Belial

De Omnis Bibliotheca
Belial, Grand Maître de la Deathwing, Porteur de l’Épée du Silence.
Être nommé Grand Maître de la Deathwing signifie avoir prouvé qu’on est un lion sur le champ de bataille, un tacticien hors pair et le plus fidèle paladin du Chapitre. Le Grand Maître Belial a reçu cet honneur en récompense d’exploits qui rempliraient des volumes, si les Dark Angels prenaient le temps d’écrire de telles choses.

Belial est un guerrier né dont les prouesses au Bolter et à l’épée ont toujours été remarquables, même parmi ses frères surhumains. Sa technique est sans fioritures, son style est tout sauf théâtral et ses mouvements sont mesurés. Déjà en tant que novice, seuls les Maîtres parvenaient à le vaincre à l’entraînement. Tout au long de son ascension, Frère Belial était apprécié pour son perfectionnisme, se châtiant lui-même au moindre tir raté. En tant que commandant, Belial n’avait guère de goût pour les triomphes, ayant plutôt tendance à pleurer les morts et à se morigéner pour ses erreurs. Ses subordonnés finissaient par attendre, après chaque opération, même les plus grandes victoires, la pénitence que Belial allait exiger d’eux : entraînement au combat, cantiques ou rites d’expiation. Une telle discipline ne causait aucune plainte, car il était évident que Belial était vertueux, et ses réussites incontestables.

Au cours des affrontements qui jalonnèrent la Croisade Noire de Furion, Belial tua le seigneur de Khorne en duel. Suite à ce haut fait, le Grand Maître Suprême Azrael promut Belial au rang de Maître et en fit le nouveau détenteur de l’antique Épée du Silence. Cette lame est offerte traditionnellement au meilleur bretteur du Chapitre. Elle a été forgée à partir du même métal de météorite que l’Épée des Secrets, et par quelque artifice, sa lame d’obsidienne semble absorber les sons, et paraît crépiter avec encore plus de force lorsque cela se produit.

Lors de la Bataille de Piscina IV, Belial se distingua encore, grâce une manœuvre dilatoire désespérée. Après la mort du Grand Maître Gabriel à bord du Space Hulk Charnel Shrine, Belial fut choisi pour commander la 1ère Compagnie des Dark Angels. Sous sa férule austère et exigeante, la Deathwing fait l’objet de toujours plus de louanges grâce à ses victoires engrangées en marge de l’Œil de la Terreur, purgeant les marais de Crassia II et repoussant les Violators sur la planète Terraq après une rude campagne. Ce fut Belial qui arriva à temps pour sauver Sammael des griffes de Marbas, et qui trancha la main du Prince Démon avec l’Épée du Silence. Cependant, il ne put achever son adversaire, car le Démon à tête de lion s’échappa alors même que son membre tranché repoussait comme par magie. Au cours de sa carrière, le seul adversaire ayant pu surclasser Belial en combat fut le Seigneur de Guerre Ork Ghazghkull Thraka sur Piscina IV. La mémoire de cet affront qu’il n’a jamais pu laver continue de hanter Belial encore aujourd’hui.

Aucun Dark Angel n’est aussi dur avec lui-même que Belial. Pour le Grand Maître de la 1ère Compagnie, chaque Frère de Bataille qui tombe, chaque ennemi qui lui échappe, ne rend que plus difficiles la défense de l’Imperium de l’Humanité et le chemin de la rédemption.

Le Grand Maître de la Deathwing[modifier]

La Première Compagnie de chaque Chapitre Space Marine représente le sommet d'une élite de guerriers, et aucune n'est tenue en plus haute estime que la Deathwing des Dark Angels. Loués pour leurs innombrables victoires à travers les millénaires, la Deathwing est l'incarnation des idéaux du Lion : courageux, nobles, infatigables et inébranlables dans leur dévouement. Pour diriger une telle compagnie, il faut un commandant doté de capacités, d'un jugement et d'une force d'âme des plus exceptionnels. Le Grand Maître Belial est justement un tel individu.[1]

Une Épéiste Né[modifier]

Le monde semi-féodal de Bregundia est régi par un certain nombre d’ordres chevaleresques appelés Sociétés, et c’est dans la noblesse de la Société de l’Étoile Noire que Belial est né. Fils du Magister Militum de la Société, Belial était destiné dès sa naissance à être un guerrier et un leader et a été élevé en conséquence. Il a appris à manier l’épée dès qu’il était capable d’en lever une, et dans son jeune esprit ont été versés tous les principes de la chevalerie de Bregundia, la stratégie militaire et les préceptes du commandement.

