Pacte de Guerre

De Omnis Bibliotheca
Révision datée du 13 janvier 2022 à 13:47 par Guilhem (discussion | contributions) (Page créée avec « {{Page Chevaliers Impériaux}} right|500px|thumb|Tormund Eyre, ''Pacte de Guerre''.Tous les Nobles ne sont pas des guerriers compétents... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png




Tormund Eyre, Pacte de Guerre.
Tous les Nobles ne sont pas des guerriers compétents en dehors de leur Armure Chevalier, et Tormund, le "Demi-Chevalier", en est la preuve vivante. Estropié par un rival alors qu’il n’était qu’un jeune homme et ayant perdu l’usage de ses jambes, Tormund a tout de même réussi à se faire une place dans la suite personnelle de Chevaliers du Vicomte. Grâce à une compréhension instinctive de sa machine de guerre et à un lien terriblement fort avec le Trône Mechanicum, il a prouvé à maintes reprises qu’il était un formidable guerrier, malgré les limites de son propre corps.[1]

Tormund Eyre est né dans l’ombre des montagnes du Croc Tordu à Krastellan. En tant que second fils du Seigneur Erlund Eyre, il était destiné à siéger sur le Trône Mechanicum et à avoir la chance de rejoindre les Chevaliers de la Maison Hawkshroud. Cependant, à l’âge de quinze ans, Horan Payne, un rival jaloux issu d’une autre famille, a défié Dorlund, le frère aîné de Tormund, dans un duel de sang. Dans la tradition des familles montagnardes, il s’agissait d’un combat au premier sang. Il se déroulait dans les hauts cols hurlants, les combattants n’étant armés que de leurs lames de naissance. Avant que son père ne puisse l’interdire, Tormund fit le serment à Dorlund d’être son second, jurant de battre à sa place s’il ne le pouvait pas. Une fois prononcé, même Erlund n’osa plus rompre le serment de son fils, bien qu’il comprît le prix qu’il pourrait payer bien plus que le jeune Eyre.

Horan avait concocté un complot pour éliminer les frères Eyre comme rivaux pour les attentions convoitées du Vicomte Tudon et des Chevaliers d’Hawkshroud. Lorsque Tormund a prêté serment, Horan a vu une chance non seulement de faire honte à un frère de Eyre, mais aussi d’en éliminer un pour de bon. Horan a soudoyé un garant du château d’Eyre pour empoisonner le frère aîné avec la maladie de la mouche de la bile, s’assurant ainsi que Tormund serait forcé de se battre à sa place. Tormund n’était pas de taille face à l’aîné Horan, et bien que les règles du duel limitaient Horan à un seul coup qui faisait couler le sang, il trouva un moyen de faire payer les frères Eyre. En enfonçant sa lame dans la colonne vertébrale de Tormund, Horan l’a paralysé, lui a privé de l’usage de ses jambes et l’a abandonné dans la neige tachée de sang. Erlund était enragé, bien qu’il ne pouvait pas faire de grief au Seigneur Fayne pour les actions de son fils, car aucune tradition n’avait été violée. Même sans l’usage de ses jambes, Tormund supplia son père de lui permettre de s’asseoir dans la Chambre des Échos lorsqu’il serait assez âgé, bien que ceux dont le corps est brisé montaient rarement pour piloter les Chevaliers. À la fin, Dorlund renonça à sa chance de devenir Chevalier, convainquant son père de transmettre à Tormund l’unique invitation du Vicomte. Il n’a pas déçu car il afficha le lien le plus fort avec le Trône Mechanicum depuis une génération. Tormund avait une affinité instinctive et naturelle avec son Chevalier, capable de le guider avec une grâce et une agilité qui lui manquaient avec son propre corps. Malheureusement, il nourrissait également une profonde amertume envers l’homme qui l’avait paralysé et le serment qui avait permis que cela se produise. Cette amertume se répercutait sur les cogitateurs neuronaux de son Chevalier et, au combat, il faisait appel à cette haine pour faire avancer sa machine, même au-delà du point où elle était gravement endommagée.

