Osiskor l'Émissaire du Métamorphisme

De Omnis Bibliotheca
Révision datée du 2 juillet 2021 à 17:48 par Guilhem (discussion | contributions) (Page créée avec « {{Page Necron}} {{Inner Page Necron|begin}} {{Cadre Necron |titre=Osiskor |image=Osiskor.jpg |sous_titre=L’Émissaire du Métamorphisme |deco=angles |position=right |tai... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

O.B. Navigator
Batailles
Technologie
Noosphère
Manufactorum
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Symbol mechanicus.png


Crypto necron.jpg
Osiskor.jpg
Deco necron angle bas.png
Deco necron angle bas.png
Deco necron angle.png
Deco necron angle.png
Osiskor
L’Émissaire du Métamorphisme
« Major Fe!than ! Nous venons de perdre le contact radio avec les trois postes d’observation nord. »
- Koth, Garde Impérial, fort Saint Annard.


Le Cryptek Osiskor est le dernier noble d’une Dynastie Nécron dont la cour fut anéantie durant leur Long Sommeil par les forces tectoniques de la planète Kalugura.

Le Dernier d'Entre Tous

Bien avant que l’Humanité ne fasse ses premiers pas, la Pénitence de Saint Annard était l’un des mondes mineurs de l’empire des Nécrons. Lorsque ces derniers l’emportèrent sur les Anciens et les C'tans et que la Guerre Céleste toucha à sa fin, le Roi Silencieux ordonna à toute sa race d’hiberner. Son peuple transformerait ses planètes en Mondes-Nécropoles où il resterait en sommeil pendant des siècles, jusqu’au jour de la résurrection et du retour des dynasties. Kalugura - aujourd’hui plus connue comme la Pénitence de Saint Annard - suivit les ordres du souverain. Les habitants édifièrent un vaste complexe souterrain, puis ils s’y enfermèrent tous ensemble et le Long Sommeil débuta.

Pendant soixante millions d’années, les corps inertes des Nécrons restèrent en stase et les Mondes-Nécropoles hibernèrent en silence dans tout l’univers. Bien sûr, la corrosion finit par détruire des circuits et entraîner des pannes mortelles, et certains caveaux s’effondrèrent à cause des mouvements tectoniques et des radiations cosmiques. Cela dit, Kalugura comptait plus de cinquante millions d’habitants au début de la stase, et même si elle a essuyé des pertes, il reste encore un vaste complexe et de nombreuses ressources sous sa surface. Lorsque la planète est entrée dans le Vortex Hurlant, l’activité Warp s’est brusquement intensifiée. C’est cette fluctuation qui a attiré l’attention de l’intelligence artificielle responsable de l’immense sépulcre. Quelque part dans les méandres de ses circuits, le programme a alors estimé que la planète se trouvait en grand danger. Depuis, d’heure en heure, des millions de Nécrons immortels se réveillent peu à peu. Dès qu’ils étaient sur pied, ils se déployaient pour exterminer toutes les formes de vie organique qui contaminaient Kulugura, pour la purifier de la corruption du Warp et pour lui rendre son ancienne gloire.

Cela dit, les siècles de stase ont eu des effets dévastateurs sur les engrammes mémoriels et les processus de restauration du Monde-Nécropole. Plus grave encore, l’un des sépulcres détruits abritait l’ancien Dynaste, Hasist, et le reste de sa cour. Tous ont péri sous des tonnes de pierres pendant un tremblement de terre, laissant les Nécrons sans aucun chef. Lorsque l’intelligence artificielle entama la procédure de réveil, elle n’avait donc plus personne vers qui se tourner. Privé de directives, le loyal logiciel prit le commandement et mit lui-même en branle les systèmes de défense, réveillant lentement et méthodiquement les troupes. La race des Nécrons connaît en effet un destin cruel : seuls ses nobles conservent une volonté et une conscience semblable à celle des vivants. Et dans la nécropole de Kalugura, il ne reste plus que des Guerriers et des Immortels. Des êtres sans autonomie et sans libre arbitre qui ne sont plus que l’ombre d’eux-­mêmes. Pour eux, la personnalité était un luxe et beaucoup en ont été dépossédés lors du Biotransfert vers leurs nouveaux corps de métal. Mais même si l’intelligence artificielle a, de fait, pris le contrôle des légions pour essayer de défendre la planète ; ce n’est qu’une machine sans âme qui attend encore le retour de ses maîtres, morts depuis longtemps.

Les nobles qui régnaient sur Kalugura n’ont cependant pas tous péri lors du désastre. Jadis, alors que les Nécrons se préparaient à transformer la planète en Monde-Nécropole, Osiskor, le chef Cryptek du Dynaste, choisit de ne pas se retirer avec la cour royale. Paranoïaque par nature, il décida pour sa part de passer les siècles dans une crypte de sa conception, dissimulée dans une oubliette hyperspatiale.

Finalement, ses craintes étaient fondées. Osiskor survécut à la catastrophe qui emporta le reste de la cour, mais à son réveil, la situation était bien pire que tout ce qu’il avait pu imaginer. Non seulement Kalugura était infestée par une race inférieure, mais elle avait aussi été jetée dans le Warp. Dernier Nécron doué de raison, il essaie désormais à tout prix de reprendre le contrôle de l’intelligence artificielle. Malheureusement pour lui, cette dernière reste aveuglée par sa loyauté envers le Dynaste défunt. Elle lui barre sans cesse la route et pour le moment, c’est encore elle qui commande aux légions. Bien sûr, ce n’est qu’un programme, avant tout conçu pour veiller sur le Long Sommeil, et les Nécrons ne reçoivent que des instructions rudimentaires de sa part. À leur réveil, leurs ordres sont de s’armer, de se préparer à la guerre et rien de plus. D’ailleurs, même si elle est parvenue à réactiver des milliers de soldats en à peine quelques jours, les contrôler en permanence la pousse dans ses derniers retranchements.

