Legio Victorum

De Omnis Bibliotheca
Révision datée du 8 décembre 2021 à 20:51 par Guilhem (discussion | contributions) (Page créée avec « {{Page Adeptus Titanicus}} <center>'''<u>Les Tueur d’Ennemis</u>'''</center> <center>'''<u>Les Marteleurs d’Ennemis</u>'''</center> <center>'''<u>Les Briseurs d’Enn... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png





Les Tueur d’Ennemis
Les Marteleurs d’Ennemis
Les Briseurs d’Ennemis
Symbole de la Legio Victorum.
Autrefois, la Legio Victorum comptait parmi les plus grandes et les plus puissantes des nombreuses Legios Titaniques de l’Imperium. Elle n’était pas constituée d’un seul corps, mais de trois Legios reliées entre elles dans le système Triplex où trois Mondes-Forges distincts lui fournissaient armes et soutien. Chacune de ces trois parties de la Legio Victorum s’est forgée son propre héritage, d’abord en tant que fraternité à la naissance de l’Imperium, puis en tant que rivales dans les derniers jours de la Grande Croisade. Cette rivalité allait les mener à leur perte et, dans l’Âge des Ténèbres au cœur de l’Hérésie d'Horus, la Legio Victorum allait se déchirer, pour ne survivre qu’en tant que fragment brisé d’une Legio Titanique autrefois fière.

Les origines de la Legio remontent aux longues années sombres de l’Ère des Luttes- la première Legio Victorum ayant forgé un petit empire par la force de ses armes, en soumettant les poches isolées de l’Humanité qu’elle rencontrait et en annihilant les maraudeurs Xenos qui infestaient cette région lointaine de l’espace. Le nombre de morts laissés dans son sillage lui valut l’épithète de "Tueur d’Ennemis", car Galatia et son nouveau domaine se trouvaient aux confins de la galaxie, où les ennemis de l’Humanité étaient innombrables, et chaque jour de son existence était acheté dans le sang des vainqueurs et des morts de l’ennemi. Au cours de ces sombres années, la première Legio Victorum devint une maîtresse des engagements défensifs, le mur ininterrompu qui protégeait l’empire de Galatia et maintenait le flux de ressources vers les forges. Les années passèrent et Galatia s’est enrichit et se développa, un Monde-Forge devint deux, puis trois avec la fondation de Phall et de Thule, et la Legio Victorum, dont les rangs s’étaient gonflés de nouveaux engins de guerre, se divisa elle aussi. La Legio Victorum II se tenait en sentinelle au-dessus de Phall, formée des plus grands vétérans parmis les Princeps de l’ancienne Legio Titanique et construite autour du Titan Apex Maxis de classe Apocalypse, tandis que la Legio Victorum III gardait Thule, ses rangs étant remplis par les plus orthodoxes et militants des techno-adeptes de Triplex.

Galatia était sans conteste la première puissance du système Triplex, et la Legio Victorum I la plus grande force militaire de la Frange Orientale. Les mondes voisins qui pouvaient encore être atteints par les mers æthérées turbulentes de la Frange Orientale étaient incapables de rivaliser avec son influence, car les Titans de Gulgorahd n’étaient pas aussi nombreux que la Legio Victorum et Thramas n’avait pas la puissance de feu nécessaire pour affronter des machines de guerre aussi omnipotentes que les puissants engins du Mechanicum. Cette domination dura jusqu’à l’arrivée de la Grande Croisade, car la taille et la puissance de l’armada qui arriva à la Frange Orientale étaient telles que, pour la première fois, la Legio Victorum fut humiliée. Elle n’était plus qu’une des nombreuses Legios Titaniques liées à des centaines de Mondes-Forges, dont la puissance n’était plus incontestée ni la portée illimitée. De plus, l’accès à l’Imperium a entraîné une division subtile des trois Mondes-Forges de Triplex, Galatia n’étant plus le seul juge de leur avenir.

