuer des brèches dans la croûte de la comète et s’y glisser. Ahriman y débarqua, se retrouvant face à des remparts de crânes. Lorsque les Word Bearers débarquèrent à leur tour à la suite des Thousand Sons, Ahriman rencontra leur chef, un Space Marine en armure noire et rouge avec un casque de bronze brossé qui lui enfermait la tête, sans oculaires et sans grille buccale, un esclave humain le suivant comme son ombre, sans paupières, tirées par des épingles, derrière ses lunettes fermées emplies de liquide et un amplificateur qui occupait la place où sa bouche aurait dû se trouver. C’était l’esclave vocal du guerrier, relié à lui par une télépathie rudimentaire, un maître qui ne portait lui-même pas de nom si ce n’est celui de l’Apôtre des Muets. L’Apôtre se courba, trempa les doigts dans le sang d’un des humains qui fut sacrifié à l’arrivée des fils de Lorgar et le fit s’envoler dans le vide d’une chiquenaude. Un seul mot guttural surgit en écho de son esprit et autour de lui, tous les Word Bearers s’agenouillèrent. Ahriman sentit s’altérer la résonance psychique du temple, plongée en déséquilibre pendant un instant et ordonna psychiquement à l’Apôtre des Muets de ne plus refaire ça, ce dernier lui répondant via son esclave qu’il pratiquait ici une entreprise sacrée. Après s’être assuré de la stabilité de la gravité artificielle, Ahriman ordonna l’ouverture de brèches et un pan de la voûte au-dessus de lui se mit à luire sous le coup de la chaleur, avant d’éclater vers l’extérieur. Un nouveau trou luisant large d’une centaine de mètres s’était ouvert pour révéler la lumière du soleil et la coque de l’Ankhtowe, accompagné d’un essaim de remorqueurs et de navettes de halage. Des containers noirs de la taille de chars de combat apparurent, tandis que des Serviteurs ouvraient des caissons qui in fine, permit au solatarium de se retrouver suspendu dans le vide, entre le vaisseau et la comète, traînée par cinq remorqueurs depuis les entrailles de l’Ankhtowe jusque dans le vide spatial. Le solatarium descendit pour s’arrêter à un mètre au-dessus du sol de la chambre du Temple de la Comète.

Ahriman arpenta un labyrinthe de glace sous les dômes antarctiques de Temple de la Comète, apercevant avec sa vision psychométrique les fantômes des morts enterrés dans ce lieu. Arrivé dans la chambre centrale de la comète entachée par le sang et la bataille lors de la Purge effectuée par les Imperial Fists face aux Word Bearers qui avaient fait de ce lieu quelque chose de plus terrible et de plus profond qu’un endroit où laisser reposer les os desséchés et les souvenirs. Durant leurs décennies d’intendance de ce lieu, les Word Bearers avaient fait couler le sang dans le temple de la comète pour honorer les dieux qu’ils venaient de se trouver, laissant ainsi des sceaux subtils dans sa substance, et saturant ses ombres de malignité. Des tendons du Warp s’étaient enfouis dans les ossements en se nourrissant des souvenirs des morts. Des prières murmurées avaient pris racine dans la pénombre, enfermées à l’intérieur de la comète qui opérait sa révolution autour du soleil. Même lorsque les Imperial Fists étaient venus et avaient tué les Word Bearers laissés ici, leur action n’avait fait que nourrir la mare de potentiel occulte qui s’étalait juste sous la barrière de la réalité. La mort des Word Bearers avait été un acte de martyre au service des puissances du Warp, et bien qu’Ahriman eût pu juger cette idée naïve, cette décision détenait un certain pouvoir. Le Temple de la Comète résonnait de signification rituelle, traçant derrière lui une traîne de murmures et de vortex d’émotions tandis que sa course l’emmenait à travers les cieux. Entre les mains d’Ahriman, cette création impie allait servir à assurer la victoire d’Horus. Au centre de la pièce, se trouvait la sphère de pierre du solatarium qui y flottait, augmentant la puissance dans l’Immaterium, tandis qu’aux huit points cardinaux, une cargaison de trois mille vingt-quatre mortels, apportée par les conteneurs, se tenait agenouillée, chacun d’eux avait en lui une étincelle de connexion avec le Warp. Ils étaient des prisonniers issus de Vaisseaux Noirs que les forces d’Horus avait capturé. Ahriman ordonna l’évacuation du Temple de la Comète afin d’épargner ses forces de son rituel. Psychiquement, il ordonna ensuite aux vaisseaux de sa flotte de quitter l’orbite de la comète et tout en s’éloignant, Ahriman sentit l’univers tourner par-dessous la surface de la réalité, apercevant des images qui pénétraient son esprit comme Menkaura flotter au centre du solatarium, des cordes de lumière le maintenant dans l’air tandis que des sphères brûlantes et sanglantes y tournoyaient. Son instant de puissance rituelle s’inscrivait dans l’arrangement des planètes et des étoiles et sur son ordre, les Word Bearers qui étaient restés portèrent leurs couteaux à la gorge des Psykers mortels enchaînés à terre. Les cris d’agonie de ces mortels se déversa dans le Warp. L’Empyrée se déchaîna, la comète se volatilisa, le temps eut un sursaut et le soleil s’éteignit.

Le Temple de la Comète réapparut sous la forme d’une conflagration brillante puis un vortex d’énergies se déversa par le trou que la comète avait ouvert dans la réalité. Alors que le soleil se remit à briller, l’immense faille Warp dégorgea l’immense armada du Maître de Guerre, dont le Conqueror d’Angron, le Pride of Emperor de Fulgrim et évidemment, le légendaire Vengeful Spirit, vaisseau amiral d’Horus.

Ce rituel mit fin à la résistance des Loyalistes qui se replièrent vers Terra, tandis que le Maître de Guerre encerclait le Monde-Trône pour entamer la bataille finale.[40]

La Bataille de Terra

Le Siège de Terra avait commencé et au fil des combats, les Traîtres avancèrent, le spatioport de la Porte aux Lions finissant par tomber et offrant aux armées d’Horus un moyen de débarquer en masse leurs matériels. Chargé par le Maître de Guerre de mener le siège, le Primarque Perturabo organisa un briefing pour expliquer ses plans pour avancer dans l’enceinte du Palais Impérial. Ahriman fut l’un des officiers présents.

Sur ordre du Seigneur de Fer, Ahzek Ahriman se retrouva face à la Porte des Colosses, qui était assiégée par la Death Guard. Debout sur le barrage de Corbenic qui était brutalement tombé le 18 Secundus et qui constituait la première des places fortes fières et hautaines qui protégeaient l’approche de la Porte aux Lions, il constituait un point d’observation en hauteur d’où superviser l’offensive en masse contre la Porte des Colosses. Depuis les parapets brisés du bastion qui avait volé en éclats et dont les murs étaient rompus, Ahriman surveilla l’avancée des vagues d’infanterie et de machines de guerre, qui s’écoulaient entre les ruines du barrage de Corbenic, se déversant depuis la Porte aux Lions jusqu’au palais brisé afin d’aller encercler les Colosses. À ses côtés se trouvait le Primarque de la Death Guard, Mortarion, devenu alors un immense Prince Démon de Nurgle. Le Roi Pourpre avait envoyé Ahriman en avant, au barrage de Corbenic, afin de juger de l’état d’esprit actuel de Mortarion. Bien qu’il en fût maintenant perclus, le Seigneur de la Mort continuait de désapprouver l’influence du Warp et la sorcellerie, qu’il considérait comme un fléau personnifié par les Thousand Sons. Une hypocrisie au dernier degré pour Ahriman. Ils discutèrent de l’assaut que Jaghatai Khan avait, avec ses White Scars, mené contre la Death Guard, parvenant à briser leurs lignes. La tension entre les deux personnages était grande, Mortarion s’irritant de la moindre remarque du Maître Archiviste. Ahriman était stupéfait des changements que Mortarion avait subi, le Seigneur de la Mort se décomposant et se recomposant sans arrêt à l’intérieur. Le Maître Archiviste continuait à entretenir une grande rancune envers Mortarion qui était un des principaux responsables de la disgrâce des Thousand Sons à cause de son opposition au Projet Librarius. En parallèle, il entendait les voix des Démons qui attendaient d’être appelés à la guerre, exclus de la bataille de Terra à cause du bouclier psychique que l’Empereur avait crée pour empêcher leur apparition. Il reconnu les voix de Samus, Balphagora, Ka'Bandha, Sahrakoor Elekh et Amnaich, où Ku'gath, Rotigus et Scabeiathrax ainsi que N'Kari et Orbonzal.

Finalement, Magnus le Rouge le contacta et apparu à ses cotés. Ahriman regarda la discussion tendue entre les deux Princes Démons obligés de combattre côté à côté, bien que Magnus tentait de faire preuve de compassion envers Mortarion qui restait honteux d’être devenu une chose du Warp, engeance qu’il méprisait. Lorsque Mortarion partit pour rallier ses troupes, Ahriman s’étonna du comportement de son Primarque qui lui expliqua qu’ils avaient besoin de l’endurance de la Death Guard pour pénétrer dans le Palais Impérial afin de mettre la main sur le fragment d’âme convoité.

Quand plus tard, les White Scars et les Custodiens se ruèrent dans une contre-attaque pour repousser les Traîtres à la Porte des Colosses, Ahriman déclencha le plan qui avait été organisé pour forcer les Loyalistes à se mettre à découvert afin de se retrouver face aux horreurs que le Maître Archiviste allait invoquer pour entièrement purger le terrain et faire tomber les Colosses. Avec Magnus et sept initiés de l’Ordre de la Ruine, Ahriman fit face aux contreforts lointains de la Porte des Colosses, là où les guerriers-sorciers des Thousand Sons s’avançaient, tous murmurant à voix basse les mêmes litanies de renversement. Une pluie se mit à tomber, et se mêla de flocons de neige cinglants, le sol de terre se couvrit de mares et de flaques et ce bourbier suintant se mit lui-même à remuer, comme si la boue était vivante. Puis près du mur du bastion, des Démons coiffés de leurs cornes et de leurs bois apparurent, se jetant sur les Loyalistes choqués devant la tournure des évènements.

Mais le rituel d’Ahriman et de Magnus fut brisée rapidement par les Prophètes des Tempêtes White Scars menés par un certain Naranbaatar, mettant fin à la tentative de faire tomber la Porte des Colosses. Ahriman fut étonné de la tournure des évènements, suivant son Primarque qui lui assura que tout cela n’était que partie remise, quittant les marches de la barre de Corbenic balayées par le vent.[41]

Le Siège de Terra continua à faire rage, tandis que le Roi Pourpre ambitionnait toujours de s’emparer de la partie de son âme qui avait trouvé refuge dans le Palais Impérial. Ahriman, avec Menkaura et Amon à ses côtés, regarda Magnus faire les cent pas dans son pavillon, furieux devant l’échec à la Porte des Colosses, échec qui continuait à laisser Ahriman déçu mais qui souligna avec Amon que les Corvidae avaient vu la perte de la Porte des Colosses. Magnus ne lui en voulait pas, lui-même ayant eut les mêmes visions de la destruction de la Porte des Colosses qui aurait dut annoncer la fracture dans la barrière téléthésique du Sanctum Imperialis. Finalement, le Primarque ordonna à Ahriman de rester seul avec lui pour voler ensemble dans le Grand Océan, acte qui ne semblait pas être bien sage aux yeux du Maître Archiviste car les courants du Grand Océan étaient plus turbulents que jamais et les Démons se pressaient contre le voile, ne se souciant pas de savoir si ceux qu’ils tuaient étaient des ennemis ou des amis. Mais le temps s’accélérait alors que les renforts impériaux fonçaient vers Terra, forçant Magnus à rechercher au plus vite un passage au sein du Palais Impérial. Mais avant l’envol, il écouta Magnus parler et se questionner sur ce qu’il était après avoir été brisée par Leman Russ, regardant une lentille brisée qu’il avait brisé en dix millions d’éclats de verre et de larmes après sa Folie qui coûta le rêve de son père.

Puis Ahriman prit place en face de Magnus, assis en tailleur, et avec son père génétique, il éleva son esprit dans les cieux de Terra assiégé, sous la forme d’une comète de feu ivoire, au vol en spirale, suivant Magnus qui avait pris la forme d’un être de pure énergie sans aucune limitation. Le Warp était devenue une tempête au dessus du Monde-Trône et Ahriman et Magnus furent prix pour cibles par les entités du royaume infernal, leur aura psychique étant trop forte pour rester discret. Imitant alors son Primarque, il s’arma d’un heqa d’un noir d’ébène et combattit les Démons, calcinant par les flammes intérieure et par sa fureur. Ils finirent vainqueurs, triomphants, Ahriman reconnaissant que ce fut agréable avant de baisser avec Magnus les yeux vers la surface de Terra, admirant le Palais Impérial et le magnifique panorama qu’offrait les Monts de l’Himalasie. Ahriman repensa à Lemuel Gaumon qui était venu autrefois rechercher un remède pour le mal dont souffrait sa femme. Regardant le siège, Ahriman reconnu que Rogal Dorn avait accompli des miracles pour consolider les défenses mais avouant à Magnus qu’il espérait davantage du Maître de Guerre et de Perturabo, critiquant le fait que leur stratégie entière semblait s’être construite autour de l’idée de simplement faire céder les murs par l’usure et la force brute, n’y voyant aucune finesse, aucun stratagème détourné, ni aucune ruse pour pousser les occupants du Palais à la trahison. Magnus l’approuva et lui révéla alors qu’à la différence d’Horus, il s’était appliqué à préserver le sang des Thousand Sons et conscient qu’aucun de ses frères n’avait toute sa tête, il caressait l’espoir de devenir le nouveau souverain de l’Humanité, de s’emparer du trône sous le nez et la barbe d’Horus afin de guider la race humaine vers un avenir psychique. Ahriman admira son père génétique, trouvant qu’il fera une très bon dirigeant. Puis, alors qu’ils s’apprêtaient à retourner sur Terra, Ahriman aperçut un segment de muraille à l’angle sud-est du Sanctum Imperialis, une section proche de la jonction du Mur Intransigeant et de l’Hémisphérique Ouest. Il vit une ligne tordue de lumière dorée, faible et presque invisible, et pourtant très marquée sur le rendu spectral du Palais. Intrigué, Magnus vit et compris que c’était un murmure de la puissance de l’Empereur et une fissure ouverte dans la barrière téléthésique du Maître de l’Humanité, offrant l’occasion rêvé de s’infiltrer dans le Palais Impérial.

Magnus lança un assaut majeur contre l’Hémisphérique Ouest, les Thousand Sons étant à la pointe de l’attaque. Ahriman fut à la tête de l’élite du Scarabée Occulte et il emmena sa confrérie par les tranchées de roche écrasée, tout en essayant de pas se laisser déconcentrer par l’éclat de la lumière de l’Empereur. À Atrahasis, son nouvel écuyer, un adepte Raptora, Ahriman exprima que cet assaut lui rappelait Ullanor, quand les flottes géoformatrices avaient aplani un continent entier pour la vanité de l’Empereur qui à ses yeux les avait ce jour là abandonné sans remords pour simplement retourner à Son dernier projet en date. Puis sous les obus des Loyalistes, il fonça vers le mur âprement défendue par l’artillerie Loyaliste, admirant Magnus en train de détruire un Capitol Imperialis en descendant au cœur des combats, lançant la machine de guerre comme si c’était un projectile, percutant les portions supérieures de l’Hémisphérique Ouest avant d’exploser avec la puissance de déflagration d’une étoile. Une immense brèche aux bords inclinés venait tout juste de s’ouvrir dans les défenses du Palais et Ahriman dirigea l’assaut renouvelé de sa Légion, droit vers le terrain avant de l’Hémisphérique Ouest qui n’était plus qu’un cauchemar fumant de destruction totale suite à la destruction provoquée par la carcasse du Capitol Imperialis. Atrahasis appris à Ahriman - qui commençait à souffrir de la chaleur extrême du lieu - que leurs troupes de mortels étaient mortes et qu’il ne restait plus que leurs Légionnaires. Avec deux cents guerriers des Thousand Sons dirigé par lui et avec Amon sur sa gauche et Menkaura sur sa droite, il suivit son Primarque qui brillait comme un soleil rouge. Il ordonna aux Athanaéens de soumettre les âmes des Automates de Bataille Castellax qu’il rencontrait et qui emboîtèrent le pas à l’avancée des Thousand Sons. Mais bien vite, ils furent attaqués par la férocité de la combinaison des Blood Angels, des Imperial Fists et des réserves de l’Armée Impériale dans des tanks hermétiques. Puis soudainement, les Thousand Sons se replièrent, le Roi Pourpre, Ahriman, Amon, Menkaura et Atrahasis disparaissant au travers des défenseurs comme des fantômes.

Ahriman aux côtés de Magnus dans le Grand Observatoire du Palais Impérial, sauvant des civils d’une attaque à la bombe.
FureurDeMagnus.jpg

Ils avancèrent dans une marée de réfugiés en se dirigeant vers l’est depuis les ruines de l’Hémisphérique Ouest, sous l’apparence de Légionnaires Blood Angels. Ahzek Ahriman fut perturbé de voir son Primarque se mettre au même niveau que lui, sous l’image d’un ennemi. Magnus lui souligna alors que les traqueurs seront à la recherche d’anomalies psychiques à l’intérieur du Sanctum Imperialis. Ils passèrent à travers les rangs de toutes les unités Loyalistes possibles et Ahriman écouta Magnus se plaindre de sentir tant de potentiel physique au sein de certains réfugiés qui ne pourront pas s’épanouir si il ne prenait pas le pouvoir. Ahriman fut secoué lorsqu’il senti alors la présence de Lemuel Gaumon, qu’il croyait mort depuis l’affrontement sur Nikaea qui avait mit fin à la Quête des Éclats, lorsque un Storm Eagle abritant l’ancien élève du Maître Archiviste passa non loin de lui. Le fait que Lemuel Gaumon puisse compromettre son emprise le troubla.

Finalement, ils atteignirent le Grand Observatoire du Palais Impérial, remplie de réfugiés terrifiés. Ahriman fut surpris de les voir prier, pratique qu’il considérait comme ridicule bien que compréhensif en ces temps de malheur. Il écouta Magnus révéler qu’il existait un passage secret dans le Grand Observatoire, le Hall de Leng, fait d’anomalies du Materium, tel un fil dépassant de la trame du temps, de gale sur l’épiderme de l’espace et passant dans les fondations du palais. Mais au moment où ils franchirent le seuil de l’arche du Grand Observatoire, trois bombardiers Doomfire renégats, chargés à ras bord de bombes à sous-munitions et de missiles air-sol à fusion, traçaient une trajectoire désespérée, poursuivis par des Lightning impériaux. L’un des Doomfire largua deux munitions vers le Grand Observatoire, des bombes à sous-munitions au phosphex MkXI, modèle Muspell, des armes extermination mortelles. Dans un moment humaniste, Magnus décida de sauver les malheureux réfugiés condamnés et Ahriman se vit ordonner, lui et les autres, de l’aider à former une barrière téléthésique qui neutralisa les bombes, sauvant les mortels qui virent alors la véritable forme des Thousand Sons et du Primarque. Ahriman demanda alors Magnus de se dépêcher maintenant qu’ils étaient repérés et ils franchirent l’ouverture menant au Hall de Leng. Ahzek Ahriman demandera néanmoins à son père génétique pourquoi il avait sauvé ces mortels vu qu’ils allaient mourir de toute façon quand Lupercal prendra le Palais, supposant que la proximité du premier fragment de son âme l’affectait davantage qu’aucun ne l’aurait cru.

