Bouclier Noir

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png




« Je ne me laisserai pas impressionner par lui, ni corrompu par son péché. »
- Inscription gravée à l'acide dans l’armure d’un Légionnaire Bouclier Noir anonyme.

Le terme "Bouclier Noir" ne fait pas référence à un seul corps militaire ou même à une seule catégorie de guerriers en tant que telle, mais à un phénomène qui a vu le jour dans les premières et moyennes années de l’Âge des Ténèbres et qui avait ses racines dans le plus ancien des codes martiaux. Selon ces codes, un guerrier peut, pour une multitude de raisons, choisir ou être contraint de rejeter ou de cacher son allégeance. Autrefois, lorsqu’un guerrier portait l’héraldique de sa maison, de son maître ou de sa nation sur son bouclier, il pouvait avoir une raison de le recouvrir de tissu ou de le dissimuler entièrement. Il pouvait littéralement repeindre son bouclier en noir, rendant délibérément impossible pour les étrangers de savoir où se plaçait sa véritable loyauté - s’il en avait une - si tant est qu’il en avait.

Bien qu’une telle pratique puisse avoir une utilité évidente au sein des clans et des états en guerre de l’Ancienne Terra ou sur n’importe quel monde réduit à la barbarie tout au long de l’Ère des Luttes, elle n’avait aucune place dans l’Imperium de l’Humanité à cause de l’Unité et de la Vérité Impériale que l’Empereur avait apportées aux mondes dispersés de l’Humanité. Les osts de l’Humanité qui se sont emparés de Terra pendant la Grande Croisade étaient liés par des chaînes apparemment incassables de fidélité, de sang et d’honneur, et briser son serment envers un officier de ligne était comme briser son serment envers l’Empereur et ceux qu’Il avait sauvé de la Longue Nuit. Avec l’apparition de l’Hérésie d'Horus, il a été prouvé sans l’ombre d’un doute que ces chaînes n’étaient pas aussi solides que ses maillons les plus faibles.

On ne peut pas savoir quand les premiers Boucliers Noirs sont apparus sur les champs de bataille de l’Âge des Ténèbres, et en vérité la définition est si large que certains n’ont peut-être pas été identifiés comme tels à l’époque. Certes, une petite force de guerriers des Legiones Astartes, vêtue de noir et portant l’Aquila Terran à la place d’une icône de la Légion, a été aperçue au point culminant de la Libération du Numinal pendant la guerre pour les Profondeurs Coronides, au début de 008.M3. Alors que le voile de la Conformité Noire recouvrait le nord de Imperium et que les armées Loyalistes assiégées tombaient en masse devant l’avancée inexorable des Traîtres vers la lointaine Terra, des Boucliers Noirs pareillement vêtus comptaient parmi les défenseurs qui se sont rassemblés sur les murs du Fort Stranivar, donnant leur vie pour la cause Loyaliste aux côtés de tant d’autres serviteurs dévoués et stoïques de l’Empereur.

Ces incidents n’étaient que les premiers d’une longue série qui serait signalé dans tout l’Imperium à mesure que l’Âge des Ténèbres progressait, bien que dans la plupart des cas, de tels rapports ne seraient rassemblés en un ensemble significatif que beaucoup plus tard, longtemps après que le sort de la plupart de ces guerriers ait été réglé ou non pertinent. Des bandes de Boucliers Noirs apparurent dans les zones de guerre sur toute la longueur et la largeur de l’Imperium brisé, preuve qu’il n’était pas motivés par une volonté ou une cause suprême, mais par la résurrection de cet ancien code qui demandait à un guerrier d’obscurcir ses couleurs lorsqu’il renonçait à ses serments d’allégeance envers son maître.

