Bouclier Noir

De Omnis Bibliotheca
Aller à :navigation, rechercher

Black leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpgBlack leather bg.jpg
Aquila corner hh.pngAquila corner hh.png




Marge hh.jpg
Marge hh.jpg
HH-sub-banner.png


Symbol mechanicus.png
L’Omnis Bibliotheca est vaste, peut-être vouliez-vous aller voir quelque chose qui porte le même nom : Black Shield


« Je ne me laisserai pas impressionner par lui, ni corrompu par son péché. »
- Inscription gravée à l’acide dans l’armure d’un Légionnaire Bouclier Noir anonyme.

Le terme "Bouclier Noir" ne fait pas référence à un seul corps militaire ou même à une seule catégorie de guerriers en tant que telle, mais à un phénomène qui a vu le jour dans les premières et moyennes années de l’Âge des Ténèbres et qui avait ses racines dans le plus ancien des codes martiaux. Selon ces codes, un guerrier peut, pour une multitude de raisons, choisir ou être contraint de rejeter ou de cacher son allégeance. Autrefois, lorsqu’un guerrier portait l’héraldique de sa maison, de son maître ou de sa nation sur son bouclier, il pouvait avoir une raison de le recouvrir de tissu ou de le dissimuler entièrement. Il pouvait littéralement repeindre son bouclier en noir, rendant délibérément impossible pour les étrangers de savoir où se plaçait sa véritable loyauté - s’il en avait une - si tant est qu’il en avait.

Bien qu’une telle pratique puisse avoir une utilité évidente au sein des clans et des états en guerre de l’Ancienne Terra ou sur n’importe quel monde réduit à la barbarie tout au long de l’Ère des Luttes, elle n’avait aucune place dans l’Imperium de l’Humanité à cause de l’Unité et de la Vérité Impériale que l’Empereur avait apportées aux mondes dispersés de l’Humanité. Les osts de l’Humanité qui se sont emparés de Terra pendant la Grande Croisade étaient liés par des chaînes apparemment incassables de fidélité, de sang et d’honneur, et briser son serment envers un officier de ligne était comme briser son serment envers l’Empereur et ceux qu’Il avait sauvé de la Longue Nuit. Avec l’apparition de l’Hérésie d'Horus, il a été prouvé sans l’ombre d’un doute que ces chaînes n’étaient pas aussi solides que ses maillons les plus faibles.

On ne peut pas savoir quand les premiers Boucliers Noirs sont apparus sur les champs de bataille de l’Âge des Ténèbres, et en vérité la définition est si large que certains n’ont peut-être pas été identifiés comme tels à l’époque. Certes, une petite force de guerriers des Legiones Astartes, vêtue de noir et portant l’Aquila Terran à la place d’une icône de la Légion, a été aperçue au point culminant de la Libération de Numinal pendant la guerre pour les Profondeurs Coronides, au début de 008.M3. Alors que le voile de la Conformité Noire recouvrait le nord de Imperium et que les armées Loyalistes assiégées tombaient en masse devant l’avancée inexorable des Traîtres vers la lointaine Terra, des Boucliers Noirs pareillement vêtus comptaient parmi les défenseurs qui se sont rassemblés sur les murs du Fort Stranivar, donnant leur vie pour la cause Loyaliste aux côtés de tant d’autres serviteurs dévoués et stoïques de l’Empereur.

Ces incidents n’étaient que les premiers d’une longue série qui serait signalé dans tout l’Imperium à mesure que l’Âge des Ténèbres progressait, bien que dans la plupart des cas, de tels rapports ne seraient rassemblés en un ensemble significatif que beaucoup plus tard, longtemps après que le sort de la plupart de ces guerriers ait été réglé ou non pertinent. Des bandes de Boucliers Noirs apparurent dans les zones de guerre sur toute la longueur et la largeur de l’Imperium brisé, preuve qu’il n’était pas motivés par une volonté ou une cause suprême, mais par la résurrection de cet ancien code qui demandait à un guerrier d’obscurcir ses couleurs lorsqu’il renonçait à ses serments d’allégeance envers son maître.

Bien que de nombreux groupes de Boucliers Noirs aient été identifiés, il n’y en avait pas deux qui étaient exactement les mêmes en termes d’origine ou de constitution. Si le terme décrivait invariablement un guerrier des Legiones Astartes, ce n’était pas forcement la réalité, car les origines et la nature de certains Boucliers Noirs ne pouvaient tout simplement pas être déterminées, tandis que d’autres étaient accompagnés par des soldats mortels d’une manière semblable à l’emploi par les Légions d’unités auxiliaires. De même, la véritable allégeance de nombreuses bandes de Boucliers Noirs était souvent loin d’être claire. Même lorsque leurs actes parlaient clairement de leur cause, ils se battaient rarement aux côtés des forces conventionnelles de l’une ou l’autre partie dans la guerre civile de l’Humanité ou lorsqu’ils le faisaient, ils refusaient de s’intégrer aux chaînes de commandement établies. Beaucoup de groupes de Boucliers Noirs se sont simplement battues pour leur propre cause - souvent celle de la simple survie dans une galaxie consumée par la démence et le chaos. Mais certains s’étaient clairement abandonnés à la folie même qui les avait fait naître. Ne faisant aucune distinction entre Traître et Loyaliste, ils ravagèrent les étoiles tout au long de l’Âge des Ténèbres et, dans bien des cas, bien au-delà de l’époque actuelle.

Certains ont comparé les Boucliers Noirs aux Légions Éclatées, soulignant que les deux étaient des forces irrégulières ou non conventionnelles des Legiones Astartes. Les éléments disparates des Légions Éclatées, cependant, conservaient un sens précis de l’identité et de l’héritage de leur Légion, tandis que les Boucliers Noirs se donnaient invariablement beaucoup de mal pour rejeter, dénoncer ou obscurcir leurs origines, ou même, dans certains cas, les ignoraient. En effet, bien que les Légions Éclatées étaient constituées d’unités de plusieurs Légions mères différentes, elles ont toujours cherché à défendre et à maintenir leurs propres traditions, tout en reconnaissant celles de leurs frères. Ce n’était pas le cas dans la plupart des bandes de Boucliers Noirs, et il est probable que même les escouades individuelles étaient composées de guerriers originaires de différentes Légions, dont l’identité pouvait rester inconnue même pour ses camarades.