Les sépulcres des Nécrons sont enterrés si loin sous la surface que personne n’a jamais creusé assez profond pour pénétrer dans la nécropole. Pourtant, l’Imperium exploite les lieux depuis plusieurs générations, et la plupart des richesses des mines sont en fait des vestiges de cette ancienne civilisation.

Située aux limites de l’empire des Nécrons, la planète n’avait jamais été très peuplée. Les cités et les infrastructures s’étaient peu développées, et la plupart n’étaient même pas implantés dans le même hémisphère que la prison impériale. Toutefois, leurs ramifications s’étendaient considérablement. Lorsque le Long Sommeil débuta, les Nécrons abandonnèrent toutes celles qui ne leur paraissaient plus essentielles. Elles se sont alors lentement dégradées jusqu’à ce que les forces géologiques aient fini par les réduire à de simples veines de minerai rare. En les exploitant, l’Imperium profitait ainsi sans le savoir du travail des Nécrons.

L'Émissaire du Métamorphisme

Osiskor était veule de nature. Mais depuis son Biotransfert, l’ambition le dévorait. Une fois en poste sur Kalugura, il eut du mal à contenir sa convoitise et sa haine envers la dynastie. Il était au mieux odieux et entretenait des rapports tendus avec le reste de la cour. À vrai dire, s’il n’avait pas été irremplaçable, personne n’aurait toléré sa mesquinerie bien longtemps.

En maître des sciences tectoniques, c’est lui qui avait conçu les sépulcres. Il veilla en personne au moindre détail et s’assura qu’on suivait ses plans à la lettre. D’ailleurs, si on les remettait en question, il le vivait comme une insulte envers son intelligence, la seule chose qui avait jamais su trouver grâce à ses yeux. Cela dit, son arrogance lui donna toujours raison et l’on finit tant bien que mal par l’accepter comme un grand architecte et comme un expert des Mondes-Nécropoles.

Sur la forme, son plan était assez simple. Même les esprits inférieurs pouvaient le comprendre. Hasist, le Dynaste, reposerait dans un sépulcre, la cour dans un autre, et pour s’assurer que rien ne mette les nobles en périls, les systèmes seraient redondants. En cas d’urgence, la cour pouvait être réveillée pour prendre en charge la défense des Nécrons encore endormis. Quant aux catacombes, elles étaient assez vastes pour abriter une armée de soldats en stase, loyaux et tous prêts à défendre les sépulcres de la noblesse.

Osiskor se retirerait dans un lieu encore différent, un endroit qui, par mesure de sécurité, serait très éloigné. Lui et sa garde se dissimuleraient dans une oubliette hyperspatiale, à l’abri des catastrophes les plus terribles. Pour finir, ce chef-d’œuvre d’architecture traverserait la planète de part en part afin de donner au Dynaste et à ses troupes un accès rapide à l’ensemble du complexe sépulcral.

Si le plan était simple, on ne pouvait pas en dire autant de l’édifice une fois terminé. Les galeries étaient prévues pour que les serviteurs Canoptek puissent les défendre sans avoir à réveiller la cour; chaque neurocircuit transdimensionnel était disposé de manière à ce que les résonances temporelles se côtoient sans interférer entre elles - un détail essentiel à la création d’Osiskor et à ses plans futurs. Enfin, le noyau de la planète était refroidi et des dissipateurs thermiques omnirayon étaient là pour s’assurer qu’il le resterait jusqu’à ce que l’intelligence artificielle décide le contraire.

Le Monde-Nécropole enseveli était une merveille. Le labyrinthe sans fin de passages et de cavernes ne mettait pas en danger l’intégrité structurelle de la planète. La surface restait intacte, et seules quelques entrées bien dissimulées trahissaient son existence.

Mais pour Osiskor, édifier le complexe revenait avant tout à tendre un piège. Il savait que le Dynaste n’accepterait jamais de se séparer du reste de sa cour. Lui seul se faisait régulièrement mettre à l’écart, exilé aux confins de la planète pour pouvoir travailler sans interruption. Comme prévu, le souverain exigea de reposer avec les nobles et les Crypteks qui lui étaient les plus fidèles. Avec de la place pour seulement dix Nécrons de haut rang, c’est bien sûr Osiskor qui fut privé de l’honneur de reposer avec les siens. En lieu et place, il fut envoyé dans l’oubliette hyperspatiale de son invention, initialement prévue pour le Dynaste. Le seigneur des lieux se méfiait-il d’Osiskor ? Nul ne le saura jamais. Et peu importe. Machiavélique, le Cryptek s’attendait à ce qu’on le soupçonne et à ce qu’on l’ostracise.

Rendu fou par la paranoïa, il en était même venu à croire que la noblesse avait décidé de détruire son esprit et de le réduire à un simple automate. Mais finalement, tout s’est passé selon ses plans. Les nobles sont tombés droit dans son piège et aucun d’eux n’a survécu aux siècles de stase. Comme il l’avait prévu, la planète connut un grand bouleversement tectonique et le sépulcre royal fut réduit en poussière. Bien à l’abri dans son oubliette hyperspatiale, il avait survécu, et les éléments avaient emporté tous ceux qui l’avaient un jour méprisé et déshonoré.

Il ne reste plus que lui maintenant. Osiskor est victorieux, mais il est seul. Peu importe ! Avec le temps, l’intelligence artificielle finira par accepter son règne et Kalugura lui appartiendra.

Deco necron fiche bas.jpg

Source

  • Warhammer 40 000 JdR - Black Crusade : Les Griffes de la Corruption - Chapitre III : Les Légions Immortelles