Représailles (Nouvelle)

De Omnis Bibliotheca
Révision datée du 8 septembre 2021 à 01:48 par Trazyn l'infini (discussion | contributions) (Page créée avec « {{Page OB}} De toutes les armes de l'Imperium, les agents de l'Officio Assassinorum sont peut-être les plus étranges - et les plus mortels. Une frappe de représ... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png

De toutes les armes de l'Imperium, les agents de l'Officio Assassinorum sont peut-être les plus étranges - et les plus mortels. Une frappe de représailles a été lancée, et une Force d'Exécution y répondra. Découvrez maintenant comment chaque Assassin se prépare à la mission qui l'attend…

+ + + + +

Représailles

C’était un mot si simple. Pourtant, Fioros Loth savait qu’il faisait peur aux ennemis de l’Imperium, tout comme lui. Le monstre, le silencieux, le danger tapi dans l’obscurité - le vide.

Fioros a ouvert les yeux. Ils étaient gris, mais pas comme une mer déchaînée ou des coups de tonnerre furieux. Ils étaient gris comme rien, car rien n’était ce qui se trouvait derrière eux. Il regarda autour de lui, son environnement. Sa chambre, ils l’appelaient. Sa prison, il le savait.

C’était une pièce sphérique faite de laiton et d’adamantium. Chaque centimètre des murs était recouvert de sceaux de pureté pour éloigner son influence, pour garder Fioros isolé jusqu’à ce qu’ils aient besoin de lui. La pièce elle-même planait entre d’énormes plaques magnétiques de répulsion, le champ antigravitationnel la maintenant suspendue. Il n’y avait aucun moyen de partir avant qu’ils ne viennent le chercher.

A l’intérieur de cette cellule, à bord du Vaisseau sans nom, Fioros fixait le masque qui reposait sur le sol en métal grillagé devant lui. Il regardait en arrière, aussi vide que lui. La surface argentée et lisse formait un crâne stylisé, représentant le don du porteur. Toutes sortes de machines obscures dépassaient de l’arrière de celui-ci, formant le terrifiant dispositif de l’Animus Speculum. Un appareil sphérique de métal brasé clouté se trouvait sur le côté gauche du masque crânien - c’était la seule arme dont Fioros avait besoin, un moyen de déchaîner l’obscurité pure de son esprit sur ses ennemis.

Il ne trouvait pas de joie dans ce qu’il faisait, car il ne comprenait pas vraiment la joie. Tout ce qu’il comprenait, c’était sa fonction dans cette galaxie. Trouvez la cible. Exécuter les représailles. Trouvez la cible. Exécuter les représailles. Encore et encore.

Un but. C’est ce qu’ils lui avaient donné après toutes ces années passées en tant que paria et monstre, considérées comme une hérésie manifeste. Les représailles étaient son but. Une lumière rouge dans le coin de sa chambre s’est allumée, signalant que le moment était venu une fois de plus. Fioros mit ses mains des deux côtés du lourd masque, le souleva en se levant et le plaça lentement au-dessus de sa tête. Alors que les scellés de l’énorme dispositif se verrouillaient autour de son cou, il soupira. L’intérieur de ce masque était la seule maison qu’il n’ait jamais vraiment connue.

Avec des mouvements habiles, il serra la ceinture qui maintenait ses grenades anti-psy en place et se dirigea vers la porte de sa chambre, plaçant un pouce sur la rune d’activation pour signaler qu’il était prêt. La porte s’ouvrit avec un léger sifflement, révélant un espace de 15 pieds entre sa chambre suspendue et la porte suivante. Dans les coins, deux batteries de sentinelles de Bolter d’Assaut ont immédiatement pivoté dans sa direction. C’est alors seulement, avec le bruit d’une technologie ancienne et vénérée, qu’une série de plaques de répulsion se détachèrent des murs, planèrent plus près et commencèrent à former un pont. Dès que le premier fut en place, Fioros commença à marcher à pas mesurés sur la distance du pont, alors que celui-ci était encore en train de prendre forme.

