Kor Phaeron : Différence entre versions

De Omnis Bibliotheca
m (La Dernière Guerre)
m (La Destruction de Monarchia)
 
Ligne 118 : Ligne 118 :
 
Là, Lorgar ordonna que cesse le culte de l’Empereur mais l’état de souffrance de son fils adoptif révolta Kor Phaeron qui néanmoins, y voyait l’occasion rêvé pour substituer la culte de l’Empereur par celui de l’Ancienne Foi de Colchis, celle des Puissances et de la Vérité, sachant que Lorgar était un être qui avait besoin d’un dieu à vénérer.
 
Là, Lorgar ordonna que cesse le culte de l’Empereur mais l’état de souffrance de son fils adoptif révolta Kor Phaeron qui néanmoins, y voyait l’occasion rêvé pour substituer la culte de l’Empereur par celui de l’Ancienne Foi de Colchis, celle des Puissances et de la Vérité, sachant que Lorgar était un être qui avait besoin d’un dieu à vénérer.
  
Rejoint par Erebus, Kor Phaeron révéla au Primarque l’existence des cultures planétaires ayant pour base les mêmes racines que celle de l’Ancienne Foi. Apprenant que Kor Phaeron avait fait exprès de ne pas appliquer une parfaite et totale conversion sur les mondes conquis, Lorgar étrangla son père adoptif mais relâcha sa poigne à temps suite aux suppliques d’Erebus. Le Premier Chapelain, allié de Kor Phaeron, convainquit Lorgar qu’il devait y avoir une vérité divine derrière tant de correspondance dans les religions de peuples n’ayant rien à voir l’un avec l’autre, parvenant à convaincre le Primarque qui entreprit son fameux [[Pèlerinage de Lorgar|pèlerinage]] qui le mènerait dans l’[[Œil de la Terreur]]. Là, Lorgar embrassera le Chaos et chargera Kor Phaeron et Erebus de mener les purges nécessaires pour permettre la conversion absolue des Word Bearers au culte du Panthéon Chaotique.
+
Rejoint par Erebus, Kor Phaeron avoua à Lorgar qui se remémorait alors l’arrivée de l’Empereur sur Colchis qu’il n’avait vu qu’un dieu doré amenant que le massacre et la mort, mais qu’il avait fait confiance à l’opinion que Lorgar s’était forgée dans son cœur, pas à la sienne. Puis il révéla au Primarque l’existence des cultures planétaires ayant pour base les mêmes racines que celle de l’Ancienne Foi. Apprenant que Kor Phaeron avait fait exprès de ne pas appliquer une parfaite et totale conversion sur les mondes conquis, Lorgar étrangla son père adoptif mais relâcha sa poigne à temps suite aux suppliques d’Erebus. Le Premier Chapelain, allié de Kor Phaeron, convainquit Lorgar qu’il devait y avoir une vérité divine derrière tant de correspondance dans les religions de peuples n’ayant rien à voir l’un avec l’autre, parvenant à convaincre le Primarque qui entreprit son fameux [[Pèlerinage de Lorgar|pèlerinage]] qui le mènerait dans l’[[Œil de la Terreur]]. Là, Lorgar embrassera le Chaos et chargera Kor Phaeron et Erebus de mener les purges nécessaires pour permettre la conversion absolue des Word Bearers au culte du Panthéon Chaotique.
  
 
Ce que peu savaient, c’était que Kor Phaeron avait placé des Chapelains et des Capitaines voués aux préceptes de "l’Ancienne Foi" à travers les rangs de la Confrérie en préparation de ce jour. Cette organisation fidèle à Kor Phaeron répondait au nom de Confrérie, ou de Cœur Noir, l’organisation mis en place par Kor Phaeron sur Colchis durant la croisade de Lorgar pour conserver le culte authentique des Puissances. Sur Therevad, il incendia la bibliothèque des Word Bearers contenant les livres saints vénérant l’Empereur, et fit massacrer une centaine de ses frères d’origine Terran, afin de s’assurer que les derniers représentants des Imperial Heralds - premier nom de la XVII<small><sup>e</sup></small> Légion avant la découverte de Lorgar - disparaissent à jamais. Sur le monde de Karlstadt - Quarante-sept Un pour l’Imperium - premier monde assujetti par la Légion sous le commandement de Lorgar, Kor Phaeron organisa un autodafé pour brûler les œuvres religieuses des Word Bearers, sous le regard des [[Custodien]]s chargés de les surveiller après Monarchia. Pour Kor Phaeron, une fausse religion mourrait pour permette à la vraie foi de s’imposer.<ref>Informations issues de ''Le Premier Hérétique : Corruption'', Chapitre Un - ''La Cité Parfaite'' - ''Les Faux Anges'' - ''Le Jour du Jugement'', Chapitre Deux - ''Soleil Dentelé'' - ''Dévastation'' - ''Aurelian'', Chapitre Trois - ''Le Sang Appelle le Sang'' - ''Sigillite'' - ''Le Maître de l’Humanité'', Chapitre Quatre - ''Une Légion s’Agenouille'' - ''Si Ultramar Brûlait'' - ''Grise'', Chapitre Cinq - ''Les Anciennes Coutumes'' - ''Le Combustible de l’Âme'' - ''Des Yeux Neufs'', ''V : L’Écran de Fumée'' de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2010<br/>
 
Ce que peu savaient, c’était que Kor Phaeron avait placé des Chapelains et des Capitaines voués aux préceptes de "l’Ancienne Foi" à travers les rangs de la Confrérie en préparation de ce jour. Cette organisation fidèle à Kor Phaeron répondait au nom de Confrérie, ou de Cœur Noir, l’organisation mis en place par Kor Phaeron sur Colchis durant la croisade de Lorgar pour conserver le culte authentique des Puissances. Sur Therevad, il incendia la bibliothèque des Word Bearers contenant les livres saints vénérant l’Empereur, et fit massacrer une centaine de ses frères d’origine Terran, afin de s’assurer que les derniers représentants des Imperial Heralds - premier nom de la XVII<small><sup>e</sup></small> Légion avant la découverte de Lorgar - disparaissent à jamais. Sur le monde de Karlstadt - Quarante-sept Un pour l’Imperium - premier monde assujetti par la Légion sous le commandement de Lorgar, Kor Phaeron organisa un autodafé pour brûler les œuvres religieuses des Word Bearers, sous le regard des [[Custodien]]s chargés de les surveiller après Monarchia. Pour Kor Phaeron, une fausse religion mourrait pour permette à la vraie foi de s’imposer.<ref>Informations issues de ''Le Premier Hérétique : Corruption'', Chapitre Un - ''La Cité Parfaite'' - ''Les Faux Anges'' - ''Le Jour du Jugement'', Chapitre Deux - ''Soleil Dentelé'' - ''Dévastation'' - ''Aurelian'', Chapitre Trois - ''Le Sang Appelle le Sang'' - ''Sigillite'' - ''Le Maître de l’Humanité'', Chapitre Quatre - ''Une Légion s’Agenouille'' - ''Si Ultramar Brûlait'' - ''Grise'', Chapitre Cinq - ''Les Anciennes Coutumes'' - ''Le Combustible de l’Âme'' - ''Des Yeux Neufs'', ''V : L’Écran de Fumée'' de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2010<br/>

Version actuelle datée du 30 juin 2020 à 11:24

Kor Phaeron, Le Maître de la Foi, Le Cardinal Noir.
« Non, en cela vous avez raison. Je ne peux pas prétendre être votre frère au même titre que cette… plèbe. Je ne suis pas le fils de Lorgar. Je suis son père. Vous feriez bien de vous en souvenir. »
- Kor Phaeron.

Kor Phaeron, le Maître de la Foi, était le conseiller spirituel de Lorgar Aurelian sur Colchis, et ce dernier le tenait en très haute estime. Lorsque le Primarque reçut des visions de l’arrivée de l’Empereur, ce fut Kor Phaeron qui le pressa d’aller porter la bonne parole parmi le peuple. Premier de ses fidèles, il le soutint lors de toutes les batailles livrées contre le Covenant de Vharadesh, lui transmettant sa force spirituelle lorsqu’il semblait que cette guerre n’en finirait jamais. Quand Lorgar fut fait commandant de la XVIIe Légion, Kor Phaeron devint son second et fut placé à la tête de la Première Compagnie des Word Bearers. Même au sein d’une Légion d’idolâtres, il se fit remarquer par les Chapelains et fut choisi pour recevoir un entraînement spirituel. Plongé dans ses études religieuses, son fanatisme atteignit de nouveaux sommets et les guerriers qu’il commandait se battaient avec une férocité inégalée. Kor Phaeron s’éleva dans la hiérarchie de l’Aumônerie, assimilant les textes religieux avec une vitesse surhumaine.

