Taghmata : Différence entre versions

De Omnis Bibliotheca
(Page créée avec « __NOTOC__ Fichier:MechanicusMondeForge.jpg|right|500px|thumb|Sur les Mondes-Forges, l’ensemble des forces militaires sous les ordres d’un Magos et regroupés entre e... »)
 
(Aucune différence)

Version actuelle datée du 30 juin 2020 à 10:38

Sur les Mondes-Forges, l’ensemble des forces militaires sous les ordres d’un Magos et regroupés entre eux forment les Taghmata.
Au moment de l’apparition de l’Hérésie d'Horus, le Taghmata Omnissiah était le principal type de force militaire opérationnelle du Mechanicum trans-Martien et aussi le plus nombreux. Pour ceux qui ne connaissaient pas les arcanes et les mystères étranges du Mechanicum, le Taghmata était difficile à saisir, semblant à la fois un terme purement descriptif appliqué à une tapisserie ahurissante de Magos, de machines et de main-d’œuvre sous contrat, et aussi une structure hiérarchique rigide et labyrinthique, l’égale de toutes les forces armées de l’Imperium en termes de complexité. Son nom, cependant, traduit de la Techna-Lingua en Terrano-gothique de la Cour Impériale, trahissait sa nature fondamentale ; Taghmata Omnissiah étant alors apparenté à "Ce qui est divinement ordonné pour la guerre" - étant le reflet militaire de la structure de pouvoir essentiellement féodale d’un Monde-Forge rassemblé pour la bataille.

Aux côtés des régiments d’élite Skitarii, dont l’allégeance et le commandement étaient dus en fin de compte à Mars, et de la Collegia Titanica qui comprenait les Legios Titaniques, deux organisations qui avaient leurs propres traditions militaires, le Taghmata formaient la grande trinité, la "Triad-Magna", du pouvoir du Mechanicum pendant la Grande Croisade. En plus de ces trois corps militaires, il y avait les "petites" divisions indépendantes et alliées du Mechanicum, comme les Maisons des Chevaliers, l’Ordo Reductor, les Explorators et la Legio Cybernetica, entre autres. Chacune était une grande puissance à part entière, mais toutes étaient éclipsées par les trois autres, tant par leur taille que par leur portée.

L'Ordre Féodal[modifier]

Bien que Mars elle-même soit une entité très singulière et unique en termes militaires, tout comme Terra l’était pour les autres mondes de l’Imperium, chaque Monde-Forge à l’époque de la Grande Croisade était une puissance indépendante ; un royaume à part entière. Si chacun devait fidélité aux Seigneurs de la Planète Rouge, dans certains cas, ces liens étaient aussi absolus que des satrapes, tandis que dans d’autres, les liens avec le siège du pouvoir du Mechanicum étaient plus faibles, souvent simplement à cause de la distance, et dans les cas les plus extrêmes, cette fidélité devenait au mieux discutable, et la rivalité et la menace de rébellion contre le contrôle central ou le conflit fratricide nettement possibles. Par cette toile de féodalité, liée davantage par une doctrine et une culture communes et une obsession mutuellement partagée que par des principes, la loyauté ou le devoir, le Mechanicum formait un empire parallèle à celui de l’Imperium avant le début de l’Hérésie d’Horus.

Cette désunion cachée s’est montrée au grand jour et sans équivoque durant l’Hérésie d’Horus, lorsque l’Imperium était rongé par la trahison du Maître de Guerre. Le Mechanicum, déjà en proie à la discorde et à la division interne, s’était trop facilement retrouvé aux côtés des deux côtés belligérants, les Traîtres ou les Loyalistes. Les Mondes-Forges et les divers domaines se rangèrent selon les obligations féodales de longue date tout autant que de celles envers l’Empereur ou du Maître de Guerre. C’est de cette structure féodale complexe, tant à l’échelle macro qui englobe des Mondes-Forgés entiers et des alliances de plusieurs Mondes-Forges, qu’à l’échelle locale des ordres, collèges, temple et ville-forges, que le système Taghmata fut directement façonné.

La Structure du Taghmata[modifier]

Chaque Monde-Forge de cette époque était lui-même une mosaïque de loyautés complexes, constitué de domaines indépendants et semi-indépendants, tant en termes d’infrastructure physique et de territoire que, peut-être plus important encore, de connaissances, d’artisanat et de rite sacré. Ainsi, chaque Monde-Forge n’était pas seulement un centre de production industrielle vital pour l’Imperium élargi qu’il constituait, mais aussi un empire de secrets pour lui-même. Alors que la nomenclature et la structure n’étaient guère uniformes entre eux, les maîtres de ces empires étaient ses Magos et ses Archmagos - ses "Savants" -, chacun étant un seigneur temporel et spirituel ayant un pouvoir de vie et de mort dans son propre domaine.

