World Eaters

De Omnis Bibliotheca

De toutes les légions Space Marines incorporées par l’Empereur dans sa Grande Croisade pour reconquérir la galaxie, aucune n’était plus crainte que celle des World Eaters. Toujours présente à la tête des assauts les plus sanglants, ce nom est devenu aujourd’hui synonyme de massacre à grande échelle.

Élus de Khorne : Origines

Enfermées sur Terra au plus profond du Librarius Sanctus, les pages en lettres de sang du Liber Malum relatent le destin de ceux qui ont choisi la voie de la damnation. Le seul fait de mentionner ce livre constitue une menace pour la santé mentale des malheureux qui en entendent le nom. Les faits de nombreux blasphémateurs, hérétiques et tyrans souillent cet ouvrage, et parmi toutes ces âmes damnées se distingue pour ses horreurs commises le nom d’Angron, le Primarque des World Eaters.

L’histoire d’Angron est incomplète, car elle contient de nombreuses zones d’ombre et beaucoup d’événements le concernant sont devenus des légendes, de telle sorte qu’il est impossible d’en démêler le vrai du faux. On ne sait pas pourquoi Angron a été séparé de l’Empereur si rapidement après sa création, ni le nom de la planète sur laquelle il a grandi. Il n’est même pas certain que cette dernière existe encore. Le Speculum Historiais de Carpinus décrit le monde d’Angron comme technologiquement avancé (bien qu’il ne le nomme pas) et dirigé par une caste constituée d’une élite vivant dans l’opulence et la décadence tandis que la populace se vautrait dans la pauvreté la plus abjecte. Pour distraire les pauvres et satisfaire leur soif de sang, la caste dirigeante organisait des combats à mort dans des arènes colossales où se battaient régulièrement des gladiateurs cybernétiquement modifiés. Il semblerait donc que ce soit sur ce monde qu’Angron ait été retrouvé, mais comment il serait arrivé là, nul ne peut le dire.

On sait cependant qu’Angron fut découvert par hasard par un marchand d’esclaves qui parcourait les montagnes du nord. Le Primarque était à l’article de la mort et entouré par un bon nombre de cadavres d’extra-terrestres. L’histoire ne dit pas à quelle race appartenaient ces corps, mais de nombreux érudits impériaux s’accordent à penser qu’il s’agissait d’Aeldaris ayant sans doute attaqué le Primarque afin de tenter d’éviter ce que le futur leur avait révélé le concernant. Bien qu’il eût été grièvement blessé, Angron était encore vivant. Le marchand réalisa quel formidable guerrier il devait être et le ramena chez lui parmi ses esclaves. Il fut soigné et des implants neuro-biologiques furent implantés dans son cortex cérébral. Ces reliques du Moyen-Âge Technologique étaient capables d’accroître l’agressivité et la force d’un guerrier au point d’en faire un tueur frénétique. Dans la capitale de la planète, le potentiel d’Angron fut rapidement décelé et on le fit combattre dans les arènes les plus réputées de la cité. Les cellules qui se situaient au-dessous des arènes étaient remplies de centaines de cyber-gladiateurs parmi lesquels le Primarque trouva bientôt sa place.

Après seulement quelques mois, Angron s’était taillé une solide réputation de guerrier talentueux et fier, possédant un sens aigu de l’honneur martial. Il tua d’innombrables gladiateurs, bien qu’il épargnât toujours ceux qui s’étaient bien battus, ce qui lui valut bientôt les faveurs des foules. Angron cherchait constamment à échapper à sa condition d’esclave et causait beaucoup de soucis à ses geôliers. Ne pouvant supporter l’autorité, il tenta de s’échapper plusieurs fois des prisons des arènes. Mais les systèmes de surveillance des gladiateurs étaient très nombreux, renforcés par la présence de centaines de gardes armés jusqu’aux dents et constamment sur le qui-vive, de sorte que toute tentative d’évasion tournait invariablement à l’échec.

