Iconoclasme d'Eydolim

De Omnis Bibliotheca
Révision datée du 14 novembre 2021 à 15:12 par Guilhem (discussion | contributions) (Page créée avec « {{Page Theme}} Même dans une galaxie ravagée par un état de guerre perpétuel, certains conflits sortent du lot. Dans les dernières années du M41, un tel événement... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png




Même dans une galaxie ravagée par un état de guerre perpétuel, certains conflits sortent du lot. Dans les dernières années du M41, un tel événement se produisit lorsqu’une alliance de Space Marines du Chaos frappa l’Imperium. Les invasions à grande échelle du domaine de l’Humanité sont malheureusement monnaie courante, mais la férocité des renégats et l’héroïsme des défenseurs fit de l’Iconoclasme d’Eydolim une campagne particulièrement dramatique.

L’origine de l’horreur qui assaillit le Monde Cathédral d’Eydolim en l’an 946.M41 remontait à dix mille ans plus tôt, à une époque où l’histoire de l’Imperium n’était pas voilée dans les ténèbres et la peur, mais pétrie d’espoir et d’aspirations. Cependant, ces temps glorieux n’étaient pas faits pour durer.

Une Gemme Pâle

Position d’Eydolim dans l’Ultima Segmentum.
Eydolim est un monde très peuplé qui scintille silencieusement dans le vide de l’espace, au sud-est galactique de la Sainte Terra. Située à mi-chemin entre le monde béni de Macragge et la maudite Schindelgheist, Eydolim est considérée comme un lieu de grande sainteté, car elle est le site des Miracles de Lumina, le lieu de naissance de sainte Konaldine, et s’est érigée en bastion de foi inébranlable depuis la sombre époque de l’Hérésie d'Horus.

L’histoire ancienne d’Eydolim et les origines de la vie humaine sur ce monde ne sont connues que de quelques vieux érudits ayant sondé les profondeurs du grand Librarium de la capitale planétaire. Ces savants grisonnants n’évoquent guère la teneur de leurs découvertes, trop conscients que certains secrets doivent être préservés, et conservent donc généralement le silence, laissant les tomes poussiéreux à l’index, de même que les mystères et les blasphèmes qu’ils renferment, afin que personne ne dévoile des vérités, et des mensonges, aussi dangereux. Si ces chroniqueurs et hagiographes étaient les seuls à savoir, tout serait pour le mieux, mais le destin et l’histoire conspirent depuis longtemps pour l’avènement d’une catastrophe.

En effet, le passé d’Eydolim est connu d’autres individus, aux intentions beaucoup moins louables : iconoclastes, blasphémateurs et hérétiques œuvrant pour la damnation. Ce sont les Premiers Frères, des félons de la pire espèce. Des Space Marines du Chaos.

L'Ascension de Iconoclastes

Tandis que la Grande Croisade s’étendait dans toute la galaxie et que les guerriers de l’Empereur domptaient les étoiles, une compagnie de Word Bearers fut détachée pour porter assistance aux colons impériaux qui devaient s’installer sur une planète récemment purifiée, encore désignée par une série inconsistante de lettres et de chiffres. Le détachement d’Astartes était dirigé par Kor Megron et sous son commandement, la planète fut rapidement aménagée. Comme c’était dans l’habitude des Word Bearers, la glorification de l’Empereur prima sur la mission de croisade, et donc de conquête. En une décennie, Eydolim se forgea une culture planétaire centrée sur le concept nouveau, et radical, d’adoration de l’Empereur de l’Humanité en tant que Maître de la race humaine.

Lorsque l’Empereur mit fin à aux pratiques zélatrices des Word Bearers et exigea leur réintégration immédiate dans la Grande Croisade, la rancœur de la XVIIe Légion était palpable. Le Primarque Lorgar était humilié, et l’âpre réprimande infligée à ses guerriers avait cinglé comme une gifle. Bientôt, le désarroi et le sentiment de trahison suscités par le jugement sévère de l’Empereur se muèrent en amertume, puis en hérésie. Les Word Bearers renièrent leur allégeance à l’Empereur et se perdirent dans l’adoration des Dieux Sombres. Kor Megron avait jusque-là consacré sa vie à la déification du Maître de l’Humanité, et à la conquête de la galaxie en Son nom. Dorénavant, une nouvelle voie s’ouvrait à lui.