Bien que le terme "Bouclier Noir" soit approprié, il n’a pas toujours été une description littérale des guerriers en question. Certains groupes ont été observés couverts d’une héraldique très particulière et personnalisée, et il n’y avait pas deux Légionnaires portant les mêmes couleurs. Certains appliquaient des motifs de camouflage à leur armure, une pratique rarement observée parmi les Légions. Au moins un groupe portait une plaque de combat composite, chaque pièce provenant d’autres Légions et mélangée ensemble sans cohérence, un avant-bras vert de mer pris à un Légionnaire tué des Sons of Horus porté aux côtés d’un gorget blanc d’os arraché au cadavre d’un World Eaters vaincu, par exemple.[1]

Les Boucliers Noirs

La Main Cachée du Bouclier Noir[2]

Les histoires de l’Âge des Ténèbres présentent bien plus de mystères et d’énigmes que de récits fiables ou complets, et c’est pourquoi des armées entières d’historiens-scribes s’efforcent de reconstituer quelque chose de la vérité à partir d’innombrables fragments de rumeurs. L’examen de ces fragments révèle des éléments encore plus déroutants ou troublants. Chez les géants gaziers jumeaux d’Euros, par exemple, des guerriers à la peau cendrée et aux yeux noirs, portant l’œil du Maître de Guerre sur une plaque de combat Mark VI autrement dépourvue de caractéristiques, qui ne pouvaient être que les fils renégats de Corax, ont envoyé les vastes macro-bastions plonger dans la croûte, causant ainsi la mort foudroyante de plus de vingt millions de colons.

À Gamma-Dvalin, une force de guerriers, chacun portant une armure d’une héraldique et de motifs disparates provenant de nombreux ennemis morts, a percé les voûtes d’Ytterbia et pillé les arsenaux de stase interdits qui s’y trouvaient. Un mois plus tard, les armes n-dimensionnelles volées ont été lâchées sur la 38e Compagnie de la Légion des Sons of Horus à Iantana Minor, consumant les deux armées et déchirant un continent entier dans le processus. Des photos volées et fragmentées montrent plusieurs Boucliers Noirs privés de leur casque, chacun d’eux portant une rune de gang identique tatouée sur le cuir chevelu.

Une force de Boucliers Noirs est connue pour avoir lancé des attaques contre les Sons of Horus et les légionnaires de la Death Guard à Taracanis, qui ont culminé avec l’abordage du croiseur lourd Morbid Revelation de la Death Guard et le sabotage de son puissant Canon Nova. L’étendue des dégâts n’a été découverte que lorsque l’arme a été tirée avec colère, dix jours plus tard, contre l’Arche Mechanicum Radiant Precept, ce qui a paralysé le Révélation lors de la contre-explosion qui a suivi et l’a contraint à se retirer de la guerre. Lors de la bataille des anneaux Ultiniens, les chasseurs-soldats des Sons of Horus de Tybalt Marr, à la recherche de survivants fuyant Isstvan V, ont été pris en embuscade par une force de Boucliers Noirs dirigée par un individu identifié plus tard comme étant le Morkan Sayle du centre d’attaque de la Raven Guard. Dans la bataille qui a suivi, une Ruche abritant 100 000 colons a été déstabilisée et a plongé dans les mers cristallines lyotropes d’Ultinia 7. Le Centurion Morkan a été présumé mort au cours de cette opération, ainsi que plus de la moitié de ses hommes, mais des affirmations contraires continuent d’apparaître même des décennies plus tard.

Chacune de ces batailles a servi à sa manière à influencer le cours de la guerre non seulement au niveau local, mais aussi au niveau stratégique. Même si les détails des causes et des effets étaient cachés à l’époque et ne sont plus guère perceptibles aujourd’hui, beaucoup pensent aujourd’hui que, considérés dans leur ensemble, ils représentent une contribution significative à la fin ultime de la guerre.

L’un des rares facteurs de définition communs à tous les groupes de Boucliers Noirs était le fait que tous avaient renoncé à leur héritage et qu’aucun ne se considérait comme appartenant ou redevable de quelque manière que ce soit à son Primarque ou à ses frères d’autrefois. La plupart, mais pas tous, obscurcissaient leurs couleurs d’une manière ou d’une autre, certains repeignant leur armure en noir, d’autres la récurant jusqu’au métal nu. Au moins un groupe a brûlé son armure lors d’un rite du feu rappelant certains cultes du feu des Mondes Sauvages, au cours duquel ils ont répudié leur héritage et leur héraldique, laissant leur armure noire. D’autres ont adopté une héraldique entièrement nouvelle de leur propre invention, soit guerrier par guerrier, soit par un chef à la forte volonté imposant sa vision à l’ensemble du groupe. Ainsi, au milieu des années de l’Hérésie d’Horus, les forces de Légionnaires Astartes portant des couleurs inédites ont été aperçus dans les combats à travers toute la galaxie.

Comme pour les forces des Légions Éclatées, les Boucliers Noirs ont été rencontrés des deux côtés de la guerre, et dans de nombreux cas, ils se battaient entièrement pour eux-mêmes. Certains portaient l’Aigle de Terra, d’autres l’œil du Maître de Guerre, mais d’autres encore se battaient entièrement pour leur propre cause. Aucun ne faisait partie d’une chaîne de commandement cohérente et, bien qu’ils aient parfois été alignés sur les objectifs stratégiques de l’un ou l’autre camp, ils n’ont jamais suivi ou cherché à obtenir des ordres de forces extérieures ni coordonner consciemment leurs plans de bataille avec celles-ci. De nombreuses bandes de Boucliers Noirs ont été déclarées plus tard par un édit du Conseil Terran comme étant des meurtriers et des pirates soucieux uniquement de revendiquer leurs propres domaines hors de la vue de l’Empereur ou du Maître de Guerre, comme ce fut le cas de la soi-disant Compagnie des Brisées à Boras Minor. Alors que certains d’entre eux essayaient de reconstruire quelque chose de ce qu’Horus avait détruit, d’autres ne s’intéressaient qu’à se tailler un petit empire et à réduire en esclavage ceux qui étaient trop faibles pour s’y opposer, comme ce fut le cas dans les systèmes de Truan aux mains des Neuf Lames. Certains croyaient poursuivre l’œuvre de la Grande Croisade, taillant dans le vide une bande de sang et de cendres en souvenir d’un rêve qui s’était transformé en cauchemar avec la trahison du Maître de Guerre à Isstvan.

De nombreuses années d’enquêtes approfondies révélèrent que peu de groupes de Boucliers Noirs comptaient plus d’un millier de guerriers, et qu’en termes de biens, ils étaient souvent très limités. La plupart avaient accès à une forme de navire de guerre, soit un vaisseau de la Légion, soit une embarcation spatiale capturée au cours de leur formation. Les vaisseaux d’escorte de la Legiones Astartes et les croiseurs de frappe rapide constituaient une combinaison de navire d’assaut et de base d’opérations, étant assez grands pour transporter le groupe et les véhicules et transporteurs de débarquement qu’il possédait, et suffisamment puissants au combat pour soutenir des assauts contre des mondes cibles éloignés et peu défendus. Les équipages de ces navires étaient souvent cautionnés ou liés d’une manière ou d’une autre à leurs capitaines. Beaucoup étaient des serfs de la Légion dont la loyauté était simplement transférée à leurs nouveaux seigneurs, tandis que d’autres avaient volontairement jeté leur sort avec les parias ou y avaient été contraints par des circonstances cruelles.

