Catégorie:Adeptus Arbites

De Omnis Bibliotheca
(Redirigé depuis Adeptus Arbites)

L’Adeptus Arbites est le principal garant de la loi de l’Empereur, et son rôle est de s’assurer que les mondes de l’Imperium se plient tous à la législation impériale. L’Adeptus Arbites est présent sur la plupart des planètes, où les Arbitrators garantissent que les lois de l’Imperium ont préséance sur les règlements et les soucis des dirigeants planétaires. Ils sont la première ligne de défense contre la rébellion et l’anarchie, l’incarnation droite et impassible de l’ordre de l’Imperium. Généralement, les Arbitrators sont basés dans d’austères forteresses de district dont l’aspect sinistre est censé rappeler l’inflexibilité de la loi impériale aux populations. En outre, ces forteresses leur permettent d’être certains d’avoir toujours une position de repli où se retrancher en cas de rébellion généralisée. Cependant, à l’exception des plus notable, rares sont les mondes qui bénéficient d’une importante présence de l’Arbites et la plupart n’ont qu’une seule forteresse de district, avec quelques postes régionaux. Ainsi, tandis que certains font partie de l’un des départements de l’Adeptus Arbites dans une capitale technocratique ou représentent la loi sur un monde-colonie en développement, d’autres sont en poste sur un Monde-Chapelle et surveillent l’Ecclésiarchie afin de détecter d’éventuels signes annonciateurs d’un schisme. Quelques-uns, assignés à la surveillance de paisibles mondes paradisiaques, vivent dans l’ennui et ne rêvent que d’action. D’autre encore arpentent les couloirs des vaisseaux, toujours à l’affût de signes de perturbation ou d’insurrection, ils travaillent sous les ordres du capitaine et surveillent les membres d’équipage de manière à prévenir la sorcellerie ou les mutineries, ou à l’inverse, observent plutôt les officiers, attentifs au moindre indice de corruption. Les Arbitrators des mondes-ruches sont généralement des officiers spécialisés dans le contrôle des émeutes, formés à réprimer les soulèvements et la sédition dans les voies étroites de la ruche. Ils peuvent être issus d’une famille dont les membres s’orientent traditionnellement vers le maintien de l’ordre ou être entrés dans la carrière par sens de leur devoir civique.

Dans tous les cas, ils ont appris comment traiter ceux qui représentent une menace pour la loi et l’ordre dans l’Imperium, car même s’ils ne sont pas nombreux, les Arbitrators sont universellement redoutés pour la loyauté exclusive qu’ils vouent à la loi impériale. Le gouverneur planétaire lui-même peut se faire arrêter par l’Adeptus Arbites s’il a l’imprudence de donner asile aux ennemis de l’Empereur ou de chercher à secouer le joug de l’autorité impériale.

Pourtant, tout comme la rouille peut s’insinuer dans les failles de la plus solide des armures, la discorde peut infecter ces protecteurs du règne impérial. Les écrits du grand Livre du Jugement, ou Dictates Imperialis, sont sans pitié, mais ne sont ni simples, ni brefs. La loi de l’Imperium est vaste et considérée comme divine, pourtant elle n’est pas assez grande pour couvrir tous les cas. Quand la loi ne donne pas d’indication précise, un jugement doit être rendu en accord avec la jurisprudence fixée par les jugements précédents. De nombreuses disputes et contradictions naissent entre les caprices de l’interprétation et k poids de la jurisprudence, certains impossibles à réconcilier même pour un Juge de l’Arbites. Ainsi, une approche trop rigide de la loi de l’Empereur peut prêter de l’autorité au tueur aveugle aussi facilement qu’au gardien de l’ordre. Un jugement passé peut entériner toutes sortes d’actions normalement délictueuses jusqu’à ce qu’une cour supérieure ne l’invalide. De la même façon, même s’ils sont redoutables et malgré la grande autorité dont ils disposent, les Arbitrators doivent se limiter à la défense de la législation impériale et ils ne possèdent guère d’influence en dehors de ce domaine.

La Qualité du Jugement

Les Juges de l’Adeptus Arbites sont de puissants seigneurs, portant le costume et les traditions d’une époque révolue. Ils manient la loi absolue et impitoyable de l’Imperium avec une exactitude brutale et inflexible, car ils doivent se tenir à l’abri de la traîtrise des classes inférieures et des excès et ambitions des hommes de pouvoir. Cela inclut notamment les seigneurs commandants et leurs agents qui gouvernent directement les nombreux mondes de l’Imperium. Chaque Juge peut commander ses propres forces armées d’Arbitrators et peut faire appel aux ressources de l’Imperium s’il en a besoin. Ne se fiant à rien et à personne à l’exception de la lettre de la loi, ils parviennent à tenir presque tous les habitants de l’Imperium sous leur juridiction. L’influence des grands Juges et des hauts marshals de l’Adeptus Arbites est presque égale à celle de l’Inquisition, si ce n’est qu’ils sont entièrement liés à la hiérarchie de l’Imperium et ne peuvent sortir du cadre du Dictates Imperialis.

Avec autant de pouvoir et de responsabilité, il arrive à ces hommes et ces femmes que leur jugement soit faussé et qu’ils suivent le chemin de la discorde avec les autres agences de l’Imperium. C’est ainsi que les cas d’hérésie et de conflits liés à l’Adeptus Arbites trouvent le plus souvent leurs racines chez les Juges. Bien qu’ils puissent être inflexibles dans l’exécution de leurs devoirs et ne pas flancher dans leur autorité, il existe des menaces contre lesquelles ni la lettre de la loi ni la force des armes n’offrent de défense.

