Maison Orhlacc

De Omnis Bibliotheca
Révision datée du 1 mai 2021 à 23:05 par Guilhem (discussion | contributions) (Page créée avec « right|200px|thumb|Symbole de la Maison Orhlacc.L’histoire de l’étrange et, selon certains, sinistre de la Maisons de Chevaliers|Maiso... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Symbole de la Maison Orhlacc.
L’histoire de l’étrange et, selon certains, sinistre de la Maison de Chevaliers Orhlacc est bien documentée, du moins dans ses grandes lignes, des documents très détaillés ayant survécu auprès des Sacristains et des Lexmechanics de la Maison à travers les âges. Elle a été fondée durant la dernière partie de la période d’expansion de l’Humanité à travers les étoiles, le point de départ du voyage de son arche fondatrice étant enregistré comme provenant de ce qui est maintenant connu comme le Monde-Forge de Lucius. La Chronique de la Fondation de la Maison raconte qu’un monde solitaire et ombragé, grouillant d’une vie étrange mais abondante, a été découvert dans les profondeurs d’une région du vide riche en minéraux mais autrement stérile, et qu’afin d’exploiter et de coloniser cette région pour l’Humanité, elle a été sélectionnée pour devenir un Monde Chevalier. C’est ainsi que la Maison d’Orhlacc vit le jour, et son domaine, connu pour des raisons de vérité littérale et d’observation poétique, fut appelé Dark Haven.

Cette planète était en effet presque surabondant en vie, mais quelques jours après la chute sur la planète de l’arche colonisatrice, une terrible vérité avait été découverte : les fruits de ce monde malheureux étaient inimitablement toxiques pour l’homme. Le monde obscur était à la limite de la zone habitable de son étoile âgée, et la vie y avait prospéré des millions d’années avant qu’elle ne le fasse sur la lointaine Terra. Ici, la forme dominante de cette vie était semblable à des organismes de type champignon, mais infiniment plus variée et complexe que celle de la plupart des mondes, formant un réseau de vie à l’échelle de la planète. Ses formes variaient de structures géantes ressemblant à des pseudo-coraux, hautes de plusieurs kilomètres et composées de milliards de créatures microscopiques, qui éclipsaient la terre et couvraient les mers en volant la lumière, à des prédateurs ambulants colossaux dont le venin pouvait brûler la céramite et ronger le plastacier. Tout cela était pour l’Humanité d’une toxicité virulente et fatale lorsqu’il était consommé, même avec les méthodes les plus strictes disponibles pour son traitement. Dark Haven était un Monde Mort, considéré à tort comme un paradis de la vie.

Sans se laisser décourager, la colonisation se poursuivit ; des donjons furent érigés dans les quelques chaînes de montagnes qui se battaient pour dégager la vaste canopée vivante, des tentatives de coupe à blanc furent faites pour établir des colonies et introduire l’agriculture hors-monde, les approvisionnements furent rationnés et des Magos Biologis supplémentaires (ce terme est utilisé ici à titre de commodité, la vérité de qui ils étaient vraiment étant perdue par le temps) furent amenés pour tenter de résoudre les difficultés avec l’espoir certain d’une solution éventuelle à la toxicité de la planète. Au cours des premières décennies, les progrès ont été lents, et la vie des colons a été une lutte continue pour la survie, mais ils l’ont tenue en échec, du moins jusqu’à l’arrivée de l’Ère des Luttes. Le contact avec l’extérieur et les possibilités de réapprovisionnement étant perdus, Dark Haven aurait dû être condamné et les choses ont rapidement empiré pour la douzaine de Maisons de Chevaliers et leurs serviteurs qui s’étaient donné pour mission de dominer ce monde étrange. Bientôt, la famine devint l’ennemi, alors que les réserves s’amenuisaient ou étaient mystérieusement contaminées. Comme si elle avait senti la faiblesse des humains, l’écologie planétaire elle-même sembla se retourner contre eux dans une violente poussée de croissance agressive sans précédent par sa soudaineté ou sa vitesse, et des colonies entières furent étouffées et envahies en quelques heures par une croissance fongique effrénée, leurs habitants tués par des prédateurs ravageurs ou dévorés de l’intérieur par une vie parasitaire. Les donjons des Chevaliers n’étaient préservés que par de grandes tranchées et des fosses remplies de substances volatiles et transformées en murs de feu, et par la contre-attaque continue des Chevaliers eux-mêmes contre la forêt et les créatures monstrueuses qu’elle contenait. Bientôt, alors que les choses empiraient, les Maisons de Chevaliers de Dark Haven commencèrent à se tourner les unes vers les autres pour s’approvisionner et apaiser leur faim, et on dit que les actes les plus indicibles furent imposés à ceux qui survivraient.