Fioros atteint un couloir baigné de lumière rouge. Les arcanes des auspexes Spores-Psy carillonnaient doucement, confirmant que la cible se trouvait à la surface de la planète, sous le vaisseau de guerre noir. Deux Servitors, la tête enveloppée dans des cagoules noires, attendaient Fioros. Leurs bras se terminaient en Canons à plasma et en Griffes Éclair - ils lui étaient destinés, il le savait. Une illusion de contrôle, mais ses maîtres ne pouvaient pas le tromper. En fait, ils ne se sont trompés eux-mêmes que s’ils pensaient que cela l’arrêterait si jamais il décidait de se retourner contre eux. Mais pourquoi le ferait-il ?

Le temps était venu. Trouvez la cible. Exécuter des représailles. C’était son but. Rien d’autre.

Les deux Servitors ont pris place de chaque côté de l’Assassin Culexus, l’escortant dans le couloir verrouillé et vers le hangar du Vaisseau, où l’attendait sa navette d’insertion. Il savait qu’il était mené comme on dirige un troupeau de bête, mais il s’en fichait. Il ne s’intéressait qu’à une chose. Son devoir.

+ + +

Représailles.

C’était un mot si simple, et pourtant il avait tant de facettes, un peu comme Zara Nox elle-même. Les choses n’ont jamais été simples avec la vengeance ; elle a pris une myriade de formes, aussi innombrables que celles qui l’ont reçue des mains de Zara. Il est donc tout à fait approprié qu’elle soit venue, elle aussi, sous l’une des innombrables formes pour offrir ce cadeau. Mais il y avait aussi de la douleur. Dans une chambre aussi insignifiante qu’elle, Zara a subi une fois de plus les changements angoissants de sa profession. Elle a enduré ce processus dans un silence stoïque. Cela aussi était un cadeau, un cadeau pour elle, car c’était son arme.

Au fur et à mesure que la polymorphine faisait son travail, son corps souple et sinueux se déplaçait et devenait encombrant. La musculature de Zara devint de plus en plus définie, sa mâchoire s’élargit et ses os se fissurent et se frottèrent les uns contre les autres au fur et à mesure qu’ils prenaient une nouvelle forme. Elle se contorsionna lorsque ses vertèbres s’alignèrent à nouveau, la rendant plus grande et modifiant toute sa silhouette.

Un lumen rouge dans le coin de la chambre de Zara s’est allumé et a signalé que le moment était venu.

Avec des doigts qui n’étaient plus les siens, elle sentit son nouveau visage.

Zara a fait un signe de tête avant de quitter la petite pièce. C’était un visage qui ne ressemblait en rien à la femme à laquelle il appartenait maintenant, et pourtant c’était le sien. Ce n’était pas le visage de l’Assassin Callidus Zara Nox, et pourtant c’était son vrai visage. C’était le visage d’une seule chose. Le visage de son devoir.

+ + +

Représailles.

C’était un mot si simple. Décidé, déterminé avec un but précis, comme une balle qui frappe la maison. Il n’y avait pas de place pour les interprétations, les nuances ou les divergences. La vengeance était pure et simple, directe et distincte dans sa pertinence. En cela, elle n’était pas sans rappeler celle de Moritan Callen, car c’était lui-même qui rendait les représailles manifestes.

Moritan était assis les jambes croisées dans sa chambre nue, son Fusil Exitus en équilibre sur ses cuisses. Une de ses mains gantées de noir reposait sur la tige de l’arme, tandis que l’autre était fermement placée sur le silencieux du fusil.

Moritan savait que d’autres trouvaient cette partie de la guerre inquiétante - l’attente. Parfois, elle a même atteint les nerfs des membres d’autres temples de l’Officio Assassinorum. Ils ne l’admettraient jamais, bien sûr, mais il le savait. Il pouvait le voir, le sentir en leur présence. Ils ne comprenaient pas le sens de la vraie patience, de la vraie endurance. Il fallait quelqu’un de son état d’esprit pour saisir pleinement ces concepts. C’était la seule véritable façon d’exécuter la vengeance dans sa forme pleine et glorieuse ; de se tenir à l’affût comme une araignée pendant des jours, des semaines, voire des mois, jusqu’à ce que vienne le moment parfait, sans faille.

Avec cette pensée, Moritan s’est soudainement mis en mouvement. Avec des mouvements habiles, il accomplit une série de rituels d’entretien, sentant chaque partie délicate du fusil sous ses doigts. Il ne lui a fallu que quelques instants pour remonter l’arme, comme il l’avait fait tant de fois auparavant dans sa vie.