Bien que de nombreux groupes de Boucliers Noirs aient été identifiés, il n’y en avait pas deux qui étaient exactement les mêmes en termes d’origine ou de constitution. Si le terme décrivait invariablement un guerrier des Legiones Astartes, ce n’était pas forcement la réalité, car les origines et la nature de certains Boucliers Noirs ne pouvaient tout simplement pas être déterminées, tandis que d’autres étaient accompagnés par des soldats mortels d’une manière semblable à l’emploi par les Légions d’unités auxiliaires. De même, la véritable allégeance de nombreuses bandes de Boucliers Noirs était souvent loin d’être claire. Même lorsque leurs actes parlaient clairement de leur cause, ils se battaient rarement aux côtés des forces conventionnelles de l’une ou l’autre partie dans la guerre civile de l’Humanité ou lorsqu’ils le faisaient, ils refusaient de s’intégrer aux chaînes de commandement établies. Beaucoup de groupes de Boucliers Noirs se sont simplement battues pour leur propre cause - souvent celle de la simple survie dans une galaxie consumée par la démence et le chaos. Mais certains s’étaient clairement abandonnés à la folie même qui les avait fait naître. Ne faisant aucune distinction entre Traître et Loyaliste, ils ravagèrent les étoiles tout au long de l’Âge des Ténèbres et, dans bien des cas, bien au-delà de l’époque actuelle.

Certains ont comparé les Boucliers Noirs aux Légions Éclatées, soulignant que les deux étaient des forces irrégulières ou non conventionnelles des Legiones Astartes. Les éléments disparates des Légions Éclatées, cependant, conservaient un sens précis de l’identité et de l’héritage de leur Légion, tandis que les Boucliers Noirs se donnaient invariablement beaucoup de mal pour rejeter, dénoncer ou obscurcir leurs origines, ou même, dans certains cas, les ignoraient. En effet, bien que les Légions Éclatées étaient constituées d’unités de plusieurs Légions mères différentes, elles ont toujours cherché à défendre et à maintenir leurs propres traditions, tout en reconnaissant celles de leurs frères. Ce n’était pas le cas dans la plupart des bandes de Boucliers Noirs, et il est probable que même les escouades individuelles étaient composées de guerriers originaires de différentes Légions, dont l’identité pouvait rester inconnue même pour ses camarades.

Bien que le terme "Bouclier Noir" soit approprié, il n’a pas toujours été une description littérale des guerriers en question. Certains groupes ont été observés couverts d’une héraldique très particulière et personnalisée, et il n’y avait pas deux Légionnaires portant les mêmes couleurs. Certains appliquaient des motifs de camouflage à leur armure, une pratique rarement observée parmi les Légions. Au moins un groupe portait une plaque de combat composite, chaque pièce provenant d’autres Légions et mélangée ensemble sans cohérence, un avant-bras vert de mer pris à un Légionnaire tué des Sons of Horus porté aux côtés d’un gorget blanc d’os arraché au cadavre d’un World Eaters vaincu, par exemple.[1]

Les Boucliers Noirs[modifier]

La Main Cachée du Bouclier Noir[2]

Les histoires de l’Âge des Ténèbres présentent bien plus de mystères et d’énigmes que de récits fiables ou complets, et c’est pourquoi des armées entières d’historiens-scribes s’efforcent de reconstituer quelque chose de la vérité à partir d’innombrables fragments de rumeurs. L’examen de ces fragments révèle des éléments encore plus déroutants ou troublants. Chez les géants gaziers jumeaux d’Euros, par exemple, des guerriers à la peau cendrée et aux yeux noirs, portant l’œil du Maître de Guerre sur une plaque de combat Mark VI autrement dépourvue de caractéristiques, qui ne pouvaient être que les fils renégats de Corax, ont envoyé les vastes macro-bastions plonger dans la croûte, causant ainsi la mort foudroyante de plus de vingt millions de colons.

À Gamma-Dvalin, une force de guerriers, chacun portant une armure d’une héraldique et de motifs disparates provenant de nombreux ennemis morts, a percé les voûtes d’Ytterbia et pillé les arsenaux de stase interdits qui s’y trouvaient. Un mois plus tard, les armes n-dimensionnelles volées ont été lâchées sur la 38e Compagnie de la Légion des Sons of Horus à Iantana Minor, consumant les deux armées et déchirant un continent entier dans le processus. Des photos volées et fragmentées montrent plusieurs Boucliers Noirs privés de leur casque, chacun d’eux portant une rune de gang identique tatouée sur le cuir chevelu.

