Fondation Maudite

De Omnis Bibliotheca
De : Inquisiteur Belial
À : Inquisiteur Apollyon
Date : 999.M41
Sujet : Découverte d’un laboratoire génétique de l’Adeptus Mechanicus
Pensée du Jour : L’équilibre apporte la force

Cher confrère, je vous contacte pour vous faire part des événements qui ont eu lieu sur la planète Incunabla et qui pourraient mettre en péril le fragile équilibre que nous nous efforçons de préserver. J’ai pris les dispositions nécessaires pour régler la situation et ordonné l’envoi d’un détachement de Chevaliers Gris sur les lieux. Je crains cependant que les choses ne soient allées trop vite, nos "frères" Thoriens ont une fois de plus tenté de mettre en pratique leurs croyances hérétiques. Seul l’avenir dira si j’ai réagi à temps.

Un de mes agents ayant infiltré l’Adeptus Mechanicus depuis quelques années m’a récemment envoyé d’inquiétants rapports concernant un site archéologique de la planète morte d’Incunabla. Bien que les informations me soient parvenues au compte-gouttes, il m’a rapidement paru clair qu’enfouis dans les profondeurs de ce monde stérile se trouvent des secrets restés inviolés depuis plus de cinq mille ans. Il s’agirait des laboratoires de création des Chapitres de l’Adeptus Astartes connus sous le nom de Fondation Maudite. Ayant intercepté et examiné la plupart des transmissions astropathiques de l’Adeptus Mechanicus, je suis convaincu que la destruction de ce site demeure la seule option envisageable. De tels savoirs n’ont pas leur place dans l’Imperium d’aujourd’hui si nous voulons en préserver la stabilité. Voici donc le détail de mes découvertes sur lesquelles vos sages conseils seront les bienvenus.



Adeptus Mechanicus
Expédition Archéologique TH/21/36

Chef de Fouilles : Magos Explorator
Marco Pteronus
Date : 998.M41

23e - 27e JOURS

Frère Lequara nous a plusieurs fois confirmé que nous cherchions bien au bon endroit mais nos premières investigations sur les interférences anormales décelées par nos techno-augures se sont soldées par des échecs car Incunabla est un monde désolé loin de ressembler à notre sainte Terra, ce que nous avions tout d’abord espéré. J’étais convaincu que si il y avait ici quelque chose d’important à découvrir pour les adeptes du Dieu-Machine, cela aurait déjà été fait depuis longtemps. Mais Lequara semblait avoir une influence considérable au sein du Departmento Munitorum à en juger les financements, les équipements et les vivres qu’il avait réussi à nous procurer et qui se sont révélés fort utiles. J’espérais pouvoir récupérer davantage encore de matériel grâce à lui et cet espoir me permettait d’être plus indulgent quant à sa fantaisie de récupérer quoi que ce soit d’enterré ici. J’étais alors à loin de me douter de ce que nous allions découvrir.

28e - 33e JOURS

Après de nombreuses allées et venues nous avons fini par localiser la source des interférences, qui se révéla être un pic montagneux noir et irrégulier entouré d’un champ magnétique particulièrement instable. En dépit des dangers représentés par un tel environnement, Frère Lequara nous a demandé de revêtir immédiatement nos combinaisons pressurisées et nous a conduits à l’extérieur. Mais dès que l’équipe eût quitté la protection du véhicule de reconnaissance, les systèmes de survie des combinaisons commencèrent à connaître des défaillances. Je crus que le puissant champ magnétique et l’absence des bénédictions requises due à notre départ précipité avaient mécontenté les Esprits de la Machine qui nous infligeaient un tel traitement. Lequara a alors activé un étrange objet tel que je n’en avais jamais vu auparavant et cela sembla calmer les esprits de nos combinaisons de survie. Tandis que je m’approchais pour voir de plus près cet artefact, il le fit rapidement disparaître dans l’une de ses sacoches et nous invita à continuer en prenant la tête de la marche.

Nous avancions péniblement toujours plus loin lorsque le ciel s’est assombri et la température a chuté rapidement. J’ai suggéré à Lequara de retourner au véhicule et d’ajourner les recherches, mais il n’en fut pas question. Alors que j’insistais pour qu’il reconsidère sa position, il me lança un regard foudroyant que je n’oublierai jamais. En s’approchant du sommet du pic, nous sommes tombés sur une saillie qui paraissait faite de basalte rocheux. Lequara a murmuré quelques paroles dans l’étrange objet qu’il portait et une section de roche sembla soudain se brouiller, comme si nous avions été les victimes d’une distorsion optique. Je suis resté stupéfait quand est apparue devant nous une imposante porte d’adamantium marquée du sceau Impérial. Elle a résisté à toutes nos tentatives de la forcer jusqu’à ce que Lequara décide d’attendre le lendemain où nous pourrions revenir avec des scies laser pour la découper.

