Résurgence de Vhnori

De Omnis Bibliotheca
Révision datée du 4 octobre 2021 à 23:28 par Guilhem (discussion | contributions) (Page créée avec « {{Page OB}} L’Imperium du début de la Grande Croisade était un royaume nouveau-né, qui miaulait et se débattait encore dans le sang et les fluides de sa nais... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png

L’Imperium du début de la Grande Croisade était un royaume nouveau-né, qui miaulait et se débattait encore dans le sang et les fluides de sa naissance. Les alliances et les serments étaient encore frais, non testés ou à moitié formés. Même lorsque l’Imperium s’étendait au-delà du Système Sol, les domaines laissés dans son sillage étaient souvent d’une stabilité et d’une loyauté douteuses. Les tentatives de rébellion et les conspirations étaient courantes. L’Imperium réprimait la plupart de ces insurrections rapidement et sans fanfare. Quelques rébellions, cependant, appelaient une réponse différente : non seulement l’assujettissement mais aussi le châtiment.

Vhnori était une enclave urbaine terranne qui avait autrefois fait partie de l’Empire Panpacifique. Construite sur les flancs d’une crevasse qui descendait profondément dans la terre, elle avait été l’un des derniers domaines de Narthan Dume à tomber. Un ensemble de structures couvrait les plaines autour de la crevasse sur plus de cent kilomètres. Des bâtiments blindés s’accrochaient aux lèvres et aux côtés de la crevasse et s’étendaient sur des kilomètres. La lumière du soleil et de la lune n’atteignait les niveaux les plus profonds que sous la forme d’une faible lueur, et la puanteur de l’Humanité planait au-dessus dans un nuage fétide. Le peuple de Vhnori n’avait jamais supporté facilement le joug impérial, mais pendant des années après la défaite de Dume, il s’était soumis dans un silence maussade. L’arrivée des Marcheurs Cramoisis a changé cela.

Les Marcheurs Cramoisis étaient une cabale de Psykers, de transgéniques et de seigneurs de guerre qui avaient autrefois servi les derniers grands tyrans de l’Ère des Luttes. En unifiant Terra, l’Empereur avait renversé de nombreux rois, reines, démagogues et despotes. Les noms et les actes de ces hommes et de ces femmes sont encore présents dans la mémoire de beaucoup. Ils étaient les monarques de la Vieille Nuit, des monstres qui ont asservi des milliards de personnes par le mensonge, la peur et l’utilisation de connaissances maudites. Les atrocités forgées dans le patrimoine génétique, dans le sang et le pouvoir des sorciers marquent leur époque et nous aident à nous souvenir de ce que l’Empereur a donné à l’Humanité lorsqu’Il a mis fin à leurs règnes. Mais certaines traces de la Vieille Nuit subsistent dans l’ombre : les serviteurs fanatiques, les enfants clones et les seigneurs de guerre fugitifs. Au fil des ans, beaucoup de ces renégats ont été traqués, mais certains ont survécu. Ces derniers en trouvèrent d’autres et conclurent des pactes diaboliques de haine, tourmentés par la soif de récupérer ce que l’Empereur leur avait pris. Petit à petit, ils ont rassemblé des partisans et des ressources, étendant une toile secrète à travers Terra. Le centre de leur résurgence était Vhnori.

Dans la ville-canyon, les Marcheurs Cramoisis trouvèrent des partisans et des alliés et commencèrent à construire une nouvelle forteresse du désespoir. Les vieux cauchemars revinrent sur Terra pour la première fois depuis de nombreuses années : les forges de chair, les récoltes de sang et les demi-morts. Pire encore, alors que les Marcheurs Cramoisis montaient en puissance, le peuple de Vhnori les suivait comme des bêtes loyales obéissant aux ordres de leur maître, au lieu de fuir les terreurs dont ils avaient été libérés. Les quelques personnes qui ont résisté sont devenues le combustible pour les arts immondes des Marcheurs Cramoisis. Pendant un moment, il semblait qu’ils pourraient ramener une partie de Terra dans le cauchemar du passé. Lorsque l’Empereur a entendu parler de la montée de cette menace renaissante, Il aurait prononcé trois mots : "Envoyez la Huitième !".

La VIIIe Légion n’a pas répondu tout de suite. La force présente dans le Système Sol à ce moment-là comptait un peu plus de cinq cents guerriers : une force importante mais pas capable de submerger une enclave urbaine de plusieurs dizaines de millions de personnes. Ce fait n’avait cependant aucune importance pour les guerriers de la VIIIe ; ils savaient pourquoi ils avaient été appelés à ce combat, et ce qu’ils devaient faire.

