Catégorie:Death Guard

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Death Guard)
LogoPrincipalDeathGuard.jpg

Même si d’innombrables créatures dans toute la galaxie vénèrent Nurgle, le Dieu des Épidémies, aucune force mortelle n’est plus favorisée par ce dieu que la Death Guard. Ces Space Marines du Chaos antiques et corrompus sont les hérauts de ses pires maux.

Le bourdonnement d’une multitude de mouches annonce la venue de la Death Guard, Légion élu de Nurgle. Constituée des fils malades du Primarque-Démon Mortarion, elle apporte contagion et destruction à ceux qui s’opposent à elle. Leurs silhouettes corrompues insensibles à la douleur, les répugnants guerriers de la Death Guard avancent, implacables et inexorables comme la mort, leurs armes crachant un flot de fureur et d’immondices. Des chars et de hideuses Machines-Démons pilonnent l’ennemi tandis que sorciers bouffis et alchimistes dégénérés libèrent leurs virus conçus pour affliger le corps et l’âme. La Death Guard veut répandre des dons aberrants de Nurgle à travers l’Imperium qu’elle a jadis trahi, et nul ne saurait l’en empêcher. C’est une plaie béante ouverte dans le flanc de l’Imperium. Il n’en a pourtant pas toujours été ainsi et, il y a de cela dix millénaires et dirigée par son puissant Primarque Mortarion, elle comptait parmi les vingt premières Légions Space Marines créées afin d’assurer la défense de l’Humanité.

  • Mort au Faux Empereur : La haine vouée par les Légions Renégates envers le maître distant de l'Humanité est éternelle. Elles méprisent tous ceux qui le servent, et redoublent d’efforts contre de tels ennemis ; chacune de leurs attaques est un nouveau coup porté dans la Longue Guerre contre le misérable Imperium.
  • Arme de la Peste : Des toxines et un mucus infectieux suintent continuellement de cette arme. La moindre coupure ou égratignure fait pétiller la chair ennemie de maladies incurables.
  • Rituel Démoniaque : Le rituel commence par des chants gutturaux, tout en abreuvant le sol de fluides immondes. En canalisant les bienfaits toxiques du Dieu de la Peste, les champions de la Death Guard prononcent des vocables de contagion qui font rancir l'air. Des griffes moisies et des cornes fendues émergent alors du voile décati de la réalité et les Démons du Warp jaillissent comme les entrailles d'un corps éclaté.


Ils sont la pestilence mouvante, l’incarnation de l’horreur et de l’entropie. Leur lourd pas annonce la fin de tout espoir et la damnation de ceux qui s’opposent à eux. Leur seul contact flétrit aussi bien la chair que le métal ou la foi, et répand une corruption qui engloutit des planètes entières. Ils sont la Death Guard, les fils de Mortarion, les guerriers élus de Nurgle.

Tout doit Pourrir

« N’oubliez pas la moindre vexation, mes fils, car je n’ai jamais pardonné celles de mon père l’Empereur ou de mon frère Horus. Ne tolérez aucune erreur ou manquement. Laissez la rancœur vous envahir et proliférer. Qu’elle croisse telle une moisissure, jusqu’à ce que l’amertume qui vous habite soit contagieuse, car c’est ainsi que vous servirez dignement Nurgle. Vous répandrez sa virulence dans l’Imperium et contemplerez sa lente décomposition… »
- Mortarion, Démon de Nurgle.
Decor1Deathguard.png
La Death Guard ne possède pas de cri de guerre à proprement parler. Les Marines de la Peste incarnent la mort silencieuse qui se répand telle une épidémie. Ils sont la peste personnifiée, la vérole, la famine, la contagion, le cancer… et comme tous ces fléaux, ils sont bien plus terrifiants lorsqu’ils surviennent sans prévenir.
Même si d’innombrables créatures dans toute la galaxie vénèrent Nurgle, le Dieu des Épidémies, aucune force mortelle n’est plus favorisée par ce dieu que la Death Guard. Ces Astartes Hérétiques antiques et corrompus sont les hérauts de ses pires maux.

Le premier avertissement d’une attaque de la Death Guard est un bourdonnement qui empire au fil des secondes, jusqu’à devenir aussi puissant qu’une tornade tandis que des milliards de mouches à peste emplissent le no man’s land. On peut distinguer au cœur de ce vacarme le tintement lugubre de cloches, le grondement de moteurs et le soliloque de désespoir des égarés et des damnés. Un vent méphitique se lève, si bien que la puanteur des charognes ne tarde pas à donner des haut-le-cœur aux soldats ennemis.

C’est alors que la Death Guard approche en marchant au milieu des vapeurs verdâtres de gaz toxiques. Les optiques de ses casques brillent d’une lueur malveillante; ses lames suintent de poison. Des vapeurs suffocantes émanent des fourneaux à cadavres des paquetages dorsaux corrodés. Certains de ces soldats poussent des cris de guerre gutturaux, ou gargouillent des prières en l’honneur de Grand-père Nurgle. D’autres ricanent tels des déments, leurs sons glaireux relayés par des haut-parleurs. Cependant, la plupart progressent en silence, les seuls sons qu’ils produisent provenant de leurs pas lourds et de leur respiration sifflante à travers les grilles-vox.

Au sein de la Death Guard avancent des chars semblables à des limaces, des Bloat-drones, des Machines-Démons infestées de maladies… Des cultistes couverts de chancres et de bubons clament des hymnes à la gloire de Nurgle. Des Poxwalkers et des Zombies de la Peste titubent en grognant. Les casques cornus de champions immondes s’élèvent au-dessus de la masse comme leurs corps sont bouffis d’un pouvoir surnaturel. Là où passe la Death Guard, le sol pourrit, et de la fange répugnante émergent des Portepestes cadavériques et des tiques à peste gigantesques.

Tentant frénétiquement de repousser ces terrifiantes manifestations de l’entropie, les ennemis ouvrent le feu alors même que les maladies commencent à s’emparer de leurs corps et de leurs âmes. Nonobstant, la Death Guard avance à travers la grêle de projectiles, essuyant sans broncher des tirs qui réduiraient à néant une compagnie de chars. Inexorablement, elle commence à riposter, libérant des salves horriblement efficaces.

Les véhicules rouillent en quelques secondes, et même les guerriers les plus courageux s’effondrent alors que leur peau se couvre de pustules et de parasites démoniaques. Les fils de Mortarion progressent imperturbablement au milieu de ces scènes cauchemardesques, se contentant de trancher les têtes et les membres qui passent à leur portée. Les redoutables Grenades Buboniques explosent dans des bruits humides et aspergent les combattants de toxines mortelles.

Ce torrent de destruction sape les forces de l’ennemi, dont les survivants sont démoralisés. Même la fuite n’est pas une échappatoire, car quelques secondes d’exposition aux miasmes de la Death Guard suffisent à condamner un soldat, qui va alors répandre les maladies dans les lignes arrières.

C’est ainsi que la Death Guard a conquis d’innombrables planètes au nom du Dieu des Épidémies. Sa plus grande force réside dans la résistance surhumaine de son infanterie. Lorsqu’elle passe à l’attaque, elle ronge les forces de l’adversaire comme une maladie incurable, au point que celui-ci devient trop faible pour riposter. En défense, il est aussi difficile de la vaincre qu’une maladie en phase terminale.

Les assauts de l’ennemi se brisent donc contre le mur de pourriture et d’entropie de la Death Guard. Soutenue par une sorcellerie maléfique, par des Machines-Démons et par des armes aussi ignobles que redoutables, elle s’enorgueillit de résister à toutes les attaques de l’adversaire, avant de les broyer sous des ripostes implacables.

La Death Guard ne méprise pas seulement les balles et les lames de ses adversaires. Nurgle a rendu ses élus totalement immunisés aux toxines et aux poisons de l’univers. Aucune zone de guerre ne les impressionne, car aucune contagion, aucune condition atmosphérique mortelle ne les menace. Les bombes virales ou à radiations, et même les bio-armes les plus létales ne peuvent vaincre leur constitution surnaturelle. D’ailleurs, la Death Guard ne se gêne pas pour utiliser de telles armes contre ses ennemis avant le début d’une bataille, afin de préparer un champ de bataille si mortel que seuls les enfants de Nurgle peuvent l’arpenter.

Les traits ignobles et les stratégies morbides de la Death Guard proviennent des enseignements de son maître, le Primarque Démon Mortarion. Même s’il était jadis un des demi-dieux forgés par l’Empereur, Mortarion est devenu depuis un serviteur inconditionnel de Nurgle. C’est un monstre cauchemardesque dont l’amertume et la rancœur ont contaminé ses fils aussi sûrement que les bienfaits de Nurgle.

La haine de Mortarion est plusieurs fois millénaire, et remonte à l’époque où les Dieux du Chaos dérobèrent sa capsule d’incubation et la projetèrent à travers le Warp. Mortarion atterrit sur le monde terrifiant de Barbarus. Cette planète maussade et montagneuse avait une atmosphère empoisonnée qui empirait au fur et à mesure que l’altitude augmentait, si bien que la population humaine était restreinte aux vallées arborées les plus profondes. Les sommets montagneux étaient les domaines de seigneurs de guerre Xenos maléfiques, dont les armées étaient composées d’humains capturés et transformés en poupées de chair décérébrées et cadavériques.

Pour le plus grand malheur de Mortarion, il tomba entre les griffes du plus puissant de ces seigneurs de guerre. La créature fit de lui son fils adoptif et l’éleva dans une tour austère, aussi haut dans les montagnes que le permettait la physiologie incroyable du Primarque. Mortarion terrorisa la population au nom de son père pendant des années, jusqu’à ce qu’il ouvre enfin les yeux et s’aperçoive que les créatures dans les vallées n’étaient pas des proies, mais des êtres de son espèce.

L’histoire de la rébellion de Mortarion est narrée dans les Parchemins Stygiens, mais il suffit de dire qu’il se souleva et mena la population de Barbarus dans une guerre implacable contre ses oppresseurs. Ses soldats formèrent une armée qu’il baptisa la Death Guard. C’était une infanterie aux armures baroques, endurcie par l’atmosphère empoisonnée de Barbarus. Pourtant, si Mortarion initia la guerre contre les seigneurs de guerre Xenos, ce fut l’Empereur qui la remporta pour récupérer Son fils au plus vite et poursuivre la Grande Croisade. Mortarion ne lui pardonna jamais d’avoir négligé cette lutte qu’il avait entamée seul.

