Horus Lupercal

De Omnis Bibliotheca
EnProgrès.jpg
Actuellement en cours de construction

Nos équipes de Technoprêtres se chargent
de la mise en place de cet article.

Nous maîtrisons la situation !
- Technoprêtre Moulinex.


« Ordonnez aux batteries de faire feu. Et que brûle la galaxie. »
- Horus Lupercal à Isstvan III.
Horus Lupercal, Le Maître de Guerre, Le Briseur des Tyrans, Le Fils Favori, L’Œil de Terra, L’Architraître, Primarque des Luna Wolves/Sons of Horus.
Lupercal. Le Maître de Guerre. Le Briseur des Tyrans. Le Fils Favori. L’Œil de Terra. L’Architraître. Horus Lupercal était le Primarque des Luna Wolves, rebaptisés à la fin de la Grande Croisade les Sons of Horus. Stratège hors pair, diplomate accompli, Horus Lupercal était le plus charismatique de sa fratrie et considéré comme le premier de ses pairs. Persuasif et doué d’un talent inné pour la psychologie, Horus pouvait déceler la nature des hommes pour en exploiter les forces et les faiblesses, ce qui lui permit de gagner le cœur de ses soldats, mais également de trouver des solutions négociées à de nombreux conflits là où d’autres auraient lancé l’assaut. Étant l’un des vingt Primarques créés par le génie génétique de l’Empereur de l’Humanité, il était surtout le premier Primarque à être retrouvé, devenant le fils favori du Maître de l’Humanité.[1]

Horus était un véritable géant, aussi large d’épaules en comparaison d’un guerrier de l’Astartes que celui-ci l’était par rapport à un homme normal. Son armure était à l’origine d’or blanc comme le soleil à son lever, l’œuvre de maîtres artificiers. Des nombreux symboles qui en couvraient les surfaces, le plus grand était un unique œil grand ouvert, modelé au centre du plastron. Des robes d’étoffe blanche flottaient autour de ce personnage vénéré et terrible. Au-dessus du gorgerin, son visages si parfaitement beau était nu, parfait en toute proportion et habité par la grâce. Sa tête était nue, rasée, sculpturale. Son visage était noble, hâlé par de nombreux soleils et ses yeux espacés brillaient autant que ses dents.[2]

Avant de commencer Sa conquête de la galaxie, l’Empereur de l’Humanité avait crée les Primarques en utilisant une sorcellerie génétique mystérieuse et Ses propres pouvoirs phénoménaux. Il forgea vingt demi-dieux, des guerriers sans égaux, des stratèges et des chefs charismatiques. Ils rassemblaient toutes les qualités de l’homme, catalysées dans le creuset de la science et magnifiées par l’essence du divin. Le Maître de l’Humanité voulait que les Primarques soient à Ses côtés pendant la Grande Croisade, afin qu’ils mènent chacun une des vingt Legiones Astartes. Mais avant qu’Il puisse mettre ce plan à exécution, les Dieux du Chaos intervinrent et enlevèrent les Primarques alors qu’ils n’étaient encore que des embryons, les dispersant dans le Warp. Chacun d’eux se retrouva alors sur un monde de l’Humanité, loin de Terra. Certains pensent que c’est à ce moment-là que les Dieux Sombres laissèrent leur empreinte dans le patrimoine génétique des fils de l’Empereur, provoquant la rébellion de la moitié des Primarques pendant l’Hérésie d'Horus.[3]

Horus atterri sur la planète Cthonia, situé à quelques années-lumière de Terra. Si il y a peu d’informations concernant sa jeunesse sur ce monde, jeunesse elle-même entourée de mythes et de légendes, il fut néanmoins le premier Primarque retrouvé par l’Empereur. Il resta pendant des années le seul Primarque à grandir aux côtés de son créateur qui, découvrant de nombreuses affinités entre eux, consacra beaucoup de temps dans son éducation. Horus reçut le commandement de la XVIe Légion, baptisée les Luna Wolves, créés à partir de son propre code génétique. À leur tête, il accompagna l’Empereur dans Sa Grande Croisade et ensemble, ils forgèrent le foyer initial de l’expansion de l’Imperium naissant.[4]

Ayant combattu aux côtés de son père dès le début de la Grande Croisade, Horus connu la gloire lors de la Croisade d'Ullanor lorsque aux côtés de l’Empereur, il commanda la plus grande offensive impériale de la Grande Croisade contre le plus grand empire Ork jamais rencontré, dans le secteur d’Ullanor. Il élimina personnellement le Seigneur de Guerre de cet empire Xenos et lors du Triomphe qui s’en suivit, l’Empereur le proclama Maître de Guerre, faisant de lui le maître suprême de la puissance militaire de l’Imperium. Suite à cette élévation qui le plaçait au-dessus de ses frères, et le départ de l’Empereur d’Ullanor pour accomplir un projet secret dont Il ne fit même pas part à Son fils favori, Horus fut assailli par le doute, la bureaucratisation de l’Imperium, le manque de respect de certains de ses frères, la remise en cause de son autorité par certains et par l’éloignement et le silence de son père bien-aimé. Il devint de plus en plus amer et renfermé. Son destin bascula lorsque qu’il intervient sur la lune de Davin à la demande des Word Bearers et du Chapelain Erebus, secrètement fidèle aux puissances du Warp. Horus et sa Légion furent attaqués par des Démons et durant la bataille, le Maître de Guerre fut grièvement blessé par une lame qui infesta son corps, le menant au seuil de la mort. Désespéré, ses guerriers acceptèrent qu’Erebus et les autochtones de Davin pratiquent un rituel mystérieux dans l’un de leurs temples, au sein d’une Loge Guerrière. Lors de ce rite, Erebus, profitant de l’isolement et de l’état de faiblesse d’Horus, emmena suite à une cérémonie odieuse l’âme du Primarque dans le royaume infernal de l’Immaterium afin qu’il rencontre les Dieux du Chaos. Les Puissances de la Ruine manipulèrent Horus et parvinrent à le corrompre afin qu’il se retourne contre l’Empereur, sous le prétexte fallacieux de sauver le genre humain du faux projet de divinisation de l’Empereur, lui promettant le Trône en échange de la vie de son père. Acceptant ce pacte, Horus fut ensuite miraculeusement guéri et prépara ses plans qui allait mener à la guerre civile. Propageant au sein de sa Légion et dans d’autres les Loges Guerrières sur le modèle davinite, il parvint à convaincre huit de ses frères Primarques de le rejoindre pour frapper les forces Loyalistes de l’Imperium. Par ses complots, il déclencha une série de conflits, de massacres et d’horreurs qui firent de lui le plus grand traître de l’histoire humaine. Cette guerre civile cataclysmique qui mettra fin aux rêves d’Unité et de progrès de l’Empereur entra dans la légende sous le nom d’Hérésie d'Horus.[5]

Horus révéla sa trahison lors de l’Atrocité de Isstvan III qui vit l’élimination des Loyalistes au sein des Légions Renégates des Sons of Horus, des Emperor's Children, de la Death Guard et des World Eaters. Prévenu de ce massacre, l’Empereur envoya sept Légions éliminer l’Architraître sur le monde de Isstvan V. Mais quatre de ses Légions - les Word Bearers, les Iron Warriors, l’Alpha Legion et les Night Lords rejoignirent la cause d’Horus et massacrèrent sur le sable noir les trois Légions Loyalistes des Salamanders, des Iron Hands et de la Raven Guard, provoquant la mort de Ferrus Manus et la capture de Vulkan.

Ces événements mirent l’Imperium à genoux et permit à Horus de lancer une vaste offensive dans l’ensemble du domaine impérial qui plongèrent l’Humanité dans une époque de guerre fratricides et de massacres connu comme l’Âge des Ténèbres. Durant cette ère de conflits, Horus manipula les Légions Loyalistes restantes en usant de son titre de Maître de Guerre afin de les piéger et les détruire. Ainsi, il convainquit Leman Russ d’annihiler les Thousand Sons et Magnus le Rouge - craignant les pouvoirs psychiques du Cyclope - sur Prospero et affaiblissant durablement les Space Wolves, dirigea les Blood Angels et son frère Sanguinius vers l’enfer de Signus Prime[6], déclencha la guerre dans le système de Thramas en envoyant les Night Lords combattre les Dark Angels et Lion El'Jonson, et organisa avec Lorgar l’effroyable carnage de Calth en attirant les Ultramarines et leur Primarque Roboute Guilliman dans un piège qui virent les Word Bearers commettre une atrocité sans précédent. Tout en ayant provoqué le Schisme de Mars qui déchira le Mechanicum avec ses promesses d’autonomie à l’institution martienne[7], Horus mena ses armées à la conquête de nombreux systèmes vitaux, comme les Profondeurs Coronides[8] et surtout vers le Monde Chevalier de Molech où il acquit la puissance nécessaire pour affronter l’Empereur, devenant un Champion des Dieux Sombres à part entière.[9] Tout en sombrant de plus en plus dans la folie, le destin d’Horus faillit s’achever sous les coups de son frère Leman Russ qui le blessa lors de la Bataille de Trisolian[10]. La blessure qu’il reçut de la Lance de l’Empereur que maniait le Roi-Loup le fit sombrer dans l’inconscience au moment de son triomphe dans le système de Beta-Garmon qui lui ouvrait la voie vers le Monde-Trône[11]. Néanmoins, suite à un rituel ténébreux, l’Architraître se remit de cette blessure. Après des années de tueries, de batailles et de complots, ainsi que d’une propagation du Chaos dans les rangs des renégats, les vastes armées d’Horus parvinrent à prendre l’avantage. Le Maître de Guerre rassembla ses troupes et ses frères corrompus restants sur Ullanor, et dans une sinistre parodie de l’ancien triomphe de la Grande Croisade, il lança la dernière étape du conflit galactique : Terra où la plus grande bataille de l’histoire de l’Humanité se déroula.

Les forces armées d'Horus avancèrent dans le Système Sol, provoquant la Guerre Solaire qui vit la progression inexorables des Traîtres jursqu’à Terra même. Durant le Siège du Palais Impérial, les hordes d’Horus parvinrent à pénétrer profondément dans le Palais Impérial. Mais grâce aux fortifications de Rogal Dorn, et la résistance acharnée des Loyalistes dirigée par Dorn, Sanguinius et le Khan, le temps fini par jouer contre Horus lorsqu’il apprit que son frère Guilliman arrivait en force vers Terra avec sa vaste Légion. Jouant le tout pour le tout, Horus ordonna la suppression des boucliers de son navire amiral, le Vengeful Spirit, pour attirer l’Empereur à bord pour un dernier combat. Le Maître de l’Humanité se téléporta à l’intérieur du vaisseau de l’Architraître en compagnie des Primarques Sanguinius et Rogal Dorn, qui furent dispersés durant les affrontements à l’intérieur du navire. Ce fut Sanguinius qui trouva Horus en premier, puis qui fut tué par le Maître de Guerre durant un duel à la portée tragique.

Le corps brisé du Grand Ange gisait aux pieds d’Horus lorsque l’Empereur arriva pour faire face à Son ennemi, et devant la dépouille de Sanguinius, les deux adversaire se battirent dans un duel à mort dont l’enjeu était ni plus ni moins que l’âme de l’Humanité.

Horus infligea à l’Empereur des blessures mortelles, sa puissance gonflée par les pouvoirs des Dieux Sombres. Alors qu’il brisait le corps de l’Empereur, ce dernier parvint avec une détermination inébranlable à rassembla toutes Ses forces et porta un coup psychique massif qui tua presque Horus. Dans ces derniers instants, les pouvoirs du Chaos furent chassés du Maître de Guerre, libérant Horus de l’emprise des Dieux Sombre. Horrifié par les atrocités qu’il avait commis, Horus supplia l’Empereur de le tuer, ce que le Maître de l’Humanité, après un instant d’hésitation, accompli, achevant Son ancien fils bien aimé et effaçant Son âme à jamais de l’existence.

Avec la mort d’Horus, le Siège de Terra se brisa, les Traîtres sentant la mort de leur maître et le reflux des puissances démoniaques. Ils s’enfuirent et l’Hérésie d’Horus prit fin. L’Empereur, affligé par les terribles blessures que le Maître de Guerre lui avait infligé, fut retrouvé par Rogal Dorn et placé sur le Trône d'Or, démarrant un nouvel âge : celui de l’Imperium.

Le corps d’Horus fut emmené par sa Légion dans l’Œil de la Terreur, et c’est dans ce royaume cauchemardesque que son héritier rassembla les forces armées du défunt Maître de Guerre afin d’achever ce qu’il avait commencé.[12]

Jeunesse sur Cthonia[modifier]

Horus durant sa jeunesse.
Alors que l’histoire ancienne de nombreux Primarques est abondante, bien qu’elle soit inégalement documentée, on ne peut pas en dire autant d’Horus. La contradiction et l’omission ternissent tous les comptes rendus des années de formation d’Horus. Il est clair que l’Empereur a trouvé Horus et qu’il a pris le commandement de la XVIe Légion au début de la Grande Croisade. Au-delà de ces faits manifestes, l’accord entre les sources fait cruellement défaut, certains plaçant même Horus sur Cthonia comme un enfant trouvé.

Comme beaucoup de ses frères, ces sources disent qu’il a prospéré dans cet environnement difficile, apprenant ses premières leçons de guerre et de meurtre au sein de groupes de tueurs barbares de Cthonia. Une autre source affirme qu’Horus est retourné à Terra lui-même. Des passages poétiques datant des premiers jours de la Croisade décrivent la capsule d’incubation d’Horus tombant du ciel nocturne comme une étoile brûlante. Dans ce récit, Horus grandit aux côtés de l’Empereur, apprenant de son père alors même qu’ils reprenaient le Système de Sol et forgeaient des alliances qui créèrent l’Imperium. D’autres affirmations très crédibles affirment que l’Empereur a trouvé Horus, le premier de Ses fils perdus, mais ne précisent pas où quand elle n’affirment pas que cette découverte eut lieu sur Luna, Skarasen ou même sur un Space Hulk près du noyau galactique. Beaucoup de ces légendes racontent que l’Empereur a envoyé le jeune Horus vivre dans les bandes de guerre de Cthonia jusqu’à ce qu’il soit mature et prêt à prendre sa place au sein de l’Imperium, d’autres qu’Il l’a entraîné à Ses côtés.

En effet, il est à la fois symptomatique et frustrant pour le chroniqueur de l’histoire d’Horus qu’il existe d’autres récits encore plus fantaisistes : l’Empereur arrachant Horus au tourbillon alors même qu’il tentait de le revendiquer. Horus revenant sur Terra depuis un empire lointain à la tête de sa propre flotte, mais pliant le genou à la vue de son père. Horus mort et ressuscité par les cultes de Luna, qui utilisaient la technologie génétique des Selenar. Horus sortant d’une immersion de lumière dans le palais de l’Empereur après avoir marché parmi la lumière des étoiles perdues. Nous ne connaîtrons jamais la vérité ; cette époque ancienne est trop envahie par le mythe et souillé par le sang de ce qui allait devenir une certitude, sauf que dès le début, Horus était un être qui, peut-être plus que tout autre Primarque, semait ses propres mythes et légendes en marchant, un être à qui les grandes actions venaient facilement et dont la gloire presque surnaturelle s’accumulait comme si elle était ordonnée.[13]

Cthonia fut découverte par une Compagnies de la Ve Légion commandée par le Capitaine Kornelius Dure. Dure définissant dans son rapport Cthonia comme un nid de serpent à détruire, rapport qu’Horus commentera avec humour plus tard, favorisant même le Capitaine Dure et sa Compagnie, leur demandant souvent d’être les éclaireurs de sa flotte. Horus sera ainsi l’un des rares grands généraux de cette époque à reconnaître le rôle des Compagnies Pionnières de la Ve Légion - qui avait un rôle d’avant-garde - et à gagner en retour leur respect.[14]

D’autres informations affirment qu’Horus n’avait pas grandi sur Cthonia, le monde natal de sa Légion, ce qui n’était pas courant pour un Primarque. Mais il parlait le cthonien couramment. En vérité, il le parlait avec la tonalité palatale particulière et les voyelles appuyées d’un Ganger de l’hémisphère ouest, la plus basse des castes de Cthonia. On peut supposer que c’est parce que Lupercal l’avait appris ainsi, auprès d’un précepteur qui parlait de cette façon, mais Horus ne faisait jamais rien par hasard. L’accent prononcé du futur Maître de Guerre pourrait avoir été une manière délibérée de le faire paraître d’extraction aussi basse et aussi honnête que ces hommes.[15]

Si sa jeunesse reste inconnu, Horus fut néanmoins un jour reçu au Palais Impérial sur Terra, durant une grandiose cérémonie pour l’accueillir. Devant une foule nombreuse et son père assis dans un immense trône en or en forme d’aigle bicéphale, il jura de le servir ainsi que l’Imperium de l’Humanité.[16]

Étant très jeune au moment de sa découverte, le futur Horus resta pendant des années le seul fils de l’Empereur qui, découvrant de nombreuses affinités entre eux, consacra beaucoup de temps à son éducation.[17]

Horus se vit offrir par l’Empereur comme premier livre un manuel d’astrologie, après avoir remarqué sa fascination pour les étoiles. C’était un livre pour enfants, l’Empereur voulant que le Primarque apprenne et comprenne les étoiles. Horus écouta son père lui expliquer qu’un jour, vingt fils comme lui correspondraient aux vingt signes du ciel, chacun d’entre eux incarnant le caractère d’un amas zodiacal spécifique. Le Maître de l’Humanité proposa de faire d’Horus le signe du zodiaque connu sous le nom de Sagittaire car un jour, il devra diriger Ses armées, Ses instruments de guerre. Or, l’homme et le cheval réunis en un seul, galopant vers les cieux, ne se soumettaient à personne.

À la fin de la Grande Croisade, sur Ullanor, Horus recevra de son père une chevalière d’or patiné érodée par l’âge, faite en Perse, l’année d’avant la naissance du Maître de l’Humanité, représentant un Sagittaire, symbole de son office de Maître de Guerre.[18]

La Grande Croisade[modifier]

« Il est de la folie des hommes de se croire des acteurs sur la scène de l’histoire, de croire que leurs actes puissent affecter la grande procession qu’est le passage du temps. Cette chimère, l’homme puissant, convaincu que sans sa présence le monde ne tournerait plus, les montagnes s’effondreraient et les mers s’assécheraient, peut la serrer contre son sein pour parvenir à s’endormir. Mais si la commémoration de l’histoire nous a appris une chose, c’est que tout est transitoire : d’innombrables civilisations avant la nôtre ne sont plus que poussière et os, et les grands héros de leur temps, plus que légendes oubliées. Nul homme ne vit éternellement, et tandis que s’estompe la trace de ses actes, ainsi s’estompe son souvenir. C’est là une vérité universelle, une loi inévitable qui ne peut être déniée, malgré les protestations des vaniteux, des arrogants et des tyrans.
Mais Horus était l’exception. »
- Kyril Sindermann, préface aux Commémorateurs.
Le Primarque des Luna Wolves.
Premier Primarque à avoir été retrouvé par l’Empereur, et étant très jeune au moment de sa découverte, Horus resta pendant des années le seul fils de l’Empereur retrouvé. Il reçut le commandement de la Légion des Luna Wolves, soit dix mille Space Marines créés à partir de son propre code génétique. À leur tête, il accompagna l’Empereur dans Sa Grande Croisade et ensemble, ils bâtirent le foyer initial de l’expansion de l’Imperium naissant.

Horus se battra aux côtés de l’Empereur en de nombreuses occasions comme contre les habitants de la cité fortifiée de Reillis qui refusaient de se soumettre à la volonté bienveillante de l’Empereur, leurs forces de défense empruntant secrètement des tunnels souterrains pour émerger juste derrière l’Armée Impériale assiégeante, prenant par surprise le campement de commandement. Pris au dépourvu et sans leurs armures, Horus et l’Empereur se battirent dos à dos jusqu’au moment où une explosion de plasma envoya Horus au sol, inconscient. L’Empereur se tint fermement devant son corps et refusa de reculer jusqu’à ce que des renforts arrivent et repoussent les attaquants.

Puis, alors que les autres Primarques étaient peu à peu retrouvés, Horus était déterminé à faire en sorte que ce soit à son égard que son père ressentirait le plus de fierté.

De nombreuses Légions disposaient de leur commandant attitré mais Horus se retrouva bien souvent à la tête des opérations, position qu’il appréciait particulièrement et dont il profita à plusieurs reprises pour démontrer qu’il était un général accompli, obtenant de nombreuses décorations des mains de l’Empereur pour ses conquêtes. Il bénéficiait également de l’approbation et de l’admiration de toutes les Légions Space Marines, y compris de leurs Primarques.

Horus était non seulement un guerrier et un stratège d’exception, mais qu’il faisait également preuve d’une grande intelligence. Il était également doué pour tirer le meilleur parti de ses frères Primarques et de leurs Légions respective, exploitant à bon escient les talents particuliers de chaque Légions. Si une attaque éclair s’imposait, il dépêchait les White Scars ou les Night Lords. Quand une campagne prolongée s’annonçait, il faisait confiance à la Death Guard ou aux Salamanders. En cas de minutage serré ou d’opérations à couvert, il avait recours à l’Alpha Legion, et dans les situations plus simples où la détermination était de mise, il envoyait les autres Légions. Horus dirigeait celles-ci comme un général aurait manœuvré les unités de son armée, faisant en sorte que chacune soit toujours à son avantage et permette à l’ensemble de gagner. Il envoyait par exemple aux Blood Angels des rapports détaillés sur les plus brillantes victoires des World Eaters, et inversement, afin d’aviver leur rivalité et de les forcer à améliorer leurs performances. De même, il est presque certain qu’Horus connaissait le différent qui opposait les Space Wolves aux Dark Angels, car il envoya souvent ces deux Légions sur les mêmes conflits afin de les inciter à accomplir les plus hauts faits d’armes en cherchant prouver leur supériorité. Sa propre Légion avait l’honneur de faire office de garde personnelle au plus grand des Primarques et partageait son credo d’être toujours la meilleure. Sous son commandement, les Luna Wolves se trouvèrent systématiquement à l’avant-garde de chaque campagne, repoussant toujours plus loin les limites de l’Imperium dans leur désir de conquérir plus de mondes que toute autre Légion. Dans les systèmes d’Aartuo, de Keskastine et d’Androv, les Luna Wolves passèrent de planète en planète à mesure que les armées locales étaient soumises. Les Iron Warriors et les Ultramarines, qui combattaient alors aux côtés d’Horus, furent laissés en arrière pour traiter les dernières poches de résistance ou établir des garnisons sur les mondes conquis mais lorsque plusieurs rébellions éclatèrent sur de nombreuses planètes après le départ d’Horus et de sa Légion, Roboute Guilliman aura une discussion avec lui à ce sujet. Horus calmera le seigneur d’Ultramar en reconnaissant que les troupes de Guilliman étaient bien meilleures dans ce type de tâche que ne l’étaient les siennes.

Quoi qu’il en soit, Horus s’imposa comme le Primarque le plus charismatique, talentueux et adulé de la Grande Croisade, à la tête de l’une des plus puissantes Légions.[19] Horus était aussi connu sous le nom de Lupercal, un ancien cri de guerre, un nom affectueux que donnait lui donnait sa Légion.[20]

Autre compagnon d’Horus durant ses conquêtes, le Vengeful Spirit sera le célèbre vaisseau amiral du Primarque, le noyau central des campagnes des Luna Wolves pendant deux siècles. C’était un vaisseau de guerre de classe Gloriana d’une telle puissance que des systèmes entiers seront soumis par l’ampleur de la dévastation qu’il pouvait déchaîner à lui seul. Il servira Horus durant la Grande Croisade, l’Hérésie d’Horus, et connaîtra une sombre renommée les millénaires qui suivront…[21]

La Rencontre avec Leman Russ[modifier]

Horus fut pendant trente années le seul Primarque retrouvé. Ce statut particulier prit fin lorsque l’Empereur retrouva sur un Monde Hostile, Fenris, Leman Russ, Primarque des Space Wolves. Leman Russ fut le second Primarque retrouvé par l’Empereur. Horus fut convoqué par l’Empereur à bord de Son vaisseau, où il vit de loin un barbare entouré d’une bande de sauvages mal élevés. Horus fut déçu de voir que le premier frère qu’il rencontrait était une brute mal dégrossi et ressenti un peu de jalousie en comprenant qu’il n’était plus le seul fils de l’Empereur qui exprimait Sa fierté en regardant Russ, un fils qui Lui sera toujours loyal à Ses yeux. Horus alla rejoindre Russ et le premier échange fut finalement cordial. Russ lui demanda qui gagnerait en duel si ils se battaient l’un contre l’autre. Horus affirma que ce serait lui. Un jour, ils mettront en pratique ce défi, pour le pire…[22]

De Proches Frères[modifier]

Durant la Grande Croisade, Horus tissa des liens particuliers avec certains de ses frères.

À la demande de l’Empereur, il fut le mentor du Primarque des Emperor’s Children, Fulgrim, ce dernier se retrouvant à la tête d’une Légion ne comptant que deux cent guerriers suite à un accident qui avait dévasté leurs stocks génétiques, les empêchant avant le retour du Phénicien, d’augmenter leurs effectifs. Pendant plus d’une décennie, les Emperor’s Children et les Luna Wolves combattirent côte à côte et un puissant lien de fraternité et de confiance fut forgé entre Fulgrim et Horus. Lorsque les Emperor’s Children se sont finalement éloignés pour être indépendants, ils étaient devenus les frères de serment des Luna Wolves, un lien qu’Horus exploitera avec intelligence.[23]

Les Fils d’Horus[24]

Le nombre des Luna Wolves qui présentaient une ressemblance frappante avec leur Primarque avait de quoi surprendre. La raison en avait été rejetée sur des prédispositions à la réceptivité génétique, mais ceux dont le visage renvoyait à celui d’Horus n’en étaient pas moins considérés comme des élus, désignés par tous les hommes comme les Fils d’Horus. Le terme était une marque honorifique, et ces Fils semblaient souvent s’élever dans la hiérarchie plus vite que les autres. Le fait était connu : tous les précédents membres du Mournival avaient été des Fils d’Horus, jusqu’à l’arrivée de Garviel Loken.

