Zone de Guerre Varentia

De Omnis Bibliotheca
Révision datée du 3 juillet 2021 à 12:01 par Guilhem (discussion | contributions) (Page créée avec « L’Imperium combat pour des mondes riches en ressources, ou dont les positions protègent d’autres planètes contre des menaces barbares. Pour l’Adeptus Ministo... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

L’Imperium combat pour des mondes riches en ressources, ou dont les positions protègent d’autres planètes contre des menaces barbares. Pour l’Adeptus Ministorum, la plus grande ressource est la foi, et ses batailles visent à défendre la pureté de l’âme de l’Humanité. Des mondes tels que Varentis II, une source vitale d’ouvriers et de soldats, doivent rester purs à tout prix, de manière à éviter la propagation de la corruption.

Varentis II

Le clergé local du Culte Imperialis fut le premier à alerter l’Imperium des prémisses d’une hérésie dans le système Varentia. Dans les cité-États du monde-capitale de Varentis II, l’insurrection commença par des troubles mineurs, des rixes entre factions et de dangereuses déviances doctrinales. Concentrés dans les grandes cités - chacune s’étirant sur des centaines de kilomètres - ces troubles menaçaient les précieuses expéditions de minéraux extraits par les colonies minières nomades situées à l’extrême nord, dont les minerais transuraniques faisaient la richesse du sous-secteur Ubarig. Les contestataires et les malfrats furent brutalement réprimés par l’Adeptus Arbites de Varentis II et les milices de défense. Cependant, à peine une révolte était-elle écrasée que trois autres éclataient dans d’autres cités. L’Heptarchie déploya les forces de défense centralisées de la planète tout en envoyant des mercenaires et des troupes privées contre ses rivaux. Mais les Prêtres du Ministorum avaient détecté un courant d’apostasie sous-jacent. Ils prêchaient la vigilance contre des mineurs de clans inconnus originaires du nord, qui apparaissaient à chaque nouvelle expédition de minéraux avant de disparaître dans les entrailles des cités.

Alors que la situation dégénérait, les évêques du Cathedrum Mirabilis prirent contact avec l’Ordre de Notre Dame des Martyrs. Le cathedrum était le siège de l’évêché d’Ubarig - un immense édifice ostentatoire dont les fondations avaient été établies en l’honneur d’une sainte de l’Ordre, Carnelline. L’Ordre de Notre-Dame des Martyrs répondit avec hâte depuis son sanctuaire le plus proche, mais les remous changeants du Warp martelèrent les vaisseaux des Sœurs parties purger Varentis II. Au moment où elles se translatèrent dans l’espace réel à la lisière du système Varentia, des chronomètres recalibrés indiquèrent que plus d’un an s’était écoulé sur la planète assiégée.

L’arsenal de transports de masse de l’Ordre, de cargos offerts et de barques converties se déploya en un blocus orbital et contempla la ceinture équatoriale en proie à une guerre totale. La seule réponse à leurs appels fut des cris saturés de parasites, des chants impies et des serments à un Véritable Panthéon. Quatre Commanderies de l’Ordre de Notre Dame des Martyrs furent déchaînées en une nuée de modules de largages et de navettes. Depuis la baie de transport de la barge Arvus Divinitatus, la Chanoinesse Preceptor Moirelle prononça un discours enflammé de châtiment et de vengeance. Alors que les transports fendaient l’atmosphère, des vaisseaux-clairons beuglaient des louanges assourdissantes. Des navettes Aquila survolèrent les cités et les arrosèrent d’huiles sacrées qui s’embrasaient au contact de l’air. Des aqua-semoirs archéochimiques bénis ensemençaient les nuages afin de faire tomber une pluie sacrée chargée de purifier les rues soufflées avant que les Sœurs y posent le pied. Les Techno-adeptes de Mars brouillèrent les infâmes transmissions du réseau vox civil, et firent en sorte que chaque émetteur autour de la planète entonne des chœurs extatiques. Telle était la stratégie initiale de Moirelle : intimider les traîtres par la majesté suprême de la puissance de l’Empereur-Dieu, briser leur moral et instiller une haine vertueuse chez tous les loyalistes survivants.

