Défense de Ryza

De Omnis Bibliotheca
Révision datée du 22 juillet 2021 à 22:03 par Guilhem (discussion | contributions) (Page créée avec « {{Page OB}} :''« L’histoire restera à jamais une source de vérité, annonçant le malheur qui nous attend si nous restons ignorants de ses leçons. »'' :::'''- Vieux... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

O.B. Navigator
Univers
Menu-univers.jpg
Univers

« …sinistre cauchemar d’un avenir lointain, où seule la guerre règne et où la galaxie est en flammes… »

« Dans les ténèbres, l'aveugle est le meilleur des guides. En cet âge de démence, faites confiance au fou pour vous montrer la voie. »

Factions
Menu-factions.jpg
Factions

« Je ne me soucie pas de qui connaîtra la vérité, maintenant, demain, ou dans dix mille ans. La loyauté porte en elle sa propre récompense. » - Lion El’Jonson

La galaxie gothique ravagée par la guerre du lointain futur grouille d’armées de l’Imperium, d’adorateurs des noirs dieux du Chaos et de peuples Xenos belliqueux, tous opposés dans le plus grand conflit que les étoiles elles-mêmes aient connu.
Personnages
GabrielAngelos-min.jpg
Personnages

« L’univers est vaste et quoi qu’il advienne, nul ne se souviendra de vous… »

Les Héros et personnages illustres naissent des guerres et des tragédies, luttant et oeuvrant pour réaliser ou lutter contre leur destin, quand ce n'est celui d’un Monde entier ou de l'univers lui-même.

Vous trouverez ici une liste de quelques uns de ces personnages ayant laissé leur empreinte, aussi futile soit-elle, au milieu des conflits sans nombre du sombre univers de Warhammer 40.000.
Batailles
Battle-img.jpg
Batailles

« Dans l’obscurité, je serai la lumière.
Dans le doute, je garderai la foi.
Dans la rage, j'affinerai mon talent.
Dans la vengeance, je n'aurai nulle pitié.
Au cœur de la bataille, je n'aurai nulle peur.
Devant la mort, je n'aurai aucun regret... »

- Liturgie de Bataille des Blood Ravens
Technologie
Menu-techno.jpg
Technologie

« L’Omnimessie a rempli la galaxie de mystères afin que nous puissions les découvrir et pour nous rapprocher de Sa perfection. Les ignorer même en temps de guerre, est une hérésie. »

- Archimagos Belisarius Cawl.
Jeux de Rôle
Menu-jdr.jpg
Jeux de Rôle

Liste des jeux de rôle papier connus mettant en scène l’univers de Warhammer 40.000, ainsi que les carrières (rôles) que des joueurs pourraient potentiellement interpréter en tant qu’Humain, Xenos ou Hérétique dans ce type de jeu.

Pages en construction
Noosphère
Menu-noosphere.jpg
Noosphère
Lexique des différentes Catégories de page du wiki de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
Manufactorum
Menu-manufactorum.jpg
Manufactorum
Liste des dernières pages ajoutées par les bibliothécaires de l’OMNIS BIBLIOTHECA.
+ Données Noosphèriques +
+++ ACCÈS CONFIDENTIEL +++
Discord-ob.png
« L’histoire restera à jamais une source de vérité, annonçant le malheur qui nous attend si nous restons ignorants de ses leçons. »
- Vieux proverbe terrien, vers le 18e Millénaire.
La Défense de Ryza.
La Défense de Ryza est une histoire d’avarice et d’envie, et de la dévastation causée par leur influence. Alors que le Maître de Guerre, autrefois fils préféré de l’Imperium et devenu son ennemi le plus haineux, s’abattait sur Terra, ses alliés se déplacent avec avidité pour assurer leurs positions. Nombreux étaient ceux qui prévoyaient une nouvelle ère à l’horizon, une ère où la grandeur étouffée par des croyances dépassées serait libérée par le nouvel ordre. Tandis que le gros des forces des Traîtres brisait les défenses de Beta-Garmon, des détachements se libéraient à la recherche d’autres ennemis. Selon l’édit du Maître de Guerre, ces forces disparates avaient pour mission d’éliminer tous ceux qui pouvaient menacer son avancée, mais beaucoup avaient des objectifs hors de ce cadre, car les plus grands mondes de l’Imperium se trouvaient près de son cœur et étaient mûrs pour la prise. C’est ainsi que des yeux sinistres se tournèrent vers Ryza, le "Fourneau des Astres Enchaînés", qui s’efforçait déjà de combler le vide laissé par les conflits qui avaient secoué Mars. Les Traîtres au service de Kelbor-Hal, Fabricator-Général de Mars et allié du Maître de Guerre, voulurent s’emparer de Ryza, prêts à massacrer tous ceux qui oseraient s’opposer à leur vision et à construire un monde plus sombre sur les cadavres entassés.[1]

La Marche Vers Terra

Parmi les échelons du Culte Mechanicus, Ryza n’était devancé que par Mars en termes de puissance et d’importance à la fin de la Grande Croisade. Située dans le Segmentum Ultima, sa position était assurée par sa puissance de production brute et sa position tactique qui, depuis que Ryza a conclu des traités avec l’Imperium, a servi à alimenter la croissance de la Grande Croisade à l’est de la galaxie. Par-dessus tout, Ryza possédait une expertise inégalée dans l’ingénierie et la production de la technologie du plasma grâce à l’Igvita de l’Omnimessie, littéralement le "Sang Vivant de l’Omnimessie", une secte de Technoprêtres fondée sur Ryza et orientée vers l’étude du plasma, croyant que chaque goutte était le sang de l’Omnimessie, donné à ses serviteurs pour qu’ils créent de nouvelles merveilles en son nom. Travaillant avec un dévouement proche du fanatisme religieux, sous leur tutelle, la connaissance de la technologie du plasma sur Ryza a évolué à un rythme inégalé par rapport aux autres Mondes-Forges, alors que de nombreuses innovations ont été générées dans ses forges de plasma.

En temps de guerre, les maîtres de Ryza avaient tourné leurs efforts vers le soutien continu de l’Imperium, refusant d’être influencés par les promesses mielleuses du Maître de Guerre et de ses émissaires. À cette fin, ils ont envoyé des appels à l’aide, et des offres en nature, aux forces dispersées dans l’Ultima Segmentum et au-delà. En cela, les Magos de Ryza étaient désireux de reformer ceux qui avaient été brisés par la trahison de Kelbor-Hal, offrant leur aide à ceux qui avaient été chassés de la Planète Rouge pour avoir refusé de rompre les serments de fidélité qu’ils avaient fait à l’Empereur. Lorsque la nouvelle de l’asile offert par Ryza s’est répandue, des âmes orphelines se sont dirigées vers le monde connu sous le nom de "Fourneau des Astres Enchaînés", dont l’industrie considérable a permis de tirer de nombreux alliés de l’extinction.

Ainsi, lorsque le Maître de Guerre demanda à ses alliés de s’emparer du Monde-Forge, celui-ci était gardé non seulement par la formidable puissance de la Legio Crucius (les Bellicistes), mais aussi par la puissance renaissante de plusieurs autres Legio et Maisons de Chevaliers. Parmi elles se trouvaient la Maison Taranis et la Maison Zavora, d’anciennes Maisons liées à Mars depuis l’Ère des Luttes, ainsi que la Legio Honorum (les Bolts de la Mort) et la Legio Osedax (les Cockatrices), qui ont toutes prêté une partie de leurs forces à Ryza conformément aux traités négociés avec leurs planètes mères. Tous ont prêté serment à Ryza jusqu’à la mort, car le monde s’est efforcé de réunir les forces brisées qui s’opposaient encore au Maître de guerre à travers l’Ultima Segmentum, en fournissant des munitions et du matériel vital en guise d’aide. Pourtant, malgré la puissance rassemblée sur le monde, elle n’était rien face à la force rassemblée contre elle, car certains parmi les Dark Mechanicum, parents tordus du Cult Mechanicus, souhaitaient ardemment s’approprier les richesses et les connaissances de Ryza, faisant apparaître toutes sortes d’horreurs pour mettre le monde à terre.

Bien que la guerre ait ravagé une grande partie des Segmentum environnants, Ryza était resté exempt de problèmes et de conflits malgré, ou peut-être à cause, du pouvoir qu’il exerçait. Pourtant, sa puissance croissante n’était pas passée inaperçue et, lorsque le temps était venu pour le Maître de Guerre de prendre d’assaut le Segmentum Solar, il s’est empressé d’imposer sa volonté à ceux qui avaient échappé à sa vigilance et qui pouvaient encore menacer ses flancs alors qu’il marchait sur le berceau de l’Humanité. La puissance renaissante de Ryza s’avéra être une enclave trop puissante pour être ignorée, car elle servait de relais aux forces impériales et, si elle n’était pas contrôlée, pourrait unir la résistance si l’absence des alliés du Maître de Guerre permettait à ses ennemis de se rallier. Cherchant à éliminer la menace que représentait Ryza, le Maître de Guerre a demandé à ses partisans parmi le Mechanicum Noir de s’attaquer au monde, leur promettant de vastes récompenses en cas de succès. Il se souciait peu de la manière qu’ils utiliseraient pour atteindre un tel objectif et, alors que le Maître de Guerre souhaitait seulement que le monde soit paralysé de manière irrémédiable, le Mechanicum Noir avait des ambitions plus sinistres pour Ryza, cherchant à créer une nouvelle Forge Infernale pour ses expériences profanes.