Chacun se spécialisait dans une facette particulière du Culte de la Machine ou commandait une part importante de l’infrastructure de son monde et, de ce fait, prenait sa place dans le synode qui assurait la gouvernance et le contrôle du Monde-Forge. Chaque Magos commandait ses propres ressources et sa propre puissance militaire, des armées de fidèles et des cohortes de machines de guerre équipées et formées par la volonté de leur maître et selon la spécialisation et la tendance de ce dernier. C’étaient les Taghma, les éléments de base à partir desquels les Taghmata furent formés. Lorsqu’un maître du Monde-Forge, le Fabricator Archmagos-intendant ou Archimandrite Archmagos sous le règne duquel le synode servait, appelait un Taghmata à naître, il était du devoir juré de chaque Magos de fournir les troupes et les moyens qui leur étaient demandés, et à travers eux, les Technoprêtres et les Technoadeptes, les sous-cultes et les ordres ésotériques qui devaient fidélité et vassalité aux hauts Magos furent appelés, et ainsi de suite, à travers les schémas d’ancienneté et d’allégeance qui sillonnaient le Monde-Forge.

Dans de nombreux cas, ces appels aux armes atteignaient, bien au-delà d’un Monde-Forge et de son système stellaire, des avant-postes éloignés, des Flottes Expéditionnaires et des mondes clients liés par le patronage, d’anciens traités ou pactes d’allégeance. Le synode en choisissait plusieurs parmi ses membres, qui connaissent bien les arts de la destruction ou qui avaient une expérience avérée du champ de bataille, pour constituer la structure de commandement des Taghmata. De tels commandements étaient très recherchés par de nombreux Magos, tant pour la puissance et le prestige qu’ils apporteraient que pour le potentiel d’acquisition de nouvelles connaissances et de récompense qu’ils offraient.

En pratique, un Taghmata pouvait être de taille, de disposition et de portée très variables, sa nature était souvent déterminée par le rôle qu’il était appelé à jouer. Avant que la guerre civile galactique ne vienne secouer l’Imperium, les Taghmata étaient principalement rassemblés à titre de mesure purement défensive, généralement lorsqu’un Monde-Forge était directement attaqué. Sur les Mondes-Forges tels que Tigrus et Phaeton, qui étaient fréquemment attaqués en raison de la proximité de forces Xenos hostiles, cela a conduit à des formations de Taghmata puissantes et très expérimentées qui sont devenues des armées permanentes, tandis que d’autres, comme sur l’isolé Stygies, pouvaient rester pendant des décennies sans menace extérieure, et donc, lorsque cela était nécessaire, les protocoles relatifs aux Taghmata devaient être à nouveau promulgués. Des éléments Taghmata plus petits furent également levés et formés pendant la Grande Croisade pour armer et équiper les expéditions d’Explorator, pour garnir les avant-postes dans les régions hostiles ou dangereuses du vide. Ils ont également été formés plus rarement pour fournir des escortes diplomatiques armées ou des députations aux Flottes Expéditionnaires et aux Flottes Militantes de Libres-Marchands. Les dernières ressources, cependant, étaient principalement du ressort des commandements militaires spécialisés du Mechanicum qui n’étaient fidèles à aucun Monde-Forge : les Legions Titaniques, l’Ordo Reductor, la Legio Cybernetica et les Skitarii de Mars.

Le Cataclysme[modifier]

Pendant le cataclysme de l’Hérésie d’Horus, les Taghmata ont été sollicités sur chaque Monde-Forge et chaque avant-poste car la guerre et la menace d’attaque étaient constantes. Bientôt, le Mechanicum fut engagé dans une bataille pour la survie à la fois contre les ennemis extérieurs et contre les factions rivales issues de leur propre rang. Ce qui avait été une organisation de défense devint tout aussi fréquemment un moyen d’attaque, que ce soit pour réclamer des ressources vitales, étendre une sphère d’influence ou simplement anéantir un ennemi. Alors que la lutte sanglante s’intensifiait, de nombreux Mondes-Forges se sont battus jusqu’à la mort pour préserver leur souveraineté de l’invasion d’anciens alliés, tandis que d’autres ont pris une part active et agressive à la guerre en cours, leurs Taghmata combattant aux côtés des Loyalistes ou de Traîtres, ou simplement pour leurs propres objectifs. C’est ainsi que le Mechanicum a tué le Mechanicum, que le Mechanicum a tué les Legiones Astartes et que les Legiones Astartes ont tué le Mechanicum. Dans un combat désespéré, les sciences obscures et les secrets anciens qu’il valait mieux ne pas ressortir ont été utilisés, soit dans l’espoir vain d’assurer la survie, soit par une ambition et une soif de pouvoir éveillées, et les terreurs cauchemardesques de l’Ère des Luttes furent libérées une fois de plus.[1]

Source[modifier]

  • The Horus Heresy, Book Three - Extermination
  1. The Horus Heresy, Book Three - Extermination, Chapter - The Taghmata Omnissiah (traduit de l'anglais par Guilhem)