Lorsque Sanguinius, Primarque des Blood Angels fut à son tour retrouvé, Horus se chargea de l’initier au déroulement d’une guerre entre les étoiles et pour comprendre les fonctions du vaste Imperium que l’Empereur était en train de construire. Un lien de confiance apparu entre eux et ils devinrent amis.[25]

Quant au Primarque de la Death Guard, Mortarion, Horus fut l’un des rares à avoir été l’un de ses proches, reconnaissant son mérite, étant donné qu’il combattait souvent à ses côtés. Lupercal fut pour le Seigneur de la Mort un mentor qui comprenait ses désirs et appréciait ses méthodes.[26]

Horus Lupercal fut aussi celui à faire le premier rapport concernant un monde qu’il découvrit aux côtés de l’Empereur et baptisé Mundus Planus - où Chogoris - définissant cette planète comme riche en ressources et abritant un peuple humain guerrier et remarquablement stable. Ce monde était celui de Jaghatai le Khan, Primarque des White Scars, avec qui Horus entretiendra de bonnes relations.[27]

Enfin une légende invérifiable qui circulait secrètement entre les maisons et les factions de la Cour Impériale prétend que lorsqu’Horus apprit qu’une flotte d’une confédération de systèmes humains avait des guets-apens, parvenant à neutraliser un cuirassé isolé des Luna Wolves, il prit lui-même le commandement de sa flotte et se serait lancé à la poursuite de cette mystérieuse flottille. Horus se serait retrouvé au milieu de plusieurs embuscades, englués dans des pièges mortels et obligé de poursuivre des ombres jusqu’à ce que son vaisseau amiral lui-même soit attaqué par les navires ennemis. Dans l’affrontement qui s’ensuivit, un assassin pénétra dans le vaisseau amiral, et par la ruse et le meurtre, réussi la tâche impossible de se frayer un chemin jusqu’au centre de commandement d’Horus et à massacrer ses gardes du corps. Horus lui-même fut obligé d’affronter ce mystérieux assassin qui se révéla être le dernier des Primarques non retrouvé : Alpharius.[28]Il se pourrait qu’Horus ne fit pas part immédiatement de la découverte d’Alpharius à l’Empereur, préférant le garder auprès de lui pendant quelques mois, ayant été impressionné par les tactiques employées par Alpharius contre son croiseur de patrouille et par la façon dont ce dernier avait été piégé puis abordé. Il profita de cette période pour placer son jeune frère à la tête de ses campagnes, finissant par gagner l’admiration d’Alpharius qui apprit beaucoup de lui. Mais tout cela ne serait qu’une légende, car tout ce qui touche à l’Hydre tout être étudié avec prudence.[29]

La Campagne de Molech[modifier]

Horus Lupercal durant la Grande Croisade.
Horus accompagna l’Empereur sur le Monde Chevalier de Molech qui se soumit facilement à l’Imperium. En plus de Jaghatai Khan, Lion El’Jonson et Fulgrim qui était encore à l’époque sous sa tutelle, Lupercal passa quelques mois sur ce monde. Lorsqu’il repartit avec l’Empereur et ses frères, presque cent régiments de l’Armée Impériale, trois cohortes du Titanicus et des détachements de deux Légions y sont restés en garnison. Durant les jours sombres de l’Hérésie, Horus se rendra compte qu’il n’avait aucun souvenir sur ce qui c’était passé sur ce monde, l’Empereur ayant effacé sa mémoire ainsi que celles de ses frères…[30]

La Conformité de Davin[modifier]

Soixante ans avant l’Hérésie, Horus participa à la mise en Conformité d’un Monde Sauvage, balayé de vents arides, cuit sous le sinistre œil rouge de son soleil. Nommée à l’époque Soixante-Trois Huit - le huitième monde ramené à l’obéissance par la 63e Flotte Expéditionnaire que dirigera Lupercal jusqu’à la fin de la Grande Croisade - cette planète se nommait en réalité Davin était à présent un monde

Des batailles violentes et des engagements courts et âpres contre les castes guerrières autochtones eurent lieu. Mais écrasés par le nombre, désespérément surclassés, les combattants locaux s’étaient battus avec une grande résolution et n’avaient offert leur reddition qu’après avoir accompli tout ce que l’honneur exigeait. Les Luna Wolves avaient été impressionnés par leur courage, et par leur volonté d’accepter ensuite le nouvel ordre. Horus déclara qu’ils avaient beaucoup à apprendre d’adversaires aussi braves et si les hommes des tribus étaient séparés du génome humain par des millénaires d’isolement et partageaient peu de traits avec les colons venus s’installer après le passage des Astartes, le Primarque avait permis à ces individus sauvages de survivre pour leur enthousiasme à embrasser la façon de vivre impériale. Horus l’ignorait encore, mais Davin allait signer sa déchéance future.[31]

Le Banquet de la Discorde[modifier]

Suite à la victoire sur le monde de Schravann où les Iron Warriors du Primarque Perturabo remportèrent une importante victoire après avoir écrasé la forteresse de Badoon, Horus organisa un banquet célébrant la victoire. Lupercal déclara que Perturabo était le plus grand stratège militaire de la Grande Croisade, mais Fulgrim demanda à Rogal Dorn s’il pensait que les défenses du Palais Impérial pourraient résister aux Iron Warriors de Perturabo. Dorn déclara que les défenses du Palais Impérial étaient à l’épreuve de toute attaque si elles étaient correctement manœuvrées, ce qui déclencha la rage de Perturabo qui insulta Dorn au point que tout ceux présents furent choqués, et démarrant une âpre rivalité entre les deux frères.[32]

L'Émancipation de Drume[modifier]

Campagne de la Grande Croisade qu’Hrous mena avec Jaghatai Khan et Mortarion l’Émancipation de Drune vit un affrontement avec les effrayants Asservisseurs qui avaient assuré leur domination mentale sur l’ensemble de la population du monde de Drune. Horus, ses frères et leurs Légions se présentèrent devant les portes de la capitale de la planète et malgré les avertissements d’un Prophète des Tempêtes des White Scars, Kulek Senn, il défonça les portes d’entrée de la cité avec sa masse, pour se retrouver face à une horde d’humains sous domination mentale des Asservisseurs. Obligé de se replier afin de tenir conseil de guerre, Horus fit du Khan le commandant de l’ensemble de la campagne.

Les opérations durèrent des mois, et les trois Légions faisant face aux ignobles Xenos parasites qui contrôlaient des centaines de millions d’humains. Lors du combat final dans la capitale mondiale, les trois Primarques affrontèrent un Asservisseur gigantesque qui faillit éliminer Horus et son frère Mortarion par un puissant assaut psychique qui fit couler du sang des yeux de Lupercal. Horus ne dut son salut que par l’intervention de Jaghatai Khan qui tua l’énorme béhémoth, protégé des assauts psychiques de l’alien par ses Prophètes des Tempêtes. Il paya sa dette en sauvant à son tour le Faucon de Chogoris lors du déchaînement Æthérique provoqué par la mort du Xenos.[33]

La Campane de Gar-Ban-Gar[modifier]

En M30.906, le monde de Gar-Ban-Gar - où 4-68-99 selon les cartographes impériaux - fut le théâtre d’une furieuse bataille entre les White Scars, soutenus par les Luna Wolves, et les Orks. Dérivé du chant Peau-Verte "gharra-bhannagharra", centre d’un empire stellaire Ork du Seigneur de Guerre Gharluk, domaine regroupant une cinquantaine de planètes. Cette immense zone spatiale, comparable à celle du florissant Ultramar pour ce qui était de ses dimensions, mais inférieure sur les plans culturels et civilisationnel, certains mondes n’étaient rien de plus que de grands éperons rocheux infestés de féroces Peaux-Vertes en maraude et d’autres étaient de véritables Mondes-Forteresses sur lesquels pullulaient les nids de Xenos. Gharluk tenait d’une main de fer tout son empire et ses communications entre ses planètes, organisant des raids sur des fronts multiples, ce qui compliqua la conquête de ce domaine. Horus commanda l’expédition, accompagné de Jaghatai Khan qui désirait conquérir Gar-Ban-Gar. tandis qu’Horus progressait vers l’anneau de planètes-forteresses au centre du système, le Khan parviendra à ses fins après une violente bataille sur Gar-Ban-Gar, menant à la dislocation de l’empire Peau-Verte.[34]

La Campagne de Zaramund[modifier]

La Campagne de Zaramund fut une campagne de remise en Conformité Impériale en 970.M30 menée par Horus à la tête de sa Légion avec l’aide de la Death Guard commandée par le Premier Capitaine Calas Typhon et un contingent des Dark Angels dirigé par Luther, le bras droit du Primarque Lion El’Jonson, alors en exil sur Caliban. Zaramund, l’un des plus anciens systèmes récupérés durant la Grande Croisade et qui avait été essentiel aux premières expéditions, avait fait sécession de l’Imperium. L’origine de cette rébellion n’a jamais été identifiée et quoi qu’il en soit, Horus a rapidement reconquis le système. En orbite du système reconquis, à bord du Vengeful Spirit, Horus accueilli dans son immense strategium les officiers ayant menés à ses côtés cette campagne. Il les remercia et rendit hommage aux morts, louant le jeune Lieutenant DeBlessent de la garde d’honneur phalanxi - un contingent de l’Armée Impériale - pour son courage, un Lieutenant des Luna Wolves du nom de Garviel Loken pour une action d’abordage très inspirée et le Capitaine Typhon pour son rôle majeur dans cette campagne.

La commémoration fut interrompu par l’arrivée surprise de Lion El’Jonson, qui débarqua sans cérémonie dans le strategium, avançant vers Horus assis sur son trône. Amusé, Lupercal déclara que le Lion avait réussit là où tout ses ennemis avaient échoué : le prendre par surprise.

Mais le Lion n’était pas venu voir Horus, mais Luther. Il était furieux que son bras droit ait désobéit à son ordre de ne pas quitter Caliban. Horus loua les actions de Luther et des Dark Angels qui l’ont accompagné, mais il fut interrompu par le Lion qui réprimanda le d’avoir accepté l’aide de son second. Puis le Lion humilia Luther et lui enleva le commandement des derniers vaisseaux sous son commandement avant de se retirer, laissant un silence de mort dans la salle cérémoniale.[35]

La Conformité de Melchior[modifier]

Horus Lupercal aux côtés de Sanguinius lors de la Conformité de Melchior.
Campagne brutale, la Conformité de la planète Melchior fut une guerre contre des Xenos parasitaires nommés Nephilim qui s’alimentaient d’émanations de la vie, ce qui les menaient à avoir besoin d’être adorés, d’être vénérés comme des êtres divins. Avec l’aide de leur technologie, les Nephilim contrôlaient les esprits, notamment celui des humains et les soumettaient à leur volonté, tirant leur subsistance de l’énergie de ceux qui les vénéraient. C’est ainsi qu’un monde humain tomba sous leur influence, Melchior. Les Nephilim et avaient commencé à consommer les humains dans des constructions gigantesques nommés chapelles empathes, siphonnant la vie de leurs esclaves.

Horus rallia Melchior en compagnie de son frère Sanguinius et avec leurs Légions respectives afin de définitivement mettre fin à la menace des Nephilim. Horus mit en place sa stratégie et la proposa au Grand Ange dans le strategium de son vaisseau-amiral. Devant un large affichage hololithique, il montra à Sanguinius le plan qu’il avait conçu afin de briser la volonté de se battre des Nephilim grâce à une démonstration implacable de puissance martiale. Horus demanda aux Blood Angels de marcher épaule contre épaule avec ses Légionnaires afin de paralyser les Xenos devant le spectacle d’une armée de milliers d’hommes venant se déverser sans la moindre pause aux portes de leur dernier bastion, puis à travers ces portes, par-dessus leurs défenses, sans s’arrêter, sans négocier ni hésiter, telle une mer de rouge et de blanc.

Malgré le caractère emphatique qui faisait toute la force du plan d’Horus, Sanguinius ne se laissa pas facilement laissé rallier. D’un côté à l’autre de l’hololithe, Horus argumenta avec son frère angélique, se contrant dans les deux sens les arguments de chacun, l’un présentant à l’autre les obstacles à sa stratégie. Sanguinius s’inquiétait en regardant les panneaux de l’holographe et y voyait les innombrables icônes représentant les concentrations civiles, le jeu de la topographie, ce paysage désertique trompeur, rempli de points d’étranglement cachés et de pièges mortels. Mais Horus avait déjà pesé les différentes tactiques d’engagement et fait un choix regrettable, mais nécessaire, dans son esprit. Il avait pris cette décision ardue et n’était plus revenu dessus, non pas par manque de cœur, mais par expérience. Mais devant le fait que Sanguinius ne pouvait s’y résoudre aussi facilement que lui, un autre plan fut décidé que l’approche brute.

Après des mois de combats, Horus et sa Légion se retrouvèrent sur les plaines blanches et salines de Melchior et connues sous le nom de Désert d’Argent. Le Primarque vit des millions d’enrôlés et de fidèles humains des Nephilim, servant comme bouclier à leurs maîtres monstrueux. Lupercal était en position de force car les Xenos avaient perdu le contrôle de l’espace une fois la nef ovoïde des créatures détruites. Horus avait conscient que ces pauvres victimes combattaient sans le vouloir alors qu’il s’avançait sur les plaines pour rencontrer ce qui semblait être le chef des Nephilim. Le Primarque demanda la libération des humains asservis et le départ immédiat des Xenos de ce monde, sans heurts. L’offre d’Horus fut rejeté et le combat était inévitable.


Mais au moment où les Nephilims attaquèrent les Luna Wolves, Sanguinius et les Blood Angels apparurent dans le ciel, éjectés des tubes de lancement et des Modules d’Atterrissage depuis des vaisseaux en orbite basse. Les forces groupées des Luna Wolves avaient attiré les Nephilim et leurs adorateurs, laissant la défense de leurs flancs mince et perméable, défense que La Grand Ange lui-même ravagea lorsqu’il sortit de son Warhawk écarlate. Horus de son côté affronta les Xenos et finalement, les Nephilim furent vaincus et Melchior libéré.

Le lendemain de la bataille victorieuse, Horus rejoignit Sanguinius qui se tenait au sommet d’une petite colline de roc pâle. Sanguinius lui demanda si il aurait tenue la promesse au chef Nephilim qu’il avait rencontré avant la bataille. Horus confirma qu’il l’aurait laissé partir, sachant que dans l’espace, la flotte des Blood Angels les attendait… Il apprit au Gand Ange que Jaghatai Khan se chargeait de traquer le monde d’origine des Nephilim et qu’il allait bientôt partir pour une guerre dans le secteur d’Ullanor, mais fut interrompu par le Premier Capitaine de Sanguinius, Raldoron qui demandait l’attention personnelle de son Primarque pour régler une affaire interne à la Légion, parlant d’un frère "perdu". Le Grand Ange quitta immédiatement Horus qui fut interloqué par le changement de comportement de son frère, et très discrètement, il le suivit sans se faire repérer jusqu’à l’intérieur d’une chapelle empathe Nephilim éventrée par les bombes et gardée par de nombreux Blood Angels sur un large périmètre circulaire. À l’intérieur, il vit Sanguinius faire face à un Blood Angel du nom d’Alotros qui semblait être devenu fou à lié, à genoux en train de boire du sang étalé sur le sol et coulant de ses terribles blessures. Alotros regarda Sanguinius sans le reconnaître et fonça sur le Grand Ange dans l’espoir de sucer son sang. Sanguinius lui rompit le cou. Puis Horus fut aperçu par son frère. Lupercal ne comprit pas ce geste et demanda quelle était l’origine du comportement du défunt Blood Angel. Il apprit de Sanguinius que la IXe Légion souffrait d’une tare génétique, la Soif Rouge, qui rendait ceux qui étaient touchés totalement incontrôlables, leur personnalité disparaissant pour laisser place à des berserks assoiffés de sang. Devant l’aveu de son frère qui craignait de finir purger comme la IIe et XIe Légions - effacées des mémoires et de l’histoire - de ne rien dire à l’Empereur et de garder ce secret. Puis avec le Grand Ange, il quitta la chapelle empathe.

Mais quand l’heure de la trahison sonnera, Horus exploitera ce terrible mal contre celui qui fut son plus proche frère.[36]

Un Primarque Inconnu[modifier]

Horus apprit un jour par l’entremise du Primarque Alpharius que la statue de l’un des Primarques disparus, placée aux côtés celle de ses frères dans la session du Palais baptisée l’Investiaire, avait été détruite sur ordre de l’Empereur et de Malcador le Sigillite, le bras droit du Maître de l’Humanité, afin de tapisser les jardins intérieurs du Palais. Horus débarqua lors d’une séance du Conseil de Terra en compagnie d’Alpharius et de Jaghatai Khan, faisant fuir les Hauts Seigneurs. Seul Malcador lui fit face, justifiant son choix. Horus exigea des explications sur la destruction de la statue de son frère anonyme, y voyant une insulte et une tentative honteuse de modifier l’histoire impériale. Il n’arrivait pas à se faire à l’idée que le souvenir de ce frère "tombé au combat" soit effacé à jamais. Horus nargua Malcador en tentant de prononcer le nom du Primarque Inconnu mais il fut soudainement incapable de respirer lorsque le Sigillite fit un geste obscur, oublié depuis longtemps par toute autre âme vivante sur Terra, de sa main. Les membres d’Horus se figèrent dans son armure alors que Malcador tenait Lupercal en place avec la puissance de son esprit. Le Khan demanda à Malcador de relâcher Horus, argumentant que c’était le chagrin et la honte qui expliquait le comportement d’Horus. Horus tomba à genoux, prononçant avec difficulté les syllabes suivantes : « Mal… M-Mal… al… ». Mais la trachée d’Horus se ferma avec un crépitement maladif et son œil droit était devenu rouge lorsqu’un vaisseau sanguin éclata dans la sclérotique. Horus étouffait alors qu’Alpharius s’alarma en suppliant Malcador d’arrêter au risque de tuer Lupercal. Finalement, Horus fut libéré de la poigne psychique de Malcador et plein de haine, il s’empara de son épée en activant le champ d’énergie de la lame à la sortie du fourreau. Le Khan l’exhorta à se clamer mais Horus regarda fixement Malcador et leva l’épée bien haute et la poussa vers la surface de la table autour de laquelle les Hauts Seigneurs de l’Imperium débattait. La pointe s’enfonça dans le bois jusqu’au sol en dessous, et il la laissa en place en tremblant. Horus cracha un défi à Malcador, jurant de le détruire lui et les bureaucrates qui dirigeaient l’Imperium avant de s’en aller.

Arès cet incident, Horus fera des recherches poussées dans l’histoire de la Terre pour découvrir la véritable identité de Malcador, identité qu’il révélera au Grand Khan : Brahm al-Khadour, le dernier des Sigillites, responsable de terribles crimes dans les âges lointains de la Terre.[37]

La Bataille de Gorro[modifier]

Horus Lupercal aux côtés de l’Empereur, affrontant les Peaux-Vertes à Gorro.
Horus participa activement à la Bataille de Gorro, un monde-ferraille se trouvant au plus profond de l’espace dépotoir des Confins de Telon. C’était là le centre d’un empire Ork que l’Imperium affronta vers la fin de la Grande Croisade. Horus dirigea sa Légion contre la vaste flotte Peau-Verte qui protégeait cette sphère de ferraille artificielle, et dont la destruction offrirait la victoire à l’Imperium. La bataille semblait mal engagée mais en réalité, Horus avait manœuvré afin de permettre au vaste vaisseau de l’Empereur, l’Imperator Somnium, d’arriver à la tête d’une flotte impériale pour prendre de revers l’armada Peau-Verte et de l’anéantir.

Suite à la victoire spatiale, Horus accueillir son père à bord du Vengeful Spirit rejoignit par la suite Son fils sur le Vengeful Spirit, préparant dix mille Luna Wolves comme haie d’honneur au Maître de l’Humanité. Il marcha aux côté de l’Empereur jusqu’à la Gloire et des Élégies, lieu où les noms des morts de la Légion étaient inscrits. Là, l’Empereur s’arrêta et Horus se vit promettre par son créateur que ses guerriers ne seront pas morts en vain.

L’assaut sur Gorro fut lancé et Horus se téléporta à sa surface, accompagné de l’Empereur de l’Humanité, des gardes du corps Custodiens et de son élite Terminators Justaerins, commandé alors par son Premier Capitaine, le redoutable Ezekyle Abaddon, le plus terrible de ses guerriers et son fidèle bras droit. Lupercal admira les talents guerriers époustouflants de l’Empereur qui avec Son épée était un reflet d’acier bleuté, trop rapide pour être suivi à l’œil nu et massacrant les Orks sans paraître se déplacer le moins du monde. Mais soudainement, sous les yeux horrifiés du Primarque, l’Empereur tomba dans les profondeurs de Gorro lorsque les champs gravitationnels qui maintiennent la cohérence du monde-ferraille s’effondrèrent, provoquant peu à peu sa dislocation. Horus Lupercal se traça un chemin à mains nues dans les entrailles de Gorro pour retrouver son père, suivi des Custodiens et de ses Astartes. Il retrouva l’Empereur dans une vaste salle sphérique où les forces gravimétriques qui étaient en jeu se reconfiguraient sans cesse. Là, le Maître de l’Humanité affrontait les Peaux-Vertes les plus gros qu’il n’avait jamais vus, l’un d’eux dépassant même l’Empereur qui cherchait quand à Lui à atteindre le noyau de plasma aveuglant qui était le cœur de Gorro. Mais le père d’Horus finit par être en difficulté face à un gigantesque Peau-Verte en armure deux fois plus haut et large que Lui, et six membres mécanisés et bruyants, rivetés dans sa chair qui portaient des outils de meurtre grinçants, crépitants, coupants, claquants et crachant des flammes. Un poing gros comme un marteau de siège Reductor écarta l’épée de l’Empereur, et un autre, de chair verte, l’agrippa pour le soulever, en Lui écrasant le cou de toute sa force inhumaine. Horus vit cela et affolé, il fonça pour sauver son père, attrapant l’un des bras mécanisés de l’Ork, le força à pivoter avant de lui couper le bras, libérant ainsi l’Empereur qui se ramassa sur Lui-même et se redressa en tendant Son épée. Le Maître de l’Humanité empale de Sa lame le ventre du Xenos et accumula une énergie psychique colossale, qui réduisit en poussière l’Ork et annihila son âme. Le noyau de Gorro allait imploser et tuer tous ceux présents. Horus fut sauvé à son tour par l’Empereur qui utilisa Ses pouvoirs pour créer une faille Warp et y envoyer le noyau, avant de se replier pour éviter de finir écraser à l’intérieur du monde-ferraille.

Revenu à bord du Vengeful Spirit, Horus observa Gorro se ratatiner, écoutant l’Empereur lui annoncer que les Orks étaient un cancer et qu’ils risqueraient bien de noyer un jour l’Humanité dans le sang. Lupercal apprit que les Confins de Telon n’étaient qu’une satrapie du plus grand empire Ork jamais rencontré par la Grande Croisade, et qu’il fallait le détruire. L’Empereur lui présenta ce nouvel empire comme étant celui d’Ullanor.[38]

La Croisade et Triomphe d'Ullanor[modifier]

Après deux siècles de Grande Croisade, l’apothéose fut atteinte dans les dernières années du 30e Millénaire, dans ce qui fut baptisée la Croisade d’Ullanor. Cette vaste campagne était lancée contre ce qui était alors le plus grand empire Ork et était centrée sur la planète Ullanor. L’Empereur commanda en personne les armées de l’Imperium et Horus le secondait, dirigeant ses Luna Wolves pour mener le fer de lance, secondé par des Ultramarines et des White Scars.

L’empire d’Ullanor était dirigé par le Seigneur de Guerre Ork Urlakk Urg, qui avait réduit des dizaines de planètes humaines conquises et réduit leurs peuples en esclavage. Connaissant bien le goût des Orks pour la guerre, Horus choisit de leurrer les Peaux-Vertes et de les détourner de son objectif véritable. Il ordonna aux Ultramarines et aux White Scars, de reconquérir les mondes extérieurs avec le soutien de régiments de l’Armée Impériale et, lorsque l’armada Ork se mit en mouvement pour faire face à l’assaut, la flotte de Lupercal plongea au cœur de leur empire afin d’attaquer le palais-forteresse d’Urlakk lors d’un rapide et violent assaut planétaire tandis que l’Empereur commandait le reste des armées sur les plaines d’Ullanor Majoris. Horus se téléporta avec la totalité des Terminators de la Première Compagnie menée par Abaddon, directement dans la grande tour centrale. Lupercal laissa la majeure partie de ses Terminators pour retenir les Orks et poursuivit avec seulement dix Space Marines jusqu’au sommet de la tour où il trouva Urlakk entouré de quarante des plus gros Orks de son empire. Horus affronta les Nobz et les mit en pièces avec le soutien de ses Terminators. Enfin il affronta Urlakk qu’il blessa à mort avant de le soulever au-dessus de sa tête pour le lancer du haut de la tour. La mort du Seigneur de Guerre sema la panique et la journée se termina par le massacre des derniers Peaux-Vertes de la forteresse. Horus constata que tous les Orks et ses Terminators avaient succombé, à l’exception d’Abaddon.

Lors du Triomphe d’Ullanor, Horus - en avant de l’image avec Fulgrim - devint le Maître de Guerre de l’Imperium.
Après la victoire d’Ullanor, un immense Triomphe fut organisé pour célébrer la chute des Peaux-Vertes, la planète étant transformé par les forces industrielles du Mechanicum qui aplanir le plus grand continent afin d’en faire une estrade qui fut digne du Maître de l’Humanité. Les montagnes furent réduits en gravats, remplacés par un boulevard géant, un vaste champ de parade, aussi large que l’empreinte au sol de certaines villes. La montagne qui avait autrefois servi de repaire à Urlakk avait été rasée, et le revêtement d’acier de son pied aplati servi de tribune à l’Empereur et à Ses fils, un pavillon ornemental de marbre noir et de granite, bâti pièce par pièce sur Terra et transporté à travers l’espace par convoi spécial voyant le jour.

À la veille du triomphe, l’Empereur annonça à Horus qu’il sera élevé à une nouvelle dignité militaire qui fera de lui le chef suprême des armées de l’Imperium. Le dernier soir avant la parade, Horus retrouva Malcador le Sigillite à l’Estrade Impériale, exprimant au bras droit de son père son hésitation face à cette promotion, s’inquiétant sur le risque de dissension que cela risquait de créer au sein de la fratrie des Primarques, tout en affirmant que si un autre avait été nommé, il se serait demandé pourquoi il n’aurait pas été choisi, avant d’en rire, puis qu’il aurait accepté et fait son possible pour alléger l’élu de son fardeau. Malcador lui conseilla de s’appuyer sur ses frères à l’avenir avant de le laisser seul, accoudé à contempler la plaine du Triomphe.

Le lendemain, neuf Primarques furent présents pour regarder l’immense parade militaire aux côtés de l’Empereur, avec des millions de soldats de l’Armée Impériale, des Légions Space Marines et des Titans de Bataille qui défilèrent.

Horus admira le Triomphe d’Ullanor jusqu’à ce que l’Empereur s’avance et annonce Son retrait des combats, proclamant que l’heure était venue pour Lui de confier à un autre le commandement de la Grande Croisade. Il ôta de Sa tête Ses lauriers d’or et les posa sur la tête d’Horus qui fut chargé du commandement suprême de toutes les armées de l’Imperium, devenant le premier des Primarques sous le titre de Maître de Guerre. Certains Primarques exprimèrent leur soutien à Horus comme Sanguinius, Fulgrim, Lorgar ou Dorn - qui lui serra la main, mais d’autres comme Angron exprimèrent leur rage devant l’ascension d’Horus alors que Perturabo et Konrad Curze ne dissimulèrent pas leur jalousie en apprenant la nouvelle.

Horus ressentit ses divisions et les regards jaloux de ses frères dans son dos, et il exprima sa colère devant cette situation à son frère Sanguinius qui lui rendit visite sous sa tente après son ascension. Mais le Grand Ange lui remonta le moral, lui rappelant que beaucoup d’autres Primarques le soutenait et qu’il était le plus digne pour incarner ce nouveau titre. Horus remercia sincèrement son frère pour ses paroles, lui confiant que certains pensaient que cela aurait dû être lui le Maître de Guerre. Alors que Sanguinius s’apprêtait à partir, Horus l’interrogea sur ses dons et ses perceptions du futur, son frère ailé esquivant ses questions en affirmant que cela n’était que des "intuitions".

Horus se rendra ensuite sur le vaisseau amiral de Jaghatai Khan, le Swordstorm. Le Faucon lui assura qu’il viendra l’épauler si jamais il l’appelait. Horus confia au Khan le soin de se rendre dans le système de Chondax afin d’éliminer les derniers survivants Peaux-Vertes suite à la chute de l’empire d’Ullanor.[39]

La Bataille de Soixante-Trois Dix-Neuf[modifier]

Un an après avoir été nommé Maître de Guerre par l’Empereur, Horus continua la Grande Croisade à la tête de la 63e Flotte Expéditionnaire. C’est là qu’il trouva un système de neuf mondes et dont la troisième planète - Soixante-Trois Dix-Neuf pour l’Imperium - était habitée par un peuple humain avancé technologiquement qui appelaient leur monde "Terra". Comble de l’ironie, cette "Terra" était dirigé par un "Empereur" qui affirmait qu’il dirigeait le berceau de l’Humanité et qui se considérait comme le dirigeant légitime de toute l’Humanité. Horus contacta ce dirigeant et se retrouva face à une demande d’allégeance envers ce souverain. Amusé, Lupercal envoya une ambassade dirigé par son fils favori, ami et membre de son cercle intérieur, le Mournival, le Capitaine Hastur Sejanus. Ce dernier fut assassiné par les gardes d’élite de l’"Empereur", les Invisibles", pour avoir suggéré de manière assez indélicate qu’il ait pu exister un autre Empereur de l’Humanité. Horus en fut profondément chagriné, car c’était un vieux compagnon de guerre et un ami sincère. Néanmoins, le Maître de Guerre tenta une dernière chance pour sauver la paix, envoyant un second ambassadeur, son Écuyer qui se nommait Maloghurst le Retors. Mais les appareils de Maloghurst furent abattus par les batteries de surface de l’"Empereur".

Furieux, Horus ordonna la conquête de Soixante-Trois Dix-Neuf, demandant à Abaddon d’épargner le plus possible ses habitants mais de châtier les meurtriers de Sejanus. 

Les Luna Wolves écrasèrent les armées ennemis et prirent d’assaut le Palais Impérial de la planète. Le Capitaine Garviel Loken de la 10e Compagnie se distingua durant la bataille, arrivant en premier dans la salle du trône de l’"Empereur", affrontant les Invincibles, des soldats d’élite utilisant une technologie de dissimulation. Mais c’était un piège, et Loken et ses hommes furent projetés dans les airs par une onde de choc invisible émanant du trône dorée de la salle impériale. C’est à cet instant qu’Horus se téléporta personnellement dans la salle du trône, avant de lever son Fulgurant de sa main droite et de tirer un unique coup de feu. L’écho de la détonation se répercuta et un hurlement étranglé se perdit à moitié dans le tumulte, qui lui-même se tut soudain. Un cadavre fumant d’un homme apparu sur le vers le trône doré de la salle impériale. Le Maître de Guerre avait tué l’"Empereur", vengeant Sejanus en déclarant que les tyrans et les imposteurs connaîtront le même sort de sa main.