L’événement fatidique qui bouleversa son âme, et transforma le plus dévoué des fils en un ennemi vengeur, demeure inconnu (chaque traître suit son propre chemin vers la damnation). Néanmoins, le résultat était évident pour tous : Kor Megron et la compagnie de Word Bearers qui avait servi à ses côtés prêtèrent de nouveaux serments qui allaient asservir leurs âmes à l’unisson jusqu’à la fin des temps. Ils jurèrent que leur grand œuvre ne serait pas achevé jusqu’à ce que chaque icône du Faux Empereur ait été mise à bas et que l’Imperium ne fût plus qu’une ruine calcinée, un souvenir lancinant. Scellant ce pacte avec leur sang, ils se rebaptisèrent les "Premiers Frères" - une congrégation de damnés dont le seul but était de démonter le culte fallacieux voué par l’Humanité à son Empereur ingrat et indigne.

Un Nouvel Âge d'Apostasie

Pour un Space Marine des Légions Renégates, dix mille ans passent de manière imperceptible, car l’Œil de la Terreur, leur nouvelle patrie, est un lieu où le Warp corrompt jusqu’à l’écoulement du temps : des décennies s’envolent en clignement de paupière, et des minutes s’étirent avec une insupportable monotonie au point de rendre fou le plus sain d’esprit. C’est depuis cet antre de la démence que les Premiers Frères ont lancé leurs attaques contre l’Imperium. Sur Hyberone Primus, ils profanèrent le Reclusiam de Saint-Benefactos en y empilant cinq mille cadavres. Au cours des nuits sanglantes de la Purge de la Foi, ils traquèrent et exécutèrent les neuf Cardinaux d’Anopon. Ce sont eux qui immolèrent Sainte Krisabel et sa garde d’Immortelles, eux encore qui soumirent Hareld l’Anachorète à la tentation de Slaanesh et qui revinrent incendier son reliquaire. Tous ces blasphèmes, toutes ces souillures, n’étaient qu’un prélude à l’assouvissement de leur plus grand désir, dans les dernières années du M41 : défaire leur œuvre sur Eydolim, abattre ses antiques splendeurs, anéantir les symboles outrageants de leur ancienne dévotion à l’Empereur et massacrer tous ceux qui leur barreraient la route.

L'Assemblée Sacrilège

Les Mondes du Secteur d’Eydolim.
En prévision de leur grande offensive sur Eydolim, les Premiers Frères forgèrent des alliances avec des dizaines de bandes de Space Marines du Chaos, invoquant des dettes de sang millénaires et offrant d’alléchantes parts de butin à tous ceux qui se joindraient à leur cause.

L’invasion du Monde de Jones Crispin fut la première incursion consignée des forces de Kor Megron. Une flottille de vaisseaux du Chaos surgit du Warp au sud-est galactique du système et se mit rapidement en formation d’attaque. Le Monde-Ruche de Jones Crispin revêtant une importance particulière pour l’Imperium, il était fortement protégé, mais la férocité de l’offensive des Space Marines du Chaos prit les défenses planétaires par surprise. Sur les plaines de cendres entourant Fort Crispin, la plus grande Cité-Ruche de la planète, une force de frappe de la Légion des World Eaters lança une invasion aussi brutale que démesurée. Les soldats se postèrent sur les lignes de défense Aegis et déchaînèrent l’enfer sur les assaillants, mais face à des combattants aussi furieux et redoutables que les légendaires guerriers voués à Khorne, la victoire était inenvisageable. Les Space Marines du Chaos en armures rouges se taillèrent un chemin sanguinolent à grands coups de Haches Tronçonneuses. En moins d’une journée, Fort Crispin était devenu un abattoir titanesque.

Les forces impériales répondirent aux appels éperdus à l’aide, et alors que la moitié de la planète avait été ravagée par les World Eaters, arriva une compagnie de Space Marines du Chapitre des Imperial Fists. Sortant tout juste d’une campagne d’endiguement des incursions T'au dans la Bordure Orientale, les fiers fils de Dorn accrochèrent les renégats ivres de sang dans les tranchées remplies de cadavres près de Colden Matze. Les deux forces engagèrent une bataille qui allait durer des semaines, immobilisant les Imperial Fists dans le même temps.

