Troisième Guerre pour Armageddon

De Omnis Bibliotheca
EnProgrès.jpg
Artikle pô fini. J’suis en train d’mettre ça
kom il fô pour k’ça soit tout bô tout bien !
- Krapull Kass’Krane, Mékano
et scribe stagiaire Ork.


Phase 1: l’Approche

Parmi les décombres laissées par la première invasion de Ghazghkull Thraka, une étude méticuleuse des défenses de la planète fut entreprise en 948.M41. Au vu de l’importante valeur stratégique d’Armageddon pour l’Imperium, l’Adeptus Terra ordonna de grands travaux pour protéger le système planétaire de toute attaque éventuelle. Le commandement naval du secteur fut ainsi transféré dans le système Armageddon et les Docks de St. Jowen furent reconstruits et agrandis pour pouvoir accueillir des vaisseaux de guerre interstellaires de toutes classes et de tous types. Trois stations de surveillance en état d’alerte permanent furent établies en périphérie du système. Elles furent baptisées du nom de trois héros de la Deuxième Guerre d’Arrnageddon : Mannheim, Dante et Yarrick. Les défenses au sol et orbitales furent reconstruites et renforcées, et des champs de mines furent implantés dans tout le système. De même, le nombre de patrouilles effectuées fut considérablement augmenté.

Sur Armageddon elle-même, le long travail de reconstruction des ruches dévastées par les hordes de Ghazghkull commençait. Un processus laborieux qui, en dépit d’un gros investissement en ressources et en main d’œuvre, n’était toujours pas achevé cinquante ans plus tard. Cela était entre autres dû aux nombreux régiments de défense mobilisés durant cette période, malgré un allégement du quota de troupes que la Garde Impériale devait fournir. Pour diriger Armageddon, on créa également un conseil militaire composé de personnalités illustres de la Garde Impériale, de la Flotte, du Departmento Munitorum, de l’Adeptus Mechanicus, de l’Ecclésiarchie et des gouverneurs de chacune des grandes ruches de la planète. Le conseil était dirigé par le Général Kurov de la Garde Impériale, vétéran respecté de la Croisade de Bakkus. De 949.M41 à 978.M41, il coordonna une série de campagnes xenocides dans les jungles équatoriales entre Armageddon Primus, Secundus et le monde glaciaire de Chosin, afin d’éliminer tant que faire se peut les implantations Orks, résultantes de l’invasion de Ghazghkull Thraka. Cinquante ans plus tard, Armageddon se rétablissait, avec des défenseurs plus préparés que jamais. Ce ne fut cependant pas suffisant.

Les signes avant coureur furent des attaques des systèmes proches d’Armageddon et de mondes des environs. Le monde de Minerrva fut d’abord la victime de pirates Orks, puis le monde agricole de Ruis fut attaqué à son tour. En quelques mois, malgré tous les efforts de la Flotte Impériale, le nombre de vaisseaux de transports parvenant à atteindre le système Armageddon était réduit de moitié. On aurait dit qu’une présence invisible savait que les forces impériales étaient obligées de garder le système Armageddon et ne pouvaient pas patrouiller librement dans le secteur. Du jour au lendemain, les innombrables raids pirates se transformèrent en assaut de bases, puis de colonies peu ou mal défendues, et enfin de satellites. Bientôt, les premières invasions à l’échelle planétaire commencèrent. Des douzaines de mondes affiliés à l’Imperium furent attaqués en l’espace d’une journée et les Astropathes d’Armageddon recevaient sans cesse des rapports d’attaques Orks. Le Tarot de l'Empereur annonçait à chaque consultation sang, destruction et le Retour de la Bête. Les rumeurs les plus alarmantes ne tardèrent pas à se répandre sur le retour en force d’un Ghazghkull ivre de vengeance. Même le bureaucrate le plus borné aurait été contraint d’admettre qu’une gigantesque Waaagh! Ork était en train d’engloutir tout le secteur Armageddon. Après la perte supposée de la Force Trajan contre les Orks dans le système Desdena, le général Kurov envoya un appel de détresse aux régiments de la Garde Impériale et aux divers chapitres de Space Marines se trouvant à proximité pour venir défendre Armageddon.

