Guerre d'Orpheus

De Omnis Bibliotheca
Révision datée du 29 août 2021 à 23:29 par Guilhem (discussion | contributions) (Page créée avec « {{Page Necron}} {|style="width: 90%; background-color: #000000; margin: auto; color:#DBE9F4;" |style="width: 50%; vertical-align:top;border-right:solid 15px #000000; borde... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png


LA CHUTE DES TÉNÈBRES[1]

Un compte-rendu de l’invasion du Secteur d’Orpheus par l’ost Nécron, à l’intention de tous les officiers du commandement impérial de terrain IC3, des capitaines de vaisseau, des officiers de l’Adeptus Astartes et de la Clairvoyance Umbra-Telos : Groupement Tactique Salvation/Cordon Exterminatus Orphéen & des Forces Gorgon Quintus Castrum.

Peu de ceux qui habitaient dans ses domaines auraient cru que le Secteur d’Orpheus était au bord de l’anéantissement. Que ce royaume-forteresse - cette frontière du Segmentum Tempestus - un Sector Imperialis qui avait résisté pendant près de quatre mille ans aux ravages des Orks et aux prédations des Aeldaris, à la destruction de la guerre civile et à la malveillance du Chaos, se révélerait pourtant aussi sans défense qu’un nouveau-né devant l’horreur de ce qui allait arriver. Peu d’entre eux, qu’ils soient Gouverneurs Planétaires, potentats, prélats ou capitaines du vide, auraient pu supporter l’idée qu’en moins de cent jours standard, des dizaines de mondes orphéens seraient dévastés et leurs populations, qui se comptaient en milliards, passées par les armes. Ni que tout ce que l’Humanité avait réalisé dans ces étoiles lointaines serait effacé avec une puissance aussi impitoyable et une intention aussi odieuse. Mais les ténèbres qui s’abattirent sur le Secteur Orpheus n’avaient que faire de la puissance et de la fierté de l’Humanité.

Car dans le grand vide au-delà de la frontière de l’espace connu, des esprits anciens et maléfiques s’agitaient, des esprits rendus fous par les tortures de l’éternité. Des êtres sans âme, pleins de haine et d’un désespoir sans fin, des créatures pour lesquelles toute vie était devenue un anathème, s’arrachaient une fois de plus à leurs froides tombes de fer, et en voyant la vermine grouillante de l’Humanité - car tels que nous sommes pour eux - infester des mondes qui avaient été les leurs. Les feux sombres d’une malice inhumaine et insomniaque se sont à nouveau réveillés au sein de la Dynastie Maynarkh de la forme Xenos que mon Ordre saint a fini par appeler "Nécron", les poussant à une fausse vie contre nature avec une seule cause : massacrer et détruire. Tels sont les monstres que nous devons maintenant affronter.

Le document probant suivant, assemblé à partir de données d’archives, de témoignages de batailles après action, d’enregistrements de cours martiales et de transcriptions mortis-corticales, tente de construire un résumé aussi précis que possible de la Guerre d’Orpheus jusqu’à la date actuelle de 998.M41. En tant que tel, il contient les maigres comptes rendus fragmentaires qui peuvent être faits des pertes dévastatrices de "la Centaine Sanglante", comme l’attaque initiale des Xenos est communément appelée, et un compte rendu plus détaillé de la "Guerre du Salut" récemment menée à grands frais sur les cendres du Secteur d’Orpheus. C’est sur vous que pèse le terrible fardeau de la vérité, plutôt que l’ignorance bénie à laquelle a droit le simple soldat. En tant que commandant de rang dans les forces assignées aux terribles actions qui doivent maintenant suivre, vous êtes chargé d’étudier ce que ce rapport contient avec sagesse, car dans cette connaissance vous pouvez mieux servir votre Empereur dans la bataille et accomplir votre devoir sacré dans ce nouveau royaume des morts.

+++ Certifié de ma main +++

+++ Scarman Ha’Vass +++

+++ Inquisiteur Ordo Xenos +++

La Chronique du Secteur d'Orpheus

Principaux Domaines Céleste du Secteur d’Orpheus[2]
EXTRACT DATUM[3]
SecteurOrpheus.jpg
  • Référence : Secteur Orpheus, Région des Marches Sombres, Segmentum Tempestus [hexref 14/3/SG]
  • Capitale : Amarah Dominus, Système d’Amarah (Classe-. III, secteur désigné Forteresse Imperialis, ancrage principal de la Flotte de Guerre d’Orpheus].
  • Sous-divisions administratives : Trois sous-secteurs primaires (Capitoline, Drucillan, Deluvian), Onze régions administratives secondaires, Sept divisions exemptées.
  • Grade de la dîme du secteur : Secundus-II
  • Transit méridien/Sainte Terra : Priorité 17 semaines - Standard Tellurien
  • Classement Carto-Celestial Navis : Tenebrae-Golgol-1277
  • Sphères et Dominations - majeures 26
  • Sphères et Dominions - mineurs 121
  • Estimation de la population : Epsilon-137/22b

Béni soit celui qui meurt comme il a vécu - dans l’Ignorance.

  • Amarah Prime : Capitale du Secteur, Monde-Ruche, Forteresse Imperialis, et principal ancrage de la flotte de la Flotte de Guerre Orpheus.
  • Amraphel : Monde Impérial
  • Apollyon : Monde de l’Ecclésiarchie
  • Arcantis : Monde Impérial
  • Aryith : Monde Sauvage
  • C’syn’ad : Monde Relique/Station Relais Astropathique
  • Chemarium : Monde Industriel (Guerre civile en cours)
  • Decapolis : Monde-Ruche
  • Drucilla Majoris : Monde Impérial
  • Epirus : Agri-Monde
  • Harrow Watch : Station d’Observation de l’Adeptus Mechanicus 
  • Hydroghast : Agri-Monde
  • Gorgon Quintus : Monde Mort
  • Khesd : Monde Sauvage
  • Libethra : Ancienne planète des Angels Revenant, actuellement détruite.
  • Lysmarchus : Monde-Forteresse
  • Midwinter : Monde Industriel
  • Morros : Monde Pénal
  • Myre : Monde-Forge
  • Pallasite : Monde Frontière
  • Patara : Monde Sauvage
  • Ribasu : Monde-Ruche
  • Selakbur : Monde Frontière
  • Saint Marduk’s Bane : Monde Impérial
  • Thamyris : Monde Abandonné
  • Tlaloc : Monde en Quarantaine/Monde Mort
  • Altun : Monde Mort
  • Caracol : Monde Mort
  • Cutlar : Monde Mort
  • Nightshard : Masse Céleste Anormale
  • Uxmal : Monde Mort
« Cet extrait est destiné à la connaissance et à la diffusion des serviteurs de l’Empereur-Dieu de l’Humanité qui pourraient avoir besoin de son éclairage, et est classé Magenta-sept en autorisation par le Bureau et les Ordonnances de l’Administratum Tempestus. »
- Inquisiteur S.T.

Produit et par la présente épitomé par l’Écrit du Departmento Cartographica Imperialis ; 2561997.M41, avec marginalia, sélection et addendum par Septima Tourqville. Inquisiteur, Ordo Xenos.

Ce qui suit est la chronique des événements significatifs qui marquent l’histoire du Secteur d’Orpheus dans le Segmentum Tempestus, un phare éloigné et isolé du puissant Imperium sur le bord de l’au-delà, bordant comme il le fait ce froid et vaste désert d’ignorance et d’ombres connu sous le nom de la Région Voilée, avec une note particulière aux événements répandus et aux présages de sombre présage et de calamité mystérieuse qui se sont abattus sur cet endroit dans le passé.[4]

La Marche des Âges

[Voir Archives supplémentaires listées - non visible : 2 100 345 entrées ne correspondant pas aux critères d’investigation].[5]

En M30 - 570.750 : Les Voyages d'Orpheus

Au cours des dernières années de la Grande Croisade, la tradition impériale veut que la légendaire Libre-Marchande Dame Arica Orpheus ait mené des expéditions dans la vaste étendue connue sous le nom d’Étoiles des Mandragores, aux confins de ce qui sera plus tard codifié comme le Segmentum Tempestus. Les voyages d’Orpheus, destinés à servir d’éclaireur pour des flottes ultérieures plus importantes comprenant des forces des Légions Space Marines et leur soutien militant, ont permis de découvrir une région où quelques restes de civilisations humaines de l’Ère des Luttes vivaient aux côtés de domaines Xenos épars - destinés à être éradiqués ultérieurement. La région est cependant caractérisée par l’âge extrême de ses systèmes stellaires éloignés, dont la majorité est incapable d’entretenir la vie, bien que cela n’ait pas toujours été le cas, et par ses fréquents dangers célestes. Les références survivantes aux derniers voyages de la Libre-Marchande, conservées dans le grand temple Covenant Navis sur Terra, font également référence à de nombreux monuments et ruines pré-humains énigmatiques et sinistres rencontrés sur des Mondes Morts près du bord galactique. La quasi-impossibilité de naviguer dans cette "région voilée" de nébuleuse dense et de débris stellaires turbulents impose une limite extérieure au champ d’exploration de Dame Arica Orpheus.[6]

En M31 : Le Démantèlement de l'Imperium

La Grande Trahison, et la guerre civile sauvage qui s’ensuit, déchire le tissu de l’Imperium avant que les Étoiles des Mandragores ne soient totalement pacifiées par les forces de la Croisade. Tout au long de la guerre, et des décennies de conflits qui l’ont suivie, la région reste une zone frontalière sans loi, sous le contrôle d’aucun des deux camps de la guerre fratricide, et le repaire des renégats et des corsaires Xenos attirés par le festin de l’Imperium blessé.[7]

En M31 - avant 100/La Purge/Inconnu : Le Fléau de Dynat Fléau du Corbeau

Au cours de l’interminable bain de sang de la Rafle, le seigneur de guerre renégat Dynat Mal de l’Alpha Legion, connu sous le nom de "Fléau du Corbeau" pour son embuscade et le massacre des forces de la Raven Guard pendant la Bataille de Lyx, fuit vers les Étoiles des Mandragores et rassemble autour de lui une coterie de renégats, de diabolistes et de traîtres forte de milliers de personnes. Les forces impériales envoyées à sa poursuite sont sans cesse dépassées par les manœuvres et réduites en pièces, tandis que les forces de Dynat, désormais connues sous le nom de "Les Ombres", utilisent des tactiques de guérilla et des forces obscures pour étendre leur domination sur la région. Après qua la station vitale d’Amarah fut attaquée et détruite, la population entière massacrée et les stocks pillés, toute revendication impériale sur la région est effectivement rompue. Ce royaume es ténèbres, pris au piège de la lumière de l’Imperium aux limites de la Région Voilée, devient connu sous le nom de Marches Sombres et est assombri par l’ignorance et la discorde, et caché à la vue des humains.[8]

En M32 vers 170 : Vengeance Refusée

Un groupe d’intervention de la Raven Guard, sous le commandement du Capitaine de l’Ombre Kallengier, mène une mission secrète dans les Marches Sombres avec l’intention de trouver leur ancien ennemi et de se venger, mais il ne trouve rien d’autre qu’un silence sans vie et des épaves froides où les traîtres ont comploté et construit leur force. À la surface du monde d’Apollyon, entouré de jungle, ils trouvent la coque brisée du Croiseur d'Attaque Occam’s Razor - connu pour avoir été un vaisseau de l’Alpha Legion - dressée comme une pierre tombale au-dessus d’une vallée remplie de trente mètres de profondeur par endroits. Des reliques de l’Alpha Legion, des White Scars et des Iron Hands ont été identifiées parmi le contenu du charnier, ainsi que des formes mutantes humaines, Aeldaris, Khraves et plusieurs formes Xenos non classées. Les pronostics des Archivistes de la Raven Guard annoncent le malheur s’ils s’attardent et, leur vengeance refusée, les fils de Corax quittent les étoiles mal famées des Marches Sombres.[9]

552.M32 : L'Enfant de la Bête

Alors que les Orks se déchaînent sur l’Imperium en nombre sans précédent et dévastent des milliers de mondes, un vaste vaisseau spatial, appelé par les Orks qui l’infestent Da Iron Wore, parcourt le Secteur d’Uhulis. Passant inexorablement d’un monde à l’autre, rien ne pouvait arrêter la marée verte qui se déchaînait depuis les fortifications caverneuses du navire. Le Groupe de Combat Azezel, les Mondes-Forteresses d’Armstrong et de Velgagrad et le Monde-Forge de Temaxia sont détruits les uns après les autres, laissant les mondes centraux du secteur dans l’Amas d’Ul-Seraph et leurs cent milliards d’âmes prostrées devant l’assaut des Orks. Leur malheur est évité lorsqu’une tempête Warp éclate et fait dévier le Da Iron Wore et ses flottes délabrées de leur route pour les enfoncer dans l’Empyrée. Les vaisseaux de poursuite tentent de suivre le vaisseau, mais la tempête est sauvage et beaucoup sont perdus. La dernière communication qu’ils reçoivent est que le Da Iron Wore a plongé au cœur des Marches Sombres. Il ne revient pas.[10]

610.M36 : Le Retour d'Orpheus

Ordo Xenos Addentum Scellé 77//90/ Classification : Mandragora[11]

Référence pour les yeux des Ordos seulement. "L’Énigme de Mandragora" : La consultation de n’importe quel Dictionnaire Imperialis fera apparaître un grand nombre de définitions et d’origines pour ce mot ancien et sinistre. Les significations dont l’importance et l’identité vont d’une forme de plante sinistre que l’on dit indigène à l’ancienne Terra et qui avait le pouvoir réputé de hurler de douleur lorsqu’elle était déracinée, à un cartel commercial renégat de Lorinar de la période précédant l’apostasie du Dominion de Comerica, en passant par un petit saint mendiant largement vénéré dans le deuxième quadrant pour ses œuvres parmi les pauvres. Ces trois définitions ne font qu’effleurer la surface de l’usage de ce mot à notre époque impériale, et sont si éloignées l’une de l’autre qu’elles rendent indéchiffrable tout lien véritable entre elles, mais pour ceux qui ont une compréhension plus profonde et plus large, le mot " Mandragora", pour nous de l’Ordo Xenos, a une résonance plus sombre, en particulier lorsqu’il fait référence au lieu et à l’histoire. Bien que l’origine de l’association se soit perdue dans les ténèbres de la guerre et du temps mort, bien avant l’avènement de notre Empereur-Dieu, le mot "Mandragora" et ses dérivés ont été associés à des régions et à des terres, parfois à des mondes entiers et même à de vastes étendues de vide, qu’il vaut mieux laisser tranquilles. C’est un nom donné aux sièges d’anciennes puissances aliens et à des lieux impies et maudits où l’autorité de l’Humanité ne s’est jamais étendue, et dont les ombres sont habitées par des intelligences plus anciennes et plus immondes que celles auxquelles les légendes osent faire allusion.

