Legio Lysanda

De Omnis Bibliotheca
Révision datée du 1 mai 2021 à 13:10 par Guilhem (discussion | contributions) (Page créée avec « right|300px|thumb|Symbole de la Legio Lysanda.La fondation de la '''Legio Lysanda''' était loin de l’affaire quasi-spirituelle qui e... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Symbole de la Legio Lysanda.
La fondation de la Legio Lysanda était loin de l’affaire quasi-spirituelle qui est normalement associée à la création d’une nouvelle Legio Titanique, car elle n’est pas née du désir de créer une nouvelle Legio Titanique mais plutôt d’une pure nécessité. Au fur et à mesure que la Grande Croisade progressait et que les frontières de l’Imperium s’étendaient, elle entrait en contact avec un nombre croissant d’empires hostiles, Xenos ou autres, qui représentaient une menace significative pour l’Imperium de l’Humanité en développement. Étant donné la nature étendue des Flottes Expéditionnaires, il s’est avéré impossible que chaque menace reçoive l’attention nécessaire dès sa découverte, et dans de tels cas, l’endiguement est devenu l’objectif jusqu’à ce qu’une force appropriée puisse être rassemblée. Ainsi, les nouvelles frontières de l’Imperium, composées de systèmes stellaires qui n’avaient prêté serment à l’Empereur que récemment, étaient confrontées à la menace persistante d’une invasion de créatures émergeant des recoins les plus sombres de la galaxie pour démolir les édifices de l’Humanité. Conscients qu’il serait impossible de maintenir la loyauté des mondes nouvellement mis en Conformité si un grand nombre d’entre eux restaient menacés par des ennemis extérieurs, des édits furent publiés pour exiger la création de forces spécialisées destinées à surveiller les frontières de l’espace impérial. Dans l’Ultima Segmentum, une Legio Titanique, portant le nom de Legio Lysanda, fut fondée comme une telle force.

Formée de Titans offerts par plus d’une douzaine de Mondes-Forges, mais surtout par les Mondes-Forges jumeaux de Konor et de Gantz, la Legio Lysanda, ou les "Sentinelles de la Bordure" comme on la surnomma bientôt, n’avait pas pour mission de maintenir la garde d’un seul Monde-Forge mais plutôt de protéger la frontière de l’espace impérial. Pour ce rôle, seuls des Princeps à l’esprit vif et à l’humeur calme ont été choisis pour remplir les rangs de la Legio Lysanda, car une nature belliqueuse et vengeresse avait été jugée préjudiciable à la tâche à accomplir. Bien que seulement 21 machines-divines aient été rassemblés pour la fondation de la Legio Lysanda, la Legio Titanique a rapidement prouvé sa valeur, en repoussant la puissance rassemblée de la Milice Yuntari, une alliance xeno-humaine de pilleurs qui avait longtemps troublé les mondes à la limite de la frontière orientale de l’Imperium avec des assauts sur les ceintures minières de Danticoh Prime. Au cours des décennies suivantes, des manipules titaniques de la Legio Lysanda furent envoyés sur plus d’une douzaine de mondes jugés menaçants, accomplissant leur devoir de gardiens avec une efficacité et une patience résolues. Chaque fois que les frontières de l’Imperium se déplaçaient vers l’extérieur, une partie de la Legio Lysanda quittait les mondes qu’elle avait abrité pendant des années, se redéployant vers une Flotte Expéditionnaire pour aider à la mise en Conformité d’un nouveau monde à partir duquel elle recommencerait le cycle de garde.

