Legio Xestobiax

De Omnis Bibliotheca
Révision datée du 4 décembre 2021 à 16:10 par Guilhem (discussion | contributions) (Page créée avec « {{Page Titans du Chaos}} <center>'''<u>La Vigie de Fer</u>'''</center> right|500px|thumb|Symbole de la Legio Xestobiax.La '''Legio... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Logo-OB-2021.jpg
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens


« La victoire n´exige nulle explication,
la défaite n´en admet aucune. »

- Doctrine militaire de l'Imperium
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png





La Vigie de Fer
Symbole de la Legio Xestobiax.
La Legio Xestobiax, plus connue sous le nom de "Vigie de Fer", était l’une des Legios Titaniques les moins connues de la Grande Croisade. Son implication dans l’un des événements les plus infâmes de l’époque, à savoir le Sac de Prospero, est ironiquement oubliée par la plupart des histoires qui mentionnent cet événement extrêmement important.

En tant que l’une des Legios Titaniques les plus petites et les moins importantes de la Grande Croisade, la Legio Xestobiax comptait moins de 100 machines-divines et une flotte de transport minimale, ce qui lui a valu d’être classée comme une Legio de grade Tertius selon la mesure de Mars. Ceci, ainsi que leur engagement de longue date dans la protection du lointain Monde-Forge de Zhao-Arkhad, a limité ses terrains d’essai à des campagnes locales, défensives et de purges dans le sud galactique pour la plupart, sauf malheureusement l’enclave de Zhao-Arkhad sur Prospero qu’ils avaient le devoir de garder. En dehors de cela, seuls quelques manipules détachées avaient servi dans les grandes Flottes Expéditionnaires. Cela laissait peu de gloire à la Legio aux yeux du Mechanicum et de l’Imperium.

Au cours de la courte et âpre bataille pour Prospero, le fait qu’une force de la Vigie de Fer ait pu résister à un assaut complet de la Legio Mortis, l’une des Legios Titaniques les plus puissantes et les plus dévastatrices enregistrées par l’Imperium, fut un choc pour les assaillants. Ce fait d’armes inattendu de la part d’une Legio prétendument peu distinguée et perdue a suscité plusieurs enquêtes sur l’histoire de cette Legio Titanique par ailleurs oubliée, bien qu’aucune de ces enquêtes n’ait été complètement conclue avant le déclenchement de l’Hérésie d'Horus, laissant les quelques vérités qui ont survécu à la guerre être démêlées par les érudits qui ont survécu aux horribles conflagrations qui ont suivi.[1]

Origines

Comme son Monde-Forge natal de Zhao-Arkhad, situé dans un espace sauvage éloigné au sud galactique de Terra, qui devait rester isolée par des tempêtes Warp traîtresses et l’espace hostile dans lequel les colonies de Zhao s’étaient développées, on sait peu de choses sur la fondation de la Vigie de Fer. Comme pour la plupart des Legios Titaniques existantes, on suppose que les premières machines de guerre de la Legio Xestobiax ont fait partie de l’expédition qui a fondé le nouveau Monde-Forge, bien qu’aucune grande forge connue n’ait envoyé d’expédition dans les profondeurs du sud galactique. La seule machine restante que l’on peut situer de manière fiable à la fondation de la Legio est le Munus Aetemum, un Titan Warlord gravement endommagé qui reposait alors dans les voûtes sous la Nef du Dominion Suprême de Zhao-Arkhad, bien que l’événement qui l’a estropié ait depuis été perdu pour l’histoire.

Les premières années d’existence de la Legio sont documentées de manière exhaustive et constituent la base de la croissance et de la disposition ultérieures de la Legio. La Legio Xestobiax était, dès sa création, une force défensive contre les horreurs qui sévissaient dans l’espace sauvage dans lequel le système de Zhao était situé et qui menaçaient la sécurité des ressources déjà limitées de Zhao-Arkhad. En raison de la corrosion rapide des matériaux les plus résistants à la surface de Zhao-Arkhad, la principale garnison de la Legio Xestobiax était située sur l’une de ses lunes, Arkhad-111, avec des garnisons plus petites réparties de manière tangente aux autres colonies serviles du Monde-Forge afin de défendre leurs actifs contre de telles menaces. Ces sous-divisions de la Legio, d’abord destinées à n’être que temporaires, devaient devenir des formations quasi permanentes, chacune se distinguant par la Vigie individuelle de la station où elle montait la garde tout en conservant l’identité de la Vigie de Fer dans son ensemble. De nombreux honneurs et batailles de la Legio Xestobiax précisent la Vigie à laquelle ils furent dédiés, comme la 14e bataille de la station Istiam, un siège destructeur mené par des éléments de plusieurs flottes nomades Aeldaris et crédité comme une victoire retentissante de la Vigie Istiam, une force totalisant deux manipules.