Le Mournival[40]

Les membres qui composaient le Mournival étaient les conseillers et confidents les plus dignes de confiance d’Horus. Composé de quatre Capitaines de la Légion, le Mournival existait à l’extérieur du reste de la structure de commandement de la XVIe Légion. Horus comptait sur le Mournival pour équilibrer ses décisions avec des questions et des perspectives différentes.

Trois mois après la bataille, le processus d’intégration de la planète avait débuté tandis que le Maître de Guerre consentit à ce que l"’Empereur" reçut des funérailles d’État, ce qui n’était selon lui que justice, conforme aux désirs d’un peuple qu’il souhaitait accommodant plutôt qu’opprimé, bien que comprenant les protestations - notamment ceux d’Abaddon - devant l’autorisation d’obsèques cérémonielles pour l’assassin d’Hastur Sejanus. Lupercal reçut l’appui de son frère Rogal Dorn, Primarque des Imperial Fists, qui l’accompagnait depuis le Triomphe d’Ullanor, et qui le représenta durant les funérailles. Horus s’entretenait régulièrement avec Dorn au sujet des politiques futures du Conseil de Terra.

Suite à la mort d’Hastur Sejanus, Horus accueillit son remplaçant au sein du Mournival, Garviel Loken, Mournival qui était composé en plus d’Abaddon, d’Horus Aximand et de Tarik Torgaddon. Devant son nouveau Mournival, Horus présenta Peeter Egon Momus, un architecte aussi émérite qui brillant chargé de bâtir les cités de la planète Soixante-Trois Dix-Neuf, soulignant l’importance de laisser des domaines prospères et intégrés après une conquête militaire. Il accueillit ensuite le représentant du Mechanicum auprès de sa Flotte Expéditionnaire, Regulus, lui annonçant que l’Imperium avait mis la main sur trois Schémas de Construction Standards inconnus. Il nomma par lui suite le seigneur gouverneur-électeur Rakris, un homme corpulent en robes gris pâle, Gouverneur de Soixante-Trois Dix-Neuf. Mais la victoire du Maître de Guerre fut tâchée par la nouvelle d’une résistance dans l’hémisphère sud de la planète. Loken se proposa alors de mener sa 10e Compagnie éliminer rapidement les rebelles. Horus accepta, ravi que Loken ait joué son rôle de se proposer de lui-même.

Le Primarque accueilli ensuite par des applaudissements son Écuyer, Maloghurst, qui avait survécu au crash de son appareil, au prix néanmoins d’un handicap physique qui le priverait de combattre de nouveau au front mais pas de sa réelle valeur aux yeux d’Horus, celui d’un redoutable politicien et de précieux conseiller. Maloghurst apprit à Horus et aux officiers présents la présence d’une possible présence Xenos suite à la disparition d’une Compagnie de Blood Angels dans le secteur. Le Maître de Guerre ne prit note et annonça qu’il en discuterait avec Sanguinius.

Plus tard, Horus discuta une dernière fois avec son frère Rogal Dorn, présents aux côtés d’Horus depuis quelques mois à la demande de ce dernier, afin qu’ils pussent régulièrement s’entretenir à deux des attributions et prérogatives du rôle de Maître de Guerre. Depuis que cet honneur lui était échu, Horus avait sollicité l’opinion et les conseils de tous les Primarques sur ce sujet car être nommé Maître de Guerre l’avait brutalement coupé d’eux et élevé au-dessus de ses frères. Dorn prit ensuite congé de Lupercal car l’Empereur Lui avait demandé de fortifier le Palais Impérial sur Terra et d’en garder les remparts.

Néanmoins Horus vivra amèrement sa victoire sur Soixante-Trois Dix-Neuf car si c’était sa première en tant que Maître de Guerre, par l’incompréhension le sang avait été versé alors qu’Horus était persuadé de pouvoir la rallier pacifiquement, comme aurait pu le faire l’Empereur, selon lui.

Il retrouva plus tard Loken revenu de la surface de Soixante-Trois Dix-Neuf pour mater des rebelles dans une zone désertique nommée le Pic des Murmures. Là, le Capitaine avait été témoin d’une possession démoniaque d’un de ses hommes, Xavyer Jubal, et qui avait attaqué ses frères Astartes, ce qui mit à mal sa foi en la Vérité Impériale, doctrine athée et rationaliste qui cachait la vérité sur les dangers du Warp. Horus viendra Loken pour le réconforter et le féliciter d’avoir mené à bien sa mission, lui expliquant alors un secret qu’il tenait de l’Empereur : c’était le Warp qui avait possédé Jubal, par une entité baptisée "esprit" ou "démon". En réalité, Horus ignorait lui-même réellement la nature de l’Immaterium, tenu à l’écart de ces questions par l’Empereur, parlant de créatures Xenos peuplant l’Immaterium qui profitait de la faiblesse des mortels pour les posséder. Cette ignorance signera en partie la perte de Lupercal. Après cette conversation, Horus exprimera à Loken son désarroi d’être tenu à l’écart des projets de l’Empereur, projets qui expliquerait Son départ de la Grande Croisade.[41]

Le Conseil de Terra[modifier]

Le Maitre de Guerre.
Trois mois après la bataille de Soixante-Trois Dix-Neuf, Horus, comme l’ensemble des Flottes Expéditionnaires de l’Imperium, reçu l’arrivée des premiers Commémorateurs, des artistes et intellectuels ayant pour mission de consigner tout les hauts faits de la Grande Croisade. Le Conseil de Terra, l’organe décisionnaire alors naissant, approuva cette création et Horus s’y plia. La formation du Conseil de Terra avait été néanmoins une nouvelle déplaisante car depuis le commencement de la Grande Croisade, c’était le Conseil de Guerre, essentiellement formé de l’Empereur et de ses Primarques, qui avait été l’épicentre de toute l’autorité. À présent, ce nouveau conseil le supplantait en lui reprenant les rênes de l’Imperium, un conseil composé de civils plutôt que de guerriers. Le Conseil de Guerre, laissé sous la direction d’Horus, était relégué dans les faits à un rôle d’organe satellite, dont les responsabilités étaient de se focaliser sur la campagne et la campagne seule.

Le Conseil de Terra était dirigé par Malcador le Sigillite, et devint une barrière entre l’Empereur et Ses fils Primarques, favorisant la propagation de l’amertume parmi leurs rangs. L’honneur d’être Maître de Guerre n’empêchera pas l’amertume se développer dans le cœur d’Horus, car il avait l’impression que l’Empereur l’oubliait. Cela se renforça dans le fait que les morts des Space Marines placés sous ses ordres apparaissaient comme négligeables et de moins en moins pertinents pour l’Empereur devenu silencieux. Pire, Horus constatait que son autorité n’était pas aussi incontestée et respectée que l’avait été celle de l’Empereur et que plusieurs Primarques lui reprochaient son rang, remettant en question ses décisions ou parvenant à interpréter discrètement ses ordres plus à leur guise. Il n’arrivait pas à réprimer la dissidence entre ses frères aussi facilement que l’aurait fait l’Empereur, ce qui aggrava sa colère. Il en vint donc à manifester sa faveur qu’à ceux qu’il estimait le tenir en haute estime, ou du moins qui lui obéissait sans poser de questions tout en reprochant à l’Empereur ses difficultés croissantes de commandement et de conquête pour un effort militaire de plus en plus étalé et de plus en plus étendu. Peu à peu, Horus et ses partisans s’éloigneront de plus en plus de l’Empereur et de l’Imperium qu’ils servaient, ne trouvant qu’un froid réconfort à la conquête de la galaxie afin d’acquérir toujours plus de gloire à leurs Légions.[42]

Meurtre[modifier]

Horus apprit les difficultés rencontrés alors par les Emperor’s Children sous le commandement du Seigneur Commandant Eidolon, favori de Fulgrim, qui était arrivé avec une force de sa Légion dans un système en réponse aux appels de détresse des Blood Angels de la 140e Flotte Expéditionnaire commandée par le Capitaine Khitas Frome. Frome avait découvert une planète baptisée par les Impériaux Cent Quarante Vingt et à la tête de trois Compagnies de la IXe Légion, il avait rejoint la surface pour étudier et amener cette planète au sein de l’Imperium.

En raison de la turbulence atmosphérique extrême, toutes les navettes des Blood Angels qui tentèrent d’atterrir sur la planète se dispersèrent et furent projetées loin l’une de l’autre, ce qui isola les troupes de débarquement impériales tandis que l’atmosphère affectait également les communications vox et empêchait les forces impériales de coordonner leurs mouvements. Les Blood Angels ont rapidement commencé à envoyer des transmissions altérées aux navires de la flotte en orbite, signalant que la planète était habitée par des Xenos extrêmement hostiles qu’ils ont baptisés les Arachnides, car ressemblant à des araignées géantes. Ces Xenos furent décrits comme trop nombreux et trop redoutables pour être vaincus sans renforts et peu de temps après, les Blood Angels lancèrent des appels de détresse urgents demandant des renforts et une extraction immédiate. La dernière transmission reçue par la flotte provenait du Capitaine Frome lui-même, qui baptisa ce monde comme étant "Meurtre", nom qui est resté et qui est devenu l’appellation informelle de l’Imperium pour Cent Quarante Vingt. Malheureusement, l’arrogant Seigneur Commandant Eidolon avait commis les mêmes erreurs que les Blood Angels et ses équipes de débarquement furent dispersées par les puissantes perturbations atmosphériques de la planète. Les Emperor’s Children découvrirent une grande structure ressemblant à un arbre mort qui portait les corps de plusieurs Blood Angels empalés sur ses nombreuses branches. Ils détruisirent la structure ce qui produisit un dégagement soudain du ciel au-dessus de "l’arbre" abattu et firent disparaître les violents orages qui avaient affligé les forces impériales depuis le début de la campagne, prouvant que ces arbres étaient des dispositifs de contrôle météorologique artificiels responsables de la turbulence atmosphérique intense de Meurtre. Les Arachnides se mirent à reconstruire "l’arbre" et envoyèrent des centaines de guerriers pour massacrer les Emperor’s Children, mais, alors que le glas allait sonner pour les fils de Fulgrim, Horus arriva avec sa 63e Flotte Expéditionnaire, envoyant ses Space Marines sauver la vie des Emperor’s Children en exploitant la brèche dans l’atmosphère. 

Horus se rendit compte que l’assaut des Emperor’s Children était mal préparé et repris l’initiative afin d’éliminer ces dangereux Arachnides. Il était heureux de pouvoir lâcher sans retenue ses forces contre des Xenos, à l’inverse de Soixante-Trois Dix-Neuf qui était une campagne contre des frères perdus de l’Humanité. Néanmoins, durant le conseil de guerre avec ses Capitaines, il découvrit la présence de postes de relais extérieurs, des balises d’ancrage orbital émettant en boucle une séquence mathématique, ce qui était curieux pour une race Xenos ne possédant pas apparemment de vaisseaux.

Le Maître de Guerre alla rencontrer les officiers de la 140e Flotte Expéditionnaire des Blood Angels de Frome, débarquant depuis une navette lourde dans la Barge de Bataille Misericord. Il fut reçut par l’Amiral Mathanual August et un groupe de commandants, parmi lesquels l’écuyer d’Eidolon, Eshkerrus, qui s’étaient rassemblés dans la baie d’embarquement principale pour réceptionner la navette. Accompagné de dix Capitaine dont le Mournival, Horus émergea de la navette et tout ceux qui le virent s’inclinèrent sur la champ, sauf August qui ne s’attendait pas à l’arrivée du Maître de Guerre et qui fut ébahi par sa présence. Horus fit preuve de son génie sans limites pour la conduite des hommes : il mit un genou au sol et s’inclina devant Mathanual August, affirmant être venu aussi vite que possible pour venir en aide à l’Amiral. Le Maître de Guerre prétendit ne pas avoir informé de son arrivée pour éviter la pompe et la cérémonie qu’il détesterait avant d’ordonner à tous de se relever. Le Primarque s’avança pour saluer individuellement chacun des officiers et des commandants, rendant les saluts à l’assemblée. Puis il porta la main à son communicateur, ouvrit le canal de liaison privée et ordonna au Mournival d’organiser au plus vite un conseil de guerre.

L’Aexactor Tributi[43]

Le fardeau du titre d’Horus apparu notamment lorsqu’il reçut une délégation des administrateurs de l’aexactor tributi dont les agents, sur l’instruction de Malcador le Sigillite, contresignée par le Conseil de Terra, avaient été envoyé sur tout le domaine en expansion de l’Imperium. Par exemple, la délégation que reçut Horus durant la campagne sur Meurtre avait à sa tête une haute administratrice du nom d’Aenid Rathbone, chargée de lever une taxe sur les planètes sujettes, afin de répondre aux exigences budgétaires croissantes de l’Imperium. Horus refusait de faire lever ces taxes, sur des mondes se remettant des dommages de la guerre alors que les Gouverneurs nouvellement en place étaient occupés à asseoir leur pouvoir. Le Maître de Guerre déclarera plus tard que se ne seront pas les Aeldaris, ni les Orks qui auront raison de l’Imperium, mais les percepteurs de taxes. Au travers des aexactors, Horus était persuadé que le Conseil faisait peser une telle contrainte sur les nouveaux mondes que cela pourrait leur être dommageable, provoquant des soulèvements et des révoltes. Il resta persuadé que les administrateurs lui mentait en affirmant que c’était la volonté de l’Empereur, sachant que jamais son père aurait fait une telle bêtise. Il était aigri de voir ce que, à ses yeux, arrivait quand un empire forgé par des guerriers abandonnait le pouvoir exécutif aux civils et aux gratte-papier. Horus considérait qu’il n’avait pas été forgé pour ça et son ressentiment grandissait de plus en plus.

Le conseil eut lieu dans le strategium du Misericord, où le Mournival joua le rôle d’accusateurs en humiliant August qu’ils firent passer pour un incapable et le responsable de la catastrophe qu’était cette campagne, Horus jouant le rôle du miséricordieux, demandant à ses guerriers de rester calme et de pardonner à August. Puis ce fut le tour de l’Emperor’s Children Eshkerrus de subir les réprimandes du Mournival. Là encore, Horus joua l’être juste et indulgent annonçant reprendre les choses en main. Une fois seul avec son Mournival, le Primarque félicita ses Capitaines d’avoir joués les rôles d’accusateurs avec brio, considérant en réalité que la situation était inqualifiable et qu’elle était en partie due à l’incompétence et aux erreurs du haut commandement. Il souhaitait que tous les officiers soient réprimandés, sermonnés avec tant que force que cela leur fasse honte. Mais s’il devait reprendre en main la 140e Flotte Expéditionnaire pour la rendre à nouveau viable, il avait besoin de son admiration, de son respect et de sa loyauté sans faille, l’empêchant donc de taper du poing sur la table.

Exploitant les trous dans l’atmosphère grâce à la destruction des "arbres" Xenos, Horus voulut démarrer un bombardent orbital, mais Torgaddon demanda d’y descendre pour voir si il y avait des survivants. Horus lui donna l’autorisation, renforcer par la détection de traces résiduelles d’un trafic radio en surface, dans la zone de l’accalmie. Torgaddon alla à la surface de Meurtre, et y trouva des Emperor’s Children sous le commandement des Capitaines Saul Tarvitz et Lucius, qui expliquèrent comment mettre à bas les "arbres" et permettre une invasion totale de ce monde. Plusieurs Compagnies des Luna Wolves, les survivants des Emperor’s Children, des dizaines de milliers de soldats de l’Armée Impériale et plusieurs Titans de la Legio Mortis attaquèrent la planète, détruisant chacun des "arbres" rencontrés, ce qui provoqua une érosion de la barrière atmosphérique de Meurtre. Horus commanda l’assaut en orbite, et apprit soudainement l’arrivée d’une flotte de guerre impériale. À sa tête se trouvait son frère bien aimé Sanguinius, venue chercher Frome et ses guerriers.

Sur les flancs d’une colline de Meurtre, les restes des fils massacrés de Sanguinius lui furent présenté, et en larmes, le Grand Ange demanda à Horus de combattre à ses côtés pour massacrer les Xenos. Horus accepta avec joie et avec les Blood Angels qui se joignirent à sa Légion, le Maître de Guerre affronta les Arachnides qui se déversèrent des fissures et des crevasses de la planète, leurs réserves semblant sans limite. Durant ce xenocide, Sanguinius adoucit la position d’Horus contre les Emperor’s Children, lui rappelant qu’il ne pouvait se mettre en froid avec Fulgrim et que tout les Astartes étaient fiers de leurs Légions. Sanguinius tenta de le convaincre de changer le nom de la sienne en Sons of Horus, comme l’Empereur le lui avait demandé sur Ullanor, afin d’accentuer sa prééminence en tant que Maître de Guerre, et donc premier parmi les Primarques, ce qu’Horus hésitait à faire.

Après six mois de campagne, il semblait que les Arachnides seraient bientôt annihilées lorsqu’une flotte d’origine humaine apparu prêt de Meurtre. Ces humains faisaient parti d’une civilisation dénommée l’Interex et qui avait piégée les Arachnides sur Meurtre - qu’il nommait Urisarach - suite à un conflit avec ces Xenos, les y exilant au lieu de commettre un xenocide, mais les privant de leurs capacités de déplacement interstellaire. Ils étaient à l’origine des étrangers balises d’ancrage orbital qui émettaient en boucle une séquence mathématique qui mettaient en gardes les voyageurs du danger de ce monde.

Horus mit fin à la campagne sur Meurtre, intrigué par l’arrivée de cette civilisation humaine très avancée.[44]

  • Pour plus de détails, voir l’article dédié : Meurtre

L'Interex[modifier]

Des envoyés de l’Interex furent accueillis à bord du Vengeful Spirit, escortés par leurs joueurs de méturge et leurs soldats. Ces émissaires étaient accompagnés de guerriers couverts des pieds à la tête d’une armure métallique argent et vert émeraude qui moulaient étroitement leurs corps qui n’étaient en rien aussi massives que celles de l’Astartes, en plus de cinq créatures robotiques, des quadrupèdes d’argent, de conception élégante, assemblés pour imiter les meilleurs pur-sang de Terra, à l’exception notable qu’ils ne possédaient ni tête ni cou. Horus accueillit la délégation entouré du Mournival, de Maloghurst, et de représentants supérieurs de la flotte.

Dès qu’Horus leur souhaita la bienvenue, les joueurs de méturge firent doucement chanter leurs instruments, présenté comme un protocole de traduction, l’aria, bien que le Primarque et l’émissaire, Diath Shehn, se comprenaient. L’Interex était ravi de découvrir des cousins perdus de Terra, le monde d’origine de l’Humanité, bien que le titre de Maître de Guerre sembla inquiéter. Tous, Astartes comme soldats de l’Interex, enlevèrent leurs casques, à part les silhouettes trapues des fantassins lourds en brun et or de l’Interex. Quand ils ôtèrent finalement leurs casques, leurs visages n’avaient rien d’humain. C’étaient des Xenos, des Kinebrach, une espèce avancée, mature, capable du voyage interstellaire depuis plus de quinze mille ans. Les Kinebrach avaient déjà fondé une civilisation forte implantée sur plusieurs mondes bien avant que Terra ne fût entrée dans la première ère de la Technologie, une époque où l’Humanité explorait à peine l’extérieur de son système solaire à bord de transports subluminaires. Après une guerre avec l’Interex, ils furent intégrés dans leur culture, coexistant avec succès depuis trois mille ans. La présence Xenos choqua de nombreux Astartes, mais Horus resta diplomate, allant jusqu’à s’excuser d’avoir violé la "réserves" des Archnides.

Un voyage de neuf semaines depuis Meurtre jusqu’à l’avant-poste de l’Interex le plus proche eu lieu, et durant le trajet, la tension monta au sein des Impériaux. Malgré les appels à la guerre contre l’Interex, Horus les toléra assez bien, admirant leurs guerriers qui étaient gracieux et nobles, et une fois le malentendu résolu, avaient réagi sans la moindre hostilité. Horus entra en conflit avec Abaddon qui voulait le rallier aux arguments pro-guerre, le Primarque remettant violemment le Premier Capitaine à sa place. Horus souhaitait en réalité faire preuve de diplomatie pour rallier pacifiquement l’Interex à l’Imperium car son échec sur Soixante-Trois Dix-Neuf l’avait marqué. Il considérait que l’Empereur aurait rallié sans un coup de feu ce monde et il se voulait digne de son statut de Maître de Guerre en imitant son père. Alors qu’il révélait son projet à Loken et Torgaddon, Sanguinius apparu, ayant écouté, caché à la vue de tous, les paroles d’Horus, le Grand Ange réservant son avis, attendant la décision du Maître de Guerre et comprenant qu’il aurait besoin de son soutien sans équivoque.

Évènement passé inaperçu, mais capital, fut l’arrivée du Word Bearer durant la campagne contre Meurtre, le Premier Chapelain de la XVIIe Légion qui très vite, devint un proche et utile conseiller d’Horus. Son nom était Erebus.

Finalement arrivé à l’avant-poste de l’Interex, sur le monde de Xenobia, une parade fut organisé pour accueillir les Impériaux, avec comme point culminant leur présentation à l’officier royal supérieur de Xenobia, un commandant général du nom de Jephta Naud. La destination de la parade était appelée la Galerie des Objets, un édifice ancien auquel l’Interex prêtait apparemment une importance militaire et qui comprenait de nombreuses chambres hautes de plus de trois étages exposant des collections d’armes dont les armes des Kinebrach, dont de longues dagues et des épées aux lignes exotiques baptisées Anathames.

Puis deux semaines de diplomatie et de dialogues commencèrent mais qui ne menèrent à rien, l’Interex semblant réticent à établir une alliance avec l’Imperium. Entre temps Sanguinius partit avec sa Légion, laissant Horus gérer les débats afin de mener, espérait-il, à une annexion pacifique.

En réalité, l’Interex connaissait l’existence du Chaos et pensait qu’Horus - à cause de son titre belliqueux - était corrompu ou était un serviteur des Puissances de la Ruine. Certains comprirent trop tard que ce n’était pas le cas mais à ce moment, le conservateur des Galeries des Objets avait été assassiné et un Anathame volé, ce qui déclencha les hostilités. Horus et ses guerriers furent attaqués dans la salle de réception principale et fut entraîné par ses Légionnaires vers la sortie sud. Le Maître de Guerre était désespéré, voyant son espoir de paix et de diplomatie s’envoler sur un mal entendu. Il apprit de Loken que ce dernier avait parlé à un soldat de l’Interex qui les accusait d’être des agents du Chaos - ce qui faisait référence à l’incident du Pic des Murmures - et d’être les voleurs des Galeries des Objets. Acculé, Horus s’empara d’un Bolter et d’une épée d’un Luna Wolf mort, et avec les derniers de ses guerriers, se traça une voie sanglante vers la sortie, afin de rallier la flotte qui envoya en urgence des transporteurs.

Une fois en sécurité, Horus fit envoyer à l’Interex un ultime communiqué mais ne s ’attendait à aucune réponse et n’en reçut aucune. Il exprima néanmoins sans équivoque ses profonds regrets quant à la tournure des événements, et nia une fois de plus que l’Imperium put avoir commis le moindre des crimes dont il était accusé.

Quand les vaisseaux de l’expédition furent de retour dans l’espace impérial, quelques semaines plus tard, le Maître de Guerre fit proclamer un décret. Au Mournival, il avait dit avoir reconsidéré l’importance de définir son rôle, en soulignant la relation entre lui et la XVIe Légion. En conséquence de quoi les Luna Wolves seraient désormais connus comme les Sons of Horus.

Puis il se prépara à mettre le cap pour rejoindre la 203e Flotte Expéditionnaire à Sardis, avant une campagne d’inféodation dans l’amas de Caiades. Mais avant, à la demande d’Erebus, qui était parti de sa flotte entre temps, il fera un bref détour en chemin pour arbitrer un litige mineur, sur une petite lune.

Dans le système de Davin…[45]

  • Pour plus de détails, voir l’article dédié : l’Interex

La Bataille de Davin[modifier]

« Décrire le Maître de Guerre nécessiterait un millier de lieux communs, chacun plus vrai que le précédent. »
- Petronella Vivar, Palatina Majoria de la Maison Carpinus.

Suite aux événements de l’Interex, Horus n’avait plus connu de paix depuis le terrible bain de sang devant la Galerie des Objets de Xenobia, et l’opportunité manquée d’une unification avec l’Interex ne cessait de le hanter. Depuis ces déboires, le Maître de Guerre s’était muré dans une mélancolie renfrognée, et demeurait de plus en plus souvent reclus dans son sanctum, où Erebus le conseillait avant qu’il ne parte vers Davin. Les requêtes d’aide ou d’assistance lui arrivaient à répétition de toute la galaxie, émises par ses frères Primarques, par des commandants de l’Armée Impériale, et par tout le contingent d’administrateurs civils qui s’étaient engouffrés dans le sillage de leurs conquêtes, ce qui le fatigua. Malgré tout, il fit route vers Davin pour venir en aide à Erebus qui le lui demanda.

Il reçut plus tard la visite de Maloghurst qui lui parla d’une nouvelle arrivée, une femme noble de Terra issue de l’illustre Maison Carpinus, Petronella Vivar, qui demandait audience pour essayer de devenir sa Commémoratrice personnelle. Le Maître de Guerre accepta de la recevoir, appréciant l’idée d’être commémoré pour marquer l’histoire et être connu des quatre coins de la galaxie dans dix mille ans. Horus reçut dans ses appartements privés Petronella Vivar. Il lui demanda pourquoi il devrait la choisir comme sa Commémoratrice. Vivar répondit qu’elle savait que sa vocation était de consigner sa gloire d’Horus pour les générations futures, qu’elle saura l’immortaliser. Ses manière plurent à Horus qui l’engagea.

Une fois arrivée à destination, avec sa nouvelle armure vert océan rehaussée - nouvelle couleur des Sons of Horus - et une couronne de laurier reposant sur sa tête, Horus atterrit sur Davin avec ses hommes, soupirant en voyant ce monde qu’il ne pensait plus revoir après sa conquête soixante années avant. Horus fut accueilli par Erebus et un contingent de Word Bearers. Lors du conseil réunissant les officiers de sa Légion et les Word Bearers, Horus apprit, sonné, par Erebus que le Gouverneur Planétaire de Davin, Eugan Temba, un ami qu’il avait laissé su ce monde après sa mise en Conformité, était devenu un renégat et que c’était la raison de l’appel d’Erebus. Suite à une expédition que Temba avait mené contre les tribus indigènes de la lune de Davin qui restaient insoumises, il aurait été victime d’une sorcellerie employés par ces tribus pour le retourner contre l’Imperium. Temba servait désormais le souverain de la lune de Davin et avait renié ses vœux de loyauté envers l’Empereur, qualifiant Horus de laquais d’un dieu déchu. Furibond, le Maître de Guerre hurla qu’il allait lui arracher la tête et que son corps nourrira les corbeaux. Il prépara un fer de lance qu’il allait personnellement commander.

Le conseil de guerre fut dissous, toutes les autres affaires et préoccupations qui devaient y être abordées, reléguées au second plan par ce développement inattendu et une vigueur frénétique s’empara de la 63e Flotte Expéditionnaire à mesure que les officiers retrouvaient leurs unités et que la nouvelle de la trahison de Temba se répandait. Horus prépara une vaste force comptant cinq Compagnies d’Astartes, un détachement de l’Armée Impériale baptisée les Janissaires Byzantins de Varvaras, et un groupe de combat de la Legio Mortis avec notamment le Titan Imperator Dies Irae pour combattre Temba sur la lune de Davin. Il demanda à Vivar de l’accompagner sur la baie de lancement du Vengeful Spirit, en profitant pour lui parler de la Croisade d’Ullanor et le fait qu’il avait toujours mené ses hommes personnellement au combat, refusant de les commander au loin. Il la présenta avec humour aux membres du Mournival à qui il demanda peu après d’être les témoins de son serment de l’instant, où il promit d’exercer sa juste vengeance.