34e - 36e JOURS

La porte se révéla plus résistante que je ne l’avais prévu et cela nous a pris plusieurs jours pour parvenir à forcer le passage. Une fois à l’intérieur, nous avons découvert la cage d’un ascenseur qui n’était plus opérationnel et nous avons été forcés de descendre en rappel dans les profondeurs du pic. Frère Lequara a été le premier à s’élancer et tandis qu’il disparaissait dans les ténèbres du conduit, j’ai aperçu des marques sur les parois. Ce que j’avais d’abord pris pour la trace du temps se révéla être des impacts de tirs de laser et d’armes à feu. Je me suis demandé ce qui avait bien pu se passer ici, mais ces pensées ont vite été remplacées par l’espoir de découvrir les secrets enfouis dans ce pic abandonné. Je me suis même pris à espérer découvrir un système SCS intact !

37e JOUR

Nous étions enfin dans les couloirs de la base et je dois confesser que mon excitation grandissait d’heure en heure. Le complexe enfoui sous la montagne avait visiblement été témoin d’une terrible bataille. Les murs étaient calcinés ou couverts d’impacts et les restes de barricades érigées à la hâte jonchaient encore les halls vides qui résonnaient de nos pas. L’endroit était désert et à l’exception de quelques os éparpillés, les corps des victimes avaient été emportés par les vainqueurs pour quelque raison inexplicable ou étaient depuis longtemps tombés en poussière. Tandis que nous explorions les lieux, Frère Lequara était au comble de l’excitation et nous interdisait de toucher à quoi que ce soit. Mais ce n’est que lorsque nous avons découvert un laboratoire dissimulé au cœur du complexe souterrain que nous avons enfin pu deviner à quoi servait ce lieu. Tout ceci est presque trop incroyable pour être relaté, et après avoir examiné la banque de données principale de la base, dont il a été possible de tirer quelques informations, les mots me manquent pour exprimer ma joie.

38e JOUR

Le laboratoire que nous avons découvert contenait de nombreuses anciennes machines et je n’en revenais pas de contempler tant d’objets sacrés si bien conservés. Mais mon attention a rapidement été attirée par ce qui se trouvait au centre du laboratoire. Connectés à une énorme machine par un réseau de tubes et de câbles, six cuves d’incubation se dressaient jusqu’au plafond. Trois d’entre elles étaient vides, mais les autres contenaient chacune des fluides amniotiques dans lesquels flottait un imposant être humain. La physiologie de ces géants me rappela celle des Space Marines, mais ces êtres-là étaient bien plus grands que les guerriers de l’Adeptus Astartes qu’il m’ait été donné de voir par le passé. Pour deux d’entre eux, les tubes semblaient endommagés, leurs fluides étant opaques et stagnants. Mais le troisième paraissait encore fonctionner après tant de siècles, aussi incroyable que cela puisse paraître. Il était évident que le Dieu-Machine était avec nous. Nous avons aménagé des drains sur les deux premiers tubes, et il nous a fallu nous y prendre à six pour extraire les corps des cuves. Le Genetor Quincus nous les a fait transporter dans le mortarium et a commencé les autopsies. Quant à moi, j’ai enclenché la réanimation du troisième homme au corps de géant, mais le procédé s’annonça assez long et j’espérais que les autopsies apporteraient bientôt les réponses que nous recherchions.

Lorsqu’il sera prêt, je joindrai à mon journal le rapport d’autopsie des deux premiers êtres. J’ajoute également les fragments des notes du commandant de la base que j’ai pu rassembler, bien que leur valeur soit douteuse en raison du caractère enfiévré et délirant de celui qui a réalisé l’enregistrement. Je vous en fais néanmoins part afin que vous puissiez établir votre propre jugement sur tout ceci.


RAPPORT D’AUTOPSIE
Réalisé par : Genetor Quincus

1. L’examen visuel préliminaire des corps n’a permis aucune conclusion quant aux causes du décès : je n’ai pu déceler aucune blessure externe de quelque type que ce soit. L’épiderme possédait une certaine élasticité et le transport a provoqué des lésions en quelques endroits. Ces constats, conjugués au degré de lividité des corps, permettent de déduire que les sujets sont morts moins d’une heure avant le début de l’examen. Pour l’instant, il m’est impossible d’expliquer ce phénomène. Les premières analyses d’ADN ont révélé que de nombreuses chaînes aminoacides et enzymatiques n’ont pas achevé leur formation, ce qui laisse à penser que les sujets ont été artificiellement amenés à ce niveau de croissance et que, d’un point de vue biologique, ils soient tous deux âges de moins d’un an.