Au lendemain de l’Âge de l'Apostasie, le Segmentum Tempestus connaît une résurgence de son pouvoir et une renaissance de son expansion, connue par les historiens impériaux sous le nom de "Tempête Montante". Cet exploit est rendu possible par le fait que le Segmentum a été relativement épargné par les siècles de tumulte qui ont précédé cette période et par une accalmie simultanée des fréquentes et imprévisibles tempêtes Warp qui avaient donné son nom au Segmentum. Avec la bénédiction de Terra, les autorités du Segmentum lancèrent un certain nombre de croisades et de campagnes pour détruire les menaces persistantes dans leur domaine, et repousser et fortifier les frontières de l’Imperium lui-même. La plus réussie de ces campagnes est la Croisade des Marches Sombres, commandée par le Seigneur Tempestus Hal Orpheus, descendant en ligne directe de la maison des Libres-Marchands qui a exploré pour la première fois la sinistre région des millénaires auparavant.[12]

759-900.M36 : Les Années du Réveil

Plus d’un siècle et demi après son début, la Croisade des Marches Noires est terminée. Déclarée comme une immense victoire pour les forces de l’Imperium, elle a balayé d’innombrables menaces et conquis plus de six cents mondes pour la domination de l’Empereur-Dieu. Ces mondes et systèmes, répartis en une bande admise à la frontière de la Région Voilée, sont par volonté de Sainte Terra subdivisés en quatre secteurs nouvellement fondés du Segmentum Tempestus : les secteurs Haxan, Leyak, Eurydice et Orpheus.

Le secteur fondateur d’Orpheus est sécurisé par l’ancien droit de conquête et prend Amarah pour capitale (l’avant-poste impérial perdu depuis longtemps ayant plus récemment servi de base d’opérations pour la Croisade pendant plus de trois décennies). Ce monde devient le siège du premier gouverneur du Secteur d’Orpheus, Hal Orpheus, qui n’est plus que l’ombre de ses anciennes gloires militaires et qui ne vit que grâce aux arts d’une coterie dévouée de savants de l’Adeptus Mechanicus. D’autres mondes nouvellement colonisés, tels qu’Arcantis, Gedrid et Midwinter, sont donnés en récompense glorieuse à des régiments privilégiés de la Garde Impériale pour leur service pendant la Croisade, tandis que le système de Myre, riche en ressources mais sans vie, est cédé à perpétuité à l’Adeptus Mechanicus pour son rôle dans la Croisade. Des pèlerins, des colons et des pionniers affluent dans le nouveau secteur, de leur plein gré ou non, en provenance des Mondes-Ruches surpeuplés des secteurs d’Uhulis et de Warre, mais cette marée d’âmes est jugée insuffisante. Bientôt, l’Administratum redirige vers les nouveaux secteurs d’autres foules de réfugiés provenant d’une douzaine de zones de guerre, et des populations planétaires entières de mondes défaillants ou épuisés dans des régions plus établies de l’Imperium sont placées sous édit de transmission. Cet acte condamne des millions de personnes à un voyage souvent mortel vers une frontière encore largement inconnue, d’un trait de plume impitoyable.[13]

817.M36 : La Flotte Perdue

Une flotte de colonisation de plus d’une vingtaine de vaisseaux Arches, transportant quelque seize millions d’âmes, envoyée pour fonder un Agri-Monde sur la planète verdoyante de Tlaloc, disparaît en route. Aucune trace de la flotte n’est retrouvée. Tlaloc est ensuite colonisée par une expédition beaucoup plus petite une trentaine d’années plus tard, sans autre incident.[14]

759.M37 : Le Millénaire d'Orpheus

Le millénaire de la fondation du Secteur d’Orpheus est célébré par la procession du corps sacré du Seigneur Tempestus Orpheus à travers les principaux mondes du secteur désormais bien établi. Son sépulcre est placé dans son vaisseau amiral de croisade, l’Arica Dominus, qui sert également de vaisseau amiral à la Flotte de Guerre d’Orpheus entièrement constituée. Le millénaire est accompagné de grandes largesses et de fanfares de la part des commandants impériaux du secteur et de versements de l’Adeptus Ministorum, ce qui donne lieu à de grandes célébrations de la part des roturiers, des nobles et des ordonnés. De nombreux miracles sacrés et visions de foi sont rapportés à la suite du passage du corps-relique.[15]

976.M37 : Le Silence de Leyak

Tout contact est perdu avec le secteur voisin de Leyak. Les circonstances entourant cet événement sont scellées sous les auspices du Conclave de l’Ordo Xenos du Segmentum et sont au-delà des attributions et de l’autorisation de cet extrait. Les archives de cette période montrent une augmentation massive des dîmes militaires dans le Secteur d’Orpheus, le renforcement de sa flotte de combat et la poursuite de la construction de défenses orbitales sur ses principaux mondes. Le coût paralysant des dîmes et de la main d’œuvre locale pour soutenir ce renforcement prend un lourd tribut sur les mondes d’Orpheus. À partir de ce moment, toutes les missions coloniales à la lisière des Étoiles Voilées sont interdites sous peine de mort, et une série de mondes à la frontière du Secteur d’Orpheus sont spécifiquement exclus de toute visite par un décret impérial.[16]

113.M38-955.M39 : Le Déchirement d'Orpheus

La discorde, le mécontentement et les privations sévissent dans le secteur, en partie à cause des dépenses militaires massives imposées par les autorités du Segmentum. Des révoltes, des activités sectaires et des rébellions éclatent sur des douzaines de mondes, entraînant des répressions et des purges brutales contre les populations civiles, et les siècles qui suivent sont marqués par des effusions de sang et des tragédies, tant apparentes qu’inexpliquées. Les choses empirent lorsque la Croisade Noire de Von Mallas, surnommé "le Faux Saint" et "le Transgresseur", déclenche une Guerre de le Foi schismatique qui s’étend au Segmentum Pacificus et au Segmentum Tempestus. Le credo de l’hérétique se fraie un chemin dans le Secteur d’Orpheus, provoquant d’autres soulèvements majeurs sur Colkasth et Epirus, drainant les régiments et le matériel de guerre du secteur qui avaient été réquisitionnés et réaffectés pour combattre la guerre en expansion constante contre les forces du Transgresseur. Les planètes schismatiques sont finalement subjuguées et le monde pénitentiaire de Morros Lachrymal est fondé pour s’occuper des pénitents, mais l’Agri-Monde d’Epirus est transformé en une terre désolée qui mettra des décennies à retrouver ne serait-ce que l’ombre de ses capacités antérieures. Cela suffit à perturber le réseau fragile du commerce et de l’approvisionnement du secteur, déjà surchargé et trop sollicité, et les temps à venir verront la famine et la peste frapper de nombreux mondes d’Orpheus encore et encore.[17]

715.M38 : Le Développement du Culte

Né de la famine et de l’amertume des années précédentes, un culte hérétique connu sous le nom de Celestarii se développe parmi les nobles et les dignitaires du secteur. Bien qu’interdit et persécuté par l’Adeptus Arbites et l’Ordo Hereticus, il reste une présence injuste et sinistre qui ne peut être totalement éradiquée. Les principes du culte sont la fausseté du Credo Impérial et la vénération d’une race secrète d’êtres supérieurs qui sommeillent, et qui un jour se réveilleront pour apporter la vie éternelle à leurs loyaux serviteurs et la mort sanglante à leurs ennemis. Le culte prend pour ses reliques sacrées les nombreux restes xeno-archéologiques trouvés à travers le secteur et, en secret, effectue des rituels cannibales et cherche à accroître le pouvoir et l’enrichissement de son cercle restreint d’adhérents.[18]

889.M38 : La Mort de Tlaloc

Des signaux de détresse brouillés en provenance de l’avant-poste de Tlaloc parlent de massacre et de ténèbres impénétrables avant d’être brusquement coupés. Un escadron dépêché par la Flotte de Guerre d’Orpheus trouve le monde comme un charnier, éclaboussé de sang et de ruines en feu. Aucun corps intact n’a été retrouvé et tous les dispositifs de stockage de données sur la planète ont été détruits. Quel que soit l’événement qui a détruit sa population, il semble qu’il ne se soit produit qu’en une poignée d’heures. L’Inquisiteur Kussan de l’Ordo Xenos déclare que l’absence de restes humains indique qu’il est probable que les responsables sont des Corsaires Kabalites Drukharis ; d’autres au sein de l’Inquisition et de l’Amirauté Orphéenne ne partagent pas son hypothèse. Tlaloc, hanté par la mort, est soumis à une quarantaine permanente sur ordre du Seigneur Commandant du secteur.[19]

160.M39 : La Bataille des Profondeurs de la Gorgone

La Flotte de Guerre d’Orpheus, aidée par les forces des Chapitres Space Marines des Revilers et des Red Seraphs, affronte et bat même une importante force d’invasion Ork au cours d’une bataille spatiale de dix-neuf semaines avant qu’elle ne puisse pénétrer complètement dans le secteur. La menace des Orks est finalement endiguée lorsque leur vaisseau amiral, le Mega-Kroozer, est détruit lors d’un abordage sauvage mené par un fer de lance de Terminators Space Marine. Les survivants Orks s’enfuient cependant dans les ténèbres et deviennent une épine dans le pied des mondes d’Orpheus pendant les siècles à venir, sous forme de pirates et de pillards, se dissimulant dans les systèmes de débris et les turbulents vortex gravitiques qui bordent le sous-secteur Deluvien.[20]

860-903.M.39 : Le Temps de la Révolte

Depuis près d’un millier d’années, le Secteur d’Orpheus était en proie à des conflits et à des guerres incessantes, déchiré entre le fait de fournir de plus en plus d’armes et de main-d’œuvre aux secteurs voisins - plus récemment pour combattre les guerres sans fin dans Haxan contre l’Apostat Heptad et la Kabale de l’Abattoir Drukhari - et le maintien de ses propres défenses. Pendant cette période, la croissance et les prédations constantes des Xenos et des corsaires renégats à ses frontières pèsent lourdement sur le secteur. La plus grande menace du Secteur d’Orpheus de ces temps-ci, cependant ne venait pas des ténèbres de l’au-delà, comme on le craignait depuis longtemps, mais de ses propres rangs. Le dernier rejeton de la lignée d’Orpheus était mort depuis longtemps, remplacé par la Maison de Laan, méfiante et réputée pour ses intrigues et ses excès. Les tensions concernant les dîmes et le coût de la guerre en cours se transformèrent d’abord en campagnes d’assassinat et de vendetta entre l’enchevêtrement de nobles, de gouverneurs et de Capitaines Chartistes qui gouvernaient le secteur, puis, en quelques années, en conflit ouvert entre les mondes. La flamme de la guerre civile à l’échelle du secteur s’enflamma lorsque les clans d’honneur de l’Amas de Drucilla renversèrent l’opposition locale et déclarent leur sécession du secteur, ralliant à leur cause de nombreuses factions renégates et mettant en péril la stabilité du secteur.

Ailleurs, menacé par ses voisins, le parlement d’Amraphel fit appel à des mercenaires Xenos pour mener une attaque préventive contre ses rivaux par procuration, avant de découvrir qu’ils avaient invité un réseau dissident de Khrave en leur sein. Les immondes aliens dévorèrent leurs esprits et corrompirent les dirigeants de la planète pour remplir leurs enclos, jusqu’à ce qu’ils soient découverts et purgés par un soulèvement mené par l’Adeptus Ministorum.

Alors que la guerre civile et les conflits larvés se répandaient dans le Secteur d’Orpheus, il fut bientôt révélé que la main maléfique du Chaos était derrière l’instigation de la révolte, tout comme elle l’avait été dans le secteur voisin d’Haxan. Des régiments de la Garde Impériale furent déployés dans la région en nombre croissant pour contrôler le secteur, mais ils se retrouvèrent face à des Démons immondes et des hordes de mutants aux côtés des rebelles, et la folie s’empara des mondes d’Apollyon et de Selakhar alors qu’ils tombaient entièrement sous l’emprise des Puissances de la Ruine. La menace de l’Archi-ennemi servi à unir les autres mondes fatigués et divisés d’Orpheus comme nul autre, et bientôt les lignes de bataille furent tracées.[21]

903-922.M39 : La Guerre de la Foi Orphéenne

Alors que les classes militaires et dirigeantes s’affrontaient dans un sanglant conflit interne, et que le Secteur d’Orpheus lui-même était au bord de l’abîme, une flotte délabrée arriva à Amarah, apportant avec elle une aide inattendue - une force de croisade composée de zélotes impériaux, de miliciens, de Gardes et de pèlerins poussés à la ferveur martiale par les prêches et les visions extatiques de l’Archi-confesseur Marduk d’Helvamon. Marduk déclara une Guerre de la Foi pour les âmes du Secteur d’Orpheus, affirmant que l’Empereur-Dieu Lui-même l’avait averti d’une grande et terrible menace pour l’ensemble de l’Humanité …se levant là où la lumière d’Orpheus tombe à jamais dans l’ombre. Plus importante pour la cause des Loyalistes que les cent mille fanatiques qu’il amenait avec lui fut la présence de l’Archi-confesseur lui-même ; le prédicateur de l’Adeptus Ministorum fournissant à la fois une figure de proue et un point de ralliement pour la résistance contre les puissances obscures qui ont déchiré le secteur, endiguant rapidement la marée de l’hérésie.

Une fois que les forces impies démoniaques et les factions renégates de l’Alpha Legion, des Night Lords et des Death Mongers Space Marines du Chaos furent identifiées de manière concluante parmi les rebelles, une aide supplémentaire fut rapidement recherchée ailleurs dans l’Imperium. Des renforts supplémentaires sous la forme des Angels Revenant, ainsi que les Ordres de l’Adepta Sororitas du Cœur Valeureux et du Sépulcre Noir, et un groupe de l’Ordo Malleus de l’Inquisition, renforcèrent la cause impériale, tout comme d’innombrables volontaires parmi les citoyens de ces mondes encore épargnés par la guerre, attisés par les discours de Marduk. C’est ainsi que commença la Guerre de Foi d’Orpheus, un conflit amer qui durera près de vingt ans et verra un cinquième de la population du secteur tué à la fin, et d’innombrables autres ruinés, mutilés et déplacés.[22]

921.M39 : Le Fléau de Saint Marduk

En 921.M39, la Guerre de la Foi d’Orpheus est effectivement gagnée par les forces de l’Imperium, avec tous les principaux mondes détenus par les Traîtres étant soient reconquis soient détruits, sauf un, la forteresse du Chaos de Colkasth. Ce Monde-Ruche avait été fortifié et transformé en un enfer vivant, sa population étant utilisée comme matière première par les Techmanciens des Death Mongers pour fabriquer des armes de chair, ainsi que comme chair à canon mutilée et démente pour défendre leur territoire. Contre ces forces obscures se dressaient les armées assiégeantes de l’Archi-confesseur, qui revendiquait la victoire finale pour lui-même et les guerriers pèlerins de la Garde Impériale sous son commandement. Au lieu de les impliquer dans le siège, il envoya ses alliés de l’Adeptus Astartes et de l’Adepta Sororitas pour harceler et détruire les autres restes des forces des Traîtres qui ont fui ailleurs. D’après les derniers signaux reçus de la zone de guerre, les forces de Marduk progressaient, faisant face à la fureur des défenseurs de Colkasth par la foi et le feu, et avaient réussi à forcer plusieurs zones d’atterrissage à la surface de la planète, lorsque la communication astropathique avec la flotte impériale assiégeante a brusquement cessé et que l’alarme a été donnée.

