Thorien

De Omnis Bibliotheca

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png




« L’Humanité est la force de l’Empereur, et l’Empereur est la force de l’Humanité. Si l’un se détourne de l’autre nous serons tous perdus et damnés à jamais. »
- Les Sermons de Sebastian Thor. Vol XXVII, Ch. LXII.
Nés du feu et des ruines de l’Âge de l’Apostasie, les Thoriens sont une Faction Puritaine croyant que la volonté de l’Empereur peut se manifester dans les cœurs des hommes purs et que, en temps de grand besoin, Son avatar peut apparaître pour balayer les ennemis de l’Humanité.
La Faction Puritaine Thorienne de l’Inquisition doit son nom à Saint Sebastian Thor. Ce héros, vénéré dans tout l’Imperium, a mis à bas Goge Vandire, le tyrannique Haut Seigneur de Terra qui plongea l’Imperium dans l’Âge de l'Apostasie au 36e Millénaire. Les Thoriens pensent que Thor fut inspiré par l’esprit divin et qu’il était animé par la lumière de l’Empereur. Aujourd’hui, pour de nombreux Inquisiteurs, il semble évident que Thor était investi d’une infime partie de l’Empereur en personne. Ils pensent que ce n’est pas la seule fois où l’Empereur a agi de la sorte, citant des héros tels que Saint Capilène et Saint Josmane qui auraient déjà servi de réceptacle à l’Empereur marchant parmi Son peuple.

Les Thoriens pensent que la quasi mort de l’Empereur aux mains d’Horus Lui a permis de briser les derniers liens qui Le rattachaient à la matière vulgaire et de S’élever pour assumer Sa vraie nature en tant que divinité. Son esprit voyage dans le vide interstellaire, tel un murmure dans le Warp, parcourant l’espace et peut-être même le temps. Le dogme Thorien prétend que l’esprit de l’Empereur s’est déjà manifesté plusieurs fois à travers des réceptacles lorsque Son peuple avait besoin de Lui, mais que les corps élus ne pouvaient contenir plus qu’une infime fraction de Sa puissance et qu’ils ne tardaient pas à dépérir et à mourir. Ils attendent le jour où Il renaîtra pour guider Son peuple lors d’une deuxième et ultime Grande Croisade.

À cette fin, les Thoriens étudient méticuleusement les interactions de la conscience, de l’énergie et du Warp, pensant que, s’ils sont à même de manipuler ces énergies correctement, ils pourront canaliser l’esprit de l’Empereur dans un réceptacle adéquat et de ressusciter le Maître de l’Humanité. De nombreuses tentatives ont été faites en vue de créer un corps adéquat pour un tel rituel mais, jusqu’à maintenant, aucune n’a été concluante. Les partisans des philosophies Thoriennes explorent sans relâche la galaxie à la recherche d’êtres qu’ils appellent les Avatars Divins, des individus d’une telle puissance qu’ils pourraient être capables de recevoir l’âme de l’Empereur une fois encore, ou d’être corrompus par les Puissances de la Déchéance.

Tous les Thoriens partagent la même ambition et veulent trouver ceux qu’ils appellent les "Divins Réceptacles", des individus qui seraient susceptibles d’accueillir un jour l’esprit de l’Empereur et de devenir, pour un temps, des Avatars Divins. Il existe toutefois une sous-Faction Thorienne qui soutient des thèses qui vont à l’encontre du courant dominant de cette école. Ils pensent qu’aucune forme n’est capable, et encore moins digne, de recevoir l’esprit de l’Empereur et qu’un tel individu deviendrait non pas l’avatar de l’Empereur mais d’une autre puissance issue du Warp. Ils traquent les Divins Réceptacles et les tuent à vue, dans ce qu’ils considèrent être un acte à la fois miséricordieux et nécessaire.

On trouve beaucoup d’Inquisiteurs Thoriens dans l’Ordo Malleus, où leur excellente compréhension de l’Immaterium leur confère des indices sur la façon dont la renaissance de l’Empereur pourrait être accomplie. D’autres se tournent vers l’Ordo Hereticus. Il y en a peu dans l’Ordo Xenos, à l’exception de ceux qui pensent que la manipulation de l’ingénierie psychique Xenos, telle que celle développée par les Aeldaris, pourrait fourni des pistes intéressantes. Les Inquisiteurs, quel que soit leur ordre, soutiennent l’essor des Cultes Résurrectionnistes dans tout l’Imperium, puisque ces derniers peuvent fournir des troupes pour un Inquisiteur qui doit lever une armée pour parvenir à ses fins.

Les Inquisiteurs Thoriens recrutent souvent dans leur Cadre des enquêteurs talentueux. Les Sages, capables d’identifier chaque branche d’une famille vieille de plusieurs millénaires, et les licteurs, rompus à la traque, font d’excellents alliés. Ils sont également nombreux à entretenir des liens avec l’Adeptus Ministorum, et notamment avec les Ordres Famulus de l’Adepta Sororitas, dont la mission consiste à surveiller les lignées de ceux qui dirigent l’Imperium. Un contact dans l’Ecclésiarchie permet souvent d’obtenir des rumeurs concernant l’existence d’un Divin Réceptacles, suite à une poussée d’activité religieuse dans des mondes reculés.

Histoire des Thoriens[modifier]

Alors que les Thoriens en tant que Faction n’ont pris de l’ampleur qu’à partir du 36e Millénaire, l’origine de leur philosophie remonte à beaucoup, beaucoup plus loin. Les Cultes et les philosophies Résurrectionnistes ont connu une croissance et une décadence à travers l’histoire de l’Imperium et peuvent être retracés aux premiers jours de l’Inquisition. Maintenant considérée comme l’une des Factions les plus Puritaines, l’historique de ceux qui croient à la renaissance de l’Empereur fut un temps considéré comme hérétique. L’histoire des Thoriens est en soit l’histoire de la bataille pour l’âme de l’Empereur.[1]

Les Quatre Premiers[modifier]

L’idéal de restaurer l’Empereur à l’Imperium est au cœur de l’idéal de l’Inquisition. Dans les jours sombres qui suivirent l’invasion de Terra par Horus et l’internement de l’Empereur dans le Trône d'Or, l’empire qu’Il avait créé se déroba après la guerre civile et Son ascension.

Quatre individus, serviteurs de confiance de l’Empereur pendant la construction de Son empire galactique, se sont réunies pour discuter de ce qui allait advenir. Ils étaient divisés, deux croyants que l’Imperium naissant ne pourrait pas survivre sans l’Empereur pour diriger directement l’Humanité, tandis que les deux autres avaient la certitude que l’Empereur avait accédé à un plan supérieur et qu’Il était insensé d’interférer avec les événements tels qu’ils se sont déroulés.

Les deux Résurrectionnistes, connus seulement sous le nom de Promeus et de Moriana, quittèrent Terra pour commencer leur quête pour ramener l’Empereur, tandis que les deux restants agirent rapidement pour s’établir avec le Senatorum Imperialis nouvellement formé. Connus des Primarques pour être des serviteurs fidèles, ces deux individus commencèrent à planifier la formation d’une organisation capable de combattre les efforts des deux dissidents. Ainsi, les graines de l’Inquisition furent semées.

Avec le soutien des Primarques, les deux premiers Inquisiteurs se sont fait connaître auprès des Hauts Seigneurs et ont commencé à recruter des individus ayant les mêmes idées parmi les Adeptes et les guerriers de Terra. Leur rêve d’une organisation dédiée à la protection de l’Empereur ne se réaliserait pas de leur vivant, même prolongée par les technologies obscures, et l’Inquisition telle qu’elle est aujourd’hui n’a pas complètement existé avant le 32e Millénaire, à une époque où l’Imperium et ses nombreuses institutions commençaient à se développer et à se répandre dans toute la galaxie.

Promeus et Moriana ne sont pas restés inactifs pendant cette période et, à la suite de la nouvelle de l’ascension de l’Empereur, ils ont rassemblé leurs propres partisans, en particulier parmi les cultes et les sectes qui promouvaient la déification de l’Empereur. À un moment donné, Moriana et Promeus se sont séparés, mais leur objectif était toujours le même, mais Moriana était déterminée à utiliser tous les moyens nécessaires pour atteindre son but.

Craignant que Moriana libère des pouvoirs indescriptibles du Chaos pour atteindre son objectif, Promeus créa une petite armée de partisans dévoués pour combattre la menace qu’il pensait percevoir. Ces deux Factions se sont affrontées plusieurs fois jusqu’à ce que les disciples de Promeus l’emportent et que Moriana disparaisse, probablement dans l’Œil de la Terreur.

Au fur et à mesure que l’Inquisition grandissait et que sa présence se faisait sentir de plus en plus loin de Terra, elle entrait en contact avec les Proméens. Plusieurs centaines d’années s’étaient écoulées depuis le premier Conclave fatidique et, même alors, l’Inquisition, toujours une confédération d’individus plutôt qu’un corps unique, poursuivait plusieurs objectifs différents. L’intention originale, empêcher la réincarnation de l’Empereur, avait été diluée au cours des siècles, et lorsque les Proméens ont été découverts en train de combattre une menace mal définie du Chaos, ils ont été ramenés dans le giron. Ni les Inquisiteurs qui ont contacté la secte ni les Proméens eux-mêmes ne sont conscients de l’ironie de leur coopération et c’est ainsi que la première Faction Résurrectionniste de l’Inquisition fut créée.[2]

L'Avènement de l'Horusianisme[modifier]

Pendant près d’un millénaire, les Proméens ont poursuivi leur quête, luttant contre les menaces qui pesaient sur l’Empereur tout en cherchant un moyen de le ramener dans un corps mortel. Les recherches cumulées des Proméens rivalisèrent avec les plus grandes bibliothèques de l’Imperium, mais elles furent dispersées à travers la galaxie tels des morceaux d’un puzzle dans une région sauvage. Au 33e Millénaire, l’Inquisition comptait plusieurs milliers d’Inquisiteurs et des centaines de milliers d’agents, mais n’était encore composés que de bandes d’hommes et de femmes dévoués poursuivant leurs objectifs propres, avec peu ou pas d’organisation entre eux. Ainsi, les graines de l’hérésie ont pu prendre racine une fois de plus.

On ne sait pas si Moriana elle-même était encore vivante à cette époque, peut-être soutenue par les énergies de l’Œil de la Terreur, mais son héritage ce fit de nouveau sentir. Sur une période s’étalant sur plusieurs siècles, les Inquisiteurs qui prétendaient être Proméens commencèrent à adopter une nouvelle philosophie. Parmi le grand nombre de textes compilés au cours des millénaires par leurs prédécesseurs figurait un corpus croissant des informations et des réflexions sur la nature d’Horus et sur sa possession par le Chaos. Considérés par beaucoup comme des tomes profanes dont il est préférable d’oublier les secrets, ces textes recommencèrent à être redécouverts et commencèrent à circuler et à faire débat.

