Succube : Différence entre versions

De Omnis Bibliotheca
m
m
 
Ligne 1 : Ligne 1 :
[[Fichier:Succube.jpg|right|400px|thumb|Une Succube.]]Les '''Succubes''' sont l’élite régnante des [[Culte Céraste|Cultes Cérastes]]. Aussi élégantes que belles, elles parcourent les mêlées comme si elles se trouvaient dans leur élément, entourées de groupes de leurs redoutables sœurs, lesquelles cherchent les guerriers de valeur dont leur maîtresse pourra triompher. Toutes sont réputées dans tout [[Commorragh]] pour la grâce et l’esthétique unique de leurs mises à mort. Les Succubes sont les icônes des arènes, et lorsqu’elles sont au sommet de leur art, elles sont pratiquement vénérées par les autres [[Drukhari]]s.  
+
[[Fichier:Succube.jpg|right|400px|thumb|Une Succube.]]
 +
:''« Abritez-vous derrière vos barricades, si vous le voulez. Terrez-vous dans vos bunkers comme des animaux attendant d’être massacrés. Je me tiens fièrement sur la scène du combat ; celui qui veut me défier est le bienvenu. N’entendez-vous pas l’agonie de vos camarades à travers vos murs épais ? Leur plainte est exquise, et m’accompagnera quand je quitterai ce lieu. Mais avant, je veux les têtes des derniers Shas’ui. Donnez-les moi, ou je viendrai les prendre. »''
 +
:::'''- Succube Reethia Bleek.
  
Parfois appelées archites, reines des arènes ou dames de souffrance, les Succubes sont collectivement connues sous le nom d’''Ynnitach'', ou "épouses de la mort". Chaque Culte Céraste est généralement dirigé par une triade de Succubes, bien que certains en comprennent des dizaines au sein de leurs échelons supérieurs. L’une d’elles détient le véritable pouvoir, tandis que les deux autres tentent de se surpasser dans les arènes pour accroître leur popularité et leur influence. La compétition est féroce au sein de ces triades, mais à la différence des [[Voïvode]]s des [[Cabale de Commorragh|Cabales]], les reines des Cultes Cérastes sont plus promptes à régler leurs querelles par le biais d’une décapitation brillamment exécutée qu’en maniant le proverbial stylet politique. Or, comme chez toute l’élite Drukhari, les Succubes laissent temporairement leurs rivalités de côté quand elles mènent leurs Cultes Cérastes lors de raids dans l’espace réel.  
+
Les '''Succubes''' sont l’élite régnante des [[Culte Céraste|Cultes Cérastes]]. Aussi élégantes que belles, elles parcourent les mêlées comme si elles se trouvaient dans leur élément, entourées de groupes de leurs redoutables sœurs, lesquelles cherchent les guerriers de valeur dont leur maîtresse pourra triompher. Toutes sont réputées dans tout [[Commorragh]] pour la grâce et l’esthétique unique de leurs mises à mort. Les Succubes sont les icônes des arènes, et lorsqu’elles sont au sommet de leur art, elles sont pratiquement vénérées par les autres [[Drukhari]]s.
 +
 
 +
Parfois appelées Archites, Reines des Arènes ou Dames de Souffrance, les Succubes sont collectivement connues sous le nom d’''Ynnitach'', ou "épouses de la mort". Chaque Culte Céraste est généralement dirigé par une triade de Succubes, bien que certains en comprennent des dizaines au sein de leurs échelons supérieurs. L’une d’elles détient le véritable pouvoir, tandis que les deux autres tentent de se surpasser dans les arènes pour accroître leur popularité et leur influence. La compétition est féroce au sein de ces triades, mais à la différence des [[Voïvode]]s des [[Cabale de Commorragh|Cabales]], les reines des Cultes Cérastes sont plus promptes à régler leurs querelles par le biais d’une décapitation brillamment exécutée qu’en maniant le proverbial stylet politique. Or, comme chez toute l’élite Drukhari, les Succubes laissent temporairement leurs rivalités de côté quand elles mènent leurs Cultes Cérastes lors de raids dans l’espace réel.  
  
 
Les Succubes sont incroyablement vaniteuses, mais ce n’est pas sans raison. À chacune de leurs apparitions dans les arènes de Commorragh, les foules qui se pressent pour assister à la boucherie raffinée ne sont pas seulement assoiffées de sang, mais aussi en quête d’un spectacle qui satisfasse leur sens pervers de l’esthétique. Les [[Céraste]]s affublés d’une balafre de trop sont souvent confrontés à des situations impossibles, leurs semblables se jetant sur eux comme la foule réclame leur mort pour payer le crime de l’imperfection physique. Seuls ceux qui combinent une adresse mortelle et une apparence sans défaut peuvent rejoindre les rangs des ''Ynnitach''.  
 
Les Succubes sont incroyablement vaniteuses, mais ce n’est pas sans raison. À chacune de leurs apparitions dans les arènes de Commorragh, les foules qui se pressent pour assister à la boucherie raffinée ne sont pas seulement assoiffées de sang, mais aussi en quête d’un spectacle qui satisfasse leur sens pervers de l’esthétique. Les [[Céraste]]s affublés d’une balafre de trop sont souvent confrontés à des situations impossibles, leurs semblables se jetant sur eux comme la foule réclame leur mort pour payer le crime de l’imperfection physique. Seuls ceux qui combinent une adresse mortelle et une apparence sans défaut peuvent rejoindre les rangs des ''Ynnitach''.  