2. Bien que leur peau n’ait pas présenté une résistance supérieure à la moyenne, leurs squelettes en revanche se sont révélés particulièrement solides. Après avoir effectué une incision en forme de Y sur la poitrine du sujet alpha puis retiré une quantité considérable de muscle, j’ai découvert un entrelacs de côtes surdéveloppées formant une véritable armure interne. J’ai dû avoir recours à une scie laser pour couper ce "bouclier d’os" et ce n’est qu’avec l’aide de plusieurs Serviteurs que je suis parvenu à ouvrir la cage thoracique afin de pouvoir en examiner le contenu.

3. Le cœur, les poumons, les reins et le foie étaient présents, mais si l’on compare leur taille avec la masse musculaire, ils devaient être bien plus efficaces que ceux des Space Marines actuels. J'ai également découvert un certain nombre d’organes dont les fonctions me sont inconnues, bien que je sois familiarisé avec la plupart de ceux qui sont implantés sur les guerriers de l’Adeptus Astartes.

Je ne peux donc qu’émettre des suppositions quant à leur raison d’être, et leur analyse est au-dessus de mes possibilités. Ces organes ont été placés dans des jarres de stase et envoyés sur Mars pour y subir des analyses avancées. Peut-être d’autres Genetors parviendront-ils à en percer les secrets ?

4. Après l’examen de la cage thoracique, j’ai retiré la calotte crânienne afin d’avoir accès au cerveau du sujet alpha. J’ai trouvé un organisme très étrange qui ne ressemble que superficiellement au cerveau humain. Sa couleur est identique, ainsi que son poids si l’on tient compte des proportions, mais les similitudes s’arrêtent là. La dissection du cerveau a révélé une configuration de matière jusqu’ici inconnue, si tant est qu’il fût question de matière grise, ainsi que d’autres organes non identifiés. Il n’a pas été possible de poursuivre l’examen en raison de la détérioration ultra-rapide des cellules du "cerveau" après qu’il fût retiré du crâne. En l’espace de quelques minutes, il s’est décomposé en une flaque fétide de pus grisâtre. La nature et les fonctions de cet organe me sont évidemment inconnues.

5. Pour conclure, il est absolument impossible de déterminer avec certitude la cause du décès des sujets. Aucun signe visible de traumatisme n’a été découvert, ni aucune contamination virale, bactériologique ou toxique. À mon humble avis, la croissance des sujets a été artificiellement accélérée et ils sont morts quand les tubes des cuves à incubation ont cessé de fonctionner correctement. Pour avoir effectué des examens similaires sur des membres de l’Adeptus Astartes, je peux affirmer que ces sujets leur sont très supérieurs à bien des égards.


JOURNAL DE BORD DU COMMANDANT DE LA BASE
(Note : De nombreuses données ont été perdues et seuls ces fragments ont pu être récupérés par les Lexmécaniciens. Marco Pteronus.)
  • Enregistrement n°23

Le projet Homo Sapiens Novus est sur la bonne voie et je pense qu’à l’issue des prochaines étapes d’évolution accélérée nous pourrons ................ but de recréer le (fragment détruit) et leur inoculer une résistance psychique accrue au du Chaos. Le fait de pouvoir poursuivre l’œuvre de notre Glorieux Empereur m’emplit de fierté et j’ai du mal à imaginer que mon nom puisse un jour être cité à côté du Sien.

  • Enregistrement n°29

Des vaisseaux de combat sont arrivés en orbite aujourd’hui et j’ai eu le privilège de contempler notre nouveau Chapitre, les Flame Falcons, embarquer pour Lethe, le monde natal qui leur a été attribué. À la vue de ces guerriers, la suprématie de l’Humanité sur l’univers semble indubitable car avec de tels combattants améliores se battant pour la gloire de l’Empereur, le ................ de l’Imperium est assuré.

  • Enregistrement n°33

J’ai découvert aujourd’hui un fait inhabituel dans les laboratoires de stockage. Alors que j’entonnais la Litanie de Pureté du soir sur les banques génétiques, j’ai remarqué un liquide sombre et vicieux coulant dans un récipient à stase. Après l’avoir ouvert, j’ai été horrifié d’y découvrir une substance organique puante que je vis grossir à vue d’œil. Une unité d’incinération a détruit le stock génétique, mais je suis incapable d’en expliquer la croissance soudaine et rapide. La totalité du matériel a reçu les rituels et les bénédictions qui s’imposaient. ......... champ de stase défectueux ou les gènes ......... corrompus avant d’être stockés. Je ne vois pas d’autre explication possible à ce phénomène.