Au bout de quelques années, sa réputation de tueur sans peur avait fait plusieurs fois le tour du globe. Les foules se ruaient pour assister à ses combats, et sous sa tutelle, ses frères gladiateurs devinrent toujours plus forts, de telle sorte que les guerriers d’aucune autre arène ne pouvaient tenir face à eux. Un nouvel échec lors d’une tentative d’évasion fit comprendre à Angron qu’il ne pouvait y arriver seul. Son code de l’honneur inflexible et ses méthodes d’entraînement lui avaient acquis le respect et la confiance des autres gladiateurs, et à l’approche des grands jeux de la fin de l’année, il mit sur pied sa tentative d’évasion la plus audacieuse. Il avait été prévu pour ces jeux un affrontement général impliquant tous les gladiateurs de l’arène. C’est au plus fort des combats, tandis que la foule éructait de joie, qu’Angron et les siens se retournèrent contre les gardes et les massacrèrent afin de se frayer un chemin jusqu’à la sortie.

Contre des hommes armés, les pertes furent importantes, mais deux mille d’entre eux parvinrent à s’échapper de la ville, volant toutes les armes et les vivres sur lesquelles ils purent mettre la main avant de s’enfuir dans les montagnes. La nouvelle armée d’Angron trouva refuge dans les pics du nord, tout près de l’endroit où il avait été trouvé quelques années plus tôt. Les dirigeants de la planète envoyèrent immédiatement une armée afin de les anéantir, mais ils avaient sous-estimé les capacités de commandement d’Angron. En quelques jours, il ne resta plus que quelques survivants de la fière force d’intervention qui avait été dépêchée. Tous les autres avaient été massacrés et leurs armes volées.

Dans les années qui suivirent, on envoya contre les évadés beaucoup d’autres contingents qui furent à chaque fois taillés en pièces par les cyber-gladiateurs psychotiques. Ces derniers souffraient cependant de la faim et des privations et ils furent bientôt réduits à moins d’un millier. Sur une montagne appelée Fedan Mhor, Angron et les siens furent finalement encerclés par cinq armées bien supérieures en nombre et il sembla que la rébellion allait enfin être écrasée. Même le Primarque ne pouvait tenir face à un tel nombre d’adversaires et les jours à venir seraient sans doute ceux de sa perte. C’est à ce moment que l’Empereur vint à lui, guidé par son aura psychique. Il avait observé secrètement son fils depuis son vaisseau en orbite et avait ressenti une grande fierté en le voyant mener ses hommes au combat. Il descendit alors sur la planète afin d’offrir à Angron le commandement de la légion Space Marine des World Eaters.

À la grande surprise de l’Empereur, Angron refusa son offre. Sa place était aux côtés de ses compagnons et il aurait préféré mourir plutôt que de les abandonner. Pendant la nuit, ses hommes et lui creusèrent leurs tombes afin de montrer à leurs ennemis qu’ils étaient déterminés à se battre jusqu’à la mort. L’Empereur savait que tout Primarque qu’il était, Angron perdrait la vie au cours des combats qui s’annonçaient, aussi téléporta-t-il son fils sur son vaisseau avant que le pire n’advienne. Privés de leur chef, le moral des esclaves se détériora et ils furent massacrés au petit matin par les forces de la planète. Angron prit part à la Grande Croisade à la tête des World Eaters, mais il ne pardonna jamais à son père ce qu’il considérait comme un manquement à son honneur.