L’assaut général fut ensuite ordonné et Horus débarqua sur Davin, sur un terrain humide et marécageux entouré de forêts aux arbres putréfiées et à l’odeur répugnante. Horus et ses Astartes captèrent une transmission radio répétitive rendant gloire à un dénommé Nurgh-leth, ce qui aux yeux du Primarque n’était que de la propagande ennemie. Il mena son fer de lance dans le brouillard mais très vite, lui et ses Space Marines découvrirent les cadavres décomposés des hommes issus des troupes laissées à Temba pour gouverner le système. Puis soudainement, les cadavres aux chairs distendues et boursouflées, se réanimèrent, certains surgissant des eaux du marécage pour se jeter sur les Sons of Horus. Puis les morts disparurent dans les brumes. Il retrouva Petronella Vivar sur Davin, qui devait son salut aux talents de combattant de son garde du corps, Maggard, un esclave garde du corps de la Maison Carpinus. Horus loua Maggard tout en admirant sa lame kirlienne, forgée sur l’ancienne Terra dont on disait être capables de trancher le lien entre l’âme et le corps, ce qui fut très utile contre les cadavres animés qui les avait attaqué.

Horus fut ensuite guidé vers l’épave du vaisseau amiral de Temba, le Glory of Terra, qui gisait en ruine depuis soixante ans sur la lune et présenté comme la source des mystérieuses transmissions glorifiant Nurgh-leth. Horus décida de pénétrer à l’intérieur de l’épave du vaisseau afin de découvrir la raison d’être de ce signal. Mais peu de temps après être entré avec une escouade d’Astartes, des portions enterrées du Glory of Terra se libérèrent de la succion des marais, ses sections supérieures chavirèrent, et le vaisseau entier se mit à pencher. La proue colossale s’abattit vers le sol, la superstructure se désagrégeant sous son propre poids, s’écrasant avec la force d’un météore. Pire, les Astartes restés hors de l’épave subirent l’assaut soudain des cadavres animés. Horus était seul et isolé.

Quand il repris connaissance après cet incident, Horus constata qu’il était tout seul, partiellement enfoui sous les débris du Glory of Terra et même blessé à un poumon. Il avança dans le dédale d’acier qui puait la putréfaction et constata que les parois y étaient couvertes d’une sorte de poix bactérienne écœurante qui rongeait l’acier comme un mucus corrosif et que des branches d’organismes parasites dégoulinants tétaient des suppurations brunâtres d’espèces de pustules pendues aux murs. Puis il fut attaqué par d’étranges et repoussantes créatures faméliques à la chair contaminée, aux ventres gonflés, leurs têtes cornues et cyclopéennes couronnées de nuages de mouches. Horus les terrassa sans difficulté avec la lame dorée que Ferrus Manus lui avait forgée en cadeau pour son investiture comme Maître de Guerre, une lame demeurée parfaite jusqu’au jour. Lupercal se retrouva ensuite sur le pont principal du vaisseau pour trouver des faisceaux de câblages de plusieurs mètres d’épaisseur et qui était la source du mystérieux signal sonore.

Là ce fut l’horreur. Horus constata qu’un être était présent, un corps gonflé, à peine plus qu’une masse remuante et corpulente, avec des bouts de tissu gris collés à sa chair maladive et d’où s’échappait une terrible odeur rancie : Eugan Temba. Le traître tenait dans ses mains une étrange épée que n’était autre que l’Anathame qu’Erebus, le véritable responsable de la tragédie avec l’Interex, avait volé dans les Galeries des Objets. Le Primarque vit furieux le corps d’un de ses Space Marine, du nom de Verulam Moy, affalé devant Temba, le cou manifestement brisé, ses yeux sans vie fixés sur les dépouilles décomposées accrochées aux bannières. Temba le salua mais Horus ne put croire que cette horreur était l’ancien Gouverneur. Le traître accusa Horus de l’avoir abandonné dans ce système isolé mais qu’à présent il était investi de la puissance de Nurgh-leth. Horus se vit propose par Temba de se voire révéler tous les mystères du Warp, d’admirer la gloire de Nurgh-leth, de rejeter l’Empereur qui l’avait abandonné et d’embrasser la cause du Chaos. Horus, ne pensant qu’à châtier le traître, lui planta son épée dans son corps obèse, avant de l’arracher dans une gerbe de sang noir et d’un pus presque plus malodorant qu’il ne pouvait le supporter. Temba ne senti rien et attaqua le Maître de Guerre avec sa funeste lame, arrivant presque à la lui planter cou et à le décapiter. Horus dut combattre comme jamais auparavant, abasourdi par la dextérité, l’endurance et la souplesse surnaturelle de la créature bouffie qu’il affrontait et qui parvient finalement à lui arracher une de ses épaulières. Horus réussit finalement à vaincre son adversaire mais au moment où sa lame porta le coup décisif dans son cœur et ses poumons, Temba lui enfonça l’Anathame dans le muscle deltoïde, là où son épaulière lui avait été arrachée. Horus hurla sa douleur, le contact de l’arme miroitante lui brûlant le bras. Il réagit avec toute la rapidité que l’Empereur avait insufflée en lui et son épée d’or frappa à nouveau, sectionnant le bras de Temba juste au-dessus du coude. L’arme qui le faisait souffrir tomba sur le pont où elle se débattit dans la poigne de la main tranchée. Eugan Temba s’effondra, le pourvoir qui l’animait se dissipant. Agonissant, il sembla retrouver ses esprits, implorant à Horus de lui pardonner, lui parlant d’un futur abominable où l’Empereur n’était qu’un cadavre sur un trône et où l’Imperium était dirigé par la superstition. Horus lui pardonna, n’y voyant qu’une sorcellerie du Warp venant des idigènes. Puis Temba expira.

Lupercal trancha ensuite les câbles de la transmission radio, mais son épaule lui faisait toujours souffrir le martyr. Il lâcha son épée, une main serrée sur son épaule meurtrie, et alla s’asseoir sur le pont près de la dépouille d’Eugan Temba pour pleurer la mort de son ami perdu.

Il fut retrouvé en larmes par ses guerriers, se reprochant d’être la cause de la déchéance du Gouverneur pour l’avoir abandonné sur Davin. Les Sons of Horus, guidé par le Mournival, ramenèrent Horus à l’extérieur. De retour à l’extérieur, Horus fut amené vers sa navette accompagné de Petronella Vivar qu’il voulait à ses côtés, répondant à ses questions sur son duel contre Temba mais, soudainement, la voix du Maître de Guerre devint faible et avec la lenteur d’une avalanche ou de l’affaissement d’une montagne, il s’effondra…[46]

La Corruption d'Horus[modifier]

Horus était tombé dans le coma, Petronella Vivar à genoux tentant de le ramener à la conscience alors que les Sons of Horus restaient immobiles, tétanisés. Ce fut Garviel Loken qui appela les Apothicaires à l’aide. Ces derniers arrivèrent mais ne comprenaient rien à l’état d’Horus. Le teint du Maître de Guerre était livide, ses lèvres bleues et ses membres rigides. Horus fut emmené en urgence à bord du Vengeful Spirit. Arrivé sur le vaisseau amiral des Sons of Horus, le Mournival porta Lupercal sur une civière droit à l’Apothecarion, allant jusqu’à écraser des civils qui avaient eu le malheur de s’être mis à travers la route des Space Marines affolés. De là, les Apothicaires essayaient de comprendre comment la blessure à l’épaule du Primarque pouvait l’avoir terrassé. Ils parvinrent à stabiliser son état mais le Maître de Guerre était mourant, sa blessure à l’épaule refusant de se refermer et son sang se vidant, l’analyse de sa plaie révélant un résidu génétique dégradé qui laissait penser à une sorte de poison.

En se réveillant, Horus demanda la présence de Petronella Vivar qui se présenta à lui. Lupercal voulait que la Commémoratrice écrive ses derniers instants et lui révéler ce qu’il avait sur le cœur. Il évoqua son erreur d’avoir laissé Temba sur Davin alors que ce dernier ne le voulait pas, évoqua le poids et les difficultés d’être le Maître de Guerre, la jalousie et les rivalités entres ses frères tout en louant certains comme Rogal Dorn, Lorgar Aurelian, Fulgrim et surtout Sanguinius, qui si il avait eu le choix, il aurait nommé Maître de Guerre à sa place. Il évoqua ses rapports difficiles avec Angron, Konrad Curze, Roboute Guilliman et le Lion. Horus pensait qu’il portait, en tant que caractère de l’Empereur, Sa volonté de régner. Mais surtout, il parla de sa tristesse et de sa rage de voir l’Imperium changer, de voir que les guerriers comme lui étaient remplacés par des bureaucrates et qu’il ne savait pas ce qu’il deviendrai si il n’y avait plus de conquêtes à faire, condamné à voir des hommes et des femmes inférieurs à lui gouverner ce qu’il avait conquis. Il révéla aussi des choses inconnus qui bouleversa la Commémoratrice. Puis Horus resombra dans l’inconscience.

En parallèle, les Sons of Horus étaient désespérés. Dans les Loges Guerrières, le débat fit rage, certains comme Abaddon maudissant l’Empereur de les avoir abandonné depuis Ullanor. C’est là qu’apparu Erebus et proposa une solution pour sauver selon lui Horus : l’emmener sur Davin, au temple de la Loge du Serpent, se nommant le Delphos, afin que les mystiques davinites versés dans un art de la guérison sauvent le Primarque. À court de solutions, les Sons of Horus acceptèrent. Dans une ambiance lugubre, Horus fut porté jusqu’au Temple du Delphos.

Posé dans le temple, dans la chambre de l’Axis Mundi, il fut enfermé avec les prêtres davinites qui pratiquèrent des rituels effroyables et des sacrifices humains pour les Dieux Sombres. Discrètement, Erebus les rejoignit à l’insu des autres Space Marines et participa au rituel où la prêtresse principale, Akshub, l’égorgea pour envoyer son âme dans le Royaume du Chaos et y rejoindre celui d’Horus.

Inconscient de ce qui lui arrivait, Lupercal se retrouva sous un ciel bleu avec des nuages paisibles, jaunes et orange, qui dérivaient lentement dans son champ de vision, assis sur la pente au pied des montagnes, le soleil lui réchauffant le visage, dans l’herbe d’un confort absolu. Il sentit la rosée sous ses paumes, et se rendit compte qu’il était nu. Tout en observant ses environs, il leva vers son visage une main qui sentait l’odeur de l’herbe, mêlée à la fraîcheur cristalline de l’air. Il était apparu dans un paysage d’une insurpassable beauté avec de hautes montagnes coiffées de neiges éternelles et drapées d’une écharpe de sapins, de magnifiques forêts d’un vert émeraude qui s’étendait aussi loin que portait l’œil, et une large rivière à l’eau écumante.

Il se crut mort, se souvenant vaguement de l’ancienne croyance en un "paradis" et un "enfer". Le Maître de Guerre se rappela difficilement son nom et il ne lui restait que des fragments de souvenirs effacés qui en cet instant même, devenaient plus inconsistants à mesure qu’il cherchait à les retenir. Il bougea et se retrouva avec une robe de laine blanche sur lui. Il se dirigea vers la rivière, tout en admirant la paysage. Mais parfois, sans le comprendre, il crut voir dans les nuages des émanations de fumées nocives, sentir sous ses pieds les ossements et les scories d’innombrables siècles d’industrie, une puanteur chimique qui empirait à chacun de ses pas, ressentir entre ses doigts non pas l’eau de la rivière mais des déchets miniers fondus qui s’écoulaient en filets corrosifs ainsi que non pas des montagnes scintillantes, mais de vastes tours d’airain et de fer, qui soutenaient vers le ciel des portes semblables à des bouches géantes, capables d’avaler et de vomir des armées entières. Il courut, abusé par ses sens, au travers de ce paysage qui d’un instant sur l’autre passait d’une douloureuse beauté à une vision cauchemardesque, en l’espace d’un battement de cœur. Horus se réfugia dans une forêt puis fut encerclé par une meute d’une centaine de loups surgit des broussailles. Un loup lui parla en lui demandant son identité alors que le reflet de la lune envahissait sa vision, faisant le lien avec les Luna Wolves, et lui faisant comprendre qu’il était encore vivant.

Il se réveilla à nouveau au pied de la montagne, et se remit en route vers la rivière où il vit cette fois un combattant Astartes en armure qui flottait dans le courant, le visage dans l’eau. Lupercal sortit le corps et constata surpris que c’était son ami décédé sur Soixante-Trois Dix-Neuf, Hastur Sejanus. Lupercal fut heureux de le revoir, et Sejanus expliqua que des entités infiniment puissantes l’avaient envoyé le voir pour lui montrer une vérité et pour qu’Horus devienne leur émissaire dans les affaires qu’elles ont dans le monde matériel.

Il lui expliqua qu’il était sur Davin dans le Temple du Delphos, un lieu sacré pour la Loge du Serpent, et que ce lieu paradisiaque était le Warp mais ce qu’il voyait n’était que des fragments de sa volonté et de sa mémoire ayant donné forme à l’énergie informe du Warp. Horus sut brusquement où il avait déjà vu ce paysage, en se souvenant de la prodigieuse carte de Terra à reliefs géophysiques qu’ils avaient trouvée à dix kilomètres sous la surface d’un monde mort, près de dix ans plus tôt. Ce n’avait pas été la Terra de sn époque, mais une autre, d’un âge passé, aux champs verts, aux mers propres et à l’air pur.

Horus interrogea Sejanus sur ces entités. Le Space Marine mort lui expliqua que c’était des puissances capables de le guérir et qu’elles avaient besoin de lui pour préserver leurs domaines attaqués depuis le monde matériel. Puis la meute de loups réapparut et Sajanus cria qu’il fallait partir, courant jusqu’à la rivière où un ovale de lumière miroitante s’éleva des eaux agitées, un portail qu’Horus et Sejanus traversèrent.

Horus se retrouva au milieu d’une masse de gens, sur une immense place circulaire cernée de tours et de magnifiques édifices de marbre. Personne ne le remarqua. Sejanus expliqua qu’ils étaient sur un Monde-Chapelle, dédié à la gloire divine de l’Empereur de l’Humanité. Lupercal vit une statue en or gigantesque de son père, entourée de celles idéalisées de Sanguinius, de Rogal Dorn, de Leman Russ, de Guilliman, de Corax, du Lion, de Ferrus Manus, de Vulkan et enfin de Jaghatai Khan. Le Maître de Guerre compris que la population qui l’entourait sans le voir était des pèlerins qui vénéraient son père comme dieu, un choc pour lui qui avait porté durant la Grande Croisade l’idéal séculaire de la Vérité Impériale. Sejanus prétendit que l’Empereur avait pour projet de devenir un dieu et que la Grande Croisade lui servait d’éliminer tout les autres cultes humains et que dans l’avenir, des centaines, voir des milliers, de monde deviendront des temples planétaires à Sa gloire, ce qui horrifia Horus qui ne put y croire, rappelant les comportements, les actions et les propos anti religieux de l’Empereur, notamment Sa réprimande contre Lorgar. Il se demanda pourquoi il n’était pas représenté aux cotés de ses frères, lui son héritier, ce qui restait un mystère pour Sejanus qui enfonça la blessure dans la fierté de Lupercal en prétendant qu’il avait été abandonné par son père et destiné à être oublié. Le Primarque courut dans la cité impériale, n’y voyant que démagogues, fanatiques religieux, adorateurs, merveilles dédiées au Dieu-Empereur, avec des avenues dont chaque pavé était gravé d’une supplique, des ossuaires plaqués d’or sur une hauteur de plusieurs kilomètres, des forêts de colonnes de marbre, où d’innombrables représentations de saints étaient perchées. La solennité sombre et gothique de cette nouvelle religion paraissait inconciliable avec la vérité dynamique, la raison et la confiance qui avait lancé dans les astres la Grande Croisade. Nulle part il ne vit son portrait, et se crut véritablement abandonné par son père.

Sejanus le retrouva puis l’emmena vers les portes d’une basilique qui s’ouvraient derrière Horus, menant vers un oblong de lumière. En traversant la lumière, Horus se retrouva dans un laboratoire colossal, où des centaines de scientifiques travaillaient. Sejanus expliqua qu’ils étaient dans les laboratoires secrets de l’Empereur sur Terra, dans les génocryptes les plus secrètes, sous les pics himalayens. Ils passèrent une immense porte d’acier et se retrouvèrent dans une immense salle où se trouvait sur chaque côtés dix larges réservoirs cylindriques de la taille d’une torpille d’abordage, reliée à une collection de machines étranges. À l’intérieur se trouvait les fœtus des vingt Primarques. Sejanus lui parla alors de l’origine des Primarques et de leur dispersion, argumentant que contrairement à ce qu’il croyait, ce n’était pas un accident. Sejanus parla de sa création et de celle de ses frères, lui expliquant que la science qui avait crée les fils de l’Empereur provenait d’un marché entre le Maître de l’Humanité et les puissances du Warp. L’Empereur aurait alors trahi l’accord passé et gardé les Primarques pour lui tout seul, tout en leur volant une mesure de leur puissance pour Lui-même, et ils se sont vengés en dispersant les Primarques dans l’espace et le temps. Horus fut alors témoin de l’apparition d’une lueur d’un bleu actinique au-dessus de lui, une masse de lumière sale se matérialisant juste en dessous du plafond. Un groupe de Custodiens apparu, commandé par le Capitaine-Général Constantin Valdor, menaçant Horus en lui ordonnant d’arrêter cette invocation avant de lui tirer dessus. Le Primarque en rage tua tous les Gardes Custodiens, seul restait Valdor. Horus se figea dans son attaque, lorsqu’il vit l’Empereur arriver. Mais Horus fut frappé de stupeur devant la froideur de son créateur qui lui demanda d’arrêter se qu’il était en train de faire avant de comprendre que l’Empereur allait laisser les cuves contenant les Primarques être happer par la faille. Horus entendit les hurlements de ses frères alors que l’Empereur se détournait d’eux, provoquant une haine inédite chez le Maître de Guerre. Horus se laissa emporter avec les cuves de ses frères dans le vortex qui les avalait.

Prit dans le vortex, les puissances du Warp lui montrèrent un aperçu furtif d’un avenir qui n’avait rien d’attirant, où des repoussantes engeances Xenos y dominaient d’immenses portions de la galaxie et où un sentiment d’impuissance s’était emparé des fils des hommes. La puissance des glorieuses armées de l’Humanité avait été brisée, les Légions s’étaient fragmentées, réduites à des vestiges de ce qu’elles avaient été. Les bureaucrates et les gratte-papier administraient un régime où les individus ne menaient plus que des vies sans gloire, sans importance et sans ambition. Dans ce futur sombre, Horus vit que l’Humanité n’avait plus le pouvoir de défier les seigneurs extraterrestres, de combattre les terreurs face auxquelles l’Empereur l’avait abandonnée. Son père y était devenu un dieu charognard, qui ne partageait plus la souffrance de Ses sujets, et ne se souciait plus de leurs destins.

Puis Horus se retrouva sur un plateau inégal, couvert d’une poussière noire, devant le tunnel d’une mine désaffectée, réalisant se retrouver sur son monde natal, Cthonia. Il entendit le hurlement des loups qui l’appelaient et une meute apparu et l’encercla. Un des loups se métamorphosa et prit la forme de Magnus le Rouge, Primarque des Thousand Sons et Psyker incroyablement puissant. Magnus le supplia de l’écouter, car il le cherchait depuis longtemps dans le Warp grâce à un rituel qu’il menait sur Prospero, et il n’avait pas beaucoup de temps. Hastur Sejanus émergea des ombres du tunnel de mine, affirmant que ce n’était pas Magnus mais une créature métamorphe du Warp qui cherchait à dévorer son âme. Furieux, Magnus leva la main en l’air et referma ses doigts, comme pour agripper une chose invisible puis il tira le poing en arrière, révélant le vrai visage de Sejanus : Erebus. Démasqué, le Premier Chapelain justifia cette tromperie dans le besoin de présenter un visage ami afin de convaincre Horus de se lever contre l’avenir terrifiant que l’Empereur préparait et sauver l’Imperium. Magnus contra Erebus en expliquant à Horus que le Word Bearer ne lui avait montré qu’un avenir parmi d’autres et que de son choix allait changer changer l’avenir de la galaxie, le suppliant de faire le bon. Mais Erebus mit à porte-à-faux Magnus en soulignant qu’il avait utilisé la magie pour venir les rejoindre alors que l’Empereur le lui avait interdit après Nikaea. Sous les yeux de Lupercal, le Roi Pourpre projeta une boule de flammes vers le Premier Chapelain, mais quand le feu mourut autour d’Erebus, ce dernier n’avait rien. Magnus projeta éclair après éclair par le bout de ses doigts, subjuguant et horrifiant Horus devant de tels pouvoirs. Erebus se sentit triomphant, mais Horus lui ordonna de se taire, soulignant qu’il ne valait pas mieux, car il avait lui aussi usé de sorcellerie pour l’emmener dans le Royaume du Chaos. Mais à sa surprise, Erebus lui expliqua que Lorgar Aurelian avait déjà rejoint la cause des Dieux du Warp, Horus ressentant une pointe de jalousie à l’idée que l’Urizen eût été choisi en premier. Erebus termina ce voyage en proposant à Horus un pacte : livrer l’Empereur aux Dieux du Warp et recevoir en récompense la galaxie en tant que nouveau maître de l’Humanité.

Et Horus fit le choix de l’accepter.[47]

La Destruction de la Technocratie Aurétienne[modifier]

Horus fut miraculeusement guérit par les Dieux du Chaos et il émergea du Delphos sous les vivats des Sons of Horus. Puis il ordonna à sa flotte de se diriger dans un secteur de la galaxie inconnu, sans d’autres explications, arrivant dans un système où deux planètes et une lune étaient habitées par une civilisation humaine développée portant le nom de Technocratie Aurétienne. Les habitant de cette civilisation furent heureux d’accueillir Horus, y voyant la chance de retrouver la Terra de leurs ancêtres. Horus ordonna une attente de trois jours car il avait envoyé un message à Angron, Primarque des World Eaters, lui ordonnant de venir le rejoindre. Une fois l’Ange Rouge arrivé, le Maître de Guerre accueillie sur son vaisseau amiral l’ambassadeur de ce monde, le fabricator-consul ressemblant furieusement à un Technoprêtre de Mars, Emory Salignac. Le fabricator-consul était accompagné de guerriers d’élite connus sous le nom de "La Fraternité", vêtus d’armure et maniant des armes très similaires à ceux des Space Marines mais sans les améliorations génétiques. Après avoir clamé les ardeurs de Regulus, le représentant du Mechanicum dans sa flotte, Horus demanda à l’ambassadeur comment son peuple avait pu développer une technologie de pointe qui ressemblait à celle de l’Imperium et Emory Salignac répondit que sa civilisation possédaient des machines SCS. À peine eut-il prononcé ces mots qu’Horus l’abattit de son Pistolet Bolter, l’accusant d’avoir tenté de le tuer avant d’ordonner le massacre des guerriers de la Fraternité. Le Maître de Guerre déclencha l’invasion de la Technocratie Aurétienne afin de s’emparer de la technologie SCS, invasion qui dura dix mois, jusqu’à se retrouver face à une puissante et très avancée fortification, la Citadelle de Fer.

Horus rencontra l’Écuyer d’Angron, Khârn, durant un conseil de guerre. Le Capitaine World Eater lui assura que la XIIe Légion prendra la Citadelle de Fer en son nom. Satisfait, le Maître de Guerre commença à discuter avec Regulus, monnayant les SCS de la Technocratie Aurétienne contre le soutien total du Mechanicum pour de "futures entreprises"… Regulus accepta sans résistance.

Puis Lupercal reçut la visite de son frère bien aimé Fulgrim, qui était arrivé avec sa flotte durant le siège meurtrier de la Citadelle de Fer. Le Phénicien avait été envoyé par le Conseil de Terra suite à des rapports émanant du Seigneur Commandant Hektor Varvaras, en charge des unités de l’Armée Impériale pour la 63e Flotte Expéditionnaire. Il invita Fulgrim dans ses appartements privés à bord du Vengeful Spirit. Là, s’y trouvait Erebus qui avec le soutien du Words Bearer, Horus détailla à son frère pendant trois jours les événements qui le menèrent à découvrir la vérité sur l’Empereur et le Warp ainsi que le projet de divinisation de leur créateur et les origines des Primarques. Horus présenta à un Fulgrim médusé un exemplaire du Lectio Divinitatus, le livre saint d’une secte vénérant le Maître de l’Humanité comme un Dieu, en affirmant que l’Empereur préparait sa déification depuis longtemps. Fulgrim, bien que réticent au début, a finit par croire Horus, notamment à cause de la corruption avancée de son âme à cause d’une épée démoniaque que le Phénicien avait trouvé sur un monde Xenos qu’il avait purgé et dont le Démon qui la hantait lui avait peu à peu fait perdre la tête. Fulgrim finit par rejoindre Horus dans ses futurs projets et à sa demande, il partit retrouver Ferrus Manus afin de le rallier à sa cause. En gage de sa confiance, Horus offrit à Fulgrim l’Anathame qui l’avait mortellement blessé sur Davin.

Suite à ce ralliement, le Primarque se rendit à une réunion secrète des Loges Guerrières de sa Légion et qui rassemblait l’essentiel des officiers supérieurs, accompagné des Capitaines Tybalt Marr et le garde du corps de Petronella Vivar, Maggard. Pus il annonça à ses officiers que les temps à venir allaient être terribles et que l’heure était venue de prendre des décisions difficiles. Il expliqua s’être engagé sur une voie qui affectera tous les hommes sous ses ordres et que si ils le suivaient, ils ne pourront pas revenir en arrière car ils seront considérés comme des traîtres par l’Imperium. Il reçut le soutien inconditionnel de ses guerriers, quoi qu’il ferait.

Reconnaissant, Horus déclara que le ménage allait devoir être fait, ordonnant l’élimination du Général de l’Armée Impériale servant sa Légion, Hektor Varvaras, - qui sera mystérieusement tué durant le siège de la Citadelle de Fer - et du Commémorateur Ignace Karkasy, dont les poèmes attaquaient la crédibilité des Astartes, que Maggard assassinera.

Finalement, les Sons of Horus et les World Eaters menèrent de violents combats qui s’achevèrent par la prise de la Citadelle de Fer, permettant à Horus de s’emparer des précieux SCS.

Le Maître de Guerre alla ensuite dans les appartements de Petronella Vivar, qui lui présenta les débuts de son ouvrage basé sur ses pensées les plus intimes qu’il lui avait révélé durant son agonie. Mais ne pouvant laisser un tel témoignage se propager, Horus la tua en lui brisant la nuque.[48] 

La Préparation de la Guerre Civile[modifier]

« Je vais renverser l’Empereur et prendre sa place sur le Trône de Terra en tant que maître de l’Humanité. »
- Horus Lupercal.

Horus prépara minutieusement sa rébellion contre l’Empereur, mettant en place une vaste toile de tromperies et de trahisons. Son titre de Maître de Guerre lui fut essentiel et très utile, lui offrant la possibilité de déplacer les forces militaires impériales dans une configuration de son choix.

Il pouvait compter sur le soutien de Lorgar, convertie aux Dieux Sombres quarante ans plus tôt, Fulgrim, corrompu par un Démon, Mortarion, qui rêvait de prendre sa revanche contre l’Empereur depuis que ce denier l’avait privé de sa victoire contre son père adoptif, Angron, qui voulait venger ses frères et sœurs gladiateurs dont l’Empereur avait autorisé la mort. De même, Horus parvient à rallier le Primarque des Iron Warriors, Perturabo, qui après avoir commis un génocide contre son propre peuple, se sentit obligé de rejoindre Lupercal pour éviter le châtiment de l’Imperium. Konrad Curze rallia Horus, car il était déjà un quasi renégat après la destruction totale de son monde, Nostramo et ses actions criminelles et ignobles que lui et sa Légion des Night Lords avaient commis. Enfin Horus reçut le soutien mystérieux d’Alpharius, bien que les raisons de ce ralliement restaient sans explication.[49]

En parallèle, Horus Lupercal identifia certains de ses frères comme des menaces majeures pour son plan, notamment les trois Primarques Roboute Guilliman, Sanguinius et Lion El’Jonson. Il ordonna au Seigneur d’Ultramar de rassembler sa Légion sur le monde de Calth et d’y attendre la Légion des Word Bearers pour soi-disant attaquer le menaçant empire Ork de Ghaslakh dans les domaines orientaux de l’Imperium. Sanguinius, qu’Horus craignait plus que tout autre de ses frères, était occupé à aider l’Alpha Legion à garder la ceintures d’astéroïdes de Kayvas contre des Orks qui avaient fui les ruines d’Ullanor. Quand à Lion El’Jonson, il fut envoyé en dehors des frontières de l’Imperium, à combattre dans les lointains Mondes-Boucliers, une enclave de l’Humanité située dans le vide intersidéral entre les galaxies et liée d’une certaine manière à une race Xenos inconnue. Le dernier à être égaré par le Maître de Guerre et ses stratégies subtiles fut Jaghatai Khan et ses White Scars, toujours à combattre les Peaux-Vertes dans le système de Chondax et qu’Horus fit isoler par l’Alpha Legion, empêchant le Grand Khan d’apprendre les premiers conflits de la guerre civile. Horus voulait garder le Khan et sa Légion intacte, espérant le rallier à sa cause plus tard. Rogal Dorn était en route avec les Imperial Fists vers Terra, tandis que Ferrus Manus devait dans ses projets le rejoindre, cependant la Gorgone demeura fidèle envers l’Empereur. Quand à Vulkan et Corvus Corax, leur heure viendra bien assez tôt…

Horus organisa le stockage minutieux des munitions et des ressources, le traitement préférentiel accordé aux unités et aux commandants qui lui étaient fidèles, ainsi que l’établissement de pactes commerciaux, de patronages et de traités, qui lui permirent - ainsi qu’aux unités dans lesquelles il plaçait sa plus grande confiance - d’opérer sans la surveillance des serviteurs les plus proches de l’Empereur. Il planta de nombreuses graines qui ne susciteraient aucun soupçon ni ne porteraient leurs fruits toxiques que bien plus tard. Il déplaça aussi des unités de l’Armée Impériale, de Maison de Chevaliers qu’il savait fidèle envers l’Empereur, les envoyant dans des affectations suicidaires.

