Compagnie de la Mort

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Deco-blood-angel-05.jpg
Deco-blood-angel-06.jpgDeco-blood-angel-08.jpgDeco-blood-angel-03.png
Deco-blood-angel-06.jpgDeco-blood-angel-08.jpgDeco-blood-angel-03.png
DeathwatchBar.jpg
Astartes-wing-2.png
Astartes-wing-1.png




Deco-dark-angel-10.png
Deco-dark-angel-10.png
Aquila.pngAquila.png
Deco-dark-angel-13.pngDeco-dark-angel-13.png
Deco-blood-angel-04.png
Deco-dark-angel-01.png
Astartes-mi-statue.png
Deco-dark-angel-01.png
Astartes-mi-statue.png
Deco-blood-angel-01.jpg


« Furio fut mon camarade lors d’une dizaine de guerres, chacune plus terrible que la précédente. Mais plus que cela, il était mon frère - un guerrier exemplaire et désintéressé pour qui j’aurai volontiers donné ma vie. Or ce fut lui, non moi, qui connut une fin sanglante sur Tabulata.
La folie l’étreignit quelques heures avant le saut. Nous étions agenouillés côte à côte dans les rangs. L’instant d’après, le Chapelain était là. Il entonnait le Moripatris, et je vis dans les yeux de Furio qu’il ne me reconnaissait plus. Je le revis sur le champ de bataille, menant la charge sous les projectiles des traîtres, son armure repeinte en noir tel un linceul. Il les a traversés, mon frère, en laissant derrière lui une traînée de corps démembrés comme s’il était Sanguinius en personne. Avec ses frères égarés, il créa une brèche dans les lignes adverses avant d’être finalement déchiqueté par les tirs ennemis. Par son sacrifice, il nous apporta la victoire. »
- Frère Tybael, 4e Compagnie des Blood Angels.
La Compagnie de la Mort.

La Compagnie de la Mort enfonce les rangs ennemis comme un bélier de siège d’armures noires. Réunis à partir des rangs du Chapitre, les membres de cette Compagnie sont unis d’une férocité ultime, et sont capables à la fois d’ignorer des blessures qui auraient eu plusieurs fois raison d’un autre Frère de Bataille et de mettre en pièces l’ennemi avant que la mort ne s’empare définitivement d’eux.

Pour maîtriser la Rage Noire, les Blood Angels passent les veilles de batailles en prières pour le sacrifice de leur Primarque, plusieurs siècles auparavant. Les Chapelains vont d’homme en homme, les bénissant chacun à leur tour et notant ceux dont les yeux semblent vitreux, qui présentent une attitude engourdie ou, au contraire, surexcitée. Presque tous parviennent à surmonter cette intrusion dans leur esprit car leur entraînement de guerrier les prépare à contrôler cette pulsion et à la maintenir dans les profondeurs de leur être. Mais pour certains, l’empreinte de Sanguinius est trop forte, les souvenirs trop précis et trop exigeants. Lorsque les Chapelains entonnent le Moripatris, la Messe du Destin, les élus tombent dans les bras des prêtres et sont emportés. Les Marines ainsi affligés sont regroupés dans une unité spéciale, la Compagnie de la Mort.

La démence qui s’empare de ces malheureux est un mécanisme très particulier. Dans l’esprit de chacun de ces frères, les millénaires s’évanouissent et ils se retrouvent engagés dans la dernière grande bataille de l’Hérésie d'Horus. Certains pensent être en train de défendre le palais de l’Empereur et confondent même les horreurs Tyranides et les Drukharis hérissés de lames avec des légionnaires renégats s’acharnant sur le Trône d'Or. D’autres s’imaginent être Sanguinius lui-même, luttant pour contenir la marée de traîtres ou se taillant un chemin à travers les horreurs de la Barge d’Horus. Quoi qu’il en soit, l’esprit du Frère de Bataille fera correspondre cette illusion aux alentours et aux ennemis. Englouti par les remous de la folie, le frère est irrémédiablement prisonnier de l’abîme du temps.

Les guerriers de la Compagnie de la Mort cherchent le trépas au combat, c’est pourquoi ils partent se battre dans l’honneur. Chacun est revêtu d’une armure noire, frappée de croix écarlates qui représentent les blessures reçues par Sanguinius lors de son ultime combat contre Horus. Leurs plaques de céramite sont ornées de parchemins qui proclament les exploits du Space Marine avant sa descente dans la folie. Dès le moment où un Frère de Bataille passe l’armure sépulcrale de la Compagnie de la Mort, il devient un mort en marche, perdu pour toujours pour le Chapitre, mais commémoré dans ses récits.

Les membres de la Compagnie de la Mort se battent sans se préoccuper de leur propre survie, et la Rage Noire leur permet d’ignorer des blessures qui quelques jours plus tôt les auraient tués. Sous le regard inflexible des Chapelains du Chapitre, les Égarés de la Compagnie de la Mort connaîtront un triomphe que leurs frères ne peuvent pas partager, car ils se battront contre des périls inouïs pour rendre un ultime service au Chapitre. Une grande partie des plus belles victoires des Blood Angels a été remportée après un assaut décisif de la Compagnie de la Mort, car peu d’ennemis sont en mesure de résister à la charge de ces guerriers frénétiques. Sur Antax, Mel’yanneth, Hollonan, Armageddon et d’autres mondes trop nombreux pour être mentionnés, la Compagnie de la Mort a accompli des miracles et la légende de sa férocité s’est étendue jusque sur des mondes ou les Blood Angels ne se sont jamais rendus.

Mais cette puissance martiale a un prix qui doit être payé tôt ou tard, soit sur le sol ensanglanté du champ de bataille, soit dans le calme fugitif qui suit les combats. Les rares membres de la Compagnie à avoir survécu à la mêlée meurent peu après, victimes de leurs blessures ou du Rédempteur des Égarés, dont la charge est de mettre un terme à leur souffrance. En effet, la plupart des survivants finissent par être victimes de la Soif Rouge et se transforment en créatures bestiales affamées de chair et de sang. La Tour d’Amareo de Baal, crainte de tous, résonne des hurlements et des rugissements de ces malchanceux dégénérés, enfermés pour leur propre bien et celui de leurs anciens compagnons. Mieux vaut une mort propre et honorable que de connaître pareil destin.

Source

Pensée du Jour : « Nous confions notre destin à la volonté de l’Empereur. »
  • Codex Adeptus Astartes Blood Angels, V8