Kataphron Destroyer : Différence entre versions

De Omnis Bibliotheca
m
m
 
Ligne 3 : Ligne 3 :
 
Alors que le Briseur Kataphron standard a au moins un bras préhensile, les deux membres antérieurs du Destroyer sont remplacés par des armes lourdes. Cette configuration lui permet d’accomplir son rôle de plate-forme d’arme lourde mobile, une tâche qu’il mène avec une exceptionnelle efficacité. Un canon de conception de pointe est monté sur l’un de ses flancs, allant du redouté canon à gravitons lourd - une arme si puissante qu’elle peut aplatir même les constructs-fantômes de moelle spectrale [[Aeldari|Aeldari]] en un instant - jusqu’à la couleuvrine à plasma, une arme si instable que la propre peau du Serviteur grésille tandis que sa victime est réduite en flaque de matière fondue. Le potentiel de destruction du Kataphron Destroyer ne s’arrête pas là, car son flanc gauche accueille une arme secondaire pouvant repousser l’ennemi en lâchant des vagues de flammes rugissantes ou des flots de projectiles à phosphore. Ceux qui survivent miraculeusement à cette tempête d’énergie feraient mieux de fuir pour ne pas finir broyés dans la poussière sous les lourdes chenilles du Destroyer.  
 
Alors que le Briseur Kataphron standard a au moins un bras préhensile, les deux membres antérieurs du Destroyer sont remplacés par des armes lourdes. Cette configuration lui permet d’accomplir son rôle de plate-forme d’arme lourde mobile, une tâche qu’il mène avec une exceptionnelle efficacité. Un canon de conception de pointe est monté sur l’un de ses flancs, allant du redouté canon à gravitons lourd - une arme si puissante qu’elle peut aplatir même les constructs-fantômes de moelle spectrale [[Aeldari|Aeldari]] en un instant - jusqu’à la couleuvrine à plasma, une arme si instable que la propre peau du Serviteur grésille tandis que sa victime est réduite en flaque de matière fondue. Le potentiel de destruction du Kataphron Destroyer ne s’arrête pas là, car son flanc gauche accueille une arme secondaire pouvant repousser l’ennemi en lâchant des vagues de flammes rugissantes ou des flots de projectiles à phosphore. Ceux qui survivent miraculeusement à cette tempête d’énergie feraient mieux de fuir pour ne pas finir broyés dans la poussière sous les lourdes chenilles du Destroyer.  
  
Tout Serviteur porte un numéro d’identification, et les Serviteurs de combat ne font pas exception. Ces numéros et le clade ou l’unité à laquelle ils appartiennent deviennent leur seul semblant d’identité. Leurs actions sont dirigées par leurs programmations limitées, car seuls les Serviteurs défectueux disposent d’une conscience d’eux-mêmes. Les fonctions d’un Serviteur sont au mieux rudimentaires, quel que soit son type - Serviteur de construction, de maintenance, de combat, ou toute autre configuration. Les optiques du Kataphron Destroyer sont conçues pour se concentrer sur l’ennemi, permettant au construct d’identifier et d’éliminer les cibles viables, mais en raison des limites de leur programme, de nombreux incidents de tirs amis ont été constatés. Lors de la [[Troisième Guerre d'Armageddon]], une erreur de vérification-ennemi permit à un clade de Kataphron Destroyer d’ouvrir le feu sur ses propres alliés, annihilant sans pitié deux divisions de la [[Astra Militarum|Garde Impériale]] et un escadron entier de [[Chars Leman Russ|Leman Russ]]. Bien que la plupart de ces incidents soient réellement accidentels, certains [[Technoprêtre]]s, les plus audacieux et les moins scrupuleux d’entre eux, ont la réputation d’utiliser l’excuse de ces "dysfonctionnements" de programmation pour parvenir à leurs fins. Le [[Technoprêtre Dominus]] Omingo Sahr, déterminé à ce que sa Croisade de Réquisition s’approprie des échantillons des technologies découvertes, ordonna à son clade de Kataphron Destroyers d’ouvrir le feu sur les [[Dark Angels]] de l’[[Adeptus Astartes]]. Il fut alors en mesure de préserver plusieurs armes reliques que les Space Marines lui avaient stupidement cachées, niant les avoir récupérées.   
+
Tout Serviteur porte un numéro d’identification, et les Serviteurs de combat ne font pas exception. Ces numéros et le clade ou l’unité à laquelle ils appartiennent deviennent leur seul semblant d’identité. Leurs actions sont dirigées par leurs programmations limitées, car seuls les Serviteurs défectueux disposent d’une conscience d’eux-mêmes. Les fonctions d’un Serviteur sont au mieux rudimentaires, quel que soit son type - Serviteur de construction, de maintenance, de combat, ou toute autre configuration. Les optiques du Kataphron Destroyer sont conçues pour se concentrer sur l’ennemi, permettant au construct d’identifier et d’éliminer les cibles viables, mais en raison des limites de leur programme, de nombreux incidents de tirs amis ont été constatés. Lors de la [[Troisième Guerre pour Armageddon]], une erreur de vérification-ennemi permit à un clade de Kataphron Destroyer d’ouvrir le feu sur ses propres alliés, annihilant sans pitié deux divisions de la [[Astra Militarum|Garde Impériale]] et un escadron entier de [[Chars Leman Russ|Leman Russ]]. Bien que la plupart de ces incidents soient réellement accidentels, certains [[Technoprêtre]]s, les plus audacieux et les moins scrupuleux d’entre eux, ont la réputation d’utiliser l’excuse de ces "dysfonctionnements" de programmation pour parvenir à leurs fins. Le [[Technoprêtre Dominus]] Omingo Sahr, déterminé à ce que sa Croisade de Réquisition s’approprie des échantillons des technologies découvertes, ordonna à son clade de Kataphron Destroyers d’ouvrir le feu sur les [[Dark Angels]] de l’[[Adeptus Astartes]]. Il fut alors en mesure de préserver plusieurs armes reliques que les Space Marines lui avaient stupidement cachées, niant les avoir récupérées.   
  