Pendant que les World Eaters dévastaient le Monde de Jones Crispin, d’autres fléaux vinrent s’abattre sur les planètes du système. Les sites miniers en orbite autour de la Grande Eydolim, la géante gazeuse, furent attaqués, les galeries et les lignes de traitement submergées par des Space Marines du Chaos portant la livrée des Red Corsairs. Au-delà du choc causé par l’événement, les forces impériales stationnées dans le système Eydolim soupçonnèrent que l’attaque des World Eaters n’était pas un incident isolé. Le conseil de l’Adeptus Mechanicus de Lector’s Lowel décida aussitôt de dépêcher des renforts de leurs propres régiments Skitarii, mais avant de pouvoir intervenir, le ciel nocturne fut déchiré par un éclair aveuglant - les renégats du Chaos venaient de faire exploser les mines orbitales de la Grande Eydolim, provoquant un cataclysme d’une ampleur incroyable. La détonation fut si forte qu’on la vit jusqu’à mi-distance des confins du système - la Grande Eydolim brûla encore pendant près d’un an. Inquiets de ce qui allait suivre, les maîtres des forges de Lector’s Lowel scrutèrent les étoiles.

L’attaque qui suivit fut aussi terrifiante qu’irrésistible. Les Iron Warriors, appuyés par les mêmes Red Corsairs qui avaient annihilé les mines orbitales, établirent promptement une tête de pont sur la planète industrielle, en vue de piller les immenses ressources des arsenaux qui faisaient la renommée de Lector’s Lowel. Les régiments Skitarii marchèrent au-devant des envahisseurs du Chaos. Toutefois, les Space Marines renégats avaient soigneusement préparé leur invasion, les Iron Warriors ayant sollicité leur alliance séculaire avec le Mechanicum Noir et les Legios Titaniques traîtresses. Le champ de bataille trembla sous le pas écrasant du Péché de Servitude, un Titan Warlord de la Legio Interfector, connue également sous le nom de Seigneurs du Meurtre. Contre une telle alliance, même les Skitarii ne faisaient pas le poids. Pire encore, on rapporta l’intervention d’autres Titans du Chaos contre plusieurs installations de l’Adeptus Mechanicus. Le monde de Lector’s Lowel risquait lui aussi de tomber.

Au Secours d'Eydolim

Les maigres forces impériales du système avaient été si durement frappées, et en si peu de temps, que les citoyens de la planète Eydolim eurent le sentiment que leur fin était proche. Les appels de détresse astropathiques furent émis aussi loin que possible.

Contrairement à Lector’s Lowel et à Jones Crispin, Eydolim était un Monde-Sanctuaire, un haut lieu de pèlerinage. Les cités majeures pouvaient compter chacune sur quelques milliers de soldats, mais les Forces de Défense Planétaire n’étaient pas préparées à une invasion à grande échelle.

De l’aide vint à point nommé avec un détachement du groupe de croisade Porte Noire, qui modifia sa route vers le Golfe Damoclès. Un contingent de Gardes Impériaux entraînés fut dépêché dans le système, les vaisseaux de la Marine escortant les transports jusqu’à Eydolim avant de se précipiter contre les forces du Chaos. Les troupes qui débarquèrent purent renforcer les défenseurs en sous-nombre. Celles-ci comprenaient neuf régiments de Troupes de Choc cadiennes, ainsi que d’autres contingents plus restreints d’Infanterie Lourde Ventienne, de Premiers-Nés Vostroyens, de Gardes de Valhalla, et une compagnie de Miliciens d’Orn.

Des jours durant, la Marine Impériale bataillait contre les croiseurs du Chaos, et le peuple d’Eydolim se pressait dans les cathédrales pour y invoquer la clémence de l’Empereur. Pendant que les citoyens priaient de toute leur âme, la Garde Impériale s’enterra. Les régiments furent assignés aux grands centres urbains, et le haut commandement fut transféré, par un maréchal eydolien reconnaissant, à un officier cadien bien plus expérimenté qui accepta cette charge avec humilité. Le Général Steinhold établit son quartier général à Eydol City et coordonna rapidement les défenses, mandatant des hommes de son propre régiment sur les sites vitaux. Steinhold organisait diligemment ses défenses en vue de l’invasion imminente.