Decor2DeathGuard.jpg

Origines

Avant d’être réunis avec leur Primarque, les guerriers de la XIVe Légion étaient appelés les Dusk Raiders, car ils avaient l’habitude d’attaquer au crépuscule et s’étaient spécialisés dans les assauts d’infanterie qui éradiquait l’ennemi à coups de Bolters. Les Dusk Raiders avaient été conçus à partir du robuste patrimoine génétique d’Albia, un empire terrien qui avait longtemps résisté à l’unification des diverses civilisations de la planète. Célèbres pour leur ténacité et leur endurance, les Légionnaires terriens étaient implacables en attaque et stoïques en défense, en plus d’être taciturnes, loyaux et déterminés. Avant même de retrouver leur Primarque, ils conquirent d’innombrables mondes pendant la Grande Croisade. Lorsqu’ils furent placés sous les ordres de Mortarion, les Dusk Raiders furent renommés la Death Guard, et firent leur premier pas vers la damnation.

Mortarion

La corruption répandue par la Death Guard est si insidieuse qu’elle ronge le tissu même de la réalité. À l’instar d’un corps malade qui dépérit lentement, la résistance de la réalité diminue peu à peu face aux pressions de l’Immaterium, jsuqu’à ce que des déchirures apparaissent. Comme le pus d’une plaie infectée, les Démons de Nurgle peuvent alors s’en déverser.
Lorsque les Primarques nouveaux-nés furent éparpillés à travers la galaxie, l’un d’entre eux se retrouva dans une lande lugubre jonchée de cadavres en décomposition et dévastée par une gigantesque bataille qui y avait eu lieu. La planète en question était Barbarus, perpétuellement recouverte de vapeurs empoisonnées, et dont les montagnes escarpées étaient le fief de puissants Seigneurs de Guerre avides de carnage. La populace, quant à elle, parquée depuis des millénaires dans les vallées sous une chape de brumes étouffantes, vivait une existence de terreur, tirant le jour sa maigre subsistance du sol infertile sous un soleil dont les rayons ne parvenaient pas à traverser les brouillards ; et terrorisée la nuit par les choses affreuses qui hantaient les collines avoisinantes.

Le plus puissant des Seigneur de Guerre se tenait au milieu du champ de bataille, contemplant sa victoire, lorsque le silence macabre fut brisé par les cris d’un bébé. La légende raconte qu’il dut traverser une mer de cadavres dans son armure de combat, guidé par les pleurs de l’enfant, et que cela lui prit un jour et une nuit pour le trouver enfin. Il faillit mettre un terme à sa vie, mais il se ravisa en considérant qu’aucun homme ordinaire n’aurait pu respirer les miasmes empoisonnés des hauteurs de Barbarus, et encore moins un enfant. Il contempla un long moment la créature qui avait l’apparence d’un nouveau-né mais était sans aucun doute bien plus, puis la prit dans ses bras et l’emmena avec lui, réalisant alors qu’if venait de se trouver à la fois un fils et un héritier. Il baptisa l’enfant né dans un champ de cadavres Mortarion : le fils de la mort.

Le Seigneur de Guerre entreprit alors de tester les limites de l’enfant et lorsqu’il eut déterminé jusqu’à quelle altitude Mortarion pouvait survivre parmi les nuages toujours plus nocifs des hauteurs de Barbarus, il y érigea une barrière de pierre et de métal noir. Il déplaça ensuite sa propre demeure au-delà de cette limite vers les plus hauts sommets, là où l’atmosphère était quasiment mortelle même pour l’enfant Primarque. C’est là que grandit difficilement Mortarion, dans un monde délimité par une frontière de métal, clairsemé de citadelles de pierre grise, et où l’on respirait la mort, le soleil n’étant jamais davantage qu’une tâche distante. C’était un monde constamment en guerre sur lequel s’affrontaient les Seigneur de Guerre et leurs armées de golems, reconstruits de toutes pièces par les Façonneurs tourmentés à l’aide des cadavres des morts sans cesse recyclés. Pour survivre, Mortarion apprit avec un appétit vorace tout ce que son maître put lui enseigner. Il assimila tout : des doctrines de combat aux secrets arcaniques en passant par le subterfuge et le stratagème. Il apprit et il grandit, façonné par son triste environnement, mais il n’en était pas moins un des enfants de l’Empereur, résistant au-delà des limites humaines et surnaturellement fort en dépit du manque de lumière et de nourriture. Mortarion possédait également une intelligence remarquable et posait souvent des questions auxquelles son maître ne souhaitait pas répondre.

Ces questions portèrent de plus en plus souvent sur les choses fragiles qui vivaient plus bas dans les vallées et parmi lesquelles les guerriers piochaient pour se procurer des corps à ranimer. Son maître tint autant qu’il le put Mortarion à l’écart des habitations humaines, mais ce faisant il nourrit la curiosité et l’obsession du Primarque, et le jour ne tarda pas où ce dernier alla par lui-même chercher la vérité. Mortarion s’enfuit de la citadelle et la dernière chose qu’il entendit fut la voix du Seigneur de Guerre qui le maudissait pour sa trahison et l’avertissait que seule la mort l’attendrait à son retour. La descente au travers des brumes fut une révélation pour Mortarion lorsque ses poumons se remplirent pour la première fois d’air pur. Il découvrit l’odeur inconnue de la nourriture en train de cuire et des récoltes fraîchement moissonnées. Il perçut des voix qui n’étaient pas étouffées par l’épaisseur des brouillards et surtout, ce fut une révélation lorsqu’il entendit des éclats de rire. Le jeune Primarque réalisa alors qu’il venait de rejoindre les siens : ceux que les Seigneur de Guerre appelaient leurs "proies fragiles" étaient son propre peuple. Furieux, il décida de rendre justice aux habitants des vallées en les protégeant des sombres puissances qui œuvraient dans les hauteurs.

L’acceptation de Mortarion par le peuple de Barbarus ne fut pas évidente. Bien qu’il se sentait comme eux à bien des égards, à leurs yeux il n’était pas différent des autres monstres des montagnes : dépassant largement en taille même les plus grands, le teint cadavérique et pâle, les yeux cernés, Mortarion terrifiait la plupart des gens des plaines qui le regardaient avec crainte et suspicion. Ces comportements le blessèrent profondément, mais il savait que l’opportunité de gagner leur confiance et leur respect ne tarderait pas à venir, il mit donc sa force herculéenne à leur service et aida à travailler les champs peu productifs des vallées de Barbarus. Lorsque vint l’heure de prouver enfin sa valeur, il était fin prêt.

De l’obscurité émergèrent des formes sombres qui se déplaçaient d’un pas traînant. Silencieuses, dotées d’une force surnaturelle, elles étaient venues capturer ceux qui allaient servir les macabres desseins de leur maître. Les paysans, armés de torches et de fourches, se défendirent avec l’énergie du désespoir. À part s’enfuir à toutes jambes, c’était là tout ce qu’ils pouvaient opposer à leurs assaillants, scène futile dont ils avaient pris l’habitude et dont ils connaissaient l’inévitable conclusion. Mais Mortarion était cette fois à leurs côtés et, armé d’une énorme faux à deux mains, il chargea les rangs ennemis en déversant sur eux toute sa haine puis les chassa du village. Tandis qu’il s’approchait de leur maître, ce dernier lui rit au nez et se retira vers les hauteurs empoisonnées où cet humain rebelle ne pouvait le suivre. Lorsque Mortarion, habitué aux gaz nocifs, se jeta en avant et lui trancha la tête, le Seigneur de Guerre avait encore son sourire moqueur sur les lèvres. À l’issue de ces événements, les humains des plaines ne doutèrent plus du Primarque. Mortarion enseigna aux habitants de Barbarus tout ce qu’il savait de l’art de la guerre. Les récits de ses courageux exploits se répandirent et beaucoup firent le voyage, aussi périlleux soit-il, pour profiter de ses sages conseils. Petit à petit, les villages devinrent des places-fortes, et les villageois des défenseurs plus efficaces. Il arrivait que Mortarion chemine d’un lieu à l’autre, dispensant ses conseils, aidant à la construction et, lorsque l’occasion se présentait, repoussait les agresseurs. Néanmoins, il lui restait impossible d’accomplir son ultime vengeance, car les créatures des ténèbres se repliaient toujours à l’abri des montagnes aux vapeurs nocives. Son peuple ne pouvait les poursuivre et il lui fallait remédier à cela.

Mortarion recruta les membres les plus robustes et résistants de la population de Barbarus. Il les répartit en unités qu’il forma lui-même non seulement à la défense mais également à l’attaque. Il encouragea les forgerons à construire des armes lorsqu’ils en avaient le temps, et les artisans à fabriquer des armures. Enfin, entouré des esprits les plus savants de la population, il réfléchit au problème de l’air empoisonné. Le Cataphracte de la Mort, une monographie de l’Inquisiteur Mendikoff, relate la suite des événements aujourd’hui célèbres. Lorsqu’un autre Seigneur de Guerre vint prélever son tribut parmi la population de Barbarus, les villageois se défendirent avec fougue et parvinrent finalement à repousser les légions d’affreux golems.

Dans le même temps, Mortarion et ses guerriers, revêtus de respirateurs archaïques, les poursuivirent dans leur retraite à travers les brumes. Pour la première fois de mémoire d’homme, les proies apportaient la mort au royaume de la mort, tuant le Seigneur de Guerre et massacrant son armée. Mortarion ne cessa d’améliorer les systèmes respiratoires de ses guerriers qui furent bientôt surnommés la Death Guard. Ces derniers lancèrent des raids toujours plus haut au cœur des territoires des forces de l’ombre, là où l’air était de plus en plus toxique. Cette exposition répétée accrut leur résistance, d’autant que ce trait se transmit de génération en génération. Bientôt, seuls les pics les plus toxiques restèrent hors d’atteinte de Mortarion et sa Death Guard, de sorte qu’à l’issue de nombreuses batailles, il n’y avait plus qu’une citadelle encore debout, et Mortarion la connaissait bien. L’air était pourtant si vicié en ces lieux que même lui fut obligé de renoncer et, lorsqu’il fut de retour dans la vallée, il constata que les événements avaient pris une tournure qui échappait à son contrôle.

Capitaine Garro, Héros de la Death Guard

Lorsqu’Horus révéla ses intentions de trahison, tout les Astartes identifiés comme Loyalistes furent envoyé sur Isstvan III afin que ceux-ci périssent dans les bombardement. Ainsi, seuls soixante-dix des Space Marines loyaux à l’Empereur parmi les cinq Légions Renégates parvinrent à échapper à la "purge". Ils s’emparèrent du croiseur impérial Eisenstein et percèrent le blocus du système de Istvaan pour porter la nouvelle sur Terra. Leur courage a sans doute sauvé l’Imperium. Parmi eux, à la tête du groupe de la Death Guard, se trouvait l’illustre Capitaine Garro.