  • Enregistrement n°41

J’ai reçu aujourd’hui un message des Apothicaires des Black Dragons faisant état de certaines anomalies dans le développement des zygotes de leurs premiers-nés. Il apparaît que la maturation trop rapide de leurs Ossmodula a déclenché la croissance de protubérances osseuses et de "crêtes" sur les avant-bras et la tête des Space Marines. Il s’agit d’un développement inattendu et peut ......... croissance stimulée par voie hormonale. Les procédures d’assainissement seront revues et tout zygote déficient détruit.

  • Enregistrement n°44

À présent, je reçois quotidiennement des rapports faisant état de mutations spontanées dans le patrimoine génétique de ces ......... que nous avons créés ici. Je n’ose imaginer les conséquences si un lien était établi entre la cause de ces mutations et les expérimentations effectuées en ces lieux.

L’Inquisiteur Crescere, qui est à l’origine de tout ceci, m’a assuré que nous agissons avec la bénédiction de l’Empereur, mais à mesure que des rapports inquiétants me sont communiqués, j’ai le sentiment ......... une terrible erreur. J’ai demandé à ce que le programme soit interrompu et que de plus amples recherches soient effectuées, mais Crescere m’a fait clairement comprendre que si les travaux n’étaient pas poursuivis, mes jours seraient comptés.

  • Enregistrement n°46

Afin de pouvoir en suivre de plus près le développement génétique, j’ai secrètement commencé l’implantation de six sujets dans notre laboratoire secret dont même Crescere ne connaît pas l’existence. Je vais ................ des sujets ................ au-delà des paramètres habituels afin de pouvoir observer toute altération qui sinon ne pourrait pas se développer tant qu’ils sont sur Incunabla. Peut-être me sera-t-il alors possible de découvrir la cause de ces mutations et de rectifier la situation avant que nous n’ayons créé davantage de ces maudits ................ Je ne sais pas combien d’entre eux ont déjà quitté Incunabla. Seul Crescere peut communiquer avec les autres complexes de la planète et j’ai peur qu’il soit trop tard pour ................ ces abominations ................ de ce monde.

  • Enregistrement n°47

Je crains que Crescere ne soit au courant des recherches secrètes que je mène. Au cours des entraînements au combat à mains nues de ce matin, deux de mes sujets-tests ................ fous furieux ......... tué trente autres ......... se transformant en monstres déments alors que leurs corps ......... mutations incontrôlées. Les choses, qui ont été finalement réduites au silence, ne portaient plus que quelques traces d’humanité, et la pensée de Chapitres entiers de Space Marines dotés d’un tel patrimoine génétique défectueux me remplit d’horreur et de honte. Crescere a fait incinérer les corps avant que nous ne puissions les examiner et m’a retiré la direction du complexe. L’Empereur ait pitié de mon âme, ................ créé des monstres ! Bien que je ne puisse rien faire pour ceux que nous avons déjà laissé partir, ................ détruire le plus possible des connaissances stockées ici. Crescere m’a interdit l’accès aux lieux les plus importants, mais je ferai tout mon possible. Lorsqu’il découvrira ce que je m’apprête à faire ................ me tuera. Ma mort sera la bienvenue.

  • Enregistrement n°49

Nous devions bientôt découvrir que le troisième sujet-test que j’ai créé allait provoquer notre mort à tous. Au début, il sembla que sa structure génétique s’était stabilisée et nous avons cru que nous pourrions sauver le projet, mais nous ................ trompions lourdement.