Le Croiseur d’Attaque des Angels Revenant, l’Intercessor, qui avait été le premier à répondre à l’alarme, fut attaqué et sévèrement endommagé à son arrivée en bordure du système par deux petits mais extrêmement puissants vaisseaux du vide d’origine inconnue (présumée Xenos). Le vaisseau Space Marine fut endommagé avant de détruire un des attaquants et de repousser l’autre. Ceux qui se trouvaient à bord de l’Intercessor, pratiquement hors d’usage, assistèrent à une grande bataille stellaire qui se déroula dans le système intérieur grâce à leurs lunettes longue portée, mais ils ne pouvaient pas intervenir. Le temps qu’ils se mettent en orbite autour de Colkasth, la force d’attaque inconnue était partie, laissant un champ de carcasses en feu dérivant en orbite autour du monde, ses forteresses et ses villes brisées et bouillonnantes d’un feu radioactif surnaturel. Il restait cependant quelques survivants éparpillés dans les décombres et les ruines. Pour ceux qui portaient les stigmates du Chaos et de la trahison, les Angels Revenant les passèrent au fil de l’épée, tandis que les quelques survivants qui ont combattu pour l’Empereur, blessés et souvent catatoniques à cause du choc, furent emmenés vers le salut avant qu’un dernier hiver noir de cendres ne s’abatte sur le monde. Colksath sera à jamais appelé le Fléau de Saint Marduk, puisque l’Archi-confesseur martyr lui-même fut peu après béatifié par le Saint Synode de l’Ecclésiarchie.[23]

010-619.M40 : Le Secteur Renaissant

Après le succès de la Guerre de la Foi d’Orpheus, le secteur se reconstruit sous l’égide de ses commandants impériaux survivants. Par dérogation, de nombreux régiments de la Garde Impériale et les survivants du pèlerinage de Saint Marduk furent autorisés à s’installer sur ses mondes, déposant leurs armes ou s’intégrant pleinement aux forces de défense locales. L’Inquisition met un point d’honneur à traiter les réfugiés et à purger les mondes qui ont été soumis à des conquêtes renégates de toute souillure. Apolyon, qui a été le théâtre de plusieurs incursions démoniaques sauvages, est placé sous son contrôle direct à perpétuité. De même, la colonie mineure de Libethra, sur laquelle le saint s’était montré favorable, est convertie en un Monde Sanctuaire en l’honneur de Marduk et devient un cimetière pour les millions de morts glorieux et bénis. La seigneurie du Monde Sanctuaire est confiée aux Angels Revenants, jusqu’à présent un Chapitre basé sur une flotte, comme leur domaine, avec une charge sacrée de devoir pour la protection des reliquaires et des cimetières - la résidence permanente des Space Marines renforçant le Secteur d’Orpheus.

Des siècles de consolidation et de reconstruction vont suivre et, malgré la menace constante que représentent les pillards de l’extérieur et les conspirations insidieuses et les activités cultuelles de l’intérieur, le Secteur d’Orpheus et ses mondes éloignés prospèrent à nouveau. Ses maîtres et ses gardiens restent toujours vigilants, à la fois contre les dangers connus et contre l’inconnu, qui a surgi des ténèbres à maintes reprises, laissant une ombre informe de menace dans son sillage. Mais alors que les décennies se transforment une fois de plus en siècles et que la mémoire des vivants s’estompe, les "Dormeurs d’Orpheus" - pour reprendre le nom qui leur a été donné dans les chuchotements de la Cour Amarahite - disparaissent une fois de plus dans le mythe et la légende noire.[24]

319.M40 : La Mort de Badrok

Les forces de Badrok Gutgouga, chef de guerre des Evil Sunz et infâme pillard, qui avaient unifié les Orks des Profondeurs Brisées, mena une Waaagh! qui fut acculée et amenée à combattre à Lysmarchus face à une contre-invasion. Les Orks sont encerclés et complètement écrasés sous les roues des Régiments Blindés Koenig de la Garde Impériale, soutenus par les forces de défense du Secteur d’Orpheus, dans une épuisante campagne d’anéantissement de sept mois. La carcasse brisée du chef de guerre est ensuite suspendue à la flèche de la cathédrale rouge d’Amraphel, et le sous-secteur Deluvien fut le théâtre de grandes réjouissances.[25]

580-591.M40 : Le Dû de l'Empereur

Lors d’un grand rassemblement des armées, les mondes du Secteur d’Orpheus envoient plus de trente-neuf millions de combattants, hommes et femmes, formant de nouveaux régiments pour répondre à l’appel de la Grande Guerre Séverienne qui fait rage dans les régions frontalières entre le Segmentum Tempestus et le Segmentum Ultima. Peu reviennent, mais leur liste bénie de martyrs est gravée dans la Basilique de Sévère sur Libethra. Dans le cadre de cet effort, le pénitencier de Morros Lachrymal, qui était à l’origine une installation minière, est reconverti dans la création et la formation de troupes de la Légion Pénale pour la Garde Impériale.[26]

619.M40 : La Conspiration de Decapolis est Découverte

Le Monde-Ruche de Decapolis s’est développé au cours des siècles au point que sa production économique et sa population dépassaient celles de tous les autres mondes du secteur, y compris le monde capitale d’Orpheus, Amarah. Néanmoins, par tradition et pratique, le pouvoir militaire et administratif du secteur est lié à son ancien monde-trône et les nobles d’Amarah l’ont longtemps gouverné. Decapolis reste éclipsée dans l’ombre d’Amarah et soumise à des dîmes toujours plus importantes, une situation contre laquelle les grandes puissances de Decapoliss, tant militaires que mercantiles, s’insurgent de plus en plus. La jalousie et la rivalité amère engendrent à leur tour des conspirations, et les Décarques élaborent une série de plans pour affaiblir et déstabiliser la capitale du secteur, dans le but à long terme de supplanter la gouvernance d’Orpheus. Ces plans comprennent l’encouragement, le financement et l’armement secrets de dissidents politiques, de réseaux de narcotrafiquants et de groupes hérétiques, ainsi que la conduite de campagnes d’assassinats ciblés. La conspiration est découverte lorsque l’Ordo Hereticus de l’Inquisition soumet les membres d’une cellule cultiste des Ceestarii à un interrogatoire et que les armes lourdes en leur possession proviennent de la manufacture de Decapolis. L’Inquisition s’abat sur le Monde-Ruche et mène une série systématique de purges et de procès pour l’exemple pendant neuf ans, ce qui ne permet finalement d’éviter le soulèvement et la guerre civile que par une oppression impitoyable et une rapidité d’action.

Les amendes punitives et les restrictions de commerce et de transit imposées à Decapolis et à d’autres mondes par un Amarah désormais paranoïaque à la suite de la purge ne servent qu’à accroître les difficultés déjà croissantes dans le secteur. La révélation de la conspiration n’atténue guère l’agitation qu’elle a alimentée sur Amarah, qui a maintenant pris une vie propre. Le désordre et la méfiance s’installent comme une chape de plomb sur les principaux mondes du secteur, mettant fin à ce que de nombreux historiens considèrent comme l’âge d’or du Secteur d’Orpheus.[27]

672-990.M41: La Montée des Tempêtes

Le Secteur d’Orpheus, comme beaucoup d’autres dans le Segmentum Tempestus, vit une augmentation soudaine et imprévisible des bourrasques Warp, des perturbations Æthériques et des phénomènes malins au cours de ces années. Cela a conduit à une augmentation dramatique du nombre de vaisseaux perdus dans le Warp dans la région, avec même les routes principales et établies offrant peu de protection contre la fureur de l’Empyrée. Cela s’accompagna d’une augmentation des catastrophes d’origine naturelle et non naturelle dans tout le secteur, tandis que l’incursion des Psykers et des Démons et l’activité des cultistes atteignirent leur plus haut niveau depuis les jours sombres du Temps de la Révolte. Sur de nombreux mondes, les Psykers latents et les sensitifs rapportèrent que des cauchemars récurrents furent monnaie courante - des scènes de villes mortes et d’obscurité croissante, de silhouettes pâles foulant la poussière de mondes silencieux et de labyrinthes sans fin hantés par une malignité invisible. La connaissance de cette épidémie de cauchemars fut impitoyablement réprimée, et le nombre d’agents de l’Ordo Hereticus et de l’Ordo Malleus actifs dans la région fut considérablement augmenté lorsque cela était possible. Les mondes du Secteur d’Orpheus sont devenus de plus en plus isolés et insulaires pendant cette période et le contrôle qu’Amarah exerçait sur le secteur s’était s’affaiblit, malgré ses efforts pour maintenir sa suprématie. Seule la vigilance de la Flotte de Guerre d’Orpheus et du Chapitre des Angels Revenant, affrontant les périls du Warp, maintenant une domination impériale étendue et réussissant à empêcher les attaques résurgentes des Corsaires Aeldaris de la Nébuleuse d’Hesod d’envahir les systèmes périphériques.[28]

689.M41 : Le Vortex Hurlant

Une violente tempête Warp localisée, appelée le Vortex Hurlant par les Navigators du secteur, a engloutit la région connue sous le nom d’Étoiles Stériles, et ce faisant, coupe complètement le Monde Pénal de Morros Lachrymal de tout contact avec le reste du secteur. Toutes les transmissions et le trafic spatial de la colonie pénitentiaire impériale cessèrent et le sort de la dernière vague de prisonniers en route depuis les purges de Decapolis vers Morros resta inconnu, tout comme celui des treize millions de prisonniers de Morros.[29]

744.M41 : Les Meurtres de Kellerman

Une série de meurtres et de vols à la Schola de Kellerman sur Amarah est révélée comme faisant partie d’un complot plus large impliquant le Culte Celestarii concernant la recherche d’artefacts Xenos récupérés à la limite de l’espace du secteur depuis plusieurs siècles. Une violente fusillade entre l’Adeptus Arbites et les membres du culte laisse la Schola comme une ruine carbonisée, avec la perte de dizaines de vies humaines. Après l’action, des témoins ont rapporté plusieurs fois qu’une silhouette enveloppée de feu marchait à travers les flammes pour récupérer plusieurs artefacts inconnus du complexe enflammé, apparemment non affectés par le feu. L’examen médico-légal de la scène n’a pas permis d’établir lesquels de la vaste collection d’artefacts Xenos de la Schola ont été pris au lieu d’être simplement incinérés dans le feu.[30]

766.M41 : La Damnation du Manticore

Le cargo chartiste Manticore Agirus est dévasté par une tempête Warp lors de son passage d’Arcantis à Ribasu. Poussé par la tempête, il subit de multiples brèches dans son Champ de Geller et est assailli par des Démons. Les cris et les supplications de son équipage et de ses quelque trois mille passagers, ainsi que les chuchotements et les promesses de ceux qui les ont dévorés, résonnent dans les effluves psychiques du sous-secteur Capitoline pendant les décennies suivantes.[31]

811.M41 : L'Avertissement du Wayward Son

Le dromon spatial Wayward Son, autrefois un vaisseau d’escorte appartenant à la flottille du petit Libre-Marchand Caleb Gilderoy, apparaît aux limites du périmètre de défense des avant-postes de l’Adeptus Mechanicus à Harrow Watch. Des communications confuses de l’équipage du vaisseau affirment qu’il avait subi de graves dommages dus à une action Xenos hostile et contenaient également des avertissements incohérents sur le fait que l’expédition de Gilderoy avait rencontré une "terreur" venue d’au-delà de l’espace qui a détruit la flottille du Libre-Marchand, se terminant par des plaidoyers pour un sanctuaire immédiat pour le vaisseau en détresse. Le Wayward Son n’avait pas l’autorisation de pénétrer dans la zone d’exclusion de Harrow Watch, et lorsque le navire refusa de faire demi-tour, il fut abattu et détruit en tant que menace potentielle. De petites quantités d’épave sont collectées et placées sous stricte quarantaine pour examen.[32]

819.M41 : L'Ombre du Roi Mendiant

Bien avant sa découverte, d’étranges ruines Xenos existaient dans le Secteur d’Orpheus, ruines qui allaient signaler la ruine de ce secteur.
La Ruche de Lisig, sur le Monde Industriel de Chemarium II, est envahie par une épidémie de folie et de désespoir contagieux ; ils sont des milliers à succomber à la manie suicidaire en se jetant dans les machines auxquelles ils étaient asservis, ou simplement en se frayant un chemin jusqu’à la surface de la planète, recouverte de toxines, et en déchirant leurs appareils respiratoires. L’effondrement de la société s’ensuit rapidement et, dans l’anarchie, une figure, apparemment touchée par les pouvoirs du Chaos, Ranker l’Unique, l’auto-proclamé "Roi Mendiant", se leva pour conduire ses disciples sains d’esprit à renverser les cités manufacturières de Chemanum II. En renversant les autorités et en corrompant les Forces de Défense Planétaire, il propage sa malveillance sur les trois autres mondes habités du système, la folie se propageant comme une contagion dans son sillage. Empêchées d’amener des renforts suffisants par les conditions du Warp, les forces impériales parviennent à contenir mais ne purent vaincre les renégats qui infestaient les désolations de cendres et les souterrains de Chemarium I et V, tandis que des sectes meurtrières portant des noms tels que "la Marée sans Fin" et "les Ténèbres Rampantes" menèrent de vastes campagnes de terreur contre les manufacturums et les hab-spires qui restaient sous contrôle impérial. Une zone d’exclusion fut établie autour du système Chemarium et une guérilla d’usure s’installa. Des régiments de Troupes de Choc dirigés par l’Inquisition furent envoyés pour aider la campagne de suppression.[33]

990.M41 : Les Étoiles Mourantes

La violente turbulence Warp qui a régné sur la division ouest du Secteur d’Orpheus pendant plus de trois cents années standard est rapidement et soudainement éteinte par une onde de choc dans l’Immaterium, ne laissant subsister que le Vortex Hurlant. La violente bourrasque empyrénéenne voit des dizaines de vaisseaux pris sur son chemin, soit projetés loin de leur trajectoire, soit simplement réduits en miettes. Dans tout le secteur, des Astropathes, des Psykers et des sorciers sont victimes de morts soudaines et inexplicables ou sont désespérément brûlés au niveau de l’esprit. Les rapports d’hystérie de masse, de meurtres inexpliqués, de disparitions et de manies augmentent de façon exponentielle sur les mondes du Voile Froid et du sous-secteur de Drucilla. L’Ordo Malleus du Conclave d’Orpheus, basé sur Apollyon, émet un ordre de vigilance maximale à l’intention de toutes les autorités impériales, estimant que la perturbation du Warp et les phénomènes qui l’accompagnent ne sont que les précurseurs d’une incursion démoniaque majeure dans le secteur.