Quelles que soient leurs origines, les groupes de Boucliers Noirs étaient invariablement dirigés par des individus possédant une présence féroce et la volonté de forger leur propre destin, et d’entraîner les autres dans leur quête. Certains, comme Nuhmarak, le soi-disant Roi Boiteux du Néant, étaient des seigneurs guerriers sombrement couvés, aigris par le ressentiment du destin qui s’était abattu sur la galaxie. D’autres ont embrassé avec enthousiasme leur nouvelle existence et se sont réjouis de pouvoir s’attaquer à ceux qui étaient plus faibles qu’eux et de prendre par la force ce qu’ils considéraient comme leur dû, comme ce fut le cas lorsque les Cent Ombres ont écumé douze systèmes entiers dans les marches sud du secteur Chonma tout au long de 011.M31.

Un sous-type particulier de Bouclier Noir est connu presque entièrement par ouï-dire et par le mythe. Ce sont les guerriers qui se sont activement retournés contre les leurs et qui ont levé leurs armes pour s’opposer à leur Primarque et à leurs anciens frères. Personne ne peut dire combien de ces groupes ont existé, mais les rumeurs abondent sur le rejet de leur héritage par les Legiones Astartes et sur la dégradation des icônes de la Légion autrefois fièrement portées. Même vêtus de noir, les origines de ces guerriers pouvaient être discernées par une observation attentive, car chacune des Légions utilisait ses propres sous-cadres de plaques de combat des Légions Astartes, souvent très particulières, qui trahissaient les origines du porteur.[3]

L'Inébranlable, le Transfuge et le Renégat

La catégorie de Boucliers Noirs la plus difficile à définir ou à identifier avec certitude était celle composée de ceux qui ont refusé de s’aligner sur l’allégeance de leur Légion mère envers le Maître de Guerre. Bien que leur nombre réel reste inconnu, ils ne peuvent pas avoir été importants car les Primarques renégats se sont montrés horriblement disposés et capables de purger leurs Légions de ces fils qu’ils soupçonnaient de ne pas être à leurs côtés contre l’Empereur. Nous savons maintenant que les Sons of Horus, la Death Guard, les World Eaters et les Emperor's Children ont tous été purgés par les mains de leurs propres pères à Isstvan III, alors qu’il semble que Lorgar ait débarrassé sa Légion de tels éléments bien plus tôt dans le temps. Parmi les autres Légions Renégates, on peut seulement supposer que des fratricides similaires ont été promulgués, bien qu’aucun ne semble avoir été effectué avec une efficacité complète car il n’y a toujours eu des unités détachées servant loin ou au-delà de la portée des communications. Le traumatisme que ces guerriers ont subi en apprenant la trahison de leurs maîtres ne peut qu’être imaginé et le bain de sang qui s’en suivi entre frères Légionnaires a dû être tout aussi terrible que le massacre de Isstvan III.

Beaucoup de ces guerriers qui ont échappé à la trahison de leur frères ont fui dans les ténèbres et n’ont jamais été revus, tandis que d’autres se sont lancés dans des campagnes de vengeance sanglantes de courte durée, décidés à vendre leur vie chèrement et consumés par la haine envers une galaxie dans laquelle ils n’avaient plus leur place.[4]

Les Désavoués

C’est une vérité difficile à admettre pour ceux qui ont en connaissance, mais tous les Boucliers Noirs n’étaient pas que les fils des Primarques renégats. Les Loges Guerrières avaient répandu leurs philosophies pernicieuses très profondément dans les années précédant Isstvan, et peu de Légions n’étaient en effet pas du tout affectées par leur fonctionnement secret. En effet, il est à noter que dans certaines bandes de Boucliers Noirs, l’adhésion aux principes des différentes Loges Guerrières restait forte et certains étaient même accompagnés par de petites couvents de prêtres de la loge Davinite. Combien de Boucliers Noirs étaient en fait des éléments renégats de Légions Loyalistes, combien de guerriers Boucliers Noirs d’une escouade de "Maraudeur" étaient secrètement des fils de Guilliman, Dorn, Russ ou tout autre fils loyal de l’Empereur est une question qui n’a pas encore été pleinement étudiée.[5]

Les Damnés

Malgré leur rejet de l’héritage visible de leur Légion, la plupart des Boucliers Noirs restaient néanmoins reconnaissables en tant que Space Marines. Un petit nombre d’entre eux, cependant, ont étiré cette définition à un point tel qu’elle n’avait plus rien avoir avec le produit de la vision de l’Empereur. Tout au long de l’Âge des Ténèbres et au-delà, les récits de Légionnaires frappés de mutation physique ont persisté, faisant allusion à une instabilité rampante dans la pureté des semences génétiques, à la corruption du processus d’implantation, à l’exposition à certaines influences ou même à une manipulation délibérée du modèle génétique des Legiones Astartes. À première vue, ces guerriers pouvaient sembler bénis par leur force supérieure, leur rapidité ou leur résilience, mais ils se sont toujours montrés instables d’une autre manière. Certains étaient sujets à un effondrement physique ou mental dans le feu de l’action, tandis que d’autres subissaient des mutations spontanées et incontrôlées sous l’effet du stress, leurs membres se déformant en figures horribles à mesure que les os se recroquevillaient et que les muscles se déformaient, l’armure de combat se fendant en deux au cours du processus. Certains étaient impossibles à distinguer en apparence de tout autre Légionnaire, mais possédaient une force ou une aura si surnaturelle que d’autres ne pouvaient pas supporter leur présence, et avec une exposition prolongée, ils étaient poussés par un besoin inexplicable de les abattre.

Certains laissèrent entendre que les groupes composées de telles d’aberrations génétiques définies comme des Boucliers Noirs n’étaient pas vraiment des parias des autres Légions. Certains d’entre eux ont peut-être été créés délibérément en secret au sein de l’une des Légions, puis relâchés dans la galaxie déchirée par la guerre en tant qu’armes vivantes de destruction massive. Créées dans l’ignorance de leur héritage, ces forces auraient traversé les étoiles à la poursuite d’un objectif implanté, ravageant avec férocité, quoique brièvement, dans les profondeurs de l’Âge des Ténèbres.[6]

Les Bandes de Boucliers Noirs

Les bouleversements et la destruction de l’Hérésie d’Horus ont fait plus que briser certaines Légions, ils ont déchiré l’âme même des Légions Éclatées. En effet, les Primarques eux-mêmes ont tourné le dos à leur serment de loyauté, et leurs fils ont fait de même. Ils choisirent de se refaire, non pas à l’image de leurs géniteurs déchus ou de la Vérité Impériale brisée, mais sous des formes nouvelles et terribles nées de l’horreur de l’Hérésie d’Horus. Ces compagnies indépendantes de Space Marines, débarrassées des péchés du passé et des chaînes des anciennes loyautés, allaient constituer une nouvelle menace mortelle ne devant rien à personne et connue dans la galaxie sous le nom de "Boucliers Noirs".

