Familier

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Chérubin)

Les Familiers sont des créatures artificielles, des constructions qui suivent et obéissent servilement au(x) maître(s) auquel ils sont confiés. De taille inférieure à un adulte (tout ce qui est plus grand tombe dans la catégorie des Serviteurs), ils sont tout juste assez intelligents pour accomplir les tâches pour lesquelles ils ont été entraînés et programmés. Les familiers sont soit des créatures vivantes contrôlées grâce aux neuro-implants psybernétiques de leur maître, soit des créatures cybernétiques contrôlées par des instructions verbales ou des vox-signaux codés. Recourant à des connaissances que le Culte de la Machine considère comme sacrées, ces constructions serviles sont la marque d’un statut social élevé dans l’Adeptus Mechanicus comme dans l’Imperium de manière générale.

Cyberfamiliers

Un Servocrâne.
Ces familiers sont des machines semi-intelligentes ou des créatures vivantes cybernétiquement modifiées pour obéir aveuglément à un maître. Bien qu’ils secondent généralement les Adeptes les plus en vue du Mechanicus, ils servent souvent de distraction aux riches, voire de machine de guerre, auquel cas ils sont équipés de toutes sortes d’armes et d’augmentiques aussi efficaces que rudimentaires.

Psyberfamiliers

Un Psyberfamilier (ou psyber tout court) est une créature vivante liée à un maître par des procédés technoarcaniques. L’opération consiste entre autres à implanter un psyflet sur le familier et son maître. Ce circuit d’interface permet de contrôler la créature au doigt et à de profiter de ses expériences sensorielles, et de lui transmettre instantanément des ordres sur de grandes distances. Compte tenu des particularités de cette technologie mal comprise, seules les créatures dépourvues d’intelligence peuvent devenir des Psyberfamiliers, et encore à condition que ce soient des animaux de petite taille. Le maître peut contrôler son Psyberfamilier jusqu’à une portée de 20 mètres à peu près, quoique les conditions locales puissent diminuer de beaucoup cette distance.

  • Résonateurs Psychiques : si le maître est doté de pouvoirs psychiques, il peut se servir de son Psyberfamilier comme psyconduit et verra ainsi ses capacités amplifiées, sans avoir à payer le prix d’un tel surcroît de puissance.

Servocrânes

Les Servocrânes sont des crânes humains (souvent ceux d’un loyal suivant ou d’un Technoprêtre de rang inférieur) équipés d’un système de soutien rudimentaire pour Esprit de la Machine et d’un moteur antigrav (Tous les Servocrânes lévitent au-dessus du sol et peuvent demeurer stationnaires indéfiniment). Programmés pour accomplir une tâche spécifique, ils intègrent tout l’équipement nécessaire. Ils disposent également d’un "instinct" (des réponses programmées) et peuvent mémoriser de nouvelles instructions. Leur taille assez réduite et leur excellente manœuvrabilité leur permettent d’accéder à des lieux trop dangereux ou exigus pour les opérateurs, à qui ils transmettent également tout ce qu’ils voient et entendent. L’Adeptus Mechanicus considère ces créatures comme d’excellents servants, et les Esprits de la Machine qui les habitent comme particulièrement purs et fidèles. Bien que le culte du Dieu-Machine recoure massivement aux Servocrânes, on en retrouve également chez les dignitaires des Mondes-Ruches et les autres Adepta.

Crâne Gardien

Construits à partir d’une structure renforcée équipée d’un système d’armement et de visée, les Crânes Gardiens font d’excellents gardes du corps. Appelés Servotireurs ou Servotueurs en fonction du type d’armes installé, ils sont d’une discrétion et d’une efficacité redoutables.

  • Servotireur : ce modèle est équipé d’une arme de tir, généralement une Auto-Carabine ou une Carabine Laser, même si dans l’absolu n’importe quelle arme de poing ou de base compacte convienne. Il est également pourvu d’un viseur à pointage laser.
  • Servotueur ou Servodissecteur : ce modèle dispose de membres articulés équipés de lames monomoléculaires, qui se déploient de part et d’autre du crâne lorsque son maître prononce le bon mot de commande. Une fois activé, le crâne gardien se transforme en une véritable machine de mort. Les Servotueurs sont parfois équipés d’armes plus puissantes comme des Électrofléaux ou des couteaux tronçonneurs, mais ces modèles sont bien plus rares et coûteux.