Il existe différents témoignages contradictoires concernant le sort de ce héros et de ses hommes. Certains affirment que dans le désordre accompagnant l’assaut des forces d’Horus contre Terra, personne ne sut que faire de la poignée de Marines qui étaient restés loyaux à l’Empereur, et que ces derniers furent placés sous bonne garde en attendant la suite des événements selon les ordres de l’Empereur en personne. Or, après la chute de ce dernier et son placement dans le Trône d'Or, personne ne contrevint à ces ordres, de sorte que Garro et les autres héros de l’Imperium ne virent plus jamais la lumière du jour et moururent en captivité. D’autres s’accordent à dire que le Capitaine combattit parmi les défenseurs et, lorsqu’il vit ce qu’étaient devenus ses frères d’arme, il renonça à se battre pour se convertir en Maître Apothicaire dévoué et dédier sa vie à la recherche d’un antidote qui pourrait guérir sa légion.

Une version plus fantaisiste veut que Garro et ses frères de la Death Guard soient toujours en vie, œuvrant secrètement pour le destin de l’Imperium sous la forme d’une force d’élite dont le dessin est de contrevenir aux plans de Nurgle, Mortarion et ses Marines de la Peste. Ils apparaîtraient sur les champs de bataille portant les anciennes couleurs de leur Chapitre pour accomplir leur devoir avant de disparaître comme des fantômes issus du Warp.

D’autres encore avancent que Garro, après le dénouement de l’assaut sur Terra, ne put résister aux attraits de la damnation et rejoignit ses frères au service de Nurgle pour devenir un champion de la Death Guard. Il porterait aujourd’hui le titre de Majesté des Mouches et commanderait des incursions venues de l’Œil de la Terreur, protégé par son armure d’un noir iridescent, armé d’une puissante griffe énergétique en forme de main squelettique et perpétuellement entouré d’un nuage d’insectes volants qui rendrait fou n’importe quel mortel.

Tout le village était en effervescence, chacun ne parlait que de l’arrivée d’un étranger bienfaisant qui promettait le salut. Cette nouvelle déplut au Primarque qui avait œuvré toute sa vie pour délivrer son peuple et se trouvait à présent spolié de ses droits par un inconnu. Il est dit que Mortarion fit voler les massives portes du hall en éclats lorsqu’il rentra dans la salle du banquet. Là, il trouva parmi les étrangers un personnage totalement à l’opposé de ce qu’il était : son teint pâle et sa silhouette maigre contrastaient avec la carrure robuste, le teint bronzé et la beauté immaculée de l’étranger. Les gens saluèrent son arrivée, d’autant qu’à leurs yeux, il semblait évident que le nouveau venu et Mortarion étaient liés, autant que pouvaient l’être un père et son fils. Le Primarque n’en était pas convaincu et accueillit l’étranger avec une hostilité à peine masquée, exacerbée par l’attitude imperturbable de ce dernier. Les étrangers proposaient d’unir le peuple de Barbarus au reste de l’Humanité en constante expansion, ce qui leur permettrait de se soustraire définitivement aux persécutions de ceux d’en haut. Voyant qu’on lui ravissait son triomphe, Mortarion se saisit de sa faux et déclara, le cœur rempli de rage, que sa Death Guard et lui n’avaient besoin d’aucune aide pour accomplir leur juste quête. L’étranger souligna alors l’échec de la Death Guard dans sa tentative d’atteindre la dernière citadelle et de débarrasser Barbarus du dernier fléau des montagnes. Il lança son gantelet au Primarque en signe de défi : si Mortarion parvenait à défaire le dernier des Seigneurs de Guerre, l’étranger se retirerait et laisserait Barbarus à son sort, mais en cas d’échec, son peuple rejoindrait l’Imperium et Mortarion lui jurerait totale fidélité et allégeance. En dépit des protestations de ses hommes, Mortarion prit la direction de la dernière forteresse, le repaire du Seigneur de Guerre qu’il avait jadis appelé père. Bien qu’il sût au fond de son être que même lui ne pouvait survivre dans les plus hauts sommets de Barbarus, il ne voulut pas le reconnaître et continua son ascension, obnubilé par le conflit imminent avec son ancien maître, et guidé par le désir d’apporter lui-même la justice à son peuple adoptif. Lorsque l’heure fut venue de la confrontation, celle-ci fut impitoyablement courte : Mortarion, dont le masque respiratoire se disloquait sous l’extrême pollution de l’air, atteint à grand-peine la citadelle et lança son défi. La dernière chose qu’il vit lorsqu’il tomba à genoux et que sa vision s’assombrit fut le Seigneur de Guerre venant à lui accomplir la promesse qu’il lui avait faite des années auparavant. Mais soudain le puissant étranger s’interposa entre eux et mit définitivement fin aux agissements du Seigneur de Guerre d’un seul coup de Son épée brillante.

Mortarion tint parole et à son réveil, sa Death Guard jura fidélité à l’étranger. Ce n’est qu’alors que l’Empereur révéla au jeune Primarque qu’Il était Son créateur et qu’Il lui confia le commandement de la quatorzième Légion de l’Adeptus Astartes.

Le Libram Primaris, ou Livre des Primarques, raconte de quelle manière Mortarion cultiva l’inflexibilité, l’absence de pitié et la résistance de sa Légion qu’il nomma la Death Guard, ainsi que les nombreux succès qu’il remporta. Toutefois, il ne s’intégra pourtant jamais vraiment à la société impériale, d’un tempérament sombre et sauvage, il était obnubilé par l’anéantissement des adversaires de l’Imperium, et restait étranger à la franche camaraderie qui unissait ses frères, les autres Primarques. Le Journal Obscur de l’Archiviste Dark Angels Bellerophan relate que de tous les Primarques, seuls deux se trouvèrent avec Mortarion des atomes crochus. Il s’agissait de Night Haunter, le puissant maître des Night Lords, et d’Horus, le Maître de Guerre, qui sut reconnaître la valeur de la Death Guard et la plaça souvent au centre de sa ligne de combat. Il savait en effet que l’ennemi s’écraserait dessus, permettant au reste de ses troupes d’avancer en tirant profit de cette position inamovible, ou qu’il pouvait utiliser la Death Guard comme l’enclume sur laquelle s’abattrait le marteau de l’Empereur, incarné par ses Luna Wolves ou les Night Lords. Il s’agissait là d’une combinaison terriblement efficace,

Mortarion prit le commandement de sa nouvelle armée avec autoritarisme et sévérité. Toutefois, même s’il était froid et distant avec ses fils, ces derniers le vénéraient et lui obéissaient sans la moindre hésitation. Mortarion vit en eux l’occasion de poursuivre ce qu’il avait commencé sur Barbarus. Il allait faire de la Death Guard l’infanterie ultime, polyvalente et autonome, spécialisée dans l’utilisation d’un équipement robuste et fiable, facile à entretenir et à ravitailler. La Death Guard fut entraînée à choisir toujours le terrain le plus propice, pour broyer l’ennemi sous des assauts implacables. Elles étaient l’enclume sur laquelle l’adversaire était laminé, ainsi que le maillet qui s’abattait pour le briser. Certains frères de Mortarion considéraient ses tactiques primaires et dénuées de toute inventivité, mais en vérité, les tactiques de la Death Guard étaient efficaces en dépit de leur simplicité, et permettaient à ses officiers de déployer des talents d’organisation martiale qui firent merveille au cours de la Grande Croisade. Cependant, plus la Death Guard s’évertuait à défendre les faibles, plus elle devenait imbue de sa robustesse, au point qu’elle se mit à mépriser ceux incapables de se défendre seuls.

De toute façon, Mortarion se moquait des opinions de ses frères. Il s’était fixé pour mission de mettre à bas les tyrans, à l’instar des Seigneurs de Guerre de Barbarus, et était fier de voir ses fils mettre à profit leur force pour défendre les faibles. Malgré tout, les succès de la Death Guard furent souvent dénigrés, ou passèrent inaperçus. Mortarion était plus proche d’Horus que de l’Empereur, car le premier reconnaissait son mérite, étant donné qu’il combattait souvent à ses côtés.

Mortarion trouvait dans le charismatique Horus un mentor qui comprenait ses désirs et appréciait ses méthodes. Ce lien semblait si fort que deux des autres Primarques, Roboute Guilliman des Ultramarines, et Corax, le taciturne et toujours à l’affût maître de la Raven Guard, en vinrent à faire part de leurs inquiétudes à l’Empereur. L’histoire de l’allégeance de Mortarion accordée à l’Empereur suite à son échec était bien connue, et quiconque connaissait un tant soit peu le pâle Primarque savait à quel point ce sujet l’irritait. Il est dit que l’Empereur ne se soucia pas de ce problème, considérant que la loyauté de Son fils envers Horus signifiait de facto sa loyauté envers Lui. Sur ce point, l’Empereur se trompait lourdement…

  • Pour plus de détails, voir l’article dédié : Mortarion
Decor2DeathGuard.jpg

Histoire de la Death Guard

Un Death Guard durant la Grande Croisade.
C’est sur la planète sauvage Davin que le Maître de Guerre et sa Légion, rebaptisée en son honneur les Sons of Horus, se tournèrent finalement vers le Chaos. Horus avait définitivement rompu son allégeance envers l’Empereur pour se livrer corps et âme à ses nouveaux Dieux et rallia à sa cause la moitié des Légions Space Marines. Au terme de l’Hérésie d'Horus, lors du Conseil de Charon vint l’heure d’évaluer la responsabilité de chacun dans cette tragédie galactique. Il fut alors établi qu’à la différence des autres Primarques, Horus n’eut pas besoin d’avoir recours aux rituels du Chaos pour convertir la Death Guard. Il se contenta de promettre à Mortarion que sous son règne un nouvel âge verrait le jour, un âge ou la justice serait imposée par la force.

Mortarion se détourna de l’Imperium aussi subitement qu’il s’était retourné contre les Seigneurs de Guerre de Barbarus. Il rejoignit la rébellion qui allait définitivement plonger la galaxie dans la tourmente, sans savoir alors quel serait le prix de sa décision. Horus était un stratège d’exception, conscient que le cœur de l’Imperium n’était autre que Terra, et en fit dès le début son objectif prioritaire. Il eut tôt fait de rassembler toutes les forces nécessaires pour pouvoir menacer les défenses de l’Imperium et assiéger le Palais Impérial. Mortarion était déterminé à participer à cette attaque cruciale et se lança dans le Warp avec la totalité de sa flotte pour rejoindre les forces du Maître de Guerre.