La Legio Victorum II allait lier son destin à celui du Maître de Guerre et de l’Imperium dans le cadre de la Grande Croisade, portant ses forces vers les étoiles lointaines au nom de l’Empereur. Là, elle perfectionnerait ses compétences en matière d’assaut planétaire et de déploiement d’une puissance de feu écrasante, une tactique qu’elle privilégia par-dessus tout et pour laquelle elle était bien adaptée. Équipé par la richesse de Triplex et le butin de la Grande Croisade, les Marteleurs d’Ennemis était composé presque entièrement de Titans de Bataille, le Warbringer Nemesis étant particulièrement apprécié par ses Princeps pour ses capacités de Titan de siège. Lorsqu’il entrait sur le terrain, c’était une phalange d’acier et de canons, qui ne faisait pas semblant de faire preuve de subtilité ou de finesse dans ses assauts, mais seulement d’un mur roulant d’explosions et de mort. Le Maître de Guerre n’y faisait appel que lorsqu’un ennemi devait être totalement détruit, ses villes réduites en cendres et ses armées dispersées, et pendant un temps, elle fut en rivalité avec la Legio Mortis, qui était également un outil qu’il préférait pour ce travail brutal. Cependant, la Legio Victorum, bien que savourant la gloire des batailles, ne pouvait égaler la méchanceté avec laquelle les Princeps de la Legio Mortis faisait la guerre. Car là où les Têtes de Mort se battaient pour la simple joie du massacre, ne comptant la victoire que dans les cadavres écrasés sous leurs pieds blindés, les Marteleurs d’Ennemis voyaient la bataille comme un moyen de gagner renommée et accolades, une tâche sale à résoudre avec hâte et une finalité qui n’admettait aucune prudence dans sa poursuite. Chaque bataille était un moyen supplémentaire pour elle d’effacer le souvenir de ces années où elle n’avait été guère plus que la servante de Galatia et de la Legio Victorum I, une faiblesse qu’Horus utilisa pour la lier étroitement à son service. Au moyen de parades de victoire et d’éloges somptueux, il a lié les Marteleurs d’Ennemi à lui, l’Apex Maxis étant une vue commune parmi son avant-garde.

En revanche, la Legio Victorum I, les Tueurs d’Ennemis, qui s’était autrefois taillé un empire dans l’espace sauvage de Triplex, est restée dans la Frange Orientale. Mars la lointaine tenait à la tenir à l’écart des richesses de la Grande Croisade et à maintenir sa position de chef de file parmi les Mondes-Forge de l’Imperium, travaillant à la Cour Impériale pour maintenir la majorité de la Legio Victorum absente de la vaste guerre qui se déroulait pour établir un nouvel empire galactique. Les Tueurs d’Ennemis passeront les dernières années de la Grande Croisade comme une force purement défensive, luttant pour réprimer les raids sporadiques des essaims Xenos et les rébellions futiles parmi les mondes qui n’appréciaient pas le contrôle de l’Imperium. Ironiquement, les Tueurs d’Ennemis devinrent des experts dans l’art d’opérer dans des environnements urbains sans causer de dommages collatéraux ruineux, maîtrisant une retenue qui leur était étrangère dans leurs premières années, lorsqu’ils se déchaînaient dans les étoiles. Sa marque de fabrique était l’emploi de tactiques de chasseurs de têtes, identifiant et détruisant les leaders de tout ennemi afin que les autres quittent le champ de bataille et le laissent intact. En tant que tel, ses Moderatii étaient parmi les plus grands experts en matière de suivi et d’identification des cibles, et de redoutables tireurs d’élite avec des Canons Volcano et des Lances à Photons. Cependant, avec la nature sporadique de ses engagements, à la différence de la guerre constante endurée par les Marteleurs d’Ennemis aux côtés d’Horus, les Tueurs d’Ennemis n’avaient pas la discipline stricte de leurs cousins. Il était courant que les Princeps de la Legio Titanique se querellent et intriguent entre eux, cherchant le plus souvent à obtenir les postes les plus avantageux et les Titans les plus prestigieux à commander, et en plus de leurs compétences en matière de guerre, beaucoup étaient des duellistes accomplis au pistolet et au sabre. Malgré cette lente descente dans la décadence, la Legio Titanique et le Monde-Forge qui l’entretenait avaient la réputation d’être de fervents partisans de l’Imperium, un front qu’ils s’efforçaient de promouvoir alors que Galatia cherchait à retrouver la gloire.

La Legio Victorum III, souvent oubliée, a langui dans l’obscurité pendant la majeure partie de ces dernières années d’optimisme et de conquête. Elle était exclue des rangs de la Grande Croisade par les plans de Mars, qui la considérait comme un laquais de Galatia, et de Galatia elle-même, qui craignait la montée d’un autre rival comme Phall. N’ayant pas les effectifs des deux autres Legios, ni les possessions et les richesses des deux autres Mondes-Forges, les Briseurs d’Ennemis ont agi en tant que commandos dévoués et experts en reconnaissance, menant les tentatives de Thule d’entraver les opérations de ses nombreux rivaux et de revendiquer de nouveaux territoires dans l’espace sauvage au-delà des frontières de l’Imperium. Dans le vide obscur, la Legio Victorum III opérait seule et sans soutien, car elle n’était pas une Flotte Expéditionnaire officielle de la Grande Croisade, et les Princeps de ses éclaireurs légers Titaniques apprenaient par nécessité les tactiques brutales de suppression de l’infanterie, tandis que les quelques Reavers et Warlords dans ses rangs étaient forcés d’opérer contre des engins de guerre ennemis de classe Titanique sans l’avantage du nombre. La pratique courante chez les Briseurs d’Ennemis consistait pour les plus grands Reavers à attirer les engins de guerre ennemis sur des terrains désavantageux où des meutes de machines de classe Warhound pouvaient les prendre en embuscade et les harceler. Le Somnus Etema, de classe Reaver, s’était avéré être la plus durable de ces légendes après avoir tenu tête à trois engins Aeldaris de classe Titan pendant 19 longues minutes avant l’arrivée des renforts. Lorsque sept Warhounds de la Legio ont frappé l’arrière de la formation ennemie, le Somnus Etema était réduit à l’état de ruine avec un seul bras armé opérationnel, mais il a continué à se battre jusqu’à ce que la dernière machine ennemie soit abattue.