Phase 2 : Le Retour de la Bête

Le jour de la Fête de l’Ascension de l’Empereur, cinquante-sept ans après la première invasion Ork, un grand remous dans l’Immaterium fut détecté tandis qu’une flotte Ork sortait du Warp et que les hordes de Ghazghkull Thraka déferlaient à nouveau sur Armageddon. L’alerte de la station de surveillance Dante fut interrompue en cours de transmission alors que les vaisseaux Orks passaient par centaines.

Les derniers rapports de la station Dante indiquaient l’arrivée dans le système d’une flotte composée d’une bonne cinquantaine de Croiseurs Orks, de plus de trois cents Escorteurs et d’au moins quatre Space Hulks. Les forces d’Armageddon furent aussitôt mises en alerte et sept escadres de Croiseurs impériaux, menés par les Cuirassés de classe Apocalypse His Will et Triumph, quittèrent les docks stellaires de St. Jowen en moins de vingt-quatre heures. La Flotte Impériale commandée par l’Amiral Parol engagea le combat cinq jours plus tard, prenant tous les éléments de tête de la gigantesque flotte Ork en embuscade près de la planète à forte gravité de Pelucidar.

Pas moins de soixante vaisseaux Orks furent détruits lors de l’engagement initial, sans une seule perte impériale. Les vaisseaux de Parol affrontèrent ensuite des escadres de Kill Kroozers et des nuées de Chassa-Bomba partis en éclaireurs. Les vaisseaux impériaux se battirent vaillamment, et purent annihiler un grand nombre d’ennemis grâce à leur artillerie, mais la flotte Ork était très supérieure en nombre et les vaisseaux impériaux, à un contre six, cédaient peu à peu du terrain. Les Orks lançaient des attaques suicides sur les batteries de canons, sacrifiant une douzaine de vaisseaux pour un seul navire impérial. Au plus fort des combats, l’amiral Parol reçu alors des messages des stations Yarrick et Mannheim l’informant de l’arrivée de trois autres flottes Orks dans le système. Presque simultanément, le Triumph fut pris en tenaille par cinq Kill Kroozers et gravement endommagé par leurs tirs croisés et les téléportations de troupes d’abordage. Sachant que son devoir était de préserver la flotte pour un conflit qui s’annonçait long, l’Amiral Parol donna à contrecœur l’ordre d’effectuer une retraite générale.

Les stations de surveillance d’ores et déjà condamnées furent détruites quelques heures plus tard. Selon leurs dernières estimations, les flottes combinées des Orks comptaient pas moins de deux mille vaisseaux de ligne et au moins douze Space Hulks. En dix mille ans d’histoire, on n’en avait jamais vu autant au même endroit l’Amiral Parol, ne disposant plus que de cinq escadres de Croiseurs et d’un seul Cuirassé opérationnels, ne pouvait pas faire grand-chose d’autre que lancer des attaques de harcèlement contre les armadas Orks qui pénétraient dans le système. Les renforts impériaux devaient arriver bientôt, et l’Amiral Parol espérait être alors en mesure de reprendre le contrôle de l’espace.

En attendant, les Escorteurs et autres Croiseurs légers de Parol harcelaient les Orks du mieux qu’ils le pouvaient. Ils les attiraient dans des pièges, des champs de mines, et faisaient tout leur possible pour réduire la marée de machines Orks qui déferlait sur le système Armageddon. Sur les arrières de la flotte Ork, talon d’Achille habituel des flottes des peaux-vertes, les vaisseaux impériaux furent confrontés à des douzaines de Roks, rudimentaires astéroïdes-forteresses guidés. L’armement lourd de ces derniers rendait difficile toute attaque directe, mais leur présence en aussi grand nombre dans ce secteur semblait indiquer quelque sinistre dessein qui ne laissait présager rien de bon.