En tant que monde de recrutement des fils du Lion, Bregundia recevait la visite des Chapelains des Dark Angels toutes les quelques décennies afin qu’ils puissent choisir les aspirants chevaliers et les écuyers les plus éminents et les plus compétents pour les tester. Un tel événement a eu lieu peu après le dix-septième anniversaire de Belial (l’équivalent de onze ans pour les Terrans), mais le père du jeune homme lui avait interdit de participer au tournoi qui allait déterminer le sort du garçon plein d’espoir - Belial était destiné à devenir Magister Militum comme ses ancêtres.

Volant l’armure d’un chevalier inférieur, Belial a ignoré l’ordre de son père et s’est inscrit au concours, en gardant sa visière baissée pour dissimuler son identité. Personne ne pouvait le battre, et il fut dûment déclaré candidat de l’Étoile Noire pour être testé en tant qu’aspirant au Chapitre. Lorsque le Chapelain Lamorak a exigé que le jeune chevalier retire son heaume pour être identifié, Belial a refusé, craignant que son père ne le voie et ne retire sa candidature. Lamorak a insisté et Belial a de nouveau refusé, affirmant qu’il préférait affronter le Chapelain au combat plutôt que de l’enlever.

Lamorak a accepté le défi, s’attendant à battre l’écuyer débutant en quelques instants, mais le duel qui a suivi a duré sept minutes complètes - un exploit extraordinaire pour tout humain non évolué. Finalement, Lamorak a porté un coup qui a fait s’écraser Belial au sol et le jeune homme fut vaincu. Forcé de retirer son casque, il a révélé sa véritable identité. Comme Belial le craignait, son père a exigé que les Dark Angels choisissent un autre aspirant - mais Lamorak le refusa au Magister Militum, affirmant que Belial était sûrement la recrue la plus capable qu’il ait rencontrée depuis qu’il était devenu Chapelain. La société de l’Étoile Noire allait perdre un fier guerrier et futur chef, mais leur perte était au bénéfice des Dark Angels.

Tout au long de son parcours d’aspirant et de Scout, peu ont pu vaincre Belial avec une lame, et alors qu’il s’acclimatait aux améliorations génétiques et aux implants de l’Adeptus Astartes, seuls les guerriers les plus expérimentés du Chapitre ont pu le battre. Lorsqu’il fut promu au rang de Frère de Bataille, le premier acte de Belial a été de défier le Chapelain Lamorak pour une revanche - un duel que Belial a gagné en moins d’une minute.[2]

La Perfection de Soi[modifier]

Belial est le meilleur épéiste des Dark Angels.
Les enseignements des Dark Angels et les doctrines de l’Étoile Noire se combinaient dans Belial, ce qui le poussa à rechercher un état de perfection en tant que noble guerrier et Space Marine. Extrêmement efficace avec le Bolter et la lame, en tant que guerrier, Belial avait peu d’égaux parmi ses frères. Il a appliqué la même volonté à l’apprentissage des doctrines tactiques et stratégiques, de commandement et de logistique, et bien que son ascension n’ait pas été aussi fulgurante que celle de certains des plus célèbres Maîtres de Chapitre, les connaissances et les compétences de Belial étaient très variées et peut-être sans équivalent.