C’était une légende qui allait connaître une tragique répétition quelques années plus tard. En effet, après son retour de la Grande Croisade sous le commandement d’Horus Lupercal, la Legio Victorum II apporta un nouveau conflit à Thule, débarquant presque toute sa force pour pacifier cet avant-poste farouchement loyaliste et prouver sa loyauté aux Night Lords qui approchaient. Une fois de plus, le Somnus Etema a rencontré un ennemi supérieur en nombre, tenant la porte principale de la forge principal de Thule seul contre un groupe des meilleurs Marteleurs d’Ennemi. Après 19 minutes, il a été une fois de plus réduit à l’état de carcasse, mais cette fois-ci, aucun allié n’est venu à son secours, car il a permis à la meute de Warhound de gagner un temps précieux pour se disperser sur le monde de Thule où ils poursuivront une résistance acharnée et prolongée pendant plusieurs semaines. Arrivé au bout de son endurance, le Somnus Etema a attrapé le Titan Glory of Phall de classe Warlord de Marteleurs d’Ennemi dans une dernière étreinte avant de faire exploser son noyau atomatique et de détruire les deux Titans. C’est sur l’épave du Somnus Etema que les derniers survivants de la Legio Victorum III prêteront serment de loyauté au Lion lorsque les Dark Angels libéreront le système de Triplex, bien que moins de neuf Titans des classes les plus légères aient réussi à s’abriter dans le désert de Thule pour voir leur salut. Ces vétérans agiront en tant que mandataires du Lion pour contrôler les éléments de la Legio Victorum II qui s’étaient rendus aux Dark Angels et prendront un plaisir sauvage à les commander dans les batailles les plus dures. Sur ordre du Lion, le grand Apex Maxis fut remis aux Briseurs d’Ennemis, qui let rebaptiseront Somnus Perpetua et ils y incorporeront dans son châssis le noyau neural récupéré du Reaver tombé.[1]

Force Matérielle[modifier]

Le Sagax Lanio était l’un des Titans de Bataillr de la Legio Victorum I qui n’était pas présent à Triplex lors de l’assaut des Dark Angels, mais détaché auprès des éléments des Night Lords engagés dans le siège de Thramas. Il resta dans les rangs des Traîtres jusqu’à la fin de la Croisade de Thramas, luttant avec une fureur amère contre ceux de sa propre Legio qui avaient changé de couleur pour combattre à la demande du Lion, et finit par suivre les Night Lords en exil à la fin de la croisade. Le Sagax Lanio fut aperçu pour la dernière fois dans les murs du Palais Impérial sur Terra, bien qu’il semble avoir subi une transformation maléfique pendant son exil, ne ressemblant guère aux lignes pures et au fier héraldique de ses anciens jours de gloire, lorsqu’il combattait sous la bannière de l’Empereur.[2]
Dans son ensemble, la Legio Victorum était considérée comme l’une des plus grandes Legios Titaniques de l’Imperium à la fin de la Grande Croisade, avec près de 200 machines de différentes classes dans son ordre de bataille. Cependant, la Legio était loin d’être un tout unifié, et individuellement ses différentes branches variaient grandement dans leurs capacités et leurs arsenaux. La plus puissante était de loin la Legio Victorum II, les Marteleurs d’Ennemi, dont le long service pendant la Grande Croisade avait apporté avec lui le butin d’une galaxie et la faveur du Maître de Guerre lui-même. Au total, la Legio Victorum II pouvait aligner un peu plus d’une centaine de Titans, la plupart de classe Warlords et quelques Titans de classe Apocalypse, beaucoup plus rares, et leurs Princeps détenaient de loin le plus grand nombre d’honneurs de bataille et de marques de morts.