Au fur et à mesure que les Résurrectionnistes prenaient davantage note de ces travaux, une philosophie commença à prendre forme, pour finalement surnommée ses partisans les Horusiens. Sans le vouloir, ils poursuivaient l’œuvre de Moriana, enquêtant sur la possibilité d’utiliser le pouvoir du Chaos pour redonner à l’Empereur une forme mortelle propre à Sa présence psychique. La nature de leurs œuvres les menèrent dans certaines des régions les plus inexplorées de la galaxie, en particulier autour de l’Œil de la Terreur, et leur nombre et leur influence augmenta à l’insu de tous.

Quelques vrais Proméens subsistaient encore et, au fur et à mesure qu’ils prenaient conscience de ce qui se passait, ils étaient horrifiés. Seule une poignée avait déjà lu les premiers enseignements de Promeus ou avait été recrutée par des Inquisiteurs qui avaient vu ses œuvres, mais ils reconnurent immédiatement la main de Moriana dans les croyances des Horusiens. Désormais, de moins en moins nombreux, leurs Factions dispersées dans l’Imperium, les quelques Proméens qui restaient firent ce qu’ils pouvaient pour contrecarrer les efforts des Horusiens, mais ils ne pouvaient rien faire et à la fin du 34e Millénaire, les Horusiens étaient une partie dominante de l’Inquisition

Ce fut une femme nommée Stalia von Dressen qui s’opposa à la marée. Elle avait été intronisée au sein de l’Inquisition par un homme nommé Seigneur Phoran, qui possédait une copie de deuxième génération des œuvres originales de Promeus. Ces œuvres avait été passé de maître à apprenti pendant près de deux mille cinq cents ans et les gardiens du livre étaient tous des Proméens dévoués. Héritière de ces ouvrages, von Dressen était encore jeune et idéaliste. Avertie par son mentor de la menace posée par les Horusiens, von Dressen s’engagea à combattre cette menace et à voir le pouvoir des Horusiens brisé.

Abandonnant ses fonctions Inquisitoriales habituelles, von Dressen entreprit un périple, contactant autant que possible ses collègues Inquisiteurs. Avec le Livre de Promeus comme guide, elle commença à recruter pour sa cause, en particulier parmi les Inquisiteurs les plus anciens et les plus respectés, tout en créant des cellules anti-Horusiennes dans les mondes qu’elle visitait. Maintenant très respectée parmi les cercles supérieurs de l’Inquisition, elle rencontra le Seigneur Inquisiteur Ardlan Baigdan. Ensemble, ils passèrent deux décennies sur Terra elle-même et utilisèrent des références et des indices du Livre de Promeus pour trouver certains des textes établis par les fondateurs de l’Inquisition. Malgré le fait qu’ils étaient vraiment anciens et terriblement incomplets, ils rassemblèrent suffisamment d’informations qui leurs révélèrent le schisme originel entre l’Inquisition et les Proméens.

Âgée de cent vingt ans, von Dressen pris une décision difficile. Pendant toute sa vie, elle avait été dévouée à la cause des Proméens, et maintenant elle dû admettre que cela avait été une quête stupide. Dans sa conviction que l’Horusianisme devait être stoppé, elle détruisit sa copie du Livre de Promeus et, avec Baigdan, lança un pogrom visant les Inquisiteurs en faveur de la résurrection. Au moment de sa mort, à trois cent quatre ans, ce nouvel ordre commençait à s’appliquer et les Horusiens furent assiégés et en déclin. Au début du 35e Millénaire, l’Inquisition se renouvela complètement et le Résurrectionnisme était à nouveau pratiquement absent des visées inquisitoriales.[3]

Le Règne du Sang[modifier]

À quelques exceptions près, les Inquisiteurs avait abandonné la doctrine Résurrectionniste et l’Inquisition connu une période de stabilité relative pendant plusieurs centaines d’années. Cependant, au cours de cette période, une nouvelle menace apparue et attirera l’attention de l’Inquisition sur des forces extérieures menaçant la stabilité de l’Imperium.

C’est ainsi que, au moment où le rôle de l’Inquisition était le plus nécessaire, son regard se concentra sur les nouvelles races extraterrestres découvertes vers la Bordure Orientale alors que les événements sur Terra se transformèrent rapidement en anarchie. Le 361e Haut Seigneur de l’Administratum, Goge Vandire, utilisa une combinaison de chantage, de corruption et de meurtre pour établir son contrôle sur le Senatorum Imperialis, notamment en prenant la fonction d’Ecclésiarque.

Utilisant le pouvoir de ces deux positions, Vandire se mit à établir une tyrannie à l’échelle de la galaxie pour assouvir ses exigences insensées. Quelques Inquisiteurs avaient essayé de prévenir la catastrophe imminente, mais pour la plupart de leurs camarades, les machinations apparemment insignifiantes d’un seul Haut Seigneur avaient semblé sans conséquence par rapport à la menace qui pesait dans les Étoiles du Halo.

Avec ses Templiers Frateris, la corruption de la Flotte Impériale et de la Garde Impériale, Vandire tenta d’imposer des règles de comportement strictes à la population du Segmentum Solar et au-delà. La déviation au rituel et à la croyance fut impitoyablement écrasée, tandis que le dogme imposé proclama la semi-divinité de Vandire lui-même.

Beaucoup de ceux qui ont lu ces terribles moments se sont demandé comment l’Inquisition a pu permettre que cela se produise. Pour le comprendre, il faut prendre en compte deux éléments : une sous-estimation de l’importance du Ministorum et du pouvoir temporel qu’il exerce, et une résurgence du pro-Résurrectionnisme dans le monde de Dimmamar.[4]

Une Nouvelle Philosophie[modifier]

Pendant les premiers millénaires de l’Âge de l’Imperium, certains Inquisiteurs étaient devenus obsédés par la résurrection de l’Empereur, par la restauration et le renforcement de Son corps mortel infirme. Suite à la purge initiée par von Dressen et Baigdan, le Résurrectionnisme était devenu une philosophie isolée, presque éteinte. Cependant, au fil des siècles, les Inquisiteurs intrigués par les possibilités de résurrection, mais méfiant à la fois aux dangers associés et aux interdictions de poursuivre un tel objectif, adoptèrent une approche différente. Ces individus dispersés commencèrent leurs travaux en secret, faisant attention aux sentiments anti-Résurrectionnistes au sein de l’Inquisition. Cependant, au fur et à mesure que plusieurs études progressèrent et qu’elles entrèrent en contact, une nouvelle philosophie naquit - les Incarnationistes.

Les principes de l’Incarnationisme furent simplement écrits avec éloquence par Théodore l’Interrogateur dans les ouvrages intitulés Rêves sur la Volonté de l’Empereur :

« L’Empereur marche parmi nous. Il choisit Ses vassaux pour faire Son travail, comme Il l’a fait depuis toujours. La carcasse en décomposition maintenue dans le Trône d’Or n’est pas l’Empereur, car Il voyage partout, diffusant Sa Divine Volonté, insufflant Son pouvoir à ceux qui ont été choisis. Mais que se passerait-il si on pouvait accorder à l’Empereur un corps qui ne se fanerait pas et ne mourrait pas, qui pourrait être Son vaisseau pour toute l’éternité à venir ? Je crois qu’une telle chose est possible, que l’Empereur attend encore que Son nouveau corps soit trouvé ou créé. Essentiellement, un nouvel Empereur sera créé pour mener l’Humanité vers Son destin et Sa conquête de la galaxie. »

Bien que les Incarnationistes n’étaient qu’une Faction naissante, leur rang comprenait non seulement plusieurs Seigneurs Inquisiteurs bien placés et très respectés tels que Theodre, mais aussi un certain nombre de jeunes Inquisiteurs dynamiques désireux d’être proactifs dans une organisation devenue de plus en plus dogmatique au fur et à mesure de son développement et de son implantation.

C’est ainsi que Sebastian Thor était bien connu de plusieurs agents de l’Inquisition avant de se faire révéler au reste de l’Imperium. Toujours intéressé par les récits de sainteté et d’individus remarquables, un certain nombre d’Incarnationistes avaient été attirés par le monde de Dimmamar, avant même l’ascension de Vandire et de son Règne du Sang. Jeune, Thor frappait non pas pour son physique ou ses compétences, mais par sa présence, son charisme et sa capacité oratoire ; des talents, croyaient certains Inquisiteurs, qui frisaient le surnaturel.

Comme d’habitude dans de telles circonstances, Thor fut observé de près afin de détecter la souillure du Chaos, l’influence Xenos ou la mutation dans ses compétences remarquables, mais il s’avéra être d’une pureté retentissante. Totalement pur, ce qui en soi créa un grand étonnement parmi les Incarnationistes.

L’excitation des Incarnationistes a été ressentie par d’autres membres de l’Inquisition, de sorte que ceux qui n’étaient pas perturbés par la multiplication d’histoires sur d’anciennes pyramides au bord de la galaxie furent happés par l’intérêt croissant pour Dimmamar. Bien que peu le réalisent, la montée en puissance de Sebastian Thor a non seulement stoppé le règne de Vandire, mais fut également le point de départ de son ascension.[5]

Acceptation[modifier]

Alors que le Règne du Sang continuait et que Thor prêchait contre Vandire, l’Inquisition se contentait de l’aider par des moyens obscurs mais le laissait faire, intéressé de voir si ce Divin Réceptacle leur fournirait une sorte de clé. Les preuves de ce remarquable destin, telles que l’incroyable capacité de Thor à susciter une grande confiance chez ceux qui l’entouraient, au point que cela pouvait provoquer ou apaiser les tempêtes de guerre, fit que les Incarnationistes s’étaient trouvés un nouveau leader. Alors qu’avant, ils avaient cherché toutes sortes de réceptacle que l’Empereur pourrait habiter, ils commencèrent à se concentrer sur les hommes saints et humains qui pourraient fournir la réponse finale. Ils sont devenus connus sous le nom de Thoriens.

En mettant l’accent sur la recherche d’un réceptacle humain naturel, en travaillant étroitement avec l’Ordo Hereticus en plein essor et leurs propres politiques de chasse aux Démons et de rituels anti-possession, les Thoriens étaient considérés comme des Inquisiteurs stoïques et pro-Impériaux, même si au début leur nombre était relativement petit.

Les Principes du Dieu Incarné ont été écrits au milieu de M.40 par l’Inquisiteur Helsten et étaient les dissertations compilées de plusieurs Inquisiteurs Thoriens du Conclave de Tiberias. Bien qu’ils ne soient pas largement connus parmi l’Inquisition, on peut dire que ces principes font partie de la fondation de l’Inquisition et de sa mission. Avec cette connaissance sous leur contrôle et une grande détermination à détruire les ennemis de l’Empereur, les Thoriens sont désormais considérés comme l’une des Factions les plus Puritaines, même si leur philosophie était autrefois peut-être la plus hérétique.[6]

L'Hérésie de Gallilenus[modifier]

Le Monde-Cardinal de Gallilenus III se trouve à quatre cents années-lumière de Terra et est souvent visité par des Pèlerins se rendant au Palais Impérial. Étant l’un des mondes les plus anciens à avoir été incorporé au Ministorum, il possède non seulement d’immenses palais et cathédrales, mais aussi une vaste catacombe d’anciennes tombes et de vastes reliquaires. On pense que les corps, ou des parties au moins de plusieurs Saints, résident sur Gallilenus III, gardé par un détachement de Sœurs de Bataille.