Il incomba à Yuritus Omicron, Fabricator-Locum d’Estaban VII, de conquérir Ryza. Conformément aux souhaits du Maître de Guerre, Omicron rassembla la puissance de la Legio Magna (les Crânes Enflammés) et de la Legio Vulturum (les Corbeaux Pourpres), promettant de grandes richesses à leurs mécènes en cas de succès. Ils étaient accompagnés d’une décade de Titans de la Legio Mortis (les Têtes de Mort), dont la présence était exigée par le Maître de Guerre pour garantir la victoire. En tout, près de 140 Titans ont été rassemblés, leur puissance réunie étant un présage de malheur pour le monde de Ryza. Ces lLegios Titaniques ne devaient pas marcher seules, car les Maisons de Chevaliers de Morbidia et d’Oroborn avaient été rassemblées à leurs côtés. Avec eux se trouvaient de vastes armées de Taghmata du Mechanicum, soutenues par une ménagerie de créations corrompues auxquelles l’esprit de leurs maîtres Mechanicum Noir avait donné vie. Ainsi rassemblée, la flotte des Traîtres quitta les franges du système de Beta-Garmon où elle s’était rassemblée droit vers le système Ryza, avec l’intention de le conquérir.[2]

Ryza Secundus

Les forces du Maître de Guerre découvrirent que l’approche de Ryza était bien gardée, car le Monde-Forge avait été assailli par les pillards et les Xenos pendant l’Ère des Luttes. En réponse à de telles menaces, les plus grands esprits du Monde-Forge avaient travaillé pour créer un second monde au-dessus d’eux, un gardien armé d’armes capables de briser quiconque oserait empiéter sur sa souveraineté de Ryza. Dans sa désignation officielle, Ryza Secundus n’était rien de plus qu’une station spatiale, mais, comme c’est souvent le cas, les rapports impartiaux et froidement rationnels du Mechanicum ne rendaient pas justice à la nature impressionnante de leur création, car Ryza Secundus était, à l’échelle, rien de moins qu’une lune artificielle. Ses macro-couches avaient autrefois abrité des Flottes Expéditionnaires entières, de vastes soutes remplies de munitions pour alimenter l’insatiable soif de conquête de la Grande Croisade, tandis que les vaisseaux eux-mêmes étaient modifiés grâce aux technologies léguées par les Technoprêtres de l’Igvita de l’Omnimessie. Ryza Secundus représentait une menace importante pour la flotte des Traîtres, car la puissance de ses Legios Titaniques ne signifiait pas grand-chose dans le vide de l’espace et bien qu’un assaut direct sur la station était, en vertu de son nombre écrasant, sûr de réussir, le nombre de pertes infligées garantissait qu’un assaut planétaire aurait du mal à se faire par la suite. En évitant un assaut direct, les Traîtres ont élaboré leurs plans avec soin, l’avant-garde de la flotte partant des semaines avant celles qui suivaient.

L’arrivée de cette avant-garde a été annoncée par des lectures anormales des capteurs dans les semaines précédant l’invasion, les stations de surveillance périphériques enregistrant la brève décharge des Moteurs Warp associée à l’émergence de vaisseaux depuis l’Æther qui, après enquête, semblaient être un peu plus que des fantômes de capteurs anormaux. Comme le nombre de ces observations augmentait, des patrouilles de croiseurs d’exploration ont parcouru le système à la recherche d’un ennemi, mais n’ont rien trouvé de plus que le vide infini. Avec le temps, ces relevés furent attribués aux tempêtes Warp tumultueuses qui ravageaient les secteurs voisins, mais l’absence d’ennemi ne signifiait pas qu’il n’était pas présent, car dans l’obscurité de l’espace, une douzaine de vaisseaux se déplaçaient. Chacun d’entre eux avait la forme d’un croiseur du Mechanicum traditionnel, mais leur intérieur était largement modifié, des sections entières ayant été retirées pour créer des baies de chargement supplémentaires, et chacun était chargé de guerriers lobotomisés, de Skitarii contaminés et de constructions mécaniques scintillantes de conception ésotérique. Pour éviter d’être détectés, les vaisseaux ne recevaient qu’une infime quantité d’énergie, dérivant dans le système uniquement grâce à leur vitesse, ce qui les rendait indétectables. Un mois entier s’écoula avant que ces transports improvisés n’approchent de Ryza Secundus et, avec un timing surnaturel aidé par les murmures du Warp, le gros de la flotte des Traîtres se matérialisa dans le système de Ryza, soixante-dix vaisseaux se révélant et dévoilant leurs intentions.

Les Loyalistes n’étaient pas pris au dépourvu pour une invasion, mais leur flotte comptait à peine vingt navires, car de nombreux vaisseaux de Ryza avaient été légués à Mars ou à des Flottes Expéditionnaires dans les décennies précédant l’Hérésie d'Horus et le temps n’avait pas permis de reconstituer leur nombre. Surpassée en nombre et en armement, la flotte de Ryza se tenait dans l’ombre de Ryza Secundus, peu disposée à s’engager dans une bataille sans le soutien de son armement considérable, dont les plus grands étaient des batteries à plasma capables de détruire un cuirassé en une poignée de volées. Regroupée autour de son monde, la flotte loyaliste surveillait l’approche inexorable de l’ennemi, à l’affût de tout signe de tromperie ou de ruse. Alors que la flotte des Traîtres d’Omicron manœuvrait dans la ligne de mire des canons de la station, sa première salve étripant une poignée de ses vaisseaux, la profondeur du plan des Traîtres était révélée dans son intégralité, car leur avant-garde s’était glissée discrètement entre la flotte de défense et se tenait prête à s’emparer de Ryza Secundus.

Les rapports recueillis à partir des journaux de bord de Ryza Secundus indiquent que c’est le vaisseau loyaliste Cog of Virtue, une frégate Mechanicum de classe Nova, qui a donné l’alerte en premier lorsqu’une manœuvre de routine l’a fait s’écraser sur l’un des vaisseaux dissimulés, fendant les coques des deux vaisseaux et en rejetant des milliers de membres d’équipage dans le vide. Le pandémonium a résonné à travers le réseau de communication alors que les Loyalistes cherchaient des explications sur ce qui s’était passé et la réponse a été rapidement donnée lorsque onze nouvelles signatures sont apparues sur leurs détecteurs alors que l’avant-garde des Traîtres se mettait en marche et lâchait ses charges. En quelques minutes, des milliers de vaisseaux d’abordage ont traversé le vide et se sont approchés de Ryza Secundus. Des centaines d’entre eux ont été détruits par les défenses de la station, mais dans leur multitude, aucune puissance de feu n’a pu les arrêter. Les impacts s’inscrivaient sur la coque de Ryza Secundus, les charges de fusion logées dans les étraves des vaisseaux d’embarquement creusant de nouvelles entrées pour leurs passagers. Avec les hurlements des damnés, les forces du Mechanicum Noir ont pénétré dans les salles caverneuses de Ryza Secundus et ont apporté la mort à ceux qui s’y trouvaient.

Contre les vagues d’attaquants cherchant à dominer la station se tenaient des bataillons de Skitarii loyalistes chargés de la défense de Ryza Secundus et avec eux la Maison Vornherr. La Maison, autrefois grande et puissante, avait beaucoup souffert lors de la Trahison de Calth, lorsque la trahison des Word Bearers avait décimé leurs effectifs. Parmi les membres de la Maison qui avaient survécu, beaucoup ne cherchaient que la vengeance et la mort, certains obscurcissant les couleurs vives de leurs armures avec du noir en reconnaissance du malheur qui s’abattait sur leur lignée. Quelques-uns, des barons vieillissants, n’avaient aucun désir de voir leur Maison dépérir et tomber. Au lieu de cela, ils cherchèrent de l’aide parmi ceux qui étaient loyaux à l’Imperium, acceptant le don de nouvelles armures de Ryza en échange d’une partie de la force réhabilitée de la Maison pour la défense du monde.

Une douzaine de ces Chevaliers nouvellement forgés étaient les gardiens de Ryza Secundus, et deux douzaines d’autres se tenaient fièrement sur Ryza. Pour beaucoup de ces Scions, la bataille à venir était leur première véritable incursion dans le maelström de la guerre, mais aussi leur dernière. Alors qu’un nombre incalculable d’individus se lançaient à leur assaut, aucun ne s’est dérobé à son devoir, repoussant l’ennemi à chaque engagement. S’ils n’avaient pas été aussi peu nombreux, Ryza Secundus aurait pu tenir plus longtemps. Hélas, une douzaine de Chevaliers ne pouvaient pas tenir toutes les soutes et tous les halls de l’immense station et chaque victoire obtenue entraînait une douzaine de pertes ailleurs. Section par section, les forces loyalistes ont été repoussées vers l’intérieur, reculant face à l’avancée implacable des Traîtres. Au fur et à mesure que le terrain était perdu, le poids du feu déchaîné par Ryza Secundus diminuait alors qu’un nombre toujours plus grand de Traîtres mettait le pied sur la station. Avec les renforts est venue la Maison Morbidia, des Scions engagés envers Kelbor-Hal et aucun autre, de nombreux vétérans de décennies de guerre. Face à une telle menace, les membres de la Maison Vornherr savaient que leur mort était arrivée, dépassés par un ennemi qui les égalait en tout sauf en nombre et en honneur.

Dans les dernières heures de la chute de Ryza Secundus, les communications entre la planète et la station ont été coupées, remplacées seulement par des parasites, le flash des batteries au plasma dans le vide étant la seule indication que la résistance était toujours présente. Les rapports qui subsistent font état d’un dernier combat courageux mené par les Chevaliers de la Maison Vornherr, les défenseurs survivants s’étant rassemblés autour de la station de contrôle centrale au cœur de Ryza Secundus. Les données récupérées plus tard dans les carcasses des armures de la Maison Vornherr indiquent une bataille furieuse qui a duré six heures standard, une vingtaine de membres de la Maison Morbidia ayant été tués. Leur défi a permis aux plus grandes batteries de Ryza Secundus de punir la flotte des Traîtres, la dernière salve détruisant le cuirassé Omnissiah’s Blessing ; des décennies plus tard, lorsque les restes purifiés du vaisseau auront été reconstruits, les noms des douze Scions qui ont défendu Ryza Secundus y seront inscrits sur sa coque dans un texte de vingt mètres de haut, incrusté des métaux les plus précieux.