Le Sang Orhlacc[1]

La transfiguration de la Maison Orhlacc fut l’œuvre des généticiens Biologis depuis des générations, et est devenue depuis un sous-type d’Humanité stable et autonome, dont la divergence constitue une qualification d’abhumanité à part entière - un stigmate jusqu’à présent évité par la population de Dark Haven. Les membres de la lignée des Orhlacc sont uniformément décharnés et pâles, avec une apparence féroce selon l’observation commune et des yeux saisissants, d’un or sombre, adaptés à l’obscurité de leur monde. Ils évitent la lumière forte et possèdent une tolérance phénoménale aux toxines qui rivalise même avec celle des Legiones Astartes, mais comme une bizarrerie frappante de leur adaptation à leur monde empoisonné, ils ne peuvent pas se nourrir de la plupart des formes de nourriture à l’exception des protéines animales et de la provende fongique de Dark Haven. En ce qui concerne leur caractère, ils font preuve d’une intelligence hors du commun et sont censés vivre très longtemps sans avoir besoin d’une intervention médicale supplémentaire, bien que de hauts degrés d’instabilité mentale et émotionnelle soient également répandus chez eux, alors que leur taux de natalité est comparativement faible. Ce qu’ils sont devenus ne peut être défait, tant leur adaptation est ancrée, ce qui peut être considéré comme une ironie amère, car l’arrivée de la Grande Croisade en a accru la nécessité, avec de nouvelles techniques de traitement de l’abondance organique de Dark Haven qui rendent désormais pratique le but tant recherché du monde, et les fruits de la mise en Conformité sont nombreux, mais pour les Orhlacc, ils sont ce qu’ils sont, et leur nature humaine altérée n’est rien de plus que l’emblème visible de leur volonté de survivre.

Cette ère de violence et de décadence allait durer des siècles et aurait dû entraîner la mort de la colonie des Chevaliers, malgré la ténacité et la bravoure de ses descendants, si ce n’était des actions de la Maison Orhlacc. Cette Maison, qui n’était qu’une des Maisons mineures de la colonie - plus réputée pour son savoir et l’habileté de ses Sacristains que pour sa puissance - avait offert l’asile à l’enclave des Magos Biologis échouée sur la planète lorsque la grande décadence avait commencé, alors que d’autres s’étaient retournés contre eux. Au sein du donjon des Orhlacc, les Magos et leurs acolytes avaient travaillé longtemps et de manière obsessionnelle à la recherche d’une solution au problème qui leur avait été soumis lors de leur première affectation sur ce monde, alors même que les ténèbres engloutissaient et séparaient les Maisons de Chevaliers et que la monstrueuse biosphère se refermait sur eux. La solution, lorsqu’elle fut enfin trouvée, fut radicale : plutôt que d’adapter le monde à l’Humanité, ils adaptèrent l’Humanité à Dark Haven, et la Maison Orhlacc fut leur cobaye. Il fallut des générations et de nombreuses tragédies avant que leur travail ne porte ses fruits, mais ils réussirent, et tandis que les autres Maisons de Dark Haven diminuaient, voire disparaissaient complètement, les Orhlacc se renforçaient et se multipliaient lentement. Bientôt, ils ne se battaient plus simplement pour survivre mais pour dominer, et beaucoup des autres Maisons survivantes les considéraient comme des sauveurs et les rejoignaient par des alliances de sang, tandis que d’autres, qui les voyaient comme des ennemis - comme quelque chose qui n’était plus tout à fait humain - périssaient. En l’espace d’une douzaine de générations, seule la Maison Orhlacc et ses proches restèrent les intendants et les maîtres de ce monde sombre et mortel.[2]