Mais l’un de ses coups les plus perfides fut d’avoir déclenché indirectement le Sac de Prospero.[50]

Le Sac de Prospero[modifier]

Lorsque Magnus échoua à convaincre Horus à ne pas trahir l’Empereur lors de sa rencontre dans le Warp, il décida de prévenir l’Empereur. Sur son monde, Prospero, le Roi Pourpre mena un rituel pour envoyer son esprit retrouver l’Empereur sur Terra. Il commit ainsi une catastrophe car il força les protections psychiques que l’Empereur avait mit en place dans le Palais Impérial pour protéger Son grand projet qui était de conquérir la Toile Aledari à partir d’un portail Warp au sein des cryptes du palais, et se servant du Trône d’Or pour démultiplier Ses capacités psychiques afin de sécuriser le passage entre le monde matériel et le monde entre deux réalités du labyrinthe Xenos. L’Empereur identifia Magnus comme le responsable, refusant de l’écouter sur la trahison d’Horus. Pire, l’Empereur fut obligé de rester assis sur le Trône car Magnus avait déclenché une invasion démoniaque en brisant les protections, les Démons en profitant pour se déverser depuis la Toile droit vers les cryptes du Palais.

Ordre fut donné par l’Empereur de ramener Magnus sur Terra pour répondre de ses crimes, et le bourreau ne serait autre que Leman Russ, Primarque des Space Wolves. Ce dernier rassemble une grande partie de sa Légion et mit le cap vers le système de Beta-Garmon où l’y attendait les Custodiens et les Sœurs du Silence commandés par Constantin Valdor.

À Beta-Garmon, Russ reçut la visite d’un contingent de Sons of Horus commandé Boros Kurn et envoyés par Horus avec pour ordre accompagner le Roi-Loup pour châtier Magnus. Boros Kurn portait des communications personnelles d’Horus à Leman Russ. Horus y évoquait l’usage de sorts et d’invocations démoniaques entrepris par Magnus, encourageant Russ à le détruire malgré les ordres initiales qui étaient de le ramener sur Terra. Horus voulait se débarrasser de Magnus le Rouge qu’il identifia comme une grave menace à ses projets. Le Roi-Loup partira sur Prospero qu’il ravagera, détruisant les Thousand Sons, bannissant Magnus dans le Warp et affaiblissant sa propre Légion alors que la guerre civile démarrait.[51]

Le Schisme de Mars[modifier]

Ayant acquis des SCS suite à la destruction de la Technocratie Aurétienne, Horus envoya Regulus, son représentant auprès du Mechanicum sur Mars elle-même, le siège du pouvoir des Technoprêtres. Lupercal savait qu’il devait obtenir le soutien du Mechanicum s’il voulait s’emparer de l’Imperium car le savoir technologique des Technoprêtres et leurs puissants Mondes-Forges alimentaient l’Imperium en armes, armures et véhicules.

Là, Regulus rencontra le Fabricator-Général, Kelbor-Hal, le chef suprême de l’omnipotente organisation,. Là, Regulus négocia une alliance entre le Mechanicum et le Maître de Guerre. Profitant du ressentiment de Kelbor-Hal et de nombreux Technoprêtres devant les interdictions de l’Empereur sur l’étude de certaines technologies et la vassalisation de fait de la Planète Rouge, Horus promis la levée de l’interdiction de l’Empereur sur certaines technologies et une plus grande autonomie politique, le tout avec comme cadeau les SCS de la Technocratie Aurétienne. Mieux, Horus offrit au Fabricator-Général les codes d’accès lui permettant d’ouvrir un dépôt de connaissances interdites connu sous le nom de Cryptes de Moravec, que l’Empereur avait scellé en personne deux siècles plus tôt lors de Son arrivé sur Mars et se trouvant dans les labyrinthes d’Olympus Mons, la plus grande et plus puissante Forge de Mars. En réalité, ces cryptes contenaient d’innombrables artefacts technologiques et un savoir maléfique que Moravec, un ancien sorcier de Terra exilé sur Mars il y a des siècles, avait crée grâce à des pactes impies passé avec les Dieux du Chaos et qui donna naissance aux Machines-Démons. Le Fabricator-Général accepta de s’allier avec Horus, s’engageant à aider les traîtres avec toute la technologie à sa disposition. Pour cimenter l’alliance entre Horus et le Mechanicum, Horus reçut une magnifique Armure Terminator couleur d’obsidienne, avec un Œil Rouge sur son plastron, son abdomen et ses épaulières. Il reçut aussi pour l’une de ses mains un monstrueux gantelet muni de lames acérées à la place des doigts baptisée la Griffe d’Horus.

Très vite, les connaissances des cryptes de Moravec ont corrompus une partie des membres du Mechanicum, et Kelbor-Hal et ses alliés mirent sur pied des troupes de Serviteurs et de machines corrompus avant de lancer une attaque surprise et dévastatrice contres les forges martiennes désignés comme Loyalistes, déclenchant une guerre civile cataclysmiques où les armées du Mechanicum, Chevaliers et Legios Titaniques compris, s’entre-tuèrent. Mars tomba finalement entre les mains de ce nouveau Mechanicum Noir, avant de subir un blocus par les forces de Rogal Dorn, situation qui demeurera jusqu’à la Bataille de Terra. Horus profitera du soutien de nombreux Mondes-Forges dans l’Imperium qui suivront Kelbor-Hal dans la rébellion, renforçant ainsi ses armées.[52]

Le Pacte avec les Dieux Sombres[modifier]

Horus mit en place ses pions grâce notamment à son Astropathe attitré, Maîtresse Ing Mae Sing, qui avait envoyé sous ses ordres des centaines de communications télépathiques transgalaxie, notamment à ses frères Primarques. Il lui demanda notamment de lui parler d’une femme devenue une figure religieuse vénérant l’Empereur comme un Dieu et considéré comme une sainte au sein de sa flotte, une femme pour qui il avait un grand intérêt et répondant au nom d’Euphrati Keeler.

Plus tard, alors qu’il préparait le premier acte de sa trahison, le Maître de Guerre scella définitivement son alliance avec les Dieux Sombres. Une cérémonie dans le temple de la loge de sa Légion à bord du Vengeful Spirit fut organisé, en présence de Regulus et d’Erebus. Le Premier Chapelain mena un rituel d’invocation qui nécessita le sacrifice de l’Astropathe Ing Mae Sing qu’Horus tua malgré les résistances de la pauvre femme, lui enfonçant les griffes de son gantelet dans la poitrine, les pointes transperçant le cœur et les poumons de la Psyker, et jaillissant de son dos dans une gerbe rouge. Une puissante entité du Warp dénommée Sarr’kell, le Seigneur des Ombres apparue et elle demanda à Horus de promettre de détruire l’Empereur ainsi que Son grand projet qui menaçait les domaines des Dieux du Warp. En échange, le Maître de Guerre obtiendra le trône de l’Imperium et recevra l’aide des dieux. Horus accepta le pacte et les Dieux furent officiellement ses alliés.[53]

Vers Isstvan[modifier]

Enfin dans son Sanctum, le Maître de Guerre accueillit Aximand, Abaddon, Maloghurst, Regulus, Erebus, le Princeps Turnet de la Legio Mortis, et divers officiers supérieurs de l’Armée Impériale triés sur le volet. Là, il annonça qu’il allait renverser l’Empereur et prendre Sa place sur le Trône de Terra en tant que Maître de l’Humanité. Il annonça qu’il était dans son bon droit car l’Empereur tentait de se hisser au statut de dieu, en les abandonnant parmi les ruines qu’avait engendrées Son ambition. Il expliqua avoir envoyé des Chapelains développés les Loges dans certaines Légions, tandis que certains Primarques étaient déjà avec lui et que le piège était tendu, dans un système au nom de Isstvan.

L'Hérésie d'Horus[modifier]

Horus avait ordonné au sein de sa Légion et dans celles de ses alliés de repérer les éléments Loyalistes qui pourraient menacer sa future rébellion, utilisant les Loges Guerrières disséminées dans les Légion pour faire le tri.

Une fois fait, l’occasion de s’en débarrasser et de lancer la guerre civile se présenta sous la forme de la rébellion d’un Gouverneur Planétaire, Vardus Praal, sur un monde nommé Isstvan III.[54]

L'Atrocité de Isstvan III[modifier]

Horus lors de l’Atrocité de Isstvan III, déclenchant sa rébellion qui allait changer le destin de la galaxie.
]]Un signal de détresse avait été envoyé depuis Isstvan III et avait été capté par un vaisseau gros-porteur de ravitaillement au service de la Death Guard, le Valley of Haloes, qui l’envoya à la Death Guard de Mortarion avant de mystérieusement disparaître…

Mis au courant, Horus organisa à bord du Vengeful Spirit un conseil de guerre qui accueillit Mortarion - accompagné de son Capitaine Nathaniel Garro, Angron - accompagné de son Écuyer Khârn - et le représentant de Fulgrim - alors en route pour rejoindre Ferrus Manus -, Eidolon.

Horus présenta à ses complices le système de Isstvan III, expliquant qu’il avait été mis en Conformité par Corvus Corax et sa Légion une quinzaine d’année auparavant mais qu’une révolte du Gouverneur Praal, rallier à la religion étrange de ce monde, avait frappé ce monde. Mortarion reprit le fil du briefing d’Horus et parla du signal de détresse tandis que Nathaniel Garro porta la bobine mémorielle qui fut inséré dans la console de l’hololithe du sanctum et qui prouvait la félonie de Praal à travers lé témoignage d’une femme qui appelait à l’aide.

Puis Horus présenta la capitale de la planète, la Cité Chorale et exposa son attaque d’ampleur combinant des éléments des Légions des Sons of Horus, de la Death Guard, des World Eaters et des Emperor’s Children. Il donna l’ordre à Mortarion d’engager l’effectif principal du contingent de la Cité Chorale, tandis que les Sons of Horus attaqueront le fort-sirène, le centre religieux de la planète. Il supporta les remarques d’Angron qui ne comprenait pas pourquoi il ne faisait pas un assaut général écrasant qui aurait réglé la question. Eidolon interrompit l’Ange Rouge qui lui ordonna de se taire si il ne voulait pas être tué, forçant Horus à calmer son frère et à remettre à sa place Eidolon. Khârn assura que les World Eaters seront prêts, de même qu’Eidolon et Mortarion prépareront leurs Légions une fois que les opérations préliminaires impliquant la destruction des stations de surveillance sur la septième planète du système, Isstvan Extremis, seront faits. Horus alla par la suite voir Angron pour lui expliquer la vraie raison pour laquelle il n’ordonnait pas un assaut majeur…[55]

Une fois les stations de surveillance détruites sur Isstvan Extremis, Horus ordonna aux Légionnaires des quatre Légions de prendre d’assaut Isstvan III. Évidemment, ces Space Marines étaient tous des guerriers identifiés comme des partisans indéfectibles de l’Empereur, et parmi eux figuraient Garviel Loken et Tarik Torgaddon. Les Space Marines prirent la Cité Chorale malgré la résistance acharnée des habitants menés par les Chanteuses de Guerre, des Psykers servant de figures religieuses à ce peule. Vardus Praal finit par être abattu, assurant la victoire de l’Imperium. Entre temps, Horus apprit de ses sbires que Magnus avait été obligé de s’enfuir dans le Warp et que Prospero était tombé. Lupercal compris que le Roi Pourpre n’avait plus d’autres choix que de le rejoindre, et caressant l’espoir que Fulgrim rallie Ferrus Manus à sa cause, il se savait quasi victorieux avant même le début de la rébellion. Puis il apprit de Maloghurst que des troubles étaient apparus sur le Vengeful Spirit, car le célèbre Itérateur Kyril Sindermann menait, sous l’influence de la Sainte Euphrati Keeler, une organisation religieuse vénérant l’Empereur comme un être divin. Comprenant la menace, Horus, plus irrité que jamais, décida de régler le problèmes des civils et des Commémorateurs qui étaient de possibles partisans de cette foi naissante.

Il fit rassembler l’ensemble des Commémorateurs et des Itérateurs de sa flotte dans son sanctum afin que tous voient le début de sa trahison. Sous les yeux horrifiés des civils, Horus Lupercal, Maître de Guerre, ordonna le tir des bombes biologiques dévoreurs de vie, des armes effroyables conçus pour annihiler toute vie sur une planète, droit sur les Space Marines à la surface. Horus proclama la fin de la Grande Croisade, que les idéaux qu’elle défendait autrefois étaient morts, et que tout ce pour quoi il s’était battu n’était qu’un mensonge. Il annonça aux Commémorateurs que leur temps était passé et ordonna à ses Astartes de tous les massacrer. Ce qui fut fait.

Puis Abaddon lui annonça que les analyses des instruments révélaient que le virus s’était presque dissipé et que les niveaux gazeux crevaient les plafonds, les batteries n’attendant que son ordre. Il suffisait d’une mèche qui se consumerait et ferait exploser la galaxie dans une grande conflagration.

Horus ordonna de tirer. La galaxie allait brûler.

Mais surprise, de nombreux Space Marines Loyalistes avaient été prévenus de la trahison d’Horus par certains éléments de la flotte refusant de voir leurs frères assassinés et avaient trouvé refuge dasn des bunkers où des cryptes souterraines. Menés notamment par Garviel Loken et Saul Taritz, les Loyalistes proclamèrent leur foi en l’Empereur et invitèrent les renégats à venir régler les comptes les yeux dans les yeux. Alors qu’Horus s’apprêtait à envoyer un deuxième tir, le Primarque Angron débarqua avec sa Légion sans prévenir le Maître de Guerre, entamant une véritable bataille rangée et de guérilla contre les Loyalistes.

Lorsqu’il l’apprit, Horus éprouva de la rage devant la désobéissance d’Angron que le privait d’un bombardement orbital qui aurait pu achever les Loyalistes. Il fut surpris de cette tournure, se rendant compte qu’il aurait dû comprendre qu’Angron aurait réagi de cette manière. Malgré les suppliques d’Abaddon qui l’encourageait à détruire Angron depuis l’orbite, le Maître de Guerre ordonna à ses troupes de descendre à la surface de Isstvan III et d’entamer la purge des Loyalistes. Il vit dans l’offensive d’Angron une opportunité : se forger un triomphe dont les répercussions se ressentiront loin dans l’avenir. Les combats durèrent des mois, les Loyalistes tuant de nombreux Traîtres tandis qu’Angron et Mortarion ravageaient leurs rangs.

Mais la situation s’aggrava pour le Maître de Guerre quand il apprit une terrible nouvelle : l’Itérateur Sindermann et les Commémoratrices Mersadie Oliton et Euphrati Keeler avaient disparu, s’étant extrait des rangs des Commémorateurs avant leurs massacres et avaient rejoints une frégate de la Death Guard du nom de l’Eisenstein, sous le commandement du Capitaine Nathaniel Garro. Ces civils avaient pu s’échapper grâce à l’aide du vieux Capitaine de la Légion des Sons of Horus qui n’approuvait pas la trahison d’Horus, Iacton Qruze, qui tua Maggard durant leur fuite. Quand le Primarque demanda où se trouvait l’Eisenstein, il appris furieux que la frégate avait réussi malgré des dégâts à s’[Fuite de l'Eisenstein|échapper dans le Warp], et qu’elle fonçait vers Terra prévenir l’Empereur de la trahison. Mais une bonne nouvelle lui permit d’accélérer sa campagne : Eidolon le contacta pour l’informer qu’un traître au sein du camp des Loyalistes allait leur permettre de pénétrer au sein du palais du Gouverneur qui servait de bastion aux résistants, et de remporter ainsi la victoire. Ce traître était un Emperor’s Children nommé Lucius.

Profitant de cet acte de traîtrise, les positions Loyalistes furent submergés et la victoire finale d’Horus approchait. Dans les derniers instants de la bataille de Isstvan III, Fulgrim revint de son voyage suite à a rencontre avec la Gorgone. Horus le reçut mais apprit que le Primarque des Iron Hands avait rejeté son offre et avait attaqué le Phénicien pour sa trahison. Lupercal était furieux devant l’échec de son frère, Ferrus Manus étant à ses yeux un élément majeur de son plan, et il fustigea Fulgrim pour son échec. Mais le Phénicien avait changé, sa corruption l’ayant totalement submergé, et son arrogance était plus grande que jamais. Comprenant le comportement de son frère, Horus se fit diplomate et lui ordonna d’aller sur Isstvan V pour fortifier une position sachant que les forces de l’Empereur viendront plus tôt que prévu les y attaquer.

Les derniers actes de la bataille de Isstvan III s’achevèrent par l’assaut mené par Abaddon et Horus Aximand, qui affrontèrent en duel Garviel Loken et Tarik Torgaddon, ce dernier périssant décapité sous la lame d’Aximand. Loken disparu sous les débris et une fois que les derniers Traîtres aient rejoints l’orbite, Horus déclencha un deuxième bombardent droit sur les ruines de la Cité Chorale.

Puis il mit le cap vers Isstvan V, dans un zone nommé la Dépression d’Urgall, un cratère géant, surplombé par la forteresse que Fulgrim avait apprêtée pour ses forces. Il annonça à ses lieutenants que sept Légions étaient en route pour les détruire mais qu’il allait les briser. L’Imperium avait appris sa trahison et avait répliqué.

L’Hérésie d’Horus avait commencé.[56]

Le Massacre du Site d'Atterrissage[modifier]

Le Dernier Commémorateur[57]

Après avoir massacré les Commémorateurs et suite au Massacre du Site d’Atterrissage, Horus apprit la capture de Solomon Voss, l’un des plus anciens et célèbres Commémorateurs de la Grande Croisade et qui avait rallié sa flotte lorsqu’il avait apprit sa trahison. Voss avait été en colère en apprenant le démantèlement de l’ordre des Commémorateurs par le Conseil de Terra suite à la trahison d’Horus, et il avait décidé de voir par lui même les actes de Lupercal.

Arrivé sur Isstvan V après le massacre, Voss fut capturé et amené devant Horus avec un groupe de Commémorateurs qui l’avait accompagné. Horus fit massacrer tous les compagnons de Voss et garda le vieil homme pour qu’il soit témoin des ses actes, le traumatisant et le rendant fou devant les horreurs commises et qui lui fit comprendre que la vérité était que l’avenir était mort. Une fois Voss brisé, Horus l’enchaînera dans une cellule d’un vaisseau qu’il enverra droit dans le Système Sol afin que Voss apprenne à Rogal Dorn que la Vérité Impériale et les projets d’avenir radieux de l’Imperium étaient morts.

Apprenant la trahison d’Horus, l’Imperium envoya Ferrus Manus, Vulkan, Corvus Corax et leurs Légions des Iron Hands, des Salamanders et de la Raven Guard sur Isstvan V où Horus, en compagnie de Fulgrim, Mortarion et Angron avec leurs Légions respectives, les attendait. Ces trois Légions Loyalistes débarquèrent dans la Dépression d’Urgall, près de la forteresse du Maître de Guerre. Ce fut un débarquement brutal, d’où les trois Légions et leurs Primarqurs émergèrent sous une tempête de feu. Les Loyalistes avancèrent et affrontèrent les guerriers d’Angron, Mortarion et Fulgrim.

Puis les traîtres firent une fausse retraite, confortant Ferrus Manus sur sa victoire et qui avança profondément dans la Dépression, alors que la Raven Guard et les Salamanders se replièrent sur ordre de leurs Primarques. Puis les Legiones Astartes de l’Alpha Legion, des Iron Warriors, des Word Bearers et des Night Lords débarquèrent à leur tour, encerclant les trois Légions Loyalistes de la première vague d’attaque. Là, Horus fit tirer une fusée éclairante solitaire vers le ciel depuis l’intérieur de sa forteresse noire. Elle éclata en l’air, jetant une clarté d’un rouge infernal qui éclaira le champ de bataille comme une vision de fin du monde.

Le piège se referma, et les quatre Légions qui venaient d’arriver proclamèrent leur allégeance à Horus en massacrant leurs anciens frères, prit en tenaille lorsque les Traîtres revinrent de la retraite feinte. Les trois Légions Loyalistes furent massacrés et Ferrus Manus fut décapité par Fulgrim.

Victorieux, Lupercal fit monter une immense estrade dans la Dépression d’Urgall, d’où ses frères Primarques montèrent tandis que lui prit place dans l’étage supérieur, sur un haut cylindre écarlate, s’élevant d’une centaine de mètres au-dessus de ses frères. Devant des milliers de Space Marines acquis çà sa cause, il se déclara souverain de l’Humanité et fut acclamé par les Astartes.[58]

Le Crâne de la Gorgone[59]

Horus emmena la tête de son frère Ferrus Manus après que Fulgrim le lui ai donné. Cette tête lui servira d’accoudoir durant tout le conflit. Lupercal avait réduit la tête de la Gorgone à un objet d’os poli, où des fractures étoilait le dôme parfait de son crâne et descendait en zigzag jusqu’à la brèche ouverte dans sa tempe. Mais même ainsi, il irradiera de la force et une autorité défiante. Horus se confira à son frère assassiné, regrettant de voir la guerre qu’il avait planifié s’emballer et de ne plus pouvoir la contrôler comme il le souhaitait, ruminant en constatant que ce fut ses frères les plus instables et sournois qu’ils l’ont suivis.

Peu après, à l’intérieur du donjon de sa forteresse, il reçut la visite de Fulgrim, qui à sa grande horreur, lui présenta la tête de Ferrus Manus, les yeux arrachés. Horus comprit que le Phénicien était possédé par le Démon servant le Prince du Chaos et issu de l’épée qu’il avait trouvé sur un monde Xenos. Il se promit de sauver son frère mais en attendant, il exigea juste que son identité reste secrète.

Suite à ce triomphe, Horus organisa un conseil de guerre à bord du Vengeful Spirit avec ses frères renégats afin d’établir la stratégie globale de chacune des Légions Renégates. Magnus le Rouge, désormais exilé dans le Warp, apparue et participa au conseil sous la forme d’une projection psychique. Mais lorsque Lorgar, assis à sa droite, regarda Fulgrim, il se jeta sur lui et le frappa en proclamant à tous que le Phénicien était possédé par un Démon, ce qu’Horus lui confirma avant de la calmer bien que l’Urizen lui expliqua qu’il savait d’expérience quel danger représentait cette possession, qu’il n’y avait pas d’équilibre entre les éléments humains et divins, pas d’alignement gracieux de deux âmes en harmonie ce qui était à ses yeux une profanation et un blasphème. Plus tard, Horus le rappela et lorsque le Primarque des Word Bearers le rejoignit dans la salle du conseil, le Maître de Guerre avait Angron à ses côtés. Il expliqua à Lorgar qu’il allait attaquer les Ultramarines et qu’Angron et ses World Eaters allait l’accompagner, car il considérait que Lorgar n’avait pas assez d’hommes pour affronter Roboute Guilliman malgré les assurances de l’Urizen que ses pactes avec les Démons devaient lui suffire.[60]

Durant la même période il offrira le marteau de Ferrus à Manus à Perturabo, Brise-Forge, forgé autrefois par Fulgrim, scellant son alliance avec le Seigneur de Fer. Le Maître de Guerre consolera Perturabo et loua son action énergétique contre Olympia qui s’était rebellé contre son Primarque et l’Imperium, action énergétique qui fut un véritable génocide… L’intention du Maître de Guerre avait peut-être été d’apaiser l’âme torturée de Perturabo, mais sa sombre bénédiction n’avait fait que plonger davantage le Seigneur de Fer dans un remord abyssal.[61]

L'Âge des Ténèbres[modifier]

La Bataille de la Cache du Corbeau

Quelques temps après le Massacre du Site d’Atterrissage, Horus reçut sur le Vengeful Spirit le Primarque Alpharius, furieux que ce dernier ait comploté pour permettre à Corvus Corax et aux derniers de ses Raven Guards, de s’échapper de Isstvan V grâce à leur flotte de secours, après des mois de guérilla et de poursuite.[62].

Le Maître de Guerre, avec à ses côtés Erebus et Ezekyle Abaddon, accusa Alpharius de l’avoir trahi et lui ordonna de s’expliquer dans son rôle dans la fuite de Corax. Alpharius expliqua qu’il avait fait infiltrer dans les rangs de la Raven Guard dévastée des Space Marines de sa propre Légion a qui des visages d’Astartes de la XIXe avaient été greffés durant le Massacre du Site d’Atterrissage. Il révéla à Horus que Corax allait tenter de reconstruire sa Légion en acquérant sur Terra des secrets de la Longue Nuit de la part de l’Empereur et qu’il voulait s’emparer du code génétique original des Primarques pour servir la cause du Maître de Guerre. Le Maître de Guerre, après un long moment d’hésitation, autorisa son frère à mener à bien cette entreprise, tout en lui promettant de le détruire si jamais il le trahissait… L’infiltration des Alpha Légionnaires fut un succès relatif, parvenant à s’emparer des secrets du code génétique original des Primarques sur le monde de la Raven Guard, Kiavahr, suite à une bataille rangée entre la Raven Guard et des rebelles de ce monde manipulé par l’Alpha Legion et des combats au sein même de la base de Corax, la Cache du Corbeau.