Mais un homme comme Kor Phaeron n’aurait jamais dû devenir un Space Marine. Sa soif de pouvoir l’avait jadis conduit vers le Covenant, puis de là à Lorgar. Lorsque les Word Bearers furent réprimandes par l’Empereur, alors qu’ils restaient silencieux au cœur de l’espace, ce fut Kor Phaeron qui émit le premier l’idée que si l’Empereur rejetait leur vénération, il existait d’autres êtres qui l’accueilleraient volontiers. Il comprenait le besoin d’acceptation de Lorgar, et savait que les Dieux du Chaos ne repoussaient personne. La quête de pouvoir de Kor Phaeron l’avait à présent conduit à la damnation, et alors que son maître ruminait sombrement les reproches de l’Empereur, il se livra à de subtiles manipulations, utilisant la fierté de Lorgar pour le détourner de son ancien seigneur. Kor Phaeron devint Maître de la Foi et commença de corrompre la Légion entière. Lorgar embrassa le Chaos avec dévotion et bientôt tous les Word Bearers se soumirent aux Puissances de la Ruine. Kor Phaeron demeura le conseiller spirituel de Lorgar, et commanda des contingents de Word Bearers au cours des batailles les plus dévastatrices de l’Hérésie d'Horus. Il fut finalement vaincu par les Ultramarines sur Calth et dut s’enfuir vers le Maelström, où les fils de Macragge prétendent avoir détruit sa Barge de Bataille. Il est cependant impossible de vérifier la véracité de ces dires tant ce secteur de l’espace est instable. Toutefois, la quantité de sectes et de rebellions apparemment inspirées par les Word Bearers dans ce secteur a crû d’une manière si importante qu’il est fort probable que Kor Phaeron ait survécu et poursuive son œuvre de destruction.

Le Porteur de la Parole[modifier]

« Saluez le Porteur de la Parole ! Entendez la Vérité par mes lèvres, et souvenez-vous du nom de Kor Phaeron ! »
- Castora, esclave de Kor Phaeron au clan des Réprouvés.

Originaire de Colchis, Kor Phaeron fut élevé dans un orphelinat avant de devenir un prêtre du Covenant, l’Église officielle de la planète. Il fut chassé bien plus tard de la ville sainte de Colchis, Vharadesh, après avoir défendu une position jugé trop énergique de la conversion par ses pairs.

S’autoproclamant le Porteur de la Parole, il prit la tête d’une caravane itinérante, et voyagea dans les zones désertiques de Colchis dans un gros chariot sanctuaire, gravit d’une large dune, où des émanations huileuses s’échappaient d’une douzaine de petites cheminées surmontées de chapeaux en forme de gargouille et où d’épaisses chenilles en bois soulevaient le sable. Sur la plate-forme arrière du chariot, des douzaines d’hommes et de femmes armés accompagnaient le prêtre. Le chariot de Kor Phaeron traînait une sorte de château avec au sommet une icône dorée qui représentai le livre en feu, un symbole d’allégeance et de foi qui était l’emblème du Covenant de Vharadesh et qui deviendra le futur symbole de la XVIIe Légion. Autour de la machine de Kor Phaeron, des véhicules possédant des pneus ballon pour évoluer sur le désert mouvant, des quads de deux passagers et des cavaliers accompagnaient le prêtre dans sa quête missionnaire, montés sur des arpenteurs du soleil ornés de rubans et de fanions délavés, la bannière noire et rouge d’un drapeau de prière flottant à l’arrière de chaque éclaireur. C’était les fidèles que Kor Phaeron avait rallié au fil de ses prêches, servit lui-même par de nombreux esclaves. À la tête de cette caravane, Kor Phaeron se dédiait à prêcher la foi du Covenant - baptisée la Vérité - aux peuplades nomades du désert de Colchis.[1]

La Découverte de Lorgar[modifier]

« Viens avec moi, Lorgar. Je t’enseignerai les Puissances et la Vérité. »
- Kor Phaeron au jeune enfant retrouvé par la tribu des Réprouvés.

Le Porteur de la Parole voyagea sur toute la planète, convertissant à tour de bras. Mais un jour semblable à tous les autres, il rencontre une petite tribu nommés les Réprouvés.

Bien accueilli par les Réprouvés, Kor Phaeron éprouva une sincère joie de pouvoir ainsi délivrer son sermon dans de bonnes conditions. Bien que l’impureté était répandue chez les Réprouvés, symptôme à ses yeux de leurs mœurs impies, Kor Phaeron était un sincère croyant qui considérait qu’on ne pouvait priver les plus déshérités de la Vérité car à quoi bon porter la Parole des Puissances - divinités vénérés par le Covenant - à ceux qui la respectaient déjà ? Ce fut d’ailleurs cette approche missionnaire qui lui valu d’avoir été banni, renforçant sa certitude que la Vérité résidait dans les étendues sauvages entre les villes de Colchis.

Il fit la connaissance de Fan Morgai, chef des Réprouvés et après que les traditions d’hospitalités furent respectées, Kor Phaeron prêcha la Vérité avec enthousiasme, appuyant ses propos de gestes théâtraux et posant ses yeux noirs sur chaque membre de son auditoire en un mouvement leste, comme on le lui avait appris dans les salles de l’Orastre à Vharadesh. Dévoré par le zèle qui enflammait son discours, il lut de la compréhension sur les visages de son public dont le sermon du Porteur de la Parole touchait et rappelait leurs tristes conditions. Les Réprouvés étaient captivés par ces paroles, si différentes des discours rébarbatifs que les autres missionnaires leur avaient servis pour les rallier à leur cause, ce qui montrait déjà le grand talent de Kor Phaeron dans l’art oratoire.

Mais durant son prêche, quelle que chose semblait détourner régulièrement l’attention des Réprouvés et de Fan Morgai, leurs regards s’attardant trop souvent sur la tente principale au centre du campement, une large structure conique rayée de blanc, de noir et de rouge, brodée de constellations sacrées. Exaspérée, il exigea de savoir ce que refermait cette tente, soupçonnant une archéotechnologie datant du Temps Jadis. C’est alors qu’un enfant sorti de la tente, et dès que Kor Phaeron vit ses yeux violets, il sut immédiatement que sa vie serait changé à jamais. Il fut foudroyé par une énergie incommensurable qui le mit à terre, mettant un terme à son univers tel qu’il était et augurant l’avènement de l’Ère du Doré.

Se remettant de ce choc, il sut que l’enfant était habité par l’énergie des Puissances. Il retrouva le chef de la tribu des Réprouvés près de sa tente, et exigea des explications sur ce qu’il considérait être une hérésie, car il lui semblait blasphématoire que cet enfant touché par les Puissances puisse vivre chez des parias. Il apprit que l’enfant avait été trouvé dix-sept jours avant son arrivée (en mesures colchisiennes) par les Réprouvés et qu’il grandissait à vue d’œil. Les Réprouvés lui avait donné le nom qui signifiait dans le dialecte local "l’invocateur de pluie" où Lorgar.

Kor Phaeron exigea de l’emmener avec lui afin de l’élever - et surtout en priver le Covenant et les autres cultes de sa puissance. À sa surprise, l’enfant vint le voir, et accepta de le suivre, lui demandant juste de pouvoir conserver le nom de Lorgar en souvenir de la gentille des Réprouvés à son égard. Lorgar avait écouté le sermon de Kor Phaeron et souhaitait en apprendre plus sur les Puissances et sur la Vérité.

Ravi, Kor Phaeron emmena l’enfant avec lui, et alors que sa caravane s’éloignait des Réprouvés, il envoya un signal à ses soldats qui massacrèrent aux fusils l'ensemble du clan adoptif de Lorgar, éliminant les témoins de l’existence du jeune Primarque. Kor Phaeron ambitionnait de faire de Lorgar son disciple et l’outil qui allait lui permettre de réformer le Covenant et le purger de la corruption. Une nouvelle ère débutait.[2]

Le Maître et l'Élève[modifier]

« Marque sa chair afin que la Vérité marque son âme ! »
- Kor Phaeron ordonnant qu’on fouette le jeune Lorgar.
Il s’agit d’un tableau d’un Commémorateur inconnu, de l’époque de la Grande Croisade. L’image ne représente pas une illustration des événements réels, mais une représentation idéalisée d’événements qu’il n’a jamais vu, mais entendu et lu. L’artiste fut brutalement assassiné par Kor Phaeron, en raison de "blasphème", durant l’Hérésie d’Horus, car un mortel n’a pas le droit de représenter le Divin.
Surpris que Lorgar ne montre aucune émotion à l’exécution des Réprouvés, Kor Phaeron commença sans tarder la formation de son jeune élève. Le Porteur de la Parole souhaitait façonner Lorgar pour pouvoir en faire le nouveau prophète qui mettra à bas le Covenant, qu’il considérait comme décadent en abreuvant les fidèles de litanies apprises par cœur, dépourvues de foi et de passion. Il ambitionnait de le reformer selon sa vision et lui insuffler une nouvelle vigueur.

