La Soute Cety 78 (Nouvelle)

De Omnis Bibliotheca
Révision datée du 31 août 2021 à 17:02 par Trazyn l'infini (discussion | contributions) (Page créée avec « {{Page OB}} Les secrets font partie de la vie au sein de l’Adeptus Mechanicus. Alors que l’Eveil Psychique se déroule dans toute la galaxie, certains dévoile... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png

Les secrets font partie de la vie au sein de l’Adeptus Mechanicus. Alors que l’Eveil Psychique se déroule dans toute la galaxie, certains dévoilent ces mystères pour leurs propres fins. Le Technoprêtre Belafont Kreeler est l’un de ces chercheurs de connaissances. Lorsqu’il tentera de découvrir ce que son Technoprêtre Dominus cache, les conséquences seront terribles pour lui.

+ + + + +

«  » La soute du Ceti-78, un croiseur Regulus Prime de l’Adeptus Mechanicus semblait d’un vert fantôme sur l’écran vidéo portable. Dans un passage sombre du vaisseau, le Technoprêtre Belafont Kreeler aurait souri s’il avait encore les muscles nécessaires - ou la bouche, d’ailleurs. Au lieu de cela, il exhala un petit nuage de vapeur à travers une grille métallique, satisfait en regardant l’image quelque peu déformée sur le petit écran.

« Je suis sur toi maintenant, Kroll », se murmura-t-il à lui-même. Là, dans la soute fermée et soi-disant dangereuse, quelque chose d’énorme était rangé sous une toile sombre et lourde. Le Dominus Xu Kroll avait affirmé que le Ceti-78 avait subi une grave fuite de radiations et devait rester scellé, en quarantaine et surtout vide jusqu’à ce que les cantiques de purification et les rituels de réparation appropriés puissent être effectués.

Rien que des mensonges.

Belafont le savait. Depuis le départ de la Flotte de Réclamation Kroll de Mars, il était sûr que Kroll et son conclave secret préparaient quelque chose. Toutes leurs réunions secrètes, tous les chuchotements… cette assemblée de Technoprêtres autour de Kroll sentait l’hérésie, et Belafont était déterminé à découvrir ce qu’ils avaient prévu, ce que Kroll avait prévu.

Dès le début du voyage de la flotte, Belafont avait été convaincu qu’il y avait un rapport avec le Ceti-78. Kroll avait affirmé que sa flotte de récupération devait partir tôt et qu’il n’avait pas eu le temps de réparer les dommages causés par les radiations dans l’une des stations d’amarrage orbitales de Mars. « Les Navigators de la flotte, » avait-il dit, « ils les avaient prévenu d’une aggravation des courants du Warp ; l’entretien de cette certaine soute devrait être effectué en route, de peur que le départ ne devienne trop dangereux. »

Quel Technoprêtre, qui avait tous ses rouages, oserait ainsi mettre en colère l’esprit de la machine de son navire ? se demandait Belafont. Kroll avait assuré aux autres Technoprêtres que, bien qu’ils aient dû partir tôt, les Servitors auto-sanctifiées qu’il avait lui-même triées sur le volet travaillaient sans relâche sur les réparations, mais quand même… il n’y avait qu’une seule conclusion logique, une seule résolution à laquelle tous les calculs de Belafont avaient mené : Kroll cachait quelque chose.

Pendant des semaines, Belafont avait essayé d’avoir accès à la soute du Ceti-78. Il avait essayé d’accéder à l’alimentation vidéo des lentilles internes du servo-scruteur (la caméra), mais en vain. Il avait envoyé une équipe de ses Skitariis personnels pour enquêter sur le site. Ils avaient disparu. Il avait interrogé des Technoprêtres et des esclaves de bas rang qu’il soupçonnait d’être impliqués dans une certaine mesure avec Xu Kroll et ses gardiens de cloître. Rien.