Gallilenus III a souvent été visité et étudié par des Inquisiteurs qui adhèrent à la philosophie Thorienne, mais l’attention d’un Inquisiteur particulier a provoqué une rupture entre les responsables de l’Ecclésiarchie du monde et l’Inquisition qui doit encore être fermée.

Jeune et entêté, l’Inquisiteur Jaueg Dag avait hâte de faire avancer la cause des Thoriens. Non content d’étudier simplement les textes de ses prédécesseurs, il souhaitait faire une grande découverte qui élèverait la connaissance des Thoriens à un niveau supérieur. Ayant vu ou entendu parler de nombreux travaux entrepris près de Dimmamar et d’Ophélie, il choisit plutôt d’effectuer ses recherches sur Gallilenus III.

Dans le passé, plusieurs Inquisiteurs Thoriens avaient demandé que les restes des Saints soient exhumés pour examen, mais les dirigeants de Gallilenus avaient refusé. Ne souhaitant pas de problème avec l’Ecclésiarchie, ces Inquisiteurs avaient judicieusement décidé de poursuivre leurs études ailleurs. L’Inquisiteur Dag décida de mener ses enquêtes de manière clandestine, sans même informer les Cardinaux de sa présence sur leur monde.

Pendant plusieurs mois, lui et ses agents infiltrèrent les catacombes et examinèrent ce qu’ils pouvaient des anciennes reliques et des cadavres. Les Psychomanciens de son entourage sondèrent les corps à la recherche d’indices sur la nature des âmes qui les habitaient autrefois, tandis que des tests physiques approfondis étaient également effectués sur les cadavres. Au cours de cette période, de plus en plus de rumeurs de pilleurs de tombes commencèrent à circuler jusqu’à ce que les Cardinaux eux-mêmes les entendent et agissent.

Dag et ses partisans furent interceptés alors qu’ils tentaient d’exhumer le corps de Sainte Accillia, et une fusillade éclata entre les piliers et les tunnels de la Chapelle du Repos dans laquelle elle était enterrée. Ne souhaitant pas se faire révéler, Dag riposta avec la volonté de tuer les Sœurs de Bataille qui l’avaient pourchassé, en éliminant plusieurs avant de s’échapper dans les catacombes.

Choqué par ses propres actions, Dag réalisa la folie de ses méthodes secrètes et quitta Gallilenus III avec son groupe de guerriers dès que possible. Il est ensuite devenu un membre confiant et couronné de succès de l’Ordo Hereticus. Il passa sa vie à renoncer aux actions imprudentes de ses premières années. Des récits abondent encore à travers Gallilenus III de voleurs de cadavres macabres, considérés par certains comme des sombres cultistes, par d’autres comme des Démons mangeurs de chair ou des extraterrestres.[7]

Le Dieu-Incarné[modifier]

Les Principes du Dieu-Incarné[modifier]

L’Empereur est véritablement un dieu, Son ascension après le combat contre Horus est réelle. Comme les autres dieux, Il existe dans le Warp et, par essence, Il est le Dieu de l’Humanité. La seule limitation à tout dieu est que pour avoir un pouvoir sur le monde physique, ils doivent compter sur les mortels pour faire leur travail. L’Empereur en est le plus grand exemple : la galaxie qui couvre l’Imperium n’est que l’instrument matériel de l’Empereur. De la même manière, les Dieux du Chaos doivent avoir des champions, posséder des fidèles ou créer temporairement des manifestations physiques sous la forme de Démons. Au fond, le Warp est simplement un reflet de la réalité, et sans les mortels, aucun des dieux n’existeraient. Tous les arrière-plans existants sont dirigés vers les dieux et les autres entités du Warp, tout en ayant besoin de l’univers physique.

Mais si un dieu pouvait devenir une incarnation physique ? Comme un homme (l’Empereur) peut devenir un dieu, il va sans dire qu’un dieu pourrait devenir un homme. C’est l’idée du Dieu-Incarné, le réceptacle physique d’un dieu dans le monde matériel. L’idée du Dieu-Incarné est qu’il y aura un ou plusieurs individus qui permettront que cela se produise - un dieu pourrait investir leur pouvoir dans le corps mortel et devenir littéralement un dieu vivant (communément connu parmi les Thoriens sous le nom d’Avatars Divins). Sans être limité au Warp, et donc limité à la manipulation de simples pions et mortels, quel pouvoir aurait un dieu ?[8]

Les Implications du Dieu-Incarné[modifier]

On peut imaginer que l’Humanité serait condamnée si l’un des Avatars Divins devenait l’incarnation d’un Dieu du Chaos. De même, l’idée d’un Dieu-Incarné ne se limite pas aux humains - les Aeldaris s’efforcent de créer un nouveau dieu pour vaincre Slaanesh, tandis qu’un Dieu-Incarné de Gork ou de Mork serait terrifiant. Cependant, la menace encore plus grande pour l’Imperium, et la raison pour laquelle le Dieu-Incarné est un tel secret connu de la seule Inquisition (même les Hauts Seigneurs de Terra l’ignorent), c’est qu’il serait possible de réincarner l’Empereur dans un être vivant à nouveau.

En ce qui concerne la plupart des membres de l’Inquisition, la "seconde venue" de l’Empereur serait une mauvaise chose. C’est une position compréhensible, qui découle de l’incertitude. Si l’Empereur devenait un Dieu-Incarné, qu’arriverait-il à l’Astronomican ? Quelle serait la réaction de l’Humanité si leur dieu marche parmi eux ? Si l’Empereur était sous une forme physique, pourrait-Il être tué de nouveau, et si oui, serait-Il détruit pour toujours, exposant l’Humanité aux nombreux dangers dont l’Empereur la protège ? L’Empereur serait-Il annihilé si les choses tournaient mal, si l’Avatar Divin n’était pas adapté ? Dans l’ensemble, beaucoup dans l’Inquisition préfèrent conserver le statu quo.[9]

L'Inquisition et les Magis[modifier]

La tâche réelle de l’Inquisition est de rechercher les Avatars Divins possibles et de les tuer, de les contrôler ou de les étudier selon la philosophie personnelle de ses membres. Au cours des dix mille dernières années, ils ont rassemblé des informations sur les éléments à rechercher pour découvrir un éventuel Avatar Divin. Sous couvert de détruire les hérétiques, les sorcières et les mutants, certains Inquisiteurs recherchent des individus qui montrent des signes ressemblant à l’Avatar Divin.

Les Magis (les descendants philosophiques originaux de Moriana) font la même chose, mais au lieu de vouloir réprimer le Dieu-Incarné, ils veulent le faire venir. Certains des Magis tentent peut-être de créer un Dieu-Incarné des Dieux du Chaos, par espoir égoïste ou soit pour devenir eux-mêmes l’Avatar Divin, ou bien pour gagner la faveur éternelle de leur dieu et d’être le plus fidèle de leurs serviteurs. D’autres tentent peut-être de réincarner l’Empereur, considérant cela comme la véritable voie à suivre pour l’Humanité.

Nous avons donc les Inquisiteurs et les Magis à la recherche de la même chose, mais pour des raisons très différentes - une éternité de conflit secret.[10]

Signes et Présages[modifier]

Les mythes et les légendes entourant le Dieu-Incarné parlent de l’arrivée du nouveau dieu au milieu de grands bouleversements, de conflits et de guerres. Tout comme l’Apocalypse expose les horreurs de la seconde venue ou que le Ragnarok annonce la fin du monde, l’arrivée du Dieu-Incarné se produira de même lors d’événements importants. Il y a beaucoup d’Inquisiteurs qui croient que la fin du 41e Millénaire est l’une de ses périodes avec ses circonstances si tumultueuses - la plus grande Waaagh! de Ghazghkull, les multiples Flottes-Ruches attaquant l’Imperium, le réveil des Necrontyrs et un schisme croissant au sein de l’Adeptus Mechanicus - autant de signes de troubles et de conflits croissants.

De même, il y a des indicateurs qui indiquent qui sera le/les Avatar(s) Divin(s) ; enveloppé de mythes et de légendes comme on peut s’y attendre, certains d’entre eux étant aussi simplement décrit dans Dix façons de reconnaître l’Avatar Divin :

« Il sera un grand prophète, il sera un ensorceleur de grand pouvoir, il sera altéré dans sa forme physique, il pourra parler et marcher avec les animaux. »

Personne ne connaît tous les signes, et une partie de la raison pour laquelle l’Inquisition chasse tous les Psykers, les extraterrestres et les mutants est qu’elle veut les étudier et découvrir ce qu’elle peut sur ces individus pour mieux comprendre le type de personne qui deviendrait un Avatar Divin.[11]

Les Factions Thoriennes[modifier]

Comme on peut le voir dans l’histoire des Thoriens, les croyances qui ont été intégrées à la philosophie Thorienne peuvent se manifester et agir de différentes manières. En plus des Thoriens, il existe d’autres factions Résurrectionnistes/Incarnationnistes, y compris des groupes dissidents au sein des Thoriens eux-mêmes. Voici quelques uns de ces groupes.[12]

Les Horusiens[modifier]

En dépit des pogroms du 35e Millénaire, les idées Horusiennes ont connu une popularité croissante depuis la fondation de l’Inquisition. L’idéal Horusien est assez simple et pourtant désagréable pour de nombreux Inquisiteurs, même ceux qui ont un point de vue Résurrectionniste. Leur hypothèse est que d’une manière ou d’une autre, les pouvoirs du Chaos qui se manifestèrent chez Horus pourraient être exploités pour la création d’un Avatar Divin, ou peut-être en transférant l’âme de l’Empereur de Sa forme actuelle vers le corps d’un dieu vivant.

Considérés comme des Radicaux sauf par eux-mêmes, les Horusiens sont peu nombreux mais fanatiques dans leur cause. Ils ont tendance à être d’anciens Inquisiteurs, frustrés par le manque de réponses fournies par d’autres théories Résurrectionnistes et c’est là que réside le danger. Le Chaos et son pouvoir ne peuvent jamais être considérés comme une voie rapide vers le succès, car au bout de cette direction se trouve la damnation.

Indépendamment des arguments anti-Résurrectionnistes habituels, de nombreux Inquisiteurs considèrent les Horusiens avec suspicion, de peur que leur contact avec la possession et les intrusions Warp ne mettent en danger leur entourage et l’Imperium en général. Cependant, les Horusiens les plus expérimentés connaissent bien les dangers du Warp et du Chaos et comptent parmi les Chasseurs de Démons les plus compétents et les plus dévoués de l’Inquisition.