Si la Legio dans son ensemble était contrôlée par un seul Grand Maréchal, comme le veut la coutume, en réalité, chaque Vigie était directement gouvernée par un Princeps-Gardien. La nature solitaire des tâches et de la surveillance assignées à chaque Vigie, dont la plupart étaient restées inchangées depuis des millénaires, ne laissait au Princeps-Gardien que des fonctions cérémonielles et d’émissaire. Bon nombre de ces Vigies individuelles existaient depuis des siècles en dehors de la grande Legio et de sa garnison d’origine, la Station d’Istiam, et à tel point qu’elles ont développé des traditions et des idiosyncrasies qui leur étaient propres, ainsi que des tactiques plus adaptées au domaine des forges qui leur a été confié. En tant que telle, la Vigie de Fer combattait rarement en tant que force unique et avait plutôt l’habitude d’opérer dans ses Vigies particulières, exerçant plus d’initiative individuelle que ce qui était commun pour une Legio Titanique standard. Le rassemblement des Princeps-Gardiens de chaque Vigie s’était donc avéré problématique pour le Monde-Forge natal de la Legio et la Vigie Istiam, étant donné les niveaux de commandement préférés de chaque Vigie. Cependant, les tendances isolationnistes des forges de Zhao-Arkhad au cours des millénaires qui ont précédé sa découverte et le manque de moyens de transport de la Legio ont rendu ces événements rares.[2]

Après Prospero

L’un des seuls membres de la force Titanique de Xestobiax sur Prospero pour lequel il existe encore des images significatives, le Septum Caelestis Ues était, contrairement à ses homologues, un vétéran connu de plusieurs conflits de la Grande Croisade ainsi que des opérations défensives habituelles pour la protection de son Monde-Forge. Ce fait est attesté par un idéogramme unique représentant l’espèce ou la nature de la menace contre laquelle ils ont triomphé sur l’héraldique du Titan, les bannières des tueurs indiquant uniquement une victoire particulièrement importante attribuée à ce seul Titan. La panoplie pourpre, blanche et dorée du Titan telle qu’elle est représentée ici était l’archétype de la Legio Xestobiax, et le triple crâne qui était l’emblème distinct de la Legio Titanique était présent, tout comme le motif de la chaîne fréquent dans l’héraldique de la Legio, représentant leur serment inviolable de protection de Zhao-Arkhad. Plus singulier dans le cas de ce Titan fut l’incorporation du symbole solaire de la Légion des Thousand Sons en or, qui l’a marqué comme l’un des gardiens assignés de Prospero. Le destin du Septum Caelestis Ues fut de survivre à l’attaque initiale de la Legio Mortis et de remporter une brève victoire avant l’arrivée de l’Ordo Sinister et son anéantissement.[3]
À la suite de la bataille de Prospero, Zhao-Arkhad a été immédiatement sanctionné par Mars, et une flotte a été envoyée pour transmettre le mécontentement des Magos de Mars à ce monde récalcitrant, pris dans le destin des Thousand Sons. Cependant, les événements de l’Hérésie d’Horus firent en sorte que la Flotte de Censure de Mars n’arriva jamais en force. Dans la guerre qui suivit, les tempêtes Warp et les turbulences du conflit isolèrent bientôt le Monde-Forge et, sans contrôle extérieur, et peut-être encore sous le coup de la colère des événements de Prospero, Zhao-Arkhad dans sa majorité fit sécession de l’Imperium en ruine, la petite garnison des Thousand Sons présente étant partie depuis longtemps vers une destination inconnue. Les forces restantes de la Legio Xestobiax se rangèrent du côté de leurs maîtres, et le contact avec certains de ses déploiements dispersés ayant été complètement coupé, la Legio comptait à ce moment-là environ 50 machines-divines, tous présumés avoir été modifiés par les Eminarii , déclarés hérétiques, au cours des années de silence qui suivirent.[4]