Motivé à apprendre autant de chaque victoire que de chaque défaite, Belial s’imposait fréquemment des pénitences et des expiations pour les échecs qu’il percevait, et lorsqu’il fut promu Sergent, ces obligations étaient partagées avec les autres guerriers de son escouade. Peu importe si le défaut qu’il trouvait était petit ou apparemment insignifiant, Belial était prêt à expier et à s’améliorer. Un tir raté, un retard de quelques secondes dans l’exécution d’un ordre, un coup raté ou un pas maladroit, tous étaient traités avec la même considération qu’un échec. Au fil des décennies, Belial et son escouade ont acquis une renommée au sein de la 3e Compagnie dans laquelle ils ont servi, et leur éthique s’est répandue chez d’autres Frères de Bataille. Beaucoup de ceux qui ont suivi l’exemple de Belial ont servi dans la Deathwing, si bien qu’à une époque, la 3e Compagnie a fourni deux fois plus de guerriers à la 1ère Compagnie que n’importe quelle autre.[3]

La Croisade Noire de Furion[modifier]

Dans les ruines du vaste Temple Saturnis sur le Monde-Chapelle ravagé de Durga Principe, la 3e Compagnie des Dark Angels a dû arrêter la Croisade Noire de Furion. Dédié au dieu sanguinaire Khorne, Furion avait déjà dévasté dix-sept systèmes stellaires. Les forces impériales, dont les Space Marines de plusieurs Chapitres, parmi lesquels les Angels of Absolution, ont affronté la horde du Champion du Chaos. Pour soutenir leur Chapitre successeur, les Dark Angels envoyèrent la 3e Compagnie.

Maître Nadael plaça ses guerriers directement sur le chemin des Berzerkers de Furion, prévoyant de tenir l’attaque à venir suffisamment longtemps pour que les autres forces impériales puissent encercler et écraser l’armée des envahisseurs du Chaos. Cependant, la soif de sang de Furion était telle qu’il fit marcher son armée dans la longue nuit glaciale de Durga et tomba sur les Dark Angels avant que leurs défenses ne soient complètement prêtes.

Alors que les éléments de tête de l’ost de Khorne entraient dans le Temple Saturnis, Nadael s’est déplacé avec son équipe de commandement pour renforcer le périmètre extérieur. Il n’est arrivé que pour découvrir que les escouades périphériques étaient assaillies et fut lui-même tué peu après. Belial était le Sergent le plus gradé encore en vie, et il ne fut pas surprenant que le reste de la Compagnie se soit immédiatement tourné vers lui pour lui demander de prendre le commandement.

Comme ils n’avaient pas réussi à fortifier suffisamment le Temple Saturnis, les chambres, les couloirs et les cloîtres tentaculaires allaient éliminer l’avantage de la puissance de feu des Dark Angels et devenir un terrain de chasse pour les Berzerkers de Khorne ; se retirer immédiatement laisserait les poursuivants enragés libres de tomber sur les arrières de la 3e Compagnie. Belial et son escouade formèrent une arrière-garde pour permettre au reste de la Compagnie de se replier en bon ordre, et avancèrent dans les ruines pour combattre la horde du Chaos qui arrivait.

Utilisant le labyrinthe de ruines pour manœuvrer et tirer, Belial et son escouade ont tendu une embuscade à plusieurs escouades de Berzerkers et les ont détruites sans subir de pertes. Gagnant du temps pour la retraite, les Dark Angels ont finalement été contraints de tenir bon au bord des ruines, et c’est là que Furion lui-même a mené l’attaque suivante.

Furion était le carnage incarné, terrassant sans s’arrêter les Dark Angels. Belial rencontra le champion de Khorne face à face alors même que le reste de son escouade combattait la garde personnelle de Furion. Combinant discipline et rage pure, Belial parvint finalement à une victoire sanglante en tranchant la jambe de Furion et en plaçant deux Bolts dans ses cœurs corrompus alors qu’il tombait. La mort de Furion jeta l’armée du Chaos dans le désarroi. La 3e Compagnie put faire feu sur la horde de Khore depuis ses nouvelles positions, et avec la mort de son chef, la Croisade Noire s’est scindée et fut détruite au cours des mois suivants.

Belial menant la 3e Compagnie des Darks Angels contre les Orks lors de la Bataille de Piscina IV.
De retour sur le Roc, Belial fut promu au rang de Capitaine de la 3e Compagnie. Pour marquer son exploit contre Furion, Azrael lui-même a offert à Belial l’Épée du Silence, l’une des légendaires Lames d’Eden. Depuis lors, c’est son insigne de fonction et d’honneur.[4]

Un Maître Exigeant[modifier]

Malgré ses victoires, la quête de perfection de Belial s’est poursuit alors qu’il s’habituait à son nouveau rôle.