Puis il a ouvert les yeux. Le fusil exitus était posé sur ses jambes, exactement dans la même position qu’avant. On aurait presque dit qu’il ne l’avait jamais soulevé, et encore moins démonté.

Précision. Une précision impeccable dans tout ce qu’il faisait était la véritable définition de Moritan. C’est cette simple précision qui l’avait transformé en une arme de L’Empereur de l’Humanité. En fin de compte, la vengeance et la précision étaient les mêmes pour Moritan.

Un lumen rouge dans le coin de sa chambre s’est allumé. Par des mouvements brusques, l’assassin Vindicare se mit debout et activa la rune de la porte. La porte noire s’est ouverte et Moritan est entré dans le couloir.

L’attente était terminée. Le temps de rendre la justice à l’Empereur était venu. La cible ne le savait pas encore, mais sa mort était déjà décidée.

Moritan prit son Fusil Exitus sur l’épaule et se dirigea vers le hangar. Il ne pensait qu’à une chose.


+ + +

Représailles.

C’était un mot si simple, et pourtant il ne signifiait rien pour lui. Lorsqu’Artiom Wendyl s’est réveillé, sa réaction immédiate a été un cri sans paroles de colère et de rage. Il n’avait pas besoin de saisir le concept de la vengeance, car il s’agissait d’une forme de vengeance donnée.

Immédiatement, Artiom poussa fort contre les contraintes qui le retenaient dans sa petite chambre. Son métabolisme s’est accéléré dès qu’il a été réveillé de son sommeil cryogénique, et une onde de choc violente a traversé son esprit. Derrière son masque crânien cramoisi, les dents d’Artiom étaient dénudées et de la mousse bouillonnait sur ses lèvres.

C’était son état de repos éternel. Il était conditionné à la haine, à la colère de l’Empereur lui-même sous forme humaine, et pourtant sa colère n’était rien en comparaison de la pure folie qui allait se déployer une fois le frenezon libéré dans son métabolisme. Mais pas encore. Ils avaient besoin de son attention pendant quelques instants encore.

Pendant qu’Artiom se débattait dans ses entraves, plusieurs petites servo-grues descendaient du plafond comme des doigts squelettiques, se refermant sur sa tête. Une aiguille se trouvait à l’extrémité de chacun des appareils, et ceux-ci se branchaient sur de petites prises du masque crânien d’Artiom. Ils ont pénétré la peau et le crâne en dessous pour percer son cerveau, lui injectant des sons, des images, des odeurs et d’autres impressions.

Artiom était comme un chien de chasse bestial, et maintenant il avait une odeur à suivre. Il grinçait des dents et grognait avant de claquer une fois de plus ses entraves. Avec un bruit doux et humide, les aiguilles se retirèrent de sa tête et disparurent dans l’ombre au-dessus.

Des lumières d’avertissement rouges illuminaient la petite chambre où l’Assassin Eversor était retenu, et une alarme perçante retentit. D’un coup, la nacelle fut libérée et descendit vers la planète située en dessous comme une comète de malheur.

+ + +

«  Les représailles de la force d’exécution sont déployées avec succès,» déclara l’Adepte de l’Officio Assassinorum sur le pont du petit vaisseau sans nom. « Cible située dans la zone de guerre C-44. Niveau de menace hostile Extremis.»

« Affirmatif,» répondit une voix déformée par le vox. « Maintenez la position jusqu’à ce que le meurtre soit confirmé. »

« Maintener la position en orbite au-dessus de Dessah, » reconnu l’Adepte, et il passa en revue les paramètres de la mission une fois de plus. « Les représailles de la force d’exécution sont en route. La cible est d’origine Adeptus Astartes, Excommunicate Traitoris : Brazen Drakes, Maitre de Chapitre Argento Corian. Que le châtiment de l’Empereur frappe rapidement et irrévocablement. »

Source

Pensée du Jour : « C’est la grandeur de l’humain, et non de son équipement de guerre, qui compte aux yeux de l’Empereur. »
  • Warhammer Community - Psychic Awakening : Retaliation de WEHNER DIRK[1] (traduit de l’anglais par Trazyn l'Infini)