Le Pacte des Anges

En dehors de son hostilité inhérente, Dark Haven avait été à la hauteur de son nom pendant l’Ère des Luttes, et tout au long de cette longue ère de troubles et de tourments, il a enduré sans être soumis à une attaque extérieure sérieuse. Les pilleurs Xenos et les maraudeurs humains qui s’y rendait rarement souffrait autant de l’environnement local que de la résistance de la belliqueuse Maison de Chevaliers, tandis que les Orks, qui menaçaient depuis longtemps les mondes de l’Amas des Cyclopes, évitaient la planète comme si elle était pour eux un profond anathème. En conséquence, la domination de la Maison Orhlacc sur son monde n’a pratiquement pas été remise en cause, tandis que les affaires d’honneur entre ses membres et la lutte constante pour la maîtrise de leur monde ont servi à affiner leurs compétences en matière de combat.

Lorsque les précurseurs de la Grande Croisade ont contacté Dark Haven pour la première fois, c’était par accident, ils avaient découvert que leurs réseaux vox répondaient volontiers avec une courtoisie ancienne et formelle, et les émissaires impériaux ont été à la fois impressionnés et quelque peu troublés par l’accueil macabre et formel qu’ils ont reçu sur la sinistre planète, dont de sombres légendes leur étaient déjà parvenues lors de leur exploration de la région. Malgré certaines réticences, les relations initiales se sont bien déroulées, et la Conformité scellée de Dark Haven a été atteinte sans effusion de sang par la 7e Flotte Expéditionnaire dirigée par le Seigneur Commandant Suleiman Grimm de la 1ère Légion et en 833.M30, lors du premier voyage de la flotte dans la région, à une époque où une grande partie des Profondeurs Coronides était encore entièrement inexplorée et sous contrôle Xenos. Pour les Anges de la Mort, Dark Haven semblait être, à certains égards, le reflet ombragé de Caliban elle-même, tandis que ses maîtres, les Orhlacc, représentaient une culture qui leur était à la fois familière et totalement étrange. Ce qui a le plus suscité l’intérêt de la 7e Flotte expéditionnaire, cependant, c’est la force militaire de la Maison Orhlacc, qui était largement intacte en termes de sophistication et extrêmement étendue en termes de gamme, y compris plusieurs centaines d’Armures Chevaliers entièrement opérationnelles et une capacité indépendante modérée mais fiable à en construire et à en armer davantage ; un joyau rare de découverte.

Les émissaires du Mechanicum étaient également impressionnés, mais les Orhlacc - se souvenant peut-être de leur abandon il y a longtemps - les ont poliment mais fermement repoussés, exigeant au mieux un prix élevé en "cadeaux" pour l’accès à leur propre techno-arcane, et ce uniquement comme ils l’entendaient et en gardant toujours le secret. Toute acrimonie que cela aurait pu créer a été rapidement et complètement évitée par l’autorité du Seigneur Grimm, qui a assuré la Conformité de la planète et l’octroi de tous les droits et titres de l’Aquila à la Maison Orhlacc en échange de l’embarquement d’un tiers de la Maison de Chevaliers sous son commandement dans le cadre de la 7e Flotte Expéditionnaire.