On ne sait pas quand les premiers Boucliers Noirs sont apparus sur les champs de bataille de l’Âge des Ténèbres. Cependant, alors que le voile de la Conformité Noire tombait sur le nord de l’Imperium dans les premières années brutales de l’Hérésie d’Horus, des forces Space Marine portant une héraldique inconnue ou avilie ont été observées en train de combattre dans les deux camps du conflit. Ces incidents n’étaient que les premiers d’une longue série qui allaient être rapportés à travers l’Imperium au fur et à mesure que l’Âge des Ténèbres progressait dans sa course sanglante. Des bandes distinctes de Boucliers Noirs apparurent dans les Zones de Guerre de l’Imperium, chacune menant sa propre guerre acharnée, preuve non pas d’une volonté ou d’une cause unique, mais d’une crise de foi généralisée au sein des Legiones Astartes.[7]

Serments Brisés

Légionnaire de Soutien
Kell Dray
Bouclier de la Vraie Flamme
La Purge de 116 minoris-garmon
Il existe très peu de récits sur les actions du groupe de guerre des Boucliers Noirs connu sous le nom de "La Vrai Flamme" et ce n’est que rétrospectivement qu’il est possible de reconstituer les preuves d’une campagne d’actions menée par ce groupe. De nombreux récits de ce type ont eu lieu pendant la guerre pour l’Amas de Garmon, où l’on pense que l’organisation a pris de l’importance pour la première fois. Le légionnaire Kell Dray faisait partie d’un groupe disparate de guerriers rencontrés dans les défenses de 116 Minoris-Garmon lorsque les forces loyalistes ont déferlé pour éliminer la résistance des Traîtres. Bien qu’aucune hostilité n’ait été manifestée à l’égard des forces impériales, les Boucliers Noirs de la Vrai Flamme ont refusé de rejoindre la Flotte de Représailles et ont reçu l’autorisation de Sanguinius lui-même de tenir une garnison dans le système. Les appels pour vérifier leur statut plusieurs semaines plus tard sont restés sans réponse, laissant les commandants loyalistes supposer qu’ils avaient abandonné leur poste.[8]

Le terme "Boucliers Noirs" est lui-même révélateur de ce schisme. Il désigne en effet l’effacement de l’héraldique d’un guerrier, la répudiation de son origine et de sa loyauté au vu et au su de toute la galaxie. Dans de nombreux cas, en particulier dans les premières années de l’Hérésie d’Horus, le sens était très littéral, car les guerriers qui ne pouvaient pas supporter les actions de leur Legion ou de leur Primarque barbouillaient les couleurs qu’ils portaient fièrement avec du noir plat - longtemps la couleur du déshonneur et de la tragédie. Bien que la pratique ait évolué de ces rejets simplistes, mais profonds, vers un remplacement plus complet ou une subversion des identités autrefois imposées aux Space Marines de l’Empereur, le terme "Boucliers Noirs" est resté en usage pour les décrire. Étant donné qu’aucune de ces forces ne partageait grand-chose, de l’allégeance à l’apparence, toute tentative de classification militaire plus formelle fut jugée impossible. Ainsi, dans les annales de l’Hérésie d’Horus, le terme "Boucliers Noirs" en vint à désigner toute force de Space Marines dont l’origine parmi les Légions originelles et l’allégeance actuelle dans la guerre en cours étaient inconnues.

Compte tenu de ces faits, certains ont comparé les "Boucliers Noirs" aux "Légions Éclatées", les présentant comme un autre type de force irrégulière ou non conventionnelle des Legiones Astartes. Cependant, alors que les éléments disparates des Légions Éclatées conservaient un sens certain de l’identité et de l’héritage des Légions, les Boucliers Noirs se sont invariablement donné beaucoup de mal pour rejeter, dénoncer ou obscurcir leurs origines. En effet, alors que les Légions Éclatées étaient constituées de guerriers issus de plusieurs Légions mères différentes, elles ont toujours cherché à défendre et à maintenir les traditions de leur Légion, tout en reconnaissant celles de leurs compatriotes. Ce n’était pas le cas de la plupart des bandes de Boucliers Noirs, dont la nature même était de rejeter et d’obscurcir les traditions et l’héraldique qu’elles avaient choisi d’abandonner, se tournant souvent vers des rituels violents et des serments funestes pour enterrer leur passé.

Les différences entre les Légions Éclatées et les Boucliers Noirs étaient claires non seulement en apparence, mais aussi en action. La plupart des forces des Légions Éclatées cherchaient à coopérer et à soutenir les guerriers qui combattaient sous la même bannière, qu’il s’agisse de l’Œil d’Horus ou de l’Aquila de l’Empereur. Les Boucliers Noirs se sont montrés moins prévisibles, préférant mener une guerre privée, solitaire et acharnée, sans se soucier des actions de ceux qui auraient pu être des alliés. Pire encore, alors que les Légions Éclatées étaient résolues dans leur allégeance, de nombreuses forces des Boucliers Noirs étaient moins constantes, étant alliées un jour et ennemies le lendemain alors qu’elles cherchaient à poursuivre leurs propres objectifs cachés. Elles constituaient un élément aléatoire qui ne s’inscrivait dans aucun schéma de logique militaire, impénétrable et souvent délibérément antagoniste.[9]

Les Formes de la Folie

Boucliers Noirs Tartaros Terminator
Légionnaire inconnu
Prétendument de l’Ost des Gadaréniens
Rencontré dans la région minoris du quadrant meridi
Ce guerrier d’une Légion inconnu a été rencontré par la Ve Légion alors qu’elle menait sa campagne dans le sud de l’Amas de Garmon. Ne portant pas de nom et n’ayant pas tenté de communiquer avec les forces loyalistes, ce légionnaire ne portait que d’obscurs identifiants numériques, mais il a aidé les White Scars à prendre d’assaut un certain nombre de bastions des Traîtres avant de tomber au milieu de la tempête de feu provoquée par l’explosion d’un dépôt de munitions. L’analyse ultérieure de plusieurs captures d’images, dont l’exemple ci-joint, a conduit les spécialistes à penser que le guerrier faisait partie d’une faction des Boucliers Noirs connue sous le nom d’"Ost des Gadaréniens" ou, à tout le moins, d’un guerrier dont l’héraldique non standardisée présente une ressemblance avec celle portée par la formation irrégulière susmentionnée.[10]

Au cours de l’Âge des Ténèbres, de nombreuses bandes de guerriers "Boucliers Noirs" ont été identifiées, mais aucune d’entre elles n’avait exactement la même constitution. En fait, la plupart d’entre elles ne ressemblaient en rien aux formations standard des Space Marines ou aux autres bandes de Boucliers Noirs, chacune étant un ensemble déconcertant de guerriers et de doctrines mal assortis, réunis par le destin et des circonstances désastreuses. Les effectifs observés parmi ces bandes de guerre des Boucliers Noirs varient de deux douzaines de guerriers à deux mille, quelques centaines de guerriers étant la taille la plus courante. La force de ces groupes de guerre était presque toujours concentrée dans ses éléments d’infanterie de base, car, séparés des chaînes logistiques conventionnelles de la Légion, les stocks d’équipement lourd s’amenuisaient très rapidement au cours des batailles. Il était en effet rare que ces groupes utilisent les véhicules et les armes les plus lourdes dont disposaient autrefois les Légions, et ils s’appuyaient sur des moyens de combat plus légers et plus courants. Il est d’ailleurs probable que de nombreuses incursions des Boucliers Noirs étaient davantage motivés par le besoin d’acquérir des armes et des munitions que par un quelconque intérêt pour la guerre au sens large.