Le début de la relation fut marqué par la sévérité, Kor Phaeron exigeant à Lorgar qu’il l’appelle "Maître" ou Porteur de la Parole et d’arrêter de poser des questions - notamment sur la raison d’être des esclaves - à moins d’y être invité. Néanmoins, il avait la réelle motivation d’enseigner à Lorgar la Vérité. Il envoya le jeune Primarque vivre avec les esclaves afin d’apprendre l’humilité et le fait qu’ils étaient tous esclaves des Puissances.

Lorgar appris ces premières prières, comme celle du soir - le Vespéral, récité par Kor Phaeron à ses fidèles. Lors de la première leçon qu’il prodigua à son disciple, Kor Phaeron lui lut les Préceptes sur les Leçons de Dammas Dar, traduit de l’épicéen par Kap Daeron de Vharadesh, troisième impression, presses universitaires de Vharadesh. Cette leçon fut encore un moyen pour Kor Phaeron d’imposer son autorité en balançant une gifle au Primarque pour le punir de l’avoir interrogé. Plus tard, Kor Phaeron lui demanda ce qu’il avait appris de cette leçon. Pour réponse, Lorgar récita au mot prêt sa première leçon. Kor Phaeron le fit fouetter, afin de lui faire comprendre qu’il ne faut pas répéter comme un perroquet ce qu’on apprend, mais appréhender le sens des mots de saisir la Vérité sous-jacente.

Malgré ces traitements brutaux, le Porteur de la Parole voyait une véritable grandeur en Lorgar et considérait qu’il devait lui insuffler l’humilité afin qu’il soit digne des Puissances et lui faire comprendre qu’il servait leurs plans, et non une ambition mortelle. Dans sa foi, il croyait que Lorgar était la récompense de sa dévotion et de ses prières.

Le prêcheur passait beaucoup de temps avec Lorgar, lisant les textes et inculquant ses propres opinions au garçon qui avait retenu la leçon de son châtiment et prêtait autant d’attention à la substance des pamphlets qu’à leurs détails. Le jeune Primarque - qui grandissait à vue d’œil - se lançait souvent dans des débats sémantiques avec Kor Phaeron, lequel testait ses capacités à répondre aux accusations de blasphème et d’hérésie en le bombardant de doutes et de questions, comme le faisaient les païens.

Puis lors de la sixième Froidure après la découverte de Lorgar, Kor Phaeron consulta les messagers divins et leur demanda de les guider. Interprétant la course du ciel, il déclara qu’ils mettraient le cap vers Ad Drazonti, une oasis voisine. Durant ce voyage, Lorgar s’était rapproché des esclaves de Kor Phaeron et par son charisme et sa force surhumaine, il les aida dans leurs tâches quotidienne, allant jusqu’à faire chanter gaiement ses compagnons durant leurs travaux. Attiré par ce boucan, Kor Phaeron ordonna de faire fouetter les esclaves avant de tourner ses yeux vers Lorgar qui malgré le fait qu’il était devenu presque aussi grand que le Porteur de la Parole, tremblait de peur. Il gronda son disciple en lui rappelant qu’il fallait laisser les esclaves à leurs tâches car tel était leur place voulu par les Puissances et qu’il ne devait pas les en détourner. Éprouver de la pitié pour les esclaves revenait en effet à commencer à juger les Puissances. Penser qu’un individu ne méritait pas le sort auquel il était soumis était la porte ouverte à d’autres doutes - des doutes qui pouvaient mener à défier ouvertement les Puissances et la Vérité. Kor Phaeron compris qu’il devrait se montrer prudent, de crainte que Lorgar ne se mette à considérer les esclaves comme des victimes plutôt que comme des gens qui méritaient leur souffrance.

Voulant à tout prix éviter de suggérer l’éventualité que Lorgar puisse utiliser ses capacités naissantes, c’est à dire son charisme et son don oratoire, au profit d’une cause autre que celle de son maître, Kor Phaeron exigea de son disciple qu’il lui prête allégeance, ainsi qu’aux Puissances et de défendre la Vérité quoi qu’il en coûte. Lorgar s’exécuta puis fut condamné à être fouetté à son tour.

Arrivé à l’oasis d’Ad Drazonti il ordonna à son disciple de rester hors de la vue des autres caravanes présentes et malgré les protestations de Lorgar, curieux de découvrir cet endroit, une bonne correction suffit à Kor Phaeron pour faire détaler son récalcitrant élève. Il aperçu à ce moment que Lorgar n’avait pas la moindre trace des coups de fouet reçu la veille. Il gronda celui chargé d’appliquer ce châtiment mais devant la bonne foi de ce dernier, il ordonna à Lorgar de se dévêtir. Constatant la réelle surprise du bourreau devant l’absence de trace, Kor Phaeron compris que le fouet ne suffisait pas à punir réellement Lorgar. Il ordonna donc que cinq membres de sa caravanes, connu pour leur brutalité, et armée de masse, s’occupe de son disciple afin que son corps soit fustigé pour amener son âme à la pureté… Lorgar fut tabassé, son corps meurtri et saignant abondamment. Satisfait, Kor Phaeron décréta que tels seront les châtiments futurs de son disciple.

Quittant Ad Drazonti, la caravane pénétra dans les Plaines Arides, un lieu dangereux où les tempêtes de sable étaient nombreuses. Le voyage à travers les Plaines Arides se mua en un véritable calvaire, une lutte contre un environnement de plus en plus féroce, la caravane perdant certains des véhicules qui la composait. Elle atteignit la défunte cité connue sous le nom de Dernier Refuge, où Sarragen. Kor Phaeron s’y sentait attiré et il était sûr que les augures qui lui étaient apparus auparavant indiquaient que sa destinée serait accomplie en ce lieu. Ce qui sera le cas.

C’est là, lors d’une énième leçon, que Lorgar implora Kor Phaeron de lui laisser la possibilité de lire les livres du Porteur de la Parole, aux langages indéchiffrables, même pour Kor Phaeron. Le jeune Primarque désigna pour la première fois Kor Phaeron comme étant son "père", ce qui changera radicalement la relation entre eux deux dans le futur. Néanmoins, Kor Phaeron rejeta dans un premier temps cet acte d’amour de Lorgar, n’y voyant qu’un moyen de le manipuler par les sentiments. Il ordonna évidemment qu’il soit châtié pour ces mots mais à sa grande stupeur, il fit face au refus de ses convertis d’appliquer la sévère punition, de peur de lever la mains sur celui qu’il voyait comme un envoyé des Puissances. Pour beaucoup, Kor Phaeron avait accompli son destin en trouvant l’enfant et devait le reconnaître comme le prophète des Puissances. Le prêcheur faillit être exécuté avec un nœud coulant par ses convertis mais fut sauvé in extremis par… Lorgar. Le jeune Primarque exigea qu’on libère son "père" mais certains refusèrent car ils considéraient secrètement que Lorgar était une abomination, et non un cadeau des Puissances. Ils attaquèrent le jeune disciple, et se firent massacrer, quelque uns parvenant à s’échapper dans le désert.

Kor Phaeron contempla le carnage bouche bée, une lueur de triomphe et de fierté éclairant son regard tandis qu’il considérait le massacre commis par son disciple. Pour le première fois, Kor Phaeron nomma Lorgar "son fils".

Lorgar partit dans le désert pourchassé les survivants, armé d’une massue avec un globe de fer à pointe sur le manche, afin d’empêcher la nouvelle de son existence se propager jusqu’à Vharadesh, ce qui était la crainte de Kor Phaeron. Lorgar ne revenant pas après trois jours de traque, Kor Phaeron sentit le désespoir et la crainte du trépas de son disciple. Il faillit mettre le feu à ses nombreux livres dont il ne comprenait pas l’écriture. Un instant avant d’y mettre le feu, il apprit le retour de Lorgar, triomphal.

Kor Phaeron proclama devant l’ensemble de la caravane qu’il avait fait son temps et qu’à présent, Lorgar deviendrait le nouveau Porteur de la Parole, ployant le genou devant le Primarque, à la surprise de tous.[3]

La Dernière Guerre[modifier]

Lorgar prêcha à de nombreuses tribus, suscitant bien plus de fidélité et d’adhésion que Kor Phaeron. Le nombre de convertis augmentait sensiblement, et bientôt la caravane de l’ancien Porteur de la Parole était plus grande que jamais. Kor Phaeron continua à étudier et à débattre sur de nouvelle bribe d’information extraite de livres qu’il avait enfin autorisé à Lorgar de lire. Kor Phaeron ne prit pas ombrage de ce changement de statut, car Lorgar se révéla être le meilleur défenseur de ses idées, et son influence sur le Primarque restait très forte. Il profita notamment du talent pour la traduction de Lorgar, lui permettant à avoir accès aux informations contenus dans les nombreux livres écrit dans des langues inconnues, notamment un contenant de la poésie ou un guide sur l’art culinaire !