Le trajet par ce qui se nommait les Chemins Bas fut une épreuve pour Ahriman, ses frères et le Primarque, comprenant que ce n’était pas l’Empereur qui avait ménagé ces passages qui avaient la forme de tunnels non naturels dans les profondeurs du palais. Ils arrivèrent dans une grande caverne où Malcador le Sigillite et une femme du nom d’Alivia Sureka les attentait assis à une table près d’un lac. Malcador souhaita la bienvenue aux Thousand Sons. Magnus joua une partie de régicide avec Malcador mais appris que cette caverne accueillant des habitations dédiés à des Primarques et avait accueilli l’éclat de son âme tant convoité. Malheureusement, cet éclat était parti et désormais hors d’atteinte, ce qui rendit furieux le Roi Pourpre qui se saisi du Sigillite et le carbonisa dans un accès de colère. Alivia Sureka tenta de s’enfuir mais fut abattue par Atrahasis qui fut à son tour désintégré par Magnus qui lui avait ordonné de ne pas la tuer. Ahriman supplia Magnus de se replier avant que des renforts Loyalistes arrivent, félicitant son Primarque d’avoir éliminé Malcador, un coup terrible pour la cause ennemie. Mais se sachant au cœur du Sanctum Imperialis, Magnus décida d’avancer et d’aller tuer l’Empereur !

Ahriman critiqua l’exécution d’Atrahasis, mais Magnus l’ignora, lui rappelant qu’il avait laissé se faire tuer Hathor Maat, ce qui crispa le Maître Archiviste. Ils prirent un ascenseur qui descendit vers les profondeurs de la planète, sur ce qui leur sembla être plusieurs kilomètres pénétrant le cœur de l’Himalasie et arrivèrent dans un corridor qui s’achevait en face d’eux par un ensemble de deux immenses battants de bronze. Le Maître Archiviste traduisit de manière experte la langue ancienne inscrite sur le frontispice en parchemin des portes par "Peuples de la Terre : l’Unité est Force, la Division est Faiblesse." Les portes s’ouvrirent et ils arrivèrent dans une vaste galerie, longue de plusieurs centaines de mètres et agrémentée d’une exposition d’objets, dont certains étaient brisés et répandus sur le sol à cause de la fureur des combats. Cette collection retraçait les plus grands accomplissements de l’Humanité, dont chacun fut un marchepied vers l’avenir. Ahriman vit une tablette de pierre, gravée d’une écriture cunéiforme, qu’il identifia d’origine Achéménide et vieille de trente-cinq mille ans. C’est alors que l’Empereur apparu sous la forme d’un personnage encapuchonné devant Magnus, Ahriman et ses frères, - une forme du Maître de l’Humanité baptisé Révélation - expliquant que ce lieu était le Hall des Victoires. Révélation guida les Thousand Sons à travers la porte qui menait vers la salle du Trône, traversant une caverne du lac souterrain d’une taille inimaginable, remplie de tuyauterie sifflante et de câbles sous la supervision de milliers de serfs et de Technoprêtres du Mechanicum. C’était la technologie ésotérique reliée au Trône d’Or. Ils se trouvèrent devant des portes d’or gargantuesques et pénétrèrent dans la salle où l’Empereur était assis sur le Trône d’Or, portant Son armure dorée patiné, ses traits montrant Sa souffrance alors qu’Il luttait contre les Démons qui tentaient de pénétrer dans les Cryptes Impériales via la faille crée par Magnus. C’est alors que Révélation avoua au Roi Pourpre et à Ahriman qu’Il l’avait sciemment attiré le Primarque ici, la brèche dans la bouclier psychique du Maître de l’Humanité n’ayant été qu’une ruse afin de voir le Primarque en espérant le ramener vers la lumière. Magnus enfonça alors d’un coup le bout de son sceptre dans la poitrine de Révélation et le détruisit. Ahzek Ahriman invita son maître d’aller achever l’Empereur sur Son trône. Le Roi Pourpre monta les marches et fit face à son père.

C’est alors que six guerriers, arrivèrent trois Salamanders et trois Space Wolves - dirigés par le Prêtre des Runes Bödvar Bjarki, le même qui traquai Ahriman depuis le début de la Quête des Éclats, avec Lemuel Gaumon apparaissant en arrière-garde. Magnus se dépêcha pour tirer son sceptre comme un harponneur et qui se déforma dans sa main, devenant un javelot parfait qui promettait un coup fatal, assez puissant pour mettre fin au règne d’un dieu, mais le Primarque des Salamanders, Vulkan apparu à son tour, s’écrasant avec violence au sommet du grand piédestal face au Roi Pourpre. Tandis que les deux Primarques discutaient et que l’Empereur contactait psychiquement Magnus pour lui faire une offre, Ahriman affronta Bödvar Bjarki au pied du Trône d’Or, utilisant ses pouvoirs psychiques. Il tira deux Bolts sur le Prêtre Loup, lui éclatant la plaque dorsale, avant qu’un autre Space Wolf ne lui enfonce sa hache dans son plastron, le jetant au sol. Grièvement blessé, Ahriman vit Menkaura et Amon être en difficulté face à la fureur des fils de Russ puis le porteur de hache fou furieux fut de nouveau sur lui. Le Maître Archiviste échangea des coups avec le Space Wolf qui le mit à terre et lui écrasa ses poings sur son casque, porté par une fureur démente et par la sauvagerie, tentant d’écraser le crâne d’Ahriman en une purée sanglante. Désespéré, Ahriman s’empara du couteau à la ceinture de son adversaire et le lui planta dans le flanc, lui déchirant les poumons et le cœur, ce qui le tua. À terre et agonisant, ses frères vaincus, Ahriman vit Bjarki s’avancer pour l’achever.

Il n’eut la vie sauve que lorsque Magnus, qui avait finalement refusé de rejoindre l’Empereur et qui avait été grièvement blessé par son duel contre Vulkan, s’abandonna totalement aux Puissances de la Ruine, devenant un véritable Prince Démon avant d’être rejeté par cette allégeance chaotique par le pouvoir de l’Empereur. Le corps d’Ahriman et de ses compagnons furent emportés par le Roi Pourpre, sous les hurlements rageurs de Bjarki.

De retour dans les lignes renégates, Ahriman n’a eu besoin que du savoir-faire des chirurgiens pour se remettre, mais quelque chose en lui s’était brisé à l’intérieur du Palais.[42]

Après l'Hérésie

« Si le chemin vers le salut passe par les halls du Purgatoire, qu’il en soit ainsi. »
- Ahzek Ahriman.
Chaos symbol.png


Au moment où se jouait le dernier acte de l’Hérésie d’Horus, les mutations qui affligeaient les Thousand Sons devinrent de plus en plus handicapantes. La Légion n’avait pas réussi à dompter le Chaos, et ce dernier prenait l’ascendant sur elle. Magnus ne voulait pas agir, mais Ahriman refusait un tel destin. Dans les sombres laboratoires de la nouvelle cité où s’étaient installés les Thousand Sons, il se plongea dans l’étude du Livre de Magnus et prépara son sort le plus puissant : la Rubrication d’Ahriman. Cet enchantement allait changer à jamais le futur de la Légion.

Ahriman estimait que le jeu en valait la chandelle. S’il fonctionnait, son sort protégerait les Thousand Sons des risques de mutation. Cependant, son plan était si dangereux qu’au début, ses acolytes Sorciers refusèrent de se joindre à lui. Ce n’est que lorsque Magnus fut élevé au rang de Prince Démon que les Psykers des Thousand Sons finirent par accepter. Cependant, une fois qu’ils l’eurent lancé, ils découvrirent rapidement que le sort n’avait pas fonctionné comme ils l’espéraient, et qu’il avait à la fois dépassé leurs attentes, et échoué horriblement. En effet, tous les Thousand Sons furent libérés de l’emprise de la mutation, mais la plupart n’y survécurent pas…[43]

La Rubrication d'Ahriman

« Des échos du cri psychique retentirent dans tout l’Imperium. Des dizaines de cœurs astropathiques ressentirent un pouvoir terrifiant émanant d’un point précis dans le Warp. Les esprits de nombreux Psykers assermentés qui avaient été chargé d’épier les Thousand Sons furent dévorés, et de leurs corps déchiquetés jaillirent des Démons de Tzeentch. Seuls neufs d’entre eux survécurent pour raconter ce qu’ils avaient vu. »
- Sur la Rubrication d’Ahriman, Grimoire Hereticus.
Chaos symbol.png


Celui qui Avait Tenté d’Arrêter Ahriman[44]
La Rubrication d’Ahriman.
Durant la Rubrication d’Ahriman, un très puissant Sorcier des Thousand Sons, Iskandar Khayon, vit la catastrophe qu’Ahriman était en train de déclencher. Il appela Ahriman au moins une demi-douzaine de fois. Soit Ahriman ne l'avait pas entendu, soit il l'avait ignoré. Alors qu’Ahriman levait les bras durant son rituel en hurlant de joie, Khayon et une poignée de Thousand Sons foncèrent vers lui dans le but de l’arrêter coûte que coûte. La puissance psychique conjurée d’Ahriman les transforma en piliers de flammes Warp et deux autres s’écroulèrent comme des statues brisées. Se tenir aux côtés du Maître Archiviste revenait à essayer de raisonner une tornade. À cause de toute l’énergie qui entourait Ahzek Ahriman, Khayon n’osa prendre le risque d’invoquer une flamme qui immolerait le Maître Archiviste, de peur de tuer tout le monde. Il lui tira dessus mais le vent emporta ses Bolts bien loin de leur cible. Un des compagnons de Khayon trancha l’air et ouvrit une brèche dans la réalité. Khayon et quelques Thousand Sons s’y engouffrèrent afin de se rapprocher au plus prêt d’Ahriman. Khayon ordonna de tuer Ahriman aux Thousand Sons de plus en plus nombreux à émerger de la faille pour tenter de mettre fin à l’apocalypse. Ahriman fut la cible des Bolters, mais aucun projectile ne l’atteignit. Un dénommé Mekhari essaya de se saisir de lui, et ses doigts ne furent plus qu’à quelques centimètres de la gorge d’Ahriman lorsque le Rubric atteignit son paroxysme. Des piques d’énergie sont apparus depuis l’aura d’Ahriman, portées par son hurlement de détresse quand - finalement - il se rendit compte qu’il avait perdu le contrôle du sortilège. Chaque guerrier présent au sommet de la pyramide, sous les étoiles familières du ciel de Sortiarius, s’immobilisèrent soudainement, transformés en Marines Rubricae. Seul Iskandar Khayon survécut parmi le groupe ayant tenté de stopper cette folie, et il s’avança vers Ahriman, hache à la main, quand quelque part sur la Planète des Sorciers, quelqu’un hurla…

Après la défaite d’Horus, les Thousand Sons retournèrent sur la Planète des Sorciers. Mais le Maître du Changement, Tzeentch, se mit à altérer leurs corps de plus en plus vite, le Bouleversement Charnel provoquant des mutations répondant aux désirs du Dieu du Chaos.

Devant cette situation Ahzek Ahriman rassembla sa cabale composée de puissants Sorciers de la Légion dans le but de mettre à terme à la corruption de leur Légion. Parmi cette cabale se trouvait Amon, Menkaura, Zebul, Ketuel, Tolbek, Sanakht et Ignis. La cabale noua des pactes innombrables et des liens secrets. Sachant que Magnus était toujours contre son projet, il créa des sceaux de dissimulation afin que sa cabale puisse œuvrer en secret. Les Sorciers tissèrent ensuite en secret un puissant sort qu’ils lancèrent sur la Planète des Sorciers : la Rubrication.

Ce fut une catastrophe.

La Rubrication était sortilège d’une puissance inimaginable, et si l’on en croit le Grimoire Hereticus. Les horreurs démoniaques elles-mêmes s’enfuirent lorsqu’elles perçurent le tourbillon d’énergie déchaîné par Ahriman et sa cabale. La Planète des Sorciers fut noyée sous une couche de nuages impénétrables parcourus d’éclairs bleus et jaunes qui filaient vers la surface de la planète pour calciner les Thousand Sons corrompus les uns après les autres. Ahriman fut le centre de l’ouragan, le point convergent d’un millier d’esprits calmes et de cœurs immobiles. Il percevait leurs rêves brisés, leurs espoirs, leur pouvoir, tout cela étant entre ses mains comme l’eau prise dans un torrent. Il poursuivit, une sensation intemporelle, éternelle, et pourtant aussi fragile qu’un éclat de verre. Au sommet de la pyramide, entouré de toute une énergie aethérique où il se trouvait, Ahriman prononça des centaines et des centaines de noms - mais de plus en plus de guerriers interrompaient leurs chants et commençaient à se dévisager. Puis il vit ses frères sortir des nuages de poussière en marchant, un premier, puis un autre et un autre encore, se mélangeant tels des cadavres sortant d’un étang de vase. Ils laissèrent des paquets de poussière dans leur sillage et les braises de leur âme brûlaient en chacun d’eux, mais c’était tout. Ahriman comprit alors que son sort avait échoué. Magnus en personne fût forcé de reprendre les choses en main, mettant fin à cette éruption d’énergie cosmique.

Mais ce fut trop tard, car les conséquences de la Rubrication avait touché quasiment l’ensemble des Thousand Sons. Ceux qui avaient été frappé par la foudre virent les mutations prendre fin mais leur chair avait été réduite en poussière et confinée à jamais dans leurs armures scellées par la magie, dont chaque joint, chaque interstice laissait entrevoir un feu interne qui devait irrémédiablement emprisonner l’esprit des Thousand Sons. Les érudits de Prospero n’étaient plus que des automates sans âmes arpentant la surface d’un Monde Démon.

Ahriman et sa cabale se firent débusquer par un Magnus ivre de rage qui brisa leurs sceaux derrières lesquels ils se terraient. Ahzek Ahriman n’était toutefois pas repentant et clama au contraire que la Rubrication était parvenue à débarrasser les Thousand Sons de la menace des mutations. Alors que Magnus se préparait à occire le Maître Archiviste, Tzeentch intervint, comme si il avait d’autre plan pour Ahriman. Devant la silhouette de son Primarque - celle d’un homme se découpant sur les flammes, d’innombrables yeux tournoyant dans une lumière dorée qui chantait avec un millier de voix, un estropié difforme à la peau couverte de plumes et des orbites vides en guise d’yeux - qui lui demanda si c’était le salut qu’il avait souhaité, Ahriman exprima sa satisfaction. L’image du Roi Pourpre prit alors la forme d’un géant à la peau cuivrée couverte de plaques de bronze et des ailes de plumes sortant de ses larges épaules, tenant un bâton surmonté d’un orbe alors qu’une crinière de cheveux rouges encadrait un visage ridé sur lequel n’était visible qu’un œil bleu.

Magnus lui avoua qu’il était le meilleur de ses fils et cette pensée bannit Ahriman dans les étoiles, comme un grain de poussière posé dans la paume de la main sur lequel on souffle, le condamnant à parcourir l’Œil de la Terreur et le reste de la galaxie afin de tenter de comprendre les insondables projets de Tzeentch.[45]

L'Exilé

« Parler du destin et de la fatalité est insensé. Le temps, la causalité, l’observateur et l’observé ; nous devons considérer toutes les suppositions en la matière avec méfiance. Nous imaginons que le passé est à l’origine du futur, mais qu’en est-il vraiment ? Le destin naît-il de celui qui tente de l’entrevoir ? Et si nous avions fermé les yeux ? Le cours de l’histoire aurait-il été différent ? »
- Ahzek Ahriman, extrait des préceptes des Corvidae.
Chaos symbol.png


La Confrérie de la Poussière d’Amon[46]

Tout comme Ahriman, sa cabale fut exilée, mais Amon était déterminé à trouver tous les secrets concernant la Rubrication et peut-être à ramener à la vie certains de ses frères. Au cours des siècles qui suivirent, alors qu’il continuait à accumuler du pouvoir, il fonda sa propre bande de guerre, la Confrérie de la Poussière, qui comprenait de nombreux Thousand Sons exilés. Il rassembla également des vaisseaux spatiaux, d’autres Space Marines du Chaos, des centaines de Marines Rubricae et un certain nombre d’apprentis, qui devinrent eux-mêmes de redoutables Sorciers du Chaos. Amon avait l’intention de voir les souffrances de sa Légion prendre fin, en défaisant la magie de la Rubrication qui avait mené ses anciens Frères de Bataille à leur perte, afin de pouvoir libérer leurs âmes torturées. Cependant, malgré tous ses grands desseins, il avait toujours besoin d’Ahriman, car lui seul possédait la connaissance nécessaire sur la Rubrication.

Amon a envoyé des émissaires dans toute la galaxie pour traquer les rumeurs, aussi mineures soient-elles, sur la localisation possible de l’ancien Maître Archiviste des Thousand Sons. Il a envoyé ses émissaires à ses anciens frères dans l’espoir de les inciter à rejoindre sa bande de guerre. S’ils acceptaient, ils feraient partie de la Confrérie de la Poussière, mais ceux qui refusaient risquaient d’être anéantis, tant eux-mêmes que ceux qui les suivaient. Pendant ce temps, Ahriman se cachait parmi un groupe de renégats dédié à Khorne, connu sous le nom de La Purge…

Traqué, brisé, exilé, Ahzek Ahriman devient un des sorciers d’une bande de guerre de Space Marines du Chaos baptisée La Purge, à bord du vaisseau Blood Crescent, aux abords de l’Œil de la Terreur. La Purge était une bande qui s’était dédiée au Dieu du Sang, et ses sauvages sanguinaires étaient dirigé par le Seigneur Gzrel. Auprès de ce Seigneur de Guerre, Ahriman se fit passer pour un dénommé Horkos, portant une vielle armure rouillé avec un casque en forme de corbeau. Il profita du fait que Gzrel appréciait s’entourer de Sorciers, auxquels il accordait autant de valeur que d’autres à leurs bijoux. Le chef des Sorciers de cette bande était Maroth, soi-disant prophète de La Purge. Ahriman avait volontairement rompu avec son passé, et si jadis des armées s’inclinaient devant lui et si il avait l’oreille des Primarques, il n’était désormais plus qu’une ombre projetée par la lumière de ses souvenirs, répondant à un faux nom et s’agenouillant devant un seigneur indigne. Gzrel adorait se moquer de la docilité d’"Horkos", bien qu’il était en réalité le plus puissant Sorcier de la bande, tout en se faisant passer pour le plus faible. Ahzek Ahriman n’était plus rien, sinon une âme en peine faisant pénitence en marge de l’enfer. Il n’avait jamais revu ses frères, mais avait entendu parler de Sorciers ou de seigneurs de guerre qui ne pouvaient être que des Thousand Sons. Il n’en connaissait qu’un seul qui fût peut-être encore en vie, pour ainsi dire. Il était peut-être le dernier. Les autres avaient dû se faire tuer au combat, sombrer dans la folie, ou pire encore.

Un jour, par hasard, La Purge repéra un navire impérial seul, le Titan Child, qui semblait inactif. Gzrel ordonna à "Horkos" de prendre part au premier assaut d’abordage du Titan Child. Avec trente éléments de La Purge, "Horkos" attendit à bord d’une Torpille d'Abordage. C’est alors qu’il entendit un message psychique, se présentant à lui comme le destin qui revenait enfin. Une fois débarquée, "Horkos" suivit la bande de La Purge, les couvrant tandis qu’elle massacrait les Serviteurs présents. "Horkos" mit le cap vers la passerelle quand il fut la cible de tirs de Bolters, tirés par des Space Marines. Il vit que trois Space Marines et un Archiviste d’un Chapitre inconnu était présent à bord du Titan Child. Un des Sorciers de La Purge fut tué sous ses yeux, se transformant en une abomination démoniaque qui se mit à dévorer tout ceux, allié ou ennemi, à sa portée. La voix étrange lui reparla alors et "Horkos" vit dans une vision une silhouette possédant un casque cornu étrange. De rage, il déchaîna soudainement ses pouvoirs, tuant la forme démoniaque en face de lui, sauvant du même coup l’Archiviste. Après la destruction de la manifestation démoniaque, Gzrel et le reste de La Purge arrivèrent, certains évoquant des flammes qui avaient banni le Démon. Gzrel s’était imaginé que c’était l’Archiviste qui avait été le responsable de cet exploit aussi avait-il décidé de le garder, lui et ses frères. Il avait demandé aux Space Marines de s’agenouiller devant lui, mais ils avaient refusé en bloc. Une défiance qui leur avait valu de se retrouver dans un cachot. Les trois Space Marines se nommaient Kadin, Thidias et Cadar et leur Archiviste, Astræos, en plus de la maîtresse du navire impérial, une Technoprêtresse ayant pour nom Carmenta, qui fut elle aussi capturée.