Mais finalement, il avait réussi à introduire un servo crâne dans le système de ventilation du navire amiral de la flotte de récupération sans qu’on le remarque. Le petit drone osseux avait trouvé son chemin dans la confusion des câbles entrelacés, des conduits qui fuyaient, des conduits huileux et des ventilateurs qui tournaient paresseusement. Il était enfin arrivé à la soute scellée - qui s’est révélée peu étanche, ou alors le Servocrâne n’aurait jamais pu l’atteindre par cette route. Ce seul fait prouvait que Kroll mentait. Ceci, ainsi que les différents pièges installés dans le système de ventilation, que le Servocrâne avait à peine réussi à éviter. Il devait maintenant pénétrer à travers une trappe rouillée du plafond dans le hall grand ouvert et pointait son optique de balayage sur l’objet situé en dessous.

Et le voilà, visible sur l’écran vidéo de Belafont : la preuve que Kroll leur avait menti à tous. La soute du Ceti-78 n’était pas vide. Mais qu’est-ce que Belafont avait vu exactement ? Ses capteurs optiques bourdonnaient doucement lorsqu’ils passaient à travers les différents filtres, tandis que ses chiffres augmentés se précipitaient simultanément sur les commandes de l’écran vidéo. Mais peu importe comment il essayait d’ajuster ce qu’il voyait, il ne pouvait pas le comprendre. Tout ce que l’écran montrait, c’était une salle caverneuse qui ne contenait rien d’autre que l’énorme forme sous la toile.

Belafont siffla une malédiction en Binharique. Quelle déception. Si seulement il pouvait se rapprocher. S’il pouvait entrer lui-même dans la soute du Ceti-78 pour fouiller sous cette sombre toile…

Ses doigts tapaient sur l’écran vidéo avec hésitation pendant qu’il calculait les risques et les récompenses de son prochain mouvement. Mais il n’avait presque plus d’options, alors il devait essayer. Avec une série de courtes commandes, il poussa le Servocrâne à se mettre en vol stationnaire à partir des cadres et des passerelles étroites du plafond de la soute. Le petit appareil est descendu dans le hall ouvert, s’approchant de la forme voilée au centre. L’image sur l’écran de Belafont clignota lorsque le Servocrâne s’est rapproché de sa cible. Après quelques instants fastidieux, il avait atteint le niveau du sol et commença à encercler l’énorme forme.

Mais Belafont ne put rien faire de sa forme. Il essaya de faire correspondre l’image avec tout ce qu’il avait enregistré dans les banques de données de son esprit amélioré, mais les données étaient encore insuffisantes. Il s’est approché de quelque chose qui faisait écho à une réelle frustration humaine et poussa le Servocrâne à planer plus près.

Là… sous une partie de la toile. Était-ce…

Avec un soudain sifflement de statique bruyante, l’image sur son écran clignota et disparu. Surpris par cet événement brutal, Belafont fit un pas de plus pour retourner dans le couloir sombre où il se cachait. Il se hâta de regarder autour de lui si quelqu’un l’avait vu. Il rangea l’appareil vidéo défectueux au fond de sa robe rouge. Alors que son métabolisme accru ralentissait le rythme auquel son augmentique-cardiaque pompait des fluides artificiels dans son corps, il redressa son vêtement avec ses Mécadendrites et fit un nouveau pas dans le couloir principal du pont.

Ses pieds blindés résonnaient sur le blindage de la grille alors qu’il se dirigeait vers le machinarium de l’ascenseur le plus proche. Il fit attention à paraître inoffensif, marchant aussi lentement qu’il osait et griffonnant sur une ardoise de données. Sur son chemin, il évita les autres Technoprêtres et les Servitors occasionnels qui travaillaient dans les couloirs exigus du Vaisseau. En général, les Servitors étaient programmés pour s’écarter du chemin des Techno-prêtres, mais Belafont craignait que Kroll n’ait équipé ses Servitors d’une sorte de dispositif d’augure. Il surveillait certainement tout ce qui se passait sur son vaisseau s’il voulait garder son secret. Belafont devait se dépêcher maintenant. Envoyer le Servocrâne plus loin dans la soute avait été un risque calculé - Belafont était presque sûr que Kroll aurait pris des précautions pour protéger sa précieuse cargaison même de l’intérieur de l’immense salle. Mais c’était néanmoins un risque que Belafont devait prendre s’il voulait en savoir plus sur le secret de Kroll.