Un jour, Kor Phaeron fut présent lors de la première crise de Lorgar, ce dernier se mettant à entendre une musique que les autres ne pouvaient percevoir. Le Primarque fut secoué de spasmes et Kor Phaeron tenta de le réconforter avant d’être le premier à apprendre de la bouche de son ancien disciple qu’il avait vu la Vérité dans des visions et qu’un être baptisé l’Unique arrivait, vêtu d’or et d’étoiles descendant de l’Empyrean sur les ailes d’un aigle. Kor Phaeron, dans le rôle de conseiller de Lorgar, tenta de comprendre la signification de ses visions inédites avant d’annoncer à Lorgar que cela était le signe des Puissances qu’il devait devenir le chef du Covenant.

Lorgar accepta cette analyse et décida de s’emparer de Vharadesh. Kor Phaeron fut ravi, attendant depuis longtemps l’occasion d’affronter son ancienne Église depuis son exil. Il fut néanmoins stupéfait quand Lorgar lui annonça qu’il porterait un nouveau credo, celui de l’Unique, et qu’il allait convertir les masses d’esclaves de la planète pour prendre d’assaut la cité sacrée de Colchis.

Le premier acte de cette entreprise fut lorsque la caravane prit la direction des mines de Taranthis où de nombreux esclaves du Covenant travaillaient sous un soleil de plomb. Kor Phaeron exigea que les prêtres du Covenant sans aillent, les accusant d’être des hérétiques avant d’expliquer à un Lorgar impatient de prêcher qu’il faillait montrer sa force et faire preuve de violence si on voulait imposer sa vision des choses. L’affrontement commença, les hommes du Covenant les attaquant. Lorgar se déplaçait à une vitesse stupéfiante, massacrant les soldats du Covenant et fut aidé par des fidèles qu’il avait converti. Kor Phaeron observa les combats, inquiet du fait qu’ils étaient surpassés en nombre mais empli d’une soudaine énergie bouillonnante transmise par les Puissances, inspiré par la vue du Porteur de la Parole assailli de toutes parts, le prêtre s’empara d’un fusil, et après avoir harangué les fidèles d’un sermon fanatique, il se jeta dans le champ de bataille, suivit par des foules d’esclaves prêtes à mourir pour Lorgar. Les pertes furent lourdes mais acceptables pour Kor Phaeron, satisfait que cette bataille montre à Lorgar le prix à payer pour la victoire de son credo. Mais Lorgar lui prouva que la foi et l’espoir étaient les plus grandes des armes lorsqu’il prononça un discours pendant des heures devant les mines barricadés, s’adressant aux esclaves qui y étaient enfermés et exploités, les appelant à se libérer de leurs chaînes au nom de l’Unique. Kor Phaeron fut ébloui de voir que les milliers d’esclaves brisèrent leurs chaînes et rejoignirent son fils adoptif, lui prouvant encore une fois le pouvoir des Puissances.

Kor Phaeron fut chargé de l’organisation et du tri des nouveaux venus. Il jeta les bases de l’organisation et de la structure du mouvement né dans le sang sur Tharandis : Lorgar sera le futur Ecclésiarque du Covenant tandis que lui sera l’Archidiacre de Vharadesh. À lui les corps. À Lorgar leurs âmes.

Suite à cette première victoire, la nouvelle armée de Lorgar fut guidée par Kor Phaeron vers Meassin, où le Covenant supervisait des plantations de coton et de lin, y faisant trimer dix mille esclaves. Lors du voyage, il dut soutenir Lorgar prit de nouveau par des crises mystiques, qui annoncèrent l’arrivée prochaine de l’Unique, accompagné cette fois d’un magus, vêtu de bleu, et doté d’un seul œil qui luisait de l’éclat des Puissances. Kor Phaeron y vit un bon présage pour leur avenir, où la vérité sera enfin entendu de tous - et où lui, Kor Phaeron sera enfin Archidiacre du Covenant, comme il se doit, évidemment…

Les victoires s’enchaînèrent pour Lorgar et Kor Phaeron, de Meassin à Ahesh Ahuk, et de là à Kofus sur les plaines de lave de Toursas, et dans les plantations de Seasas et d’Ouresh où les armées du Covenant furent écrasés et les esclaves libérés par milliers. L’armée de Lorgar affronta au Cratère du Chagrin le Ver Royal - un gigantesque monstre de deux cents mètres, couvert d’écailles rouge et or étincelantes et dont la tête était surmonté d’une sorte de collerette osseuse qui lui entourait le cou. Kor Phaeron fut frappé par le désespoir en voyant son fils adoptif avaler par le monstre avant de regarder stupéfait le Primarque tuer la bête de l’intérieur et ressortir du gosier du Ver Royal terrassé, débutant une légende qui allait amener plus de partisans à leur cause, avides de servir sous les ordres du "Tueur de Vers".

Continuant leur périple vers Vharadesh, l’armée de fidèles atteignit les premières routes qui menaient à la célèbre Vharadesh, où des esclaves trimaient dans les champs sous les fouets des superviseurs du Covenant. Kor Phaeron appela les convertis à la prudence et de l’appeler Kor Adaon - car il n’était pas le bienvenu sur ces terres. Il ordonna à Lorgar de se cacher pour éviter le risque de rumeurs de son arrivé se propager jusqu’à Vharadesh. Laissant l’armée de Lorgar camper à deux kilomètres de la cité, Kor Phaeron rejoignit Vharadesh avec une petite troupe afin d’entamer des discussions diplomatiques. Stopper à l’entrée par des gardes, il fut étonné de constater qu’on attendait son arrivée et qu’il ne subissait pas d’hostilités de leur part. Lorsque les gardes lui présentèrent les dépouilles des six hiérarques et celui de l’Ecclésiarque, assassiné par les dévots convertis par les paroles de Lorgar, Kor Phaeron compris qu’il était victorieux. Vharadesh se tenait prête à accueillir son véritable seigneur, Lorgar, Porteur de la Parole - et Kor Phaeron son fidèle bras droit.

Devenue véritablement Archidiacre de Vharadesh, Kor Phaeron procéda à des purges afin d’éliminer "discrètement" ses opposants ainsi que leurs familles. Colchis était en tension politique, car de nombreux ennemis de Kor Phaeron avaient trouvé refuge dans d’autres villes. L’Archidiacre mis en place une organisation autour de lui, une confrérie baptisée le Cœur Sombre, constituée de partisans cyniques qui recherchaient à préserver l’idéal de la Vérité et des Puissances, motivé par la méfiance envers l’Unique prêché par Lorgar.

Néanmoins, Kor Phaeron observa fièrement Lorgar prêcher dans le ville sainte, mais fut refroidie et furieux de l’entendre par la suite annoncer aux fidèles conquis par son charisme que le nouveau credo devait se propager dans l’ensemble de la planète afin que l’Unique descende du ciel pour les rejoindre. Il se disputa avec Lorgar, soulignant que ces paroles étaient une déclaration de guerre contre les autres cités. Imperturbable, Lorgar lui assura que la force du Verbe triomphera, ce à quoi Kor Phaeron lui apporta son soutien. Durant la croisade de Lorgar, Kor Phaeron resta à Vharadesh, renforçant son emprise et son pouvoir sur la ville sainte, tout en faisant réparer et fortifier les murailles - on ne sait jamais…

Heureusement, l’entreprise militaire et religieuse de Lorgar fut un retentissant succès, beaucoup de ville accueillant avec joie les paroles du Primarque. Mais d’autres résistèrent jusqu’au bout, balayé par le fanatisme religieux des fidèles du Porteur de la Parole.

Kor Phaeron, durant tout ce temps, chargea ses hommes, regroupés dans une organisation baptisée la Confrérie du Couteau, de devancer la troupe de Lorgar et de rallier les villes où l’opposition était encore forte. Par leurs paroles et leurs actes, ils sapaient la détermination des défenseurs, allant parfois jusqu’à renverser la ville par un coup de force ou par un autre biais avant l’arrivée des fidèles de son fils adoptif. En parallèle, entouré d’une coterie de hiérarques, Kor Phaeron supervisait la gestion des hordes de nouveaux adeptes initiés aux croyances du Covenant et qui avaient rallié Vharadesh. Jamais il ne dévia de la Parole de Lorgar malgré son adhésion au culte de l’Unique, mais il en profita pour enseigner aux nouveaux fidèles l’importance de l’obéissance et de la discipline, les vertus du sacrifice et la nécessité de la détermination. Ainsi modelés, armés et formés, ces fidèles étaient renvoyés à travers les déserts pour rallier leur force à la troupe de Lorgar, si bien que pour chaque serviteur de l’Unique qui tombait en conquérant les récalcitrants, dix autres prenaient sa place. Mais Kor Phaeron fut soupçonné d’avoir organisé durant la conquête de son fils adoptif des massacres inutiles par l’intermédiaire d’armées dissidentes, menées par des diacres de guerre trop zélés ou par des adeptes réfractaires qui attaquaient gratuitement, assiégeaient et pillaient des villes et des cités sans connaissance ou autorisation préalables de Lorgar. Si l’objectif était de mater toute résistance par ces démonstrations de force, l’effet fut inverse : la résistance envers l’emprise du Covenant se renforça contre Lorgar.