Dans la cité-État de Forstadt, la Chanoinesse Yves-lo, commandante en second de Moirelle, déploya des dizaines d’Escouade Séraphines et Zéphyrines pour percer les nuages de fumée depuis les cieux. Baignées par les rayons crépusculaires qu’elles créaient, elles s’abattirent comme portées par la main de l’Empereur. Au terminus commercial de Gebarran, la Palatine Theria découvrit toute l’ampleur de ce que redoutaient les prêtres. Sa Mission de Sœurs détruisit des planques d’armes et combattit des mineurs mutants nichés au cœur du quartier commercial de Gebarran - ils avaient clairement espéré se fondre dans le chaos de la guerre civile tandis que l’Heptarchie s’efforçait de maintenir ses profits.

Dans la capitale, Varent-har, le Cathedrum Mirabilis n’était plus un fanal de foi étincelant. Les remparts naguère dorés étaient lardés de pics en fer sur lesquels étaient empalés les corps des Prêtres du Ministorum. D’énormes sceaux octaédriques proclamaient que le site sacré était devenu un temple pour les Dieux du Chaos, et des graffitis impies prétendaient que l’Empereur était une fausse idole. Cet abominable sacrilège attira l’essentiel des forces de la Chanoinesse Moirelle. Des phalanges de Rhino de l’Rhino et d’Immolator foncèrent dans les rues jonchées de gravats de Varent-har, dégorgeant des escouades de Sœurs de Bataille en direction du cathedrum. Des volées de missiles explosifs en provenance de la seconde vague de la Chanoinesse déchiquetèrent les barricades et les lignes défensives que les cultistes avaient érigées. Des rejetons mutés et des cultistes aux corps possédés par des Démons surgirent des bastions de la chapelle du cathedrum. La plupart furent repoussés par une puissance de feu féroce, tués par des tirs de Bolters et de Lance-Flammes avant d’atteindre les lignes des Sœurs. Mais plusieurs monstruosités brisèrent le cordon et semèrent le carnage parmi les rangs des Sœurs de Bataille. Celles qui périrent acceptèrent leur martyre avec sérénité, et continuèrent de combattre jusqu’à la fin en hurlant des prières plutôt que de céder du terrain. Leur sacrifice donna à leurs camarades le temps de rétablir leurs lignes de tir et d’éradiquer les monstres impurs. La Chanoinesse Moirelle mena une contre-attaque qui perça le flanc ouest des cultistes et ouvrit la voie du cathedrum à ses guerrières. Depuis les tréfonds de ses cryptes s’éleva soudain un chœur macabre. L’Évêque-Praetor de Varentis II Inigo Ravellon menait une milice de civils affamés mais déterminés, portant des armes improvisées, maculées de sang. Ravellon, qui poursuivait sa guérilla sous la cité depuis des mois, avait entendu les psaumes de combat et porté le combat sur les arrières des cultistes. Des foules de miliciens furent fauchées en quelques instants alors que les cultistes se retournaient vers eux avec une fureur bestiale, mais l’attaque de l’évêque avait atteint son but et détourné leur attention. Entre les inébranlables Sœurs de Bataille de Moirelle et la milice suicidaire de Ravellon, le reste des hérétiques qui profanait le cathedrum fut réduit en charpie.

Moirelle reconsacra le Cathedrum Mirabilis, et s’en servit comme Q.G. pour reconquérir d’abord Varent-har, puis, au terme de trois semaines de combats, le reste des cités-États. L’Heptarchie fut la cible de sa fureur une fois le monde repris, car elle avait manqué à son devoir. Les cadavres de ses dynastes, figés dans la douleur, bordaient les voies de transit majeures. Les purges se poursuivirent pendant plus d’un an sous la surveillance de l’Évêque-Praetor Ravellon. Par décret ecclésiarcal, approuvé par les Hauts Seigneurs, il plaça Varentia sous le contrôle direct de l’Ecclésiarchie, et reconsacra la planète-capitale, Varentis II, en tant que Monde-Sanctuaire au nom de ceux qui s’étaient sacrifiés pour la défendre.


Source

  • Codex Adepta Sororitas, V9