La flotte de la Death Guard fut cependant prise dans une puissante tempête Warp et sans ses Navigateurs, exécutés par Calas Typhon, elle ne parvint ni à se diriger à travers le Warp, ni à s’en extraire pour retrouver la sécurité de la dimension matériel. Il faut savoir qu’au cours des années passées sur Barbarus, Mortarion apprit à haïr les Psykers. Les Seigneurs de Guerre faisaient usage de tels pouvoirs pour animer leurs armées de poupées de chair, si bien que le Primarque se méfia pour le restant de son existence des sorciers et des nécromants. Il fut le plus grand détracteur des divisions Librarius au sein des Legiones Astartes, et ce furent ses diatribes virulentes qui transformèrent le Concile de Nikaea en une véritable chasse aux sorciers. Cependant, même si Mortarion interdit à sa Légion d’avoir recours à des Psykers, il ne pouvait pas totalement s’en passer. Il savait que les Navigators, les Astropathes et tous ces auxiliaires étaient un mal nécessaire, mais il tenta de rationaliser leur utilisation et de calmer son obsession par le biais d’une pseudo-science. Mortarion ne pouvait pas non plus empêcher le recrutement de Psykers latents dans les rangs de la Death Guard, même s’il ordonna que ces derniers apprennent à se servir de leurs talents dans la douleur et l’exil, comme ce fut le cas du Capitaine Typhon. Ainsi, privé de personnes capables de la diriger, la flotte fut forcée d’errer à travers l’Immaterium, et c’est alors que s’abattit le Destructeur.

Pour Mortarion et sa Death Guard, rien ne pouvait être pire que l’horrible maladie à laquelle ils eurent à faire face. Ils étaient les guerriers que l’Imperium avait envoyés pour conquérir de nouvelles planètes et aucun adversaire n’était capable de leur résister, et bien qu’il ne fût pas d’environnement si pollué et toxique soit-il dans lequel ils ne pouvaient combattre, la contagion qui se répandit de vaisseau en vaisseau eut raison de leur résistance. Cette peste malodorante faisait gonfler les intestins et pourrir les victimes de l’intérieur, transformant leurs corps en pantins purulents et grotesques, mais malgré leurs atroces souffrances, ils n’en moururent pas car leur constitution surnaturelle les préserva, devenant par là même leur pire ennemie. Ils endurèrent des souffrances inimaginables et plus particulièrement Mortarion, car il lui sembla se retrouver une nouvelle fois sur les cimes de Barbarus, succombant aux vapeurs empoisonnées, sans pour autant cesser d’en ressentir l’atroce brûlure.

Avait-il conscience en ces heures abominables d’avoir abandonné ce pourquoi il avait jusqu’à présent combattu et de la malédiction qu’il avait fait s’abattre sur sa Légion ? Seul lui-même le saura jamais. Quoi qu’il en soit, il finit par ne plus pouvoir supporter son agonie et en appela aux puissances de l’Immaterium, offrant son âme et sa légion en échange de sa délivrance. Attendant depuis longtemps cet instant, le Grand Dieu du Chaos Nurgle, Seigneur de la Décadence et Père des Maladies, répondit à son appel et accepta l’offre de Mortarion, affirmant ainsi sa suzeraineté sur la Death Guard.

Ce qui émergea du Warp lorsque la Death Guard parvint enfin à s’en extraire était bien loin de la fière flotte qui y était entrée. Les armures grises et blanches resplendissantes des guerriers de l’Empereur n’étaient plus que des plaques difformes couvertes de blessures horriblement infectées et de fluides putréfiés. Leurs armes et leurs machines de guerre avaient elles aussi subi l’influence maladive des forces du Chaos, brillant d’une lueur verte malsaine et suintant de pus gangrené. Le nom même de Death Guard fut de moins en moins utilisé, car aux yeux de leurs victimes, de leurs aillés, et même aux leurs, ils n’étaient autres que les Marines de la Peste, qui progressait maintenant d’un pas lent mais déterminé sur la voie de la damnation. Certains des fils de Mortarion bénissaient leur nouvelle apparence, car dans leur arrogance, ils pensaient avoir passé avec succès l’ordalie ultime en prouvant qu’ils étaient les seuls mortels dignes du patronage de Nurgle. D’autres haïssaient le mal qui les avait vaincus, car il soulignait leur faiblesse. Ceux-là étaient si amers qu’ils désiraient seulement faire souffrir la galaxie autant qu’ils avaient souffert. Enfin, beaucoup sombrèrent dans la folie, cette dernière prenant soit la forme d’une jovialité morbide, ou au contraire d’une langueur morose. Néanmoins, tous étaient devenus des serviteurs de Nurgle, et au cours des millénaires suivants, leur dévotion ne ferait que croître.

Horus fut finalement défait par l’Empereur et les forces du Chaos repoussées trouvèrent refuge dans l’Œil de la Terreur. Mortarion et sa Légion se retirèrent également en ces lieux, mais pas par désarroi comme le firent la plupart des autres renégats. Bien que damnée, la Death Guard avait conservé son acharnement au combat et ne se replia en lieu sûr qu’après avoir dévasté de nombreux régiments de la Garde Impériale et battu plusieurs Légions Space Marines.

Dans l’Œil de la Terreur, Mortarion conquit un monde qui allait devenir la Planète de la Peste, dont la localisation centrale allait lui permettre de lancer ses flottes dans le Warp pour répandre la contagion à travers toute la galaxie. Il accomplit si bien son devoir que son maître, Nurgle l’Immonde, éleva le Primarque au rang de Prince Démon et lui donna ce que ni l’Empereur ni Horus n’avaient pu lui donner : un monde dont il était le seul seigneur, un monde empoisonné empli d’horreur et de misère.

Il était enfin chez lui.

Decor2DeathGuard.jpg

Monde Natal : Barbarus

Barbarus
Barbarus.
Barbarus était un monde sauvage doté d’une atmosphère épaisse et toxique, en orbite rapprochée autour de son pâle soleil jaune. Les gaz les plus virulents se rassemblaient en nuages qui cachaient perpétuellement les rayons du soleil, plongeant la planète dans une obscurité omniprésente à peine plus claire pendant les courtes journées. L’air n’était respirable que dans les vallées les plus basses creusées parmi les montagnes rocailleuses qui recouvraient la planète. Des êtres immunisés même aux vapeurs les plus toxiques des hauteurs de Barbarus existèrent jadis, construisant des citadelles grises sur les escarpements rocheux. Lorsque les humains arrivèrent pour la première fois, les terribles conditions de vie les firent régresser à l’âge préféodal. En raison de leurs pouvoirs surnaturels qui leur permettaient de résister aux poisons mortels et d’effectuer des expérimentations sur les corps de leurs proies, les êtres de Barbarus devinrent aux yeux des humains des choses surnaturelles dignes des superstitions médiévales. Néanmoins, on ne saura jamais exactement quel genre de créatures étaient ces terribles Seigneurs de Guerre.
De tous les mondes sur lesquels les Primarques furent dispersés, peu étaient aussi terribles ou abandonnés que la maudite Barbarus. Très peu de choses peuvent être dites avec certitude sur cette planète lointaine et maléfique, ou sur les années de formation du jeune Primarque car au moment même où Mortarion fut découvert, la vérité fut soigneusement remaniée et masquée par la main de l’Empereur Lui-même. Ce qui a été trouvé sur Barbarus était peut-être incompréhensive pour l’opinion publique, ou contenait des choses jugées trop dangereuses pour l’Humanité en général - même pour les guerriers des autres Légions. Les informations cohérentes que l’on peut glaner aujourd’hui sur Barbarus et de l’histoire du Primarque de la Death Guard n’ont qu’une seule source - les soi-disant "Rouleaux Stygiens" de Lackland Thorn. Thorn était lui-même un personnage célèbre mais peu recommandable, un historien attaché à la Flotte de Croisade qui avait percé la nébuleuse sombre qui entourait Barbarus. Thorn était un polymathe - un xeno-traducteur très habile, antiquaire et poète, mais dont la vision était morbide, et dont les œuvres révulsaient autant qu’elles illuminaient. Sa propre place dans la légende de la Grande Croisade fut scellée puisqu’il disparut peu après l’achèvement de son "magnum opus". Sur Barbarus, il devait trouver l’apothéose de son art sombre en enregistrant l’histoire de Mortarion pour la postérité, et ses œuvres résultantes, les "Rouleaux Stygiens", devinrent partie intégrante de la culture de la Death Guard ; une copie en fut présentée à chaque Space Marine de la Légion dès leur entrée officielle dans ses rangs. En dehors de la Légion de la Death Guard, l’œuvre fut largement réprimée et considérée comme une chose maléfique et sinistre, trop cauchemardesque pour être autre chose qu’une sombre allégorie. Cette opinion était faussée.

Le monde sur lequel tomba le jeune Mortarion était l’incarnation même de la terreur qui avait frappé l’homme pendant la Longue Nuit de l’Ère des Luttes - un domaine de seigneurs sauvages et extraterrestres qui régnaient sur une population humaine piégée et qui s’en prenaient à elle comme des dieux cruels et terribles.

Même l’écologie planétaire de Barbarus était une invention sinistre et mortelle si étrange et singulière qu’elle avait probablement été conçue par ses maîtres. à la fois pour les soutenir et pour servir de moyen de contrôle à part entière. C’était un monde sombre, escarpé et montagneux, fait de marais primordiaux et de forêts tortueuses. Les hauteurs colossales des montagnes de Barbarus étaient perpétuellement enveloppées de brouillards vénéneux, de miasmes étouffants et de pluies acides assez fortes pour arracher la chair de l’os en un instant, tandis que les lointaines vallées en contrebas étaient un royaume de morosité perpétuelle où la lumière du soleil ancien et gonflé du système brillait à peine, et où la nuit était une obscurité ombrée aussi impénétrable qu’une tombe scellée. C’est dans les forêts et les marécages des basses terres que les habitants sauvages de Barbarus s’accrochaient à la vie dans des villages isolés et fortifiés du mieux qu’ils le pouvaient contre la venue de la nuit. Ils vivaient dans la terreur et la misère perpétuelles, chaque instant éveillé et chaque heure troublée de leur sommeil se trouvant à l’ombre de la connaissance invisible qui les dominait, là où leurs seigneurs monstrueux dans leurs donjons dans le brouillard et leurs tours enveloppées d’un linceul attendaient pour les dévorer.