Embrasement Général

Même si les défenseurs d’Eydolim étaient dans l’expectative, ils n’en furent pas moins ébranlés par l’apparition de la flotte du Chaos lancée sur une trajectoire d’invasion. En effet, toutes les communications avec la flotte impériale avaient cessé une semaine plus tôt, et l’on ignorait si les vaisseaux avaient été dispersés, détruits ou s’ils s’étaient simplement retirés. La flotte renégate était précédée par un escadron de croiseurs qui venaient de s’inviter dans le système, au milieu duquel paradait une barge de bataille baptisée le Hand of Damnation et arborant les marquages de la Black Legion. Les ignobles silhouettes de trois frégates croisaient dans son sillage, appartenant toutes à la même classe, dont elles diffusaient le sinistre nom sur les ondes sans discontinuer : Iconoclast. Après plus de dix mille ans, les Premiers Frères étaient de retour pour réparer leur erreur.

Les Modules d’Atterrissage, harcelés par les batteries laser et les chasseurs Thunderbolts, déversèrent leurs forces sur la planète, mais la Black Legion établit rapidement une tête de pont. Bientôt, Hell Talon et Hell Blade se livrèrent un duel aérien avec les appareils impériaux pour la domination du ciel d’Eydolim.

Les Word Bearers suivirent en nombre, leurs gigantesques barges de débarquement rasant des blocs d’habitation entiers en se posant. La Garde Impériale contre-attaqua sur-le-champ et effectua une sortie pour s’occuper de ces envahisseurs. En moins d’une heure, dix mille soldats des Forces de Défense Planétaires et tout un régiment de troupes de choc cadiennes furent massacrés par les Space Marines assoiffés de sang. Les deux Légions du Chaos foncèrent sur Eydol et ses majestueuses cathédrales. Dans le même temps, les renforts continuaient d’affluer sous forme de Red Corsairs, de Night Lords et autres traîtres à l’Imperium.

Contre une telle fureur, la Garde était cruellement impuissante. Le Général Steinhold eut recours aux Chevaliers de Cadia pour endiguer l’avance des renégats pendant plusieurs heures à la saillie de Hythe, mais les phalanges du Chaos les balayèrent par une charge massive de Dreadnought et de Profanateur, s’appropriant la ligne de crête et ses précieuses réserves de prométhéum.

À la station Arabesque, une force de frappe Kasrkin aéroportée tenta un assaut contre le QG des Word Bearers. Avant que la moitié des Cadiens eût débarqué, les Hell Talon interceptèrent leur formation et abattirent une quinzaine de Valkyries. Le Colonel Meere et quelques dizaines de soldats échappèrent à la débâcle, et parvinrent même à détruire une portion non négligeable du parc de véhicules des Word Bearers, mais leur impact sur la campagne fut quasiment réduit à néant, étant forcés de fuir dans l’arrière-pays, réduits à une force de guérilla devant se limiter à des embuscades et à des opérations de sabotage contre les colonnes de Space Marines du Chaos. En dépit de leurs pertes, les Gardes Impériaux d’Eydolim firent preuve d’un héroïsme exceptionnel. Pourtant, cela ne suffit pas à ralentir la progression fulgurante des renégats vers la capitale, qui écrasèrent toute résistance en chemin.

Kor Megron et ses alliés triomphaient de toute opposition. Le sens tactique et la sauvagerie débridée des Space Marines du Chaos, vétérans de guerres innombrables, surclassaient encore et toujours la bravoure des soldats de la Garde Impériale. Les forces du Chaos étant à moins d’une journée d’Eydol City, et les Gardes Impériaux voyant toutes leurs tentatives neutralisées, les défenseurs au désespoir prièrent les cieux - et assistèrent à un miracle. Les fils d’Ultramar étaient là.