Lorgar revint à Vharadesh plusieurs années après son départ, ayant conquis quasiment l’ensemble de Colchis, à part la ville de Gahevarla. Il retrouva Kor Phaeron à son bureau ; lui exprimant ses doutes sur ses visions, son dégoût de la guerre et sa crainte des mystérieuses technosorcelleries qui protégeaient Gahevarla. Kor Phaeron en profita pour lui montrer sa dernière œuvre : la retranscription par écrit des paroles, sermons et conversations tenus par Lorgar au fil des années dans le but d’en faire le principal livre saint de Colchis.

Finalement, Gahevarla tomba, unifiant Colchis sous le Covenant de Lorgar et de Kor Phaeron. Lors de leur retour triomphal, les fidèles de Lorgar découvrirent une nouvelle Vharadesh, celle de Kor Phaeron : toutes les réjouissances avaient été bannies de la ville, si bien qu’une atmosphère austère et respectueuse les accueillit. Les rues étaient encombrées d’ordonnés, de prêtres et de diacres, qui inclinaient la tête en signe de respect pour le retour de leur héros. Une grande partie de la ville avait été nivelée. L’ancienne académie était désormais une vaste place, carrelée d’or et d’argent. Des icônes de l’Unique en mosaïque décoraient les murs des bâtiments, là où des temples et des ossuaires avaient été démolis et reconstruits, littéralement modelés à l’image du Covenant. Des statues de Kor Phaeron et de Lorgar en marbre et en granit, en or et en argent, en albâtre et en calcaire peint avaient partout été placés. La victoire de Lorgar offrait indirectement Colchis à Kor Phaeron, car il avait mis en branle des plans visant à s’assurer la pérennité de sa domination, sans compté que le succès de Lorgar à Gahevarla cimentait sa position plus sûrement que toute autre chose. Il valida le désir de Lorgar de purger le Covenant des derniers vénérateurs des Puissances afin que seul le culte de l’Unique demeure, ce que Kor Phaeron valida, lui qui était pourtant resté secrètement un dévot des Puissances… L’Archidiacre rentra en conflit avec son ancien esclave, Nairo, devenu au fil des ans un intime de Lorgar et ayant combattu à ses cotés durant sa croisade. Devant la perspective d’une purge menée par Kor Phaeron, Nairo tenta d’ouvrir les yeux à Lorgar qui demeurait, malgré sa position, le jouet de Kor Phaeron. Mais Lorgar restait attaché à son père adoptif, et lorsque Nairo tenta de poignarder Kor Phaeron, le Primarque le défendit en écrasant de sa masse le pauvre Nairo. Kor Phaeron avait à travers Lorgar, triomphé et mis Colchis sous sa coupe.

Puis Il arriva.[4]

KorPhaeronLogo.jpg

La Grande Croisade[modifier]

Le Premier Capitaine Kor Phaeron.
Finalement, un an après sa victoire totale, Lorgar accueillait l’Unique : l’Empereur de l’Humanité, accompagné de Son "magus", qui n’était autre que Magnus le Rouge, Primarque des Thousand Sons. L’Empereur offrit à Lorgar le commandement de la Légion des Word Bearers et Lui ordonna de faire de ses meilleurs guerriers des Space Marines qui formeraient sa garde prétorienne. Lorgar accepta cet honneur et décréta qu’il quitterait Colchis pour prendre sa place aux côtés de l’Empereur. Il désigna ses plus fidèles partisans pour régenter la planète en son absence, revêtit son armure et partit en compagnie de l’Empereur et de Magnus. Dans ses bagages, il emmena Kor Phaeron avec lui. Mais le père adoptif du Porteur de la Paroles était déjà trop vieux pour devenir un Space Marine. Il reçut néanmoins les implants d’organes et les manipulations génétiques pré-adolescentes pour pouvoir devenir un Astartes. En lieu et place, par le biais de traitements réjuvénants, de bionisation coûteuse et de façonnage génétique limité, Kor Phaeron avait tout de même été élevé au-dessus du genre humain, comme signe de la valeur que le Primarque voyait en lui. Bien qu’ayant laissé l’Humanité derrière lui, Kor Phaeron ne s’était pas hissé au rang des authentiques Astartes et cela provoqua un mépris envers lui dans les rangs de nombreux Word Bearers pour qui il était impur et pas des leurs.

Kor Phaeron profita du népotisme de Lorgar pour devenir le Premier Capitaine de la XVIIe, devenant de facto le second de la Légion. Il reçut une armure de l’élite de la Légion qui le faisait dépasser d’un bon mètre les autres Capitaines, revêtu de couches de céramite sculptée avec révérence, aussi épaisses que le blindage de coque d’un char de combat. Il portait souvent des gantelets surdimensionnés, achevés par des griffes s’étendant de chaque doigt, leurs lames individuelles aussi longues et incurvées que les faux primitives.

Kor Phaeron participera à la Grande Croisade et engrangera de nombreuses victoires. Mais il marquera surtout la Légion par ses prêches et ses professions de la Parole de Lorgar avec un discernement que nul autre dans la Légion ne possédait, et sa sagesse enflammait les sangs de beaucoup. Ainsi, si il ne jouissait pas d’un grand amour, il avait gagné le respect de beaucoup de ses frères Astartes.

Ahzek Ahriman, qui passa cinq années en compagnie des Word Bearers, qualifia Kor Phaeron d’esprit empli de certitudes zélatrices que ne pouvaient ébranler ni la logique, ni la raison ou le débat. Pour soutenir ses affirmations, Kor Phaeron avait rencontré, en compagnie de Lorgar, la Cour du Phénix du monde d’Héliosa, un gouvernement polyarchique composé des divers rois et seigneurs du système. Rejeté par la Cour, Kor Phaeron avait déclaré indésirables de vastes pans de la culture indigène et en conséquence de quoi pratiquement chaque lieu dépositaire de savoir, d’art, de littérature et d’histoire avait été rasé par les flammes durant la Bataille du Piton du Phénix qui suivit, privant l’Imperium d’un vaste savoir.[5]

Durant ses campagnes, il constata que de nombreuses cultures sur de nombreux mondes assujettis, mais n’ayant aucun lien historique entre elles, possédaient des croyances religieuses dont les racines étaient similaires à celle de l’Ancienne Foi de Colchis, celle qui vénérait les Puissances avant l’avènement du culte de l’Unique. Avec la complicité d’Erebus, Premier Chapelain des Word Bearers et second Astartes le plus influent de la XVIIe Légion, Kor Phaeron sauvegarda des vestiges de ces cultures. Ainsi, lors de la Conformité du monde d’Hiérapolis, sous couvert de purger les cultes hérétiques qui résistaient à la Vérité Impériale, Kor Phaeron organisa la fuite des adeptes des Puissances avant de détruire leur sanctuaire et ramenant la dépouille de leur chef pour faire bonne figure, s’assurant que les cultistes trouvent refuge et sauvegardent leur foi dans les Dieux du Chaos. Il noyauta certains Chapitres de la Légion, comme le Cercle des Cendres, de guerriers qui avaient secrètement foi dans les Puissances, attendant leur heure.

Soulignons que l’un des mondes que Kor Phaeron et Erebus sauvegarderont se nommait Davin…[6]

La Destruction de Monarchia[modifier]

Une quarantaine d’années avant la chute d'Horus, sur le monde de Khur, anciennement conquis par les Word Bearers, un événement bouleversa l’histoire. Exaspéré par la lenteur des conquêtes de la XVIIe Légion, plus préoccupée à convertir les masses et à bâtir des cathédrales que conquérir rapidement les étoiles, l’Empereur ordonna au Primarque des Ultramarines, Roboute Guilliman, de réduire en cendres les principales villes de Khur, notamment la cité de Monarchia, d’une importance religieuse et symbolique particulière pour les Word Bearers. Suite ces destructions, Lorgar fut convoqué sur la planète en ruine, et avec toute sa Légion, il dut plier le genou devant l’Empereur Lui-même dans les cendres de Monarchia. Sous les yeux de Guilliman et de Malcador le Sigillite, le Maître de l’Humanité réprimanda Logar et toute sa Légion, critiquant leur volonté de répandre un culte religieux le divinisant, entrant en totale contradiction avec la Vérité Impériale, athée et séculière.