Ce premier pacte d’armes et d’alliance allait durer près de trente ans et ne marqua que le début de l’engagement de la Maison Orhlacc dans la Grande Croisade, qui l’amena à combattre dans des centaines de zones de guerre aux côtés de forces aussi diverses que les Ière, VIIe et IXe Légions, les Sœurs du Silence pendant la crise du Psyker de Jutharathine, et l’Ordo Reductor lors de la tristement célèbre dernière bataille de Bloch pendant l’ultime épidémie de Rangdha. En reconnaissance de cette dernière bataille, au cours de laquelle 48 de leurs Chevaliers avaient été détruits alors qu’ils luttaient désespérément contre la marée sans visage des abominations grises, afin de permettre à l’Imperium de rassembler ses forces et de contre-attaquer, la Maison Orhlacc a reçu un Memento Mori, cadeau de l’Empereur Lui-même. Cet honneur rare et puissant a également servi à accorder aux Orhlacc un sceau de respect officiel et une indépendance supplémentaire, suffisante pour éviter les soupçons et les mauvaises rumeurs qui les poursuivaient depuis un certain temps en dépit de leurs états de service enviables. Ces rumeurs avaient circulé notamment en raison de la distance polie mais inviolable que les Orhlacc maintenaient entre eux et leurs compagnons de la Grande Croisade, de la réputation méritée d’excentricité morbide et d’emportement de leurs descendants, ainsi que des déviations manifestes de leur structure génétique et de leur physiologie par rapport à la norme humaine largement acceptée.

Lorsque l’âge de l’hérésie arriva, la réserve et l’indépendance soigneusement maintenues de la Maison Orhlacc la tiendront à l’écart des machinations directes du Maître de Guerre et de l’attention des forces qui allaient devenir renégates, tout en suscitant une certaine méfiance de la part des partisans locaux de la cause loyaliste qui pourraient rapidement se tourner vers elle comme alliée. Lorsque l’affaire a été portée à sa connaissance, la Maison Orhlacc a gardé son propre avis. Elle voyait d’un œil méfiant le conflit croissant entre les factions au sein du Mechanicum, et a reçu la nouvelle du cataclysmique Massacre du Site d'Atterrissage de première main par un vaisseau de survivants loyalistes qui avait fait escale à Dark Haven pour se ravitailler, croyant à juste titre que le port souvent évité fournirait un lieu de repos sûr et caché. Ainsi, elle était prévenu et avait préparé sa réponse lorsqu’un émissaire du Maître de Guerre lui a rendu visite sous la forme du navire Libre-Marchand solitaire Charid Undine, exigeant son obéissance à la volonté d’Horus.

Les Orhlacc, dans leur sagesse, savaient que Dark Haven, seul, ne pouvait pas être défendu contre une flotte d’invasion de traîtres ou d’une Légion de Space Marines, ce qui faisait d’eux une cible facile, un destin qu’ils ont refusé. À partir de ce moment et jusqu’à la fin des terribles guerres de l’Hérésie qui allaient suivre, la Maison Orhlacc resterait fidèle à l’Imperium, mais elle défendrait sa cause selon ses propres termes en tant que Maison de Chevaliers nomades - même après avoir gagné des territoires dans le Domaine d’Agathon - dans l’optique de sa propre survie et d’un éventuel retour dans son obscur foyer.[3]

Dark Haven avait non pas été ravagé par la guerre, mais simplement déserté. La Maison Orhlacc avait disparu, ses salles étaient vides, ses voûtes dépouillées et silencieuses - seules les vastes ténèbres des forêts étranges et interdites de Dark Haven étaient des témoins muets du sort des Orhlacc.[4]

Force Matérielle

Les décennies passées à opérer aux confins de la Grande Croisade avaient servi à renforcer la Maison Orhlacc, et non à l’affaiblir. Ses descendants ont acquis une grande expérience de la guerre, tandis que l’afflux de nouvelles armes, de technologies et d’équipements provenant des Flottes Expéditionnaires avec lesquelles ils ont servi a renforcé la Maison. Ceci, ainsi que les dons de nouvelles Armures Chevaliers de la part du Mechanicum et leurs propres capacités de production indépendante à cet égard, a permis à leurs forces de bien gérer les pertes sur le champ de bataille, contrairement à certains de leurs pairs. Pour ces raisons, il est généralement admis qu’au moment du déclenchement de la guerre de l’Hérésie, la Maison Orhlacc se situait dans le haut du classement Secundus, avec peut-être jusqu’à 300 Armures Chevaliers en état de marche sous son commandement, et peut-être même plus si la population relativement faible de Dark Haven avait pu en supporter davantage. Cela les plaçait néanmoins comme l’une des plus fortes des Maisons de Chevaliers frontalières, bien que d’autres, plus proches du cœur de l’Imperium, pouvaient prétendre à une force bien plus grande. Au début de l’Hérésie, plusieurs détachements de la Maison se trouvaient à l’étranger, combattant loin dans la galaxie et n’ayant aucune chance de revenir pendant les premières années de la guerre, laissant peut-être 150 Armures Chevaliers à Dark Haven pour le conflit dans les Profondeurs Coronides.