À l’instar de toutes ces philosophies, les Horusiens doivent suivre le chemin d’un service dévoué à l’Imperium et à la réalisation de leurs recherches. C’est un chemin que la plupart ont emprunté avec sagesse, mais tous les Horusiens ne sont pas restés sur le droit chemin et, peut-être comme Moriana il y a dix mille ans, certains ont succombé à l’attrait des Sombres Puissances.[13]

Les Observateurs Anomoliens[modifier]

Alors que certains Inquisiteurs Incarnationnistes croient qu’il est de leur devoir de réincarner l’Empereur, les Observateurs d’Anomoliens croient que de telles pensées sont un pêché d’orgueil. Au lieu de cela, ils sont sûrement les plus conservateurs de toutes les Factions Incarnationnistes, leur but n’étant pas de créer l’Empereur Incarné, mais d’observer l’Humanité et d’attendre Son arrivée. Ils considèrent que leur travail consiste à se préparer pour cet événement important et à se tenir prêts à offrir l’aide nécessaire quand le moment sera venue.

L’activité prédominante des Observateurs Anomoliens consiste à localiser les Avatars Divins potentiels et à les observer. Ce n’est que s’ils sont convaincus que le réceptacle est corrompu qu’ils le détruiront. Tout comme les Thoriens originaux, ils se contentent d’examiner et de rechercher des individus remarquables pour détecter des signes de potentiel ou de corruption. Ils sont plus zélés que la plupart d’entre eux pour suivre tout signe ou présage d’un éventuel Avatar Divin et font partie des Inquisiteurs les plus itinérants de la galaxie.

Les Observateurs Anomoliens ont tendance à être des individus pragmatiques et terre-à-terre, après une vie de recherche de sagesse et d’illumination, mais leurs espoirs ont été contrariés à maintes reprises. Ils ont tendance à avoir une vision plus longue sur des questions et, malgré de nombreux obstacles à la réalisation de leurs objectifs, ils sont toujours optimistes quant à l’avenir. Cela leur a valu la réputation d’être honnêtes et fiables, et les autres Inquisiteurs vont souvent oublier leurs faiblesses en échange de ces qualités positives.[14]

Les Ardentites[modifier]

Bien que ne suivant pas vraiment une philosophie Résurrectionniste ou Incarnationniste, les Ardentites sont bien présents aux côtés de ces Factions. Leur croyance un peu extravagante n’est pas très répandue dans l’Inquisition, mais elle persiste depuis plusieurs millénaires sous diverses formes, soit dans les idéaux plus larges des Thoriens, soit en tant que Faction distincte.

Les Ardentites croient fermement aux principes de base de l’Empereur Incarné, mais leur ressemblance avec les Thoriens s’arrête là. Plutôt qu’un seul Avatar Divin, les Ardentites estiment qu’il est plus probable que le pouvoir de l’Empereur-Dieu se manifeste à travers un groupe de personnes, ou plus probablement sur l’ensemble de l’Humanité.

Étant donné l’évolution de l’Humanité vers une race psychique, mise en évidence par une augmentation graduelle mais perceptible de la mutation et des capacités psychiques, les Ardentites croient que le but ultime de l’Empereur était protéger l’Humanité durant cette période vulnérable afin d’y diffuser Son pouvoir en son sein.

Les Ardentites ne s’intéressent donc pas seulement à des individus remarquables, mais tentent plutôt de trouver des assurances de la présence de l’Empereur chez toute personne exprimant des preuves de talent ou de capacité psychique. Ceci est un processus vague et incertain, car personne ne peut dire ce qui définit la présence de l’Empereur, bien qu’il n’y ait certainement pas de fin aux événements miraculeux qui pourraient être attribuables à l’intervention de l’Empereur.

Connu parfois par le titre plutôt dérogatoire de chasseurs de miracles, une grande partie du dédain pour les Ardentites découle du comportement erratique de l’Inquisiteur Voragian Thex, qui a passé deux siècles au cours du 39e Millénaire à tenter de prouver les théories Ardentites, mais qui n’a pas été en mesure de produire des preuves. Après avoir présenté ses conclusions lors d’un Conclave à ses collègues Inquisiteurs, il a été condamné pour manquement au devoir pour avoir consacré du temps et des ressources à ses croyances sans fondement.

C’est peut-être ce défi à l’échec et une série de rebelles qui caractérisent beaucoup les Ardentites. Ils sont largement considérés comme des individus excentriques qui voient le travail de l’Empereur partout, mais ils font aussi de grands enquêteurs car ils vont souvent étudier avec plus de conviction et plus longtemps que d’autres, refusant de tirer des conclusions évidentes de leurs découvertes, et recherchant des significations intérieures et des motifs cachés dans ce qu’ils rencontrent.[15]

Les Casophiliens[modifier]

Saint Casophili était un Missionnaire au début du 41e Millénaire au sein de la Missionarius Galaxia, diffusant les enseignements de l’Ecclésiarchie dans les mondes situés au sud du Segmentum Pacifica. C’est sur le monde d’Alena III qu’il découvrit des sbires des Dieux Sombres au cœur de plusieurs sociétés sauvages de la planète.

Ayant peu de ressources, Saint Casophili fit tout ce qu’il pouvait pour contrer cette menace endémique et jeta les bases d’un groupe de travail de l’Ecclésiarchie pour continuer son œuvre. Cependant, alors qu’il se déplaçait d’un lieu à l’autre afin de prêcher la parole de l’Empereur-Dieu, ses ennemis commencèrent à s’agiter. Refusant de tolérer une telle menace à leur pouvoir, le conseil des prêtres qui dirigeait le monde s’opposa à lui, le fit capturer et torturer, afin qu’il renie ses croyances égarées.

Les chroniques de Casophili racontent son épreuve pénible aux mains des prêtres hérétiques, au point qu’il mourut de ses blessures. Là, l’histoire de Saint Casophili aurait pu se terminer, inconnue et non enregistrée, un autre pieux Missionnaire dont la vie s’était achevée dans la poursuite de sa mission.

Bien que Casophili soit mort aux mains de ses bourreaux, quelque chose d’incroyable se produisit. Cinq jours après sa mort, le corps du Missionnaire devait être brûlé sur un bûcher sacrificiel dédié aux Dieux Sombres. Lorsque les flammes se répandirent sur le bois goudronné, Casophili se réveilla et sauta par dessus les flammes. Revenu miraculeusement de la mort, Casophili confronta ses bourreaux et la foule rassemblée. L’histoire du retour de Saint Casophili se répandit rapidement et il dirigea le peuple d’Alena III contre le clergé.

Un tel événement attirera naturellement l’attention des Inquisiteurs Résurrectionnistes, mais la Faction qui s’est consacrée à l’étude de l’histoire de Casophili se concentra sur un aspect particulier du conte du Saint. Dans ses travaux ultérieurs, Casophili écrivit ses expériences au cours des cinq jours entre la mort et la résurrection. Au cours de cette période, le Saint raconta une sensation de flottement sans corps dans un gouffre de son et de couleur. Il décrivit une clameur de voix innombrables, certaines chuchotant et d’autres beuglants autour de lui. Il parla aussi d’une grande lumière qui envahi tout, et qu’il croyait être l’Empereur.

Le fait que l’âme de Casophili ait retrouvé son corps n’est pas une préoccupation pour les Casophiliens car l’hypothèse de base de toutes les convictions Thoriennes et croyances liées est que l’énergie psychique d’un individu peut passer dans le Warp et revenir. Le fait que les écrits de Casophili parlent d’un endroit dans le Warp où résident ces âmes est le domaine des Casophiliens.

Sachant que les entités démoniaques peuvent franchir les barrières entre le Warp et l’espace réel, les Casophiliens dédient leur étude à la transition d’une âme humaine vers leur univers. Ce sont de grands experts de la démonologie issue d’invocation rituelle, par opposition à la possession accidentelle ou malveillante. Avec cette connaissance, ils cherchent à trouver un moyen de faire ressortir l’âme d’un homme ou d’une femme décédé et, si cela s’avère être un succès, ce sera un pas important vers la création des moyens par lesquels l’âme de l’Empereur pourra être investie dans une forme mortelle appropriée.

Plutôt que les études générales et souvent isolées des autres Factions Résurrectionnistes, les Casophiliens adoptent ouvertement de nouvelles idées sur leurs théories et travaillent en étroite collaboration avec des Inquisiteurs de différentes tendances, en glanant ce qu’ils peuvent des expériences des autres. En particulier, ils sont souvent associés à un Inquisiteur qui suit la philosophie des Anomoliens, car les Casophiliens se concentrent sur les âmes des morts, tandis que les Anomoliens étudient les âmes des vivants.[16]

Les Revivificateurs[modifier]

Fait inhabituel pour un Culte Résurrectionniste, les Revivificateurs ont peu de liens avec le Ministorum. Ils se concentrent sur la transition de l’âme vers le Warp au moment de la mort. En particulier, ils étudient les moyens de ralentir, d’arrêter et, en fin de compte, d’y remédier. Cette étude les mène sur des champs de bataille et des zones contaminées par la peste, afin de mener leurs investigations sur ceux qui sont proches de la mort. Ils fréquentent aussi les tombes et les mausolées, d’où un certain manque de respect pour les pratiques de l’Ecclésiarchie.

Connus sous le nom de goules ou de corbeaux pour leurs pratiques quelque peu morbides, les Revivificateurs sont également célèbres pour avoir beaucoup appris de la capture de divers Aeldaris au cours des siècles. En particulier, ils trouvent intrigant le principe de la Pierre-Esprit Aeldari et ont tenté à maintes reprises de reproduire la pratique de la capture d’une âme en partance. Jusqu’à présent, de telles tentatives se sont avérées totalement infructueuses, car la technologie psychique de l’Humanité est bien inférieure aux propriétés psychiques et techniques de la Moelle Spectrale Aeldari.

Il y a aussi ceux qui ont lu le Traité de Van Hinkel sur les méthodes de vol des pirates Aeldaris, écrit par le Seigneur Inquisiteur du même nom à la fin du 39e Millénaire. Ce manuscrit détaillé contient le rapport de Van Hinkel sur les interrogatoires des Drukharis capturés, ainsi que des informations provenant de nombreuses autres sources précédemment dispersées dans diverses bibliothèques et fichiers de données dans les forteresses et stations de l’Inquisition.

Les Revivificateurs les moins scrupuleux ont tenté de répéter les pratiques tortionnaires des Drukharis, généralement sur les hérétiques et autres criminels, mais pas exclusivement. Peu au sein de l’Inquisition connaissent l’existence des cachots macabres où travaillent des télépathes équipés de machines obscures pour la détection et l’extraction de l’énergie psychique.