Curieusement, les peaux-vertes ne firent pas de détour pour prendre les docks de St Jowen. Les flottes Orks les bombardèrent copieusement six jours durant tout en lançant des attaques répétées de barges d’assaut. Les guerriers Orks parvinrent ainsi à s’emparer des sections inférieures des docks. Les troupes impériales gardaient néanmoins le contrôle de l’installation, mais cette dernière était devenue quasiment inutilisable suite aux dommages critiques causés par es bombardements et les raids Orks. Seule l’intervention de deux équipes de Chasseurs-Tueurs de l’Ordo Xenos plus tard dans la campagne permit de repousser les peaux-vertes tout au fond de la station, jusqu’aux immenses fosses de stockage des isotopes radioactifs.

Phase 3 : Débarquement

Sur Armageddon, on se préparait en hâte, mettant tant bien que mal à profit les dernières semaines qui précédaient l’arrivée de la flotte ennemie. Les Légions Titaniques rallumèrent leurs antiques réacteurs à plasma et prirent leurs positons défensives autour des ruches. Tous les régiments de la Garde Impériale se retranchèrent alors que les Space Marines de plus de vingt chapitres se dispersaient dans les désolations et les montagne. Chaque jour, les vaisseaux marchands forçaient le blocus Ork pour ramener des renforts sur la planète, et le dernier à toucher le sol avait une légende à son bord : le Commissaire Yarrick, "le Vieux" en personne. Sous les acclamations de la foule, vingt ans après, il foula à nouveau le sol de la planète.

Le vieux Commissaire rencontra le conseil militaire la nuit même pour dresser le bilan des tactiques et stratégies de Ghazghkull et s’assurer que nul ne sous-estimait ses capacités. Beaucoup le crurent vieux et las, abattu par l’imminence d’une autre invasion Ork, mais ceux qui le connaissaient mieux discernaient la farouche détermination qui brûlait encore dans son unique œil valide. Le général Kurov avait toujours fait preuve de pertinence dans ses jugements, et il fut impressionné par l’énergie et l’intelligence du Commissaire Yarrick. Il lui offrit donc de prendre la direction du conseil militaire pour toute la durée du conflit qui s’annonçait, et le vieil officier impérial accepta, au grand soulagement de tous.

Six semaines après son intrusion dans le système Armageddon, l’immense armada de Ghazghkull Thraka engagea les stations spatiales et les plates-formes d’armes en orbite haute autour de la planète. Ceux qui espéraient que les puissantes défenses orbitales d’Armageddon pourraient repousser les Orks durent vite déchanter. La bataille orbitale fit rage pendant trois jours et deux nuits, mais à l’aube du troisième jour, les cieux étaient zébrés de traînées d’engins de débarquement Orks et de vaisseaux d’attaque en piqué. La ruche Hadès, encore en ruines depuis la dernière guerre, fut la première à tomber. Dans un terrible acte de vengeance, Ghazghkull choisit de ne pas combattre Hadès. Au lieu de cela, la ruche entière et tous ses habitants furent écrasés sous d’énormes astéroïdes largués depuis les Space Hulks en orbite. Cet acte de destruction aveugle ne devait être que le prélude au bain de sang qui n’allait pas manquer de suivre.

Alors que les feux de la destruction d’Hadès illuminaient l’horizon, les premières forces d’assaut des Orks engagèrent les troupes impériales près de Volcanus, d’Acheron et des Marais de la Mort. Les lasers lourds de la défense au sol et les missiles orbitaux infligèrent de terribles pertes aux Orks durant leur descente, mais les survivants se regroupèrent et attaquèrent avec une telle férocité qu’ils furent progressivement de plus en plus nombreux à pouvoir atteindre le sol. Des Orks primitifs dévalèrent alors les flancs des montagnes Pallidus et surgirent des jungles équatoriales pour rejoindre la Waaagh!. Là où les défenses s’avéraient trop fortes pour un assaut direct, d’énormes bandes de peaux-vertes et leurs machines de guerre étaient téléportées directement depuis les Space Hulks. Les défenses au sol furent réduites au silence en un seul jour, et le Commissaire Yarrick ordonna à tout aéronef disponible d’engager le combat pour infliger le plus de dommages possible aux hordes de Ghazghkull Thraka avant qu’elles ne touchent le sol.