La nature exacte de leur dotations variait, certains étant équipés à la manière d’une compagnie d’infanterie standard des Legiones Astartes et d’autres maniant des armes d’origine Xenos et d’une puissance redoutable. De même, leurs méthodes d’organisation étaient dans certains cas tout à fait ordinaires, avec des unités formant des compagnies ordonnées, tandis que d’autres défiaient toute logique militaire saine. Étant donné que certains groupes de guerre sont nés de techniques d’implantation accélérés ou de protocoles de réplication non approuvés, leurs ordres de bataille non conventionnels et souvent dangereux trouvent leur origine dans le désespoir et la folie autant que dans tout rejet du passé. Cependant, malgré ces grandes différences, les érudits de l’Âge des Ténèbres classeront plus tard ces guerriers non conventionnels en plusieurs catégories :[11]

Renégats

Les bandes armées de Boucliers Noirs les plus courantes étaient celles qui avaient choisi d’abandonner leur propre Primarque et de se battre contre lui sur le champ de bataille. Certains étaient les fils parias des Légions traîtresses, fidèles à leur serment envers l’Empereur mais à jamais considérés comme souillés par ceux qui devraient être leurs frères, tandis que d’autres étaient ceux des Légions loyalistes qui étaient assez fous pour se déclarer pour Horus et chercher le pouvoir parmi les damnés. Ce qui distinguait ces guerriers des renégats les plus courants, c’était leur rejet total de leur ancienne identité. Ils ne se considéraient pas comme des World Eaters loyalistes ou des White Scars traîtres, mais plutôt comme quelque chose d’autre, éliminant souvent viscéralement les signes et les symboles de leur ancienne identité.

Au combat, ils poursuivaient sans relâche leurs anciens frères et leur père génétique, renonçant souvent à des tactiques rationnelles pour se lancer dans des assauts suicidaires. Aux yeux de ces guerriers, une seule blessure infligée à leur ancien maître valait n’importe quel nombre de vies, car la haine amère et la rage avaient depuis longtemps remplacé le sens du devoir qui les gouvernait autrefois. Peu de ces groupes de guerre survivraient à l’Âge des Ténèbres, la plupart d’entre eux étant poussés à la destruction par les nouveaux serments qu’ils avaient prêtés ou gagnés par le désespoir lorsque tous leurs efforts s’avéraient vains.[12]

Maraudeurs

Privés d’honneur et de devoir par les actions du Primarque et du Maître de Guerre, certains membres des Legiones Astartes ont trouvé une nouvelle vérité dans leur propre force. Car si le Maître de Guerre pouvait prétendre à un empire, les puissants Space Marines pouvaient revendiquer de petits royaumes à eux seuls. Liés à aucune faction, si ce n’est à leur propre cupidité et à leur propre intérêt, ces maraudeurs créèrent de sombres et terribles fiefs parmi les vestiges oubliés de l’Imperium. La noble vérité de l’Imperium fut rapidement oubliée et remplacée par la règle de la puissance, qui veut que les forts prennent pour eux ce qu’ils considèrent comme leur dû et que les faibles languissent dans la servitude et la souffrance.

Opérant comme des pirates et des pillards, ces forces ne pouvaient pas s’opposer à une véritable armée dans une bataille ouverte, mais se sont révélées être une épine persistante dans le pied des seigneurs de guerre qui luttaient contre les grands conflits de l’Hérésie d’Horus. S’attaquant aux avant-postes isolés et aux convois de ravitaillement vulnérables, ces guerriers ne frappaient que là où ils percevaient une faiblesse avant de s’enfuir dans leurs domaines cachés, ne laissant derrière eux que ruine et destruction. En effet, nombre de ces petits royaumes allaient perdurer jusqu’à La Purge et au-delà, car les guerres des Boucliers Noirs plongeaient des secteurs éloignés dans un cauchemar dont ils ne pouvaient s’échapper, coupés et perdus pour l’Imperium pendant des siècles, dans le sillage de l’Hérésie d’Horus.[13]

Atavistes

Parmi les phénomènes les plus étranges que l’on pourrait qualifier de "Boucliers Noirs", on trouve les groupes de combat qui, confrontés à l’amère vérité de l’effondrement de l’Imperium, ont préféré le déni à la rage. Ces guerriers revenaient à l’armure gris orage sans nom des premiers jours de la Grande Croisade, l’époque d’avant les Primarques où toutes les Légions ne formaient qu’une seule et même entité. Abandonnant la folie de l’Hérésie d’Horus, ils se tournèrent à nouveau vers la conquête, cherchant les derniers recoins vides de la galaxie pour répandre la Vérité de l’Empereur. Ils ne se battaient que pour leurs propres objectifs délirants, sans tenir compte des émissaires du Maître de Guerre ou de l’Empereur, et tournaient leurs lames contre tous ceux qui osaient entraver leurs croisades privées.

Contrairement à de nombreux groupes de guerre des Boucliers Noirs, ces groupes conservaient souvent les formes et les titres de la Grande Croisade, même s’ils n’avaient pas les effectifs ou l’équipement nécessaires. Au combat, ils se battaient à l’ancienne, en rangs et en carrés, comme à l’époque de la Grande Croisade, et renonçaient à tous les artifices modernes de l’Imperium. De toute leur espèce, ces guerriers n’avaient guère la faveur des factions de l’Âge des Ténèbres, si ce n’est qu’ils servaient de chair à canon à leurs ennemis. La plupart d’entre eux disparurent, mais dans les derniers jours de La Purge, il existe des témoignages épars de nouveaux royaumes incorporés à l’Imperium, leurs conquérants revêtus d’armures grises vierges que les armées de l’Imperium n’avaient pas utilisées depuis des siècles.[14]

Damnés

Les plus terribles de tous ceux qui ont porté le titre de "Boucliers Noirs" sont ceux qui ont choisi d’embrasser ce que l’Empereur avait autrefois interdit. De nombreuses technologies odieuses et de redoutables abominations psychiques avaient été scellées par l’Empereur, protégées par la menace de son courroux si quelqu’un était assez fou pour les libérer. Pourtant, avec l’éclatement de la rébellion d’Horus, il n’y avait plus personne pour s’assurer que de telles terreurs restaient scellées. Qu’ils soient poussés par le désespoir, la haine dévorante ou la simple folie, certains guerriers se sont emparés de ces outils interdits pour détruire leurs ennemis. Même les pires fanatiques des Légions traîtresses et les plus ardents défenseurs de l’Empereur n’admettaient pas l’utilisation d’outils aussi déviants, et ceux qui se tournaient vers eux étaient chassés, de peur qu’ils n’entraînent les autres dans leur folie.