Alpharius retrouva Horus et fut forcé de lui offrir les données capturées dans la Cache du Corbeau. Lupercal présenta à l’Hydre l’Apothicaire Emperor’s Children Fabius Bile, qu’il avait nommé pour découvrir les secrets du code génétique original des Primarques. En réalité, à l’insu d’Horus, les données étaient pratiquement inutiles et au mieux incomplètes, l’Alpha Legion s’étant assuré de conserver les données intégrales pour elle.[63]

Horus envoya les guerriers de l’Alpha Legion pour une mission vitale, de laquelle pouvait dépendre le succès de toute l’entreprise car l’information lui était parvenue que les Space Wolves opéraient dans la région de Prospero après leur attaque contre les Thousand Sons. À proximité, dans le système de Chondax, les White Scars de Jaghatai Khan avaient certainement été informés de la rébellion d’Horus et chercheraient sans doute à rallier les Space Wolves et Horus ne pouvait permettre l’apparition d’une telle menace. Les troupes d’Alpharius allaient donc traquer et attaquer ces Légions avant qu’elles ne pussent joindre leurs forces, ce qui mènera à la Bataille de la Nébuleuse d’Alaxxes et à la Trahison sur Chondax. De même, il ordonnera à Alpharius de prendre le monde de Paramar V, un monde accueillant d’importants stocks militaires, et qui était donc une cible à prendre rapidement, car son utilisation potentielle comme tremplin sur la route vers Terra était extrêmement précieuse pour son objectif. Horus voulait ainsi que l’Alpha Legion lui prouve sa fidélité car les motivations et la fidélité d’Alpharius et de sa Légion étaient, depuis le début, les plus incertaines et le plus obscures. L’Hydre accomplira sa mission, s’emparant de la planète après une furieuse bataille contre les forces du Mechanicum et d’éléments Iron Warriors Loyalistes, et lorsque la nouvelle de la conquête du Paramar V parviendra à Horus, le Mechanicum Noir laissé en garnison demanda des renforts pour garder le contrôle de ce monde car l’Alpha Legion était partie aussi vite qu’elle était venue, mais pas avant d’avoir pris ce qu’elle avait souhaité dans les stocks de Paramar. Le Maître de Guerre fut contraint de détourner des forces supplémentaires vers Paramar V pour conserver le système, forces qu’il avait voulu utiliser ailleurs, car il avait gagné ce grand trophée et ne pouvait se permettre que ses ennemis le récupère. Horus fut furieux contre l’Alpha Legion et son Primarque, envoyant à Alpharius une missive demandant une explication pour ses actions. Le Primarque de l’Alpha Legion aurait donné une réponse en deux parties : la première publique, déclarant que lui et sa Légion avaient fait tout ce qui leur avait été demandé à la lettre, ayant reçu l’ordre de prendre Paramar, mais jamais d’y placer une garnison. La seconde aurait été codée et était un ancien proverbe terran en langue morte depuis des millénaires affirmant qu’"On ne se Moque pas du Diable".[64]

Le Night Haunter fut quant à envoyé sur Tsagualsa, un monde isolé de la Bordure Orientale, dans l’ombre d’une grande ceinture d’astéroïdes. De là, les unités des Night Lords pourraient mener une campagne génocide contre les bastions impériaux de Heroldar et Thramas, des systèmes qui, s’ils n’étaient pas pris, laisseraient la frappe contre Terra vulnérable à une attaque de flanc. Le système de Thramas revêtait une importance particulière, car il s’y trouvait un certain nombre de Mondes-Forges du Mechanicum demeurés loyaux à l’Empereur et Horus souhaitait mettre la main sur cette riche région, avec pour objectif la capture et la domination des trois forges de Triplex qui produisaient une abondance de munitions et de machines de guerre, suffisamment pour submerger le cordon que Rogal Dorn avait placé autour de Terra et submerger la planète en nombre. En second lieu, il y avait la capture de Thramas, un monde très peuplé qui pouvait fournir au Maître de Guerre une vaste réserve de soldats à sacrifier sur l’autel de la guerre. Mais les Dark Angels menés par Lion El’Jonson attaqueront les Night Lords, déclenchant ainsi la Croisade de Thramas qui durera trois ans et qui verra la terrible défaite de Curze.[65]

Perturabo et sa flotte partirent attaquer les Imperials Fists envoyés par Rogal Dorn pour châtier Horus jusqu’au système de Phall où une large flotte de vaisseaux de la VIIe Légion se regroupait après une tentative ratée de rejoindre Isstvan V. Le Maître de Guerre ne pouvait laisser une force aussi puissante libre de ses mouvements. Cela mènera à la Bataille de Phall qui verra une partie des Imperial Fists s’enfuir après avoir meurtri les Iron Warriors.[66]

Pour Fulgrim et ses Emperor’s Children qui s’étaient laissés corrompre par le Prince du Chaos, il leur ordonna de rejoindre Mars, mais le Phénicien mènera une quête personnelle dans laquelle il attirera Perturabo et qui déclencheront les évènements qui mèneront à la Bataille d'Iydris, et à la démonification de Fulgrim.[67]

Rétrospectivement, la stratégie d’Horus semblait avoir été basée sur l’ancienne maxime selon laquelle, face à un grand nombre d’ennemis répartis sur une vaste zone géographique, la voie la plus sûre vers la victoire était de diviser et de conquérir. Le Maître de Guerre lança immédiatement ses armées pour aveugler, saigner et confondre son ennemi, un ennemi qui, dans ce cas, comprenait tous les membres du vaste Imperium de l’Humanité. Sous ses ordres, la guerre fut menée dans tous les recoins de l’Imperium et sur tous les fronts de bataille imaginables, sous la forme de frappes à petite échelle des forces d’élite jusqu’aux campagnes terroristes commanditées, ainsi qu’à l’emploi de soulèvements civils, aux raids commerciaux des escadrons de vaisseaux de guerre, aux attaques ciblées pour interrompre les chaînes logistiques essentielles, aux destructions des piliers stratégiques de la défense des Segmentum aux sabotages des communications astrotélépathiques etc. Horus chercha à garder le contrôle de l’initiative de la guerre, forcer les affrontements là où il l’avait choisi, jouant sur les désunions, la lourdeur de l’Imperium et en provoquant insurrection et rébellion qui perturbèrent les liens entre les secteurs impériaux. Lorsqu’il déclara sa rébellion, des centaines de mondes non directement liés à sa base de pouvoir se déclarèrent pour sa cause car ses agents et ses alliés au sein du Mechanicum, de l’Alpha Legion et des Word Bearers avaient déjà empoisonné l’esprit de nombreux Impériaux. Des centaines d’autres, colonies isolées et par ailleurs sans importance, tomberont sous son emprise à mesure que la guerre progresserait, entamant un processus connu sous le nom de "Conformité Noire". Chaque monde conquis se devant soit de se soumettre totalement soit risquer la destruction totale et un assujettissement brutal. Lorsqu’un monde ou un système résistait, Horus le punissait par une destruction apocalyptique, engendrant ainsi une peur qui se propageait dans d’autres secteurs, et permettant leur reddition rapide. Chaque monde soumis à sa Conformité Noire offrait à Lupercal de nouveaux atouts qui alimentait sa machine de guerre dont la puissance augmentait de façon exponentielle. Ces terribles campagnes de peur et de destruction seront dans l’avenir baptisées "l’Âge des Ténèbres" de l’Hérésie Horus.[68]

Mission sur Prospero[modifier]

Le Compteur de Morts Numérique[69]

Horus offrira au World Eater Khârn un compteur de morts numérique avec un chiffrage gothique ancien superposé au champ de vision du sanguinaire Space Marine. Il permettra à Khârn de compter durant une bataille le nombre de guerriers tombés sous ses coups.

Horus envoya six mois après le Sac de Prospero, l’Écuyer d’Angron, le sanguinaire Capitaine Khârn, avec pour mission de fouiller dans les décombres de Tizca, la capitale de Prospero désormais en ruine, à la recherche de quelque chose à sauver dans les cavernes loin sous la surface de Tizca : les Cavernes Réfléchissantes. Il donnera à Khârn un pendentif de fer noir dont la forme était celle d’une tête de loup hurlant devant un croissant de lune. C’était le Loup Lunaire et Magnus le Rouge s’en était servi pour entrer en contact avec Horus durant le rituel corrupteur d’Erebus sur Davin afin de l’empêcher de pactiser avec les Dieux Sombres. Il avait autrefois appartenu à l’armure du Maître de Guerre, et avait conservé une connexion empathique avec lui. Horus avait offert à Magnus ce pendentif sur Bakheng, après qu’un tir chanceux l’ai détaché de l’épaulière du Maître de Guerre, et lui expliquant qu’il guiderait Magnus dans les périodes sombres. Mais Khârn échouera dans sa quête, ayant affronté des survivants Thousand Sons mené par le Capitaine Menes Kalliston, qu’il tuera, et par le fait qu’il était plus préoccupé à trouver un remède à la psychochirurgie insérée dans sa tête, les Griffes du Boucher, qui étaient en train de le rendre totalement fou.[70]

La Trahison envers Sanguinius[modifier]

Horus en contact avec Sanguinius par l’intermédiaire de l’Astropathe Corocoro Sahzë.
Horus craignait Sanguinius, et une fois corrompue par les Dieux du Chaos, il manœuvra et complota pour éliminer le Grand Ange et sa puissante Légion des Blood Angels.

Sanguinius se trouvait toujours dans les astéroïdes de Kayvas à soutenir l’Alpha Legion à purger les Orks - la XXe Légion était chargé en réalité de le retenir éloigner loin de tout - et pour empêcher les Peaux-Vertes rescapés d’Ullanor de s’enfuir. Sanguinius y avait rassemblé une grande partie de sa Légion et une fois la mission achevée, l’Alpha Legion partit rapidement. Presque au même moment, un croiseur des Word Bearers, le Dark Page, envoyé par Horus, apparu et contacta Sanguinius pour un entretien avec son commandant, un Chapelain des Word Bearers, Tanus Kreed. Avec son second, le Capitaine Uan Harox, Kredd présenta à Sanguinius à bord de son vaisseau amiral, le Red Tear, une Astropathe du nom de Corocoro Sahzë. Mais Kreed expliqua qu’Horus avait ordonné que seul Sahzë devait être le véhicule de son message, et que cet ordre était irrévocable. L’Astropathe exigea que tout ceux présent dans la pièce avec Sanguinius la quitte.

Une fois seule avec le Grand Ange, Sahzë se mit nue, s’accroupit au sol et se ramassa sur elle-même dans une posture voûtée, se mettant à souffler des bouffées de vapeur blanche s’échappant de ses narines, et se mit à trembler. Au-dessus d’elle, comme émis par l’air, s’agrégeaient des grains d’une lumière étrange puis dans un cri torturé, des filets d’une épaisse brume bouillonnante jaillirent par sa bouche ouverte, son nez, ses oreilles et ses yeux. Les contours commencèrent à suggérer vaguement ceux d’un humain jusqu’à ce que la forme du Maître de Guerre prit forme dans les vapeurs.

Lupercal put parler depuis le pont du Vengeful Spirit directement à son frère ailé qui était étonné devant ce prodigue. Horus présenta cette Astropathe comme possédant un don particulier accentué par des "connaissances uniques". Sahzë parvenait à forger un lien de contact direct à travers le Warp, et était devenu un canal d’échange entre les deux Primarques, comme si ils parlaient par une fréquence radio. Le Maître de Guerre questionna Sanguinius pour savoir si il éprouvait des doutes sur l’entreprise de la Grande Croisade, mais son frère lui affirma être totalement fidèle au rêve de l’Empereur, ce qui le troubla, comme si cela confirmait sa crainte. Puis il expliqua à Sanguinius qu’il avait une mission pour lui, et qui exigeait la totalité de sa Légion. Il lui affirma que dans la Frange Orientale, à l’intérieur de la Croix du Nord, plusieurs mondes avaient coupé tout contact avec Terra et l’Imperium, des planètes qui étaient des colonies clés de cette région, formant un système d’une importance vitale pour la protection des secteurs extérieurs et d’une valeur stratégique essentielle à la Grande Croisade. Horus Lupercal affirma que c’était les signes du retour des Xenos que lui et Sanguinius avaient affronté sur Melchior : les Nephilim.

Bien que Sanguinius doutait que Jaghatai Khan, qui avait été chargé d’éliminer cette race sur son monde natal, est put en épargner un seul. Horus ordonna à Sanguinius d’aller exterminer les Nephilim avec sa Légion, en compagnie des Word Bearers du Dark Page, lui assurant qu’un remède sur la tare génétique de la Soif Rouge existait dans la technologie Nephilim. Le Grand Ange obéit et apprit qu’il devait se rendre à Signus.[71]

Tout cela était en réalité un piège. Allié aux Puissances de la Ruine, Horus avait fait en sorte que le système de Signus devienne un piège mortel pour les Blood Angels. Horus voulait se débarrasser de Sanguinius, sachant qu’il était à la fois l’un des plus grands atouts de l’Imperium et un rival potentiel, s’il était corrompu par les Dieux du Chaos. Mais il fut confronté aux projets d’Erebus qui rêvait de corrompre le Grand Ange, et non le tuer. Horus s’était rappelé de la tare génétique de la IXe Légion, la Soif Rouge, qu’il avait découvert durant la Conformité de Melchior. Grâce à des Démons et des sorciers davinites envoyés dans le monde majeur du système de Signus, Signus Prime, des Démons furent invoqués et massacrèrent les habitant du système, en faisant un domaine démoniaque sous l’autorité du Gardien des Secrets Kyriss le Pervers. Horus espérait ainsi plonger les Blood Angels dans la terrible tare de la Soif Rouge grâce à l’utilisation du corps d’un Capitaine Blood Angel à moitié mort, Tagas, tombé durant la campagne de Meurtre et récupéré par Erebus. Tagas fut inséré dans un dispositif sur Signus Prime, dispositif qui déclenchait la Soif Rouge chez les Blood Angels.

Lorsque Sanguinius mena sa Légion vers Signus, Horus contacta Kreed via l’Astropathe, et sa forme brumeuse apprit que le Grand Ange était en route avec la quasi totalité de sa Légion. Horus se jura d’éliminer les restes des Blood Angels et de brûler Baal une fois que tout sera terminé, tout en se moquant de la confiance aveugle de son frère. Il ordonna à Kreed de le surveiller et d’éviter à ce que des soupçons apparaissent.

Plus tard, il reprit contact avec Kreed alors que les Blood Angels découvraient les horreurs de Signus. Le Chapelain expliqua le doute qui s’était emparé de la IXe Légion, mais que leur flotte faisait route vers Signus Prime. Puis l’âme de Sahzë éclata, son corps s’effritant. Étrangement, la forme brumeuse d’Horus demeurait malgré le trépas de l’Astropathe et le regard du Maître de Guerre se leva derrière l’épaule du Word Bearer, droit sur l’apparition d’un monstrueux Buveur de Sang, qui se présenta sous le nom de Ka'Bandha, qui le salua. Le Maître de Guerre ordonna au Démon Majeur de tuer Sanguinius - espérant au passage neutraliser le plan d’Erebus qui voulait juste corrompre son frère - en lui offrant en récompense ni plus ni moins que la Légion des Blood Angels, qui deviendra une arme de Khorne une fois son père génétique mort et avoir sombrée dans la Soif Rouge.

Mais le plan échoua et Sanguinius parviendra à surmonter la Soif Rouge, à bannir Kyriss et Ka’Bandha lors d’une bataille apocalyptique sur Signus Prime et entrera en guerre contre Horus en apprenant sa félonie. Le dispositif qui aura failli damner les Blood Angels à travers la Soif Rouge sera détruite grâce au sacrifice d’un Apothicaire des Blood Angels, Meros, qui sera possédé par une conscience née de la rage du Capitaine Tagas : l’Ange Rouge, qui disparaîtra dans le Warp.

Le Maître de Guerre appris le désastre que fut Signus et la survie de Sanguinius et des Blood Angels. Erebus lui rendit visite dans son sanctum à bord du Vengeful Spirit pour lui présenter l’Ange Rouge, qu'il proclama être une arme à son service. Puis Erebus fit de vifs reproches au Maître de Guerre, le Chapelain étant furieux qu’Horus ai tenté de détruire son plan de corruption de Sanguinius, allant jusqu’à l’accuser d’avoir peur de son frère ailé. Horus lui prit son Athamé - un fragment de l’Anathame - puis en tailla une ligne sanglante sur le front d’Erebus, avant de lui arracher son visage ruisselant de sang.[72]

La Bataille de Calth et la Croisade des Ombres[modifier]

L’une des plus importantes campagnes de l’Hérésie d’Horus fut la Bataille de Calth, où Horus avait ordonné à son frère Guilliman et sa Légion des Ultramarines de se rassembler sur le monde de Calth, monde majeur de leur empire d’Ultramar. Là, les Word Bearers arrivèrent en force officiellement pour aller combattre avec leurs "frères" les Peaux-Vertes, mais en réalité, pour massacrer par surprise la XIIIe Légion. Ce qu’ils firent. Les Ultramarines subirent des pertes catastrophiques mais Guilliman parvint à redresser la situation et à gagner la bataille qui ravagea les rangs des Word Bearers. Malheureusement, le second de Lorgar, Kor Phaeron, empoissa l’étoile du système ce qui irradia l’atmosphère de Calth, obligeant les habitants à se réfugier sous terre. Pire, Erebus avait mené un rituel sur le surface, profitant des morts de la bataille pour faire apparaître une gigantesque tempête Warp qui isolera ce monde pendant des années : la Tempête de la Ruine. Quand à Lorgar, allié à Angron et sa Légion, il avait débuté une nouvelle campagne de terreur à travers Ultramar afin de massacrer les mondes de Guilliman et propager ainsi la Tempête de la Ruine à travers la Frange Orientale de la galaxie, afin d’isoler définitivement cette partie de l’Imperium de Terra. Cette campagne porta le nom de Croisade des Ombres.

L’une des batailles majeures de la Croisades Ombres - et l’une des toutes dernières - fut la Bataille d’Armatura, où Lorgar fut grièvement blessé au visage par un Titan. Vers la fin des combats, l’Urizen retourna en orbite, sur son vaisseau amiral. C’est là qu’Horus apparu, projetant son aura depuis l’autre bout de la galaxie grâce à la sorcellerie. Le Maître de Guerre fut choqué du visage ravagé de son frère mais Lorgar semblait de pas s’en inquiéter, car il guérira grâce à un rituel maléfique plus tard, préférant montrer à Lupercal l’un de ses ouvrages fait de la peau des cadavres de Isstvan III. Horus exigea un rapport du déroulée de la situation, apprenant les évènements de la Bataille de Calth et le ravage d’une trentaine de planètes durant la Croisade des Ombres. Comprenant que Guilliman était loin d’être brisé, il pressa l’Urizen d’accélérer la propagation de la Tempête de la Ruine, prouvant son peu de confiance envers Lorgar, notamment après que celui-ci ai agressé Fulgrim et ses Emperor’s Children sur Isstvan V après leur conseil de guerre. Horus fut face à un Lorgar étonnement plus sûr et puissant qu’autrefois, et qui lui expliqua que le succès de la Tempête de la Ruine reposait sur le même principe que l’Atrocité de Isstvan III dont le meurtre de milliards d’innocents avait voilé un temps l’Astronomican, ce qui était une manière de flatter l’ego d’Horus qui apprit ainsi que la douleur et la terreur des victimes de la Croisade des Ombres se reflétaient depuis la dimension matérielle jusqu’au Warp et que la souffrance propagée aura pour effet la constitution de la Tempête de la Ruine qui scindera l’empire de Guilliman du reste de l’Imperium et l’y isolera. Lupercal demanda enfin qu’elle était la situation d’Angron, mais Lorgar tenta d’éluder la question, ce qui excéda Horus qui le menaça de le tuer, apprenant finalement que le Primarque des World Eaters était mourant à cause des Griffes du Boucher insérés dans son crâne qui le tuait à petit feu, et que sa Légion le détestait et l’imitait en égale mesure. Pour conclure, Horus voulu savoir si Lorgar avait des nouvelles de Sanguinius, l’Urizen prophétisant que malgré tout ses complots, le Grand Ange se tiendra à la Porte d’Éternité sur Terra, et l’affrontera. Horus apprit qu’il était le seul avec Angron à être capable d’affronter le Grand Ange, comprenant pourquoi l’Urizen tentait de sauver son frères sanguinaire. Puis le Maître de Guerre disparu après avoir menacé Lorgar afin de lui rappeler sa place.

La Croisades Ombres se terminera par le génocide du peuple du monde natal d’Angron, Nuceria, où durant une bataille contre Guilliman et ses Ultramarines, Lorgar mènera un rituel sur le monde ravagé en utilisant la haine d’Angron pour achever la propagation de la Tempête de la Ruine tout en "sauvant" son frère en le transformant en un Prince Démon de Khorne[73]

Les Conquêtes des Profondeurs Coronides[modifier]

La Conquête de Manachea a été la pièce maîtresse d’une série de campagnes qui balayèrent comme des tempêtes la région céleste parfois appelée la Thulé Coronide, ou les Profondeurs Coronides, entre 006.M31 et 008.M31. Cette région englobait les zones frontalières du Segmentum Obscurus et du Segmentum Ultima, et qui constituait à l’époque certaines des régions les plus industrialisées du nord de l’Imperium.

Manachea était un Monde-Ruche très peuplé et avancé qui se trouvait au centre de ce domaine et qui offrait aux yeux d’Horus le contrôle stratégique de la région, de vastes ressources humaines à exploiter ainsi qu’une capacité industrielle qui pouvait être facilement mise au service de son effort de guerre. Mieux, dans les secteurs voisins ce trouvait deux Mondes-Forges du Mechanicum, plusieurs Mondes Chevaliers indépendants et une vingtaine d’Agri-Mondes et autres colonies qui pourraient être utilisés pour nourrir et approvisionner les armées du Maître de Guerre sur la longue marche vers Terra. Surtout, il y avait le mouillage vital de la flotte de l’Armada Imperialis : Port Maw.

Isolés par la Tempête de la Ruine, les mondes impériaux des Profondeurs Coronides ont eu peu de temps pour se préparer à l’attaque du Maître de Guerre qui envoya ses sbires frapper en premier le système de Gethsamaine et l’Amas des Cyclopes, où les ambassadeurs du Mechanicum Noir ont convaincu le Monde-Forge de M’Pandex de rejoindre la cause d’Horus. Cependant, le Monde-Forge de Mezoa rejeta la cause d’Horus qui fut obligé de le mettre sous blocus. Laissant Mezoa isoler, le Maître de Guerre envoya Mortarion et sa Death Guard dans l’Amas des Cyclopes, où ils capturèrent les mondes de Lascal et de Dominicz Minor.

Horus a ensuite frappé le Commonwealth de Manachean, un dominion indépendant Loyaliste au sein de l’Imperium à l’est galactique de l’Amas des Cyclopes. À l’approche l’approche de l’Architraître, l’insurrection et la rébellion ont commencé à affliger les autorités impériales dans tout le Commonwealth. Au détriment supplémentaire du Commonwealth, le commandement impérial de Port Maw dépêcha le gros de sa flotte pour faire face à une force Peau-Verte en approche. Pendant ce temps, les défenses de Port Maw ont été minées par le sabotage grâce à la perfide l’Archmagos-Astral Mercuric, rallié à Horus, qui mit les communications et les défenses des Loyalistes dans un chaos complet et qui offrit aux vaisseaux d’Horus le moyen de détruire ou de capturer les navires Loyalistes. Horus avait trompé les Loyalistes en utilisant des navires de guerre capturés de la Raven Guard qui apparurent prêt de Port Maw. Mais le commandant des forces fidèles à l’Empereur, le Grand Amiral Ospheus LaBray, à bord de son énorme vaisseau Triumph of Reason, ignorait si c’était des Traîtres ou des renforts - car la Raven Guar était censé être détruite - et fit l’erreur de placer une partie de ses forces pour intercepter les navires de la XIXe Légion. Évidement, cela offrit à Horus le moyen d’achever ces adversaires et lorsque le vaisseau amiral d’Horus, le Vengeful Spirit, est arrivé droit sur Port Maw, la bataille dans l'espace était presque achevée en sa faveur, le fer de lance de ses navires de guerre transpercèrent la flotte Loyaliste comme une lance, et divisant sa formation défensive en deux comme une hache coupant la viande. Horus mit le cap droit sur le Triumph of Reason. Alors que le Vengeful Spirit arrivait, ses moteurs s’embrasèrent et il tourna soudainement sur son axe, se plaçant au-dessus et à côté du Triumph of Reason, qui se retrouvait prit au piège. L’abordage commença et Horus lui-même se téléporta dans le vaisseau amiral de LaBray, massacrant la Cohorte des Sauveteurs de l’Auxilia Solar, l’élite de l’Armée Impériale. Rapidement, les forces d’assaut des Sons of Horus se frayèrent un chemin jusqu’au cœur du vaste navire, tuant LaBray au passage. Le Primarque atteignit les ponts de commandement et une fois à l’intérieur, l’équipage posa les armes à ses pieds mais Horus les massacra quand même. Il utilisa les communications pour parler à l’ensemble des Loyalistes de Port Maw et de la flotte. Il offrit sa miséricorde en louant leur vaillance, même s’il était trompé par l’Empereur, exigeant leur reddition et soumission. Les Loyalistes se rendirent et Port Maw fut prit par le Maître de Guerre.

La Conquête des Profondeurs Coronides offrit un vaste pan de l’Imperium nord à Horus et le rapprochait de Terra, même si cette région restera une zone de guerre durant toute la guerre civile.[74]

La Bataille de Réside[modifier]

Au cours du conflit, Horus se rendit compte qu’il avait plusieurs lacunes dans ses souvenirs, des vides là où Sa mémoire devrait être parfaite.

Perturbé, Horus mit le cap sur le monde de Réside, un monde profondément Loyaliste, avec pour objectif de s’emparer du Mausolytica qui permettait d’accéder à la mémoire des morts de ce monde, entreposé dans cet antique bâtiment. Dans les grandes structures de pierre du Mausolytica reposaient les défunts de Réside, chacune des précédentes générations mise au tombeau dans une cybernation rituelle, afin que leurs pensées collectives, leurs souvenirs et leurs connaissances cumulées fussent accessibles et pussent être consultées comme les ouvrages d’une bibliothèque.

De plus, depuis Isstvan, Horus fit face à une féroce série de combats répercussifs qui avait éclaté dans les secteurs de Momed, Instar et Oqueth. Leur instigateur était un chef des Iron Hands : un chef de guerre du Clan Sorrgol, du nom de Shadrak Meduson. Cet Iron Hand avait regroupé les Loyalistes contre la flotte en approche d’Horus, allant jusqu’à rassembler autour de lui cinquante-huit bataillons complets de l’Armée Impériale, des osts venus des Ruches momediennes, ainsi qu’une flottille d’amas de siège venue de Nahan Instar, un cadre de Salamanders à moitié défaits, quelques claves du Mechanicum, et tout un raid de White Scars, redirigés lors d’un voyage de retour vers le front de Chondax. Meduson avait fait de Réside, avec ses cités fortifiées, ses batteries orbitales, ses écoles navales, et ses huit millions d’hommes au sommet de la classification de combat, la pierre angulaire de ses lignes.

Horus avait chargé Horus Aximand et sa 5e Compagnie de prendre le district mausolytique, faisant comprendre qu’il serait "déçu" si le bâtiment venait à en être détruit, ordonnant sa destruction que si l’alternative était de perdre la bataille.

Aximand et les Sons of Horus attaquèrent Réside, et se dirigèrent vers le Mausolytica, massacrant les robustes soldats des Coercitifs Tyjunates, une division de troupes cérémonielles urbaines de haut rang, dont le devoir était par tradition de protéger le district et le Voile de Mailles, un corps d’élite nommé d’après le rideau rituel entourant les trônes des Anciens de Réside, et qui selon la rumeur prêtait son renfort aux défenses mausolytiques. Nulle confirmation n’était encore venue que Meduson ou l’un de ses agents, notamment l’Iron Hand Bion Henricos, ou à l’un des Capitaines White Scars tel Hibo Khan ou Kublon Bes, eût atteint Réside. Cela n’empocha pas Aximand et ses guerriers de pénétrer dans le Mausolytica après de furieux combats. Là, l’Autre Horus failli se faire tuer dans la Salle des Pèlerins par le redoutable Bion Henricos, qu’il terrassa grâce au sacrifice d’un de ses hommes. Meduson n’était pas là mais l’objectif était atteint. Le fait qu’Horus ne soit alors pas venu personnellement dans la Salle des Pèlerins du Mausolytica lui permis d’échapper à un attentat organisé par Meduson qui voulait sa peau pour venger son Primarque Ferrus Manus : des White Scars, se faisant passer pour des statues - grâce à des capes blanches leur ayant servi à se dissimuler et en ayant fait usage de poussière de craie ou d’une quelconque poudre à la couleur sépulcrale pour masquer les bordures écarlates de leurs armures, - se jetèrent sur les Sons of Horus causant un carnage avant de se replier, non sans que leur chef Hibo Khan n’arrache le visage d’Aximand avec sa lame.[75]

Malgré tout, Horus mit la main sur le Mausolytica et put consulter les éléments de cette conscience collective qui s’étalait sur des millénaires, malgré les hurlements de colère des morts. Mais ce qu’il voulait était leur vécu et ce qu’ils avaient appris durant leur existence. Le Maître de Guerre manipula la machinerie antique qui permettait aux gardiens du Mausolytica d’accéder à la mémoire des morts et de la consulter identifiant un élément qui lui prouva alors qu’il avait bel et bien perdu les souvenirs d’un évènement au cours de sa vie : son passage sur le Monde Chevalier de Molech au cours de la Grande Croisade.

Les Légions Éclatées et Shadrak Meduson[76]

Suite à l’attentat de Meduson sur Réside, Horus décida qu’élimer le chef de Guerre Iron Hand était essentiel, ce dernier menant une terrible et efficace guérilla contre ses forces. Lorsque le Capitaine Tybalt Marr arriva sur Réside après avoir menés des campagnes contre les Légions Éclatées suite aux massacres de Isstvan V, Horus en personne l’accueillit à la descende de son transporteur avec son nouvel Mournival. Marr lui apprit que les survivants des Iron Hands, des Salamanders et de la Raven Guard étaient devenus de véritables menaces, qu’ils étaient organisés et déterminés.

Il présenta à Horus un Iron Hand capturé, Octar Uldin, dont le vaisseau s’était embusqué du côté de la Porte d’Azoth prêt de Réside, mission que Meduson lui avait donné à faire pour surveiller les faits et gestes d’Horus.