La Lance de Sicarius

Chronologie

La bataille finale d’Eydolim eut lieu après plus de trente jours de combats incessants partout dans le système. La chronologie exhaustive des événements est extrêmement longue, mais voici les détails les plus importants de la campagne :

  • 5 331 946.M41 - Des vaisseaux du Chaos surgissent dans l’orbite du Monde de Jones Crispin. Les Forces de Défense Planétaire se font massacrer par les World Eaters de Gradak l’Empaleur.
  • 5 352 946.M41 - Les Space Marines Imperial Fists engagent les World Eaters. Le conflit se prolonge sans que la victoire se dessine pour aucun des deux camps.
  • 5 358 946.M41 - Un appel au secours confus, émis depuis les mines orbitales de la Grande Eydolim, annonce l’arrivée des Red Corsairs. Deux jours plus tard, les exploitations spatiales sont détruites par une explosion cataclysmique.
  • 5 361 946.M41 - Le Monde-Forge de Lector’s Lowel est envahi par les Iron Warriors. Les titans de la Legio Interfector tuent toute velléité de contre-attaque dans l’œuf. Le carnage est total.
  • 5 396 946.M41 - Les renforts de la Garde Impériale parviennent à Eydolim. Au cours des neuf jours suivants, le Général Steinhold orchestre un solide plan de défense, mais finit par être submergé.
  • 5 421 946.M41 - Tandis que les Space Marines du Chaos se rapprochent de la capitale, Eydol City, l’espoir renaît avec l’arrivée de l’avant-garde d’une force de secours d’Ultramarines.

De retour de ses combats contre les Xenos de l’Empire T’au, la Deuxième Compagnie des Ultramarines, accompagnée d’un petit contingent de vétérans de la Première Compagnie, fut déroutée vers Eydolim par Marneus Calgar, le Maître de Chapitre. Recevant ces instructions avec un enthousiasme à peine contenu, le Capitaine Cato Sicarius, qui commandait la force de secours, fit route en toute hâte. À bord du Valin’s Revenge, redoutable Croiseur d'Attaque, les Ultramarines s’apprêtèrent à une guerre à grande échelle avec leurs frères renégats. Suivant les préceptes du Codex Astartes, l’ouvrage antique prescrivant les techniques de guerre auxquelles les Ultramarines adhèrent à la lettre, et combinant ces règles avec les cartes planétaires et les descriptions archivées dans les bases cogitateur du vaisseau, Sicarius formula un plan.

Alors que les Space Marines renégats fondaient sur les murs d’Eydolim, les Ultramarines allaient se déployer en masse pour soutenir la Garde Impériale et là, au pied des portes de la cité, les guerriers d’Ultramar allaient repousser les hordes du Chaos.

Bataille à la Porte de l'Aigle

Les Tueurs de Titans

Le premier contact entre les Ultramarines et l’alliance chaotique se fit dans le quartier des munitoriums à l’extérieur d’Eydol City. Une petite Force de Frappe menée par l’Épistolier Casmus causa d’invraisemblables dégâts aux éléments avancés de la Legio Interfector, en abattant un Titan de classe Reaver, le Soulmauler, puis en estropiant le Purge Master à la périphérie du district 4. Tandis que l’escouade Atavian malmenait chaque Titan qui pénétrait dans la zone, Casmus et un petit détachement de la 1ère Compagnie, les Rédempteurs de Carleon, lancèrent une série d’assauts audacieux contre les retardataires affaiblis.

Casmus et ses hommes ne se retirèrent de la zone d’embuscade qu’après qu’une unité de Red Corsairs s’y dérouta pour les en chasser. Les Space Marines de la Force de Frappe se replièrent en bon ordre pour rendre compte de leurs succès et renforcer les positions impériales de la Porte de l’Aigle.

L’apothéose de l’invasion vit finalement les forces du Chaos atteindre les portes d’Eydol City. Tout ce qui se dressait entre les légions acharnées de la damnation et les trésors d’Eydol était une fine ligne de vaillants défenseurs. Au son du rugissement des canons et du vacarme tonitruant de milliers de guerriers, la bataille de la Porte de l’Aigle commença.

Pour les forces de l’Imperium, la bataille qui fut livrée sur les remparts extérieurs d’Eydol City est synonyme de perte tragique et de sacrifice héroïque. Ceux qui étaient présents s’y réfèrent simplement en parlant de "la Porte". Les habitants de la cité l’évoquent à demi-voix comme "la Bataille des Immortels". Les archives officielles de l’Imperium, quant à elles, l’ont consignée sous le nom de "Bataille de la Porte de l’Aigle" - un engagement forcené qui ne laissa que cadavres et épaves par milliers, et réduisit une bonne partie du quartier est d’Eydol City en cendres.