Le ciel jaune sulfureux d’Armageddon fut sillonné de milliers de traînées lorsque les Chassa-Bomba Orks affrontèrent les Furies et les Thunderbotts impériaux. Les chasseurs impériaux avaient l’avantage de pouvoir retourner à leur base pour ravitailler, tandis que les Orks devaient conserver assez de carburant pour remonter jusqu’aux vaisseau-mères et à leurs Space Hulks en orbite. Ils ne tardèrent cependant pas à s’emparer de bases au sol et la bataille aérienne tourna alors rapidement en défaveur des pilotes impériaux.

Au plus fort des combats aériens, cinq jours après le débarquement, la ruche Acheron tomba soudainement, suite à une trahison. Des rapports mentionnent le sabotage de systèmes d’alimentation et d’Orks sortant de tunnels secrets en plein cœur de la métropole. Il s’avéra que l’instigateur de ces crimes odieux n’était autre que le criminel de guerre Herman von Strab. Clamant son droit divin et légitime à régner à nouveau sur Armageddon, il avait pris le contrôle de la ruche. Des escouades de peaux-vertes se chargeaient de réduire au silence tout dissident mettant en doute sa légitimité. Une grande partie de la vieille noblesse d’Acheron s’abaissa à accueillir von Strab comme un prince retrouvé, malgré son alliance avec les Xenos les plus dangereux de la galaxie.

Dans la ruche Volcanus, le jour même de la chute dAcheron, l’infanterie Ork submergea les vingt kilomètres carrés de défenses du sommet du mont Volcanus situés en périphérie de la ruche. Dix-sept régiments impériaux de la milice d’Armageddon furent mis en déroute et les Orks capturèrent de nombreuses armes et fortifications intactes. Volcanus elle-même fut assiégée et bombardée sans relâche par les armes de barrage et les Macro-Canons capturés.

Aux Marais de la Mort, la guerre prenait meilleure tournure. Les titans des Legios Tempestor et Victorum escortés de leurs régiments d’appui de Skitarii annihilèrent la tribu des Orks Blackfire dans la plaine d’Anthrand, au cours d’une boucherie qui dura trois jours. Mais les Orks continuaient de débarquer inlassablement et les combats s’étendirent à là planète entière, si bien que chaque usine et chaque ruche fut bientôt impliquée dans les combats. Les peaux-vertes étaient souvent repoussés, mais ils se regroupaient encore et toujours pour revenir à la charge dans l’heure, poussant les défenseurs jusqu’à l’extrême limite de leur détermination.

Comme Yarrick l’avait prévu, les stratégies de Ghazghkull s’avérèrent redoutables. Les Orks utilisaient leur suprématie aérienne pour bombarder les forces impériales dès qu’elles tentaient de former une ligne de front, immobilisant ainsi les impériaux le temps de débarquer des troupes pour les encercler. Lorsqu’ils étaient en infériorité numérique, les Orks pratiquaient la guérilla, frappant l’ennemi et disparaissant dans les désolations avant toute riposte. Ghazghkull Thraka avait parfaitement tiré les leçons de Chigon 17 et avait préparé ses plans de sorte à ce que les combats soient épars et chaotiques, conditions dans lesquelles les bandes d’Orks excellent et où les régiments impériaux sont privés du soutien et de la coordination dont ils ont absolument besoin pour combattre efficacement. Seuls les Space Marines, sillonnant sans relâche l’arrière-pays pour traquer les Orks à la moindre occasion remportaient victoires sur victoires.