En fin de compte, le but des Revivificateurs est d’étudier le Trône d’Or lui-même et peut-être de modifier son fonctionnement pour que le corps de l’Empereur puisse être restauré. À cette fin, ce n’est pas seulement le passage de l’âme vers le Warp que les Revivificateurs étudient, mais aussi les processus par lesquels un corps peut être maintenu dans un état permettant une telle réinfusion de l’âme. L’accès à ces connaissances et à ces technologies signifie que les Revivificateurs vivent souvent beaucoup plus longtemps que les autres Inquisiteurs, le plus âgé étant le Seigneur Inquisiteur Verinath, qui a été tué par balle à l’âge de sept cent soixante-trois ans.[17]

Les Thoriens au Sein des Ordos[modifier]

Les Thoriens, avec leurs domaines d’expertise et leurs intérêt particuliers, sont naturellement attirés par certains aspects du rôle de l’Inquisition dans et hors de l’Imperium. Dans leur poursuite du Divin Réceptacle, de l’Empereur-Incarné ou dans leurs recherches sur les moyens de les réaliser, les Thoriens sont naturellement enclins à spécialiser leurs activités non seulement sur le Warp, mais aussi sur l’Ecclésiarchie et ses nombreux Saints.

Cependant, la philosophie Thorienne a toujours tracé une ligne fine entre l’orthodoxie et l’hérésie, et tant de Thoriens préfèrent travailler seuls qu’ils n’ont pas accès à l’organisation supérieure et aux ressources des Ordos. Toute coopération avec d’autres Thoriens ou Inquisiteurs d’une philosophie différente est souvent ponctuelle et temporaire.

Cette situation est bien souvent réciproque pour les autres Inquisiteurs. Bien que le Thorianisme soit aujourd’hui une Faction largement répandue et acceptée au sein de l’Inquisition, les Inquisiteurs ont la mémoire longue et des archives qui remontent encore plus loin, à une époque où les prédécesseurs des Thoriens n’étaient pas aussi bien accueillis. Les Thoriens eux-mêmes attendent toujours un changement d’attitude envers eux, et n’offrent donc pas leur confiance aux autres à la légère.

Ces facteurs signifient que l’intégration d’un Thorien dans l’un des Ordos, qui sont des organisations cachées au sein de l’Inquisition et non connues des non-initiés, ne se produit normalement que si un Thorien déjà dans l’Ordo cherche activement d’autres personnes ayant une philosophie similaire. Ainsi, les Thoriens forment un sous-groupe au sein de l’Ordo, regroupés dans des lieux dispersés où ils se sont identifiés les uns les autres afin d’être en confiance pour discuter de leur travail.

Même en tenant compte de cela, l’influence des Thoriens dans certaines régions signifie qu’ils peuvent accéder à des postes d’une importance considérable dans un Ordo, comme plusieurs l’ont fait depuis l’Âge de l’Apostasie. Il y a même des dossiers qui montrent que des Thoriens ont été nommé au poste de Légat de l’Inquisition - l’un des Hauts Seigneurs de Terra du Senatorum Imperialis. Il y en a qui se sont inquiétés dans le passé sur le fait de donner à des Thoriens une telle puissance potentielle - sur Terra même, le siège de l’Assemblée de l’Empereur - cela n’aurait pas seulement été dangereux pour l’Inquisition mais aussi pour l’Imperium lui-même. Ainsi, ces mandats ont généralement été de courte durée car les opposants ont recueilli le soutien et l’opinion publique contre les Thoriens.

Dans l’ensemble, les Thoriens ne sont pas enclins à exercer des fonctions au sein même de l’Imperium et se préoccupent davantage d’activités extérieures telles que la possession démoniaque et la technologie Xenos. Dans le passé, la divergence des activités d’un Thorien et la poursuite de leurs objectifs ont causé des frictions et même des conflits au sein des Ordos, mais peut-être pas plus que ceux des Inquisiteurs d’autres croyances.

La démarche quelque peu large que beaucoup de Thoriens ont en essayant de trouver le Divin Réceptacle ou l’Empereur-Incarné signifie que si un Inquisiteur Thorien est intronisé dans l’un des Ordos, il n’est pas inhabituel pour lui ou elle d’en changer rapidement. Ainsi, par exemple, un Thorien peut passer quelques années à chasser le Démon au sein de l’Ordo Malleus avant que ses recherches ou ses investigations ne l’amènent à utiliser une technologie alien pour se protéger des Démons, impliquant l’Inquisiteur dans l’organisation de l’Ordo Xenos.

Un Thorien qui accède à l’un des Ordos a de la chance, car la tâche qu’il s’est lui-même assignée exige la connaissance de nombreuses disciplines différentes, de la techno-arcane à la démonologie, de l’histoire ecclésiastique aux capacités psychiques des Xenos. Comme les Ordos existent en tant qu’institutions partageant des connaissances et de ressources, un Thorien qui peut accéder à la sagesse et aux personnels d’un ou de plusieurs Ordos, est beaucoup plus susceptible d’interconnecter les éléments disparates de la philosophie Thorienne et de faire théoriquement un pas significatif, ou de découvrir un indice secret sur la nature de l’Empereur-Incarné.[18]

L'Ordo Malleus[modifier]

La plupart des Thoriens qui entrent dans l’un des Ordos iront rejoindre l’Ordo Malleus en tant que Chasseurs de Démon. Leur prédisposition concernant l’interaction du Warp avec l’Humanité en font des candidats naturels, ainsi que des experts accomplis dans le domaine de la possession démoniaque et de l’invocation.

Cependant, les Thoriens peuvent aussi être en désaccord avec les objectifs plus importants de l’Ordo Malleus, qui frôlent parfois le radicalisme. Bien qu’aucun Thorien ne tolérerait jamais l’utilisation du Chaos et de ses pouvoirs pour faire naître l’Empereur-Incarné, il n’est pas rare que les Thoriens veuillent étudier leur adversaire, et ce, depuis l’époque conflictuelle avec les Horusiens.

Tous les Inquisiteurs croient que la connaissance est le pouvoir et qu’elle est souvent la meilleure arme contre leurs nombreux ennemis, mais les Thoriens ont parfois été connus pour mettre en danger leur mission et ceux qu’ils ont juré de protéger, dans l’objectif de glaner une pépite supplémentaire de sagesse concernant l’interaction entre le Warp et l’espace réel.

Ceci est contrebalancé par la richesse exceptionnelle des connaissances qu’un seul Thorien peut apporter à l’Ordo. En ce qui concerne la chasse au Démon, les Thoriens sont des maîtres sans égaux dans l’étude des rituels d’invocation et les signes de possession. De plus, le Thorianisme attire plus de Psykers que toute autre philosophie, et bien que les Psykers soient vulnérables à l’intrusion démoniaque et à la manipulation, ils constituent aussi la meilleure défense contre les intrus du Warp. La combinaison de ces deux facteurs fait des Thoriens des Chasseurs de Démons impressionnants et très performants.

Ce n’est peut-être pas pour le pouvoir des Chevaliers Gris qu’un Thorien est attiré par l’Ordo Malleus, mais pour l’accès à des millénaires de connaissances sur les Démons. Les archives de l’Ordo Malleus, cachées dans des bibliothèques et des collections secrètes à travers l’Imperium, sont un trésor pour tout Thorien. Avec certains documents remontant à l’avènement de l’Imperium, les connaissances de l’Ordo Malleus, si jamais un individu pouvait y avoir accès, contiennent des informations précieuses sur la relation entre les mortels et le Warp.

Bien que consacrés à la destruction des Démons, les rapports de possessions démoniaques, d’invocation arcaniques et de bannissements ne sont, pour les Thoriens, que des données dans une toile complexe d’informations qui contient des révélations importantes sur le Divin-Réceptacle et l’Empereur-Incarné. Tandis que d’autres Inquisiteurs fouillent dans ces archives en vue d’étendre leur arsenal contre les entités immortelles du Warp, les Thoriens les rapprochent en vue de tisser une série cohérente de thèses qui peuvent constituer le dernier élément de ce maillage de connaissances, et leur permettre de créer ou de découvrir un Divin Réceptacle.

Les Thoriens parcourent également ces documents dans un autre but, celui d’écarter la possibilité effrayante que l’Empereur-Incarné soit arrivé et ait été détruit, pris par erreur pour une manifestation démoniaque. Bien que la pensée d’une telle chose terrifie les Thoriens, ils ne sont pas si sûrs que le zèle malavisé des autres aurait mis en danger la volonté divine de l’Empereur.

Même au sein de l’Ordo Malleus, les activités des Thoriens sont surveillées de près. La frontière entre la noble vocation et les dangers du radicalisme est notoirement mince. L’histoire de l’Ordo compte de nombreux événements où des Thoriens, ou des membres de Factions Réssurectionnistes antérieures, se sont égarés au-delà de la limité fixée. La recherche de la sagesse est toujours sensible à l’intérêt personnel, et pour les Thoriens qui ont accès aux vastes dépôts de connaissances que détient l’Ordo Malleus, c’est une discipline constante que de maintenir leurs devoirs Inquisitoriaux tout en faisant avancer leur cause personnelle.[19]

L'Ordo Xenos[modifier]

Par rapport à l’Ordo Malleus, il y a très peu de Thoriens dans les rangs des Chasseurs de Xenos de l’Ordo Xenos. La grande majorité des races extraterrestres, au-delà de leur menace physique pour l’Humanité, ont peu d’intérêt pour les Thoriens. Cependant, il y en a quelques-uns qui se sont spécialisés dans la menace alien, où ces Thoriens voient des réponses possibles aux questions posées par l’existence possible du Divin Réceptacle.

Parmi les races extraterrestres qui attirent l’attention des Thoriens, les Aeldaris sont ceux qui font l’objet du plus grand nombre d’examens et d’enquêtes, et de loin. En tant que maître de la technologie psychique, les Aeldaris peuvent détenir des secrets sur la méthode par laquelle l’âme de l’Empereur peut être ramenée du Warp dans l’univers réel. Rien que cela rend les énigmatiques extraterrestres dignes d’attention.

Une fois qu’un Thorien est convaincu que l’influence alien pourrait être importante pour la création ou l’emplacement de l’Empereur-Incarné, les Aeldaris devient un champ naturel d’investigation. Tout au long de leur histoire, ce que l’Inquisition et la société ont appris, c’est que la connaissance des Aeldaris sur le Warp et de ses habitants surpasse de loin la sagesse accumulée par l’Ordo Malleus.

S’il est disposé à étudier les Aeldaris, un Inquisiteur Thorien peut trouver les réponses à beaucoup des énigmes qui se posent à lui. L’existence des Pierres-Esprits prouve qu’avec suffisamment de connaissances, les âmes peuvent résider hors de l’espace Warp. La méthode par laquelle ce transfert a lieu, et les matériaux à partir desquels une Pierre-Esprit est faite, échappe aux Thoriens depuis des siècles, mais il y a ceux qui tentent de découvrir ces secrets.