Mortarion dominant l’une des Sept Citadelles de la Peste sur le Monde Pestifère.
Le vrai nom des maîtres Xenos de Barbarus a été rayé des annales, et même Thorn n’a pas osé l’énoncer dans ses écrits, mais l’évidence de leur appétit fétide et de leur force hideuse est établie. Géants, trois fois plus grands qu’un homme et revêtus d’une armure rouillée, ces petits dieux décharnés et horribles étaient des êtres dont les sciences et les traditions nécromantiques avaient depuis longtemps vaincu la mort par une grande violence, et qui ont rempli leurs éternités d’existence d’intrigues et de conflits entre les membres de leur propre espèce, manœuvrant entre eux avec une malignité inventive inimaginable. Les fantassins de leurs querelles et de leurs guerres intestines étaient un défilé interminable de cauchemars : des hordes de morts-vivants piqués au fil de fer, tourmentés, des prédateurs à demi-fou aux formes changeantes et des golems à ailes de membrane. Leurs champions étaient encore plus horribles, des monticules de tissus amorphes et acidifiants dont les milliers de bouches hurlantes suppliaient sans cesse la mort, et d’innombrables autres créations diaboliques au-delà de toute description saine, toutes sculptées et coupées dans la chair vivante de l’Humanité. Pour leurs seigneurs charnels, les humains sauvages n’étaient même pas des esclaves, mais simplement de la viande suspendue dans un garde-manger attendant d’être arrachée pour le festin.[1]

Monde Actuel : la Planète de la Peste

Lorsque la rébellion d’Horus échoua, la Death Guard battit en retraite en bon ordre vers l’Œil de la Terreur, en semant la destruction sur son passage. Mortarion reçut alors sa récompense : la démonification, et une planète sur laquelle régner. Depuis son élévation au rang de Prince Démon, Mortarion a, consciemment ou non, façonné sa nouvelle planète, la Planète de la Peste, à l’image de Barbarus.

La Planète de la Peste est le sombre reflet d’un monde déjà maussade à l’origine : il s’agit de la sœur jumelle de Barbarus, plus difforme et toxique que jamais, un enfer aux brumes empoisonnées où les pandémies se succèdent et où les tribus barbares mènent une existence cauchemardesque au milieu des marécages et des forêts pourrissantes. Des montagnes sclérosées percent le ciel bas et lourd. C’est là que rôdent des abominations ravagées par de telles maladies qu’elles devraient être mortes, pourtant elles continuent inlassablement de traquer les hommes. Au sommet des pics, la Death Guard a érigé des forteresses afin de régner tels les seigneurs-charognards qu’elle vainquit jadis, en se délectant de cette cruelle ironie. Les habitants sont parqués dans des villages pollués et restent au service de leurs maîtres suprêmes, qui ne sont autres que les champions de Mortarion ou les créatures démoniaques choisies par Nurgle qui résident dans ces forteresses construites dans les hauteurs. Mortarion, lui, trône dans sa forteresse située sur le plus haut pic de la Planète de la Peste.

Les nuages de contagion qui entourent ces édifices sont mortels pour toute forme de vie, au point que seuls les guerriers de la Death Guard peuvent les supporter. Encore plus que les batteries de défense orbitale qui constellent les flancs des montagnes, ce sont ces vapeurs fétides qui ont toujours empêché les armées ennemies d’envahir la planète.

La Planète de la Peste regorge de lieux ignobles et de sites de pouvoir immondes. Dans les vallées suppurantes, des champions mortels s’affrontent sur des arènes formées par trois plates-formes de fer rouillé pour avoir le privilège de rejoindre les rangs de la Death Guard. Dans l’orbite, des anneaux concentriques de défenses biomécaniques et de docks orbitaux moisis accueillent les Flottes de la Peste, dont les vaisseaux s’y accrochent tels des tiques sur un animal. Des temples dédiés à Nurgle, des forteresses à l’apparence de mollusques colossaux, des usines pestifères malodorantes et des générateurs de champs alchimiques recouvrent la surface de la planète. Les plus imposants de ces édifice sont les sept citadelles montagneuses des Compagnies de la Peste, chacune organisée et dirigée d’une façon aussi unique que révoltante. La plus grande d’entre elles est le Manoir Fuligineux qui s’étend sur les trois plus haute pics, et qui sert de demeure à Mortarion. Inutile de préciser que les cachots et les laboratoires de ce bastion sont remplis d’horreurs de la pire espèce.

Decor2DeathGuard.jpg

Doctrines de Combat

Bien que de nombreux domaines tels la culture, l’histoire et la philosophie lui fussent étrangers, Mortarion était un véritable prodige dans l’art de donner la mort. Il était intimement convaincu que la victoire passait par l’insensibilité aux blessures et transmit cette valeur à sa Légion.

Certes leurs armes ne sont pas des plus sophistiquées ni même ornementées, mais elles n’en fonctionnent pas moins sans connaître de dysfonctionnements. De même, la Death Guard n’a pas l’habitude d’élaborer des plans complexes ou de tenter de leurrer ses adversaires. Au contraire, elle se contente de choisir le meilleur endroit pour combattre et s’y lance en masse pour écraser ses ennemis. Aucun environnement n’est impraticable pour les Marines de la Peste et leur Primarque qui peuvent toujours compter sur leur résistance incommensurable pour se tirer des situations les plus épineuses.

Mortarion a appris à se battre dans un contexte montagneux sans le bénéfice de la technologie, c’est pourquoi bien qu’il apprécie le support logistique que peuvent fournir des transports et des tanks, la marque de fabrique de sa légion a toujours été une infanterie omniprésente, très bien équipée et entraînée, employée en vagues massives. Mortarion a toujours privilégié l’aptitude à se battre dans toute sorte d’environnement plutôt que l’usage de Réacteurs Dorsaux ou de Motos et, dès sa fondation, la Death Guard ne possédait pas de véritable distinction entre Escouades d'Assaut et Tactiques. Chaque combattant devait être capable de se battre aussi bien au Bolter qu’avec toutes sortes d’armes de combat rapproché, et ce, en toutes circonstances. Cette doctrine se prêtant bien à l’usage des Armures Tactiques Dreadnought, la Légion en incorpora un grand nombre dès la période pré-hérésie. La Death Gard avait acquis la réputation de se charger avec succès de missions à haut risque comme la purge des Space Hulks et, de nos jours encore, les Marines de la Peste utilisent ces débris spatiaux pour répandre la maladie et le culte de Nurgle à travers la galaxie. Ainsi, les doctrines de combat qui faisaient la force de la Death Guard du temps de son allégeance à l’Empereur servent tout aussi bien aujourd’hui les âmes damnées de Mortarion, les terribles Marines de la Peste.

Des corps boursouflés sous l’effet des gaz nocifs éjectaient leurs fluides et le Land Raider incrusté d’immondices les aplatissait sous ses chenilles rouillées, réduisant leurs os en bouillie sanguinolente. Des explosions retentissaient de toutes parts autour du véhicule massif, expédiant des shrapnels mortels qui écorchaient la surface nécrosée de son blindage. D’imposants guerriers déformés avançaient de concert avec le tank purulent, en faisant tirer leurs Bolters couverts de mucus. La ligne de défense des Imperial Fists n’était déjà plus qu’à une cinquantaine de mètres, aux pieds des défenseurs reposaient les corps difformes et gangrenés par la peste des infortunés qui avaient été affectés par la corruption du Chaos.

La brume qui baignait le Land Raider semblait presque animée d’une volonté propre. Un rayon blanc de Canon Laser la traversa pour venir creuser une profonde blessure dans la carapace charnelle du véhicule. Sa carcasse fut ébranlée par le choc mais il continua néanmoins de se déplacer, vendangeant toujours plus de lambeaux de chair et de viscères sous ses chenilles d’acier alors qu’il franchissait la pathétique barricade érigée par les adversaires. Le sol trembla lorsque l’avant du véhicule retomba de l’autre côté du monticule. Aussitôt, la rampe frontale s’ouvrit dans des miasmes de vapeur pestilentielle qui évoquaient l’haleine d’une énorme bite malade, et vomit un flot de guerriers issus des cauchemars les plus atroces, leurs armures boursouflées par des miasmes de contagion. Hautes de près de trois mètres, ces gigantesques atrocités étaient revêtues d’Armures Terminator gercées de cratères infectieux et de furoncles. Par plusieurs trous béants apparaissaient d’atroces lésions d’où suintaient des coulées de matière organique corrompue.

Frère Colathrax émergea des douces vapeurs pestilentielles sous un déluge de Bolts, brandissant son épée de la peste dégoulinante de pus. Il se mit alors à frapper de droite et de gauche, tranchant les chairs et perforant des organes, mais se gardant bien de tuer quiconque sur le coup : qui était-il pour priver ses ennemis de la sainte agonie dont les gratifiait Nurgle ?

Qu’il était bon de contempler les disciples du Faux Empereur sombrer dans la folie et la décadence, alors que leurs corps contamines par la peste les transformaient en abominations décérébrées de chair mutante. Ils s’étaient érigés en Dieux et aller payer le prix de leur arrogance. Un Capitaine Space Marine en armure d’un jaune flamboyant se dressa devant lui, levant son épée dans sa direction en signe de défi.

Colathrax sourit. D’un coup de Gantelet Énergétique, il fit tomber son arme des mains du Space Marine et lui enfonça sa lame suppurante dans le ventre. Le coup ascendant souleva le Capitaine qui fut cloué au mur du bâtiment derrière lui. Laerchus était suspendu au-dessus du sol et du sang coulait de son corps agité de convulsions. Il se mit à cracher une bouillie ensanglantée et sentit sa chair se décomposer à une vitesse terrifiante, tandis que ses organes étaient noyés par des fluides infectés et que les muscles qui se détachaient de ses os tombaient au fond de son armure. Il cessa de respirer quand ses poumons se dissolurent et sa vision se brouilla lorsque ses globes oculaires se liquéfièrent et coulèrent le long de son visage comme des larmes gluantes. Il voulut maudire son ennemi, mais sa gorge tomba, bientôt suivie par son cerveau dont la masse grise dégoulina de son crâne décomposé.

Frère Colathrax inhala la senteur de la bénédiction putride de son maître et lui adressa une brève prière. Il retira son épée du mur, ce qui fit tomber l’armure énergétique vide sut le sol visqueux. La désintégration de ce monde était presque achevée, et Colathrax pouvait sentir dans les vents qui balayaient le champ de bataille une odeur de victoire.

Il imagina des océans de chair pourrie infectés d’innombrables maladies. Tel serait leur présent aux hôtes de ces lieux. Cette pensée emplit le Terminator de la Peste d’une joie malsaine tandis qu’il regagnait le Land Raider.

Decor2DeathGuard.jpg

Organisation

Mortarion étant un inconditionnel de l’infanterie, aussi chaque Space Marine de la Death Guard possédait-il le meilleur équipement possible. La hiérarchie était très stricte au sein de la Légion, tout Sergent dépendant de son Capitaine, qui lui même dépendait de Mortarion en personne. S’il y avait une armée dont on pouvait dire qu’elle ne formait qu’un seul homme, c’était bien la Death Guard. C’est pour cela que cette dernière était composée de moins de Compagnies que les autres Légions de la Première Fondation : elle n’en compta jamais plus de sept, chacune particulièrement imposante et composée essentiellement d’infanterie incluant plusieurs escouades de puissants Terminators.

