Ravageur : Différence entre versions

De Omnis Bibliotheca
m
m
 
Ligne 5 : Ligne 5 :
 
Les systèmes de visée des Ravageurs sont nourris d’autant d’information sur leur cible que la Cabale a pu en réunir et leur équipage est formé pour détruire le plus facilement possible les blindés en question. Ceci oblige les artilleurs capricieux à se concentrer sur un objectif précis, comme la destruction des moteurs d’un engin super-lourd, l’immobilisation d’une colonne cuirassée ou l’interdiction de toute évasion. Une fois cet objectif atteint, l’équipage a toute latitude pour parcourir le champ de bataille à l’envi et y semer le carnage, annihilant tout ce qui a le malheur de se retrouver dans ses mires.  
 
Les systèmes de visée des Ravageurs sont nourris d’autant d’information sur leur cible que la Cabale a pu en réunir et leur équipage est formé pour détruire le plus facilement possible les blindés en question. Ceci oblige les artilleurs capricieux à se concentrer sur un objectif précis, comme la destruction des moteurs d’un engin super-lourd, l’immobilisation d’une colonne cuirassée ou l’interdiction de toute évasion. Une fois cet objectif atteint, l’équipage a toute latitude pour parcourir le champ de bataille à l’envi et y semer le carnage, annihilant tout ce qui a le malheur de se retrouver dans ses mires.  
  
Le fait que le Ravageur, le plus répandu des véhicules d’assaut [[Drukhari]]s, ne dispose que d’un blindage inférieur à celui des transports de troupes humains est très représentatif de leur état d’esprit. En effet, ils chérissent la vitesse plus que tout. Les équipages de Ravageur partent du principe qu’il vaut mieux ne plus être là lorsque l’ennemi réplique que d’attendre en comptant sur une couche de métal pour survivre. Par conséquent, leurs tactiques sont extrêmement frustrantes pour les officiers impériaux, qui ont l’habitude de manier leurs troupes davantage comme une masse que comme une rapière. Mais il est indéniable que cette approche est terriblement efficace : un escadron de Ravageurs est capable d’apparaître comme surgi de nulle part, de porter le coup de grâce à une machine divine de l’[[Adeptus Mechanicus]] d’une seule volée, puis de disparaître au loin avant même que le monstre d’acier se soit effondré.  
+
Le fait que le Ravageur, le plus répandu des véhicules d’assaut [[Drukhari]]s, ne dispose que d’un blindage inférieur à celui des transports de troupes humains est très représentatif de leur état d’esprit. En effet, ils chérissent la vitesse plus que tout. Les équipages de Ravageurs partent du principe qu’il vaut mieux ne plus être là lorsque l’ennemi réplique que d’attendre en comptant sur une couche de métal pour survivre. Par conséquent, leurs tactiques sont extrêmement frustrantes pour les officiers impériaux, qui ont l’habitude de manier leurs troupes davantage comme une masse que comme une rapière. Mais il est indéniable que cette approche est terriblement efficace : un escadron de Ravageurs est capable d’apparaître comme surgi de nulle part, de porter le coup de grâce à une machine divine de l’[[Adeptus Mechanicus]] d’une seule volée, puis de disparaître au loin avant même que le monstre d’acier se soit effondré.  
  
 
{|style="width: 900px; color:#DBE9F4; background-color: #000000; margin: auto;"
 
{|style="width: 900px; color:#DBE9F4; background-color: #000000; margin: auto;"

Version actuelle datée du 16 janvier 2020 à 11:54

Un Ravageur.
Le Ravageur est tout aussi rapide que le véhicule dont il est issu : le Raider. Cependant, il échange sa capacité de transport contre trois armes lourdes. Sur le champ de bataille, il appuie les troupes au sol en engageant les ennemis les mieux protégés, mais comparer le Ravageur à un char d’assaut impérial revient à comparer un rapace à une bête de somme. Les Ravageurs sont si rapides et maniables qu’ils sont capables de tendre une embuscade à une colonne de tanks adverses, et de l’éliminer en un seul passage, disparaissant avant que l’ennemi sache ce qui l’a frappé.

On peut considérer que les Ravageurs remplissent le rôle d’assassins dans la guerre contre l’espace réel, si l’on excepte le fait que leurs cibles ne sont pas des individus de chair et de sang, mais des véhicules blindés. L’équipage de chaque Ravageur se voit désigner une cible prioritaire qu’il doit éliminer à tout prix, sous peine de subir de sévères punitions à son retour au sein de sa Cabale dans les tréfonds de Commorragh.

Les systèmes de visée des Ravageurs sont nourris d’autant d’information sur leur cible que la Cabale a pu en réunir et leur équipage est formé pour détruire le plus facilement possible les blindés en question. Ceci oblige les artilleurs capricieux à se concentrer sur un objectif précis, comme la destruction des moteurs d’un engin super-lourd, l’immobilisation d’une colonne cuirassée ou l’interdiction de toute évasion. Une fois cet objectif atteint, l’équipage a toute latitude pour parcourir le champ de bataille à l’envi et y semer le carnage, annihilant tout ce qui a le malheur de se retrouver dans ses mires.

Le fait que le Ravageur, le plus répandu des véhicules d’assaut Drukharis, ne dispose que d’un blindage inférieur à celui des transports de troupes humains est très représentatif de leur état d’esprit. En effet, ils chérissent la vitesse plus que tout. Les équipages de Ravageurs partent du principe qu’il vaut mieux ne plus être là lorsque l’ennemi réplique que d’attendre en comptant sur une couche de métal pour survivre. Par conséquent, leurs tactiques sont extrêmement frustrantes pour les officiers impériaux, qui ont l’habitude de manier leurs troupes davantage comme une masse que comme une rapière. Mais il est indéniable que cette approche est terriblement efficace : un escadron de Ravageurs est capable d’apparaître comme surgi de nulle part, de porter le coup de grâce à une machine divine de l’Adeptus Mechanicus d’une seule volée, puis de disparaître au loin avant même que le monstre d’acier se soit effondré.

Dans un éclair, un nouveau trio de véhicules effilés apparut à moins d’une centaine de mètres des lignes Orks. Un rugissement fit alors trembler le village peau-verte primitif disposé autour des murs de la forteresse grossière : finalement l’ennemi se décidait à offrir un combat digne de ce nom.

Ils mordirent à l’appât comme un seul Ork.

Une nuée de Peaux-Vertes se déversa du bidonville ceignant la forteresse alors qu’un énorme Chariot de Guerre aux mâchoires d’acier rouillées et estampillé Da Gobbla empruntait la rampe de sortie à la tête d’une colonne de blindés, se dirigeant vers les envahisseurs entourés d’ombre.

Neuf rayons de lumière noire jaillirent de l’obscurité, qui vinrent chacun frapper un des points faibles du béhémoth de métal. Da Gobbla explosa avec tant de violence qu’il renversa deux des Truks qui l’accompagnaient, lesquels fanent broyés par les chenilles des autres Chariots de Guerre se ruant à leur suite. Les derniers véhicules Orks dérapèrent au milieu du chaos, alors que de petits groupes de fantassins à peau verte se ruaient dans les ténèbres, avides de sang ennemi. Ceux qui étaient restés dans la forteresse entendaient le vacarme des combats qui s’en allait diminuant dans la brume. Lorsque le reste de la horde arriva finalement, les envahisseurs étaient partis depuis longtemps. Des centaines d’Orks qui étaient lancées à leur rencontre, il n’y en avait plus aucune trace.

Source[modifier]

  • Codex Drukhari, V8