Version actuelle datée du 16 janvier 2020 à 12:33

Une Succube.
« Abritez-vous derrière vos barricades, si vous le voulez. Terrez-vous dans vos bunkers comme des animaux attendant d’être massacrés. Je me tiens fièrement sur la scène du combat ; celui qui veut me défier est le bienvenu. N’entendez-vous pas l’agonie de vos camarades à travers vos murs épais ? Leur plainte est exquise, et m’accompagnera quand je quitterai ce lieu. Mais avant, je veux les têtes des derniers Shas’ui. Donnez-les moi, ou je viendrai les prendre. »
- Succube Reethia Bleek.

Les Succubes sont l’élite régnante des Cultes Cérastes. Aussi élégantes que belles, elles parcourent les mêlées comme si elles se trouvaient dans leur élément, entourées de groupes de leurs redoutables sœurs, lesquelles cherchent les guerriers de valeur dont leur maîtresse pourra triompher. Toutes sont réputées dans tout Commorragh pour la grâce et l’esthétique unique de leurs mises à mort. Les Succubes sont les icônes des arènes, et lorsqu’elles sont au sommet de leur art, elles sont pratiquement vénérées par les autres Drukharis.

Parfois appelées Archites, Reines des Arènes ou Dames de Souffrance, les Succubes sont collectivement connues sous le nom d’Ynnitach, ou "épouses de la mort". Chaque Culte Céraste est généralement dirigé par une triade de Succubes, bien que certains en comprennent des dizaines au sein de leurs échelons supérieurs. L’une d’elles détient le véritable pouvoir, tandis que les deux autres tentent de se surpasser dans les arènes pour accroître leur popularité et leur influence. La compétition est féroce au sein de ces triades, mais à la différence des Voïvodes des Cabales, les reines des Cultes Cérastes sont plus promptes à régler leurs querelles par le biais d’une décapitation brillamment exécutée qu’en maniant le proverbial stylet politique. Or, comme chez toute l’élite Drukhari, les Succubes laissent temporairement leurs rivalités de côté quand elles mènent leurs Cultes Cérastes lors de raids dans l’espace réel.

Les Succubes sont incroyablement vaniteuses, mais ce n’est pas sans raison. À chacune de leurs apparitions dans les arènes de Commorragh, les foules qui se pressent pour assister à la boucherie raffinée ne sont pas seulement assoiffées de sang, mais aussi en quête d’un spectacle qui satisfasse leur sens pervers de l’esthétique. Les Cérastes affublés d’une balafre de trop sont souvent confrontés à des situations impossibles, leurs semblables se jetant sur eux comme la foule réclame leur mort pour payer le crime de l’imperfection physique. Seuls ceux qui combinent une adresse mortelle et une apparence sans défaut peuvent rejoindre les rangs des Ynnitach.

Les Succubes des Cultes Cérastes veillent farouchement sur leur beauté, et sont ainsi d’une vénusté ahurissante, leur peau d’albâtre sanglée dans des corsets barbelés et des combinaisons moulantes de soie noire. Leurs mouvements sont hypnotiques, et leur grâce a quelque chose d’ophidien lorsqu’elles se rapprochent de leur proie. Une Succube ne reculera devant rien pour préserver sa beauté, y compris envoyer des dizaines de gladiateurs subalternes à la mort juste avant entrer en piste, afin de se repaître de leur âme et de raviver l’éclat de sa splendeur.

Lorsqu’une Succube descend de son luxueux boudoir sur le champ de bataille, elle se meut avec la majesté et l’arrogance d’une reine cruelle. En effet, si son apparence est celle d’une jeune Aeldari d’une beauté effarante, elle est gâtée par une attitude glaciale et hautaine, et celui qui observe une Succube grâce à la double vue la percevra telle qu’elle est : une mégère grise et échevelée.

La plupart des plus illustres Succubes cherchent à transcender la violence charnelle de l’arène pour ne faire plus qu’un avec le don de la mort. Ce sont les plus habiles guerrières qui marchent dans les pas des Muses Noires, espérant que leur nom deviendra un jour synonyme d’un style de meurtre particulier. Parmi les plus célèbres, on note la diabolique et romanesque Helica Baisevenin, Yctria la Reine Écorcheuse et son tempérament légendaire, et bien sûr Lelith Hesperax, qui décapita douze Cérastes rivales en exécutant la passe tourbillonnante qui est sa signature.

Toute Succube se doit de faire constamment la preuve de son talent si elle souhaite conserver sa position. Elle mène donc régulièrement des raids dans l’espace réel, non seulement pour les fruits du pillage mais aussi pour traquer et éliminer les champions des autres peuples dans de flamboyantes démonstrations d’adresse. Si les Drukharis n’ont que mépris pour le genre humain, une Succube se réjouira toujours d’un duel contre un Maître de Chapitre de l’Adeptus Astartes, car le vaincre lui accordera un grand prestige, même à Commorragh. La collection d’une Succube accueille souvent des trophées tels que la tête d’un Big Boss Ork, d’une Créature Synapse Tyranide ou, plus précieuse que toute, celle d’un Autarque des Vaisseaux-Mondes. Outre le frisson qu’ils procurent, ces duels donnent l’occasion à une Succube de prouver sa suprématie. Et plus les spectateurs sont nombreux, mieux c’est.

Source[modifier]

  • Codex Drukhari, V8