La 3e Compagnie devint une référence de discipline et d’efficacité mortelle. Sans jamais penser à la défaite, Belial a mené des dizaines de campagnes, notamment contre les Seigneurs de Guerre Orks Ghazghkull Thraka et Nazdreg sur le monde de Piscina IV. Malgré des blessures mortelles, Belial a réussi à tenir le coup contre les envahisseurs Orks, sauvant ainsi la capitale Kadillus Harbour d’attaques répétées.[5]

Durant cette bataille, Belial reprit et perdit de nombreuse fois la basilique des Dark Angels. Dans une tentative désespérée d’arrêter les Orks, il défia Ghazghkull en personne. Malgré ses talents de bretteur, il fut surclassé par l’énorme Big Boss, et écopa d’une blessure qui l’amena au seuil de la mort. En dépit de cela, Belial rallia les Darks Angels qui se retrouvaient à combattre à un contre mille. Afin d’empêcher l’union des forces Orks, Belial ordonna à un détachement de tenir le défilé de Koth, menant à des combats légendaires. À la tête de la Deathwing, Belial parvint à retarder les renforts Peaux-Vertes en détruisant le téléporteur de Nazdreg qui acheminait des troupes Orks, et tint bon jusqu’à l’arrivée des renforts du Chapitre. Ghazghkull se replia et les actions de Belial et de sa Compagnie sauvèrent Piscina IV.[6]

Lorsque le Grand Maître Gabriel fut tué en dirigeant la Deathwing à bord du Space Hulk Charnel Shrine, il n’y avait qu’un seul candidat pour son remplacement exprimé par le Cercle Intérieur. La réputation de Belial en tant que maître sévère mais juste, associée à ses prouesses personnelles, en faisait le successeur évident.

Devenir Grand Maître de la Deathwing n’adoucit en rien le comportement de Belial. Il dirige depuis le front de chaque campagne, donnant à ses guerriers un exemple qui a encore renforcé l’expertise et le dévouement de la 1ère Compagnie.[7]

Vengeance[modifier]

Belial est toujours en avant-garde de la Deathwing aux combats.
Bien que d’autres questions exigeaient son attention, et qu’il n’était pas aux commandes à l’époque, Belial fut poussé à expier la défaite de la Deathwing sur le Charnel Shrine. Ils étaient la Deathwing, et leur réputation et la sienne ne faisaient qu’un. La défaite de la Compagnie était un déshonneur qui rongeait Belial, et lorsqu’il en a eu l’occasion, il a demandé de reconduire la Deathwing au Space Hulk pour corriger l’échec précédent. Sachant qu’une telle épine pouvait provoquer de terribles blessures dans l’esprit d’un tel homme, Azrael a accordé au commandant de la 1ère Compagnie toutes les ressources nécessaires à la mission. Belial refusa l’aide de toute autre Compagnie, disant que seule la Deathwing pourrait juger les habitants du Charnel Shrine.

Le Space Hulk était un énorme conglomérat de dizaines de vaisseaux différents, s’étendant sur vingt miles cubes. Il était habité à la fois par une grande couvée de Genestealers et par une tribu d’Orks, qui occupaient les extrémités opposées de la structure massive. Ils semblaient ignorer la présence de l’autre, et ayant découvert les Orks lors de l’engagement précédent, c’était l’apparition inattendue des Genestealers qui avait condamné la première attaque. Le plan initial de Gabriel avait été une attaque ciblée pour réactiver un réacteur à plasma sur l’un des vaisseaux dormants, ce qui devait déclencher une détonation en chaîne pour détruire la coque. Belial a évité cette stratégie, préférant une purge systémique, couloir par couloir, chambre par chambre. Ce n’est que par ce moyen qu’il serait convaincu que tous les ennemis seraient tués.