Traqué par les Loups[47]

Ahriman ne fut pas oublié par les Space Wolves malgré les siècles écoulés. Il continuai à être traqué par les fils de Leman Russ, comme tout les derniers Thousand Sons. L’un d’eux était Haakon Grise-Tempête qui avait traqué une sorcière à la tête d’un culte et qu’il avait tué. Il s’était repue de sa chair afin de savoir grâce son Omophagea - l’implant génétique des Space Marines leur permettant de voir les souvenirs d’une proie en consommant sa chair - où était passé Ahzek Ahriman. Haakon Grise-Tempête sera capturé par Amon et subira le même sort que la sorcière, l’ancien Écuyer de Magnus retenant un mot des souvenirs du Space Wolves : Purge.

"Horkos" insista auprès de Gzrel pour rencontrer Astræos dans sa cellule, à bord du Titan Child désormais occupé par la bande de renégats et où l’Archiviste avait été pendu à des crocs de bouché, son œil droit arraché par Maroth qui l’avait mangé en pensant accueillir plus de pouvoirs en lui. Il l’interrogea et vit que l’Archiviste avait compris la puissance qui habitait "Horkos", qui songea à le réduire au silence. Néanmoins, voyant le courage d’Astræos, il lui montra son visage pour établir une confiance, apprenant que les prisonniers capturés étaient des parias pourchassés par l’Imperium, bien qu’eux même se considéraient comme des Loyalistes. Astræos lui promit de ne pas révéler aux Space Marines du Chaos ce qui c’était passé en remerciement de lui avoir sauvé la vie.

"Horkos" fut retrouvé par Maroth, tout fier d’avoir mangé un œil en pensant que comme dans les mythes anciens, cela conférait la sagesse, "Horkos" se retentant de lui souligner que c’était s’arracher son propre œil qui offrait cette sagesse. Maroth l’emmena dans une pièce sombre où se trouvait l’un des Space Marines capturés, Cadar, flottant dans l’espace, ses membres écartés retenus par un écheveau de chaînes fixées à des murs invisible. Il avait été transformé en hôte d’une entité démoniaque par Maroth qui voulait montrer ses compétences. "Horkos" n’y vit qu’une abomination mais compris que Maroth était plus puissant qu’il ne le pensait, qu’il envisageait de tuer Gzrel et prendre le contrôle de La Purge et qu’il comptait faire de lui un allié.

Les Souvenirs d’un Échec[48]

Dans ses quartiers à bord du Titan Child, Ahriman regagna ses quartiers offert par Gzrel, une misérable et triste cellule. Là, il gardait un coffre verrouillé où il avait conservé ses effets personnels : une crosse à la surface noircie et cloquée, et à la hampe fendue ; un scarabée sculpté de la taille d’une main humaine à la surface ébréchée et usée ; un morceau de métal poli en forme de feuille de chêne ; un casque rouge pourvu d’une visière, bossué et encrassé. Ces objets lui rappelaient surtout qui il avait été et ce qu’il avait fait. Ahriman se rappela les échecs de sa Légion, leur trahison envers l’Empereur, son arrogance qui a mené sa Légion à sa perte et son exil pour ce crime.

De retour dans ses quartiers, il s’inquiétait de la voix qui l’avait contacté, présentant que quelqu’un le recherchait. Puis Carmenta, la nouvelle esclave Technoprêtresse de Gzrel vint le voir pour lui appendre que son seigneur demandai sa présence d’urgence. Voyant l’attitude fière et pleine de défi de Carmenta, "Horkos" lui parla, apprenant qu’elle était l’ancienne maîtresse du Titan Child. Il la mit en garde contre les attitudes de défi et la non docilité, afin d’assurer sa survie. Mais il fut refroidie par la Technoprêtrese quand elle lui apprit qu’un bâtiment de guerre était apparu sans qu’il ne sente de trace psychique. Un émissaire était en route pour discuter avec Gzrel. Il recherchait quelqu’un, un exilé…

"Horkos" rejoignit la passerelle du Titan Child, devenu une salle du trône décoré au plafond avec des corps pendus à des crochets et à des chaînes rouillées. Assis sur son nouveau trône recouvert de dizaines de peaux tannés d’espèces différents, Gzrel, nerveux, fit un geste du doigt pour indiquer à "Horkos" sa place, au pied du trône mais le moins proche du cercle de Gzrel, surpassé par les autres Sorciers de La Purge. L’émissaire arriva, portant une armure rouge vif, avec deux Marines Rubricae en escorte et qui se révéla aux yeux d’"Horkos" être un Sorcier des Thousand Sons. Il sentit l’esprit de l’émissaire effleurer le sien et il manqua de hurler en voyant qu’il s’agissait de son ami Tolbek, ancien membre de sa cabale et membre des Pyrae.

Le Destin t’a Rattrapé, Ahriman[49]

Après sa victoire contre Tolbek, Ahriman eut une vision où il s’élevait sur des ailes de corbeau dans un ciel de la couleur du sang. Il vit un corbeau, la voix qui le hantait depuis le début de l’assaut du Titan Child, l’emmener rencontrer un Space Marine portant une robe bleue et une armure or et saphir qui se tenait sous un ciel blanc. Le guerrier leva les mains et ôta son casque et Ahriman vit que c’était lui. Ahriman reconnut en lui un Démon qui changea d’apparence, avec des ailes aux plumes multicolores qui se déployèrent dans le dos de la créature, le corps grandit et voûté avec de fragiles griffes sortant des doigts. La tête du Démon était une masse d’yeux dénuée de bouche. Le rire du corbeau envahit son esprit et il se mit à tourbillonner dans l’espace, le corps brisé en millions de morceaux de miroir avant de se tenir au-dessus d’une plaine de verre noire où plus bas étaient agenouillées un millier de silhouettes mutantes portant la marque des Thousand Sons. Ses frères, ou bien ses fils, car le Démon lui affirma qu’il pourrait renverser Magnus et régner à sa place, car la Rubrication pouvait être annulé !

Ahriman ne vit que mensonge mais le Démon lui souligna que d’autres alors prendront cette voie et embrasseront le destin qui lui était proposé, apercevant à cet instant une silhouette vêtue d’une robe ivoire et d’une armure rouge qui tenait sur un pilier de jade avec des cornes qui sortaient de ses tempes et de la mâchoire de son casque.

Ahriman se réveilla dans la salle du trône du Titan Child, les mots du Démon résonnant dans sa tête.

Tolbek avait été parmi les premiers à rejoindre la cabale d’Ahriman et avait joué un rôle important dans la Rubrication qui avait détruit leur Légion. Tolbek salua Gzrel, se présentant comme l’émissaire de la Confrérie de la Poussière et qu’il recherchait un sorcier du nom d’Ahriman afin qu’il rende des comptes au destin et payer le prix de sa trahison. Ce dernier, en entendant son nom, prépara ses défenses. Ahriman sentait l’esprit de Tolbek parcourir le vaisseau, sonder les esprits, fouiller tout simplement et il s’efforça de dissimuler son esprit derrière un miroir, de faire le vide dans ses pensées. Alors que Tolbek prétendit que La Purge n’avait pas ce qu’il cherchait et n’avait que des Sorciers de pacotille, il tourna ses yeux vers Ahriman. Un échange psychique eut lieu entre eux et son identité fut révélé. Ahriman refusa de suivre Tolbek qui ne voulait pas lui laisser le choix. Un affrontement chaotique débuta entre lui et Tolbek. D’une pensée, Ahriman élimina les autres Sorciers et champions de La Purge qui se jetaient sur lui. Ahriman tourna son esprit vers le Warp, s’empara des flammes projetés par Tolbek et les projeta vers son ancien frère. Gzrel porta une série de coups de griffes au bouclier psychokinétique d’Ahriman, qui se tourna vers le seigneur de guerre et d’une simple pensée, brisa le lien entre les molécules de son sang. Le seigneur de La Purge se liquéfia sur place. Ahzek Ahriman prit le contrôle d’un champion de La Purge pour qu’il décapite un Sorcier qui l’attaquait avant de déchiqueter l’esprit du champion, dont le corps sans vie s’écroula. Tolbek s’avança vers lui, l’épée à la main mais Ahriman le repoussa et lui martela son esprit, brisant les sceaux et boucliers mentaux en les surchargeant de puissance brute. Il lu demanda qui l’avait envoyé et comment il l’avait retrouvé mais n’eut aucune réponse, Tolbek battant en retraite en disparaissant dans l’obscurité de sa conscience et emportant la vérité avec lui. L’esprit de Tolbek s’immola, se disloquant en fuyant l’invasion télépathique d’Ahriman, réduisant volontairement son armure en métal fondu et son corps en poussière.

Ahriman avait libéré ses pouvoirs longtemps effrénés, et en avait reprit goût. Son esprit, si longtemps émoussé par l’appel du futur, fut inondé de futurs impossibles, ayant même une vision où un Démon lui apparut, lui affirmant que le destin l’avait rattrapé et que mieux, la Rubrication pouvait être annulé.

Au milieu des cadavres de la bataille qui en réalité, n’avait pas duré plus de cinq battements de cœur humains, seul les deux Marines Rubricae, les Effacés, restaient et qui sans Tolbek pour les guider, n’étaient guère plus que des statues. Ce devant d’agir vite en sachant qu’une centaine de guerriers de La Purge se trouvaient sur le Titan Child, et beaucoup plus à bord du Blood Crescent, comprendront très vite ce qui s’est passé, sans compter le vaisseau de Tolbek qui attendait des nouvelles de son maître. Il se retourna en entendant un gargouillement et découvrit Maroth brisé, son corps ayant été envahi durant le combat par Ahriman qui avait brisé son aura déjà très affaibli suite à des pactes faits dans le passé. Il lui ordonna de se lever et de le suivre - si il voulait conserver ses yeux bien sûr. Contre la promesse d’avoir la vie sauve, Maroth lui obéi tandis qu’Ahriman annonça qu’il allait s’emparer du Titan Child pour mettre les voiles. "Horkos" n’était plus, Ahzek Ahriman, l’Archisorcier des Thousand Sons était de retour car quelqu’un le traquait et il se devait de savoir qui et pourquoi.

Le Palais de Sa Propre Mémoire[50]

Ahriman possédait ce qu’il appelait le palais de sa mémoire. En méditation, il accédait à sa mémoire qu’il avait organisé comme un palais fabuleux. Il pouvait se visualiser comme se promenant dans ce palais avec des marches de marbre blanc, sous un ciel bleu et un soleil radieux. Son palais avait des murs scintillants et s’élevait vers le ciel. Des tours occupaient ses différentes terrasses, et ses volets de bois peints étaient ouverts, permettant au vent de souffler dans chaque pièce. Ce palais était le fruit de millions de souvenirs imbriqués les uns dans les autres. Les marches incarnaient son souvenir de l’ascension jusqu’au Temple Blanc du Plateau d’Ionus, la couleur du ciel et la douce chaleur étaient celles de Prospero, et le vent le parfum de son enfance. Le couloir du palais de sa mémoire qui s’offrait à lui était froid avec des puits de lumière bordés de miroirs apparaissant à intervalles réguliers dans le toit. Ce couloir était flanqué de portes en différentes pièces où était bordée des étagères, du sol jusqu’en haut des murs et dans laquelle se trouvait un souvenir. Il entretenait régulièrement son palais de la mémoire et pouvait ainsi retrouver des souvenirs enfouis, s’y promenant quand il le voulait.

Avec Maroth, Ahriman, l’épée de Tolbek en main, croisa des éléments de La Purge qui ne soupçonnaient encore rien et alla dans la prison du vaisseau, se retrouvant face à un Space Marine de La Purge qui avait un esprit comparable à celui d’une enclume et un groupe de contremaîtres mutants aux épaules voûtées qui servaient de sentinelles. Il s’empara du corps de Maroth psychiquement afin qu’il joue toujours le rôle du premier Sorcier arrogant de La Purge face au gardien.

Finalement, il retrouva Astræos dans sa cellule. Ahriman apprit à l’Archiviste qu’il avait tué les chefs de La Purge et qu’il venait pour le libérer lui et ses frères captifs. Il exigea en retour une totale obéissance à ses ordres. Astræos refusa, mais Ahriman le libéra quand même, forçant Astræos à lui rembourser sa vie qu’il venait d’épargner. L’Archiviste fini par accepter, lui demandant juste de lui dire son vrai nom, ce qu’Ahriman consenti à faire. Laissant Astræos se venger de Maroth en lui arrachant un œil, il parti en quête de la Technoprêtresse Carmenta, la seule qui connaissait bien l’Esprit de la Machine du Titan Child. Une série de meurtre des éléments de La Purge fut effectué par Ahriman, Astræos et ses deux frères Space Marines libérés - et borgnes aussi, - alliant pouvoirs psychiques et discipline martiale. Contactée par Astræos, Carmenta les retrouva et se brancha avec des câbles dans la passerelle, se liant avec l’Esprit de la Machine du vaisseau pour le démarrer. Carmenta réveilla le Navigator du vaisseau, un dénommé Egion, afin qu’il conduise le navire dans le Warp. Afin de partir, le Titan Child tira à bout portant avec ses armes sur le Blood Crescent, envoyant un faux signal qui fit croire à La Purge que le responsable de cette attaque était le vaisseau de Tolbek, déclenchant une bataille spatiale.

Avec ses nouveaux compagnons, Ahriman s’échappa dans l’Immaterium.

Alors que le Titan Child voyageait dans le Warp, Ahriman retrouva les deux Effacés dans la salle du trône toujours envahi de cadavres. Alors qu’il en examinait un, celui-ci lui prit le poignée et la gorge et le souleva, prononçant psychiquement son nom avec colère. Ahriman regarda l’Effacé dans les yeux et prononça le nom de cet ancien guerrier, Helio Isidorus, le figeant puis lui ordonnant mentalement de le libérer ce que la créature fit. L’autre Effacé se nommait autrefois Mabius Ro et il leur ordonna d’attendre son retour, refusant d’en faire ses esclaves.

L’Entraînement d’Astræos[51]

Ahzek Ahriman se mettra à entraîner l’Archiviste Astræos sur le Titan Child. L’objectif d’Ahriman étant de lui apprendre à partager leurs forces, pour devenir plus forts en ne faire qu’un. Ils effectuèrent des exercices psychiques mêlant patience et visions. Ahriman avait besoin d’Astræos pour voguer dans l’Œil de la Terreur et pour cela, il avait commencé à remodeler les principes d’entraînement de l’Archiviste dont l’esprit avait été bâti sur le principe d’une forteresse, mais pour survivre dans les marées du Warp, il lui fallait apprendre à chevaucher la marée, et non lui résister. Bien que réticent au début, Astræos commencera à percevoir de nouvelles possibilités.

Ahriman retrouva Maroth, qui avait eu les deux yeux arrachés, près de l’endroit où le Sorcier avait enfermé le Démon dans le corps de Cadar, Astræos s’étant vengé sur lui pour ce qu’il avait fait à son frère. Ahriman rejoignit l’Archiviste qui contemplait Cadar, lui expliquant alors que son frère était mort, son enveloppe habité par un habitant du Warp. Furieux qu’Ahriman ait gardé le secret pour lui, Astræos lui mit une lame à la jointure de son cou, refusant que Cadar devienne une arme corrompue. L’ancien Maître Archiviste le lui promit, jurant qui si jamais il trouvait un remède, il l’appliquerait sur le Space Marine Possédé, ce qui calma Astræos qui s’accrocha à l’espoir qu’Ahriman tienne parole et ne le trahisse pas. Ahzek Ahriman remarqua qu’il était observée par Carmenta, comprenant qu’elle avait été bannie par l’Adeptus Mechanicus pour les expériences qu’elle avait pratiquée avec l’Esprit de la Machine du Titan Child et qu’elle était en cavale. Il lui promit de ne pas s’emparer de son navire, ce qui était sincère. Confiant, la Technoprêtresse lui proposa de l’emmener où il voulait. Ahriman décida de retourner là où se trouvait son passé et parti à la recherche de ses frères de la cabale.

Malheureusement, il constata leurs décès, notamment lorsqu’il retrouva les restes de son frère dénommé Memunim parmi les décombres d’un vaisseau des Night Lords écrasé sur une lune proche de l’Œil de la Terreur. Ahriman avait aussi constaté que ces morts avaient été provoqué suite à l’arrivée d’un émissaire de la Confrérie de la Poussière qui leur avait laissé le choix de les rejoindre ou de périr. Malgré les questionnements des Space Marines renégats qui le suivaient, il décida d’effectuer un dernier voyage vers un Thousand Son qu’il avait ouïe dire avoir survécut, ce qui le conduira plus près de l’Œil que les autres voyages précédents.

L’Oracle aux Yeux Multiples[52]

L’Oracle aux Yeux Multiples était autrefois le Thousand Son Menkaura, ancien membre de la cabale d’Ahriman qui l’avait accompagné durant la Quête des Éclats de Magnus et la Bataille de Terra. Devenu on ne sait comment un devin démoniaque, c’était une créature qui se déplaçait en lévitant, portant une armure peut-être jadis faite pour un Space Marine, mais il n’en était plus un depuis longtemps car sa surface coulait comme du mercure. Un casque de bronze lisse, sans trous pour les yeux, la bouche ou le nez, cachait son visage. De petits orbes blancs et bleus tournaient autour de l’Oracle comme des planètes autour d’un soleil et Ahriman constata en regardant l’un des globes qu’un l’iris bleu et la pupille noire d’un œil l’observaient en retour. Ahriman avait entendu parlé de lui à plusieurs reprises durant son exil. Les Sorciers en parlaient en s’étouffant et les possédés en geignant. Il avait toujours craint que le Menkaura de ces récits soit son frère d’antan. Maintenant, il savait, mais ce n’était plus l’un de ses semblables, pas vraiment en tout cas. Elle avait transcendé son statut de mortel et il se devait de la craindre, et non plus se fier à elle.