Ce n’est que plusieurs mois après qu’il ait été retiré de sa cuve d’incubation et lorsque les entraînements de combat furent terminés que les Astropathes de l’Eternity en orbite ......... un signal psychique inhabituel en provenance de notre complexe. L’Inquisiteur Crescere a immédiatement fait torturer notre propre Astropathe jusqu’à ce qu’elle avoue la vérité, mais il s’est avéré que la jeune femme n’était pas à l’origine du signal. À présent notre base n’a plus d’Astropathe pour communiquer. Tandis que nous essayions d’élucider ce mystère, les émetteurs de l’Eternity donnèrent de la voix ............... messages brouillés ............... cris de confusion. Il était difficile de savoir exactement ............ passait, mais il semblait clair que l’Eternity était attaqué par un autre vaisseau ! Tous nos systèmes de communication étaient saturés et les écrans diffusaient l’image d’un homme de la plus horrible ........... que j’aie jamais vu. À voir sa stature, j’ai deviné qu’il s’agissait d’un (fragment détruit) mais son armure était ornée de symboles et de runes dont la seule vue me brûla les yeux. Ses épaules étaient surmontées d’un dispositif grotesque doté d’obscènes membres mécaniques arachnéens se terminant par ce qui semblait être des armes ou des appareils de torture. Des modules d’atterrissage ............ sur la surface de la planète. Je savais qu’il ne me restait qu’une chose à faire : tenter de détruire les trois sujets-test restant dans les cuves d’incubation. Au moment ou je formulais cette pensée, la porte du centre de commandement fut enfoncée, laissant le champ libre au troisième sujet-test. Le visage ................ les écrans souriait, comme pour souhaiter la bienvenue à un fils parti depuis longtemps, j’ai alors réalisé quelle était l’origine ......... cri psychique. Crescere a été le premier à mourir ............. et j’ai honte d’avouer que j’ai pris la fuite au milieu des cris des mourants tandis que les envahisseurs pénétraient dans notre complexe.

  • Enregistrement non référencé.

Pendant un jour et une nuit je suis resté caché ici ...................... cris de mes proches pourchassés par les intrus qui profanaient leurs corps m’ont empli d’une indicible terreur. À présent, il est évident que le projet Homo Sapiens Novus ......... maudit depuis le départ. J’ai scellé l’entrée du laboratoire secret et je prie pour que les abominations qui sont à l’intérieur ne voient jamais la lumière du jour. Ce que nous avons fait ici ......... technologie dont j’ai bien peur qu’elle pose de nouveaux problèmes à l’Imperium dans les années à venir. Je n’en ai plus pour longtemps à vivre, le pistolet attend à côté de moi que je termine cet enregistrement. Je ne peux qu’espérer que ceux qui vont trouver ces notes ne nous haïront pas pour ce que nous avons fait ici.


Adeptus Mechanicus
Expédition Archéologique TH/21/36

Chef de Fouilles : Magos Explorator
Marco Pteronus
Date : 998.M41

39e JOUR

Le processus de réanimation se poursuit, et d’ici moins d’une heure nous allons être à même de retirer le dernier sujet vivant du tube d’incubation. Je suis persuadé que cette découverte sera l’une des plus significatives des trois derniers millénaires et que nous allons pouvoir tirer beaucoup d’informations de ce site. Frère Lequara m’a interdit de parler de nos découvertes à qui que ce soit, mais il m’a semblé que tout ceci dépassait les simples considérations de l’Adeptus Terra et qu’un tel sujet méritait l’attention d’une équipe complète d’Explorators, de Genetors, de Lexmécaniciens et de plusieurs Magos Biologis de l’Adeptus Mechanicus. C’est pourquoi je vous transmets ce rapport pour m’enquérir de vos éminents conseils.

De : Inquisiteur Belial
À : Inquisiteur Apollyon
Date : 999.M41
Sujet : Découverte d’un laboratoire génétique de l’Adeptus Mechanicus
Pensée du Jour : Protège le savoir car il est dangereux.

Depuis ce dernier message de l’équipe de recherche de l’Adeptus Mechanicus, je n’ai reçu aucune autre transmission en provenance d’Incunabla et toutes les tentatives pour découvrir la véritable identité de "Frère Lequara" se sont soldées par des échecs. Je ne peux qu’espérer que lorsqu’ils arriveront sur les lieux, les Chevaliers Gris seront en mesure d’empêcher que cette technologie sacrée ne tombe entre de mauvaises mains et qu’il restera des survivants à interroger. Je vous tiendrai au courant de l’évolution de la situation.

Addendum

J’ai le regret de vous informer que le site archéologique d’Incunabla n’existe plus. Les Chevaliers Gris ont investi et exploré les lieux, mais ils n’y ont trouvé aucune trace de l’équipe de l’Adeptus Mechanicus ni même son vaisseau. Il n’y avait pas plus de signe de vie dans le site que sur une planète dévorée par les Tyranides. Aucun corps n’a été découvert et l’hypothèse d’une attaque n’a pu être vérifiée. Nos Astropathes ont détecté une traînée résiduelle dans le Warp mais n’ont pas pu en déterminer la direction. J’ai ordonné le bombardement du site et effacé des dossiers toute information le concernant. Néanmoins, je crains que ce qui se trouvait sur ce monde ait simplement changé de place et que nous ayons à regretter le jour où nous découvrirons à nouveau cet endroit maudit.