Lorgar en fut humilié et anéanti, hurlant de désespoir. Se relevant suite à cette humiliation, Kor Phaeron se dirigea vers son fils adoptif brisé et lui demanda de partir avec lui après la violente dispute entre Lorgar et Guilliman, en profitant pour lancer un regard venimeux au Maître d’Ultramar. Il ordonna à l’ensemble de la Légion de retourner en orbite avant de rejoindre Lorgar dans ses quartiers personnels.

Là, Lorgar ordonna que cesse le culte de l’Empereur mais l’état de souffrance de son fils adoptif révolta Kor Phaeron qui néanmoins, y voyait l’occasion rêvé pour substituer la culte de l’Empereur par celui de l’Ancienne Foi de Colchis, celle des Puissances et de la Vérité, sachant que Lorgar était un être qui avait besoin d’un dieu à vénérer.

Rejoint par Erebus, Kor Phaeron avoua à Lorgar qui se remémorait alors l’arrivée de l’Empereur sur Colchis qu’il n’avait vu qu’un dieu doré amenant que le massacre et la mort, mais qu’il avait fait confiance à l’opinion que Lorgar s’était forgée dans son cœur, pas à la sienne. Puis il révéla au Primarque l’existence des cultures planétaires ayant pour base les mêmes racines que celle de l’Ancienne Foi. Apprenant que Kor Phaeron avait fait exprès de ne pas appliquer une parfaite et totale conversion sur les mondes conquis, Lorgar étrangla son père adoptif mais relâcha sa poigne à temps suite aux suppliques d’Erebus. Le Premier Chapelain, allié de Kor Phaeron, convainquit Lorgar qu’il devait y avoir une vérité divine derrière tant de correspondance dans les religions de peuples n’ayant rien à voir l’un avec l’autre, parvenant à convaincre le Primarque qui entreprit son fameux pèlerinage qui le mènerait dans l’Œil de la Terreur. Là, Lorgar embrassera le Chaos et chargera Kor Phaeron et Erebus de mener les purges nécessaires pour permettre la conversion absolue des Word Bearers au culte du Panthéon Chaotique.

Ce que peu savaient, c’était que Kor Phaeron avait placé des Chapelains et des Capitaines voués aux préceptes de "l’Ancienne Foi" à travers les rangs de la Confrérie en préparation de ce jour. Cette organisation fidèle à Kor Phaeron répondait au nom de Confrérie, ou de Cœur Noir, l’organisation mis en place par Kor Phaeron sur Colchis durant la croisade de Lorgar pour conserver le culte authentique des Puissances. Sur Therevad, il incendia la bibliothèque des Word Bearers contenant les livres saints vénérant l’Empereur, et fit massacrer une centaine de ses frères d’origine Terran, afin de s’assurer que les derniers représentants des Imperial Heralds - premier nom de la XVIIe Légion avant la découverte de Lorgar - disparaissent à jamais. Sur le monde de Karlstadt - Quarante-sept Un pour l’Imperium - premier monde assujetti par la Légion sous le commandement de Lorgar, Kor Phaeron organisa un autodafé pour brûler les œuvres religieuses des Word Bearers, sous le regard des Custodiens chargés de les surveiller après Monarchia. Pour Kor Phaeron, une fausse religion mourrait pour permette à la vraie foi de s’imposer.[7]

KorPhaeronLogo.jpg

L'Hérésie d'Horus[modifier]

Kor Phaeron durant l’Hérésie d’Horus.
Kor Phaeron se tint aux côtés de son Primarque lors de l’Hérésie d’Horus, hérésie dont il fut, avec Erebus, l’architecte et l’inspirateur. Durant la préparation de la rébellion, Kor Phaeron obtient le titre de "Maître de la Foi", montrant la position d’influence qu’il gagna durant la "conversion" au Chaos de sa Légion.[8]

Le Massacre du Site d'Atterrissage[modifier]

Kor Phaeron fut présent lors de la Bataille de Isstvan V. Avant le combat, en orbite autour de la planète, il était au côté de Lorgar sur le Fidelitas Lex, vaisseaux amiral du Primarque, recevant les représentants des quatre Légions Renégates - dont Curze, Perturabo et Alpharius. Il sera témoin du pacte scellé entre eux avant de partir régler le sort des Loyalistes sur le site d’atterrissage de Isstvan V.

Arrivé sur la planète, Kor Phaeron encouragea son fils adoptif d’ordonner l’acte de trahison suprême qui vit la destruction de la Raven Guard, des Salamanders et des Iron Hands. Se bornant à continuer à l’appeler "mon garçon", Kor Phaeron rappelait à un Lorgar soudainement hésitant et perturbé par sa trahison qu’il était son fils, et non celui de l’Empereur.

Mais quand Lorgar partit rencontrer son frère Corvus Corax sur le temps de bataille, l’arrogance du Maître de la Foi s’effaça, remplacé par une réelle crainte de voir Lorgar se faire tuer face au Seigneur Corbeau, bien plus talentueux que l’Urizen dans l’art martial. Il hurla à Lorgar de revenir, terrifié à l’idée qu’il se fasse tuer. Finalement Lorgar en ressortira grièvement blessé, mais vivant.

Par la suite, il fut chargé par Lorgar de commander la puissante flotte de la Légion vers l’une des plus terribles batailles de l’Hérésie, sur un monde d’Ultramar : Calth.[9]

La Bataille de Calth[modifier]

L’Anathème de Kor Phaeron[10]

Un Anathème est un fragment de l’Anathame, l’arme emplit d’énergie Warp qui avait permit la corruption d’Horus durant la Bataille de Davin. De la taille d’un poignard, les Anathèmes furent créer par Erebus qui brisa l’Anathame et huit morceaux durant un rituel hérétique. Avant l’invasion d’Ultramar, Erebus, qui avait apprit à maîtriser le pouvoir de créer des failles Warp en maniant l’une de ses armes, assurant à son porteur de voyager à des distances impossibles et en tout lieu dans la galaxie, convoqua sept champions Word Bearers, en qui il voyait de la grandeur, sur Davin. L’un d'eux était Kor Phaeron. Là, il leur remis l’un des Anathèmes.

L’Anathème sauvera la vie de Kor Phaeron de la destruction de son vaisseau, l’Infidus Imperator, et lui permettra de rejoindre à travers la faille Warp - sorcellerie qu’il appris à manier rapidement - le Monde Démon de Sicarus.

Kor Phaeron commanda la flotte des Word Bearers vers Calth, situé dans le système de Veridia, où la Légion des Ultramarines, avec Roboute Guilliman à sa tête, les attendait. Le Maître de Guerre Horus avait chargé la XVIIe Légion d’éliminer la puissante XIIIe Légion, profitant du ressentiment des fils de Lorgar envers les Ultramarines depuis Monarchia. Prétextant un soi-disant rassemblement des deux Légions pour attaquer un empire Ork, les Word Bearers prirent position autour de Calth et débarquèrent une partie de leur troupe sur la planète sur l’invitation des Ultramarines.

Sur son navire amiral, l’Infidus Imperator, Kor Phareon observa la destruction provoquée par le Campanile, vaisseau Ultramarine capturé par les Word Bearers avant son arrivé dans le système de Veridia et envoyé à pleine vitesse frapper la concentration des vaisseaux de la XIIIe Légion, provoquant une destruction hors norme. Après que Lorgar ait, en sa présence, révélé à Guilliman sa trahison et celle d’Horus en plateforme hololithique, il laissa la flotte du Cardinal Noir attaquer leurs ennemis Ultramarines.

Dans le même temps, le croiseur des Ultramarines Samothrace fut abordé par les Word Bearers et son équipage loyaliste massacré. Kor Phearon rejoignit à son tour le Samothrace pour ensuite s’amarrer à la principale plate-forme de défense orbitale de Calth, le chantier de Zetsun Verid. En parallèle, la flotte des Word Bearers bombarda l’hémisphère sud de Calth.

Kor Phaeron et ses hommes prirent le contrôle de la grille de défense de Calth. L’objectif de cette prise trouva son sens lorsque Erebus, qui menait un rituel blasphématoire sur Calth, le contacta pour lui ordonner de déclencher l’armement des plates-formes. Par leurs efforts surhumains, Erebus et Kor Phaeron avaient transformé la planète entière de Calth en un temple, un autel sur lequel offrir leur ultime sacrifice. Erebus avait par son rituel, rendu plus fine la membrane de la réalité et ouvert l’épiderme de l’Immaterium. L’autel était consacré. Alors Kor Phaeron s’avança et posa sa main gauche sur le bouton de commande principal. Le Maître de la Foi ouvrit le feu sur les planètes et les planétoïdes environnants dans le système de Veridia, en commençant par l’astéroïde manufactoria du Mechanicum, la Forge Veridia. Il fut responsable de l’empoisonnement de l’étoile du système dont les rayonnements empoisonnés créèrent une atmosphère mortelle sur Calth, forçant sa population à trouver refuge sous la surface. Par cet acte, Kor Phern apporta le dernier élément du rituel d’Erebus que déclencha la Tempête de la Ruine, une tempête Warp titanesque qui allait couper pour de nombreuses années le Ultramar du reste de l’Imperium, isolant les Ultramarines pour les empêcher d’intervenir contre Horus.