Phase 4 : Guerre Totale

Alors que la bataille faisait rage sur la planète, Ghazghkull dévoila une autre de ses surprises soigneusement préparées. Les dizaines d’astéroïdes forteresses repérés par l’Amiral Parol commencèrent a quitter leurs orbites. Freinés par de puissants champs de force, des tuyères et des Canons Traktors modifiés, ils se posèrent dans les jungles équatoriales et sur Armageddon Primus et Secundus. Beaucoup furent détruits par les tirs des défenseurs ou des accidents, mais ceux qui survécurent devinrent des bastions pour les Orks, des points de ralliement et des forteresses déjà construit. En plus de leurs énormes canons et batteries de missiles, les Roks contenaient des téléporteurs géants comme celui qu’utilisa Ghazghkull lors de sa campagne de Piscina. Ils ne tardèrent pas à amener au sol un flux constant de renforts, dont des Gargants et de l’artillerie lourde ! Soutenu par les Titans des Legio Metallica et Ignaturn, Yarrick mena personnellement les Troupes de Choc Cadiennes à l’attaque et parvint à détruire plusieurs forteresses, mais des régiments impériaux entiers périrent en quelques heures durant l’assaut des autres Roks. La tâche de venir à bout de ces forteresses fut donc confiée aux Space Marines, et le chapitre des Salamanders se distingua particulièrement pour ses victoires face aux Roks du fleuve Hemlock.

Curieusement, les Orks débarquèrent aussi sur les Désolations de Feu et les Terres Mortes au nord et au sud du principal continent d’Armageddon. Même Yarrick fut surpris, car ces contrées étaient vraiment inhabitables et sans valeur. Tout s’expliqua quelques semaines plus tard, lorsque des centaines de gigantesques sous-marins Orks émergèrent des eaux polluées pour accoster à Tempestora et Helsreach. Bien sur, la surprise fut totale, Tempestora tomba en quelques jours et les docks d’Helsreach furent capturés dans la foulée. Seule une résistance acharnée des gangs de miliciens d’Helsreach, aidés de compagnies entières de Troupes de Choc et de Space Marines dépêchés en catastrophe sur place, permit d’éviter la chute de la ruche.

La première grande confrontation entre les machines de guerre Orks et impériales eut lieu quatorze jours après le débarquement initial. Une bataille fit rage pendant dix jours tout autour du complexe industriel Diabolus, alors que les bandes de Gargants Orks des Big Boss Burzuruk et Skartang affrontaient les Titans de la Legio Crucius. Six Titans impériaux et huit Gargants turent détruits, et de nombreux autres nécessitèrent des mois de réparations. Les ateliers et les fonderies du complexe Diabolus furent rasés au cours de ce combat titanesque. Après la bataille, les Kultes d'la Vitesse encerclèrent la ruche Infernus, la coupant de toute aide extérieure. Les contre-attaques mécanisées rencontrèrent un certain succès au début, mais un régiment entier de Chem Dogs de Savlar fut annihilé par les Fondus d’la Vitesse, et les assiégés abandonnèrent toute velléité de sortie.

Alors que les défenseurs impériaux acculés cherchaient un moyen de briser le siège, une vaste horde Ork fut signalée autour des montagnes Pallidus au nord-est. Cette dernière fut bientôt visible depuis le sommet de la ruche : un véritable océan de guerriers Orks, semblant remplir les Désolations de Cendres au point de déborder. D’immenses Gargants avançaient au milieu, tels de grands navires voguant sur une mer verte. Les chants de guerre gutturaux des Orks s’entendaient à trente kilomètres à la ronde, et leur marche faisait trembler le sol. Mais le pire, ce qui glaçait le sang des infortunés spectateurs était que les innombrables hampes de bannières qui parsemaient la horde arboraient le glyphe personnel du grand Ghazghkull Mag Uruk Thraka. Il ne s’agissait plus d’une armée de peaux-vertes parmi tant d’autres, mais de celle du pire cauchemar auquel Armageddon ait jamais eu à faire face.

Alors que l’ombre des Space Hulks odes en orbite obscurcissait le ciel, les premiers bombardements firent comprendre aux citoyens d’Infernus que leur destin était scellé. Ils se préparèrent dans le plus grand calme, recommandant leurs âmes à leur Empereur, construisant des barricades ou distribuant des munitions. Ils essayèrent de s’inspirer des légendes du Commissaire Yarrick et de la manière dont il avait fait chèrement payer chaque pouce de terrain la vermine verte. Mais tous n’eurent pas la bravoure d’affronter la mort et plusieurs milliers tentèrent de fuir dans les désolations pour finir tués ou capturés par les Fondus d’la Vitesse qui rôdaient autour de la ruche comme des vautours.