La Porte de l’Aigle gardait la route est d’Eydol City, au milieu d’un mur d’enceinte solidement bâti en plasbéton renforcé et gravé de symboles à la gloire de l’Imperium. Des barbacanes blindées, équipées de meurtrières et de tourelles de Canon Laser automatisé, barraient chaque voie d’accès. Des emplacements d’artillerie sur les murs de la cité fournissaient un tir de soutien supplémentaire. Par le passé, aucun assaillant n’était parvenu à percer l’enceinte extérieure, et pourtant, lors de la Bataille de la Porte de l’Aigle, plusieurs brèches furent ouvertes dans le mur, qui fut submergé à une échelle jusqu’alors inimaginable.

Tandis que les Titans des Seigneurs du Meurtre pilonnaient le flanc gauche des défenseurs impériaux, arrachant d’énormes morceaux de mur et annihilant les Cadiens de leurs salves furieuses, une confrérie de Démons de Khorne se répandit sur le flanc droit. Des macrobombardements à longue portée creusèrent des trous béants dans les remparts de la cité, créant autant de brèches dans les défenses. Les Space Marines du Chaos empruntèrent une route plus directe, fonçant sur la Porte de l’Aigle elle-même au travers d’une pluie de Bolts et de lasers.

Les Terminators World Eaters des Gladiateurs 138 adoptèrent une approche sauvage digne de leur Légion. Alors que les tirs rebondissaient sur leurs silhouettes blindées, ils s’attaquèrent aux portes et les éventrèrent. Dans le même temps, les Premiers Frères, menés par Kor Megron, firent leur entrée en déchirant littéralement la muraille, et durent faire face aux armes du peloton VII qui avait été rapidement redéployé.

Contre une telle vague de haine, des défenseurs moins dévoués auraient perdu leur sang-froid, mais les vaillants Cadiens et les inflexibles Ultramarines se montrèrent inébranlables, poursuivant un combat qui semblait perdu d’avance. Une colonne blindée de Leman Russ, impatiente de venger la perte des Chevaliers de Cadia, fit une sortie pour renverser le cours de la bataille, tandis que Cato Sicarius défendait sa barbacane assiégée, un îlot d’héroïsme stoïque au milieu d’un océan de vilenie, guettant l’opportunité de contre-attaquer.

Martyre

À la fin, la colère des Premiers Frères et de leurs alliés fut stoppée devant la Porte des Martyrs, l’entrée située à l’est d’Eydol City. Ce fut là que les forces réunies des Space Marines et de la Garde Impériale tinrent leur dernier carré. Kor Megron se rua sur les défenseurs, déterminé à leur passer au travers. Face au monstre furibond se dressa Cato Sicarius. Tandis que le Prince Démon abattait son arme maudite, sa férocité fit chanceler le Capitaine Ultramarine et ébrécha le tranchant de sa Lame Tempête de Talassar. Kor Megron piétina Sicarius de son pied griffu, fendant sa plaque pectorale. Puis, le monstre brandit haut son épée abjecte et hurla son triomphe jusqu’aux cieux.

Mais le coup fatal ne vint jamais. Voyant le Capitaine Astartes en danger de mort, un Garde Impérial à proximité ravala sa propre peur et se rua, baïonnette levée, sur le Prince Démon colossal. Le cours de la bataille, de même que le destin d’Eydolim, bascula lorsque la courte lame mordit la chair maudite de la bête. Distrait par l’égratignure, Kor Megron tourna son regard vers le brave soldat et le consuma dans un torrent de feu éthérique impie. Cette diversion suffit au Capitaine. En un instant, Sicarius leva sa lame, qui perfora l’armure du Démon au niveau de la poitrine avant de s’enfoncer dans son cœur noir. La bête poussa un hurlement effroyable, puis l’essence du Prince Démon fut aspirée dans les profondeurs du Warp.

L’acharnement des défenseurs avait rapproché les forces du Chaos de leur point de rupture, et ébranlés par la perte de leur chef, les renégats entamèrent une retraite sous un bombardement soutenu. Pour l’Imperium, ce fut là un sursis payé au prix fort. Mais en ce qui concernait les légions du Chaos, le bilan de la bataille serait bien différent…

Source

  • Warhammer 40K - Livre de Règles, V6