Ces abominations comprenaient des armes capables d’infliger de terribles destructions à l’ami comme à l’ennemi, ainsi que de corrompre le corps et l’âme. Il s’agissait d’armes, non pas de dernier recours, mais d’anéantissement mutuel, qui ne servaient qu’à voir l’Imperium sombrer dans la ruine et la folie, sans qu’il ne reste rien aux vainqueurs pour régner. Qu’il s’agisse d’armes Xenos d’une conception insensée, de pouvoirs psychiques longtemps interdits ou même de l’horrible hérésie technologique du clonage mutagène ou de Silica Animus, certains Boucliers Noirs de renom se tournaient vers n’importe quel moyen pour assouvir leur rancune. Ces expériences amères se sont toutes soldées par des désastres, certaines consumant rapidement ceux qui étaient assez fous pour les réveiller, tandis que les plus malheureux restaient tourmentés pendant des années, détruisant de nombreuses Mondes avant d’être finalement anéantis.[15]

Les Crocs de l’Empereur

« Circa 011.m31, (Données vérifiées et verrouillées par ordre du Sigillite, AUTH99832 65 X-Ω) »
La Flotte des Crocs de l'Empereur[16]

Les éléments de la Flotte étaient placés sous le commandement direct d’Endryd Haar et n’étaient liés à aucune flotte de combat impériale existante. Contrairement à de nombreux autres vaisseaux de la Marine Impériale opérant aux côtés d’éléments des Legiones Astartes, ceux rattachés aux Crocs de l’Empereur se voyaient attribuer un Commandant Space Marine chargé de veiller à la loyauté de l’équipage et de maintenir la discipline dans des situations de combat souvent extrêmes.

Les vaisseaux suivants ont été rattachés aux Crocs de l’Empereur :

  • Le Croiseur Super-Lourd Cicatrice Tyrannis.
  • Huit vaisseaux d’escorte capable de voyager dans le Warp de classes et de capacités diverses.
  • Quatre navires de la flotte, des barges de transport à capacité Warp dotées d’un armement minimal.

Les Crocs de l’Empereur constituent l’une des plus grandes forces Boucliers Noirs connues pour avoir été continuellement actives pendant la majeure partie de l’Hérésie d’Horus. À leur apogée, ils comptaient plus d’un millier de guerriers et disposaient de vaisseaux et de véhicules super-lourds dans leur arsenal. La rumeur veut qu’ils aient reçu le soutien et les renseignements de personnalités haut placées au sein de la Divisio Militaris. En effet, les "Crocs de l’Empereur" ont parfois été rejoints par des personnalités importantes, souvent sur ordre du Sigillite de Terra, afin de les aider dans des missions spécifiques. Le plus connu de ces personnages était l’assassin opérant sous le nom d’Unvacar Noon.

Compte tenu de leur taux de pertes élevé, les Crocs de l’Empereur ont conservé un nombre limité d’officiers de terrain. Nombre d’entre eux n’étaient pas des officiers traditionnels de la Légion, mais simplement les tueurs les plus efficaces à qui Endryd Haar avait accordé l’autorité sur leurs frères de bataille. Ils disposaient également d’un nombre limité de blindés, car les chars endommagés étaient difficiles à réparer pour la force nomade, ce qui limitait leur utilisation à des engagements clés. À l’inverse, ils sont la seule force connue des Boucliers Noirs à aligner des machines de guerre Ordinatus, bien que celles-ci n’aient été utilisées qu’à trois occasions connues.

Les cinq compagnies de ligne des "Crocs de l’Empereur" formaient le gros de l’ost à la disposition du commandant de la force Haar. Chacune d’entre elles était capable de mener des actions indépendantes étendues, mais aussi d’agir de concert avec ses pairs lorsqu’elle était employée dans le cadre d’un groupement de forces plus important. Lorsqu’elles sont engagées dans une action militaire planifiée, les compagnies 1 à 5 sont renforcées par des unités de soutien spécifiques affectées par la compagnie de soutien, chacune d’entre elles étant sélectionnée pour assurer la réussite des objectifs de la compagnie. Les Capitaines de compagnie diffusent ensuite les moyens de soutien individuels à chaque détachement sous leur commandement, confiant aux Centurions subordonnés le soin de superviser leur emploi au niveau tactique. Parfois, le commandant de la force Haar prenait le commandement direct de plusieurs compagnies, parfois même de l’ensemble des "Crocs de l’Empereur", et dirigeait directement ses forces, souvent depuis la ligne de front. Il était alors accompagné par les compagnons d’élite de son commandement de terrain, ainsi que par les agents impériaux qui accompagnaient la force à ce moment-là. En plus du noyau de légionnaires des Boucliers Noirs, les "Crocs de l’Empereur" étaient accompagnés d’un nombre bien plus important de logisticiens et de personnel de soutien, allant de l’équipage des vaisseaux spatiaux aux Serfs logisticiens.[17]

Serments de Vengeance et de Colère

Légionnaire Artal Heloc
Dreadnought Contemptor
Ashen Claws
Artal Heloc porte l’héraldique des Ashen Claws sur le blindage du châssis de son Dreadnought Contemptor dans lequel il est enterré. L’histoire et les circonstances du guerrier avant l’implantation de son corps physique dans le Dreadnought sont inconnues, tout comme les détails de la Légion avec laquelle il a combattu. Malgré le mystère qui entoure la vie du guerrier, le Dreadnought Contemptor a été capturé lors de pas moins de sept engagements distincts avec les forces loyalistes au cœur du territoire tenu par les Traîtres à l’est galactique de l’Amas de Garmon. Une campagne prolifique de fratricide de traître a été stoppée par les tirs de laser à neutrons d’un escadron de Chars Sabre White Scars dans les désolations de Dellar IX.[18]

Serment : La Vendetta Éternelle

Une Légion de Space Marines s’est attiré l’inimitié éternelle de ces guerriers ; ils se sont engagés à la faire tomber et à la ruiner complètement, et se battent sans se soucier de leur propre vie pour lui infliger des souffrances. Cependant, face à d’autres ennemis, ils répugnent à dépenser des vies qui pourraient être consacrées à la chute de leur ennemi juré.[19]

Serment : La Panoplie des Anciens

Bien qu’ils aient abandonné leur loyauté envers leurs anciens maîtres, ces guerriers conservent certains éléments de leur ancienne vie, cherchant à leur donner un nouveau sens et un nouvel honneur sur le champ de bataille.[20]

Serment : Le Devoir ne s’Arrête que dans la Mort

Afin d’expier un péché ou un échec, qu’il soit réel ou seulement perçu comme tel, ces guerriers jurent de mourir jusqu’au dernier. Plutôt qu’un simple serment de mort, cette fin doit survenir dans la bataille pour que les péchés qu’ils portent soient enfin effacés et que leur victoire finale sanglante soit saisie.[21]

Serment : Le Butin de la Victoire

Certaines bandes armées, ayant abandonné leur serment de loyauté, ne se sont battues que pour leur propre profit. Ils s’attaquent aux faibles pour les voler, maraudeurs et pirates dans une galaxie en ruine où aucune main ne fait respecter la loi, si ce n’est celle de la lame.[22]