Au cours d’une campagne qui a duré soixante-treize jours, la Deathwing lança assaut après assaut, chassant les Genestealers de leurs nids vers les Orks, tout en purgeant simultanément les colonies d’Orks pour forcer les Peaux-Vertes à entrer dans les bio-constructions des Tyranides. La conclusion inévitable fut un combat entre les deux races extraterrestres, épuisant encore plus leurs forces.

Comme un prédateur qui traque sa proie, la Deathwing a purgé les passages et les pièces, éliminant les survivants des deux espèces, avançant au plus profond de la coque avec Belial toujours en avant-garde. L’engagement final à bord du Charnel Shrine s’est déroulé autour du réacteur préalablement sélectionné par Gabriel. S’assurant que les habitants Xenos avaient été encerclés sur ce navire, Belial a dirigé une autre équipe d’attaque accompagnée de plusieurs Techmarines. Le réacteur a été remis en marche et forcé à la surcharge. Sous le bombardement des navires des Dark Angels présents, les Orks et les Genestealers furent empêchés de s’échapper tandis que la Deathwing se téléportait en lieu sûr. L’explosion qui en résulta déchira le Space Hulk, détruisant tout ce qui restait.

Ne négligeant aucun détail, Belial envoya des équipes de recherche et d’extermination dans les vestiges pendant dix-huit jours supplémentaires, jusqu’à ce qu’il déclare finalement l’ennemi anéanti et l’honneur de la Compagnie restauré.[8]

La Traque[modifier]

En plus des campagnes contre les Xenos, les hérétiques, les mutants et les forces du Chaos, Belial a joué un rôle important dans la Traque des Déchus. Son tempérament impitoyable et efficace s’accorde bien avec l’approche plus flamboyante pratiquée par Sammael de la Ravenwing. Les récents plans pour capturer les Déchus combinent l’audace et la créativité de Sammael avec la minutie et la persistance de Belial, et les Chapelains-Investigateurs ont été tenus occupés par leurs efforts au cours des dernières décennies du 41e Millénaire.

Pour Belial, chaque Déchu qui n’a pas encore été capturé est une tache sur l’honneur du Chapitre - et sur le sien - et leur existence continue est un affront à sa nature. Pour le Grand Maître de la Deathwing, la quête de la rédemption et la recherche de la perfection sont une seule et même chose.[9]

En 561999.M41 Belial avait acculé le mystérieux Cypher sur Piscina IV, mais son Bolter Ouragan s’est enrayé et l’Épée du Silence ne coupa qu’un morceau de la capuche de Cypher qui avait esquivé son coup. Belial fut ensuite submergé par des vagues de Cultistes tandis que Cypher lui échappait pour la troisième fois.[10]

Le Hurlement du Wulfen[modifier]

À la toute fin du 41e Millénaire, les Dark Angels sous le commandement faillirent entrer en guerre contre Space Wolves, suite notamment au retour de la 13e Compagnie des Space Wolves, désormais composés de Wulfens. Azrael avait déclenché une croisade dans le système Fenris, dont l’arrivée coïncida avec une invasion démoniaque. Le Grand Maître Suprême ordonna le bombardement de l’un des mondes les plus infestés du système, Midgardia.

Les Dark Angels accueillirent des Chevaliers Gris commandés par le Frère-Capitaine Stern, le Seigneur Loup Ragnar Crinière Noire et l’Inquisiteur Banist de Mornay de l’Ordo Hereticus pour régler la crise. Mais à l’insu des Dark Angels, l’investigateur de ces tragédies et divisions était le Démon de Tzeentch nommé le Changelin. Le fourbe Démon avait adopté l’apparence du Sénéchal Vox Mendaxis. Stern découvrit la vrai nature de Mendaxis et le Changelin dut s’enfuir suite à l’intervention du Chapelain-Investigateur Asmodai qui par ses litanies, avait révéla sa véritable nature à tous. Le Changelin déclencha une invasion démoniaque au sein même du Roc, la Forteresse-Monastère du Chapitre en tentant de s’échapper.