La station d’observation en profondeur de l’Adeptus Mechanicus à Harrow Watch rapporte que les étoiles binaires du système interdit de Caracol, à la lisière de la Région Voilée, ont toutes deux été détruites de façon inattendue par une supernova, l’événement se produisant à peu près en même temps que l’onde de choc de fin de tempête dans le Warp. Ce rapport est largement ignoré comme étant insignifiant.

Cette catastrophe stellaire, un événement prédit dans les écrits cachés du Culte Celestarii, ainsi que l’augmentation du nombre de vaisseaux perdus à la périphérie du secteur, pouvant maintenant être considérés comme des présages ignorés du cauchemar à venir, des signes qui, s’ils avaient été traités rapidement et avec suffisamment de force, auraient pu atténuer ou peut-être même empêcher la mort de milliards de personnes.[34]

LE CAUCHEMAR S'ÉVEILLE : 3716991.M41

CauchemarAntique.jpg

L’attaque fut soudaine et d’une férocité totale - une invasion non pas d’un seul monde impérial, ou d’une douzaine, mais de dizaines de planètes, d’avant-postes et de domaines ; une extermination menée avec une puissance choquante et délibérée dans une vaste étendue du vide. C’était un assaut d’une telle rapidité, d’une telle coordination et d’une telle férocité que pour ceux qui se trouvaient au-delà de la ligne de front, son seul signe était le silence. Un silence comme si des systèmes stellaires entiers avaient été arrachés du firmament par une mort si totale et si soudaine qu’ils n’avaient même pas eu le temps de crier, d’appeler leurs voisins à l’agonie ou au désespoir. La rapidité de la catastrophe qui s’est abattue sur les étoiles du Secteur d’Orpheus était telle qu’il était encore impossible aujourd’hui de déterminer l’ampleur réelle de la destruction qui les avait frappées. Sur le sort de l’avant-poste lourdement fortifié de l’Adeptus Mechanicus de Harrow Watch, des colonies frontalières de Pallasite, Khatris et Borrus Landing, du Monde Féodal d’Ayrith et de l’ancien Agri-Monde d’Epirus et de plus de soixante autres, rien ne pouvait être dit avec certitude, si ce n’est que les envahisseurs étaient venus et que tout était devenu silencieux…

C’est dans la forteresse inquisitoriale d’Apollyon que l’alarme avait été donnée pour la première fois. Un vaisseau noir en forme d’aiguille, brûlé de la proue à la poupe, se libéra du tourbillon de fureur qui avait englouti le système et survécut assez longtemps pour transmettre son avertissement à la capitale du secteur d’Amarah. Le choc et l’incrédulité de ceux qui l’ont lu ont été rapidement surmontés par le sceau de l’Ordo Malleus apposé en code incontestable sur les images de l’avertissement astropathique et vérifié par les frères supérieurs de l’Inquisition sur Amarah Prime, l’appel général aux armes étant immédiatement signalé. Les Forces de Défense Planétaire ont été activées, la Flotte de Guerre d’Orpheus a été appelée à se rallier et les forces de la Garde Impériale déjà rassemblées en vue d’un nouvel assaut sur le système rebelle de Chemarium ont été rapidement réaffectées et redéployées. Alors que la capitale du secteur s’élevait comme un seul homme vers la guerre, les difficultés croissantes de communication nécessitèrent rapidement l’utilisation de vaisseaux rapides à capacité Warp pour porter le battement de tambour de l’avertissement aux mondes situés au cœur de la planète qui dormaient, dans l’ignorance du cauchemar qui s’était déjà produit, et ce n’est que lorsque les rapports de ces émissaires commencèrent à arriver, que l’ampleur réelle et presque inimaginable de l’assaut fut révélée.

La véritable nature de la menace n’était pas encore connue - les autorités ne disposaient d’aucun compte-rendu précis des combats et, étant donné la nature symbolique et allégorique fondamentale de la transmission astropathique, le visage de l’ennemi restait caché. Les messages envoyés vers les mondes périphériques sont restés sans réponse, tandis que tout vaisseau qui tentait de passer une ligne de ténèbres qui s’étendait à travers le secteur dans un arc en forme de cimeterre de Tlaloc à Epirus ne revenait tout simplement pas. Le plus inquiétant était sans doute le silence de Libethra, la Forteresse-Monastère du Chapitre Space Marine des Angels Revenant, une force de l’Adeptus Astartes qui a longtemps été le défenseur du secteur et le plus puissant des guerriers. Le fait que Libethra fut également frappé de silence par cette mystérieuse malédiction a fait naître dans le cœur des commandants impériaux des Mondes Orphelins un sentiment de panique qu’ils n’ont pas osé reconnaître, mais c’est ce facteur plus que tout autre qui les a poussés à adopter une politique de défense préparatoire paniquée au lieu de répondre par une contre-agression aveugle comme ils auraient pu le faire.

Alors que les préparatifs de guerre étaient entrepris à la hâte, les systèmes Auspex à longue portée, les moyens de surveillance Aethérique et même les lunettes optiques des Mondes Orphelins restants furent tournés vers la nouvelle zone morte avec une intention furieuse, mais ils ne virent rien. Des escadrons et des troupes de Piquet furent envoyés pour renforcer Drucilla Major et Midwinter, deux systèmes vitaux et fortement peuplés qui avaient été considérés comme sûrs mais qui se trouvaient maintenant sur une nouvelle frontière de l’obscurité. Amarah, elle-même directement menacée, attira des armées et des vaisseaux de guerre du secteur central vers elle avidement. Par un commandement dictatorial, le gouverneur du secteur - Calibron Laan - a progressivement retiré les forces de protection des autres mondes pour renforcer les défenses d’Amarah, et a rassemblé les vaisseaux de guerre et les navires de commerce dans une flotte centralisée au sein de la Flotte de Guerre d’Orpheus, à l’extrémité du système d’Amarah.

Les heures de tension et d’alarme frénétique qui avaient suivi l’avertissement d’Apollyon s’étaient d’abord étendues en jours, puis en semaines et enfin en mois, et rien d’autre que le silence avait suivi. Les nerfs mis à rude épreuve alors que l’élan guerrier des militaires des secteurs tendaient la laisse, et que Laan devait faire face à une pression croissante de la part de ses nobles et de ses commandants pour agir et ne pas simplement attendre le prochain coup. Des plans ont été élaborés pour chaque mesure d’action agressive, de la reconnaissance en force à l’échelle de la flotte par la Marine Impériale à la contre-croisade globale par les généraux de la force opérationnelle de Chemarium, certains suggérant même de frapper jusqu’à Libethra où, selon les généraux, les Angels Revenant se battaient sans doute assiégés et isolés par l’ennemi. Le gouverneur du secteur Lean avait déjà l’intention de rejeter et de bloquer chacun de ces plans, et il a obtenu le soutien ferme du Seigneur Inquisiteur Hiram Ntshona de l’Ordo Malleus. Ntshona était le seul membre de son Ordre encore en actif dans le Secteur d’Orpheus, et l’un des membre de la Chambre d’Apollyon - une grande puissance en soi. Ntshona était fermement convaincu que l’attaque qui les avait engloutis était de nature maléfique et qu’elle était l’œuvre des Puissances de la Ruine ; qui d’autre, pensait-il, pouvait ainsi ensorceler le Warp et commander aux tempêtes des abysses insondables d’aider leurs plans ? Qui d’autre pouvait frapper si rapidement et envelopper les étoiles de silence comme le linceul d’un cadavre pour dissimuler ses actions ? Dès qu’Apollyon s’était tu, Ntshona avait demandé sa propre aide, et maintenant il conseillait au gouverneur du secteur, en termes clairs, de ne pas entreprendre d’action agressive jusqu’à ce que cette aide arrive.[35]

La Fin du Silence : 3806991.M41

Là où les yeux de l’Imperium n’avaient auparavant vu que l’obscurité, une lumière sauvage s’est soudainement allumée, un tumulte écrasant de signaux et de données se propageant à travers les augures supraluminiques et aveuglant les postes de surveillance célestes dans un blizzard d’informations. Les Astropathes se heurtaient à une cacophonie enchevêtrée et chevauchante d’appels de détresse et de cris psychiques des mourants, déformés jusqu’à l’incompréhension et repliés dans le temps, comme si les cris paniqués des condamnés avaient été gelés dans la glace pour être libérés en un seul instant. D’autres appels, bien plus étranges, se sont ajoutés à cette marée : des piliers d’énergie flamboyants s’élevant dans l’Aether à la limite de la Région Voilée.

Pulsant comme des phares, ces fontaines d’énergie déversaient des tempêtes de radiations et de particules chargées qui semblaient capables de transcender les gouffres de distance entre les étoiles en quelques instants. Ces tempêtes d’énergie dansaient sur des décharges statiques le long des routes Warp et s’accrochaient à la coque des vaisseaux dans un feu froid et fantomatique. La contagion électromagnétique qu’elles apportaient avec elles chuchotait dans des langues inconnues qui envahissaient les canaux vox et les réseaux de communication soi-disant scellés et sécurisés, les échos de cris d’agonie s’estompant dans leur sillage. Avec eux, une phrase en gothique impérial se répétait encore et encore, "Maynarkh arrive."

Le chaos s’ensuivit partout où le signal maléfique passait : les machines tombaient en panne et présentaient des dysfonctionnements soudains, les Serviteurs devenaient fous et les cogitateurs étaient enfermés dans des boucles interminables, leurs esprits étant choqués par une apoplexie bégayante. Les protections normales contre l’intrusion maléfique des œuvres du Dieu-Machine s’avérèrent inutiles contre le signal de souillure, et les Technoprêtres de l’Adeptus Mechanicus se mirent à utiliser largement la purge galvanique pour nettoyer les instruments affectés, une méthode qui, bien que grossière et dommageable, était au moins efficace pour créer un coupe-feu contre la malignité. Ce n’est que maintenant que le linceul avait été levé que la véritable ampleur de la dévastation fut révélée. Libethra, où une centaine de basiliques avaient été érigées pour honorer les morts bénis et où le Chapitre des Space Marines Angels Revenant avait servi de sentinelles, n’était plus qu’une mer noire de cendres mouvantes, déchirée par une lave d’un rouge éclatant - toutes les traces de la main de l’Imperium avaient été effacées. Apollyon, la planète dominante de l’Ordo Malleus, avait été brisée, les débris de ses continents traînant derrière elle en orbite comme du sang versé - sa lune, Elohiem Mortua, avait été écrasée à sa surface comme par un dieu courroucé.

Alors que la nouvelle se répandait et que les réseaux vox d’une douzaine de mondes continuaient par intermittence à s’agiter et à tourbillonner avec d’étranges symboles vacillants et des cris de douleur en écho, la peur se répandit. Les forces de l’ordre et le pouvoir impérial se battaient brutalement pour endiguer la marée montante de l’anarchie. Cependant, l’aide était enfin en route, car une force de frappe précurseur composé de vaisseaux de guerre et de barges de troupes du secteur Eurydice était connu pour être en route, mais l’espoir qu’il offrait était trop faible et trop tardif. Une grande partie de ce qui restait du Secteur d’Orpheus était presque à genoux et le reste était en proie à la terreur avant même que la deuxième vague de l’invasion ne commence.[36]

La Dernière Diffusion : 4917991.M41

Sur Drucilla Major, Monde-Ruche de six milliards d’âmes, capitale du sous-secteur de Drucilla et l’un des mondes clés du Secteur d’Orpheus, le soleil ne s’était pas levé. Tout contact avec les vaisseaux de la flotte locale avait été brusquement perdu et le trafic vox en déclin diffusé par le relais astropathique voisin parlait d’un froid mortel s’installant sur le Monde-Ruche, tandis que d’étranges obélisques de basalte et des pyramides gigantesques de métal noir scintillant surgissaient de la surface de la planète mourante. Dans le sillage de cette catastrophe, de nouveaux appels à l’aide et des rapports d’urgence provenant de vaisseaux inconnus ont commencé à être entendus à travers la partie centrale du Secteur d’Orpheus, tandis que la terreur se répandait…

Fortress Tarris, le puissant fort de classe Ramilies qui se tenait en sentinelle au-dessus des chantiers navals en orbite autour de Midwinter, avait signalé un assaut massif du système par des vaisseaux inconnus, et d’étranges figures métalliques "façonnées comme des spectres de la mort" se matérialisant dans ses voûtes et sous les ponts, perpétrant de grands massacres, avant que Midwinter elle-même ne soit coupée et réduite au silence. Calibron Laan, gouverneur d’un secteur qui s’écroulait autour de lui, refusait toujours de prendre des mesures agressives et se réfugiait dans les bunkers d’urgence situés sous son palais de la cour, les vastes forces qu’il avait amassées - des dizaines de millions d’hommes et de femmes sous les armes et des centaines de vaisseaux de guerre - restaient à quai, sous la garde impuissante de la capitale du secteur. Un à un, les systèmes autour d’Amarah lancèrent des appels à l’aide qui restèrent tous sans réponse, leurs signaux étant coupés dans un silence bientôt remplacé par une pulsation d’un Feu de Saint-Elme flamboyant et céleste qui s’enflamma et mourut, marquant tour à tour un royaume où l’Humanité n’avait plus d’emprise. Désormais, les seuls appels à l’aide qui résonnaient dans le sous-secteur du Capitole étaient ceux d’Amarah, qui demandait de l’aide à l’ensemble de l’Imperium, car tous les autres signaux étaient finalement corrompus puis coupés. La "Centaine Sanglante" était terminé, et le Secteur d’Orpheus avait été coupé en deux.[37]

La Bataille d'Amarah

« Celui qui voit le visage de l’ennemi ne voit que sa mort, celui qui entend les mots de l’ennemi n’entend que des mensonges, mais celui qui connaît la position de l'ennemi a la sagesse de tuer tous ceux qui sont devant lui dans leur mesure. »
- Les Sermons de Saint Mardouk cantiques 12-84.
La Bataille d’Amarah allait s’avérer un tournant crucial dans l’histoire de la Guerre d’Orpheus, et la plus grande perte de vie unique confirmée dans un engagement confiné de mémoire d’homme dans le Segmentum Tempestus. Elle allait également devenir le point central de ce que l’on appelle depuis lors la "Campagne de Salut d’Orpheus" : la contre-attaque prolongée visant à contenir et à vaincre l’assaut des Nécrons dans tout le secteur après les premières phases désastreuses de la Guerre d’Orpheus.
La Bataille d’Amarah a confirmé, sans l’ombre d’un doute, la véritable identité et la grande force de l’ennemi auquel l’Imperium a été confronté. Ce récit est donc plus détaillé que ceux qui l’ont précédé dans ce dossier, étant compilé et collationné à partir des rapports après action des unités combattantes, des témoignages de survivants et des fragments mimétiques récupérés post-mortem par transcription mori-corticale par l’Ordo Xenos.
- Inquisiteur Ha’Vass.[38]

3964992.M41 : La Veille de la Destruction

MILITARIS TEMPESTUS GROUPE DE COMBAT DU "SALUT"[39]

Déploiement des renforts - Système Amarah 0364992.M41

- Chapitre Adeptus Astartes Minotaurs - 10 Compagnies

- Chapitre Adeptus Astartes Marauders - 1 Compagnie

- Death Korps de Krieg : 17e & 60e Korps de Ligne

- Bataillons Blindés Tekarn - 7 Bataillons

- Garde sous contrat Jopal - 4 Régiments

- Jurés de Sang Synd Zan - 2 Légions

- Garde Necromundiens - 2 régiments

En route/répondant - Système d’Amarah

- Adeptus Astartes - 3 contingents de Chapitres [Confirmé]

- Garde Impériale - 16 Régiments [Confirmé]

- Adeptus Titanicus - Lego Victorum (II) - Demi-Legio

- Cadre de l’Ordo Xenos [Classé]

- Équipe d'Extermination de la Deathwatch [Classé]

L’assaut qui avait dévoré plus de la moitié des systèmes stellaires habités du Secteur d’Orpheus l’avait fait en moins de cent jours standard, semant la panique et la terreur à grande échelle et mettant fin à la vie de milliards de personnes. Ce faisant, les envahisseurs avaient semé le désarroi devant eux, les batailles sauvages devenant des retraites désespérées et les retraites des déroutes anarchiques, les forces du secteur étant vaincues et dispersées, les envahisseurs engrangeant toujours plus de victoires. Aucune force impériale disponible n’a pu faire plus que retarder l’assaut de l’ennemi ou arrêter sa progression. Puis, de façon apparemment inexplicable, l’ennemi s’est arrêté.