Lorsque Ryza Secundus est devenu silencieux, les quelques vaisseaux Loyalistes qui combattaient encore ont pris la fuite, suivant les ordres préétablis de rassembler l’aide des alliés voisins et de revenir en force. Sans être contestée, la flotte des Traîtres est entrée dans l’orbite de Ryza, s’installant hors de portée des canons sol-orbite à la surface. Ceux qui se trouvaient en dessous retenaient leur souffle, attendant que le prochain coup soit porté à leur monde.[3]

Un Coup de l'Intérieur

Pour les défenseurs Loyalistes, menés par la Hiérophante Technis Nira Heldentun, la perte de Ryza Secundus, tout en les isolant de la galaxie, n’a pas fait grand-chose pour contrer les importantes défenses qui se trouvaient à la surface de la planète. Les Traîtres attendaient à faire face à près d’un cinquième de la Legio Crucius, le reste étant dispersé dans la galaxie pour défendre des mondes lointains. Avec eux se trouvaient des parties de la Legio Honorum et de la Legio Osedax, les deux Legio prêtant leur force en échange de cargaisons de machines-divines. Aidés par les forces de la Maison Taranis et de la Maison Zavora, plus celles de la Maison Vornherr restées à la surface, et la puissance du Taghmata du Mechanicum de Ryza, les alliés du Maître de Guerre avaient une tâche importante à accomplir s’ils voulaient revendiquer le Monde-Forge. Poser le pied sur la planète s’est avéré être un obstacle en soi, car les défenses qui surveillent le ciel de Ryza étaient redoutables et les vaisseaux de débarquement rassemblés pour l’affrontement étaient peu nombreux, transportant des forces trop insignifiantes pour résister à la puissance des défenseurs de Ryza.

Pour ouvrir un chemin vers la planète, les Traîtres se sont tournés vers leur outil le plus pratique : la trahison. À travers Ryza, le feu de l’insurrection avait été allumé, des agents semés parmi la population par le Maître de Guerre bien avant que ses alliés ne descendent sur Ryza, poussant les ouvriers dissidents des manufacturums à prendre le contrôle des forges et des garnisons assiégées. Dépourvus d’entraînement et dépendants d’armes de récupération et des machines de leur métier, ces rebelles n’ont pu faire que des raids sur les convois de ravitaillement, saboter les infrastructures et retarder les mouvements de troupes. Bien que de telles actions ne représentent qu’une faible menace pour une Maison de Chevaliers ou une Legio Titanique, l’intention était simplement de mettre à rude épreuve les défenses de Ryza, en déployant des forces Loyalistes à travers la surface pour s’assurer que les centres nerveux de la planète soient dangereusement sous-armés.

Le coup fatal a été porté 19 jours après la chute de Ryza Secundus. Un Technoprêtre, devenu un traître face à la promesse de l’obtention d’une technologie interdite que lui offraient les serviteurs de Kelbor-Hal, prit le contrôle d’une forge sur le continent sud. Une telle perte a non seulement menacé une route d’approvisionnement vitale depuis le port spatial voisin, le Terminus de transport Neuf-Omega, mais a également permis aux Traîtres d’accéder aux légions de machines de guerre stockées à l’intérieur, y compris des dizaines de chars super lourds Stormblade de Ryza. En réponse, un groupement tactique de Titans de la Legio Honorum, qui défendait le spatioport, s’est lancé à l’assaut de la forteresse, anéantissant tous ceux qui s’y opposaient dans le but de réprimer les dissidents. En leur absence, c’est la Maison Ioeden qui a défendu le transporteur Terminus Neuf-Omega et c’est sous leur surveillance que les Traîtres se sont abattus sur le spatioport.

Lorsque le premier vaisseau renégat a percé les nuages de brouillard au-dessus du spatioport, les signaux d’alerte ont été largement ignorés, tant la Hiérophante Technis était confiante dans ses défenses. Ce n’est que lorsque des dizaines d’autres sont descendus sur le transporteur Terminus Neuf-Omega que l’inquiétude a commencé à monter, car bien que les Traîtres n’aient fait aucun effort pour dissimuler leurs mouvements, les nombreux réseaux défensifs construits autour du spatioport n’offraient aucune réponse. Lorsque la communication avec le spatioport est restée sans réponse, des ordres frénétiques ont été envoyés au Princeps Seniores Galxexu, commandant du groupe de combat Legio Honorum chargé de purger les rebelles de la forge. En toute hâte, les Bolts de la Mort retournèrent à leurs postes, quatre Warhounds se précipitant en avant pour discerner par quel moyen les Traîtres avaient désactivé les défenses du Transporteur Terminus Neuf-Omega. Alors que le groupe de combat pénétrait dans la ville d’entrepôts entourant le spatioport, aucun signe de la Maison Ioeden n’a été trouvé et Galxexu a commencé à craindre pour le sort de son allié, car toutes les tentatives de communication n’ont reçu que des rafales de binaire inintelligible et les échos de cris vox lointains. Alors que la première vague de vaisseaux traîtres effectuait sa descente finale sur le spatioport, parmi lesquels les volumineux atterrisseurs de la Legio Vulturum, les Bolts de la Mort se déplaçaient rapidement dans les rues, les éléments les plus rapides s’écartant des autres dans le but d’atteindre le spatioport avant que leur ennemi ne puisse débarquer. Ce désir de rapidité s’est avéré fatal.

Répartis dans toute la ville, ce furent les Warhounds de la Legio Honorum qui rencontrèrent l’ennemi en premier, le Princeps de la machine-divine Impénitent, en tête de la meute, détectant un mouvement à son apex. Se retournant rapidement, ils n’eurent que quelques instants pour enregistrer la présence des Chevaliers Cerastus portant la livrée de la Maison Ioeden se rapprochant d’eux, lances crépitantes alignées en prévision de l’impact. Quelques instants plus tard, l’Impénitent chancelait et tombait, ses mécanismes de jambe brisés par la charge de ses anciens alliés, l’avertissement de son Princeps coupé court par l’assaut soudain et ses assaillants toujours dissimulés par le confinement étroit des rues. La confusion régnait alors que des tirs provenaient des bâtiments environnants, les Chevaliers dissimulés de la Maison Ioeden déchaînant leur fureur sur les Titans de la Legio Honorum et brisant les Boucliers Voids des Warhounds qui restaient avant de renverser un autre engin avec une seconde volée. La trahison de la Maison Ioeden a été révélée dans toute son ampleur, les Chevaliers se répandant dans les rues de la ville pour démonter les Bolts de la Mort avant de disparaître une fois de plus, privant les Titans de la possibilité d’utiliser leurs armes, tandis qu’au loin le premier transport Gore Crows se posait dans le spatioport.

De plus en plus désespéré, Galxexu ordonna à ses Titans de lâcher leurs armes sur le spatioport avant de se retirer, détruisant ce qu’ils pouvaient dans le but de priver les traîtres de leur prix. Chaque Princeps se condamnait à mort, sans se soucier des Chevaliers qui grouillaient à leurs pieds. Alors que les premiers Corbeaux Pourpres franchissaient les murs du spatioport pour répondre aux tirs retentissants de la Legio Honorum, il ne restait plus que deux Warlords, dont les corps étaient enveloppés de feux. Le dernier rapport de Galxexu était assorti d’amères malédictions, condamnant les Traîtres alors qu’il surchargeait le réacteur de sa machine-divine dans un dernier acte de défi suicidaire. Avec cela, le Transporteur Terminus Neuf-Omega a été revendiqué par les Traîtres et la porte de Ryza était ouverte.[4]

Mort et Reconquête

Bien qu’il ait pris pied sur le monde, Omicron savait que ses forces ne pouvaient se permettre de se reposer, de peur que les défenseurs ne se regroupent et lancent une contre-attaque déterminée. C’est pourquoi 60 Titans, issus de la Legio Magna et de la Legio Vulturum, se sont lancés à l’assaut de l’Isthme du Salut, une bande de terre artificielle formée de métal et de béton rocheux et bordée de manufactoria qui relie les continents sud et nord à travers la Mer de la Récupération. Sur cette étroite voie d’accès, les manufactoria travaillaient sans relâche pour alimenter l’industrie de Ryza, alimentés par des clades de Serviteurs dévoués qui naviguaient sur la Mer de la Récupération, parcourant les courants d’effluents et de sous-produits de fabrication à la recherche de matériaux précieux destinés à être recyclés sur l’Isthme du Salut. Les magtrains assuraient un flux constant de matériaux vers et depuis les manufactures, se faufilant entre les blocs d’habitation construits pour loger les travailleurs et les entrepôts qui stockaient leurs créations jusqu’à ce qu’elles soient nécessaires.

Face à l’avancée des traîtres se tenait la Legio Crucius, les gardiens de Ryza déterminés à arrêter l’ennemi sur l’isthme jusqu’à ce que d’autres forces puissent être rassemblées pour les chasser du monde. Bien qu’ils étaient deux fois plus nombreux que leurs adversaires, les Traîtres ont été canalisés par l’isthme sur le chemin des Titan Bellicistes, privant les envahisseurs de l’avantage du nombre. Entre les bâtiments, les Titans des deux camps se sont affrontés en duel, les Reavers de la Legio Vulturum tombant sur des Warlords des Bellicistes isolés, avant d’être pris en embuscade par les Warhounds loyalistes sortant de ’ombre des bâtiments environnants pour les punir de leur folie. Ce qui a commencé comme un assaut audacieux destiné à assurer une victoire rapide s’est rapidement transformé en une guerre d’usure, les Traîtres souffrant pour chaque pas gagné. La forteresse des Bellicistes, construite le long du bord nord de l’Isthme du Salut, offrait un avantage supplémentaire aux Loyalistes. Ses berceaux de réparation permettaient aux Titans de la Legio Crucius blessés au combat de se reposer et de subir des réparations avant de reprendre la bataille. Pendant huit jours, la guerre a fait rage sur l’isthme, les Bellicistes refusant de s’incliner face à l’invasion, même si leurs Titans étaient couverts d'un rafistolage de réparations hâtives et de métal brûlé.