En revanche, la Legio Victorum I ne contrôlait qu’un nombre légèrement inférieur de machines de guerre, principalement des engins de classe Warlord et Warbringer, mais ses guerriers ne pouvaient égaler les vétérans des Marteleurs d’Ennemis en termes d’expérience. Confinés aux marches du Secteur Triplex, les Tueurs d’Ennemis avaient été limités à des opérations défensives pour protéger les nombreux fiefs et avant-postes de Galatia, et bien que loin d’être inexpérimentés, ils n’avaient pas connu le creuset de la Grande Croisade comme la Legio Victorum II.

La Legio Victorum III n’avait pas les effectifs de l’une ou l’autre des plus grandes Legios Titaniques, rassemblant moins de la moitié du total des machines de guerre de ses deux sœurs, et il s’agissait principalement de machines plus légères et plus rapides des classes Reaver et Warhound. Cependant, les Briseurs d’Ennemis étaient depuis longtemps des experts en matière de raids soudains et de guerre d’usure, leurs quelques Princeps sachant tirer le meilleur parti des capacités de leurs machines de guerre. En ce qui concernait les vaisseaux de transport et les vastes voûtes de largage nécessaires pour déployer des machines de guerre de la taille d’un Titan dans la bataille, la Legio Victorum II disposait d’une flotte importante et bien équipée, comme l’exigeait son rôle dans la Grande Croisade, tandis que Victorum III, moins importante, ne possédait qu’un petit nombre de ces vaisseaux et était donc beaucoup moins mobile stratégiquement.

La Legio Victorum III sera détruite avant le début de la Croisade de Thramas, attaquée par les forces massives de la Legio Victorum II qui était revenue de la Grande Croisade avec la bénédiction d’Horus pour préparer Triplex à la guerre à venir. Surpassés et en infériorité numérique, les Briseurs d’Ennemis furent pratiquement anéantis dans une bataille d’une telle fureur que les vainqueurs ne capturèrent aucunes des machines de guerre en défense, chacun des Princeps des Briseurs d’Ennemis se battant tant qu’une de leurs armes était encore alimentée. Dans au moins un cas enregistré dans les journaux de bord d’un Titan des Tueurs d’Ennemis, un Warhound des Briseurs d’Ennemis, qui n’était plus qu’une ruine ambulante sous le feu des Canons Volcano, a continué à se battre en éperonnant les Titans ennemis pour les maintenir en place afin que les bombardements d’artillerie puissent les renverser. Seules trois manipules des Briseurs d’Ennemis ont survécu. Elles furent stationnées dans des postes isolés à travers le secteur, dont un seul groupe sur le monde lointain de Thramas.

La Legio Victorum II a connu le même sort peu de temps après, lorsque les Dark Angels ont attaqué Triplex. En tant que force de combat, elle cessa d’exister, avec quelques machines pris comme butin par la Première Légion et des manipules éparpillés dans des postes de garnison à travers le secteur Triplex. Ces derniers Princeps parias mourront à leur poste dans des combats voués à l’échec ou rejoindront l’une des autres [[Titan du Chaos[Legios Renégates]] opérant dans la Frange Orientale, et seront absorbés par ces osts. La Legio Victorum I a subi une perte moins totale, perdant peut-être un tiers de ses effectifs au combat contre les Dark Angels et livrant le gros des survivants aux Loyalistes après la destruction de Galatia. Alors que plusieurs forces de la demie-Legio stationnées en dehors de Triplex sont restées en liberté et ont combattu pour les Traîtres pour le reste de la campagne, le gros des Marteleurs d’Ennemi a été attaché à la flotte des Dark Angels et firent la guerre sous les ordres du Lion, leur allégeance ayant été assuré en échange de la sécurité de Phall.

Dans le sillage de Thramas, les Briseurs d’Ennemis resteront avec les Dark Angels, combattant au premier rang des dernières batailles de la Première Légion pour expier les péchés de leur monde natal. Au cours des dernières années de la Grande Croisade, les quelques Titans de la Legio Victorum qui se battaient pour la cause loyaliste ont été regroupés en une seule Legio, portant l’héraldique de la Legio Victorum I, aujourd’hui disparue, mais l’épithète de Legio Victorum II. Ces tueurs d’ennemis renaissants adopteront leur nouvelle loyauté avec une détermination vicieuse, chassant et massacrant ceux de leur Legio qui avaient sombré dans le chaos et la folie.[3]

Source[modifier]

Pensée du Jour : « La blessure d’une balle est pure extase comparée à la damnation. »
  • The Horus Heresy, Book Crusade - Crusade
  1. The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter Legio Victorum (traduit de l'anglais par Trazyn l’Infini)
  2. The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter Legio Victorum - Legio Victorum I Warbringer Nemesis Titan Sagax Lanio (traduit de l'anglais par Trazyn l’Infini)
  3. The Horus Heresy, Book Nine - Crusade, Chapter Legio Victorum - Material Strength (traduit de l'anglais par Trazyn l’Infini)