À Amarah, sous la supervision du Commandant de Secteur et Gouverneur Général Calibron Laan et de son conseil militaire, toutes les forces disponibles ont été concentrées et ralliées en toute hâte, sans savoir combien de temps cette pause dans l’attaque allait durer. Alors que le temps passait et qu’aucune attaque ne se produisait, la paranoïa croissante de Laan et son instabilité apparente - dont la cause était alors inconnue - pesaient lourdement sur les plans de bataille et les dispositions des forces mises en œuvre pour la défense d’Amarah. Les renforts extérieurs au secteur qui commençaient à arriver en réponse aux appels à l’aide de Laan ont été en grande partie canalisés directement vers Amarah. D’autres unités locales des mondes de l’Amas d’Arcantis et des parties orientales du secteur, qui n’avaient pas encore été touchées par la guerre, ont été retirées de leurs positions défensives et redirigées vers Amarah, affaiblissant ainsi la protection de leurs mondes d’origine ; un acte qui a grandement nui au moral et à la stabilité politique de la planète, conduisant à plusieurs occasions à une mutinerie pure et simple qui a dû être traitée brutalement par l’intendance. En l’espace d’un quart d’année standard, les forces déployées à Amarah avaient atteint des proportions colossales, avec plus de dix-neuf millions de Gardes Impériaux en place, et peut-être dix fois plus de réservistes et de miliciens levés par décret d’urgence, armés et équipés du modèle cadien selon les dispositions les plus strictes du Departmento Munitorum. Parmi les formations de la Garde Impériale hors-monde, les plus puissantes, et l’un des derniers contingents à arriver dans le système, comptaient deux millions de soldats issus de la Death Korps de Krieg, avec à leur tête le vétéran 17e Korps de Ligne sous le commandement du Maréchal Karis Venner.

En outre, plusieurs Chapitres Space Marines avaient répondu à l’appel aux armes du Secteur d’Orpheus, y compris la totalité du Chapitre des Minotaurs, dont les éléments d’avant-garde balayaient maintenant le nord du Secteur d’Orpheus aux côtés d’une compagnie du Chapitre Marauders qui s’était également déployée dans le système d’Amarah, tandis que des détachements des Chapitres Red Seraphs et Nemesis étaient en route. L’armada massée dans l’espace vide d’Amarah à ce moment-là n’était pas moins impressionnante, comprenant plusieurs centaines de vaisseaux de classe escorte et plus de soixante croiseurs et vaisseaux capitaux de la Marine Impériale, y compris sept cuirassés de grade primus et quatre Barges de Bataille Space Marines, avec l’ancien et légendaire Arica Dominus comme vaisseau amiral. Rarement dans l’histoire de l’Imperium une force aussi écrasante n’avait été vue pour la défense d’un seul système stellaire.

Au fur et à mesure que le silence des envahisseurs se prolongeait et que le temps passait, la hâte de défendre Arnarah ne semblait plus aussi pressante et les appels à une action plus immédiate pour faire face aux forces de l’ennemi devenaient courants, mais Laan et son conseil restaient inflexibles. Un moratoire absolu a été imposé sur toute tentative de contre-attaque dans les régions perdues de l’espace orphéen, ou même d’effectuer des reconnaissances en force pour vérifier si les survivants de l’Imperium se battaient encore seuls et isolés ou même pour espionner les mouvements et la force de l’ennemi. Un voile sombre s’était étendu sur les mondes perdus du secteur, que Laan et ses complices ne semblaient pas vouloir perturber.[40]

3970992.11441 : La Flotte Noire

La Bataille d’Amarah.
La Bataille d’Amarah commença sans préambule ni avertissement ; aucun augure de grande portée n’a prédit la venue des Nécrons et aucun Astropathe ou voyant ne prophétisa leur présence dans les courants de l’Empyrée. À 1534202, échelle de temps locale, un flux gravitationnel massif est apparu près de l’étoile d’Amarah, ses ondes de choc faisant que le soleil a violemment éjecté du plasma et des radiations dans l’espace dans une série d’éruptions solaires massives. La fureur de l’étoile blessée était telle qu’elle a atteint l’orbite de la planète la plus intérieure du système, Auric, et a incinéré tout ce qui se trouvait sur son côté jour en un instant. Dans tout le système d’Amarah, les réseaux de capteurs et les scanners Auspex ont été aveuglés, le trafic vox a été noyé et les instruments non blindés ont été rendus inutiles dans le hurlement électromagnétique de l’étoile torturée. La contusion et le tumulte créés par la soudaine tempête solaire étaient tels que ce n’est que lorsque la station de bataille Sentinel-4, en orbite profonde autour d’Amarah Prime, explosa dans une boule de gaz brûlants et d’épaves en fusion en pleine expansion, que l’on réalisa que l’attaque tant attendue était enfin arrivée - l’ost Nécron avait déclenché sa colère.

La vaste flotte de combat impériale en poste plus loin, à l’ancrage de la flotte à Layman (Amarah III), postée à ce que la sagesse conventionnelle considérait comme l’emplacement optimal pour intercepter les vaisseaux se déplaçant dans le système depuis le Warp, mit rapidement en ligne des systèmes de secours et des détecteurs optiques pour voir la destruction. Ils découvrirent avec horreur l’image d’une flotte noire de vaisseaux inconnus se découpant sur les flammes de la station de combat, les navires se déplaçant à des vitesses si proches de l’impossible qu’ils étaient à portée d’Amarah Prime en quelques instants, et il n’y avait rien à faire pour les arrêter, ni même le temps de donner un avertissement. L’ennemi était apparu à l’intérieur des murs.

Alors que la flotte sortait ses puissants moteurs de leur sommeil, un processus qui prenait un temps qu’Amarah Prime ne pouvait se permettre, l’Arica Dominus et ses vaisseaux frères furent forcés d’observer, impuissants, les éclairs de lumière dorée et émeraude qui scintillaient autour d’Amarah, tandis que les champs de mines orbitaux et les plateformes d’armes étaient balayés par les lames noires et les formes de lances des envahisseurs extraterrestres. Systématiquement, Amarah Prime a été dépouillée des défenses que tant de sang, de trésors et de temps avaient forgées, et Sentinel-2 puis Sentinel-1 - chacune des stations de combat ayant la puissance de feu d’un escadron entier de croiseurs - ont été réduites en un bûcher d’épaves en feu et laissées suspendues comme des présages ardents dans le ciel nocturne d’Amarah Prime. La capitale du Secteur d’Orpheus était ouverte à l’attaque.[41]

3971992.M41 : Invasion Planétaire

Lorsque les batteries de défense orbitale qui protégeaient les Cités-Ruches et les silos à missiles dissimulés sous les mers grises commencèrent à ouvrir le feu dans le ciel, l’ennemi était déjà aux portes d’Amarah. Des orages sombres et artificiels bouillonnaient dans les cieux, déchirés par des éclairs vifs et de Feu Saint-Elme, tandis que des éclairs sinistres de rayonnement pâle scintillaient dans les ombres entre les spires des Ruches et les tunnels et passages profondément enfouis dans le sol. Les réseaux vox tactiques, toujours embourbés dans des bruits statiques et des interférences, furent soudainement submergés de rapports d’attaque provenant du sol et de l’air. Sur les vastes places de cérémonie de la Ruche Callowsheen, une armée spectrale de fer noirci était apparue entre les éclairs et avançait dans les rues de la ville, massacrant tout sur son passage. Au port stellaire de Duneratd, des essaims d’insectes métalliques voraces, par milliers, avaient surgi des tunnels d’accès souterrains, dévorant tout sur leur passage et déchirant de l’intérieur les navettes de transport de troupes et les vaisseaux de combat sur leurs cales.

Ailleurs, la Cité-Ruche de New Vassburg, la plus grande des arcologies d’Amarah Prime, allait être détruite par les airs, lorsque les formes élancées des aéronefs d’attaque de classe Faucheur et Night Shroud s’abattirent sur elle depuis les cieux déchirés par la tempête. Les bombes antimatière libérées par les Night Shrouds sous la forme de sphères de confinement noires comme l’éclair se brisèrent au contact de leurs cibles, les réduisant en miettes et creusant de profondes blessures dans les spires, qui ainsi minées commencèrent à s’effondrer, provoquant un carnage sans nom parmi les multitudes piégées à l’intérieur. Les défenses de la ville s’étaient longtemps appuyées sur le labyrinthe de passages et de sous-niveaux inondés pour gêner et désorienter tout attaquant, mais elles n’étaient que de piètres barricades contre les machines mortes qui venaient les chercher, des créatures qui n’avaient pas besoin de respirer et pour qui l’obscurité était un refuge. Assaillis par des barques funéraires lugubres qui s’élevaient des eaux noires, transportant des légions silencieuses, des guerriers métalliques squelettiques et des monstres aux mains en ciseaux qui rampaient depuis les ombres pour commettre des meurtres, les dômes aériens et les hauteurs coralliennes de Tritonus se brisèrent bientôt en éclats et tombèrent, ses rues aquatiques résonnant des cris des mourants.

Outre les villes qui étaient les cibles principales des envahisseurs, les avant-postes militaires furent également attaqués par les implacables envahisseurs Nécrons. Le plus important d’entre eux, le Bastion Polaire Wails, pivot des défenses de la planète, fut soudainement assiégé par une phalange d’énormes machines de guerre qui planaient sans bruit au-dessus de la coulée de glace. Les kilomètres de baraquements préfabriqués de la Péninsule de Marcovan, construits pour abriter près d’un million de Gardes, ont tout simplement été anéantis, des rayons de lumière flamboyante descendant de l’orbite et ne laissant que de fines cendres blanches et du verre de silice fondu là où une vaste armée s’était tenue pour se rallier à la guerre.

Dépassés par un ennemi qui semblait être soudainement partout et qui avait le pouvoir de se matérialiser à partir de rien, les défenseurs d’Amaral, bien que jetés dans le désordre, se sont néanmoins battus avec force contre l’envahisseur. À Callowsheen, les légions massacrantes ont été accueillies par les chars du 234e Bataillon Blindé Tekarn, qui ont rapidement appris que même les armes légères des envahisseurs s’avéraient mortelles pour leur plus lourd blindage à courte portée. Comprenant que rester sur le champ de bataille ouvert signifierait une destruction rapide, les commandants du bataillon ont donc ramené leurs véhicules dans les larges halls où ils pouvaient espérer engager leur ennemi à distance, par endroits en bloquant presque la zone entre les hab-spires avec des Leman Russ alignés en quinconce de front, les chars d’artillerie Manticore et Basilisk derrière eux fournissant un tir de barrage. À la première vue des rangs non vivants des Guerriers Nécrons qui se dirigeaient vers eux, les Tekarns ont ouvert le feu dans un barrage implacable de tirs d’obus à longue portée à travers lequel rien ne pouvait espérer survivre. Alors que les rangs se succédaient et que les guerriers étaient réduits en miettes, d’autres prenaient leur place et d’autres encore se traînaient sur le sol et commençaient à se réassembler pour faire avancer leurs corps de métal. Les Tekarns, voyant avec horreur que leur fureur ne faisait que retenir la marée, ne pouvaient pas relâcher leur barrage et continuèrent à tirer jusqu’à ce que les canons commencent à briller d’un rouge terne avec la chaleur des obus remontés à toute vitesse pour alimenter les canons. Les officiers Tekarns savaient qu’ils ne pourraient pas tenir le coup, mais ils étaient loin de se douter qu’ils n’auraient pas la chance de voir jusqu’où leur détermination et leurs munitions pourraient aller contre un ennemi aussi implacable.