Ayant conscience de l’efficacité de la chirurgie cérébrale sur les prouesses au combat des guerriers, Angron ordonna aux Techmarines de sa légion d’utiliser son propre implant comme modèle pour en faire profiter ses hommes. L’art de construire de tels artefacts était depuis longtemps perdu, aussi les premières tentatives de reproduction s’avérèrent peu fiables et donnèrent des monstres psychotiques et incontrôlables. Les Techmarines finirent pourtant par construire des implants efficaces capables d’améliorer l’agressivité et la force des guerriers sans en faire des machines folles furieuses. Des compagnies entières bénéficièrent de cette psychotechnologie, elles connurent de nombreux succès et se taillèrent rapidement une redoutable réputation. Les World Eaters n’accordaient aucune grâce, seulement une mort sanglante par le fil d’une hache tronçonneuse et le Liber Malum fait état de systèmes entiers se rendant plutôt que de leur faire face. Mais petit à petit, l’utilisation systématique de la psychochirurgie par la légion ne fut plus un secret et après le Carnage de Ghenna au cours duquel la population de la planète entière fut massacrée en une seule nuit, les World Eaters furent rappelés à l’ordre par l’Empereur qui ordonna de cesser l’utilisation d’implants.

Angron n’y accorda aucune attention et demanda à ses Techmarines de poursuivre leur travail, et bientôt toute la légion fut implantée. Les rites de sang prirent de plus en plus d’importance dans leurs coutumes tandis que les massacres continuaient à travers la galaxie. Il devint courant chez les World Eaters de compter le nombre de crânes pris pendant les batailles et d’en faire une véritable compétition. De nombreux autres Primarques firent part de leur consternation auprès de l’Empereur concernant les agissements de leur frère, poussant le nouveau Père de l’Humanité à commettre une erreur fatale en envoyant Horus, son fils préféré, rencontrer Angron pour le ramener dans le droit chemin. Horus était un fin psychologue et, surtout, il était déjà passé au Chaos, ce que ne savait pas encore l’Empereur. Horus trouva en Angron un guerrier aigri, consumé par le ressentiment, il lui fut donc facile d’utiliser ses faiblesses pour lui dépeindre un Empereur faible, prompt à la trahison et devant être remplacé au plus tôt. Il dit à Angron tout ce que ce dernier avait envie d’entendre, de sorte que lorsqu’il se tourna contre l’Empereur, donnant le point de départ à la première guerre civile intergalactique, les World Eaters d’Angron se rangèrent d’emblée aux côtés des Sons of Horus.

Les World Eaters délaissèrent alors les ennemis de l’Empereur et tournèrent leur férocité et leur haine contre l’Imperium. Comme à leur habitude, on les trouva en première ligne de toutes les batailles importantes, préférant charcuter leurs adversaires au corps-à-corps plutôt qu’employer des armes à longue portée. Ils se frayèrent un chemin sanglant à travers la galaxie jusqu’à Terra, buvant le sang de leurs victimes et prenant leurs crânes en l’honneur de leur nouveau maître, Khorne, le Dieu du Sang. Sur Terra, les modules optiques du palais de l’Empereur ont filmé les World Eaters prenant possession des lieux, guidés par la forme corrompue d’Angron brandissant son épée runique incandescente. Malgré leur assaut dévastateur, la victoire finale leur fut ravie, car à l’approche des légions des Dark Angels et des Space Wolves, Horus précipita les événements. Il abaissa les défenses de sa barge afin de provoquer l’Empereur en combat singulier. Ce dernier releva le défi et engagea le traître dans un affrontement qui allait décider du destin de la galaxie. Les deux adversaires s’affrontèrent dans toutes les dimensions, physiques, spirituelles et psychiques, jusqu’à ce que l’Empereur finisse par tuer Horus au prix de sa propre humanité. Privé de sa tête, l’ost du Chaos se désagrégea et fuit Terra. Angron fut le dernier à partir et il conduisit sa légion au cœur de l’Œil de la Terreur. Même s’il avait perdu cette bataille, la guerre continuait. Ses hommes et lui avaient l’éternité pour se venger.