Dans son rôle de gardien temporaire, la Legio Lysanda a développé une réputation d’égalité de tempérament si précise que beaucoup de ceux qui avaient servi aux côtés de la Legio Titanique affirmaient que ses Princeps ne pouvaient être mis en colère, quelles que soient les épreuves auxquelles ils étaient confrontés. En effet, il a été noté que les futurs membres d’équipage des Titans devaient passer par une période de solitude et d’introspection avant d’être autorisés à s’élever pour commander leurs propres machines-divines. Au sein de la Legio Lysanda, il y avait peu de traces de la soif de gloire si importante dans de nombreuses autres Legios Titaniques et ses Princeps étaient persuadés qu’ils servaient de contrepoint aux désirs et à la soif de combat qui possédaient souvent l’esprit mécanique de leur machine. Pour remplir son rôle, le Princeps devait toujours être attentif à tout changement de nature, de peur d’abandonner tout ce qu’il avait juré de protéger.[1]

L'Hérésie d'Horus[modifier]

Le Titan Reaver Unfolding Wrath de la Legio Lysanda.
Plus que la plupart des Legios Titaniques, à l’exception de celles qui ont servi le Maître de Guerre et ont été touchées par des pactes impies, l’Hérésie d'Horus a entraîné des changements significatifs dans la Legio Lysanda. Le début de cette guerre, marquée par la trahison et des loyautés incertaines, a vu les Sentinelles de la Bordure faire face à des menaces non pas venant de l’extérieur de l’Imperium, comme autrefois, mais de l’intérieur, contre les mondes qu’elles avaient juré de protéger. Au cours des décennies de service, des dizaines de mondes avaient autrefois considéré la Legio Lysanda comme leurs protecteurs et beaucoup brûlaient désormais des feux de la guerre. Cela suffisait à faire disparaître toute notion de sérénité dans l’esprit de nombreux Princeps de la Legio Titanique, qui ne furent bientôt plus que des enveloppes assoiffées de vengeance, jurant de ne jamais se reposer tant que justice ne serait pas rendue à ces mondes déchus. Pire encore, ces mondes se sont retournés contre l’Imperium, réduisant à néant les années de service que la Legio Lysanda leur avait offert et les vies passées à les protéger. Souvent, c’était à la Legio Lysanda de retourner sur ces mondes pour y apporter la justice de l’Empereur. Les incendies des villes qu’ils avaient jadis surveillées sont restés à jamais gravés dans l’esprit de nombreux Princeps, le souvenir tordant à jamais l’âme de la Legio Titanique pour la transformer en esprit de vengeance et non de paix.[2]

La Legio Lysanda participa à la Croisade de Fer, affrontement entre des Legios Titaniques Loyalistes et Renégates au sein du royaume d’Ultramar ravagé par la Croisade des Ombres menés par les Légions Space Marines Renégates des Word Bearers et World Eaters. La Legio Lysanda avait reçu des appels astropathiques provenant de Gantz, le Monde-Forge de la Legio Praesagius meurtrie suite à l’épouvantable Bataille de Calth qui avait révélé la trahison des Word Bearers contre les Ultramarines et participa activement à la traque des Titans renégats.