Le Navigator Egion fut réveillé pour pouvoir guider le Titan Child aux abords de l’Œil de la Terreur, en communion avec Ahriman qui le dirigea dans les marées de l’Immaterium. Ils arrivèrent dans un système avec un soleil bleu vif qui brillait d’une lumière froide. Des voiles de gaz pâles encombraient le vide et une planète se dessina entre les poches de gaz, sa surface couverte de spirales ocre et rouge foncé avec une lune noire suspendue. Ce satellite était l’objet de la visite d’Ahriman qui y débarqua seule avec une navette sur le sol noir d’une caverne, aussi lisse que du verre poli. Il s’y engouffra, happé par la brume épaisse, découvrant au fil de sa marche des statues de pierre blanches, certaines les bras levés en signe de bienvenue, mais d’autres paraissant terrifiées. Des yeux sculptés l’observaient, et il eut le sentiment qu’on le suivait du regard. En outre, il n’était pas seul car il vit en levant les yeux vers une trouée dans le brouillard une créature qui marchait au plafond, possédant des membres fuselés et des articulations inversées, comme les oiseaux, des plumes atrophiées couvrant sa peau visible entre des plaques de son armure saphir et portant une hallebarde au fer poli argenté. Il en vit d’autres, de grandes créatures casquées, des espèces d’oiseaux voûtés au long bec et vêtus de robes jaunes, des choses trapues pourvues de nombreux bras et d’armures d’écailles argentées. Enfin, lorsqu’il commença à se demander s’il n’allait pas tourner en rond éternellement, il retrouva au pied d’une pièce sphérique dans laquelle aurait pu tenir un Titan de Bataille. La lumière était vive et crue, mais il n’en distinguait pas la source, les murs noirs étaient parfaitement lisses, mais n’offraient aucun reflet et il ne vit aucune porte. Quand il se retourna, il n’y avait plus trace de l’endroit par lequel il était entré. Mais une voix l’accueillit et Ahriman vit l’Oracle qu’il était venu voir, un ancien Space Marine qui lévitait devant lui, les bras ballants, les mains grandes ouvertes. Il constata que c’était son ancien frère Menkaura, devenu un être bien différent. Il lui annonça avoir des questions, mais l’Oracle le mit en garde, car un tribut était exigé en retour, ce tribut étant la réponse sincère à une de ses questions. Ahriman lui demanda alors ce qui lui était arrivé, Menkaura affirmant en riant que c’était le temps et les choix qui changeaient toutes choses. L’Oracle lui expliqua que le destin était comme une toile qui nous prenais tous dans ses fils, et que de chaque choix naissaient des milliers de possibilités, qui elles-mêmes en entraînent d’autres, jusqu’à ce qu’on ne puisse plus démêler le début de la fin, pour ainsi dire. C’est alors qu’Ahriman vit dans son esprit des fils dorés par milliers, par dizaines de milliers, par millions, qui s’enfouirent dans la trame noire du temps, se chevauchant et s’entrecroisant sous ses yeux. Il sentit son esprit chanceler, avant de s’enflammer d’admiration. Puis l’Oracle lui prophétisa la disparition des Thousand Sons, qui redeviendront poussière et que les survivants deviendront comme lui. Enfin Ahriman lui posa la véritable question qui l’avait amené ici : qui le traquait ? Peu rassurant, l’Oracle annonça que sur chaque monde, il y avait toujours au moins une personne disposer à le traquer…

Mais l’Oracle lui donna un nom : Amon, le puissant Sorcier de la Légion et ancien Écuyer de Magnus le Rouge, celui qui avait vu tout ses espoirs brisés par Ahriman. Amon ambitionnait de prendre d’assaut la Planète des Sorciers s’il le faut, et défiera la Cour du Changement. Il traquait Ahriman pour ses connaissances sur la Rubrication qui pouvait, peut-être, être défait. Cette dernière information enflamma Ahriman qui décida de tout faire pour corriger ses erreurs.

Comme tribut, l’Oracle demanda à Ahriman pourquoi il ne c’était pas laissé mourir après son bannissement, Ahriman lui répondant que c’était parce qu’il était toujours habité par le rêve de l’espoir.

En reprenant sa navette pour rejoindre le Titan Child, Ahriman fut la cible d’une attaque surprise surgit du Warp. Les cloisons de sa navette luirent et devinrent translucides tandis que des formes portées par les vents de tempête fonçaient sur son appareil. Ahriman voyait au travers du métal de l’appareil comme s’il s’agissait de verre et constata que c’étaient des Space Marines du Chaos volants, des Serres du Warp, qui tentaient de pénétrer dans son appareil pour le pendre vivant. Une Serre du Warp fit une brèche dans la navette et Ahriman l’affronta, usant de ses pouvoirs pour le neutraliser bien que blessé par le monstre au niveau du ventre. La navette parvint à atteindre le hangar du Titan Child, où attendaient Astræos et ses frères, et s’écrasa, tuant a plupart des Serres du Warp, les derniers survivants étant abattus par les Space Marines. Ahriman s’extirpa de l’épave, miraculeusement vivant.

Devant l’enchaînement des évènements, Ahriman fut forcé d’expliquer à ses compagnons de route son passé et qu’il était traqué. Afin de gagner leur confiance, il les invita sans son esprit, sa mémoire, ayant la forme d’un magnifique palais ou chaque pièce gardait un des souvenirs de sa vie. Dans l’une d’elle se trouvait un livre posé sur le piédestal. Il l’ouvrit, et la pièce fut remplacé par un paysage de la Planète des Sorciers, lors de la Rubrication. Les Space Marines et la Technoprêtresse furent témoins de la Rubrication et du bannissement de la cabale d’Ahriman par Magnus. Revenant dans la réalité, Ahriman leur expliqua qu’Amon voulait certes se venger de lui, mais que son intelligence et son ambition cachait autre chose, chose qu’il se devait de découvrir.

En quête de réponse sur le pourquoi Amon voulait mettre la main sur lui, Ahriman retrouva le Démon habitant le corps du Space Marine Cadar, solidement attaché dans une cellule du Titan Child, l’interrogeant sue les visées maléfiques d’Amon. Mais la créature était une entité stupide, ne pensant qu’à manger.

Le Titan Child sorti du Warp prêt d’une gigantesque station spatiale morte, un lieu qui avait accueillit des dizaines de milliers d’âmes autrefois, mais étaient mortes depuis longtemps suite à une attaque violente. Ce lieu était un relais astropathique auquel Ahriman avait contribué à détruire autrefois. Il débarqua dans la station en ruine en compagnie d’Astræos, Thidias et Kadin et retourna dans le lieu où il avait assisté à un sacrifice d’Astropathes sur des bûchers, mené à l’époque par une bande qu’il servait, la Confrérie des Ténèbres. En parcourant les couloirs du relais astroapthique, Ahriman sentit l’hostilité de Kadin lui titiller la nuque à chacun de ses pas. Le guerrier était animé d’un vif sentiment d’amertume et Ahriman n’avait pas besoin de lire ses pensées pour s’en rendre compte. Il atteignit la chambre chorale et se prépara à mener une invocation. Il installa quatre-vingt-dix-neuf bols tournoyant au bord de la pièce, flottant dans la chambre chorale, tournant sur eux-mêmes à différentes hauteurs du sol et refermant tous des cristaux d’encens. Puis il s’empara d’un Athamé et entama un chant psychique qu’Astræos tenta de suivre avec des difficultés, malgré l’entraînement reçu d’Ahriman. Le Warp s’accumula et les lumiglobes explosèrent en une sphère d’étincelles, puis Ahriman enfonça le poignard dans sa main et une créature apparu, se formant sous ses yeux. C’était un Démon qui avait pris la forme de son frère jumeau décédé, Ohrmuzd. Il lia le Démon à sa volonté et le mit à genoux, exigeant qu’il lui donne des informations sur Amon mais le Démon affirma que ces informations étaient cachées aux entités du Warp. Néanmoins, il apprit à Ahriman qu’Amon le détestait non pas pour ce qu’il avait fait, mais parce qu’il avait eu raison, mais qu’il avait échoué. Il lui proposa de lui montrer où se trouvait Amon. Ahriman tendit la main et toucha celle du Démon. Un motif se dessina dans son esprit, accompagné de formules, de métaphores et de rituels ; une voie vers les étoiles, dans l’espace et dans l’impossible. C’était un piège et la créature en profita pour briser les liens qui la retenait. Ahriman comprit alors que si il avait entravé cette entité, quelqu’un l’avait fait avant lui : il avait invoqué un Démon qui servait quelqu’un d’autre. Le Démon déclara qu’il avait pour mission d’apporter son esprit à son maître afin d’être libéré. Ahriman, à deux doigts d’être dévoré par le Démon devenu une monstruosité à plume, fut sauvé par Astræos qui enfonça son épée dans le dos du monstre. D’autres Démons sortirent de l’ombre et attaquèrent, forçant l’ancien Maître Archiviste à former avec Astræos un dôme de force qui explosa, projetant les Démons en tout sens. Accompagné de son camarade, il s’extirpa de la pièce et courut rejoindre son transporteur. Il projeta des flammes depuis son épée, mais les Démons touchés se divisèrent en plus petites créatures. Il était totalement perdu quand surgit Thidias, de retour en patrouille, qui lui donna les informations nécessaires pour retrouver son chemin. Thidias avait pris la décision de rester, refusant de continuer une vie de paria. Il offrait à Ahriman et à Astræos du temps pour s’échapper, en retenant les Démons, finissant par mourir avec courage sous les coups des horreurs du Warp. Ahriman retrouva son transporteur et pénétra à l’intérieur, découvrant alors Kadin, atrocement mutilé. Le transporteur décolla à temps et Ahriman et les deux Space Marines rejoignirent le Titan Child en flammes à cause d’attaque de Démons dans l’espace qu’Ahriman avait involontairement invoqué durant son rituel raté. C’est là que Kadin l’attaqua en lui envoyant une décharge d’énergie en pleine poitrine. Le Space Marine avait été possédé par un Démon durant son séjour sur la station, un parasite, serpentant dans son sang et ses os comme des chaînes cornues et transformant peu à peu son corps en une abomination. Ahriman projeta son esprit pour le soumettre, mais alors il sentit qu’un autre Démon en profita pour remplacer l’autre entité dans le corps du Space Marine. Le nouveau venu releva Ahriman en prenant délicatement sa tête entre ses deux mains. Il sentit la créature l’observer, contempler son âme et il tomba dans les pommes.

Six jours plus tard, Ahriman se réveilla après avoir été soigné par Carmenta. Il apprit qu’Astræos était vivant, que Kadin était une cuve d’immersion sanguine et que pire que tout, le Titan Child était à l’arrêt car le Navigator Egion était mort en ayant tenté de s’échapper dans l’Immaterium aux Démons qui s’en prenait au vaisseau, condamnant Ahriman et son équipage à errer au milieu du néant pour l’éternité. Il s’excusa auprès de la Technoprêtresse pour avoir failli détruire son vaisseau. Ahriman constata qu’il était au niveau de la Porte Cadienne, apercevant le Monde-Forteresse de Cadia au loin. Il soupçonna qu’Amon était celui qui avait lié le Démon qu’il avait invoqué pour le piéger mais le Démon lui avait montré comment le trouver.

Sur l’insistance d’Astræos, Kadin fut réveillé de son coma, restant attaché à des chaînes polies et sorti de sa cuve de sang. Mais très vite, il fut constaté qu’il avait comme un vide dans son esprit bien que la possession démonique semblait s’être dissipé. Sa psyché était comme celle d’un fantôme d’un membre perdu, ses émotions et ses pensées n’étaient plus connectées, et ses souvenirs étant grêlés de bribes et de vides. Carmenta dota le Space Marine mutilé d’augmentique afin qu’il puisse continuer à servir Ahriman.

L’ancien Maître Archiviste rejoignit la tour panoramique du Titan Child afin de guider le vaisseau dans l’Immaterium, remplaçant le Navigator en envoyant des injonctions psychiques à Carmenta en cherchant à éviter les récifs et les tempêtes Warp. En sortant dans l’espace réel, il avait placé le navire en position stationnaire, dans l’espace réel et assez prêt de Cadia pour voir la lumière de son étoile.

Ahzek Ahriman avait en effet un nouveau plan : mettre la main sur un nouveau Navigator.

Par chance - ou pas, - un vaisseau qui avait mis le cap sur Cadia était à portée, le Lord of Mankind, qui revenait d’une expédition d’augure dans l’Œil pour collecter des informations sur la nature de cette région et son état actuel. Manque de bol, c’était un vaisseau de l’Inquisition avec trois de ces charmants membres à l’intérieur… Le Lord of Mankind fut intrigué par la présence du Titan Child et mit un cap d’interception droit sur lui.

Ahriman vit le vaisseau inquisitorial arrivé. Son plan était simple et consistait à neutraliser ses moteurs en portant une attaque surprise. Après quoi, lui, Kadin et Astræos aborderaient l’appareil immobilisé pour y chercher le Navigator avant de partir sans demander leur reste. Évidement, Ahriman avait conscience qu’il avait toute les chances de périr durant cet acte désespéré. Carmenta ressentit alors la peur du Titan Child, apprenant à Ahriman que c’était l’Inquisition qui était venu les inspecter. Présentant une présence hostile, le Lord of Mankind se préparer à tirer. Rapidement, Ahriman ordonna à Astræos et à Kadin à venir le rejoindre. Il laissa sa conscience atteindre le point de concentration parfait, sentit les pensées d’Astræos résonner avec les siennes et commença à entremêler ses pensées, à projeter des motifs distincts qui tournoyaient dans son esprit comme des roues dentées, chacune amoncelant de l’énergie. Le motif qu’il avait gravé par terre se mit à briller, et une lumière orangée apparut là où ils se tenaient. Son esprit en appela aux symboles, qui lui répondirent. Son esprit entra en contact avec la conscience de l’Archiviste et se connecta à elle. Tout autour d’eux, le Titan Child disparut et l’esprit d’Ahriman traversa l’espace comme une comète incandescente. La forme physique d’Ahriman et de ses deux compagnons se retrouva dans un éclat de lumière blanc. Il prononça une nouvelle phrase et il fut entourés d’étoiles, dessinant des arcs-en-ciel brisés qui se découpaient sur le vide spatial avant de se retrouver à l’intérieur du Lord of Mankind, alors en alerte.

Malgré le succès de son rituel de transfert, Ahriman fut très perturbé par ce vaisseau qui possédait des générateurs de champ d’inhibition et des sceaux d’argent, ainsi que des dispersants psychiques et autres champs inhibiteurs qui parsemaient sa structure. Il fut très vite, ainsi qu’Astræos et Kadin, la cible des soldats impériaux à bord. Ahriman libéra une tempête psychique qui les pulvérisa puis il projeta son esprit qui arpenta le Lord of Mankind, notant chaque détail et traçant un plan dans son esprit. Il sentit enfin l’esprit d’un Navigator et repéra sa position. Son esprit retourna dans son corps, et il chargea Astræos de capturer le Navigator tendit qu’il restait pour maintenir le lien mental avec le cercle rituel inscrit sur le pont de la cale du Titan Child, un un fil d’Ariane capable de les ramener dans leur navire. Astræos s’acquitta de sa tâche et mit la main sur le Navigator du Lord of Mankind, un dénommé Silvanus Yeshar, Navigator Primus de la Maison Yeshar, qui fut ramené par la peau du cou jusqu’à Ahriman qui sentit en parallèle l’arrivée de créatures étranges, des séraphs, issus d’un processus d’arcoflagellation, mais d’un tout autre niveau, chacun d’eux était un paria, une âme sans âme, une créature qui ne projetait pas d’ombre dans le Warp et qui était immunisée contre ses pouvoirs. Ce fut le trio d’Inquisiteurs qui avait libéré ces horreurs, tandis qu’ils marchaient droit vers la position d’Ahriman. Cela tomba au plus mauvais moment, car alors Ahriman s’apprêtait à retourner avec sa proie sur le Titan Child, la présence des parias créant un vide Warp autour de lui. Il recréa un portail Warp qui menait droit dans le Titan Child et que l’Archiviste emprunta avec le Navigator. Un seraph fonça droit sur Ahriman paralysé dans son rituel, mais il fut sauvé par Kadin qui terrassa le premier paria, puis les suivants. Alors que le portail s’effondrait, Ahriman vit une femme mince et élancée, portant une armure orange et noir, une Inquisitrice possédant un don psychique, Selandra Iobel. Elle leva son Pistolet Bolter et tira au moment même où Ahriman et Kadin disparaissaient dans le tunnel Warp.

De retour sur le Titan Child, Ahzek Ahriman constata qu’il avait été grièvement touché par les tirs de l’Inquisitrice, une balle étant rentrée par l’articulation de son aisselle et qui lui avait perforé le torse. Sombrant dans l’inconscience, il se retrouva dans le palais de sa mémoire et pénétra dans une pièce qui lui montra alors l’esprit de l’Inquisitrice Iobel, avec qui il avait été en lien quelques instants, et qui lui fit découvrir un grand secret qu’elle détenait : l’Athenaeum de Kallimakus, les vastes connaissances que le scribe personnel de Magnus avait conservé. Pire, il avait vu que les Inquisiteurs avaient mené une reconnaissance dans l’Œil de la Terreur pour de recueillir des informations sur les Thousand Sons en vu d’annihiler la Planète des Sorciers.

Sortant du coma, il était à une table d’opération, Carmenta tentant d’enlever les balles. Mais il sentit que deux se trouvaient enfoncés près du cœur, et bien que sachant que ces balles le tueront un jour, il ordonna la saturation de sa plaie. Il rencontra Silvanus et se présenta à lui, lui donnant pour mission de devenir le Navigator du Titan Child et qu’il se devait de l’amener vers un endroit précis : il posa ses doigts contre le crâne de Silvanus et lui envoya psychiquement le chemin que le Démon invoqué dans le relais astropathique lui avait donné. Vers Amon.

Le Titan Child a surgit prêt d’un rassemblement de centaines de navires qui tournaient autour d’un bâtiment plus gros que les autres, possédant une cité de tours d’argent qui lui hérissait le dos. Ahriman reconnu le vaisseau d’Amon, le Sycorax. Il comprit que son ennemi avait rassemblé une vaste force qui n’était pas composée uniquement de vrais Thousand Sons, certains n’étant que des charognards qui espéraient surfer sur les flammes de l’ascension d’Amon. Le Titan Child désactiva l’ensemble de ses systèmes et dériva au cœur de la flotte ennemie, protégés par un camouflage psychique crée par Ahriman, ses boucliers baissés, ses réacteurs ne produisant qu’une lueur ambrée, ses détecteurs disposant d’une alimentation minimale, si bien que le vaisseau était presque aveugle.

Mais Carmenta, craignant pour sa vie et la survie de son vaisseau bien-aimé, et considérant Ahriman comme la cause de tous ces malheurs, contacta en secret Amon pour lui révéler la présence d’Ahriman. Ce dernier fut attiré par la suite sur le pont de commandement du Titan Child par la Technoprêtresse annonçant un problème non identifié. En parallèle, quand Amon apprit la présence de son ennemi, il envoya trois Storm Eagles glisser dans l’espace en formation triangulaire avant de pénétrer dans la passerelle du Titan Child, les portes du hangar d’atterrissage s’ouvrant devant eux. Les trois Storm Eagles se posèrent sur le pont et des Marines Rubricae débarquèrent, menés par trois Sorciers dont les casques étaient surmonté d’un imposant cimier, un cobra pour la première, le serpent jumeau pour la seconde, et un disque solaire pour la troisième. Un Serviteur envoyé par Carmenta les accueillit et les guida vers la passerelle. Ahriman atteignit à son tour la passerelle qu’il retrouva totalement vide. Là, il sentit la présence des trois Sorciers et de vingt-quatre Effacés puis en un instant, il évita un coup violent. Les hommes d’Amon l’attendait et s’en prirent à lui. Ahriman affronta physiquement et psychiquement les trois Sorciers, encerclés par les Effacés. Après une terrible lutte, il parvient à mettre hors d’état de nuire ses assaillants, sans les tuer, malgré de sérieuses blessures recevant au corps. En levant la tête, il aperçut une particule de lumière dorée suspendue au milieu de la pièce et qui enfla à la manière d’une bulle soufflée. Les étoiles se mêlaient à la nuit en son cœur et les contours des trois silhouettes apparurent plus distinctement : deux d’entre elles portaient une armure rouge et une robe blanche et la troisième portait une robe bleue en soie par-dessus son armure et il tenait un bâton argenté surmonté du symbole du soleil reptilien. Mais il possédait surtout un casque portant des cornes qui s’élevaient du sommet, des tempes et des joues à la visière parfaitement lisse et dont les yeux qui l’observaient depuis les étroites fentes évoquaient deux braises rougeoyantes : le casque d’Amon.