Pour les vaillants Gardes Tekarns, la mort est venue à la fois d’en haut et d’en bas. Le témoignage du seul survivant de l’action, un soldat nommé Yeon Bak, qui faisait alors partie du train de transport des obus, rapporte que le danger était d’abord passé inaperçu en raison du tonnerre de leurs propres canons. La première fois qu’il a vu leur situation critique, c’est lorsqu’une lance de chaleur brûlante - comme l’explosion d’une Arme à Fusion, mais beaucoup plus concentrée et prolongée - a instantanément incinéré les soldats devant lui et a coupé en deux un chargeur énergétique d’une Sentinelle à proximité en un seul arc de cercle. Bak attribue à la chance le fait que lui et ses compagnons étaient sur le chemin du retour pour récupérer d’autres obus, sinon les munitions se seraient certainement enflammées et il aurait été tué instantanément. Il a décrit une énorme forme noire passant directement au-dessus de sa tête alors qu’il se mettait à l’abri, et levant les yeux en état de choc, il vit les flancs des tours autour de la colonne blindée grouiller d’insectes robotiques multi-segments de taille cauchemardesque. Identifiées par les logistes de l’Ordo Xenos sous le nom d’"Acanthrites", ces machines se propulsaient sur les forces des Tekarns piégées sur des ailes ténébreuses d’une force obscure, tranchant les véhicules blindés avec leurs faisceaux tranchants avant de descendre pour écraser et découper les survivants avec des membres tranchants et des dards enveloppés d’énergie. L’anarchie s’est rapidement abattue sur les Tekarns, car, piégés si près les uns des autres, leurs chars ne pouvaient plus manœuvrer ou utiliser leurs armes sans se toucher ou toucher leurs propres troupes, ce qui a provoqué un véritable massacre. Les unités Commandos Tekarns, attachées au bataillon blindé, ont tenté de contrer l’attaque avec des rafales concentrées de tirs d’artillerie et d’Armes à Plasma portables, mais cette contre-attaque a été rapidement écrasée lorsque d’énormes constructions ressemblant à des arthropodes, se déplaçant rapidement, ont surgi du sol sous les Tekarns et ont refermé le piège. Ces machines à tuer, qui se déplaçaient à une vitesse fulgurante, étaient capables de traverser la matière solide à volonté. Elles achevèrent rapidement le massacre, percutant les chars de combat restants, les carcasses des Gardes Tekarns démembrées et envoyées au loin par les machines à tuer. Le 234e Bataillon tout entier a trouvé la mort en moins de vingt minutes, le soldat Yeon Bak ayant survécu en rampant dans un égout et en étant emporté par les eaux, avant d’être sommairement exécuté pour lâcheté face à l’ennemi.[42]

Krieg

Dans les jours qui suivirent l’assaut initial, Amarah Prime avait été réduite en ruines brûlantes et chacune des Ruches principales était tombée aux mains des envahisseurs, les osts Nécrons ne faisant ni prisonniers ni quartier. La résistance impériale, cependant, était loin d’être entièrement épuisée, et à mesure que les ravages de l’assaut initial passaient, des formations ad hoc et des points de ralliement se formaient sur les ruines et dans les zones épargnées, par accident ou à dessein, par la destruction qui avait été infligée au monde. Dans les plaines industrielles de Karalsa, qui s’étendaient sur des dizaines de kilomètres à l’ouest des ruines de la Ruche de New Vassburg, la Death Korps de Krieg attendaient. Arrivés tardivement au rassemblement d’Amarah, et forts de sa réputation, la Death Korps avaient été déployés dans plusieurs zones hors Ruche de la planète, bien loin des casernes des forces locales. Dans les plaines de Karalsa, le 17e Korps de Ligne avait pris possession d’une zone de cent kilomètres carrés d’entrepôts et de manufactures pour loger ses forces. Trouvant ces structures bien moins sûres que ne le prévoyait sa doctrine, elle avait entrepris d’exploiter les tunnels souterrains qui sillonnaient la zone, chargeant ses ingénieurs de les agrandir encore pour créer des dépôts d’armes et des refuges.

Lorsque l’assaut fut donné, cette prévoyance permit au Korps de Ligne de survivre presque indemne à l’attaque initiale et, une fois la tempête de feu passée, il sortit de ses bunkers improvisés par dizaines de milliers dans les ruines fumantes, résolus à repousser les envahisseurs. La Death Korps se dispersa d’abord dans les décombres de la plaine industrielle, balayant méthodiquement le sol en ruines, engageant le combat avec l’ennemi, établissant des liens avec d’autres groupes de survivants impériaux et récupérant des blindés et des munitions partout où elle pouvait en trouver. C’est le Maréchal Venner de la Death Korps qui prit la tête du champ de bataille à ce moment-là, ordonnant l’exécution de plusieurs officiers supérieurs de la Garde Orphéenne qu’il considérait comme ayant failli à leur devoir et offrant à d’autres la chance d’un glorieux martyre en première ligne. Le commandement de Venner s’est rapidement élargi pour englober plus de deux cent mille Gardes ainsi qu’une vingtaine d’escadrons d’aéronefs d’attaque construits de toutes pièces à partir d’une vingtaine de formations décimés, maintenant dispersés en groupes plus petits pour leur protection et utilisant les couloirs de routes dégagés conçus pour les macro-chenillés comme pistes d’atterrissage.

Les troupes disciplinées de la Death Korps, vétérans des champs de bataille brisés qu’était devenue Amarah, utilisèrent les paysages urbains ravagés comme couverture pour se battre, utilisant chaque bâtiments en ruine comme un point fort improvisé et dissimulant des tireurs d’élite et des guetteurs parmi les monticules de morts. Dans les jours qui suivirent, les combats contre les forces Nécrons furent féroces, les corps blindés de l’ennemi s’avérant pratiquement imperméables aux tirs laser et leurs machines de guerre implacables présentant une résistance exceptionnelle à la plupart des armes de l’arsenal impérial. La Death Korps, cependant, a plus que surpassé son ennemi implacable par sa détermination à se battre, quelles que soient les chances, et elle a rapidement changé de tactique pour combiner des bombardements indirects à longue portée avec de l’artillerie et des assauts rapprochés extrêmes, neutralisant autant que possible la puissance de feu à longue portée des Nécrons, cherchant à submerger l’ennemi par son nombre et sa détermination sanglante. Ces tactiques ont connu un grand succès, mais ont souvent coûté très cher en vies humaines. De même, ses ingénieurs de combat, rompus à la lutte dans les tunnels depuis des générations, utilisaient des détecteurs sismiques pour protéger ses bunkers et ses tunnels de l’assaut des essaims de Scarabées Canoptek des Nécrons, avec des escouades de Lance-Flammes et de Fusion prêtes à répondre à toute incursion soudaine venant du sous-sol.

Le Maréchal Venner savait que les gains réalisés par ses forces étaient au mieux éphémères et que, sans espoir de renforts, et avec les Nécrons aux commandes d’une grande partie de la surface de la planète, ce n’était qu’une question de temps avant que ses forces ne soient isolées, encerclées et détruites dès qu’elles seraient considérées comme une menace suffisante. Venner décida que plutôt que de voir son commandement saigné et détruit sans profit, il attaquerait et rechercherait le martyre dans la destruction glorieuse des ennemis de l’Empereur. Tout ce dont il avait besoin était une cible, et il en aurait bientôt une.

Les aéronefs des Minotaurs découvrent un complexe Xenos dans la Ruche de New Vassburg.
Les reconnaissances effectuées par les éléments du Chapitre des Minotaurs, piégés à la surface de la planète pendant l’attaque, avaient déterminé que dans les décombres de la Ruche de New Vassburg, quelque chose d’origine Xenos s’était manifesté dans l’obscurité. Là où les débris avaient été éparpillés quelques heures auparavant, une pyramide de pierre vert-noir aux angles étranges, rivée de veines de lumière émeraude pulsante, s’élevait maintenant dans la nuit, attirant les éclairs des cieux troublés pour frapper son sommet et le faire brûler d’un feu fantôme scintillant. Autour de cette pyramide s’étaient formées des citadelles de moindre importance, faites de la même pierre maléfique, constellées d’emplacements d’armes arcaniques et d’étranges créneaux reliés à la structure principale par des tranchées angulaires remplies de brouillard incandescent. Autour du complexe pyramidal, les silhouettes squelettiques des Nécrons se déplaçaient en patrouille infatigable et des marées de scarabées et d’autres constructions allaient et venaient, entraînant avec eux une multitude de cadavres et de fragments d’épaves pour satisfaire l’appétit de la pyramide. Face à ce bastion de l’ennemi, le Maréchal Venner a préparé ses forces à l’attaque, et des observateurs avancés ont même signalé la présence d’objets extraterrestres dans la tempête ouverte au-dessus de la pyramide, à travers laquelle des éclairs d’énergie émeraude ont jailli de son sommet dans un bruit assourdissant. Alors qu’ils se mettaient en position, chacun des hommes des brigades d’assaut de la Death Korps s’agenouillait en rangs ordonnés et silencieux, accroupis dans les décombres et les cendres, attendant l’appel au combat tandis que les éclairs extraterrestres brillaient et scintillaient dans la nuit noire. Entre les ruines dans lesquelles la Death Korps était rassemblé et les défenses Nécrons, il y avait un kilomètre de terrain ouvert, aplati et brûlé, marquant la zone de mort qu’ils devaient traverser pour atteindre leur objectif. Le signal fut enfin donné et la Death Korps se leva comme un seul homme et commença à avancer lentement, à un rythme régulier, au fur et à mesure qu’elle quittait les décombres et pénétrait dans la terre brûlée.

Immédiatement, les arcs incurvés des pylônes de sentinelle se matérialisèrent sur les murs des citadelles et se tournèrent pour suivre l’armée en marche, des arcs d’énergie s’allumant visiblement le long des étranges créneaux Nécrons. Puis la tuerie a commencé. Des faisceaux hurlants d’énergie émeraude firent disparaître des pans entiers d’hommes, tandis que les Canons à Fission crachaient des volées d’éclairs qui réduisaient en cendres tout ce qu’ils touchaient. Des centaines d’hommes sont tombés dans les premiers instants, mais la ligne de la Death Korps n’a pas faibli dans son avancée et c’est maintenant. Au plus profond des ruines derrière elle, ses propres canons ont parlé. Impassibles, les observateurs de l’artillerie avancée avaient noté la portée et la disposition des armes lourdes des Nécrons et les avaient marquées pour la destruction. Venner avait ordonné qu’aucune munition ne soit épargnée, qu’aucun canon ne soit laissé en réserve, et les Basilisks et Praetors de la Death Korps répondirent à son appel par un bombardement furieux, envoyant des tonnes d’obus dans les airs pour tomber comme une pluie mortelle sur leurs cibles.

Instantanément, la pyramide et ses sous-citadelles furent enveloppées d’un manteau de flammes lorsque des centaines d’obus éclatèrent contre la structure extraterrestre. La pyramide vacilla un instant comme un mirage à l’horizon avant de redevenir solide, l’un de ses obélisques extérieurs étant réduit en miettes dans un flot d’éclairs. Bientôt, alors que les bombardements reprenaient, de grands morceaux de maçonnerie noire furent arrachés de la structure et un hurlement sinistre traversa le champ de bataille, clairement audible même par-dessus le tonnerre des tirs d’obus. La puissance de feu des Nécrons fut rapidement redirigée vers le haut, balayant le ciel et faisant exploser les obus avant qu’ils n’atteignent leur cible. Pendant ce répit, la Death Korps prit l’avantage, avançant tandis que les compagnies de chars de Venner, retenues jusqu’à présent, surgirent des décombres à la vitesse du flanc, traversant les lignes de la Death Korps vers leur objectif. Alors que les troupes impériales s’approchaient à quelques centaines de mètres, le sol devant les citadelles explosa, déversant des constructs Canoptek meurtriers directement sur les troupes de la Death Korps. Les énormes corps articulés des traqueurs s’élevèrent et déchirèrent les lignes, tandis que des centaines de Scarabées plus petits entraînèrent les hommes au sol, leur arrachant la chair des os. La Death Korps s’écoula comme une marée autour des machines à tuer, tandis que les compagnies de chars entrèrent dans le champ de tir et ouvrirent le feu avec leurs canons de combat sur les rangs des Guerriers Nécrons qui commençaient à affluer des citadelles.

La Death Korps de Krieg se distingua pour sa résistance farouche face aux Nécrons.
Sur le flanc gauche, un escadron de chars à plasma Macharius Omega lança des tirs tels des soleils miniatures vers les pylônes de défense, sans se soucier de la surchauffe de leurs canons, dans leur détermination à dépouiller la citadelle de ses défenses. Tandis que sur la droite, les transporteurs Centaurs s’élançaient à travers une tempête de tirs à Fission, qui réduisaient des dizaines d’entre eux en éclats, afin de déployer leurs Lanceurs Quadruples aussi près que possible de l’ennemi. Des milliers de personnes tombèrent, les chars s’enflammèrent et un blizzard d’obus fut lancé contre la pyramide noire qui commença à se briser et à se fissurer, la fumée s’élevant et les éclairs actiniques jouant maladivement sur sa surface éclatée.

Derrière les lignes impériales, les compagnies de troupes laissées en arrière pour défendre la position d’artillerie se sont retrouvées assaillies et ont dû livrer un combat désespéré pour repousser les Dépeceurs tordus et armés de lames qui les attaquaient dans l’ombre, tandis que les vaisseaux d’attaque des Nécrons surgissaient du ciel pour les mitrailler. Les escadrons de Lightning et d’Avengers impériaux qui traversaient la nuit pour intercepter les Night Scythes des Nécrons étaient peu nombreux, mais ils plongeaient courageusement au cœur des escadrons ennemis, leurs armes flamboyant dans l’obscurité, chaque pilote recommandant son âme à l’Empereur et sachant que ce serait leur dernière bataille.

Les dés étaient jetés, la bataille se jouait dans la balance et il n’y avait pas moyen de reculer. Déjà des dizaines de milliers de soldats gisaient mortes sur la plaine maudite, mais Venner n’hésita pas à ordonner la deuxième vague. Levant haut son épée et menant lui-même la charge sur le sol meurtrier, la Death Korps a rempli le champ de bataille comme une marée vivante d’acier et de feu, et écrasèrent et renversèrent les derniers Rôdeurs Sépulcraux qui lui barrait la route, piétinant les scarabées éparpillés dans la terre. La Death Korps atteignit les citadelles extérieures du complexe pyramidal au moment où ses propres tirs d’obus commençaient enfin à faiblir, mais pour les Nécrons, il était trop tard, l’ennemi était déjà sur eux, les soldats humains grouillant comme des fourmis sur les fortifications aliens. Encerclés, les Guerriers Nécrons furent abattus par des tirs croisés meurtriers et les créatures-machines furent repoussées et détruites une à une, car pour chaque Krieg que les Nécrons massacraient, une douzaine d’autres prenaient leur place. Partout dans la structure, des charges respiratoires étaient mises en place et des Bombes à Fusion étaient lancées dans les conduits d’énergie et les fissures de l’édifice blindé. La violente détonation de la pyramide noire aveugla les spectateurs à cinq kilomètres de distance et creusa un cratère blanc cendré dans le désert, clairement visible par les vaisseaux en orbite au-dessus du monde ravagé par la bataille.

Bien qu’ailleurs, les défenseurs impériaux aient également connu un certain succès, repoussant ou non les envahisseurs, l’invasion des Nécrons avait été d’une efficacité meurtrière. Chacune des trois principales Cités-Ruches était en ruines, le principal port stellaire de la planète avait été envahi et ses installations de défense essentielles avaient été réduites à l’état de ruines. Le nombre de morts s’élevait à des milliards et Amarah Prime brûlait.[43]

3577992.M41 : Les Minotaurs et le Faucheur

Avec sa cargaison mortelle déployée à la surface et la conquête de la planète bien entamée, la flotte Nécron avait à nouveau tourné son attention vers l’espace interplanétaire, laissant Amarah Prime couverte de tempêtes noires bouillantes et déchirée par les traînées ardentes des épaves rentrant dans son atmosphère dans son sillage. L’armada impériale qui lui faisait face, maintenant rayonnée en une vaste formation en échelon et en pleine course vers le système interne, détecta leur mouvement et ses capitaines s’immobilisèrent momentanément, croyant que les envahisseurs s’enfuiraient devant la puissance cataclysmique de l’armada, ne leur laissant aucune chance de se venger de leur échec à empêcher la flotte noire de provoquer la mort de tant de personnes à la surface de la planète. Ils avaient tort. Les vaisseaux Nécrons, tournant avec une grâce presque somptueuse, se mirent en formation d’attaque parfaite en forme de croissant et se verrouillèrent sur une trajectoire d’interception directe avec le cœur de l’armada impériale, montrant une soudaine accélération surnaturelle qu’aucun vaisseau humain n’aurait jamais pu espérer égaler.