Si les Pierres-Esprits n’étaient pas un motif suffisant pour consacrer toute une vie de recherche à cette race avancée, alors l’existence des Avatars est un attrait encore plus grand. Si l’on en croit les légendes des Aeldaris, ces manifestations démoniaques font chacune partie de l’ancien dieu de guerre des Aeldaris, Kaela Mensha Khaine. Chaque Avatar est, croit-on, un fragment d’âme du dieu Aeldari, et bien qu’ils ne soient pas possédés par l’ampleur du pouvoir que l’Empereur-Incarné détiendrait, ils peuvent fournir la preuve nécessaire qu’un Divin Réceptacle pourrait effectivement abriter l’âme de l’Empereur dans l’univers matériel.

Avec de telles possibilités qui s’offrent à eux, certains Thoriens considèrent les ressources de l’Ordo Xenos comme inestimables pour leurs études. On croit, bien que cela n’ait jamais été documenté, que le grand Seigneur Inquisiteur Czevak était autrefois un Thorien, et c’est ce qui l’a conduit dans sa quête pour pénétrer les secrets de la légendaire Bibliothèque Interdite des Arlequins. Le fait qu’il ait réussi n’est pas qu’un petit témoignage de sa détermination. Cependant, étant donné le comportement et la philosophie plus xénophobes de Czevak après son admission au sein de la Bibliothèque Noire, il semble qu’il vaut mieux laisser certaines questions sans réponse. Il est certain que Czevak n’a plus de temps à perdre avec le Thorianisme et qu’il s’est prononcé, de manière énigmatique, contre les objectifs de cette philosophie.

Il n’y a pas que les Aeldaris qui peuvent attirer un Thorien dans l’Ordo Xenos, aussi enrichissant que les possibilités qu’ils offrent. Dans le Warp, il existe des créatures extraterrestres qui ne sont ni mortelles ni démoniaques. L’étude de ces extraterrestres n’est pas aussi séduisante que celles sur les Démons, mais les méthodes par lesquelles ils peuvent influencer et briser les barrières entre l’espace Warp et l’espace réel sont une source évidente de connaissances pour les Thoriens.

Les Asservisseurs, les Psychneuein, les Vampires et autres créatures Warp sont capables d’exercer leur volonté dans l’univers réel, et beaucoup d’entre elles sont capables de transgresser les frontières qui les séparent. Ne serait-ce que pour éviter l’intrusion de ces créatures sur un Divin Réceptacle, certains Thoriens ont consacré leur vie à une meilleure compréhension de ces créatures hideuses.

Les Asservisseurs et les Psychneuein manifestent tous deux une influence physique sur leurs hôtes dans l’univers matériel. Contrairement à la possession du Démon, les portes Warp des Asservisseurs sont une véritable percée à travers les barrières de l’espace Warp. De même, les œufs pondus dans le cerveau de leurs victimes par la guêpe Psychneuein sont une forme physique téléportée à travers ces mêmes barrières. Si les objets physiques peuvent être déplacés à travers les dimensions de cette façon, ils détiennent peut-être la clé de la manière dont les Thoriens pourraient être capables de faire naître l’Empereur-Incarné.

En plus des créatures elles-mêmes, les Thoriens s’intéressent aux propriétés des hôtes qu’ils choisissent. Une forte connexion psychique, comme pour toutes les manifestations de Warp, est le seul facteur de liaison, mais les Thoriens de l’Ordo Xenos croient en d’autres caractéristiques qui rendent un hôte intéressant pour un Asservisseur, et peuvent, par exemple, aider à comprendre la nature du Divin Réceptacle. Aucun Inquisiteur Thorien n’a jusqu’à présent été en mesure de prélever un spécimen vivant pour l’étudier, mais les ressources de l’Ordo Xenos peuvent encore fournir cet élément vital de la preuve.

C’est la menace que ces créatures font peser sur un Divin Réceptacle qui occupe également l’esprit des Chasseurs de Xenos Thoriens. Les moyens et la technologie qui préviennent l’infection psychique font l’objet de recherches constantes par l’Ordo Xenos, entre autres domaines d’études. S’il est possible de construire des champs de confinement fiables et portables ou d’autres technologies qui pourraient protéger un Divin Réceptacle de la corruption des Vampires ou des Asservisseurs, alors les chances que l’Empereur-Incarné se manifeste seraient grandement accrues. D’après ce que disent les Thoriens.[20]

L'Ordo Hereticus[modifier]

Beaucoup de Thoriens croient que le secret de l’Empereur-Incarné existe au-delà des connaissances humaines actuelles, et bien que leurs devoirs consistent à faire face à la menace du traître et de l’hérétique, ils ont peu à étudier pour faire avancer leur cause. C’est pour cette raison que l’Ordo Hereticus est un choix rare pour un Inquisiteur Thorien.

La plupart des Thoriens qui font partie de l’Ordo Hereticus exploitent cette position pour une raison particulière - la relation de l’Ordo avec l’Ecclésiarchie. L’histoire des Thoriens est inextricablement liée à l’Ecclésiarchie. Après tout, ils portent le nom de l’Ecclésiarque le plus éminent de l’histoire du Ministorum.

Ce n’est pas seulement ce lien historique qui attire quelques Thoriens à rejoindre l’Ordo Hereticus, car il y a un but beaucoup plus pratique. L’ancien lien entre l’Ordo Hereticus et le Ministorum permet aux Inquisiteurs de l’Ordo d’accéder aux archives de l’Ecclésiarchie. Les annales des Ecclésiastes, les copies originales du Livre des Saints, les diverses incarnations des Litanies de la Foi et d’autres documents doctrinaux renferment une grande quantité d’informations. En particulier, les réflexions théologiques sur la nature de l’Empereur et les récits des activités des Saints et des Saints vivants sont autant d’éléments qui alimentent l’intérêt des Thoriens.

Dans l’ensemble, les Thoriens ne sont pas nécessairement d’accord avec le Ministorum et ses multiples sectes quant à leur vision de l’Empereur. Les Inquisiteurs sont, de par leur nature, pragmatiques et n’obéissent pas à des idéologies fantaisistes, alors que le dogme du Ministorum a, dans le passé, causé du tort aux Thoriens. Les Inquisiteurs travaillant ouvertement et attirant la peur et la suspicion même des innocents, et dans une organisation aussi grande que l’Ecclésiarchie, provoqueront souvent le rejet de ceux qui auraient préféré que l’Inquisition n’opère pas dans leur voisinage. Cette résistance cachée peut souvent être évitée par les membres de l’Ordo Hereticus, car beaucoup d’Ecclésiastes les considèrent comme des alliés plutôt que des ennemis.

Comme pour l’Ordo Malleus et l’Ordo Xenos, les ressources de l’Ordo Hereticus permettent à un Inquisiteur Thorien d’acquérir une vaste somme de connaissances et d’expertise. En conjonction avec les études de Thor lui-même, les récits d’autres membres célèbres du Ministorum sont scrutés et vérifiés à la recherche de signes de l’Empereur-Incarné ou d’un Divin Réceptacle. En recoupant ces dossiers avec les découvertes de Thoriens dans d’autres spécialités, un Inquisiteur peut déterminer si ces individus remarquables étaient simplement doués, possédaient peut-être des pouvoirs psychiques, ou étaient influencés par d’autres entités plus sombres. Si ces voies d’investigation sont épuisées ou s’avèrent peu concluantes, il reste la possibilité que ces Saints étaient bien des Divins Réceptacles et qu’ils ont eu peut-être en eux une partie du pouvoir de l’Empereur.

Ce ne sont pas seulement ceux qui ont été loyaux et fidèles qui attirent l’attention des Thoriens. L’Ordo Hereticus est, après tout, consacré à éradiquer la corruption et la déloyauté, et non à louer les martyrs et les Saints. Certains Thoriens croient que des individus exceptionnellement doués peuvent avoir été poursuivis par erreur comme des menaces à l’Imperium alors qu’en fait, ils montraient des signes de divinité potentielle.

Pendant de longs siècles, le Résurrectionnismes ou l’Incarnationnisme ont été supprimés ou même jugés hérétiques, et à ces époques, les croyances et les connaissances des factions pré-Thoriennes ont été détruites ou déclarées Perdita. Certains Thoriens croient qu’en ces temps d’ignorance et de déni, les Divins Réceptacles, ou du moins les Divins Réceptacles potentiels, peuvent avoir été confondus avec les Psykers ou les Possédés. L’Ordo Hereticus lui-même est aussi vieux que les Thoriens, datant de l’Âge de l’Apostasie, mais la vocation du Chasseur de Sorcières remonte beaucoup plus loin. Les archives de l’Ordo sont donc antérieures de plusieurs millénaires aux enquêtes des Thoriens eux-mêmes, dont une grande partie a été apportée par les Incarnationnistes et les Résurrectionnistes d’antan. L’accès à ces anciens récits et rapports est une récompense suffisante pour un Thorien qui veut équilibrer ses études avec l’enquête sur les hérétiques et les sorcières.

Et c’est aussi, bien sûr, le devoir de l’Ordo Hereticus de traquer les Psykers - ils sont les Chasseurs de Sorcières de l’Empereur. La capacité psychique est étroitement liée au Divin Réceptacle par les Thoriens, car ce sont les Psykers qui sont les plus proches du Warp et donc en contact avec l’âme de l’Empereur.

L’Ordo Hereticus fournit donc des informations précieuses sur les Psykers et leurs pouvoirs, et son réseau d’agents peut être utilisé par un Thorien pour localiser les Psykers qui présentent également d’autres traits associés à un Divin Réceptacle ou à l’Empereur-Incarné. Le fait d’être aidé dans l’enquête sur ces individus permet à un Inquisiteur Thorien d’avoir plus de chances de découvrir l’un ou l’autre, s’ils existent réellement.

Les Thoriens qui n’ont pas eux-mêmes de pouvoirs psychiques peuvent donc entrer au service de l’Ordo Hereticus afin d’acquérir une meilleure compréhension de ces capacités mystiques, peut-être pour mieux prédire où le Divin Réceptacle peut apparaître, ou simplement pour avoir un meilleur niveau d’empathie avec ceux qu’ils cherchent.

En particulier, les Psykers les plus puissants - ceux classés au niveau Alpha - sont la plus grande menace à laquelle l’Ordo Hereticus est confronté. Ils sont aussi les candidats les plus probables au statut de Divin Réceptacle, car si un corps peut contenir le pouvoir psychique de niveau Alpha - des individus capables de détruire des Titans de Bataille ou de contrôler des mondes entiers - alors il s’ensuit que le Divin Réceptacle de l’Empereur peut aussi être contenu dans ces corps mortels.[21]

L'Ordo Sicarius[modifier]

L’un des Ordos Minoris, l’Ordo Sicarius, est chargé d’enquêter et de contrôler l’Officio Assasinorum. Par décret ancien, aucun Assassin Impérial ne peut être déployé sans le consentement des Hauts Seigneurs de Terra. C’est, bien sûr, immensément irréalisable et bien souvent un Inquisiteur de l’Ordo Sicarius sanctionnera l’Officio Assassinorum sous le couvert d’un édit de Terra. Alors que certains pensent qu’il s’agit là d’un abus de pouvoir, dans une civilisation qui s’étend à toute la galaxie, de telles mesures sont essentielles pour maintenir un niveau de réponse requis face aux menaces qui pèsent sur l’Humanité.