Le Crime de l'Abstraction

Bien qu’extrêmement rare, l’abstractionnisme est considéré comme le plus ancien péché que puisse commettre les garants de la loi. Malgré toute la sagesse accumulée par les vénérables Juges, l’ombre de l’abstraction s’attache à leurs bureaux comme une sangsue.

L’abstractionnisme est un terme appliqué à un état de déviance criminelle chez les Arbitrators qui estiment que la lettre de la loi ne convient pas à l’application rapide de leurs devoirs. Ils se reposent sur des jugements sommaires plutôt que sur les preuves et la procédure. Au pire, ils s’autoproclament Juges et bourreaux, appliquant une peine capitale pour des crimes supposés ou potentiels plutôt que réels. Ce credo est considéré comme une infime hérésie, un parjure du vœu des Arbites et un crime punissable par la mort s’il est découvert.

Bien sûr, ceux qui tombent dans cette hérésie pensent être du côté des justes. Leur sens de la loi et leurs impératifs moraux les guident vers la vérité et le jugement dans un univers impassible. Quand la situation dégénère, comme lors de l’incident longtemps caché de la circonscription Cerpicia sur Hredrin, des équipes non autorisées et en civil étaient envoyées exécuter les criminels par une « chambre étoilée » de jugement illégale. Les vénérables marshals utilisaient leurs subalternes pour assassiner des membres d’autres agences impériales dont ils pensaient qu’ils devaient être des hérétiques. Dans des cas aussi rares et dangereux, le dérapage entre persécuter les ennemis de l’Imperium et en devenir un soi-même est rapide.

Malheureusement, ce sont souvent les plus intelligents, les plus croyants et les plus dévoués des Juges et des marshals qui succombent au péché de l’abstractionnisme, dans leur désir de faire le travail de l’Empereur. Ils se condamnent à une mort de traître s’ils sont découverts par leurs confrères Arbitrators, ou pire si d’Ordo Hereticus s’en charge.

Disputes de Juridiction

Les conflits entre l’Adeptus Arbites et les autres agences impériales tiennent souvent à des questions d’autorité sur l’application de la loi impériale et sur la détermination de la loi à appliquer dans un cas donné. Pour de nombreux Juges, la lettre de la loi impériale n’est pas seulement absolument inflexible, elle ne connaît aussi aucune limite et aucune frontière. On a déjà vu des Arbitrators zélés arrêter et exécuter des agents du Ministorum parce qu’ils avaient exécuté des hérétiques sans recourir à la loi, ou intervenir avec brutalité lors de la découverte d’une secte ou d’une agence secrète, pour découvrir ensuite qu’ils avaient mis en péril une investigation inquisitoriale clandestine. Pour certains Juges téméraires ou fanatiques, des distinctions comme l’inviolabilité des anciens privilèges des Navigators ou les droits et les titres des nobles passent après les besoins de la loi, À leurs yeux, la loi pèse plus lourd que toutes les autres considérations dans tous les cas.

Le plus souvent, ces activités sont bridées par les supérieurs de l’Arbitrator avant que le conflit ne devienne violent ou dégénère en guerre ouverte. À de rares occasions, un Juge ou un Marshal en Chef (connaissant pertinemment les risques) commence une enquête secrète sur une agence dont il ne peut pas accepter l’immunité contre la loi. Qu’il ait raison ou tort dans ses suspicions, cela finit souvent dans le sang.

Forces de l'Ordre

De nombreux mondes ont leurs propres forces de l’ordre, des agences locales fournies par le commandant impérial pour appliquer sa volonté et la loi régionale. Contrairement aux puissants Arbitrators, la plupart des agents des forces de l’ordre n’ont pas une grande loyauté envers la loi ou la tradition de leur service (bien qu’il existe des exceptions notables). Ils agissent comme la main de fer du seigneur gouverneur dans le meilleur des cas, et sont au pire à peine plus que des hommes de main bénéficiant d’autorisations officielles, loyaux uniquement à celui qui les paye et éminemment vénaux et corruptibles.

Dans certains secteur, le rôle et la nature des forces de l’ordre varient énormément. Les forces les plus nombreuses et les mieux organisée sont souvent des troupes paramilitaires, directement sous les ordres d’un seigneur gouverneur, comptant des milliers d’hommes et de femmes armés, disposant de ressources presque équivalences à celles de l’Adeptus Arbites. Inversement, des mondes dont les communautés sont éparpillées parmi de nombreux campement de mineurs et bidonvilles doivent se contenter de régulateurs et d’agent du rail pour maintenir l’ordre et appliquer une justice expéditive. La plupart ne se comportent guère mieux que des bandits et des maîtres-chanteurs.

Certains mondes, en raison de leur culture ou d’un simple défaut de technologie, doivent se passer totalement de forces de l’ordre : les classes dirigeantes et leurs armées privées étant les seuls responsables. Bien que cette situation soit plus courante sur les mondes féodaux et sauvages, elle ne leur est pas exclusive. Il existe des capitales de sous-secteur qui sont largement gouverné et policé par les hommes d’armes de ses grandes maisons. Ses forces de l’ordre réduites sont cantonnées à un rôle de gardes de palais surarmés.

Dans la plupart des cas, l’Adeptus Arbites et l’Inquisition considèrent les forces de l’ordre avec suspicion, quand ce n’est pas avec une méfiance affichée, souvent à raison.

Source

Pensée du Jour : Dans le doute, avancez vers le bruit des détonations.
  • Warhammer 40 000 JdR - Dark Heresy : Livre de règles
  • Warhammer 40 000 JdR - Dark Heresy : Disciples des Dieux Sombres

Pages dans la catégorie « Adeptus Arbites »

Cette catégorie comprend 3 pages, dont les 3 ci-dessous.