Les silhouettes sortirent du tourbillon de couleurs et d’étoiles et Ahriman se retrouva face à son vieux rival, qui ordonna qu’on le relève, tout en exprimant sa satisfaction de le retrouver. Il fit emmener Ahriman sur son vaisseau, le Sycorax, avant d’attaquer psychiquement Carmenta, qui avait observé la scène à travers des scanners internes et des pict-lentilles, la laissant pour morte. Récupérant l’épée de Tolbek, Amon ordonna à deux acolytes d’aller rechercher les deux Marines Rubricae qu’avait emmenée avec lui son émissaire avant d’être tué par Ahriman.

Ahriman fut attaché aux poignets et aux chevilles par d’épaisses chaînes tendues depuis le plafond sous le poids de son propre corps. Enfermé dans une pièce privée de lumière et à l’abri du pouvoir du Warp, il reçu la visite d’Amon qui l’accusa d’avoir détruit leur Légion et qui lui apprit qu’il avait l’attention d’annihiler les restes des Thousand Sons, persuadé qu’il n’y avait plus de retour en arrière possible, pas de pardon pour ce qu’ils avaient faits. Il ambitionnait de briser la Rubrication et de la retourner contre elle. Amon demanda à Ahzek Ahriman pourquoi il n’avait pas utilisé les Effacés qu’il avait pris à Tolbek, Ahriman lui répondant que ses frères n’étaient pas des esclaves, ce qu’Amon ne pouvait comprendre car à ses yeux, l’ancien Maître Archiviste en avait fait des esclaves par son rituel sacrilège, ce que le principal intéressé consentit à reconnaître. Puis Amon lui demanda de lui dire tout ce qu’il savait de la Rubrication afin d’offrir la paix définitive aux Thousand Sons. Ahriman acquiesça et Amon prononça alors une interminable série de syllabes qui résonnèrent dans la pièce, Ahriman sentant les sceaux anti-psychique disparaître les uns après les autres et le grand océan du Warp le balayer à nouveau. Puis il fouilla dans sa mémoire et la Rubrication, sa préparation, ses sources et son rituel, apparut alors dans ses moindres détails. Ses souvenirs passèrent entre lui et Amon qui repartit ensuite, le remerciant.

Les Cyrabors[53]

Les Cybrators étaient un clan de mécamanciens corrompus depuis très longtemps. Leurs maîtres avaient prêté allégeance au grand sorcier Amon, circulant entre les vaisseaux de sa flotte, caressant leur carlingue, branchant ou débranchant des tuyaux et des câbles en marmonnant dans une langue chuintante. Ils possédaient des masques d’oiseaux en bronze vert-de-gris qui dissimulaient leurs traits et ils portaient de larges robes ocre. Leurs services étaient une bénédiction du dieu aux yeux multiples, les Cyrabors voyant les Sorciers qu’ils servaient avec peur et admiration.

Ahriman ne dut son salut que par l’action d’Astræos qui avec Kadin et Maroth, élimina les deux acolytes chargés par Amon de récupérer les deux Marines Rubricae et qui soumis le Démon habitant le corps de Cadar afin d’en faire une arme à son service. Ensemble, ils prirent le Storm Eagle de guerriers d’Amon et foncèrent doit vers le Sycorax, se faisant passé pour des membres des forces d’Amon. Déguisés avec l’armure d’un deux acolytes tués, Astræos se retrouva face à des serviteurs corrompus d’Amon, les Cyrabors, qui soupçonnèrent quelques chose d’anormale. Contrôlant les deux Marines Rubricae de Tolbelk, il engagea le combat, abattant les aberrations. Il fut rejoint par Kadin qui portait le corps de Carmenta, à peine vivante et suivit par le Navigator Silvanus. La Technoprêtresse fut branchée à des machines du Sycorax, prenant le contrôle du navire et activant les sas anti-explosions donnant sur le vide pour se débarrasser des Cyrabors. Carmenta s’empara des systèmes du vaisseau d’Amon en faisant sauter ses protections les unes après les autres et provoquant des catastrophes au sein du navire qui tua une partie de l’équipage.

Tout Ira Bien, Az[54]

Enfermé dans sa cellule sur le Sycorax, Ahriman retourna dans le palais de sa mémoire, y retrouvant son frère mort, Ohrmuzd. C’était son souvenir de la veille du jour où lui et son jumeau étaient devenus aspirants de la quinzième Légion. L’image Ohrmuzd l’encourage à se battre et à s’affirmer, à ne pas laisser tomber, tout en lui assurant que tout ira bien.

Ahzek Ahriman vit la porte de sa cellule exploser par l’Archiviste accompagné du possédé Cadar qui flottait et des deux Effacés. Ses chaînes furent brisés et ensemble, ils s’enfuirent, Ahriman ne portant qu’un humble vêtement et souffrant toujours avec d’une blessure au torse. Il était poursuivi par des Marines Rubricae et dans un moment d’affirmation, leur fit face, comprenant que le destin l’avait rattrapé et qu’il était temps de l’embrasser. Il utilisa ses pouvoirs et prit le contrôle des Marines Rubricae, prononçant à chacun leurs noms dans son esprit et entendant leurs voix mortes lui répondre. Il rejoignit le hangar où attendait le Storm Eagle, gardé par Kadin qui protégeait la Technoprêtresse et le Navigator face à des Effacés et des Sorciers qui s’engouffraient dans la pièce par une porte anti-explosion fondue. Ahzek Ahriman regarda l’armée d’Effacés réunie dans le hangar et prononça leurs noms, les déclama dans le Warp comme les notes d’une chanson et ils cessèrent de tirer. Les trente-six Sorciers présents furent surpris avant d’envoyer d’énormes pièces de machines abîmées droit sur Ahriman qui d’une pensée les désintégra sous la forme d’une fine pluie de sable métallique.

Désormais possesseur de l’armure et du casque d’Amon, Ahzek Ahriman embrassa son destin d’Archisorcier, partant dans une quête de plusieurs millénaires.
AhrimanLExilé.jpg

À cet instant, Amon apparut et Ahriman déclara dans une pensée qui fut entendu par tout ceux présents sur le vaisseau et dans toute la flotte, qu’il refusait de le laisser détruire leur Légion. Il accusa Amon de s’être laissé aveuglé par le désespoir, ce qu’il comprenait, mais affirma qu’une autre voie existait. Il prit l’épée tenue par Astræos et projeta son esprit dans son noyau de cristal, les serpents dorés décorant la lame se mettant à brûler et à se tortiller tout le long. Il fit face à son adversaire à neuf pas de lui, Amon projetant des flammes blanches de ses yeux tandis qu’Ahriman lui opposa un mur de force contre lequel elles s’écrasèrent. En même temps, il affronta son ennemi avec son épée, son ennemi faisant tournoyer son bâton en retour. Ahriman fut mit à terre et blessé mais alors qu’Amon s’apprêtait à la carboniser, Ahriman lui expliqua que la Rubrication faisait partie intégrante des Thousand Sons désormais, qu’il était en eux et qu’il les reliait. Et ce pouvoir lui appartenait.

Ahzek Ahriman prononça les derniers mots de la Rubrication et un vent violent se leva. La forme luisante d’Amon fut bientôt prise dans une véritable tornade et fut réduite en poussière. Son armure vola en éclats qui s’éloignèrent les uns des autres et enveloppèrent le corps d’Ahriman jusqu’à ce que le casque cornu d’Amon glisse sur son crâne.

Vainqueur, Ahriman déchaîna sur les Sorciers et les Effacés présents des flammes qui calcinèrent le laque rouge, symbole d’Amon, de leurs armures avant que les flammes ne prennent une teinte bleue, et leurs armures argentées une couleur saphir. Il s’agenouilla et pencha la tête devant eux, exprimant ses regrets avant d’annoncer un nouveau départ.

La plupart des vaisseaux de la flotte d’Amon prêtèrent allégeance à Ahriman, propulsé soudainement au rang de puissant Seigneur de Guerre. Il avait donné ordre d’abattre ceux qui refusaient de s’incliner devant lui ou qui tentaient de s’enfuir. La plupart des bandes de guerre attirées par la flamme d’Amon n’avait pas eu de problème à se mettre à son service et parmi les Thousand Sons, seuls deux groupes avaient refusé de s’agenouiller devant lui : Calitiedies, le seigneur d’un ordre de Sorciers issus d’une demi-douzaine de Légions, qui s’était enfui le premier et le Deuxième Cercle qui n’avait ni tiré, ni répondu à son appel. Ahriman laissa partir ses frères avant de retrouver Carmenta, désormais branchée sur le trône de commandement du Sycorax, devenant d’une certaine manière le vaisseau à part entière. Il lui pardonna sa trahison, croyant en la rédemption, mais lui annonça la destruction imminente du Titan Child, alors en perdition. Astræos devint l’un des ses lieutenants tandis que le Démon possédant Cadar fut de nouveau enfermé dans une cellule, bien qu’il se révéla apparemment bien plus sournois que prévu et à la seule connaissance de Maroth…

Bien que sachant que la voie qu’il empruntait désormais serait parsemée de sang et de ruine, Ahzek Ahriman, l’Archisorcier, était né et allait devenir l’un des pires fléaux de l’Imperium.[55]

L'Oracle Mort

Le Visage d’Ahriman[56]
VisageAhriman.jpg
Ahzek Ahriman avait une peau couleur olivâtre et des yeux bleus. Néanmoins, d’après le Sorcier Thousand Sons et bras droit d’Abaddon le Fléau, Iskandar Khayon, si la Rubrication d’Ahriman avait empêché les Thousand Sons qui étaient dépourvus de dons psychiques - et au prix de la destruction de leurs enveloppes physiques - de muter, les autres étaient soumis aux caprices du Warp et à leurs propres péchés comme n’importe quelle créature résidant à l’intérieur de l’Œil de la Terreur. Pour Khayon, Ahriman n’était plus intact sous son armure, et que l’Archisorcier était naïf de croire qu’il n’avait pas changé au fil du temps.

Khayon affirmera avoir vu le vide crier là où le visage d’Ahriman se trouvait autrefois…

Désormais à la tête de l’armée d’Amon, Ahriman retrouva dans le Sycorax un ancien de ses frères Thousand Sons, emprisonné par Amon pour avoir refusé de le servir. Ce Thousand Son se nommait Ctesias, un grand spécialiste sur les Démons et leur invocation, mais il avait été privé de ses rêves depuis une éternité. Incarcéré dans une cellule avec avec des menottes argentées aux membres, Ctesias était isolé du monde par des marques et des motifs de protection placés sur les murs et le sol autour de lui. Lorsqu’Ahriman se présenta à lui, portant l’armure et le casque d’Amon, Ctesias fut choqué de le revoir. Ahriman lui demanda son aide, lui promettant en échange de lui redonner ses rêves. Malgré le mépris qu’il avait pour Ahriman, et l’animosité entre eux deux, le Sorcier Thousand Son accepta de le rallier et une fois libéré, il appris que sa mission consistait à aider Ahriman à soumettre une entité, à forger des liens pour enchaîner un être d’essence démoniaque…

La flotte d’Ahriman retourna sur la lune noire où se trouvait l’Oracle aux Yeux Multiples, Menkaura, qu’Ahriman avait rencontré durant sa quête pour arrêter Amon. Avec Ctesias, Astræos et Sanakht - revenu pour le servir - et des Marines Rubricae, Ahriman rejoignit la lune dans un transporteur et retourna dans le tunnel brumeux qui menait dans l’immense pièce sphérique où se trouvait Menkaura, ses nombreux yeux tournant autour de lui tout en lévitant. Ahriman annonça sa présence à son ancien frère qui restait immobile. Finalement, l’Oracle sembla remarquer Ahriman qui affirma qu’un nouveau départ avait commencé mais qu’il avait besoin de trouver une voie vers ce qui sera et pour cela, il lui fallait ses yeux, ses dons et de ses visions.

C’est alors que quelques chose bougea et l’Oracle invita Ahriman et ses compagnons à s’enfuir. Une faille Warp s’ouvrit et des Démons de Nurgle surgirent. Ahriman fut le premier à bouger, son aura devenant une éruption d’un nouveau soleil. Il envoya une lance de chaleur blanche fendre l’air, calcinant la chair démonique tandis que Sanakht, redoutable épéiste, tranchait les tentacules qui se détachaient des parois fissurées. Les Démons apparaissaient de partout, des murs, du sol et du plafond. Un tentacule s’est abattu sur Ahriman, mais les épées de Sanakht l’ont libérées. L’ichor démoniaque commença à tomber, pétillant de fumée tandis qu’Ahriman faisait couler un torrent de flammes à travers la chambre. L’Oracle était toujours suspendu dans les airs bien qu’une corrosion noire s’était répandue sur son armure d’argent et que les yeux qui tournaient toujours autour de lui avaient été frappées de cataractes. Menkaura était puissant, béni des dieux et favorisé par le Warp mais la puissance qui avait tendu ce piège l’avait submergé et s’était emparé de ce lieu pour en faire son domaine, même si elle n’avait pas pu submerger Menkaura complètement. Ahriman vit le corps de l’Oracle se déchirer en son centre et il fut lui et ses camarades projetés dans un jardin en décomposition, le domaine démoniaque du Dieu de la Peste. Là, un être les attendait, sa forme et son aspect commençant sous la forme d’un bulbe de bave pâle avant que sa graisse et ses muscles se mettent à gonfler et à enfler, prenant la forme et la texture d’une plante qui pousse et fleurit, puis s’est comprimé en quelques secondes. Son corps devint un énorme monticule de chair humide et déchirée et sa tête une masse de cornes cassées. C’était le Seigneur des Asticots, le Seigneur de la Fosse aux Pestes, Septième Sangsue de la Douleur. Bien qu’Ahriman était un très puissant Sorcier, il ne pouvait pas vraiment rivaliser avec ce Grand Immonde. Il demanda au Démon Majeur où se trouvait Menkaura, la créature affirmant qu’il n’était plus, ce que l’Archisorcier ne pouvait croire, sachant que les semblables du Démon consommaient, corrompaient et corrodaient, mais ne détruisaient pas. Le Grand Immonde refusa alors de lui remettre l’Oracle, proposant à la place à à Ahriman et à ses compagnons d’embrasser la cause du Dieu de la Peste. L’Archisorcier pourrait ainsi de plus souffrir pour ce qu’il avait fait à sa Légion et retrouver l’espoir, tandis que ces compagnons pourraient eux aussi ne plus souffrir de pertes ayant marqué leurs vies. Pour toute réponse, Ahriman annonça son attention de quitter ce lieu cauchemardesque, provoquant l’assaut des Démons qui l’encerclait. Au nom des conditions dans lesquelles il était arrivé dans ce temple, il renia le Grand Immonde, lui apprenant que le royaume de Menkaura n’était pas un siège de pouvoir mais une cage, ce qui provoqua un début de retour dans la pièce de l’Oracle. Le Démon Majeur compris qu’il s’était fourvoyé et Ahriman exigea alors son nom. Tandis que le Grand Immonde récitait son doux et simple nom qui était Sac’nal’ui’shulsin’grekih’hal’hreknh’gul’rg’shargusal-hu’ne’gorn’shu’sai’savel’rek’hul’scb’th’rx, Ahriman ordonna à Ctesias d’utiliser ses dons pour le lier, connaissant à présent le véritable nom de l’entité démoniaque. Ctesias s’exécuta et commença son rituel. Tandis que les Rubricae tiraient sur les hordes monstrueuses, le Grand Immonde vomit une bile droit vers les Sorciers, vomie qu’Ahriman contra avec un dôme de flammes, protégeant Ctesias qui prononça le nom du Démon et qui sentait l’essence de l’entité dans sa main. Il termina le rituel, et donna ordre au Grand Immonde de s’en aller et de ne plus revenir jusqu’à ce qu’il soit appelé par le puissant praticien des invocations. Le Grand Immonde s’exécuta et disparu, Ahriman et sa troupe se retrouvant de nouveau dans la pièce de Menkaura, Ctesias sombrant dans le combat à cause des efforts déployés.

Plus tard, Ahriman accueillit le réveil de Ctesias à bord du Sycorax, son camarade revenant d’un long et profond rêve, comme promis. Ctesias était furieux d’avoir été manipulé, mais Ahriman nota qu’il semblait considérer faire partie entièrement de sa nouvelle organisation, tout en lui exprimant sa gratitude.

Ctesias comprit grâce à une vision de Menkaura qu’en réalité Ahriman savait que ce Démon viendrait et qu’il l’avait manipulé pour en faire son esclave à travers lui. En réalité, l’Archisorcier avait peur de ce qu’il avait commencé, sachant qu’un destin l’attendait. Une chance d’être beaucoup de choses se rapprochait à chaque pas qu’il faisait, et comme une montagne de feu qui brûlait le ciel au-delà de l’horizon il voyait sa lumière, mais pas sa forme. Il savait que d’autres la voyaient aussi, des puissances qui se déplaçaient dans les royaumes mortels et immortels et qu’il craignait. Et contre ses puissances, Ahriman avait commencé à s’armer contre tout ce qui pourrait essayer de l’arrêter.[57]

Quitter l'Œil de la Terreur

Ahriman et les Dieux du Chaos[58]

Bien que concient de leur existence et de leur puissance, Ahzek Ahriman refusera de se souiller en leur offrant une dévotion dont ils n’avaient pas besoin et qu’ils ne méritent pas à ses yeux. Ceux qui,e consacraient à l’une des Puissances de la Ruine occupaient une place particulière dans mon catalogue de mépris. C’est peut-être en raison de la gratitude avec laquelle ils acceptaient ces dons. Peut-être est-ce parce qu’il n’aimait pas qu’on lui rappelle les mensonges qu’il se racontait. De toute façon, il n’aimait pas ceux qui exaltaient au service des dieux.

Le deuxième service qu’Ahriman exigea de Ctesias fut d’interroger un puisant Sorcier Thousand Sons et de l’éliminer par la suite. Ce Sorcier se nommait Ichneumon, et se trouvait dans la flotte d’Ahriman à bord de son vaisseau, le Nonogramiton. Ahriman voulait que Ctesias soutire à Ichneumon le chemin qui permettait de quitter l’Œil de la Terreur sans passer par la Porte Cadienne, alors fortement militarisé par l’Imperium. Mais méprisant Ichneumon pour s’être totalement offert à Tzeenth - Ahriman détestant ceux qui se voue aux Dieux Sombres - il ordonna à Ctesias d’élimer le sorcier une fois l’information en sa possession.

Ctesias se rendit à bord du Nonogramiton où il fut accueilli par Ichneumon. Ce dernier était un très puissant, révélant à l’envoyé d’Ahriman son visage atrocement muté, signe des faveurs de Tzeentch. Ichneumon ne fut pas dupe de la manœuvre d’Ahriman et emmena Ctseias dans une chambre de son navire, sphérique, avec une circonférence assez grande pour avaler la place centrale d’une grande ville. S’y trouvait au centre une masse de flamme qui s’enroulait et pulsait comme un dragon aveugle. C’était une singularité de changement et de puissance sauvage, où le Warp roulait en son cœur, à l’état brut, sauvage et affamé. Des feuilles de parchemin brûlant tombaient sans fin dans le feu, se transformant en cendres puis se reformant à partir de rien. Ichneumon présenta cette flamme comme étant l’Œil du Changement, le cœur du Nonogramiton, et de tout ce que le Maître du Changement avait offert au Sorcier, montrant ainsi sa puissance. Là, il exigea la promesse de Ctesias qu’en échange de l’information tant souhaité par l’Archisorcier, ce dernier le prendra parmi son cercle proche, proclament qu’Ahriman, malgré son rejet des Puissances de la Ruine, était l’acteur favori de Tzeentch et que tout ce qu’il accomplira verra la gloire du changement le suivre. Ctseias refusa les conditions d’Ichneumon et un bref duel psychique eut lieu entre eux, ne menant à rien, si ce n’est à montrer la maîtrise d’Ichneumon qui s’aida de l’Œil du Changement pour massacrer neuf gardes du corps de Ctesias avec une grande facilité. Ichneumon affirma que tout cela n’était qu’un test qu’Ahriman avait mit en place pour voir les capacités de Ctesias et surtout les siennes. Devant son insistance, Ctesias contacta psychiquement Ahriman qui soi-disant les accepta seulement si il lui donnait le chemin pour quitter l’Œil de la Terreur. Une fois fait, il accepterait d’accueillir Ichneumon à bord de son vaisseau, le Sycorax . Méfiant, Ichneumon ordonna à Ctesias de faire une pacte les liant tout les deux, prenant en témoin les pouvoirs du Warp et son âme, ce qui fut fait. Satisfait, Ichneumon expliqua que le chemin pour quitter en sûreté l’Œil de la Terreur était l’Abysse d’Antilline.