Cela a commencé avec le feu tombant du ciel nocturne. Les turbo-lasers et les obus incendiaires ont transformé l’obscurité en jour en tirant sur la périphérie de Vhnori. Le bombardement a duré six heures. À la fin, un anneau de métal et de terre fusionnés d’un kilomètre de large s’était formé autour de l’enclave de la ville, et des millions de personnes regardaient le ciel en se demandant ce que l’aube allait apporter. Mais l’aube ne vint pas. D’un horizon à l’autre, des nuages noirs bloquaient la lumière. Puis il s’est mis à pleuvoir, une pluie battante, épaisse et chargée de produits chimiques provenant des nuages ensemencés au-dessus. Les gens ont commencé à avoir des vertiges, à trembler sur place, tout en étant conscients de chaque bruit autour d’eux, de chaque mouvement au coin de leurs yeux. Il a plu pendant un jour, bien qu’il n’y ait pas eu de coucher de soleil pour le séparer de la nuit qui a suivi. Dans l’obscurité, les gens pleuraient ouvertement, tandis que les ombres grouillaient de sons et de formes à peine entrevues.

La VIIIe Légion est alors venue du sol. Alors que les vaisseaux au-dessus avaient éclairé la nuit de leurs feux, ils s’étaient laissés tomber du bord du vide, tombant en armure sombre de minuit vers la crevasse au cœur de l’enclave. Ce n’est qu’une fois loin de la lumière qu’ils ont déclenché leurs Réacteurs Dorsaux pour stopper leur descente. Dans l’obscurité sous la ville, ils avaient attendu que la vraie nuit tombe, s’accrochant aux parois rocheuses comme des créatures des cavernes pendant que le jour sans soleil passait. Puis, ils sont sortis des abysses sur des jets de flammes. Ils s’enfoncèrent dans les bas-fonds de la ville suspendue, massacrant tous ceux qui croisaient leur chemin, installant des charges qui envoyaient des sections de bâtiments tournoyer dans l’obscurité. Des cris ont commencé à résonner dans le canyon. Pour la population de la surface, les cris de terreur et de bataille résonnaient dans leurs esprits affaiblis par la drogue. Beaucoup se sont simplement effondrés, tremblant de terreur, d’autres ont couru pour se mettre à l’abri de la clameur croissante.

Les Marcheurs Cramoisis répondirent en libérant une armée de monstruosités : des golems de points de suture qui rampaient sur des douzaines de mains humaines, des rangs d’esprits brisés avec des yeux de verre et des sondes de stimulation enfoncées dans leurs cerveaux exposés, des esclaves psychiques qui remplissaient l’air de la puanteur statique du Warp. Le gouffre était éclairé par la pulsation des tirs d’armes à feu et la lumière stroboscopique du feu de l’Immaterium, mais la VIIIe Légion continuait à avancer, filant entre les débris sur des Réacteurs Dorsaux, découpant les abominations avec des griffes gainées d’éclairs. Ils hurlaient avec les voix des morts pendant qu’ils se battaient, leurs haut-parleurs diffusant les sons enregistrés de la souffrance, de la douleur et de la perte. Lorsque les gouffres se sont embrasés comme la bouche d’un enfer mythique, les capsules sont tombées. Les renforts ont convergé vers les gouffres, se frayant un chemin à travers la ville tentaculaire, tuant tous ceux qu’ils trouvaient. Les rares personnes qui ont été témoins de cette nuit parlèrent de silhouettes blindées abattant ceux qui couraient devant eux, des feux qui s’élevaient des cheminées d’habitation en feu, et toujours, de toutes les directions, le chœur croissant des cris.

Les forces des Marcheurs Cramoisis étaient terribles, mais elles étaient peu nombreuses. Les Marcheurs Cramoisis firent face à leur destin de manière fragmentée, chacun tentant de survivre ou de se libérer de la ville maudite. Aucun d’entre eux n’y est parvenu. Leurs gardes du corps abominables abattus ou détruits par les tirs, chacun des renégats se retrouva aux pieds des silhouettes imposantes vêtues d’armures bleu nuit, le visage caché par des casques à front blanc, et sut que la justice impériale était venue pour eux. Ceux qui ont atteint la frontière explosive entourant la ville se sont retrouvés traqués par les escadrons de recherche de la VIIIe Légion. On raconte que la VIIIe Légion en laissa beaucoup s’enfuir, avant de les poursuivre pendant les longues heures de la nuit artificielle, mutilant mais ne tuant jamais, jusqu’à ce qu’ils ramènent leurs proies dans le gouffre sous forme de sacs sanglants de viande écrasée et d’os brisés. Avec Vhnori hurlant et brûlant, la VIIIe a accompli son dernier devoir. Vivants, et guéris de manière à être conscients, ils ont jeté les Marcheurs Cramoisis dans le gouffre. Puis ils ont fait exploser des charges le long du bord de la falaise, séparant la ville suspendue des parois de la falaise. On raconte que les cris des dix millions de personnes qui s’étaient abritées des combats dans les immeubles situés sur la falaise montèrent jusqu’au ciel alors qu’elles suivaient les Marcheurs Cramoisis dans les profondeurs noires de la terre. La VIIIe a quitté la ville décimée avant que l’aube ne se lève à nouveau.[1]

Source[modifier]

Pensée du Jour : « Ce même marteau qui fracasse le verre, façonne l’acier. »
  • The Horus Heresy, Book Two - Massacre
  1. The Horus Heresy, Book Two - Massacre, Chapter The Iron Hands - Exemplary Battle - The Vhnori Resurgence (traduit de l'anglais par Guilhem)