Durant le reste de la bataille, Kor Phaeron resta sur le chantier de Zetsun Verid. Là, on lui amena un jeune Word Bearer qui avait été jeté en cellule pour avoir assassiné l’un de ses hommes de confiance, Bel Ashared, membre du Cœur Noir, son organisation secrète datant d’avant l’arrivé de l’Empereur su Colchis. Intrigué, le Cardinal Noir sentit la puissance qui émanait de ce novice avide de recevoir l’enseignement de Kor Phaeron, car il avait éliminé Bel Ashared qui n’était, à ses yeux, pas assez compétent. Le Cardinal Noir accueillit le jeune novice qui connaîtra sa propre gloire dans le futur. Il se nommait Marduk

Kor Phaeron durant la Bataille de Calth.
L’acte final de la Bataille de Calth eu lieu sur le chantier de Zetsun Verid, lorsque Roboute Guilliman mena l’assaut, utilisant le réseau de téléportation de son vaisseau amiral, le Macragge’s Honour. Imprégné de la puissance brute du Warp, Kor Phaeron, qui savait que ce moment adviendrait, fit face à Guilliman et grâce à sa sorcellerie, il parvint à l’immobiliser. Son Anathème en main, le Cardinal Noir s’approcha du Primarque, pressant la lame sur la gorge de Guilliman. Mais alors qu’il aurait pu l’éliminer, il suspendit le coup final et murmura plutôt une offre, promettant au Seigneur d’Ultramar une position d’honneur aux côtés d’Horus et de Lorgar, demandant seulement qu’il prête serment à ce dernier et au Chaos.

Pour toute réponse, le Fils Vengeur, qui avait rassemblé ses forces, frappa à travers l’armure de Kor Phaeron, transperçant sa chair et lui arrachant l’un de ses cœurs. Alors que les combats faisaient toujours rage, Kor Phaeron fut téléporté par ses hommes sur son vaisseau, l’Infidus Imperator. Durant son transfert, Marduk ne comprenait pas comment Kor Phaeron pouvait encore être vivant. Dans le creux où aurait dû se trouver son cœur principal, s’agitaient des ténèbres viles qui se tordaient tel un pseudopode. Une fumée huileuse courait dans ses veines et artères, giclait de là où celles-ci avaient été sectionnées et se dissipait dans l’air ambiant. Sa chair ravagée empestait la viande morte et les batteries déchargées.

Furieux, Guilliman contacta le Maître de Chapitre Marius Gage, présent sur le Macragge’s Honour, et lui ordonna de prendre en chasse Kor Phaeron et de l’éliminer coûte que coûte.[11]

Poursuite dans le Warp[modifier]

Pourchassé par le Macragge’s Honour commandé par le Maître de Bord Ouon Hommed et le Maître de Chapitre Marius Gage, l’Infidus Imperator quitta l’orbite de Calth en flamme. Kor Phaeron revient à lui, grièvement blessé, sur le pont médical de son vaisseau. L’utilisation de la sorcellerie permit néanmoins de refermer sa blessure.

Le Cardinal Noir ordonna de faire face au Macragge’s Honour, provoquant une canonnade brutale entre les deux vaisseaux et un abordage de nombreux Ultramarines sur son navire, commandé par le Capitaine Mersaror.

Kor Phaeron referma son piège en usant de la sorcellerie Warp pour faire téléporter ses propres Astartes sur le vaisseaux amiral Ultramarine, causant un carnage dans tous les ponts du vaisseau.

Se désengageant, la vaisseau de Kor Phaeron fonça dans le vide et grâce à l’Anathème en sa possession, il ouvrit une faille Warp, prenant de cours le Macragge’s Honour. Ce dernier entra à son tour dans le Warp par la faille créer par le Maître de la Foi et fut assaillit de toute part par l’Infidus Imperator qui maîtrisait bien mieux le Warp grâce à sa magie impie. Le Macragge’s Honour était au bord de la destruction, incapable de viser son ennemie. Heureusement pour les Ultramarines, le Capitaine Mersaror avait survécu au sein du vaisseau hérétique, et il verrouilla son signal de localisation avec celui du Macragge’s Honour.

Le vaisseau Ultramarine déchaîna toute sa puissance de feu, prenant totalement par surprise Kor Phaeron qui vit son navire se faire pulvériser. Kor Phaeron semblait définitivement éliminé, et le Macragge’s Honour repartit, perdu dans le Warp, recherchant un moyen de revenir dans la réalité.

Mais, au dernier instant, Kor Phaeron avait utilisé son Anathème, et avait crée une nouvelle faille Warp d’ou il s’échappa avec quelques membres de son équipage. Il arriva sur une planète désolé et ravagé par l’énergie de l’Empyrée. Les Puissances de la Ruine murmurèrent à Kor Phaeron le nom de ce lieu cauchemardesque situé dans l’Œil de la Terreur : Sicarus.[12]

Les Enfants de Sicarus[modifier]

Kor Phaeron arrivant sur Sicarus.
Dès son arrivé sur Sicarus, Kor Phaeron et ses compagnons furent assaillis par des Démons, mutants et hommes-bêtes. Le Cardinal Noir perdit plusieurs de ses guerriers durant les combats. Lors d’un répit, le cadavre de l’un des monstres convulsa et la voix d’une puissante entité parla à travers le corps brisé du monstre. Se présentant comme étant Larazzar, la voix du changement et le chef des neuf clans, il promit à Kor Phaeron de le détruire.

Suite à ces menaces, une silhouette en robe s’appuyant sur un bâton apparu. Se présentant comme étant la quatre-vingt-septième réincarnation du prophète Jepeth, il guida Kor Phaeron dans un sanctuaire, à l’abri des Démons et des monstres de Larazzar. Il les invita à pénétrer dans une fissure étroite d’une falaise, à l’abri des regards. Le Word Bearer Marduk, qui accompagnait Kor Phaeron, montra à son maître des inscriptions et des pictogrammes sur les murs dont certains représentaient des guerriers en armure lourde, se tenant plus haut que les hommes. Bien que grossières et usées par le passage du temps, les formes distinctes des armures et des casques étaient instantanément reconnaissables. L’un des géants portait un livre d’où jaillissaient des flammes, et bien que la plupart des couleurs de la fresque aient disparu depuis longtemps, il était encore possible de voir qu’elles avaient été peintes d’un rouge sang profond : l’arrivée de Kor Phaeron et des Word Bearers sur ce Monde Démon était attendu depuis longtemps.

Arrivé au refuge, les Astartes rencontrèrent les Enfants de Sicarus, des êtres sombres avec les visages et les bras tatoués de symboles et de motifs cultuels que Kor Phaeron connaissait bien : ceux de l’Ancienne Foi de Colchis. D’autres représentations montraient les Word Bearers traverser un portail de feu pour rejoindre Lorgar sur Terra, pour la bataille finale. Mais à sa grande horreur, Kor Phaeron vit une image de lui se trancher lui-même la gorge avec son Anathème pour ouvrir le fameux portail. Selon Jeeth, tel devait être sa destiné. Marduk y vit un sacrifice religieux digne des plus grands mais pour toute réponse, Kor Phaeron ordonna à Marduk de tuer Jeeth, refusant de suivre la prophétie, et de ne parler à personne de ce qu’il avait vu.

Puis Larazzar arriva, ravi d’avoir enfin trouver ce sanctuaire qui lui filait entre les doigts depuis trop longtemps. C’était un être grand et puissant, vêtue d’une armure bleu, possédant trois bras et portant une grande lance dont la pointe brûlait silencieusement d’une flamme d’azur, volant grâce à un disque flottant. À la place des cheveux, il avait des plumes, noires brillantes avec un reflet irisé et un troisième œil, bleu glacé et tacheté d’or, était ouvert sur son front.

Ravi que le prophète Jepeth, qui avait bloqué son ascension depuis longtemps, fut éliminé, Larazzar proposa un pacte à Kor Phaeron. Que le Maître de la Foi l’aide à prendre ce monde et à éliminer tout ses habitants pour connaitre l’ascension qu’il souhaitait et en échange, lui et sa Légion pourront s’y installer même après son départ, car leur chère Colchis brûlait. Apprendre que sa planète natale était en cendre choqua Kor Phaeron mais finalement, il accepta, tendant la main à Larazzar pour sceller l’accord. À cet instant, les Enfants de Sicarus furent assaillis de mutation, en vu d’accroître le pouvoir de Larazzar. Mais ce dernier ne vit pas Kor Phaeron se glisser derrière lui avant de lui trancher la gorge.