 
{|class="wikitable" style="width: 50%; background-color: #000000; margin: auto; color:#DBE9F4;"
 
{|class="wikitable" style="width: 50%; background-color: #000000; margin: auto; color:#DBE9F4;"

Version actuelle datée du 15 février 2020 à 13:09

Un Kataphron Destroyer.
Les horreurs cyborgs que sont les Kataphron Destroyers existent que pour tuer. Il n’est sans doute pas de vocation plus pure dans la galaxie que celle de l’arme vivante, délivrée de toute responsabilité, de toute moralité, voire de toute pensée. Les Serviteurs ne sont en fait que des outils entre les mains d’un autre, et les Kataphron ne font pas exception. Un tel Serviteur de combat contrôlé par un adepte du Dieu-Machine devient la destruction incarnée.

Alors que le Briseur Kataphron standard a au moins un bras préhensile, les deux membres antérieurs du Destroyer sont remplacés par des armes lourdes. Cette configuration lui permet d’accomplir son rôle de plate-forme d’arme lourde mobile, une tâche qu’il mène avec une exceptionnelle efficacité. Un canon de conception de pointe est monté sur l’un de ses flancs, allant du redouté canon à gravitons lourd - une arme si puissante qu’elle peut aplatir même les constructs-fantômes de moelle spectrale Aeldari en un instant - jusqu’à la couleuvrine à plasma, une arme si instable que la propre peau du Serviteur grésille tandis que sa victime est réduite en flaque de matière fondue. Le potentiel de destruction du Kataphron Destroyer ne s’arrête pas là, car son flanc gauche accueille une arme secondaire pouvant repousser l’ennemi en lâchant des vagues de flammes rugissantes ou des flots de projectiles à phosphore. Ceux qui survivent miraculeusement à cette tempête d’énergie feraient mieux de fuir pour ne pas finir broyés dans la poussière sous les lourdes chenilles du Destroyer.

Tout Serviteur porte un numéro d’identification, et les Serviteurs de combat ne font pas exception. Ces numéros et le clade ou l’unité à laquelle ils appartiennent deviennent leur seul semblant d’identité. Leurs actions sont dirigées par leurs programmations limitées, car seuls les Serviteurs défectueux disposent d’une conscience d’eux-mêmes. Les fonctions d’un Serviteur sont au mieux rudimentaires, quel que soit son type - Serviteur de construction, de maintenance, de combat, ou toute autre configuration. Les optiques du Kataphron Destroyer sont conçues pour se concentrer sur l’ennemi, permettant au construct d’identifier et d’éliminer les cibles viables, mais en raison des limites de leur programme, de nombreux incidents de tirs amis ont été constatés. Lors de la Troisième Guerre pour Armageddon, une erreur de vérification-ennemi permit à un clade de Kataphron Destroyer d’ouvrir le feu sur ses propres alliés, annihilant sans pitié deux divisions de la Garde Impériale et un escadron entier de Leman Russ. Bien que la plupart de ces incidents soient réellement accidentels, certains Technoprêtres, les plus audacieux et les moins scrupuleux d’entre eux, ont la réputation d’utiliser l’excuse de ces "dysfonctionnements" de programmation pour parvenir à leurs fins. Le Technoprêtre Dominus Omingo Sahr, déterminé à ce que sa Croisade de Réquisition s’approprie des échantillons des technologies découvertes, ordonna à son clade de Kataphron Destroyers d’ouvrir le feu sur les Dark Angels de l’Adeptus Astartes. Il fut alors en mesure de préserver plusieurs armes reliques que les Space Marines lui avaient stupidement cachées, niant les avoir récupérées.

Le mur de la basilics s’ouvrit dans un grondement de séisme. Un biomorphe gigantesque déboula par la brèche, tandis que des flots de petits Tyranides se déversaient parmi les gravats. Les armes Cognis de la brigade-Destroyer Vho-9-Rhombus réagirent avant les Serviteurs eux-mêmes, pivotant pour cracher de grands nuages de prométhéum enflammé sur les bêtes guerrières qui se ruaient en avant Les trois Serviteurs de Vho-9-Rhombus firent lentement demi-tour, leurs expressions aussi calmes et désintéressées que lors de leur transit vers la zone de guerre. Les servo-membres filiformes de leurs lance-flammes Cognis détachèrent adroitement les réservoirs vides pour les remplacer par des neufs. Les Tyranides bondirent, leurs bras tranchants fouettant l’air, pour être avalés une fois encore par les flammes.

L’organisme briseur géant fendit le mur de feu avec un rugissement strident, et sa pince de crabe s’abattit sur le Serviteur de gauche dans une gerbe d’étincelles et de sang malodorant. De la nef monta une litanie monotone, le cantique en binharique emplissant l’acoustique parfaite de la basilics. Les deux Kataphrons restants furent extatiques avant de braquer leurs canons à gravitons sur la bête qui labourait les bancs en direction de leur maître. Alors que les Serviteurs de combat déchaînaient la toute-puissance de leurs armes, la créature tyranide ralentit, tituba puis hurla tandis que sa carapace se fissurait en des centaines d’endroits. Enfin, elle explosa, répandant an ichor répugnant en de larges gerbes. Il ne restait elle que des fluides et des organes réduits en pulpe. La bête venait d’être écrasée sous le talon d’acier de l’Omnimessie, comme un insecte.

Source[modifier]

  • Codex Adeptus Mechanicus, V8