Force Matérielle

Au moment de l’attaque fatidique sur Prospero, la Legio Xestobiax était classée comme une Legio Titanique de grade Tertius, possédant moins de 100 machines et aucun de classe supérieure à celle de Warlord, et bien que la restauration du Mechanicum ait amélioré l’accès de la Legio à de nouvelles machines et composants, les effectifs de la Vigie de Fer étaient encore lents à croître, Zhao-Arkhad n’ayant pas la capacité de construire des machines aussi complexes des avatars du Dieu-Machine à grande échelle. Un autre inconvénient fut que la Legio Xestobiax possédait une flotte de convoyeurs extrêmement limitée en raison du manque de matériaux appropriés, ce qui faisait que la Legio ne pouvait transporter qu’une douzaine de Titans à la fois. L’héritage de son Monde-Forge d’origine avait façonné les doctrines opérationnelles de la Legio depuis sa création, et elle avait donc joué un rôle relativement faible dans les dernières batailles de la Grande Croisade. Ses Vigies distinctes poursuivaient leur mission solitaire comme ils l’avaient fait depuis des générations, avec peu de changements en termes de nombre ou de stratagème depuis sa fondation. Le seul changement à cet ancien credo fut l’expansion de la Legio pour inclure une Vigie de Prospero, une force d’une douzaine de Titans nouvellement forgés, créés à partir de la richesse des matériaux qui leur furent accordés par leurs nouveaux alliés de la Légion des Thousand Sons. Une grande partie des dernières années du 30e Millénaire a été consacrée à la consécration et au déploiement des forces de cette Vigie, qui était à la fois un ajout puissant pour les défenses de Prospero et un symbole du dévouement de Zhao-Arkhad à son alliance avec la lointaine Légion des Thousand Sons.

Parmi les classes de Titans possédées par la Legio Xestobiax, ce sont les classes Reaver et Warlord qui constituaient le gros de la Legio. La classe Warhound et ses cousins étaient peu nombreux dans les rangs de la Legio, bien que cela soit dû à un manque général de considération pour ces Titans dits "éclaireurs", dont le rôle était considéré comme peu utile à la Vigie de Fer et un gaspillage de matériaux rares mieux utilisés ailleurs. Certaines variantes des machines de la classe Reaver étaient particulièrement appréciées par la Legio en raison de leur efficacité contre les raids Xenos qui sévissaient dans les colonies de Zhao.

Outre les outils habituels de la Collegia Titanica, la Vigie de Fer bénéficiait également de l’acceptation apparente de son Monde-Forge pour l’étude illicite de divers psykana et d’autres disciplines connexes de l’Ère des Luttes, à moitié oubliés et mal compris, ainsi que des artefacts Xenos récupérés sur les carcasses des Titans Asuryanis abattus au combat par les Vigies. Ces recherches n’ont jamais été officiellement censurées au sein des Mondes-Forges, et même avant leur isolement, les plus grands d’entre eux se consacraient à l’étude de ce savoir interdit, tandis que les plus petits offraient leurs services par le biais d’une production plus traditionnelle. L’arrivée de la Légion des Thousand Sons sur Zhao-Arkhad a permis d’attiser la curiosité des grandes sectes des forges et, en particulier, la secte des Eminarii sous le commandement du Forge-Domini Tacitus Proctor.

À l’époque de la Bataille de Prospero, cette curiosité s’était manifestée par le développement du noyau de fer psychoréactif, élaboré à partir d’étranges artefacts Xenos récupérés sur les coques écrasées de titans Aeldaris, qui allait équiper la majorité des Titans de la Vigie de Fer. Chacun d’entre eux semblait canaliser les connaissances et l’expérience des membres d’équipage tombés au combat, avec des résultats bien plus fiables que les unités de prévision rudimentaires des automates psychiques des Eminarii - bien que les preuves récupérées lors du conclave Zhao-Arkhad sur Prospero suggèrent que certains maîtres de la Legio et, le plus souvent, de la Vigie de Prospero se sont tournés vers des voies plus sinistres, proches des recherches des Eminarii, pour alimenter ces dépôts arcaniques. L’utilisation de ces noyaux de fer permettait aux Titans de la Vigie de Fer d’opérer avec un équipage bien plus réduit que les Titans d’une classe équivalente et d’exploiter un niveau de compétence, de coordination et de prouesses tactiques qui transcendait l’entraînement d’un seul Princeps. Cependant, l’examen ultérieur des Titans de Xestobiax tombés au combat et les images prises par leur équipage suggèrent que ces Titans modifiés étaient sujets à une variété de phénomènes bizarres, semblables à ceux dont souffraient les manipulateurs psychiques-automates y compris des hallucinations massives parmi l’équipage, une activité poltergeist violente et inexpliquée et des niveaux irréguliers de variation de température dans certains compartiments par rapport au fonctionnement du noyau de fer.[5]

Source

Pensée du Jour : « La mort est une récompense. »
  • The Horus Heresy, Book Seven - Inferno
  1. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter Legio Xestobiax (traduit de l'anglais par Trazyn l’Infini)
  2. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter Legio Xestobiax - Origins (traduit de l'anglais par Trazyn l’Infini)
  3. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter Legio Xestobiax - Legio Xestobiax Reaver Class Battle Titan Septum Caelestis Ues (traduit de l'anglais par Trazyn l’Infini)
  4. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter Legio Xestobiax - After Prospero (traduit de l'anglais par Trazyn l’Infini)
  5. The Horus Heresy, Book Seven - Inferno, Chapter Legio Xestobiax - Materiel Strength (traduit de l'anglais par Trazyn l’Infini)