Mais le temps de l’observation et de l’espionnage était révolu, et le moment d’agir était venu. Lorsque Kroll découvrit les restes du Servocrâne de Belafont dans la soute, il se montra certainement plus qu’ingénieux pour remonter jusqu’à son propriétaire. Kroll savait certainement que quelqu’un était sur sa piste, mais Belafont n’avait pas l’intention de laisser le Technoprêtre Dominus découvrir que c’était lui - du moins pas tout de suite.

Devant lui, une porte de cloison avec le symbole du crâne de l’Adeptus Mechanicus inscrit sur sa surface métallique s’ouvrit avec un sifflement grinçant, et Belafont entra dans le machinarium de l’ascenseur, une énorme salle centrale ronde remplie de membres d’équipage occupés, des patrouilleurs Skitarii et le Bavardage Binharique de douzaines de Techno-prêtres. De là, un système de transport composé de nombreux ascenseurs traversait tout le navire et permettait à Belafont d’atteindre rapidement sa destination. Il se fraya un chemin à travers une foule de prêtres de bas rang, en gardant la tête basse. Quelqu’un le savait-il déjà ? Kroll serait-il déjà sur sa piste ? Avec un dernier regard par-dessus son épaule, il entra dans l’une des douzaines de chambres d’ascenseur et poussa la rune d’activation.

«  Baie de chargement Ceti-78, » dit Belafont, sa voix fut un bourdonnement métallique.

«  Erreur, » répondit une voix encore plus artificielle. «  La soute du Ceti-78 est restreinte selon l’ordre du Dominus Kroll Gamma-Gamma-8. » Pourtant, les portes de la chambre de l’ascenseur se fermèrent en claquant.

« Baie de chargement Ceti-78, » répéta Belafont. « Annulez le code Kreeler Lamda-Rho-55. »

« Erreur, » proclama une fois de plus la voix artificielle. « Le Ceti-78 doit rester une zone interdite. De graves fuites de radiations peuvent endommager les machines sacrées et les biens organiques. »

« Annulez le code Kreeler Lambda-Rho-55, » déclara une fois de plus Belafont, en réglant son modulateur de voix sur un volume plus élevé.

« Erreur. »

Belafont voulu parler à nouveau, mais il hésita. La voix de réponse avait soudainement changé, une subtile variation dans son schéma qui suggérait qu’il n’y avait pas de simple machine à l’autre bout.

« Malheureusement, le code Kreeler Lambda-Rho-55 n’est plus viable, » continua Dominus Xu Kroll, sa voix bourdonnant dans les haut-parleurs de la chambre d’ascenseur. « Tout comme le Technoprêtre Kreeler lui-même. »

Belafont tenta de combattre une peur trop banale en tourbillonnant et en claquant sa main sur la rune de contrôle de la porte. Un signal final terrifiant retenti, signifiant l’échec de l’activation, alors que la cabine se mettait lentement en mouvement.

« Avez-vous peur, Belafont Kreeler ? » demanda Kroll. « C’est un échec biologique pitoyable, n’est-ce pas ? »

Belafont regarda autour de lui à la hâte pendant que l’ascenseur accélérait. Finalement, son regard s’est fixé sur une petite lentille à côté du panneau de contrôle. Il savait que Kroll l’observait, qu’il contrôlait maintenant le chemin de la chambre de l’ascenseur.