Ahriman accueillie le retour de Ctesias sur le Sycorax et apprit quelle route il fallait prendre désormais, mettant sa flotte en route. Quand au sort d’Ichneumon, il fut scellé : Ctesias avec prononcé des phrases de pouvoir lors de son arrivée sur le Nonogramiton, des phrases qui appelleront les Démons de nombreux dieux et qui neutraliseront les protections du Nonogramiton, qui sera par la suite envahie par les entités du Warp une fois la translation dans l’Immaterium effectué… Seul Ctesias et les pouvoirs du Warp seront à jamais au courant des violations du pacte entre Ahriman et Ichneumon. Un meurtre parfait…[59]

L'Archisorcier et le Maître Ténébreux

La flotte d’Ahriman retourna dans la réalité après un voyage dans le Warp. Mais il fut constaté l’absence d’un des vaisseaux, le Fall of Ignorance, qui rejoignit l’armada une heure après, rejetée dans la réalité, brûlé et révélant que son équipage était mort et que sa coque s'était fendue de la proue jusqu’au-dessous du pont. Ce vaisseau avait été le navire d’une bande de guerre dirigée par un clergé de Psykers qui vénérait une sélection de Démons mal famés et certains aspects de Tzeentch. Comme beaucoup de bandes de guerre qui servaient Amon et avaient ensuite transféré leur loyauté à Ahriman, ce n’étaient pas des Thousand Sons, mais des opportunistes et des mercenaires attirés par le pouvoir et la possibilité d’en avoir d’autres mais dont les plus puissants sorciers étaient des êtres pathétiques en puissance comparés à Ahriman et de ses lieutenants, même si leurs pouvoirs étaient considérables.

Ahriman pénétra dans le navire à la tête d’un escouade de Rubricae, arrivant sur le pont du Fall of Ignorance et y retrouva Astræos, Sanakht et Ctesias qui soupçonnait les Démons être la cause de la perte du navire bien que ne comprenant pas comment les entités du Warp ont pu pénétrer à l’intérieur avec l’activation des Champs de Geller. L’Archisorcier confirma le pré-sentiment de Ctesias, conscient que les Champs de Geller n’avaient pas cédé. Il senti que l’équipage mort fuyait quelque chose qui venait de l’intérieur, leur malheur s’étant trouvé en leur sein quand ils sont passés dans l’Empyrée tandis que les dégâts s’expliquait par le fait qu’un membre désespéré de l’équipage condamné avait surchargé les couplages plasma. Les Démons qui avait détruit le Fall of Ignorance étaient venus de l’intérieur, et sa mort explosive était le fait de son propre équipage paniqué. Ahriman entendait encore les cris et il ordonna a Ctesias de découvrir ce qui était arrivé, ne lui laissant que deux cycles et demanda à Sanakht de protéger Ctesias avant de quitter le pont du Fall of Ignorance.

Ctesias constata qu’Ahriman avait eu raison mais s’inquiéta de ne trouver aucune trace des arts du clergé Psykers comme si ils étaient morts sans avoir levé leur arme la plus puissante pour se défendre. Il découvrit que la destruction et la terreur rayonnaient sur le navire à partir d’un seul point central, comme l’empreinte de l’explosion d’une bombe, dans une zone du navire qui avait été habitée par des membres d’équipage de haut rang : des serfs qualifiés, des préposés privilégiés et des esclaves. Il fit face à des images fantomatiques des victimes du navire, fuyant le cri d’un chien de chasse, celui d’un Démon du Seigneur des Crânes : un Chien de Khorne. Le chien démoniaque s’en prit à Ctesias et à Sanakht qui l’élimina avec ses lames, avant qu’un deuxième Chien de Khorne n’attaque, avant de se faire à son tour occire par les deux Thousand Sons.

Le Cercle[60]

Le Cercle était le conseil d’Ahriman qui menait son armée de bandes de guerre divisées. Il rencontrait les membres physiquement, des sceaux et formules d’un autre temps protégeant ces réunions des regards et esprits indiscrets. Sous le signe de cette assemblée, chacun s’exprimait au moyen de sa véritable voix.

Mutilé, et dont le sang avait été goûté par un des chiens, Ctesias fit son rapport à l’Archisorcier qui l’attendait sur le Sycorax avec Astræos, son Cercle et des Rubricae. Mais le sang de Ctesias avait offert un moyen aux monstres de le suivre et arrivant de nulle part, de nombreux Chiens de Khorne s’en prirent à Ahriman et à ses guerriers. L’Archisorcier les affronta tandis que Ctesias se reprit en focalisa ses pouvoirs pour bannir les Démons. Mais l’un des Chiens de Khorne fonça sur lui et le tua en l’égorgeant de ses dents, avalant son esprit avant d’être abattu par les Thousand Sons.

L’âme de Ctesias parti dans le néant et fut contacté par un être terriblement puissant qui avait passé des pactes autrefois avec le Thousand Son décédé : un Prince Démon. Le Démon était venu pour une dette et commença à enfoncer ses griffes dans l’âme de Ctesias.

C’est alors qu’Ahzek Ahriman intervint dans le vide aveugle, ordonnant au Prince Démon de laisser son compagnon, de quitter cet endroit et de renvoyer son frère chez les vivants, ce qui amusa le Prince Démon en lui apprenant que Ctesias lui devait des obligations. Un duel débuta dans le néant entre Ahriman et le Prince Démon, un tonnerre résonnant et s’abattant même sur l’âme de Ctesias. Puis l’orage a disparu et la voix du Démon ,qui semblait s’amuser, exprima son admiration devant Ahriman, lui révélant que la Cour du Changement appréciait sa subtilité, que les enfants de la peste craignent le feu de son pouvoir et que même les chiens du Trône des Crânes se taisaient en entendant son nom. L’Archisorcier lui demanda ce qu’il était, le Prince Démon l’assommant de ces titres ronflants avant qu’Ahriman ne voit en lui qu’un Démon prétentieux de plus, esclave de faux dieux, venu prendre une âme sur une carcasse comme une charogne, ce que nia le Prince Démon qui prétendit être venu chercher autre chose de plus important que l’âme de Ctesias.

Finalement, de puissant Démon accepta de négocier. Il consenti à ressusciter Ctesias si Ahriman le remplace dans sa dette. Ahriman refusa mais lorsque le Prince Démon enfonça plus profondément que jamais ses griffes dans l’âme de Ctesias, l’Archisorcier accepta de discuter. Le Prince Démon proposa de lui offrir beaucoup, bien que plus que ce pour quoi des rois ont brûlé leurs héritiers et offert leurs royaumes pour une fraction de ce qui pourrait être à l’Archisorcier. L’entité du Warp affirma avoir entrevu les actes d’Ahriman et entendu les grands Ducs du Changement parler de ce qui pourrait être à lui. Bien que les plus grands serviteurs des quatre Dieux du Chaos l’ai courtisé, ils n’avaient pas pu lui offrir ce qu’il désirai vraiment… contrairement à lui. Si il refusait, il prendrai son dû à Ctesias, et partirai. Après une hésitation, Ahriman l’écouta.

Alors apparu peu à peu un paysage, des plans ocre et marron déchiquetés qui se transformèrent en montagnes, des mares de bleu et des tourbillons de blanc qui se déployaient dans un ciel éraflé par les nuages, des nœuds de lignes noires et des fragments d’os devenant des tours et des avenues pavées flanquées de bâtiments en pierre, des taches vertes se développant en arbres à feuilles entières, et des fils de couleur boueuse se déposant dans les rivières qui coulaient des montagnes et traversaient la ville. Ce lieu était inconnu de l’Archisorcier, bien que familier. Le Prince Démon aurais pu choisir un petit observatoire sur les mondes de naissance des Anciens, ou la première nécropole des Necrontyr mais avait choisi cette ville qui avait régné sur un petit morceau de monde où de ces tours, ses rois regardant et osant penser qu’ils dirigeaient tout ce qui pouvait être dirigé, tandis qu’à côté d’eux, leurs prêtres regardaient vers le ciel et rêvaient qu’ils savaient tout ce qui pouvait être connu. Le Démon l’invita à regarder les habitants, ce qu’Ahriman fit, avant de s’élever vers les sommets des bâtiments où une femme était assise seule sous un auvent de bois et de tissu, occuper à lire et servie par une servante. C’était la souveraine de cette planète, la Reine Soleil, vénérée et crainte par son peuple comme une déesse. Quelques chose d’important pour elle allait se passer et Ahriman supposa que le Prince Démon avait rasé ce monde, ce que nia le Démon qui affirma que cette planète allait asservir de nombreux mondes dans les prochains millénaires. C’est alors qu’une nouvelle étoile brillant commença à scintiller, gonfla, devenant de plus en plus brillante à chaque seconde, devenant une sphère de lumière blanche en haillons. La panique se propagea dans la foule et la Reine Soleil leva les yeux, paniquant à son tour alors que l’étoile était devenu un deuxième astre. Cette vision agaça Ahriman qui en avait assez, mais le Prince Démon ignora sa remarque, l’invitant à observer l’étoile devenu alors un mur criard de lumière blanche qui traînait dans le ciel, au-dessus de la ville où les cris de peur étaient devenus silencieux. De grands éperons de métal noirci traversèrent le nuage de feu comme des ailerons de requin dans une mer inversée et puis, aussi vite qu’il était arrivé, il avait disparu. Tout le monde cria, et l’appela tandis que la Reine Soleil restait silencieuse, se remettant à travailler. Le Prince Démon demanda alors à Ahriman, - peu impressionné devant cette représentation symbolique du feu de l’inspiration qui tombe du ciel pour ouvrir les yeux de ces peuples aux limites de leur connaissance - à regarder la consolation de l’ignorance qui brillaient dans les yeux de la Reine Soleil. Cet avertissement du Prince Démon fut complété par la vision d’une figure penchée sur un lutrin, son visage éclairé et ombragé par la lumière des flammes, portant des robes noires bordées de blanc avec des pictogrammes qui couraient le long du tissu, s’enroulant en points d’or et d’argent. Une armure de cramoisi et d’ivoire était suspendue à un cadre chromé, et Ahriman se vit en ce Space Marine du passé. Ahriman se défendit en affirmant au Prince Démon qu’il n’était pas ignorant et qu’il se rappelait de tout ses anciens frères, dont les visages fantomatiques lui apparurent. Le Prince Démon lui demanda si c’était ainsi qu’ils voyaient ses frères. Ahriman rejeta ces paroles du Prince Démon, affirmant qu’il ne pouvait revenir en arrière, chose qui était impossible même pour les Dieux Sombres. Mais le Prince Démon ne souhaitait pas lui offrir le passé mais lui montrer la vérité. Et cette vérité prit forme par la transformations des visages de ses frères de sa Légion qu’Ahriman avait toujours vu comme nobles et érudits : des êtres fiers, froids et affamés de pouvoir. L’Archisorcier refusait de regarder, se comportant au final comme la Reine Soleil face à l’étoile de l’inspiration

Comme dernier cadeau, le Prince Démon fit apparaître à Ahriman un ciel de feu et de lumière déchiquetée avec des tours noires qui brisaient l’horizon. Des bandes d’argent s’élevaient du sol, se déchirant en nuages de créatures qui se déversaient d’une sombre brèche qui fendait le ciel brûlant d’un horizon à l’autre. Des formes plates de peau et de dents s’envolaient en spirale et des armées couvraient le sol, étincelant de leurs armures, de leur sang et des bords de leurs lames. D’énormes bêtes se promenaient dans la mer des guerriers, leurs peaux étant écaillées dans du fer rouillé et l’air vibrait de coups de feu, tandis que le tonnerre frappait. Le Démon expliqua à l’Archisorcier qu’ils étaient sur un champ de bataille qui n’existait pas encore alors que sous leurs yeux, un guerrier en armure bleue frappa de sa hache une créature à la peau et aux tentacules en décomposition qui explosa, des mouches et des asticots envahissant en retour le bras du guerrier qui vit son armure se faire ronger. Une silhouette imposante se posa devant les deux spectateurs, les ailes repliées, du pus suintant entre ses dents fêlées et ses ailes frissonnant en regardant autour de lui, une nuée de mouches l’entourant. Une deuxième figure monstrueuse tomba à son tour du ciel, avec des ailes à plumes de flamme bleue. Les deux colosses se frappèrent et Ahriman ne les reconnu pas. Le Prince Démon lui détailla l’identité de l’un d’eux : le Prince Démon de Nurgle était autrefois un Son of Horus du nom de Garthak avec qui Ahriman avait combattu lors de la Chute de Marnicia. Ce champ de bataille futur n’était pas exceptionnel mais faisait partie de la guerre menée par les esclaves des ténèbres sur d’innombrables autres champs de bataille, se battant par contrainte… comme l’était Ahriman ! L’Archisorcier refusa de croire qu’il était le serviteur, conscient ou non, de Tzeentch, ce que amusa le Prince Démon qui affirma que depuis sa naissance, Ahriman servait le Dieu du Chaos. Devant sa fureur, le Démon se moqua de lui et de son désarroi devant cette soi-disant vérité. Mais il lui offrait la liberté, la fin de sa servitude envers le Dieu du Chaos, si il remplaçait Ctesias dans sa dette, le Prince Démon se présentant comme son salut

Mais alors que le champ de bataille disparaissait, Ahriman comprit que tout cela n’avait été qu’un piège, que le Prince Démon avait détruit le Fall of Ignorance et envoyé des Chiens de Khorne pour tuer Ctesias, sachant que l’Archisorcier serait venu pour le sauver car c’était lui qu’il voulait afin qu’il l’aide dans un projet des plus raisonnables et réalistes : renverser les Dieux du Chaos afin que le Prince Démon les remplace, Ahriman devenant son lieutenant dans cet avenir radieux.

L’Archisorcier refusa et se mit à rire. Il se moqua du Prince Démon qui n’arrivait pas à voir que malgré son sentiment de supériorité, il n’était que le jouet des Dieux du Chaos et qu’il s’était attardé trop longtemps ici, tout en révélant qu’il connaissait son nom : Be'lakor.

Ahzek Ahriman avait en réalité piégé Be’lakor, premier des Princes Démons de l’histoire. Des craquements de lumière blanche et bleue assaillirent le Prince Démon et l’âme de Ctesias qui fut témoin depuis le début de leur échange. Ctesias revint à lui, là où il était tombé, entouré d’un anneau de personnages en armure bleue et en robe blanche, leurs mains levées, leurs doigts reliés par des chaînes d’éclairs. Ahriman se tenait au-dessus de lui, sa main ouverte s’étalant au-dessus de ses yeux, sa voix résonnant alors qu’il appelait Be’lakor. Alors Ctesias se mit à vomir de l’obscurité, un nuage noir enfermé par le feu et les éclairs apparaissant dans la réalité. Be’lakor prit forme face à Ahriman, le Prince Démon se promettant de se venger de lui mais fut interrompu par l’Archisorcier, indifférent à ses menaces, qui lui fit une offre : libérer Ctesias de sa dette, le guérir de ses blessures et lui accorder la réponse à une question. En échange, Be’lakor sera libre. Si il refuse, Ahriman le liera au corps mort de Ctesias qui sera ensuite enterré sous de la pierre et du feu jusqu’à ce que les étoiles se refroidissent. Furieux, le Maître Ténébreux accepta puis sa substance se tordit et se transforma en une colonne de feu et de fumée noire. Il sauva Ctesias qui revint à lui, avant de répondre en riant à la question d’Ahriman, question qui resta un mystère avant de disparaître.

Finalement, il fut révélé que tout cela avait été manigancé par Ahriman, et que Ctesias c’était laissé mutiler exprès afin que Be’lakor puisse répondre sans mensonge à la question mystérieuse de l’Archisorcier. Néanmoins, Ahriman apprit de son compagnon que son pacte avec le Prince Démon avait pour objet la protection de son âme une fois sa mort définitive, car le démonologue avait manipulé et asservis une horde de Démons au fil de son existence, des Démons qui n’attendait que sa mort pour mettre la main sur son âme et se venger de lui.[61]

Les Rêves, les Guerres et les Effusions de Sang

Au cours des millénaires, Ahzek Ahriman a mené une quête de connaissances lui permettant d’acquérir toujours plus de puissance.
AhzekAhrimanDesThousandSons.jpeg

À travers mille mondes, Ahriman a cherché les clés pour sauver ce qu’il a détruit. Son obsession ont fait de son nom une malédiction dans la bouche des humains et des extraterrestres. Des bribes d’histoire, des artefacts à la fois obscurs et profanes, et des âmes rares l’attirent comme un corbeau vers un cadavre. Pour les Aeldaris, il est le scribe charognard qui dévore les âmes de leur race mourante pour des secrets, pour les Inquisiteurs de l’Ordo Malleus il est le paratonnerre qui apporte une tempête de Démons, parmi les serviteurs du Chaos il est une flamme de pouvoir et de ruse aussi susceptible de brûler ceux qui sont attirés par sa lumière que de les illuminer.

Maître de la manipulation subtile, Ahriman a semé des cultes sur une centaine de mondes, et a plié les désirs des puissants pour arriver à ses fins. Les complots et les conspirations se répandant dans la galaxie, il s’enroule entre eux, un marionnettiste tirant des ficelles invisibles. Lorsque ces moyens subtils sont impossibles, il mène une guerre de sorciers, forçant les armées à s’agenouiller avec des visions de terreur, brisant les machines de guerre avec des forces invisibles et arrachant les âmes des puissants héros. Il connaît les vrais noms de 9x9x9 Démons, et possède des pactes qui peuvent amener les armées à affluer à son appel. Des mondes ont brûlé sous ses ordres, des milliards d’êtres sont tombés sous la faim du Warp, et la réalité a saigné à blanc devant la fureur de sa puissance.[62]

Parmi les innombrables atrocités commises par Ahriman, il y a celles qui témoignent véritablement de sa subtilité, de sa puissance et de son impitoyabilité.[63]

La Guerre Sauvage

Lors du minage du Monde Sauvage d’Aggaros, l’Adeptus Mechanicus s’était d’engagé dans ce qui semble être une bataille à sens unique peu glorieuse contre les autochtones. Tout cela jusqu’à ce que les indigènes envoient leurs chamanes cracheurs de feu, calcinant et broyant les armées de l’Adeptus Mechanicus par des forces invisibles. Les Technoprêtres se replient et firent appel à une dette de sang au Chapitre des Relictors pour lancer une nouvelle attaque. Quatre jours plus tard, la 3e Compagnie des Relictors lutta contre des forces pyromantiques indomptables afin d’atteindre la cité cachée des tribus barbares. Ils découvrirent que chaque route était jalonnée de statues de Thousand Sons en terre cuite et firent face à une effigie colossale d’Ahriman au sommet d’une pyramide d’obsidienne. Lorsqu’elle fut renversée, les Thousand Sons s’éveillèrent à la vie sous les fragments de terre cuite et ouvrirent le feu sur les Relictors. Nul parmi l’Adeptus Mechanicus ni les Relictors ne survit.[64]

La Moisson de Calliope

Calliope était un monde de connaissances perdues, une planète entière vouée à l’archivage des documents depuis les premiers jours de l’Imperium jusqu’à son présent incertain. Des piles de parchemin en décomposition remplissaient des cavernes s’étendant loin sous sa croûte, des stations de collecte de données encerclaient ses orbites de pôle en pôle, et ses villes s’étendaient autour des Voûtes de l’Index. Toutes les âmes de Calliope étaient là pour les archives, depuis les chasseurs qui traquaient la vermine dans les profondes piles de parchemin, jusqu’aux scribes qui se battaient pour le contrôle des centaines d’index contradictoires ; tous étaient liés à l’écologie des archives. Cela dura donc depuis un certain temps déjà que personne ne s’en souvenait, et il semblait que les choses allaient continuer. Jusqu’à ce que quelque chose change.