Le Princeps Ultima Scrindus Tepfra, Grand Maître des Corbeaux Pourpres et commandant de l’assaut sur l’Isthme du Salut, savait qu’il ne pouvait pas se permettre de perdre du temps, car il avait appris que des manipules de la Legio Osedax se rassemblaient à l’ouest, visant clairement à attaquer son flanc exposé pendant qu’il était engagé avec son ennemi. Refusant de rester bloqué, Tepfra s’est lancé dans une stratégie audacieuse. Appelant ceux de sa Legio à ses côtés, il ordonna à ses alliés de la Legio Magna d’avancer pour attirer l’attention des Bellicistes sur l’isthme. À leur tour, les Corbeaux Pourpres ont marché dans la Mer de la Récupération elle-même, submergeant leurs machines sous un océan d’effluents liquides et de déchets industriels. Aveuglés par l’environnement hostile, plusieurs membres de Legio Vulturum ont été aspirés par des cavernes géothermiques dissimulées au fond de la mer ou attaqués par des meutes de Serviteurs féroces, leurs formes ayant été endurcies par les conditions difficiles et les directives de leurs engrammes altérées par le code de ferraille lâché sur Ryza pendant les premiers jours de l’invasion. Ceux de la Legio Vulturum qui ont émergé une fois de plus l’ont fait sur le continent nord, tombant sur la forteresse de la Legio Crucius sans hésitation.

La bataille qui s’ensuivit fut dévastatrice pour les Bellicistes, car de nombreux Titans dormaient dans des sarcophages de réparation, leurs blessures étant soignées par les centaines de Technoprêtres. Six d’entre eux furent tués avant d’avoir pu allumer leur Bouclier Void et de se battre contre leur nouvel ennemi, et trois autres tombèrent pour laisser le temps aux autres de se réveiller. Même dans ce cas, les Bellicistes étaient en infériorité numérique et ne pouvaient plus profiter du terrain pour égaliser les chances. Bien qu’ils furent déterminés à vendre chèrement leurs vies, le Princeps Ultima Hendril, qui défendait toujours l’isthme, ordonna à ses proches de battre en retraite et de rendre compte de ce qui s’était passé. Un tel ordre était destiné à laisser Hendril et ses protégés vulnérables, car les Corbeaux Pourpres pouvaient s’abattre sur eux depuis le nord alors même que la Legio Magna attaquait depuis le sud, les piégeant sur l’isthme. Mais Hendril savait que leur sacrifice empêcherait les Corbeaux Pourpres de les poursuivre, de peur que les Princeps ne s’échappent du piège. Avec beaucoup de réticence, ceux du continent nord se sont retirés, se déplaçant vers l’ouest en direction de la cité des forges de Prosperity, le cœur lourd de savoir qu’ils avaient abandonné leurs frères et sœurs à l’étreinte de la mort.

Comme prévu, les Corbeaux Pourpres ne firent aucun effort pour les poursuivre, leur seule reconnaissance des Titans en retraite étant une poignée de Warhound laissés derrière pour dissuader les Loyalistes de retourner sur leur territoire perdu. Les Corbeaux Pourpres restants marchèrent sur Hendril et ses forces défendant toujours l’isthme, piégeant les Bellicistes entre la puissance de deux Legios Titaniques. Au milieu de la dévastation de l’Isthme du Salut, les deux forces se sont battues en duel avec les Bellicistes qui déversèrent leur haine sur les traîtres, leur défi enflammant le ciel. Sur l’Isthme du Salut, des actes d’héroïsme invisibles pour tous, à l’exception de ceux qui se battaient et des quelques satellites en orbite qui fonctionnaient encore, ont été gravés dans l’héritage de la Legio, car les forces d’Hendril, conscientes qu’aucune aide ne serait apportée, n’ont rien retenu. Trois Warhounds, portant les noms de Endless Revelation, Hound of Erudition, et Remembered Glory, ont transpercé la ligne de bataille des Crânes Enflammés, les boucliers se déployant pour résister au poids du feu qui se déversait sur eux. Au centre de la ligne des Traîtres, la meute a renversé les Warlords Cordis Ignis et Barren Ashes, et l’explosion qui en a résulté a tué les trois Warhounds et Blaze of Wrath, un Titan Reaver de la Legio Magna. Les munitions épuisées, le Reaver Beast of Ryza de Ryza a frappé ses homologues parmi les Corbeaux Pourpres, tuant deux machines-divines avant qu’une volée déterminée d’un Warbringer Nemesis de la Legio Vulturum ne l’abatte.

Le dernier membre de la Legio Crucius à tomber était le Death of Avarice, un Warlord forgé pendant l’Ère des Luttes qui avait mis les civilisations au pas et envahi un millier de mondes. Au sommet de l’Isthme du Salut, sur le monde de sa création, sa forme usée par le temps enveloppée dans le plasma de son réacteur surchargé, le Death of Avarice plongea ses annihilateurs à plasma dans le côté blessé du Shadow’s Heir, fendant le Reaver Vulturum deux et enflammant son réacteur, alors que le sien explosait avec la puissance d’une étoile. Sa mort signifiait la victoire des Traîtres, aussi pyrrhique soit-elle, car ils avaient pris l’Isthme du Salut et, avec lui, l’accès à tout Ryza.[5]

La Ruine de Prosperity

N’étant plus en conflit avec la Legio Crucius, la Legio Vulturum marcha vers l’ouest sur le continent sud, dispersant devant elle la puissance rassemblée de la Legio Osedax, tandis que de nouveaux renforts arrivaient du Convoyeur du Terminus Neuf-Omega récemment capturée, dont les Titans de la Legio Mortis. De l’autre côté de la Mer de la Récupération, ce fut à la Legio Magna de poursuivre les Bellicistes en fuite. À cette fin, les Crânes Enflammés, soutenus par des compagnies de chars et les Chevaliers de la Maison Oroborn, se sont abattus sur la cité forge de Prosperity, balayant tout ce qui se trouvait sur leur chemin. C’est à Prosperity, la première ville fondée sur Ryza selon les archives du Monde-Forge, que les éléments survivants de la Legio Crucius s’étaient retirés, rejoignant trois manipules de la Legio Honorum et les derniers descendants de la Maison Vornherr. Pour Ryza, Prosperity était un rouage essentiel dans la production de matériel et de réacteurs à plasma, ces derniers étant destinés à alimenter les Titans et les vaisseaux.

Bien qu’elle fut ostensiblement une ville tournée vers la fabrication, Prosperity était à la fois un centre industriel et une forteresse construite pour résister aux assauts, la solidité de ses murs ayant été testée à de nombreuses reprises au cours de l’Ère des Luttes. Bien que des siècles se soient écoulés depuis qu’un envahisseur avait osé attaquer Ryza, et encore moins s’emparer de terres à la surface, le Mechanicum n’avait pas été laxiste dans l’entretien des défenses du monde. Un mur de plastacier de dix mètres d’épaisseur encerclait la ville, occupé par des bataillons de Skitarii, renforcés par les machines du Taghmata du Mechanicum et de redoutables emplacements portant des oblitérateurs à plasma espacés régulièrement sur sa longueur. C’est avec ces défenses que la Hiérophante Technis espérait retenir les Traîtres, consciente que les deux camps souhaitaient posséder ses capacités de fabrication. Quant à la ville de Prosperity, les Loyalistes et les Traîtres la considéraient comme trop importante pour risquer de la détruire sans raison. C’est devant les murs de Prosperity que les Loyalistes se sont rassemblés, à la rencontre des Traîtres qui marchaient sur les plaines arides de Ryza. Dans leur dos, au sommet des murs de Prosperity, une ligne de générateurs de plasma, tirés de leurs emplacements dans la ville, bourdonnait d’énergie, alimentant la faim insatiable des Titans par des attaches plasmiques. Liés à la fois par serment et par des moyens physiques à la ville, les Titans Loyalistes jurèrent de rester debout ou de tomber devant l’avancée implacable des Crânes Enflammés.

Privilégiant les assauts directs, les Titans de la Legio Magna ont affronté leur ennemi de front, sans se soucier de s’exposer aux canons des murs de Prosperity. Au nombre de près de 50, les Crânes Enflammés marchaient en formation serrée, les Warlords à l’avant déclenchant leurs Boucliers Voids pour protéger ceux de derrière. Face à un front aussi solide, les Loyalistes en infériorité numérique n’ont eu que peu d’impact sur les Titans qui avançaient, abattant un seul Warlord et détruisant deux Reavers abrités derrière lui. Une simple bataille d’usure n’était pas la seule tactique à la disposition des Loyalistes, car ceux de la Legio Crucius qui avaient affronté la Legio Magna à l’Isthme du Salut connaissaient bien la soif de sang des Crânes Enflammés. Alors que les deux camps échangeaient des coups de feu, les Warhounds de la Legio Honorum s’aventurèrent, mordant les flancs de la Legio Magna qui avançait. Bien que leurs assauts n’offraient que peu de menace à la puissance des Warlords renégats, toute tentative de poursuite laissait les autres exposés, et plusieurs engins des Crânes Enflammés furent victimes des canons de la Legio Crucius alors qu’ils brisaient leur formation pour poursuivre leur ennemi. Ce faisant, ils se sont retrouvés attirés dans d’anciens champs de mines dormantes creusés sous la surface dans les âges passés, lorsque la ville de Prosperity avait été créée. Réveillées par une explosion de binaire libérée par Prosperity, ces armes anciennes se sont enfoncées dans la terre, leurs membres arachnéens les propulsant vers les Traîtres qui avançaient. Le chaos a déchiré les rangs de la Legio Magna, leur ligne de bataille se fragmentant tandis que les armes loyalistes paralysaient les plus impétueux des Traîtres. En réponse, les Crânes Enflammés lancèrent leurs propres appels, prenant le contrôle des mines les plus proches des Loyalistes et les retournant contre leurs maîtres, alors même que le gros de la force des Traîtres s’abattait sur la ligne des Loyalistes.