L’Adeptus Arbites entra alors en action pour ramener ou exécuter ceux qui refusaient d’accomplir leur devoir envers l’Empereur. Alors que la horde de Ghazghkull Thraka arrivait à posée, les derniers canons de siège d’Infernus crachèrent leurs obus sur la masse verte jusqu’a ce qu’une riposte orbitale les réduise au silence. Durant la brève accalmie qui s’ensuivit, Ghazghkull envoya un messager aux défenseurs d’Infernus. C’était le Colonel Goder des Chem Dogs, horriblement mutilé, sans yeux ni mains, portant ce simple message qui devait être entendu maintes fois dans les mois à venir :

« Rendez-vous tous, ou kreuvez tous ! »


Retour à Tempestora

Les milices de défense de Tempestora n'avaient rien pu faire face à la marée verte et avaient été massacrées, toute la cité-ruche tombant en moins d’une nuit aux mains des Orks. Seul le sacrifice héroïque de deux régiments des Forces de Défense Planétaire permit de contenir les Orks à l’intérieur de la ruche le temps que la Légion d’Acier et les Spaces Marines des chapitres Storm Giants et Malevolent n’arrivent pour empêcher l’ennemi de se répandre dans tout le secteur.

D’autres contingents furent rapidement déroutés vers Tempestora, et après plusieurs jours de combats acharnés, toute sortie des Orks fut définitivement impossible. Les ingénieurs du Génie érigèrent rapidement la Ligne Morpheon, un anneau fortifié entourant Tempestora, établissant le siège de la cité-ruche. Jour après jour, les Orks tentèrent de briser les défenses, et furent à chaque fois repoussés à l’intérieur de la ruche. D’autres renforts arrivèrent sur place, et les forces impériales purent bientôt passer à l’offensive, bombardant la ruche sans relâche pendant que les sapeurs creusaient un réseau de tranchées en direction de l’enceinte extérieure. Il fallut plusieurs jours pour que les troupes d’assaut soient enfin à portée des murs, et les premières tentatives furent repoussées avec des pertes considérables, plusieurs régiments annihilés par l’artillerie lourde des Orks.

Le Dernier Assaut

Les batteries impériales ouvrirent finalement une brèche dans les fortifications, et le Capitaine Tycho des Blood Angels, succombant à la Rage Noire, pénétra dans la ruche à la tête des premiers combattants, tenant cette tête de pont le temps que le reste des troupes arrive. Cette bataille restera probablement dans l’Histoire comme un acte des plus héroïques et, même si Tycho périt dans l’assaut, son sacrifice permit de tenir la brèche suffisamment longtemps pour que l’armée s’empare des fortifications et des bunkers extérieurs. L’artillerie put s’approcher, et couvrir de ses tirs la ruche elle-même, les obus s’abattant chaque jour par milliers sur Tempestora, déclenchant des incendies d’une telle ampleur que les flammes étaient visibles de la ruche Volcanus, pourtant située loin au sud.

Une force combinée de Salamanders, de Blood Angels et de la Légion d’Acier tenta de reprendre le complexe de Tempestora Est mais, même si l’arrivée fort opportune des White Scars permit un temps de repousser les Orks, leur résistance s’avéra impossible à briser. Le « Vieil Homme » lui-même, Yarrick, espéra reprendre le secteur industriel, mais sa présence charismatique ne put faire de miracle. Les usines demeurèrent finalement sous contrôle Ork, même si des semaines de combats avaient pratiquement réduit à néant leurs capacités de production. Jour après jour, les forces impériales progressaient dans les ruines. Chaque mètre carré était conquis l’était au prix fort, les Orks s’accrochant au moindre atelier et hangar, défendant jusqu’au dernier les immenses usines-cathédrales. Les troupes combattaient des jours durant sans jamais voir la lumière blafarde du soleil d’Armageddon, et sans savoir si cet enfer cesserait bientôt. Les Kommandos Orks piégeaient chaque mètre carré et tendaient des embuscades à chaque coin de rue. Nul n’était en sécurité nulle part.