Une force de Boucliers Noirs est connue pour avoir lancé des attaques contre les Sons of Horus et les légionnaires de la Death Guard à Taracanis, qui ont culminé avec l’abordage du croiseur lourd Morbid Revelation de la Death Guard et le sabotage de son puissant Canon Nova. L’étendue des dégâts n’a été découverte que lorsque l’arme a été tirée avec colère, dix jours plus tard, contre l’Arche Mechanicum Radiant Precept, ce qui a paralysé le Revelation lors de la contre-explosion qui a suivi et l’a contraint à se retirer de la guerre. Lors de la bataille des anneaux Ultiniens, les chasseurs-soldats des Sons of Horus de Tybalt Marr, à la recherche de survivants fuyant Isstvan V, ont été pris en embuscade par une force de Boucliers Noirs dirigée par un individu identifié plus tard comme étant le Morkan Sayle du centre d’attaque de la Raven Guard. Dans la bataille qui a suivi, une Ruche abritant 100 000 colons a été déstabilisée et a plongé dans les mers cristallines lyotropes d’Ultinia 7. Le Centurion Morkan a été présumé mort au cours de cette opération, ainsi que plus de la moitié de ses hommes, mais des affirmations contraires continuent d’apparaître même des décennies plus tard.

Chacune de ces batailles a servi à sa manière à influencer le cours de la guerre non seulement au niveau local, mais aussi au niveau stratégique. Même si les détails des causes et des effets étaient cachés à l’époque et ne sont plus guère perceptibles aujourd’hui, beaucoup pensent aujourd’hui que, considérés dans leur ensemble, ils représentent une contribution significative à la fin ultime de la guerre.

L’un des rares facteurs de définition communs à tous les groupes de Boucliers Noirs était le fait que tous avaient renoncé à leur héritage et qu’aucun ne se considérait comme appartenant ou redevable de quelque manière que ce soit à son Primarque ou à ses frères d’autrefois. La plupart, mais pas tous, obscurcissaient leurs couleurs d’une manière ou d’une autre, certains repeignant leur armure en noir, d’autres la récurant jusqu’au métal nu. Au moins un groupe a brûlé son armure lors d’un rite du feu rappelant certains cultes du feu des Mondes Sauvages, au cours duquel ils ont répudié leur héritage et leur héraldique, laissant leur armure noire. D’autres ont adopté une héraldique entièrement nouvelle de leur propre invention, soit guerrier par guerrier, soit par un chef à la forte volonté imposant sa vision à l’ensemble du groupe. Ainsi, au milieu des années de l’Hérésie d’Horus, les forces de Légionnaires Astartes portant des couleurs inédites ont été aperçus dans les combats à travers toute la galaxie.

Comme pour les forces des Légions Éclatées, les Boucliers Noirs ont été rencontrés des deux côtés de la guerre, et dans de nombreux cas, ils se battaient entièrement pour eux-mêmes. Certains portaient l’Aigle de Terra, d’autres l’œil du Maître de Guerre, mais d’autres encore se battaient entièrement pour leur propre cause. Aucun ne faisait partie d’une chaîne de commandement cohérente et, bien qu’ils aient parfois été alignés sur les objectifs stratégiques de l’un ou l’autre camp, ils n’ont jamais suivi ou cherché à obtenir des ordres de forces extérieures ni coordonner consciemment leurs plans de bataille avec celles-ci. De nombreuses bandes de Boucliers Noirs ont été déclarées plus tard par un édit du Conseil Terran comme étant des meurtriers et des pirates soucieux uniquement de revendiquer leurs propres domaines hors de la vue de l’Empereur ou du Maître de Guerre, comme ce fut le cas de la soi-disant Compagnie des Brisées à Boras Minor. Alors que certains d’entre eux essayaient de reconstruire quelque chose de ce qu’Horus avait détruit, d’autres ne s’intéressaient qu’à se tailler un petit empire et à réduire en esclavage ceux qui étaient trop faibles pour s’y opposer, comme ce fut le cas dans les systèmes de Truan aux mains des Neuf Lames. Certains croyaient poursuivre l’œuvre de la Grande Croisade, taillant dans le vide une bande de sang et de cendres en souvenir d’un rêve qui s’était transformé en cauchemar avec la trahison du Maître de Guerre à Isstvan.