Tormund a rapidement attiré l’attention du Vicomte. En étant accepté dans les rangs des Chevaliers d’Hawkshroud, il fit un grand honneur à sa famille et fut autorisé à peindre son Chevalier dans l’héraldique jaune et blanche de la Maison. Mais à sa grande colère, Horan avait également "gagné" une place parmi les Chevaliers du Vicomte, s’élevant d’un rang à l’autre par le biais d’un schéma à l’autre, tout en respectant à la lettre les lois rigides de Krastellan. Bien que Horan ne puisse pas rivaliser avec Tormund en matière de pilotage de Chevalier, le jeune et cruel Noble Fayne s’est empressée de retourner les autres Chevaliers contre lui, en lui donnant un surnom : le Demi-Chevalier.[2]

Sur le monde de Portenus, Tormund a combattu le Soulèvement Exogamique, écrasant des pelotons hérétiques et des chars de combat sous les pieds de son Chevalier. Libéré des familles intrigantes et jalouses des montagnes de Croc Tordu, Tormund fut surpris d’être accueilli par le peuple de Portenus comme un grand héros. Même ses jambes estropiées furent considérées comme un signe de la bénédiction de l’Empereur-Dieu, les Nobles de Portenus murmurant que son âme avait été fendue et qu’elle vivait à moitié dans le cœur de son Chevalier. Face à la puissance des Chevaliers d’Hawkshroud, les armées traîtresses s’effondrèrent, et en l’honneur de son service à Portenus, Tormund ajouta à sa bannière les os cramoisis du Haute Tite de la Ruche Elvatus. Satisfait de l’accomplissement par Tormund de la dette du serment d’Hawkshroud, le Vicomte Tudon lui confia, lors du Rite des Jurés, la responsabilité d’une douzaine d’autres dettes de ce type. Tormund s’est battu avec distinction depuis les plaines brûlantes de Havlok’s Folly, contre les tribus Orks de la Dent Brisée, jusqu’aux océans secs et sans air de Cremtous, contre le Primus Heretek Combine.

Alors que les batailles se succèdent et que Tormund gagne en compétences, Covenant of War changea également. Pendant la Campagne du Golfe de Tyros, il a ajouté le symbole des Imperial Fists. Avec les Nobles Hanrald et Dunhand, il a fait la guerre aux Aeldaris de la planète Altaitoc aux côtés du Chapitre, et a gagné le respect des Space Marines. Les dommages constants causés par les combats et les réparations permanentes ont également laissé des traces. Sur Haviok’s Folly, Tormund a dû remplacer son plastron lorsqu’il a été arraché par un coup d’un Krabouilleur Ork, tandis que lors de la bataille pour les profondeurs de Daemos III, sa carapace a été fondue par la brume mortelle et ont dû être entièrement refaite. Les plis de son Armure Chevalier ont dû être remplacés pièce par pièce, mais son esprit est resté le même, et à chaque bataille, son héraldique personnel s’est développé.

C’est sur le monde dévasté de Virmerketh, au lendemain de la bataille, alors qu’il était assis en haut de son Trône Mechanicum, que Tormund apprit la mort de son père et de son frère. Un fléau bileux avait balayé le château d’Eyre, plus puissant que tout ce qui avait été vu auparavant. Horan Fayne, devenu Seigneur de la famille Fayne après la mort prématurée de son père, prit en charge les domaines d’Eyre en son absence. Bien que Tormund ait eu envie de retourner à Krastellan et de faire rendre des comptes à Horan pour ses crimes, il avait accepté la cape du Serment. À la place, Tormund s’était juré qu’un jour, lorsque son devoir envers Hawkshroud serait terminé, il reviendrait et prendrait sa revanche.[3]

Source

Pensée du Jour : « Une âme sans protection ne peut pas d’avantage affronter les tempêtes du Warp qu’un hérétique n’est capable de supporter les foudres de l’Inquisition. »
  • Imperial Knight Companion, 2013
  1. Imperial Knight Companion - Tormund, Covenant of War, 2013 (traduit de l’anglais par Guilhem)
  2. Imperial Knight Companion - House Hawkshroud - Chamber of Curses, 2013 (traduit de l’anglais par Guilhem)
  3. Imperial Knight Companion - Tormund, Covenant of War, 2013 (traduit de l’anglais par Guilhem)