Dissension dans les Rangs

La progression impériale ralentit finalement car les troupes avaient de plus en plus peur de faire le moindre pas en avant. Les exécutions ordonnées par les Commissaires atteignirent des proportions alarmantes. Lors des combats pour la prise de la Porte du Zéphir, des éléments des Tirailleurs de Zouman se mutinèrent et refusèrent de monter à l’assaut. L’officier de la brigade exécuta en personne et un à un tous les officiers, en commençant par les plus gradés, avant d’être lui-même abattu par de simples soldats. Il eut cependant le temps d’avertir le Commissariat de la trahison des Zoumans, avant qu’un sergent ne lui loge une balle dans le crâne. Lorsque les Tirailleurs se replièrent vers les lignes impériales, le Capitaine Vinyard des Marines Malevolent ordonna à ses escouades d’ouvrir le feu sur eux, massacrant toute la brigade dissidente. L’officier Space Marine lança ensuite ses troupes à l’assaut des lourdes portes fortifiées, les conquérant après trois heures de sanglants combats.

Renforts Orks

Ces succès ponctuels n’empêchèrent pas les Orks de recevoir des renforts en provenance des Désolations de Feu, grâce à l’incessant ballet de leurs submersibles. Plusieurs jours durant, les docks déversèrent leur flot de peaux-vertes impatients d’en venir aux mains, avant que des escadrons de bombardiers décollant des bases impériales ne déversent des tonnes de bombes sur les docks pour endiguer l’assaut. Il était cependant trop tard, la supériorité numérique des Orks étant déjà énorme, leur permettant de lancer leur contre-attaque. Les forces impériales furent violemment repoussées, incapable de résister à une marée de peaux-vertes, de Chariots de Guerre, et de Boit’kitu, qui semblait ne jamais vouloir se tarir. Les pertes des deux camps furent telles que les rues étaient littéralement bloquées par des montagnes de cadavres, mais les Orks poursuivaient leur avance, grimpant sur les restes de leurs congénères dans leur frénésie sanguinaire. Aucune mesure disciplinaire ne put retenir la déroute de la Garde Impériale, et seule l’inébranlable volonté de l’Adeptus Astartes empêcha l’annihilation des armées de l’Imperium.

Épuisées par les combats, les troupes se replièrent en hâte sur la Ligne Morpheon. Le moindre régiment qui avait été engagé dans le conflit avait subi de lourdes pertes, certains n’alignant plus qu’un cinquième de leurs effectifs initiaux. La guerre n’était cependant finie, car les Orks de la tribu des Black Slayers, poursuivant les fuyards, atteignirent la ligne de défense. Suivant leur exemple, d’autres Orks s’élancèrent, portant bien vite les combats à l’extérieur de la ruche, jusque dans les positions impériales. Ce fut le point culminant des combats, qui avaient pourtant déjà été d’une violence rarement égalée, et l’issue en fut longtemps incertaine. Une fois encore, le courage et l’abnégation des Space Marines jouèrent un rôle décisif dans la maîtrise de la situation.

La Guerre Continue

La Ligne Morpheon reste aujourd’hui menacée, et est même par endroits tombée aux mains des Orks, qui minèrent les installations avant de se replier. D’autres renforts ont été dépêchés sur Tempestora, et les combats se sont mués en interminables duels d’artillerie, les officiers impériaux hésitant à donner l’ordre d’un nouvel assaut après l’échec cuisant du premier. Les Orks tiennent toujours la quasi-totalité de Tempestora, et à moins d’une arrivée massive de renforts, il est fort probable qu’ils brisent un jour la ligne de défense, et se déversent dans tout le continent d’Armageddon Primus.

Sources

  • Codex Armageddon
  • White Dwarf N°90 (Octobre 2001)