De nombreuses années d’enquêtes approfondies révélèrent que peu de groupes de Boucliers Noirs comptaient plus d’un millier de guerriers, et qu’en termes de biens, ils étaient souvent très limités. La plupart avaient accès à une forme de navire de guerre, soit un vaisseau de la Légion, soit une embarcation spatiale capturée au cours de leur formation. Les vaisseaux d’escorte de la Legiones Astartes et les croiseurs de frappe rapide constituaient une combinaison de navire d’assaut et de base d’opérations, étant assez grands pour transporter le groupe et les véhicules et transporteurs de débarquement qu’il possédait, et suffisamment puissants au combat pour soutenir des assauts contre des mondes cibles éloignés et peu défendus. Les équipages de ces navires étaient souvent cautionnés ou liés d’une manière ou d’une autre à leurs capitaines. Beaucoup étaient des serfs de la Légion dont la loyauté était simplement transférée à leurs nouveaux seigneurs, tandis que d’autres avaient volontairement jeté leur sort avec les parias ou y avaient été contraints par des circonstances cruelles.

Quelles que soient leurs origines, les groupes de Boucliers Noirs étaient invariablement dirigés par des individus possédant une présence féroce et la volonté de forger leur propre destin, et d’entraîner les autres dans leur quête. Certains, comme Nuhmarak, le soi-disant Roi Boiteux du Néant, étaient des seigneurs guerriers sombrement couvés, aigris par le ressentiment du destin qui s’était abattu sur la galaxie. D’autres ont embrassé avec enthousiasme leur nouvelle existence et se sont réjouis de pouvoir s’attaquer à ceux qui étaient plus faibles qu’eux et de prendre par la force ce qu’ils considéraient comme leur dû, comme ce fut le cas lorsque les Cent Ombres ont écumé douze systèmes entiers dans les marches sud du secteur Chonma tout au long de 011.M31.

Un sous-type particulier de Bouclier Noir est connu presque entièrement par ouï-dire et par le mythe. Ce sont les guerriers qui se sont activement retournés contre les leurs et qui ont levé leurs armes pour s’opposer à leur Primarque et à leurs anciens frères. Personne ne peut dire combien de ces groupes ont existé, mais les rumeurs abondent sur le rejet de leur héritage par les Legiones Astartes et sur la dégradation des icônes de la Légion autrefois fièrement portées. Même vêtus de noir, les origines de ces guerriers pouvaient être discernées par une observation attentive, car chacune des Légions utilisait ses propres sous-cadres de plaques de combat des Légions Astartes, souvent très particulières, qui trahissaient les origines du porteur.[3]

L'Inébranlable, le Transfuge et le Renégat[modifier]

La catégorie de Boucliers Noirs la plus difficile à définir ou à identifier avec certitude était celle composée de ceux qui ont refusé de s’aligner sur l’allégeance de leur Légion mère envers le Maître de Guerre. Bien que leur nombre réel reste inconnu, ils ne peuvent pas avoir été importants car les Primarques renégats se sont montrés horriblement disposés et capables de purger leurs Légions de ces fils qu’ils soupçonnaient de ne pas être à leurs côtés contre l’Empereur. Nous savons maintenant que les Sons of Horus, la Death Guard, les World Eaters et les Emperor's Children ont tous été purgés par les mains de leurs propres pères à Isstvan III, alors qu’il semble que Lorgar ait débarrassé sa Légion de tels éléments bien plus tôt dans le temps. Parmi les autres Légions Renégates, on peut seulement supposer que des fratricides similaires ont été promulgués, bien qu’aucun ne semble avoir été effectué avec une efficacité complète car il n’y a toujours eu des unités détachées servant loin ou au-delà de la portée des communications. Le traumatisme que ces guerriers ont subi en apprenant la trahison de leurs maîtres ne peut qu’être imaginé et le bain de sang qui s’en suivi entre frères Légionnaires a dû être tout aussi terrible que le massacre de Isstvan III.