Une faction s’est formée au sein de la caste des indexeurs. Cette faction réclamait l’unification de tous les index en une formule sans fin. Ils s’appelaient eux-mêmes la Somme. L’origine de l’idée n’était pas certaine, mais une fois qu’elle fut adoptée, elle s’est épanouie comme une fleur à la lumière du soleil. La puissance de la Somme s’est accrue de génération en génération jusqu’à ce que son règne sur Calliope soit incontesté. Des siècles ont passé et des milliards de personnes ont travaillé pour atteindre l’objectif de la Somme. Enfin, ils y sont parvenus. Le jour de l’Ascension de l’Empereur, dans le Grand Hall des Index, un scribe a écrit la dernière ligne de symboles pour compléter la formule, et à cet instant Calliope s’est tu.

Lorsqu’un navire impérial arriva à Calliope une décennie plus tard, il trouva quelques personnes affamées vivant parmi les cadavres. Aucun des survivants n’a pu se souvenir de quoi que ce soit pendant plus de quelques secondes. Plus étrange encore, les grandes archives étaient vierges, chaque magasin de données vide et chaque page de parchemin nue. La seule trace qui reste de la graine algorithmique qu’Ahriman avait plantée, puis récoltée des millénaires plus tard, fut une seule image, qui plane dans les souvenirs perdus des esprits des survivants : l’image d’un personnage à la tête cornue, couronné de flammes, qui sortait d’une blessure dans les cieux.[65]

La Mort de Dianixis

Oui… Oui… Toujours plus de puipuipuissance !
AhrimanArchisorcier.jpg

Ahriman avait longtemps cherché le crâne de Lepidus, un héros mort durant la Deuxième Croisade Noire, pour des raisons qui lui étaient propres. Le crâne, trempé dans l’argent et gravé de dix mille mots de détestation, reposait dans la cité sanctuaire polaire de Dianaxis. Une conspiration visant à obtenir le crâne par la ruse ayant déjà échoué, alors Ahriman se tourna vers des moyens plus directs.

Depuis la fin de la Purge, d’innombrables milliards de personnes avaient combattu et sont mortes dans l’ombre de l’Œil de la Terreur. Pendant près de huit millénaires, les restes de nombre de ces morts honorés reposaient sur Dianaxis. Des tas d’os calcinés, les corps sereins de martyrs et les crânes polis des Space Marines reposaient tous dans le monde du mausolée. À la surface de Dianaxis, les plaines d’ossements s’étendaient de ville sanctuaire en ville sanctuaire, et devenaient de plus en plus profondes au fil des ans. Les villes elles-mêmes avaient été construites à partir des crânes et des os des morts les plus héroïques. Dianaxis était si sacrée et vénérée qu’une douzaine de Chapitres Space Marines maintenaient des gardes d’honneur et des bastions à sa surface. Des forteresses stellaires surveillaient ses approches, et des millions de soldats étaient chargés de surveiller les crânes de ceux qui étaient morts pour tenir les ténèbres en respect.

À travers les confins de l’espace, Ahriman a brûlé des mondes et a envoyé des âmes hurler dans le Warp. Alors que les mondes assassinés s’alignaient les uns par rapport aux autres, ils ont créé un motif obscur dans les étoiles, avec Dianaxis en son cœur. Alors que le grand dessein se verrouillait, le soleil de Dianaxis fut arraché à la réalité, laissant une blessure hurlante dans le ciel du monde mausolée. Le sang et le feu se sont répandus dans les cieux. Les os des morts se mirent à hurler les dernières pensées de leur vie, et un arc-en-ciel flamboyant se propagea à travers les tours de l’ossuaire. Les Démons se sont déversés par le trou qui avait été le soleil, tombant sur le monde mausolée comme des étoiles filantes. Les défenseurs criaient alors que les entités du Chaos dévoraient leurs âmes.

Au milieu du massacre, Ahriman est apparu à travers la foudre, entouré de Sorciers et de Marines Rubricae. Le pouvoir a jaillit du cercle des Sorciers et ceux-ci parcouraient le champ de bataille, tuant les défenseurs et dissolvant les Démons par un feu obscur. Les gardes d’honneur des Chapitres s’avancèrent droit sur lui, mais furent réduites en cendres et en cris silencieux par un geste. Fire Bane, dernier Titan Warlord de la Legio Officium, sortit de son sanctuaire pour aller à la guerre. Le cri de ses cors de guerre résonnèrent à travers le monde damné, et ses armes se tracèrent un chemin brûlant vers le cercle d’Ahriman. Rassemblant la puissance de ses compagnons Sorciers, Ahriman mit la machine de guerre à genoux, avant de tirer le cœur de son réacteur à plasma à travers sa carapace. Enfin, Ahriman a tenu le crâne de Lepidus dans sa main, alors que la bataille entre les hommes et les Démons faisait rage autour de lui. En levant le crâne vers ses yeux, il a trouvé le seul mot qu’il cherchait gravé sur la surface du crâne. Laissant le crâne tomber de sa main, lui et ses forces disparurent, laissant la planète convulser sous les hurlements des Démons et les cris des mourants.[66]

La Purge de Jollana

En 913.M41, Ahriman a envahi la Grande Bibliothèque du monde de Jollana qui depuis trois mille ans, avait accumulé un savoir immense, qui n’était égalé par aucune autre institution du Système Sol, savoir que convoita le Sorcier Thousand Son qui attaqua Jollana par surprise afin de s’emparer des secrets de sa Grande Bibliothèque. Il fit massacrer les défenseurs et l’essentiel de la bibliothèque fut détruit. Afin de couvrir sa fuite après avoir volé des secrets de la Grande Bibliothèque, Ahriman plaça des pièges qui prirent la forme d’un réseau complexe de protections mystique. Le Chapitre Space Marine des Invaders déclenchera ces pièges lors de son intervention, ce qui provoquera l’apparition d’une faille Warp à travers laquelle passeront le Duc du Changement Kairos et une vaste horde de Démons. Cette invasion démoniaque qu’Ahriman avait déclenché sera contenue et brisée par les Chevaliers Gris dirigé par le Frère Capitaine Caddon Varn qui refermera la brèche après avoir éliminé Kairos.[67]

La Clé de l'Infini

Sur le navire de guerre Messenger of Hermes, Ahzek Ahriman et son serviteur Ignis avaient capturé un Cryptek Nécron du nom de Setekh de la Dynastie des Hyksos. Ahriman interrogea le Nécron, dont les membres étaient attachés avec des chaînes, essayant de comprendre la nature de l’androïde Xenos. À chaque fois, le Cryptek parvenait à se libérer de ses chaînes, et à s’emparer d’un Chronométron laissé à bonne distance de lui sur un socle de pierre, dans l’espoir de ralentir le temps pour s’échapper. Mais à chaque fois, il se retrouvait de nouveau attaché, se rendant compte qu’il revivait la même scène, avec Ahriman qui tentait de discuter avec lui et de s’emparer de secrets de cette antique espèce à chaque fois. Setekh effectuait donc des changements progressifs sur le Chrnométron à chaque instant où il vivait ces moments.

Lors d’une dernière tentative, Setekh brisa de nouveaux ses chaînes, promettant qu’il se souviendrait d’Ahriman pour se venger de lui. Mais quand ses doigts s’emparèrent du Chronométron, ceux-ci gelèrent, le Cryptek comprenant qu’il avait à faire à des praticiens des pouvoirs du Warp. Ahriman étendit la main et le Chronométron se leva du socle et s’installa dans sa paume. L’Archisorcier le tourna entre ses doigts, et avec son lieutenant Ignis, il se fascina pour cette technologie dont l’effet sur le cours du temps était sans faille, ne créant pas même une ondulation dans le Warp. Les événements étaient simplement remis à zéro et s’écoulaient à nouveau. Alors qu’Ahriman se penchait de nouveau vers le Cryptek, il avait bien l’attention de comprendre comment utiliser une telle merveille technologique.[68]

La Bibliothèque Interdite

Dix millénaires ont passé dans les royaumes au-delà de l’Œil de la Terreur, et Ahriman poursuit sa vie d’exilé vers la promesse d’un salut lointain. Peut-être Ahriman a-t-il déjà essayé de réparer les dégâts du passé et a-t-il échoué, mais, comme la lumière qu’on aperçoit depuis les caniveaux de l’Imperium, ses pas le rapprochent toujours plus des réponses qu'il cherche depuis si longtemps. L’ombre des secrets, dissimulés depuis que les humains ont regardé vers les étoiles, s'attarde à l'horizon dans l'insaisissable Bibliothèque Interdite, motivant Ahriman à toujours aller de l’avant, sur le chemin du futur. Les flammes éclairent cette route, et les os des morts et les cendres des mondes assassinés pavent son chemin. Personne, sauf peut-être Tzeentch, qui observe tout et rit de la chanson du destin, ne sait ce qui attend Ahriman au bout de cette route, mais s’il devait atteindre son objectif, l'univers tremblerait.[69]

La Bibliothèque Interdite se trouve au cœur de la Toile, protégée par de terrifiantes sentinelles et des Troupes d’Arlequins. La Bibliothèque Interdite renferme le savoir le plus précieux des Aeldaris et on dit qu’elle ressemble à un Vaisseau-Monde aux proportions impossibles, confiné dans la dimension labyrinthique. Tous les périls galactiques rencontrés par les Aeldaris y sont répertoriés comme la vraie nature des Anciens Dieux Stellaires, le sort du Seigneur Phénix déchu Arhra, et même les origines du Chaos ne sont que trois sujets de ses archives entre mille. La bibliothèque se concentre en particulier sur ce que les Aeldaris ont appris au sujet du Chaos, et son trésor le plus précieux est peut-être le savoir psychique collecté des Aeldaris et de toutes les espèces qu’ils ont rencontrées.[70]

La Guerre de la Toile

« Pour les Aeldaris, la vie était un cycle commençant par une naissance, puis l’assouvissement de tous leurs désirs, achevé par une mort paisible, puisqu’ils savaient que leur âme renaîtrait. La création de Slaanesh brisa cette harmonie. Aujourd’hui, cette race de voyageurs stellaires se terre dans l’ombre, trop effrayé par ses désirs pour oser les satisfaire. Ils n’ont que ce qu’ils méritent, et ne peuvent échapper au destin qu’ils se sont façonné, du moins, pas de ce côté-ci de la tombe. Le destin est un maître cruel dont il ne faut pas provoquer le courroux. »
- Ahriman, Archisorcier des Thousand Sons.
Chaos symbol.png


Ahriman accédant enfin au savoir tant convoité.
AhrimanLivre.jpg

En 999.M41, Abaddon le Fléau, Maître de Guerre du Chaos, mena la Treizième Croisade Noire contre le Monde-Forteresse de Cadia, déclenchant une série d’évènements qui allait changer la galaxie à jamais. Ahriman vit la potentialité des plans du Fléau et il envoya plusieurs de ses serviteurs sur la lune de glace de Klaisus dans le Système Cadia, prétendument en aide à la croisade d’Abaddon. Ces manœuvres sont cependant destinées à couvrir les motivations réelles d’Ahriman, car d’après ses visions, cette lune allait devenir un nœud de destinée au profit des manigances de Tzeentch. Ahriman promit ses Rubricae au Fléau en gage de son soutien.[71]

Lorsque le terrible conflit de la Treizième Croisade Noire se déchaîna dans toute la Porte Cadienne, Ahzek Ahriman attaqua la Toile Aeldari. Depuis des millénaires, il avait recherché à mettre la main sur la Bibliothèque Interdite, et avait finalement trouvé un accès. La violence de son attaque fut telle que ces gardiens désespérés ont joué un rôle actif dans la défense de leur royaume, car la Toile elle-même se tordait et se divisait comme une chose vivante partout où Ahriman et ses partisans marchaient, des rumeurs affirmant que des bêtes de guerre de la taille de cuirassés renforçaient ses forces. Les Aeldaris ont lancé une contre-attaque massive, dont la force contrebalançait leur nombre terriblement bas. Les activités des forces de frappe d’Ulthwé avaient augmenté au-delà de toute mesure, et une bataille désespérée se déroula dans la Toile et à la surface des mondes qui en abritaient les entrées contre les armées de l’Archisorcier. En conséquence, des mondes situés dans l’Œil de la Terreur furent un enjeu de la guerre, car les entrées précédemment scellées de la Toile menèrent à des batailles pour la domination, tel les Mondes Déchus d’Eidolon et de Belial.[72]

Finalement, après des années de croisades terribles dans la Toile, Ahriman arriva à proximité de la Bibliothèque Interdite, et il contourna les défenseurs Arlequins du sanctuaire et ses gardiens spectraux en se projetant à l’intérieur des halls de la bibliothèque, permettant à son corps physique de transcrire sur parchemin ce que sa projection astrale voyait. Ainsi, il était capable de créer une copie du fabuleux Tome Labyrinthus, la carte répertoriant les passages secrets de la Toile.[73]

La Deuxième Guerre de la Toile

Alors que Cadia tombait sous les assauts d’Abaddon et de sa Black Legion, des espions démoniaques semés dans la Toile attirent l’attention d’Ahriman au sujet de l’apparition d’une nouvelle force : les Exhumés Ynnari, des Aeldaris qui suivaient une prêtresse du nom d’Yvraine, l’émissaire Ynnead, le Dieu des Morts Aeldari récemment éveillé et qui offrait l’espoir à cette race de vaincre Slaanesh et de connaître à nouveaux la possibilité de ressusciter après leur trépas. Ahriman vit en eux l’espoir pour sa propre Légion. À la suite de la Chute de Cadia lors de la Treizième Croisade Noire, l’Archisorcier a conduit un contingent de Thousand Sons dans la Toile, où il tendit une embuscade aux forces Aeldaris sans méfiance qui se précipitaient alors sur la lune de Klaisus pour venir en aide à des forces impériales pourchassé par le Fléau, car détenant un artefact qui allait ressusciter l’un des plus illustres héros de l’Humanité.

Ahzek Ahriman affrontant dans la Toile les Arlequins afin d’accéder à la Bibliothèque Interdite.
Thousand Sons vs Arlequins.jpg

Tandis que les Ynnari entraient dans le Psychedelta, Ahriman sacrifia à Tzeentch neuf cent quatre-vingt-dix-neuf prisonniers pour achever son rituel de translocation, afin de déplacer ses guerriers, ses esclaves Démons et lui-même face aux Ynnari. Ahriman, qui avait volé des passages du mythique Grimoire Labyrinthus de la Bibliothèque Interdite et déchiffré leurs secrets incroyables, connaissait nombre des traverses de la Toile cassées et conquises par le Chaos et avait même appris à observer des régions de la Toile à distance, l’idéal pour fondre sur ses proies par surprise. Ahzek Ahriman a surgit de l’éther pour attaquer les Ynnari avec un ost de Thousand Sons et de Démons et le feu Warp, les éclairs ensorcelés et le scintillement des lames monomoléculaires emplirent alors les tunnels kaléidoscopiques comme les armées s’entrechoquent. Ahriman mena les Exilés, neuf très puissants Sorciers réunis au fil des millénaires et qui arrivèrent en chevauchant les vents éthériques, massacrant les Asuryanis, les Drukharis et les Arlequins qui composaient l’armée d’Yvraine. Ahriman pointa son bâton, et des geysers de feu rose rugirent pour consumer les Arlequins qui bondissaient vers lui puis il noua une corde invisible et la tira pour la tendre, étranglant une vingtaine d’Aeldaris.

Au cœur du carnage, Ahriman créa une poche de réalité vide à l’extérieur de la Toile et y déplaça les champions ennemis, le Triumvirat d’Ynnead : Yvraine, son garde du corps le Visarque et l’Yncarne - l’Avatar d’Ynnead. Mais à cet instant, Yvraine l’appela, lui assurant qu’elle pouvait ressusciter ses frères. Sous ses yeux, Ahriman vit la prêtresse d’Ynnead poser ses mains sur le psychocristal de l’extérieur de la Toile, se concentrant sur les Marines Rubricae en armure à l’intérieur, et inversa le cycle de leur existence et une douzaine de Marines Rubricae furent ressuscités, stupéfaits de leur éveil soudain, sans connaître leur identité ni celle de leurs adversaires. Ils se replièrent autour d’Ahriman avant d’adopter la posture défensive des Legiones Astartes de l’Empereur et identifièrent dans leur confusion Ahzek Ahriman de leurs propres yeux pour la première fois depuis dix millénaires. Imprégné d’un mélange confus d’allégresse et de chagrin à la vue de ses guerriers à nouveau en vie, Ahriman renvoya les éminences d’Ynnead dans la Toile avant qu’elles ne périssent. À peine le Triumvirat fut en sécurité que sur ordre d’Yvraine, un Chevalier Fantôme trancha la superstructure du tunnel, ouvrant un gouffre entre les Aeldaris et les Thousand Sons d’Ahriman. L’Yncarne inspira puissamment tandis que les forces Aeldaris se repliaient, attirant les Thousand Sons dans le précipice. Sur son disque, Ahriman hurla d’effroi en voyant ses guerriers de chair et de sang dégringoler et périr dans le néant.

Les Ynnari disparurent, mais désormais, Ahriman savait qu’il existait un moyen d’inverser la Rubrication, et il connaissait l’identité des détenteurs d’un tel pouvoir.[74]

La Route de la Résurrection

Ayant constaté le don d’Yvraine pour ressusciter les Thousand Sons frappés par la Rubrication, Ahriman rassembla ses forces.