Bientôt, le centre de la formation loyaliste, placé devant la porte de la Prosperity, devint une mêlée brutale entre les machines, les Crânes Enflammés armés d’armes à courte portée foncèrent sur leurs adversaires sans se soucier de leur propre survie. Sur les flancs, les Loyalistes se déplaçaient pour mettre de la distance entre eux et les mines corrompues qui jaillissaient encore de la surface, comptant sur les armes à longue portée pour aider leurs alliés. Dans leur précipitation, ceux de Legio Honorum sur le flanc gauche se sont trop éloignés, ouvrant la voie à trois Warlords de Legio Magna pour percer et assiéger les murs de Prosperity, des meutes de Warhounds suivant dans leur sillage. Le Fist of Fire, le Perdition’s Emissary et l’Invocatio Ignis ont déchiré le mur extérieur, résistant aux tirs dirigés contre eux par ceux qui avaient détecté la percée. En quelques instants, une section entière du mur était tombée, les éléments les plus rapides de la force renégate franchissant la brèche et pénétrant dans la ville. Alors que des cris de panique emplissaient les vox, les Titans Loyalistes recentrèrent leurs efforts sur le colmatage de la brèche, soulageant ainsi la pression sur les ennemis qui se trouvaient devant eux. Comme un seul homme, la Legio Magna s’est élancée vers l’avant, punissant leur ennemi pour avoir détourné leur attention.

Alors que tout semblant de cohérence au sein des deux forces s’estompait, le trio de Warlords de la Legio Magna a traversé la brèche, balayant les défenseurs devant eux à coups de plasma et de griffes puissantes, tandis que les Reavers alliés se déplaçaient pour tenir l’arrière contre tout Loyaliste qui osait les suivre. Des hurlements de triomphe résonnaient des Crânes Enflammés, car ils voyaient la victoire à portée de main et l’importance qu’elle leur apporterait aux yeux du Maître de Guerre. Alors que les Warlords pénétraient dans la ville, seule une poignée de Warhounds se dressait contre eux, dépassés par les forces des Traîtres. Un sourire sinistre se dessina sur le visage du Princeps commandant le Fist of Fire, son visage faisant écho au crâne narquois qui formait la tête de son Warlords. Le frisson de la bataille l’envahit, sa vision se rétrécit et son poing se serra au rythme du battement ardent de son réacteur, ignorant les avertissements alors que ses Boucliers Voids tombaient sous le poids du feu émis par les Warhounds. L’Esprit de la Machine hurla dans sa soif de sang, avant d’être réduit au silence un instant plus tard, lorsqu’une réplique résonnante traversa le maelström de la bataille, un trio d’explosions frappant le Fist of Fire, oblitérant sa tête et l’équipage avec elle.

Alors que le Warlord s’écrasait au sol, les forces de réserve furent révélées - trois Titans Warbringers Nemesis de la Legio Honorum émergèrent de leurs positions dans les rues de la ville, menés par le Princeps Magnus Uriana Galanir, commandant du Titan Warbringer de la Legio Crucius, Pride of Ryza. Stationnés dans Prosperity pour répondre à toute force qui s’y aventurerait, les Titans Warbringer Nemesis se sont déchaînés sur les Traîtres, tuant le Perdition’s Emissary, et l'Invocatio Ignis lors de leur première incursion, les Warlords réclamant la vie d’un Warbringer Nemesis en échange de la leur. Les Loyalistes ont ensuite tourné leur colère contre les Reavers au sommet de la brèche, leurs corps bientôt brisés formant une nouvelle barrière contre les Traîtres. Dissimulés par les murs de Prosperity, les Titans Warbringer Nemesis ont exercé une terrible vengeance sur la Legio Magna, leurs armes étant guidées par les Warhounds qui les précédaient. Alors que leur chance tournait, les Crânes Enflammés se sont retirés de la bataille, plusieurs des leurs tombant lors de la retraite. Parmi les Loyalistes survivants, neuf étaient tombés, cinq de moins que ceux de Legio Magna. Devant Prosperity, la plaine stérile était enveloppée de fumée, ses étendues étaient jonchées de Titans brisés et de dizaines de milliers de soldats de moindre importance écrasés par les machines-divines.

Alors que les deux camps se regroupaient, les Traîtres préparaient leurs prochaines actions. Bien que de nombreux membres de la Legio aient demandé un nouvel assaut, souhaitant assouvir leur soif de sang dans une bataille glorieuse, leurs demandes ont été rejetées par le Fabricator-Locum Omicron qui leur a demandé d’attendre une seule nuit.

Les Fantômes d'Ashkhelon[6]

Au cours des décennies qui ont suivi la chute de Prosperity, les esprits érudits de Ryza ont consacré d'importantes ressources à la détermination de l'ennemi qui se cachait derrière le carnage déclenché cette nuit fatidique. Peu de choses ont été trouvées au-delà des connaissances consignées ici, bien que les archives, cachées aux yeux de tous sauf des plus déterminés, montrent des similitudes entre le chancre qui a infesté le réseau de données de Prosperity et les données extraites du monde d'Ashkhelon III, une planète en quarantaine située dans le Segmentum Ultima. La signification d'un tel lien n'est pas mentionnée dans les archives, laissant au lecteur le soin de formuler des hypothèses, mais c'est cette découverte qui a marqué la fin de toutes les recherches, les efforts se concentrant sur la rénovation de la ville abandonnée depuis sa chute. Bien que la ville ait été nettoyée, chaque brique et chaque feuille de métal réduite à ses composants de base et reforgée à nouveau pour s'assurer qu'aucune souillure ne subsiste, le souvenir de Prosperity persistait. C'était une énigme qui n'avait jamais été résolue et, comme certains le craignaient, un cauchemar qui se cachait dans les recoins sombres, attendant son heure pour se relever une fois de plus.

Alors que le soleil se couchait sur Prosperity, les Loyalistes se mirent en rang devant ses murs, attendant le nouvel assaut qu’ils croyaient inévitable. Au lieu de cela, ils furent accueillis par une tempête qui s’intensifiait alors que le ciel pleuvait le sang des nuages noircis. À l’intérieur de la ville, des cultistes avilis se réunissaient dans des sectes secrètes et pratiquèrent des rituels immondes qui attisaient la frénésie de l’événement météorologique contre nature. Bientôt, des rivières de sang coulèrent dans les rues de Prosperity, rendant malades tous ceux qu’elles touchaient avec une rapidité surnaturelle, tandis que des vents viciés frappaient la ville, rendant sa population folle en se jetant les uns sur les autres dans la tourmente. Au sommet de la folie, alors que la ville hurlait ses malheurs aux cieux, un grand hurlement d’un autre monde déchira la nuit, arraché à la gorge d’une créature ancienne et terrible. En un instant, toutes les machines de Prosperity se sont tues, plongeant tout le monde dans l’obscurité. Personne à l’extérieur de la ville ne bougea, craignant de s’aventurer à l’intérieur de peur d’être attiré dans une embuscade. Prosperity a été abandonnée à son sort.

Les rapports sur les dernières heures de Prosperity sont au mieux contradictoires, assemblés à partir d’enregistrements d’images déformées et de journaux vocaux corrompus. Le peu que l’on puisse déterminer indique qu’un chancre s’est abattu sur le réseau de données de la ville, une corruption dotée d’une certaine sensibilité façonnant le code à nouveau. Quelques minutes après qu’elle se soit manifestée pour la première fois, des rapports confus ont résonné dans les vox, signalant des constructions malformées émergeant de l’ombre, formées des restes brisés de machines arrachées aux usines de production de plasma de Ryza et dotées d’une forme de vie rudimentaire. Comme s’ils étaient mus par un seul esprit, ces nouveaux ennemis ont déferlé sur Prosperity, tuant tous ceux qui se trouvaient sur leur chemin. Pendant une nuit, le pandémonium s’est emparé de Prosperity, les cris des mourants s’estompant au fur et à mesure que la nuit faisait place au jour. Il incomba aux Chevaliers de la Maison Vornherr d’évaluer l’état de la ville, les Legios Titaniques restant prêtes si les Traîtres profitaient de ce moment pour les attaquer. Les récits qui existent encore parlent d’une ville couverte de sang, chaque surface étant à jamais tachée de rouge par les vies perdues ce soir-là. De l’ennemi qui avait causé un tel massacre, il ne restait aucun signe, les corps de ceux qui avaient été tués ayant disparu avec eux. Seule une tache persistante demeurait dans la ville, une légère sensation de nausée et de malaise s’emparant de tous ceux qui marchaient dans les rues de Prosperity. Sans discuter, les Loyalistes se retirèrent, car il ne restait plus rien à défendre, laissant la ville aux envahisseurs.[7]

Honneur et Gloire

La cité de Prosperity n’était pas la seule victime de la colère des Traîtres. Sur le continent sud, les Corbeaux Pourpres avaient mis en pièces les forces loyalistes ; ils n’ont pas eu recours à l’effusion de sang pratiquée par la Legio Magna. Dans les semaines qui suivirent la chute de l’Isthme du Salut, Scrindus Tepfra divisa ses forces en trois, chacune étant chargée d’établir sa domination sur une partie du continent sud. Alors que les Corbeaux Pourpres se rassasiaient de la destruction de toute résistance, le Princeps Magnus Tsaue de la Legio Mortis rassembla sa Legio Titanique et les Chevaliers de la Maison Morbidia. Informé par ceux qui, sur Ryza, avaient une loyauté cachée envers le Maître de Guerre, Tsaue a lancé un assaut rapide sur la forge de Causcaut au sommet de la montagne, coupant l’avertissement préalable de l’avance des Traîtres. En une seule nuit de destruction, la Maison Morbidia a envahi les défenses loyalistes et a pris possession des stations de surveillance installées pour surveiller les terres et l’espace aérien environnants.