Organisation et Structure d'une Unité au Sein de la Légion (Pré-Hérésie)

Armes Effrayantes[2]

Il est à noter que la Death Guard sous Mortarion s’est rapidement associée à l’utilisation de l’alchimie et de l’armement à rayonnement dans une plus grande mesure que toute autre Légion, ce qui a eu pour effet d’assombrir leur réputation aux yeux de leurs Frères de Bataille. En termes simples, l’utilisation de gaz toxiques, de Phosphex à combustion lente et d’obus à radiation n’ont pas fait honneur à leur Légion comme elle l’a fait pour certains, alors que Mortarion lui-même était un maître de ces armes. Ayant étudié les plus horribles des guerre, il n’avait aucun scrupule à s’en servir contre ceux qui menaçaient l’Humanité. De plus, alors que la physiologie d’un Space Marine avait été conçue pour résister à de tels poisons et de telles souillures, la Death Guard l’était davantage. L’exposition à un agent pathogène ou à une toxine qui tuerait un être humain non protégé en quelques secondes ne peut qu’incommoder ou nuire à un membre de la Legiones Astartes, mais à un Death Guard, elle ne faisait souvent rien du tout. Cela a conduit la XIVe Légion à être de plus en plus fréquemment déployée dans des zones de guerre où des conditions infernales et mortelles - qu’elles soient de nature atomique, bactériologique ou chimique - étaient présentes, et dans lesquelles elle avait alors excellé. Après tout, la Grande Croisade avait été lancée pour conquérir des mondes non pas pour les détruire, à moins qu’il n’y ait pas d’alternative. Mais dans ces zones de guerre, déjà désespérément contaminées et impropres à la vie humaine, les réserves et les protocoles habituels limitant l’utilisation des armes contaminées par l’Empereur ne s’appliquaient pas souvent. Il en résulta une sorte de destin auto-réalisateur pour la Légion, car ils étaient de plus en plus associés aux guerres les plus cauchemardesques et à l’utilisation des armes les plus terribles.

Un timbre d’horreur et d’odeur charnel semblait alors définir Death Guard, bien avant la naissance de l’Hérésie, et ils en vinrent à être, dans une certaine mesure, évités et soupçonnés par leurs camarades des autres Légions d’une manière que les Dusk Raiders n’avaient jamais connue, bien qu’en vérité on puisse se demander dans quelle mesure cela concernait leur sinistre Primarque plutôt que la Légion elle-même. Mortarion lui-même tenait peu compagnie avec ses frères Primarques. Horus et Curze mis à part à l’occasion, des êtres peut-être plus semblables à lui-même que les autres. D’autres, comme Perturabo et Lion El'Jonson furent activement évités. Selon certaines sources, bien avant qu'il ne trahisse activement son second père, Mortarion et sa Death Guard étaient soupçonnés au point que Corax et Guilliman, vigilants et résolus, avaient apporté séparément leurs doutes à l’Empereur en personne quant aux opérations de la Death Guard et à l’étendue de sa loyauté macabre et réservée à un maître. Si cela est vrai, alors l’Empereur considéra leurs préoccupations comme infondées, et en cela Il s’est tragiquement trompé. La sombre destinée de la XIVe Légion et de son Primarque furent préfigurée.

Avant d’être unis à leur Primarque, les Dusk Raiders se conformaient de très près à l’armement standard et aux modèles d’organisation établis pour les premières Légions par l’Officio Militaris. La XIVe Légion est notée dans les annales de cette période comme maintenant une capacité générale pour de multiples modes de guerre, bien qu’avec un certain parti pris pour les formations d’assaut lourdes et les engagements attritionnels, comme en témoigne l’utilisation particulière d’armes à courte portée parmi ses unités spécialisées. Avec Mortarion comme maître, beaucoup de choses au sein de la Légion, y compris les arts de la guerre, ont changé radicalement avec le temps. Le Primarque était un fantassin dans l’âme, et dans sa Death Guard, il voyait l’occasion de perfectionner le principe du guerrier utilitaire à pied qui pouvait aller n’importe où, combattre sur n’importe quel terrain et détruire n’importe quel ennemi par la résilience, la détermination et une agression implacable. En tant que pilier de cette doctrine, les formations des escouades n’étaient pas en grande partie statiques comme dans la plupart des Légions, mais furent formés, réformés et ordonnés selon les besoins. À cette fin, un Légionnaire de la Death Guard avait été formé pour être tout aussi compétent dans n’importe quel rôle d’infanterie qu’il pourrait être appelé à jouer sur le champ de bataille plutôt que de combattre dans un rôle particulier, agissant en tant que Marine Tactique dans une bataille, en tant qu’opérateur d’armes de soutien dans une autre et ainsi de suite. Seules les Techmarines et d’autres professions hautement spécialisées restaient séparées.

À son niveau le plus fondamental, la Légion de la Death Guard avait été organisée selon le principe d’équiper au mieux les Space Marines, afin qu’ils puissent endurer et l’emporter sur tout ennemi rencontré, et opérer pendant de longues périodes sans réapprovisionnement ni soutien si nécessaire. C’était un dogme épousé par Mortarion qui fut facilement adopté par la Légion au sens large, car il s’appuyait sur l’indépendance et la sécurité avec lesquelles les Dusk Raiders avaient toujours combattu. Bolter, Fuseur et Lance-Flammes étaient la trinité d’armes autour desquelles leur charge était basée, ce qui permettait de réduire au minimum les besoins d’approvisionnement. D’autres types d’armes à distance n’étaient déployées avec parcimonie que lorsque la situation tactique ou la nature de l’ennemi l’exigeait. Chaque Death Guard portait également un Couteau de Combat rapproché ainsi que des poignards tranchants longs et larges, des Faux de Guerre et le lourd Kukra de Barbarus, forgé dans de l’acier de céramique noire dense, des armes brutales et efficaces qui devinrent bientôt la marque de fabrique de la Légion. Ce recours à des outils de guerre simples mais efficaces était une manifestation extérieure de la croyance cardinale de la Légion selon laquelle le Space Marine lui-même était la plus grande de toutes les armes à la disposition de l’Imperium - une machine de guerre infatigable devant lequel tout ennemi finirait par mourir, ou comme Mortarion l’avait dit à sa Légion : « Un homme peut tuer un monde s’il a assez de temps et de courage pour manier la lame encore et encore et encore jusqu’à ce que le travail de la mort soit fait. »

La Death Guard s’appuyait presque exclusivement sur son infanterie pour fournir sa force stratégique, la majeure partie de la puissance de feu de soutien tactique provenant d’escadrons de soutien lourdement armés, et dernièrement d’un nombre considérable de Terminators et de Dreadnoughts - une tradition initiée par les Dusk Raiders, qui fournissaient des renforts et des fer de lance d’assaut là où c’est nécessaire. C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles la Légion de la Death Guard a développée un don particulièrement admirable dans les combats pour purger les carcasses spatiales des invasions Xenos et pour leur capacité de détruire les fortifications et les citadelles de l’intérieur. Bien que la Death Guard ait entretenu et utilisé des blindés, des véhicules de soutien et des moyens de transport (car Mortarion ne permettait pas à ses forces d’être contournées, coupées ou laissées pour compte), ceux-ci n’ont reçu aucune tâche particulière dans la doctrine tactique de la Légion. Les seules exceptions à cette règle étaient les unités de siège dédiées telles que le Vindicator qui était déployé en nombre disproportionné par la Légion, aux côtés des escadrons des Chars super-lourds Fellblade et de Land Raider Spartans. Rétrospectivement, il était remarquable - et cela s’avérerait être un facteur révélateur sur Isstvan III - qu’un nombre proportionnellement élevé d’équipages de machines de guerre de la Légion de la Death Guard étaient d’origine Terran au moment de l’Hérésie, tandis que les unités de frappe les plus lourdes d’infanterie, en particulier l’important noyau de la Légion de troupes de choc équipées d’Armures Terminator, étaient de souche Barbarusienne.[3]

Hiérarchie de Commandement de la Légion

Lorsque le nouveau Primarque reçu le commandement de sa Légion, ses compagnons Primarques et les Seigneurs Militants de l’Imperium ont sans doute attendu avec une certaine impatience de voir quel genre de guerrier cet ajout macabre aux rangs des fils de l’Empereur allait être. La réponse est venue sous une forme peut-être inattendue lorsque que Mortarion s’est avéré en l’espace de très peu de batailles être l’un des meilleurs commandants de campagne que la Grande Croisade ait jamais vu, toujours à l’avant-garde de ses forces pour écraser les ennemis. Le mystérieux Primarque avait un sens étrange pour ressentir le tournant dans une bataille, et où et quand les forces sous son commandement - parfois éloignées de milliers de kilomètres de sa propre position - devaient tenir le terrain ou avancer brutalement - il percevait très bien le flux et le reflux de la guerre. Beaucoup de ses contemporains, et même des Commémorateurs, avaient sous-estimé l’intelligence aiguisée de Mortarion et son flair pour la simplicité et l’efficacité de son organisation. Ces facteurs, associés à la capacité d’inspirer une loyauté fanatique à ceux originaires de Barbarus qui le considéraient comme un sauveur presque divin, permirent à Mortarion de refaçonner sa Légion comme un instrument unique à sa volonté. De toutes les Légions, on disait de la Death Guard qu’elles n’étaient qu’une seule entité avec un seul but et un seul corps.

L’obéissance et l’ordre dans les rangs de la Death Guard étaient absolus et attendus, et une chaîne de commandement claire et ininterrompue coulait comme le sang dans les veines de la Légion. Les Légionnaires étaient le prolongement de la volonté de leurs Sergents, les Sergents de leurs Capitaines et les Capitaines de leurs commandants, et à travers eux ils étaient tous des instruments de la mort, corps et âme. Peu d’autres grades ou divisions de l’organisation formelle existaient, sauf dans des rôles très spécialisés, souvent techniques, et chaque membre de la Légion connaissait sa place et l’ancienneté et les tâches de ceux qui l’entouraient sans recourir à l’héraldique et aux symboles. Tous se conformèrent au décret de Mortarion sans rancune ni dissidence, et les rivalités et les conflits internes furent observés par des étrangers comme étant peu nombreux, en particulier en comparaison avec des Légions plus bruyantes comme les Night Lords ou les Space Wolves. Lorsqu’un officier mourrait au combat, son successeur prenait sa place rapidement et résolument, sans avoir besoin de recevoir des ordres ou de discuter. Ainsi, la chaîne de commandement de la Légion a fonctionné sans faille, même durant les pertes les plus lourdes, contribuant ainsi à la réputation d’endurance de la Death Guard en temps de guerre.