Beaucoup de ces guerriers qui ont échappé à la trahison de leur frères ont fui dans les ténèbres et n’ont jamais été revus, tandis que d’autres se sont lancés dans des campagnes de vengeance sanglantes de courte durée, décidés à vendre leur vie chèrement et consumés par la haine envers une galaxie dans laquelle ils n’avaient plus leur place.[4]

Les Désavoués[modifier]

C’est une vérité difficile à admettre pour ceux qui ont en connaissance, mais tous les Boucliers Noirs n’étaient pas que les fils des Primarques renégats. Les Loges Guerrières avaient répandu leurs philosophies pernicieuses très profondément dans les années précédant Isstvan, et peu de Légions n’étaient en effet pas du tout affectées par leur fonctionnement secret. En effet, il est à noter que dans certaines bandes de Boucliers Noirs, l’adhésion aux principes des différentes Loges Guerrières restait forte et certains étaient même accompagnés par de petites couvents de prêtres de la loge Davinite. Combien de Boucliers Noirs étaient en fait des éléments renégats de Légions Loyalistes, combien de guerriers Boucliers Noirs d’une escouade de "Maraudeur" étaient secrètement des fils de Guilliman, Dorn, Russ ou tout autre fils loyal de l’Empereur est une question qui n’a pas encore été pleinement étudiée.[5]

Les Damnés[modifier]

Malgré leur rejet de l’héritage visible de leur Légion, la plupart des Boucliers Noirs restaient néanmoins reconnaissables en tant que Space Marines. Un petit nombre d’entre eux, cependant, ont étiré cette définition à un point tel qu’elle n’avait plus rien avoir avec le produit de la vision de l’Empereur. Tout au long de l’Âge des Ténèbres et au-delà, les récits de Légionnaires frappés de mutation physique ont persisté, faisant allusion à une instabilité rampante dans la pureté des semences génétiques, à la corruption du processus d’implantation, à l’exposition à certaines influences ou même à une manipulation délibérée du modèle génétique des Legiones Astartes. À première vue, ces guerriers pouvaient sembler bénis par leur force supérieure, leur rapidité ou leur résilience, mais ils se sont toujours montrés instables d’une autre manière. Certains étaient sujets à un effondrement physique ou mental dans le feu de l’action, tandis que d’autres subissaient des mutations spontanées et incontrôlées sous l’effet du stress, leurs membres se déformant en figures horribles à mesure que les os se recroquevillaient et que les muscles se déformaient, l’armure de combat se fendant en deux au cours du processus. Certains étaient impossibles à distinguer en apparence de tout autre Légionnaire, mais possédaient une force ou une aura si surnaturelle que d’autres ne pouvaient pas supporter leur présence, et avec une exposition prolongée, ils étaient poussés par un besoin inexplicable de les abattre.

Certains laissèrent entendre que les groupes composées de telles d’aberrations génétiques définies comme des Boucliers Noirs n’étaient pas vraiment des parias des autres Légions. Certains d’entre eux ont peut-être été créés délibérément en secret au sein de l’une des Légions, puis relâchés dans la galaxie déchirée par la guerre en tant qu’armes vivantes de destruction massive. Créées dans l’ignorance de leur héritage, ces forces auraient traversé les étoiles à la poursuite d’un objectif implanté, ravageant avec férocité, quoique brièvement, dans les profondeurs de l’Âge des Ténèbres.[6]

Hiérarchie de Commandement[modifier]

Si la structure de commandement des Légions Éclatées était irrégulière, celle des myriades de groupes de Boucliers Noirs était totalement insaisissable. Nombre de Boucliers Noirs semblaient être dirigés par la force brute ou une puissante volonté, sans référence apparente à un rang officiel que leurs leaders auraient pu avoir. On ne peut que deviner ce qui qualifiait un chef pour diriger une bande de guerre de Boucliers Noirs, mais on a observé que le sort de plusieurs de ces bandes était intrinsèquement lié aux objectifs de leur maître.