Serment : Une Éternité de Guerre

La folie du combat a emporté nombre de ceux qui ont renié leur serment, les laissant à l’état de fous sanguinaires qui ne cherchent qu’à se battre et à tuer sans se soucier de l’identité de leur ennemi. Pour ces guerriers fous, l’endroit d’où coulait le sang importait peu, seul comptait le fait qu’il coule.[23]

Serment : La Chair est Faible

Chaîne de Commandement des Crocs de l'Empereur

Libérés des lois de l’Empereur et du Maître de Guerre, de nombreux groupes de guerre des Boucliers Noirs se sont tournés vers des technologies longtemps interdites pour améliorer leurs capacités de combat. Au fur et à mesure que leur nouvelle guerre solitaire avançait, ils remplaçaient la chair faible par du métal insensible, jusqu’à ce qu’il ne reste plus grand-chose de ce qu’ils avaient été.[24]

Serment : L’héritage de Nikaea

Certains Boucliers Noirs embrassèrent les pouvoirs psychiques autrefois interdits. Ces groupes de guerre étaient dangereux au combat mais avaient tendance à s’autodétruire s’ils abusaient de leur pouvoir.[25]

Serment : L’Hélix Brisé

« Les anciens vivaient pour raconter les histoires de leur jeunesse, pour transmettre les souvenirs d’une vie vécue à ceux qui leur survivraient. Vivre à cette époque, cette ère de mort et de ténèbres, c’est n’avoir rien d’autre à raconter que la misère et la souffrance, mais c’est une histoire qui doit être écrite et qui doit être racontée. C’est un avertissement pour ceux qui pourraient survivre et reconstruire, un avertissement pour ne plus jamais emprunter le même chemin que nous. »
- Préface de l’Eulogium Imperialis.

Incapables de recruter dans leurs anciens fiefs, certaines bandes armées des Boucliers Noirs se tournèrent vers des moyens plus infames pour remplir leurs rangs qui s’amenuisaient - le vieux péché du clonage génétique ou de la réplication grossière de Progénoïdes. Privés des camps d’entraînement de Terra ou de l’hypno-endoctrinement complexe imposé aux recrues des dernières Légions, les guerriers qu’ils produisirent n’avaient rien de la discipline qui faisait autrefois la fierté des Légions Space Marine, mais portaient au contraire de terribles mutations et cicatrices, marques de leurs origines interdites.[26]

Clone

Le clonage, bien qu’efficace, réduit rapidement les troupes produites à des robots trébuchants pratiquement incapables de penser de façon indépendante. Une telle déviance peut produire de vastes armées, mais elles ne sont que de piètres copies de l’original.[27]

Aberrant

La réplication forcée de Progénoïdes est une entreprise dangereuse, car elle entraîne toujours une mutation involontaire du receveur et décuple le risque de rejet fatal. Ceux qui survivent à l’implantation sont des bêtes à moitié folles, à peine meilleur que des armes à déchaîner sur l’ennemi.[28]

Serment : Dans la Disgrâce, Tous sont Égaux

De nombreuses bandes de guerre des Boucliers Noirs ne sont guère plus que des associations disparates de parias et de déchus, sans autre direction ou leadership que la guerre et la bataille. Composées de dizaines de petits chefs de guerre, ces forces sont puissantes mais divisées, car chaque communauté ne suit que les ordres de son propre chef et ne se soucie pas d’une stratégie plus large.[29]

Serment : La Fierté est Notre Armure

Qu’il s’agisse de recrues Terrans issues des flottes originelles de la Croisade, de survivants de la Grande Croisade épuisés par les combats ou de guerriers d’élite issus des lointains mondes d’origine de la Légion, certaines bandes de Boucliers Noirs n’étaient composées que des Vétérans les plus renommés de leur Légion.[30]

Serment : La Souillure des Xenos

« Juste est la fureur du Bolter et de l’Épée Tronçonneuse, et noble est celui qui les manie, pourtant nos ennemis ne sont ni l’un ni l’autre et n’importe quelle mort suffira à en finir avec eux. »
- Euros Antar, Bouclier Noir.

Il existe de nombreuses armes terrifiantes et puissantes issues de la technologie Xenos rencontrées au cours de la Grande Croisade. Bien qu’incroyablement efficaces, elles ont été déclarées interdites par le Mechanicum et l’Empereur en raison de leurs effets néfastes sur le corps et l’esprit des humains qui les utilisent. Le désespoir de certaines forces des Boucliers Noirs a toutefois eu raison de ces inquiétudes.[31]

Armurerie Xenos

Il existe de nombreuses types de technologies Xenos, la plupart incompréhensibles pour les artificiers humains et souvent mortelles pour ceux qui tentent de les utiliser. Les rares armes qui peuvent être adaptées à un usage humain sont simplement appelées "Armes Xenos", quelle que soit leur origine, car rares sont ceux qui sont assez désespérés pour utiliser des dispositifs aussi odieux.[32]

Serment : Les Armes du Désespoir

Ce groupe de guerriers des Legiones Astartes n’utilise pas les armes communes de leurs frères, qu’ils les aient délibérément mises de côté parce qu’elles étaient souillées par les péchés de leurs compagnons ou qu’ils aient été emprisonnés et privés de force de ces armes. De retour au combat, ils sont contraints d’utiliser des armes de moindre importance, maniant des armes longues mortelles comme s’il ne s’agissait que de pistolets et faisant du désespoir une vertu. Car dans le carnage incessant de l’Hérésie d’Horus, même les armes les plus modestes alimentent le massacre qui se déroule sur les champs de bataille de la galaxie.[33]

L’Armurerie du Désespoir

Considérés comme des armes de moindre importance, ces outils sont généralement l’apanage des Milices et autres forces de ce type et, entre les mains des Legiones Astartes, ressemblent plus à des jouets qu’à des armes.[34]

Hiérarchie de Commandement

Si la structure de commandement des Légions Éclatées était irrégulière, celle des myriades de groupes de Boucliers Noirs était totalement insaisissable. Nombre de Boucliers Noirs semblaient être dirigés par la force brute ou une puissante volonté, sans référence apparente à un rang officiel que leurs leaders auraient pu avoir. On ne peut que deviner ce qui qualifiait un chef pour diriger une bande de guerre de Boucliers Noirs, mais on a observé que le sort de plusieurs de ces bandes était intrinsèquement lié aux objectifs de leur maître.