Après dix mille ans, il savait enfin où dénicher le savoir qu’il convoitait, et tourna en conséquence son regard prescient en direction de sa nouvelle cible : Commorragh ![75]

Sources

Pensée du Jour : « Le choix est un poids dont vous n’avez pas à souffrir. »
  • ABNETT DAN, Siege of Terra - Saturnine, Black Library, 2020
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Sons of the Emperor - An Anthology : The Abyssal Edge, Black Library, 2018
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, La Légion Noire, Black Library, 2018
  • FRENCH JOHN, Siege of Terra - La Guerre Solaire, Black Library, 2019
  • FRENCH JOHN, Ahriman : Key of Infinity, Black Library, 2017
  • FRENCH JOHN, Ahriman Exodus - The Dead Oracle, Black Library, 2015
  • FRENCH JOHN, Ahriman Exodus - Fortune's Fool, Black Library, 2015
  • FRENCH JOHN, Ahriman Exodus - Hounds of Wrath, Black Library, 2015
  • FRENCH JOHN, Ahriman Exodus - The First Prince, Black Library, 2015
  • FRENCH JOHN, Ahriman - Le Sorcier, Black Library, 2014
  • FRENCH JOHN, Ahriman - L’Exilé, Black Library, 2013
  • McNEILL GRAHAM, Siege of Terra - Les Fils Brisés : La Fureur de Magnus, Black Library, 2021
  • McNEILL GRAHAM, Morningstar - A Magnus the Red Audio Drama, Black Library, 2019
  • McNEILL GRAHAM, Le Roi Écarlate - Une Âme Divisée, Black Library, 2017
  • McNEILL GRAHAM, Magnus le Rouge - Maître de Prospero, Black Library, 2017
  • McNEILL GRAHAM, L’Héritage de la Trahison - Les Voleurs de Révélations, Black Library, 2016
  • McNEILL GRAHAM, L’Héritage de la Trahison - Lucius, La Lame Éternelle, Black Library, 2016
  • McNEILL GRAHAM, Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Black Library, 2010
  • Gathering Storm - Livre II : La Fracture de Biel-Tan, produit par le design studio Games Workshop, 2017
  • Eye of Terror : The War Continues
  • Codex Heretic Astartes Thousand Sons, V8
  • Codex Harlequins, V8
  • Codex Space Marines du Chaos, V6
  • Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, V6
  • The Horus Heresy, Book Seven - Inferno
  • White Dwarf N°104 (Décembre 2002)
  • Warlords of the Dark Millenium : Ahriman
  • Codex Chevaliers Gris, V5
  1. Informations issues du Codex Heretic Astartes Thousand Sons, V8
    Codex Space Marines du Chaos, V6
    White Dwarf N°104 (Décembre 2002) et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de Ahriman - L’Exilé, Prologue, Chapitre VI - Les Cendres du Souvenir de FRENCH JOHN, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  3. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter Space Marine Legion Army List Appendix - Ahzek Ahriman (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n’est que Poussière, Chapitre Vingt-Deux - Les Thousand Son - Dans les Désolations de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  5. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter Space Marine Legion Army List Appendix - Ahzek Ahriman (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n’est que Poussière, Chapitre Vingt-Deux - Les Thousand Sons - Dans les Désolations de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  7. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n’est que Poussière, Chapitre Vingt-Deux - Les Thousand Son - Dans les Désolations de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010
    Informations issues de Magnus le Rouge - Maître de Prospero, Chapitre Deux - Revirement - Cramoisi et Fer - Oracles de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  8. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n’est que Poussière, Chapitre Un - La Montagne Mangeuse d’Hommes - Capitaines - Observateurs, Chapitre Cinq - Novice - Mythes de la Création - Souvenirs de Terra, Chapitre Huit - Tueur de Géants, Chapitre Dix - L’Hydre - Le Ventre de la Bête - Le Temps nous le Dira de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  9. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n’est que Poussière, Chapitre Dix-Neuf - Chasse aux Sorcières - Le Cœur d’un Primarque - Magnus Prend la Parole, Chapitre Vingt-Deux - Les Thousand Son - Dans les Désolations de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  10. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Deux - Les Tambours de la Montagne - Le Temple des Syrbotae - Un Endroit pour les Morts de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  11. Informations issues de Magnus le Rouge - Maître de Prospero, Chapitre Un - Zharrukin - Maître des Fils - Seigneur de Fer, Chapitre Deux - Revirement - Cramoisi et Fer - Oracles, Chapitre Trois - Qu’Ils Meurent - Ahzek Libéré - Cruauté, Chapitre Quatre - Ruines - Sorcellerie - Traîtres, Chapitre Cinq - Extase - Vive Shaitan - Qu’Avez-vous Fait ?, Chapitre Six - L’Éveil du Léviathan - Impuissance - Le Marteau des Dieux, Chapitre Sept - Même dans la Mort - Soucis Théosophiques - Chute d'Un Dieu, Chapitre Huit - Erreurs - Un Nom Légendaire - Qu’Ils Paient, Chapitre Neuf Survivant - Vers la Tombe - Qu'ont-ils Fait ?, Chapitre Dix - Massacre - Les Chemins Divergent - À Quel Coût ?, Épilogue de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  12. Informations issues de Sons of the Emperor - An Anthology : The Abyssal Edge de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2018 traduites par Trazyn l'infini et résumées par Guilhem.
  13. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Sept - Les Loups de Fenris - Une Rencontre de Grands Esprits - Le Barrage se Rompt, Chapitre Onze - Grièche - Une Bonne Guerre - Le Roi des Loups de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  14. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Un - La Montagne Mangeuse d’Hommes - Capitaines - Observateurs, Chapitre Deux - Les Tambours de la Montagne - Le Temple des Syrbotae - Un Endroit pour les Morts, Chapitre Trois - Magnus - Le Sanctum - Il te Faudra l’Éduquer, Chapitre Quatre - Le Bruit du Jugement - Danseuses de l’Ombre - Convoqué, Chapitre Cinq - Novice - Mythes de la Création - Souvenirs de Terra, Chapitre Six - Skarssen - Les Exigences de la Guerre - Wyrdmake, Chapitre Sept - Les Loups de Fenris - Une Rencontre de Grands Esprits - Le Barrage se Rompt, Chapitre Huit - Tueur de Géants, Chapitre Neuf - Facultés - Sous la Montagne - Le Langage des Anges, Chapitre Dix - L’Hydre - Le Ventre de la Bête - Le Temps nous le Dira de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  15. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Onze - Grièche - Une Bonne Guerre - Le Roi des Loups, Chapitre Douze - Le Piton du Phénix, Chapitre Treize - La Bibliothèque - Bouleversement Charnel - Le Pacificateur, Chapitre Quatorze - Assujettissement de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  16. Informations issues de Un Miller de Fils - Tout n’est que Poussière, Chapitre Quinze - Triomphe - Le Seigneur du Crépuscule - Vieux Amis de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  17. Informations issues de Un Miller de Fils - Tout n’est que Poussière, Chapitre Quinze - Triomphe - Le Seigneur du Crépuscule - Vieux Amis de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  18. Informations issues de Un Miller de Fils - Tout n’est que Poussière, Chapitre Quinze - Triomphe - Le Seigneur du Crépuscule - Vieux Amis, Chapitre Seize - L’Ordre Nouveau - Apprentissage - Désolation de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  19. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Sept - Les Loups de Fenris - Une Rencontre de Grands Esprits - Le Barrage se Rompt, Chapitre Dix-Huit - Nikaea - En Pâture aux Loups - Le Bras Droit de l’Empereur de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  20. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Dix-Sept - Les Désolations de Prospero - La Statue TombéeConvocation de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  21. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Dix-Neuf - Chasse aux Sorcières - Le Cœur d’un Primarque - Magnus Prend la Parole de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010
    Informations issues de The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Thousand Sons - Of the Librarius et résumées par Guilhem.
  22. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Dix-Neuf - Chasse aux Sorcières - Le Cœur d’un Primarque - Magnus Prend la Parole de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  23. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Dix-Sept - Les Désolations de Prospero - La Statue Tombée - Convocation, Chapitre Dix-Huit - Nikaea - En Pâture aux Loups - Le Bras Droit de l’Empereur, Chapitre Dix-Neuf - Chasse aux Sorcières - Le Cœur d’un Primarque - Magnus Prend la Parole, Chapitre Vingt, Hérésie - Les Archivistes -Jugement, Chapitre Vingt et Un Quelque Chose à Moi - Paradis - La Trahison Révélée de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  24. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Vingt et Un - Quelque Chose à Moi - Paradis - La Trahison Révélée, Chapitre Vingt-Trois - Un Pyrae en Action - Si Vous êtes Mort - La Caverne Réfléchissante de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  25. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Vingt-Quatre - Elle était Mon Univers - Quoi qu’il en Coûte - Le Prix à Payer de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  26. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Vingt-Cinq - L’Avertissement - Vous Aviez Raison - Trop Près du Soleil de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  27. Warlords of the Dark Millenium : Ahriman - Sorcerers in an Unkind Age (traduit de l'anglais par Guilhem)
  28. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Vingt-Sept - Le Tonnerre de Fenris - Tant de Savoir va Disparaître - Canis Vertex de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  29. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Trente - La Retraite Ultime - La Vérité est Mon Arme - Le Signe du Loup, Chapitre Trente-Et-Un - La Complainte de Prospero de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  30. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Trente - La Retraite Ultime - La Vérité est Mon Arme - Le Signe du Loup, Chapitre Trente-Et-Un - La Complainte de Prospero de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  31. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Vingt-Six - Un Bon Élève - Mon Destin m’Appartient - Dispersion, Chapitre Vingt-Sept - Le Tonnerre de Fenris - Tant de Savoir va Disparaître - Canis Vertex, Chapitre Vingt-Huit - La Ligne Tient - Ils se Retourneront Contre Vous - Comprendre l’Adversaire, Chapitre Vingt-Neuf - Je ne Dois Pas - Le Pouvoir Sans Contrôle - La Chute d’un Syrbotae, Chapitre Trente - La Retraite Ultime - La Vérité est Mon Arme - Le Signe du Loup, Chapitre Trente-Et-Un - La Complainte de Prospero de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  32. Informations issues de L’Héritage de la Trahison - Les Voleurs de Révélations de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  33. Informations issues de L’Héritage de la Trahison - Lucius, La Lame Éternelle de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  34. Informations issues de Le Roi Écarlate - Une Âme Divisée, Première Partie I : La Pensée du Cœur, Chapitre Un - Torquetum - Temelucha - Choisissez Bien, Chapitre Deux - L’Oracle - Yokai - La Malédiction de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  35. Informations issues de Le Roi Écarlate - Une Âme Divisée, Chapitre Quatre - La Salle d’Amun Re - Un Partout - Perturbations de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  36. Informations issues de Le Roi Écarlate - Une Âme Divisée, Chapitre Trois - Innommable - Frères - Aforgomon, Chapitre Quatre - La Salle d’Amun Re - Un Partout - Perturbations, Chapitre Cinq - Sauveur - Réécrire le Code - Le Voile de Deuil de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  37. Informations issues de Le Roi Écarlate - Une Âme Divisée, Première Partie I : La Pensée du Cœur, Chapitre Cinq - Sauveur - Réécrire le Code - Le Voile de Deuil, Chapitre Six - Des Démons Dans la Poussière - Éclats - Systèmes Dissipatifs de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  38. Informations issues de Le Roi Écarlate - Une Âme Divisée, Partie II : La Barque de Râ, Chapitre Sept - Zhivago - Chasseur de Devins - Les Hommes de Glace, Chapitre Huit - Le Planétaire - Kamiti Sona - Échange Équivalent, Chapitre Neuf - Le Néophyte - Ruse Stellaire - Le Planétaire Écarlate, Chapitre Dix - Déchaîné - Inconcevable - Impensable, Chapitre Onze - Sur la Glace - Une Lame Brisée - Je Vous Tiens, Chapitre Douze - Premiers Signes - Rouille et Repos - La Tour Abattue, Chapitre Quatorze - La Quête - Du Chagrin à Profusion - La Montagne, Chapitre Quinze - Le Décompteur - Grande comme Asaheim - Tu es Mon Prix, Partie III : L'Ouverture de la Bouche - Chapitre Dix-Sept - Échos d’Âmes - Sang et Sable - Un Homme Bon, Chapitre Dix-Huit - Kadmus - Lié - Régénéré, Chapitre Dix-Neuf - Chasse aux Sorcières - Le Cœur d’un Primarque - Magnus Prend la Parole, Chapitre Vingt - Hôte Démoniaque - De la Poussière à la Poussière - Prince Noir, Chapitre Vingt-Et-Un - Dégénérescence - Le Choc des Âmes - Noire Renaissance, Chapitre Vingt-Deux - La Fin du Monde - Labyrinthe - Une Seule Âme, Chapitre Vingt-Trois - Des Yeux de Poussière - Pas d’Approche Pratique - Coupable de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  39. Informations issues de Morningstar - A Magnus the Red Audio Drama de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2019 et résumées par Trazyn l'infini.
  40. Informations issues de Siege of Terra - La Guerre Solaire, Chapitre Deux - L’Ombre du Silence - Cendre et Fer - Les Dagues Tirées, Chapitre Neuf - Tueurs de Rois - Une Lance aux Nombreux Fers - La Vérité des Couteaux, Chapitre Douze - Solatarium - Je Suis Ici - Le Champ de Bataille du Temps, Chapitre Quinze - Temple - Chants de Peur, Rêves de Guerre - Au Côté de mon Père, Chapitre Dix-Sept - En Vue de la Sécurité - Résonance Occulte - Vieux Amis, Chapitre Dix-Huit - Sur des Ailes Grises - Coup de Lance - Alignement, Chapitre Dix-Neuf - Se Fier au Messager - L’Homme à Côté de Toi - Le Temple du Renouveau de FRENCH JOHN, Black Library, 2019
  41. Informations issues de Siege of Terra - Saturnine, Partie I : L'Enfer n'Est Profond que de la Longueur de l'Épée, Chapitre Deux - La Théorie et l’Exécution - Des Anges Parmi Nous - Un Simple Humain, Chapitre Cinq - Départs et Dialogues, Deuxième Partie : Je suis la Forteresse Désormais, Chapitre Deux - World Eaters - Concernant les Morts - Un Autre Grondement de Sabots, Troisième Partie : Quatre Victoires (Jusqu’à la Mort), Chapitre Deux - La Tour Blessée - Cible Potentielle ou Avérée - Mauvais Climat de ABNETT DAN, Black Library, 2020 et résumées par Guilhem.
  42. Informations issues de Siege of Terra - Les Fils Brisés : La Fureur de Magnus, Chapitre Trois - Infimes Perturbations, Chapitre Cinq - Les Opportunités se Multiplient, Chapitre Six - La Brèche, Chapitre Huit - Des Âmes d’Importance, Chapitre Neuf - Le Feu Vivant, Chapitre Dix - Prédateurs et Proie, Chapitre Douze - Le Hall des Victoires, Chapitre Treize - À la Dérive, Chapitre Quatorze - Un Précurseur au Changement, Chapitre Quinze - Le Sang des Ur-Dracs, Chapitre Seize - Ne Jamais Oublier, ne Jamais Pardonner de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2021 et résumées par Guilhem.
  43. Informations issues du Codex Space Marines du Chaos, V6 - Ahriman et résumées par Guilhem.
  44. Informations issues de La Légion Noire, Dramatis Personae, Chapitre XIV - Vision de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  45. Informations issues du Codex Heretic Astartes Thousand Sons, V8
    Informations issues de Ahriman - L’Exilé, Chapitre VIII - L’Effacement de FRENCH JOHN, Black Library, 2013
    Informations issues de La Légion Noire, Dramatis Personae, Chapitre XIV - Vision de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2018
    Informations issues de Ahriman - Le Sorcier, Chapitre VII - La Loyauté de FRENCH JOHN, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.
  46. Informations issues de Ahriman - L’Exilé, Prologue, Chapitre III - Visite de FRENCH JOHN, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  47. Informations issues de Ahriman - L’Exilé, Prologue, Chapitre III - Visite de FRENCH JOHN, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  48. Informations issues de Ahriman - L’Exilé, Prologue, Chapitre II - Titan Child de FRENCH JOHN, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  49. Informations issues de Ahriman - L’Exilé, Prologue, Chapitre III - Visite de FRENCH JOHN, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  50. Informations issues de Ahriman - L’Exilé, Prologue, Chapitre VI - Les Cendres du Souvenir de FRENCH JOHN, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  51. Informations issues de Ahriman - L’Exilé, Prologue, Chapitre VI - Les Cendres du Souvenir de FRENCH JOHN, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  52. Informations issues de Ahriman - L’Exilé, Prologue, Chapitre VII - L’Oracle de FRENCH JOHN, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  53. Informations issues de Ahriman - L’Exilé, Prologue, Chapitre XXI - Un Nouveau Départ de FRENCH JOHN, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  54. Informations issues de Ahriman - L’Exilé, Prologue, Chapitre XXI - Un Nouveau Départ de FRENCH JOHN, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  55. Informations issues de Ahriman - L’Exilé, Prologue, Chapitre I - La Purge, Chapitre II - Titan Child, Chapitre III - Visite, Chapitre IV - Le Serment, Chapitre V - Les Fils de la Poussière, Chapitre VI - Les Cendres du Souvenir, Chapitre VII - L’Oracle, Chapitre VIII - L'Effacement, Chapitre IX - Le Vide Spatial, Chapitre X - L'Invocation, Chapitre XI - Une Brèche dans le Warp, Chapitre XII - Le Changement, Chapitre XIII - Engrenages, Chapitre XIV - La Capture, Chapitre XV - Des Secrets, Chapitre XVI - Les Ténèbres, Chapitre XVII - Les Ténèbres, Chapitre XVII - Des Noms, Chapitre XIX - La Paix, Chapitre XX - Aux Armes, Chapitre XXI - Un Nouveau Départ, Épilogue de FRENCH JOHN, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  56. Informations issues de La Légion Noire, Dramatis Personae, Chapitre X - Fantômes du Warp de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2018
    Informations issues de Ahriman - L’Exilé, Prologue, Chapitre II - Titan Child de FRENCH JOHN, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  57. Informations issues de Ahriman Exodus - The Dead Oracle de FRENCH JOHN, Black Library, 2015 et traduites par Trazyn l’infini et résumées par Guilhem.
  58. Informations issues de Ahriman Exodus - Fortune's Fool de FRENCH JOHN, Black Library, 2015 et traduites par Trazyn l’infini et résumées par Guilhem.
  59. Informations issues de Ahriman Exodus - Fortune's Fool de FRENCH JOHN, Black Library, 2015 et traduites par Trazyn l’infini et résumées par Guilhem.
  60. Informations issues de Ahriman - Le Sorcier, Chapitre II - La Confrérie, Chapitre IV - L’Assassinat d’un Monde de FRENCH JOHN, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.
  61. Informations issues de Ahriman Exodus - Hounds of Wrath de FRENCH JOHN, Black Library, 2015
    Informations issues de Ahriman Exodus - The First Prince de FRENCH JOHN, Black Library, 2015 et traduites par Trazyn l’infini et résumées par Guilhem.
  62. Warlords of the Dark Millenium : Ahriman - Seeker of Impossible Knowledge (traduit de l'anglais par Guilhem)
  63. Warlords of the Dark Millenium : Ahriman - Dreams, Wars and Bloodshed (traduit de l'anglais par Guilhem)
  64. Informations issues du Codex Heretic Astartes Thousand Sons - Annales des Arcanes, V8 et résumées par Guilhem.
  65. Warlords of the Dark Millenium : Ahriman - The Harvest of Calliope (traduit de l'anglais par Guilhem)
  66. Warlords of the Dark Millenium : Ahriman - The Death of Dianixis (traduit de l'anglais par Guilhem)
  67. Information issues du Codex Chevaliers Gris, V5 - La Purge de Jollana et résumées par Guilhem.
  68. Informations issues de Ahriman : Key of Infinity de FRENCH JOHN, Black Library, 2017 traduites par Trazyn l’infini et résumées par Guilhem.
  69. Warlords of the Dark Millenium : Ahriman - Fate’s End (traduit de l'anglais par Guilhem)
  70. Informations issues du Codex Harlequins, V8 et résumées par Guilhem.
  71. Informations issues du Codex Heretic Astartes Thousand Sons - Annales des Arcanes, V8
    Informations issues de Black Legion - A Codex : Chaos Space Marines Supplement, Chapter Legion of Traitors - Army of the Dark Gods et résumées par Guilhem.
  72. Informations issues de Eye of Terror : The War Continues… et résumées par Guilhem.
  73. Informations issues du Codex Harlequins, V8 et résumées par Guilhem.
  74. Informations issues du Codex Heretic Astartes Thousand Sons - Annales des Arcanes, V8
    Informations issues de Gathering Storm - Livre II : La Fracture de Biel-Tan - La Guerre dans le Labyrinthe et résumées par Guilhem.
  75. Informations issues du Codex Heretic Astartes Thousand Sons - Annales des Arcanes, V8 et résumées par Guilhem.