« Où m’emmenez-vous ? »

« Ah, » répondit Kroll. « Un Curieux. Un trait utile dans la recherche de connaissances. Mais si elle n’est pas contrôlée, elle peut conduire à des résultats troublants. »

« Et les mensonges et la tromperie ? » demanda Belafont, le ton grave. « Est-ce que vous pensez que ce sont des traits utiles, Dominus ? Ou les doubles standards calculés que vous appliquez ? »

« Vous l’observez sous un mauvais angle, Kreeler. » La voix de Dominus Kroll résonnait alors que l’ascenseur s’accélérait encore. La petite chambre était remplie d’une lumière rouge alarmante alors qu’elle s’approchait de sa destination inconnue. « Les secrets que je garde sont les secrets de l’Omnimessie. Les subterfuges que j’applique sont tous calculés en vue de conclusions logiques. Vous, en revanche, vous êtes intervenu dans des choses qui dépassent votre entendement, simplement parce que vous ne pouviez pas laisser faire. Il n’y a pas deux poids, deux mesures, mais seulement des serviteurs de l’Omnimessie qui sont prêts pour la vérité et ceux qui ne le sont pas. C’est une division binaire entre ceux qui sont prêts à comprendre ses grands travaux et ceux qui ne le sont pas. »

« L’arrogance est un autre trait très biologique, Dominus, » dit lentement Belafont.

Un staccato mécanique, quelque chose qui ressemblait à un rire, vint des émetteurs.

« Comme l’est votre myopie, Kreeler. Mais puisque vous avez eu tant de mal, je vais au moins récompenser votre curiosité dans une certaine mesure. »

Belafont fixa l’objectif sans visage et ne dit rien.

« Ce qui est caché dans la soute du Ceti-78, » dit Kroll, « s’appelle le dispositif Varlien. Si vous aviez attendu, vous auriez pu vous prélasser dans la gloire de l’Omnimessie une fois que j’aurais révélé la véritable puissance de cette machine. Maintenant, vous ne connaîtrez que son nom. Soyez-en reconnaissant. C’est plus que ce que la plupart des prêtres de ce vaisseau ont reçu. »

L’expression de Belafont resta vide, même pour un Technoprêtre. Le nom déclencha une série de connexions disparates dans ses banques de cogitateurs internes, mais il ne fut pas capable de leur donner un sens, pas plus qu’à la forme vague de la chose dans la soute du Ceti-78. Pendant ce temps, l’ascenseur poursuivait sa protestation bruyante. Les points d’arrêts du vaisseau défilaient à une vitesse croissante.

Quelques instants passèrent avant que Xu Kroll ne reprenne la parole.« Il y a un autre secret que je vais vous dire, Technoprêtre Belafont Kreeler, un secret concernant le machinarium de l’ascenseur de ce navire. Non seulement il relie l’ensemble du navire, mais il sert aussi de voie de sortie directe vers la coque extérieure. »

La chambre de levage s’est brusquement arrêtée. Belafont trouva à peine le temps de pousser un cri Binharique qu’une trappe dans son plafond s’ouvrit avec le sifflement de la décompression et le Technoprêtre fut éjecté dans le froid et l’éternité noire du vide spatial.

Dans son logement personnel, Xu Kroll émis un ricanement mécanique malgré lui en éteignant l’écran qui montrait le flux vidéo de la chambre de l’ascenseur. Il ne pouvait pas nier qu’il avait pris un certain plaisir à calculer le moment exact de ses derniers mots à Kreeler. Il est vrai qu’il était un peu indigne d’un membre haut placé de l’Adeptus Mechanicus comme lui de se délecter d’un tel comportement, mais quelle importance ? Xu Kroll était au service de l’Omnimessie, et tous ses plans et calculs plus larges étaient motivés par une logique pure et sans émotion. Le dispositif Varlien allait faire l’objet de tests sur le terrain en temps voulu, et il ne pouvait pas laisser des sceptiques comme Belafont Kreeler interférer avec son travail. Personne en dehors du Monde-Forge des Dents du Rouage ne pouvait le savoir. Xu Kroll se tourna vers un autre écran vidéo. Il montrait la baie de chargement Ceti-78, où une énorme forme était cachée en toute sécurité sous une lourde toile. Oui, personne ne devait le savoir avant le moment venu…

Source

Pensée du Jour : « Les véritables héros comptent sur la foi aveugle. »
  • Warhammer Community - Psychic Awakening : Cargo Bay Ceti-78 de WEHNER DIRK[1] (traduit de l’anglais par Trazyn l'Infini)