La Légion de Mortarion dans son ensemble s’était réorganisée en sept "Grandes Compagnies" de taille considérablement plus grande que les structures organisationnelles standard de la Légion - le nombre sept et ses dérivations semblaient avoir une signification occulte et rituelle à la fois pour Mortarion et pour la culture de son monde d’adoption dévasté. Théoriquement, chaque Compagnie devait contenir environ 70 000 Space Marines, l’effectif souhaité de la Légion de la Death Guard, soit au total quelque 490 000 Legiones Astartes - bien qu’en réalité ce nombre n’ait jamais été atteint. L’attrition et les effusions de sang, ainsi que les contraintes de temps et de ressources, firent en sorte que la Légion n’atteigne jamais ce nombre, mais le chiffre demeure, à tout le moins, une mesure de l’ambition de Mortarion.

Tout doit Pourrir !
Les unités d’élite, les guerriers privilégiés ou choisis parmi les autres, et les sous-formations au sein de la Légion de la Death Guard manquaient aussi sensiblement par rapport aux autres Légions, à quelques exceptions près - dont le plus notable était connue sous le nom de Linceul. Sélectionnés par Mortarion, c’étaient des guerriers vétérans, choisis pour leur habileté au combat, leur intrépidité et leur endurance éprouvée, et étaient souvent choisis parmi les Death Guards qui avaient survécu là où leurs camarades étaient tombés, souvent littéralement après avoir été le "dernier homme" d’une force d’assaut ou d’une défense paniquée et sanglante. Le Linceul forma les gardes du corps silencieux de Mortarion, et en temps de paix ou de guerre, on disait qu’au moins deux d’entre eux restaient à moins de quarante-neuf pas de leur Primarque à tout moment.[4]

Disposition de Guerre

Contrairement à certaines Légions dont les opérations étaient souvent réparties en commandements, groupes d’assaut et campagnes distincts, la Death Guard avait l’habitude de se battre comme un seul homme. C’est ainsi que la XIVe Légion est arrivée dans le système de Isstvan avec sa force presque complète, dont l’estimation la plus précise l’a placé à environ 95 000 Space Marines, 70 navires de classe capitale et peut-être trois fois plus de petits navires d’escorte et de combat. Pendant un temps considérable avant la trahison, la Légion de la Death Guard avait combattu aux côtés des Sons of Horus dans le nord galactique, soit en attaquant des cibles d’une extrême dangerosité avec des unités spécialisées, ou se joignant souvent à une bataille ouverte pour former une enclume incassable contre laquelle les forces des autres Légions purent écraser l’ennemi.

On pense que les Death Guards déployés à la surface de Isstvan III représentaient un peu moins d’un tiers des forces de la Légion. Ils comprenaient les principaux éléments de ses 2e, 5e et 7e Grandes Compagnies, ainsi qu’un détachement de Fellblades et de matériel de siège de la Légion. La majeure partie des Terrans de la Death Guard, mais bien d’autres encore, ont contribué à l’émergence d’une force de combat efficace pour reprendre le monde rebelle. On ne sait pas si des éléments non Terrans ont également été soupçonnés par leur maître Mortarion pour le suivre dans la révolte contre l’Empereur, ou simplement considéré comme un sacrifice nécessaire dans le cadre du plan du Maître de Guerre.

Étant donné la nature observée de la Légion, il est d’autant plus choquant de constater que malgré leur unité et la loyauté indéfectible de sa Death Guard, il semblait évident que Mortarion ne faisait tout simplement pas confiance à certains d’entre eux dans ses rangs, en particulier ceux d’origine Terran, et qu’il conspirait ainsi à leur destruction implacable sur Isstvan III. La trahison de Mortarion fut la plus vive et la plus amèrement ressentie par ceux qu’il renia, une loyauté méprisée qui se transforma en haine envers leur ancien maître. Ironiquement, c’est aussi la doctrine d’endurance et d’autosuffisance de Mortarion, et les expériences de la Légion dans les combats sur les plus mortelles des champs de bataille qui ont permis aux Death Guards ayant été trahie de réagir rapidement et efficacement à leur sort - car en proportion, il semble qu’ils furent les plus nombreux à avoir survécu au bombardement viral initial de Isstvan III que toute autre force des Légions qui y furent victimes, et c’est leur résistance acharnée et leur volonté de se battre malgré les obstacles qui leur ont permis de devenir une telle épine dans le pied des Traîtres.[5]

Organisation (Après l'Hérésie)

Lorsque Mortarion devint un Prince Démon, il relâcha son contrôle sur sa Légion qui se scinda en factions de moindre taille se séparant les unes des autres pour suivre des chemins différents. Néanmoins, les Marines de la Peste restent le plus souvent des fantassins, au pire accompagnés par un Dreadnought infesté de maladies et complètement fou. Peu de tanks et de transports de la Légion sont encore en état de marche, car la maintenance et l’entretien ne sont pas la priorité de Space Marines qui ont voué leur âme à la Pourriture et la Décadence. Il arrive parfois que certains engins s’animent d’un feu indemne, possédés par une entité démoniaque mineure ou infestés par une horde de Nurglings, les grouillants dévots du Dieu de la Peste. Les Marines de la Peste sont le plus souvent organisées en escouades de sept, elles-mêmes regroupées en cohortes de sept escouades, car sept est le nombre sacré de leur maître et ils sont convaincus qu’en se constituant de la sorte, ils attirent sur eux sa faveur et sont imbus d’une force cabalistique. Qu’il s’agisse ou non d’un fait avéré, il n’en demeure pas moins que les méthodes de combat des Marines de la Peste reflètent le Primarque qui les a façonnés, instruits puis conduits à la damnation éternelle. Mortarion reste à ce jour leur maître et continue à orchestrer en partie leurs actions depuis son trône bubonique.



Organisation de la Death Guard.
(Cliquez pour agrandir)
Decor2DeathGuard.jpg

Héraldique de la Death Guard

DeathGuardAvantHeresie.jpg

Aspect général Pré-Hérésie de la Death Guard.

DeathGuardApresHeresie.jpg

Aspect général Post-Hérésie de la Death Guard.

Heaumes de la Légion de la Death Guard[6]

On croit que l’utilisation de bandes verticales sur le casque pour indiquer l’ancienneté provient de la réorganisation de la Légion en tant que Death Guard, et est devenue courante en tant que marque d’ancienneté et de commandement tactique.

HeaumeDeathGuard1.jpg
HeaumeDeathGuard2.jpg
HeaumeDeathGuard3.jpg
HeaumeDeathGuard4.jpg
Amure de la Légion de la Death Guard[7]
AmureLegionDeathGuard.jpg

Les dommages de combat qui ne compromettent pas les systèmes de blindage sont conservés comme marque d’honneur. Iconographie additionnelle de la Légion et l’Œil du Serpent (indiquant l'allégeance du Traître).

Héraldique de la Légion de la Death Guard[8]
HeraldiqueLegionDeathGuard1.jpg

Commandant de Grande Compagnie,
2e Grande Compagnie

HeraldiqueLegionDeathGuard2.jpg

Tactique avec Numéro d’Escouade,
2e Grande Compagnie

HeraldiqueLegionDeathGuard3.jpg

Appui Lourd avec Numéro d’Escouade,
2e Grande Compagnie

HeraldiqueLegionDeathGuard4.jpg

Assaut avec Numéro d’Escouade,
2e Grande Compagnie

HeraldiqueLegionDeathGuard5.jpg

Variante de Destroyer

HeraldiqueLegionDeathGuard6.jpg

Commandant avec Numéro de Légion et Honneur de Vétéran

HeraldiqueLegionDeathGuard7.jpg

Haut Commandement, Mention Élogieuse du Primarque

HeraldiqueLegionDeathGuard8.jpg

Variante Destroyer, Navire Empoisonné de la Death Guard

HeraldiqueLegionDeathGuard9.jpg

Honneur de Vétéran au Service du Maître de Guerre

HeraldiqueLegionDeathGuard10.jpg

Marque de la Légion

HeraldiqueLegionDeathGuard11.jpg

Vétéran d’Escouade,
2e Grande Compagnie

HeraldiqueLegionDeathGuard12.jpg

Une itération désuète de la XIVe Légion, la plaque de combat grise des Dusk Raiders et l’épaule droite et l’armure rouge sang sont réapparues sur des Astartes Loyalistes non identifiés.

L’équipement classique d’un Marine de la Peste
Les uniformes et héraldique de la Death Guard évoquent les maladies et la décrépitude. Des Vectoriums des Compagnies de la peste aux bandes de guerre qui se sont dissociées depuis longtemps de leur Légion d’origine, tous ces guerriers sont instantanément reconnaissables à la crasse, la pourriture et la rouille sur leurs armures, ainsi qu’à l’iconographie de Nurgle :
  • Poignard de la Peste : maléfiques et mortels, ces poignards maniés par les guerriers de la Death Guard remontent à l’Hérésie d’Horus. Leur métal corrodé émet en permanence un bruit discordant et sourd qui fait grincer les dents et pleurer les yeux. La plus petite égratignure de ces armes provoque la prolifération rapide de maladies mortelles.
  • Casques et masques : Sous leurs casques corrodés, les visages des Marines de la Peste sont affreusement décatis, au point de n’être plus que des crânes émaciés couverts de pustules, alimentés par des tuyaux. Les substances ignobles qui sont injectées à travers le respirateur du porteur sont trop horribles pour être inspectées en détail, mais elles portent indiscutablement la bénédiction de Nurgle.
  • Grenades Buboniques : En plus des symboles de Nurgle et de la mouche segmentée de la Death Guard, les fils de Mortarion se reconnaissent aisément aux Grenades Buboniques qu’ils portent à la ceinture. Qu’il s’agisse de grenades à manche ou des têtes pourrissantes et infectées de leurs ennemis, ces explosifs libèrent à la détonation des nuages de spores pestilentielles. Celles-ci corrodent les armures et dissolvent les chairs, réduisant l’adversaire en tas de gelée informe.