La vingt et unième Fondation fut la plus importante après la Deuxième Fondation. Elle eut lieu au 36e Millénaire, peu de temps avant l’Âge de l'Apostasie, une guerre civile qui faillit anéantir l’Imperium. Cependant, de nombreux Chapitres de cette fondation connurent un destin sinistre. Certains furent anéantis peu de temps après leur création, alors que d’autres disparurent mystérieusement au combat ou pendant des sauts Warp. Plusieurs Chapitres connurent une fin encore moins enviable, comme les Flame Falcons, qui subirent des mutations spontanées qui les transformèrent en monstres décérébrés. Certains de ces Chapitres maudits furent traqués et détruits, d’autres devinrent des renégats. Ceux qui échappèrent à ces tares ou qui réussirent à les dissimuler développèrent des particularités génétiques, des mutations qui frôlent les limites tolérées par l’Inquisition, et qui mettent sans arrêt en péril la survie du Chapitre qu’elles affligent.

Personne ne connaît le nombre de Chapitres que compte la Fondation Maudite, car tous les textes concernant leur création ont été effacés des archives impériales. Toutefois, il semble que les différents Chapitres aperçus sur les champs de bataille disposent de capacités et de mutations spécifiques.

Les Black Dragons[modifier]

Un des nombreux zygotes implantés dans le corps des néophytes est l’Ossmodula, un petit organe qui revêt une fonction complexe chez le Space Marine. Il régule en effet la sécrétion d’hormones qui affectent la fusion épiphysaire et la calcification du squelette. Simultanément, ces hormones de synthèse facilitent l’assimilation par les os des cellules de céramite administrées par voie médicamenteuse. Deux ans après l’implantation, on constate un renforcement considérable des os longs, un étirement général du squelette receveur et une hypercalcification de la cage thoracique due à la croissance rapide des côtes formant un entrelacs compact de plaques osseuses protégeant efficacement les deux cœurs et les poumons.

Cependant, l’Ossmodula des Black Dragons fonctionne de façon anormale, provoquant l’apparition d’une crête osseuse sur leur tête et de protubérances en forme de lames sur leurs avant-bras ou leurs coudes. À l’image de la Compagnie de la Mort des Blood Angels, les guerriers affublés de telles excroissances sont regroupés en une seule unité de combat, appelée les Griffes de Dragon. Ceux-ci aiguisent leurs protubérances et les recouvrent d’adamantium afin d’en faire des armes de corps à corps redoutables. Cela dépasse la tolérance de l’Inquisition, et il n’est pas rare que d’autres Chapitres Space Marines (en particulier les Dark Angels et les Marines Malevolent) refusent de se battre à leurs côtés.

On raconte même que les Apothicaires des Black Dragons encouragent de telles mutations en allant jusqu’a implanter des zygotes impurs à certains initiés. Cette pratique extrêmement dangereuse est interdite par édit impérial, mais cela n’est pas suffisant pour mettre un terme aux traditions ancestrales du Chapitre, d’autant que la férocité des Griffes de Dragon est grandement appréciée par ses Grands Maîtres.

Chaque Chapitre se doit d’envoyer 5% de son matériel génétique à l’Adeptus Mechanicus de Mars, cela pour deux raisons : permettre à ce dernier de contrôler le pureté de chaque Chapitre, et stocker des implants dans le but d’en fonder de nouveaux. En diverses occasions, l’Adeptus Mechanicus a menacé par la force les Black Dragons de se soumettre à cet "impôt", et même lorsque le Chapitre s’y est plié, l’origine des implants fournis est restée suspecte étant donne que chaque zygote a passé l’ensemble des tests de pureté avec succès. Bien qu’ils soient dans l’incapacité de prouver quoi que ce soit, de nombreux adeptes suspectent le Chapitre de soumettre à examen un matériel génétique sain venu d’on ne sait où. Comment cela est-il possible, nul ne le sait, mais l’Adeptus Mechanicus aimerait plus que tout pouvoir superviser les pratiques médicales des Black Dragons.

  • Lames Osseuses : Les Black Dragons jouent avec les limites de tolérance de l’Inquisition. Bien qu’ils aient souvent combattu aux côtés des forces impériales, comme récemment au cours de la Troisième Guerre pour Armageddon, ils ne s’attardent que rarement sur un lieu de conflit. Les excroissances osseuses sur leurs têtes et leurs bras rendent toute coopération à long terme avec d’autres troupes de l’Imperium virtuellement impossible. Les escouades de Griffes de Dragon regroupent les membres du Chapitre les plus affectés par les mutations, dotés d’un assortiment de lames qu’ils ont appris à utiliser en combat rapproché.