Sur la passerelle du cuirassé de classe Apocalypse Arica Dominus, le Grand Amiral Georg Carew, Chevalier-commandant de la Flotte de Bataille d’Orpheus, observait avec une appréhension croissante l’holosphère qui lui montrait l’ennemi en train d’avancer. Bien que son désir fut de venger les pertes subies par sa flotte au cours des derniers mois et l’affront fait au monde qu’il avait solennellement juré de protéger, et contrairement à beaucoup de ceux sous son commandement, il ne laissa pas sa colère l’aveugler. La puissance de feu de la flotte à sa disposition était d’un ordre de grandeur inimaginable et plus que capable de briser des mondes entiers par la seule force brute ; un fait dont il pensait que son ennemi était plus que conscient. Maintenant que les auspices de combat impériaux étaient réparés, il pouvait constater que la flotte noire possédait moins d’un quart de son propre nombre de vaisseaux et, selon les normes impériales, beaucoup moins de tonnage, la majeure partie étant constituée de ce qui serait comparable à la classe d’escorte en termes impériaux. Les plus grands vaisseaux, une vingtaine, étaient, selon les renseignements fournis par l’Ordo Xenos, identifiés comme des "vaisseaux de récolte", et en contrepartie des onze plus grands vaisseaux de guerre impériaux, avait deux monstres de son cru. Ensemble, ancrant le centre du ciment d’attaque, ces "Vaisseaux-Tombes" étaient gigantesques ; chacun d’eux avait plus de quinze kilomètres d’envergure et était surmonté d’étranges structures pyramidales qui émettaient des lectures d’énergie incompréhensibles qui déconcertaient et alarmaient ses Magos. Ils avaient déjà été codifiés "Sun Killer" et "Dead Hand" par le stratège impérial et marqués comme cibles prioritaires pour tous les membres de l’armada. Cette force représentait la plus grande concentration de vaisseaux Xenos Nécrons jamais enregistrée, et Carew était déterminé à leur donner la punition qu’ils méritaient. Après s’être entretenu avec le sinistre Asterion Moloc, Maître de Chapitre des Space Marines Minotaurs, la flotte du Chapitre des Minotaurs, commandée par l’imposant vaisseau d’assaut relique Daedelos Krata, lui-même protégé par une douzaine de Croiseurs d’Attaque d’escorte, s’était déployée en second échelon quelque part derrière la ligne de bataille principale de l’armada ; prête soit à porter un coup fatal après que les lignes se soient affrontées, soit à intercepter toute force de percée si le plan de l’ennemi était de passer à travers plutôt que de s’engager. À son propre commandement, il donna l’ordre direct à tous les navires de maintenir leur formation et de ne s’engager que selon les instructions, sous peine de mort, et bien que les capitaines de nombreux destroyers et croiseurs avides de combat, ils savaient que leurs vies seraient prises par leurs propres Commissaires de bord s’ils désobéissaient.

Avec une vitesse effrayante, la flotte Nécron avait rempli le vide entre eux et entrait à portée de tir avant que d’autres ordres puissent être donnés ou exécutés. L’armada impériale fut cependant la première à exprimer sa colère. Des centaines de torpilles jaillirent des tubes de lancement des destroyers, des frégates et des croiseurs de la force, se dirigeant droit vers la flotte noire qui les attendait. Les Nécrons ne furent pas découragés et, alors que l’essaim de torpilles se rapprochait, ils n’ont pas tenté de modifier leur trajectoire ou de s’esquiver. Aalors que les centaines de milliers de kilomètres de distance étaient réduits à quelques dizaines de milliers, aucune manœuvre d’évitement ni aucun contre-feu n’ont été émis par les sinistres vaisseaux de guerre Xenos.

Sur la passerelle de l’Arica Dominus, tout le monde observa en silence l’arrivée des torpilles à portée de tir. Soudain, là où des centaines d’icônes bleues avaient clignoté sur l’holosphère pour suivre le vol des projectiles, des glyphes d’alarme rouges clignotaient frénétiquement et disparaissaient. Des dizaines de torpilles cessèrent tout simplement de fonctionner, rendues inertes et impuissantes par une intervention que les auspices de combat impériaux ne pouvaient même pas détecter, tandis que d’autres s’autodétruisaient ou déviaient largement de leur trajectoire comme si elles étaient aveuglées. Les rares vaisseaux qui parvenaient à voler étaient simplement évités avec une facilité méprisante par les vaisseaux Nécrons, qui les dépassaient à des vitesses inimaginables, ou qui déversaient inutilement leur haine atomique sur les coques noires impassibles des grands vaisseaux funéraires, trop peu nombreux pour avoir un réel effet. Les vaisseaux Nécrons, plus noirs encore dans l’obscurité du vide froid, continuaient à avancer.

En quelques instants, les deux flottes s’approchèrent de la limite de portée des lances et les Nécrons firent feu. Sur les ponts des vaisseaux impériaux, des sirènes d’alarme hurlèrent alors que des distorsions gravitationnelles massives étaient détectées, se précipitant vers eux à des vitesses à peine inférieures à celle de la lumière, et trop tard, les Esprits de la Machine et les cogitateurs des vaisseaux impériaux les identifièrent pour ce qu’ils étaient : des fragments d’étoiles mortes. Ces morceaux de l’oubli brisèrent les Boucliers Voids dans des éclairs actiniques brillants et déchirèrent les vaisseaux à l’intérieur avec une facilité sauvage, et de haut en bas de la ligne impériale, des vaisseaux grands et petits s’éteignirent tout simplement. À côté de l’Arica Dominus, le cuirassé Richtenback, qui servait l’Imperium depuis avant la Grande Croisade, fut frappé au milieu du navire et explosa, baignant le vaisseau amiral de l’armada dans le feu et les débris, le secouant jusqu’au cœur. Malgré le tumulte qui l’entourait, Carew donna l’ordre à l’armada de s’approcher et de faire feu à volonté, et le vide qui se refermait entre les deux flottes devint une tempête aveuglante de lances enflammées et de tirs de plasma, de macrocanons et de missiles rugissants, tandis que les Nécrons répondaient avec une fureur toute particulière par des éclairs de lumière émeraude et ambrée qui scintillaient pour fendre les coques et détruire les ponts. Les deux flottes s’interpénètrent et se séparèrent, se ratissant impitoyablement au passage. Carew regarda avec horreur l’holosphère résoudre les détails chaotiques de la bataille en un semblant d’ordre, les listes de victimes clignotant sur elle avec d’étranges runes du Mechanicus que seul un œil entraîné et augmenté pouvait espérer pouvoir interpréter à une telle vitesse. Un bon quart de ses vaisseaux étaient déjà enregistrés comme détruits ou endommagés par rapport à si peu d’ennemis. L’horreur s’accumulait pour l’Amiral alors que la flotte Nécron, après être passée devant lui, stoppait son inertie et reprenait sa course pour revenir sur les vaisseaux impériaux par l’arrière. C’était totalement impossible et pourtant c’était arrivé sous ses yeux incrédules.

La seconde attaque des Nécrons fut encore plus dévastatrice que la première. Les vaisseaux impériaux, surpris par l’arrière qui était vulnérable - les angles morts créés par les fusées de propulsion - et déjà ébranlés dans de nombreux cas par les dommages causés par la bataille, étaient des proies faciles et des dizaines d’entre eux moururent avant d’avoir réalisé le danger ou entendu l’ordre d’urgence de Carew de rompre la formation. Le cuirassé de classe Retribution Talisman of Grace avait été attrapé par le Sun Killer et coupé en deux par ses rayons à Fission, tandis que le croiseur lourd Mendicatus fut écartelé sans pitié par une meute de chasseurs Nécrons comme un animal blessé pris entre des bêtes prédatrices. La ligne de bataille de l’armada s’était rapidement fracturée et brisée, les vaisseaux s’enflammant et explosant comme des étoiles dans l’obscurité, les survivants fouettant vainement tout autour d’eux avec des tirs de flanc et de batterie, ou déversant des chasseurs et des bombardiers dans le vide, souvent pour être découpés par les fusillades défensives de leurs propres frères. L’Arica Dominus lui-même se tourna aussi près que son équipage d’experts pouvait le faire et frappa un vaisseau de récolte en pleine face, la coque noire ondulant comme de l’eau et cédant finalement devant la furie d’énergie qui se déversait en elle. Le vaisseau moissonneur explosa dans un éclair de flamme vert pâle, laissant le néant dans son sillage, mais les rugissements de triomphe sur la passerelle du vaisseau amiral furent de courte durée, car le vénérable cuirassé fut à nouveau secoué lorsqu’une triade de chasseurs Nécrons passa près de lui. Ses Boucliers Voids abaissés, les funestes vaisseaux l’ont martelé de la proue à la poupe, détruisant ses batteries de lances tribord et consumant son pont moteur principal. Incapable de répondre à son gouvernail, l’Arica Dominus s’effondra dans l’obscurité, les corps de son équipage et l’air gelé traînant derrière lui.

Dans ce carnage, les vaisseaux Nécrons tournaient et tombaient comme des charognards lors d’un festin. Les deux grands Vaisseaux-Tombes glissaient majestueusement et inviolablement au cœur de la tempête, annihilant tout ce qui s’approchait, tandis que les pilotes et les équipages des vaisseaux impériaux moins importants qui s’approchaient étaient rendus fous de peur ou découvraient que leurs navires étaient devenus des tombes froides, leur puissance se vidant jusqu’au néant. C’est dans cette mêlée sanglante que la flotte du Chapitre des Minotaurs a plongé tête baissée.

Après avoir observé la bataille sur sa propre holosphère, Asterion Moloc, le sombre maître des Minotaurs, comprit rapidement qu’engager les vaisseaux Nécrons avec leur puissance de feu, leur manœuvrabilité et leur portée supérieures était une folie suicidaire, et donna plutôt l’ordre d’un assaut rapproché sans quartier ni réserve de force. Leur cible devait être le Dead Hand, que l’animus de la machine de son ancien vaisseau d’assaut avait discerné comme étant le premier vaisseau à quitter l’orbite d’Amarah, et le premier à tirer sur la flotte. Moloc savait dans son cœur de guerrier que c’était le maître de l’ennemi, leur vaisseau amiral, le trône de leur commandant, et c’était lui que les Minotaurs devaient détruire. Adoptant une formation d’attaque en forme de tête de taureau - le Daedalos Krata formant le crâne protégé, les trois Barges de Bataille du Chapitre la mâchoire et les huit Croiseurs d’Attaque les cornes - la flotte du Chapitre s’est précipitée au cœur de la bataille, les moteurs à fond et le feu maintenu jusqu’au dernier moment. Tout en déchaînant l’enfer de leurs canons de bombardement et de leurs batteries à plasma, les vaisseaux de guerre du Chapitre le firent sans se soucier de ce qui se trouvait sur leur chemin, tandis que les vaisseaux impériaux coincés entre eux et leur objectif étaient déchiquetés, tout comme les chasseurs Nécrons écrasés sur le côté lors du plongeon de la flotte vers le Dead Hand. Deux vaisseaux de récolte Nécrons firent demi-tour et ouvrirent le feu sur les vaisseaux Space Marines en fuite. La Barge de Bataille Daughter of Tempests, qui faisait autrefois la fierté de la flotte du Chapitre des Lamenters et qui avait été prise comme butin pendant la Guerre de Badab, fut réduite en miettes et se détacha de la formation, sa partie antérieure blindée se désintégrant dans le feu croisé des Nécrons. Mais les Minotaurs ne cédèrent pas, même lorsque les armes du Dead Hand parlèrent et brisèrent la coque bâbord du Fedelitas Lambda, et envoyèrent un trio de Croiseurs d’Attaque dans l’oubli. À bout portant, des Torpilles d’Abordage et des Béliers d’Assaut Caestus jaillirent de la flotte des Minotaurs et se sont écrasés sur les coques du Dead Hand et de ses escortes rapprochées, les vaisseaux à l’arrière continuant à tirer sans remords sur leur proie, dans l’espoir d’ouvrir des brèches dans la coque pour que les abordeurs puissent les exploiter.

Une douzaine de vaisseaux d’assaut parvinrent à percer la coque du vaisseau amiral Nécron et se retrouvèrent à l’intérieur d’un charnier d’air empesté de sang stagnant, de couloirs sombres et de suintements noirs d’aliens. Des machines scarabées malveillantes étaient partout et des machines d’attaque traversaient les murs solides pour attaquer les assaillants comme des anticorps attaquent un virus qui envahit un corps vivant. Les Minotaurs, implacables et impitoyables, se sont battus, combattant et saignant pour chaque centimètre de terrain, alors que chaque tournant de passage apportait de nouveaux ennemis surgissant de l’obscurité. Un par un, les Space Marines tombaient, leur armure noircie et brûlée par les rayons à Fission, les corps transpercés et déchiquetés par les griffes fantômes des défenseurs du Vaisseau-Tombe, jusqu’à ce qu’une seule escouade reste en place, l’Escouade Terminator Ixthalion, balafrée et ensanglantée, se fraya enfin un chemin dans la vaste chambre centrale du Vaisseau-Tombe, un espace froid et hanté de près d’un kilomètre de diamètre qui se trouvait sous la pyramide noire qui couronnait le Vaisseau-Tombe. Là, au milieu des brumes glaciales et des cercles d’obélisques étranges, au centre de rangées de sarcophages murmurants enveloppés d’une lumière fantomatique, s’élevait une grande estrade sur laquelle se tenait le terrifiant seigneur des Nécrons, enveloppé d’un manteau de ténèbres brutes. Ce fut la dernière vision des guerriers de l’Escouade Ixthalion lorsqu’une phalange de prétoriens Nécrons surgit des brumes obscures et les massacra pour leur transgression. Mais ce serait suffisant - le signal ayant été envoyé.

Assez proche maintenant pour s’écraser sur le Vaisseau-Tombe, le Daedelos Krata, gravement blessé et dont le blindage dense était endommagé, ouvrit le feu avec son canon de bombardement à bout portant. La fusillade de macro-obus, dont la cible avait été identifiée par l’escouade Ixthalion en bas, rompit la coque du Dead Hand, exposant la chambre forte à l’espace libre dans un tourbillon de décompression. Le Dead Hand s’éloigna comme un animal blessé, un arc de cercle de sa superstructure en forme de croissant atteignant le Daedalos Krata et envoyant le vaisseau d’assaut relique en vrille sous l’impact. Mais le mal était fait, la coque sans soudure du Vaisseau-Tombe - autrement impénétrable aux auspices ou aux solutions de ciblage - était brisée, et à cet instant, les anciennes machines de téléportation du Daedalos Krata avaient envoyé et livré leur chargement maléfique.