Chaque Assassin est sélectionné dès son plus jeune âge, souvent à partir de Mondes Sauvages ou de la Schola Progenium, et formé pendant de nombreuses années. Le processus de sélection est encore plus rigoureux pour les Assassins que pour les Space Marines, et peut-être qu’un seul candidat sur plusieurs millions suivra finalement sa formation et deviendra un agent opérationnel de l’Officio Assassinorum.

C’est cette perfection de l’esprit et du corps qui attire les Thoriens. Non seulement l’Ordo Sicarius, par l’intermédiaire de l’Officio Assassinorum, a accès aux documents historiques de ces individus remarquables, mais il est également constitué de manière à permettre l’identification des recrues possibles. Un Thorien de l’Ordo Sicarius peut surveiller une telle activité et, s’il le juge approprié, enquêter sur des sujets potentiels à la recherche de signes d’aptitude du Divin Réceptacle.

Il y a une autre raison, beaucoup moins manipulatrice, pour les Thoriens d’opérer dans l’Ordo Sicarius. Les Thoriens sont souvent attirés par des individus puissants, qui peuvent s’avérer être possédés par des Démons, des Psykers de niveau Alpha ou infectés par le Warp. Ces individus sont des adversaires dangereux et un Inquisiteur qui peut s’appuyer sur l’Officio Assassinorum est beaucoup mieux placé pour faire face à ces menaces. Beaucoup de Thoriens ont ordonné l’assassinat d’un dirigeant important ayant découvert qu’ils n’étaient pas un Divin Réceptacle, mais en fait quelque chose de plus menaçant.

La dernière raison pour laquelle un Thorien pourrait bien se retrouver dans l’Ordo Sicarius est une des raisons opposées. Ils croient que pour mieux comprendre le Divin Réceptacle, il est possible d’étudier les aberrations les plus répugnantes et les plus impures de l’Humanité - celles qui ont le Gène du Paria. Les Parias sont des individus qui non seulement n’ont aucune présence dans l’espace Warp, mais qui ont en fait un impact négatif. Ce sont des sangsues psychiques qui absorbent l’énergie de Warp, non seulement des Psykers mais aussi des humains normaux et d’autres créatures. Cette capacité d’extraire l’énergie psychique est au cœur de la cause Thorienne, et une compréhension du Gène du Paria pourrait bien aider à la création d’un Divin Réceptacle, ou du moins à la poursuite des moyens pour ramener l’Empereur du Warp.

L’Ordo Sicarius est responsable de la surveillance du Temple Culexus de l’Officio Assassinorum, dont les agents sont uniquement des Parias. Entre l’Ordo Sicarius et le Temple Culexus, un Inquisiteur Thorien a beaucoup plus de chances de rencontrer, et peut-être même d’étudier, un Intouchable. Les chances de rencontrer un Paria, qui se produisent une fois sur plusieurs milliards parmi l’Humanité, sont pratiquement inexistantes. Cependant, un membre de l’Ordo Sicarius peut avoir accès à ces personnes tous les deux ou trois ans et les étudier en profondeur.[22]

L'Ordo Sepulturum[modifier]

L’Ordo Sepulturum, l’une des organisations les plus petites et les plus spécialisées de l’Inquisition, opère autour de l’Œil de la Terreur et se consacre à enquêter sur une menace spécifique : la Peste Zombie.

Bien que des cas de Zombies de la Peste aient été enregistrés à travers l’Imperium depuis des millénaires, c’est dans le sillage des Flottes de la Peste du Seigneur du Chaos Typhus qu’elles se sont multipliées au point de représenter une menace pour l’Imperium en tant que telle.

Avant la 13e Croisade Noire d’Abaddon, l’incidence de la Peste Zombie autour du système de Cadia a considérablement augmenté. Plusieurs agents de l’Inquisition l’ont remarqué et, en quelques années, plusieurs autres Thoriens, notamment l’Inquisiteur Aghastri, enquêtaient sur la Peste Zombie et l’Ordo Sepulturum fut formé.

En tant que combinaison d’une infection du Chaos et d’une dégénérescence physique, la Peste Zombie a toujours été à l’ordre du jour pour les Thoriens, mais sa nature imprévisible et ses occurrences sporadiques ont fait qu’il a fallu beaucoup de chance ou de patience pour capturer les Zombies de la Peste pour mener une enquête. Avec l’avènement de l’épidémie dans l’Œil de la Terreur, les Inquisiteurs qui avaient auparavant été contrecarrés dans leur mission d’obtention de spécimens ont été soudainement confrontés à une pléthore de sujets à tester.

La Peste Zombie dégénère physiquement les personnes qu’elle infecte - et l’infection peut se produire de nombreuses façons, y compris psychiquement - mais maintient une partie de l’essence vitale de la victime même après la mort physique. Les parallèles entre la Peste Zombie et le fonctionnement du Trône d’Or n’ont pas été négligés.

L’étude accrue de la Peste Zombie a conduit de nombreux Thoriens à croire que sous sa forme inaltérée, elle pourrait bien fournir plusieurs indices sur la nature de la vie et mort de l’Empereur, mais toutes les formes du "virus de la foi" examinées jusqu’ici ont subi une mutation. Le fait que les Zombies de la Peste possèdent encore un lien avec le Warp a été confirmé non seulement par une enquête psychique mais aussi par le fait que plusieurs Psykers ont pu contrôler ces créatures - la manipulation psychique n’est normalement possible que par le biais de l’ego Warp d’une créature. La possibilité que l’infection de la Peste Zombie soit une ramification des technologies du Trône d’Or n’est pas largement soutenue et la théorie commune est qu’elle a été engendrée par le Mechanicum Noir dans l’Œil de la Terreur.

Beaucoup plus rare est le virus Obliterator, qui est encore une fois une contagion venant du Chaos qui combine des éléments de corruption physique et de perturbation mentale. Permettant la manipulation psychique de la technologie, le virus Obliterator permet aux humains d’interagir et de se fondre avec les machines, non seulement sur le plan physique mais aussi sur le plan psychique et spirituel. En combinaison avec ce qui a été glané de la technologie Aeldari, l’existence du virus Obliterator donne de l’espoir à l’idée qu’un Divin Réceptacle augmenté pourrait être créé artificiellement, si une version non corrompue du virus était développée.[23]

Les Thoriens et les Factions[modifier]

Les croyances et les objectifs particuliers des Thoriens sont plus spécifiques que ceux de nombreuses autres Factions, et ne s’opposent donc pas directement ni ne contredisent les croyances des autres Factions. Ainsi, c’est aux Inquisiteurs individuels et à leurs activités personnelles qu’il revient de trouver une cause commune ou de mener un conflit avec d’autres Inquisiteurs.

Depuis la formation des Thoriens, les Résurrectionnistes et les Incarnationistes se sont efforcés d’être plus ouverts sur leur projet. Cependant, des millénaires de suspicion mutuelle et de conflits ont laissé leur marque pendant longtemps et les Thoriens coopèrent mal avec les Inquisiteurs ayant une philosophie différente. Cette suspicion donne parfois lieu à des conflits en soi, quelles que soient les motivations réelles du Thorien concerné.

De même, les Thoriens sont très susceptibles d’être discrets sur leur travail, et peuvent se retrouver involontairement en conflit avec les objectifs d’un autre Inquisiteur, même s’il n’y a pas de conflit d’objectifs direct. Un Thorien a un degré de paranoïa inhérent à ses idéaux, et est donc prompt à assumer le pire des autres.

Les connotations théologiques de l’agenda Thorien peuvent également donner lieu à des conflits d’un autre type. La majorité des Inquisiteurs sont pragmatiques à l’égard de l’Empereur, considérant le Credo Impérial de l’Adeptus Ministorum comme un outil utile pour contrôler l’Imperium au mieux, ou une distraction au pire. Cependant, il existe un petit nombre d’Inquisiteurs, normalement ceux qui ont été inculqués dans les croyances de l’Ecclésiarchie par la Schola Progenium avant de devenir des Inquisiteurs, qui s’opposent aux objectifs des Thoriens pour des raisons religieuses.

Ces Inquisiteurs ont tendance à former des factions pro-Ecclésiarchie et à promouvoir le Ministorum comme étant le meilleur moyen de renforcer la foi en l’Imperium et de l’utiliser comme une défense contre les ruses du Chaos. Pour eux, l’idée d’interférer avec l’Empereur par quelque moyen que ce soit, qu’il ait des risques ou non, est une violation des plus fondamentales.

Heureusement, ces différences théologiques sont peu nombreuses, car elles ont tendance à être profondes. Les Inquisiteurs pro-Ministorum se sentent obligés de protéger l’Empereur, tandis que les Thoriens sont prêts à tout pour faire naître l’Empereur-Incarné. Les conflits entre ceux qui s’efforcent d’atteindre ces deux objectifs sont courts et souvent très sanglants et brutaux.

Les Thoriens sont considérés dans l’ensemble comme une Faction Puritaine après avoir rejeté la dernière souillure des Horusiens pendant l’Âge de l’Apostasie. À cette fin, ils sont naturellement opposés à l’utilisation du Chaos sous quelque forme que ce soit. Cela va bien sûr à l’encontre de leurs objectifs d’étude de l’interaction entre l’espace immatériel et l’espace réel et ils doivent essayer d’observer les choses telles qu’elles se produisent dans le cours normal des événements, par opposition à ceux qui créent artificiellement de telles situations pour accroître leurs connaissances.

Cependant, les Thoriens sont beaucoup plus indulgents lorsque la question se tourne vers les technologies et les contacts Xenos. Cela ne convient pas à certaines autres Factions, qui voient dans les extraterrestres une menace aussi grande pour l’Humanité que le traître et le Démon. Pour les Thoriens, l’objectif supérieur et le gain plus important de l’Empereur-Incarné sont bien plus importants que toute faiblesse temporaire de la volonté face à la menace Xenos. Ils exposent l’idée que la menace ultime est l’attrait du Chaos, et le seul moyen de le contrecarrer est de faire apparaître l’Empereur-Incarné - les machinations mesquines des Xenos ne méritent guère d'attention.[24]

Les Thoriens et les Xanthites[modifier]

Bien qu’ils dépensent beaucoup d’énergie et consacrent beaucoup de temps à l’étude du Chaos, les Thoriens ne croient pas que le Chaos lui-même puisse jamais être exploité pour le bénéfice ultime de l’Humanité. Grâce à leurs études, ils croient que l’esprit de l’Empereur peut être mis en avant une fois de plus, afin de détruire la menace du Chaos une fois pour toutes.