Les Minotaurs[modifier]

Même si les Minotaurs opèrent main dans le main avec l’immense machine de guerre qu’est l’ensemble des armées impériales, l’Inquisition et l’Ecclésiarchie ont tenté à plusieurs reprises de soumettre leurs pratiques à investigation. Comme tous les autres Chapitres Space Marines, les Minotaurs possèdent une organisation autonome et répondent à un appel aux armes à leur manière propre. Bien souvent, ils sont venus en aide à des planètes assiégées plus rapidement que d’autres, en engageant l’ennemi dans un assaut frontal massif puis en se retirant aussitôt alors que d’autres Chapitres auraient consolidé leurs positions afin de repousser toute tentative de contre-attaque. De nombreux commandants impériaux ont constaté que les Minotaurs sont une armée imprévisible en laquelle il est impossible de faire confiance et qu’à tout prendre, ils préféreraient des alliés plus polyvalents et moins orientés sur l’assaut.

L’intervention la plus célèbre des Minotaurs et la seule officiellement reconnue, fut leur assaut contre la flotte des Lamenters lors du Soulèvement de Badab. Bien qu’ils fassent aussi partie des Chapitres de la vingt et unième Fondation, les Lamenters s’étaient ligués avec les renégats Astral Claws, et les Minotaurs étanchèrent leur soif de vengeance en abordant les vaisseaux de leurs anciens frères d’armes Ces attaques décimèrent les Lamenters jusqu’à ce qu’ils finissent par se rendre.

La Légion des Damnés[modifier]

La Légion des Damnés est une légende même au sein de l’Adeptus Astartes, elle se manifeste sous forme d’apparitions fantomatiques surgissant mystérieusement pour venir en aide aux Space Marines lorsque leur situation est désespérée. Ses membres portent, dit-on, des Armures Énergétiques peintes en noir et recouvertes de symboles de mort, comme des squelettes ou les flammes du purgatoire. Les rapports les plus précis nous apprennent que les parties visibles de la chair de ces Space Marines sont en état de décomposition, ce qui leur donne un aspect terrifiant.

L’examen des débris d’un vaisseau spatial retrouvés dans le sous-secteur de Maran laisse à penser qu’il existe un lien entre la Légion des Damnés et le destin du Chapitre Space Marine des Fire Hawks. Ce dernier fut déclaré perdu dans le Warp en 983.M41, vingt ans après une mission de représailles suite à l’invasion des Aeldaris sur le monde de Crow. L’Inquisition aimerait découvrir la preuve que la Légion des Damnés et les Fire Hawks ne font qu’un, et surtout, apprendre comment ils ont acquis leurs capacités aussi mystérieuses qu’efficaces.

Les Lamenters[modifier]

Certains savants impériaux avancent que la création des Lamenters fut une tentative d’utiliser le patrimoine génétique supérieur de Sanguinius en essayant de corriger ses déficiences. Si une telle expérimentation eut lieu, son objectif principal semble avoir été atteint, car les Lamenters adhèrent strictement aux préceptes du Codex Astartes et ne possèdent pas de Compagnie de la Mort. Pourtant, il semble que les Lamenter, victimes des pires tragédies, voient le destin s’acharner contre eux. Cette terrible malédiction trouve son reflet dans les cœurs ensanglantés et les larmes de sang qui couvrent leurs Armures Énergétiques.

Deux incidents majeurs au cours de l’histoire des Lamenters illustrent parfaitement leur manque de chance continuel. Lors de la dernière décennie du neuvième siècle du quarante et unième millénaire, les Lamenters commirent l’erreur de s’allier avec les Astral Claws lors du Soulèvement de Badab. Il apparut ultérieurement qu’il ne fut pas pour eux question de se rebeller contre l’Imperium, mais plutôt de préserver la souveraineté et l’indépendance des Astartes menacée par l’attaque des forces impériales contre les Astral Claws, un Chapitre aux côtes duquel ils avaient fait croisade lors des Guerres du Détroit de Serpentine. En d’autres termes, les Lamenters laissèrent leur fierté guider leurs actions, et cela les mena à la catastrophe.