Mis à part les Seigneurs Reaver, la plupart des bandes de Boucliers Noirs présentaient une hiérarchie organisationnelle relativement plate. Les Seigneurs Reaver menaient invariablement leurs guerriers au front et parce que les effectifs globaux étaient rarement supérieurs à l’équivalent d’une seule Compagnie d’une Legiones Astartes, les officiers de ligne, les sous-grades spécialisés, les cadres de commandement et les Écuyers utilisés à travers les Légions étaient largement superflus et donc rarement vus chez les Boucliers Noirs.[35]

Les Chefs des Boucliers Noirs

Tyran Sanglant

La plupart de ceux qui ont abandonné leurs anciennes Légions ne l’ont pas fait pour de grands idéaux ou de nobles ambitions, mais pour leur propre profit. Ces guerriers cherchaient à forger leurs propres petits royaumes et à bâtir leurs propres armées, afin de profiter de la destruction qui s’était abattue sur l’Imperium. Ils se souciaient peu du camp pour lequel ils se battaient, mais seulement de ce qu’ils pouvaient gagner en sacrifiant la vie de leurs partisans.[36]

Héro Oublié

Pour certains des héros de la Grande Croisade, les actions de leur Légion pendant l’Hérésie d’Horus étaient un anathème. Incapables de supporter un tel déshonneur, ils choisirent d’abandonner leurs frères et de tracer une nouvelle voie, rassemblant des guerriers partageant les mêmes idées et recherchant des batailles correspondant à leurs idéaux. Ceux qui ont choisi de combattre à leurs côtés ne l’ont pas fait par devoir ou par peur, mais par admiration, et les ont volontairement suivis dans les batailles les plus terribles de la guerre.[37]

Un Stratège Retors

Parmi les chefs de guerre des Boucliers Noirs, les plus dangereux étaient ceux qui cherchaient à guider le cours sanglant de la guerre depuis l’ombre. Ces guerriers se soucient peu de la vie de leurs partisans ou des bénéfices éphémères de la gloire et de la richesse, mais cherchent plutôt à accomplir un complot ou une prophétie qui changera le cours de la guerre. De tels adversaires sont impossibles à prévoir ou à anticiper et constituent un danger permanent pour les plans des grands et des sages.[38]

Force Matérielle

Les forces observées parmi les bandes de guerre Boucliers Noirs variaient entre deux douzaines à 2 000 membres, 500 étant le niveau le plus couramment rencontré. Aucune formation de bataille reconnaissable ne dominait et chaque force était constituée en fonction de l’attitude de son seigneur, de ses guerriers et des limites logistiques qui leur étaient imposées par le destin. Tandis qu’on rencontrait des types d’escouades des Legiones Astartes qui étaient spécialisées, il était courant pour les escouades de base des Boucliers Noirs de transporter un large éventail d’équipements, souvent sans que deux guerriers soient armés de la même manière. Ce phénomène éloignait les guerriers des Boucliers Noirs de leurs racines de Légionnaires Astartes et de leurs escouades d’origine, devenant des "Maraudeurs", au fur et à mesure que l’Âge des Ténèbres progressait.

La force de la plupart des bandes de guerre Boucliers Noirs était très concentrée dans ses éléments d’infanterie de base, car, à l’écart des chaînes logistiques conventionnelles d’une Légion, les stocks d’équipement lourd ont très rapidement diminué. Il était en effet rare que ces groupes utilisent du matériel comme des Modules d’Atterrissage, car pour les récupérer en vue de leur réutilisation, il fallait généralement des moyens de soutien auxquels les Boucliers Noirs n’avaient pas facilement accès. Au lieu de Modules d’Atterrissage, la plupart des bandes de guerre Boucliers Noirs comptaient sur les classes plus légères de navires de guerre pour transporter les forces à la surface d’une planète et leur fournir un appui-feu, les Storm Eagles et les Fire Raptors étant couramment rencontrés, et il est probable que de nombreuses bandes de Boucliers Noirs ont donné la priorité à leur capture sur les forces ennemies.

Compte tenu des circonstances de leur création et de leur mode de fonctionnement, il s’est avéré impossible d’évaluer le nombre total de guerriers Legiones Astartes devenus des Boucliers Noirs pendant l’Âge des Ténèbres. Étant donné que certains peuvent avoir été créés à la suite de régimes d’implantation accélérés ou de protocoles de réplication non autorisés, ils n’ont donc jamais été inscrits sur les listes officielles de la Grande Croisade, leur nombre ayant pu être beaucoup plus élevés qu’on ne pourrait l’imaginer, quoique répartis sur les vastes étendues inimaginables de la galaxie sur laquelle l’Humanité a cherché à imposer sa domination.[39]

Sources

Pensée du Jour : « La Volonté de l’Empereur est irrécusable ! »
  • The Horus Heresy, Book Six - Retribution
  • The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon
  1. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Blackshields (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Wars of Retribution - The Hidden Hand of The Blackshield (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Wars of Retribution - Blackshields (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Blackshields - The Steadfast, the Turncoat and the Renegade (traduit de l'anglais par Guilhem)
  5. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Blackshields - The Disavowed (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Blackshields - The Damned (traduit de l'anglais par Guilhem)
  7. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legions Reforged - Blackshields, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  8. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legions Reforged - Blackshields Support Legionary, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  9. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legions Reforged - Broken Oaths, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  10. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legions Reforged - Blackshields Tartaros Terminator, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  11. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legions Reforged - The Forms of Madness, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  12. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legions Reforged - The Forms of Madness, Renegades, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  13. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legions Reforged - The Forms of Madness, Marauders, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  14. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legions Reforged - The Forms of Madness, Atavists, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  15. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legions Reforged - The Forms of Madness, Damned, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  16. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - The Fangs of the Emperor (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  17. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - The Fangs of the Emperor, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  18. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Blackshields Contemptor Dreadnought, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  19. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Oaths of Vengeance and Wrath, Oath: The Eternal Vendetta (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  20. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Oaths of Vengeance and Wrath, Oath: Panoply of Old (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  21. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Oaths of Vengeance and Wrath, Oath: Only in Death Duty End (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  22. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Oaths of Vengeance and Wrath, Oath: The Spoils of Victory (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  23. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Oaths of Vengeance and Wrath, Oath: An Eternity of War (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  24. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Oaths of Vengeance and Wrath, Oath: The Flesh is Weak (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  25. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Oaths of Vengeance and Wrath, Oath: The Legacy of Nikaea (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  26. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Oaths of Vengeance and Wrath, Oath: The Broken Helix (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  27. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Oaths of Vengeance and Wrath, Oath: The Broken Helix, Clone (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  28. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Oaths of Vengeance and Wrath, Oath: The Broken Helix, Aberrant (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  29. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Oaths of Vengeance and Wrath, Oath: In Disgrace all are Equal (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  30. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Oaths of Vengeance and Wrath, Oath: ¨Pride is our Armour (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  31. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Oaths of Vengeance and Wrath, Oath: The Taint of the Xenos (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  32. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Oaths of Vengeance and Wrath, Oath: The Taint of the Xenos, Xenos Armoury (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  33. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Oaths of Vengeance and Wrath, Oath: The Weapons of Desperation (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  34. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Oaths of Vengeance and Wrath, Oath: The Weapons of Desperation (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  35. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Blackshields - Command Hierarchy (traduit de l'anglais par Guilhem)
  36. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Blackshields Warlord Traits, Bloody Tyrant, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  37. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Blackshields Warlord Traits, Forgotten Hero, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  38. The Horus Heresy - Campaigns of The Age of Darkness : The Battle for Beta-Garmon, Chapter Legiones Astartes Blackshields - Blackshields Warlord Traits, Twisted Strategist, (traduit de l'anglais par Trazyn l'Infini)
  39. The Horus Heresy, Book Six - Retribution, Chapter The Blackshields - Materiel Strength (traduit de l'anglais par Guilhem)