C’est en soi une raison suffisante pour provoquer un conflit avec les Xanthites, mais c’est de loin la raison la moins importante. La véritable inimitié entre les deux Factions peut être retracée à travers leurs origines mutuelles, et les divisions entre les Résurrectionnistes et les Horusiens. Certains pensent que le Maître-Inquisiteur Zaranchek Xanthus a été traqué et exécuté non pas pour ses activités sur le Chaos, mais pour ses penchants pro-Horusiens, bien que cela n’ait jamais été prouvé.

La coopération continue entre les Xanthites et les quelques Horusiens qui subsistent à ce jour est plus que suffisante pour créer une antipathie envers les Thoriens, une hostilité qui est pleinement réciproque de la part des Thoriens eux-mêmes. Plus que toute autre Faction, les Xanthites se méfient des motivations des Thoriens, les accusant de se cacher simplement derrière leur nouvelle vision puritaine. Les Xanthites voient dans la philosophie thorienne une trahison des premiers Résurrectionnistes et un déni de leur véritable objectif. Les Xanthites voient dans le conflit thoriano-horusien le prolongement de la division qui existe entre eux et la plupart des autres Inquisiteurs.

De telles divisions ne peuvent être qu’approfondies par l’expérience plutôt qu’atténuées. Les Thoriens verraient tous les Horusiens éradiqués et leur philosophie enterrée une fois pour toutes, parce que les Horusiens sont un rappel du passé mouvementé des Thoriens. Une telle conviction a été inculquée à des générations d’Inquisiteurs Thoriens au point que beaucoup voient toute forme de manipulation intentionnelle du Chaos, et non pas simplement son observation, comme un signe de tendances Horusiennes latentes.

Cette vindicte est entièrement remboursée par ceux qui deviennent Xanthites, car ils voient dans l’exécution de Xanthus un martyre, commis par les Résurrectionnistes. Ils pensent que les Thoriens sont les derniers d’une longue lignée d’intrus aveugles et myopes qui devraient partager la vision de Xanthus pour atteindre leurs objectifs, plutôt que de continuer à détruire les grandes œuvres du fondateur des Xanthites.

Cette animosité est si profonde qu’elle est l’une des rares choses qui peuvent distraire un Thorien de la poursuite de ses autres tâches. Le moindre soupçon d’activité horusienne suffit pour suspecter l’implication d’un véritable Horusien, et les Thoriens tiennent de nombreux Conclaves pour discuter de la manière de détruire cette menace pour le reste de l’éternité.

Les Xanthites et les Thoriens sont tellement opposés que ces conflits se terminent presque toujours par des affrontements physiques. Étant donné la longue histoire des deux croyances, il est inévitable que les relations entre elles soient jonchées de combats internes, de sang et de mort. Chaque nouveau sacrifice consenti par un Inquisiteur pour sa cause ne fait que renforcer les positions bien ancrées des deux Factions.

Le pire cas de ce conflit fut la Purge de Laskars, où plus d’une douzaine d’Inquisiteurs des deux Factions et leurs bandes de guerriers s’étaient rassemblés au fil du temps, déterminés à tuer leurs ennemis. De nombreux innocents ont été pris entre deux feux jusqu’à ce que les Seigneurs Inquisiteurs envoient des équipes de tueurs, après en avoir informé les Hauts Seigneurs de Terra eux-mêmes, afin d’anéantir les deux camps. Une grande partie de la population de Laskar a également été éliminée afin d’éviter que les conflits internes à l’Inquisition ne soient connus en dehors de ses agents.[25]

  • Pour plus de détails, voir l’article dédié : les Xanthites

Les Thoriens et les Recongrégateurs[modifier]

Bien qu’ils soient beaucoup moins ancrés dans leurs philosophies, il existe une inimitié continue et croissante entre les Thoriens et les Recongrégateurs. La cause de cette discorde ne réside pas dans les objectifs ou les différences de croyance des deux Factions, mais plutôt dans leur méthodologie.

Les Thoriens consacrent beaucoup de temps et d’énergie à localiser d’éventuels Divins Réceptacles qui pourraient être un avatar de l’Empereur-Incarné. En revanche, les Recongrégateurs passent souvent une grande partie de leur temps à manipuler des individus importants, ainsi que d’innombrables démagogues, agitateurs et visionnaires rebelles.

Il a été rapporté à de nombreuses reprises que les Thoriens et les Recongrégateurs sont entrés en conflit à propos de ces individus, chacun souhaitant observer ou utiliser ces derniers à ses propres fins.

C’est une source de grande frustration pour les Thoriens lorsqu’ils ont dépensé une grande partie de leurs ressources pour enquêter sur une personne en particulier, qui aurait peut-être fait preuve d’un leadership, d’une prévoyance et d’un charisme innés, seulement pour découvrir que leur Divin Réceptacle potentiel a acquis ces capacités simplement par la manipulation d’un Inquisiteur intéressé par le Recongrégatrice.

D’autre part, les Recongrégateurs savent qu’il y a parmi l’Inquisition ceux qui pensent que leurs théories de déstabilisation et de déconstruction sont très dangereuses, et préfèrent travailler le plus secrètement possible. Les enquêtes sans relâche qu’ils subissent de la part des Thoriens, comme le voient les Recongrégateurs, mettent en péril des travaux et des plans qui ont souvent demandés des décennies de préparation et ’exécution.

C’est donc cette simple exaspération humaine qui peut opposer ces deux Factions, avec des conséquences désastreuses. Le secret aggravé par un conflit d’objectifs se transforme souvent en paranoïa individuelle ou en vindicte, détournant les Inquisiteurs de leurs importantes vocations.

C’est un dilemme qui n’a pas de solution évidente ou durable, car pendant que les Thoriens poursuivent leur quête du Divin-Réceptacle et que les Recongrégateurs continuent de manipuler les hommes et femmes influents de l’autre côté de l’Imperium, les chemins des deux Factions se croiseront et mèneront à des disputes et, presque inévitablement, à des conflits physiques.[26]

Les Thoriens et les Amalathiens[modifier]

Bien qu’ils épousent tous deux des idéaux Puritains, les Thoriens et les Amalathiens sont souvent en conflit, perpétué principalement à cause des Amalathiens. L’objectif des Thoriens, qui est de ressusciter ou de réincarner l’Empereur, ce qui est un anathème pour le maintien du statu quo impérial dont les Amalathiens sont les promoteurs.

La méfiance à l’égard du projet Thorien est propagée principalement par les Amalathiens à travers le reste de l’Inquisition, car toute tentative de retour de l’Empereur est diamétralement opposée à la continuation de l’Imperium et de ses organisations. Les Amalathiens répondent avec véhémence, et souvent violemment, à toute entreprise qui met en péril l’état actuel des choses.

Dans l’histoire impériale, les Amalathiens sont un phénomène relativement nouveau, et les Thoriens en brossent un tableau de philosophie réactionnaire, en particulier par rapport à la longue tradition et aux croyances des Résurrectionnistes et des Incarnationistes. Les Amalathiens y voient de l’arrogance, symptomatique du mépris général des Thoriens pour l’Imperium.

Dans cette optique, les Thoriens se soucient peu des aspirations des Amalathiens et de leur attitude intransigeante à l’égard de l’Imperium. Ils considèrent la perpétuation de l’Imperium comme une note de bas de page contre leurs plans grandioses pour la résurrection de l’Empereur et Sa restauration en tant que véritable chef de l’Humanité.

Pour la plupart, les Thoriens sont désireux d’observer plutôt que d’influencer, en rassemblant des connaissances pour les futures quêtes et en trouvant des réponses aux éternelles questions sur la nature de la mortalité, l’Empereur et le Warp. Les actions des Amalathiens ne contredisent guère ce programme, et les Thoriens sont généralement satisfaits de simplement observer les efforts des Amalathiens d’une manière amusée et condescendante.

Ainsi, la plupart des conflits sont initiés par les Amalathiens, que les actions des Thoriens affectent directement leurs objectifs ou non - c’est une question de principe plutôt que de substance que les Thoriens ne doivent pas être autorisés à poursuivre leurs objectifs.

En contrecoup, l’action agressive des Amalathiens suscitera une réaction de la part des autres Thoriens, ce qui aggravera la situation et augmentera l’instabilité et le danger inhérents à l’Inquisition.

Par ces moyens inconscients, les Thoriens ont été entraînés dans une querelle qui dure depuis des siècles, pas particulièrement de leur fait, mais qui attaque leur philosophie et leur but fondamentaux.[27]

  • Pour plus de détails, voir l’article dédié : les Amalathiens

Sources[modifier]

Pensée du Jour : « La vie est une prison, la mort une délivrance. »
  • Warhammer 40 000 JdR - Dark Heresy : Ascension
  • THORPE GAV, Inquisitor : The Thorians
  1. Inquisitor : The Thorians - History of the Thorians de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. Inquisitor : The Thorians - History of the Thorians - The First Four de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. Inquisitor : The Thorians - History of the Thorians - The Rise of Horusianism de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. Inquisitor : The Thorians - History of the Thorians - The Reign of Blood de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  5. Inquisitor : The Thorians - History of the Thorians - A New Philosophy de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. Inquisitor : The Thorians - History of the Thorians - Acceptance de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  7. Inquisitor : The Thorians - History of the Thorians - The Gallilenus Heresy de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  8. Inquisitor : The Thorians - The God Incarnate - The Principles of the God Incarnate de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  9. Inquisitor : The Thorians - The God Incarnate - The Implications of the God Incarnate de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  10. Inquisitor : The Thorians - The God Incarnate - The Inquisition and the Magi de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  11. Inquisitor : The Thorians - The God Incarnate - Signs and Portents de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  12. Inquisitor : The Thorians - Thorian-Related Factions de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  13. Inquisitor : The Thorians - Thorian-Related Factions - The Horusians de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  14. Inquisitor : The Thorians - Thorian-Related Factions - Anomolian Beholders de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  15. Inquisitor : The Thorians - Thorian-Related Factions - Ardentites de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  16. Inquisitor : The Thorians - Thorian-Related Factions - Casophilians de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  17. Inquisitor : The Thorians - Thorian-Related Factions - Revivicators de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  18. Inquisitor : The Thorians - Thorians Within The Ordos de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  19. Inquisitor : The Thorians - Thorians Within The Ordos - The Ordo Malleus de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  20. Inquisitor : The Thorians - Thorians Within The Ordos - The Ordo Xenos de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  21. Inquisitor : The Thorians - Thorians Within The Ordos - The Ordo Hereticus de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  22. Inquisitor : The Thorians - Thorians Within The Ordos - The Ordo Sicarius de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  23. Inquisitor : The Thorians - Thorians Within The Ordos - The Ordo Sepulturum de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  24. Inquisitor : The Thorians - Thorians Within The Ordos de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  25. Inquisitor : The Thorians - Thorians Within The Ordos - Thorians and Xanthites de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  26. Inquisitor : The Thorians - Thorians Within The Ordos - Thorians and Recongregators de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)
  27. Inquisitor : The Thorians - Thorians Within The Ordos - Thorians and Amalathians de THORPE GAV (traduit de l'anglais par Guilhem)