Kor Phaeron déclara que Sicarus lui appartenait et plus tard, il commença à faire bâtir des cathédrales et des temples dédiés aux Puissances de la Ruine, assurant les siens que Lorgar sera très heureux d’obtenir ce monde. Kor Phaeron savait au fond de lui-même que la guerre ne faisait que commencer et que Sicarus sera leur refuge durant la Longue Guerre qui s’annonçait.[13]

KorPhaeronLogo.jpg

Post-Hérésie[modifier]

Après la défaite d’Horus à la Bataille de Terra, Kor Phaeron resta le Word Bearer le plus puissant avec Erebus et l’un des Apôtres Noirs membres du Conseil Noir de la Légion, l’organe dirigeant de Sicarus, devenu le nouveau monde de la XVIIe.

Kor Phaeron engagea une lutte presque constante avec son rival Erebus pour le contrôle des Word Bearers, alors que le Primarque Démon Lorgar s’était enfermé dans une profonde méditation et ne jouait plus directement un rôle de premier plan pour les guider.[14] 

La Guerre de Talledus[modifier]

À la fin du 41e Millénaire, Kor Phaeron a récemment entrepris une grande opération pour permettre au Chaos de prendre pied dans le Segmentum Solar. Ciblant le sous-secteur Veritus, Kor Phaeron a planifié une invasion du système de Talledus peu de temps avant la formation de la Grande Faille. Le Cardinal Noir fulmina lorsqu’il apprit la résurrection de Guilliman, le Primarque qui lui avait arraché un cœur, mais profitant de l’éloignement du Fils Vengeur engagé dans la Croisade Indomitus, le Cardinal Noir assembla une conglomération d’alliés issus de plusieurs Légions et Chapitres renégats. Kor Phaeron a personnellement dirigé l’invasion du monde capital du système de Talledus, Benediction et entrepris des cérémonies occultes pour mettre à bas ce puissant bastion de l’Ecclésiarchie.[15] 

KorPhaeronLogo.jpg

Sources[modifier]

  • ABNETT DAN, La Bataille de Calth - Et ils ne Connaîtront pas la Peur, Black Library, 2012
  • ABNETT DAN & ROBERTS NEIL, Warhammer 40 000 - The Horus Heresy : L'Honneur de Macragge, Black Library, 2013
  • DEMBSKI-BOWDEN AARON, Le Premier Hérétique - Corruption, Black Library, 2010
  • HALEY GUY, La Marque de Calth : Les Fragments d'Erebus, Black Library, 2015
  • McNEILL GRAHAM, Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Black Library, 2010
  • REYNOLDS ANTHONY, Dark Disciple, Black Library, 2008
  • REYNOLDS ANTHONY, Dark Creed, Black Library, 2010
  • REYNOLDS ANTHONY, La Marque de Calth : Cœur Sombre, Black Library, 2015
  • REYNOLDS ANTHONY, Heralds of the Siege : Children of Sicarus, Black Library, 2018
  • THORPE GAV, Lorgar - Porteur de la Parole, Black Library, 2017
  • Warhammer 40 000 - Éveil Psychique : Foi et Fureur
  • Index Astartes du White Dwarf N°102 (Octobre 2002)
  1. Informations issues de Lorgar - Porteur de la Parole, Livre 1 : Révélation - 111 - 112 - 113 - 114 de THORPE GAV, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  2. Informations issues de Lorgar - Porteur de la Parole, Livre 1 : Révélation - 115 - 121 - 122 - 123 - 124 - 131 - 132 - 133 - 134 - 146 de THORPE GAV, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  3. Informations issues de Lorgar - Porteur de la Parole, Livre 1 : Révélation - 141 - 142 - 143 - 144 - 145 - 151 - 152 - 153 - 161 - 162 - 172 - 173 - 174 - 175 - 176 - 177 - 181 - 182 - 183 - 184 - 191 - 1101 - 1102 - 1111 - 1112 - 1113 - 1114 - 1115 - 1121 - 1122 - 1123 - 1124 - 1 125 - 1131 - 1132 - 1133 - 1134 de THORPE GAV, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  4. Informations issues de Lorgar - Porteur de la Parole, Livre 2 : Ascendant - 211 -212 - 213 - 214 - 215 - 221 - 222 - 223 - 224 - 231 - 232 - 233 - 241 - 242 - 243 - 244 - 245 - 251 - 252 - 253 - 254 - 261 - 262 - 263 - 264 - 271 - 272 - 273, Livre 3 : Invocation - 311 - 312 - 313 - 314 - 315 - 321 - 322 - 323 - 331 - 332 - 333 - 341 - 342 - 351 - 355 - 361 - 362 - 363 - 364 - 365 de THORPE GAV, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  5. Informations issues de Un Millier de Fils - Tout n'est que Poussière, Livre I : Au Royaume des Aveugles, Chapitre Six - Skarssen - Les Exigences de la Guerre - Wyrdmake, Livre II : Mutatis Mutandis, Chapitre Onze - Grièche - Une Bonne Guerre - Le Roi des Loups de McNEILL GRAHAM, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  6. Informations issues de l'Index Astartes du White Dwarf N°102 (Octobre 2002)
    Informations issues de Le Premier Hérétique - Corruption, Chapitre Deux - Soleil Dentelé - Dévastation - Aurelian, Chapitre Cinq - Les Anciennes Coutumes - Le Combustible de l’Âme - Des Yeux Neufs de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2010
    Informations issues de Lorgar - Porteur de la Parole, Chapitre - Les Braises de THORPE GAV, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  7. Informations issues de Le Premier Hérétique : Corruption, Chapitre Un - La Cité Parfaite - Les Faux Anges - Le Jour du Jugement, Chapitre Deux - Soleil Dentelé - Dévastation - Aurelian, Chapitre Trois - Le Sang Appelle le Sang - Sigillite - Le Maître de l’Humanité, Chapitre Quatre - Une Légion s’Agenouille - Si Ultramar Brûlait - Grise, Chapitre Cinq - Les Anciennes Coutumes - Le Combustible de l’Âme - Des Yeux Neufs, V : L’Écran de Fumée de DEMBSKI-BOWDEN AARON, Black Library, 2010
    Informations issues de Lorgar - Porteur de la Parole, Chapitre - Après Monarchia, Chapitre - La Confrérie, Chapitre - La Galaxie Brûle de THORPE GAV, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  8. Informations issues de Le Premier Hérétique - Corruption, Chapitre Vingt et Un - Machinations - Une Curieuse Dissimulation - Indulgence de THORPE GAV, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  9. Informations issues de Le Premier Hérétique - Corruption, Chapitre Vingt-Quatre - Istvaan V - Renégats - En Habit de Minuit, Chapitre Vingt-Six - Le Massacre du Site d’Atterrissage - Une Brèche sur le Vide - Dans l’Ombre de Grandes Ailes, Chapitre Vingt-Sept - Une Image pour se Faire un NomSacrifice - Le Fardeau de la Vérité, Épilogue - Le Seigneur Écarlate de THORPE GAV, Black Library, 2017 et résumées par Guilhem.
  10. Informations issues de Warhammer 40 000 - The Horus Heresy : L'Honneur de Macragge de ABNETT DAN & ROBERTS NEIL, Black Library, 2013
    Informations issues de La Marque de Calth : Les Fragments d'Erebus de HALEY GUY, Black Library, 2015 et résumées par Guilhem.
  11. Informations issues de La Bataille de Calth - Et ils ne Connaîtront pas la Peur, Chapitre Acquisition//De Cible, Chapitre Submergement//Absolu, Chapitre - Mort//Systémique, Affrontement//Da La//Cible, Chapitre Ushkul//Thu, Chapitre Tempête//De Ruine de ABNETT DAN, Black Library, 2012
    Informations issues de La Marque de Calth : Cœur Sombre de REYNOLDS ANTHONY, Black Library, 2015 et résumées par Guilhem.
  12. Informations issues de Warhammer 40 000 - The Horus Heresy : L'Honneur de Macragge de ABNETT DAN & ROBERTS NEIL, Black Library, 2013 et résumées par Guilhem.
  13. Informations issues de Heralds of the Siege - Children of Sicarus de REYNOLDS ANTHONY, Black Library, 2018 et résumées par Guilhem.
  14. Informations issues de Dark Disciple, Chapter Twenty-Two de ANTHONY REYNOLDS, Black Library, 2008
    Informations issues de Dark Creed, Chapter Seventeen de ANTHONY REYNOLDS, Black Library, 2010 et résumées par Guilhem.
  15. Informations issues de Warhammer 40 000 - Éveil Psychique : Foi et Fureur et résumées par Guilhem.