Depuis Causcaut, Tsaue s’est déplacé pour couper la tête de la force loyaliste, car c’était depuis un quartier général de campagne constitué à la hâte dans la colonie voisine d’Endeavour, sœur de la ville de Prosperity, désormais détruite, de l’autre côté de la mer, que la Hiérophante Technis de Ryza commandait désormais. Étant principalement une ville forge prospère, consacrée à la production d’armes à l’échelle la mieux adaptée aux vaisseaux spatiaux, Endeavour a servi un objectif secondaire au cours de la guerre, car son réseau logistique, conçu à l’origine pour coordonner le flux de fournitures à travers Ryza, a été utilisé pour diriger les mouvements des forces loyalistes en défense du Monde-Forge. Endeavour était également le siège de la Hiérophante Technis et c’est cela que les Traîtres recherchaient, désirant sa tête comme trophée dans le but de déstabiliser les défenseurs et de les laisser désorganisés et dispersés. Dans une poussée coordonnée, Tsaue et ses forces marchèrent directement sur Endeavour, ses alliés de la Legio Vulturum se retirant de leur tourment des forces loyalistes pour renforcer l’assaut des Têtes de Mort. En une seule matinée, le groupe de bataille Serpenus, nom attribué à Tsaue et à ses forces, a balayé la petite garde d’honneur des Titans de la Legio Osedax restés en défense de la ville, et a forcé le passage à travers ses murs. Non préparées à la soudaine férocité de l’assaut des Traîtres, les forces loyalistes se sont révélées incapables de contre-attaquer pour empêcher les Traîtres de renforcer leur position, et les Titans de la Legio Vulturum ont encerclé la ville, resserrant l’étau autour de la Hiérophante Technis.

En une seule poussée, Endeavour fut occupée, ses défenses asservies à la volonté des Traîtres et renforcées par les Têtes de Mort et les Corbeaux Pourpres. Bien que la Hiérophante Technis ait échappé à la capture lors de l’assaut initial, les constructions tueuses du Mechanicum Noir ont parcouru la ville à sa recherche, aidées par la Maison Morbidia. Le fait qu’Heldentun ait échappé à la capture malgré l’occupation de la ville était la seule lueur d’espoir qui restait à ceux qui étaient piégés dans Endeavour, et la résistance était féroce, les nuits illuminées par des feux de forêt déchirant les pâtés de maisons tandis que la riposte des tirs ne faiblissait pas. Une telle résistance ne valait rien sans soutien et le peu de communications en provenance de la ville faisait état du besoin de plus en plus désespéré d’une force de secours, avant que les Traîtres ne parviennent à démanteler le centre nerveux des opérations loyalistes et à exhiber la forme brisée de la Hiérophante Technis comme trophée.

Bien que Heldentun ait appelé à l’action directe, il n’y a eu que peu de résultats. Rassemblant les forces qu’ils pouvaient, les Loyalistes se rassemblèrent à la périphérie d’Endeavour. Bien qu’une grande partie de la Maison Taranis et de Zavora ait été rassemblée, seuls onze Titans de la Legio Osedax ont répondu à l’appel, les autres étant trop engagés dans les forces de la Legio Vulturum pour se retirer de la bataille. Avec peu de machines à disposition, les Loyalistes ont dû mener une charge suicidaire sur Endeavour, car la ville était entourée d’une plaine stérile, avec des collines de ferraille et des entrepôts éparpillés comme seule couverture sur son étendue. Surveillant cette plaine, les Titans de Legio Mortis et Vulturum se tenaient en sentinelle, leur nombre étant trois fois supérieur à celui des Loyalistes. Pendant que le devoir se battait contre le pragmatisme, la cité d’Endeavour brûlait, et aucun des membres de la Legio Titanique réunis ne pouvait concevoir une réponse à leur situation difficile. En proie à l’indécision, ce n’est pas à la puissance de la Collegia Titanica mais à la vaillance des Maisons qu’il revint de présenter une nouvelle voie vers la victoire.

La Maison Taranis combattit avec courage pour payer sa dette envers Ryza.

Dans l’ombre de leurs alliés Titans, les forces des Maisons Taranis et Zavora se rassemblèrent et, au mépris des ordres contraires, foncèrent vers les murs d’Endeavour sans soutien. Ce mouvement n’était pas inspiré par le désir d’une mort glorieuse, mais par la conscience que leur monde, la Planète Rouge elle-même, leur avait été enlevé et que c’était sur Ryza qu’ils avaient trouvé du secours et reconstruit leur héritage. Poussés par le refus de perdre un autre monde qu’ils gardaient, et en reconnaissance de l’aide qui leur avait été apportée, près de 200 Scions, représentant une grande partie de la force reconstruite des deux Maisons sur Ryza, ont chargé dans les dents des canons des Traîtres. Derrière les murs brisés d’Endeavour, les machines de Legio Mortis et de Vulturum ont déchaîné leur puissance avec un plaisir non dissimulé, leur fureur aidée par des batteries plasma de récupération asservies à la volonté de serviteurs corrompus. Sans se soucier de leur marche vers une mort quasi certaine, chaque pas des Scions dans la plaine aride était payé de leur sang, leur nombre diminuant au fur et à mesure que des poignées de Chevaliers étaient anéantis.

Les archives vVox montrent que le Princeps Seniores Nuvas de la Legio Osedax, horrifié par les pertes humaines monumentales qui se déroulaient devant lui, a demandé à ses alliés de se retirer. Lorsque ses appels sont tombés dans l’oreille d’un sourd, Nuvas a poussé ses Titans à l’action, honteux devant du courage de ses alliés, espérant que la puissance de la Légion des Titans pourrait assurer la victoire. Enjambant les cadavres d’Armures Chevaliers éparpillés dans la plaine devant Endeavour, la Legio Osedax déchaîna ses canons sur les Traîtres de sa race, détournant une partie de la colère de l’ennemi des Chevaliers qui couraient dans la plaine.

La bataille qui s’ensuivit est bien documentée, car les archives d’Endeavour se trouvaient profondément sous ses rues et n’ont pas été touchées par la conflagration qui a englouti la ville. Les images détaillées de ce qui fut plus tard connu sous le nom de "Tempête d’Endeavour" montrent que, sur les 189 Scions qui se sont lancés à l’assaut de la ville, seuls 49 d’entre eux ont atteint les murs, les restes brisés des autres étant éparpillés dans la plaine derrière. Ceux qui ont atteint le mur de la ville ont trouvé l’entrée dans Endeavour relativement simple, car sa longueur avait été brisée en de nombreux endroits lors de la chute de la ville. C’est le Chevalier Castigator Gladius Ignium de la Maison Taranis, l’un des rares Chevaliers à avoir été forgé sur Mars et à avoir repris contact avec des parents éloignés, qui porta le premier coup, cisaillant les stabilisateurs du Mors Foedus pour renverser l’ancien Reaver qui s’était dressé depuis le Moyen-Âge Technologique. Encouragés par la vue du Titan qui tombait, Nuvas et son groupe de combat accélérèrent le pas, mettant la pression sur les Traîtres tandis que les Chevaliers Loyalistes se déchaînaient dans leurs rangs.

La brèche dans les murs a marqué un tournant dans la bataille pour Endeavour. Comme pour la Maison Ioeden lors de la chute du Transporteur Terminus Neuf-Omega, l’étroitesse des rues de la ville offrait un avantage aux Chevaliers Loyalistes, les cachant de la colère des armes des Traîtres. Quatre Titans ont été revendiqués par les Chevaliers de Taranis et de Zavora, les autres étant coincés entre leurs bourreaux dans la ville et les Titans Loyalistes qui avançaient sans eux, incapables de se retourner contre l’un sans s’exposer à l’autre. En réponse, Tsaue ordonna à ses forces de serrer les rangs, chaque manipule fusionnant les Boucliers Voids et s’isolant, les Titans parmi eux faisant face à toutes les directions tandis que chacun gardait les flancs de ceux qui étaient les plus proches d’eux. Une telle tactique réduisait les efforts des Maisons Taranis et Zavora pour attaquer leurs ennemis, mais permettait d’atténuer le poids du feu lâché sur la Legio Osedax qui avançait. Pour Tsaue, cette manœuvre était destinée à faire gagner du temps à ceux de la Maison Morbidia au sein d’Endeavour pour répondre aux appels à l’aide et engager les Chevaliers Loyalistes décimés, laissant la Legio Osedax en proie facile.