Horus comprit que les Légions Éclatées étaient une grave menace pour son projet, et voyant en Marr un officier efficace mais devenu un tueur solitaire trop longtemps resté en dehors de sa Légion, il lui demanda si il souhaitait partir chasser Meduson. Devant la détermination de Marr, Horus décida de lui offrir des vaisseaux, des guerriers et des armes. Ravi, Marr annonça au Maître de Guerre qu’il lui rapporterait la tête de Shadrak Meduson, ce qu’il parviendra à faire après de nombreuses guerres et manœuvres à la fin de l’Hérésie.

Il fut rejoint sous son ordre par Mortarion et Fulgrim, devenu un Prince Démon à la forme serpentine, dans le dôme de la Revivification, un vaste hémisphère de verre et de transpacier, posé au sommet d’une des plus grandes structures de pierre du Mausolytica. Il reçut la confirmation du Phénicien qu’il avait purgé de son corps le Démon qui l’avait possédé sur Isstvan V, et qui lui affirma avoir découvert les secrets des dieux avec qui le Maître de Guerre avait passé un pacte sur Davin.

Horus expliqua la raison de sa présence sur Réside et ses trous de mémoire. Devant les doutes de ses deux frères, il demanda à Fulgrim si il se souvenait de la campagne de Molech dans ses moindres détails, monde qu’il avait visité avec lui, Jaghatai Khan, le Lion et l’Empereur au cours de la Grande Croisade. Le Phénicien se rendit compte qu’il se parvenait pas à se remémorer de ce qu’il avait accompli sur cette planète.


Horus lui confirma qu’il était aussi victime de ces trous de mémoire et que l’Empereur en était à l’origine, afin de garder secret Son passage sur le Monde Chevalier de Molech il y a des millénaires, et où Il avait passé un antique pacte avec les Dieux Sombres. Horus demanda à Mortarion et à Fulgrim à venir avec lui sur Molech pour lui prêter main forte quand apparu soudainement trois Fire Raptors de Shadrak Meduson. Les aéronefs mitraillèrent les trois Primarques, blessant sérieusement Mortarion. Horus dû en partie son salut à Fulgrim qui se dressa face aux appareils et qui grâce à ses nouvelles capacités dans sa maîtrise du Warp, détruisit un Fire Raptor avant d’invoquer une barrière de force qui protégea ses frères. Mortarion lança sa faux d’un grand geste latéral qui alla s’enfoncer dans un Fire Raptor qu’il tira ensuite vers lui avant de recevoir une nouvelle décharge qui le firent reculer mais qui permit à Horus de sauter et d’atterrir sur le nez de l’aéronef afin de détruire le compartiment de pilotage. Le Maître de Guerre se jeta ensuite dans les airs sur le dernier Fire Raptor et le détruisit avant de rejoindre le sol et courir vers le Seigneur de la Mort gisant dans son sang, le serrant contre son plastron et pleurant son sort. Néanmoins Mortarion survécut et Horus put mettre le cap vers un tournant de son destin : Molech.[77]

La Bataille de Molech[modifier]

« Horus en avait appelé aux furies sombres et sauvages dont la présence est latente dans les forces les plus impitoyables, les plus contradictoires et les plus funestes de l’Immaterium. Il avait invoqué l’idole inquiétante d’un Molech dévorant tout, dont il était le prêtre et l’incarnation. Tous ses pouvoirs, jusqu’ici dissipés et éparpillés, étaient concentrés et dirigés avec une énergie terrible vers un seul but, lui aussi terrible. »
- Tiré de L’Âge de la Révolution : Monographies Interdites
Horus durant la Bataille de Molech.
Laissant Réside en tas de ruines fumantes, la flotte d’Horus mit le cap vers Molech. Durant le chemin vers le Monde Chevalier, le Maître de Guerre se reposa dans sa cour qui au fil des ans avait changé, accueillant à la place des trophées pris dans les premiers temps de la Grande Croisade, remplacé par d’innombrables pages d’écriture dense, ainsi que des planches fantastiques décrivant des conjonctions cosmologiques, des diagrammes tendant vers un point Oméga, des symboles alchimiques, des nœuds de trèfle, et l’image centrale d’un guerrier en armure portant une épée d’or et un calice d’argent scintillant.

Aximand lui apprit que la durée du voyage sera plus rapide que prévue, car la naissance de la Tempête de la Ruine avait pour avantage de favoriser les déplacements des forces du Maître de Guerre, grâce à l’aide démoniaque, évidemment…

Il discuta autour d’un verre de vin avec son fidèle Capitaine, s’accusant de sa bêtise de ne pas avoir songé plus tôt que Meduson avait un plan de rechange pour l’éliminer au cas où les White Scars échoueraient, regrettant que sa Légion est rasé en représailles le Mausolytica en songeant aux merveilles qu’il aurait découvert. Puis il demanda à Aximand de l’accompagner dans son armurerie personnelle. Là, il y avait l’abomination nimbée de flammes, flottant à un mètre au-dessus du pont qu’était l’Ange Rouge, puis il offrit à son Capitaine son épée Deuil-de-Tout qui avait été sérieusement abîme lors du combat sur Réside et à présent pleinement restaurée, lui assurant ainsi de son soutien et de sa fierté.

Arrivé sur le Monde Chevalier de Molech, Horus se retrouva face à une importante flotte de guerre, soutenu par un vaste filet de défense orbitale suspendu en orbite haute, et dont les rangées de batteries de canons et de torpilles risquaient de provoquer un carnage pour les forces du Maître de Guerre.

Entouré du Mournival accueillant toujours Abaddon et Aximand, et à présent les Sons of Horus Grael Noctua et Falkus Kibre, Horus avait préparé une diversion : tandis que la flotte principale faisait face à celle des Loyalistes dans un affrontement classique, cachés dans les cales de navires hors service, des milliers de Sons of Horus précédèrent l’assaut des Traîtres, glissant sans être détectés. Puis ils prirent d’assaut les stations de défense orbitale, dans le dos de la flotte Loyaliste qui se retrouva prise entre la flotte de Lupercal et des stations orbitales dont les garnisons furent massacrés rapidement par les Astartes. Horus quitta le Vengefuls Spirit avec ses Terminators d’élite, les Justaerin, vers le pont d’embarquement où son oiseau d’assaut l’attendait, tandis que la flotte Loyaliste était ravagé par les tirs de missiles des station de défense et l’assaut de la Death Guard et des Sons of Horus via des Thunderhawks, des Warhawks et de Modules d’Assaut Dreadclaws.

Le vaisseau Loyaliste du Seigneur Amiral Brython Semper, le Guardian of Aquinas, fut abordé par Horus lui-même, suite à une brèche ouverte derrière le pont de commandement. Le Primarque se retrouva face à des Ultramarine, issus de la garnison de Molech laissé par l’Empereur. Il les massacra sans difficultés, de même que les soldats de l’Armée Impériale et des Skitarii. Il reconnu la vaillance du Centurion Ultramarine Proximo Tarchon, qui lui porta un coup de pied, en lui tirant dans la poitrine au Bolter levé à bout de bras. Puis il pénétra dans le poste de commandement du Guardian of Aquinas, jetant le corps de Tarchon au pied du Seigneur Amiral Semper. Il loua Semper pour la vaillance dont il avait fait preuve lui et ses hommes au combat mais qu’il était futile de se sacrifier. Semper chargea et Horus le tua. La forme holographique de Mortarion, par-dessus un projecteur du disque flottant, apparu à ses côtés, au milieu des corps de l’équipage du pont principal. Le Faucheur demanda qui était la dépouille qui gisait à ses pieds et Horus lui dit que c’était le Seigneur Amiral Brython Semper, un titre prestigieux prouvant l’importance que revêtait Molech pour l’Empereur. Puis Horus annonça qu’il allait emprunter le Chemin Fulgurite et donna l’ordre à Mortarion de ravager le reste et de donner le libre champ au Dévoreur de Vies, Ignace Grulgor, devenu un Marine de la Peste dont la simple présence pouvait détruire toute vie dans une zone.[78]

Les Luperci, les Frères du Loup[79]

En chemin vers Molech, Maloghurst fit un rituel à bord du Vengeful Spirit avec ses compagnons de la Loge Guerrière, sacrifiant seize victime afin d’invoquer une entité du Warp qui prit le corps d’un Son of Horus trépassé. Ce fut un succès, et de nombreux autres tentatives aboutirent à la formation de Space Marines du Chaos Possédés qui seront baptisés les Luperci, les Frères du Loup, devenant un corps d’élite dans la Légion d’Horus qui sombrait de plus en plus dans la folie.

Focalisé sur son idée de retrouver ses souvenirs, Horus débarqua avec sa Légion sur l’île de Damesek, près de la pointe nord du plus grand continent de Molech, tandis que Mortarion se chargeait de mener des assauts ravageurs sur le Monde Chevalier. Une très importante force de Sons of Horus débarqua sur les plages de la cité d’Avadon, avec deux cents Land Raiders qui emmenaient la poussée du fer de lance. Là, il firent face à une résistance acharnée des forces Loyalistes locales - qui firent de lourdes pertes dans les rangs de la Légion de Lupercal, mais qui furent peu à peu repousser et éliminer, jusqu’à l’arrivée d’une dizaine de Chevaliers de la Maison Devine, la maison régnante du Monde Chevalier. Le Chevalier piloté par l’héritier de la Maison Devine, Raeven Devine, et baptisé Banelash, tira sur le Land Raider d’Horus, protégé par des boucliers mais qui fut finalement ravagé par le feu et éventré par l’impact. Horus fut blessé, un genou à terre, sa main griffue posée contre le blindage de son Land Raider, comme pour pleurer son décès. Le sang poissait un des côtés de son armure de combat noire, et une longueur de tuyau lui perçait le flanc comme une lance. Huit Space Marines du Chaos Possédés de sa Légion, les Luperci, vinrent à son secours. Les Luperci sortirent le corps en feu du Land Raider alors que les Chevaliers de Molech, Banelash en tête, chargeaient le Maître de Guerre et l’entourèrent. Banelash fit claquer son fouet et le Maître de Guerre fut catapulté contre l’épave du Land Raider avant de se prendre un tir de Canon Thermique. Horus fut sauvé par les Luperci qui s’étaient resserrés autour de lui comme des dévots implorant un dieu ascendant de rester auprès d’eux. Les décharges d’énergie meurtrière de l’armement du Chevalier atteignaient les Luperci, et disparaissaient, avalées tout entières, comme si les flammes jumelées agissaient comme des fenêtres obscures sur un autre plan d’existence. Lupercal survécu grâce à cette intervention démoniaque et chargea les Chevaliers avec les Luperci, conscient qu’il devrait être mort. Horus se faufila entre les jambes des marcheurs, grimpa sur le mécanisme de griffe du pied d’un des Chevaliers, s’accrocha aux câblages cannelés de la cheville, et plia les jambes ; de sa position accroupie, il s’élança aussi haut qu’il put. Sa masse, Briseuse de Mondes, frappa et l’articulation du genou explosa, détruisant le Chevalier dans les flammes. Enhardi, les Sons of Horus foncèrent sauver leur Primarque, et leurs chars firent un massacre chez les Chevaliers qui se replièrent, offrant la victoire à Horus. L’armée de conquête se posa sur Damasek, et se reformait autour d’Avadon, pour se préparer à avancer au sud, à travers les terres agricoles du centre du continent, en direction de Lupercalia, la capitale de Molech qui ironiquement portait le nom de Lupercal pour lui rendre hommage au temps de la Grande Croisade. Admirant ses dizaines de milliers de guerriers et les Titans des Legio Vulpa, Legio Vulcanum, Interfector et Mortis, il donna ordre aux Titans de tirer sur la ville d’Avadon, consumant dans un holocauste tout les êtres vivants qui s’y trouvaient.

Puis à bord d’un nouveau Land Raider équipé d’un bouclier à dilatation, il mit le cap vers les contreforts d’une chaîne de montagnes appelée les mesas de l’Untar. Il alla vers une caverne, là où il savait que l’Empereur, lui et ses frères, avaient été emmené autrefois, là où il avait perdu la mémoire, empruntant le Chemin Fulgurine, le sentier parcouru par l’Empereur il y a des millénaires de cela, à la recherche d’un pouvoir qui a fait de Lui l’équivalent d’un dieu. En arrivant accompagné du Mournival et des Justaerin à l’entrée de la caverne, Horus constata que durant l’intervalle des décennies écoulées depuis la soumission de Molech, quelque chose d’énorme et de dangereux avait fait de cette caverne sa tanière. Des ossements gisaient dispersés près d’une entrée assez large pour pouvoir y faire entrer un Titan de reconnaissance, et même la pluie ne parvenait pas à couvrir l’odeur fétide des restes partiellement digérés. La terre à l’entrée de cette grotte était un bourbier, mais l’impression vague était que des empreintes de pattes griffues plus larges que celles d’un Dreadnought se croisaient et se recroisaient. Ces empreintes n’appartenaient à aucune bête qu’il se rappelait avoir croisée auparavant sur Molech. S’engageant dans la galerie sinueuse qui se prolongeait dans la montagne sur une centaine de mètres, puis les bruits d’une respiration animale et encombrée lui parvint de nouveau avant de surgir dans une grotte barrée de stalactites dégoulinantes et de stalagmites acérées. Un lac stagnant emplissait le centre de la grotte, la surface aussi lisse qu’un miroir de basalte. Horus se dirigea vers le bord de ce lac où des ombres se levaient sur les murs là où aucune ombre n’aurait dû s’étendre, et où un millier de voix susurrantes semblaient s’élever de l’eau, comprenant que cette caverne était l’œuvre de l’Empereur, un cicatrice laissé au cœur de la montagne. Des formes fantomatiques se déplaçaient à travers la caverne, ramenées à la vie du fait qu’Horus était venu triturer cette plaie dans les angles de l’espace et du temps. Des formes numineuses et floues apparurent, et Horus compris que ces silhouettes le représentaient lui et ses frères le Khan, Fulgrim et Jonson qui s’agenouillèrent devant l’apparition d’un feu d’or et d’une foudre : le Maître de l’Humanité. C’était une empreinte laissée par le passé, un fragment psychique d’un état de conscience partagée.

Mais le lac se mit à bouillir.

Une chose bougea incroyablement vite, ses griffes entaillant l’air et tuant les Sons of Horus présents avec facilité. C’était un ange de feu qui se tenait bras tendus, armé d’épées de foudre, sans visage et sans pitié, et Horus le reconnut pour ce qu’il était : une créature sentinelle, un dernier piège psychique placé là par l’Empereur pour détruire ceux qui chercheraient à percer les secrets de Son passé. Horus lui tira dessus avec les Bolters intégrés à sa griffe, arrachant du corps de l’ange une quantité de morceaux de lumière qui s’envolèrent comme des gouttes d’acier fondu. L’être poussa un piaillement aigu, projetant Lupercal dans les airs. Puis l’ange massacra et carbonisa de nombreux Terminators avant de se jeter de nouveau sur le Maître de Guerre qui enfonça dans le corps flamboyant de l’ange sa masse Briseuse de Mondes qui fit exploser l’entité et dont le cri s’attarda longtemps, résonnant dans toute la montagne, sur tout Molech, et à travers des angles inconnus de l’espace et du temps.

Et dès qu’il fut mort, Horus se rappela de tout ce que l’Empereur lui avait caché.

De retour sur le centre de l’île avec ses fils survivants blessés, Horus annonça qu’il était temps de prendre Lupercalia car il se rappelait pourquoi l’Empereur était venu ici, et pourquoi Il ne voulait pas que quiconque d’autre le sache. C’était à Lupercalia que ce trouvai la réponse et le moyen de gagner la guerre. Puis Horus demanda à ses officiers si ils savaient comment la vie était apparue sur l’Ancienne Terre affirmant que ce n’était pas de là que les Primarques étaient issus…

Retournant dans sa tente principale des Sons of Horus, Lupercal s’est mis à lire un livre relié de peau humaine, rempli de mots interdits. Il fit face à l’Ange Rouge, l’entité née sur Signus Prime et prisonnier par des chaînes de fer froid et des sceaux anciens. L’Ange Rouge regarda le Maître de Guerre, beuglant qu’il voulait du sang, des morts et commettre un carnage dans le monde matériel au nom du Dieu du Sang, tout en exigeant sa libération. Horus le lui refusa et ouvrit les griffes de son gantelet et se tourna pour les plonger dans le torse de l’Ange Rouge qui hurla. Les chaînes crissèrent et crachèrent des grains lumineux d’énergie du Warp et des fissures apparurent sur le visage du Démon, comme si les flammes qui l’enveloppaient avaient maintenant toute licence de le consumer. Le Maître de Guerre le menaça de le détruire si il lui disait pas ce qui se trouvait sous Lupercalia. L’Ange Rouge parla alors d’une porte vers le royaume au-delà des rêves et des cauchemars, de ruine, de folie, et de mort pour les mortels, le domaine de la plus grande confusion où habitent les dieux du Panthéon du Chaos. Horus enragea devant cette description plus que floue, sachant grâce à ses Luperci qu’il existait un chemins appelée la Voie d’Obsidienne qui menait à la Maison des Yeux, à la Citadelle d'Airain, à la Ville Éternelle et aux Berceaux de l’Entropie. Il prononça les paroles de pouvoir et l’Ange Rouge hurla, alors que les veinures noires s’épaississaient et s’étiraient. Une fumée monta de ses membres, débutant la dissolution de son essence. De peur d’être détruit, l’Ange Rouge avoua à Horus que pour ouvrir la Voie d’Obsidienne, il fallait du sang. Horus lui retira du corps sa griffe crépitante, satisfait. Il discuta avec un de ses Luperci, qui lui expliqua la hiérarchie des Démons et qu’il fallait la complicité des mortels pour entrer dans le monde matériel.

Horus se prépara donc à prendre Lupercalia, mais avant il confia à Grael Noctua la tâche de capturer des intrus ayant pénétré son vaisseau amiral, un groupe de Space Marines avec une armure grise envoyé par Leman Russ et Malcador le Sigillite. L’un d’eux était Garviel Loken, rescapé miraculé de Isstvan III.

La bataille finale vit les forces des Sons of Horus et de la Death Guard attaquer Lupercali, défendu par les dernières troupes impériales, les Maisons de Chevaliers de Molech et le Titan Imperator Paragon of Terra. Depuis sa tente de guerre, Horus surveilla une représentation hololithique de la bataille. À chaque mise à jour transmise au cogitateur par les rangs agenouillés de calculus logi, Horus aboyait des ordres de manœuvre aux messagers scouts, lesquels partaient en courant les relayer aux tentes de transmissions.

Mais grâce à Fulgrim qui avait corrompu le Chevalier Impérial Banelash, son pilote, Albard Devine, chef de la Maison Devine après avoir assassiné son demi-frère Raevan, fut corrompu. Banelash convainquit Albard d’attaquer par derrière le Titan Imperator avec sa Maison. La Maison Devine a ainsi trahie l’Imperium, ses Chevaliers ciblant l’enveloppe de ses réacteurs à plasma, provoquant une surcharge qui fit exploser le Titan, immolant les défenseurs Loyalistes et sonnant le glas de la bataille. Satisfait, Horus parti rejoindre Lupercalia tandis que ses troupes prenaient possession de la cité. Horus entra dans Lupercalia avec son frère Mortarion, le saluant à la façon ancienne, poignet contre poignet. Durant leur défilé de la victoire, Horus expliqua au Seigneur de la Mort qu’il ambitionnait bien plus qu’être Empereur : il voulait devenir un dieu !

Victorieux, Horus s’engagea dans un lieu secret de Lupercalia, la Crypte Transcendante, là où l’Empereur était venu il y avait des millénaires plus tôt, accompagné de ses officiers, dont Ezekyle Abaddon et son frère Mortarion. Il élimina un groupe d’Ultramarines menés par une femme qui avait été laissée comme gardienne par l’Empereur il y a bien longtemps, Horus la tuant personnellement. Il se retrouva enfin devant un portail d’obsidienne noir, expliquant à ses alliés que l’Empereur avait pénétré à partir de ce portail dans un autre royaume, un royaume où aucun autre être vivant n’avait pu pénétrer et y survivre. Puis Lupercal défit les fermoirs de son plastron et ordonna à Mortarion de le couper profondément de sa faucheuse car cette porte ne s’ouvrirait que par le sang, comme le lui avait dit l’Ange Rouge. La lame de son frère passa dans un éclair de lumière et Horus hurla lorsque le Seigneur de la Mort le lacéra de la clavicule au pelvis, son sang jaillissant de la blessure et aspergeant le mur noir. Puis Horus fit voler le mur de portail en éclats avec sa masse et un noir absolu se répandit dans la chambre comme un phénomène physique.

L’Architraître.
Horus sentit des vents d’ouragan le tirailler, sans pour autant le faire bouger. Il sentit le froid de l’espace, qui le figea jusqu’à l’âme, l’enveloppa de glace. Il était seul, et flottait dans un vide total. Aucune étoile ne l’éclairait et il n’avait aucun souvenir d’être passé à travers le portail, se réprimandant pour son interprétation aussi littérale. Le portail sous la montagne n’était pas littéralement une porte séparant un espace d’un autre, mais un passage allégorique. En éclaboussant la pierre de son sang, ce n’était pas à travers elle qu’il était passé. Il s’était projeté la tête la première dans le domaine des dieux et des monstres, un domaine qu’il ne connaissait que par les mythes, et les élucubrations de fous, couchées dans des textes proscrits, dans des ouvrages sensationnalistes décriés comme de la pure fiction. Cet endroit n’était pas contraint par les limites du monde physique, les lois qui gouvernaient l’existence dans le monde matériel n’avaient aucune emprise ici. Mais un monde lui apparut lentement, un décor terrible aux sables d’un blanc osseux, aux montagnes rouge sang, aux cieux orange, éclairés par un feu global et où l’air avait un goût de cendre et de regrets, de tristesse, et de fécondité. Horus entendait un bruit de lames entrechoquées, mais pas de bataille. Des soupirs plaintifs d’amants, mais pas de chair. Des murmures autour de lui, qui complotaient et ourdissaient, tandis que lui-même éprouvait l’entropie cyclique de sa chair : de vieilles cellules mouraient, de nouvelles naissaient pour les remplacer. Il cligna des yeux face à la chaleur du ciel, en s’apercevant à présent que cette couleur orange n’était pas celle d’un feu reflété, mais bien celle du feu lui-même. Le ciel brûlait d’un horizon à l’autre. Horus se rendit compte qu’il se trouvait à l’intérieur d’un cercle de dalles taillées dans de l’obsidienne et où huit branches irradiaient et allaient se perdre au loin. Des hectares de barbelés poussaient tout autour, et au milieu, les corps gémissants de ses fils les plus proches empalés sur des piques. Des lueurs vacillantes flottaient par-dessus des marécages désolés, qui éructaient en sifflant l’air putréfié de la décomposition des cadavres. Des déserts soyeux, aux bancs de brume serpentins, aux parfums de musc. Des forêts labyrinthiques d’arbres aux branches griffues s’accrochaient à une succession de collines rondes, dont chacune comportait huit portes sur sa circonférence. Chacun des quatre chemins cardinaux s’achevait au pied d’une forteresse perchée sur un pic montagneux, qui rivalisait avec le palais de l’Empereur. Leurs murs étaient d’or et d’airain, d’os et de terre. La lumière rougeâtre de la tempête de feu les faisait briller. Des hurlements provenaient de chacune d’entre elles, et le rire retentissant des dieux déments roulait sur les versants.

Le Maître de Guerre se retrouva face à l’Ange Rouge, sans chaînes et où des serres d’os tranchantes jaillissaient de ses gantelets et où des cornes enroulées lui poussèrent au front. Le Démon essaya de l’intimider, mais Horus lui rappela qu’il existait dans les deux royaumes, et que si il détruisait son corps, son existence dans le monde matériel serait terminée. Puis il leva la main pour le saisir à la gorge, le souleva du sol avant de lui ordonner de le guider vers ses maîtres, exigeant qu’il les lui présente car il était le nouveau maître de la galaxie et qu’il aimerait négocier avec eux.

Puis pour ce qui avait été qu’un instant pour Mortarion, Abaddon et les autres dans la Crypte Transcendante, Horus réapparu et tomba à travers la surface d’huile noire, s’écrasant devant ses hommes. Il semblait étonner de les voir, marmonnant que cela faisait une éternité qu’il était parti… Horus se releva et tous constatèrent qu’il avait vieilli et que la puissance de l’Empyrean s’était distillée et insufflée dans son corps. Horus se dressait plus droit, plus grand, et plus puissant que jamais et son frère Primarque et ses fils tombèrent à genoux devant la puissance qui l’emplissait.

On ignore ce qui est arrivé précisément mais Horus à livré des guerres, vaincu des monstres et défié les dieux. Il avait employé le pouvoir de ces mêmes dieux à la tête de vastes armées de Démons, avait pris part à des batailles qui continueraient de faire rage pour l’éternité. Il s’était accaparé un millier de royaumes au sein de l’Empyrean, des milliards de vassaux dont disposer à sa guise, mais les avait refusés. Tous les plaisirs et les trophées étaient à lui, il n’avait qu’à les prendre, et il les avait rejetés. Il s’était emparé de la même puissance que son père, mais l’avait fait sans duper personne. Il l’avait prise par la force des armes et par la vertu de sa conviction en lui-même. Aucun marché n’avait été passé, aucune promesse à honorer. La puissance était à lui et à lui seul.

De retour sur Molech, Horus était devenu un être capable d’affronter l’Empereur Lui-même !

Il retourna sur le Vengeful Spirit, où les Chevaliers Errants envoyés par Russ et le Sigillite avait été capturés par des combats contre les hommes de Grael Noctua. On lui amena ses agents du Trône dans sa cour. Horus vit parmi eux Iacton Qruze et Garviel Loken, rescapé de Isstvan III, et dont il tenta d’inciter à le rejoindre. Bien que tenté, Loken refusa, se souvenant de ses serments sacrés de servir l’Empereur au-dessus de tous les autres et lui affirmant qu’il était son ennemi. Puis il apprit de l’un de ces Space Marines, un Space Wolf du nom de Bror Tyrfingr, que Leman Russ viendra le tuer, ce qui fit comprendre au Maître de Guerre que le but de l’infiltration sur son vaisseau était de mettre des Futharc, des symboles utilisés par les Scouts Space Wolves pour guider les assauts de leur Légion au travers des épaves flottantes et autres structures, chaque symbole donnant des informations au détachement principal sur ce qu’il y a devant ou sur la meilleure route à prendre.

Puis subitement, les Chevaliers Errants attaquèrent les Sons of Horus et une petite bataille commença. Plusieurs furent abattus lors des combats qui ont suivi, et Horus tua Iacton Qruze et le transperçant de ses griffes. Loken vit la mort de son ami et regarda Lupercal, qui écouta le serment de l’instant de son fils qui jura de le combattre partout, où qu’il soit avec n’importe quoi entre ses mains et qu’il ne s’arrêtera que lorsque les Sons of Horus auront été éradiqué jusqu’au dernier. Puis Loken ordonna à son vaisseau furtif, le Tarnhelm, de tirer par la fenêtre de la salle d’audience où ils se trouvaient tous, aspirant les Chevaliers Errants dans le vide où le vaisseau furtif les récupéra avant de repartir vers Terra faire leur rapport à Russ.