Monde Natal

Le monde natal d’Angron reste un mystère à ce jour. Il n’existe aucune trace du lieu où l’Empereur rencontra son fils pour la première fois, il est donc impossible de donner un quelconque crédit à la description du Speculum Historiale. Certains érudits ont conjecturé qu’Angron serait retourné vers son monde natal juste avant l’Hérésie d’Horus afin de le détruire et venger ainsi la mort de ses anciens camarades. S’il est vrai que les World Eaters ont atomisé de nombreuses planètes apparemment au hasard en se rapprochant de Terra, il est impossible de savoir si l’une d’entre elles était le monde natal du Primarque. Après l’échec d’Horus, les World Eaters fuirent vers l’Œil de la Terreur et se divisèrent rapidement en bandes de renégats du Chaos. C’est pour cette raison qu’ils ne possèdent pas de base ou de monde propre, chaque bande opérant à partir des vaisseaux sur lesquels elle peut mettre la main.

Doctrines de Combat

Les World Eaters ne recherchent qu’une chose : massacrer leurs ennemis au corps-à-corps et rapporter des crânes à Khorne. C’est pour cela qu’ils remplacent le plus souvent leurs armes à longue portée par la hache tronçonneuse et le pistolet boiter. Leur soif de sang et de massacre est telle que pendant les combats ils ne font aucun cas de la stratégie et se jettent en avant en hurlant le nom de leur maître. Lorsqu’ils parviennent au corps-à-corps. ces guerriers fous furieux combattent jusqu’à la mort, persuadés que leur sang est tout autant le bienvenu pour leur Dieu que celui de leurs victimes. On dit que leur credo est -La Victoire ou la Mort".

Organisation

Bannis dans l’Œil de la Terreur et versés à tout jamais dans l’adoration de Khorne, les rituels de sang sont plus que jamais devenus des habitudes quotidiennes pour les World Eaters. Balayée par des siècles de massacre aveugle, la légendaire organisation martiale des Space Marines ne les concerne plus, les derniers vestiges de discipline se sont évanouis tandis que toujours plus d’officiers et de champions étaient possédés par des démons ou devenaient de puissants champions du Chaos. Ces guerriers, jadis fiers et honorables, ne sont plus aujourd’hui que des tueurs sanguinaires. Après la Nuit de la Folie sur le monde-démon Skalathrax, lorsqu’un champion du nom de Khârn se tourna contre ses propres frères dans sa soif de sang inextinguible, la légion se divisa en diverses bandes errantes à la recherche de batailles et de sang. Ces bandes varient beaucoup en taille et peuvent aller de combattants isolés à des forces de la taille d’une compagnie, capables d’indicibles destructions. Elles sont commandées par des champions et se battront aux côtés de n’importe quel Seigneur du Chaos pourvu que leur soit donnée la possibilité de répandre la mort au nom de Khorne. Mais même un tel Seigneur doit se méfier d’eux s’il ne tient pas à ce que son crâne vienne s’ajouter à la pile des autres.

Croyances

Les World Eaters ne croient qu’en une chose : répandre le sang. Le seul but de leur existence est de tuer et de faire couler le sang au nom de leur dieu. Que le sang vienne d’un ennemi, d’un allié ou même de leurs propres veines n’a pas d’importance. Tout ce qui importe, c’est que la montagne de crânes au pied du trône d’airain de Khorne ne cesse de grandir.

Patrimoine Génétique

Après des millénaires passés à marauder dans l’Œil de la Terreur, le patrimoine génétique des World Eaters a été contaminé au-delà de toute rédemption. Beaucoup suspectent que le patrimoine d’Angron était contaminé depuis le début et que sa légion était damnée au premier jour de sa création, d’autres préfèrent s’en tenir à l’histoire connue du Primarque et pensent que la légion aurait pu être sauvée si les signes avant-coureurs avaient été détectés plus tôt. Quoi qu’il en soit, les World Eaters ont un besoin physique de sang et de meurtre qui les plonge dans une furie destructrice. Leur dépendance est si forte qu’ils n’hésitent pas à se retourner contre leurs propres frères si l’ennemi leur fait défaut.

Cri de Guerre

« Du Sang pour le Dieu du Sang ! »

Source

  • Index Astartes du White Dwarf N°96 (avril 2002)