Le changement de tactique des Traîtres s’est avéré être la percée dont Nuvas avait besoin. Ordonnant aux Titans Fated Warrior et Lost Son d’avancer, les deux Reavers lancèrent une tempête implacable de missiles, chaque ogive étant dotée d’une charge unique. Tsaue et l’Esprit de la Machine de Vita Messorem rugirent en signe de défi et tournèrent leurs canons vers les Reavers qui avançaient, le Canon Volcano du Warlord détruisant Lost Son dans un barrage qui mit à l’épreuve le réacteur de Vita Messorem. Rugissant de triomphe, la soif de tuer de l’Esprit de la Machine avait pris le dessus sur Tsaue et c’est trop tard que le Princeps a remarqué que son réacteur était devenu rouge. Dans les moments qui ont précédé sa mort, Tsaue a réalisé que la Legio Osedax avait prévu un destin autre que la simple mort. Au sommet de la carapace du Fated Warrior, un dernier barrage de missiles a été lancé, les ogives frappant les boucliers du Vita Messorem. Bien qu’ils n’aient pas réussi à briser la formidable barrière, ce n’était pas leur intention. À l’intérieur du Titan, le réacteur a lâché, son confinement s’est rompu et une vague de chaleur a englouti le Warlord. Dans un ultime rugissement de haine, Vita Messorem fut déchiré de l’intérieur, l’explosion qui suivit consuma les Titans de la Legio Mortis alignés autour de lui. Lorsque la nova s’estompa, les pâtés de maisons environnants n’étaient plus qu’un cratère en fusion, sept Titans de la Tête de Mort n’étant plus que des ruines fumantes.[8]

Colère et Ruine

Les Enfants de Ryza[9]

Les documents originaux relatifs à la force de Ryza et à ses possessions notaient, avec une certaine controverse, que le Monde-Forge ne possédait aucune Maison de Chevaliers. Cette affirmation a été accueillie avec scepticisme par de nombreux membres du Culte Mechanicus, car le Monde-Forge possédait à la fois les moyens et les connaissances nécessaires pour construire de telles machines. Beaucoup se demandaient pourquoi, après des millénaires d’autonomie, les Hiérarques de Ryza n’avaient pas jugé nécessaire de ratifier la création d’une telle force pour défendre le Monde-Forge contre des menaces qu’une Legio Titanique ne serait pas en mesure de surmonter. Ryza n’a pas répondu à cette question, se contentant de dire que ses Magos s’étaient tournés vers d’autres activités. Bien que certains aient exigé une enquête plus approfondie, rien n’a été fait et, au fil du temps, les soupçons ont été mis de côté en reconnaissance de la contribution considérable de Ryza à la Grande Croisade, de peur que des conflits ne soient causés par de fausses accusations.

Les querelles se sont avérées être le catalyseur de l’émergence de la vraie vérité. Quand Ryza a senti le pas des forces du Maître de Guerre, ses secrets ont été révélés. C’est la Maison Sidus qui a chassé la Maison Morbidia et défendu la Hiérophante Technis contre le mal, alors qu’elle menait depuis la ligne de front. Libérés de leur confinement sous la cité d’Endeavour au cours des dernières heures de son siège, près de 150 Chevaliers ont marché au combat, parés d’orange et de noir bordés de bronze. Il convient de noter la présence massive de Chevaliers du Mechanicum dans la maison, tous sauf une vingtaine portant les bannières de Chevalier Magaera, Chevalier Styrix et Chevalier Atrapos. De tels modèles étaient rares, même parmi les plus éminentes Maisons de Chevaliers, et en rassembler autant sous une même bannière était tout à fait inédit. Ce rassemblement de mauvais augure a apporté un grand soulagement aux forces loyalistes, repoussant même la puissance d’une manipule titanique devant eux.

La nature trompeuse de l’existence de la Maison des Chevaliers a fait l’objet d’une grande attention dans les décennies qui ont suivi l’émergence de la vérité. Ryza a expliqué que ces machines ont été produits dans les années qui ont suivi la trahison du Maître de Guerre, leur fabrication ayant été rendue possible par la paix relative dont jouissait le Monde-Forge avant son invasion. Ces réponses ne furent acceptées qu’à contrecœur, car il était prouvé que de nombreuses machines étaient antérieures non seulement à la chute du Maître de Guerre, mais aussi à l’Imperium lui-même. En effet, la grande quantité de modèles rares dont disposait la Maison Sidus était d’un nombre que même Mars aurait eu du mal à produire en un tel laps de temps. La théorie veut qu’un tel atout ait été caché pour éviter que d’autres ne s’en emparent, Ryza souhaitant maintenir une certaine mesure de pouvoir indépendante de la domination d’autrui, une théorie qui est très crédible si l’on considère les événements plus larges sur de nombreux Mondes-Forges.

La perte soudaine de presque tous les Titans des Têtes de Mort d’un seul coup a brisé le moral des Traîtres qui tenaient Endeavour, la planification tactique cédant la place à l’instinct de conservation. Bien qu’ayant toujours l’avantage du nombre et de la position face à la Legio Osedax, car les Cockatrices n’atteignaient que maintenant les murs d’Endeavour, la Legio Vulturum ordonna une retraite totale, abandonnant ses alliés tandis que les manipules des Corbeaux Pourpres se retiraient en faveur de fortifications plus à l’est. Dans un ultime acte de trahison, les Corbeaux Pourpres ont retourné leurs armes contre les membres de la Legio Mortis encore debout lorsque les Têtes de Mort ont tenté de stopper la retraite de leurs alliés. Alors que les Traîtres s’entre-déchiraient, les Cockatrices s’emparèrent des murs de Prosperity, poussant à travers la ville pour rejoindre les défenseurs assiégés. N’étant plus menacés par la puissance des Legios Titaniques renégats, les restes des défenseurs loyalistes sortirent de l’ombre, la Hiérophante Technis exhortant ses forces à reconquérir la ville coûte que coûte. À cette fin, elle a ordonné l’ouverture des voûtes de guerre de Ryza, passant outre les anciens protocoles conçus pour sceller le contenu de tels dépôts pour l’éternité, estimant que le risque d’une telle technologie interdite était un crime pour lequel elle avait décidé de demander pardon dans le futur si Ryza survivait, plutôt que de demander une permission, qui serait probablement refusée, dans le présent. Des secrets longtemps cachés à une grande partie de Ryza et de l’Imperium ont été révélés alors que les Loyalistes se battaient pour récupérer leur foyer. Dans ce maelström de batailles, des rapports font état des premières apparitions d’une nouvelle Maison de Chevaliers inconnue des registres de l’Imperium, portant le titre de Maison Sidus.

L’émergence de la Maison Sidus des voûtes d’Endeavour, ainsi que la force restante de la Maison Taranis et de la Maison Zavora et la puissance de la Legio Osedax, ont assuré la victoire des Loyalistes qui ont chassé les Traîtres, et ont permis de poursuivre la Legio Vulturum pour purger Endeavour de tous ceux qui s’y opposaient. Bien qu’une grande partie de la ville se soit effondrée autour d’eux, et que les foyers de Taranis et de Zavora aient été diminués une fois de plus, les défenseurs ont remporté une victoire cruciale ce jour-là, alors que la guerre entrait dans une nouvelle phase.

Une fois Endeavour sécurisée, la Legio Osedax se rassembla à l’extérieur de la ville dans les jours qui suivirent, ses effectifs augmentant au fur et à mesure que les manipules éparpillées sur le continent sud se battaient pour se libérer des forces des Traîtres, désormais privées du soutien des Titans. Ravagées par la bataille, les forces des Traîtres étaient sévèrement diminuées - la Legio Vulturum n’était plus que la moitié de son effectif après la retraite d’Endeavour et des terres environnantes. De plus, aucun Titan de la Legio Mortis n’était encore en vie et ceux de la Legio Magna étaient éparpillés sur le continent nord, à la poursuite des restes de la Legio Honorum et de la Legio Crucius chargées de sa défense. Désireux de prendre l’avantage, Heldentun était conscient que ses forces avaient été également soufferts et que la victoire était loin d’être garantie. Bien que le temps n’était pas son allié, elle invoqua les Technoprêtres de l’Érudition du Rouage, une ancienne caste qui gardait le savoir caché aux autres. Grâce à des rites techno-arcanes, des reliques récupérées dans les voûtes de Ryza furent liées aux machines-divines, un processus périlleux, car les énergies maléfiques contenues dans le boîtier des armes détruisaient sans distinction si elles étaient mal utilisées.

Bien que le contenu des coffres de données abandonnées par les Traîtres ne fut pas décrit dans les comptes-rendus officiels, les descriptions furent sans doute supprimées des archives de peur que la censure ne s’abatte sur tous les Magos de Ryza pour leurs actions. Ce qui reste parle de Traîtres déchiquetés par des coups singuliers, leurs restes jetés dans des vortex tourbillonnants conjurés depuis l’Æther, ne laissant que les hurlements de voix éthérées criant au salut en leur absence. Certains récits personnels parlent d’engins de guerre portant la livrée de la Legio Crucius d’une marque jamais vue dans les annales de l’Imperium déambulant dans la ville, leur forme éclipsant même celle d’un Warlord. Les spéculations sur la nature de ces instruments de destruction ne menaient à rien d’utile, seuls quelques faits tangibles émergeaient des rumeurs entourant les dernières semaines de conflit sur Ryza, et leurs Magos s’empressaient de rejeter tout ce qui était fantaisie ou rumeur.

Armés d’armes forgées au cours d’âges révolus, les Loyalistes ont entrepris de chasser les Traîtres de leur monde. La résistance s’est avérée faible sur le continent sud, alors que les forces loyalistes rassemblées, menées par la Legio Osedax et la Maison Sidus, marchaient sur les territoires capturés. Des bataillons éparpillés de Skitarii corrompus et des compagnies de tanks endommagées ont combattu en vain la ligne des Loyalistes qui avançait, mais, en ce qui concerne les Corbeaux Pourpres, seule la destruction qu’ils avaient causée témoignait de leur passage. Ayant beaucoup souffert de la trahison, Heldentun ralentit sa poursuite, cherchant de nouvelles informations avant de pousser ses forces trop loin.