Les Sentinelles de la Bordure participèrent à la Bataille d’Ulixis, un monde qui était dans le viseur de la traîtresse Legio Suturvora, les Maîtres du Feu, pour nuire à Ultramar et causer de graves dommages aux forces loyalistes. Ulixis était l’un des principaux producteurs de munitions d’Ultramar et, sachant que sa destruction porterait un coup sévère aux efforts de reconstruction des Ultramarines, le Princeps Maximus Horgoth Nyr des Maîtres du Feu attaqua ce monde. En réalité, l’invasion renégate était la première étape d’un piège tendu aux Loyalistes et lorsqu’une force combinée de la Legio Lysanda et de la Legio Oberon a été attirée sur le monde, elle a trouvé sa surface dépourvue de Titans renégats, malgré les rapports indiquant le contraire. C’est alors que les Traîtres ont tendu leur piège, prenant le contrôle de l’orbite de la planète et déclenchant un bombardement orbital féroce sur les Loyalistes à la surface. Bien que le bombardement initial ait été dévastateur, la plupart des forces loyalistes ont été repoussées dans le système de cavernes sous la surface, forçant les Maîtres du Feu à s’engager dans une série de batailles sous Ulixis. Pendant plusieurs jours les deux forces titaniques se sont battues dans l’obscurité, leurs armes massives déchirant les entrailles d’Ulixis. C’est dans la tanière des Wyrms, une vaste caverne jonchée des restes des créatures fouisseuses qui l’avaient sculptée il y a des éons, que le conflit a atteint son paroxysme, les deux camps engageant leurs forces dans un effort pour éradiquer l’autre. Alors que les combats faisaient rage entre les deux camps, le Princeps Raynal Hess dans son Titan Warlord Astra Obsurus, à la tête d’une manipule Myrmidon de la Legio Lysanda, chargea pour rencontrer le Princeps-Maximus Nyr et son Titan Warlord Mons Ingnum dans la bataille. Cependant, Hess n’était pas au courant de la présence des Titans Maîtres du Feu de Nyr, qui l’attendaient et leurs volées combinées ont paralysé les jambes du Titan de Hess. Cependant, avant que les Traîtres ne puissent porter le coup fatal, Hess a surchargé le réacteur de son Titan, illuminant la tanière des Wyrms. Lorsque l’explosion s’est finalement dissipée, les Princeps renégats constatèrent la présence d’un énorme trou avait été fait dans le plafond de la caverne, et qu’un escalier fait de gravats et de Titans brisés y menait. De plus, la flotte loyaliste était revenue avec des renforts, et les Traîtres étaient en pleine déroute, permettant à la Legio Oberon et les survivants de la Legio Lysanda de les repousser, bien que Nyr et plusieurs de ses Titans aient réussi à s’échapper.

Autre engagement durant la Croisade de Fer des Sentinelles de la Bordure, ce fut lorsque la Legio Mordaxis, une autre Legio Renégate, fut chargée par ses alliés de la Legio Suturvora de traquer et de détruire les forces du Mechanicum dans les régions occidentales du royaume d’Ultramar. Duite à des rapports provenant de traîtres dans les rangs des loyalistes, la flotte de la Legio Mordaxis a navigué vers le monde aquatique isolé de Zarathusa Secundus. Les habitants de ce monde isolé vivaient dans des cités flottantes, dont les technologies anciennes exploitaient les richesses géothermiques de la planète. Les Loyalistes avaient récemment pacifié un soulèvement déclenché par des cellules du Mechanicum Noir sur la planète, et les séquelles de cette guerre étaient encore évidentes dans ses mers peu profondes. Les Traîtres ont commencé leur attaque alors que les forces Loyalistes, commandées par le Princeps Tesarius Solomere Krane de la Legio Lysanda, à bord de son Titan Reaver Purantum Bellos, attendaient d’être extraites de la principale masse terrestre de Zarathusa, connue sous le nom d’Atoll d’Aquila. Les Traîtres ont pris le contrôle de l’orbite de la planète et à travers le réseau vox des Loyalistes, se firent passer pour de loyaux serviteurs de l’Imperium jusqu’à ce que le piège se déclenche. Lorsque les atterrisseurs se sont approchés de la surface de Zarathusa, ils se sont révélés être non pas les vaisseaux d’extraction prévus mais plutôt des transporteurs des Titans de la Legio Mordaxis. La Legio Lysanda et les Chevaliers Impériaux de la Maison Vornherr, qui souhaitaient désespérément priver l’Atoll des envahisseurs, se sont efforcés de former une défense efficace, conscients que la retraite n’était pas envisageable sans l’abandon des forces terrestres incapables de se frayer un chemin dans les mers de Zarathusa, des mers qui devenaient noires au fur et à mesure que la bataille faisait rage et que les toxines qui avaient ravagé la Legio Mordaxis polluaient le sol qu’ils foulaient. Malgré leurs vaillants efforts, les forces loyalistes ont été entraînées dans un piège astucieux tendu par les alliés du Mechanicum Noir de la Legio Mordaxis. Bien plus tard, les Loyalistes apprendront le sort de Zarathusa Secundus et de ses défenseurs, mais pas avant que les restes corrompus du Purantum Bellos ne soient retrouvés sur Drooth II, ainsi que les Armures Chevaliers noircies de dizaines de descendants de la Maison Vornherr, désormais asservis à la malédiction des machines de la Legio Mordaxis.[3]