La survie de la technologie de la fondation originale de Dark Haven était un facteur important de la puissance de la Maison Orhlacc. Ses propres Sénéchaux conservaient un très haut degré d’interdépendance des formes d’arcanes, ce qui impliquait des facilités inhabituelles en matière de génétique et de biochirurgie, ce qui n’était pas courant chez eux. Les hommes et les femmes de la Maison, qu’il s’agisse de descendants ou de serviteurs, étaient également connus pour s’adonner à la techno-arcane et de nombreuses Armures Chevaliers de la Maison présentaient des personnalisations inhabituelles et des réglages fins pour répondre aux besoins de leur utilisateur au combat.

La Maison Orhlacc utilisait un grand nombre d’armures et de classes de Chevaliers, la plus courante étant sans doute celle du Chevalier Errant, une évolution probablement due à l’efficacité des armes thermiques contre la faune indigène de Dark Haven et à l’inefficacité relative des armes à explosion et à fragmentation. Depuis leur intégration dans les rangs de la Grande Croisade, les types d’Armures Chevaliers disponibles pour la Maison Orhlacc avaient quelque peu augmenté, avec notamment une augmentation du nombre de modèles Acheron et Castigator, tandis que le butin du champ de bataille de Numinal lui a permis d’ajouter un certain nombre d’armures originaires de Cyclothrathe à l’arsenal de la Maison pour la guerre alors en cours.

Outre un nombre relativement restreint de ses propres soldats (du moins au début), la Maison Orhlacc disposait d’un certain nombre de servo-automates uniques, des dispositifs conçus par ses propres sénéchaux pour récolter les formes de vie dangereuses de Dark Haven, qui se sont également avérés avoir des applications militaires très efficaces. Au début de la guerre pour les Profondeurs Coronides, la Maison Orhlacc a également pris le contrôle de la flottille en grande partie intacte du Libre-Marchand Charid Undine, y compris la puissante galère de guerre Hammer of the Deep, qui constituera leur principal vaisseau amiral et transport de combat pendant toute la durée de la guerre.[5]

Héraldique de la Maison Orhlacc

Chevalier Paladin Questoris Sorrowful Dawn'
Utilisée par Ravael Orhlacc, cette Armure Chevalier faisait partie d’une génération d’armures créées pour sa Maison après son retour dans l'Imperium. Elle a combattu aux côtés de la IXe Légion lors de la Grande Croisade avant d’être rappelée sur sa planète d’origine, Dark Haven, où elle est restée au sein de la garnison stationnée sur la planète jusqu’à la guerre dans les Profondeurs Coronides.[6]
Chevalier Cerastus Lancer Pilgrim of Dread
Utilisé par Alsahr Orhlacc, ce Chevalier Lancer était une armure de provenance ancienne qui a été utilisée pour la première fois par son nouveau descendant lors de la contre-invasion de Numinal pendant les guerres des Profondeurs Coronides. Au cours de cette bataille, l’impétueux Chevalier fut connu pour avoir tué trois Chevaliers de la Maison Atrax avant de succomber aux dommages, puis d’être récupéré pour combattre à nouveau.[7]

Source

  • The Horus Heresy, Book Four - Conquest
  1. Informations issues de The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter House Orhlacc - The Blood of Orhlacc et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter House Orhlacc et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues de The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter House Orhlacc - The Pact of Angels et résumées par Guilhem.
  4. The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter The Scourging of the Cyclops Cluster - The Fate of Orhlacc et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter House Orhlacc - Material Strength et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter House Orhlacc - Material Strength et résumées par Guilhem.
  7. Informations issues de The Horus Heresy, Book Four - Conquest, Chapter House Orhlacc - Material Strength et résumées par Guilhem.