Belial dirigea la Deathwing pour défendre le Roc, abattant les horreurs qui se jetait sur lui. Il était responsable de la défense des ponts principaux de la Forteresse-Monastère pendant que ses supérieurs se rendaient dans ses tréfonds à la poursuite du Changelin. Belial mit en place une tactique qu’il avait perfectionnée depuis longtemps : occupant le centre du pont de commandement avec des guerriers triés sur le volet, il donna l’ordre de former le Bord du Bouclier. Ce faisant, il ordonna au reste de sa Compagnie de prendre position en formation aussi lâche que possible. Les combattants de la Deathwing se séparèrent et livrèrent de durs affrontements aux abords du pont de commandement, le plus souvent seuls, nettoyant l’immense pont de commandement en progressant implacablement. Lorsque Belial s’assura qu’il ne restait aucun Démon derrière lui et sa Compagnie, il fit resserrer de nouveau le cercle autour, puis le massacre reprenait : pris entre les tirs de l’escouade de Belial et ceux des autres membres de la Deathwing, les Démons furent décimés. Lorsque ses escouades rejoignirent Belial, il ne resta plus que les chefs des Démons sur le pont de commandement. Vers la fin de l’incursion, Belial affronta un Duc du Changement. Il enfonça l’Épée du Silence jusqu’à la garde dans le genou du monstre avant que le Démon Majeur ne s’empare de lui et le soulève dans les airs. Belial lui cracha de l’acide dans l’œil alors que ses Chevaliers de la Deathwing frappaient le Démon avec leurs masses, faisant s’évanouir la créature dans le néant.[11]

Le Roc Assiégé[modifier]

Suite à l’ouverture de la Grande Faille, le Roc fut de nouveau envahi par des Démons, dirigés par le Prince Démon Marbas, un Déchu. Belial sauva la vie du Grand Maître de la Ravenwing, Sammael, en tranchant la main du Prince Démon qui se replia soudainement avec son armée, alors même que son membre tranché repoussait comme par magie. Belial l’ignorait, mais Luther, le chef des Déchus - et enfermé au sein du Roc à la seule connaissance des Grands Maîtres Suprêmes successifs depuis dix millénaires - s’était évadé suite à cette attaque.[12]

Belial possède l’Équipement suivant :
  • Épée du Silence : Cette Arme Énergétique est, à l’instar de l’Épée des Secrets, une des Lames d’Eden. L’Épée du Silence est traditionnellement confiée au meilleur combattant du Chapitre. Sa lame d’obsidienne luisante semble avaler la lumière et les bruits ambiants.

Sources[modifier]

  • Codex Adeptus Astartes Dark Angels, V8
  • Codex Dark Angels, V6
  • Warlords of the Dark Millenium - Masters of the Dark Angels : Belial
  • Dataslate - Cypher : Lord of the Fallen
  • War Zone Fenris : Wrath of Magnus
  1. Warlords of the Dark Millenium - Masters of the Dark Angels : Belial (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. Warlords of the Dark Millenium - Masters of the Dark Angels : Belial - Blade Born (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. Warlords of the Dark Millenium - Masters of the Dark Angels : Belial - The Perfection of Self (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. Warlords of the Dark Millenium - Masters of the Dark Angels : Belial - Furion's Black Crusade (traduit de l'anglais par Guilhem)
  5. Warlords of the Dark Millenium - Masters of the Dark Angels : Belial - A Demanding Master (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. Informations issues du Codex Dark Angels, V6 et résumées par Guilhem.
  7. Warlords of the Dark Millenium - Masters of the Dark Angels : Belial - A Demanding Master (traduit de l'anglais par Guilhem)
  8. Warlords of the Dark Millenium - Masters of the Dark Angels : Belial - Vengeance Delivered (traduit de l'anglais par Guilhem)
  9. Warlords of the Dark Millenium - Masters of the Dark Angels : Belial - The Hunt (traduit de l'anglais par Guilhem)
  10. Informations issues du Dataslate - Cypher : Lord of the Fallen, Cypher - Everywhere and Nowhere - 561999.M41 Belial’s Fury et résumées par Guilhem.
  11. Informations issues de War Zone Fenris : Wrath of Magnus et résumées par Guilhem.
  12. Informations issues du Codex Adeptus Astartes Dark Angels, V8 - Au Nom de l’Absolution et résumées par Guilhem.