Monocrâne

Des Chérubins.
Conçus pour exécuter une tâche précise, les Monocrânes sont les Servocrânes les plus répandus. Généralement équipés de pinces télescopiques, ils disposent de tout le matériel nécessaire pour exécuter leur besogne. Le crâne est équipé d’un pixrelais enregistrant et transmettant tout ce qu’il voit et sent à son maître ou à un cogitateur auquel il est relié. Il est muni d’un système embarqué qui lui permet de s’orienter, d’identifier les objets et les créatures qu’il croise et de retracer leur parcours sans la moindre erreur. Un Monocrâne dispose enfin de tout l’équipement nécessaire à l’accomplissement d’une tâche spécifique. Voici quelques exemples de celles qu’on leur confie le plus souvent :
  • Augure : le Servocrâne est équipé d’un Auspex et système voxdata qui transmet les données qu’il collecte.
  • Haut-parleur : le Servocrâne est équipé d’une puissante installation sonore capable de diffuser des messages et des sons préenregistrés, ou de transmettre la voix de son maître.
  • Illuminateur : le Servocrâne est équipé d’une puissante lampe ou lumiglobe. L’Ecclésiarchie raffole des modèles pourvus d’un brasero rempli de charbons ardents.
  • Medicae : le Servocrâne est équipé d’un médikit et d’un scanner medicae. Il peut dispenser les premiers soins sur ordre de son maître.
  • Messager : le Servocrâne est équipé d’un scanneur biométrique et d’une cartographie complète des environs pour remettre un message physique, comme un parchemin ou une tablette de données, ou pour projeter une communication holographique pré-enregistrée.
  • Utilitaire : ce Servocrâne est équipé d’un outil combiné. Bien qu’il puisse effectuer des tâches d’entretien simples, on l’utilise le plus souvent pour effectuer des réparations commandées à distance dans des endroits inaccessibles.

Chérubins

Les créatures artificielles connues sous le nom de Chérubins sont d’une origine incertaine, mais elles représentent l’un des rares exemples de biohomoncules autorisés dans l’Imperium. Le plus souvent, ils se présentent sous l’apparence de très jeunes enfants asexués, assez potelés et d’aspect relativement malsain. Il n’est pas rare qu’on leur implante des ailes augmentiques et couvertes de plumes (alliées à un générateur antigrav) qui leur donnent une capacité de vol limitée.

Les Chérubins ne sont pas réellement vivants : leurs corps sont faits de chairs synthétiques, cireuses et dépourvues de circulation sanguine, et ils n’ont besoin ni de nourriture ni de sommeil car ils sont alimentés par leur cellule énergétique interne. Ils sont contrôlés par le truchement d’un cortex et d’un système nerveux augmentique, généralement prélevé sur une créature inférieure du type simien, oiseau, pourceau ou félide, dans lequel on implante un jeu de commandes programmées qui leur permettent d’accomplir un certain nombre de tâches simples. Ils peuvent par exemple recopier des textes, aller chercher et rapporter de petits objets ou chanter inlassablement les louanges de l’Empereur grâce à leurs cordes vocales augmentiques.

En règle générale, les Chérubins ne sont pas agressifs et ils n’attaquent pas spontanément ; ils le font uniquement s’ils en reçoivent l’ordre spécifique. Blessés ou effrayés, leur premier réflexe est de s’enfuir. Quand on ne les sollicite pas, ce sont des créatures indolentes qui se contentent souvent de se percher en hauteur et d’observer le monde qui les entoure jusqu’à ce qu’on les appelle pour leur donner un ordre.

En dehors des demeures élitistes de la noblesse et des dignitaires de l’Imperium (tout particulièrement les domaines de l’Ecclésiarchie) où on les rencontre couramment, la plupart des citoyens les considèrent avec un dégoût plus ou moins prononcé et une crainte superstitieuse. C’est une attitude qui n’est pas totalement infondée car, en de rares occasions, on a vu des Chérubins "dégénérer" alors qu’un secteur corrompu et estropié de leur cortex organique avait pris le pas sur le reste de leur système comportemental, avec des conséquences plus ou moins plaisantes.

Certaines personnes les accusent de sournoiserie : dans les maisons nobles ou les lieux de culte où on les voit le plus souvent, de nombreuses histoires circulent au sujet de l’habitude qu’ils auraient de chaparder de petits objets pour les dissimuler dans les toitures et les charpentes.

Chérubin de l'Armorium

Les Chérubins de l’Armorium sont de petits cyborgs volants créés pour assister les serviteurs de l’Empereur, qu’il s’agisse de scribes ou de soldats. Dans le cas de l’Adeptus Astartes, on les voit rarement en dehors du Librarius, hormis les rares modèles en charge du relais des données de ciblage et du port de munitions pour le compte des Devastators.

Sources

Pensée du Jour : Ne faites confiance qu’à l’Empereur, car tous les autres sont suspects.
  • Warhammer 40 000 JdR - Dark Heresy : Traité Inquisitorial
  • Codex Adeptus Astartes Space Marines, V8