Durant la Croisade des Ombres contre le Royaume d’Ultramar, le monde majeur d’Armatura fut ciblés par les Traîtres dirigés par les Primarques Lorgar Aurelian et Angron. Pendant la bataille d’Armatura, les Titans de la Legio Audax ont traqué les Titans de la Legio Lysanda à la demande des World Eaters. Les Sentinelles de la Bordure se battirent conjointement avec les Ultramarines mais furent finalement vaincues par les Traîtres qui ravagèrent la planète.[4]

Force Matérielle[modifier]

Étant donné que la Legio Lysanda n’était que rarement rassemblée pour la guerre, il est pratiquement impossible de déterminer le nombre exact de son effectif. Ce que l’on peut déterminer est basé sur les mondes connus qu’ils ont occupés dans les années précédant le déclenchement de l’Hérésie d’Horus, ce qui place la Legio Lysanda comme une Legio Titanique de grade Tertius, capable d’aligner au moins 53 machines-divines, avec un maximum estimé à 72. En raison de la jeunesse relative de la Legio Titanique, Legio Lysanda n’était pas en mesure de faire appel à des classes de Titans plus rares, se reposant presque exclusivement sur des Titans de classe Warlord, Reaver et Warhound. Néanmoins, la nature chaotique de l’Hérésie d’Horus, combinée à la prédominance de la récupération par de nombreuses Legios Titaniques, a pu permettre à Legio Lysanda d’acquérir des classes de Titans en dehors de celles qui étaient disponibles avant l’Hérésie.[5]

Gravures d’Aegis[6]

Les mondes auxquels la Legio Lysanda était affectée avaient une grande valeur pour les Princeps des machines-divines chargés de les surveiller. En effet, de nombreux Princeps de la Legio ont été enregistrés comme s’étant régulièrement intégrés dans la culture locale, formant des liens avec ses dirigeants et marchant parmi ses habitants. D’une certaine manière, les Sentinelles de la Bordure avaient une capacité similaire, bien que beaucoup moins influente, à celle d’un Itérateur de la Grande Croisade. Lorsque la Legio Titanique quittait une planète, l’équipage de chaque machine-divine gravait personnellement dans la carapace de son Titan un souvenir marquant le monde qu’il avait protégé. Chaque souvenir avait une signification particulière pour l’équipage, les Titans les plus expérimentés portant une tapisserie de leurs exploits gravée sur leur carapace. De nombreuses captures d’images de machines de la Legio Lysanda prises pendant l’Hérésie d’Horus montrent que de nombreux Titans de la Legio portaient de tels souvenirs qui avaient été délibérément défigurés ; les références croisées avec les mondes qu’ils représentaient montrent que toutes ces planètes s’étaient soit rangées du côté du Maître de Guerre, soit avaient été détruites par sa colère.

Sources[modifier]

  • Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Loyalist Legios
  • Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Shadow and Iron
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Félon - Du sang pour le Dieu du Sang, Black Library, 2013
  1. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Loyalist Legios, Chapitre - Adeptus Titanicus : Loyalist Legios - Legio Lysanda (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Loyalist Legios, Chapitre - Adeptus Titanicus : Loyalist Legios - Legio Lysanda (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. Informations issues de Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Shadow and Iron, Chapitre - The Iron Crusade et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de Félon - Du Sang pour le Dieu du Sang, Chapitre Deux - À Peine Humains - Guerriers et Croisés - Brisés sur la Même Enclume, Chapitre Trois - Pris par les Griffes - La Guerre du Vide - Un Rouge Croyant, un Blanc sans Foi, Chapitre Cinq - La Reine d’Ambre - Dans son Impériale Sagesse - Ils Acclament, mon Princeps de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  5. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Loyalist Legios, Chapitre - Adeptus Titanicus : Loyalist Legios - Legio Lysanda - Material Strength (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Loyalist Legios, Chapitre - Adeptus Titanicus : Loyalist Legios - Legio Lysanda - Aegis Etchings (traduit de l'anglais par Guilhem)