Mis à part les Seigneurs Reaver, la plupart des bandes de Boucliers Noirs présentaient une hiérarchie organisationnelle relativement plate. Les Seigneurs Reaver menaient invariablement leurs guerriers au front et parce que les effectifs globaux étaient rarement supérieurs à l’équivalent d’une seule Compagnie d’une Legiones Astartes, les officiers de ligne, les sous-grades spécialisés, les cadres de commandement et les Écuyers utilisés à travers les Légions étaient largement superflus et donc rarement vus chez les Boucliers Noirs.[7]

Force Matérielle[modifier]

Les forces observées parmi les bandes de guerre Boucliers Noirs variaient entre deux douzaines à 2 000 membres, 500 étant le niveau le plus couramment rencontré. Aucune formation de bataille reconnaissable ne dominait et chaque force était constituée en fonction de l’attitude de son seigneur, de ses guerriers et des limites logistiques qui leur étaient imposées par le destin. Tandis qu’on rencontrait des types d’escouades des Legiones Astartes qui étaient spécialisées, il était courant pour les escouades de base des Boucliers Noirs de transporter un large éventail d’équipements, souvent sans que deux guerriers soient armés de la même manière. Ce phénomène éloignait les guerriers des Boucliers Noirs de leurs racines de Légionnaires Astartes et de leurs escouades d’origine, devenant des "Maraudeurs", au fur et à mesure que l’Âge des Ténèbres progressait.

La force de la plupart des bandes de guerre Boucliers Noirs était très concentrée dans ses éléments d’infanterie de base, car, à l’écart des chaînes logistiques conventionnelles d’une Légion, les stocks d’équipement lourd ont très rapidement diminué. Il était en effet rare que ces groupes utilisent du matériel comme des Modules d’Atterrissage, car pour les récupérer en vue de leur réutilisation, il fallait généralement des moyens de soutien auxquels les Boucliers Noirs n’avaient pas facilement accès. Au lieu de Modules d’Atterrissage, la plupart des bandes de guerre Boucliers Noirs comptaient sur les classes plus légères de navires de guerre pour transporter les forces à la surface d’une planète et leur fournir un appui-feu, les Storm Eagles et les Fire Raptors étant couramment rencontrés, et il est probable que de nombreuses bandes de Boucliers Noirs ont donné la priorité à leur capture sur les forces ennemies.

Compte tenu des circonstances de leur création et de leur mode de fonctionnement, il s’est avéré impossible d’évaluer le nombre total de guerriers Legiones Astartes devenus des Boucliers Noirs pendant l’Âge des Ténèbres. Étant donné que certains peuvent avoir été créés à la suite de régimes d’implantation accélérés ou de protocoles de réplication non autorisés, ils n’ont donc jamais été inscrits sur les listes officielles de la Grande Croisade, leur nombre ayant pu être beaucoup plus élevés qu’on ne pourrait l’imaginer, quoique répartis sur les vastes étendues inimaginables de la galaxie sur laquelle l’Humanité a cherché à imposer sa domination.[8]

Source[modifier]

Pensée du Jour : « Dans le doute, détourne ton regard. »
  • The Horus Heresy, Book Six - Retribution
  1. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Blackshields (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Wars of Retribution - The Hidden Hand of The Blackshield (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Wars of Retribution - Blackshields (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Blackshields - The Steadfast, the Turncoat and the Renegade (traduit de l'anglais par Guilhem)
  5. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Blackshields - The Disavowed (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Blackshields - The Damned (traduit de l'anglais par Guilhem)
  7. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Blackshields - Command Hierarchy (traduit de l'anglais par Guilhem)
  8. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Blackshields - Materiel Strength (traduit de l'anglais par Guilhem)