À la suite de l’implication des Lamenters dans le Soulèvement de Badab, le Chapitre fut l’objet d’investigations et obtint le pardon de l’Empereur au prix d’un siècle de croisade en pénitence. La malchance des Lamenters perdura cependant, car leur périple les mena droit entre les griffes de la Flotte-Ruche Kraken. Il ne reste aujourd’hui pas plus de trois Compagnies des Lamenters en action dans la galaxie, sans cesse et toujours poursuivies par leur mauvaise fortune…

Les Flame Falcons[modifier]

On ne sait presque rien des Flame Falcons, car ce Chapitre fut déclaré Excommunicate dans le siècle qui suivit sa création. Les premiers affrontements auxquels prit part le Chapitre furent de grands succès, et les Flame Falcons furent envoyés en activité dans la Bordure Méridionale, où se trouvait leur monde natal de Lethe. Leurs succès initiaux conte des pirates Orks et Aeldaris présageaient du meilleur pour le Chapitre, qui fit preuve de courage et de hardiesse, même selon les standards Space Marines.

Les choses commencèrent à aller de travers lors de la Bataille de Raffenburg. Au point culminant de ce qui était l’affrontement le plus important auquel elle ait pris part, la Première Compagnie s’embrasa spontanément alors qu’elle était plongée au cœur des combats conte les forces rebelles. Craignant que ce fut l’œuvre de la sorcellerie, le commandant du Chapitre renforça sa ligne de front et envoya enquêter l’Inquisiteur qui l’accompagnait. Lorsque les renforts envoyés rapporterait que les membres de la 1ère Compagnie n’étaient pas morts, mais combattaient avec une sauvagerie accrue, baignés de flammes auxquelles ils semblaient immunisés, le commandant déclara qu’il s’agissait d’un miracle, un don de l’Empereur.

L’Inquisiteur n’avait cependant pas la même opinion. Sachant qu’il ne pourrait pas affronter les Flame Falcons dans l’immediat, il prit son mal en patience et observa le reste du Chapitre subir les mêmes changements que la 1ère Compagnie.

Une fois la campagne terminée avec succès, les Flame Falcons retournerait sur Lethe pour célébrer leur victoire, convaincus que leur pouvoir unique était une manifestation de l’Empereur. Peu après, les Chevaliers Gris de l’Inquisition assiégèrent Lethe, détruisant le Chapitre maudit. On pense cependant qu’un petit nombre de Flame Falcons parvint à s’échapper, mais personne ne sait ce qu’il advint d’eux.

Les Sons of Antaeus[modifier]

Il n’est question des Sons of Antaeus que dans une unique source officielle : les chroniques de la Troisième Guerre Inter-Guildes du secteur Inca de 850.M41 à 901.M41. Il y est mentionné que le chapitre a répondu aux attentes des Pères de la Guilde en les aidant contre les forces pirates soutenues par leurs rivaux, et ce en s’acquittant de sa tâche avec courage.

Depuis, une force arborant leur livrée grise et noire a été aperçue par plusieurs Chapitres dans le Segmentum Ultima, chacun des rapports mentionnant la taille et la hardiesse exceptionnelles des membres de ce mystérieux Chapitre. Ils semblent notamment capables de survivre à des blessures qui auraient raison de n’importe quel autre Space Marine. En effet, lors de leur conception, les créateurs des Sons of Antaeus modifièrent considérablement leur patrimoine génétique afin de créer des Space Marines particulièrement résistants et endurants. Comment y parvinrent-ils, cela reste un mystère. Leur squelette fut-il agrémenté de quelque substance artificielle, ou bien un procédé plus ésotérique fut-il employé ? Ce qui est certain, c’est que les observateurs les plus antipathiques à leur égard soulignent que les membres de ce Chapitre sont au moins aussi résistants que ceux de la Death Guard

Le Capitaine Rakman des Subjugators raconte un incident au cours duquel ses troupes se trouvèrent prises d’assaut par les Aeldaris de la flotte pirate des Void Dragons. Alors que ses hommes étaient encerclés et soumis au tir nourri des antigravs Aeldaris. Rakman explique comment des Space Marines aux livrées de Sons of Antaeus apparurent de nulle part et attaquèrent les véhicules ennemis par-derrière. Encerclés à leur tour, les Aeldaris se trouvèrent contraints d’effectuer une percée et choisirent d’envoyer leurs Falcons et leurs Serpents contre les Sons of Antaeus, qu’ils durent juger plus faibles. C’est avec un certain degré d’incrédulité que le Capitaine Rakman fait état de la résistance de ses sauveurs face à la tempête de feu délivrée par les Aeldaris. Les Subjugators en profitant pour lancer une contre-attaque sur les arrières ennemis tandis que les Sons of Antaeus ne cédaient pas un pouce de terrain. Pris entre l’enclume fermement ancrés des Sons of Antaeus et l’irrésistible marteau des Subjugators, les pirates furent promptement massacrés.

Sources[modifier]

  • Index Astartes du White Dwarf N°92 (Décembre 2001)
  • Chapter Appoved du White Dwarf N°107 (Mars 2003)