Horus laissa les Chevaliers Errants partir, et rassembla sa flotte pour la prochaine étape de la marche vers Terra. Horus avait refusé de faire enlever les Futharc, espérant attirer le Roi-Loup à lui. Il se rendit compte que Ezekyle Abaddon commençait à devenir plus ambitieux, à avoir un jour envie contrôler sa propre Légion - prémonition qui se révélera exacte. Il percevait comme jamais auparavant les sentiments et ambitions de ses fils, nourrit par sa nouvelle puissance. Puis il ordonna de continuer. Vers Terra.[80]

Sources[modifier]

  • ABNETT DAN, L'Ascension d'Horus - Où sont Plantées les Graines de l'Hérésie, Black Library, 2006
  • ABNETT DAN, L’Âge des Ténèbres - L’Autre Horus, Black Library, 2011
  • ABNETT DAN, La Bataille de Calth - Et ils ne Connaîtront pas la Peur, Black Library, 2012
  • COUNTER BEN, La Galaxie en Flammes - Où l'Hérésie se Révèle, Black Library, 2006
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Félon - Du Sang pour le Dieu du Sang, Black Library, 2013
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Le Maître de l’Humanité - Guerre dans la Toile, Black Library, 2016
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, L'Œil de Terra - Je Suis la Vigilance Incarnée : Aurelian, Black Library, 2017
  • FRENCH JOHN, L'Âge des Ténèbres : Le Dernier Commémorateur, Black Library, 2011
  • FRENCH JOHN, L'Héritage de la Trahison - Que Brûle la Galaxie : Le Maître de Guerre, Black Library, 2016
  • GOULDING L.J, The Last Council, Black Library, 2018
  • HALEY GUY, Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Black Library, 2018
  • HALEY GUY, La Mort des Titans - Apocalypse sur Beta-Garmon, Black Library, 2018
  • KING WILLIAM, The Wrath of Khârn, Black Library, 2019
  • McNEILL GRAHAM, Les Faux Dieux - Où l'Hérésie Prend Racine, Black Library, 2006
  • McNEILL GRAHAM, Fulgrim - Portrait d'une Trahison, Black Library, 2007
  • McNEILL GRAHAM, Mechanicum - Le Savoir, c'est le Pouvoir, Black Library, 2009
  • McNEILL GRAHAM, Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Black Library, 2010
  • McNEILL GRAHAM, Les Légions Brisées - L’Un Sans l’Autre, Black Library, 2016
  • McNEILL GRAHAM, Les Primarques - Et le Reflet se Brisa, Black Library, 2012
  • McNEILL GRAHAM, Ange Exterminatus - Chair et Acier, de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2013
  • McNEILL GRAHAM, Les Fils de Lupercal - Vengeful Spirit Volume Un, Black Library, 2014
  • McNEILL GRAHAM, La Bataille de Molech - Vengeful Spirit Volume Deux, Black Library, 2014
  • McNEILL GRAHAM, L'Œil de Terra - Je suis la Vigilance de l’Empereur : Le Loup de Cendre et de Feu, Black Library, 2017
  • MERRET ALAN, Visions d'Hérésie - Guerre, ténèbres, traîtrise et mort, 2014
  • SWALLOW JAMES, Signus Daemonicus - L’Ange Tombe, Black Library, 2012
  • THORPE GAV, Les Anges de Caliban - Empereur et Esclaves, Black Libray, 2016
  • THORPE GAV, L'Âge des Ténèbres : Le Visage de la Trahison, Black Library, 2011
  • WRAIGHT CHRIS, L'Âge des Ténèbres : Renaissance, Black Library, 2011
  • WRAIGHT CHRIS, Jaghatai Khan - Le Faucon de Chogoris, Black Library, 2018
  • The Horus Heresy, Book Eight - Crusade
  • The Horus Heresy, Book Eight - Malevolence
  • The Horus Heresy, Book Seven - Inferno
  • The Horus Heresy, Book Four - Conquest
  • The Horus Heresy, Book Four - Conquest
  • The Horus Heresy, Book Three - Extermination
  • The Horus Heresy, Book Two - Massacre
  • The Horus Heresy, Book One - Betrayal
  • Index Astartes du White Dwarf N°84 (Avril 2001)
  • Index Astartes du White Dwarf N°85 (Mai 2001)
  • Index Astartes du White Dwarf N°93 (Janvier 2002)
  • Index Astartes du White Dwarf N°96 (Avril 2002)
  • Index Astartes du White Dwarf N°98 (Juin 2002)
  • Index Astartes du White Dwarf N°101 (Septembre 2002)
  • Index Astartes du White Dwarf N°102 (Octobre 2002)
  • Index Astartes du White Dwarf N°105 (Janvier 2003)
  1. Informations issues de l’Index Astartes du White Dwarf n°101 (Septembre 2002) et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de L'Ascension d’Horus - Où sont Plantées les Graines de l’Hérésie, Chapitre Deux - À la Rencontre des Invisibles - Au Pied d’un Trône d’Or - Lupercal, Chapitre Six - Conseil - Une Bonne Réponse - Deux Dieux dans une Même Pièce de ABNETT DAN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues de Warhammer 40 000 JdR - Black Crusade : Livre de Règles et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter The Sons of Horus - The Father Returns et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de Les Faux Dieux - Où l'Hérésie Prend Racine, Partie II : La Lune Pestiférée - Chapitre Un -Descendante de Terra - Les Colosses - Lune Rebelle, Chapitre Deux - Tu Saignes - Une Bonne Guerre - Jusqu’à ce que Brûle la Galaxie - L’heure d’Écouter, Chapitre Trois - Une Feuille de Verre - Un Homme de Bonne Disposition - À Mots Cachés, Chapitre Quatre - Secrets et Cachotteries - Le Chaos - Répandre la Parole - Audience, Chapitre Cinq - Notre Peuple - Un Meneur - Fer de Lance, Chapitre Six - La Terre de la Décrépitude - Des Choses Mortes - Le Glory of Terra, Chapitre Sept - Surveiller nos Arrières - Effondrement - Le Traître, Chapitre Huit - Le Dieu Terrassé, Partie III : La Maison des Faux Dieux - Chapitre Neuf Les Tours d’Argent - Un Retour Sanglant - Le Voile s’Affine, Chapitre Dix - Apothecarion - Prières - Confession, Chapitre Onze - Des Réponses - Un Marché avec le Diable - Anathame, Chapitre Douze - Agit-prop - Suspicion entre Frères - Le Serpent et la Lune, Chapitre Treize - Qui es-tu ? - Rituel - Un Vieil Ami, Chapitre Quatorze - Les Oubliés - Mythologie Vivante - Primogénèse, Chapitre Quinze - Révélations - Dissension - Dispersion, Chapitre Seize La Vérité est Tout ce que Nous Avons - Le Prophète - Chez Lui, Chapitre Dix-Sept L’Horreur - Anges et Démons - Le Pacte du Sang, Partie IV : La Fin de la Croisade - Chapitre Dix-Huit - Frères - Assassinat - Ce Poète turbulent, Chapitre Dix-Neuf - Isolés - Alliés - Les Ailes de l’Aigle, Chapitre Vingt - La Brèche - Une Éclaircie de Midi - Des Plans, Chapitre Vingt et Un - Illumination de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2006,
    Informations issues de Fulgrim - Portrait d’une Trahison, Partie IV : Sur le Seuil - Chapitre Seize - Appelé à Rendre des Comptes - Cicatrices - J’ai Peur de l’Échec, Chapitre Dix-Sept - Ne rien Faire contre sa Conscience de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2007,
    Informations issues de La Galaxie en Flammes - Où l'Hérésie se Révèle, Partie I : Les Longs Couteaux, Chapitre Quatre - Sacrifice - Un Seul Moment - Veiller sur Elle de COUNTER BEN, Black Library, 2006,
    Informations issues de l’Index Astartes du White Dwarf n°101 (Septembre 2002),
    Informations issues de Un Miller de Fils - Tout n’est que Poussière, Chapitre Quinze - Triomphe - Le Seigneur du Crépuscule - Vieux Amis, Chapitre Seize - L’Ordre Nouveau - Apprentissage - Désolation de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010,
    Informations issues de Signus Daemonicus - L’Ange Tombe - Chapitre Ullanor de SWALLOW JAMES, Black Library, 2012,
    Informations issues de Le Maître de l’Humanité - Guerre dans la Toile, Chapitre Treize - Ce qui s’est Produit Avant - L’Usage de la Gloire - Prophétie et Clairvoyance de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de Signus Daemonicus - L’Ange Tombe - Chapitre Deux - Rassemblés Autour d’une Question - Acolyte - Le Visage dans la Fumée de SWALLOW JAMES, Black Library, 2012
  7. Informations issues de Mechanicum - Le Savoir, c'est le Pouvoir, Principia Mechanicum - 1.04 de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2009 et résumées par Guilhem
    Warhammer 40 000 JdR - Dark Heresy : The Lathe Worlds - Chapter I : The Cult Mechanicus - The Arrival of the Omnissiah et résumées par Guilhem.
  8. Informations issues de The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Hour of the Warmaster - Chapter The Scourging of the Cyclops Cluster et résumées par Guilhem.
  9. Informations issues de La Bataille de Molech - Vengeful Spirit Volume Deux, Chapitre Vingt-Trois - Le Prix du Sang - La Voie d'Obsidienne - Un Dieu Parmi les Hommes, Chapitre Vingt-Cinq - La Route de Terra - Le Mal Entendu - O.K de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.
  10. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Chapitre Vingt-Deux - Chasse au Loup, Chapitre Vingt-Quatre - Le Loup et le Maître de Guerre, Chapitre Vingt-Cinq - L'Abattage des Loups de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  11. Informations issues de La Mort des Titans - Apocalypse sur Beta-Garmon, Chapitre Trente - La Legio d'Abord, Chapitre Trente-Et-Un - Loin d'Être Une Victoire de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  12. Informations issues de Visions d'Hérésie - Guerre, ténèbres, traîtrise et mort, Chapitre Terra de MERRET ALAN, 2014 et résumées par Guilhem.
  13. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter - The Sons of Horus - The Father Returned (traduit de l'anglais par Guilhem)
  14. Informations issues de The Horus Heresy, Book Eight - Malevolence, Chapter The White Scars - Origins : Terra's Forgotten Sons et résumées par Guilhem.
  15. Informations issues de L'Ascension d'Horus : Où sont Plantées les Graines de l'Hérésie, Partie II : Sur la Terre des Araignées - Chapitre Un - Amour et Haine - Ce Monde est Meurtre - Un Appétit de Gloire de ABNETT DAN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  16. Informations issues de Siege of Terra - Les Égarés et les Damnés, Chapitre Quatre - Pas un Esclave - L’Arrivée sur Terra - La Venue de la Mort de HALEY GUY, Black Library, 2020 et résumées par Guilhem.
  17. Informations issues de l’Index Astartes du White Dwarf N°101 (Septembre 2002) et résumées par Guilhem.
  18. Informations issues de L'Ascension d’Horus - Où sont Plantées les Graines de l’Hérésie, Partie III : L'Effrayant Sagittaire, Chapitre Un - Ne Commets pas d’Erreur - Cousins Éloignes - D’Autres Habitudes de ABNETT DAN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  19. Informations issues de l’Index Astartes du White Dwarf N°101 (Septembre 2002) et résumées par Guilhem.
  20. Informations issues de L'Ascension d’Horus - Où sont Plantées les Graines de l’Hérésie, Chapitre Un - Le Sang de l’Incompréhension - Nos Frères dans l’Ignorance - L’Empereur doit Mourir de ABNETT DAN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  21. Informations issues de Les Fils de Lupercal - Vengeful Spirit Volume Un, Chapitre Cinq - L’Ange Tatoué - Frères de Sang - Les Éclaireurs de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.
  22. Informations issues de Le Fléau du Loup - Le Wyrd en est Jeté, Prologue - L'Enfant Premier-Né de HALEY GUY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  23. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter The Emperor's Children - Brothers to Wolves (traduit de l'anglais par Guilhem)
  24. Informations issues de L'Ascension d’Horus - Où sont Plantées les Graines de l’Hérésie, Chapitre Quatre, Convoquée - Tutoyer Ezekyle - Une Main Gagnante de ABNETT DAN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  25. The Horus Heresy, Book Eight - Malevolence, Chapter The Blood Angels - Out of a Broken Paradise (traduit de l'anglais par Guilhem)
  26. Informations issues de l'Index Astartes du White Dwarf N°98 (Juin 2002) et résumées par Guilhem.
  27. Informations issues de The Horus Heresy, Book Eight - Malevolence, Chapter The White Scars - The Khan of Khans - The Laughing Killers et résumées par Guilhem.
  28. Informations issues de The Horus Heresy, Book Three - Extermination, Chapter - Alpha Legion - The Head of The Serpent : The Alpharius Enigma et résumées par Guilhem
  29. Informations issues de Index Astartes du White Dwarf N°105 (Janvier 2003) et résumées par Guilhem.
  30. Informations issues de Les Fils de Lupercal - Vengeful Spirit Volume Un, Chapitre Deux - Des Racines Solides - Molech - Le Feu de Medusa de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.
  31. Informations issues de Les Faux Dieux - Où l'Hérésie Prend Racine, Chapitre Deux - Tu Saignes - Une Bonne Guerre - Jusqu’à ce que Brûle la Galaxie - L’Heure d’Écouter de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  32. Informations issues l'Index Astartes du White Dwarf N°85 (Mai 2001) et résumées par Guilhem.
  33. Informations issues de The Horus Heresy, Book Eight - Malevolence, Chapter The White Scars - Exemplary Battle - The Emancipation of Drune, 881.M30 et résumées par Guilhem.
  34. Informations issues de Jaghatai Khan - Le Faucon de Chogoris, Chapitre IX, Chapitre X, Chapitre XI, Chapitre XII, Chapitre XIII de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  35. Informations issues de Les Anges de Caliban - Empereur et Esclaves, Prologue, de THORPE GAV, Black Libray, 2016 et résumées par Guilhem.
  36. Informations issues de Signus Daemonicus - L'Ange Tombe, Chapitre - Melchior de SWALLOW JAMES, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem.
  37. Informations issues de The Last Council de GOULDING L.J, Black Library, 2018 traduit par Trazyn l'infini et résumées par Guilhem.
  38. Informations issues de L'Œil de Terra - Je suis la Vigilance de l’Empereur : Le Loup de Cendre et de Feu de McNeill GRAHAM, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  39. Informations issues de l’Index Astartes du White Dwarf n°101 (Septembre 2002)
    Informations issues de Un Miller de Fils - Tout n’est que Poussière, Chapitre Quinze - Triomphe - Le Seigneur du Crépuscule - Vieux Amis, Chapitre Seize - L’Ordre Nouveau - Apprentissage - Désolation de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010
    Informations issues de Les Faux Dieux - Où l’Hérésie Prend Racine - Chapitre Neuf - Les Tours d’Argent - Un Retour Sanglant - Le Voile s’Affine de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2006
    Informations issues de Esclaves des Ténèbres - Les Égarés et les Damnés - Prologue - La Veille du Triomphe de FRENCH JOHN, Black Library, 2019
    Informations issues de Le Maître de l’Humanité - Guerre dans la Toile, Chapitre Treize - Ce qui s’est Produit Avant - L’Usage de la Gloire - Prophétie et Clairvoyance de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2016
    Informations issues de White Scars - Une Légion Divisée, Chapitre Douze - Une Seule Vérité - Surpris De Te Voir - Souvenirs d’Ullanor de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2014
    Informations issues de Signus Daemonicus - L’Ange Tombe - Chapitre Ullanor de SWALLOW JAMES, Black Library, 2012
    Informations issues de Jaghatai Khan - Le Faucon de Chogoris, Chapitre XV de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  40. Informations issues de The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter The Space Marine Legions - The Sons of Horus - Unit and Formation Strucure Within the Legion - The Mournival et résumées par Guilhem.
  41. Informations issues de L'Ascension d'Horus - Où sont Plantées les Graines de l'Hérésie, Partie I : Les Abusés - Chapitre Un - Le Sang de l’Incompréhension - Nos Frères dans l’Ignorance - L’Empereur doit Mourir, Chapitre Deux - À la Rencontre des Invisibles - Au Pied d’un Trône d’Or - Lupercal, Chapitre Trois - Intégration - Parmi les Commémorateurs - Choisi comme Quatrième, Chapitre Quatre - Convoquée - Tutoyer Ezekyle - Une Main Gagnante, Chapitre Cinq - Peeter Egon Momus - Lectio Divinitatus - Mécontentement, Chapitre Six - Conseil - Une Bonne Réponse - Deux Dieux dans une Même Pièce, Chapitre Dix - Le Maître et son Fils - Quelles que Puissent être la Férocité et l’Ingéniosité de l’Ennemi - Démenti Officiel de ABNETT DAN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  42. Informations issues de The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter The Road to War - The Dark Age and the Rebirth - The Warmaster et résumées par Guilhhem.
  43. Informations issues de L'Ascension d'Horus - Où sont Plantées les Graines de l'Hérésie, Partie III : L'Effrayant Sagittaire - Chapitre Deux - Émissaires et Délégations - Xenobia - La Galerie des Objets de ABNETT DAN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  44. Informations issues de L'Ascension d'Horus - Où sont Plantées les Graines de l'Hérésie, Partie II : Sur la Terre des Araignées - Chapitre Un - Amour et Haine - Ce monde est Meurtre - Un Appétit de Gloire, Chapitre Deux - La Nature de l’Ennemi - Une Trace - La Raison d’Être des Arbres, Chapitre Quatre - Abattre les Arbres Meurtriers - Industrie Arachnide - Ravi de Faire Votre Connaissance, Chapitre Six - L’Instrument de Choix - Images Rares - L’Empereur Nous Protège, Chapitre Sept - Seigneur des Anges - Sur la Terre des Araignées - Interdiction de ABNETT DAN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  45. Informations issues de L'Ascension d'Horus - Où sont Plantées les Graines de l'Hérésie, Partie III : L'Effrayant Sagittaire - Chapitre Un - Ne Commets pas d’Erreur - Cousins Éloignés - D’Autres Habitudes, Chapitre Deux - Émissaires et Délégations - Xenobia - La Galerie des Objets, Chapitre Trois - Impasse - Illumination - Le Loup et la Lune, Chapitre Quatre - Derniers Échanges - Les Fils d’Horus - Anathame de ABNETT DAN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  46. Informations issues de Les Faux Dieux - Où l'Hérésie Prend Racine, Partie I : Le Traître - Chapitre Un - Descendante de Terra - Les Colosses - Lune Rebelle, Chapitre Deux - Tu Saignes - Une Bonne Guerre - Jusqu’à ce que Brûle la Galaxie - L’Heure d’Écouter, Chapitre Trois - Une Feuille de Verre - Un Homme de Bonne Disposition - À Mots Cachés, Chapitre Quatre - Secrets et Cachotteries - Le Chaos - Répandre la Parole - Audience, Chapitre Cinq - Notre Peuple - Un Meneur - Fer de Lance, Partie II : La Lune Pestiférée - Chapitre Six - La Terre de la Décrépitude - Des Choses Mortes - Le Glory of Terra, Chapitre Sept - Surveiller nos Arrières - Effondrement - Le Traître, Chapitre Huit - Le Dieu Terrassé de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  47. Informations issues de Les Faux Dieux - Où l'Hérésie Prend Racine, Partie III : La Maison des Faux Dieux - Chapitre Neuf- Les Tours d’Argent - Un Retour Sanglant - Le Voile s’Affine, Chapitre Dix - Apothecarion - Prières - Confession, Chapitre Onze - Des Réponses - Un Marché avec le Diable - Anathame, Chapitre Douze - Agit-prop - Suspicion entre Frères - Le Serpent et la Lune, Chapitre Treize - Qui es-tu ? - Rituel - Un Vieil Ami, Chapitre Quatorze - Les Oubliés - Mythologie Vivante - Primogénèse, Chapitre Quinze - Révélations - Dissension - Dispersion, Chapitre Seize - La Vérité est Tout ce que Nous Avons - Le Prophète - Chez Lui, Chapitre Dix-Sept - L’Horreur - Anges et Démons - Le Pacte du Sang de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  48. Informations issues de Les Faux Dieux - Où l'Hérésie Prend Racine, Partie IV : La Fin de la Croisade - Chapitre Dix-Huit - Frères - Assassinat - Ce Poète Turbulent, Chapitre Dix-Neuf - Isolés - Alliés - Les Ailes de l’Aigle, Chapitre Vingt - La Brèche - Une Éclaircie de Midi - Des Plans, Chapitre Vingt-et-Un - Illumination de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2006
    Informations issues de Fulgrim - Portrait d’une Trahison, Partie IV : Sur le Seuil - Chapitre Seize - Appelé à Rendre des Comptes - Cicatrices - J’ai Peur de l’Échec, Chapitre Dix-Sept - Ne rien Faire contre sa Conscience de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2007
  49. Informations issues de Index Astartes du White Dwarf N°84 (Avril 2001)
    Index Astartes du White Dwarf N°85 (Mai 2001)
    Index Astartes du White Dwarf N°93 (Janvier 2002)
    Index Astartes du White Dwarf N°96 (Avril 2002)
    Index Astartes du White Dwarf N°98 (Juin 2002)
    Index Astartes du White Dwarf N°102 (Octobre 2002)
    Index Astartes du White Dwarf N°105 (Janvier 2003) et résumées par Guilhem.
  50. Informations issues de The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter The Death of Isstvan III - Part I : Treachery - Conspiracy
    The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Fall of Prospero - Part I : The Trial of the Sorcerer
    The Horus Heresy, Book Eight - Malevolence, Chapter At the Gates of Hell : The Battle of Signus - The Long Road to Ruin
    The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter Death’s Swift Wings - Diamat Incursion
    The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter The Edge of Ruin - A Betrayal Long In The Making
    The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter The Edge of Ruin - Broken, Blinded and Bound et résumées par Guilhem.
  51. Informations issues de The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter The Fall of Prospero - Part II : The Mustering of the Host - The Will of Horus et résumées par Guilhem.
  52. Informations issues de Les Faux Dieux - Où l'Hérésie Prend Racine, Partie IV : La Fin de la Croisade - Chapitre Dix-Huit Frères - Assassinat - Ce Poète Turbulent, Chapitre Dix-Neuf - Isolés - Alliés - Les Ailes de l’Aigle de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2006
    Informations issues de Mechanicum - Le Savoir, c'est le Pouvoir, Principia Mechanicum - 1.01 - 1.04 - 1.06 -1.07 - 1.08, Systemae Mechanicum - 2.01 - 2.02 de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2009 et résumées par Guilhem.
  53. Informations issues de La Galaxie en Flammes - Où l'Hérésie se Révèle, Partie I : Les Longs Couteaux, Chapitre Quatre - Sacrifice - Un Seul Moment - Veiller sur Elle de COUNTER BEN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  54. Informations issues de The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter The Death of Isstvan III - Part I : Treachery - Conspiracy et résumées par Guilhem.
  55. Informations issues de La Galaxie en Flammes - Où l'Hérésie se Révèle, Chapitre Trois - Horus sur son Trône - La Sainte est en Danger - Istvaan III de COUNTER BEN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  56. Informations issues de La Galaxie en Flammes - Où l'Hérésie se Révèle, Chapitre Neuf - La Puissance d’un Dieu - Regroupement - Frères d’Honneur Chapitre Onze - Avertissement - La Mort d’un Monde - Le Dernier Cthonien, Chapitre Douze - Purge - Que Brûle la Galaxie - Le Dieu-Machine, Chapitre Quinze - Beaucoup de Prodiges - De Vieux Amis - L’Échec Parfait, Chapitre Dix-Sept - Vaincre, c’est Survivre - Dies Irae - La Finde COUNTER BEN, Black Library, 2006 et résumées par Guilhem.
  57. Informations issues de L'Âge des Ténèbres : Le Dernier Commémorateur de FRENCH JOHN, Black Library, 2011 et résumées par Guilhem.
  58. Informations issues de Fulgrim - Portrait d’une Trahison, Partie V : Le Dernier Phénix - Chapitre Vingt-Trois - La Bataille d’Istvaan V, Chapitre Vingt-Quatre - Des Frères aux Mains Sales, Chapitre Vingt-Cinq - MassacreDémon - Le Dernier Phénix de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2007 et résumées par Guilhem.
  59. Informations issues de L'Héritage de la Trahison - Que Brûle la Galaxie : Le Maître de Guerre de FRENCH JOHN, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  60. Informations issues de L'Œil de Terra - Je Suis la Vigilance Incarnée : Aurelian, Chapitre Un - Fraternité, Chapitre Deux - Du Sang à la Table du Conseil, Chapitre Onze - Conseil, Chapitre Douze - Contre-Mesures de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  61. Informations issues de Ange Exterminatus - Chair et Acier, Chapitre Un, La Beauté dans la Mort - Régénération - Sentinelles, Chapitre Cinq - Un Serpent Venimeux - Thaliakron - Des Veilleurs à l’Écart de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  62. Informations issues de L'Âge des Ténèbres : Le Visage de la Trahison de THORPE GAV Black Library, 2011 et résumées par Guilhem.
  63. Informations issues de Délivrance Perdue - Les Fantômes de Terra, Chapitre Dix-Huit - Les Ailes du Corbeau - Horus Récupère son Trophée - Narsis, Épilogue de THORPE GAV, Black Library, 2011 et résumées par Guilhem.
  64. Informations issues de Fulgrim - Portrait d’une Trahison, Partie V : Le Dernier Phénix, Chapitre Vingt-Cinq - MassacreDémon - Le Dernier Phénix de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2007
    Informations issues de The Horus Heresy, Book Three - Extermination, Chapter The Fires of Heresy - Part IV : The Invasion of Paramar V - The Devil is not Mocked et résumées par Guilhem.
  65. Informations issues de Fulgrim - Portrait d’une Trahison, Partie V : Le Dernier Phénix - Chapitre Vingt-Cinq - MassacreDémon - Le Dernier Phénix de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2007
    Informations issues de The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter Dusk's Bleak Shadow - To Shake the Pillars of Heaven et résumées par Guilhem.
  66. Informations issues de Fulgrim - Portrait d’une Trahison, Partie V : Le Dernier Phénix - Chapitre Vingt-Cinq - MassacreDémon - Le Dernier Phénix de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2007 et résumées par Guilhem.
  67. Informations issues de Les Primarques - Et le Reflet se Brisa, Chapitres 1, 2, 3 de McNeill GRAHAM, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem
  68. Informations issues de The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Hour of the Warmaster - The Dark Compliance - The Hounds of Horus Unleashed - The Scions of War et résumées par Guilhem.
  69. Informations issues de The Wrath of Khârn de KING WILLIAM, Black Library, 2019 et résumées par Guilhem.
  70. Informations issues de L'Âge des Ténèbres : Renaissance de WRAIGHT CHRIS, Black Library, 2011
    Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Chapitre Vingt-Trois - Un Pyrae en Action - Si Vous êtes Mort - La Caverne Réfléchissante de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  71. Informations issues de Signus Daemonicus - L’Ange Tombe, Chapitre Un, Récifs et Haut-Fonds - L’Arme Silencieuse - Une Faveur, Chapitre Deux - Rassemblés Autour d’une Question - Acolyte - Le Visage dans la Fumée de SWALLOW JAMES, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem.
  72. Informations issues de Signus Daemonicus - L’Ange Tombe, Chapitre Un - Récifs et Haut-Fonds - L’Arme Silencieuse - Une Faveur, Chapitre Quatre - Heureuse Rencontre - Porteurs de lumière - L’Ange de la Douleur, Chapitre Neuf - Une Arme pour les Lâches - Le Librarius - Invocation, Chapitre Dix - Cachés - Communion Impie - D’Anciens Noms, Épilogue de SWALLOW JAMES, Black Library, 2012 et résumées par Guilhem.
  73. Informations issues de Félon - Du Sang pour le Dieu du Sang - Chapitre Huit - Convocation de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  74. Informations issues de The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Manachean War - Conquest et résumées par Guilhem.
  75. Informations issues de L’Âge des Ténèbres - L’Autre Horus de ABNETT DAN, Black Library, 2011 et résumées par Guilhem.
  76. Informations issues de Les Légions Brisées - L’Un Sans l’Autre de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2016 et résumées par Guilhem.
  77. Informations issues de Les Fils de Lupercal - Vengeful Spirit Volume Un, Chapitre Un - Le Mausolytica - Fraternité - Devenir un Dieu, Chapitre Deux - Des Racines Solides - Molech - Le Feu de Medusa de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.
  78. Informations issues de Les Fils de Lupercal - Vengeful Spirit Volume Un, Chapitre Quatre - Reforgée - Filum Secundo - Les Sept Jamais-Nés, Chapitre Neuf - Se Souvenir de la Lune - Bonne Chasse - Provocation, Chapitre Dix - Je Veux ce Vaisseau - Maître de Guerre - Passager Clandestin de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.
  79. Informations issues de Les Fils de Lupercal - Vengeful Spirit Volume Un, Chapitre Six - Neuf Dixièmes du Savoir - Tarnhelm - Adoratrice de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.
  80. Informations issues de La Bataille de Molech - Vengeful Spirit Volume Deux, Chapitre Douze - Percée - Décapitation - Flammes Jumelées, Chapitre Treize - Balise - Le Loup Acculé - C’est Moi qui l’ai Fait, Chapitre Quinze - La Caverne d’Hypnos - Le Naga Blanc - Un Ange de Feu, Chapitre Seize - Vaisseau Amiral - Exogenèse - Infiltration, Chapitre Dix-Huit - Eventyr - Tourments - Des Morts qui se Faisaient Attendre, Chapitre Vingt - La Bataille de Lupercalia, Chapitre Vingt-Deux - Pas Ullanor - Voilà ce qu’est la Peur - La Porte des Enfers, Chapitre Vingt-Trois - Le Prix du Sang - La Voie d'Obsidienne - Un Dieu Parmi les Hommes, Chapitre Vingt-Cinq - La Route de Terra - Le Mal Entendu - O.K de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2014 et résumées par Guilhem.