Asterion Moloc affronte…
… le Seigneur Nécron responsable de la guerre.
Alors que l’onde de choc du téléporteur se dissipait, Asterion Moloc et sa garde rapprochée de trente vétérans en Armure Terminator de son Chapitre, aux côtés de deux Dreadnoughts Contemptor du Chapitre, apparurent face au seigneur de l’armée Nécron. Entre eux, il n’y a pas eu de préambule, pas de salut guerrier ou de déclaration de défi ou d’intention. Au lieu de cela, Moloc a simplement levé sa Lance Noire et libéré son rayon laser sur la sinistre figure du haut de son dais semblable à un trône. L’éclair blanc doré, assez puissant pour percer l’armure d’un char de combat, frappa l’épaule de la créature-machine et la fit basculer en arrière, mais ne fit que déclencher un étrange hurlement sifflant, non pas de douleur mais de rage pleine d’insultes. Dans l’air froid, une grande lame d’obsidienne pâle, semblable à un couperet, se matérialisa dans la main squelettique tendue du Tétrarque Nécron, qui se jeta de l’estrade comme un coup de tonnerre, tranchant le premier Terminator sur son chemin d’un revers sauvage, comme si l’armure du guerrier n’était rien.

La bataille s’engagea ainsi et, en un instant, la fureur régna dans la vaste salle, le son des Bolters d’Assaut et des Canons d’Assaut rugissants, s’échappant avec l’air dans le vide au-dessus. Des ténèbres surgirent les prétoriens et les gardiens du tombeau Nécron, des formes blindées de deux fois la taille d’un homme, leurs masques de mort dorés et corrodés scintillant d’or et de cramoisi dans la lumière de feu des armes des Minotaurs. Dans leurs mains, ils portaient des bâtons arcaniques flamboyant de flammes fantomatiques pour réduire leurs ennemis en cendres, ou de grandes lames tranchantes et de grands boucliers segmentés capables de repousser le feu le plus mortel. Bientôt, les Minotaurs furent mis à rude épreuve, un cercle de guerriers de plus en plus restreint ayant déjà fait face à deux fois leur nombre pour voir les morts se relever de leurs ruines ou être remplacés par un autre de leur espèce traquant implacablement les ténèbres. Moloc rageait et tuait aussi inlassablement que n’importe quel guerrier-machine qui se dressait devant lui, et avec une fureur froide bien plus grande, son Bouclier Tempête résonnant sous les coups des armes ennemies tandis que la Lance Noire tranchait et poignardait inlassablement, transperçant les torses blindés et sectionnant les membres mécaniques au passage.

Le Tétrarque se battit et tua tout sur son chemin vers le Maître de Chapitre des Minotaurs, laissant dans son sillage une traînée de Terminators déchirés et sectionnés, jusqu’à ce que soudain le Vaisseau-Tombe soit secoué par un coup retentissant et qu’il commence à s’incliner follement, le champ de gravité artificielle à l’intérieur se mit à onduler et à se tordre. Le Tétrarque Nécron fut jeté sans ménagement à genoux, et au-dessus de lui se dressait l’Ancien Geryon, le grand poing du Dreadnought Contemptor levé pour frapper, le champ d’énergie mortelle qui l’enveloppait se mouvant sans bruit dans la voûte désormais sans air. Le coup de marteau tomba, mais la lame du Fauchard était là pour l’accueillir et l’avant-bras du Dreadnought explosa en flammes et en éclats. Le Vaisseau-Tombe s’inclina encore plus et Geryon vacilla et tituba, les énormes pieds blindés du Dreadnought dérapant et perdant leur appui. Le Tétrarque a jaillit du sol, désossé, et frappa Geryon de sa grande lame en une série rapide de coups à deux mains, faisant jaillir des éclats de céramite et des gerbes d’étincelles du Dreadnought blessé. Geryon tomba, un genou sectionné, du sang saumâtre et du liquide amniotique argenté s’échappant des déchirures de son sarcophage. Le Tétrarque se releva pour porter le coup final mais la Lance Noire l’intercepta. Moloc donna un coup dans le dos du Tétrarque et l’arme explosa au niveau du glyphe représentant l’Ankh qui était blasonné sur la poitrine du Nécron, enveloppée de flammes pâles et d’éclairs ambrés. Transpercé, le Tétrarque fut pris de spasmes sur la lance, son masque de mort rejeté en arrière comme dans un cri silencieux.

Asterion Moloc fit tomber le Tétrarque de sa lame en utilisant son Bouclier Tempête pour porter le coup final mais à ce moment, le Vaisseau-Tombe basculai à nouveau sous l’effet de nouveaux impacts, la flamme blanche des armes à plasma léchant l’ouverture de la chambre forte depuis le vide au-delà. Par un instinct de guerrier acquis sur des milliers de champs de bataille, Moloc a réagit avant que son esprit conscient ne détecte la lame du Fauchard tombant d’en haut, levant son Bouclier Tempête au moment où la lame du Tétrarque s’abattait, bloquant un coup qui lui aurait coupé la tête en deux avant que le bouclier ne soit finalement brisé et ne se désagrège rapidement sous les coups sauvages répétés de la lame étincelante du Nécron. Le monde bascula une fois de plus et ils se séparèrent, Moloc sentant la haine froide et brûlante des yeux cramoisis de la créature tandis que la silhouette squelettique et brisée se retirait dans les ténèbres. Le Maître de Chapitre des Minotaurs fut lui-même emporté dans le vide, entouré des corps de ses guerriers morts comme s’ils étaient pris dans un tourbillon.

Les ténèbres se mirent à scintiller tandis que la vaste forme du Dead Hand se retournait, effaçant les étoiles de son passage et commençait à accélérer, révélant derrière la carcasse en feu de la Barge de Bataille des Minotaurs, Fedelitas Lambda. Le dernier acte du vaisseau avait été d’éperonner le Dead Hand et, ce faisant, il avait causé suffisamment de dégâts pour forcer le colossal vaisseau à battre en retraite. Avec le vaisseau de leur maître en mouvement, la flotte noire se désengagea, chassée mais à peine vaincue, ne laissant que mort et feu derrière elle, tandis que dans un mouvement complètement imprévu, le Sun Killer et une douzaine de vaisseaux d’escorte se séparèrent inopinément du corps de la flotte noire et atterrirent sur le côté nuit d’Auric, dont le visage fut bientôt consumé par des tempêtes sombres et des pulsations de rayonnement non naturel.

Le reste des vaisseaux Nécrons survivants du Dead Hand blessé disparurent tout simplement sans laisser de trace dans les augures de la poignée de vaisseaux de guerre impériaux encore capables de les suivre, une seconde ils étaient enregistrés, et la suivante ils avaient disparu. L’ost Nécron, s’il n’avait pas été vaincu, avait été contenu, mais pour la plupart des survivants, c’était au mieux une victoire à la Pyrrhus. La Flotte de Guerre d’Orpheus était brisée ; moins de dix pour cent de ses vaisseaux étaient encore en état de combattre et chacun portait les cicatrices de la bataille. Quant au reste de l’armada, il gisait dans de vastes nuages arqués de carcasses encore brûlantes et de débris en chute libre, un bûcher pour les défenseurs autrefois glorieux du secteur, visible dans tout le système stellaire.

Amarah Prime, bien que débarrassée de sa principale force d’invasion, brûlait toujours et était désormais le cimetière de milliards de personnes, les victoires qui y avaient été remportées l’ayant été au prix le plus terrible. Les forces impériales survivantes furent évacuées aussi rapidement que possible des ruines et repliées sur les mondes extérieurs de Laymon et Calama pour se regrouper, tandis que les restes de la population civile furent malheureusement abandonnés à leur sort.

La bataille d’Amarah était terminée.[44]

Conséquences

+++ En 995.M41, la Guerre d’Orpheus avait atteint une impasse intenable. Les forces impériales restantes à Amarah et Hydroghast avaient été isolées, et les taux actuels d’attrition sur le champ de bataille dans les conflits de l’Amas d’Arcantis avaient atteint 60% sans gain appréciable ou perspective d’amélioration. Le système de Chemarium et plusieurs mondes périphériques étaient tombés complètement sous l’emprise des Puissances de la Ruine, et les scans en profondeur indiquaient que les forces du Chaos étaient maintenant engagées dans une guerre contre les forces d’invasion Nécron sur plusieurs fronts dans l’enclave de Chemarium, avec une issue inconnue.

+++ Les forces d’invasion Nécron avaient lancé de nouvelles attaques contre Myre et Amraphel, avec une probabilité d’assaut complet de l’invasion ultérieure considérée comme certaine. Ces facteurs, ajoutés aux pertes croissantes de vaisseaux de guerre impériaux qui entraînaient une dégradation fatale de la force de la flotte restante du commandement du Groupe de Combat du Salut/Flotte de Bataille d’Orpheus, amenèrent le Synod Militaris Tempestus à la conclusion suivante : le Secteur d’Orpheus ne pouvait être sauvé sans le déploiement de forces massives de Croisade, dont on estimait qu’elles ne seront pas disponibles avant au moins trois à cinq décennies en projection.

+++ Recommandation : Activation du Protocole Exterminatus Firebreak par pétition de Sainte Terra, avec retranchement concomitant du Secteur Eurydice avec les forces existantes de la Garde Impériale comme engagées, plus les renforts requis à sacrifier pour atteindre cet objectif stratégique.

+++ L’Empereur protège +++[45]


Les Seigneurs Temporels, Martiaux et Ecclésiaux du Très Divin et Juste Imperium de l’Humanité. Témoin et obéissant :

Par ordre exprès de la Chambre Mori de l’Ordo Xenos de l’Inquisition, et sous le mandat et le sceau du Représentant de l’Inquisition auprès des Hauts Seigneurs de Terra, l’Édit Imperialis suivant, désormais connu sous le nom de Décret Orphéen, doit être obéi et appliqué.

Par l’Acte de Discorporation, le Secteur d’Orpheus du Segmentum Tempestus n’existera plus, ses droits, dîmes et titres seront annulés, et son histoire sera dépouillé et oubliée, sauf pour ceux dont le devoir est de porter le fardeau de la vérité et la douleur de la vigilance.

Parmi les forces impériales qui se battent actuellement dans les domaines restants du secteur susmentionné, le don du martyre sera accordé avec la bénédiction de l’Empereur. Que leurs luttes glorieuses soient longues et saignent l’ennemi de l’Humanité sa force et son nombre, et que leurs âmes trouvent leur récompense dans l’au-delà. Par ce décret, un cordon sera mis en place entre l’ancien secteur connu sous le nom d’Orpheus, dont les étoiles sont interdites sous peine de mort, et le secteur Eurydice. Que des Mondes-Forteresses et des places-fortes soient élevés pour maintenir sa surveillance, sous les auspices et la direction de l’Ordo Xenos, unis dans cette charge sacrée.

  • Addendum 1

Que les forces du Chapitre des Minotaurs de l’Adeptus Astartes, et les vaisseaux restants de la Flotte de Bataille d’Orpheus, dès leur réinstallation immédiate, et leur réarmement dans le but de ce commandement unique et de ce devoir onéreux, procèdent à la purge et à l’Exterminatus des mondes haïs, en les purifiant de leur vie et en amenant à la ruine toute tache d’importation Xenos, de peur qu’ils ne fournissent un encouragement ou un soutien à l’ennemi dans les temps à venir.

  • Addendum 2

Que le Monde-Forge de Myre soit abandonné, ses données et forges seront relocalisés sur le monde colonial de Sirgath, dont le système et ses peuples seront désormais cédés à l’Adeptus Mechanicus en compensation de cette perte.

Que tout cela soit fait.

Par le Trône de Terra

0266999.M41[46]

Source

Pensée du Jour : « Le sage apprend de la mort d’autrui. »
  • Imperial Armour Vol. 12 : The Fall of Orpheus
  1. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - Darkness Falls (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - Principal Celestial Domains of the Orpheus Sector (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - Extract Datum (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector (traduit de l'anglais par Guilhem)
  5. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The March of Ages (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Voyages of Orpheus (traduit de l'anglais par Guilhem)
  7. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Sundering of the Imperium (traduit de l'anglais par Guilhem)
  8. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Scourge of Dynat Crowbane (traduit de l'anglais par Guilhem)
  9. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - Vengeance Denied (traduit de l'anglais par Guilhem)
  10. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Child of the Beast (traduit de l'anglais par Guilhem)
  11. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - Ordo Xenos Sealed Addentum 77//90/ Classification : Mandragora (traduit de l'anglais par Guilhem)
  12. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Return of Orpheus (traduit de l'anglais par Guilhem)
  13. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Dawning Years (traduit de l'anglais par Guilhem)
  14. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Lost Fleet (traduit de l'anglais par Guilhem)
  15. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Orpheus Millennial (traduit de l'anglais par Guilhem)
  16. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Silence of Leyak (traduit de l'anglais par Guilhem)
  17. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Harrowing of Orpheus (traduit de l'anglais par Guilhem)
  18. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Cult Celestarii Rises (traduit de l'anglais par Guilhem)
  19. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Death of Tlaloc (traduit de l'anglais par Guilhem)
  20. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Battle of the Gorgon Deeps (traduit de l'anglais par Guilhem)
  21. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Time of Revolt (traduit de l'anglais par Guilhem)
  22. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Orphean War of Faith (traduit de l'anglais par Guilhem)
  23. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Bane of Saint Marduk (traduit de l'anglais par Guilhem)
  24. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Sector Resurgent (traduit de l'anglais par Guilhem)
  25. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Death of Badrok (traduit de l'anglais par Guilhem)
  26. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Emperor's Due (traduit de l'anglais par Guilhem)
  27. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Decapolis Conspiracy is Uncovered (traduit de l'anglais par Guilhem)
  28. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Storm Tide (traduit de l'anglais par Guilhem)
  29. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Howling Vortex (traduit de l'anglais par Guilhem)
  30. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Kellerman Murders (traduit de l'anglais par Guilhem)
  31. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Damnation of the Manticore (traduit de l'anglais par Guilhem)
  32. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Warning of the Wayward Son (traduit de l'anglais par Guilhem)
  33. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Shadow of the Beggar King (traduit de l'anglais par Guilhem)
  34. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Dying Stars (traduit de l'anglais par Guilhem)
  35. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - Nightmare Wakes (traduit de l'anglais par Guilhem)
  36. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Silence Rent (traduit de l'anglais par Guilhem)
  37. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Chronicles of the Orpheus Sector - The Last Broadcast (traduit de l'anglais par Guilhem)
  38. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Battle of Amaraht (traduit de l'anglais par Guilhem)
  39. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - Militaris Temepstus Battle Group 'Savation' (traduit de l'anglais par Guilhem)
  40. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Eve of Destruction (traduit de l'anglais par Guilhem)
  41. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - The Black Fleet (traduit de l'anglais par Guilhem)
  42. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - Planetfall (traduit de l'anglais par Guilhem)
  43. Imperial Armour - The Fall of Orpheus - Krieg (traduit de l'anglais par Guilhem)
  44. Imperial Armour - The Minotaur and the Reaper (traduit de l'anglais par Guilhem)
  45. Imperial Armour - The Minotaur and the Reaper (traduit de l'anglais par Guilhem)
  46. Imperial Armour - The Minotaur and the Reaper (traduit de l'anglais par Guilhem)