Iconographie
Symbolique-death-guard.jpg
Les guerriers sous la coupe du Seigneur des Épidémies indiquent leur dévotion en arborant sur leurs armures les symboles de leur divinité. Cela inclut des variantes du motif à trois crânes de la Death Guard, des trois cercles de Nurgle, ou encore le glyphe sacré de la mouche. Bien d’autres icônes impies ont également été adoptées par les nombreuses bandes qui jurent allégeance à Nurgle.
Symbolique-death-guard2.jpg
L’iconographie autrefois noble de la Death Guard fut corrompu lorsque la Légion se rallia au Chaos. Elle renia ses idéaux et adopta les terribles emblèmes de Nurgle. Depuis, la Death Guard arbore généralement la rune à trois lobes du Dieu des Épidémies, ou la remplace par trois crânes qui ornent les armures en l’honneur de son sombre maître.
Decor2DeathGuard.jpg

Croyances

La Death Guard, à l’image de son Primarque, a vu le jour pour incarner un idéal et a fini à ses antipodes. Elle est passée de la conviction que les individus doivent être libérés de l’oppression et de la terreur à celle qu’ils ne sont pas en mesure de juger ce qui est bon pour eux. Depuis toujours, la force intérieure, la volonté de fer et l’indéfectible résolution de ses guerriers face à l’adversité ont forgé l’arrogance et le caractère de cette morbide Légion. Lorsque la Pourriture de Nurgle affecta les Space Marines de la Death Guard, ces derniers subirent le contre-coup de toute leur arrogance, car pour la première fois depuis leur création, ils prirent conscience de leur faiblesse. C’est pour cette raison qu’après s’être dédiés à Nurgle, ils n’eurent plus qu’une obsession née de la révélation de leur propre échec : infecter les forts, massacrer les faibles, et corrompre les fondations de toutes choses jusqu’à ce qu’elles s’effondrent. Car une fois que tout l’univers serait ruine, leur honte n’aurait plus de sens.

Patrimoine Génétique

Les Space Marines de la Death Guard reflétaient les traits physiques de leur Primarque : le teint pâle, les yeux cernés, autant de caractéristiques trompeuses quant à leurs véritables prouesses physiques. Le chemin qui les mena à la damnation vit leurs corps se corrompre atrocement, gonflés et infectés en de nombreux endroits par les virulentes maladies de leur Dieu. En plus de cet aspect particulièrement répulsif, Nurgle n’accorde pas autant de mutations que les autres Dieux du Chaos (de telles évolutions physiques capricieuses sont le fief de son antithèse, Tzeentch), mais à l’occasion il peut arriver que certains aspirants de la Death Guard soient gratifiés d’un tentacule ou d’yeux insectoïdes.

Decor2DeathGuard.jpg

Couleurs de la Contagion

« Les maladies, les afflictions, les plaies et les pestes, la souffrance et la lente décrépitude. Telles sont les merveilles que Nurgle cherche à offrir à la populace ingrate de l’Imperium. Nous sommes les vecteurs par lesquels sa générosité s’exprime et se répand aux masses ignorantes. »
- Urgloth Cœur-Pourri, Champion de la Peste de la Death Guard.

Depuis les derniers jours de l’Hérésie d’Horus, la Death Guard a conservé ses couleurs : le vert lépreux et le bronze couvert de vert-de-gris. Même si beaucoup de vectoriums de la Légion ont par la suite adopté leur propre héraldique, une grande partie de la Death Guard combat toujours en arborant ces teintes. La rune à trois lobes de Nurgle et le symbole de la mouche à peste sont clairement visibles sur les armures des Légionnaires Death Guard, afin de proclamer haut et fort leur allégeance au Dieu des Épidémies, et leur ardeur à répandre ses contagions.

Les Fils Souillés

FilsSouilles.jpg
Les Fils Souillés sont un des vectoriums les plus redoutés, car ils ont gagné les faveurs de Mortarion en personne en combattant à ses côtés pendant ses campagnes dans l’Œil de la Terreur. Désormais, ils ont été lâchés contre l’Imperium. Le seigneur Gulgoth l’Affligeur et ses guerriers incarnent le caractère implacable et la résistance de la XIVe Légion, et utilisent toutes les armes à leur disposition dans leur guerre contre l’Humanité.

La Main Blafarde

MainBlafarde.jpg
Experte en assaut blindé, la Main Blafarde emploie un grand nombre de chars Predator et Land Raider du Chaos , plus que d’autres Vectoriums de la Death Guard. Les ennemis qui ne finissent pas sous des chenilles rouillées sont éparpillés par des tirs d’artillerie de haute précision. La Main Blafarde fait partie de la 2e Compagnie de la Peste de la Death Guard. Elle est infestée par la Peste Ferreuse, qui recouvre ses armures et ses véhicules d’une couche de rouille hautement contagieuse.

Les Féconds

LesFeconds.jpg
Lorsqu’un Agri-Monde est infecté par une des innombrables maladies de Nurgle, les responsables sont souvent les guerriers des Féconds. Ils appartiennent à la 7e Compagnie de la Peste aux talents d’alchimistes, et sont passés maîtres dans l’art de concocter des parasites et des maladies extrêmement virulents. Ils adorent les disséminer en secret dans les stocks de nourriture impériaux, si bien que lorsqu’ils envahissent une planète, la population est déjà en proie aux affres de la maladie.

Le Chœur Putride

ChœurPutride.jpg

Le Chœur Putride appartient à la 3e Compagnie de la Peste. Son arrivée sur le champ de bataille est annoncée par le tocsin sinistre des cloches du Vectorium. Ces sons sont accompagnés par les chants entêtants en l’honneur de Grand-père Nurgle. Investissant les positions ennemies, le Chœur Putride rend les soldats adverses fous avec ses chants, jusqu’à ce qu’ils quittent leurs tranchées et chargent à la baïonnette pour mettre un terme à leurs tourments.

Les Seigneurs Moroses

SeigneursMoroses.jpg
Ces tueurs maussades marchent au combat au milieu du bourdonnement de millions de mouches démoniaques. Ils détestent les bandes de guerre de Tzeentch, car ils considèrent leurs couleurs criardes et leur sorcellerie comme intolérables. Ces membres de la 6e Compagnie de la Peste, ou Passeurs, sont menés à la guerre par des formations de Terminators Blightlords. Leurs corps grouillent de mouches qui s’envolent tandis qu’ils piétinent les cadavres de l’ennemi avec mépris.

Les Apôtres de la Contagion

ApôtresDeLaContagion.jpg
Les Apôtres de la Contagion appartiennent à la 4e Compagnie de la Peste. Avant d’arriver sur le champ de bataille, ils saturent l’air de nuages de gaz qui dissolvent la chair. Ceux qui ont la malchance de ne pas être tués sont affreusement mutés et incapables de résister à l’assaut des Marines de la Peste contre leurs défenses. Alors que les Apôtres chantent des prières à Nurgle, des meutes de Démons du Dieu des Épidémies jaillissent de la fange pour submerger l’adversaire sous une marée de corps bouffis.

La Griffe Moisie

GriffeMoisie.jpg
La Griffe Moisie se réjouit dans une débauche de brutalité. Ces guerriers aiment avancer aussi vite que possible sur l’ennemi avant de le tailler en pièces à coups de lames pestilentielles, et de le molester à coups de fléaux rouillés. Ils font partie de la 1ère Compagnie de la Peste, et sont fanatiquement dévoués à Typhus. Les maladies qu’ils répandent provoquent l’apparition de hordes de zombies, qui se mettent à grouiller en grognant autour de l’ennemi tandis que la Griffe Moisie porte le coup de grâce.

La Légion Suppurante

LegionSuppurante.jpg
La Légion Suppurante est ainsi nommée car elle se rend au combat recouverte de la tête aux pieds des écoulements de ses propres blessures gangrenées. Chaque couche de sang coagulé et de pus qui durcit sur les armures de ces Marines de la Peste les rend un peu plus endurants. Ils font partie de la 5e Compagnie de la Peste, et bénéficient du soutien de nombreuses Machines-Démons qu’ils recouvrent elles aussi avec des giclées de fluides issus de leurs ulcères suintants.
  • Les Chiens Charognards : Des hordes de Marche-Pestes masquent l’avance des Chiens Charognards. Les guerriers de cet ost ont une grande affection pour ces créatures décérébrées, qu’ils organisent souvent en "collections", comme des régiments de l’Astra Militarum ou des familles nobles.
  • Les Hérauts du Désespoir : Les Hérauts du Désespoir favorisent les sièges interminables, et sont très méthodiques dans leur façon de guerroyer. Après de longs bombardements et la coupure des lignes de ravitaillement, ils observent l’ennemi assiégé dépérir dans sa forteresse et succomber au désespoir.
  • Les Faiseurs de Cadavres : Les Faiseurs de Cadavres se sont donné pour mission sacrée de réduire à néant les plus grandes citadelles de l’Imperium. Ils forent sous les fondations des forteresses comme des asticots dans une charogne, jusqu’à ce que toute la structure qu’elles supportent s’effondre.
  • Le Calice Empoisonné : Cette bande issue de la Death Guard est menée par des groupes de Blightspawn et de Putrifiers déments. Elle sème la destruction dans la galaxie avec un zèle inextinguible, tout en cherchant des ingrédients et de sujets pour ses expériences, afin de concocter la maladie ultime.
  • Les Fils Chéris : S’étant délivrés de l’influence de Mortarion, les Fils Chéris cherchent pour leur profit la bénédiction de Nurgle. Ils sont en compétition les uns contre les autres pour tenter d’accéder à la démonification. Leur maître Vermithrus le Pourri est un Prince Démon s’entourant de champions de Nurgle.
  • La Confrérie du Ver à Gangrène : Cette bande est menée par un conclave de sorciers qui se sont rebellés contre Mortarion. Ils fondent des cultes dans l’Imperium, leur confiant pour mission de multiplier les bacilles en l’honneur de Nurgle, et de miner les fondations de la civilisation.
Decor2DeathGuard.jpg

Chroniques de Virulence

Depuis dix mille ans, la Death Guard harcèle impitoyablement les serviteurs du Faux Empereur. Elle a propagé des maladies à travers les étoiles, en affaiblissant peu à peu ses ennemis. Elle a ravagé d’innombrables planètes, corrompu des milliards de soldats, tout en menant la Longue Guerre pour Mortarion et Grand-père Nurgle.

Decor2DeathGuard.jpg

Sources

  • Codex Heretic Astartes Death Guard, V8
  • The Horus Heresy, Book One - Betrayal
  • The Horus Heresy, Book Four - Conquest
  • Index Astartes du White Dwarf N°98 (Juin 2002)
  1. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter The Death Guard - The Stygian Scrolls of Lackland Thorn (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter The Death Guard - Fearful Weapons (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter The Death Guard - Unit and Formation Structure within the Legion (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter The Death Guard - Legion Command Hierarchy (traduit de l'anglais par Guilhem)
  5. The Horus Heresy, Book One - Betrayal, Chapter The Death Guard - War Disposition (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Traitor Legions and Their Allies - Death Guard Legion Helm Variation (traduit de l'anglais par Guilhem)
  7. The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Traitor Legions and Their Allies - Death Guard Legion Armour (traduit de l'anglais par Guilhem)
  8. The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Traitor Legions and Their Allies - Death Guard Tactical Markings and Heraldry (traduit de l'anglais par Guilhem)