À cette fin, la Maison Sidus a été envoyée pour reprendre le Mont Causcaut et la forge qui le surplombait. La Maison Morbidia s’est opposée à elle, les Traîtres n’étant absolument pas préparés à la furie déclenchée par la nouvelle Maison de Chevaliers. Sur les flancs de la montagne, les deux Maisons se sont battues, la vitesse et la manœuvrabilité comptant peu sur ses pentes abruptes. En quelques heures, la puissance de feu supérieure de la Maison Sidus a brisé les reins de la Maison Morbidia, poussant les survivants hors du Mont Causcaut. Une fois l’ennemi battu, les Technoprêtres de Ryza ont pu monter vers la forge, avec pour mission de réactiver les stations de surveillance et de recueillir des informations sur les mouvements des Traîtres. Ceux de Ryza qui l’ont fait ne sont revenus qu’avec le désespoir, car là où se trouvait la forge, il ne restait que des ruines fumantes, la structure entière ayant été rasée par la Legio Vulturum avant qu’elle ne se retire. Des rapports similaires provenant de toute la planète sont parvenus à la Hiérophante Technis, apportant la nouvelle que les Traîtres avaient commencé à se retirer vers le Terminus Neuf Oméga, leurs Legios Titaniques laissant une traînée de ruines dans leur sillage.

Ce changement de tactique a été motivé par Yuritus Omicron. Ne jugeant plus possible de s’emparer de Ryza intact, mais craignant la colère du Maître de Guerre s’il manquait à son devoir, Omicron avait décidé de paralyser l’infrastructure de Ryza, la condamnant à des décennies de reconstruction si elle espérait retrouver sa gloire d’antan. Un tel ordre stipulait que les forces capables de se retirer devaient retourner à Convoyeur Terminus Nine-Omega, où des transporteurs les attendaient pour les mettre en orbite en vue de batailles ailleurs dans la galaxie. Si les Corbeaux Pourpres se sont empressés d’obtempérer, les Princeps des Crânes Enflammés ont répondu de manière plus conflictuelle, car ils avaient tracé un chemin sanglant à travers Ryza après leur conquête de Prosperity, réduisant la puissance combinée de la Legio Honorum et de la Legio Crucius à seulement quatorze survivants. Il a fallu beaucoup d’efforts à Omicron pour les convaincre de mettre fin à leur poursuite, relayant les murmures échangés dans le Warp de flottes de renfort loyalistes en approche de Ryza qui condamneraient les envahisseurs à la mort grâce à leur supériorité numérique.

Sans prévenir, la pression sur les Bolts de la Mort et les Bellicistes fut relâchée, tous les Princeps des Crânes Enflammés, à l’exception des plus dérangés, obéissant à leurs ordres et se retirant à travers l’Isthme du Salut. Conformément à leurs ordres, les forces de la Legio Magna ont déversé leur colère sur toutes les structures qu’elles ont traversées, laissant les cendres da la planète dans leur sillage. De tout ce qu’ils avaient conquis, seule Prosperity était encore debout, ses vestiges hantés rappelant le sort réservé à ceux qui s’opposaient au Maître de Guerre. Rassemblés au Terminus Neuf-Omega, les Traîtres ont commencé à embarquer dans leurs transports, fuyant le monde qu’ils avaient vidé de son sang. Deux tiers d’entre eux avaient atteint l’orbite avant que les Loyalistes ne tombent sur le spatioport et que la bataille ne s’engage pour la dernière fois.

La bataille finale pour le transporteur Terminus Neuf-Omega vit les Traîtres encore en garnison dans le spatioport abandonnés par leurs alliés, aucun d’entre eux ne souhaitant risquer sa vie pour sauver ceux restés à la surface. Parmi les dizaines de milliers de personnes bloquées sur Ryza se trouvaient onze Titans de la Legio Vulturum et quatorze de la Legio Magna, les Titans formant l’épine dorsale de la défense des Traîtres. Sachant qu’ils n’avaient que peu d’espoir de survie face à la force qui se massait contre eux, les Traîtres ont juré de vendre chèrement leurs vies, avec l’intention de blesser Ryza si profondément que la blessure qui en résulterait s’infecterait à jamais. Parmi les ruines de la ville entourant le Convoyeur Terminus Neuf-Omega, l’infanterie des deux camps s’affrontait, leur combat étant éclipsé par les dieux qui les dominaient.

Trois cents Titans loyalistes ont affronté leurs homologues renégats, les survivants des Bellicistes, les Cockatrices et les Bolts de la Mort présentant un front uni dans leur quête commune de vengeance. Aucun des deux camps ne souhaite autre chose que la destruction, sans se soucier des dommages collatéraux causés au spatioport environnant. Au nord, un fer de lance de Reavers des Cockatrices, armés de Canons à Fusion et de Poings Tronçonneuses, traversait le quartier de Provender pour se lancer à l’assaut des Warlords de la Legio Vulturum, les explosions de fusion surchauffées transperçant les armures des Corbeaux Pourpres comme si elles n’étaient que du papier. Alors que la ligne de la Legio Vulturum était repoussée, une meute de Warhounds des Crânes Enflammés s’était élancée, tombant sur le flanc d’Osedax alors que les Titans dépassaient leurs limites, en tuant trois avant que les Titans Warbringer Nemesis Pride of Ryza et Unbridled Might ne répondent de la même manière, faisant pleuvoir la mort sur les Warhounds et faisant cinq morts à eux deux.

Le conflit au nord du spatioport n’était qu’une escarmouche comparé à la bataille à l’ouest, car c’est là que les Loyalistes concentraient le gros de leurs forces. Des meutes de Warhounds s’élançaient de l’ombre des Warlords alliés, les manipules Lupercal des deux camps harcelaient les flancs de leurs adversaires. L’assaut fut mené par sixWarlords loyalistes commandés par Grunal Krom, Grand Maître par intérim de la Legio Crucius, depuis sa machine Glory above Pride. Les Warlords foncèrent sur le centre de la ligne des Traîtres, leurs réacteurs s’enflamment alors qu’ils ouvraient le feu sur les Warlords adverses, cherchant à arracher le cœur de l’ennemi par le feu et le sang. Les Warhounds de la Legio Vulturum, Shadow of Death et Mors Desperandum, déchaînèrent leur colère sur le Reaver de la Legio Honorum Guardian of Virtue, le Titan touché surchargeant volontairement son réacteur dans un acte de haine vindicatif qui tua les cWarhounds à son tour. L’explosion en cascade immobilisa un Warlord de la Legio Crucius à proximité, le laissant vulnérable aux Chevaliers de la Maison Oroborn, leurs armes rouillées portant le Titan au sol avant d’être à leur tour détruis, un Warlord de Vulturum enfonçant ses poings dans la plaque frontale du Titan Crucius, sans se soucier des alliés qu’il tuait ce faisant.

La bataille pour le Transporteur Terminus Neuf-Omega a fait rage durant treize heures, les forces terrestres loyalistes se retirant après la sixième pour préserver leurs forces et éviter d’être victimes des tirs de leurs alliés. Malgré la férocité de la bataille, aucun des deux camps n’a cédé, les Titans des deux forces se battant jusqu’à leur dernier souffle. Le Warlord de la Legio Vulturum Sanguinem Luna était le dernier Traître encore debout, son endosquelette dépourvu de panneaux d’armure à des douzaines d’endroits et enveloppé par le feu de plasma qui s’échappait du cœur de son réacteur. Ses munitions épuisées, le Warlord a chargé en avant pour rencontrer un trio de Warlords de la Legio Crucius qui avançaient, la Glory above Pride à leur tête. La haine de Grunal Krom résonnait dans les vox alors qu’il narguait le renégat qui avançait. Quelques instants plus tard, il donna l’ordre de tirer et à travers le champ de bataille, le Pride of Ryza obéit, une explosion de son Canon Volcano frappant l’arrière de la machine du Corbeau Pourpre, le condamnant à la mort ignoble que tout Traître mérite.

Alors que les feux du Sanguinem Luna s’éteignaient, le silence enveloppait enfin le Transporteur Terminus Neuf-Omega. Bien que les Loyalistes aient été victorieux, ils n’ont pas célébré leur victoire, qui était au mieux une victoire à la Pyrrhus. Près de la moitié d’entre eux étaient tombés lors de l’assaut, les survivants se tenant au milieu d’une forêt de machines brisées, qu’ils soient traîtres ou loyalistes. Dans les semaines qui suivirent, les incendies firent rage sur Ryza, les Traîtres en orbite bombardant la planète en dessous comme un dernier cadeau d’adieu avant de partir avant l’arrivée des renforts Loyalistes. Lorsque le dernier feu s’éteignit, seul un cinquième de l’infrastructure du Monde-Forge était encore fonctionnel, le reste n’étant que ruines noircies. Bien qu’Omicron ait échoué dans son désir de s’emparer de Ryza, il retourna victorieux auprès du Maître de Guerre, car le Fourneau des Astres Enchaînés n’était plus une lueur d’espoir pour les forces loyalistes, le monde brisé étant un exemple frappant du destin tragique qui s’était abattu sur la galaxie.[10]

Source

  • Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Defense of Ryza
  1. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Defense of Ryza, Chapitre : The Battle of Ryza, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  2. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Defense of Ryza, Chapitre : The Battle of Ryza - The March to Terra, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  3. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Defense of Ryza, Chapitre : The Battle of Ryza - Ryza Secundus, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  4. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Defense of Ryza, Chapitre : The Battle of Ryza - A Blow from Within, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  5. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Defense of Ryza, Chapitre : The Battle of Ryza - Death and Reclamation, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  6. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Defense of Ryza, Chapitre : The Battle of Ryza - Ghosts of Ashkhelon, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  7. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Defense of Ryza, Chapitre : The Battle of Ryza - Ruins of Prosperity, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  8. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Defense of Ryza, Chapitre : The Battle of Ryza - Honour and Glory, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  9. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Defense of Ryza, Chapitre : The Battle of Ryza - The Children of Ryza, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)
  10. Adeptus Titanicus - The Horus Heresy : Defense of Ryza, Chapitre : The Battle of Ryza - Wrath and Ruin, 2020 (traduit de l'anglais par Guilhem)